Version classiqueVersion mobile

La construction en pan de bois

 | 
Clément Alix
, 
Frédéric Épaud

Abbaye Saint-Amand de Rouen : étude d’un édifice en pan de bois du XIIIe siècle

Frédéric Épaud

Texte intégral

  • 1 Je remercie Michel Ratier et Alain Gaspérini pour m’avoir mis à disposition les courriers, les rel (...)

1 Situé au no 6 rue Saint-Amand à Rouen, cet édifice a été découvert en 1984 lors de travaux de rénovation réalisés dans l’enclos de l’ancienne abbaye de Saint-Amand. La restauration de ce bâtiment, réalisée par l’architecte Michel Ratier et l’Atelier d’urbanisme de Rouen, sous la direction d’Alain Gaspérini, a révélé l’existence d’une façade en pan de bois et d’une charpente de comble datée de la seconde moitié du XIIIe siècle1. De récentes investigations ont permis d’apporter des informations complémentaires et de préciser la vocation de cet édifice au XIIIe siècle.

HISTORIQUE

  • 2 Archives départementales de Seine-Maritime, 55 H.

2La fondation de l’abbaye bénédictine Saint-Amand est attribuée à Gosselin, Vicomte de Rouen et d’Arques, et à sa femme Emmeline2 vers 1042. Implantée à l’intérieur même de la ville sur les vestiges d’un établissement plus ancien, cette abbaye de femme fut richement dotée et devint rapidement l’une des plus riches et des plus puissantes de Normandie. Les revenus de son important patrimoine foncier permirent d’achever la construction de l’église abbatiale dès 1068. Cette dernière dut être reconstruite 70 ans plus tard suite à l’incendie du 14 septembre 1136 qui ravagea l’abbaye et tout le quart nord-est de la ville.

  • 3 Farin 1738 : vol. 1, p. 170.
  • 4 Delsalle 1980 : p. 37.
  • 5 Farin 1738 : vol. 5, p. 133.
  • 6 Archives départementales de Seine-Maritime, G 6225-6226.

3En 1248, l’abbaye fut de nouveau touchée par un incendie3. Pour sa reconstruction, Béatrice Ire d’Eu s’engagea dans la restitution des dîmes usurpées par les laïcs et donc dans la rédaction d’un premier cartulaire pour dresser la liste des biens et des titres de l’abbaye4. La nouvelle église abbatiale ainsi que les bâtiments conventuels furent réédifiés dans les décennies qui suivirent5. En 1277, l’abbesse Emmeline d’Eu (1268-1286) obtint d’enclore la « cour du dehors » ou « cour rustique »6 qui pourrait correspondre à celle dans laquelle se situe le bâtiment qui nous intéresse ici.

  • 7 Delsalle 1980 : p. 37.
  • 8 De ces édifications subsistent aujourd’hui la façade du logis des abbesses, construit par l’abbess (...)

4Au début du XIVe siècle, sous l’abbatiat de Béatrice II, la communauté compta une soixantaine de religieuses puis, avec la Peste Noire et la guerre de Cent Ans, elle se réduisit à une quinzaine7. Cet effectif se maintint jusqu’au milieu du XVIe siècle, et ce malgré les nombreuses constructions entreprises dans l’abbaye aux XVe-XVIe siècles comme les infirmeries et les logis abbatiaux8. Les guerres de religion n’épargnèrent pas l’abbaye qui fut pillée par les Huguenots en 1562. Quelques années plus tard, en 1569, la tour-clocher de l’abbatiale s’effondra et provoqua de nombreux dommages à l’église et aux bâtiments alentours.

  • 9 Delabarre 1907 : p. 61-65.

5C’est dans la première moitié du XVIIe siècle, sous l’abbatiat d’Anne II de Souvré, que l’abbaye connut sa dernière grande réforme spirituelle et matérielle, marquée par des reconstructions et des réaménagements d’anciens bâtiments, notamment celui qui nous préoccupe ici. Enfin, au début du XVIIIe siècle, le réfectoire, la salle capitulaire, la cuisine et le dortoir médiéval furent reconstruits au sein d’un grand bâtiment de 40 m de long, à l’est de l’abbaye ; il fut détruit par un incendie en 1709, peu après son achèvement et ne fut jamais entièrement restauré9.

6Vendue en 1797, l’abbaye fut transformée en lotissements. Puis, lors du percement de la rue de la République entre 1853 et 1856, l’ancienne église abbatiale ainsi que la plupart des bâtiments conventuels furent démolis pour laisser place, aux abords de cette nouvelle rue, à des immeubles de style Empire.

LOCALISATION ET DESCRIPTION DU BÂTIMENT

7L’édifice (en gris sur la fig. 1) est compris dans une extension de l’enceinte, à l’ouest de l’abbaye. Orienté est-ouest, il est adossé, à l’est, au mur de clôture primitif, large de 1,10 m, qui constituait la première limite occidentale de l’abbaye et au revers duquel s’adosse sur toute sa longueur l’infirmerie du XVe siècle. À l’ouest, il s’appuie contre le mur d’enclos secondaire qui présente une forte inclinaison par rapport à son axe longitudinal.

  • 10 Il subsiste, de ce second bâtiment, une partie du pignon d’origine.

8On observe nettement, à la jonction de la clôture primitive et du mur d’enclos secondaire, que ce dernier est venu s’y raccorder dans un second temps et qu’il ne s’agit pas d’une compartimentation d’origine. Cette clôture secondaire porte le pignon du bâtiment (fig. 2) ainsi que celui d’un second bâtiment, aujourd’hui disparu, qui lui faisait face, au sud de la cour10. Ces pignons sont soulignés par un larmier et renforcés par des contreforts peu saillants qui s’amortissent dans la base talutée du mur. Ces deux édifices étaient tous deux perpendiculaires à l’enceinte primitive et encadraient une petite cour fermée qui correspond à cette « cour rustique » que l’abbesse Emmeline avait fait enclore en 1277, avec l’accord du roi.

9Du fait de l’orientation de l’enclos secondaire, l’édifice adopte un plan trapézoïdal, avec une longueur de 11 m au sud, de 7,60 m au nord pour une largeur de 6 m. Lors de sa rénovation en 1984, le bâtiment comprenait un rez-de-chaussée, deux étages et un niveau de comble sous une toiture à deux versants (fig. 3). Chacun de ces niveaux d’habitation possédait une cheminée d’époque moderne ou contemporaine, placée au milieu des pignons ouest et est.

Fig. 1 > Plan de l’abbaye à la fin du XVIIIe siècle (tiré de Delabarre : p. 58), avec localisation du bâtiment en gris.

10Logés entre ces deux épais murs, les deux gouttereaux présentaient une structure en pan de bois. Au nord, entre le pan de bois et l’enclos, un escalier à balustres de plan triangulaire assurait la distribution de ces niveaux avec, au premier étage, un regard en surplomb sur la rue. Le pan de bois sud était recouvert d’un habillage en plâtre du XIXe siècle.

11En 1984, le projet de réhabilitation, destiné à l’aménagement de plusieurs appartements locatifs, a révélé l’existence, derrière le revêtement en plâtre de la façade sud, d’un pan de bois d’époque moderne comprenant plusieurs éléments d’une structure antérieure (fig. 4 à 6) et, dans le comble, d’une charpente voûtée à chevrons-formant-fermes (fig. 7).

  • 11 Dendrotech™ – « Logis abbatial de Saint-Amand – Rouen (76540) » 2012.

12Une analyse dendrochronologique sur ces éléments antérieurs, réalisée en 1985 par le laboratoire du CRAHM à Caen, a proposé un abattage des bois au XIIIe siècle. Les courbes ont été de nouveau expertisées en 2006 par le laboratoire de Rennes qui a confirmé un abattage des bois entre 1239 et 1270. Une seconde campagne de prélèvement a été réalisée en 2011 par Dendrotech, sur les éléments primitifs du pan de bois sud (fig. 8), la charpente du comble ainsi que sur le pan de bois nord11.

Fig. 2 > Mur de clôture secondaire de l’abbaye avec le pignon ouest du bâtiment (Cl. F. Épaud).

Fig. 3 > En arrière-plan sur la gauche, la façade sud avant travaux (Cl. C. Kollman © 1984, Inventaire général du patrimoine culturel région Haute-Normandie).

13Ces analyses confirment que l’édifice a bien été remanié sous l’abbatiat d’Anne II de Souvré en 1630d. À cette phase appartiennent les deux niveaux de planchers, le pan de bois nord, une partie du pan de bois sud et l’escalier à balustre. Concernant la phase du XIIIe siècle, les bois de la charpente du comble constituent une moyenne dont la phase d’abattage est datée de 1258-1280d. Les poteaux de la façade sud ainsi qu’un bois dans la façade nord, probable réemploi d’un poteau d’origine de la façade nord, constituent une autre moyenne qui n’a pas pu être datée. Cependant, les assemblages en place des poteaux sud à la sablière de la charpente du comble, datée de la phase 1258-1280d, attestent bien leur contemporanéité. Ces deux moyennes distinctes, pour des bois d’une même phase de construction, s’explique par le fait que ces poteaux de façade, de 9 m de long et de 47 ans en moyenne, seraient issus d’un contexte forestier différent de celui des bois du comble, plus courts et de 62 ans en moyenne. Pour ce chantier, il y aurait donc eu deux approvisionnements différenciés (forêts ou parcelles distinctes) selon les pièces à exécuter.

Fig. 4 > Façade sud, 1 erétage, partie ouest (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).

Fig. 5 > Façade sud, 1er étage, partie est (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).

Fig. 6 > Façade sud, 2 eétage, partie ouest (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).

Fig. 7 > Charpente du comble, versant sud (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).

14Ainsi, la charpente du comble et les éléments conservés de la façade sud appartiennent à une phase comprise entre 1258 et 1280d, phase qui pourrait se restreindre à une datation comprise entre 1277 et 1280, à supposer que la construction se rapporte à l’accord royal de 1277, obtenu par l’abbesse Emmeline, d’enclore cette cour.

LE PAN DE BOIS SUD ET LA RESTITUTION DES ÉLÉVATIONS

15Long de 10,73 m pour une hauteur de 9,48 m, ce pan de bois s’appuie à la base sur un solin de maçonnerie et, aux extrémités, contre les épais murs de clôture. Lors de sa mise à nu en 1984, il présente une structure hétérogène ouverte de larges fenêtres d’époque moderne au rez-de-chaussée et aux deux étages (fig. 8). Il correspond dans son ensemble à l’état du XVIIe siècle résultant des réaménagements de l’immeuble par Anne II de Souvré. Il comprend toutefois trois poteaux montants de fond associés, à l’ouest (à gauche sur la figure 8), à plusieurs éléments d’un colombage antérieur qui ne rentrent pas dans la composition actuelle du pan de bois. La conservation de ces éléments suggère qu’il y eut en 1630d une reprise en sous-œuvre de la structure, et non un démontage complet du pan de bois, avec le maintien en place de la charpente du comble dont les fermes principales sont soutenues par ces poteaux.

16Tous ces bois anciens présentent des entailles et mortaises vides pour une composition de pan de bois différente de celle de l’époque moderne. Chacun de ces trois longs poteaux, de 29 x 25 cm de section et de 8,84 m de haut, possèdent en face interne deux couples de mortaises, respectivement pour un sommier et son aisselier, sur leur flanc des rainures pour l’insertion de panneaux de bois coulissants et des mortaises pour des entretoises et, en face externe, quatre larges entailles à mi-bois peu profondes et, en tête, une longue mortaise pour une console. Les éléments du colombage conservés à l’ouest sont constitués, sur deux niveaux, de deux colombes assemblées par tenon-mortaise aux extrémités à deux entretoises et, en tête, à une sablière continue. Ces colombes présentent également sur leur flanc une rainure identique à celles des poteaux pour les baies et, sur leur face externe, une entaille à mi-bois.

Fig. 8 > Relevé de la façade sud, face extérieure, après dégagement du plâtre en 1984 (Relevés M. Ratier, mise au propre F. Épaud).

17Ces mortaises et entailles d’assemblages sont cohérentes entre les colombes et les poteaux d’ossature et confirment bien que ces éléments ont été conservés en place. Ils permettent de proposer une restitution du pan de bois d’origine avec une ossature verticale, sans encorbellement, constituée d’au moins trois poteaux montants de fond, subdivisant la façade en quatre travées (fig. 9, 10 et 11). Aucune trace ne subsiste des poteaux aux extrémités de la façade mais il est peu probable que les entretoises et les sablières étaient ancrées dans les maçonneries en raison, d’une part, de la nécessité d’avoir un poteau rainuré pour répondre aux rainures des dernières colombes et, d’autre part, de la présence, contre les pignons, de fermes principales qui pèsent aux abouts des sablières.

18Ces poteaux sont reliés par une sablière basse, disposée sur un mur de maçonnerie, deux cours d’entretoises, assemblées aux flancs des poteaux par tenon-mortaise, et une sablière haute continue, tenonnée en tête des poteaux. Les panneaux ainsi définis par l’ossature sont chacun remplis par deux colombes verticales assemblées en tête comme en pied par tenon-mortaise dans les sablières et les entretoises. L’écartement de ces colombes varie selon les travées avec une équidistance entre les colombes et les poteaux dans les travées de bout, aux extrémités est et ouest, et un rapprochement des colombes dans les travées médianes.

Fig. 9 > Proposition de restitution des élévations au XIII esiècle (Dessin F. Épaud d’après relevé M. Ratier).

Fig. 10 > Façade sud actuelle, fidèle à la proposition de restitution excepté plusieurs baies supplémentaires. Les bois anciens conservés sont plus clairs (Cl. F. Épaud).

Fig. 11 > Proposition de restitution du plan au XIIIe siècle, au 1er étage (dessin F. Épaud).

19Sur deux niveaux, deux lisses continues sur toute la façade sont assemblées dans les entailles à mi-bois à ressaut des poteaux et des colombes pour constituer le linteau et l’appui des baies. L’intrados de ces linteaux était probablement taillé, à l’image de celles restituées bien qu’aucune lisse n’ait été retrouvée. Les rainures, présentes sur le flanc des poteaux et des colombes, étaient destinées à des panneaux de bois coulissant, qui s’abaissaient derrière l’allège pour l’ouverture des baies. La présence de ces rainures sur tous les bois conservés suggère une rangée de baies contiguës sur toute la longueur de la façade, sur deux niveaux. Aucune trace ne renseigne sur la fermeture de ces baies (panneau de vitres, treillis de bois…).

20Le remplissage du colombage était en torchis puisque des trous et des rainures ont été observés sur le flanc des bois pour la fixation des éclisses. Nous ignorons cependant si la façade était recouverte d'un bardage en bois ou bien si les bois étaient peints.

21En tête des poteaux et des colombes, sur leur face extérieure, une longue mortaise recevait une console qui portait la sablière externe de la toiture. Faute d’encorbellement, des coyaux prolongeaient vraisemblablement la toiture pour rejeter les eaux de pluie le plus loin possible de la façade.

22En face interne des trois poteaux montants de fond, les deux couples de mortaises, renforcées par un embrèvement, recevait les tenons d’un sommier et de son aisselier. Le solivage qui reposait sur ces poutres était donc disposé parallèlement aux façades nord et sud. Les sommiers assuraient avec les entraits de la charpente du comble l’étrésillonnement entre les deux pans de bois de façade nord et sud. Ces deux planchers subdivisent donc le bâtiment d’origine en trois niveaux avec un rez-de-chaussée, un étage intermédiaire de 2,70 m sous poutre, et une salle haute sous charpente voûtée de 3,60 m sous entrait, ces deux dernières salles étant largement éclairées au sud par les baies continues.

  • 12 S’il n’a pas pu être daté, il a cependant été rattaché à la moyenne des poteaux de la façade sud, (...)

23Il est probable que la façade nord, entièrement remplacée au XVIIe siècle, était identique au pan de bois sud, excepté la présence de baies. Les assemblages des sablières hautes et l’absence d’arrachement de maçonnerie dans les pignons confirment l’existence au nord d’un pan de bois. Un des poteaux de la façade nord actuelle, d’après les analyses dendrochronologiques, est un réemploi d’un poteau de fond du XIIIe siècle, apparenté aux autres poteaux de fond du pan de bois sud12, provenant certainement de la façade originelle. La distribution de ces niveaux devait s’opérer par un palier desservi par un escalier à vis en bois, situé au nord, à l’emplacement de l’actuel escalier à balustre (fig. 11). Il est probable qu’au rez-de-chaussée, depuis la cour, on accédait à cet escalier par un passage latéral.

  • 13 Compte rendu de visite de chantier, daté du 14 mai 1984 (Archives personnelles de Michel Ratier).
  • 14 Livre des Fontaines, Bibliothèque municipale de Rouen, ms. nouv. acq. 742.

24Un sondage réalisé en 1984 sous l’escalier a révélé l’existence d’un conduit vertical en pierre débouchant, à 5 m sous le sol actuel, sur une « pièce maçonnée en berceau brisé13 », vraisemblablement une fosse de latrine médiévale. Ce conduit devait vraisemblablement servir à des latrines situées aux paliers du premier étage et de la salle haute. Il est donc très probable que l’espace compris entre la façade nord et le mur d’enclos, occupé par l’escalier à vis et ces latrines, était à l’origine couvert d’une toiture à deux versants, terminée par un pignon maçonné. Un des plans du Livre des Fontaines de Jacques le Lieur14, de 1525, représente justement une vue extérieure de l’enclos au nord, avec un pignon à l’emplacement supposé de cette toiture (fig. 12), antérieure donc aux transformations de 1630.

  • 15 Pitte 1984. L’emplacement exact de ce sondage dans le bâtiment n’est pas précisé.

25Concernant le rez-de-chaussée, une petite cave moderne attenante au pan sud montre que le solin avait une élévation extérieure d’au moins 2 m de haut, avec un appareillage en pierre de taille pourvu d’un ressaut. Un sondage réalisé en 1984 dans l’édifice a permis de retrouver plusieurs niveaux de sols médiévaux en calcaire damé, entre 2,60 m pour le plus profond et 1,70 m sous le sol actuel, confirmant par ailleurs l’absence de cave sur cette emprise15. Un remblaiement important est venu rattraper la différence de niveau, probablement en 1630, avec la mise en place d’un pavage de carreaux vernissés verts à 0,40 m sous le sol actuel. Ainsi, cette salle présentait vraisemblablement au XIIIe siècle une hauteur sous poutre de presque 5 m. Des petites ouvertures sur la façade sud devaient assurer l’éclairage de cette salle.

Fig. 12 > Vue de l’église abbatiale, à gauche, et de l’entrée de l’abbaye au centre, surmontée d’un pignon en pan de bois. À droite, un second pignon surmonte le mur d’enclos, correspondant probablement à la toiture couvrant l’escalier à vis et les latrines du bâtiment (Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur, 1525 – Bibliothèque municipale de Rouen, ms. nouv. acq. 742).

LA CHARPENTE DU COMBLE ET SON ADAPTATION AU PAN DE BOIS

26Les poteaux de fond et les colombes de la façade sud sont assemblés aux sablières de la charpente du comble, confirmant ainsi leur contemporanéité. La charpente voûtée à chevrons-formant fermes est subdivisée en quatre travées comprenant chacune quatre fermes secondaires (fig. 7, 9 et 13). Elle s’articule donc avec la trame du pan de bois grâce aux fermes principales assises en tête des poteaux d’ossature. Dans la travée ouest, du fait de l’inclinaison du mur pignon, les éléments des fermes secondaires sont assemblés à ceux de la ferme principale mitoyenne au mur, comme pour une noue, avec une remarquable qualité de taille des assemblages biais (fig. 14).

27Les cinq fermes principales, numérotées de I à V de l’est vers l’ouest, sont chacune constituées d’un entrait suspendu par un poinçon de fond, d’un couple de chevrons, raidis par deux faux entraits assemblés par tenon-mortaise au poinçon (fig. 15). Des aisseliers et des jambes de force courbes, assemblés aussi par tenon et mortaise avec embrèvement, dessinent un profil de voûte en arc brisé. Les entraits, tout comme les sablières, ont leurs arêtes chanfreinées et les poinçons présentent une mouluration très sobre en tête et en pied d’un fût de section octogonale. La présence d’une ferme principale contre chaque pignon prouve que leurs conduits de cheminée actuels sont d’époque moderne. En effet, on observe nettement dans le chevronnage du versant nord, dans la travée médiane, les assemblages pour une trémie destinée au passage d’un conduit de cheminée qui était adossé au pan de bois nord.

Fig. 13 > Charpente à chevrons-formant-fermes du comble (Cl. F. Épaud).

Fig. 14 > Raccords biais des fermes secondaires sur la ferme principale adossée au pignon occidental (Cl. F. Épaud).

  • 16 Épaud 2007 : p. 174.

28Les fermes secondaires ont la même structure, excepté l’entrait et le poinçon. La sous-face de leurs bois courbes est recouverte de clous destinés, d’après les négatifs visibles sur les photos prises en 1984 (fig. 7), à un lattis hourdé de plâtre. Il est donc délicat de se prononcer sur l’existence d’un lambris dès l’origine ou bien sur l’absence de couvrement comme cela a été observé sur plusieurs charpentes voûtées du XIIIe siècle16. Aucun décor peint n’a été observé sur les pignons.

29Le pied des fermes secondaires présente un dispositif tout à fait complexe et original pour reprendre leur charge. En effet, une charpente à chevrons-formant-fermes de ce type génère des poussées latérales au milieu de ses travées, à cause des fermes secondaires qui ont tendance à s’ouvrir à leur base, faute d’entrait. Ces fermes secondaires exercent donc, sur ces supports, une poussée vers l’extérieur. Or, la difficulté d’établir une charpente de ce type, non pas sur un mur épais en maçonnerie, mais sur un pan de bois, d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur maximum, est de pouvoir contenir ces poussées latérales, d’autant plus qu’il n’existe aucun contrebutement ni contrefort extérieur. Le maître d’œuvre a donc conçu un dispositif comprenant deux sablières accolées l’une à l’autre, une interne chanfreinée et une externe, continues sur toute la longueur de la charpente et assemblées en tête des poteaux et des consoles. Sur ces doubles sablières vient reposer la base de la charpente, constituée des blochets, des entretoises et des entraits qui y sont fixés par un mi-bois à queue d’aronde, leur permettant de mieux résister à la traction (fig. 16). Tenonnée dans le flanc des entraits, une entretoise de 25 x 25 cm de section assure la rétention des blochets, et donc des poussées latérales des fermes secondaires, tandis qu’une sablière, superposée aux entretoises, réceptionne leurs jambes de force. Ce dispositif en encorbellement permet ainsi d’obtenir la largeur nécessaire pour asseoir la base de la charpente sur une faible épaisseur tout en contenant les poussées des fermes secondaires.

30Pour contribuer à limiter ces poussées, les fermes secondaires sont soutenues en tête par un cours de liernes longitudinales, disposées sous les derniers faux entraits, assemblées aux poinçons et contreventées par des petits liens obliques. En soutenant ces fermes secondaires en tête, ces liernes permettent de limiter leur tassement et d’éviter ainsi l’écartement de leur base.

  • 17 Épaud 2007 : p. 178.

31D’autres dispositifs sont également liés à cette volonté de réduire au minimum les poussées de ces fermes secondaires susceptibles de déformer les pans de bois. Ainsi, les travées sont très courtes avec des poteaux porteurs espacés de 2,20 m à 2,60 m ce qui permet de resserrer les sommiers et les entraits servant de tirants entre les deux façades. L’entraxe des fermes est aussi de 49 cm alors qu’au XIIIe siècle, en Normandie, les charpentes de ce type ont des fermes avec un entraxe moyen de 62 cm17, ce qui tend à renforcer la structure. Enfin, la pente des fermes est de 59°, qui correspond aux pentes les plus fortes pour le XIIIe siècle en Normandie, contribue aussi à limiter les poussées latérales des fermes secondaires.

32Cette recherche d’équilibre statique, visant à palier les défauts inhérents aux charpentes voûtés, explique donc, en partie, la structure du pan de bois et certains dispositifs de la charpente du comble.

Fig. 15 > Fermes secondaire et principale de la charpente du comble (dessin F. Épaud).

Fig. 16 > Sous-face d’un entrait avec son assemblage en queue d’aronde pour la sablière du pan de bois nord disparu (Cl. F. Épaud).

FONCTION DE L’ÉDIFICE

  • 18 Delabarre 1907 : p. 92.

33Il est encore difficile d’attribuer avec certitude une fonction à cet édifice qui semble indirectement lié au statut de cette cour, rattachée en1277 à la clôture primitive. Il existait, au sud de la cour, un grand bâtiment qui faisait face à celui étudié et dont ne subsiste aujourd’hui qu’une partie du pignon du XIIIe siècle. Avant sa reconstruction au XVIIIe siècle, il abritait la grange de l’abbaye, déjà mentionnée à cet emplacement au XVe siècle, des écuries, un grenier à foin et des remises18. En 1744, on accola à cette grange, au sud, une infirmerie pour les sœurs converses. Désignée à l’époque moderne comme « cour rustique » ou « du charoy », et ouverte sur la rue Saint-Amand par un portail, certes du XVIIe siècle mais qui remplace certainement un plus ancien, cette cour avait donc une vocation de service, utilisée par les laïcs et les converses.

34Il est fort probable que cette « cour rustique », annexée tardivement à l’enclos abbatial en 1277 et située en dehors de la clôture primitive, avait dès l’origine cette vocation de service. Dès lors, le bâtiment en pan de bois, au nord de cette cour, pouvait être affecté à l’hôtellerie, à l’accueil des laïcs. La salle basse peut comprendre une aumônerie ou des communs et les deux étages servir aux hôtes selon leur catégorie sociale, notamment la salle haute avec sa charpente voûtée, la cheminée et les latrines privatives pour l’accueil des hôtes de marque.

  • 19 Archives départementales de Seine-Maritime, G 6225-6226.
  • 20 Delsalle 1980 : p. 50.

35L’inventaire des titres de l’abbaye de Saint-Amand, dressé à la Révolution, mentionne justement qu’Anne de Souvré édifie en 1642 un corps de logis pour des hôtes19. S’agit-il des travaux de réaménagement de cette ancienne hôtellerie, travaux datés pourtant de 1630 ? Probablement, car des travaux de remise au goût du jour devaient être nécessaires. Louis-René Delsalle avance cependant l’hypothèse qu’Anne de Souvré y aurait aménagé ses appartements20, toutefois, il nous semble difficile d’envisager sa résidence en face la grange et les écuries, donnant sur la « cour du charoy », sachant que d’importants logis abbatiaux avaient été édifiés au siècle précédent.

36L’accès à cette probable hôtellerie médiévale se faisait non pas par l’entrée de l’abbaye, au nord, mais directement par la « cour rustique », grâce au portail situé à l’ouest dans l’enclos secondaire. Lors du remaniement du bâtiment en 1630, le mur d’enclos primitif fut percé au nord, au pied de l’escalier, pour aménager un accès direct depuis l’entrée principale de l’abbaye, tandis qu’un couloir adossé à l’infirmerie au rez-de-chaussée permettait de le desservir aussi depuis la « cour rustique ».

37Faute de comparaison, il est difficile de savoir si cette structure en pan de bois à poteaux montant de fond, sans encorbellement et dépourvue d’écharpe ou de lien oblique, est fréquente au XIIIe siècle en Normandie ou bien s’il représente à un unicum architectural lié, peut-être, à sa vocation ou à son emprise entre deux hauts murs d’enclos qui assurent à eux seuls le contreventement des façades.

38Il reste donc des questions en suspens et nous pouvons espérer, à l’avenir, qu’un suivi archéologique des travaux de restauration des maisons médiévales à Rouen permettra d’apporter des éléments de réponse, d’autant plus que cette ville conserve encore plusieurs centaines de maisons médiévales et modernes en pans de bois, non étudiées archéologiquement à ce jour.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Delabarre 1907
Delabarre Édouard – « L’abbaye de Saint-Amand », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1907, p. 51-98.

Delsalle 1980
Delsalle Louis-René – « L’abbaye de Saint-Amand », Bulletin des Amis des monuments rouennais, juin 1979-septembre 1980, p. 31-55.

Épaud 2007
Épaud Frédéric – De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie, Publications du CRAHM, Caen, 2007, 613 p.

Farin 1738
Farin François – Histoire de Rouen, B. Le Brun, Rouen, 1738.

Le Cacheux 1933
Le Cacheux Marie-Josèphe – Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen des origines à la fin du XVIe siècle, Thèse de l’École nationale des Chartes, Paris, 1933.

Le Cacheux 1936
Le Cacheux Marie-Josèphe – « Histoire de l’abbaye de Saint-Amand de Rouen des origines à la fin du XVIe siècle », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XLIV, 1936, p. 5-289.

Pitte 1984
Pitte Dominique – Commentaire d’un diagramme relevé sous le sol d’un bâtiment rue Saint Amand, rapport, Service régional de l’archéologie Haute-Normandie, Rouen, 1984, 3 p.

Notes

1 Je remercie Michel Ratier et Alain Gaspérini pour m’avoir mis à disposition les courriers, les relevés et les photographies réalisées lors de ces travaux. Je remercie également le Service régional de l’Inventaire pour m’avoir communiqué le dossier photographique concernant cet édifice. Cette étude a déjà fait l’objet d’une publication en 2007 (Épaud 2007 : p. 539).

2 Archives départementales de Seine-Maritime, 55 H.

3 Farin 1738 : vol. 1, p. 170.

4 Delsalle 1980 : p. 37.

5 Farin 1738 : vol. 5, p. 133.

6 Archives départementales de Seine-Maritime, G 6225-6226.

7 Delsalle 1980 : p. 37.

8 De ces édifications subsistent aujourd’hui la façade du logis des abbesses, construit par l’abbesse Thomasse Daniel (1472-1482), démontée et conservée au musée de Martainville-Epreville, l’infirmerie en pan de bois, plusieurs maisons de location sises rue Saint-Nicolas et quelques constructions isolées.

9 Delabarre 1907 : p. 61-65.

10 Il subsiste, de ce second bâtiment, une partie du pignon d’origine.

11 Dendrotech™ – « Logis abbatial de Saint-Amand – Rouen (76540) » 2012.

12 S’il n’a pas pu être daté, il a cependant été rattaché à la moyenne des poteaux de la façade sud, qui se distingue de celle des autres bois de la charpente voûtée par une croissance spécifique.

13 Compte rendu de visite de chantier, daté du 14 mai 1984 (Archives personnelles de Michel Ratier).

14 Livre des Fontaines, Bibliothèque municipale de Rouen, ms. nouv. acq. 742.

15 Pitte 1984. L’emplacement exact de ce sondage dans le bâtiment n’est pas précisé.

16 Épaud 2007 : p. 174.

17 Épaud 2007 : p. 178.

18 Delabarre 1907 : p. 92.

19 Archives départementales de Seine-Maritime, G 6225-6226.

20 Delsalle 1980 : p. 50.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Plan de l’abbaye à la fin du XVIIIe siècle (tiré de Delabarre : p. 58), avec localisation du bâtiment en gris.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 2 > Mur de clôture secondaire de l’abbaye avec le pignon ouest du bâtiment (Cl. F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Fig. 3 > En arrière-plan sur la gauche, la façade sud avant travaux (Cl. C. Kollman © 1984, Inventaire général du patrimoine culturel région Haute-Normandie).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 4 > Façade sud, 1 er étage, partie ouest (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 5 > Façade sud, 1er étage, partie est (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 6 > Façade sud, 2 e étage, partie ouest (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 7 > Charpente du comble, versant sud (Cl. C. Kollman © 1984, IPRHN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 8 > Relevé de la façade sud, face extérieure, après dégagement du plâtre en 1984 (Relevés M. Ratier, mise au propre F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 9 > Proposition de restitution des élévations au XIII e siècle (Dessin F. Épaud d’après relevé M. Ratier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 10 > Façade sud actuelle, fidèle à la proposition de restitution excepté plusieurs baies supplémentaires. Les bois anciens conservés sont plus clairs (Cl. F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 11 > Proposition de restitution du plan au XIIIe siècle, au 1er étage (dessin F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12 > Vue de l’église abbatiale, à gauche, et de l’entrée de l’abbaye au centre, surmontée d’un pignon en pan de bois. À droite, un second pignon surmonte le mur d’enclos, correspondant probablement à la toiture couvrant l’escalier à vis et les latrines du bâtiment (Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur, 1525 – Bibliothèque municipale de Rouen, ms. nouv. acq. 742).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 13 > Charpente à chevrons-formant-fermes du comble (Cl. F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 14 > Raccords biais des fermes secondaires sur la ferme principale adossée au pignon occidental (Cl. F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 15 > Fermes secondaire et principale de la charpente du comble (dessin F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 16 > Sous-face d’un entrait avec son assemblage en queue d’aronde pour la sablière du pan de bois nord disparu (Cl. F. Épaud).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7909/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search