Version classiqueVersion mobile

La construction en pan de bois

 | 
Clément Alix
, 
Frédéric Épaud

La maison de bois et de terre dans les Pays-Bas méridionaux vers 1400

Alain Salamagne

Texte intégral

  • 1 Garrigou Grandchamp 1992 : p. 52.
  • 2 Entre autres : Le Mené 1961 : p. 361-402, et les travaux de Daniel Leloup (par exemple : Leloup 199 (...)
  • 3 Liébard 1969.
  • 4 Principalement les travaux en cours de Clément Alix au CESR, Université François-Rabelais de Tours.
  • 5 Wolf 1954 : p. 89 et 598 sqq. Nous ne citerons pas ici les nombreux travaux entrepris autour de Tou (...)
  • 6 Parent 1926 : p. 26.
  • 7 Voir l’étude fondamentale de Max Schmid-Burgk qui ne concerne en fait que Tournai (Schmid-Burgk 192 (...)
  • 8 Laleman, Raveschot 1991 ; Laleman, Raveschot 1994.
  • 9 Devliegher 1975.
  • 10 Neveux 1971 ; Neveux 1974.
  • 11 Houbrechts 2007.
  • 12 Cet auteur a récemment posé la question de l’architecture civile vers 1400 (Garrigou Grandchamp 201 (...)

1La part de la pierre dans l’habitat civil a été depuis quelques années réhabilitée pour les XIIIe et XIVe siècles – les traces archéologiques de tels bâtiments sont de toute façon plus visibles que celles de l’habitat de bois – permettant de contredire la thèse classique d’une substitution progressive de la maison de pierre à la maison de bois. Ainsi Pierre Garrigou-Grandchamp constate-t-il dans la seconde moitié du XVe siècle une sorte de révolution dans la construction marquée par un « intense regain de l’emploi du bois, affirmation d’un “nouveau style” accompagné de l’émergence de nouveaux partis architecturaux1 ». De ce paysage de maisons de bois, des études anciennes ou récentes ont montré l’expansion comme les diversités régionales, de la Bretagne2 (Nantes) à la Bourgogne (Auxerre au XVIe siècle3), des villes du Centre (Angers, Bourges, Orléans et Tours4) à celles du midi5. Pour les Pays-Bas méridionaux (fig. 1), Paul Parent avait autrefois relevé de fait l’existence de deux types de construction dans l’architecture civile du Moyen Âge, la maison de pierre et la maison de charpente, dont le torchis était protégé au dehors par des planches disposées verticalement6. La maison de pierre a fait l’objet d’études solides pour Tournai7 ou Gand8 tandis que Bruges a bénéficié des travaux de Luc Devliegher9. Les maisons de Cambrai ont été approchées à travers les comptes ecclésiastiques, dont de très belles séries sont conservées, et en particulier les comptes de l’office du Grand Métier et de la Petite Assise du Cambrésis du chapitre métropolitain de Cambrai10 ; plus récemment enfin on s’est intéressé aux villes mosanes11. Le Hainaut, l’Artois, la Flandre dite wallonne par contre n’ont pas fait l’objet d’études, aussi nous a-t-il semblé nécessaire de présenter, en ayant recours aux seules sources comptables à défaut d’un patrimoine presque totalement détruit, une image de l’habitat urbain médiéval dans ces régions vers 1400, en contrepoint de celle plus large proposée par Pierre Garrigou-Grandchamp12. Ceci implique le recours aux comptabilités municipales ou domaniales offrant un point de vue complémentaire à celui que peut procurer l’archéologie du bâti, en tentant de décrypter la complexité d’une terminologie spécifique.

Fig. 1 > La carte des anciens Pays-Bas Bourguignons à la fin du XVe siècle (DAO A. Salamagne).

DES VILLES DE BOIS

  • 13 Piérard 1974 : p. 72 ; Piérard 1978 : p. 22.
  • 14 Avancées des entrées de cave sur la rue.
  • 15 Lefebvre 1911 : p. 373, 378 sqq. ; Trénard 1970 : p. 224.
  • 16 Guesnon 1863 : p. 418.
  • 17 « Au-dessous des consoles du rez-de-chaussée et au niveau des allèges des fenêtres, les poteaux son (...)

2Christiane Piérard, à propos de la ville de Mons, soulignait que la structure des habitations en colombage fut à la base de l’architecture urbaine jusqu’au milieu du XVIe siècle, le bois n’étant interdit dans la construction qu’en 154813. À Lille, dans la première moitié du XVIe siècle, la quasi-totalité des maisons étaient encore en bois : à la suite d’un incendie en 1567, un ban municipal du 20 juin 1569 obligeait les propriétaires des maisons à édifier ou réédifier, à élever « tant les devantures que les costez et leur derrière de leurs dictes maisons de pierres ou bricques », le bois étant interdit pour le gros œuvre et autorisé uniquement pour « les faches des galleries, montées, despenses… », c’est-à-dire les refends et les bâtiments annexes à usage de dépendance. Si les édifices des nouveaux lotissements respectèrent – sous la menace d’amendes – ces prescriptions, le cœur de la ville ancienne continua à offrir un visage médiéval. L’ordonnance de 1722 « touchant la police des bâtiments » devait rappeler un certain nombre d’interdictions : défense de réparer les façades de bois, de faire ou de restaurer les « burguets14 », obligation de couvrir les maisons d’ardoises ou de tuiles, d’élever les murs mitoyens d’un pied et demi au-dessus du toit, d’établir les cheminées « sur » les murs et non « dans » leur épaisseur15. À Arras, en 1583, Philippe II d’Espagne – soulignant que « la plupart des maisons [ont] ésté basties de bois » – ordonnait, à la demande des échevins de la ville et de la Cité, de n’élever désormais que de pierre ou de brique les murs mitoyens et de façade « avec condempnation et abolissement des saillies16 », c’est-à-dire avec suppression des encorbellements. À Cambrai la tradition de la maison de bois se perpétua au moins jusqu’à la fin du XVIe siècle comme en atteste entre autre la maison, dite espagnole, construite en 159517. Mais, ainsi que le montre l’exemple de la place de Lisle à Valenciennes vers 1500, trois des murs de la maison pouvaient être de brique (fig. 7).

  • 18 Prarond 1871: p. 25.
  • 19 Young 1931: p. 77.
  • 20 Trénard 1970: p. 22.
  • 21 Archives du Génie de Vincennes, Mémoire 1698, Art. 8, sect. 1, carton 1, 15.
  • 22 Archives municipales de Lille, Affaires générales 46-16, « Déclaration des maisons de massonnerie e (...)

3En 1656 la ville d’Abbeville (fig. 2) était décrite par deux voyageurs hollandais comme étant « de plastre et de bois18 », paysage dont s’étonnait en 1787 le voyageur anglais Arthur Young : « beaucoup de maisons [sont] en bois, qui ont un air de vétusté, comme je n’en ai jamais vu ; leurs pareilles, en Angleterre, ont été depuis longtemps démolies19 ». À Lille les mesures édictées en 1569 furent mal appliquées20 : on faisait remarquer en 1698 qu’au moment de la conquête de la ville, soit en 1667, la plupart des maisons avaient encore des façades de bois, qu’on s’efforçait alors de reconstruire de pierre blanche et de brique21. De fait la conquête française entraîna des mesures radicales : le magistrat – à l’instigation probable du nouveau pouvoir – prit un ensemble d’ordonnances pour faire détruire les « frontispices de bois » et remplacer les couvertures de chaume par de la tuile ou de l’ardoise, le non-respect de ces prescriptions étant sanctionné par des amendes de 100 florins. À la suite de ces mesures coercitives le paysage urbain se modifia progressivement : en 1699, les maisons de bois étaient déjà réduites à 1 710 contre 6 118 en maçonnerie et à seulement 796 à la fin du règne de Louis XIV en 171522.

  • 23 Dont l’un est une tour, peut-être l’ancien beffroi ? Sur Valenciennes, on citera pour mémoire Mérea (...)
  • 24 Pièce justificative 5.

4À Valenciennes en 1547, les maisons construites sur la place du marché dans le prolongement de la maison ou Hôtel de ville, à la suite de la destruction des Grandes Boucheries, étaient encore en bois (fig. 3). Un manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Douai représentant un duel judiciaire sur la Grande-Place de la ville (fig. 4 et 5) – manuscrit dû au peintre Cailleau vers 1560 – figure le rang opposé de la Grande-Place : à l’exception de deux édifices de pierre à l’extrémité gauche23, la totalité des maisons étaient en bois. À la fin du XVIIe siècle elles restaient encore majoritaires : c’est en mars 1679, plus d’un an après la conquête française, que le magistrat prit un certain nombre de mesures contraignantes, « après avoir reconnu l’intention de Monsieur le gouverneur », et « pour plaire à sa majesté » : tous les propriétaires possédant en façade des auvents en bois devaient les faire démolir dans les quinze jours sous peine d’exécution à leurs frais et confiscation des matériaux ; obligation fut faite de restaurer les façades de bois en pierre blanche, grès ou brique selon un permis de construire imposé par le magistrat24. Si le problème des incendies était certes évoqué, les raisons majeures en étaient bien idéologiques : à Valenciennes, Lille ou encore Douai, il fallait oblitérer les particularismes de l’architecture « bourguignonne » des cités conquises dont les ingénieurs français remodelaient par ailleurs les extérieurs.

Fig. 2 > Abbeville, quartier de la place Courbet pris du sommet de l’église Saint-Vulfran : vue panoramique, vers 1901-1925 (Crédit photo ministère de la Culture, France – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN Référence, AP1FS00009).

Fig. 3 > Valenciennes, les maisons de la Grande-Place (rang est) reconstruites en 1549. Carte postale (Cl. Y. Junot).

Fig. 4 > Représentation du duel judiciaire de 1455 sur la Grande-Place (rang ouest). Aquarelle d’Hubert Cailleau. Douai, Bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore, ms. 1183-2, 188-189 (Cl. IRHT).

Fig. 5 > Valenciennes, le rang ouest de la Grande-Place et la rue de Lille. À gauche, la première maison d’angle est celle dite du Château d’Argent (enseigne Jules Giard) suivie d’une seconde maison (à l’enseigne du Café Modeste) (Cl. Y. Junot).

LA MAISON DU XIVe SIÈCLE

  • 25 Neveux 1971 : p. 223.
  • 26 Pagart d’Hermansart 1879 : p. 453.

5Les exemples de Cambrai, Douai, Lille, Valenciennes ou encore Saint-Omer permettent d’esquisser un état de la maison médiévale au tournant des années 1400. Édifiée sur un parcellaire en lanières étroites disposée dans la profondeur, la maison de bois a généralement de 6 à 8 m de façade (20 à 25 pieds), pour 5 à 7,50 m de profondeur (de 16 à 24 pieds25). À Saint-Omer, au XVe siècle, il fut interdit de rediviser des maisons de 14 pieds de façade ou moins26, ce qui atteste néanmoins que la pratique pouvait exister antérieurement.

  • 27 Neveux 1971 : p. 220 sqq. ; Neveux 1974 : p. 211-212.
  • 28 Portant l’enseigne au Chasteau en 1635, à la Belle Image vers 1735, elle était possédée par la fami (...)
  • 29 Lemaître 1904 ; Junot 2009 : p. 245-248.

6À Cambrai, elle avait le plus souvent, sur un cellier voûté, deux niveaux d’élévation : un rez-de-chaussée surélevé de 3 ou 4 marches par rapport au niveau de la chaussée, un étage coiffé de combles, ou deux sur le Grand Marché et sur le Marché au Bois27. Sur les quatorze maisons visibles de la Grande-Place de Valenciennes, douze d’entre elles possédaient deux étages comme, non loin du centre-ville, la maison du 19 de la rue de Paris détruite en 1912 ou encore les maisons renaissantes reconstruites en 1547 sur le rang de l’Hôtel de ville. La maison dite du Château d’Argent28, détruite en 1940 et qui était située à l’angle de la Grande-Place, à l’entrée de la rue de Lille29 (fig. 5), avait une élévation à deux étages disposés en encorbellement sur sommier plutôt que sur solive.

  • 30 Quarré-Reybourbon 1889 ; selon le plan no 2439 des Archives du Royaume tracé en 1618 à l’occasion d (...)

7À Lille le très bel exemple de l’alignement de la rue des Malades (ou rue de Paris30) (fig. 6) nous montre encore au début du XVIIe siècle un ensemble de maisons de bois qui, pour la plupart, possédaient cellier, rez-de-chaussée, et deux étages avec les combles. Entre la rue de Molinel et la porte de Paris, cinq maisons identiques ou presque avaient entre 20 et 25 pieds de largeur pour une hauteur de 75 pieds, soit 23 m. La première maison du second rang se distingue par une enseigne « Au Molinel » supportant un moulin et sous laquelle est visible une figure féminine, plus grande que nature, peinte en rouge, bleu et vert qui tient de la main droite un verre et montre de la main gauche deux tonneaux. Elle abritait donc un cabaret qui devait occuper le premier niveau, cas de figure fréquent qui faisait du rez-de-chaussée de l’édifice un « ouvroir » ou un cabaret, lieu des activités professionnelles qui prenaient place encore dans les celliers.

Fig. 6 > Le rang de la rue des Malades à Lille en 1618, d’après le dessin d’un plan de 1618 (Quarré-Reybourbon 1889).

  • 31 Junot 2009 : p. 249 ; d’après Archives municipales de Valenciennes, J2/389bis 1547, f° 22 v°-23 r°. (...)
  • 32 Voir Pièce justificative 4. Archives municipales de Lille, Registre aux comptes, 1529, f° 13 v°, 14 (...)
  • 33 Glineur 2007 : p. 34.

8Cinq maisons construites sur la Grande-Place de Valenciennes en 1547 (fig. 3), au lieu des étals de la Grande Boucherie, s’étendaient sur des parcelles larges de 15 pieds en front de rue pour une élévation de 36 pieds, soit 11 m : trois d’entre elles devaient être prises à rente par un marchand de bois de charpente, les autres par un marchand drapier et un « marchand grossier31 ». Le principe de l’encorbellement y était limité à 10,5 pouces de saillie (25 cm) à 11 pieds du sol, mais à Lille en 1529 il était encore, pour une maison derrière le cimetière de Saint-Étienne, de 16 pouces (40 cm) à 10 pieds du sol32. Dans tous les cas, les façades restaient ponctuées par de hauts pignons qui ménageaient entre eux des noues d’où jaillissaient les extrémités des cheneaux (fig. 7) ; dans le cas précité de la maison lilloise les eaux des cheneaux (« nocquières ») des toitures étaient conduites jusqu’au pavé par des gouttières de bois ; en 1682 on imposait dans cette même ville la suppression des gouttières saillantes sur les toits et leur remplacement par des tuyaux de plomb ou de fer blanc courant le long des façades33.

Fig. 7 > Valenciennes, maisons de la place en Lisle, 1651 (Détail du plan des Archives municipales de Valenciennes, DD. Cl. Bibliothèque municipale de Valenciennes).

  • 34 En 1426-1427 le remplacement de combles en bois de frêne et cerisier entraîne un surcoût pour une m (...)

9Les caractéristiques de la maison de bois cambrésienne sont reconnaissables ailleurs : un « solement » de pierre qui s’appuie sur les voûtes d’un cellier reçoit un « carpentaige » de poutres de chêne, les parois sont constituées de terre, de paille, et sont revêtues de lattes de bois clouées34. À partir des années 1420, on remplace progressivement le lattage par un remplissage de brique qui, à la fin du XVe siècle, gagne la totalité des deux murs latéraux dépourvus dès lors de bois porteurs.

  • 35 Archives départementales du Nord, B 9746, 1369-1370, f° 8 v° et passim. Neveux 1974 : p. 214.

10Les niveaux (qualifiés d’« estage »), sont desservis par un escalier droit en bois (ou « montée35 »)et séparés par des planchers couverts en soffite de lattes clouées sur les solives. À l’arrière de la maison existe une cour au fond de laquelle s’ouvre la cuisine. On y trouve encore les latrines (« aisements », « chambre coye », « privées ») qui souvent donnent sur une rivière ou un canal. Les puits des maisons sont plus rares – sauf pour les hôtels particuliers – car il existe de nombreux puits publics (« puisoirs ») en particulier aux carrefours ou à proximité des ponts.

Le placage des murs et les terrées

  • 36 Organisation du métier des « placqueurs » de Lille en 1459 dans Marquant 1940 : p. 315-319 ; ordonn (...)
  • 37 Archives départementales du Nord, B 9033, 1384-1385, f° 24 r° et passim : « A Robert Lambrefuer et (...)
  • 38 Ibid., B 9748, 1370-1371, 16 v° et 17 r° ; B 9760, 1377-1378, 21 v°, 22 r°v° ; B 9748, 1370-1371, 1 (...)
  • 39 Ibid., B 9799, 14 r° : elles coûtaient de 6 s. le cent. à 20 s. le cent lorsqu’elles étaient dites (...)
  • 40 Ibid., B 7900, 1372-1373, f° 107 : échoppes des changeurs à Valenciennes.
  • 41 Pièce justificative 4.

11La technique du remplissage des murs par du pisé – déjà attesté sur les habitations du haut Moyen Âge à Douai, Proville, Brébières – et leur placage avec une bourre constituée de paille et d’argile sur un système de lattes restera en usage au moins jusqu’au XVIIIe siècle. Le rôle des plaqueurs36 était aussi important que celui des charpentiers comme en atteste entre autre le nombre de journées travaillées pour la réalisation d’une maison : en 1386 au Quesnoy la construction des étuves seigneuriales, dites de Jehan Gayant, érigées en bois sur un solin de pierre, nécessita 4 journées de maçons, 37 journées de charpentiers, 37 journées et demie de plaqueurs de terre, 10 journées de couvreurs de chaume37. Ses parois de bois furent couvertes de 950 tiges ou « lattes » de tilleul fixées par 7 000 « clous à lattes », « lattes » – constamment mentionnées dans les comptabilités – de tilleul ou d’aulne de 9 à 18 pieds de longueur38 utilisées pour les parois39. Étaient plaquées « toutes les paroix, refens et montées » (Cambrai, maison de la Corne 1445-1446), c’est-à-dire les murs porteurs, les murs de refends et les parois des cages d’escalier intérieures mais aussi les parois extérieures préalablement lattées40. Ces parois pouvaient encore être recouvertes extérieurement de planches (« aissielles », « banques41 ») disposées verticalement ou horizontalement, à Valenciennes, Lille…

  • 42 Archives départementales du Nord, B 4650 (1445-1446). Archives municipales de Douai, CC 217, 1444-1 (...)
  • 43 Ibid., CC 2970 ; Archives départementales du Nord, B 7900, 1372-1373, f° 107, échoppes des changeur (...)
  • 44 Ibid., B 9793, 20 v° ; B 9037, 1386-1387, 22 v°, le Quesnoy : « A Jakemart Vitoul, Doyen seu compai (...)

12Le mortier utilisé par les placqueurs était constitué d’argile mélangée et broyée avec de la paille (« estrain »), comme sur les maisons du château ou de la ville de Douai42. Le mélange évoqué pouvait être mêlé avec de la chaux43, qui donnait un enduit qualifié de « blanc mortier » ; à Cambrai à la maison de la Corne un « placqueur » devait « relaver de blan mortier » les parois qui, à la maison domaniale de Trith (1391-1392), recevaient un enduit de deux mortiers. Au Quesnoy on distinguait clairement le « mortier de terre » du « mortier de chaux44 ».

  • 45 Ibid., B 7874, 1355-1356, 55 v° et passim : placage de terre et de paille « a le keminée de le cuis (...)
  • 46 Ibid., B 9024, f° 9 r° « plakier et contrepaller de 2 mortiers deseure le keminee o drechoir de le (...)
  • 47 Ibid., B 9791, f° 17.

13Dans la seconde moitié du XIVe siècle la cheminée était encore très souvent de bois. Aussi enduisait-on les manteaux et hottes, de terre et de paille, comme à l’hôtel de la Couture et aux écuries du palais de la Salle-le-Comte à Valenciennes45, au château du Quesnoy en 1380-138146, etc. Dans le bâtiment en fond de cour abritant les cuisines de la maison de la Corne à Cambrai (1445-1446), le manteau de la cheminée – plaqué jusqu’aux premières assises de brique – devait encore être de bois. La maison comtale de Trith, « maison manaule » c’est-à-dire d’habitation, possédait plusieurs corps de logis construits en bois sur un solin maçonné ; la cuisine (5,70 x 3 m pour une hauteur de 3 m) était, comme sa cheminée, totalement en bois47.

  • 48 César, Guerre des Gaules, Le Livre de Poche, Paris, 1961, p. 222.

14Les sources comptables attestent bien du fait que, dans leur état des XIVe ou XVe siècles, la plupart de ces maisons étaient couvertes de paille et de roseaux, selon une tradition ancienne dans les pays du Nord-Ouest de l’Europe, déjà notée par César48.

CONCLUSION

  • 49 Demolon 1989 ; Demolon, Louis 1994.
  • 50 Neveux 1974 : p. 215.
  • 51 Archives municipales de Valenciennes, J2/348/2 (2e cahier) 1377-78, f° 58 : 2 maisons rue Cardon «  (...)
  • 52 Anonyme, Éphémérides historiques de la ville de Douai, 2e éd., Douai, 1828, p. 36.
  • 53 Les deux maisons représentées sur le plan des archives municipales de Valenciennes sont probablemen (...)

15À l’origine de la maison de bois du Moyen Âge central figure la maison rurale du haut Moyen Âge : de plan généralement sub-rectangulaire, à la charpente supportée par des poteaux, et dont les murs étaient revêtus d’argile ou de torchis sur clayonnage49. Aux XIIIe et XIVe siècles néanmoins, la structure des maisons de bois devint plus savante : elle reposa désormais sur un soubassement de matériaux maçonnés, certains niveaux pouvant être voûtés. Dès la seconde moitié du XIVe siècle, briques et tuiles se diffusent, le premier matériau utilisé en remplissage des panneaux de bois ou dans les maçonneries des murs mitoyens. Mais foncièrement, vers 1400, la très grande majorité des maisons urbaines ne se différenciait pas des maisons rurales : bois et murs enduits, terre et chaume pour l’isolation comme pour les sols, caractérisaient ces édifices. Cette proximité morphologique était encore entretenue par la circulation des charpentiers sur les chantiers, entre villes et plat pays, et par le fait que les villes étaient loin de présenter un caractère urbain absolu : ainsi à Cambrai a-t-on relevé entre la cathédrale, l’hôpital Saint-Julien et l’abbaye du Saint-Sépulcre – c’est-à-dire au sud de la ville –, l’existence de granges et de greniers où s’entassaient les produits des fermages50. Même constat pour Valenciennes où les mentions des granges urbaines sont constantes au XIVe siècle51. À Douai en 1770 sont encore mentionnées, rue d’Arras, trois granges contiguës52. À partir du début du XVe siècle néanmoins, ce paysage de terre et bois allait progressivement céder la place à un paysage de brique et de bois, mais cette évolution fut lente, et doit être située sur deux siècles, entre 1400 et 1600. Vers 1500, beaucoup de maisons présentaient ainsi un double visage : le bois pour la façade, la brique pour les murs gouttereaux ou mitoyens, la tuile en couverture, comme une des maisons de la place en Lille de Valenciennes en donne un très bon exemple (fig. 7)53 Avant la conquête française bien des villes des Pays-Bas méridionaux ou de Picardie conservaient encore ce visage médiéval, de maisons de bois disposées en front de rue, avec leurs pignons caractéristiques reconstruits pour certains en brique après 1550.

  • 54 Verhaeghe 1994 : en particulier p. 153 sqq.
  • 55 Odette Chapelot a montré qu’au XVe siècle en Bourgogne une toiture de tuiles était 4 à 5 fois plus (...)
  • 56 On verra d’une manière générale : Héliot 1957.
  • 57 Expression utilisée à Lille en 1722 (Glineur 2007 : p. 38).

16Les caractères variables de cette évolution dans l’espace et le temps, qui conduisent – dans un processus de « pétrification » relevé entre autres par Frans Verhaeghe54 –, de la maison de bois à la maison de pierre, résultaient d’un ensemble de facteurs différenciés, dynamique économique locale ou régionale, ressources en capital, disponibilité des matériaux de construction, etc. En Hainaut, Artois et Flandre (wallonne) et probablement en Picardie aussi, le développement de l’industrie de la brique permit à partir de la seconde moitié du XIVe siècle de substituer progressivement aux murs de terre et bois des murs maçonnés et, au chaume, la tuile. À Cambrai un très bon indice de ce constat est donné par l’évolution du poste maçonnerie des maisons de bois qui, entre 1427 et 1445, monte de 10 à 20 % et se stabilise entre 20 et 25 % après 1450. Si nous acceptons l’idée d’un doublement du poste des maçonneries – et d’un rapport quatre à cinq fois supérieur pour le remplacement du chaume par la tuile55 –, on comprend aussi quel effort d’investissement considérable devait être réalisé par les propriétaires fonciers pour mettre à niveau leur patrimoine, dans un temps où la conjoncture économique restait assombrie. Construite alors avec des parois de brique, couverte de tuiles ou d’ardoises, la maison de bois qui s’élevait sur 3 ou 4 niveaux était bien caractéristique des villes des Pays-Bas méridionaux autour des années 155056. Paysage qui disparut progressivement à partir de la fin du XVIIe siècle lorsque la puissance édilitaire décida, pour « rendre les rues uniformes57 », de détruire ces maisons offrant des « figures difformes », selon l’expression du magistrat de Valenciennes en 1679, politique urbaine amplifiée par les reconstructions de l’après-guerre.

PIÈCES JUSTIFICATIVES

Construction d’une maison couverte de tuiles aux Moulins-le-Comte à Valenciennes

Archives départementales du Nord, B 9747, 1370-1371, f° 20

17A Colart Gossuin, carpentier, pour une maison toute niefve faite as dis Molins-le-Conte en le maniere qui s’ensuit.

  • 58 Hauteur donnée par un « esteau » ou poteau à 2 tenons.
  • 59 Probablement lien, équivalent de décharge.
  • 60 Terme inconnu.
  • 61 Dans ce contexte le terme désigne l’ensemble d’un pan de mur.
  • 62 Longes ?
  • 63 Longues planches épaisses à Valenciennes d’un pouce, soit 2,5 cm.

18Premiers a li ditte maison 42 pies de lonc, 24 pies de banch et 15 pies destiel entre 2 eswilles58. Item faire contrelois en le ditte maison, roisler et loyer de pam et de contrelois59 et mettre rainppecas60. Et le contreloi61 aules viers l’euwe, roiler de longhes62 et viestir d’aissielles63 et faire a ce dit contreloi 3 feniestres et faire en celle maison bone huisserie et 3 feniestres.

  • 64 Avec contreventement, muni de ventrières.
  • 65 Liaisonner avec l’idée de restaurer, « rénover ».
  • 66 Lier de nouveau par des pièces de charpente.
  • 67 Terme polysémique, ici travée de charpenterie.

19Item sur ce dit ouvrage faire 1 boin comble, bien loyet et par montans et ventrilliet64 et faire crepons et feniestres et mettre es 2 pans 2 listiaus et le maison dou molin daval l’euwe ranoer65 et ramranoker66 au nuef ouvrage et faire aules viers le porte une achinte67 tout oultre le maison et faire a celle achinte 2 huis et des feniestres et a l’autre les de le maison jetter une achinte pour hierbeghier apres le nuef muret qui a 12 pies de lonc et 6 pies de let et faire a le ditte maison plusieurs autres ouvraiges. Seu a eut lidis Colars pour tou ce faire que dit est bien et souffissamment marcandet a lui en tasque a crit et a rabais, 40 l.

20A Pierart de Sars, couvreur de thieule, par toute le ditte maison dou molin couvrir de thieule bien et souffissamment payet a lui marcandet en tasque en 14 l.

Travaux à une maison à Valenciennes, reconstruction de sa cheminée et d’une latrine

Archives municipales de Valenciennes, J2 352 bis, 1399-1400, 28 r°

  • 68 Cimaise, imposte moulurée d’une cheminée.
  • 69 Probablement la barre de fer faisant soutien au niveau du plancher.
  • 70 Conduit de la cheminée.
  • 71 Peut-être renforts de bois ceinturant les maçonneries de la cheminée.
  • 72 Tuiles posées de champ.

21Il est venus avant qui voelt marchander de faire 1 contrecoer a 2 paremens en une maison noefve qui estleure derierre le moulin de le Sauch, et celi contrecoer faire de brike et unes gambes de brike et assir chimaises68 de blanke piere et ledit contrecoer mener jusques a le hauteur dou premier planker. Et sur ledit plankier commenchier 2 keminées lesquelles seront envolepées de brikes tout autour et mener si haut que 3 pies deseure le fiestissure de le maison. Item faire enceli maison 2 estriers pendans69 et sur ces 2 estriers faire 2 contrecoers et en cascun contrecoer une paire de gambes de brike et chimaises de blanke piere sus. Item faire 2 buhos70 séans sur 2 kayeres de bos71 et mener si hault que les aultres keminées devant dites. Item faire les estres, les 2 qui seront par terre faire de quans de thieuliaux72 et bordés de blanke piere et les 2 aultres faire de quariaux ; se fera li bordure de bos.

  • 73 Refaire le « solement ».
  • 74 Latrines.
  • 75 Conduit.

22Item soller73 ledite maison et l’achinte dencosté tout au coeur par tout ou besoings sera. Item faire sur une courtoisie74 qui y est2 corbiaux de gries a sallie pour wagnier plache et servir lesdis corbiaux. Mettre 1 lintel de gries et sur che lintel de gries ordonner une cambrette et mener de brike jusques a le hauteur de 1 homme et la couvrir de bos et sur ce bos mener lo buse75 jusques à le hauteur dou plankier.

  • 76 Guillaume Petit, maçon attesté entre 1378 et 1403 ; décédé avant 1413-1414.

23Sa on offiert de tout che dis ouvrage faire bien et souffisamment par dit d’ouvriers a chou congnissans 12 livres tournois. Si a 6 s au vin et ferme le dimence 16e jour de may. Et entrer oudit ouvrage tantostle recours ferme et avoir tout fait et livret devens le jour Saint Jehan Baptiste prochain venant. Item 8 s au vins demoré a Wille Petit76, machon.

Travaux (au total 280 journées) de placage au château du Quesnoy et à la maison comtale dite de la basse-cour à Trith

Archives départementales du Nord, B 9782, 14 v°

  • 77 Galeries.

24A Gobiert de Haspre, plakeur, pour 76 jours qu’il a plakiet en pluiseurs lius aval le Sale tant a 1 chelet que on a fait es aloirs77 qui vont de le sale es grandes cambres, a une paroit a desous des aloirs, es cambres viers le petite porte comme en le cambre des comptes et es cambres la dalés. Et ossi a une maison que on y a faite, plusieurs tierées faites es dittes cambres tant d’argille comme de cendrez de caufour et es cambres qui sont viers le grande porte, fiestir sour le grange de le sale et ouvrer ailleurs es dis lius ou necessaire a estet. Faites les dittes journées a pluiseurs fois dou 7e jour de aoust jusquez au 20e jour d’avril ensuivant qui montent au fuer de 5 s. le jour, 10 l.

Archives départementales du Nord, B 9782, 15 r°

25A Jehan Hanecart et a Pierrat Coskan seu compaignon pour 44 jours qu’il ont plakiet de blanc en maniere de plastre tant au chelet des aloirs, a le cambre des comptes, as cambres desous les greniers comme as cambres deseure le porte et a celles qui sont la dalés. Les dittes journées faites es mois de septembre, d’octembre et de novembre au fuer de 10 s. le jour pour yaus 2 sont, 22 l.

Archives départementales du Nord, B 9793 (1391-1392), 20 v°

26A Bauduin Pappelart, plackeur, pour seu sollaire de fiestir le maison manaulle et les marescauchies de Trith bien et souffissamment de 2 mortiers, ossi le cuisine d’iceli maison placquier de fons en comble de 2 mortiers toute noeve. Item faire en celi maison 2 noeves tierrés et ycelles rencontrer de 2 mortiers. Item renduire le loge estant deseure le ditte cuisine de 2 mortiers et ossi replacquier autour des dittez marescauchies par tout ou besoins estoit. S’en deut avoir marchandet a liu en tasque a cri et a raval 7 escus et demi de Haynnau qui valent a 25 s., 6 d. le piece, 9 l, 10 s., 3 d.

  • 78 Solins.

27Audit Bauduin pour seu sollaire de recouvrir sour les wimbergues78 de le keminée de le dite maison de Trith qui avoient estet descouviertez par les ouvriers qui fait avoient les ditez keminées pour ce payet, 4 s.

28A Jehan dou Hautbos manouvrier pour seu sollaire de fouyr et de gieter hors d’une fosse ou courtil Bauduin le Flamencq tiere par 5 journées et demie de lequelle on placka en tous les lieus et edefices deseure dis. Payet a lui pour cescun jour 2 s., 6 d. sont, 14 s., 2 d.

  • 79 Bac, contenant.

29Audit Bauduin le Flamnecq pour 31 huges79 tenant 62 beniaus de tiere pris en seu dit courtil pour mener as dis ouvraiges, payet a lui pour cescun beniaus 4 d. Ce sont en somme, 20 s., 8 d.

30Et de le ditte tierre mener sour ledit ouvrage ne fait li recpveuer point de compte pour ce que li cars de le corouwee monseigneur a Valenchienens li a tout fait menée…

Lille, devis d’une maison (1528)

Original, Archives municipales de Lille, Registre aux comptes, 1529, f° 13 v°, 14 r°

31Édition De la Fons-Mélicocq, « Document inédits pour servir à l’histoire de l’architecture civile dans le nord de la France, au XVIe siècle », Revue d’histoire et d’archéologie, t. II, p. 339, 1860, p. 339-340.

  • 80 Treille, ici probablement dans le sens de barrière.
  • 81 Pièces de bois horizontales disposées entre les baux qui sont les pièces verticales. Poutre, et dan (...)
  • 82 Aisselier de façade cintré et mouluré.
  • 83 Bourgeon fleuri comme motif sculpté ?
  • 84 Lames bouvetées et rainurées de bois dit de « danemarch » ou « d’irlande », en fait provenant de la (...)
  • 85 Pour « garnier » ou grenier.
  • 86 « Faurain » ou « faulxrain », chacun des deux chevrons de tête de la ferme débordante du pignon.
  • 87 Petites moulures ?
  • 88 Guirlandes de fleurs.
  • 89 Poinçon de pignon dépassant le faîte du comble.
  • 90 Blochet des arbalétriers de pignon.
  • 91 Pour être la face de derrière.
  • 92 Chéneaux.
  • 93 Gouttières.
  • 94 Synonyme d’aisselle ou planche.
  • 95 Latrines.

32Appert par le passaige del 11e de febvrier 1528, que Pierre Hochart, procureur de la ville, par charge et commandement d’eschevins, conseil et Huit Hommes de ladite ville, a baillié en arrentement à Philippe Six, et qui lui estoit demouré au pauch de chandeille, toute une place widde séant sur le viez Marchié au Poisson, sans touchier aux pierres, au long du chimentière Sainct-Estienne, entre la fontaine et la traille80 prochaine ou demeure George Cornette, ladicte place contenant 18 piés de long, au long dudict chimentière, et 15 piés de large, pour le tenir le terme de cent ans, commenchans le 16e de may 1528 ; ledict arrentement fait moyennant 2 s. de denier à Dieu, 9 l. de carité, 4 l. pour la devise dudict marchié et, pour le gros dudict arrentement, la somme de 19 l., 2 s. patars [?] monnaie de Flandres, de rente héritière, sans rachat, que ledict arrenteur, ses hoirs ou aians cause, seront tenus payer chescun un moitié à l’empereur, et l’aultre moitié à ladicte ville, à deux termes et paiemens en l’an, commenchant à payer pour le premier paiement la moitié de ladicte rente au 16e de novembre 1528, et pour le second paiement, l’autre moitié au 16e de may 1529, et ainsi poursuiawent d’an en an, de terme en terme, lesdis cens ans durans. A condicion que ledict Philippe estoit tenu faire sur ladicte place arrentée une maison à triangle, à deux estaiges de hault. Le premier desdis estaiges de 10 piés de hault, portant saillie de 16 pauchs, entrebranchié de entrebauch81, chintres à croches mollez82 et d’une bourquefeulle83 mollée ; les planchiers estoffés de bors de quesne plennetz et feuletez de feulletz dalemarche84, tant ycellui de bas, comme ycellui de hault. Le second desdis estaiges a 11 piés de hault, portant saillie de 13 ou 14 pauchs entrebranchié comme celle du premier estaige de semblable ouvraige, et trois piés pour la cuve du garcinier85, unze pauchs de saillie pour les faurains86, lesquelles seront chintrez, mollez, estoffez de mollequins87, de gros boucques88, et une brocque89 ou sera taillié une teste de serpent et par dessus une heuxe de plomb, painte et dorée, et au boucques90, sans pour ce faire ledict édiffice en plus grand haulteur que dessus. Et sera le comble de ladicte maison ouvré à culach91 du costé de l’attre, finant sur le listeau des fenestres du garnier, et couvert d’ardoise et partout nocquières92 pour ceullier les eauwes lesquelles seront apportées par buises93 de plomb jusques en bas sur le canchie ; et toutes les devantures de bois de quesne applaniez et clozes de bancques94, saulf allencontre dudict chimentière, là où sera fait ung mur jusques au premier estaige. Et ne polra prendre nulles veues sur ledict chimentière, se elles ne sont barées et estoffées de verrières dormans, sans ouvrir. Et esttenue ladicte ville de deffaire la fontaine et refaire deux piés plus hors que la devanture de ladicte maison, comme fait a esté. Et demeure au pourfit dudict arrentement ladicte place widde, qui a esté trouvée derrière la fontaine, portant environ 11 piez quarez. Et est tenu ledict arrenteur de faire ung retret95 en ladicte maison. Et si a esté condicionné que ladicte ville avera faculté de ravoir ladicte maison, après lesdis cens ans expirez, pour tel pris qu’elle sera prisée et extimée à porter en voye, ou de le faire oster, ou transporter par l’héritier. Pour ce son pour les premier et 2e termes dudit arrentement escheu le 16 de may 1529 pour le ville, 9 l., 11 s.

ORDONNANCE EN MATIÈRE D’URBANISME DU MAGISTRAT DE VALENCIENNES, 1679

Archives municipales de Valenciennes, Reg. XII, 1322, 74 r°

33Messieurs les prévostet jurez de la ville de Vallentiennes estans informés que l’embellissement de la ville sera une chose agréable à sa majesté et voulans a ce sujet y apporter tous les soins possibles afin de la faire paraistre à l’advenir comme les circonvoisines, après avoir reconnu l’intention de Monsieur le Gouverneur ont ordonnés et ordonnent à tous leurs bourgeois et manans de telle qualitée ou condition qu’ils soient ayans en propriété des maisons dans cette ville ou faubourg de Nostre Dame avec des tois de bois ou couvert d’ardoises au dessus bouticles, ouvroirs ou portes, de les faire abbatre incessamment et d’avoir achevé endedans quinze jours à commancer du jour de la publication, à paine qu’il y sera pourveu à leurs fraix et despens et de confiscation desdits toies et ardoises, a quel effectle sieur procureur de la ville est authorizé à présent pour lors d’y faire travailler…

34Et comme l’embellissement d’une ville autant considérable que celle de Vallentienne ne consiste point seulement en l’abbatis desdis tois, mais que les devantures ou frontispices en sont la meilleure partie, et se trouvant que le plus grand nombre des maisons sont basties de bois, plancées et ardoises au dessus, qui sont une figure très difforme, mesmes dangereuse pour le feu accidentel à quoy voulons aussy remédier, mesdis sieurs ont interdit et interdisent à tous propriétaires ou occupeurs desdites maisons de à l’advenir pouvoir faire aucunes réparation ausdites devantures sans la permission de Messieurs du Magistrat. Et comme par succession de temps lesdites maisons se trouveront en caducité, mesdis sieurs ont pareillement interdit et interdisent ausdis propriétaires d’en faire le rétablissement d’autre manière que de pierre blanches, briques et gresseries, ensuite de la forme qui leur sera prescripte par messieurs du magistrat sans y pouvoir mettre ou faire entrer directement ou indirectement ausdis pignons ou devantures faisant faces aux places, marchets et rues, aucuns esseaux ou ciboureaux de bois à peine que les héritaiges des contrevenans seront desmolies et rebasties à leurs frais et despens…

35Remerciements de l’auteur à MM. Jean Vilbas, Conservateur de la bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore de Douai, Guillaume Broekaert, Archiviste municipal de Valenciennes, Loïc Courbes, Archiviste municipal de Lille, Yves Junot, Maître de conférence à l’université de Valenciennes, pour les photographies ou renseignements aimablement communiqués.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Chapelot 1981
Chapelot Odette – « Les fabriques ducales de carreaux médiévaux en Bourgogne », dans Les carreaux de pavage dans la Bourgogne médiévale, catalogue d’exposition du Musée Rolin, Autun, 1981, p. 23-28.

Croquez 1920
Croquez Albert – Louis XIV en Flandres. Les institutions, les hommes et les méthodes dans une province nouvellement annexée 1667-1708, H. Champion, Paris, 1920, 294 p.

Demolon 1989
Demolon Pierre – « L’habitat du haut Moyen Âge dans le Nord de la France, réflexions socio-économiques », Revue du Nord, t. 71, 1989, p. 165-175.

Demolon, Louis 1994
Demolon Pierre, Louis Étienne – « Naissance d’une cité médiévale flamande », dans Demolon Pierre, Galinié Henri, Verhaeghe Frans (dir.), Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (VIIe-XIIIe siècle), actes du IVe congrès international d’archéologie médiévale (Douai, 1991), Société archéologique de Douai, 1994, p. 47-60.

Devliegher 1975
Devliegher Luc – Les maisons de Bruges, Bruxelles, 1975, 492 p.

Garrigou Grandchamp 1992
Garrigou Grandchamp Pierre – Demeures médiévales, cœur de la cité, Éd. Rempart/Desclée de Brouwer, Paris, 1992, 128 p.

Garrigou Grandchamp 2010
Garrigou Grandchamp Pierre – « L’architecture domestique urbaine vers 1400, un thème en déshérence », dans Alain Salamagne (dir.), Le palais et son décor au temps de Jean de Berry, art et architecture, Presses universitaires François-Rabelais, Tours, 2010, p. 57-70.

Glineur 2007
Glineur Cédric – « Le droit de l’embellissement à Lille sous l’Ancien Régime (1667-1789) », Revue du Nord, t. 89, no 369, 2007, p. 27-42.

Guesnon 1863
Guesnon Adolphe – Inventaire chronologique des chartes de la ville d’Arras : documents, Arras, 1863, 520 p.

Héliot 1957
Héliot Pierre – « La fin de l’architecture gothique dans le Nord de la France », Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, VIII, 1957, p. 9-145.

Houbrechts 2007
Houbrechts David – « Le logis en pan de bois dans les villes du bassin de la Meuse moyenne (XVe-XVIIe siècle) : apport de l’archéologie du bâti », Bulletin monumental, t. 165-2, 2007, p. 175-194.

Junot 2009
Junot Yves – Les bourgeois de Valenciennes. Anatomie d’une élite dans la ville (1500-1630), Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2009, 320 p.

Le Mené 1961
Le Mené Michel – « La construction à Nantes au XVe siècle », Annales de Bretagne, t. 68, no 3, 1961, p. 361-402.

Laleman, Raveschot 1991
Laleman Marie-Christine, Raveschot Patrick –
Inleiding tot de studie van de woonhuizen in Gent. Periode 1100-1300. De kelders, Bruxelles, Verhandelingen van de Koninklijke, Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Schone Kunsten, année 53, no 54, 1991, 280 p.

Laleman, Raveschot 1994
Laleman Marie-Christine, Raveschot Patrick – « Maisons patriciennes médiévales à Gand (Gent, Belgique) », dans Demolon Pierre, Galinié Henri, Verhaeghe Frans (dir.), Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (VII-XIIIe siècle), actes du IVe congrès international d’archéologie médiévale (Douai, 1991), Société archéologique de Douai, 1994, p. 201-205.

Lefebvre 1911
Lefebvre Léon – « Particularités des rues du vieux Lille relevées en 1905 et décrites », Bulletin de la Commission historique du Nord, t. XXVIII, 1911.

Leloup 1996
Leloup Daniel – La maison urbaine en Trégor aux XVe et XVIe siècles, coll. « Art et Société », Presses universitaires de Rennes, Rennes, 1996, 225 p.

Lemaître 1904
Lemaître Henri – La maison du Chasteau d’Argent à Valenciennes, Valenciennes, 1904, 19 p.

Liébard 1969
Liébard Odile – « Les maisons d’Auxerre au XVIe siècle », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, nouvelle série, no 4, année 1968, Éd. Bibliothèque Nationale, Paris, 1969, p. 155-214.

Marquant 1940
Marquant Robert – La vie économique à Lille sous Philippe le Bon, H. Champion, Paris, 1940, 350 p.

Méreau 1998
Méreau Jean – « Typologie des anciennes maisons valenciennoises avant Louis XIV », dans Valenciennes. Les canonniers, Institut français d’architecture, Norma, 1998, p. 74-99.

Neveux 1971
Neveux Hugues – « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe siècle au début du XVIIe siècle », dans Le bâtiment, enquête d’histoire économique 14e-19e siècles, t. I : Maisons rurales et urbaines dans la France traditionnelle, École pratique des hautes études, Mouton, Paris-La Haye, 1971, p. 189-312.

Neveux 1974
Neveux Hugues – « Structure et fonctions des maisons de Cambrai au XVe siècle », dans Actes du 95e Congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, Section d’archéologie et d’histoire de l’art, Paris, 1974, p. 205-216.

Nicq-Doutreligne 1922
Nicq-Doutreligne Michel – « La maison à pan de bois rue de Noyon, à Cambrai », Mémoires de la Société d’émulation de Cambrai, t. LXIX, 1922, p. 310-318.

Pagart d’Hermansart 1879
Pagart d’Hermansart Émile – « Les anciennes communautés d’arts et métiers à Saint-Omer », Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, XVI (1876-1879), 1879, 744 p.

Patrimoine monumental de la Belgique 2000
Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 6, Province de Hainaut, Arrondissement de Tournai (T-W). Arrondissement de Mouscron, t. 2 (A-T), Liège, 2000.

Parent 1926
Parent Paul – L’architecture des Pays-Bas méridionaux (Belgique et Nord de la France) aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Van Oest, Paris-Bruxelles, 1926, 241 p.

Piérard 1974
Piérard Christiane – L’architecture civile à Mons : XIVe-XXe siècles, Éditions J. Duculot, Gembloux, 1974, 72 p.

Piérard 1978
Piérard Christiane – « Prix et salaires au XIVe siècle et au premiers tiers du XVe siècle », Annales du Cercle archéologique de Mons, t. 70, 1976-1977, Mons, 1978, p. 9-80.

Prarond 1871
Prarond Ernest– La topographie historique et archéologique d’Abbeville, Paris, Abbeville, t. I, 1871, 613 p.

Quarré-Reybourbon 1889
Quarré-Reybourbon Louis – Aspect de quelques maisons de Lille au commencement du XVIIe siècle, Lille, 1889, 11 p.

Schmid-Burgk 1923
Schmid-Burgk Max – « Das mittelalterliche Bürgehaus im Hennegau », dans Paul Clemen, Belgische Kuntsdenkmäler, t. 1, Munich, 1923, p. 179-202.

Trénard 1970
Trénard Louis (dir.) – Histoire de Lille, t. II, De Charles Quint à la conquête française (1500-1715), Privat, 1970, 534 p.

Verhaeghe 1994
Verhaeghe Frans, « L’espace civil et la ville. Rapport introductif », dans Demolon Pierre, Galinié Henri, Verhaeghe Frans (dir.), Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe (VIIe-XIIIe siècle), actes du IVe congrès international d’archéologie médiévale (Douai, 1991), Société archéologique de Douai, 1994, p. 145-190.

Wolf 1954
Wolf Philippe – Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), Plon, Paris, 1954, 710 p.

Young 1931
Young Arthur – Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, première traduction complète et critique par Sée Henri, t. I, Journal de voyages, Librairie Armand Colin, Paris, 1931, 495 p.

Notes

1 Garrigou Grandchamp 1992 : p. 52.

2 Entre autres : Le Mené 1961 : p. 361-402, et les travaux de Daniel Leloup (par exemple : Leloup 1996).

3 Liébard 1969.

4 Principalement les travaux en cours de Clément Alix au CESR, Université François-Rabelais de Tours.

5 Wolf 1954 : p. 89 et 598 sqq. Nous ne citerons pas ici les nombreux travaux entrepris autour de Toulouse et Cahors.

6 Parent 1926 : p. 26.

7 Voir l’étude fondamentale de Max Schmid-Burgk qui ne concerne en fait que Tournai (Schmid-Burgk 1923 : p. 179-202) et le volume 6 du Patrimoine monumental de la Belgique, en particulier les pages 520-521 pour les maisons romanes de la rue Barre-Saint-Brice (Patrimoine monumental de la Belgique 2000).

8 Laleman, Raveschot 1991 ; Laleman, Raveschot 1994.

9 Devliegher 1975.

10 Neveux 1971 ; Neveux 1974.

11 Houbrechts 2007.

12 Cet auteur a récemment posé la question de l’architecture civile vers 1400 (Garrigou Grandchamp 2010).

13 Piérard 1974 : p. 72 ; Piérard 1978 : p. 22.

14 Avancées des entrées de cave sur la rue.

15 Lefebvre 1911 : p. 373, 378 sqq. ; Trénard 1970 : p. 224.

16 Guesnon 1863 : p. 418.

17 « Au-dessous des consoles du rez-de-chaussée et au niveau des allèges des fenêtres, les poteaux sont agrémentés de chimères tenant entre leurs griffes un écusson armorié. Sur celui du milieu, on lit la date de 1595 » (Nicq-Doutreligne 1922 : p. 310-318 ; p. 315-316).

18 Prarond 1871: p. 25.

19 Young 1931: p. 77.

20 Trénard 1970: p. 22.

21 Archives du Génie de Vincennes, Mémoire 1698, Art. 8, sect. 1, carton 1, 15.

22 Archives municipales de Lille, Affaires générales 46-16, « Déclaration des maisons de massonnerie et de bois qu’il y a dans la ville de Lille, faite par rues et par paroisses, novembre 1699 ». Croquez 1920 : p. 104. Voir aussi : Glineur 2007, qui explicite le processus de destruction des maisons de bois à partir de 1722.

23 Dont l’un est une tour, peut-être l’ancien beffroi ? Sur Valenciennes, on citera pour mémoire Méreau 1998 : p. 74-99.

24 Pièce justificative 5.

25 Neveux 1971 : p. 223.

26 Pagart d’Hermansart 1879 : p. 453.

27 Neveux 1971 : p. 220 sqq. ; Neveux 1974 : p. 211-212.

28 Portant l’enseigne au Chasteau en 1635, à la Belle Image vers 1735, elle était possédée par la famille Giard à la fin du XIXe siècle.

29 Lemaître 1904 ; Junot 2009 : p. 245-248.

30 Quarré-Reybourbon 1889 ; selon le plan no 2439 des Archives du Royaume tracé en 1618 à l’occasion d’un différent entre les riverains et un industriel de Lille voulant installer une usine de raffinage du sel.

31 Junot 2009 : p. 249 ; d’après Archives municipales de Valenciennes, J2/389bis 1547, f° 22 v°-23 r°. Marchand grossier ou grossiste.

32 Voir Pièce justificative 4. Archives municipales de Lille, Registre aux comptes, 1529, f° 13 v°, 14 r° et Affaires générales, carton 3, pièce 9, copie du 19 juillet 1703.

33 Glineur 2007 : p. 34.

34 En 1426-1427 le remplacement de combles en bois de frêne et cerisier entraîne un surcoût pour une maison de 21 l., 9 s. (Neveux 1971 : p. 292).

35 Archives départementales du Nord, B 9746, 1369-1370, f° 8 v° et passim. Neveux 1974 : p. 214.

36 Organisation du métier des « placqueurs » de Lille en 1459 dans Marquant 1940 : p. 315-319 ; ordonnance des plaqueurs de Valenciennes dans Bibliothèque municipale de Valenciennes, ms. 695, f° 67.

37 Archives départementales du Nord, B 9033, 1384-1385, f° 24 r° et passim : « A Robert Lambrefuer et a seu compaingnon, soyeur d’aix pour 100 d’aisselin soyer pour les estuves fousser et pour faire huisseries et fenestrages, 30 s. tournois.

38 Ibid., B 9748, 1370-1371, 16 v° et 17 r° ; B 9760, 1377-1378, 21 v°, 22 r°v° ; B 9748, 1370-1371, 14 vo et passim ; B 9791, 17 r° : « Pour 200 et I quartron de latte d’ausne de 18 piez de lequelle on feusa et palla 3 loghes estans en le maison manaule de le ditte maison de Trith au fuer de 18 s le cent sont, 40 s., 6 d. ».

39 Ibid., B 9799, 14 r° : elles coûtaient de 6 s. le cent. à 20 s. le cent lorsqu’elles étaient dites « renforchiées ».

40 Ibid., B 7900, 1372-1373, f° 107 : échoppes des changeurs à Valenciennes.

41 Pièce justificative 4.

42 Archives départementales du Nord, B 4650 (1445-1446). Archives municipales de Douai, CC 217, 1444-1445, f° 85 : les parois de la salle de « la maison qui fu Waghe Boinebrocquere » replaquées de « blancq mortier » mêlé de poils, de paille et d’argile.

43 Ibid., CC 2970 ; Archives départementales du Nord, B 7900, 1372-1373, f° 107, échoppes des changeurs plaquées de 2 mortiers, terre, chaux et paille. Placage de blanc mortier à la chaux (ibid., B 9746, 1369-1370, 12 ro) à la maison de Marly, etc.

44 Ibid., B 9793, 20 v° ; B 9037, 1386-1387, 22 v°, le Quesnoy : « A Jakemart Vitoul, Doyen seu compaignon et leur varlet pour 85 jours et demy ouvrer de mortier de terre et ossi de mortier a cauch et a pallé par le terme de cest compte en pluiseurs lieus, cambres, loges et wardereubes dou castiel et bassecourt au fuer de 12 s. le jour pour les 3 sont, 51 l., 8 s. ».

45 Ibid., B 7874, 1355-1356, 55 v° et passim : placage de terre et de paille « a le keminée de le cuisine en le Cousture et a une autre dales le four » ; B 9799, placage de la cheminée de la « hautte estaule, le loge de ycelle ».

46 Ibid., B 9024, f° 9 r° « plakier et contrepaller de 2 mortiers deseure le keminee o drechoir de le grande salle » ; B 9027, 1381, f° 15 r°.

47 Ibid., B 9791, f° 17.

48 César, Guerre des Gaules, Le Livre de Poche, Paris, 1961, p. 222.

49 Demolon 1989 ; Demolon, Louis 1994.

50 Neveux 1974 : p. 215.

51 Archives municipales de Valenciennes, J2/348/2 (2e cahier) 1377-78, f° 58 : 2 maisons rue Cardon « tenans a le porte de le grange Colart de Wargny » ; J2/348/2 (2e cahier) 1377-1378, f° 55 : « 2 maisons tenant ensaulle une grange et les 2 maison-chielles… », rue Saint-François, etc. Les maisons comtales possédaient également des granges et greniers, ainsi de l’Hôtel de Hollande, Archives départementales du Nord, B 9739, 1366-1367, 9 v°.

52 Anonyme, Éphémérides historiques de la ville de Douai, 2e éd., Douai, 1828, p. 36.

53 Les deux maisons représentées sur le plan des archives municipales de Valenciennes sont probablement contemporaines en raison de leur technique de construction similaire : mur bahut de brique sur une assise de grés, encorbellement sur solives, cheminée disposée sur le mur extérieur, fenêtres trilobées au rez-de-chaussée, à linteau sur aisseliers à l’étage, enfin le système du revêtement extérieur par des planches verticales. La maison de droite était occupée en 1651, pour son rez-de-chaussée par un boulanger, pour la cave, accessible par la porte basse de droite, par un cloutier qui devait s’en servir comme atelier. La maison de gauche était en location.

54 Verhaeghe 1994 : en particulier p. 153 sqq.

55 Odette Chapelot a montré qu’au XVe siècle en Bourgogne une toiture de tuiles était 4 à 5 fois plus onéreuse qu’une toiture de chaume casse (Chapelot 1981 : p. 26).

56 On verra d’une manière générale : Héliot 1957.

57 Expression utilisée à Lille en 1722 (Glineur 2007 : p. 38).

58 Hauteur donnée par un « esteau » ou poteau à 2 tenons.

59 Probablement lien, équivalent de décharge.

60 Terme inconnu.

61 Dans ce contexte le terme désigne l’ensemble d’un pan de mur.

62 Longes ?

63 Longues planches épaisses à Valenciennes d’un pouce, soit 2,5 cm.

64 Avec contreventement, muni de ventrières.

65 Liaisonner avec l’idée de restaurer, « rénover ».

66 Lier de nouveau par des pièces de charpente.

67 Terme polysémique, ici travée de charpenterie.

68 Cimaise, imposte moulurée d’une cheminée.

69 Probablement la barre de fer faisant soutien au niveau du plancher.

70 Conduit de la cheminée.

71 Peut-être renforts de bois ceinturant les maçonneries de la cheminée.

72 Tuiles posées de champ.

73 Refaire le « solement ».

74 Latrines.

75 Conduit.

76 Guillaume Petit, maçon attesté entre 1378 et 1403 ; décédé avant 1413-1414.

77 Galeries.

78 Solins.

79 Bac, contenant.

80 Treille, ici probablement dans le sens de barrière.

81 Pièces de bois horizontales disposées entre les baux qui sont les pièces verticales. Poutre, et dans ce cas les « entrebaux » sont les solives.

82 Aisselier de façade cintré et mouluré.

83 Bourgeon fleuri comme motif sculpté ?

84 Lames bouvetées et rainurées de bois dit de « danemarch » ou « d’irlande », en fait provenant de la Baltique.

85 Pour « garnier » ou grenier.

86 « Faurain » ou « faulxrain », chacun des deux chevrons de tête de la ferme débordante du pignon.

87 Petites moulures ?

88 Guirlandes de fleurs.

89 Poinçon de pignon dépassant le faîte du comble.

90 Blochet des arbalétriers de pignon.

91 Pour être la face de derrière.

92 Chéneaux.

93 Gouttières.

94 Synonyme d’aisselle ou planche.

95 Latrines.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > La carte des anciens Pays-Bas Bourguignons à la fin du XVe siècle (DAO A. Salamagne).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 2 > Abbeville, quartier de la place Courbet pris du sommet de l’église Saint-Vulfran : vue panoramique, vers 1901-1925 (Crédit photo ministère de la Culture, France – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – diffusion RMN Référence, AP1FS00009).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3 > Valenciennes, les maisons de la Grande-Place (rang est) reconstruites en 1549. Carte postale (Cl. Y. Junot).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 4 > Représentation du duel judiciaire de 1455 sur la Grande-Place (rang ouest). Aquarelle d’Hubert Cailleau. Douai, Bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore, ms. 1183-2, 188-189 (Cl. IRHT).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 5 > Valenciennes, le rang ouest de la Grande-Place et la rue de Lille. À gauche, la première maison d’angle est celle dite du Château d’Argent (enseigne Jules Giard) suivie d’une seconde maison (à l’enseigne du Café Modeste) (Cl. Y. Junot).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 6 > Le rang de la rue des Malades à Lille en 1618, d’après le dessin d’un plan de 1618 (Quarré-Reybourbon 1889).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 7 > Valenciennes, maisons de la place en Lisle, 1651 (Détail du plan des Archives municipales de Valenciennes, DD. Cl. Bibliothèque municipale de Valenciennes).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7899/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 591k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search