Version classiqueVersion mobile

La construction en pan de bois

 | 
Clément Alix
, 
Frédéric Épaud

Le pan de bois en Bourgogne, XVe-XVIIe siècle

Benjamin Saint-Jean Vitus

Texte intégral

1De sens au nord jusqu’à Mâcon au sud, de Nevers à l’ouest jusqu’à Louhans à l’est, l’actuelle région Bourgogne compte un grand nombre de constructions en pans de bois. On en trouve dans chacune des villes principales de ce territoire aux époques médiévale et moderne et dans la plupart des villes secondaires autrefois importantes, tandis que de nombreux bourgs de formation médiévale en conservent de beaux vestiges. Les villages n’en sont pas dénués ; mais pour les campagnes, c’est la plaine de la Saône, au sud-est de la région, et particulièrement sa rive bressane, qui s’avère la plus richement pourvue (fig. 1).

  • 1 Autun : cf. Béguin 2009 : inv. no 79 ; Sercy : Maerten, Mouillebouche 2010. Un troisième hourd en p (...)

2Dans l’immense majorité des cas, ce type de construction concerne des habitats de toutes sortes ou leurs dépendances. Subsistent également deux tours de fortification coiffées de hourds en pans de bois médiévaux, sur l’enceinte de la ville haute d’Autun et au château de Sercy (près de Saint-Gengoux-le-National) en Saône-et-Loire1. Enfin, une église en pans de bois est conservée en plaine de Saône, au village de Mont-lès-Seurre non loin de Chalon en Saône-et-Loire (fig. 1). À partir d’un groupe de références datées, il semble qu’on puisse inscrire la plupart dans la période XVe-XVIIIe siècles.

3Dans cet ensemble disparate, beaucoup reste à faire en termes d’analyse de détail. Pour l’habitat, il est néanmoins possible de proposer, sur la base de critères d’observation extérieure mis au point lors de premières approches, un aperçu des grandes familles de constructions à travers la région pour les époques médiévales et modernes, et de leur évolution. Il semble qu’au final, on puisse distinguer trois grands ensembles géographiques, au carrefour d’influences diverses.

Fig. 1 > Localisation des pans de bois de Bourgogne (antérieurs au XIXe siècle) cités en exemple dans le texte (liste non exhaustive – B. Saint-Jean Vitus).

RÉPARTITION DES VESTIGES ET ÉTAT DE LA DOCUMENTATION

  • 2 Ville de Sens : cahier des charges de ravalement, par Pierre Prunet, architecte DPLG (Sens, Archive (...)
  • 3 Auxerre : Burguière-Labrunie 2003 ; Chaix 2005 ; Joigny : Saint-Jean Vitus 1998 ; Noyers : Cayot s. (...)

4À travers la Bourgogne actuelle, la répartition des occurrences est en réalité inégale. Pour le milieu « urbain » (au sens des villes et des bourgs médiévaux et modernes, dont certains sont aujourd’hui de simples villages), la représentation est déséquilibrée au profit du nord et du centre du département de l’Yonne. 530 maisons ou constructions dépendantes en pans de bois ont été dénombrées dans la seule ville d’Auxerre, essentiellement pour la période XVIe-XIXe siècles (dont à peu près la moitié à ossature aujourd’hui apparente), et 277 dans celle, bien plus petite, de Joigny, située 25 km plus au nord ; encore 25 km plus au nord, Sens en compterait 146 d’après un document d’urbanisme de 19782. À une autre échelle, le petit bourg médiéval de Noyers, à 35 km au sud-est d’Auxerre, en montre plus de quarante visibles3 ; et en l’absence de décompte, celui de Saint-Julien-du-Sault, entre Joigny et Sens, en offre un lot tout à fait conséquent. De part et d’autre de la vallée de l’Yonne, plusieurs anciens bourgs en présentent quelques exemples (fig. 1).

  • 4 Saint-Jean Vitus 1988 ; Saint-Jean Vitus 1993.

5Par rapport à cette concentration, les 60 à 70 pans de bois des XVe-XVIIe siècles repérés au centre de Dijon, capitale du duché puis de la province excentrée dans l’est de la région, peuvent sembler peu nombreux, (au contraire des données précédentes, ce total exclut toutefois les constructions plus récentes4). Mais au sud-est, en Saône-et-Loire, on identifie depuis la rue plus de 40 constructions anciennes à ossature bois à Chalon-sur Saône, et de l’ordre d’une trentaine à Louhans. Plus au centre, les villes de Clamecy (Nièvre), Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) ou Autun (Saône-et-Loire) dépassent également la vingtaine d’exemples (fig. 1). Beaune semblerait un peu moins fournie mais offre deux modèles remarquables avec les bâtiments et galeries de l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne (aujourd’hui musée du vin) et les galeries et lucarnes de son Hôtel-Dieu. Au moins une dizaine de pans de bois anciens est également visible à Nevers. Plus largement, dans ce qu’on pourrait appeler la « Bourgogne médiane », entre Dijon, la Loire et la Saône, de nombreuses agglomérations anciennes de toutes tailles présentent entre quelques spécimens et une quinzaine d’exemples notoires. Globalement, le département de la Nièvre paraît le moins pourvu (fig. 1).

  • 5 Diot 2005 ; Rivière 2008 ; Bleton-Ruget, Janin, Rivière 2009. Cf. aussi Base Mérimée, où l’on peut (...)

6En revanche, dans le sud-est de la région, la plaine de la Saône apparait comme le pays par excellence du pan de bois rural : c’est le cas au sud-est de la Côte-d’Or autour de Seurre et en Saône-et-Loire autour de Chalon, mais surtout en rive gauche à travers la plaine de Bresse – jusque dans le département de l’Ain et sur les marges du Jura. En Bresse, le pan de bois est particulièrement répandu, caractérisant un habitat de fermes dispersées mais aussi quelques belles maisons nobles, sans que les villages ne soient en reste5. Les architectures anciennes à ossature bois des villes ou anciens bourgs de Seurre, Chalon, Tournus, Louhans ou Romenay, sont à considérer dans ce contexte (fig. 1).

  • 6 Sur Dijon, cf. renvois bibliographiques dans Saint-Jean Vitus 1988 et Saint-Jean Vitus 1993. Sur Se (...)

7Sur une telle collection, rares sont les sites qui ont fait l’objet d’une véritable étude. En dehors de quelques descriptions de maisons notoires car très décorées à Dijon, Sens ou Mâcon dans des revues savantes locales au XIXe ou au début du XXe siècle6, ou de contributions plus récentes à diffusion restreinte qui m’auront échappé, les écrits d’accès aisé et les mémoires universitaires sont peu nombreux sur le sujet.

  • 7 Liébard 1969 ; Burguière-Labrunie 2003 ; Chaix 2005.
  • 8 Saint-Jean Vitus 1988, 1993, 1992, 1998 et 2006a ; Juffard, Saint-Jean Vitus 1998 ; Juffard, Petide (...)
  • 9 Béguin 2009.

8La ville d’Auxerre a bénéficié dès 1968 d’un article assez fourni sur ses maisons au XVIe siècle, donnant les principales caractéristiques des constructions de bois. Ces éléments ont été précisés récemment par le mémoire de maîtrise de F. Bruguière-Labrunie, ainsi que par l’ouvrage d’A. Chaix, de diffusion locale7. Dans les années 1980 et 1990, j’ai moi-même travaillé sur les pans de bois de Dijon aux XVe-XVIe siècles, puis détaillé quelques cas tout en m’intéressant à deux maisons de Saône-et-Loire à Saint-Gengoux-le-National et Autun à l’occasion de l’exposition « Les veines du Temps », qui livrait les premiers résultats d’analyses dendrochronologiques en Bourgogne. Par la suite, ces données ont alimenté des notices et une première ébauche de réflexion sur les critères d’observation d’un pan de bois médiéval (élargie à d’autres régions grâce à la collaboration de M. Seiller, F. Fray et I. Lettéron) dans l’ouvrage Cent maisons médiévales en France. J’ai encore tenté un inventaire analytique des pans de bois de Joigny dans le cadre d’une étude commandée par la Direction régionale des affaires culturelles (rapport non publié) – tout en continuant à m’intéresser ponctuellement à des maisons, de Semur-en-Auxois ou Tournus notamment8. Plus récemment, A. Béguin a recensé une part notoire des pans de bois d’Autun dans sa thèse sur la ville haute (non publiée9).

  • 10 Les fiches d’A. Barthélémy sont conservées au musée de Romenay (dépendant de l’écomusée de la Bress (...)
  • 11 Diot 2005 ; Rivière 2008 ; Bléton-Ruget, Janin, Rivière 2009. Je remercie Laurence Janin (écomusée (...)

9Parallèlement, le secteur de la Bresse et du Val de Saône a bénéficié de l’investissement de la recherche, d’abord à travers les fiches réalisées dès les années 1960 par A. Barthélémy sur le bourg de Romenay en Saône-et-Loire (non publiées), puis depuis les années 1990 à travers les enquêtes de l’Inventaire Général, en propre ou en partenariat avec l’Écomusée de la Bresse bourguignonne de Pierre-de-Bresse (Saône-et-Loire10). Sur l’ensemble des fiches de l’Inventaire aujourd’hui consultables en ligne (Base Mérimée) qui traitent de maisons en Bourgogne avant le XIXe siècle, les pans de bois recensés se trouvent en grande majorité, ou bien dans le canton de Seurre en Côte-d’Or (une centaine de fiches), ou plus encore, dans sa continuité géographique, en plaine de Bresse en Saône-et-Loire (243 fiches – toutes ne concernant pas qu’un seul édifice). Pour plus de détails sur la structure des maisons bressanes, on se reportera à la publication dirigée par M. Diot, qui analyse en particulier neuf exemples en Saône-et-Loire (et bien d’autres dans les départements du Jura et surtout de l’Ain). Deux ouvrages récents suscités par l’Écomusée viennent la compléter11.

  • 12 Patrimoine des communes de la Nièvre 1999.
  • 13 Chaléat 2009 ; Chaléat 2011.
  • 14 Auxerre : Henrion, Palluet 2001 ; Avallon : Mercier 2005. Saint-Julien-du-Sault : « ancien presbytè (...)
  • 15 Cf. Moreau 2004 ; Maerten, Mouillebouche 2010.

10Pour le reste, on notera qu’à ce jour, les fiches de la Base Mérimée qui signalent un pan de bois antérieur au XIXe siècle dans le département de l’Yonne se concentrent aux trois quarts (41 fiches) sur le seul bourg de Noyers (fig. 1), tandis que la Nièvre est à peine représentée. Pour ce département, un certain nombre d’exemples est au moins mentionné dans un ouvrage généraliste sans prétention scientifique, le Patrimoine des communes de la Nièvre12. En Saône-et-Loire en revanche, les maisons de Marcigny et de Paray-le-Monial ont fait l’objet d’analyses détaillées de la part de F. Chaléat, à l’occasion d’études particulières du bâti de ces deux villes (non publiées13). On signalera encore quelques études ponctuelles non publiées sur des bâtiments d’Auxerre, d’Avallon et de Saint-Julien-du-Sault dans l’Yonne, de Semur-en-Auxois en Côte-d’Or ou de Tournus en Saône-et-Loire – principalement à l’occasion de travaux d’aménagements14. Je n’ai pas forcément connaissance, à ce jour, de toutes les interventions de ce type. Enfin, les prospections de l’association Centre de castellologie de Bourgogne (CeCaB) ont révélé quelques pans de bois dans des descriptions de châteaux en Saône-et-Loire ou en Côte-d’Or15.

FORMES DU BÂTI, MIXITÉ DES MATÉRIAUX ET MISE EN ŒUVRE DU BOIS EN GÉNÉRAL

11Sur tout ce corpus, l’essentiel des vestiges est constitué de « maisons-blocs », ou d’éventuelles dépendances de forme apparentée (granges par exemple). Contrairement à d’autres régions de France, aucune élévation ne dépasse ici deux étages ; mais la plupart en compte un seul, plus rarement un simple rez-de-chaussée. Ces étages sont très souvent en encorbellement.

  • 16 Datation de la halle de Nolay : Lambert 2006 ; Tournus et Dijon : Saint-Jean Vitus 2006a et 1988.

12Dans ce groupe, on relèvera l’existence évocatrice, quoique très minoritaire, de maisons à étage en avancée sur portique. Leurs rares témoins sont situés dans des bourgs d’origine médiévale, au bord d’une voie ou d’une place à vocation commerçante, généralement de foire ou marché. À Sens, la « maison du Pilier » (rue J. Cousin) en fait sans doute partie. On en trouve quelques vestiges à Noyers (place de l’Hôtel-de-Ville), et de façon ponctuelle, dans le centre et le sud-est de la région (fig. 1) à Vitteaux en Côte-d’Or (place du 8 Mai) ou en Bresse, à Mervans en Saône-et-Loire (place du Vieux Marché). Mais le plus bel ensemble est celui de la grand-rue de Louhans (Saône-et-Loire), dont les « arcades » refaites à l’époque moderne intègrent plusieurs constructions de bois plus anciennes (fig. 2). À Nolay (Côte-d’Or), à côté de la grande halle en bois du XVIe siècle, une maison de bois est au contraire sur piliers de pierre (place Monge) ; il en existait autrefois de semblables à Tournus et Dijon16.

  • 17 Ancien couvent des Ursulines.
  • 18 Sur les galeries de maisons médiévales urbaines en Bourgogne, cf. Saint-Jean Vitus 2006b ; sur cell (...)

13Mais un second groupe particulier doit être souligné pour sa relative importance numérique en Bourgogne, plutôt sur le versant de la Saône apparemment (fig. 1). Il s’agit des galeries de bois, associées le plus souvent à des ensembles maçonnés (fig. 3). Ouvertes ou fermées en hauteur, sur deux niveaux au maximum, évidées à leur base à l’exception d’éventuels poteaux de support, généralement adossées à un mur, elles servent le plus souvent à la circulation entre deux édifices, parfois à la distribution d’un même corps de bâti (entre deux escaliers rapportés par exemple), ou encore simplement de balcon. À l’exception de « pontets » enjambant une rue, dont subsiste au moins un exemple du XVIe siècle à Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire), d’un cas ou deux de maison d’artisan de type tanneur au-dessus d’un cours d’eau secondaire à Tournus (Saône-et-Loire), et d’un exemple en bord de rue à Chablis (Yonne), ces galeries longent, traversent ou dominent presque toutes, aux XVe et XVIe siècles essentiellement, un espace privé de cour, s’intégrant le plus souvent à un logis aristocratique ou patricien – hôtel urbain, manoir ou château. Pour le milieu urbain, c’est typiquement Dijon qui offre les exemples les plus fastueux (fig. 3) ; mais en Saône-et-Loire, Autun, Chalon-sur-Saône et Tournus en livrent un lot non négligeable, sans oublier Beaune en Côte-d’Or, avec l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne. Le nord de la région n’en est pas tout à fait dépourvu, ponctuellement avec les cas plus modestes de Noyers et Chablis dans l’Yonne (fig. 1). On en rencontre aussi en contexte conventuel ou hospitalier, pour des ensembles monumentaux qui conservent la référence aristocratique, à Charolles17 en Saône-et-Loire, ou surtout à Beaune, où elles font la célébrité de la cour de l’Hôtel-Dieu. En milieu rural, châteaux seigneuriaux et maisons de maîtres ne sont pas en reste jusqu’à la fin du XVIIe siècle : ainsi à Sercy ou Saint-Loup-de-Varennes en Saône-et-Loire, mais typiquement aussi en Bresse, comme aux manoirs de Baudrières, Flacey ou Sagy (fig. 1)18.

Fig. 2 > Louhans (Saône-et-Loire), grande-rue : ancien portique en bois conservé dans les arcades modernes (Cl. B. Saint-Jean Vitus).

Fig. 3 > Dijon (Côte-d’Or) : galerie sur cour de l’hôtel Chambellan (à partir de 1488) (Cl. B.SJV).

  • 19 Petite rue Chauchien.
  • 20 Rue Fécauderie, à l’angle du 8 rue Joubert.

14Dans toutes ces constructions, le bois n’est jamais le seul matériau utilisé. Par rapport à d’autres régions, la maçonnerie est même très présente dans le pan de bois bourguignon. Elle est majoritairement de pierre, surtout dans les zones de reliefs qui s’étendent de Dijon à la Loire, où son extraction paraît relativement aisée, mais la brique est fréquente dans les plaines de l’Yonne au nord-ouest, et de la Saône ou de la Bresse au sud-est (fig. 1). Aussi, dans la majorité des cas, les rez-de-chaussée sont maçonnés, avec une élévation au moins, abritant la cheminée et son conduit – surtout en cas de mitoyenneté. Ce peut être toutefois un effet sélectif de la conservation dans le temps. De fait, c’est dans les secteurs où les pans de bois sont conservés en plus grand nombre (vallée de l’Yonne, Val de Saône/Bresse) qu’on observe le plus d’exemples de rez-de-chaussée en bois (sur solins maçonnés). On notera au passage de rares cas de conservation d’ouvertures de boutiques en bois : à Noyers en particulier (fig. 6), et ponctuellement à Autun19, plus discrètement à Auxerre20.

  • 21 Liébard 1969.

15Mais la mixité des matériaux est aussi celle du colombage. Entre les bois de l’ossature, les hourdis consistent un peu partout en torchis appliqué sur un entrelacs de baguettes fichées à leurs extrémités dans de petits trous marquant les faces cachées de l’ossature, ou parfois sur des tasseaux grossièrement débités et empilés à l’horizontale, glissés dans des rainures verticales des montants. Il peut s’agir d’un remplissage de pierrailles voire de petits moellons pris dans de la terre mêlée ou non de chaux, ou encore de briques, fréquentes (mais non systématiques) dans le nord de la région et au sud-est en plaine de Saône/Bresse et vallée de la Grosne (fig. 15, 18, 21), mais également à l’ouest, en val de Loire et Puisaye (fig. 1). Un enduit, souvent à base de terre (parfois de plâtre à Auxerre21), vient recouvrir au moins ces remplissages. Seule la « maison de bois » de Mâcon présente un remplissage complet par des panneaux de bois embrévés dans les poteaux et sablières de la structure (masquant sans doute un hourdis sous-jacent : fig. 19). Ce procédé peut néanmoins se rencontrer ici ou là : par exemple, dans deux cas de tourelles d’escaliers hélicoïdales en encorbellement en façade, à Vitteaux en Côte-d’Or et Clamecy dans la Nièvre (fig. 31).

16Enfin, par rapport à l’ossature constitutive du pan de bois, laquelle combine comme d’habitude poteaux verticaux, sablières horizontales et diverses pièces de contreventement obliques, la Bourgogne n’utilise guère de bois très longs. À de très rares exceptions près, toujours isolées, les plus grands poteaux ne dépassent jamais la hauteur d’un étage – augmenté le cas échéant d’un surcroît de comble au niveau supérieur (fig. 12). C’est toujours le chêne qui est travaillé avant le XIXe siècle. Partout les bois sont assemblés à tenons et mortaises chevillés (fig. 2) ; mais on observe ponctuellement des assemblages à mi-bois (Val de Saône/Bresse). En cas d’alignements de pièces horizontales, les jonctions se font souvent bout à bout, mais aussi par entures droites (chevillées), qui prennent parfois des formes élaborées, au XVIe siècle au moins (assemblages « à trait de Jupiter » : fig. 18, sablière haute du rez-de-chaussée, au premier plan sur la gauche). À Joigny, aux XVIIe et XVIIIe siècles, certains sont maintenus par des renforts métalliques.

  • 22 À Joigny par exemple, quelques charpentes sous toit ont été observées à l’occasion de prélèvements (...)
  • 23 Bresse : Diot 2005 ; Beaune : Hugonnet-Berger et alii 2005 ; Dijon et Joigny : Saint-Jean Vitus 198 (...)

17Au-delà de ces généralités, les assemblages n’ont guère fait l’objet d’études approfondies, pas plus que les charpentes intérieures, en dehors de quelques relevés de maisons bressanes publiés dans l’ouvrage de M. Diot, et d’observations de détails très disparates ici ou là22. Il en va de même pour les traces de travail du bois et les signes d’assemblage gravés. L’emploi de l’herminette, attesté en plein XVe siècle aux charpentes de l’Hôtel-Dieu de Beaune, ou celui de la doloire, a parfois été noté à Dijon, et à Joigny sur quelques larges poteaux porteurs de maisons a priori antérieures au milieu du XVIe siècle, tandis que la majorité des bois de Joigny, comme apparemment ceux des fermes bressanes des XVIe-XVIIIe siècles publiées par M. Diot, montrent des traces de sciage de long. Quant aux signes d’assemblages, ils ont été relevés à titre d’exemple sous forme de croquis pour quelques façades de Joigny, mais sans suivi systématique23.

18C’est donc sur un examen rapide des éléments visibles de l’extérieur que se sont concentrées les analyses de structure, à Dijon et Joigny comme à Marcigny ou Paray, ou dans plusieurs cas d’études ponctuelles. Elles s’appuient sur les critères généraux définis dans l’ouvrage Cent Maisons médiévales en France : modes d’encorbellement, traitement des angles et schéma directeur de la disposition de l’ossature aux façades. Mais la confrontation de ces données nécessitait quelques repères de datations préalables.

LES RÉFÉRENCES CHRONOLOGIQUES : DATATIONS ABSOLUES ET GRANDS TYPES DE DÉCORS

19Plusieurs pans de bois bourguignons ont été datés par dendrochronologie ; quelques rares maisons le sont par des sources documentaires, d’autres plus approximativement par des éléments de leur décor.

  • 24 Sur Dijon, Autun et Saint-Gengoux, cf. Lambert 2006 (sauf une maison de Dijon traitée, par G.-N. La (...)

20La dendrochronologie fournit aujourd’hui un panel de références réparties sur une bonne part du territoire régional – favorisant cependant la Saône-et-Loire (fig. 1). À ma connaissance, quatre maisons en pans de bois ont été datées en Côte-d’Or, à Dijon ; sept l’ont été dans l’Yonne, à Joigny et Saint-Julien-du-Sault, mais surtout, quinze en Saône-et-Loire : à Autun (trois), Tournus (deux), Saint-Gengoux-le-National (une), et dans la Bresse à travers cinq maisons « de maître » à Mervans, Flacey-en-Bresse, Baudrières, Sagy et Juif, et quatre fermes grandes ou petites, à Romenay, Diconne et Villegaudin. À cela s’ajoute, toujours en Saône-et-Loire, la datation du hourd d’une tour du château de Sercy24.

  • 25 Autun, cellier du Chapitre : Sapin 1992 et Lambert 2006 ; Beaune, Hôtel-Dieu : Hugonnet-Berger et a (...)

21Mais ces données sont encore éclairées par au moins quatre autres campagnes de dendrochronologie (dont trois en Côte-d’Or). Elles concernent des charpentes au cellier du chapitre cathédral d’Autun en Saône-et-Loire, ainsi qu’à l’Hôtel-Dieu de Beaune et à la maison-forte de Rosières à Saint-Seine-sur-Vingeanne en Côte-d’Or. Le cellier d’Autun est doté d’intéressantes lucarnes munies d’allèges en pans de bois, tandis que les ailes sur cour de l’Hôtel-Dieu de Beaune arborent à la fois différents types de lucarnes remarquables, et leurs célèbres galeries de bois ; quant à la maison forte de Rosières, elle comprend une cloison intérieure en pans de bois à ouvertures à encadrement mouluré. Enfin, la dendrochronologie a daté non seulement la charpente de la cuverie ducale de Chenôve (Côte-d’Or, juste au sud de Dijon ; fig. 1), mais aussi les pressoirs qu’elle abrite : or ceux-ci fournissent à leur tour des éléments de comparaison utiles25.

  • 26 Plusieurs des datations effectuées par le laboratoire CNRS de Chrono-écologie de Besançon dans les (...)

22Les résultats de ces trente analyses sont récapitulés, dans l’ordre chronologique, en annexe à la fin de cette contribution26. Aucune de ces constructions n’est antérieure au XVe siècle, et seulement cinq pans de bois, à Tournus, Dijon et Beaune (Hôtel-Dieu), plus un des pressoirs de Chenôve, remontent à la première moitié ou au milieu du XVe siècle (en gros, avant 1460). Quatorze autres s’inscrivent entre 1470 et 1570, à Saint-Gengoux-le-National, Mervans, Saint-Julien-du-Sault, Joigny, Flacey-en-Bresse, Autun et Dijon. Quatre autres ont été datées du XVIIe siècle, entre 1620 et 1670, à Joigny et en Bresse (Baudrières, Sagy, Juif) ; les trois dernières, toutes situées en Bresse, ont été datées entre 1702 et les alentours de 1800 (Romenay, Diconne et Villegaudin).

  • 27 Liébard 1969 en signale une ou deux à Auxerre, Chaléat 2009 à Paray-le-Monial, Diot 2005 en Bresse  (...)
  • 28 Dijon : Saint-Jean Vitus 1988 et Sait-Jean Vitus 1993 ; Autun : Béguin 2009.

23Cette première série de références peut être complétée ici ou là, soit par quelques dates inscrites directement sur le bâti (linteaux de portes ou de cheminées, frontons de lucarnes…), selon une pratique occasionnelle observée à partir de la fin du XVIe siècle27, soit par quelques rares données textuelles attestant de la construction ou de l’existence de certains édifices à une date donnée. Il faut avoir réalisé l’étude documentaire propre à un site pour connaître ces références : ainsi, pour Dijon, je peux considérer au moins cinq bâtiments en bois comme bien datés d’après des textes, pour la fin du XVe et le XVIe siècle ; il en va de même pour quelques maisons d’Autun mentionnées au XVIe siècle28. Au total, c’est encore le département de la Nièvre qui apparaît comme le parent pauvre de ce corpus – peut-être faute d’une bonne connaissance de la documentation locale de ma part.

24Au-delà de ce premier lot, l’attribution d’une date à partir de l’observation visuelle tient classiquement à la présence d’éléments de décor – même s’ils s’avèrent minoritaires sur la totalité des pans de bois de la région. Ceux-ci se limitent le plus souvent à des moulures, d’encadrement d’ouvertures en particulier, ou à quelques motifs associés, géométriques ou végétaux, y compris dans les parties en pierres dans bien des cas, à condition que la contemporanéité soit établie avec l’ossature bois. Des sculptures figurées ornent aussi certains bois, généralement aux points forts de la structure : poteaux majeurs et surtout poteaux corniers, supports ou sablières basses d’encorbellement.

  • 29 F. Chaléat a repéré un placard en place à l’intérieur d’une maison en pan de bois de Paray-le-Monia (...)

25Ces décors restent généralement sobres en Bourgogne. On retiendra au mieux trois maisons abondamment décorées – toutes trois privilégiées par leur position d’angle en ville. Au sud, la « maison de bois » de Mâcon (Saône-et-Loire) est incontestablement la plus originale et la plus richement sculptée sur ses deux façades, présentant qui plus est un cas unique de panneaux de bois intermédiaires ornés de « plis de serviettes », à la façon des coffres de la fin du Moyen Âge29 (fig. 19). À l’extrémité nord au contraire, la maison d’Abraham à Sens (Yonne) et la maison de l’Arbre de Jessé à Joigny (datée par dendrochronologie des années 1540 à 1560) sont caractérisées toutes deux par un décor historié couvrant un poteau d’angle et s’étendant de part et d’autre. Mais on peut leur ajouter, dans un registre non figuratif où c’est le jeu des moulures et des formes végétales stylisées qui envahit la structure, la galerie sur cour de l’hôtel Chambellan à Dijon (datée par les textes après 1488 : fig. 3). Dans ces exemples néanmoins, la structure reste toujours lisible, l’invasion du décor, y compris dans la forme des bois, ne provoquant jamais son « brouillage », à l’instar d’exemples alsaciens ou normands.

26En dehors de ces modèles singuliers, il semble que sur toute la Bourgogne, on puisse distinguer trois grands groupes successifs de décors des bois. Il n’y a pas de succession franche de l’un à l’autre, mais un certain nombre d’exemples transitoires. Pour chacun en revanche, les « styles » et motifs ne varient guère d’un bout à l’autre de la région.

27Le premier groupe se contente d’éléments simples à base géométrique, soulignant les encadrements d’ouvertures ou quelques lignes de force de la structure. Les piédroits et croisées des fenêtres peuvent recevoir un chanfrein ou une moulure, généralement toriques avec bases polygonales simples, et le plus souvent une accolade au linteau. Des moulures peuvent garnir des sablières d’encorbellement, en association éventuelle avec de petits motifs végétaux simples, parfois avec des engoulants. Certains poteaux peuvent être ornés de motifs géométriques ou végétaux simples en relief : triangles isolés pointe en bas aux côtés généralement incurvés, accompagnés de réglettes ou de gouttes ; pilastres en relief à base moulurée sommés d’un petit chapiteau en triangle, voire d’un pinacle en partie mouluré ; petites feuilles… (fig. 2 et 5, cf. aussi fig. 14, 15 et 22). Des assemblages décoratifs ou découpes en trilobes peuvent marquer certains aisseliers, au-dessus d’ouvertures (lucarnes) ou en support d’encorbellement (fig. 4).

28Ce vocabulaire assez répétitif, volontiers discret, concerne plusieurs constructions des mieux datées, entre les années 1440 (Dijon, fig. 14 ; Saint-Seine-sur-Vingeanne, cloison de la maison-forte de Rosières) et les années 1480 (fig. 15 ; Dijon, « maison Millière », rue de la Chouette). En 1449 précisément, on le retrouve aussi bien, sous une version sobre, au pressoir de Chenôve, que sous une version plus chargée, aux galeries de l’Hôtel-Dieu de Beaune, en association avec des sculptures figurées aux lucarnes ; vers 1470, il affecte le hourd du château de Sercy (fig. 1).

Fig. 4 > Vitteaux (Côte-d’Or) : détail d’une façade de maison en pans de bois, place du 8 mai (fin du XVe ou XVIe siècle) (Cl. B.SJV).

29En l’absence de datation absolue, on en reconnaît les variantes à l’hôtel ducal de Beaune (bâtiment le plus ancien) comme aux portiques de Louhans ou aux façades de maisons d’Autun, Nevers, Avallon, Semuren-Auxois (fig. 22) ou Vitteaux – ou à nouveau de Dijon. À observer les choses de près, plusieurs façades ultérieurement bûchées en gardent encore les traces, à Beaune comme à Chalon-sur-Saône (fig. 5).

Fig. 5 > Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), 4 rue Saint-Vincent : détail d’une façade de maison en pans de bois, avec anciens reliefs sculptés. Noter également la trace d’une ancienne sablière à hauteur d’appui, assemblée à mi-bois sur les poteaux. (Cl. B.SJV).

  • 30 Rue Cocand.
  • 31 Rue Montant-au-Palais/rue du Loquet.
  • 32 Rue G. Cortel/rue Montant-au-Palais.

30Dans le second groupe, situé en fait dans la continuité du précédent, le même vocabulaire de base développe des formes plus maniérées et un surcroît d’ornementations typiques du gothique flamboyant se répand sur tout le colombage : moulures multipliées, pinacles, motifs de feuillages, choux frisés ou crochets, guirlandes, torsades ou d’effets d’écailles, têtes en relief… Si dans la ville haute d’Autun ce « style » s’amorce à la maison Saint-Christophe30, datée entre 1494 et 1503, il s’épanouit sans restriction à Dijon sur la galerie de l’hôtel Chambellan édifié à partir de 1488 (fig. 3), ou encore sur celle – sculptée d’un Christet saint Thomas – de l’hôtel élevé par Thomas Berbisey dans le premier tiers du XVIe siècle. À Joigny, on trouve différents degrés de diffusion du décor entre, par exemple, la maison des Sept têtes31 datée de 1531 et celles, abondamment sculptées, de la place du Pilori (non datée), ou la maison de l’Arbre de Jessé32, datée des années 1540 à 1560. Ce groupe paraît donc caractériser en gros les années 1480 à 1550 (la fin du XVe siècle marquant la transition avec le précédent). À Auxerre au moins, on note le cas, pour cette période, de décors en relief rapportés sur les pièces de l’ossature et maintenus par de gros clous (6 rue de l’Yonne).

  • 33 Place Saint-Vincent.
  • 34 Rue du Pavé Saint-Lazare.

31C’est à ce groupe qu’appartiennent généralement les figures sculptées aux poteaux corniers, pigeâtres ou liens d’encorbellement (fig. 6 et 7), mais aussi aux sablières d’encorbellement ou sur les fermes débordantes de certains pignons (fig. 8) – pour peu que l’on se donne la peine, parfois, d’examiner les traces de ce qui a été bûché. À travers des motifs bien visibles ou bûchés, on recense des exemples de ce vocabulaire à Chalon-sur-Saône33 aussi bien qu’à Semur-en-Auxois34 ; mais plus encore dans l’Yonne, à Noyers (fig. 6), Auxerre, Joigny ou Saint-Julien-du-Sault (nombreux exemples à chaque fois). En réalité, aux extrémités nord et sud de la région, la « maison d’Abraham » de Sens et la « maison de bois » de Mâcon (fig. 19) ne sont que les exemples les plus décorés de ce groupe – qui traduit un art résolument urbain.

Fig. 6 > Noyers (Yonne), rue du Poids-du-Roy, « maison des Corporations », ancienne ouverture de boutique (renforcée en son milieu) avec décor sculpté (début du XVIe siècle ?) (Cl. B.SJV).

Fig. 7 > Auxerre (Yonne), 4 place du Coche-d’Eau. Pigeâtre sculpté (saint Nicolas) soutenant un encorbellement avec entretoises (Cl. B.SJV).

Fig. 8 > Dijon (Côte-d’Or), petite-rue Pouffier (angle de la rue A. Comte) : ferme débordante de pignon décorée (début du XVIe siècle) (Cl. B.SJV).

Fig. 9 > Noyers (Yonne), place de la Petite Étape-aux-vins : décor d’une façade du milieu ou de la fin du XVIe siècle (Cl. B.SJV).

32Le troisième groupe, lui, toujours dans la continuité du précédent, se distingue par l’emploi d’un vocabulaire nettement antiquisant, à l’ordonnance parfois classique, révélant une empreinte déjà bien digérée de la Renaissance. Pilastres cannelés, motifs floraux, cocardes, médaillons et grotesques parfois alignés dans des cartouches, consoles à volutes et petits chapiteaux et figurines sculptées d’influence antique en forment les traits caractéristiques (fig. 9). Cela ne l’empêche pas de s’associer parfois aux motifs plus exubérants de la tradition gothique, comme à la « maison de l’arbre de Jessé » à Joigny (vers 1540-1560). On peut dater ce « style » du milieu ou de la seconde moitié du XVIe siècle – parfois du début du XVIIe siècle. On en repère les manifestations dans le département de l’Yonne à Auxerre ou Noyers (fig. 9), mais aussi plus au Sud, à Vitteaux (Côte-d’Or) comme à Nevers ou Autun. Il s’agit là aussi d’un art urbain. Il est cependant moins représenté à travers la région, et semble quasi absent de sa partie orientale, tournée sur le bassin de la Saône (fig. 1).

Fig. 10 > Différents types d’encorbellement en Bourgogne Po : poteau ; Sh : sablière haute de l’étage inférieur ; Sb : sablière basse de l’étage supérieur ; A : aisselier ; s : solives ; Sm : sommier ; En : entretoise.
a) Encorbellement sur solives (Dessin C. Castillo).
b) Encorbellement sur sommiers (Dessin B. Saint-Jean Vitus).
c) Encorbellement sur sommier avec entretoise « de comblement » intermédiaire (Dessin B.SJV).
d) Encorbellement sur sommier avec entretoise doublant la sablière basse de l’étage supérieur en débord (Dessin B.SJV).
e) Encorbellement sur soubassement maçonné, avec doublement de la sablière basse de l’étage en pan-de-bois porté par des corbeaux de pierre et masquant l’encastrement des sommiers du plancher (Dessin C. Castillo).

  • 35 1607 : édit d’Henri IV sur les attributions du grand voyer de Paris, qui interdit les constructions (...)

33Au-delà de ces groupes, ce n’est plus le décor qui caractérise les bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles, à des époques où l’habitude d’enduire les colombages s’est répandue, comme partout ailleurs, après diverses interdictions officielles à partir de 160735.

34Malgré les limites de l’exercice, c’est sur la base de ces références datées qu’ont pu être analysées les structures, à partir des modes d’encorbellements et d’assemblages d’angles, mais surtout des schémas d’ossatures des façades.

LES GRANDS TYPES DE STRUCTURES : ENCORBELLEMENTS ET JONCTIONS D’ANGLE

  • 36 Saint-Jean Vitus, Seiller 1998.

35L’un des premiers éléments distinctifs est donc le mode d’encorbellement des étages36. On peut distinguer trois grands types sur l’ensemble de la région (fig. 10). Le plus courant est l’encorbellement « sur solives » (fig. 10a). Perpendiculaires à la façade, les solives, qui portent à la fois les ais du plancher et la sablière basse de l’étage supérieur, débordent directement du haut d’un rez-de-chaussée maçonné, ou des sablières hautes d’un étage inférieur à ossature bois (fig. 18 et 20).

  • 37 Pour Dijon, l’exemple d’un contrat de construction de deux maisons de bois par le charpentier Pierr (...)

36Mais lorsque les solives sont parallèles à la façade, ce sont les poutres qui les soutiennent, appelés « sommiers » dans les textes médiévaux37 : elles s’avancent en portant à leur extrémité la sablière basse de l’étage supérieur (fig. 10b). Ce système permet le cas échéant un débord plus prononcé. Ces sommiers se situent toujours dans l’alignement des poteaux porteurs de l’ossature (généralement de section plus large), le plus souvent en façade gouttereau, au moins dans l’axe des fermes de la charpente du comble (fig. 14 et 29). Quand le niveau sous-jacent est en pierre, il arrive qu’une chaîne de gros blocs renforce la maçonnerie à cet endroit (à Joigny notamment). En cas de rez-de-chaussée maçonné, c’est généralement un corbeau de pierre qui supporte le débord du sommier (fig. 14 et 29).

37Quand l’étage inférieur est en bois, la position relative de ses sablières hautes offre différentes variantes à l’encorbellement sur sommiers. Dans le premier cas, c’est la sablière haute de l’étage inférieur qui soutient directement le sommier en débord, s’intercalant entre celui-ci et le poteau porteur : il en résulte un espace vide entre sommiers et sablières (fig. 10b). Celui-ci est comblé, soit simplement par du hourdis (fig. 14 et 29), soit par une pièce de bois intermédiaire, une entretoise (fig. 10c et fig. 7). Dans d’autres cas, ce sont les poteaux de l’étage inférieur qui supportent directement les sommiers en débords, et la sablière haute de l’étage inférieur peut aussi être tendue, soit entre les têtes de ces poteaux, soit directement entre les sommiers – soit même au-dessus d’eux, doublant directement la sablière basse de l’étage supérieur, à hauteur des solives du plancher. Hormis cette dernière variante, une entretoise peut alors être tendue entre les sommiers, en débord cette fois-ci, doublant par en dessous la sablière basse de l’étage supérieur (fig. 10d). On observe des dispositifs apparentés pour certains encorbellements sur solives, où les extrémités des solives se trouvent masquées par une entretoise fixée sous la sablière basse de l’étage supérieur – elle-même tendue entre deux solives principales en plus fort débord.

  • 38 Contrat de construction dijonnais de 1424, édité par Didier 1970 (cf. supra note 37).
  • 39 Angle des rue Joubert et Milliaux.

38Dans la plupart des cas, vers l’extérieur, un lien oblique ou aisselier joint la partie haute du poteau inférieur à l’extrémité en débord du sommier ou de la solive principale d’encorbellement (fig. 10b et c). Il a généralement son symétrique à l’intérieur. Il arrive que ce lien soit lui-même doublé d’aisseliers latéraux soutenant la sablière basse de l’étage supérieur (fig. 22). Ces liens peuvent être rectilignes, mais ils sont souvent « coudés » – selon le vocabulaire même d’un contrat de construction dijonnais du début du XVe siècle (« liens coustés38 ») : leur partie supérieure est alors verticale, se détachant dans le vide en avant de la façade et pouvant assurer un débord prononcé (fig. 22). Il s’agit là de pièces indépendantes, assemblées aux autres par tenon et mortaise. Dans quelques cas au XVIe siècle, à Auxerre39 ou Chalon-sur-Saône (fig. 20), on observe le renfort de leur jonction par de gros clous métalliques, à l’instar de parties rapportées du décor flamboyant évoquées plus haut. Les exemples de pigeâtres, partie supérieure élargie d’un poteau porteur jouant le rôle d’un aisselier, me semblent moins répandus en Bourgogne, et plutôt situés dans le nord. Volontiers réservés à des angles, ils sont des supports privilégiés pour un décor sculpté (fig. 7).

39Dans un dernier système, uniquement au-dessus d’un niveau maçonné, ce sont de lourds empilements de corbeaux de pierre en débord qui portent l’encorbellement de l’étage en pans de bois, recevant à sa base deux sablières basses directement empilées. Les extrémités des solives ou des sommiers de l’étage supérieur viennent s’encastrer par-derrière entre ces sablières, ce qui fait que l’assemblage ne se voit pas de l’extérieur (fig. 10e, et fig. 15). Cette solution, observée à ce jour à Dijon, mais aussi ponctuellement à Saint-Gengoux-le-National et Paray-le-Monial en Saône-et-Loire, donne une plus grande unité d’aspect à la façade (infra, fig. 23). Elle offre aussi au bas de la façade de bois un large bandeau susceptible d’accueillir une suite de moulures ou une frise sculptée (à Dijon par exemple, rue A. Comte/petite-rue Pouffier, on devine, malgré les bûchages modernes, une frise de petits personnages accroupis, sculptés sur les deux sablières superposées). Ce système paraît dérivé de l’encorbellement sur sommiers avec entretoise en débord, doublant déjà la sablière basse de l’étage supérieur.

Fig. 11 > Différents types de jonctions d’angle en Bourgogne Po : poteau ; Sh : sablière haute de l’étage inférieur ; Sb : sablière basse de l’étage supérieur ; A : aisselier ; s : solives ; Enr : enrayure de plancher.
a) Angle « à empilement » (avec encorbellement d’une façade sur solives ou sur sommiers) (Dessin P. Gerbet).
b) Schéma de montage (hors détail des assemblages pièce à pièce) d’un angle « à empilement » sur enrayure d’angle de plancher – d’après Auxerre, rue Milliaux/rue Joubert, fin du XVI
e siècle (Dessin P. Gerbet/B. Saint-Jean Vitus).
c) Schéma de montage de l’angle de deux façades à encorbellement sur solives et enrayure, avec jonction de niveau des sablières hautes de l’étage inférieur à mi-bois et des sablières basses de l’étage supérieur à assemblage recouvert (combinaison d’exemples chalonnais, place Saint-Vincent/rue aux Fevres et rue Saint-Vincent/rue du Pont) (Dessin P. Gerbet/B. Saint-Jean Vitus).
d) Schéma de principe d’un angle à assemblage recouvert (B.SJV).
e) Schéma de montage de l’angle de deux façades à encorbellement sur soubassement maçonné, avec doublement de la sablière basse de l’étage en pan-de-bois porté par des corbeaux de pierre et masquant l’encastrement de l’enrayure et des solives du plancher (d’après Dijon, rue du Rabot/place des Ducs et rue A. Comte/petite-rue Pouffier) (Dessin B.SJV).

40Au problème de l’encorbellement s’ajoute parfois celui de la jonction d’angle de deux façades – perpendiculaires dans la plupart des cas, à l’exception d’un plan à pans coupés à Dijon (« maison des Trois Pignons »). Deux possibilités existent à ce niveau (fig. 11). Dans le cas le plus fréquent en Bourgogne, qu’il y ait encorbellement ou non, les extrémités des sablières hautes et basses des deux façades s’empilent successivement dans les angles entre les poteaux d’angle des étages (fig. 11a). La structure des planchers intérieurs se lit alors clairement de l’extérieur, dans l’alignement des sablières basses de l’étage d’une façade au niveau des sommiers et de l’autre au niveau des solives (fig. 18). Lorsque les deux côtés sont en encorbellements avec présence d’aisseliers de part et d’autre, l’étagement des différentes pièces peut donner lieu à des prouesses d’assemblages qui ne sont pas sans effet décoratif (Noyers, place du Grenier-à-Sel) ; il en va de même dans les rares cas de plancher à enrayure d’angle, où cette pièce supplémentaire s’ajoute à la superposition des sablières, obligeant à associer à chaque débord un aisselier de longueur spécifique (fig. 11b : Auxerre, rue Milliaux/rue Joubert, dans le milieu ou la seconde moitié du XVIe siècle d’après le décor associé).

41Mais le choix d’un système de plancher à enrayure, qui en principe ne fait apparaître qu’un seul et même niveau de solives aux deux façades (suscitant le cas échéant un double encorbellement sur solives débordantes), incite plutôt à aligner les hauteurs des sablières (fig. 11c). Deux sablières d’angle de niveau peuvent alors assembler leurs extrémités à mi-bois, comme ponctuellement dans quelques exemples chalonnais (place Saint-Vincent/rue aux Fèvres par exemple : fig. 11c, pour les sablières hautes de l’étage inférieur). Plus souvent à travers la région, elles bénéficient d’une découpe élaborée, masquant leur assemblage de l’extérieur de façon à offrir l’aspect d’une parfaite coupe d’onglet (angle « à assemblage recouvert » : fig. 11d). Les deux solutions peuvent se combiner d’une sablière à l’autre sur un même angle de construction (fig. 11c). D’un étage à l’autre aussi, les angles « à assemblage recouvert » peuvent alterner avec des angles à mi-bois ou surtout « à empilement » (fig. 20). Enfin, dans une version plus raffinée encore, indissociable du type d’encorbellement sur soubassement maçonné avec doublement de la sablière basse de l’étage, observé à Dijon principalement, l’enrayure s’inscrit par-derrière dans l’angle « à assemblage recouvert » des sablières superposées, au niveau de leur jointure (fig. 11e) : rien ne se devine plus de l’extérieur (fig. 23). Faute d’avoir pu examiner un tel assemblage démonté, les détails de découpe des différentes pièces (sablières superposées et enrayure d’angle, mais aussi poteau supérieur) restent à interpréter.

SCHÉMAS D’OSSATURE EN FAÇADE ET FAMILLE « À POTELETS MONTANTS ET GRANDES CROIX DE SAINT-ANDRÉ »

42Mais l’élément qui visuellement distingue le plus facilement, de l’extérieur, une façade en pans de bois, est le schéma de disposition des différentes pièces de son ossature et de ses éventuelles ouvertures, entre poteaux porteurs et sablières hautes et basses de l’étage (avec ou sans attique au niveau supérieur, liée à la présence d’un comble à surcroît – fig. 12). Retrouver le dispositif d’origine suppose évidemment de faire le tri préalable d’éventuels remaniements par l’observation extérieure. Avec le pan de bois, en se guidant aux témoins de chevilles, mortaises et embrèvements, ce n’est souvent pas très difficile. Au total, on peut distinguer six familles à travers la région actuelle.

Fig. 12 > Pan de bois et charpente : vocabulaire utilisé dans cette étude (sur un modèle imaginaire inspiré des maisons de Joigny, Yonne) (Extrait de Saint-Jean Vitus 1998, dessins B.SJV).
Sb = Sablière basse ; Sh = Sablière haute ; Sg = sablière de gouttière ;
A = aisselier ; D = décharge (« en écharpe ») ; G = gousset ; gE = guette en étrésillon ; T = tournisse ; g. cr = grande croix de Saint-André.
– Façade gouttereau : fenêtre à croisée : M = meneau, C = croisillon ; allège de la petite fenêtre : p. cr. = petite croix de Saint-André
– Façade pignon : fenêtre de l’étage : f. l. = faux-linteau en arc segmentaire ; d. c. = décharges en chevron ; E. f. = entrait de la ferme du pignon ; s = solives
– Coupe sur une ferme intermédiaire du comble (à surcroît) : Ar = Arbalétrier ; c = contrefiche ; En = Entrait de la fermette ; s = solives du plancher ; S = Sommier = entrait de la ferme.

  • 40 Marcigny : étage supérieur de la « tour du Moulin » ; Paray : maison, 4 place de l’Hôtel de Ville ( (...)

43La première utilise principalement de grandes pièces sur toute la hauteur de l’étage, combinant, hors emprise des ouvertures et de façon souvent irrégulière, « potelets montants » et décharges croisées en « grandes croix de Saint-André », avec quelques décharges simples « en écharpe », de faible inclinaison (fig. 13a). S’inscrivant dans la même logique, les façades à simples successions de poteaux sont assez rares en Bourgogne ; quelques exemples isolés en subsistent à Marcigny, Paray-le-Monial ou Joigny40. C’est donc plutôt l’image des grandes croix de Saint-André, majoritaires en façade, qui la caractérise le mieux (fig. 14 et 15). Cette famille est représentée sur à peu près toute la région.

  • 41 Sur ces questions de mesures, cf. Saint-Jean Vitus 1988 et 1992 ; Chaléat 2009 et 2011.

44Dans la plupart des cas, grandes croix et grandes décharges se fixent sur les sablières basse et haute de l’étage. Sur les éventuelles écharpes peuvent se fixer un couple de « tournisses » ou deux – pas plus (fig. 13 a et 14). Dans cette famille, les intervalles sont toujours larges entre poteaux ou même entre tournisses : de 1 m à 1,50 m entre axes pour une largeur de croix de Saint-André ou de décharge, parfois plus41. Les fenêtres, pour ce qu’on en connaît, peuvent avoir été simplement géminées (fig. 14) – et dans ce cas, fréquemment limitées en partie supérieure par des linteaux situés plus bas que la sablière haute de l’étage (fig. 13a, et 15 pour l’état d’origine ; un bel exemple de petites fenêtres de ce type est conservé à Vitteaux, rue du Moulin-Mousseron). Mais on retrouve souvent d’anciennes croisées, montant jusque sous la sablière haute de l’étage. Les allèges sont garnies d’un à trois potelets montants, ou d’un potelet médian dans l’axe du meneau de la fenêtre, encadré de deux petites croix de Saint-André ; dans quelques cas plus rares, une simple petite croix de Saint-André suffit, centrée sous l’ouverture et d’un module assez large (fig. 13a, 14 et 15).

  • 42 Rue de la Tour/rue Bourgeoise, façade sur cour.
  • 43 4 rue Saint-Vincent.
  • 44 Rue de la Petite Étape aux Vins.
  • 45 Yonne : ancien presbytère, à côté de l’église. Je remercie Sylvain Aumard (Centre d’études médiéval (...)

45Ce premier type de façade se rencontre de façon notoire à Dijon, mais Auxerre en offre un lot conséquent (rue de l’Yonne, rue des Grandes-Perrières…) ; de façon plus sporadique, on en trouve des exemples (fig. 1) à Noyers dans l’Yonne comme à Vitteaux en Côte-d’Or, aussi bien qu’à Clamecy ou Nevers dans la Nièvre, ou à Paray-le-Monial, Marcigny, Saint-Gengoux-le-National (fig. 15) ou Tournus en Saône-et-Loire (rue des Lambrois, pour un étage ajouté à une maison plus ancienne). Dans la variante présentée à Tournus, les grandes croix de Saint-André sont fixées sur les montants, et non sur les sablières. Ce cas se rencontre ponctuellement à Clamecy42, Nevers43 ou Noyers44 notamment. On signalera enfin le cas exceptionnel d’une maison de Clamecy (fig. 16) où les grandes croix de Saint-André se succèdent directement, sans poteaux intermédiaires ; je ne connais qu’un autre exemple de ce type, au pignon d’une maison de Saint-Julien-du-Sault45. Il se situe déjà à la transition des systèmes à « grille » ou « losanges » qu’on examinera plus loin.

  • 46 Côté rue du Moulin-à-Cheval.

46Les quelques encorbellements de la série sont tous sur solives ou sommiers, sans entretoise (fig. 14 et fig. 29), à l’exception de la maison de Saint-Gengoux46, sur sablières dédoublées reçues par des corbeaux de pierre et masquant les solives du plancher (fig. 15, fig. 9e). Quant aux très rares angles de façades, ils sont « à empilement » ou « à assemblages recouverts » (fig. 11a et d).

  • 47 1 rue de la Chouette – rue Verrerie.
  • 48 Place de l’Hôtel de Ville.

47Deux des maisons les plus caractéristiques de ce type sont datées autour de 1440 à Dijon (« maison des Trois Pignons », fig. 14, et 31 rue Amiral-Roussin). À Tournus, l’état correspondant rue des Lambrois s’inscrit dans le milieu ou la seconde moitié du XVe siècle, tandis que la maison de Saint-Gengoux remonte au dernier tiers du XVe siècle, après 1470 (fig. 15). Par ailleurs, on notera que les éléments de décor sont limités. Le traitement des encadrements d’ouvertures, généralement inexistant, se limite à un mince chanfrein, coiffé au mieux d’une petite accolade très discrète tandis que de simples triangles en relief animent certains poteaux de la « maison des Trois Pignons » à Dijon (fig. 14). Il n’y a qu’à Saint-Gengoux que ces éléments se développent – en restant dans la version sobre du plein XVe siècle (fig. 15). Globalement, ce type de façades paraît donc dater du plein XVe siècle, celle de Saint-Gengoux, avec son encorbellement spécifique, faisant sans doute partie des plus tardives. On ajoutera que d’un bout à l’autre de la région, seules deux maisons de ce type présentent, à ma connaissance, une ferme débordante au pignon, à Dijon47 et de façon plus douteuse, du fait de restaurations manifestes, à Noyers48 : deux bâtiments qui par d’autres aspects, ne me paraissent guère datables avant le tournant du XVIe siècle.

Fig. 13 > Croquis illustrant les différents schémas d’ossature aux façades des maisons à pan de bois bourguignonne (P. Gerbet, B. Saint-Jean Vitus) :
a) Façade à potelets montants et grandes croix de Saint-André (« première famille »).
b) Façade à potelets montants, grandes croix de Saint-André et entretoises de remplissage intermédiaires (« seconde famille », val de Saône/Bresse).
c) Façade à trame quadrillée de potelets montants et double rang d’entretoises intermédiaires (« troisième famille ») : exemples avec courtes décharges au registre inférieur, goussets opposés en chevrons à gauche, décharges opposées en chevrons et petites croix de Saint-André à droite (Chalon-sur-Saône, Bresse).
d) Façade à trame quadrillée de potelets montants et double rang d’entretoises intermédiaires (« troisième famille ») : pan de bois « à bâtons rompus » (Bresse).
e) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires courtes, à mi-hauteur de l’étage (« Bourgogne médiane », Yonne).
f) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires mi-longues, à hauteur d’appui des fenêtres (Dijon et au-delà).
g) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires courtes, à hauteur d’appui des fenêtres et remplissage intermédiaire de potelets au registre supérieur (Autun et au-delà).
h) Façade à potelets montants, grandes écharpes et tournisses (« cinquième famille » : nord de la Bourgogne et Dijon, schéma de base).

Fig. 14 > Dijon, « maison des Trois Pignons », rue Chaudronnerie/rue A. Comte (datée vers 1440) (Cl. B. Saint-Jean Vitus).

48Cela ne signifie pas qu’on ne rencontre pas de grandes croix de Saint-André ultérieurement : il n’y a pas de rupture brutale dans les pratiques des charpentiers, surtout à l’échelle de la région actuelle, et c’est à l’évidence une figure qui perdure très longtemps. Mais dans les maisons tardives, elles constituent toujours des motifs isolés, ou du moins minoritaires, dans des façades majoritairement d’un autre type. À Auxerre, la maison rue des Grandes Perrières/rue de Colleyrie offre l’un des rares cas d’équilibre entre trois types de schéma d’ossatures, d’un étage à l’autre et d’une façade à l’autre (qui pourrait convenir à une datation « moyenne » autour de 1500 ?). La maison de Clamecy, rue Bourgeois/rue de la Tour, montre un peu la même complémentarité, entre seulement deux façades.

Fig. 15 > Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire) : « maison de bois », rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval (datée après 1470) : détail de la façade sur la rue du Moulin-à-Cheval. La fenêtre du pan de bois était initialement simplement géminée, l’évidement des parties surmontant les linteaux est récent (Cl. B.SJV).

Fig. 16 > Clamecy (Nièvre) : place Saint-Jean/rue du Marché (Cl. B.SJV).

FAÇADES À POTELETS MONTANTS, GRANDES CROIX DE SAINT-ANDRÉ OU ÉCHARPES ET SABLIÈRES DE REMPLISSAGE INTERMÉDIAIRES

  • 49 Place François Rude, à l’angle de la rue des Forges.

49La seconde famille est apparentée à la précédente en ce qu’elle associe, sur toute la hauteur de l’étage, poteaux et grandes croix de Saint-André, ou grandes écharpes pratiquement dépourvues de tournisses, sur des intervalles particulièrement larges en l’occurrence (fig. 13b). Mais s’ajoute ici une série de petites sablières intermédiaires, soit sur un seul rang à mi-hauteur de l’étage, dans un cas à Tournus en Saône-et-Loire (fig. 17) ; soit, plus souvent, sur deux rangs, chacun à un tiers de la hauteur de l’étage (fig. 13b, et 18 sur la façade fuyante à gauche et au rez-de-chaussée de la façade de droite). La seconde solution est préférée en Bresse : dans plusieurs cas à Romenay près de Tournus (fig. 18), ou un peu plus au nord, à Flacey-en-Bresse ou Mervans notamment (fig. 1). Plus largement, cette famille apparaît limitée au couloir de la Saône. On en trouve trace jusqu’à Dijon49, comme motif isolé dans un pan de bois majoritairement d’un autre type (à grandes écharpes et tournisses).

50Le petit vestige de façade tournusienne (fig. 17), qui utilise bien peu de bois par rapport à tous les autres, montre des fenêtres de petit module, à meneau et sans traverse, proches d’exemples du type précédent (Saint-Gengoux, Vitteaux) : mais celles-ci sont groupées par trois, formant une petite claire-voie. Pour le reste, les exemples bressans montrent généralement des fenêtres à croisées, intercalées entre deux poteaux flanqués de grandes croix de chaque côté ; leur appui est situé au niveau du premier rang de sablières intermédiaires, et leur allège divisée par un unique potelet médian – qui ne forme souvent qu’une seule et même pièce avec le meneau de l’ouverture (fig. 13b). Enfin, les encorbellements associés se font plutôt sur solives débordantes, parfois sur sommiers, avec le cas échéant des angles de façades « à empilement » (fig. 18 : façade de gauche et angle). Quant aux pignons, aucun ne connaît de ferme débordante.

Fig. 17 > Tournus (Saône-et-Loire) reste de pan de bois d’étage, 12 rue Greuze, daté de 1411 (Cl. B.SJV).

Fig. 18 > Romenay (Saône-et-Loire) : rue Saint-Loup/place de l’Église (Cl. B.SJV).

  • 50 D’Agostino 2006 ; D’Agostino à paraître.
  • 51 Diot 2005.
  • 52 Saint-Jean Vitus 1988 et 1990.

51Ce groupe bénéficie de plusieurs datations dendrochronologiques. La plus ancienne est celle de la maison rue Greuze à Tournus, construite en 1411 ou peu après50. Mais à l’extérieur du bourg bressan de Mervans, une maison à grandes croix et double rang de sablières intermédiaires a été datée à partir de 1474 (hameau de Buxy), et la maison noble de Flacey, de même type, à partir de 152851. À cette aune, cette variante semblerait plus tardive, entre le dernier quart du XVe et la première moitié du XVIe siècle. Cela expliquerait qu’on en trouve réminiscence à Dijon pour une maison datable sur d’autres critères du milieu ou de la seconde moitié du XVIe siècle52.

FAÇADES À TRAME QUADRILLÉE DE POTELETS MONTANTS ET DOUBLE RANG DE SABLIÈRES INTERMÉDIAIRES, DÉCHARGES INTÉRIEURES COURTES

52La troisième famille paraît également caractéristique du bassin de la Saône, où elle figure en abondance – se combinant parfois même à la précédente. Les façades offrent ici à leur tour une subdivision de la hauteur de l’étage par deux lignes équidistantes de courtes sablières tendues entre les poteaux, mais les grandes décharges sont cette fois-ci absentes : les sablières intermédiaires sont toujours directement fixées sur des poteaux. Cette structure, rythmée par des poteaux espacés à intervalles réguliers plus serrés que précédemment, confère au pan de bois un aspect quadrillé (fig. 13c et d). Les ouvertures s’intègrent facilement à une telle trame, qu’il s’agisse de grandes croisées ou au contraire, de petites fenêtres à un seul compartiment (fig. 18 à 21). On notera la présence d’appuis filants en relief sur l’extérieur, chanfreinés sur l’arête inférieure. Si on y repère parfois un maintien par de gros clous de fer (à Romenay notamment), des exemples d’arrachements révèlent des assemblages à mi-bois sur les montants (fig. 20 et fig. 5). Les encorbellements associés semblent toujours sur solives débordantes, à l’exception de rares maisons d’angle « à empilement », où l’une des façades affiche (logiquement) un débord sur sommiers. Les autres angles montrent plutôt des assemblages recouverts au-dessus d’enrayures de plancher (fig. 19 et 20), mais quelques maisons chalonnaises assemblent ponctuellement des sablières à mi-bois (modèle de la fig. 11c). Aucun pignon n’est à ferme débordante.

Fig. 19 > Mâcon (Saône-et-Loire) : « maison de bois », place aux Herbes (décor sculpté du début du XVIe siècle) (Cl. B.SJV).

Fig. 20 > Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) : maison du « coin des Gagne-deniers », rue Saint-Vincent/rue du Pont (Cl. B.SJV).

  • 53 Places Saint-Vincent et L. Armand-Calliat.

53Sur la trame de base de l’ossature se déclinent ici plusieurs variantes, en fonction des contreventements. Dans un premier modèle, le quadrillage s’avère particulièrement frappant du fait de leur quasi-absence. Ce faciès peut se combiner au précédent, d’un étage ou d’une façade à l’autre (fig. 18 : étage de la façade gouttereau) ; mais il est seul à caractériser plusieurs maisons de Chalon53. À Mâcon, la « maison de bois » appartient à cette catégorie (fig. 19). La grande majorité des façades de ce groupe intègre toutefois quelques contreventements : mais il s’agit de décharges très courtes, dans un seul compartiment à la fois. À Chalon, elles peuvent se concentrer au registre inférieur uniquement, sous le premier rang de sablières intermédiaires à hauteur d’appui, sous forme de petites croix de Saint-André, ou de décharges ou goussets opposés en chevrons, souvent de part et d’autre d’un potelet montant (fig. 13c et 20). Ces deux dispositifs facilitent la présence d’ouvertures en claire-voie, attestées à Macon (triplet de fenêtres), et restituables à Chalon dans plusieurs cas (moulures d’encadrement avec amorces de croisillons sur les poteaux correspondants).

  • 54 Grand-rue ou rue des Cuisines.

54Mais à travers la Bresse se répandent des modèles d’ossature où à l’exception ou presque des ouvertures, chaque compartiment est occupé par une courte décharge, fixée sur les deux sablières successives. Entre ce modèle et le précédent, les intermédiaires sont nombreux (à Louhans54 notamment). Dans sa version la plus aboutie, le système « à bâtons rompus », où ces décharges intermédiaires se superposent à la verticale d’un registre à l’autre, toutes parallèles ou au contraire à chaque fois inversées (fig. 13d), fournit une image-type de la ferme bressane d’époque moderne (fig. 21).

Fig. 21 > La Chapelle-Naude (Saône-et-Loire), « la Grange Rouge » : ferme bressane (XVIIe siècle) (Cl. B.SJV).

  • 55 45 rue de Nièvre.
  • 56 Cf. Patrimoine des communes de la Nièvre 1999.
  • 57 Étage et pignon de façade du no 16, rue de la Chouette.

55On notera cependant que ce faciès si répandu en Bresse se retrouve isolé sur une maison urbaine de Nevers55. Plus largement, on le rencontre en milieu rural ici ou là à travers la région, pour des exemples tardifs uniquement (XVIIe-XIXe siècles) de bâtiments secondaires (granges) jusque dans l’ouest du département de la Nièvre ou la Puisaye56. Par ailleurs, le même système de quadrillage à deux lignes de sablières intermédiaires à série de décharges courtes peut générer, par un remplissage quasi-systématique de petites croix de Saint-André, un type de façade observé en Bresse à Mervans ou Baudrières (maison-forte de Tenarre), mais qu’on retrouve à Bourbon-Lancy dans l’ouest de la Saône-et-Loire (fig. 1) – et dans un cas à Dijon57.

  • 58 Fermes de Romenay ou Diconne, manoirs de Baudrières, Sagy ou Juif : Diot 2005.

56On manque de datations absolues pour les premiers types de façades de cette famille. Le décor sculpté de la maison de Mâcon (fig. 19), et certains éléments de Chalon, souvent bûchés (fig. 5), paraissent datables du début du XVIe siècle. Mais le décor est plus souvent absent. À l’opposé, plusieurs fermes et maisons nobles de Bresse à pans de bois « à bâtons rompus », et dans un cas à petites croix de Saint-André (Baudrières), ont été datées par dendrochronologie des XVIIe et XVIIIe siècles58. Il pourrait donc y avoir, à partir de là, une extension tardive de ce dernier modèle en milieu rural à travers la région. On aimerait quelques références intermédiaires : certaines maisons de Louhans, « à bâtons rompus », sur les portiques de la grand-rue notamment (fig. 2), ne pourraient-elles pas dater du XVIe siècle ?

FAÇADES À POTELETS MONTANTS, RANG UNIQUE DE SABLIÈRES INTERMÉDIAIRES ET PETITES CROIX DE SAINT-ANDRÉ

  • 59 Sur ces mesures, cf. supra note 4.

57La quatrième famille est géographiquement la plus répandue à travers la région. Ici, la hauteur de l’étage, rythmée par la présence de poteaux régulièrement espacés, se trouve divisée en deux par une ligne unique de sablières intermédiaires, toujours fixées sur des poteaux ; les compartiments ainsi créés sur deux registres sont remplis de façon notoire de petites croix de Saint-André (fig. 13e et f). D’une manière générale, les intervalles entre poteaux formant la trame de l’ossature sont relativement étroits : toujours inférieurs à 1 m (entre axes), et pouvant atteindre jusqu’à 0,55 m59. On rencontre ici tous les types d’encorbellements et d’assemblages d’angles évoqués plus hauts, et quelques rares exemples de ferme débordante au pignon, à Montbard, Nevers ou Dijon (fig. 23).

  • 60 Noyers – place du Grenier-à-Sel, Avallon – 84 grand-rue A. Briand, Saulieu – rue Vauban.

58Dans le détail, on notera que la structure de certaines façades est basée sur une succession régulière de poteaux faisant toute la hauteur de l’étage, entre lesquels sont tendues des sablières intermédiaires courtes (fig. 13e, 22 et 24). D’autres au contraire utilisent des sablières intermédiaires plus longues assemblées sur les poteaux majeurs uniquement, tandis que les montants secondaires de l’ossature, toujours situés à intervalles réguliers mais cette fois plus courts, se fixent désormais sur ces sablières, en s’alignant de part et d’autre (fig. 13 f et 23). Quant aux petites croix de Saint-André, elles se fixent sur les horizontales, à de rares exceptions près qui les montrent assemblées aux montants60.

  • 61 Chaléat 2009 ; Chaléat 2011.

59Sur ces principes communs, il faut distinguer deux grands schémas de façade. Dans le premier, les sablières intermédiaires divisent l’étage à mi-hauteur (fig. 13e). Il en résulte deux registres symétriques de part et d’autre, remplis de croix de Saint-André de mêmes modules. En revanche, les emprises de fenêtres, simples ou à croisée, ménagées entre poteaux consécutifs, se singularisent par des appuis plus bas que la ligne des sablières médianes ; leurs allèges peuvent être remplies de croix de Saint-André de plus petit format, mais elles le sont souvent par un à trois potelets (fig. 22). Ce faciès est le plus courant d’un bout à l’autre de la région, repérable à Marcigny ou Paray-le-Monial61 comme à Louhans en Saône-et-Loire, à Beaune, Vitteaux (fig. 4), Semur (fig. 22), Montbard ou Châtillon-sur-Seine en Côte-d’Or, à Nevers, Prémery ou Clamecy dans la Nièvre, et dans l’Yonne à l’Ile-sur-Serein, Noyers, Toucy, Chablis, Cravant, Auxerre, Joigny, Sens (fig. 1)… Dijon représente ici l’exception notoire. Deux maisons de Clamecy (rue de la Tour) offrent des variations probablement décoratives dans la disposition de certaines décharges, insérant par endroits, entre les petites croix de Saint-André, un motif en étoile sur deux registres.

Fig. 22 > Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) : rue Buffon/place Notre-Dame (Cl. B.SJV).

60Dans le second schéma, les sablières intermédiaires s’alignent sur le niveau des appuis de fenêtres, séparant deux registres de hauteurs inégales, mais définissant une trame au total plus régulière sur l’ensemble de la façade (fig. 13f et g). Les fenêtres, simples, à croisée, parfois même en claire-voie, occupent le nombre de compartiments nécessaires du registre supérieur, les allèges étant presque toujours remplies, comme le reste, de petites croix de Saint-André (fig. 23 et 24). Ce type connaît à son tour deux variantes dans le schéma des remplissages intermédiaires. Dans la première, les croix de Saint-André remplissent la totalité des compartiments sur les deux registres en dehors des fenêtres (fig. 13f). Cette variante est particulièrement représentée à Dijon, où l’on observe les façades les plus homogènes. Elles s’associent notamment aux exemples les plus aboutis d’encorbellements sur corbeaux de pierre avec doublement de la sablière basse et angles de sablières à assemblages recouverts masquant les extrémités de l’enrayure et des solives du plancher (fig. 10e et 11e), et même, dans deux cas, à une ferme débordante au pignon (fig. 23). Dans un rayon de moins de 100 km (fig. 1), on reconnaît des exemples isolés de ce type d’ossature en Côte-d’Or (Châtillon-sur-Seine, Vitteaux, Châteauneuf-en-Auxois), dans le sud de l’Yonne (Avallon), et dans le nord de la Saône-et-Loire à Chalon – mais sans modèle aussi élaboré d’encorbellement et sans ferme débordante au pignon.

Fig. 23 > Dijon (Côte-d’Or) : rue du Rabot/place des Ducs (Cl. B.SJV).

  • 62 Sur la maison à pans de bois de Saint-Romain, cf. Grappin 1987.

61Dans l’autre variante, la totalité des compartiments du registre inférieur est occupée par des petites croix de Saint-André (fixées sur les sablières), mais le registre supérieur n’en comprend aucune : de ce côté, entre les poteaux régulièrement espacés qui forment la trame de l’ossature, chaque compartiment se trouve à nouveau divisé par un court potelet médian, centré à chaque fois sur la petite croix de Saint-André du registre inférieur (fig. 13g). Cette disposition est caractéristique de la ville d’Autun, pour la grande majorité de ses pans de bois (fig. 24). On peut en citer deux exemples isolés à moins de 30 km vers l’est, à Saint-Romain62 et Nolay en Côte-d’Or (fig. 1). Plus largement, dans un rayon de 100 km, certaines façades divisées à mi-hauteur d’étage rappellent ce faciès par l’association entre croix de Saint-André au registre inférieur et courts potelets au supérieur : vers l’est à Seurre et Beaune (Côte-d’Or), mais surtout plus à l’ouest, de Marcigny et Paray-le-Monial en Saône-et-Loire à Luzy ou Donzy dans la Nièvre, et Noyers ou Saint-Bris-le-Vineux dans l’Yonne.

62On notera à Autun (rue Piolin) un encorbellement avec angle apparenté au modèle dijonnais le plus élaboré, quoique d’aspect extérieur moins soigné (fig. 24). Les autres ne connaissent pas ce type de traitement, et il ne semble pas y avoir de pignon à ferme débordante.

Fig. 24 > Autun (Saône-et-Loire) : rue Piolin (Cl. B.SJV).

  • 63 Sur ce bâtiment : Saint-Jean Vitus 1988, 1990 et 1993.

63Reste à citer une construction singulière, apparentée à cette variante dans la mesure où ses façades montrent un rang de sablières intermédiaires tendues entre poteaux majeurs : à mi-hauteur d’étage sur deux côtés, et à hauteur d’appui sur le troisième, avec des petites croix de Saint-André en remplissage d’allèges. Pourtant, l’essentiel de l’ossature secondaire y consiste en potelets courts (sans petites croix), alignés de part et d’autre des sablières intermédiaires sur lesquelles ils se fixent. Il s’agit du bâtiment sur porche de l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne à Beaune (fig. 25). Sa datation gagnerait à être précisée, elle paraît s’inscrire dans le XVe siècle. On notera qu’à Dijon, une ancienne galerie fermée sur cour subsistant de l’hôtel Travaillot (aujourd’hui place des Cordeliers) n’est pas sans parenté pour son premier niveau, tandis que le second (contemporain) montre une simple succession de poteaux parallèles : il pourrait dater des années 147063.

  • 64 Rue de la Chouette.
  • 65 Rue Berbisey.
  • 66 Rue Cocand.
  • 67 Rue Buffon/place Notre-Dame.
  • 68 Place Charles Surugue.
  • 69 Rue du Rabot/place des Ducs et rue A. Comte/petite rue Pouffier.
  • 70 « Maison du Tripot », rue Notre-Dame.
  • 71 Rue de l’Étape/place du Vieux Marché.
  • 72 Rue Portelle.

64Ces deux exemples mis à part, quelques datations permettent de situer un lot important de bâtiments de cette famille entre la fin du XVe et le milieu du XVIe siècle à peu près : citons, pour Dijon, la « maison Millière64 », en construction en 1483 en principe, ou l’hôtel de Thomas Berbisey65 érigé dans le premier tiers du XVIe siècle ; mais aussi, à Autun, la « maison Saint-Christophe66 », datée entre 1494 et 1503, et à Joigny, la « maison des sept Têtes » construite en 1531. La sculpture de la « maison d’Abraham » à Sens, et les éléments de décors de façades de maisons de Semur (fig. 22)67, d’Auxerre68, de Dijon (fig. 23, et fig. 8)69, Autun70 ou de Donzy71 s’inscrivent aussi dans cette fourchette ou même parfois plus tôt, dans le dernier quart du XVe siècle. Inversement, celui du bâtiment sur rue de l’ « hôtel Piget » à Vitteaux72 par exemple appartient au XVIe siècle plus avancé. Cette famille de colombages illustre donc pour une large part la période la plus dynamique de construction en pans de bois, en gros entre 1480 et 1560. C’est peut-être celle où le décor « ordinaire » des colombages est le plus présent sous toutes ses formes.

Fig. 25 > Beaune (Côte-d’Or) : bâtiment sur porche à l’entrée de l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne (actuel musée du Vin), façade extérieure (Cl. B.SJV).

  • 73 Saint-Jean Vitus 1988 et 1992.

65Mais il est clair que ces modèles perdurent au-delà, y compris pour des façades d’aspect moins soigné, prévues pour être enduites. Deux maisons de Noyers au moins sont datées du XVIIe siècle par inscriptions sur des linteaux, d’autres trahissent des formes de même époque, voire du XVIIIe siècle. Dans l’évolution chronologique de tous ces modèles, on observe une nette tendance au resserrement des intervalles entre poteaux73.

FAÇADES À POTELETS MONTANTS, GRANDES ÉCHARPES, GUETTES OU GOUSSETS, ET TOURNISSES

  • 74 Liébard 1969.
  • 75 Saint-Jean Vitus 1998.

66La cinquième famille est peut-être la plus représentée en nombre, car elle caractérise surtout la partie nord de la région, la mieux pourvue en pans de bois (fig. 1) ; mais son extension géographique est moindre que la précédente. Ici, la structure de base utilise à nouveau des bois longs, combinant poteaux majeurs sur la hauteur de l’étage et grandes décharges obliques (« écharpes »), goussets ou guettes, de large emprise cette fois-ci, associées à chaque fois à plusieurs couples de tournisses. Les croix de Saint-André sont absentes (fig. 13h). Poteaux et tournisses se succèdent à intervalles réguliers, bien plus serrés que précédemment – de sorte qu’à Auxerre, les textes du XVIe siècle parlent à ce propos d’un colombage « à pans autant pleins que vuides74 ». À Joigny pour cette famille d’ossature (présente en abondance et sous de nombreuses variantes), l’écart entre axes des montants varie entre 0,30 et 0,60 m selon les types75. Le plus souvent, les grandes écharpes se répondent symétriquement d’une travée à l’autre en façade, de part et d’autre d’un poteau majeur. Dans ce contexte, les ouvertures d’origine, grandes fenêtres à croisée notamment, occupent une travée spécifique entre deux poteaux, comprises entre deux parois à écharpes et tournisses. Les allèges sont la plupart du temps garnies de un à trois potelets sous l’appui, parfois de décharges en chevrons – très rarement de petites croix de Saint-André (fig. 26 à 28).

  • 76 Rue Fécauderie/rue Joubert.
  • 77 Rue du Vieux Marché/rue de la Monnaie.
  • 78 2 rue de la Chouette/1 rue Verrerie.

67Les encorbellements associés se font le plus souvent sur sommiers, mais fréquemment sur solives, avec de nombreux cas d’entretoises, et les angles se font généralement par « empilement ». À ma connaissance, il n’y a guère qu’à Auxerre76, et dans un cas à Clamecy77 qu’on observe des jonctions de sablières à assemblage recouverts au-dessus d’une enrayure : mais il s’agit là de situations de carrefours importants dans la ville. Enfin, plusieurs façades montrent un pignon à ferme débordante, à Auxerre en particulier, dans une moindre mesure à Noyers, et dans un cas à Dijon78 – mais c’est le seul exemple aussi méridional : tout en restant minoritaires, ces occurrences sont un peu plus nombreuses que pour la précédente famille.

  • 79 À Joigny, j’ai ainsi distingué sept types et dix-neuf sous-types de façades de ce genre (Saint-Jean (...)
  • 80 Saint-Jean Vitus 1988, 1990 et 1993.

68Ce schéma d’ossature est clairement majoritaire le long d’une ligne Noyers/Auxerre/Saint-Fargeau et au-delà vers le nord – le long de la rivière Yonne particulièrement (fig. 1). Partout, elle se décline en de nombreuses variantes locales79. Mais on en rencontre plusieurs exemples à Châtillon-sur-Seine au nord de la Côte-d’Or, quelques cas sporadiques dans l’ouest et même le sud-ouest de ce département (Montbard, Saulieu, Nolay) ainsi que dans la haute vallée de l’Yonne au nord du département de la Nièvre (Clamecy, Corbigny). Pour sa part, Dijon en présente un lot non négligeable (une petite dizaine d’occurrences visibles), comprenant plusieurs tourelles d’escaliers, dont certaines ajoutées tardivement80. Il arrive, à Auxerre, Noyers, Clamecy ou même Dijon, que d’une façade ou d’un étage à l’autre, ce type s’associe à des modèles de la famille précédente, ou même de la première décrite ici. En revanche, ce faciès est pratiquement absent de la Saône-et-Loire et de l’essentiel du département de la Nièvre (fig. 1).

Fig. 26 > Saint-Julien-du-Sault (Yonne) : « hôtel des Bons-Enfants » : bâtiment sur cour en pan de bois (daté de 1487) (Cl. G. Puech).

Fig. 27 > Dijon (Côte-d’Or) : 8 rue Musette (pan de bois daté vers 1550) (Cl. B.SJV).

Fig. 28 > Joigny (Yonne) : place du Pilori/rue Boffrand, pan de bois du XVIIIe siècle (Cl. B.SJV).

  • 81 Étudié par S. Aumard (CEM), cf. supra note 14.
  • 82 Cf. supra : rue du Loquet, rue Jacques d’Auxerre, rue Cortel et rue Montant au Palais/rue Cortel – (...)
  • 83 Rue de la Monnaie, en complément de façades du type précédent.
  • 84 Rue F. Debussy.
  • 85 Rue Monge.

69Dans l’Yonne, le plus ancien exemple daté de cette famille est celui de l’hôtel des Bons-Enfants à Saint-Julien-du-Sault81 construit précisément en 1487 (fig. 26). Mais à Joigny, les datations de quatre maisons82 s’étagent entre les années 1540 et 1560 – tandis qu’à Dijon, l’un des exemples les plus caractéristiques, rue Musette, a été daté vers 1550 ou 1560. De fait, la plupart des éléments décoratifs de constructions de ce type à Noyers, Auxerre, Joigny, Saint-Julien-du-Sault ou Sens, renvoient aux alentours de 1500 ou aux trois premiers quarts du XVIe siècle. Il est possible qu’à Dijon, l’emploi de ce type d’ossature en combinaison avec le précédent, d’un étage à l’autre de la maison d’angle 2 rue de la Chouette/1 rue Verrerie – qui n’est pas sans parenté de faciès avec celle de Saint-Julien-du-Sault – en offre l’un des premiers exemples, peut-être dès la fin du XVe siècle. Les autres exemples dijonnais ne sont pas antérieurs au plein XVIe siècle, certains remontent clairement, sur des critères extérieurs au pan de bois, au XVIIe, voire au XVIIIe siècle. Les exemples isolés répertoriés à Clamecy83 ou à Châtillon, Montbard84 ou Nolay85, s’inscrivent dans la même fourchette ; des cas de façades latérales, pignons refaits ou appentis ajoutés aux XVIIIe-XIXe siècles sont à signaler à Avallon, Semur-en-Auxois ou Beaune. D’une manière générale, de Sens à Nolay, les espaces entre poteaux et tournisses tendent à se resserrer au cours du temps, jusqu’à ne pratiquement laisser entre deux montants consécutifs qu’un intervalle de même largeur (fig. 28).

QUELQUES FAÇADES À MOTIFS DÉCORATIFS « À LOSANGES », À « BRINS DE FOUGÈRES » OU « CHEVRONS »

70Enfin, la dernière famille est très minoritaire : elle regroupe les ossatures à effets décoratifs, « à losanges » ou « en épis » ou « brins de fougères », ou encore « chevrons » – en vérité peu répandus en Bourgogne. Peut-être leur mise en œuvre, qui requiert un grand nombre d’assemblages de pièces courtes, est-elle plus délicate, ou du moins prend-elle plus de temps qu’un colombage ordinaire. Les deux catégories sont toutefois bien distinctes.

  • 86 3 grande-rue et 8 rue de l’Étape.
  • 87 Clamecy, rue du Grenier-à-Sel : « maison du Chapitre Saint-Martin ».

71Les pans de bois « à losanges » sont les plus rares : je n’en connais guère plus d’une vingtaine au total, presque tous esseulés dans une ville, mais ces témoins sont répartis à travers toute la région, de Sens au nord jusqu’à Tournus au sud, et de Dijon à l’est jusqu’à Donzy et Nevers à l’ouest (fig. 1). Qui plus est, rares sont les façades dont ce motif forme vraiment la trame, à l’instar des villes du Centre de la France ou du Val de Loire. Dans la moitié des cas au moins, cette grille ne concerne qu’un panneau ou deux seulement, intégré dans un pan de bois majoritairement d’un autre type (fig. 29 et 31) ; pour deux exemples du même bourg de Donzy (Nièvre), il s’agit même du sommet d’un pignon86. Une autre particularité de l’ouest de la région semble être, pour partie au moins, de fermer par une paroi de ce type l’étage sommital d’une tour de château (Guérigny, Nièvre), de porte d’enceinte (« beffroi » de Saint-Fargeau, Yonne) ou d’hôtel aristocratique urbain87.

  • 88 Rue Saint-Vincent/rue du Pont.
  • 89 Place Carnot.
  • 90 Rue Févret, place Notre-Dame.
  • 91 Rue de la Fontaine.
  • 92 8 rue de l’Étape.

72À l’instar de maisons déjà citées pour Clamecy et Saint-Julien-du-Sault, où la juxtaposition de grandes croix de Saint-André sans poteaux (mais ponctuellement superposées à leurs extrémités) esquisse une suite de losanges irréguliers (fig. 16), ce faciès paraît issu dans plusieurs cas de la combinaison de croix de Saint-André, grandes ou petites. À Chalon-sur-Saône, des panneaux de façade de la maison du « coin des Gagne-Deniers », en position notoire à la croisée des deux rues principales de la ville ancienne88 offrent un bon exemple de ces associations qui conduisent au motif de losange (fig. 20). À Tournus89, Semur-en-Auxois90, Dijon (fig. 29, ou 59 rue Vannerie), ou Saint-Julien-du-Sault91, les « losanges » limitées à un panneau ou systématisées en façade, révèlent une construction centrée sur un motif de croix, grandes (Dijon) ou petites (Tournus, Semur : fig. 30). En fait, le pignon d’une des maisons de Donzy92 s’organise selon le même principe, à partir du dessin de la ferme du comble.

  • 93 Place du Grenier-à-Sel.
  • 94 37 rue de Paris.
  • 95 « Maison du Pilier », rue J. Cousin.
  • 96 Je remercie Emmanuel Laborier (Inrap), auteur d’un diagnostic sur le site voisin en 2005, de m’avoi (...)

73À l’inverse, la « maison du Tisserand » à Clamecy – également en position d’angle notoire – esquisse de différentes façons le principe de décharges, goussets ou guettes parallèles entre deux poteaux, reliés par des séries de brefs potelets ou de courtes pièces perpendiculaires (fig. 31). On trouve la forme aboutie de ce système aux panneaux de maisons de Noyers93 ou de Châteauneuf-en-Auxois, et en façades plus complètes à Auxerre94, Nevers (fig. 32) ou Sens95, enfin au sommet des tours à référence aristocratique de Saint-Fargeau (Yonne), du château de Guérigny (Nièvre) ou du « Chapitre Saint-Martin » à Clamecy. À l’autre bout de la région, en Val de Saône, l’ancienne maison noble aujourd’hui disparue de la motte de Labergement-lès-Seurre (Côte-d’Or) présentait le même faciès (fig. 1)96.

  • 97 Diot 2005.

74En termes d’évolution chronologique, il semblerait que les motifs uniques, souvent à combinaison spécifique, limités à un seul panneau inclus dans un colombage d’un autre type, soient plus anciens que les systèmes très réguliers habillant des façades complètes. La première datation absolue concernerait ici une maison bressane à ossature « du second type », à Mervans en Saône-et-Loire (manoir de Buxy), construite à partir de 147497. Mais l’un des exemples les plus anciens pourrait être à Dijon, pour une maison dont les grandes croix de Saint-André et l’encorbellement simple sur sommiers suggèrent une datation du second tiers du XVe siècle (fig. 29). Son prototype de panneau « à losanges » n’est pas sans parenté avec celui de la maison du « Coin des Gagne-Deniers » à Chalon-sur-Saône (fig. 20) – que par d’autres aspects, je verrais plus tardive (fin XVe/début XVIe siècle ?). De même, à Clamecy, la maison « du Tisserand » (fig. 31) me semblerait dater plutôt du début du XVIe siècle ( ?) – tout comme celles de Noyers (place du Grenier-à-Sel) et de Châteauneuf-en-Auxois. En revanche, les maisons aux systèmes de losanges très aboutis de Tournus et surtout Sens (« maison du Pilier »), Dijon (rue Vannerie), Semur (rue Févret), Nevers (rue Saint-Étienne), paraissent datables du plein XVIe siècle – assurément de sa seconde moitié, voire du début du XVIIe siècle, pour les trois dernières, du fait de leur rez-de-chaussée ou de leur décor de la Renaissance tardive (fig. 32). Enfin, l’une des maisons à « pignon à losanges » de Donzy (8 rue de l’Étape), porte la date « 1628 » à son sommet.

Fig. 29 > Dijon (Côte-d’Or) : 16-18, rue Verrerie (Cl. B.SJV).

Fig. 30 > Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) : rue Févret (Cl. B.SJV).

  • 98 Burguière-Labrunie 2003.

75Pour leur part, les motifs en épis ou chevrons, sont présents essentiellement dans le département de l’Yonne, ponctuellement à Noyers et Cravant mais surtout à Sens et Auxerre (où F. Burguière-Labrunie en a dénombré 29 exemples visibles98). Je n’en connais aucun exemple avec encorbellement. En dehors de cette zone, on n’en retrouve guère trace – si ce n’est, en Côte-d’Or, comme motif isolé sur une façade de Semur-en-Auxois (place Notre-Dame), associé à des panneaux à losanges plus importants. Ils pourraient être issus de ces séries de courtes guettes parallèles établies entre deux poteaux serrés sur la hauteur de l’étage, qu’on observe ponctuellement, souvent en bordure de façade, sur des maisons en pan de bois à croix de Saint-André (grandes ou petites), dès le XVe siècle apparemment (fig. 29).

Fig. 31 > Clamecy (Nièvre) : « maison du Tisserand », rue Romain Rolland/rue du Pont Châtelain (Cl. B.SJV).

Fig. 32 > Nevers (Nièvre) : 22 rue Saint-Étienne (Cl. D. Lamotte).

76Si le décor sculpté des maisons de Noyers montre un exemple de chevrons probablement de la seconde moitié du XVIe siècle (fig. 9), il est clair que la plupart des maisons concernées à Auxerre et Sens sont plus récentes, datant par leur physionomie générale du XVIIe voire du XVIIIe siècle. Il s’agit donc manifestement d’un type tardif, peut-être influencé par des modèles du nord-ouest de la région (bassin parisien). L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert le cite d’ailleurs à l’article « charpente » comme modèle de « pan-de-bois ancien ».

CONCLUSION : TROIS GRANDS ENSEMBLES GÉOGRAPHIQUES – ENTRE LA FIN DU XVe SIÈCLE ET LE DÉBUT DU XVIIe SIÈCLE AU MOINS ?

77Malgré la prise en compte de nombreux exemples répartis à travers la région actuelle, cette présentation du pan de bois bourguignon ne présente aucun caractère exhaustif, ni même systématique : elle cherche juste à mettre en évidence quelques lignes de force, à partir des repères de datations disponibles et d’éléments caractéristiques de l’aspect extérieur des ossatures. Plusieurs sites majeurs attendent encore une étude détaillée, en premier lieu desquels Chalon-sur-Saône et Noyers, non seulement pour leur nombre de vestiges, et à Noyers, pour le décor sculpté, mais aussi pour la variété des modèles représentés. Mais Sens, Saint-Julien-du-Sault, Clamecy, Semur-en-Auxois, Romenay et sans doute Louhans et ses portiques (où beaucoup de façades restent cependant masquées) mériteraient également un examen attentif. On pourrait poursuivre cette liste – sans omettre le pan de bois rural, ou en s’intéressant spécifiquement au thème des galeries, voire des portiques (ou « couverts »).

78Plus largement, des datations doivent être précisées. À l’évidence, et ce n’est pas une exception, la période qui court en gros de 1480 à 1550 représente un sommet de l’art du pan de bois – et de son décor, même si celui-ci reste souvent sobre en Bourgogne. C’est notoirement le cas à Dijon, pour la qualité de finition des ouvrages et la volonté manifeste d’unifier l’aspect des façades. Mais le plein XVe siècle, qui offre quand même quelques beaux exemples datés en Bourgogne, mériterait peut-être d’être davantage reconnu : la famille d’ossature « à grandes croix de Saint-André » offre peut-être quelques opportunités en ce sens – sous réserve de confirmation. Pour l’instant, c’est encore à Dijon que les vestiges de cette époque semblent se concentrer. Mais les types caractéristiques du Val de Saône et de la Bresse, ou même Auxerre, pourraient livrer quelques surprises.

79Dijon donne l’impression d’être la ville où la plus grande variété des types et des solutions techniques est représentée. C’est aussi le cas à Auxerre, à l’exception toutefois des influences venues du Val de Saône. Car si j’ai distingué, associées à chaque fois à certaines solutions techniques d’encorbellements et d’angles, cinq grandes familles de schéma d’ossature des façades sur l’ensemble de la région – et une sixième moins emblématique – qui se succèdent en se chevauchant en quelque sorte entre le XVe et le XVIIIe siècle, il semble que la répartition des types permette de définir trois grands ensembles géographiques (fig. 1).

80Le premier, au sud-est, est axé sur le bassin de la Saône : il couvre la Bresse et le Val de Saône, comprenant les villes de Chalon et Mâcon et laissant quelque influence à Dijon. Le second correspond à la « Bourgogne médiane » des plateaux, reliefs et vallées s’étendant depuis Dijon au nord-est jusqu’à la Loire au sud-ouest et à l’ouest, et vers le nord jusqu’aux vallées supérieures de l’Yonne et de ses affluents, aux confins de la Puisaye, de la Champagne et de l’Auxerrois. Le troisième correspond, au-delà de cette limite, en gros aux deux tiers nord du département de l’Yonne, de l’Auxerrois au Sénonais. De l’un à l’autre, il y a bien sûr chevauchements et influences réciproques.

  • 99 Cf. Arlaud 1998.

81Mais à l’inverse, on croit pouvoir trouver pour chacun des éléments de comparaisons extérieurs, répartis dans des directions différentes en fonction des trois grands bassins fluviaux (Saône, Yonne et Loire ; fig. 1). Les pans de bois « quadrillés » de Bresse et de Chalon, datables du XVIe siècle au moins, peut-être parfois plus précoces, sont comparables à ceux de Bourg-en-Bresse ou de Pérouges dans l’Ain, mais peut-être aussi en partie à des exemples du Beaujolais99. Ceux du Centre et du nord de l’Yonne, où dominent les faciès à poteaux serrés, grandes écharpes et tournisses, attestés à partir de la fin du XVe siècle et jusqu’au XVIIe siècle au moins, présentent des parentés évidentes avec les modèles champenois (Troyes) – et probablement plus largement du bassin parisien. Quant aux pans de bois de la « Bourgogne médiane », où dominent les croix de Saint-André, grandes dès le XVe siècle mais surtout petites à partir de la fin du XVe siècle au plus tard et jusqu’au XVIIe siècle au moins, ils semblent offrir des comparaisons plutôt vers l’Ouest, du côté du Bourbonnais (Moulins, Montluçon), et plus largement du Centre de la France – bien que Dijon, certes un peu spécifique dans ce lot, soit excentré vers le nord-est. Cette vision est assurément très schématique. Il y a peut-être là direction de recherche à creuser.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arlaud 1998
Arlaud Catherine – « Beaujeu (Rhône). 2e quart du XVIe siècle. Maison partiellement en bois, occupée par un tanneur », dans Esquieu Yves, Pesez Jean-Marie (dir.) – Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, monographie du CRA no 20, CNRS éditions, Paris, 1998, p. 338-341.

Aumard 2005
Aumard Sylvain – « Analyse du bâti actuel », dans Bonnerue Pierre, Aumard Sylvain, Ancien presbytère et hôtel des Bons Enfants, Saint-Julien-du-Sault (Yonne), Centre d’études médiévales, Auxerre, 2005, p. 17-20 (dactylographié).

Base Mérimée Base Mérimée, ministère de la Culture, en ligne : http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine.

Beck et alii 1999
Beck Patrice, Canat Christine, Lauvergeon Bernard, Locatelli Christine, Portet François – Le clos de Chenôve. La cuverie et les pressoirs des ducs de Bourgogne. Histoire, archéologie, ethnologie (XIIIe-XXe siècle), Images du Patrimoine, Inventaire général, Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne, Faton, Dijon, 1999.

Beguin 2009
Béguin Amélie – Espace urbain et habitat dans la ville haute d’Autun (vers 1400-1550), Thèse de doctorat en histoire de l’art et archéologie, Sandron Dany (dir.), Paris, Université Paris IV-Sorbonne, 2009 (mémoire dactylographié).

Bleton-Ruget, Janin, Rivière 2009
Bleton-Ruget Annie, Janin Laurence, Rivière Dominique – Guide découverte de la galerie d’architecture bressane, exposition habiter et bâtir en Bresse, Écomusée de la Bresse bourguignonne, Pierre-de-Bresse, 2009.

Biston et alii 1825 (1988)
Biston, Hanusse, Boutereau et Gauche – Encyclopédie Roret. Nouveau manuel complet du charpentier, ou Traité élémentaire et pratique de cet Art, Paris, à partir de 1825 ; réédit. Inter-Livres, Paris, 1988.

Burguière-Labrunie 2003
Burguière-Labrunie Françoise – « Les maisons à pans de bois d’Auxerre. Inventaire sommaire et analyse des maisons d’angle de rues », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA, 7, 2003, mis en ligne le 05 décembre 2007 (http://cem.revues.org/index3702.html).

Campanaud 2006
Campanaud Thomas – Étude archéologique succincte du pan de bois situé rue du bourg à Semuren-Auxois, Rapport de diagnostic préventif (élévations), remis à Monsieur Curt, Architecte des bâtiments de France, et à M. Pinon, Architecte chargé d’étude du plan de secteur sauvegardé de Semur-en-Auxois, 2006 (dactylographié).

Cayot 2010
Cayot Fabrice – « Les fortifications des églises rurales en Bourgogne », dans Mouillebouche Hervé (dir.), Chastels et Maisons Fortes III, Actes des journées de Castellologie de Bourgogne, 2008-2009, Chagny, Centre de Castellologie de Bourgogne (CeCaB), 2010, p. 147-179.

Cayot s.d.
Cayot Fabrice – Le patrimoine de Noyers et de ses environs, Noyers, « Le patrimoine oublié », Association du Vieux Château de Noyers, s.d.

Chaix 2005
Chaix Adrien – Les maisons à pans de bois d’Auxerre, Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, Auxerre, 2005, 460 p.

Chaléat 2009
Chaléat Franck – Mission d’étude globale historique et archéologique du Centre ancien de Parayle-Monial. Rapport synthétique, Dijon, région Bourgogne, Inventaire général, et Conservation régionale des Monuments Historiques/Paray-le-Monial, ville de Paray-le-Monial, 2009, (dactylographié).

Chaléat 2011
Chaléat Franck – Mission d’étude globale historique et archéologique du Centre ancien de Marcigny. Rapport synthétique, Dijon, région Bourgogne, Inventaire général, et Conservation régionale des Monuments Historiques/Marcigny, ville de Marcigny, 2011 (dactylographié).

D’Agostino 2006
D’Agostino Laurent, Tournus (Saône-et-Loire), 6 et 12 rue Greuze. Deux maisons médiévales du bourg monastique, rapport final d’opération. Fouille préventive, Dijon, SRABourgogne/Archeodunum SA, 2006 (dactylographié).

D’Agostino (à paraître)
D’Agostino Laurent – « Tournus, 12 rue Greuze. Un rare exemple de maison à pan de bois du début du XVe siècle », dans Quarante ans du Groupe de Recherches Archéologiques de Tournus, bilan de l’archéologie en Tournugeois-Val de Saône, coordonné par Duriaud J. et Rué M.

Didier 1970
Didier Philippe – Les contrats de travail en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles d’après les Archives Nationales, Thèse de doctorat en Histoire du Droit, Université de Bourgogne, Dijon, 1970 (dactylographié).

Diot 2005
Diot Martine – L’architecture rurale en Bresse du XVe au XIXe siècle. Ain, Jura, Saône et Loire, coll. « Les albums du Centre de Recherches sur les Monuments Historiques », Monum, Éditions du Patrimoine, Paris, 2005.

Grappin 1987
Grappin Serge – « III-3. L’évolution d’un terroir. Saint-Romain (Côte-d’Or) : 177. L’héritage », dans Bourgogne médiévale. La Mémoire du sol. 20 ans de recherches archéologiques, catalogue d’exposition, musée archéologique, Dijon, 1987, p. 121-122.

Henrion, Palluet 2001
Henrion Fabrice, Palluet Chantal – « Stage 3 : la maison du Coche d’Eau » du 4 au 9 septembre 2000 », dans CEM 5, Centre d’études médiévales – Auxerre. Études et travaux 2000-2001, p. 131-132 (« Compte-rendu des stages 2000 »).

Hugonnet-Berger et alii 2005
Hugonnet-Berger Claudine, Fromaget Brigitte, Réveillon Elisabeth, François Bruno, Locatelli Christine et Pousset Didier – L’Hôtel-Dieu de Beaune, Somogy, Paris, 2005.

Juffard, Saint-Jean Vitus 1998
Juffard Olivier, Saint-Jean Vitus Benjamin – « Dijon (Côte-d’Or). Vers 1440. Maison en pans de bois à deux étages. “Maison des trois pignons” ; 5, rue Chaudronnerie et 1, rue Auguste Comte » et « Dijon (Côte-d’Or). Milieu du XVIe siècle. Maison en pans de bois à un étage. 6 bis-8, rue Musette », dans Esquieu Yves, Pesez Jean-Marie (dir.) – Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, monographie du CRA no 20, CNRS éditions, Paris, 1998, p. 327-330 et 331-333.

Juffard, Petident, Saint-Jean Vitus 1998
Juffard Olivier, Petident Yves, Saint-Jean Vitus Benjamin – « Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire). Peu après 1409. Maison double, partiellement en pans de bois… Rue du Mouton et rue du Moulin-à-cheval », dans Esquieu Yves, Pesez Jean-Marie (dir.) – Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, monographie du CRA no 20, CNRS éditions, Paris, 1998, p. 334-335.

Julliot 1894
Julliot G. « Quelques anciennes maisons de la ville de Sens », Bulletin de la Société archéologique de Sens, t. XVI, 1894.

Lambert 2006
Lambert Georges-Noël – Dendrochronologie, histoire et archéologie, modélisation du temps. Le logiciel Dendron II et le projet Historic Oaks, Doctorat en archéologie et préhistoire : habilitation à diriger les recherches, Daubigney A. (dir.), Université de Franche-Comté, Besançon, 2006.

Les veines du temps 1992
Les veines du temps. Lectures de bois en Bourgogne. Catalogue du Musée Rolin, Autun, 1992, 454 p.

Lex 1893
Lex Léonce – Maisons anciennes de Mâcon. La maison de bois, Plon, Nourrit et Cie, Paris, 1893.

Liébard 1969
Liébard Odile – « Les maisons d’Auxerre au XVIe siècle », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, nouvelle série, no 4, année 1968, Éd. Bibliothèque Nationale, Paris, 1969, p. 155-214.

Maerten, Mouillebouche 2010
Maerten Michel, Mouillebouche Hervé – L’habitat fortifié en Bourgogne ducale (Côte-d’Or, Saône-et-Loire), Base de données sur DVDrom, v. 9.0, 1,17 Go pour Mac (OS X) et PC (Windows et Vista), Centre de Castellologie de Bourgogne (CeCaB), Chagny, 2010.

Marfaing 2002
Marfaing Katia – « Joigny : étude sur le bâti en pans de bois », Icauna, l’archéologie dans l’Yonne, no 8, Conseil général de l’Yonne, 2002, p. 4-5.

Mercier 2005
Mercier Jérôme – Avallon, Yonne (89). Maison des Sires de Domecy. Intervention archéologique avant restauration. Du 6 au 9 juin 2005, Centre d’études médiévales d’Auxerre, Auxerre, 2005 (rapport dactylographié).

Moreau 2004
Moreau Christian – « Le château de Rosières : recherches complémentaires », Mémoires de la Commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, t. 40, 2002-2004, p. 195-1999.

Patrimoine des communes de la Nièvre 1999
Le Patrimoine des communes de la Nièvre (ouvrage collectif), Flohic, Paris, 1999, 2 vol.

Porée 1920 (1976)
Porée Charles – Histoire des rues et des maisons de Sens, publication de la Société archéologique de Sens, Duchemin, Sens 1920 (reimpr. 1976).

Rivière 2008
Rivière Dominique (dir.) – Habiter et bâtir en Bresse hier et aujourd’hui, Écomusée de la Bresse bourguignonne, Pierre-de-Bresse, 2008.

Saint-Jean Vitus 1988
Saint-Jean Vitus Benjamin – Maisons de pierre, maisons de bois, quelques aspects de l’architecture domestiques à Dijon à la fin du gothique, XVe-XVIe siècles, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et archéologie, Goodgal D. (dir.), Université de Bourgogne, Dijon, vol. 1 (texte), 216 p., vol. 2 (illustrations).

Saint-Jean Vitus 1990
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Caractères et transformations du parcellaire dijonnais aux XVe et XVIe siècles : contribution à l’étude de l’habitat et de la ville », Annales de Bourgogne, 62, 1990, p. 97-116.

Saint-Jean Vitus 1992
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Construire et habiter le bois au moyen âge », dans Les veines du temps 1992, p. 215-289.

Saint-Jean Vitus 1993
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Maison de bois à Dijon à la fin du Moyen Âge ; aspects d’une approche archéologique », Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXV, 1987-1989, Dijon, 1993, p. 295-316.

Saint-Jean Vitus 1998
Saint-Jean Vitus Benjamin – Joigny (Yonne) : mise en place du secteur sauvegardé, étude de bâti : inventaire et analyse de la construction en pans de bois, DRAC Bourgogne, SRI et SRA, Dijon, 1998, vol. 1, 79 p., vol. 2, 108 p.

Saint-Jean Vitus 2006a
Saint-Jean Vitus Benjamin – Tournus. Le castrum, l’abbaye, la ville, XIe-XIVe siècles et prémices. Analyse archéologique d’un développement monastique et urbain, Thèse de doctorat en archéologie médiévale, Reynaud Jean-François (dir.), Université Lumière – Lyon 2, Lyon, 2006 (mémoire dactylographié).

Saint-Jean Vitus 2006b
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Galeries de circulation dans les maisons bourguignonnes (XIIe-XVIe siècles), dans Cadres de vie et manières d’habiter (XIIe-XVIe siècles), Actes du VIIIe colloque international de la Société d’archéologie médiévale tenu à Paris du 11 au 13 octobre 2001, Publications du CRAHM, 2006 p. 91-101.

Saint-Jean Vitus, Seiller 1998
Saint-Jean Vitus Benjamin, Seiller Maurice – « La construction de bois », dans Esquieu Yves, Pesez Jean-Marie (dir.) – Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse, monographie du CRA no 20, CNRS éditions, Paris, 1998, p. 69-85.

Sapin 1992
Sapin Christian, « Le quartier épiscopal et canonial d’Autun. Une étude interdisciplinaire », dans Les veines du Temps 1992, p. 181-213.

Annexes

ANNEXE

LISTE DE PANS DE BOIS OU CHARPENTES ASSOCIABLES DATÉS PAR DENDROCHRONOLOGIE EN BOURGOGNE, DU XVe SIÈCLE AU XVIIIe SIÈCLE

(entre parenthèses sont indiqués le nom du laboratoire ayant réalisé l’analyse et les références bibliographiques relatives à l’étude du bâtiment)

• Tournus (Saône-et-Loire), maison 12 rue Greuze : 1411 (Archéolabs ; D’Agostino 2006 ; D’Agostino à paraître).

• Tournus (Saône-et-Loire), maison 9 rue des Lambrois, second état (avec pans de bois au second étage) : après 1431, probablement vers le milieu du XVe siècle (Besançon, CNRS ; Lambert 2006 ; Saint-Jean Vitus 2006a).

• Dijon (Côte-d’Or), « maison des Trois Pignons », rue Chaudronnerie/1 rue A. Comte : après 1433, vers 1440 (Besançon, CNRS ; Lambert 2006 ; Saint-Jean Vitus 2006a).

• Dijon (Côte-d’Or), maison 31 rue Amiral Roussin : après 1431, vers 1440-1450 (Besançon, CNRS).

• Saint-Seine-sur-Vingeanne (Côte-d’Or), maison-forte de Rosières, poutres du dernier étage : 1446 (Moreau 2004).

• Chenôve (Côte-d’Or), ancien pressoir des ducs de Bourgogne : 1449 (Besançon, CNRS ; Beck et alii 1999).

• Beaune (Côte-d’Or), Hôtel-Dieu, charpente du logis sur cour : 1449/1450 (Besançon, CNRS ; Hugonnet-Berger et alii 2005).

• Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire), « maison de bois », rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval : après 1470, années 1470/1480 (Besançon, CNRS ; Lambert 2006 ; Saint-Jean Vitus 2006a).

• Autun (Saône-et-Loire), ancien cellier du Chapitre cathédral, charpente : après 1470, années 1470/1480.

(Besançon, CNRS ; Sapin 1992 ; Lambert 2006).

• Sercy (Saône-et-Loire), château, hourd de la tour nord-est : à partir de 1473, vers 1473/1480 (Besançon, CNRS).

• Mervans (Saône-et-Loire), lieu-dit Buxy, maison : 1474 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Saint-Julien-du-Sault (Yonne), « hôtel des Bons-Enfants », bâtiment sur cour en pans de bois : 1487 (CEDRE ; Aumard 2005).

• Dijon (Côte-d’Or), maison 39 rue Buffon : après 1462, entre 1475 à 1500 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1992).

• Autun (Saône-et-Loire), « maison Saint-Christophe », 5 rue Cocand : après 1493, entre 1494 et 1503 (Besançon, CNRS ; Lambert 2006).

• Autun (Saône-et-Loire), maison 7 place du Terreau : après 1473, fin du XVe ou premier quart du XVIe siècle (Besançon, CNRS ; Lambert 2006).

• Autun (Saône-et-Loire), « maison du Lutrin », place du Terreau/place Saint-Louis : après 1479, entre 1500 et 1530 (Besançon, CNRS ; Lambert 2006).

• Flacey-en-Bresse (Saône-et-Loire), « maison noble » (ou « maison du Sabotier ») : 1528 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Joigny (Yonne), « maison des Sept Têtes », 10 rue Montant-au-Palais/37 rue du Loquet : 1531 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Joigny (Yonne), maison 1-3 rue du Loquet : après 1528, à partir des années 1540 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Joigny (Yonne), maison 99-101 rue Jacques d’Auxerre : après 1501, probablement dans le second tiers du XVIe siècle (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Joigny (Yonne), maison 61 rue G. Cortel : après 1522, probablement dans le second tiers du XVIe siècle (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Dijon (Côte-d’Or), maison 8 rue Musette : après 1529, vers 1550 ou 1560 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1992).

• Joigny (Yonne), « maison de l’Arbre de Jessé, 12 rue Montant au Palais/rue G. Cortel : après 1539, entre 1540 et 1560 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Joigny (Yonne), maison 22-24 rue haute des Chevaliers : après 1620, à partir de 1630 (Besançon, CNRS ; Saint-Jean Vitus 1998).

• Baudrières (Saône-et-Loire), maison noble de Tenarre : 1644 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Sagy (Saône-et-Loire), maison noble : 1668 ou après (Archéloabs ; Diot 2005).

• Juif (Saône-et-Loire), « la Grosse Grange », maison noble : 1670 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Romenay (Saône-et-Loire), ferme au lieu-dit « les Chanées » : 1702 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Diconne (Saône-et-Loire), ferme : 1731 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

• Villegaudin (Saône-et-Loire), ferme : 1796 ou après (Archéolabs ; Diot 2005).

Notes

1 Autun : cf. Béguin 2009 : inv. no 79 ; Sercy : Maerten, Mouillebouche 2010. Un troisième hourd en pan de bois coiffe la tour de l’église de Chitry-le-Fort à côté d’Auxerre (Yonne : Cayot 2010). Il semble malheureusement avoir été refait lors des importantes restaurations du XIXe siècle.

2 Ville de Sens : cahier des charges de ravalement, par Pierre Prunet, architecte DPLG (Sens, Archives municipales) : comptage effectué d’après ce document par Virginie Garret (bibliothèque du CEREP, Sens) – que je remercie pour sa précieuse collaboration.

3 Auxerre : Burguière-Labrunie 2003 ; Chaix 2005 ; Joigny : Saint-Jean Vitus 1998 ; Noyers : Cayot s.d.

4 Saint-Jean Vitus 1988 ; Saint-Jean Vitus 1993.

5 Diot 2005 ; Rivière 2008 ; Bleton-Ruget, Janin, Rivière 2009. Cf. aussi Base Mérimée, où l’on peut citer à titre d’exemple, en pleine Bresse, le cas de Mervans : dans la catégorie « architecture : maison ; ferme », la « fiche 1 » dénombre au total 111 pans de bois sur le territoire de cette commune. Quelques-uns se localisent dans l’ « ancien bourg » et le « bourg neuf », mais la plupart se répartit entre les nombreux écarts (enquête menée par l’Inventaire général en partenariat avec l’écomusée de la Bresse bourguignonne ; rédacteur de la fiche : Gaëlle Prost).

6 Sur Dijon, cf. renvois bibliographiques dans Saint-Jean Vitus 1988 et Saint-Jean Vitus 1993. Sur Sens : Julliot 1894 ; Porée 1920 (1976). Mâcon : Lex 1893.

7 Liébard 1969 ; Burguière-Labrunie 2003 ; Chaix 2005.

8 Saint-Jean Vitus 1988, 1993, 1992, 1998 et 2006a ; Juffard, Saint-Jean Vitus 1998 ; Juffard, Petident, Saint-Jean Vitus 1998 ; Saint-Jean Vitus, Seiller 1998.

9 Béguin 2009.

10 Les fiches d’A. Barthélémy sont conservées au musée de Romenay (dépendant de l’écomusée de la Bresse bourguignonne). Celles réalisées par l’Inventaire, dans le cadre des « inventaires topographiques » ou de l’enquête thématique de l’écomusée sur l’architecture rurale en Bresse sont consultables en ligne (Base Mérimée).

11 Diot 2005 ; Rivière 2008 ; Bléton-Ruget, Janin, Rivière 2009. Je remercie Laurence Janin (écomusée de la Bresse bourguignonne) de m’avoir précisé la documentation concernant ce secteur (cf. supra note 10).

12 Patrimoine des communes de la Nièvre 1999.

13 Chaléat 2009 ; Chaléat 2011.

14 Auxerre : Henrion, Palluet 2001 ; Avallon : Mercier 2005. Saint-Julien-du-Sault : « ancien presbytère » et « hôtel des Bons-Enfants », Aumard 2005. Semur : Campanaud 2006. Tournus : Saint-Jean Vitus 2006a et 2008, D’Agostino 2006, qui a donné lieu toutefois à une notice (D’Agostino à paraître).

15 Cf. Moreau 2004 ; Maerten, Mouillebouche 2010.

16 Datation de la halle de Nolay : Lambert 2006 ; Tournus et Dijon : Saint-Jean Vitus 2006a et 1988.

17 Ancien couvent des Ursulines.

18 Sur les galeries de maisons médiévales urbaines en Bourgogne, cf. Saint-Jean Vitus 2006b ; sur celles de Dijon : Saint-Jean Vitus 1988, 1990 et 1993 ; d’Autun : Béguin 2009. Sur celles de l’Hôtel-Dieu de Beaune : Hugonnet-Berger et alii 2005 ; des châteaux de la région : Maerten, Mouillebouche 2010. Sur les galeries bressanes, cf. Diot 2005 et Bleton-Ruget, Janin, Rivière 2009.

19 Petite rue Chauchien.

20 Rue Fécauderie, à l’angle du 8 rue Joubert.

21 Liébard 1969.

22 À Joigny par exemple, quelques charpentes sous toit ont été observées à l’occasion de prélèvements dendrochronologiques, suscitant au mieux un croquis, jamais un véritable relevé. Parmi les détails néanmoins remarqués de l’extérieur, on peut citer ces cas d’enclavement de l’entrait de la ferme du comble dans un poteau porteur du pan de bois, peut-être dès le XVIe siècle, qui ne me paraissent guère avoir été notés ailleurs ; du moins ne figurent-ils pas, à l’autre bout de la région, sur les relevés de fermes bressanes des XVe-XVIIIe siècles.

23 Bresse : Diot 2005 ; Beaune : Hugonnet-Berger et alii 2005 ; Dijon et Joigny : Saint-Jean Vitus 1988, 1993 et 1998.

24 Sur Dijon, Autun et Saint-Gengoux, cf. Lambert 2006 (sauf une maison de Dijon traitée, par G.-N. Lambert et C. Lavier, dans un bref rapport du laboratoire CNRS de Chrono-écologie de Besançon). Sur Joigny : Saint-Jean Vitus 1998 ; sur Saint-Julien-du-Sault : datation non publiée, effectuée par le laboratoire CEDRE de Besançon (O. Girardclos et C. Perrault) à la demande d’un particulier, dans le cadre de l’étude de bâti effectuée par S. Aumard (cf. supra note 14). Sur Tournus : Saint-Jean Vitus 2006a ; Lambert 2006 ; D’Agostino 2006 ; D’Agostino à paraître. Sur les maisons bressanes : Diot 2005. Cet ouvrage concerne une majorité de maisons situées hors des limites de la région actuelle (départements de l’Ain et du Jura), mais à proximité directe de la Saône-et-Loire : elles sont également datées par dendrochronologie, ce qui éclaire les maisons de la Bresse bourguignonne. Hourd de Sercy : datation non publiée, effectuée par le laboratoire CNRS de Chrono-écologie de Besançon (G.-N. Lambert, C. Lavier), à la demande du service des Monuments Historiques, à l’occasion de restaurations conduites par F. Didier, ACMH.

25 Autun, cellier du Chapitre : Sapin 1992 et Lambert 2006 ; Beaune, Hôtel-Dieu : Hugonnet-Berger et alii 2005 ; Saint-Seine-sur-Vingeanne, Rosières : Moreau 2004 ; Maerten, Mouillebouche 2010. Chenôve : Beck et alii 1999.

26 Plusieurs des datations effectuées par le laboratoire CNRS de Chrono-écologie de Besançon dans les années 1980 et au début des années 1990, à Autun, Dijon, Saint-Gengoux-le National et Tournus, ont été révisées par la suite. La répercussion concrète en termes de dates de construction des bâtiments est souvent faible, sauf pour la maison de Saint-Gengoux. Or plusieurs de ces dates (dont celle de Saint-Gengoux) avaient déjà été publiées, notamment dans le catalogue d’exposition Les veines du Temps 1992 (Sapin 1992 ; Saint-Jean Vitus 1992 ; mais aussi Saint-Jean Vitus 1993 ; Juffard, Saint-Jean Vitus 1998 ; Juffard, Petident, Saint-Jean Vitus 1998). La version définitive des datations en question, ici utilisée, est empruntée à Lambert 2006 (ou Saint-Jean Vitus 2006 a pour Tournus et ses environs). Cette révision tient au fait qu’il s’agissait à l’époque de datations « pionnières » pour la Bourgogne, les toutes premières en l’absence de références comparatives dans un environnement proche. Depuis la seconde moitié des années 1990, l’étouffement du corpus des prélèvements a permis l’établissement de référentiels propres à cette région, qui ont eux-mêmes fourni une part du référentiel Historic Oaks présenté dans Lambert 2006. Certaines datations livrées ici ne sont pas intégrées dans Historic Oaks : il s’agit toutefois d’analyses relativement récentes (en gros, postérieures à 1995), donc appuyées dès l’origine sur de meilleures bases.

27 Liébard 1969 en signale une ou deux à Auxerre, Chaléat 2009 à Paray-le-Monial, Diot 2005 en Bresse ; j’en ai observé moi-même à Noyers. Les fiches de la Base Mérimée en relèvent quelques autres à travers la région.

28 Dijon : Saint-Jean Vitus 1988 et Sait-Jean Vitus 1993 ; Autun : Béguin 2009.

29 F. Chaléat a repéré un placard en place à l’intérieur d’une maison en pan de bois de Paray-le-Monial, également décoré de motifs en plis de serviette (Chaléat 2009).

30 Rue Cocand.

31 Rue Montant-au-Palais/rue du Loquet.

32 Rue G. Cortel/rue Montant-au-Palais.

33 Place Saint-Vincent.

34 Rue du Pavé Saint-Lazare.

35 1607 : édit d’Henri IV sur les attributions du grand voyer de Paris, qui interdit les constructions en pan de bois, les surplombs et limite les saillies.

36 Saint-Jean Vitus, Seiller 1998.

37 Pour Dijon, l’exemple d’un contrat de construction de deux maisons de bois par le charpentier Pierre de Villers, en 1424, fournit ainsi une grande part du vocabulaire de l’époque : Archives départementales de la Côte-d’Or, B II 332, f° 147 à 149 – édité par Didier 1970.

38 Contrat de construction dijonnais de 1424, édité par Didier 1970 (cf. supra note 37).

39 Angle des rue Joubert et Milliaux.

40 Marcigny : étage supérieur de la « tour du Moulin » ; Paray : maison, 4 place de l’Hôtel de Ville (façade arrière au moins), cf. Chaléat 2009 ; Joigny : Saint-Jean Vitus 1998.

41 Sur ces questions de mesures, cf. Saint-Jean Vitus 1988 et 1992 ; Chaléat 2009 et 2011.

42 Rue de la Tour/rue Bourgeoise, façade sur cour.

43 4 rue Saint-Vincent.

44 Rue de la Petite Étape aux Vins.

45 Yonne : ancien presbytère, à côté de l’église. Je remercie Sylvain Aumard (Centre d’études médiévales d’Auxerre) pour m’avoir fourni cet exemple, photos à l’appui.

46 Côté rue du Moulin-à-Cheval.

47 1 rue de la Chouette – rue Verrerie.

48 Place de l’Hôtel de Ville.

49 Place François Rude, à l’angle de la rue des Forges.

50 D’Agostino 2006 ; D’Agostino à paraître.

51 Diot 2005.

52 Saint-Jean Vitus 1988 et 1990.

53 Places Saint-Vincent et L. Armand-Calliat.

54 Grand-rue ou rue des Cuisines.

55 45 rue de Nièvre.

56 Cf. Patrimoine des communes de la Nièvre 1999.

57 Étage et pignon de façade du no 16, rue de la Chouette.

58 Fermes de Romenay ou Diconne, manoirs de Baudrières, Sagy ou Juif : Diot 2005.

59 Sur ces mesures, cf. supra note 4.

60 Noyers – place du Grenier-à-Sel, Avallon – 84 grand-rue A. Briand, Saulieu – rue Vauban.

61 Chaléat 2009 ; Chaléat 2011.

62 Sur la maison à pans de bois de Saint-Romain, cf. Grappin 1987.

63 Sur ce bâtiment : Saint-Jean Vitus 1988, 1990 et 1993.

64 Rue de la Chouette.

65 Rue Berbisey.

66 Rue Cocand.

67 Rue Buffon/place Notre-Dame.

68 Place Charles Surugue.

69 Rue du Rabot/place des Ducs et rue A. Comte/petite rue Pouffier.

70 « Maison du Tripot », rue Notre-Dame.

71 Rue de l’Étape/place du Vieux Marché.

72 Rue Portelle.

73 Saint-Jean Vitus 1988 et 1992.

74 Liébard 1969.

75 Saint-Jean Vitus 1998.

76 Rue Fécauderie/rue Joubert.

77 Rue du Vieux Marché/rue de la Monnaie.

78 2 rue de la Chouette/1 rue Verrerie.

79 À Joigny, j’ai ainsi distingué sept types et dix-neuf sous-types de façades de ce genre (Saint-Jean Vitus 1998). Sur les façades d’Auxerre : Liébard 1969 ; Burguière-Labrunie 2003 ; Chaix 2005 ; Sens : Julliot 1894 et Porée 1920. Dans le même secteur, ce type d’ossature a aussi été étudié par S. Aumard à Saint-Julien-du-Sault (cf. supra note 14).

80 Saint-Jean Vitus 1988, 1990 et 1993.

81 Étudié par S. Aumard (CEM), cf. supra note 14.

82 Cf. supra : rue du Loquet, rue Jacques d’Auxerre, rue Cortel et rue Montant au Palais/rue Cortel – dite « de l’Arbre de Jessé ».

83 Rue de la Monnaie, en complément de façades du type précédent.

84 Rue F. Debussy.

85 Rue Monge.

86 3 grande-rue et 8 rue de l’Étape.

87 Clamecy, rue du Grenier-à-Sel : « maison du Chapitre Saint-Martin ».

88 Rue Saint-Vincent/rue du Pont.

89 Place Carnot.

90 Rue Févret, place Notre-Dame.

91 Rue de la Fontaine.

92 8 rue de l’Étape.

93 Place du Grenier-à-Sel.

94 37 rue de Paris.

95 « Maison du Pilier », rue J. Cousin.

96 Je remercie Emmanuel Laborier (Inrap), auteur d’un diagnostic sur le site voisin en 2005, de m’avoir montré une photo ancienne de ce bâtiment.

97 Diot 2005.

98 Burguière-Labrunie 2003.

99 Cf. Arlaud 1998.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Localisation des pans de bois de Bourgogne (antérieurs au XIXe siècle) cités en exemple dans le texte (liste non exhaustive – B. Saint-Jean Vitus).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Fig. 2 > Louhans (Saône-et-Loire), grande-rue : ancien portique en bois conservé dans les arcades modernes (Cl. B. Saint-Jean Vitus).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3 > Dijon (Côte-d’Or) : galerie sur cour de l’hôtel Chambellan (à partir de 1488) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4 > Vitteaux (Côte-d’Or) : détail d’une façade de maison en pans de bois, place du 8 mai (fin du XVe ou XVIe siècle) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 5 > Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), 4 rue Saint-Vincent : détail d’une façade de maison en pans de bois, avec anciens reliefs sculptés. Noter également la trace d’une ancienne sablière à hauteur d’appui, assemblée à mi-bois sur les poteaux. (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 6 > Noyers (Yonne), rue du Poids-du-Roy, « maison des Corporations », ancienne ouverture de boutique (renforcée en son milieu) avec décor sculpté (début du XVIe siècle ?) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7 > Auxerre (Yonne), 4 place du Coche-d’Eau. Pigeâtre sculpté (saint Nicolas) soutenant un encorbellement avec entretoises (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8 > Dijon (Côte-d’Or), petite-rue Pouffier (angle de la rue A. Comte) : ferme débordante de pignon décorée (début du XVIe siècle) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 9 > Noyers (Yonne), place de la Petite Étape-aux-vins : décor d’une façade du milieu ou de la fin du XVIe siècle (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 10 > Différents types d’encorbellement en Bourgogne Po : poteau ; Sh : sablière haute de l’étage inférieur ; Sb : sablière basse de l’étage supérieur ; A : aisselier ; s : solives ; Sm : sommier ; En : entretoise.a) Encorbellement sur solives (Dessin C. Castillo).b) Encorbellement sur sommiers (Dessin B. Saint-Jean Vitus).c) Encorbellement sur sommier avec entretoise « de comblement » intermédiaire (Dessin B.SJV).d) Encorbellement sur sommier avec entretoise doublant la sablière basse de l’étage supérieur en débord (Dessin B.SJV).e) Encorbellement sur soubassement maçonné, avec doublement de la sablière basse de l’étage en pan-de-bois porté par des corbeaux de pierre et masquant l’encastrement des sommiers du plancher (Dessin C. Castillo).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 11 > Différents types de jonctions d’angle en Bourgogne Po : poteau ; Sh : sablière haute de l’étage inférieur ; Sb : sablière basse de l’étage supérieur ; A : aisselier ; s : solives ; Enr : enrayure de plancher.a) Angle « à empilement » (avec encorbellement d’une façade sur solives ou sur sommiers) (Dessin P. Gerbet).b) Schéma de montage (hors détail des assemblages pièce à pièce) d’un angle « à empilement » sur enrayure d’angle de plancher – d’après Auxerre, rue Milliaux/rue Joubert, fin du XVIe siècle (Dessin P. Gerbet/B. Saint-Jean Vitus).c) Schéma de montage de l’angle de deux façades à encorbellement sur solives et enrayure, avec jonction de niveau des sablières hautes de l’étage inférieur à mi-bois et des sablières basses de l’étage supérieur à assemblage recouvert (combinaison d’exemples chalonnais, place Saint-Vincent/rue aux Fevres et rue Saint-Vincent/rue du Pont) (Dessin P. Gerbet/B. Saint-Jean Vitus).d) Schéma de principe d’un angle à assemblage recouvert (B.SJV).e) Schéma de montage de l’angle de deux façades à encorbellement sur soubassement maçonné, avec doublement de la sablière basse de l’étage en pan-de-bois porté par des corbeaux de pierre et masquant l’encastrement de l’enrayure et des solives du plancher (d’après Dijon, rue du Rabot/place des Ducs et rue A. Comte/petite-rue Pouffier) (Dessin B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 12 > Pan de bois et charpente : vocabulaire utilisé dans cette étude (sur un modèle imaginaire inspiré des maisons de Joigny, Yonne) (Extrait de Saint-Jean Vitus 1998, dessins B.SJV).Sb = Sablière basse ; Sh = Sablière haute ; Sg = sablière de gouttière ;A = aisselier ; D = décharge (« en écharpe ») ; G = gousset ; gE = guette en étrésillon ; T = tournisse ; g. cr = grande croix de Saint-André.– Façade gouttereau : fenêtre à croisée : M = meneau, C = croisillon ; allège de la petite fenêtre : p. cr. = petite croix de Saint-André– Façade pignon : fenêtre de l’étage : f. l. = faux-linteau en arc segmentaire ; d. c. = décharges en chevron ; E. f. = entrait de la ferme du pignon ; s = solives– Coupe sur une ferme intermédiaire du comble (à surcroît) : Ar = Arbalétrier ; c = contrefiche ; En = Entrait de la fermette ; s = solives du plancher ; S = Sommier = entrait de la ferme.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 13 > Croquis illustrant les différents schémas d’ossature aux façades des maisons à pan de bois bourguignonne (P. Gerbet, B. Saint-Jean Vitus) :a) Façade à potelets montants et grandes croix de Saint-André (« première famille »).b) Façade à potelets montants, grandes croix de Saint-André et entretoises de remplissage intermédiaires (« seconde famille », val de Saône/Bresse).c) Façade à trame quadrillée de potelets montants et double rang d’entretoises intermédiaires (« troisième famille ») : exemples avec courtes décharges au registre inférieur, goussets opposés en chevrons à gauche, décharges opposées en chevrons et petites croix de Saint-André à droite (Chalon-sur-Saône, Bresse).d) Façade à trame quadrillée de potelets montants et double rang d’entretoises intermédiaires (« troisième famille ») : pan de bois « à bâtons rompus » (Bresse).e) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires courtes, à mi-hauteur de l’étage (« Bourgogne médiane », Yonne).f) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires mi-longues, à hauteur d’appui des fenêtres (Dijon et au-delà).g) Façade à potelets montants, rang unique d’entretoises intermédiaires et petites croix de Saint-André (« quatrième famille ») : entretoises intermédiaires courtes, à hauteur d’appui des fenêtres et remplissage intermédiaire de potelets au registre supérieur (Autun et au-delà).h) Façade à potelets montants, grandes écharpes et tournisses (« cinquième famille » : nord de la Bourgogne et Dijon, schéma de base).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 14 > Dijon, « maison des Trois Pignons », rue Chaudronnerie/rue A. Comte (datée vers 1440) (Cl. B. Saint-Jean Vitus).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 15 > Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire) : « maison de bois », rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval (datée après 1470) : détail de la façade sur la rue du Moulin-à-Cheval. La fenêtre du pan de bois était initialement simplement géminée, l’évidement des parties surmontant les linteaux est récent (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 16 > Clamecy (Nièvre) : place Saint-Jean/rue du Marché (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 17 > Tournus (Saône-et-Loire) reste de pan de bois d’étage, 12 rue Greuze, daté de 1411 (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 18 > Romenay (Saône-et-Loire) : rue Saint-Loup/place de l’Église (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 19 > Mâcon (Saône-et-Loire) : « maison de bois », place aux Herbes (décor sculpté du début du XVIe siècle) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 20 > Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) : maison du « coin des Gagne-deniers », rue Saint-Vincent/rue du Pont (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 21 > La Chapelle-Naude (Saône-et-Loire), « la Grange Rouge » : ferme bressane (XVIIe siècle) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 22 > Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) : rue Buffon/place Notre-Dame (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 23 > Dijon (Côte-d’Or) : rue du Rabot/place des Ducs (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 24 > Autun (Saône-et-Loire) : rue Piolin (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 25 > Beaune (Côte-d’Or) : bâtiment sur porche à l’entrée de l’ancien hôtel des ducs de Bourgogne (actuel musée du Vin), façade extérieure (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 26 > Saint-Julien-du-Sault (Yonne) : « hôtel des Bons-Enfants » : bâtiment sur cour en pan de bois (daté de 1487) (Cl. G. Puech).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 27 > Dijon (Côte-d’Or) : 8 rue Musette (pan de bois daté vers 1550) (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 28 > Joigny (Yonne) : place du Pilori/rue Boffrand, pan de bois du XVIIIe siècle (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 29 > Dijon (Côte-d’Or) : 16-18, rue Verrerie (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 30 > Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) : rue Févret (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 31 > Clamecy (Nièvre) : « maison du Tisserand », rue Romain Rolland/rue du Pont Châtelain (Cl. B.SJV).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 32 > Nevers (Nièvre) : 22 rue Saint-Étienne (Cl. D. Lamotte).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7923/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search