Version classiqueVersion mobile

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Partie I – La culture matérielle des Guise

La culture matérielle des Guise

Texte intégral

  • 1 Brantôme, Œuvres complètes, éditées par L. Lalanne, t. II, Paris, Vve J. Renouard, 1864-1882, p. 2 (...)
  • 2 Du Haillan B., Discours sur les causes de l’extresme cherté qui est aujourd’huy en France, Bordeau (...)
  • 3 De La Noue F., Discours politiques et militaires, Bâle, 1587, p. 177-179.
  • 4 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 160-161 ; de Thou J.-A., Mémoires, i (...)

1Venus de savants cherchant à établir les causes de la montée des prix, de penseurs s’interrogeant sur l’état du royaume de France et sur la place de la noblesse dans la société d’alors, ou bien encore d’hommes ayant connu personnellement les charmes de la vie de cour, tous les témoignages des contemporains concordent : le XVIe siècle vit changer en profondeur l’univers matériel des nobles français. Le point originel presque unanimement identifié par les hommes du temps était le règne de François Ier, le roi qui, selon Brantôme, « commança les pompes et les grandes magnificences1 ». Pour Bernard du Haillan, les quarante années de règne du roi-chevalier avait vu le renouveau de l’architecture ainsi que ses effets sur l’aménagement intérieur des demeures2. François de La Noue abondait dans son sens et ajoutait à cette vogue de l’architecture le regain d’importance accordé à l’apparat vestimentaire3. Le premier XVIe siècle avait aussi vu l’introduction sur les tables de « friandises nouvelles » en lieu et place de « la frugalité ancienne », les timides débuts du coche en contexte urbain, autant d’innovations que la seconde moitié du siècle porta à leur paroxysme4. Objet de condamnation ou de louange, une accentuation de l’intérêt manifesté par la noblesse renaissante à l’égard de son environnement matériel était constatée par tous.

2L’unanimité est révélatrice. Bien que de telles déclarations ne soient pas exemptes d’une forme d’idéalisation ou au contraire de dévalorisation excessive du passé, elles engagent l’historien à tourner sa curiosité vers le monde matériel de la noblesse de cour du XVIe siècle et à s’interroger sur ce que les Grands jugeaient convenable d’acquérir. L’enjeu est alors de dégager les représentations mentales et les conditions sociales qui expliquent la préférence donnée à tel objet sur tel autre, à telle pratique sur telle autre, en s’appuyant sur les apports de l’historiographie récente dans des domaines aussi variés que l’histoire du corps, du vêtement, de l’alimentation, de l’architecture ou des arts décoratifs. Dans chacun de ces champs historiographiques, bien sûr, le cas des Guise ne peut être plus qu’une illustration d’évolutions analysées habituellement dans un cadre plus large. L’ambition de cette étude de cas est toutefois de proposer un rapprochement de domaines relativement étanches les uns aux autres afin de discerner un éventuel fil rouge, une orientation convergente des évolutions constatées dans chaque spécialité.

Notes

1 Brantôme, Œuvres complètes, éditées par L. Lalanne, t. II, Paris, Vve J. Renouard, 1864-1882, p. 212.

2 Du Haillan B., Discours sur les causes de l’extresme cherté qui est aujourd’huy en France, Bordeaux, 1586 (1re éd. 1574), publié par E. Fournier, Variétés historiques et littéraires. Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers, t. VII, Paris, P. Jannet, 1857, p. 163-165.

3 De La Noue F., Discours politiques et militaires, Bâle, 1587, p. 177-179.

4 Du Haillan B., Discours sur les causes…, op. cit., t. VII, p. 160-161 ; de Thou J.-A., Mémoires, in J.-F. Michaud et J.-J.-F. Poujoulat, Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, t. XI, Paris, Édouard Proux, 1838, p. 331-332.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search