Versión clásicaVersión móvil

Les Guise et leur paraître

 | 
Marjorie Meiss-Even

Préface. La magnificence et le pouvoir : les Guise dans la société de la Renaissance

Daniel Roche

Texto completo

1Pour la plupart des français de ma génération, évoquer les Guise, c’était entendre le récit d’un professeur d’histoire enseignant les Temps modernes en classe de 4e, et rappelant l’assassinat de Henri de Lorraine à Blois en 1588, un 25 décembre, et, surtout, la phrase fameuse prêtée à Henri III : « Il est encore plus grand mort que vivant. » C’était pour nous le rideau levé sur le théâtre d’une violence politique et religieuse caractéristique d’un monde lointain et finalement proche, si l’on se souvient des drames du XXe siècle, la mise en scène d’une société divisée, l’importance de la force qui rendait les membres de l’aristocratie terrible à leurs adversaires. Entre Zévaco et Dumas, Mallet et Isaac offraient à réfléchir aux dessous du politique et à la valeur sociale des apparences, incarnation de l’excellence. Le charisme charnel des grands seigneurs et la bravoure des guerriers devenaient, au même titre que la vertu et le beauté des épouses et des filles, moyen de la représentation. Le travail de Marjorie Meiss décape et reconstruit ces figures légendaires afin d’en comprendre la réalité spécifique et, ainsi, de voir ce qui caractérise un monde d’actions et d’apparences confronté au changement. La France de l’entier seizième siècle se trouve ainsi interrogée dans ses dimensions, ses caractères, ses capacités propres, confrontée à l’évolution de l’Europe, celle à voir des mondes les plus lointains.

2Le problème posé, et il faut le dire, résolu, avec une maîtrise critique exigeante des sources qui ne sont pas faciles à rassembler et à lire, fut-ce matériellement, avec une intelligence interprétative fondée sur une large culture de l’historiographie internationale et bien au-delà de la seule Renaissance, est celui du langage le plus apte à rendre compte d’un monde en mouvement. On y retrouvera les métamorphoses du social et leur façon d’incorporer non seulement les imbrications acceptées de l’économie, de la société, de la civilisation, mais aussi leurs écarts et leurs divergences. La culture matérielle, les relations privilégiées de l’homme et des objets, sont les moyens et les conventions d’une ample lecture des représentations et des gestes. Elle est une des réponses – la religion étudiée par Denis Crouzet, les transformations sociopolitiques observées par Robert Descimon en seraient d’autres, parmi d’autres – à la question de la Renaissance européenne formulée depuis Burkhardt : comment s’impose dans le temps et l’espace une civilisation nouvelle avec ses moyens et ses actions, face aux coutumes et aux nouveautés, dans la contrainte des tensions collectives et les libertés des affirmations individuelles. Ainsi se trouvent associées la dialectique du temps long et du temps court, celle des représentations et des pratiques, les réalités du terrain et les visions du monde, morales et sociales, le proche et le lointain, l’intellectualité et la matérialité, la dépendance et l’indépendance.

STABILITÉS – MOBILITÉS – ÉCHANGES

3Un premier caractère semble marquer l’histoire des trois générations de la famille, devenue française, des ducs de Guise : la recherche d’une stabilité définitive en même temps qu’il en signale sa fragilité. Deux chefs de la famille assassinés sur les trois qui en bâtissent les fondations et en conduisent les efforts semblent avoir révélé les limites reconnues par le pouvoir et par leurs pairs à leur détermination et à son enracinement. L’instabilité est dans leur héritage comme directement dictée par le transfert de la branche des Lorraine, de l’empire au royaume, avec Claude de Lorraine en 1508 et, l’entrée dans un autre monde de tensions et de rivalités, de fidélités et de compromis. À la fin du siècle, leur prétention à la royauté face aux Valois sanctionne cette maîtrise continue du temps et de l’espace construite dans tous les moments de leur vie. Ils y sont d’abord orientés par l’éducation qui forge leurs corps, par la chasse, l’équitation, la guerre, l’étude et la formation du goût. L’expérience du voyage s’y combine ensuite à tous moments, avec toutes les nécessités de la fréquentation des cours européennes, avec l’appel des expéditions militaires, et celui de l’intérêt pédagogique jusqu’à l’expérience matrimoniale. L’Italie est pour eux le pôle principal d’une attraction constante et sans doute la porte ouverte à un Orient méditerranéen fournisseur d’objets et de rêves. Ainsi, les chevaux des Guise viennent de l’Europe entière, des foires allemandes et septentrionales, mais plus souvent encore des circuits italiens et turcs, napolitains, espagnols. De même, leurs manières de table font coexister l’échange local, la piquette de Joinville et les vins recherchés de Beaune ou d’Espagne, les produits et les hommes des domaines avec les acteurs de sociétés attractives, car ouvertes. Leur hospitalité est celle dont ils ont bénéficié de la part de l’aristocratie et dont ils utilisent les ressources pour conforter leur action, leurs réseaux, leurs façons d’être. Leur mobilité est une mobilité distinctive accélérée encore par leur participation volontaire et obligée aux nomadismes curiaux des Valois, de Paris aux provinces, de l’Île-de-France au tour de France. Elle permet la découverte comme elle entretient la fidélité des hommes et l’intérêt aux choses, mais aussi l’entraînement dans l’exposition et la défense des acquis dans la dignité. Circulations des hommes et des choses jaugent et animent la politique foncière coûteuse du lignage et sa participation qui mobilise les ducs, leurs parents, les cardinaux de Lorraine au premier rang, dans la lutte de reconnaissance accélérée autour des rois. Joinville, Nanteuil, Paris avec l’hôtel des Guise, sont les pôles principaux de ces mobilités qui nourrissent la novation dans tous les domaines matériels et intellectuels comme elles favorisent une sociabilité propice au rôle des femmes. L’éclat des Guise puise ainsi une part de son rayonnement dans la force du grand commerce international, dont la spécialisation, la qualité, l’éloignement, la lenteur, accroissent la justification qualitative et les coûts. La maison du grand reconstitue dans les choix de consommation des aires d’approvisionnement, de l’ordinaire à l’exceptionnel, du quotidien au superflu du lointain au proche. Cet élargissement fait des Guise comme du roi ou de la cour la cible des moralistes sourcilleux qui voient dans le développement de l’échange des choses et le changement des manières la cause d’une décadence profonde, le triomphe de l’artificiel sur le réel, de la mode sur la vertu.

NÉCESSITÉ ET LUXE – MOYENS ET CONTRAINTES

4Les Guise écrivent alors avec d’autres, les Bourbon, les Nevers, les Montmorency, les Condé, les Gonzague et les Albret, pour ne citer que les principaux acteurs des études récentes de l’économie du pouvoir, une page de l’Histoire du luxe. Ils permettent de confronter Elias à Castiglione dans le procès de formation de la société de cour avant son apogée.

5Ils montrent comment l’émergence d’une formation sociale originale où l’être social se confond avec la représentation fonde un nouveau modèle de consommation, où l’ostentation règle les dépenses sur les exigences du rang et non plus par rapport à la gestion raisonnable des revenus. Les besoins s’accroissent, de plus en plus éloignés de l’utilité ordinaire, leur fonction représentative se développe dans la promotion du paraître que le roi encourage avec sa politique de contrôle des Grands et dans les promotions des couches nouvelles de la noblesse administrative, financière, judiciaire, officière. Les Guise sont entrainés dans la logique des consommations distinctives, signe du rang, moyen de maintenir les écarts par la proclamation de la qualité, le coût, et celle de l’esthétisation des choses. Dans le domaine du vêtement, cette affirmation passe par l’opulence, l’abondance des objets, leur diversité, celle des tissus, des décors, des matériaux, le faste des compositions et des accessoires, elle entraine les hommes, les femmes, la maison, les fidèles et les clients, et sans doute bien au-delà, par la promotion du travail exigé, par le triomphe de la valeur d’usage. Il en va de même avec la table et les régimes alimentaires comme par le raffinement accru des manières de table, non sans lenteur si l’on suit attentivement le progrès de la fourchette et des services. Là encore, la diversité triomphe et avec elle la sensualité dans l’addition des possibilités et la confrontation des goûts anciens et nouveaux. On peut penser que l’accroissement des convives élargit une diffusion filtrée par la proximité des modèles et des styles renouvelés. On peut aussi croire à un effet semblable provoqué par l’ameublement modernisé dans le sens d’une unification fonctionnelle et de la recherche d’une cohésion des ensembles de la fabrication à la consommation. Dans son spectacle se construit aussi autour du paraître des Guise le décor de l’efficacité des modes. C’est dans cette atmosphère raffinée que se produit la domestication de la Renaissance italienne, l’internationalisation d’une élégance imitative et des interprétations intellectuelles et artistiques d’un humanisme général. De la cour à la maison, de Paris à la province, de la famille aux familiers, des clients et serviteurs aux domestiques, se déploient simultanément tous les répertoires de valeurs qui fondent la supériorité de la domination sociale.

6Celle-ci a un coût et ce n’est pas le moindre mérite du travail de Marjorie Meiss que de l’avoir pesé avec rigueur et ainsi d’avoir dégagé les pesanteurs économiques qui autorisent et contraignent les choix matériels. Faute de comptes globaux, de cahiers particuliers de la dépense fournissant le prix des choses et leurs positions relatives, faute d’inventaires après décès autorisant des reconstitutions globales au moment décisif de la transmission, la comparaison des cahiers de chaque service avec les marchés, les correspondances, les descriptions locales partielles et les papiers comptables des receveurs et des gestionnaires, cautionne la validité de la description et permet de comprendre la logique de cet univers matériel, celle de sa fabrication, le dialogue de la demande et de l’offre des besoins et des savoir-faire.

7Les Guise donnent l’exemple d’une économie de la dépense. Le service de la grandeur l’entraîne et suggère que la consommation somptuaire mène la famille à la ruine, autant que la société à la décadence morale. Or, si le luxe et la prodigalité sont confirmés et leur accroissement programmé dans l’engagement social et politique de la famille, ils sont contenus dans des limites vraisemblablement acceptables et grâce à des moyens multiples dont les retards de paiement, la pression sociale, le crédit forcé, sont la monnaie courante. L’endettement et la précarité du succès sont dus principalement à la politique foncière, ruineuse car engageant la dépendance des remboursements dans le long terme par l’utilisation des constitutions de rente et reposant sur une nécessité d’engagement vis-à-vis de la royauté. Assurer l’avenir de la famille, répondre aux demandes d’aide dans les entreprises militaires, exige une assise immobilière étendue pour les Guise comme pour les Albret, les Navarre, les Montmorency, les Bourbon, les Nevers. Leurs comptables l’évalue aux 2/3 des dépenses engagées, et à plus de la moitié des recettes vers 1560. La place des revenus tirés de la faveur, charges, pension, dons, a elle triplé avec François de Lorraine dont l’assassinat affaiblit la famille. Malgré une reprise des grâces, en dépit d’une plus grande rigueur gestionnaire, Henri de Lorraine est au bord de la faillite, victime non de la dépense somptuaire accrue, mais également de la logique du rapport à la terre et de sa liaison aux Valois et à leurs bonnes grâces fragilisantes, car elles supposent engagements et manifestations de la bonne fortune dans le luxe des apparences. Tout repose sur un équilibre aléatoire, difficile, dans le contexte des guerres extérieures et civiles. Les Guise ont ainsi plus de gloire que de finance, et l’obsession de l’accroissement des revenus fonciers n’a pas été payante puisqu’elle a accéléré les difficultés, les procès, l’endettement, et la dépendance de l’État. On voit ici comment a été expérimenté la pratique du rapport au Monarque, qui sera durcie avec l’absolutisme des temps classiques. L’économie du paraître est un théâtre où l’avant-scène produit la puissance nécessaire à la confiance et l’arrière cour la nécessité du recours au roi et l’assujettissement à l’endettement. Pour une grande famille, l’entreprise relève encore de l’aventure et de l’audace plus que du calcul du profit. C’est ce qu’Hélène Vérin avait vu dans les origines de la figure de l’entrepreneur ancien.

COMPORTEMENTS, PRODUCTIONS, ARISTOCRATISATION

8Du côté de la logique économique du paraître, Marjorie Meiss convainc quand elle montre l’imbrication des comportements dévoilés dans les pratiques de dépense, voire dans les rapports aristocratiques avec le marché. Toute une partie de l’habitus des Guise est hérité des exemples enseignés et défendus au crépuscule du Moyen Âge. Le faste et l’ostentation des grandes Cours monarchiques et princières du XVe siècle ont retenu l’admiration des historiens comme celle des contemporains. L’Italie en assure une appropriation spécifique à la montée curiale des principautés, et exposée en exemple à l’Europe entière grâce à l’admiration des voyageurs dans le choc des armes sur le sol de la péninsule, avec une littérature politique et artistique conquérante. Les Guise ont un pied dans l’ancien monde dominé par la force du lignage, la violence apprise dans la chasse et les camps, le maniement des chevaux de guerre et des armes. Pour eux, aucun doute, les vieilles forteresses et les manoirs sont des assises de sécurité, de pouvoir, de fidélité. Leur attention maintenue à tous les droits seigneuriaux atteste un féodalisme de bon aloi qu’illustrent aussi une bravoure personnelle et une culture chevaleresque et religieuse profonde. Ils lisent l’Arioste ainsi que le Tasse, et l’on sait qu’Henri de Lorraine n’était pas un reitre inculte mais réfléchissait aux sources de son engagement politico-religieux. L’hospitalité et leur responsabilité envers leurs partisans et leurs serviteurs participent aussi de ces anciennes solidarités visibles du village aux hôtels urbains. Leur économie est aussi celle des corps de métier et de leurs appuis citadins largement utilisés à l’échelle locale et générale dans l’optique de la reconnaissance protectrice.

9En même temps, non sans essais, non sans erreurs, on voit les principaux acteurs s’engager dans les manifestations d’un temps nouveau et de nouvelles pratiques de vie. Le changement majeur consiste dans l’adhésion à une esthétisation de tous les aspects de la vie matérielle dont la justification réside dans l’adhésion aux aptitudes et aux conduites de l’homme de cour. Les Guise vont en apprendre le langage et en manipuler les signes et les références que leur fournissent la littérature et l’expertise héritées de l’Italie. Le mariage de François de Lorraine avec Anne d’Este venue de Ferrare à Paris est plus qu’un symbole, c’est un révélateur des effets du transfert culturel et de la façon dont des modèles de conduite et de goûts s’affirment ailleurs par les détails comme par des choix généraux qui correspondent à la logique curiale. La culture des apparences qui va s’imposer à la société française pour deux siècles, voire plus, est ainsi une construction collective du for privé, mais elle est incompréhensible si on ne la replace pas par rapport aux luttes distinctives engagées dans l’espace de la cour et le besoin d’en maîtriser tous les signes et tous les moyens sociaux, garantis du succès dans l’émulation et la retombée des faveurs. Bâtiments, objets, armes, collections peuvent relever du vieux sens de la thésaurisation foncière et mobilière en même temps qu’ils deviennent moyens d’une vision politique et de la défense des rangs, adaptation moins à une crise de l’économie nobiliaire qu’à une nécessité offensive dans le maintien d’une suprématie générale grâce à une affirmation de Ferrare. Que cette transformation repose également sur une capacité à entendre les façons de l’offre par rapport à la demande ne manque pas d’intérêt. Elle exige en effet, directement et souvent, indirectement aussi, une aptitude à des choix raisonnés dans les rapports qualité/coût, utilité/besoin. Les femmes de la maison comme Antoinette de Bourbon et Anne d’Este s’y révèlent particulièrement aptes. Le rôle de fournisseurs réguliers, de marchands faiseurs d’offre, d’intermédiaires experts et connaisseurs rendent visible la manière dont s’est produit la conquête de l’ordinaire dans la confrontation des moyens et des fins. Il en va ainsi dans la conversion nécessaire pour le nouveau gentilhomme à l’art équestre nouveau. Les Guise peuvent être rangés parmi les patrons de l’équitation comme art, proposé à la formation de l’homme de cour par les écuyers de Naples, de Mantoue, de Ferrare. Ils les font venir et les protègent dans le royaume, leur confient l’un des premiers grands haras du royaume, attentifs à la sélection pour une production capable de répondre à la double exigence des besoins, celle des montures d’apparat élevés aux airs de la parade et du manège, celle des chevaux de combat, de transports, dont le nombre s’accroît avec celui des serviteurs de la suite. Enfin, les Guise savent admettre l’expertise des maîtres de l’art qu’ils envoient ou qu’ils mobilisent sur les lieux de production et de vente, ainsi l’écuyer Ramazini de Bologne à Lyon. La correspondance du duc et de son écuyer met à jour les mécanismes de l’influence justifiés par la défense du paraître courtisan. À l’instar des Gonzague, naguère étudié par Jean-François Dubost, les Guise ont été des acteurs intelligents d’un des plus grands transferts culturel de l’âge moderne. L’admiration du cardinal de Lorraine, rappelée par Marjorie Meiss à l’ouverture de son livre, devant le coche à cinq chevaux envoyé en cadeau par le duc de Ferrare pour le remercier dans son rôle dans la négociation du mariage de son neveu François avec Anne d’Este montre autrement l’impact des choses et de leurs valeurs pour l’échange et l’appropriation culturelles.

10Les historiens actuels, bientôt leurs élèves, disposent avec ce travail d’un exemple réussi de la manière dont ils peuvent conquérir l’attention d’un monde intellectuel parfois sans boussole. Ils y comprendront la valeur du travail, celui qui ne sépare pas la tradition et la nécessité d’exprimer son originalité spécifique, celui qui sait interroger les réflexions de la sociologie et de l’anthropologie, etc., pour y trouver réponse à un problème, but principal de l’analyse. Celui-ci souhaite montrer par la mobilisation de la culture matérielle aristocratique la fonction de l’économie ostentatoire dans l’affirmation de la cour et de l’État moderne et au-delà dans la définition même de l’ordre des ordres et des classes, la traduction dans la hiérarchie de l’inégalité acceptée. Une domination rendue visible dans les choses, les signes, les images, ne peut alors se concevoir que dans une invention collective qui puise sa force dans un espace social, élargi par la mobilité et l’échange, l’urbanité et l’innovation. L’être et l’avoir sont ainsi conciliés, l’économie morale y contribue. Deux siècles plus tard, quand il se sépareront au privilège de l’avoir et que les valeurs économiques traditionnelles se dissocieront, l’expérience concrète des rapports sociaux inégaux transformeront en contestation l’apport de la célébration du luxe au politique comme elle l’expulsera du débat économique.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search