Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Cahier d’illustrations

Texte intégral

QUELQUES PRINCES…

1 > Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille, statues en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade. Loin de l’unité politique et idéologique que les historiens ont toujours mise en avant pour qualifier l’action des Rois Catholiques, la cour d’Isabelle et de Ferdinand est divisée en deux grands partis ou groupes politiques, le parti « isabélin » et le parti « aragonais » ou « ferdinandien ». Bien que le parti de Ferdinand dispose de moins de soutiens dans le gouvernement de Castille que celui d’Isabelle, il parvient rapidement à prendre le contrôle de l’administration centrale en s’imposant à la tête des finances royales et en prenant le contrôle de l’Inquisition dont il fait une redoutable arme politique.

2 > Francesco Sforza (1401-1466), duc de Milan. Portrait par Bonifacio Bembo, vers 1460 [Pinacoteca di Brera, Milan]. Francesco gouverne essentiellement avec sa chancellerie et quelques conseillers proches, tandis qu’il peuple son Conseil secret de nobles qu’il met de cette manière à l’écart.

3 > Alphonse Ier le Magnanime (1442-1458), attribué à Mino da Fiesole [Musée du Louvre]. Le gouvernement d’Alphonse Ier se caractérise par la présence massive des hommes qui l’ont aidé à conquérir Naples le 6 juin 1442. Il les place aux sommets de l’administration royale aussi bien dans la capitale que dans les provinces. Son gouvernement se caractérise par une claire tendance à la centralisation des décisions. Parmi ses courtisans, se distingue progressivement un cercle restreint de familiaris du souverain, membres de la casa del rey. Ce sont eux qui, appelés de façon plus ou moins informelle à assister ou à conforter le souverain dans ses choix, se parent avec le temps du titre de consiliarius que l’on trouve assez fréquemment dans les sources, sans que celui-ci ne signale forcement l’appartenance à une structure comme celle d’un Conseil.

4 > Mehmed II, portrait par Gentile Bellini [National Gallery, Londres]. Le règne de Mehmed II (1451-1481) correspond à une réorganisation de l’État et à une formalisation du Divân-ý Hümâyûn. Dans le code de lois qu’il promulgue au cours de son règne, le sultan précise la composition de son Conseil et le rôle des uns et des autres en son sein.

5 > Maximilien Ier (1459-1519), dessin d’Albrecht Dürer, 1518 [Vienne, Albertina]. Maximilien s’efforce de toujours bien contrôler son Conseil. Il réagit par exemple aux propositions des réformateurs de 1495 qui proposent un Reichsregiment dont la composition serait dominée par les Électeurs et les princes, en s’appuyant sur le Reichshofrat dont il contrôle la composition.

6 > Copie d’un portrait de François Ier (1494-1547) par Jean Perréal l’année de son mariage avec Claude de France (1514) [Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, cabinet des Dessins, inv. 2862]. François Ier est un roi qui décide, mais qui réunit son Conseil presque tous les jours. C’est un souverain convaincu que son pouvoir est absolu, mais qui ne manque pas de consulter les représentants de la société politique.

7 > Christian II (1481-1559), portrait par Dürer [British Museum, Londres]. Christian II est élu en 1513 par un Conseil composé d’une aristocratie bien déterminée à limiter le pouvoir royal. En cherchant à renforcer son pouvoir contre celui de l’aristocratie, il s’aliène progressivement son aristocratie. Il est déposé en 1523.

8 > Charles Quint en 1548 par Titien [Munich, Alte Pinakothek]. La tâche des Conseils de Charles Quint, prince aux multiples couronnes, dont les possessions vont des Pays-Bas au sud de l’Espagne, de l’Empire à Naples et de l’Ancien Monde au Nouveau Monde est particulièrement ardue. C’est un système de délégation de pouvoir par l’intermédiaire de vice-rois et de lieutenants généraux qui lui permet d’administrer ses possessions éclatées. Le gouvernement central de l’Empire est placé entre 1530 et 1545 sous le patronage de deux hommes à la puissance comparable : le secrétaire Francisco de los Cobos et le cardinal Juan Tavera.

9 > Écritoire d’Henri VIII [Victoria and Albert Museum, Londres, W. 29 :1-9-1932]. Ce bureau portatif en noyer est l’un des rares objets de luxe de la cour d’Henri VIII à avoir survécu. L’implication croissante d’Henri VIII dans les affaires de l’État à partir de la décennie 1530 multiplia dans ses palais les pièces de ce genre.

LE CONSEIL EN SITUATION…

10 > Maître des Heures Birago : Galeazzo Maria Sforza, entouré de sa cour, recevant le livre des mains de l’auteur, Girolamo Mangiaria [Bibliothèque nationale de France, Latin 4586, f. 1 (Girolamo Mangiaria, Opusculum de impedimentis matrimonii, ratione consanguinitatis et affinitatis habita)]. Le personnage qui tient une lettre dans ses mains, à droite du duc, est sans doute Cicco Simonetta.

11 > Palais royal construit par Manuel Ier sur la rive du Tage dans la ville de Lisbonne. Vue attribuée à Simão de Miranda (1575), détail [Archivio di Stato di Torino (Italie), Biblioteca Antica, Architettura Militare, volume II, f. 75]. Le Conseil royal s’y est réuni, dans des espaces situés au premier étage. Ce palais a été détruit lors du grand tremblement de terre de 1755.

12 > Le Conseil dans la hâte. Deux proches conseillers en compagnie du monarque travaillant au cours de son repas. Vers 1508-1510, Albrecht Altdorfer (?), dessin à la plume et aquarelle [tiré de Joseph Grünpeck, Die Historia Friderici et Maximiliani, HHStA, HS Böhm Nr. 24, f° 79r°]. L’auteur, Grünpeck, fut chapelain de Cour et secrétaire de Maximilien Ier entre 1498 et 1501.

13 > Le Conseil (rathigung) agité. Débats en cercle le plus restreint : guerre ou paix ? Vers 1514, Leonhard Beck, gravure.

14 > Le Conseil distancié. Le monarque discute avec les conseillers du mariage de sa fille : « […] il fit appeler au Conseil /tous ses conseillers […] », Leonhard Beck. [Tiré de (Maximilien Ier) Theuerdank, Nuremberg, 1517 ; BSB, Rar. 325a, ill.]

15 > François Ier au milieu de sa cour [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. Les Trois premiers livres de Diodore de Sicile, traduits en français par Antoine Macault, frontispice. Antoine Macault lisant sa traduction au roi François Ier et à sa cour (ms. 721-f° 1v°), 1534. On reconnaît Antoine Macault (lisant), puis, de gauche à droite, Claude d’Urfé, Anne de Montmorency, le cardinal Jean de Lorraine, François Ier, Guillaume Budé, Antoine Duprat. On reconnaît également les trois fils du roi (de haut en bas, François, Henri et Charles).

16 > Edouard VI et le pape, artiste inconnu, v. 1570 [Londres, National Portrait Gallery, NPG 4165]. On peut reconnaître sur ce portrait de groupe Henry VIII (1491-1547) ; Edouard VI (1537-1553) ; John Russell, 1er comte de Bedford (1486 ?-1555), amiral ; Thomas Cranmer (1489-1556), archevêque de Canterbury ; John Dudley, Duc de Northumberland (1502 ?-1553), Lord Protector ; Edward Seymour (v. 1506-1552), 1er duc de Somerset.

17 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial, détail Hünername I (1584/1585) [Musée du palais de Topkapı, H. 1523]. On voit l’intérieur de la chambre du Conseil ainsi que le sultan écoutant en secret les débats.

QUELQUES NOBLES D’ÉPÉE AU CONSEIL…

18 > Friedrich von Sachsen (1463-1525) [Frédéric (III) de Saxe], 1507, Lucas Cranach, huile sur bois, détail [Germ. Nationalmuseum]. En 1497-1498, L’Électeur [de Saxe] fut le premier gouverneur du nouveau Conseil aulique (Hofrat) à la Cour de Maximilien.

19 > Guillaume de Croÿ (1458-1521) seigneur de Chièvres [Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique]. Principal conseiller de l’archiduc Charles, il l’accompagne en Espagne en 1517.

20 > Anne de Montmorency (1492-1567) vers 1525, au moment où son influence décolle [© RMN (Domaine de Chantilly)/Harry Bréjat]. La carrière de Montmorency, élevé dès 1502 ou 1503 à Amboise avec le futur François Ier, s’accélère avec le renouvellement du Conseil engendré par l’hécatombe de Pavie.

21 > Ruy Gómez de Silva (1516-1573) [La provenance du portrait est inconnue]. Entré dans la maison du prince Philippe, futur roi d’Espagne, dès 1535, Ruy Gómez de Silva s’impose comme son favori puis, brièvement, comme son principal ministre. Dans les années 1550-1560, la cour d’Espagne se polarise entre ses partisans et ceux du duc d’Albe.

22 > Portrait de Thomas Howard, 3e duc de Norfolk par Hans Holbein (v. 1539-1540) [Windsor, collection royale]. Dans l’Angleterre d’Henri VIII, le duc de Norfolk est un peu l’éternel second, derrière Thomas Wolsey, puis Thomas Cromwell, prêt à faire la transition après la disgrâce du principal ministre.

QUELQUES SECRÉTAIRES…

23 > Francisco de los Cobos (v. 1477-1547), secrétaire de Charles Quint, par Jan Gossaert dit Mabuse (v. 1530-v. 1532) [Los Angeles, the J. Paul Getty Museum]. Dans l’Espagne du XVIe siècle, on est frappé par la prééminence au Conseil de techniciens comme los Cobos ou Antonio Pérez, même si le début du règne de Philippe II se caractérise par la prééminence de Ruy Gómez de Silva.

24 > Thomas Cromwell (v. 1485-1540) par Hans Holbein (v. 1533) [New York, Frick Collection]. Ce tableau souligne que Cromwell relève à la fois de la domesticité royale et de la bureaucratie émergente. Tout cela est exprimé dans le portrait par les objets et les quelques lignes que l’on parvient à déchiffrer sur la lettre que Cromwell tient dans sa main (« To our trusty and right well biloved Counsaillor, Thomas Cromwell, maister of our Jewel house »). Cromwell affirme par ce portrait, qu’en plus de compétences techniques (exprimées par les papiers, les ciseaux et la bourse que l’on peut voir sur son bureau recouvert d’un drap vert), il a la confiance du roi qui en a fait un membre de sa Maison.

25 > Cicco Simonetta, secrétaire de Galeazzo Maria Sforza, incarne l’essor de la figure du secrétaire dans l’Italie du XVe siècle. Amuzio da Lurago (?) : portrait de Cicco Simonetta. Façade de la cathédrale de Côme.

26 > Cour intérieure de l’hôtel d’Alluye que Florimond Robertet (v. 1465-1527) fît bâtir à Blois [Cliché Flaminia Bardati]. Elle est représentative de sa richesse, de sa puissance et de son positionnement dans l’entourage royal.

QUELQUES CHANCELIERS OU GARDES DES SCEAUX…

27 > Guillaume Jouvenel des Ursins (1401-1472), chancelier, par Jean Fouquet [Louvre, département des peintures, Inv. 9619].

28 > Thomas Wolsey (v. 1470-1530). École anglaise de la fin du XVIe siècle [National Portrait Gallery, Londres, NPG 32].

29 > Jean Carondelet (1469-1544), chancelier de Flandre et président du Conseil privé. Portrait par Jan Cornelisz Vermeyen, v. 1538-1530 [New York, The Brooklyn Museum, don de Horace O. Havemeyer, Inv. 47.75].

30 > Nicolas Perrenot de Granvelle (1486-1550), attribué à Titien [Besançon, Musée du Temps]. Avocat franc-comtois, il devient secrétaire d’État et garde des sceaux de Charles Quint.

QUELQUES PRÉLATS AU CONSEIL…

31 > Jean de Glymes-Berghes et son frère Henri de Berghes, évêque de Cambrai, par un artiste bruxellois ou liégeois [Collection Gemeentemuseum Het Markiezenhof, Bergen op Zoom, Pays-Bas].

32 > Francisco Jiménez de Cisneros (1436-1517), archevêque de Tolède, cardinal et régent d’Espagne. Relief en marbre polychrome (début XVIe siècle) de Felipe Bigarny [Université Alcalá de Henares].

33 > Cardinal Matthäus Lang (1468-1540), dessin à la plume d’Albrecht Dürer, 1522 [Vienne, Albertina]. Matthäus Lang est l’un des plus importants conseillers de Maximilien Ier. Son influence décroit rapidement sous Charles Quint et Ferdinand Ier.

34 > William Warham (v. 1450-1532), portrait par Hans Holbein, 1527 [The Royal Collection, The Royal Library, Windsor]. Archevêque de Canterbury, il est l’un des principaux conseillers d’Henri VII et fait partie de ces vétérans qui dominent le Conseil d’Henri VIII dans les premières années de son règne, avant l’ascension de Thomas Wolsey.

35 > François de Tournon (1489-1562), dessin de Clouet [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. François de Tournon siège au Conseil de François Ier entre 1524 et 1547. Au cours du règne, cette longévité exceptionnelle n’est comparable qu’à celle du chancelier Duprat. Même Anne de Montmorency, arrivé au Conseil à peu près au même moment, ne parvient pas à s’y maintenir aussi longtemps. Tournon incarne donc une certaine continuité au Conseil entre l’ère Montmorency, où il est encore un conseiller du deuxième cercle, et le moment Annebault, qui le voit parvenir à l’apogée de sa carrière politique. Il forme alors à la tête du Conseil un véritable duo avec l’amiral « per esser dui corpi, et un’anima » selon les mots de Giulio Alvarotti, l’ambassadeur du duc de Ferrare à la cour de France.

ONCLES, TANTES, MÈRES, COUSINS ET BEAUX-FRÈRES AU CONSEIL…

36 > Nuno Gonçalves, Polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469. Portrait probable d’Henri le Navigateur. Huile sur bois [Lisbonne musée national d’Art antique]. Au cours de son règne, Duarte (roi du Portugal, 1433-1438) établit un régime personnel de gouvernement. Il développe un rapport direct et personnel avec ses collaborateurs et intervient directement dans le processus de décision. Il théorise notamment l’importance du Conseil comme organe consultatif à la tête duquel il place ses frères, en particulier les ducs de Coimbra (Pedro, 1392-1449) et de Viseu (Henri, bien plus tard nommé le Navigateur, 1394-1460).

37 > François II de Bourbon, comte de Saint-Pol, duc d’Estouteville (1491-1545) vers 1520. Dessin de Clouet [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. Prince du sang (il est le grand-oncle d’Henri IV), le comte de Saint-Pol est le seul des frères Bourbon à ajouter au sang royal la faveur du roi, qu’il conserve, semble-t-il, jusqu’à sa mort en 1545.

38 > Marie Tudor, sœur d’Henri VIII (en deuil de Louis XII) et son mari Charles Brandon, duc de Suffolk. Artiste inconnu [© Marquis de Tavistock].

39 > Louise de Savoie (1476-1531) [© Musée de Rennes]. De 1515 à sa disparition en 1531, Louise de Savoie est une véritable alter rex. Maîtresse de la composition du Conseil dont elle contrôle les entrées et ordonne les sorties, elle empêche que s’impose au Conseil un favori-principal ministre sur le modèle qu’illustreront dans la seconde moitié du règne Anne de Montmorency, puis Philippe Chabot et Claude d’Annebault.

40 > Marguerite d’Autriche (1480-1530), gouvernante des Pays-Bas. Bust e en bois par Conrad Meit, début du XVIe siècle [Munich, Bayerisches Nationalmuseum]. Au moment où Charles devient prince héritier, son grand-père, l’empereur Maximilien, décide de l’entourer d’un Conseil de régence présidé par sa fille Marguerite, sœur de Philippe le Beau (1507). Etablissant sa cour à Malines, c’est elle qui se charge de l’éducation du futur Charles Quint. Elle négocie en août 1529 avec Louise de Savoie le traité de Cambrai (ou Paix des Dames).

Table des illustrations

Légende 1 > Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille, statues en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade. Loin de l’unité politique et idéologique que les historiens ont toujours mise en avant pour qualifier l’action des Rois Catholiques, la cour d’Isabelle et de Ferdinand est divisée en deux grands partis ou groupes politiques, le parti « isabélin » et le parti « aragonais » ou « ferdinandien ». Bien que le parti de Ferdinand dispose de moins de soutiens dans le gouvernement de Castille que celui d’Isabelle, il parvient rapidement à prendre le contrôle de l’administration centrale en s’imposant à la tête des finances royales et en prenant le contrôle de l’Inquisition dont il fait une redoutable arme politique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende 2 > Francesco Sforza (1401-1466), duc de Milan. Portrait par Bonifacio Bembo, vers 1460 [Pinacoteca di Brera, Milan]. Francesco gouverne essentiellement avec sa chancellerie et quelques conseillers proches, tandis qu’il peuple son Conseil secret de nobles qu’il met de cette manière à l’écart.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 3 > Alphonse Ier le Magnanime (1442-1458), attribué à Mino da Fiesole [Musée du Louvre]. Le gouvernement d’Alphonse Ier se caractérise par la présence massive des hommes qui l’ont aidé à conquérir Naples le 6 juin 1442. Il les place aux sommets de l’administration royale aussi bien dans la capitale que dans les provinces. Son gouvernement se caractérise par une claire tendance à la centralisation des décisions. Parmi ses courtisans, se distingue progressivement un cercle restreint de familiaris du souverain, membres de la casa del rey. Ce sont eux qui, appelés de façon plus ou moins informelle à assister ou à conforter le souverain dans ses choix, se parent avec le temps du titre de consiliarius que l’on trouve assez fréquemment dans les sources, sans que celui-ci ne signale forcement l’appartenance à une structure comme celle d’un Conseil.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 4 > Mehmed II, portrait par Gentile Bellini [National Gallery, Londres]. Le règne de Mehmed II (1451-1481) correspond à une réorganisation de l’État et à une formalisation du Divân-ý Hümâyûn. Dans le code de lois qu’il promulgue au cours de son règne, le sultan précise la composition de son Conseil et le rôle des uns et des autres en son sein.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 5 > Maximilien Ier (1459-1519), dessin d’Albrecht Dürer, 1518 [Vienne, Albertina]. Maximilien s’efforce de toujours bien contrôler son Conseil. Il réagit par exemple aux propositions des réformateurs de 1495 qui proposent un Reichsregiment dont la composition serait dominée par les Électeurs et les princes, en s’appuyant sur le Reichshofrat dont il contrôle la composition.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 6 > Copie d’un portrait de François Ier (1494-1547) par Jean Perréal l’année de son mariage avec Claude de France (1514) [Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, cabinet des Dessins, inv. 2862]. François Ier est un roi qui décide, mais qui réunit son Conseil presque tous les jours. C’est un souverain convaincu que son pouvoir est absolu, mais qui ne manque pas de consulter les représentants de la société politique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 7 > Christian II (1481-1559), portrait par Dürer [British Museum, Londres]. Christian II est élu en 1513 par un Conseil composé d’une aristocratie bien déterminée à limiter le pouvoir royal. En cherchant à renforcer son pouvoir contre celui de l’aristocratie, il s’aliène progressivement son aristocratie. Il est déposé en 1523.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 8 > Charles Quint en 1548 par Titien [Munich, Alte Pinakothek]. La tâche des Conseils de Charles Quint, prince aux multiples couronnes, dont les possessions vont des Pays-Bas au sud de l’Espagne, de l’Empire à Naples et de l’Ancien Monde au Nouveau Monde est particulièrement ardue. C’est un système de délégation de pouvoir par l’intermédiaire de vice-rois et de lieutenants généraux qui lui permet d’administrer ses possessions éclatées. Le gouvernement central de l’Empire est placé entre 1530 et 1545 sous le patronage de deux hommes à la puissance comparable : le secrétaire Francisco de los Cobos et le cardinal Juan Tavera.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 9 > Écritoire d’Henri VIII [Victoria and Albert Museum, Londres, W. 29 :1-9-1932]. Ce bureau portatif en noyer est l’un des rares objets de luxe de la cour d’Henri VIII à avoir survécu. L’implication croissante d’Henri VIII dans les affaires de l’État à partir de la décennie 1530 multiplia dans ses palais les pièces de ce genre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 10 > Maître des Heures Birago : Galeazzo Maria Sforza, entouré de sa cour, recevant le livre des mains de l’auteur, Girolamo Mangiaria [Bibliothèque nationale de France, Latin 4586, f. 1 (Girolamo Mangiaria, Opusculum de impedimentis matrimonii, ratione consanguinitatis et affinitatis habita)]. Le personnage qui tient une lettre dans ses mains, à droite du duc, est sans doute Cicco Simonetta.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 11 > Palais royal construit par Manuel Ier sur la rive du Tage dans la ville de Lisbonne. Vue attribuée à Simão de Miranda (1575), détail [Archivio di Stato di Torino (Italie), Biblioteca Antica, Architettura Militare, volume II, f. 75]. Le Conseil royal s’y est réuni, dans des espaces situés au premier étage. Ce palais a été détruit lors du grand tremblement de terre de 1755.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 12 > Le Conseil dans la hâte. Deux proches conseillers en compagnie du monarque travaillant au cours de son repas. Vers 1508-1510, Albrecht Altdorfer (?), dessin à la plume et aquarelle [tiré de Joseph Grünpeck, Die Historia Friderici et Maximiliani, HHStA, HS Böhm Nr. 24, f° 79r°]. L’auteur, Grünpeck, fut chapelain de Cour et secrétaire de Maximilien Ier entre 1498 et 1501.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 13 > Le Conseil (rathigung) agité. Débats en cercle le plus restreint : guerre ou paix ? Vers 1514, Leonhard Beck, gravure.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 14 > Le Conseil distancié. Le monarque discute avec les conseillers du mariage de sa fille : « […] il fit appeler au Conseil /tous ses conseillers […] », Leonhard Beck. [Tiré de (Maximilien Ier) Theuerdank, Nuremberg, 1517 ; BSB, Rar. 325a, ill.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 15 > François Ier au milieu de sa cour [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. Les Trois premiers livres de Diodore de Sicile, traduits en français par Antoine Macault, frontispice. Antoine Macault lisant sa traduction au roi François Ier et à sa cour (ms. 721-f° 1v°), 1534. On reconnaît Antoine Macault (lisant), puis, de gauche à droite, Claude d’Urfé, Anne de Montmorency, le cardinal Jean de Lorraine, François Ier, Guillaume Budé, Antoine Duprat. On reconnaît également les trois fils du roi (de haut en bas, François, Henri et Charles).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende 16 > Edouard VI et le pape, artiste inconnu, v. 1570 [Londres, National Portrait Gallery, NPG 4165]. On peut reconnaître sur ce portrait de groupe Henry VIII (1491-1547) ; Edouard VI (1537-1553) ; John Russell, 1er comte de Bedford (1486 ?-1555), amiral ; Thomas Cranmer (1489-1556), archevêque de Canterbury ; John Dudley, Duc de Northumberland (1502 ?-1553), Lord Protector ; Edward Seymour (v. 1506-1552), 1er duc de Somerset.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende 17 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial, détail Hünername I (1584/1585) [Musée du palais de Topkapı, H. 1523]. On voit l’intérieur de la chambre du Conseil ainsi que le sultan écoutant en secret les débats.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 18 > Friedrich von Sachsen (1463-1525) [Frédéric (III) de Saxe], 1507, Lucas Cranach, huile sur bois, détail [Germ. Nationalmuseum]. En 1497-1498, L’Électeur [de Saxe] fut le premier gouverneur du nouveau Conseil aulique (Hofrat) à la Cour de Maximilien.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 19 > Guillaume de Croÿ (1458-1521) seigneur de Chièvres [Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique]. Principal conseiller de l’archiduc Charles, il l’accompagne en Espagne en 1517.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 20 > Anne de Montmorency (1492-1567) vers 1525, au moment où son influence décolle [© RMN (Domaine de Chantilly)/Harry Bréjat]. La carrière de Montmorency, élevé dès 1502 ou 1503 à Amboise avec le futur François Ier, s’accélère avec le renouvellement du Conseil engendré par l’hécatombe de Pavie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 21 > Ruy Gómez de Silva (1516-1573) [La provenance du portrait est inconnue]. Entré dans la maison du prince Philippe, futur roi d’Espagne, dès 1535, Ruy Gómez de Silva s’impose comme son favori puis, brièvement, comme son principal ministre. Dans les années 1550-1560, la cour d’Espagne se polarise entre ses partisans et ceux du duc d’Albe.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende 22 > Portrait de Thomas Howard, 3e duc de Norfolk par Hans Holbein (v. 1539-1540) [Windsor, collection royale]. Dans l’Angleterre d’Henri VIII, le duc de Norfolk est un peu l’éternel second, derrière Thomas Wolsey, puis Thomas Cromwell, prêt à faire la transition après la disgrâce du principal ministre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende 23 > Francisco de los Cobos (v. 1477-1547), secrétaire de Charles Quint, par Jan Gossaert dit Mabuse (v. 1530-v. 1532) [Los Angeles, the J. Paul Getty Museum]. Dans l’Espagne du XVIe siècle, on est frappé par la prééminence au Conseil de techniciens comme los Cobos ou Antonio Pérez, même si le début du règne de Philippe II se caractérise par la prééminence de Ruy Gómez de Silva.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 24 > Thomas Cromwell (v. 1485-1540) par Hans Holbein (v. 1533) [New York, Frick Collection]. Ce tableau souligne que Cromwell relève à la fois de la domesticité royale et de la bureaucratie émergente. Tout cela est exprimé dans le portrait par les objets et les quelques lignes que l’on parvient à déchiffrer sur la lettre que Cromwell tient dans sa main (« To our trusty and right well biloved Counsaillor, Thomas Cromwell, maister of our Jewel house »). Cromwell affirme par ce portrait, qu’en plus de compétences techniques (exprimées par les papiers, les ciseaux et la bourse que l’on peut voir sur son bureau recouvert d’un drap vert), il a la confiance du roi qui en a fait un membre de sa Maison.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende 25 > Cicco Simonetta, secrétaire de Galeazzo Maria Sforza, incarne l’essor de la figure du secrétaire dans l’Italie du XVe siècle. Amuzio da Lurago (?) : portrait de Cicco Simonetta. Façade de la cathédrale de Côme.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 26 > Cour intérieure de l’hôtel d’Alluye que Florimond Robertet (v. 1465-1527) fît bâtir à Blois [Cliché Flaminia Bardati]. Elle est représentative de sa richesse, de sa puissance et de son positionnement dans l’entourage royal.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 27 > Guillaume Jouvenel des Ursins (1401-1472), chancelier, par Jean Fouquet [Louvre, département des peintures, Inv. 9619].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 28 > Thomas Wolsey (v. 1470-1530). École anglaise de la fin du XVIe siècle [National Portrait Gallery, Londres, NPG 32].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 29 > Jean Carondelet (1469-1544), chancelier de Flandre et président du Conseil privé. Portrait par Jan Cornelisz Vermeyen, v. 1538-1530 [New York, The Brooklyn Museum, don de Horace O. Havemeyer, Inv. 47.75].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 30 > Nicolas Perrenot de Granvelle (1486-1550), attribué à Titien [Besançon, Musée du Temps]. Avocat franc-comtois, il devient secrétaire d’État et garde des sceaux de Charles Quint.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende 31 > Jean de Glymes-Berghes et son frère Henri de Berghes, évêque de Cambrai, par un artiste bruxellois ou liégeois [Collection Gemeentemuseum Het Markiezenhof, Bergen op Zoom, Pays-Bas].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende 32 > Francisco Jiménez de Cisneros (1436-1517), archevêque de Tolède, cardinal et régent d’Espagne. Relief en marbre polychrome (début XVIe siècle) de Felipe Bigarny [Université Alcalá de Henares].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 33 > Cardinal Matthäus Lang (1468-1540), dessin à la plume d’Albrecht Dürer, 1522 [Vienne, Albertina]. Matthäus Lang est l’un des plus importants conseillers de Maximilien Ier. Son influence décroit rapidement sous Charles Quint et Ferdinand Ier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende 34 > William Warham (v. 1450-1532), portrait par Hans Holbein, 1527 [The Royal Collection, The Royal Library, Windsor]. Archevêque de Canterbury, il est l’un des principaux conseillers d’Henri VII et fait partie de ces vétérans qui dominent le Conseil d’Henri VIII dans les premières années de son règne, avant l’ascension de Thomas Wolsey.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende 35 > François de Tournon (1489-1562), dessin de Clouet [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. François de Tournon siège au Conseil de François Ier entre 1524 et 1547. Au cours du règne, cette longévité exceptionnelle n’est comparable qu’à celle du chancelier Duprat. Même Anne de Montmorency, arrivé au Conseil à peu près au même moment, ne parvient pas à s’y maintenir aussi longtemps. Tournon incarne donc une certaine continuité au Conseil entre l’ère Montmorency, où il est encore un conseiller du deuxième cercle, et le moment Annebault, qui le voit parvenir à l’apogée de sa carrière politique. Il forme alors à la tête du Conseil un véritable duo avec l’amiral « per esser dui corpi, et un’anima » selon les mots de Giulio Alvarotti, l’ambassadeur du duc de Ferrare à la cour de France.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 36 > Nuno Gonçalves, Polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469. Portrait probable d’Henri le Navigateur. Huile sur bois [Lisbonne musée national d’Art antique]. Au cours de son règne, Duarte (roi du Portugal, 1433-1438) établit un régime personnel de gouvernement. Il développe un rapport direct et personnel avec ses collaborateurs et intervient directement dans le processus de décision. Il théorise notamment l’importance du Conseil comme organe consultatif à la tête duquel il place ses frères, en particulier les ducs de Coimbra (Pedro, 1392-1449) et de Viseu (Henri, bien plus tard nommé le Navigateur, 1394-1460).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 37 > François II de Bourbon, comte de Saint-Pol, duc d’Estouteville (1491-1545) vers 1520. Dessin de Clouet [© RMN (Domaine de Chantilly)/René-Gabriel Obéja]. Prince du sang (il est le grand-oncle d’Henri IV), le comte de Saint-Pol est le seul des frères Bourbon à ajouter au sang royal la faveur du roi, qu’il conserve, semble-t-il, jusqu’à sa mort en 1545.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 38 > Marie Tudor, sœur d’Henri VIII (en deuil de Louis XII) et son mari Charles Brandon, duc de Suffolk. Artiste inconnu [© Marquis de Tavistock].
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 39 > Louise de Savoie (1476-1531) [© Musée de Rennes]. De 1515 à sa disparition en 1531, Louise de Savoie est une véritable alter rex. Maîtresse de la composition du Conseil dont elle contrôle les entrées et ordonne les sorties, elle empêche que s’impose au Conseil un favori-principal ministre sur le modèle qu’illustreront dans la seconde moitié du règne Anne de Montmorency, puis Philippe Chabot et Claude d’Annebault.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende 40 > Marguerite d’Autriche (1480-1530), gouvernante des Pays-Bas. Bust e en bois par Conrad Meit, début du XVIe siècle [Munich, Bayerisches Nationalmuseum]. Au moment où Charles devient prince héritier, son grand-père, l’empereur Maximilien, décide de l’entourer d’un Conseil de régence présidé par sa fille Marguerite, sœur de Philippe le Beau (1507). Etablissant sa cour à Malines, c’est elle qui se charge de l’éducation du futur Charles Quint. Elle négocie en août 1529 avec Louise de Savoie le traité de Cambrai (ou Paix des Dames).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7832/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search