Version classiqueVersion mobile

La construction en pan de bois

 | 
Clément Alix
, 
Frédéric Épaud

Les maisons en pan de bois d’Orléans du XIVe au début du XVIIe siècle : bilan de treize années de recherche

Clément Alix

Texte intégral

1Depuis l’Antiquité, Orléans forme une place commerciale de premier ordre qui bénéficie de son emplacement avantageux sur la boucle septentrionale de la Loire. La ville médiévale, enclose par l’enceinte quadrangulaire tardo-antique, jouxte le bourg Dunois (ou bourg d’Avenum) situé à l’ouest et protégé par une enceinte maçonnée au XIVe siècle. Les faubourgs situés au-delà de cet ensemble ne sont défendus par des fortifications qu’après la guerre de Cent Ans : une enceinte englobant à l’est l’ancien faubourg Bourgogne (ou bourg Saint-Aignan) dans la deuxième moitié du XVe siècle, puis, entre 1486 et 1556, une grande enceinte enfermant les quartiers du nord et de l’ouest, permettant ainsi de doubler la surface de la ville intra-muros (fig. 1).

  • 1 À Orléans, si la construction en pan de bois se ralentit au XVIIe siècle, en revanche les construct (...)
  • 2 Buzonnière 1849 ; Biémont 1880. Parmi les études de ces auteurs locaux se distingue la monographie (...)
  • 3 Il s’agit d’une trentaine de maisons actuellement détruites, connues par l’iconographie ou des desc (...)
  • 4 Ces enduits, d’abord au plâtre ou à la chaux au XIXe siècle, puis au ciment au XXe siècle, sont mai (...)

2En dépit des importantes destructions de la seconde guerre mondiale et des opérations urbanistiques de l’époque contemporaine, la ville conserve un corpus conséquent de maisons en pan de bois édifiées entre le XIVe et le début du XVIIe siècle, mode de construction qui continuera néanmoins à être fréquemment utilisé jusqu’au cours du XIXe siècle1. L’étude de l’iconographie ancienne croisée avec la lecture des quelques descriptions effectuées par des auteurs locaux de la deuxième moitié du XIXe siècle ou du début du siècle suivant2 permet de mesurer l’ampleur des destructions de l’époque contemporaine3. En définitive, sur près de 400 façades en pan de bois actuellement repérées dans la ville toutes périodes confondues, environ 140 datent du Moyen Âge ou de la Renaissance (entre la fin du XIVe et le début du XVIIe siècle), ce dernier chiffre ne prenant pas en compte les autres façades de cette époque encore recouvertes par les enduits qui furent systématiquement apposés au XIXe siècle afin de masquer les pans de bois4.

Fig. 1 > Localisation des maisons d’Orléans contenant une ou plusieurs parois en pan de bois du Moyen Âge ou de la Renaissance, sur le plan cadastral actuel (SiGor). Les pans de bois enduits ne pouvant pas encore être observés et rattachés avec certitude à cette période ne sont pas pris en compte. En bas : détail des quartiers protégés par l’enceinte tardo-antique (à droite) et par l’enceinte du bourg Dunois (à gauche) (Dessin C. Alix).

  • 5 Viollet-le-Duc 1854-1868 : t. VI, p. 264-265 et t. VII, p. 50 ; Baudot-Perrault 1856 : pl. 88, 89, (...)
  • 6 Toulier 1991 ; Toulier 1995.
  • 7 Alix 2001 ; Alix 2002. L’ensemble étant actuellement poursuivi dans le cadre d’une thèse au Centre (...)
  • 8 Cette campagne de ravalement obligatoire, menée sous la conduite du service de l’urbanisme de la vi (...)
  • 9 Ces études de bâti que nous menons depuis 2006 au sein du Service archéologique municipal d’Orléans (...)
  • 10 Centre d’étude dendrochronologie et recherche en écologie (C. Perrault). Ces datations ont été fina (...)

3Dès le XIXe siècle, certaines spécificités de la construction en pan de bois orléanaise furent signalées dans des études nationales consacrées toutes ou en partie à l’architecture domestique5, tandis que les premières remarques générales sur ce sujet furent formulées dans une étude plus récente portant sur l’ensemble de la région6. Depuis 2000, ces maisons en pan de bois sont étudiées dans le cadre de travaux universitaires portant sur l’habitat d’Orléans de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Grâce à un inventaire et des observations sur le bâti, une première synthèse a pu être livrée7. Plus récemment encore, l’intérêt nouveau porté pour le patrimoine en pan de bois a entraîné l’étude d’une soixantaine de maisons, effectuée dans le cadre de la politique de ravalement et de restauration des façades du centre-ville d’Orléans8. Ces analyses du bâti réalisées par le Service archéologique municipal d’Orléans préalablement aux travaux des façades9, ont parfois été accompagnées de datations par dendrochronologie effectuées par le laboratoire CEDRE de Besançon10. Le présent article a pour objectif de présenter un bilan réactualisé de ces résultats, en choisissant de dépasser le cadre de l’habituelle chrono-typologie pour insister sur certains aspects techniques, esthétiques et fonctionnels de ces maisons en pan de bois médiévales et modernes.

L’ARMATURE PRINCIPALE DES PAROIS EN PAN DE BOIS

La part du bois et de la maçonnerie : une construction mixte

  • 11 Alix 2007b : p. 1-2.
  • 12 C’est également le principe majoritaire retenu pour l’édification des maisons de Dijon dans la deux (...)
  • 13 Exemples de maisons d’angle avec poteau cornier montant de fond : 5 rue de Bourgogne/29 rue de Solf (...)
  • 14 Par exemple : entre les 264 et 266 rue de Bourgogne (respectivement : entre 1400-1450d et entre 147 (...)

4À Orléans, la majorité des habitations en pan de bois sont des constructions mixtes faisant usage d’une part importante de maçonnerie. En effet, il n’existe pas d’exemple de maison entièrement construite avec une ossature en bois sur ses quatre côtés. Dans la majorité des cas, les parois en pan de bois correspondent aux façades (antérieures et/ou postérieures) et s’insèrent entre deux murs pignons maçonnés au caractère mitoyen (fig. 16). Ces murs latéraux sont bâtis en petits moellons, et seule leur face visible en façade est munie d’un parement en moyen appareil, le tout en calcaire de Beauce, pierre locale d’un approvisionnement aisé11. Depuis le XVe siècle, l’encastrement des sablières se fait donc dans ces murs de pierre, qui reçoivent toutes les charges transmises par les étages (façades et planchers12). Néanmoins, on observe quelques cas particuliers où l’un des deux murs latéraux est en pan de bois comme la majorité des maisons d’angle13, les constructions concertées contiguës ou sérielles14. En façade, les sablières viennent alors s’assembler dans un poteau de fond qui fait la jonction entre les deux parois en pan de bois, celle du gouttereau et celle du mur pignon.

  • 15 « Le bois dans la construction orléanaise à travers les textes (à la fin du Moyen Âge et à la Renai (...)
  • 16 Ce mode de transport est décrit notamment dans Duhamel Du Monceau 1757 : p. 34-40, 47-48, pl. VI.
  • 17 De telles perforations ont été repérées dans les charpentes de bâtiments de villes fluviales ou pro (...)
  • 18 Liens d’osier ou d’autres bois souples, rendus flexibles par la torsion, qui servent habituellement (...)
  • 19 À l’intérieur du train, ces trous recevaient aussi des rouettes permettant d’attacher directement d (...)

5La part de bois utilisée dans ces maisons, exclusivement du chêne, reste donc limitée et la raison de ce choix ne semble pas liée à une difficulté d’approvisionnement, puisque les sources textuelles mentionnent plusieurs lieux de coupes situés dans la proche forêt d’Orléans15, principale source alimentant le marché urbain en bois de construction. Les archives indiquent que la ville, grand centre d’échange commercial sur la Loire, a aussi pu bénéficier d’une partie du bois provenant du haut-pays, du nord de l’Auvergne et du Forez. Ce dernier, ainsi que certains bois abattus en forêt d’Orléans convoyés jusqu’à des ports situés à proximité des lieux de coupes comme Châteauneuf-sur-Loire ou Jargeau, sont acheminés sur le fleuve sous la forme de trains appelés au milieu du XVIIIe siècle « brelle » pour le bois de charpente ou « éclusée » pour le bois de sciage16. Ce flottage sur la Loire est bien attesté à Orléans grâce à la présence de nombreuses perforations circulaires, d’environ 3 cm de diamètre, situées aux extrémités de certaines pièces de bois : poteaux de fortes sections de façades en pan de bois, pièces de charpentes de comble, mais également poutres maîtresses ou solives dans les plafonds d’habitations du XVe au XVIIIe siècle. Ces trous percés à la tarière à proximité d’une arête traversent obliquement (à 45°) la pièce de bois (fig. 2)17. Ils permettaient de faire passer les « harts » ou « rouettes », liens de bois souples18, qui étaient attachés sur des « pouliers », longues pièces de faible section placées perpendiculairement aux bois formant le train afin de le raidir (fig. 3)19.

Fig. 2 > Maison 26 place du Châtelet (1598d) : perforation oblique à l’angle du poteau cornier, permettant le passage des liens formant le radeau de bois flottés sur la Loire ; pigment jaune-brun appliqué sur le bois au XVIIIe siècle (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Fig. 3 > Principe de fixation des pièces de bois pour la formation des trains de bois sur cours d’eau, avec détail du passage des liens dans les perforations ; Duhamel du Monceau 1767 : Livre I, pl. VI, p. 48 (Cl. C. Alix).

  • 20 Alix 2009a.
  • 21 Alix 2001 : t. 1, p. 145.
  • 22 La seule maison en pan de bois à pignon sur rue actuellement conservée se trouve 5 rue de la Pierre (...)

6Ces maisons sont souvent bâties à l’emplacement d’habitations médiévales plus anciennes, comme en témoigne l’étude des caves et des murs pignons mitoyens20 : les façades en pan de bois nouvellement édifiées étaient alors insérées entre les parois maçonnées conservées pour des raisons d’économie. Il faut enfin souligner les avantages des murs mitoyens maçonnés dans la lutte contre les incendies. De fait, nombre de pignons se prolongent en hauteur pour soutenir les souches de cheminées, en formant également de véritables pare-feu qui dépassent très largement la couverture du toit21. Ce souci va aussi être à l’origine de l’abondance des maisons « rive sur rue » : seulement une douzaine de maisons à pignon sur rue est attestée par l’iconographie ancienne, parmi un corpus d’environ 400 maisons en pan de bois recensées toutes périodes confondues (fig. 4a)22.

  • 23 Saint-Jean Vitus 1993 : p. 300.
  • 24 Elles sont valorisées par la présence d’une fermette débordante, d’aisseliers et de jambettes courb (...)
  • 25 Biguet, Letellier 1986 : p. 41.

7Ce schéma s’oppose aux grands centres urbains des alentours (Chartres, Bourges, Tours, Angers, Auxerre, etc.) dans lesquels les maisons à pignon sur rue abondent. Ce choix d’élévation ne semble pas imparti à la forme du parcellaire, souvent laniéré et qui ne diffère donc pas des autres villes, mais correspond plutôt à une tradition constructive, peut-être influencée par une meilleure application de règles contraignant l’évacuation des eaux pluviales et améliorant la défense contre les incendies. En effet, il était préférable d’appuyer les cheminées sur les murs pignons plus élevés que les gouttereaux, pratique que l’on retrouve par exemple à Dijon dès le XVe siècle23. Pour atténuer cette absence de pignon sur rue, qui semble agir comme un marqueur de notabilité dans la ville, le comble à surcroît est parfois muni d’une lucarne-pignon au caractère monumental et décoratif prononcé (fig. 5, 22, 24)24, solution que l’on retrouve également à Blois ou à Angers25.

  • 26 Toulier 1991 : p. 210.

8Ce souci de la lutte contre l’incendie, associé à celui du contrôle de l’espace public, pourraient être à l’origine de l’emploi très limité de façades en encorbellement à Orléans (seulement une quinzaine d’exemples connus), alors qu’elles représentent 70 % des maisons en pan de bois de Tours et 50 % de celles d’Angers26.

Des encorbellements limités

  • 27 Consoles : anciennement 1 rue de la Cholerie (détruite ; fig. 6b). Poteaux à têtes élargies : ancie (...)
  • 28 Le fait que ce système de poteaux de fond se retrouve aux étages des deux maisons en pan de bois le (...)

9Les quelques surplombs orléanais, rarement postérieurs au XVe siècle, sont limités au débordement du premier étage sur le rez-de-chaussée et n’affectent jamais les niveaux supérieurs. La présence de quelques corbeaux encastrés dans les têtes de murs pignons et servant initialement à retenir des sablières en saillie témoignent de ces surplombs disparus (entre les 41 et 43 rue du Poirier ou au 204 rue de Bourgogne). L’iconographie montre l’emploi de rares consoles ou de poteaux à têtes élargies mais les simples surplombs par débordement des solives, intercalées entre les sablières de plancher et de chambrée, parfois renforcées par des aisseliers, sont de loin les plus nombreux (fig. 6)27. Il subsiste des vestiges de ces encorbellements disparus comme à l’angle du 25 rue de la Poterne et de la rue de la Charpenterie (fig. 7, 8). Cette maison construite vers 1395d, qui constitue actuellement le plus ancien édifice en pan de bois conservé en élévation à Orléans, présente un plafond à enrayure permettant de restituer un encorbellement d’une cinquantaine de centimètres sur les deux façades attenantes. Les deux étages étaient séparés quant à eux par une sablière unique alliée à l’usage de poteaux de fond, dispositif singulier que l’on retrouve sur une autre maison médiévale datée de 1445d (94 rue de Bourgogne ; fig. 9)28. Le second exemple, 25 place du Vieux-Marché, édifié en 1483d, est postérieur d’environ un siècle à l’édifice précédent mais il possédait lui aussi un surplomb des étages d’environ 60 cm sur solives débordantes (fig. 10). Les solives sont assemblées à la sablière de chambrée par des mi-bois assez peu profonds assurant l’emboîtement des pièces ainsi que leur maintien. Ici, les abouts des sablières des étages de la façade s’assemblent exceptionnellement dans deux poteaux montant sur deux niveaux (bois longs), plaqués contre les têtes des murs pignons maçonnés qui, malgré la présence de l’encorbellement, étaient bâties à l’aplomb du rez-de-chaussée (fig. 10a). Ce dispositif s’oppose aux pans de bois d’autres régions où les maçonneries latérales suivent le débordement des étages en formant une avancée. Dans cet exemple orléanais, les poteaux latéraux montant sur plusieurs étages (bois longs) servaient donc à l’ancrage (mortaises sur leur face postérieure) des deux petites parois en pan de bois en retour, dont la longueur dépendait de la profondeur de l’encorbellement, et qui reliaient la façade aux têtes des murs pignons. De tels poteaux latéraux montant sur plusieurs étages sont visibles sur quelques maisons (43 rue du Poirier ; 40 rue Étienne-Dolet ; 33 rue Étienne-Dolet) et permettent peut-être de restituer d’autres surplombs aujourd’hui disparus.

Fig. 4 > Hôtel de Jacques Boucher, dit maison de Jeanne d’Arc, anciennement 33 rue du Tabour, détruit en 1940 (première moitié XVe siècle ?) [a : photographie après restauration de la façade en 1910. b : relevé du plafond du premier étage (Jarry 1909)].

Fig. 5 > Maison 261 rue de Bourgogne : lucarne-pignon provenant d’une ancienne maison du quartier du Châtelet (détruite au XIXe siècle). Les potelets à têtes élargies sont sculptés d’un homme et d’une femme sauvages (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Fig. 6 > Exemples de maisons médiévales à encorbellement détruites à l’époque contemporaine [a : maisons impasse Cour-Hado (détruites en 1940 ; dessin P. Pigelet, vers 1900) ; b : maison 1 rue de la Cholerie (détruite), ensemble de la façade et détail des consoles (dessin H. Poullain, 1885)].

Fig. 7 > Maison 25 rue de la Poterne/rue de la Charpenterie : façade sud (à gauche) et façade est (à droite) [a et d : état actuel. b et e : proposition de restitution de la phase 1 avec encorbellement, vers 1395d. c et f : proposition de restitution de la phase 2 avec recul des étages, vers 1567d (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

Fig. 8 > Maison 25 rue de la Poterne/rue de la Charpenterie : restitutions des façades vers 1395d (en gris foncé : éléments disparus attestés ; en gris clair : proposition de restitution du rez-de-chaussée) (Relevé et restitution C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans ; Réalisation 3D Laurent Josserand, École polytech de l’université d’Orléans).

Fig. 9 > Maison 94 rue de Bourgogne : façade antérieure (mur gouttereau sud) [a : état actuel. B : proposition de restitution de la phase 1, vers 1445d (Relevé et dessin C. Alix)].

Fig. 10 > Maison 25 place du Vieux-Marché (1483d), façade antérieure (mur gouttereau nord) [a : relevé de la face interne du premier étage et de la partie supérieure du rez-de-chaussée avec proposition de restitution de la phase 1 (1483d) : encorbellements sur solives débordantes. b : coupe transversale de la maison vers l’est avec schéma de suppression de l’encorbellement vers 1560-1570. c : photographie de la façade (après restauration en 2011), les étages sont à l’aplomb du rez-de-chaussée (Cl., relevés et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

  • 29 Notons que d’autres maisons d’angle, pourvues ou non d’un encorbellement, ont fait l’objet d’un rec (...)

10Les deux maisons précédentes, 25 rue de la Poterne et 25 place du Vieux-Marché, ont fait l’objet d’une suppression de leur encorbellement : une fois les abouts des solives débordantes sciés, les étages des façades furent simplement reculés à l’aplomb de leur rez-de-chaussée, en conservant les plafonds et la charpente de comble dans les deux cas. Il est remarquable que ces reculs soient réalisés simultanément, dans les années 1560 (précisément en 1567d pour la première maison), ce qui indique probablement l’application d’une réglementation visant la suppression de ces encorbellements (fig. 7c et f ; fig. 10b)29.

  • 30 Archives municipales d’Orléans, FF 54 (détruit en 1940) dans : Veyrier du Muraud Paul et alii, Inve (...)

11Les sources textuelles corroborent parfaitement ces faits puisqu’un arrêt du Conseil privé du roi du 14 octobre 1565 accordait une prolongation et un délai jusqu’au 31 décembre 1566 pour abattre « les pourgets, auvents et saillies » aux maisons d’Orléans « répendant » sur la rue. La publication de cet arrêt par Jérôme Groslot, bailli d’Orléans, fut également suivie par la rédaction de lettres patentes de Charles IX accordant un délai supplémentaire d’un an (31 décembre 156730). En fait, il s’agissait ici de rappels de l’ordonnance royale rédigée à Orléans lors des États généraux de janvier 1561 :

  • 31 Decrusy, Isambert, Taillandier 1829 : p. 87-88.

Tous propriétaires des maisons et bâtimens ès villes de nostre royaume, seront tenus et contraints par les juges des lieux, abattre et retrancher à leurs dépens les saillies desdites maisons aboutissans sur ruë, et ce dedans deux ans pour tout délai, sans espérance de prolongation. Et ne pourront este ni faites ni basties, ni pareillement les murs des maisons qui sont sur ruë publique, d’autres matières que de pierre de taille, briques ou maçonneries de moillon ou pierre. Et en cas de négligence de la part desdits propriétaires, leurs maisons seront saisies, pour des deniers qui proviendront des loüages ou ventes d’icelles, estre réédifiées et basties31.

12Bien que des interdictions d’encorbellements aient été promulguées précédemment à Orléans, au moins depuis le XVe siècle (édit royal de 1498, lettres patentes de Louis XII du 13 juin 1513 et de François Ier du 8 septembre 1536), sans en connaître la portée réelle, néanmoins, les exemples du 25 rue de la Poterne et du 25 place du Vieux-Marché montrent que celle de 1561 fut appliquée après quelques rappels, signe d’une politique locale forte en terme d’ « urbanisme ». Mais, contrairement à la reconstruction en maçonnerie demandée (briques, moellons, pierres de taille), ces façades en pan de bois furent conservées et simplement reculées aux étages.

La prédominance des aplombs : doubles sablières et ancrages des plafonds

  • 32 Ce terme de charpenterie désigne un assemblage entre deux pièces de bois parallèles se jouxtant. Un (...)
  • 33 Sur la mise en œuvre ou le levage des structures en pan de bois voir Soulas 1986 : p. 41, 102-103.
  • 34 Ces rehaussements facilités par la présence des doubles sablières s’effectuent tardivement comme le (...)

13Hormis ces quelques exemples, les façades à l’aplomb prédominent dès le XVe siècle à Orléans : les deux sablières habituelles, de plancher et de chambrée, sont simplement disposées au même nu l’une au-dessus de l’autre, assemblées par des « prisonniers32 ». Ce doublement des sablières, alors qu’il n’y a pas d’encorbellement, pourrait correspondre à une habitude constructive mais il s’explique par des raisons techniques et économiques. Il procure ainsi une facilité et une rapidité de mise en œuvre des parois, puisque chaque niveau peut être conçu et levé indépendamment33. En outre, ce système des doubles sablières est parfaitement adapté au caractère modulable de l’ossature, dont témoignent les remaniements successifs observés (réparation ou modification d’un niveau, rehaussement, reprise en sous-œuvre) : l’une des deux sablières peut être enlevée sans affecter la stabilité de la paroi située au niveau supérieur ou inférieur et, le cas échéant, sans porter atteinte à l’intégrité du plafond. Un bon exemple est fourni par la maison d’angle 22 rue Louis-Roguet/rue Étienne-Dolet, maison initialement à étage unique surmonté d’un comble, dont le surcroît est intégralement remployé lors de l’insertion d’un deuxième étage au cours du XVIIe siècle. Les maisons 3 rue du Bourdon-Blanc ou 40 rue de la Charpenterie, édifiées respectivement en 1510d et dans la deuxième moitié du XVIe siècle avec un étage unique en pan de bois à grille, furent également rehaussées avec un deuxième étage au XVIIe siècle34.

  • 35 La tête mesure environ 6 à 7 cm de diamètre. La tige est longue de 50 à 90 cm et épaisse d’environ (...)
  • 36 Le doublement des sablières est encore employé sur quelques exemples tardifs, comme au 26 place du (...)

14Ce dispositif à l’aplomb réduit évidemment les possibilités d’appui des solives, dont les abouts sont alors munis d’un tenon surmonté d’un embrèvement oblique afin de s’assembler au revers de l’une des deux sablières. En complément, des tirants (sorte de boulons d’écartement) en fer forgé, au nombre de deux ou trois par niveau, permettent de relier les sablières aux planchers (fig. 11, 12). Leur tige, de section rectangulaire et non filetée, est enfoncée depuis l’extérieur et traverse toute l’épaisseur de la sablière pour venir contre le flanc de l’une des solives. À l’extérieur, elle est bloquée par la tête, de forme conique ou plate, située contre la sablière. Cette tige est parfois légèrement courbe lorsqu’elle a été martelée pour venir jouxter la joue de la solive. La fixation est assurée par des clous passant au travers de trous percés dans la tige. En renforcement, cette tige possède plusieurs crans successifs dans lesquels viennent se placer des gâches fichées dans les solives35. Ces tirants permettent de contrecarrer efficacement la poussée de la façade, alors que dans d’autres villes, ce rôle est assuré par les techniques de surplomb. À partir du milieu du XVIe siècle, ce système des doubles sablières à l’aplomb connu depuis le XVe siècle sera progressivement remplacé par celui de la sablière unique entre chaque niveau, qui deviendra d’un usage systématique dans les pans de bois du XVIIe et jusqu’au XIXe siècle36.

Fig. 11 > Exemples de tirants (tire-fonds) renforçant la liaison entre la façade et le plafond de maisons en pan de bois orléanaises (Relevé et dessin C. Alix).

Fig. 12 > Exemples de tirants (tire-fonds) renforçant la liaison entre la façade et le plafond de maisons en pan de bois [a et b : têtes au 54 rue de la Charpenterie (entre 1519-1549d) et au 14 rue Saint-Catherine (ornée de stries, vers 1621d). c : fixation de la tige contre une solive au 9 rue Stanislas-Julien (Cl. C. Alix)].

Les charpentes de combles

  • 37 Bonnin 1980 : p. 67 ; Bontemps 1980 : p. 75 ; Chazelles 1997 : p. 34.
  • 38 Par exemple : 81 et 83 rue de la Charpenterie ; 20 place du Châtelet, maison à façade antérieure en (...)
  • 39 Archives départementales du Loiret, 3 E 0261, 28 décembre 1478.
  • 40 Alix, Noblet 2009.

15Dans les combles de ces maisons de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, les charpentes à chevrons-formant-fermes qui couvrent couramment les habitations en pan de bois de la région, notamment à Tours ou à Bourges, ne sont quasiment pas utilisées ici37. La charpente en chêne est toujours à pannes, constituée d’une ou plusieurs fermes perpendiculaires à la façade (fig. 13). Le contreventement longitudinal est assuré par une faîtière et une sous-faîtière, raidies par des potelets ou des décharges, et dont les abouts sont solidement encastrés dans les murs pignons maçonnés. Pour les maisons les plus étroites, il n’est pas rare que l’on fasse l’économie d’une ferme, les pièces longitudinales (pannes, faîtière, sous-faîtières) reposant simplement dans les pignons38. Dans ces combles, toujours munis d’un surcroît (« essaulcement39 »), les arbalétriers portent sur un blochet, et sont souvent renforcés par une jambe de force assemblée en pied dans l’entrait situé au niveau du plancher. Ce système, associé à l’usage d’un faux-entrait ou d’un entrait retroussé, permet de dégager des volumes importants servant d’espaces habitables ou de stockage40.

ARMATURES SECONDAIRES

Répartition, conception et évolution des panneaux à croix de Saint-André

  • 41 25 rue de la Poterne (1395d) ; 264 rue de Bourgogne (1re moitié du XVe siècle) ; 94 rue de Bourgogn (...)
  • 42 Une évolution semblable peut être reconnue en Bourgogne. Ainsi, plusieurs maisons de la première mo (...)
  • 43 Chazelles 1997 : p. 15 ; Saint-Jean Vitus 1993 : p. 310.

16Entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle, les façades de ces maisons présentent principalement une armature de panneaux de croix de Saint-André : un peu plus d’une centaine d’exemples sont actuellement connus, détruits ou conservés, ce qui constitue environ 64 % du corpus des maisons médiévales et renaissantes. Toutes les maisons médiévales d’Orléans en pan de bois (antérieures à 1500) présentent une façade principale sur rue à croix de Saint-André. Bien que de grandes croix s’étendent sur toute la hauteur d’un étage dans les maisons les plus anciennes (fin XIVe-milieu XVe siècle ; fig. 8, 9)41, elles sont ensuite la plupart du temps réparties en deux registres séparés par une entretoise (fig. 16)42. À l’image de régions voisines comme le Berry, la Sologne ou la Bourgogne, on observe un resserrement important des panneaux de croix de Saint-André entre le XVe et le XVIe siècle, qui implique leur multiplication sur la façade et une utilisation croissante de pièces de bois de plus en plus courtes (fig. 14)43. Ainsi les croix qui peuvent s’étendre sur plus de 135 centimètres de largeur à la fin du XIVe siècle, ne mesurent plus qu’environ 70 centimètres au milieu du XVe siècle, puis une trentaine de centimètres au milieu du XVIe siècle (fig. 15). Une évolution parallèle s’observe également dans la conception et les modes d’assemblages de ces croix de Saint-André. Seules les grandes croix des façades de la maison du XIVe siècle (25 rue de la Poterne) sont constituées de deux bras assemblés à mi-bois bloqués par une cheville unique. En effet, entre le XVe siècle et le milieu du XVIe siècle, les croix sont systématiquement constituées d’une pièce oblique principale (en général une guette qui relie la sablière à un poteau vertical) dans laquelle s’assemblent par tenon-mortaise bloqués par deux chevilles, deux pièces plus courtes alignées. C’est seulement dans la deuxième moitié du XVIe siècle et jusqu’à leur disparition à la fin de ce siècle, que les croix de Saint-André, de petites tailles, sont de nouveau formées de deux pièces de bois assemblées à mi-bois.

Fig. 13 > Exemples de charpentes de comble à pannes de maisons en pan de bois orléanaises (Relevés et dessins C. Alix et J. Noblet).

  • 44 Sur l’« art du trait » dans la construction en pan de bois et les charpentes de comble, voir : Lesc (...)
  • 45 Par exemple, maisons : 11 rue des Bouchers (fin XVe-début XVIe siècles) ; 35 rue de la Charpenterie (...)

17Si l’ordonnance de la façade est avant tout conditionnée par le parcellaire et par la longueur libérée entre les murs pignons en pierre, la répartition du nombre des travées semble en revanche être tributaire de l’utilisation des panneaux de croix de Saint-André, ainsi que des fenêtres (croisées et demi-croisées), servant probablement de module de référence à dupliquer lors des tracés régulateurs des épures aux XVe et XVIe siècles44. La présence de petits espaces de remplissage très étroits situés aux extrémités de la paroi contre les murs maçonnés, fermés par une courte pièce assemblée entre poteaux (éperon ou entretoise), correspond à des rattrapages qui prouvent bien que la composition de la façade est dictée par la standardisation de modules aux dimensions prédéfinies (fig. 16b, d et h)45.

Fig. 14 > Évolution des panneaux de croix de Saint-André [a : 264 rue de Bourgogne, 1re moitié du XVe siècle. b : 295 rue de Bourgogne, 2e moitié du XVIe siècle (Cl. C. Alix)].

Fig. 15 > Évolution des largeurs moyennes de panneaux de croix de Saint-André de façades, de la fin du XIVe siècle à la fin du XVIe siècle (Cl. C. Alix).

18Malgré le caractère modulaire de ces façades, il existe une grande diversité de placement des ouvertures dans la deuxième moitié du XVe siècle et au XVIe siècle : croisées, parfois jouxtées de demi-croisées, petits jours en partie haute (impostes). Disposés de manière symétrique ou non, ces derniers peuvent parfois, s’ils sont associés aux ouvertures des registres supérieurs des baies principales, former un ajourement continu sur toute la longueur de la paroi (fig. 16, 22, 24).

Les autres armatures : à grille ou à losanges

  • 46 Exemples de façades sur cour en pan de bois à grille du XVe siècle : 83 rue de la Charpenterie, 147 (...)
  • 47 Quelques exemples de pan de bois à grille en façade sur rue datant du milieu et de la deuxième moit (...)
  • 48 Les autres maisons présentant une ossature à losanges datent de la fin du XVIe ou du début du XVIIe(...)
  • 49 Saint-Jean Vitus 1992 : p. 270 ; Bonnin 1980 : p. 63.

19Au cours du XVIe siècle, les panneaux à croix de Saint-André utilisés en façade antérieure (exemples tardifs : 35 rue de l’Empereur, maison sud, 1569d, fig. 37 ; 23 rue du Poirier/rue de l’Empereur ; 295 rue de Bourgogne, fig. 14b) sont progressivement remplacés par d’autres armatures secondaires associées à l’usage d’une sablière unique, en pan de bois dit à grille, mais aussi à losanges. Le pan de bois à grille, de conception simple, présente des poteaux d’étage et de fenêtre, ainsi que des pièces obliques (décharges ou éperons) au-dessous et au-dessus desquelles s’assemblent des tournisses, qui sont parfois relativement serrées (« tant plein que vide » ; fig. 17, 18). Attesté dès le XVe siècle pour des élévations n’ayant pas de caractère ostentatoire (murs mitoyens, cloisons ou façades sur cour ou sur rue secondaire46) ce pan de bois à grille est utilisé peu à peu en façade antérieure à partir de la première moitié du XVIe siècle, comme le montrent les exemples précoces du 3 rue du Bourdon-Blanc édifié vers 1510d (1er étage), du 7 rue de Bourgogne vers1517d, des élévations nord de l’hôtel Toutin vers 1535d ou du 29 rue Solférino vers 1538d47. Ces ossatures à grille deviendront d’un usage systématique au XVIIe siècle (11 rue de la Pierre-Percée entre 1609 et 1626 ; 10 rue des Trois-Clefs vers 1610 ; 150 rue de Bourgogne ; etc.) et ce jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Si les pans de bois à grille deviennent très fréquents en façade principale à Orléans au XVIe siècle et début du XVIIe siècle (environ 25 % du corpus), en revanche, les armatures à losanges restent peu nombreuses (onze façades recensées seulement, soit environ 8 % du corpus). En outre, elles ont été employées assez tardivement puisque le premier exemple daté précisément correspond à la maison 16 rue de la Poterne en 1566d, tandis que les dernières constructions datent du premier tiers du XVIIe siècle (fig. 19)48. Ce constat, qui semble également en vigueur en Bourgogne, s’oppose à celui d’autres villes ligériennes comme Blois, Tours, ou Chinon dans lesquelles les armatures à losanges caractérisent plutôt des constructions dites « gothiques » qui se développent vers 1500 (XVe et début XVIe siècle), villes où à l’inverse les ossatures à croix de Saint-André sont moins nombreuses49. À Orléans, ces parois à losanges se composent d’un réseau très resserré de décharges, de guettes et d’éperons assemblés à mi-bois, formant un étroit quadrillage de losanges très décoratif, parfois placé légèrement en retrait par rapport aux éléments de l’ossature principale (sablières, poteaux de fenêtres ou de fond). Dans la continuité de ce qui a été observé avec les croix de Saint-André au cours du XVIe siècle, ces ossatures à losanges s’accompagnent d’un accroissement de la densité des pièces de bois sur la surface de la façade. La multiplication des assemblages, souvent alliée à la présence de décors sculptés de la Renaissance classique, nécessite donc un temps de travail et un coût de réalisation plus important que les autres armatures, ce qui implique un usage réservé aux commanditaires les plus fortunés (fig. 19d-i).

Fig. 16 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à croix de Saint-André (milieu XVe-milieu XVIe siècle) : relevé en élévation avec proposition de restitution de l’état initial [a : 14 rue du Poirier (entre 1443-1465d) ; b : 24 rue de l’Empereur (vers 1450-1470) ; c : 10 rue de la Vieille-Monnaie (1478d) ; d : 29 rue de la Poterne (maison à droite : 1481d ; maison à gauche : entre 1511-1550d) ; e : 126 rue de Bourgogne/rue des Gobelets (façade sur rue secondaire : 1501d) ; f : 282 rue de Bourgogne (1505d) ; g : 121 rue de Bourgogne (début du XVIe siècle) ; h : 15 rue du Poirier (début du XVIe siècle) ; i : 10 rue de la Cholerie (1519d) ; j : 54 rue de la Charpenterie (entre 1519-1549d) ; k : 28 rue de la Poterne (façade sur rue secondaire : entre 1520-1535d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

Fig. 17 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à grille (XVIe siècle-début XVIIe siècle), relevé en élévation avec proposition de restitution de l’état initial [a : 27 rue de la Poterne ; b : 46 rue de la Charpenterie ; c : 37 rue du Poirier ; d : 207 rue de Bourgogne ; e : 5 rue de Vaudour ; f : 19 place de la Bascule ; g : 227 rue de Bourgogne ; h : 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (façade nord : fin du XVIe siècle) ; i : 26 place du Châtelet (façade latérale nord et façade ouest : 1598d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

Fig. 18 > Façades en pan de bois à grille de la fin du XVIe siècle : 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (à gauche) et 26 place du Châtelet, 1598d (à droite) (Cl. C. Alix).

L’évolution des fenêtres et de leurs modes de fermeture

  • 50 Voir les relevés du centre de recherche sur les Monuments Historiques sur la maison de la Bruyère à (...)

20Le modèle de baie le plus ancien est actuellement connu au 25 rue de la Poterne (1395d) : les façades sont parcimonieusement percées de fenêtres dont le meneau est formé par un poteau d’étage, les ouvertures étant limitées en hauteur par une entretoise servant de linteau placée sous la sablière de plancher (fig. 7b et e). Les piédroits et les meneaux de ces baies conservent des traces de rainures suggérant l’utilisation de volets coulissants qui se logeaient à l’arrière des allèges en position d’ouverture (fig. 8). Ces panneaux coulissants sont également attestés dans la moitié nord de la France ou en Belgique comme mode de fermeture primitif de maisons en pan de bois dès le XIVe siècle, et ils semblent avoir perduré dans certaines régions jusqu’au XVIe siècle50.

  • 51 Par exemple : 94 rue de Bourgogne (1445d), 31 rue de Bourgogne (1462d), 24 rue de l’Empereur, 14 ru (...)
  • 52 Par exemple : 35 rue de la Charpenterie (1486d), 9 rue de la Pierre-Percée (1492d), 14 place du Châ (...)
  • 53 Alix, Aubanton, Mazuy 2006 : p. 14-16.
  • 54 Par exemple : 207 rue de Bourgogne, 227 rue de Bourgogne, 27 rue de la Poterne, 16 rue de la Potern (...)

21À Orléans, les véritables croisées apparaissent au XVe siècle, avec un meneau correspondant à une pièce de bois indépendante, débutant au-dessus de l’appui et recevant de chaque côté les deux éléments formant la traverse (fig. 9b ; fig. 16a-c)51. À la fin du XVe siècle et jusqu’au milieu du XVIe siècle, un grand nombre de croisées présentent un meneau en deux parties, placées de part et d’autre d’une large traverse solidement assemblée à tenons et mortaises embrevés dans les piédroits (fig. 16d-k ; fig. 22, 24)52. Ce système permet le développement d’un important décor sculpté d’un arc ou d’une accolade surmontés d’un fleuron sur la traverse et la partie supérieure du meneau (fig. 21d et g). En même temps, la partie inférieure du meneau, de faible section et non porteuse, peut aisément être déplacée pour faciliter le passage d’objets volumineux53. C’est à partir de la seconde moitié du XVIe siècle et conformément à l’évolution des formats des menuiseries et des panneaux de verre, que la traverse de charpenterie disparaît progressivement des fenêtres afin d’être intégrée dans le châssis des vantaux (fig. 17a, c, d, e, g et h)54. Les meneaux de charpenterie perdurent plus longtemps et commencent à ne plus être employés sur certaines façades édifiées au cours du XVIIe siècle, comme au 150 rue de Bourgogne.

Fig. 19 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à losanges [a et b : 16 rue de la Poterne (1566d), détail du 1er étage et ensemble de la façade nord ; c : maison détruite rue Notre-Dame-de-Recouvrance, XVIe siècle ? (Dessin de G. Pracine, 1885 ; Musée historique et archéologique de l’Orléanais) ; d et e : maison détruite 73 rue de la Charpenterie, fin XVIe-début XVIIe siècle, photographie du 1er étage et dessin de la façade en 1877 (Archives municipales d’Orléans, 1 Fi 1-31) ; f : 14 rue Sainte-Catherine (1621d) ; g : 45 rue de la Charpenterie (1580d) ; h et i : maison détruite rue au Lin, fin XVIe-début XVIIe siècle : ensemble de la façade et détail d’une travée (Dessin H. Poullain, 1885)].

  • 55 33 rue de l’Empereur, 25 place du Vieux-Marché, 282 rue de Bourgogne, etc.

22Dès le XVe siècle à Orléans, la présence systématique de feuillures sur la face interne de la paroi et parfois de trous de gonds sur les piédroits, aussi bien dans les baies principales (croisées, demi-croisées) que dans les jours, permettent de restituer des châssis ouvrants (volets pleins ou panneaux de verre). Dans les jours rectangulaires, ces ouvrants logés dans les feuillures des XVe et XVIe siècles seront souvent remplacés au XVIIIe siècle par des châssis fixes vitrés, bloqués à l’arrière de petites baguettes clouées près du nu externe de la façade55.

23Sur quelques maisons, notamment les plus anciennes (25 rue de la Poterne ; 94 rue de Bourgogne), les fenêtres principales étaient complétées par des structures externes légères aujourd’hui disparues comme en témoignent les trous circulaires, larges de 2,5 à 4 cm de diamètre, formant un alignement horizontal sur les pièces de bois (fig. 7a et d ; fig. 9). Ils permettent de restituer des lisses ou des planches fixées en saillie à la base des baies, jouant peut-être le rôle de petites plates formes prolongeant la surface des appuis.

Les décors sculptés et leur évolution56

  • 56 Sur le décor sculpté des maisons en pan de bois d’Orléans : Alix 2009b.
  • 57 Quelques exemples où les motifs recouvrent les panneaux aveugles : 14 place du Châtelet (1497d ; fi (...)
  • 58 Sur les sculptures d’engoulants à Orléans, Alix 2008b : 2e partie, p. 29-37.
  • 59 Par exemple : 37 rue de l’Empereur (entre 1507-1531d ; fig. 30) ; 32 rue du Poirier (1524d ; fig. 2 (...)

24Aux XVe et XVIe siècles, la technique de panneautage de croix de Saint-André et entretoises remporte un franc succès pour les façades antérieures du fait de sa conception relativement simple et de sa mise en œuvre rapide, qui offre toutefois un certain effet décoratif grâce aux pièces de bois formant une succession de lignes dynamiques (obliques des croix notamment ; fig. 16). En raison de l’absence de surplomb, ces maisons ne présentent pas de grands programmes iconographiques contrairement aux demeures d’autres centres urbains, où les sculptures s’adaptent parfaitement à la forme des organes permettant le débord de la façade (figures sur les consoles ou les têtes des poteaux élargies, motifs en frise et moulures profondes des entretoises). À Orléans, la sculpture se concentre autour des fenêtres principales (croisées et demi-croisées, lucarnes) dont les piédroits sont ornés de pinacles à crochets sur bases prismatiques reliés par des accolades situées sur les traverses (fig. 16e-j ; fig. 22, 24). Ces éléments en relief, qui ont été systématiquement bûchés lors de la pose d’enduit, peuvent néanmoins être restitués sur une quarantaine de maisons (fig. 20). Certaines d’entre elles comportent également un décor qui se développe sous la forme d’accolades ou d’arcs surbaissés sur les entretoises séparant les panneaux aveugles à croix de Saint-André tandis que des pinacles recouvrent également les poteaux intermédiaires (fig. 21)57. Sur ces maisons ornées, les sablières de chambrée sont également soulignées par un corps de moulures horizontales formant larmier et qui est amorti sur les abouts dans des engoulants, motifs très en vogue à Orléans également employés sur les linteaux de portes et les poutres de plafonds58. Les autres ornements de sablières sont plus rares, tels les motifs organisés en frise : de grands trilobes au 266 rue de Bourgogne, des rosaces au 66 rue de la Charpenterie ou des arceaux au 54 de la même rue. Les éléments de débord des lucarnes monumentales du type lucarnes-pignons (fig. 5, 24) ou des lucarnes plus modestes à fermette débordante et planches de rive, sont également le support d’un décor sculpté (engoulants, pinacles ou figures en pied sur les poteaux élargis, polylobes, etc.). Dans les nombreuses maisons à panneaux de croix de Saint-André de la première moitié du XVIe siècle, ces décors sculptés issus du « gothique flamboyant » s’enrichissent progressivement de motifs italianisants caractéristiques de la première Renaissance (oves, denticules, feuilles d’acanthe, etc.59). Quelques rares façades se distinguent néanmoins par la présence d’un programme sculpté plus important, se traduisant par exemple par la présence de petits culots figurés (personnages en buste) à l’emplacement des habituelles bases prismatiques posées en pied des pinacles : maison anciennement rue Sainte-Catherine (façade déplacée place Abbé-Desnoyers puis détruite en 1940), maison anciennement 29-33 rue de l’Écrevisse (détruite en 1940), etc.

Fig. 20 > Relevés des traces de pinacles bûchés sur certains poteaux de la façade 11 rue de Vaudour [a, b : piédroits de la croisée ouest ; c, d : piédroits de la croisée est ; e, f : potelets supportant la lucarne (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

  • 60 Pour les ossatures à grille : 258 rue de Bourgogne (entre 1596-1621d, probablement vers 1602) ; 1 r (...)

25Quant au décor sculpté de la seconde Renaissance, il n’apparaît que tardivement sur quelques maisons du dernier tiers du XVIe siècle et du premier tiers du XVIIe siècle, dotées de nouvelles ossatures en grille ou en losanges : grandes feuilles d’acanthe plates, rosaces en médaillons, consoles en volutes, sablières moulurées à l’imitation d’entablement, poteaux sculptés à l’image de pilastres ou de colonnes présentant les différents ordres de l’architecture classique, etc. (fig. 19)60.

Fig. 21 > Sculptures de pinacles, accolades, arcs surbaissés et fleurons conservés sur certaines façades [a, b, c : maison anciennement située entre la rue Saint-Étienne et la rue Sainte Colombe (façade démontée dans les années 1960) ; d : 14 place du Châtelet, façade sur cour (1487d) ; e, h : 289 rue de Bourgogne, façade sur rue (1521d) ; f, i : 282 rue de Bourgogne, façade sur cour (1505d) ; g : 32 rue du Poirier, façade sur impasse (1524d) (Cl. C. Alix)].

LES HOURDIS : DU TORCHIS À LA BRIQUE

  • 61 Notons un exemple où les petits moellons, accompagnés de fragments de terre-cuites architecturales, (...)
  • 62 Hôtel de Guillaume Toutin, vers 1535d ; tourelle d’escalier de l’hôtel particulier 17 rue des Trois (...)
  • 63 Par exemple : 32, 40, et 54 rue de la Charpenterie, respectivement vers 1501d, entre 1570-1580d, et (...)

26Le remplissage de torchis n’a été observé que pour les façades sur rues et les cloisons de la maison 25 rue de la Poterne (vers 1395d), comme le prouvent des rainures et/ou trous de fixation d’éclisses (ou de palissons) sur les faces latérales de pièces de bois (fig. 7, 8). La présence de torchis dans cette construction de la fin du XIVe siècle pourrait suggérer que ce matériau ait été d’un usage plus courant dans les bâtiments médiévaux antérieurs au XVe siècle. Dans les autres maisons, plus tardives, le hourdis se compose de moellons enduits61 ou plus souvent au XVIe siècle de petites briques apparentes (fig. 16, 22), qui revêtent un aspect décoratif en étant posées alternativement à plat ou de champ, voir en épis (fig. 16 ; fig. 23a et b)62. Ces briques sont alors liées par un mortier de chaux blanc et fin, dont les joints pouvaient être lissés à la truelle et rubanés (fig. 23 c, d)63. L’effet de contraste entre le bois et le hourdis s’accompagnait donc par un jeu d’ombre et de lumière créé par la saillie des joints. Cet attrait pour les aplats de briques découpées par des joints saillants clairs et des lignes obliques sombres n’est pas sans rappeler l’architecture mixte en brique et pierre qui se développe dans les résidences aristocratiques du Val de Loire, notamment au travers des réalisations de Louis XI ou de son entourage (château d’Anne de Beaujeu à Gien par exemple) et que l’on retrouve à la même époque dans certaines demeures orléanaise : hôtel du roi Louis XI vers 1480d (place Saint-Aignan) ; hôtel de Jean Brachet vers 1505d (dit de la Vieille-Intendance ; 24-26 rue de la Bretonnerie) ; hôtel de Marie Brachet vers 1547 (dit des Chevaliers du Guet ; 11 rue Étienne-Dolet) ; hôtel de Jacques Groslot vers 1547-1555 (3-5 place de l’Étape) ; etc.

Fig. 22 > Maison 32 rue du Poirier : proposition de restitution de la façade latérale sur impasse (mur gouttereau ouest), 1524d (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

  • 64 L’authenticité du hourdis de briquettes est attestée par un relevé effectué par Albert Laprade vers (...)
  • 65 Lescroart 1995 : p. 64-65, 138-141.

27En outre, quelques exemples plus exceptionnels de pans de bois montrent des briques savamment disposées et incisées de motifs géométriques variés (chevrons, demi-cercles, cœur, etc.) destinés à recevoir de faux-joints rubanés qui fragmentaient les panneaux de hourdis en de multiples petites surfaces : 11 rue de Vaudour (1507d ; fig. 24, 24, 26) et 282 rue de Bourgogne (1505d ; fig. 16f). Ce goût pour les jeux de polychromie et de graphisme du hourdis de la fin du XVe et du XVIe siècle est à rapprocher de ceux visibles dans d’autres centres urbains du nord de la France, comme à la maison à l’angle de la rue du Change et de la rue du Commerce à Tours, dont les briques sont taillées en de multiples motifs géométriques64, ou à la maison dite « du Vieux Manoir » à Orbec (Calvados), construite vers 1568, qui présente un contraste particulièrement saisissant entre les moellons de silex sombres (brun et gris) alignées horizontalement, les pierres blanches de calcaire taillées de forme triangulaire et les tuileaux rouges disposés horizontalement ou en obliques65.

Fig. 23 > Exemples de hourdis décoratifs de briques et joints rubanés [a : 282 rue de Bourgogne (1505d), briques taillées ; b : 17 rue des Trois-Maries (vers 1530-1550) ; c : 126 rue de Bourgogne (1503d) ; d : 289 rue de Bourgogne (1521d) (Cl. C. Alix)].

Fig. 24 > Maison 11 rue de Vaudour : relevé en élévation de la façade antérieure (mur gouttereau nord) avec proposition de restitution de la phase 1 (1507d). Lucarne-pignon, hourdis décoratif de briques incisées, croisées et demi-croisée ornées de pinacles et d’accolades sculptés (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

TRAITEMENTS COLORÉS, PIGMENTS ET REVÊTEMENTS

  • 66 Sur les couleurs des pans de bois orléanais : Alix 2007 ; et la synthèse : Alix à paraître, « Les t (...)
  • 67 Ribault 1990.

28Aux XVe et début du XVIe siècle, il semble que les pièces de bois des maisons orléanaises soient laissées au naturel, ou peut-être simplement éclaircies par une couche de lait de chaux ou de plâtre (traitement protecteur et esthétique). Il en résulte un contraste important entre l’ossature et les zones de hourdis rouges et blanches. Sur plusieurs façades, des traces de pigments rouge foncé observées sur les bois correspondent à une campagne de « mise au goût du jour » entre la fin du XVIe et le XVIIe siècle (fig. 27)66. Cet ocre rouge est obtenu par calcination d’une terre ocre jaune vraisemblablement extraite dans la Puisaye, peut-être des carrières de Saint-Amand-en-Puisaye (nord de la Nièvre), région située aux confins de l’Orléanais, ce qui favorise son transport par la Loire. Des carrières sont également attestées depuis le Moyen Âge à Saint-Georges-sur-la-Prée (Cher) et on sait que les ocres de cette région étaient embarqués sur le Cher par grandes quantités au XVIIe siècle en direction de villes comme Nantes, Tours ou Orléans67. Les études de bâti ont montré que l’application de pigments colorés va se généraliser dans les programmes de construction ou de remaniement des pans de bois orléanais au XVIIIe siècle (fig. 28). Les teintes rouges continuent alors d’être fréquemment employées mais la palette chromatique introduit l’ocre jaune et s’élargit vers des tons intermédiaires et des couleurs parfois plus pastels : certaines tirent vers le orangé, le mandarine, le saumon, le chair, le rouille ou le brun. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que la paroi (bois et enduit du hourdis) sera recouverte d’une couche de peinture blanche visant à imiter les façades en pierre, avant qu’au XIXe siècle l’ensemble ne soit systématiquement enduit au plâtre afin de masquer complètement l’ossature. L’application des théories hygiénistes, la lutte contre les incendies, ainsi que l’adhésion à une mode privilégiant la pierre, considérée comme un matériau plus noble que le bois, sont les principales raisons conduisant au recouvrement systématique des façades en pan de bois par un enduit.

Fig. 25 > Maison 11 rue de Vaudour (1507d) : détails du hourdis décoratif de briques incisées de motifs géométriques [a : avant restauration ; b : après restauration (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

Fig. 26 > Maison 11 rue de Vaudour (1507d), exemple du hourdis de briques incisées de faux-joints à motifs géométriques [a : comble, extrémité ouest ; b : étage, compartiment 3, registre central ; c étage, compartiment 5, registre central ; d : étage, compartiment 4, registre bas ; e : étage, compartiment 10, registre bas (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].

Fig. 27 > Couche de pigment rouge foncé. a : sur les pièces de bois du 26 place du Châtelet (1598d) ; b : sur l’enduit lissé du hourdis de la maison sud du 35 rue de l’Empereur (1569d) (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

  • 68 Les essentages d’« esseaunes » ou de « bardeaux » étaient utilisés notamment pour les maisons appar (...)
  • 69 Les vestiges d’un essentage d’ardoises sur la façade latérale d’une maison de Rennes (6 rue Saint-Y (...)

29À Orléans, il n’a pas été observé de trace ancienne d’essentage assurant la protection des bois, bien que des bardeaux, des essentes ou des ardoises soient attestés dans les sources textuelles anciennes ou sur des documents iconographiques du XIXe siècle68. Il est possible que ces derniers aient surtout recouvert des élévations secondaires situées en retrait de la rue (certaines façades sur cour, etc.69).

Fig. 28 > Évolution des traitements colorés des façades en pan de bois de maisons orléanaises du XIVe au XIXe siècle (C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

À L’INTÉRIEUR : PLANS, DISTRIBUTIONS, ÉQUIPEMENTS ET DÉCORS DES MAISONS

  • 70 Exemples de coursières actuellement conservées : 293 rue de Bourgogne (1497d) ; 62 rue de la Charpe (...)
  • 71 Voir les dessins de ces deux galeries aujourd’hui détruites, Alix 2009b : p. 195, fig. 14 et p. 198 (...)
  • 72 Par exemple : 37 rue de l’Empereur ; 293 rue de Bourgogne ; 35 rue de l’Empereur ; 30 rue de la Pot (...)
  • 73 Par exemple : maison 35 rue de l’Empereur (1569d) ; etc. Dispositif qui là encore se retrouve dans (...)
  • 74 De semblables décors ornent les portes des cloisons et cage d’escalier en pan de bois d’habitations (...)

30Les habitations en pan de bois de la ville correspondent essentiellement à des maisons « polyvalentes » regroupant les fonctions de logement et de lieu d’exercice professionnel, comme l’atteste la présence quasi systématique d’un local au rez-de-chaussée, correspondant à une boutique voire à un atelier. Le plan et la distribution de ces maisons sont semblables à ceux des demeures de la ville en pierre et se retrouvent également dans de nombreuses autres agglomérations (fig. 29) : un corps de bâtiment principal est séparé du corps de bâtiment postérieur en fond de parcelle par une petite cour dans laquelle se situe une galerie ou des coursières munies d’un garde-corps en pan de bois permettant de relier les étages70. Notons qu’au XVIe siècle, ces corps de galerie peuvent participer au décor de la cour en étant recouverts de sculptures : colonnettes ioniques à fûts renflés et cannelés dans la maison anciennement 29-33 rue de l’Écrevisse (vers 1545 ?) ; cariatides ou atlantes engainés dans la maison anciennement 10 rue du Coulon (fin XVIe ou début XVIIe siècle)71. Du XVe au XVIIe siècle, ces éléments de circulation horizontale sont reliés à un escalier en vis généralement en bois, dans-œuvre ou placé dans la cour, qui assure la desserte principale des étages. Dans les années 1470-1550, le noyau est parfois sculpté d’une main-courante enroulée en spirale et il est orné à ses extrémités d’une base et d’un chapiteau simplement moulurés (fig. 33b)72. Plus rarement, une échelle de meunier peut desservir une trappe de comble (5 rue du Petit-Puits) ou bien racheter la différence de niveaux entre deux corps de bâtiments édifiés à des époques différentes, comme pour l’accès au comble depuis la coursière au 20 place du Châtelet. Un escalier droit en pierre, accessible depuis une trappe située derrière la porte piétonne d’entrée, mène à la cave située sous le corps de bâtiment principal. En outre, l’escalier en vis de la maison se prolonge parfois par une volée en pierre assurant un accès secondaire à la cave73. À chaque niveau, les circulations horizontales entre les pièces sont canalisées par des cloisons en pan de bois à grille, composées de poteaux reliés par une pièce oblique (décharge, éperon) autour de laquelle s’assemblent des tournisses. Ainsi, au rez-de-chaussée des maisons polyvalentes, le local à vocation professionnelle est délimité d’un côté par une cloison isolant le couloir ouvert sur la rue par la porte d’entrée et donnant accès à la cour et à l’escalier. Les portes percées dans ces cloisons en pan de bois à grille, ou celles des parois des cages d’escalier, peuvent être ornées de sculptures (pinacles, accolades, culots), comme au 14 place du Châtelet74. Lorsque la façade sur rue est suffisamment large, la porte d’entrée du couloir peut-être complétée par une seconde porte piétonne donnant directement accès à la boutique (fig. 30). En règle générale, les deux portes sont alors situées aux extrémités de la façade et sont séparées par la devanture de boutique située au centre. Cette dernière est couverte par un poitrail surmonté de jours d’imposte protégés par des barreaux, apportant un éclairage permanent au local professionnel même lorsque les volets ou les contrevents de l’étal sont clos (fig. 16 ; fig. 17a, b et g). Dans certains cas, le poteau délimitant l’une des extrémités de la devanture peut-être sculpté à l’image d’une colonne : 37 rue de l’Empereur (vers 1520d, fig. 30) ou 25 rue du Poirier/28 place du Châtelet (fin du XVIe siècle ; fig. 17h).

Fig. 29 > Maison 293 rue de Bourgogne (1497d) : plans restitués du rez-de-chaussée et du 2e étage (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

31Quelques exceptions à ces plans et schémas distributifs courants à Orléans se distinguent néanmoins. Dans les deux maisons voisines formant actuellement le 29 rue de la Poterne (1481d et vers 1520d ; fig. 16d), l’exiguïté du parcellaire a entraîné la construction d’un escalier en vis dans œuvre, commun aux deux unités d’habitation, imbriqué à la limite des parcelles et qui était desservi au rez-de-chaussée de chaque maison par un couloir. Au 25 place du Vieux-Marché (1483d ; fig. 10), chaque niveau était divisé en deux espaces par une cloison solidaire au plafond (pan de bois à grille, décharge et tournisses) trahissant un découpage en plusieurs unités d’habitation possédant chacune son propre accès comme le prouvent les portes contiguës sur chacun des paliers de la cage d’escalier en vis (fig. 31).

Fig. 30 > Maison 37 rue de l’Empereur : rez-de-chaussée en pan de bois (vers 1520d) avec portes piétonnes et devantures de boutique (Relevé et dessin C. Alix).

Fig. 31 > Maison 25 place du Vieux-Marché (1483d) : plan du 1er étage (après recul de la façade vers 1560-1570) avec cloison et séparative et double accès depuis l’escalier en vis (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

  • 75 Fragments découverts en 1910 dans cette maison détruite en 1940 (Jarry 1911).
  • 76 Jarry 1909 : p. 55-56, 60.

32Les équipements de ces maisons (latrines, puits à eau, placards, etc.) ne sont pas présentés ici car ils ne diffèrent pas de ceux observés dans les maisons en pierre de la ville. Les quelques manteaux de cheminées observés présentent une modénature s’inspirant du « gothique » : parfois simple (piédroits à cavet terminés par un congé au 10 rue de la Vieille-Monnaie, vers 1478d) ou élaborée avec des moulures contrastées (linteau en bois au rez-de-chaussée du 227 rue de Bourgogne ; piédroit en pierre au premier étage de la maison nord du 33 rue de l’Empereur, vers 1490d ; fig. 32), voire agrémentées d’éléments figurés comme aux étages de l’hôtel de Jacques Boucher dit maison de Jeanne d’Arc rue du Tabour (personnages sur le corbeau, colonnette sur les piédroits, feuilles de choux frisés sur le linteau du manteau75). Le premier étage de cette maison dite de Jeanne d’Arc (première moitié du XVe siècle ?) était couvert par un remarquable plafond où le prolongement de la modénature prismatique des solives sur les poutres dessinait un profil en arc déprimé (fig. 4b)76. Contrairement aux plafonds des demeures en pierre de la fin du XVe siècle ou du XVIe siècle pouvant être sculptés (engoulants, médaillons, plis de serviettes, etc.), ceux des maisons en pan de bois de la même époque sont assez peu ornés. Celui du 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (fin XVIe siècle) se distingue par les bouillons de feuillages et les feuilles d’acanthe sculptés sur les petites consoles qui renforcent l’assemblage des poutres maîtresses aux revers des poteaux de la façade ouest (fig. 33a).

Fig. 32 > Maison 33 rue de l’Empereur (maison nord : 1490d) : plan du premier étage avec piédroit oriental de la cheminée (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Fig. 33 > Exemples de décors intérieurs de maisons en pan de bois orléanaises [a : console au premier étage du 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (fin XVIe siècle) ; b : noyau d’escalier en vis au 14 rue Sainte-Catherine ; c et d : motifs peints à l’étage du 32 rue du Poirier (XVIIe siècle ?) (Cl. C. Alix)].

33Dans certains espaces, les parois en pan de bois sont peintes d’une couche de pigment rouge foncé, comme en témoignent les traces visibles sur certains poteaux : petite pièce isolée par des cloisons légères au second étage du 293 rue de Bourgogne, servant peut-être de cabinet de travail ; salle à l’étage de la maison 32 rue du Poirier. Dans ce dernier exemple, cette couche de couleur est recouverte par un décor peint semblant dater du XVIIe siècle composé de motifs floraux sur les poteaux, de médaillons et de rinceaux sur les solives et la poutre maîtresse du plafond (fig. 33c et d). Un autre exemple de renouvellement des intérieurs est fourni par le plafond du premier étage de la maison nord 5 rue du Petit-Puits (fin XVe siècle) dont les solives et les entrevous reçoivent au XVIe siècle un décor peint de losanges renfermant des éléments végétaux.

RECONSTRUCTION URBAINE ET AVANTAGES DE LA CONSTRUCTION EN PAN DE BOIS

L’exemple de la reconstruction de l’ancien faubourg Bourgogne (bourg Saint-Aignan)

  • 77 Ce type de pan de bois ne réclame pas un temps de conception et de confection des bois important pa (...)
  • 78 Ils confirment le caractère rapide de la reconstruction des habitations du faubourg Saint-Aignan qu (...)
  • 79 Soyer 1907.
  • 80 Le caractère concomitant est confirmé par le prolongement des sablières de ces deux maisons qui son (...)
  • 81 Sa façade, actuellement masquée par un enduit, est visible à l’intérieur de l’habitation. Cette mai (...)

34Entre la deuxième moitié du XVe et le milieu du XVIe siècle, le type de pan de bois décrit précédemment, avec doubles sablières à l’aplomb et panneautage à croix de Saint-André, est parfaitement maîtrisé. Grâce à sa rapidité d’exécution et son caractère modulaire77, il est bien adapté à la demande forte et urgente de reconstruction des habitations liée au phénomène de renouvellement du bâti à cette époque, comme l’illustrent les quartiers où des bâtiments sont reconstruits dans un laps de temps assez court. À l’est de la ville, l’observation de l’ancien faubourg Bourgogne et des habitations se développant à proximité de la collégiale Saint-Aignan et de l’abbaye de Saint-Euverte en révèle un exemple intéressant (fig. 34). Certaines parcelles sont loties ou reconstruites dès le milieu du XVe siècle, c’est-à-dire quelques décennies après les destructions liées au siège de la ville (1428-1429) et avant même le début du chantier d’édification de l’enceinte urbaine destinée à protéger ce quartier (dite « troisième enceinte », à partir de 1466). Les vestiges des façades à larges croix de Saint-André des maisons 94 rue de Bourgogne (1445d ; fig. 9), 31 rue de Bourgogne (1461d ; fig. 35b) et 23 rue de Bourgogne (fig. 35a) illustrent pleinement cette reconstruction des habitations du « bourg Saint-Aignan78 ». Dans ce même quartier, la construction un peu plus tardive des habitations à l’angle nord-ouest du carrefour de la rue de Bourgogne avec celle du Bourdon-Blanc constitue un autre exemple significatif (fig. 36). Elles sont situées à l’emplacement du fossé et du boulevard qui défendaient l’ancienne porte Bourgogne de la « première enceinte », démantelée suite à l’édification de la « troisième enceinte » sous le règne de Louis XI. Ces terrains furent cédés le 15 novembre 1473 par la duchesse d’Orléans Marie de Clèves, sous la forme d’un bail perpétuel avec cens annuel, à Michel Gaillart, son conseiller, trésorier, receveur général et argentier. Le texte précise que celui-ci doit employer une somme de 1 500 livres pour transformer les deux tours de la porte en habitations, démolir le boulevard et combler les fossés pour y « construire, bastir et ediffier de nouvel une ou plusieurs maisons79 ». Les maisons qui nous intéressent ici seront édifiées trente ans après la rédaction de cet acte. Bien que les deux habitations voisines 126 rue de Bourgogne et 124 rue de Bourgogne/1 rue du Bourdon-Blanc présentent des plans et des volumes très différents (fig. 36), l’étude de leurs façades usant de la même technique de panneaux de croix de Saint-André tend à prouver qu’elles sont contemporaines80. Elles appartiennent donc toutes deux à un projet commun, au sein duquel il y a eu volonté d’isoler une petite maison à l’ouest d’une grande habitation située à l’angle des deux rues, grâce à un mur mitoyen en pierre. Côté rue du Bourdon-Blanc, il est possible qu’une troisième maison voisine (no 1 bis rue du Bourdon-Blanc), présentant une façade à panneaux de croix de Saint-André très semblable aux deux précédentes81, fasse partie de la même opération de lotissement (fig. 36b). Quelques années seulement après (1510d), on construit la petite maison située immédiatement au nord de cette dernière, au no 3 rue du Bourdon-Blanc : elle présente quant à elle un parti bien différent, puisque son élévation est en pan de bois à grille, initialement limitée à un étage. Enfin, la façade de la maison voisine au nord (no 5) ne sera vraisemblablement édifiée que dans la seconde moitié du XVIe siècle, voire au début du siècle suivant, comme en témoigne son décor sculpté caractéristique de la « Renaissance classique ».

Fig. 34 > Localisation des maisons à façade en pan de bois du Moyen Âge ou de la Renaissance dans l’emprise de l’enceinte de l’ancien faubourg Bourgogne (ou bourg Saint-Aignan), sur le plan cadastral actuel (SiGor). Cercle orange : maison dont la construction est antérieure à l’édification de l’enceinte protégeant ce quartier (1466) (dessin C. Alix).

Fig. 35 > Maisons du bourg Saint-Aignan (ancien faubourg Bourgogne) construites au XVe siècle [a : 23 rue de Bourgogne ; b : 31 rue de l’Empereur (1461d) (Cl., relevé et dessin C. Alix)].

Fig. 36 > Lotissement à l’angle des rues de Bourgogne et du Bourdon-Blanc. [a : maison 126 rue de Bourgogne (1503d) : façade antérieure, restitution de l’élévation (Relevé et dessin C. Alix et J. Noblet, Service archéologique municipal d’Orléans) ; b : Maison 124 rue de Bourgogne/1 rue du Bourdon-Blanc (1501d). À droite, façades des maisons rue du Bourdon-Blanc : no 1 bis (encore enduite et avec lucarne), no 3 (pan de bois à grille ; 1510d) et no 5 (Cl. C. Alix)].

Autres exemples de reconstructions (33-37 rue de l’Empereur et 289-293 rue de Bourgogne)

  • 82 Un axe de symétrie passe par le centre de la façade, occupé par une croisée et la lucarne, de part (...)
  • 83 L’unité d’habitation sud, située à l’angle de la rue de l’Empereur, fut détruite lors de l’aligneme (...)
  • 84 Ces aménagements du XVIe siècle s’accompagnent de la reconstruction de la cloison nord et des plafo (...)

35Au cœur de la ville médiévale, un autre exemple assez spectaculaire est fourni par la rive occidentale de la partie nord de la rue de l’Empereur (fig. 37). Plusieurs maisons contiguës sont reconstruites avec des façades à panneaux de croix de Saint-André à l’organisation à chaque fois différente. Le phénomène débute vers 1483d par le bâtiment nord du 35 rue de l’Empereur, dont le dessin régulier de la façade est remarquable82, suivi ensuite par le bâtiment nord du 33 rue de l’Empereur (vers 1490d), tandis que quasi simultanément est bâtie la maison voisine (actuel bâtiment sud du 33 rue de l’Empereur, 1493d), maison double dont seule subsiste aujourd’hui l’unité d’habitation septentrionale83. Enfin, l’habitation sud de l’actuelle 35 rue de l’Empereur ne sera reconstruite que vers 1569d, époque à laquelle sera également réédifiée la maison à l’autre angle du carrefour rue de l’Empereur/23 rue du Poirier (dernier tiers du XVIe siècle). Ajoutons à ces dernières, une « mise au goût du jour » affectant la maison voisine 37 rue de l’Empereur, puisqu’un rez-de-chaussée en pan de bois sculpté est inséré en sous-œuvre vers 1520 (entre 1507-1531d) dans cette habitation en pierre de la fin du XIIIe ou du XIVe siècle84.

36Ailleurs dans la ville, lorsque ce phénomène de renouvellement rapide du bâti concerne deux maisons voisines, il peut y avoir une reconstruction concertée entraînant la mise en place d’un mur pignon mitoyen en pan de bois à la place de l’habituel mur de pierre. Ainsi, dans la maison 293 rue de Bourgogne (fig. 29), le mur mitoyen oriental est bâti en pan de bois à grille (à longues décharges, poteaux et tournisses) en même temps que les autres façades de l’habitation (vers 1497d). Les plafonds sont également refaits et l’about de chaque poutre maîtresse vient s’encastrer dans cette paroi sur un petit linçoir légèrement en surplomb, soutenu par des poteaux à têtes élargies moulurés de petits cavets (fig. 38). Ces linçoirs présentent également un espace nécessaire à l’encastrement des poutres maîtresses de la maison voisine (291 rue de Bourgogne), ce qui traduit bien le caractère contemporain, ou tout du moins raisonné, de la mise en place des plafonds des deux habitations. En outre, la présence d’un poteau de fond à l’extrémité occidentale de la façade d’une troisième habitation voisine, 289 rue de Bourgogne, trahissant là encore l’existence d’un mur pignon en pan de bois, laisse penser que c’est l’ensemble de ces trois parcelles qui fit l’objet d’une reconstruction entre les années 1490 et 1520 (289, 291 et 293 rue de Bourgogne).

Fig. 37 > Maisons du 33 au 37 rue de l’Empereur : proposition de restitution des façades (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Fig. 38 > Maison 293 rue de Bourgogne (1497d), élévation du mur pignon oriental : paroi en pan de bois à grille mitoyenne avec le 291 rue de Bourgogne. À gauche : poteau à tête élargie portant le linçoir pour poutre maîtresse de plafond. La charpente de comble a été reprise en 1753d. (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Habitat sériel et lotissements

  • 85 L’accroissement rapide de la population et la hausse de la rente depuis la seconde moitié du XVe si (...)

37La construction de petits lotissements de maisons contiguës et solidaires témoigne pleinement de l’efficacité de cette technique de façade en pan de bois85. Il est révélateur qu’un certain nombre de ces maisons sérielles soit situé dans les quartiers nouvellement enclos de la dernière enceinte, où ce type de bâti simple et efficace était parfaitement adapté à un objectif de construction rapide. Ces habitations sérielles présentent soit une élévation limitée, à étage unique, élément qui caractérise les maisons modestes élevées dans les faubourgs ou les anciens faubourgs nouvellement enclos, soit deux étages dans les quartiers du « centre » où la pression démographique est plus forte.

  • 86 Par exemple : 280-282 rue de Bourgogne (fig. 16f), 289 rue de Bourgogne (1521d), 33 rue de l’Empere (...)

38Deux, parfois trois unités d’habitation se jouxtent avec des façades présentant souvent un parti similaire, avec des ordonnances symétriques ou non, et munies chacune de distributions indépendantes, grâce à la présence de portes avec couloirs d’accès et d’escaliers en vis dissociés (fig. 39, 40). Dans la majorité des cas, chaque unité d’habitation est séparée par une paroi en pan de bois à grille (pignon mitoyen) qui vient s’accrocher en façade derrière un poteau de fond recevant également les sablières des façades86. L’une des fermes de la charpente de comble est alors intégrée à l’intérieur de cette paroi en pan de bois.

Fig. 39 > Lotissement 62-64-66 rue de la Charpenterie : façades antérieures (1466d) (Cl. C. Alix).

Fig. 40 > Lotissement 8-10 rue de la Poterne : façades antérieures (1487d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).

Fig. 41 > Lotissement 29-29 bis rue Croix-de-Bois : façades antérieures (2e moitié du XVIe siècle ?) (Cl. C. Alix).

  • 87 Certains de ces lotissements, comme celui 5 rue du Petit-Puits, pourraient correspondre au regroupe (...)

39Parfois, il s’agit de maisons doubles à façade en pan de bois à grille (9-11 rue Stanislas-Julien ; 29-29 bis rue Croix-de-Bois) ou à croix de Saint-André (5 rue du Petit-Puits), bâties en symétrie de part et d’autre d’un mur pignon mitoyen maçonné (fig. 41), avec à chaque fois répétition d’un plan, d’un volume et d’un système distributif semblable87. Plus rarement, les deux unités d’habitation présentent des plans et des élévations volontairement très différents, comme évoqué précédemment avec les maisons 124 et 126 rue de Bourgogne (fig. 36), ou comme au 10 rue de la Cholerie (1519d ; fig. 16i). Dans ce dernier exemple, les deux unités, séparées à tous les niveaux par une paroi en pan de bois à grille, se différencient par une large façade nord à panneaux de croix de Saint-André très resserrés contrastant avec la façade sud, plus étroite et composée de grandes croix. Au 289 rue de Bourgogne, la façade est délimitée par des poteaux de fond à l’arrière desquels se fixaient les cloisons séparant trois unités d’habitation. Si chacune de ces trois unités d’habitation présente une même composition en façade (croisée encadrée de chaque côté par un jour haut), en revanche elles se distinguent par un décor sculpté légèrement différent (accolades à fleurons géométriques à l’est, arcs surbaissés au centre et accolades à fleurons végétaux à l’ouest ; fig. 21e). Autre cas de figure particulier, au 11 rue du Vaudour (1507d), une grande façade unitaire masque deux unités d’habitation distinctes correspondant au regroupement de deux anciennes parcelles comme en témoigne la cave (fig. 24).

  • 88 62-66 rue de la Charpenterie : 1466d, fig. 39 ; 8-10 rue de la Poterne, 1487d, fig. 40 ; 61 rue des (...)
  • 89 Pour la Bourgogne : maison rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval à Saint-Gengoux-le-National (Saône- (...)
  • 90 Toulier, Aquilon 1980 : p. 47, 51 ; Guillaume, Toulier 1983 : p. 13.

40Ces constructions sérielles étaient destinées à la bourgeoisie, comme les maisons de commerçants avec décor sculpté aux 280-282 rue de Bourgogne (fig. 16f) ou au 289 rue de Bourgogne, mais elles correspondent aussi à un habitat plus modeste souvent limité en hauteur par un seul étage88. Elles peuvent être comparées aux maisons multiples connues de la fin du XVe au XVIIe siècle par exemple en Bourgogne, à Bourges, à Rouen, à Paris ou en Belgique89. Le phénomène est particulièrement spectaculaire à Tours, où le lotissement 2-12 rue de la Madeleine (vers 1520-1530) comporte neuf maisons identiques dont l’étage en pan de bois à grille repose sur un rez-de-chaussée maçonné. Cet habitat sériel édifié dans un ancien faubourg proche de la Loire pourrait être là aussi destiné à des artisans90.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alix 2001
Alix Clément – La maison 4 rue des Trois-Maillets à Orléans : étude archéologique du bâti, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et d’archéologie, Journot Florence (dir.), Université de Tours, 2001, 2 vol.

Alix 2002
Alix Clément – L’habitat à Orléans à la fin du Moyen Âge, mémoire de DEA civilisation de la Renaissance, Salamagne Alain (dir.), CESR, Université de Tours, 2002, 3 vol.

Alix 2007a
Alix Clément – « Les modifications du 18e siècle des maisons en pans de bois de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance : l’exemple du 54 rue de la Charpenterie et du 293 rue de Bourgogne », dans Orléans, les mutations urbaines au 18e siècle, Catalogue d’exposition, Service archéologique de la ville d’Orléans, Orléans, 2007, p. 69-83.

Alix 2007b
Alix Clément – « Aspects de la construction dans l’habitat orléanais (XIIIe-XVIe siècles) », dans Medieval Europe Paris 2007, 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne, 3-8 septembre 2007, session Archéologie du bâti, Paris, Institut national d’histoire de l’art, 2007, 19 p. (http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/MEP2007.htm).

Alix 2008a
Alix Clément – « Opération de la ZAC des Halles à Orléans : les mutations de l’habitat dans l’îlot Saint-Donatien au Moyen Âge et à l’époque moderne », Cahier d’Archéologie, no 14, Service archéologique municipal d’Orléans, 2008, 12 p.

Alix 2008b
Alix Clément – « Un hôtel méconnu de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance à Orléans : étude archéologique et historique des 15-17 rue Jeanne d’Arc et 13 rue de la Vieille-Monnaie », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XIX, 2008, no 155 (1re partie), p. 7-54 ; no 156 (2e partie), p. 5-53 ; no 158 (3e partie), p. 5-30.

Alix 2009a
Alix Clément – « L’habitat d’Orléans du XIIe siècle au début du XVe siècle (état de la recherche : étude des élévations et apports de l’observation des caves) », Revue archéologique du Loiret, no 32, 2007-2008, Fédération archéologique du Loiret, 2009, p. 123-147.

Alix 2009b
« La mise en valeur des façades des maisons en pan de bois d’Orléans du milieu du XVe siècle au début du XVIIe siècle », dans Demonet Marie-Luce, Rivaud David, Vendrix Philippe (dir.), Orléans, une ville de la Renaissance, catalogue d’exposition, Orléans, CESR (Tours)-Mairie d’Orléans, 2009, p. 185-200.

Alix 2010
Alix Clément – « Architecture domestique médiévale et moderne (XIIIe-XVIe siècles), l’exemple des deux maisons dites de Calvin dans le quartier des “écoles” d’Orléans », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XX, no 163, 2010, p. 69-101.

Alix, Aubanton, Mazuy 2006
Alix Clément, Aubanton Frédéric, Mazuy Laurent – Orléans, les façades à pans de bois, catalogue d’exposition, Service archéologique de la ville d’Orléans, Orléans, 2006, 122 p.

Alix, Noblet 2009
Alix Clément, Noblet Julien – « Les charpentes à entrait retroussé moisé : exemples orléanais des XVe et XVIe siècles », Revue archéologique du centre de la France, t. 48, 2009, p. 189-220 (http://racf.revues.org/index1337.html).

Baudot, Perrault-Dabot 1856
Baudot Anatole de, Perrault-Dabot Anatole – Archives de la commission des Monuments Historiques, Laurens et Schmid, Paris, 1856, t. III, 15 p., 100 pl. de Léon Vaudoyer.

Biémont 1880
Biémont René – Orléans, Orléans, 1880, réédition les éditions du Bastion, 1991, 507 p.

Biguet, Letellier 1986
Biguet Olivier, Letellier Dominique – « Pan de bois à Angers », 303 : Arts, Recherches et Créations, no 10, 1986, p. 38-51.

Bonnin 1980
Bonnin Martine – « Les maisons à pans de bois », dans L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, X, Tours, 1980, p. 63-71.

Bontemps 1980
Bontemps Daniel – « Un exemple de maison à pans de bois : le 25, rue de la Hallebarde », dans L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, X, Tours, 1980, p. 72-80.

Bontemps 1990
Bontemps Daniel – Menuiseries de fenêtres (sans dormant), XVe et début du XVIe siècle, vol. 1, Centre de recherches sur les Monuments Historiques, 1990, 15 p. et 83 pl.

Boudon 1983
Boudon Françoise – « Paris, architecture mineure et lotissements du milieu du XVIe siècle », dans La maison de ville à la Renaissance, coll. « De Architectura », Paris, Picard, 1983, p. 25-29.

Buzonnière 1849
Buzonnière Léon de – Histoire architecturale de la ville d’Orléans, Paris-Orléans, 1849, réédition, Res Comédit, Paris, 1994, 2 t.

Chazelle 1997
Chazelle Annie – Les maisons en pan de bois de Bourges, Images du patrimoine no 162, L’Inventaire, AREP Centre Éditions, Orléans, 1997, 56 p.

Decrusy, Isambert, Taillandier 1829
Decrusy, Isambert François-André, Taillandier Alphonse-Honoré – Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420, jusqu’à la Révolution de 1789, t. XIV, Belin-Leprieur, Verdière, Paris, 1829, 650 p.

Duhamel Du Monceau 1767
Duhamel Du Monceau Henri Louis – Du transport, de la conservation et de la force des bois, Delatour, Paris, 1767, 556 p.

Épaud 2007
Épaud Frédéric – De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, CRAHM, Caen, 2007, 613 p.

Garrigou Grandchamp 2010
Garrigou Grandchamp Pierre – « Saint-Gengoux-le-National, bourg clunisien et prévôté royale, du XIe au début du XVe siècle », Congrès archéologique, 166e session, Société française d’archéologie, 2010, p. 253-275.

Gauthiez 1993
Gauthiez Bernard – « Les maisons de Rouen, XIIe-XVIIIe siècles », Archéologie médiévale, 1993, t. XXIII, p. 131-217.

Guillaume, Toulier 1983
Guillaume Jean, Toulier Bernard – « Tissu urbain et types de demeures : le cas de Tours », dans La maison de ville à la Renaissance, coll. « De Architectura », Paris, Picard, 1983, p. 9-23.

Hoffsummer 2002
Hoffsummer Patrick (dir.) – Les charpentes XIe au XIXe siècle, typologie et évolution en France du nord et en Belgique, Cahiers du Patrimoine, 62, Monum/Éditions du Patrimoine, Paris, 2002, 376 p.

Houbrechts 2007
Houbrechts David – « Le logis en pans de bois dans les villes du bassin de la Meuse moyenne (XVe-XVIIe siècle) : apport de l’archéologie du bâti », Bulletin monumental, t. 165-2, Société française d’archéologie, 2007, p. 175-194.

Houbrechts 2008a
Houbrechts David – Le logis en pan de bois dans les villes du bassin de la Meuse moyenne (1450-1650), Dossier de la Commission royale des monuments, sites et fouilles, 12, Liège, 2008, 314 p.

Houbrechts 2008b
Houbrechts David – Villes et pans de bois, Carnets du Patrimoine, 44, Institut du Patrimoine wallon, Liège, 2008, 32 p.

Jarry 1909
Jarry Eugène – Une relique nationale, la maison de Jeanne d’Arc à Orléans, Marcel Marron, Orléans, 1909, 90 p., 7 gravures, 4 plans.

Jarry 1911
Jarry Eugène – « La cheminée de la maison de Jeanne d’Arc à Orléans », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XV, no 197, 1911, p. 459-462.

Josset, Josset, Massat 1999
Josset David, Josset Didier, Massat Thierry (dir.) – Orléans (Loiret), Ilot de la Charpenterie, 45 234 093 AH, document final de synthèse, Inrap/SRACentre, Orléans, 1999, 7 vol.

Journot 2010
Journot Florence – « La haute technicité du pan de bois des maisons urbaines médiévales en région Centre (XVe-XVIe siècles) », dans Carvais Robert, Guillerme André, Nègre Valérie, Sakarovitch Joël (dir.), Édifice et artifice. Histoires constructives, Paris, Picard, 2010, p. 447-455.

Lachiver 1997
Lachiver Marcel – Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997, 1816 p.

Leloup 1996
Leloup Daniel – La maison urbaine en Trégor aux XVe et XVIe siècles, coll. « Art et Société », Presses universitaires de Rennes, Rennes, 1996, 225 p.

Lescroart 1995
Lescroart Yves – Manoirs du Pays d’Auge, Éditions Mengès, Paris, 1995, rééd. Place des Victoires, Paris, 2000, 360 p.

Massat, Josset 2002
Massat Thierry, Josset Didier (dir.) – Orléans (Loiret) Halles Châtelet 45 234 101 AH, document final de synthèse, Inrap/SRACentre, Orléans, 2002, 145 p.

Michaud-Fréjaville 1987
Michaud-Fréjaville Françoise – « Autour de la fortification du faubourg Saint-Aignan, une lettre de Charles VII en faveur des chanoines de Saint-Aignan (1446) », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. IX, no 75, 1987, p. 18-29.

Quenedey 1926
Quenedey Raymond, L’habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Lestringant, Rouen, 1926, 430 p.

Ribault 1990
Ribault Jean-Yves – « Les carrières d’ocre de Saint-Georges-sur-la Prée (Cher) : état des connaissances documentaires », dans Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge. Teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques, actes du colloque international du CNRS à Orléans en 1989, CNRS Éditions, Paris, 1990, p. 207-215.

Saint-Jean Vitus 1992
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Exemple de maisons bourguignonnes à pans de bois (XVe-XVIe siècles). Morphologie et structures », dans Les veines du temps. Lectures de bois en Bourgogne, Catalogue du musée Rolin, Autun, 1992, p. 248-289.

Saint-Jean Vitus 1993
Saint-Jean Vitus Benjamin – « Maison de bois à Dijon à la fin du Moyen Âge ; aspects d’une approche archéologique », Mémoires de la Commission des antiquités de la Côte-d’Or, t. XXXV, 1987-1989, Dijon, 1993, p. 295-316.

Seiller, Boura 2008
Seiller Maurice, Boura Frédérique – « Construire et habiter en 1400, parcours en Alsace centrale », dans 1400, l’Alsace dans l’Europe gothique, Service de l’Inventaire du patrimoine, région Alsace, Éditions Lieux Dits, Lyon, 2008, p. 114-143.

Soulas 1986
Soulas Jean-Jacques – Dinan. Guide de découverte des maisons à pans de bois, Éditions Jaher, Paris, 1986, 123 p.

Soyer 1907
Soyer Jacques – « Cession de la Porte Bourgogne par Marie de Clèves, duchesse d’Orléans, comtesse de Blois, à Michel Gaillard, trésorier et receveur général du Duché (15 novembre 1473) », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XIV, no 189, 1907, p. 616-621.

Toulier 1991
Toulier Bernard – « La maison à pans de bois aux XVe et XVIe siècles dans quelques villes du Val de Loire et du Berry », dans Le bois et la ville du Moyen Âge au XXe siècle, actes du colloque organisé à Saint-Cloud les 18 et 19 novembre 1988, École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, 1991, p. 203-222.

Toulier 1995
Toulier Bernard – « Le pan de bois dans les villes du Val de Loire et du Berry aux XVe et XVIe siècles », dans Le bois dans l’architecture, actes du colloque de Rouen en 1993, Direction du patrimoine, Paris, 1995, p. 61-66.

Toulier, Aquilon 1980
Toulier Bernard, Aquilon Pierre – « Formation du parcellaire et propriété bâtie », dans L’architecture civile à Tours des origines à la Renaissance, Mémoires de la Société archéologique de Touraine, X, Tours, 1980, p. 46-52.

Verdier, Cattois 1855-1857
Verdier Aymar, Cattois François – Architecture civile et domestique au Moyen Âge et à la Renaissance, Paris, 1855-1857, t. 1, 178 p. ; t. 2, 242 p.

Viollet-Le-Duc 1854-1868
Viollet-le-Duc Eugène – « Maison » et « Pan de bois », dans Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe et XVIe siècle, t. VI et t. VII, B. Bance et A. Morel, Paris, 1854-1868.

Annexes

ANNEXE

Maisons en pan de bois d’Orléans édifiées entre la fin du XIVe siècle et le début du XVIIe siècle, ayant fait l’objet d’une datation par dendrochronologie par le Centre d’étude dendrochronologie et recherche en écologie (CEDRE) de Besançon (C. Perrault), financée par la Ville d’Orléans ou la DRAC Centre (Monument Historiques). [Abréviations : N : nord ; O : ouest ; S : sud ; E : est ; maison polyvalente : maison abritant au rez-de-chaussée, une activité professionnelle, souvent une boutique munie d’une devanture ou un atelier.]

Notes

1 À Orléans, si la construction en pan de bois se ralentit au XVIIe siècle, en revanche les constructions ou reconstructions sont très nombreuses dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Pour les périodes plus anciennes, la technique du pan de bois est également attestée à Orléans pour des bâtiments gaulois et gallo-romains comme l’illustrent les structures observées lors des fouilles du Châtelet ou de la Charpenterie et en particulier leurs analyses xylologiques par Anne Dietrich (Josset, Massat 1999 : p. 126-137, vol. 6, p. 79-88 ; Massat, Josset 2002 : p. 42, 60-61, 128-133).

2 Buzonnière 1849 ; Biémont 1880. Parmi les études de ces auteurs locaux se distingue la monographie de l’hôtel Boucher dit maison de Jeanne d’Arc par : Jarry 1909.

3 Il s’agit d’une trentaine de maisons actuellement détruites, connues par l’iconographie ou des descriptions, qui présentaient des caractères permettant de les rattacher à cette période (XIVe-début XVIIe siècles).

4 Ces enduits, d’abord au plâtre ou à la chaux au XIXe siècle, puis au ciment au XXe siècle, sont maintenus grâce à un lattis cloué sur les pièces de l’ossature en bois.

5 Viollet-le-Duc 1854-1868 : t. VI, p. 264-265 et t. VII, p. 50 ; Baudot-Perrault 1856 : pl. 88, 89, 92 (planches de Léon Vaudoyer) ; Verdier, Cattois 1855-1857 : t. II, p. 118-120.

6 Toulier 1991 ; Toulier 1995.

7 Alix 2001 ; Alix 2002. L’ensemble étant actuellement poursuivi dans le cadre d’une thèse au Centre d’études supérieurs de la Renaissance de Tours.

8 Cette campagne de ravalement obligatoire, menée sous la conduite du service de l’urbanisme de la ville d’Orléans (Département du droit des sols), s’accompagne d’un système de subventions incitant les propriétaires à la dépose et à la réfection des enduits de leurs maisons, permettant la découverte de nouvelles façades en pan de bois, dont il s’agit de mieux cerner les caractéristiques et l’évolution au sein de la ville. Les résultats obtenus permettent ainsi de définir le choix des restaurations de ces façades menées sous la direction du médiateur du patrimoine de la ville, en collaboration avec l’architecte des bâtiments de France (Alix, Aubanton, Mazuy 2006).

9 Ces études de bâti que nous menons depuis 2006 au sein du Service archéologique municipal d’Orléans, avec la collaboration de J. Noblet en 2008, s’appuient sur des relevés archéologiques manuels systématiques au 1/20e, un enregistrement des données fournies par la stratigraphie et sur une observation des modes de montages, des marques de charpentiers, des traces d’outils et du traitement esthétique (sculptures et couches de pigments colorés). La soixantaine de rapports établis est conservée au Service archéologique municipal d’Orléans et au SRA de la région Centre.

10 Centre d’étude dendrochronologie et recherche en écologie (C. Perrault). Ces datations ont été financées par la ville d’Orléans ou par la DRAC Centre.

11 Alix 2007b : p. 1-2.

12 C’est également le principe majoritaire retenu pour l’édification des maisons de Dijon dans la deuxième moitié du XVe siècle (Saint-Jean Vitus 1992 : p. 261).

13 Exemples de maisons d’angle avec poteau cornier montant de fond : 5 rue de Bourgogne/29 rue de Solférino (1487d) ; 124 rue de Bourgogne/1 rue du Bourdon-Blanc, vers 1501-1502d ; 186 rue de Bourgogne/2 bis rue des Gobelets (vers 1501d) ; 22 rue Louis-Roguet/rue Étienne-Dolet (entre 1496 et 1521d au nord et entre 1595 et 1627d à l’ouest) ; 28 rue Étienne-Dolet/18 rue des Pastoureaux (vers 1500) ; 23 rue du Poirier/rue de l’Empereur ; 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet ; maison anciennement située entre la rue Saint-Étienne et l’impasse Sainte-Colombe ; maison détruite anciennement 2 rue de la Faverie ; etc.

14 Par exemple : entre les 264 et 266 rue de Bourgogne (respectivement : entre 1400-1450d et entre 1473-1488d) ; entre les 268 et 270 rue de Bourgogne ; 10 rue de la Cholerie ; 289 à 293 rue de Bourgogne ; etc.

15 « Le bois dans la construction orléanaise à travers les textes (à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance) », dans Alix, Aubanton, Mazuy 2006 : p. 86-88.

16 Ce mode de transport est décrit notamment dans Duhamel Du Monceau 1757 : p. 34-40, 47-48, pl. VI.

17 De telles perforations ont été repérées dans les charpentes de bâtiments de villes fluviales ou proches de rivières importantes, comme Amiens, Paris, Gand, Bruges, Furnes, Liège ou Maastricht ; les exemples les plus anciens datent du milieu du XIIIe siècle (Hoffsummer 2002 : p. 53). Concernant le flottage des bois pour les villes alsaciennes ou les villes mosanes : Seiller, Boura 2008 : p. 120 ; Houbrechts 2008a : p. 17-26 ; Houbrechts 2008b : p. 8-9.

18 Liens d’osier ou d’autres bois souples, rendus flexibles par la torsion, qui servent habituellement à lier les fagots ou la vigne, mais dont certains comme ceux « de sapins sont utilisés pour relier les parties de trains de bois » (Lachiver 1997 : p. 941, 1480).

19 À l’intérieur du train, ces trous recevaient aussi des rouettes permettant d’attacher directement deux pièces de bois de faible longueur placées bout à bout. En outre, de telles perforations pouvaient encore servir à enfoncer une cheville qui retenait l’extrémité de la hart en agissant comme un coin, ou alors elles accueillaient les deux fortes chevilles, nommées « moussières », entre lesquelles était fixée la rame permettant de gouverner le radeau.

20 Alix 2009a.

21 Alix 2001 : t. 1, p. 145.

22 La seule maison en pan de bois à pignon sur rue actuellement conservée se trouve 5 rue de la Pierre-Percée.

23 Saint-Jean Vitus 1993 : p. 300.

24 Elles sont valorisées par la présence d’une fermette débordante, d’aisseliers et de jambettes courbes, d’un poinçon pendant, de planches de rives moulurées et de sculptures. Une quinzaine de maisons est attestée avec une lucarne-pignon : subsistantes (11 rue de Vaudour, 261 rue de Bourgogne, 43 rue du Poirier, 6 bis rue Jeanne d’Arc, etc.), ou détruites (connues par l’iconographie ancienne ou pouvant être restituées grâce aux assemblages sur les surcroîts).

25 Biguet, Letellier 1986 : p. 41.

26 Toulier 1991 : p. 210.

27 Consoles : anciennement 1 rue de la Cholerie (détruite ; fig. 6b). Poteaux à têtes élargies : anciennement rue de l’Écrevisse, façade déplacée rue Charles Sanglier (détruite en 1940). Solives débordantes : Cour-Hado (détruite ; fig. 6a) ; exemples tardifs (XVIIe ou XVIIIe siècles) conservés en élévation : bâtiment sur la cour postérieure de l’hôtel 8 rue d’Escures, visible rue des Recollets ; 9 rue des Sept-Dormants.

28 Le fait que ce système de poteaux de fond se retrouve aux étages des deux maisons en pan de bois les plus anciennes d’Orléans actuellement connues invite à s’interroger sur l’éventuelle conservation d’un mode de construction archaïque.

29 Notons que d’autres maisons d’angle, pourvues ou non d’un encorbellement, ont fait l’objet d’un recul de leurs façades au début de l’époque moderne : 28 rue Étienne-Dolet/18 rue des Pastoureaux (comme le suggère le rehaussement du surcroît) ; 23 rue du Poirier/rue de l’Empereur ; etc.

30 Archives municipales d’Orléans, FF 54 (détruit en 1940) dans : Veyrier du Muraud Paul et alii, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Orléans, 1907, t. 1.

31 Decrusy, Isambert, Taillandier 1829 : p. 87-88.

32 Ce terme de charpenterie désigne un assemblage entre deux pièces de bois parallèles se jouxtant. Une petite pièce de bois rectangulaire est logée dans deux mortaises se faisant face, percées dans chacune des deux pièces de bois. Il s’agit donc d’une sorte de clef non traversante. L’assemblage peut être renforcé par des chevilles.

33 Sur la mise en œuvre ou le levage des structures en pan de bois voir Soulas 1986 : p. 41, 102-103.

34 Ces rehaussements facilités par la présence des doubles sablières s’effectuent tardivement comme le montre l’exemple du 31 rue de Bourgogne (1462d), initialement à étage unique, surmonté d’un second étage à la fin du XVIIIe ou au XIXe. La sablière de chambrée placée à la base de la nouvelle paroi s’appuie directement au-dessus de la sablière de plancher de l’ancien comble.

35 La tête mesure environ 6 à 7 cm de diamètre. La tige est longue de 50 à 90 cm et épaisse d’environ 2,5 cm.

36 Le doublement des sablières est encore employé sur quelques exemples tardifs, comme au 26 place du Châtelet vers 1598d. Sur l’évolution de ce système de sablières, Alix 2010 : p. 97-98.

37 Bonnin 1980 : p. 67 ; Bontemps 1980 : p. 75 ; Chazelles 1997 : p. 34.

38 Par exemple : 81 et 83 rue de la Charpenterie ; 20 place du Châtelet, maison à façade antérieure en pierre mais à façade sur cour en pan de bois (XVIe siècle).

39 Archives départementales du Loiret, 3 E 0261, 28 décembre 1478.

40 Alix, Noblet 2009.

41 25 rue de la Poterne (1395d) ; 264 rue de Bourgogne (1re moitié du XVe siècle) ; 94 rue de Bourgogne (1445d). Sur la façade sud du 25 rue de la Poterne, du fait de leur largeur importante, chaque croix comporte un potelet de raidissement relié à la sablière et s’appuyant sur l’un des bras.

42 Une évolution semblable peut être reconnue en Bourgogne. Ainsi, plusieurs maisons de la première moitié du XVe siècle présentent de grandes croix (rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval à Saint-Gengoux-le-National dans le second quart du XVe siècle, ou maison dite des Trois-Pignons à Dijon autour de 1440), alors qu’à partir du tournant du XVIe siècle, la façade est divisée par des panneaux de croix de Saint-André séparés par de courtes entretoises (Saint-Jean Vitus 1992 : p. 252, 258, 266-267).

43 Chazelles 1997 : p. 15 ; Saint-Jean Vitus 1993 : p. 310.

44 Sur l’« art du trait » dans la construction en pan de bois et les charpentes de comble, voir : Lescroart 1995 : p. 78-79 ; Épaud 2007 : p. 68-80.

45 Par exemple, maisons : 11 rue des Bouchers (fin XVe-début XVIe siècles) ; 35 rue de la Charpenterie (1485d) ; 61 rue des Charretiers (fin XVe-début XVIe siècles) ; 24 rue de l’Empereur (fin XVe-début XVIe siècles) ; 33 rue de l’Empereur (maisons nord et sud, 1490d et 1493d) ; 15 rue du Poirier (fin XVe-début XVIe siècles) ; 32 rue du Poirier (façade ouest sur impasse, 1524d) ; 64 rue Sainte-Catherine (fin XVe-début XVIe siècles) ; 2 et 2 bis rue des Sept-Dormants (fin XVe-début XVIe siècles) ; etc.

46 Exemples de façades sur cour en pan de bois à grille du XVe siècle : 83 rue de la Charpenterie, 1472d ; 85 rue de la Charpenterie, 1475d. Façade sur rue secondaire : pignon oriental du 5 rue de Bourgogne/rue Solférino (1487d). Dans plusieurs habitations en pierre de la première moitié du XVIe siècle, des parois en pan de bois à grille sont également employées en façades postérieures pour de simples raisons économiques (4 rue des Trois-Maillets : rehaussement du comble lié à la mise en place de la charpente du toit), ou plus rarement en association avec un parti esthétique (façade sur cour sculptée de la maison dite de l’Ours, 4 place du Châtelet).

47 Quelques exemples de pan de bois à grille en façade sur rue datant du milieu et de la deuxième moitié du XVIe siècle : 46 rue de la Charpenterie ; 207 rue de Bourgogne ; 5 rue de Vaudour ; 37 et 39 rue du Poirier ; 14 rue de la Poterne ; murs gouttereaux du 16 rue de la Poterne (1566d) ; 40 rue de la Charpenterie (1er étage : vers 1570-1580) ; 27 rue de la Poterne ; 26 place du Châtelet (1596d) ; 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (fin XVIe siècle) ; etc.

48 Les autres maisons présentant une ossature à losanges datent de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle : 45 rue de la Charpenterie (façade nord, 1580d), 73 rue de la Charpenterie (détruite), 14 rue Sainte-Catherine (1621d), 22 rue Louis-Roguet (entre 1595 et 1627d), second étage du 38 rue Étienne-Dolet, second étage d’une maison au nord-ouest de la rue au Lin (détruite). Cependant, trois autres maisons à parois à losanges, détruites et connues par des représentations, pourraient être plus anciennes (XVe siècle, première moitié ou milieu du XVIe siècle) : maison à encorbellement anciennement 1 rue de la Cholerie ; maison anciennement 3 place du Marché à la volaille où les losanges sont cantonnés au comble du pignon ; maison anciennement rue Notre-Dame-de-Recouvrance (milieu du XVIe siècle).

49 Saint-Jean Vitus 1992 : p. 270 ; Bonnin 1980 : p. 63.

50 Voir les relevés du centre de recherche sur les Monuments Historiques sur la maison de la Bruyère à Auvillars (Calvados ; vers 1400) et sur la maison 2 rue des Soufflets à Rue (Somme ; milieu XVe siècle), ainsi que le commentaire de D. Bontemps qui les accompagne (Bontemps 1990 : pl. 1 à 8 et p. 5-6). À Rouen, il s’agit du mode de fermeture le plus ancien, qui a été repéré dans plusieurs maisons et estmentionné dans des textes du XVe siècle et de la première moitié du XVIe siècle (Quenedey 1926 : p. 227-228). En Bretagne, il estconnu, par exemple, dans deux maisons du début du XVIe siècle à Morlaix, 11 Grande-Rue et 30 place des Halles (Leloup 1996 : p. 176-177), mais également à Dinan (Soulas 1986 : p. 31). En Belgique, dans le bassin de la Meuse moyenne, les volets coulissants sont également les systèmes de fermeture les plus anciens dans les maisons du XVe siècle (Houbrechts 2008a : p. 154-155).

51 Par exemple : 94 rue de Bourgogne (1445d), 31 rue de Bourgogne (1462d), 24 rue de l’Empereur, 14 rue du Poirier (entre 1443-1465d), 62-66 rue de la Charpenterie (1466d), 8-10 rue de la Poterne (1487d), 10 rue de la Vieille-Monnaie (1478d), 3 rue du Bourdon-Blanc (1510), etc.

52 Par exemple : 35 rue de la Charpenterie (1486d), 9 rue de la Pierre-Percée (1492d), 14 place du Châtelet (1497d), 32 rue de la Charpenterie (1501d), 124 et 126 rue de Bourgogne (1503d), 280-282 rue de Bourgogne (1505d), 11 rue de Vaudour (1507d), 10 rue de la Cholerie (1519d), 15 rue de Bourgogne, 15 rue du Poirier, 109 rue de Bourgogne, 186 rue de Bourgogne/rue des Gobelets, 28 rue Etienne-Dolet/rue des Pastoureaux, 54 rue de la Charpenterie (entre 1519-1549d), 28 rue de la Poterne/venelle Saint-Germain (entre 1520-1535d), 46 rue de la Charpenterie, etc.

53 Alix, Aubanton, Mazuy 2006 : p. 14-16.

54 Par exemple : 207 rue de Bourgogne, 227 rue de Bourgogne, 27 rue de la Poterne, 16 rue de la Poterne (1566d), 45 rue de la Charpenterie (1580d), 26 place du Châtelet (1598d), 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet, 11 rue de la Pierre-Percée (entre 1609-1626d), etc.

55 33 rue de l’Empereur, 25 place du Vieux-Marché, 282 rue de Bourgogne, etc.

56 Sur le décor sculpté des maisons en pan de bois d’Orléans : Alix 2009b.

57 Quelques exemples où les motifs recouvrent les panneaux aveugles : 14 place du Châtelet (1497d ; fig. 21d) ; 280-282 rue de Bourgogne (1505d ; fig. 21f et i) ; 186 rue de Bourgogne/rue des Gobelets (vers 1501d ; fig. 16e) ; 221 rue de Bourgogne (fig. 16g) ; 109 rue de Bourgogne ; 289 rue de Bourgogne (fig. 21e et h) ; maison anciennement entre la rue Saint-Étienne et l’impasse Sainte-Colombe (fig. 21a-c) ; etc.

58 Sur les sculptures d’engoulants à Orléans, Alix 2008b : 2e partie, p. 29-37.

59 Par exemple : 37 rue de l’Empereur (entre 1507-1531d ; fig. 30) ; 32 rue du Poirier (1524d ; fig. 22) ; anciennement rue Sainte-Catherine (façade remontée place Abbé-Desnoyers et détruite en 1940) ; etc.

60 Pour les ossatures à grille : 258 rue de Bourgogne (entre 1596-1621d, probablement vers 1602) ; 1 rue Saint-Eloi ; anciennement 48 rue des Hôtelleries (vers 1599 ? ; détruite) ; etc. Pour les ossatures à losanges : 16 rue de la Poterne (1566d ; fig. 19b) ; 45 rue de la Charpenterie (1580d ; fig. 19g) ; 14 rue Sainte-Catherine (1621d ; fig. 19 f) ; anciennement 73 rue de la Charpenterie (début du XVIIe siècle ; fig. 19d et e) ; etc. La maison 23 rue du Poirier/rue de l’Empereur constitue une exception où les panneaux à croix de Saint-André côtoient un décor de la Renaissance classique.

61 Notons un exemple où les petits moellons, accompagnés de fragments de terre-cuites architecturales, sont liés par un mortier de terre, mais il reste difficile de savoir si ce hourdis date de la construction de la paroi ou s’il s’agit d’un remaniement (5 rue de Bourgogne/29 rue Solférino, maison édifiée en 1487d).

62 Hôtel de Guillaume Toutin, vers 1535d ; tourelle d’escalier de l’hôtel particulier 17 rue des Trois-Maries, milieu du XVIe siècle.

63 Par exemple : 32, 40, et 54 rue de la Charpenterie, respectivement vers 1501d, entre 1570-1580d, et entre 1530-1540d ; 126 rue de Bourgogne, 1503d.

64 L’authenticité du hourdis de briquettes est attestée par un relevé effectué par Albert Laprade vers 1942.

65 Lescroart 1995 : p. 64-65, 138-141.

66 Sur les couleurs des pans de bois orléanais : Alix 2007 ; et la synthèse : Alix à paraître, « Les traitements colorés des façades en pan de bois d’Orléans du XVe au XVIIIe siècle », dans Esquieu (Y.) dir., Les couleurs de la ville (Moyen Âge et Temps modernes), colloque international de Viviers du 9-11 septembre 2011.

67 Ribault 1990.

68 Les essentages d’« esseaunes » ou de « bardeaux » étaient utilisés notamment pour les maisons appartenant à l’hôtel-Dieu d’Orléans (Alix, Aubanton, Mazuy 2006 : p. 93). L’essentage d’ardoise est attesté au XIXe siècle sur certaines habitations des XVe-XVIe siècles : maison anciennement 30 rue des Hôtelleries (jouxtant l’ancienne chapelle Saint-Jacques) ; façade postérieure de la maison anciennement 31-33 rue de l’Écrevisse ; etc.

69 Les vestiges d’un essentage d’ardoises sur la façade latérale d’une maison de Rennes (6 rue Saint-Yves) ont été récemment datés du XVIe siècle (entre 1518d, date d’édification de la maison qui le supporte et 1592d, date de la construction de la maison voisine construite contre ce dernier). Nous remercions Yannick Le Digol pour cette information (Référence électronique base Dendrotech™ : http://www.dendrotech.fr/fr/Dendrabase/site.php?id_si=033-53-35238-0002).

70 Exemples de coursières actuellement conservées : 293 rue de Bourgogne (1497d) ; 62 rue de la Charpenterie (1466d) ; 20 place du Châtelet ; 28 rue de la Poterne ; etc.

71 Voir les dessins de ces deux galeries aujourd’hui détruites, Alix 2009b : p. 195, fig. 14 et p. 198, fig. 19.

72 Par exemple : 37 rue de l’Empereur ; 293 rue de Bourgogne ; 35 rue de l’Empereur ; 30 rue de la Poterne ; etc. Des escaliers en bois sculptés de manière identique se retrouvent dans les habitations en pierre de la même époque (4 rue des Trois-Maillets ; 43 rue Étienne-Dolet ; 15 rue des Trois-Clefs ; 7 rue Porte-Saint-Jean ; 57 rue des Carmes ; etc.). Un cas de figure plutôt rare s’observe dans la maison en pan de bois 266 rue de Bourgogne puisque l’escalier en vis hors-œuvre est en pierre (milieu XVe siècle ?) avec des portes soigneusement moulurées.

73 Par exemple : maison 35 rue de l’Empereur (1569d) ; etc. Dispositif qui là encore se retrouve dans les maisons en pierre : 34 rue de la Charpenterie (1519d) ; hôtel d’Euverte Hatte 11 rue du Tabour (vers 1524-1529) ; etc.

74 De semblables décors ornent les portes des cloisons et cage d’escalier en pan de bois d’habitations en pierre : hôtel 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance, 15 rue de l’Etelon, 4 rue des Trois-Maillets, etc.

75 Fragments découverts en 1910 dans cette maison détruite en 1940 (Jarry 1911).

76 Jarry 1909 : p. 55-56, 60.

77 Ce type de pan de bois ne réclame pas un temps de conception et de confection des bois important par rapport au pan de bois de haute technicité (Journot 2010).

78 Ils confirment le caractère rapide de la reconstruction des habitations du faubourg Saint-Aignan que l’étude des actes notariés avaient déjà démontré (Michaud-Fréjaville 1987 : p. 21-22). Dans ce quartier les autres maisons à pan de bois sont des constructions de la fin du XVe siècle ou de la première moitié du siècle suivant : 4 rue de Bourgogne ; 5 rue de Bourgogne/rue de Solférino (1487d) ; 15 rue de Bourgogne ; 37 rue de Bourgogne ; 103 rue de Bourgogne ; 109 rue de Bourgogne ; 21 rue Solférino ; 7 rue de Bourgogne (1518d) ; 29 rue Solférino (1538d) ; façade postérieure du 4 rue de l’Oriflamme (début XVIe siècle). Plus au nord, la maison 29 rue Saint-Euverte pourrait être plus tardive (fin XVIe siècle ou XVIIe siècle ?).

79 Soyer 1907.

80 Le caractère concomitant est confirmé par le prolongement des sablières de ces deux maisons qui sont situées aux mêmes niveaux, la numérotation continue des pièces de bois du surcroît entre les deux combles, ainsi que par l’usage d’un programme commun de sculptures (pinacles et accolades) et d’un hourdis décoratif semblable constitué de briques à joints rubanés. En outre, l’étude dendrochronologique livre des dates d’abattage situées en automne hiver 1500-1501d (124 rue de Bourgogne) et en automne-hiver 1502-1503d (126 rue de Bourgogne), dont la légère différence serait due à l’utilisation d’un stock de bois constitué sur deux ans.

81 Sa façade, actuellement masquée par un enduit, est visible à l’intérieur de l’habitation. Cette maison conserve également une lucarne décorative, à accolade sculptée sur la traverse et planches de rive débordantes.

82 Un axe de symétrie passe par le centre de la façade, occupé par une croisée et la lucarne, de part et d’autre duquel s’organisent en miroir le percement des autres ouvertures et les croix de Saint-André.

83 L’unité d’habitation sud, située à l’angle de la rue de l’Empereur, fut détruite lors de l’alignement de la rue du Poirier en 1844 et remplacée par le bâtiment maçonné actuel.

84 Ces aménagements du XVIe siècle s’accompagnent de la reconstruction de la cloison nord et des plafonds du rez-de-chaussée, ainsi que d’un nouvel escalier en vis (Alix 2002 : t. 1, p. 54-73).

85 L’accroissement rapide de la population et la hausse de la rente depuis la seconde moitié du XVe siècle ont multiplié en ville les opérations de lotissement permettant de rentabiliser ces terrains (Alix 2002 : t. 1, p. 108-110).

86 Par exemple : 280-282 rue de Bourgogne (fig. 16f), 289 rue de Bourgogne (1521d), 33 rue de l’Empereur (fig. 37). On observe également ce procédé de ferme intégrée dans des murs pignons en pan de bois séparant deux maisons voisines à la construction concertée (par exemple : 291 et 293 rue de Bourgogne ; fig. 38).

87 Certains de ces lotissements, comme celui 5 rue du Petit-Puits, pourraient correspondre au regroupement de plusieurs anciennes parcelles laniérées dont serait conservé le mur-pignon mitoyen en pierre contre lequel sont insérées les nouvelles façades en pan de bois identiques.

88 62-66 rue de la Charpenterie : 1466d, fig. 39 ; 8-10 rue de la Poterne, 1487d, fig. 40 ; 61 rue des Charretiers ; 11 rue des Grands-Champs ; 2 rue des Sept-Dormants.

89 Pour la Bourgogne : maison rue du Mouton/rue du Moulin-à-Cheval à Saint-Gengoux-le-National (Saône-et-Loire), dans le second quart du XVe siècle (Saint-Jean Vitus 1992 : p. 248-253 ; Garrigou Grandchamp 2010 : p. 259, 262, 269-271). Pour Bourges : maisons 85-87 rue Mirebeau, construites après l’incendie de 1487 et appartenant au XVIe siècle à deux familles de maîtres verriers et vitriers (Chazel 1997 : p. 20). Pour Rouen : maisons 39-45 rue aux Juifs, réalisées par la ville au début du XVIe siècle ou lotissement édifié place du Marché-Neuf par la ville vers 1531 (Gauthiez 1993 : p. 156, 189, 195). Pour Paris : maisons du milieu du XVIe siècle (Boudon 1983 : p. 26). Pour la Belgique : maison du Pléban à Dinant en 1492-1494d ou maison Lambrette à Verviers en 1635-1636d (Houbrechts 2007 : p. 185).

90 Toulier, Aquilon 1980 : p. 47, 51 ; Guillaume, Toulier 1983 : p. 13.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Localisation des maisons d’Orléans contenant une ou plusieurs parois en pan de bois du Moyen Âge ou de la Renaissance, sur le plan cadastral actuel (SiGor). Les pans de bois enduits ne pouvant pas encore être observés et rattachés avec certitude à cette période ne sont pas pris en compte. En bas : détail des quartiers protégés par l’enceinte tardo-antique (à droite) et par l’enceinte du bourg Dunois (à gauche) (Dessin C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Fig. 2 > Maison 26 place du Châtelet (1598d) : perforation oblique à l’angle du poteau cornier, permettant le passage des liens formant le radeau de bois flottés sur la Loire ; pigment jaune-brun appliqué sur le bois au XVIIIe siècle (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 3 > Principe de fixation des pièces de bois pour la formation des trains de bois sur cours d’eau, avec détail du passage des liens dans les perforations ; Duhamel du Monceau 1767 : Livre I, pl. VI, p. 48 (Cl. C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 4 > Hôtel de Jacques Boucher, dit maison de Jeanne d’Arc, anciennement 33 rue du Tabour, détruit en 1940 (première moitié XVe siècle ?) [a : photographie après restauration de la façade en 1910. b : relevé du plafond du premier étage (Jarry 1909)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5 > Maison 261 rue de Bourgogne : lucarne-pignon provenant d’une ancienne maison du quartier du Châtelet (détruite au XIXe siècle). Les potelets à têtes élargies sont sculptés d’un homme et d’une femme sauvages (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 6 > Exemples de maisons médiévales à encorbellement détruites à l’époque contemporaine [a : maisons impasse Cour-Hado (détruites en 1940 ; dessin P. Pigelet, vers 1900) ; b : maison 1 rue de la Cholerie (détruite), ensemble de la façade et détail des consoles (dessin H. Poullain, 1885)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 7 > Maison 25 rue de la Poterne/rue de la Charpenterie : façade sud (à gauche) et façade est (à droite) [a et d : état actuel. b et e : proposition de restitution de la phase 1 avec encorbellement, vers 1395d. c et f : proposition de restitution de la phase 2 avec recul des étages, vers 1567d (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 8 > Maison 25 rue de la Poterne/rue de la Charpenterie : restitutions des façades vers 1395d (en gris foncé : éléments disparus attestés ; en gris clair : proposition de restitution du rez-de-chaussée) (Relevé et restitution C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans ; Réalisation 3D Laurent Josserand, École polytech de l’université d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 9 > Maison 94 rue de Bourgogne : façade antérieure (mur gouttereau sud) [a : état actuel. B : proposition de restitution de la phase 1, vers 1445d (Relevé et dessin C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10 > Maison 25 place du Vieux-Marché (1483d), façade antérieure (mur gouttereau nord) [a : relevé de la face interne du premier étage et de la partie supérieure du rez-de-chaussée avec proposition de restitution de la phase 1 (1483d) : encorbellements sur solives débordantes. b : coupe transversale de la maison vers l’est avec schéma de suppression de l’encorbellement vers 1560-1570. c : photographie de la façade (après restauration en 2011), les étages sont à l’aplomb du rez-de-chaussée (Cl., relevés et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 11 > Exemples de tirants (tire-fonds) renforçant la liaison entre la façade et le plafond de maisons en pan de bois orléanaises (Relevé et dessin C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12 > Exemples de tirants (tire-fonds) renforçant la liaison entre la façade et le plafond de maisons en pan de bois [a et b : têtes au 54 rue de la Charpenterie (entre 1519-1549d) et au 14 rue Saint-Catherine (ornée de stries, vers 1621d). c : fixation de la tige contre une solive au 9 rue Stanislas-Julien (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 13 > Exemples de charpentes de comble à pannes de maisons en pan de bois orléanaises (Relevés et dessins C. Alix et J. Noblet).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 14 > Évolution des panneaux de croix de Saint-André [a : 264 rue de Bourgogne, 1re moitié du XVe siècle. b : 295 rue de Bourgogne, 2e moitié du XVIe siècle (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 15 > Évolution des largeurs moyennes de panneaux de croix de Saint-André de façades, de la fin du XIVe siècle à la fin du XVIe siècle (Cl. C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 16 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à croix de Saint-André (milieu XVe-milieu XVIe siècle) : relevé en élévation avec proposition de restitution de l’état initial [a : 14 rue du Poirier (entre 1443-1465d) ; b : 24 rue de l’Empereur (vers 1450-1470) ; c : 10 rue de la Vieille-Monnaie (1478d) ; d : 29 rue de la Poterne (maison à droite : 1481d ; maison à gauche : entre 1511-1550d) ; e : 126 rue de Bourgogne/rue des Gobelets (façade sur rue secondaire : 1501d) ; f : 282 rue de Bourgogne (1505d) ; g : 121 rue de Bourgogne (début du XVIe siècle) ; h : 15 rue du Poirier (début du XVIe siècle) ; i : 10 rue de la Cholerie (1519d) ; j : 54 rue de la Charpenterie (entre 1519-1549d) ; k : 28 rue de la Poterne (façade sur rue secondaire : entre 1520-1535d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 17 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à grille (XVIe siècle-début XVIIe siècle), relevé en élévation avec proposition de restitution de l’état initial [a : 27 rue de la Poterne ; b : 46 rue de la Charpenterie ; c : 37 rue du Poirier ; d : 207 rue de Bourgogne ; e : 5 rue de Vaudour ; f : 19 place de la Bascule ; g : 227 rue de Bourgogne ; h : 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (façade nord : fin du XVIe siècle) ; i : 26 place du Châtelet (façade latérale nord et façade ouest : 1598d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 18 > Façades en pan de bois à grille de la fin du XVIe siècle : 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (à gauche) et 26 place du Châtelet, 1598d (à droite) (Cl. C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 19 > Exemples de façades antérieures en pan de bois à losanges [a et b : 16 rue de la Poterne (1566d), détail du 1er étage et ensemble de la façade nord ; c : maison détruite rue Notre-Dame-de-Recouvrance, XVIe siècle ? (Dessin de G. Pracine, 1885 ; Musée historique et archéologique de l’Orléanais) ; d et e : maison détruite 73 rue de la Charpenterie, fin XVIe-début XVIIe siècle, photographie du 1er étage et dessin de la façade en 1877 (Archives municipales d’Orléans, 1 Fi 1-31) ; f : 14 rue Sainte-Catherine (1621d) ; g : 45 rue de la Charpenterie (1580d) ; h et i : maison détruite rue au Lin, fin XVIe-début XVIIe siècle : ensemble de la façade et détail d’une travée (Dessin H. Poullain, 1885)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Légende Fig. 20 > Relevés des traces de pinacles bûchés sur certains poteaux de la façade 11 rue de Vaudour [a, b : piédroits de la croisée ouest ; c, d : piédroits de la croisée est ; e, f : potelets supportant la lucarne (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 21 > Sculptures de pinacles, accolades, arcs surbaissés et fleurons conservés sur certaines façades [a, b, c : maison anciennement située entre la rue Saint-Étienne et la rue Sainte Colombe (façade démontée dans les années 1960) ; d : 14 place du Châtelet, façade sur cour (1487d) ; e, h : 289 rue de Bourgogne, façade sur rue (1521d) ; f, i : 282 rue de Bourgogne, façade sur cour (1505d) ; g : 32 rue du Poirier, façade sur impasse (1524d) (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 22 > Maison 32 rue du Poirier : proposition de restitution de la façade latérale sur impasse (mur gouttereau ouest), 1524d (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 23 > Exemples de hourdis décoratifs de briques et joints rubanés [a : 282 rue de Bourgogne (1505d), briques taillées ; b : 17 rue des Trois-Maries (vers 1530-1550) ; c : 126 rue de Bourgogne (1503d) ; d : 289 rue de Bourgogne (1521d) (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 24 > Maison 11 rue de Vaudour : relevé en élévation de la façade antérieure (mur gouttereau nord) avec proposition de restitution de la phase 1 (1507d). Lucarne-pignon, hourdis décoratif de briques incisées, croisées et demi-croisée ornées de pinacles et d’accolades sculptés (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 25 > Maison 11 rue de Vaudour (1507d) : détails du hourdis décoratif de briques incisées de motifs géométriques [a : avant restauration ; b : après restauration (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 26 > Maison 11 rue de Vaudour (1507d), exemple du hourdis de briques incisées de faux-joints à motifs géométriques [a : comble, extrémité ouest ; b : étage, compartiment 3, registre central ; c étage, compartiment 5, registre central ; d : étage, compartiment 4, registre bas ; e : étage, compartiment 10, registre bas (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 27 > Couche de pigment rouge foncé. a : sur les pièces de bois du 26 place du Châtelet (1598d) ; b : sur l’enduit lissé du hourdis de la maison sud du 35 rue de l’Empereur (1569d) (Cl. C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 28 > Évolution des traitements colorés des façades en pan de bois de maisons orléanaises du XIVe au XIXe siècle (C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 29 > Maison 293 rue de Bourgogne (1497d) : plans restitués du rez-de-chaussée et du 2e étage (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 30 > Maison 37 rue de l’Empereur : rez-de-chaussée en pan de bois (vers 1520d) avec portes piétonnes et devantures de boutique (Relevé et dessin C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 31 > Maison 25 place du Vieux-Marché (1483d) : plan du 1er étage (après recul de la façade vers 1560-1570) avec cloison et séparative et double accès depuis l’escalier en vis (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 32 > Maison 33 rue de l’Empereur (maison nord : 1490d) : plan du premier étage avec piédroit oriental de la cheminée (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 33 > Exemples de décors intérieurs de maisons en pan de bois orléanaises [a : console au premier étage du 45 rue du Poirier/28 place du Châtelet (fin XVIe siècle) ; b : noyau d’escalier en vis au 14 rue Sainte-Catherine ; c et d : motifs peints à l’étage du 32 rue du Poirier (XVIIe siècle ?) (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 34 > Localisation des maisons à façade en pan de bois du Moyen Âge ou de la Renaissance dans l’emprise de l’enceinte de l’ancien faubourg Bourgogne (ou bourg Saint-Aignan), sur le plan cadastral actuel (SiGor). Cercle orange : maison dont la construction est antérieure à l’édification de l’enceinte protégeant ce quartier (1466) (dessin C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 35 > Maisons du bourg Saint-Aignan (ancien faubourg Bourgogne) construites au XVe siècle [a : 23 rue de Bourgogne ; b : 31 rue de l’Empereur (1461d) (Cl., relevé et dessin C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 36 > Lotissement à l’angle des rues de Bourgogne et du Bourdon-Blanc. [a : maison 126 rue de Bourgogne (1503d) : façade antérieure, restitution de l’élévation (Relevé et dessin C. Alix et J. Noblet, Service archéologique municipal d’Orléans) ; b : Maison 124 rue de Bourgogne/1 rue du Bourdon-Blanc (1501d). À droite, façades des maisons rue du Bourdon-Blanc : no 1 bis (encore enduite et avec lucarne), no 3 (pan de bois à grille ; 1510d) et no 5 (Cl. C. Alix)].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 37 > Maisons du 33 au 37 rue de l’Empereur : proposition de restitution des façades (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 38 > Maison 293 rue de Bourgogne (1497d), élévation du mur pignon oriental : paroi en pan de bois à grille mitoyenne avec le 291 rue de Bourgogne. À gauche : poteau à tête élargie portant le linçoir pour poutre maîtresse de plafond. La charpente de comble a été reprise en 1753d. (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 39 > Lotissement 62-64-66 rue de la Charpenterie : façades antérieures (1466d) (Cl. C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 40 > Lotissement 8-10 rue de la Poterne : façades antérieures (1487d) (Relevé et dessin C. Alix, Service archéologique municipal d’Orléans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 41 > Lotissement 29-29 bis rue Croix-de-Bois : façades antérieures (2e moitié du XVIe siècle ?) (Cl. C. Alix).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7920/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search