Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Essai de synthèse. Conseils et conseillers en Europe occidentale (v. 1450-v. 1550)1

Cédric Michon

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Est-il besoin de préciser que cet essai de synthèse est le résultat d’un travail collectif et de di (...)
  • 2 On remarquera que la même origine se retrouve en russe où le mot « douma » (Дума) renvoie au verbe (...)
  • 3 Jeanine Quillet, « La communauté. I. Communauté, conseil et representation », dans J. H. Burns, His (...)
  • 4 John Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », dans Dale Hoak (dir.), Tudor Politic (...)
  • 5 Thomas F. Mayer, Thomas Starkey and the Commonweal. Humanist politics and religion in the reign of (...)
  • 6 Daniel Rowland, « The Problem of Advice in Muscovite Tales about the Time of Troubles », Russian Hi (...)
  • 7 Voir aussi Coran, 21 :69 (Coran, traduction D. Masson, Paris, 1967, p. 403).

1À l’origine du Conseil, du Consejo, du Conselho, du Consiglio, du Council mais aussi du Counsel, il y a le consilium. Au départ, le mot renvoie à un acte de la raison2. C’est ensuite qu’intervient la métonymie et que le conseil (l’acte de conseiller, counsel en anglais) s’incarne dans la personne ou dans le groupe qui conseille. Cette transformation est fondamentale car elle souligne l’essence du Conseil, à savoir sa dimension interpersonnelle, mais aussi sociale, tout autant que son importance politique et ses liens avec l’art du gouvernement. Car, puisqu’au départ le « conseil » renvoie à un acte de la raison, à une délibération, il s’inscrit parmi les concepts éthiques. Sa transformation en institution pose alors la question des valeurs de cette institution. Chez Aristote, tout au moins dans la lecture qu’en donne saint Thomas d’Aquin, le conseil, boulè, est en symbiose avec la prudence. C’est en effet la prudence qui rend apte à bien se conseiller et donc à bien conseiller les autres, notamment son prince. Or chez Aristote, la prudence est la vertu propre au prince. On ne sera donc pas surpris que les théoriciens du Conseil, lorsqu’ils examinent les qualités des conseillers mettent presque toujours en avant parmi les qualités requises, celle de la prudence3. À la fin du Moyen Âge, la question du conseil (au sens de counsel), est l’un des principaux paradigmes du discours sur la politique et ses institutions4. Elle s’appuie sur un mélange d’idées issues des classiques (notamment Cicéron, les stoïciens et Aristote) reformulées par la scolastique et les humanistes, et sur les traditions historiques nationales. La tradition humanistico-classique voit le Conseil comme un moyen d’incarner la vita activa cicéronienne. Cette pensée est actualisée par Erasme et son é ducation d’un prince chrétien (1516), mais aussi par l’Utopie de Thomas More (1516) ou encore le Dialogue between Pole and Lupset (écrit entre 1529 et 1532) de Thomas Starkey, dans lequel il est envisagé la création d’un pouvoir central organisé autour de deux Conseils5. Ce dernier livre incarne l’influence de la tradition constitutionaliste tirée de l’histoire anglo-saxone et médiévale du royaume, encore bien vivante sous les Tudors, à savoir celle qui s’appuie sur les théories médiévales du constitutionnalisme aristocratique. Enfin, il existe une troisième tradition, religieuse cette fois (qui s’appuie par exemple sur le verset 46 du psaume 119 ou sur Isaie, 11, 2) avec le modèle du prince bien conseillé. On la retrouve jusqu’en Russie où la consultation de ses conseillers par le prince est l’objet d’analogies avec la conversation du Christ et des Apôtres6. Cette analogie se trouve également dans l’Empire ottoman. Ainsi, dans le code de lois d’égypte préparé en 1525 par le chancelier Celâlzâde sur l’ordre d’İbrahim Paşa, un parallèle est établi entre le prophète Abraham et İbrahim Paşa tandis que Süleyman est de son côté associé au roi Salomon comme souverain juste et sage7.

  • 8 « Comme la fonction du roi est de régler les affaires du royaume en son ensemble, comment pourra-t- (...)
  • 9 Lorsqu’il définit les devoirs du vassal, en 1020, Fulbert évêque de Chartres distingue le « service (...)
  • 10 Vivat rex !, discours au roi pour la réformation du royaume, 7 novembre 1405, dans Jean Gerson, Mgr(...)
  • 11 Cité par Philippe Contamine, « Le sang, l’hôtel, le conseil, le peuple : l’entourage de Charles VII (...)
  • 12 Philippe Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple. 481-1514, Paris, 2002, p (...)

2Le discours sur l’importance du Conseil n’a toutefois pas toujours eu le même sens. On observe au cours des siècles un renversement de perspective : on quitte progressivement la problématique du devoir pour celle du droit. De ce point de vue, l’approche théorique du Conseil est très différente, entre, d’une part, Abbon de Fleury et Fulbert de Chartres qui, pour le premier, rappelle aux grands qu’ils doivent précisément « aide et conseil » (auxilium et consilium) au roi après lui avoir prêté serment et admoneste ceux qui désertent la Cour d’Hugues Capet8 et, pour le second, rappelle aux vassaux du roi de France le devoir de conseil9, et, d’autre part, Jean Gerson (1363-1429) qui, quatre siècles plus tard, insiste, avec la plupart des penseurs politiques de la fin de la période médiévale, sur l’importance pour le roi de prendre conseil. Gerson s’interroge : « Qu’est -ce que le sens d’un homme seul ? Fais tout par conseil et jamais ne t’en repentiras ». Pour lui, la consultation des représentants des divers états et des divers lieux du royaume est une nécessité, « car un roi sans prudent Conseil est comme une tête sans yeux, sans oreilles et sans nez10. » De la même manière, Christine de Pizan (1364-1430) voit dans un roi sans Conseil « comme le chef en ung corps, sans yeulx, sans oreillez et sans nez ». Alain Chartier (v. 1385-1449) de son côté préfère « un prince symple de soy et docile a bon conseil que un prince subtil et voulentif11 ». On ne sera pas surpris dans ce contexte des critiques formulées à l’encontre de Louis XI, dont le cheval est censé porter, et le chapeau contenir, tout son Conseil12. À l’inverse, lorsqu’Olivier de La Marche mentionne les différents surnoms appliqués aux dynastes de la maison de Bourgogne, il évoque, d’une manière positive, « Philippe Croit conseil » pour désigner Philippe le Beau (1494-1506).

  • 13 On notera d’ailleurs que John Fortescue lui-même préconise l’exclusion du Conseil du roi des nobles (...)
  • 14 John Watts, The Making of Polities. Europe, 1300-1500, Cambridge, 2009, p. 133-135.

3Ce renversement de perspective s’explique par le fait, que tandis qu’aux premiers temps de l’ère féodale la participation des Grands au Conseil a un pouvoir légitimant sur les décisions du souverain, la consolidation du pouvoir royal rend cette participation politiquement moins précieuse, voire antinomique avec l’affirmation de l’autorité du prince. Les princes s’efforcent alors de maîtriser l’entrée à leur Conseil, quitte à écarter princes du sang, aristocrates, et, d’une manière générale, tous ceux qui sont susceptibles, par leur légitimité propre, de faire de l’ombre à son pouvoir13. La nouvelle préoccupation des penseurs politique consiste alors à insister, au contraire, sur l’importance du Conseil en définissant le gouvernement par Conseil comme le gouvernement idéal. L’idéal défendu est celui d’une monarchie qui n’exclut pas une forme de partage et de limitation du pouvoir et que l’on retrouve aussi bien chez Walter Burley que chez saint Thomas d’Aquin, Marcile Ficin ou Gilles de Rome14. En France, à partir de Charles V, les théoriciens du Conseil ne mettent plus l’accent sur l’auxilium et consilium. La logique a changé : il ne s’agit plus d’essayer d’attirer les Grands au Conseil, mais plutôt d’essayer de convaincre le roi de s’entourer des meilleurs conseillers possibles, c’est-à-dire de conseillers qui soient sages (savants), prudents et représentatifs. Le Conseil n’est alors plus pensé exclusivement comme une émanation de la féodalité et l’accent est plutôt mis sur l’avantage que représente le Conseil pour le roi. Soucieux que leur politique ne soit pas qualifiée de « volontaire », voire de tyrannique, les rois de France eux-mêmes affirment haut et fort leur volonté de gouverner par

  • 15 Lettres de Charles VII sur les blasphémateurs, Paris, 1 er décembre 1437, citée par Philippe Contam (...)

grant advis et meure deliberation de plusieurs de nostre sang et lignage et de nostre grant conseil, prelats, princes, barons et autres notables personnes.15

  • 16 Rita Costa-Gomes, p. 343 du présent ouvrage.

4Au Portugal, lors des conjurations de 1483 et 1484, João II (1481-1495) multiplie les condamnations qui frappent ses ennemis au sein même de la famille royale en prenant bien soin de préciser que les sentences ont été prononcées « en réunion avec notre conseil16 ».

5Au moment où commence l’histoire que raconte ce livre, le discours sur le conseil (counsel) ne relève donc plus de la tradition de l’auxilium et consilium. Il est subtilement élaboré et sert une réflexion précise dont l’argumentation emprunte aussi bien à la tradition classique qu’à la tradition humaniste, à la théologie qu’à la philosophie, à l’antiquité qu’à la tradition féodale ou baronniale. Si le discours est fort, qu’en est-il des institutions dans lesquelles il est censé s’incarner ? Quelles sont les principales caractéristiques du Conseil ? Quelle est sa composition ? Comment fonctionne-t-il ?

CARACTÉRISTIQUES DU CONSEIL DANS L’EUROPE DE LA RENAISSANCE

Institutionnalisation, professionnalisation, et développement de départements de gouvernement

Des Conseils informels en voie d’institutionnalisation

  • 17 Dénes Harai, p. 244 du présent ouvrage.
  • 18 Giovanni Muto, p. 215 du présent ouvrage.
  • 19 On en est donc réduit à s’appuyer sur quelques rares témoignages (comme, pour le cas français, celu (...)
  • 20 Rita Costa Gomes, p. 161, du présent ouvrage.

6Ce qui caractérise la quasi-totalité des Conseils dans l’Europe de la Renaissance, c’est leur caractère informel. En Hongrie par exemple, le mot de « Conseil » est bien moins fréquemment utilisé que l’expression « les prélats et les barons » pour désigner l’institution du Conseil17. À Naples, alors qu’aucune source ne mentionne la création d’un Conseil, on trouve en revanche assez souvent le titre de consiliarius qui désigne des hommes qui ne participent pas forcément à une structure comme le Conseil, mais qui, comme membres de la maison royale (casa reale) sont appelés régulièrement à assister le souverain dans ses choix et ses décisions18. De la même manière, la plupart des Conseils qui font l’objet de cette étude ne produisent pas de procès-verbaux au cours de la période étudiée19. Il convient d’ailleurs de ne jamais perdre de vue qu’il n’y a pas qu’au Conseil, que le prince reçoit les conseils de ses sujets. Ces derniers peuvent être délivrés au cours des audiences, ou dans l’embrasure d’une fenêtre au cours d’une fête par exemple ou encore au cours de parties de chasses. Rita Costa Gomes rappelle toutefois que ces « colloques familiers », ces conversations en retrait (colloquium familiare ou secretum), rapportés par les ambassadeurs ou les chroniques, renvoient sans doute autant à des pratiques politiques et diplomatiques qu’à des dispositifs du discours narratif visant à signaler les personnages importants auxquels le roi choisit de s’adresser au moyen d’une mise-en-scène qui souligne le caractère informel de l’échange20. Il importe également de distinguer les Conseils politiques des Conseils de justice dont la formalisation est plus avancée. À Naples par exemple, si le Conseil politique n’est pas institutionnalisé au milieu du XVe siècle, ce n’est pas le cas du Conseil royal sacré, sorte de grand tribunal d’appel du royaume.

  • 21 On notera quelques rares exceptions comme le Conseil des ducs de Milan, déjà formalisé au milieu du (...)
  • 22 L’expression « monarch-in-council form of government » est de Donald Ostrowski, dans Donald Ostrows (...)
  • 23 Pour ce qui suit, voir Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 302-304 du présent ouvrage ainsi que Ro (...)
  • 24 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.
  • 25 Jean-Marie Cauchies, p. 54 du présent ouvrage et Michel Baelde, De Collaterale Raden onder Karel V (...)
  • 26 Julian Goodare, The Government of Scotland 1560-1625, Oxford, 2004, chapitre VI, « The Privy Counci (...)

7Cependant, la période couverte par ce livre est précisément celle au cours de laquelle on passe d’un entourage de conseillers à l’institution d’un Conseil. Il s’agit évidemment d’un processus pluriséculaire, entamé bien avant le début de notre étude qui traite simplement de l’étape décisive de l’institutionnalisation des Conseils, qu’il s’agisse du Consejo d’Estado dans l’Espagne de 1522, des Geheime raad et Raad van state dans les Pays-Bas de 1531, du Privy Council dans l’Angleterre de 1540 et dans l’Écosse de 1545 ou du Conseil privé dans la France de 155721. On signalera qu’à la même époque, les longs règnes d’Ivan III (1462-1505) et de Vassili III (1505-1533) voient se transformer la Moscovie, jusque-là confédération assez souple comparable aux khanats des steppes voisines, en un monarch-in-council form of government doté d’une structure administrative quasi-bureaucratique, à tel point que certains historiens mettent en avant la formalisation du Conseil des boyards ou boiarskaia duma (Боярская дума) puis de la Blizhnyaya Douma (Ближняя дума) dans la Russie d’Ivan IV le Terrible22. Dans l’Empire ottoman également on assiste au cours du règne de Mehmed II (1451-1481) à une réorganisation de l’État et à une formalisation du Divân-ı Hümâyûn23. Dans le code de lois qu’il promulgue au cours de son règne, Mehmed II précise la composition de son Conseil et le rôle des uns et des autres. Pour autant, dans l’Empire ottoman comme ailleurs, ce n’est qu’à partir de la première moitié du XVIe siècle que se mettent en place la tenue et la conservation des registres contenant les résumés et parfois les copies des ordres résultant des débats du Conseil. Ce n’est toutefois que pour la toute fin du siècle que nous disposons de séries presque complètes des registres du Conseil, appelés mühimme (registres des affaires importantes)24. Quoi qu’il en soit, cette formalisation ne prétend généralement pas innover, et se contente souvent d’inscrire dans des règlements des pratiques déjà anciennes (fig. 1). Les cas des Pays-Bas et de l’Écosse incarnent parfaitement ce phénomène. On a longtemps cru que c’était l’ordonnance prise par Charles Quint en 1531 lorsqu’il confie le gouvernement des Pays-Bas à sa sœur Marie de Hongrie qui avait institué les trois Conseils parallèles ou collatéraux (Conseil d’État, Conseil privé et Conseil des Finances). En fait, l’ordonnance de 1531 consacre plutôt le rétablissement de l’autorité centrale qui s’était largement effondrée après la mort du Téméraire et qui, dès Maximilien, et encore plus sous Philippe le Beau avait vu s’affirmer notamment un Conseil privé (geheime raad). En effet, les Conseils dans les anciens Pays-Bas sont issus de l’héritage des ducs de Bourgogne. En l’occurrence, tout vient du Conseil qui suit le prince appelé « grand conseil » (hofraad, Hofrat). Dans la pratique, ce Conseil se divise en « commissions » ou « sections » spécifiques plus ou moins formelles qui traitent des questions politiques, administratives, judiciaires, législatives ou financières. Aussi, la partition de 1531 entre trois Conseils collatéraux que sont le Conseil d’État, le Conseil privé et le Conseil des finances, relève davantage de la réorganisation que de l’institution. Elle correspond au terme d’un processus de différentiation du Conseil entre tâches politiques, administratives, judiciaires, législatives et financières25. En Écosse, de la même manière, des Conseils secrets étaient déjà apparus à plusieurs reprises depuis la fin du XVe siècle dans des contextes de minorité. À sa majorité, le souverain abandonnait ce Conseil établi, un peu trop contraignant, pour un Conseil plus informel qui était plus à sa main. En 1545, les choses changent. Julian Goodare présente la décision de cette année-là comme the latest oscillation of a pendulum that had been swinging for some time. However, the pendulum did not swing back again in subsequent royal majorities-those of Mary or James VI26.

  • 27 Jean-Marie Cauchies, p. 50 du présent ouvrage.
  • 28 BnF, ms fr 3005, f° 109, et BnF, ms Clair. 339, f° 3, et copie tardive dans les portefeuilles Fonta (...)

8Cette survivance dans la durée de la formalisation écossaise de 1545, qui peut-être généralisée à presque tout l’espace étudié, montre comment ce Conseil nouvelle manière répond bien aux besoins nouveaux d’un gouvernement plus élaboré, avec davantage de paperasserie, de dossiers complexes et une spécialisation indispensable à la gestion des affaires. Au cours du XVe siècle en effet, l’exercice du pouvoir et donc la pratique politique se développent et se complexifient dans au moins trois domaines : la diplomatie, l’administration fiscale et la justice. La période voit donc se développer des Conseils spécialisés, notamment dans le domaine des finances et de la justice. L’ordonnance du 26 décembre 1487 par exemple, évoque, pour les Pays-Bas, le conseil de nosdictes finances27. Le cas français montre le caractère progressif de la mise en place de ces Conseils spécialisés en finance. Si le rôle de 1543 évoque le Conseil « est ably tant pour les dictes finances que pour les matières d’estat », il faut attendre 1560 pour que l’appellation de « Conseil des finances » se développe pour désigner les séances consacrées spécifiquement aux problèmes financiers. Et ce n’est que le 23 octobre 1563, qu’un texte normatif prescrit la tenue d’un Conseil pour les finances. Toutefois, ce « Conseil des finances » fait retour en 1600 au Conseil dont il était issu. Ce dernier prend alors le nom de « Conseil d’État et des Finances28 ».

9C’est la Castille qui est l’exemple le plus abouti de l’émergence de ces Conseils spécialisés. Apparaissent ainsi successivement le Conseil de l’Inquisition (1488), le Conseil des ordres militaires (1489), la Chambre de Castille (1498), le Conseil de la Croisade (1509), le Conseil de la guerre (1522), le Conseil des finances (1523/1525), puis le Conseil des Indes (1524). Ces évolutions dans les différents espaces impliquent évidemment l’émergence d’un personnel nouveau qui se caractérise par son origine sociale (bourgeoisie et petite noblesse) et par sa formation ou son éducation.

Fig. 1 > Portraits de Mehmed II, Şemailname (1579). [Musée du palais de Topkapı, H. 1573 par Bellini] Le règne de Mehmed II correspond à une réorganisation de l’État et à une formalisation du Divân-ı Hümâyûn. Dans le code de lois qu’il promulgue au cours de son règne, Mehmed II précise la composition de son Conseil et le rôle des uns et des autres en son sein.

La professionnalisation des conseillers ? L’exemple du renforcement du rôle et de la figure des secrétaires

  • 29 Rita Costa-Gomes, p. 151 du présent ouvrage.
  • 30 Jerry H. Bentley, Politics and Culture in Renaissance Naples, Princeton, 1987, p. 31-33.

10En effet, la formalisation du Conseil et la spécialisation de certaines de ses sections, vont de pair avec le développement des supports techniques et notamment d’un personnel spécifique. On observe donc une professionnalisation de plus en plus marquée du Conseil (ce qui ne veut pas dire que tous les conseillers soient des professionnels, mais que ces derniers occupent une place de plus en plus importante au sein du Conseil). Ainsi, la fonction de secrétaire, qui, si elle ne recoupe pas toujours les mêmes activités selon les royaumes et les principautés, n’en est pas moins la composante technique du Conseil, cette fonction de secrétaire, donc, s’affirme et se développe au cours de notre période. Au Portugal, dès le XIVe siècle, l’écrivain de la puridade s’affirme dans l’entourage du roi. La notion de puridade implique celles de proximité, de confiance et de secret, qui rappellent celles qui sont véhiculées par le mot de « secrétaire » que l’on trouve fréquemment employé au XVe siècle. L’écrivain de la puridade joue un rôle essentiel de coordination et de contrôle de toute l’activité du Conseil29. En France, on compte, vers 1400, 6 secrétaires des finances et 4 autres secrétaires. Une ordonnance de 1413 en limite le nombre à 8. L’ordonnance de novembre 1482 fixe le prestigieux collège des « six vingts » (119 en fait) notaires et secrétaires du roi. L’importance des questions de finance dans la fonction des secrétaires se retrouve en Bourgogne où le « premier secrétaire » est l’audiencier, celui qui « signe en finances ». Cette tradition bourguignonne se prolonge au XVIe siècle. En Hongrie, si les secrétaires sont deux au cours du règne de Mathias Ier, leur nombre augmente sous Vladislas II : ils sont quatre en 1502, six en 1509 et neuf vers 1513, sans compter les secrétaires tchèques. Pour le règne de Louis II (1516-1526), l’historien Kubinyi en a recensé vingt-cinq. Dans les années 1510 et 1520, ils sont donc entre trois et cinq fois plus nombreux que quarante ans plus tôt. Ces secrétaires sont, pour la plupart, issus de familles nobles et ont suivi des études poussées. À Naples, l’évolution du rôle du secrétaire sous Ferrante (1458-1494) revêt une forme tout à fait passionnante. Ferrante en fait le pivot de la prise de décision politique puis de sa mise en œuvre. Pour autant, il n’institutionnalise pas le secrétariat qui n’est pas à proprement parler un office. Le secrétaire est alors un personnage particulièrement influent, notamment lorsqu’il est élevé à la charge de « premier secrétaire ». Pour autant, n’étant pas officier, il est relativement méprisé par la noblesse et donc largement étranger aux jeux des factions. La forme napolitaine du secrétariat souligne l’erreur qui consiste à plaquer des schémas simples sur le fonctionnement du pouvoir princier à la Renaissance. Par son savoir technique, le secrétaire relève de la dimension bureaucratique de l’État de la Renaissance. Toutefois, cette compétence ne suffit pas à expliquer son ascension qui se produit par la grâce du prince. En ce sens, elle relève de la dimension domestique de l’État. C’est très clair dans le cas de l’un des plus importants secrétaires de Ferrante d’Aragon, Antonello Petrucci. Né dans une famille de paysans, il entre au service d’un notaire napolitain, puis est remarqué par Juan Olzina, secrétaire d’Alphonse Ier. Ce dernier, puis son fils Ferrante, le protègent et lui assurent une carrière qui fait de lui le principal secrétaire du second, ainsi que le détenteur de nombreux offices, du titre de chevalier et de nombreux fiefs30. Toutefois, cette ascension ne se traduit pas par plus de fidélité : au moment de la révolte des barons de 1485, Antonello Petrucci passe du côté des barons. Il le paiera de sa vie.

  • 31 Rita Costa-Gomes, p. 158 du présent ouvrage.

11Au Portugal également, la trajectoire des secrétaires renvoie à cette double logique bureaucratique et domestique comme le révèle la carrière de Pedro de Alcáçova Carneiro, secrétaire de João III (1521-1557), telle qu’il la décrit lui-même dans ses mémoires. Fils d’António Carneiro, lui-même secrétaire du roi Manuel Ier (1495-1521) dès les débuts de son règne, il est élevé dans la chambre royale et commence son apprentissage à treize ans. L’année suivante, il travaille déjà avec le monarque. Dès l’âge de seize ans, il assiste aux réunions restreintes du Conseil, même dans les affaires les plus secrètes. Son parcours est sans doute partagé par les membres des familles Galvão et Silveira31. Un parallèle peut être effectué avec la carrière de Thomas Cromwell telle qu’elle est synthétisée dans le portrait qu’en exécute Holbein en 1533 (fig. 2). Ce tableau souligne que Cromwell relève à la fois de la domesticité royale et de la bureaucratie émergente. Tout cela est exprimé dans le portrait par les objets et les quelques lignes que l’on parvient à déchiffrer sur la lettre que Cromwell tient dans sa main :

To our trusty and right well biloved Counsaillor, Thomas Cromwell, maister of our Jewel house

Fig. 2 > Portrait de Thomas Cromwell par Hans Holbein (v. 1533). [Frick collection]

  • 32 Voir Cédric Michon, « Les portraits d’Hans Holbein, reflets des affrontements sociaux et politiques (...)

12Cromwell affirme par ce portrait, qu’en plus de compétences techniques (exprimée par les papiers, les ciseaux et la bourse que l’on peut voir sur son bureau recouvert d’un drap vert), il a la confiance du roi qui en a fait un membre de sa maison32.

  • 33 Sur Jean Lallemand et Nicolas Perrenot de Granvelle, voir René Vermeir, « Garde des sceaux et secré (...)
  • 34 Antonio Menniti Ippolito, « The Secretariat of State as the pope’s special ministry », dans Gianvit (...)

13Ainsi, dans les différents espaces, les secrétaires peuvent sortir du simple support technique pour atteindre le statut de ministre. Toutefois, le poids du secrétaire n’est pas équivalent selon les lieux et les moments. Il faut distinguer d’une part l’institution du secrétaire qui se développe partout et d’autre part, l’affirmation à la tête de certains Conseils, de secrétaires comme Antonello Petrucci à Naples, Cicco Simonetta à Milan, Pedro de Alcáçova Carneiro au Portugal, Francisco de los Cobos en Espagne, Jean Lallemand ou plus encore Nicolas Perrenot de Granvelle aux Pays-Bas (fig. 3), ou encore Thomas Cromwell en Angleterre33. Cette situation n’est pas la même que celle qui prévaut par exemple en France où, même le puissant Florimond Robertet – ou Jean Breton un peu plus tard –, n’atteignent jamais l’influence d’un Georges d’Amboise ou d’un Montmorency dans l’ombre desquels ils évoluent. Tout ceci n’est toutefois qu’une question de temps et le puissant Nicolas IV de Villeroy, secrétaire d’État d’Henri IV, petit-fils de Nicolas II de Neufville, secrétaire de François Ier, fait partie du triumvirat qui gouverne la France aux côtés de Rosny et du chancelier Pomponne de Bellièvre. À la même époque, le pouvoir pontifical s’est lui aussi doté, avec l’institution du secrétaire d’État d’un principal ministre indispensable au bon fonctionnement de l’État34.

Fig. 3 > Portrait de Nicolas Perrenot de Granvelle attribué à Titien. [Musée du Temps, Besançon]

Vers un gouvernement par départements ?

  • 35 Julian Goodare, op. cit., p. 130 et 136-137.
  • 36 Michel Baelde, op. cit.
  • 37 Bernard Barbiche, Sully, Paris, 1997, spécialement p. 100-122.
  • 38 Julian Goodare, op. cit., p. 136-137 et 149-172.
  • 39 Rita Costa Gomes, p. 160 du présent ouvrage.

14Cette question des secrétaires est tout à fait essentielle car elle souligne une évolution en marche qui est l’affirmation de départements spécifiques au sein de l’administration, dont le Conseil est progressivement chargé d’assurer la coordination. La généalogie du Privy Council écossais pourrait être, mutadis mutandis, généralisée à la plupart des Conseils d’Europe occidentale. Au départ, l’écosse du XVe siècle connaît des lords of council. Progressivement, certains d’entre eux sont qualifiés de lords of exchequer. En 1532, par ailleurs, 15 lords of council forment ce qu’on appelle les lords of council and session dont les fonctions sont très larges. Progressivement donc, on observe une forme de différentiation entre différents Conseils en fonction de responsabilités politiques, administratives, financières et judiciaires, avec, à cette époque, un vaste chevauchement de personnel, jusqu’à un projet non appliqué, en 1569, de diviser le Conseil en quatre sections35. Ce chevauchement de personnels est une constante. Les travaux de Michel Baelde ont montré comment, aux Pays-Bas, en dépit de l’ordonnance prise par Charles Quint en 1531 qui institue les trois Conseils parallèles (Conseil d’État, Conseil privé et Conseil des finances), les cumuls sont fréquents et comment de nombreux conseillers siègent dans au moins deux des trois Conseils36. Les chronologies sont différentes, mais partout on retrouve cette séparation entre un Conseil politique et des Conseils judiciaires et financiers. Cela annonce d’ailleurs, voire incarne déjà, un système de gouvernement par départements et/où par un système de commissions et de sous-commissions spécialisées. C’est peut-être l’Espagne qui pousse le plus loin ce système avec la mise en place d’une sorte de polysynodie et en même temps l’affirmation du rôle absolument essentiel de secrétaires comme los Cobos sous Charles Quint ou Antonio Pérez sous Philippe II. Sans que cela soit autant abouti, on trouve ailleurs une répartition par grandes fonctions gouvernementales dont le partage entre Bellièvre, Rosny et Villeroy dans la France de la toute fin du siècle, de la justice, des finances et des affaires étrangères est une illustration éclatante (même si cette répartition équilibrée est rapidement rompue au profit du second)37. En Écosse, après le projet inabouti de 1569 d’éclatement du Conseil, le privy Council travaille par « commissions » en même temps que ses principaux membres sont les officiers d’État qui dirigent les principaux départements du gouvernement, à savoir le chancelier, le secrétaire, le trésorier (treasurer) et le contrôleur (comptroller)38. Au Portugal, quelques décennies plus tôt, les livres de notes des secrétaires montrent que les rois Afonso V (1438-1481), João II (1481-1495) et Manuel Ier (1495-1521) décident, selon l’affaire à débattre, de convoquer au Conseil des personnages spécifiques, experts, selon les cas, en affaires militaires, diplomatiques ou financières39. Il est donc bien clair que ce qui se met en place à l’époque qui est le sujet de ce livre n’est qu’une étape dans la longue mue des Conseils, laquelle s’accompagne de l’affirmation d’espaces spécifiques dédiés à l’exercice du pouvoir.

Réalités du Conseil

Les lieux du Conseil

  • 40 Giovanni Muto, p. 211 du présent ouvrage.

15On l’a dit, le Conseil est encore très informel et il y a une infinité de lieux autres que le Conseil où l’on peut conseiller le prince, à la chasse, lors des déplacements, dans sa chambre ou encore dans l’embrasure d’une fenêtre. Il ne faut donc pas chercher à tout prix l’existence d’une salle du Conseil. Pour autant, force est de reconnaître qu’en même temps que l’institutionnalisation du Conseil, on observe l’affirmation de salles spécifiques dédiées au Conseil. En fonction des royaumes et des principautés, les espaces dévolus aux réunions du Conseil s’imposent progressivement et à des rythmes différents. Le projet d’Alphonse II d’Aragon (1494-1495) est de ce point de vue symbolique qui projette la construction, en face du Castel Nuovo, d’un palais qui réunirait tous les tribunaux du royaume40. À Milan, le Conseil secret siège ordinairement, depuis au moins les années 1430, à la Curia Arengi (Corte dell’ Arengo) de Milan, en face du Duomo. Sous Galeazzo Maria, c’est plutôt au Castello di Porta Giovia (aujourd’hui « Castello Sforzesco »). Au Portugal, dans un texte rédigé au plus tard en 1433, Duarte Ier (1433-1438) écrit que

  • 41 Cité et traduit par Rita Costa Gomes, p. 155 du présent ouvrage.

une salle sera toujours ordonnée dans tous les lieux où nous séjournerons ; et dans cette salle chaque matin très tôt, leurs messes écoutées, tous ceux, présents en cour, qui font partie du Conseil se réuniront.41

16Au sein de l’hôtel ducal puis archiducal bourguignon, également, une chambre est désignée dans les ordonnances, notamment celle du 10 août 1495, comme servant aux réunions du Conseil privé (ici au sens de « Conseil restreint ») :

  • 42 Jean-Marie Cauchies « De la “régenterie” à l’autonomie. Deux ordonnances de cour et de gouvernement (...)

Voulons et ordonnons en oultre que en nostre hostel et au lieu ou nous serons se tiendra doresenavant en une chambre qui pour ce sera ordonnee, ung conseil.42

  • 43 Dénes Harai, p. 246 du présent ouvrage.
  • 44 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

17En Hongrie, les choses sont formalisées assez tôt. Ainsi, dans le palais royal de Buda, une salle dont l’accès est gardé, est réservée au Conseil. Y pénétrer sans autorisation est passible d’une lourde amende de cent florins d’or43. Dans l’Empire ottoman, il semble qu’à partir du second quart du XVe siècle, le Conseil du sultan se soit réuni à Bursa dans le plus imposant bâtiment de la ville qu’était la mosquée du complexe Yeşil (Yeşil Cami) construit par Mehmed Ier (1413-1421). Par la suite, d’après l’article 30 du code de lois de Mehmed II, le Conseil se réunissait quatre jours par semaine au palais. Durant toute la période qui nous intéresse, 1450-1580, le palais du sultan était donc le siège du gouvernement. Plus tard encore, à partir du XVIIe siècle, le Conseil se réunit dans la résidence officielle du grand vizir44. En France, à la même époque, Monique Chatenet a montré que dans deux des trois principales résidences de François Ier, c’est-à-dire le Louvre et Saint-Germain-en-Laye, la présence d’une « salle du Conseil » est attestée. De la même manière, à Fontainebleau, la salle du roi sert à l’occasion à réunir un Conseil assez large. Mais, encore une fois, ce qu’il faut retenir des pratiques, c’est que le Conseil étroit se réunit plutôt dans la chambre du roi ou dans sa garde-robe que dans une salle qui lui serait totalement consacrée. Là encore donc, cette question de salles dévolues au Conseil souligne les différences entre des monarchies déjà largement centralisées et institutionnalisées (comme l’Empire ottoman, Naples ou le royaume d’Angleterre) et des monarchies qui ne sont encore que dans un processus de centralisation et de formalisation (comme la France). Cette question des lieux du Conseil soulève également celle du Conseil restreint qui n’a pas vraiment besoin d’un lieu spécifique pour se réunir.

Importance du Conseil restreint

  • 45 Cité par Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.
  • 46 Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.
  • 47 Pierre Savy, p. 188 du présent ouvrage.
  • 48 Marco Pellegrini, « A Turning-point in the History of the Factional System in the Sacred College: t (...)
  • 49 Jean-Marie Cauchies, p. 54 du présent ouvrage.
  • 50 Dénes Harai, p. 258 du présent ouvrage.
  • 51 Julian Goodare, op. cit., p. 129.
  • 52 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics: The Making of the Muscovite Political System, 1345-15 (...)
  • 53 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit., p. 247-248 et 255 (...)

18Il convient en effet de bien distinguer ce que l’on pourrait être tenté d’appeler le « Conseil théorique » d’une part, et le « Conseil effectif » d’autre part. Ce deuxième Conseil a pour caractéristique son efficience ; il est encore plus informel que le premier et est constitué d’une poignée d’individus. Il faut ainsi distinguer tout ce qui relève du Conseil élargi et ce qui relève du Conseil étroit ou secret. Ainsi, en mars 1476, le duc de Milan appelle à lui une poignée de conseillers « pour consulter sur les affaires de Bourgogne, de France, de Rome et du Turc » (per consultare le cose de Borgogna, Franza, Roma et del Turco)45. Si ce Conseil restreint est un moyen de conserver le secret des décisions, il est également une garantie pour le prince de contrôle de ses décisions. Il est plus facile en effet de contrôler un Conseil restreint de quelques fidèles qu’un large Conseil au sein duquel des groupes peuvent se constituer. Le choix du Conseil restreint est donc fait par de très nombreux princes. L’exercice du pouvoir de Ludovic le More est ainsi caractérisé par ces Conseils restreints de quelques conseillers46. D’ailleurs, cette pratique est ancienne ; elle est institutionnalisée par Galeazzo Maria dès 1468 mais existe avant lui. Après avoir augmenté les effectifs de son Conseil pour noyer dans la masse ceux qui lui avaient été légués par son père, il se trouve à la tête d’un Conseil difficilement contrôlable et crée alors un Conseil réduit, le Consilium cum domino residens. Il procède en quelque sorte à une opération double : d’une part, il augmente les effectifs de son Conseil, et d’autre part, il en extrait le noyau. Il y a dès lors, dans les faits, deux Conseils : le Conseil restreint, dit « du château » (Consilium secretum arcis ou Consilium secretum castelli), qui est toujours auprès du duc ; et puis l’autre Conseil, plus large (Consilium secretum in curia, in curia Arengi). Cette situation ne va pas sans quelques tensions entre les deux Conseils, le Conseil secret dénonçant le Conseil restreint47. Ces protestations révèlent combien le Conseil secret de Milan est une institution ancienne et en partie autonome. De la même manière, l’opération par laquelle Alexandre VI Borgia (1492-1503) affirme le pouvoir pontifical au détriment de celui du Sacré Collège et des théories conciliaristes consiste à gouverner l’Église à l’aide d’un petit noyau de cardinales palatini48. L’explosion des effectifs cardinalices à partir de la fin du XVe siècle bouleverse les rapports de force entre le pape et son Conseil naturel (fig. 4). Aux Pays-Bas à la même époque s’affirme également un Conseil restreint ou privé. Sous Maximilien, son organisation est encore très pragmatique et informelle. Au cours de la majorité de Philippe le Beau, il acquiert une réelle existence, avec, notamment, un président49. Cette pratique d’un gouvernement par un Conseil restreint peut-être très largement généralisée à des souverains aussi différents que François Ier, Henri VII et Henri VIII, Charles Quint ou Jacques V. En Hongrie, Dénes Harai montre comment le Conseil secret fonctionne sous Mathias Ier (1458-1490), comme sous Louis II (1516-1526), sous la forme d’une réunion informelle de trois ou quatre conseillers ne laissant presque pas de traces écrites et préparant généralement les réunions du Conseil étroit où siègent entre cinq et quinze conseillers50. En Écosse également, émerge dans les sources, au cours des premières décennies du XVIe siècle, un secret council décrit par Trevor Chalmers comme un daily council qui n’a aucune existence légale51. De la même manière, en Russie, Nancy Shields Kollmann distingue, dans le cadre de la pratique du gouvernement par consensus entre le grand prince et l’ensemble des boyards, ce qu’elle appelle un « innercircle » qui gouverne avec le souverain52. Cette pratique peut être mise à mal en cas de minorité, comme par exemple au cours des années 1538-1547, après la mort de Vassili III (1533), puis de sa femme Elena (1538). Les boyards exercent alors véritablement le pouvoir à tel point que l’on parle parfois de Semiboïarchtchina ou de « Régence des Sept Boyards ». Lorsqu’Ivan IV le Terrible met un terme en 1547 à cette situation, il reprend le principe du Conseil restreint, mais en l’adaptant. En effet, ce dernier n’est pas constitué avant tout de boyards, mais de quelques conseillers choisis parmi lesquels le métropolite Macaire, le prêtre Sylvestre, le courtisan Aleksei Fedorovitch Adashev et le secrétaire Ivan Mikhailovitch Viskovatyi, ce que les historiens appellent la période du « conseil choisi53 ». À l’exact opposé de ce Conseil restreint (politique, peu nombreux et peu formalisé), le Conseil dans sa dimension la plus institutionnelle a toujours une fonction de justice qui renvoie à la dimension incontournable du prince justicier (fig. 5).

Fig. 4 > Pinturicchio. Aeneas Silvio Piccolomini se soumet à l’autorité du pape et de la Curie, vers 1500. [Sienne, cathédrale, Libreria Piccolomini]

Fig. 5 > Le Conseil (rathigung) agité. Débats en cercle le plus restreint : guerre ou paix ? Vers 1514, Leonhard Beck, gravure.

Le Conseil reste toujours un Conseil de justice

  • 54 Je remercie Jean-Marie Cauchies pour cette remarque.
  • 55 Cédric Michon, p. 74 du présent ouvrage.
  • 56 Pierre Savy, p. 178 du présent ouvrage.
  • 57 Giovanni Muto, p. 234 du présent ouvrage.
  • 58 Cédric Michon, p. 73 du présent ouvrage.
  • 59 Steven Gunn, p. 23 du présent ouvrage.
  • 60 Steven Gunn, p. 24 du présent ouvrage.
  • 61 Julian Goodare, op. cit., p. 133. Cela est vrai aussi du Conseil du sultan, Metin Kunt et Zeynep Ne (...)

19En effet, en dépit de son poids politique, le Conseil reste aussi, presque toujours, une sorte de cour suprême de justice. Cette spécificité d’un conseil-cour suprême de justice est repérable par exemple aux Pays-Bas dès les années 1435-1445 (sans aucun texte normatif d’ « institution »)54. Cette composante de l’activité du Conseil engendre progressivement la spécialisation de certaines séances voire la constitution d’un Conseil de justice autonome. C’est ainsi qu’en France, le Grand Conseil puis le Conseil des parties se dégagent progressivement du Conseil55. À Milan, dès Gian Galeazzo Visconti (1395-1402), le Conseil ducal est dédoublé en Conseil secret et Conseil de justice. En dépit de ces divisions, les Conseils politiques conservent presque toujours une fonction de justice. Ainsi, le Conseil secret des ducs de Milan a deux fonctions : une fonction politique, logique, mais aussi une fonction de tribunal, le Conseil secret étant une sorte de cour d’appel en matières civile et pénale56. À Naples également, le Conseil royal est régulièrement réuni dans une configuration judiciaire dans laquelle il est une sorte de tribunal suprême. Aussi tard qu’en 1536, lorsque Charles Quint donne les Constituciones y ordenanzas, il réaffirme la fonction judiciaire du Conseil Collateral57. De la même manière, en France, le Conseil, en dépit de son poids politique et de l’existence d’un Grand Conseil, reste une sorte de cour suprême de justice, que le roi agisse par le procédé de l’évocation (depuis le XIVe siècle) ou celui de la cassation (beaucoup plus tardif, important en matière administrative à partir de la fin du XVIe siècle, mais dont les modalités d’application ne sont définies que par le règlement du Conseil de 1738)58. De la même manière, en Angleterre, le Conseil, au début du règne d’Henri VII est embryonnaire dans son organisation, et multifonctionnel : il conseille le monarque, coordonne le gouvernement et juge les procès59. En 1558, la répartition des tâches a été effectuée et on trouve un Conseil privé plus petit dont la composition est clairement fixée qui a pris le contrôle des fonctions de conseil et d’administration tandis que deux conciliar courts of law séparées, la star chamber et la court of requests, rendent la justice. Toutefois, le passage d’une situation relativement confuse à une situation plus institutionnalisée est fort complexe à retracer. Au cours de la décennie 1520, par exemple, après la disparition du council learned in the law et des tribunaux spécialisés d’Henri VII, il ne reste plus qu’un seul Conseil, mais qui connait cinq incarnations différentes60. En Écosse également, le Privy Council a une activité judiciaire à côté de son activité politique61. S’il est nécessaire de distinguer Conseil de justice et Conseil politique pour la clarté de l’exposé, il n’en reste donc pas moins que la distinction n’est pas toujours facile à faire, et, tout au moins, que les liens entre les deux Conseils sont forts, à l’image de Milan où le Conseil de justice est souvent une antichambre du Conseil secret : le passage dans le premier ouvre la voie à une participation au second.

20Mais si le Conseil peut être d’une composition réduite pour être plus efficace, et s’il joue également régulièrement une fonction de cour de justice, il a une troisième fonction qui relève aussi bien de la philosophie politique médiévale que de la pratique politique, qui est d’être une institution légitimant les décisions du prince. Nous aurons l’occasion de voir que cela pose également la question de sa composition : pour être légitime, le Conseil doit être composé d’individus dont la présence est perçue comme légitime.

Le Conseil, instrument de légitimation du pouvoir du prince

Le principe du large Conseil légitimant

21En effet, si l’on peut discuter des différences existant entre Conseil politique et Conseil de justice, il n’en reste pas moins que le Conseil, point de contact entre la société politique et son prince, a une fonction de légitimation de la politique royale. Aussi, lorsque la situation l’exige, c’est -à-dire sur des sujets importants ou dans un contexte de crise, le prince élargit la base de son Conseil pour donner plus de poids aux décisions qu’il va prendre. Ainsi, à Milan, à l’occasion, le duc convoque en même temps les deux Conseils (le Conseil secret et le Conseil de justice), tel Galeazzo Sforza le 26 avril 1474 qui

  • 62 Cité par Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.

Après dîner […] fait demander dans la salle blanche et brune le Conseil secret et de justice, pour consulter sur le fait du privilège du duché etc. et de l’érection du duché en royaume etc.62

Fig. 6 > Ouverture solennelle du parlement anglais en présence d’Henri VIII en avril 1523 (Sir Thomas Wriothesley).

  • 63 Pierre Savy, p. 191 du présent ouvrage.
  • 64 P.J. Holmes, « The last Tudor great councils », Historical Journal, 33, 1990, p. 1-22 et Steven Gun (...)
  • 65 John Guy, « The King’s Council and Political Participation », dans John Guy et Alistair Fox (dir.),(...)

22Ce qui motive cette réunion, c’est l’importance de l’affaire. De la même manière, lorsque, quelques mois plus tard, le 10 novembre 1474, le duc réunit à Milan un très large Conseil dans lequel « tous les conseillers et les maîtres furent convoqués » pour ratifier la ligue et la confédération contractée avec Venise et Florence, le Conseil a ici une fonction d’enregistrement et de publication de la décision du prince63. En Hongrie également, lorsque Casimir IV Jagellon, roi de Pologne (1445-1492), affiche ses prétentions au trône de Hongrie, ce ne sont pas moins de quarante-six conseillers qui, le 21 septembre 1471, à Buda, capitale du royaume, jurent fidélité à Mathias Ier. Dans l’Angleterre d’Henri VII, lorsque les affaires à traiter sont politiquement très importantes, le roi n’hésite pas à réunir des Conseils très nombreux, alors même qu’en temps normal, ils réunissent rarement plus d’une douzaine d’individus. Ces réunions élargies reprennent le principe des great councils. Ces derniers comprennent des représentants des villes et sont une sorte d’institution intermédiaire entre le parlement et le Conseil. On remarquera toutefois que le processus de formalisation des institutions rend caduques les formules bâtardes. Ainsi, le règne d’Henri VIII correspond à la disparition progressive des great councils. En effet ces derniers ne peuvent se prévaloir ni de la force constitutionnelle et véritablement représentative du parlement, ni du dynamisme politique du privy council64. Il n’est pas impossible d’ailleurs que cette évolution soit le signe de la défaite (temporaire) d’un idéal représentatif et du débat médiéval sur la participation au gouvernement par le Conseil, à moins que cette fonction représentative soit transférée au parlement dont les réunions sont précisément beaucoup plus fréquentes à partir des années 1530. La formalisation du Conseil privé par Cromwell serait alors une étape vers un fonctionnement absolutiste de la monarchie. La victoire d’Henri VIII sur les rebelles du Pèlerinage de Grâce clôturerait ainsi ce débat ancien et imposerait le Conseil comme le bras armé du gouvernement, peu soucieux du consentement du royaume65 (fig. 6). En France, à la même époque, c’est la difficulté de la situation qui motive à l’occasion l’élargissement du Conseil. François Ier par exemple, au cours de sa captivité après la bataille de Pavie, envoie à sa mère des lettres patentes pour faire couronner le dauphin François et la prier :

  • 66 AN X 1A 8612, f° 91v°-94v° (publié dans Aimé Champollion-Figeac (dir.), Captivité du roi François I(...)

qu’il luy plaise avoir et tenir tousjours autour d’elle et de nostredict fils aisné, après qu’il sera couronné Roy, le conseil des princes, prelatz, chancellier, presidens et autres nos officiers tels qu’elle sçait et dont l’avons advertie, lesquels elle pourra demettre et oster quand bon luy semblera et y en mettre d’autres.66

  • 67 Marshall Poe, « The Central Government and its Institutions », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit.(...)

23Ce Conseil élargi a donc une fonction légitimante pour une royauté en crise. Il est toutefois important de souligner que François Ier évoque à la fois l’importance de la réunion de ce large Conseil et la liberté absolue de choix dont dispose la régente pour sa composition. L’idée que la convocation d’une large assemblée peut intervenir dans un contexte où le pouvoir royal n’entend pas renoncer à son autorité est illustrée également par le cas russe. En effet, à la fin de la décennie 1540, au moment même où Ivan le Terrible prend le contrôle de son Conseil en gouvernant avec quelques conseillers choisis il convoque le premier zemskii sobor (зéмский собóр). Il s’agit là d’une sorte d’assemblée d’État sur la nature de laquelle les historiens divergent. Elle réunit les boyards, le métropolite et d’autres membres du clergé et une partie de l’élite russe. L’expression de zemskii sobor est une construction du slavophile Constantin Aksakov qui l’a inventée vers 1850. Les participants des zemskii sobor n’étaient pas élus et concevaient sans doute leur rôle comme des serviteurs du prince, plutôt que comme des délégués porteurs d’éventuelles revendications. À l’issue du zemskii sobor, le Tsar exigeait un serment d’allégeance. Il n’en reste pas moins que, même s’il s’agit indiscutablement là d’une consultation d’un type traditionnel et sans doute non contractuelle, l’exigence d’un serment en dit long malgré tout sur le besoin ou la volonté du pouvoir que sa politique soit reconnue comme légitime. Il est en effet toujours plus simple de ne pas demander l’avis de ses sujets. Si on les consulte, c’est vraisemblablement que la consultation est jugée nécessaire. Il s’agissait donc sans doute pour Ivan IV à la fois de faire accepter les réformes qu’il projetait de faire et de sonder l’état des esprits de ses sujets. De la même manière, en 1566, c’est-à-dire en pleine terreur de l’opritchnina, il convoque à nouveau un zemskii sobor pour recueillir l’opinion de ses sujets sur la poursuite de la guerre contre la Livonie67. La réunion de conseils élargis n’est donc pas forcément un signe de soumission à la volonté du plus grand nombre, mais, au moins, d’une forme de nécessité de consultation ou de validation, même imposée, de la politique du prince.

24Dans certains cas, l’élargissement de la base du Conseil vise manifestement à partager le fardeau de l’État avec la noblesse. Ainsi, aux Pays-Bas, des membres de la haute noblesse qui ne siègent au Conseil d’État que de manière fort exceptionnelle, n’en ont pas moins, aux yeux du public, une part de responsabilité dans des mesures impopulaires, généralement d’ordre financier, à l’élaboration desquelles ils n’ont en rien participé. Le cardinal de Granvelle écrit d’ailleurs à Marie de Hongrie le 19 novembre 1555 en citant certains nobles qui auraient exprimé le

  • 68 Michel Baelde, op. cit., p. 177. Je remercie Steven Gunn de m’avoir signalé cette référence.

doubte qu’ils s’est oient figuré que l’on les vouloit mettre en conseil seullement pour forme, et afin qu’ils eussent part au malvais grey du peuple, des choses qui s’y déterminent, sans toutesfois qu’ils entrevinssent audit conseil, synon aulcunes fois, pour choses générales.68

  • 69 Avec un minimum de 14 mois et un maximum de 3 ans et demi entre deux réunions.
  • 70 Rita Costa-Gomes, p. 150 du présent ouvrage.
  • 71 Geoffrey R. Elton, « Tudor Government: the Points of Contact, ii, the council », dans Studies in Tu (...)

25Cette idée de la légitimation par le Conseil renvoie à celle de sa représentativité que nous avons déjà eue l’occasion d’évoquer. Un épisode qui a lieu en 1385 lors de l’élection du fils bâtard de Pedro Ier comme roi du Portugal illustre ces enjeux. En effet, il est alors proposé, aux cours des réunions parlementaires qui élisent le nouveau monarque, que le Conseil royal soit composé de deux prélats, quatre nobles, quatre lettrés et quatre « citoyens » issus des principales villes de Lisbonne, Porto, Coimbra et Évora. João Ier (1385-1433) ne respecte pas cette volonté, mais une nouvelle tentative est faite en 1438 qui propose un Conseil composé de représentants de chaque état de la société, à savoir l’Église (clerezia), la noblesse, et les « citoyens » des villes (cidadãos). Là encore, cette proposition n’est pas suivie d’effet. Un peu comme en Angleterre, la fonction représentative est en revanche très marquée aux Cortes qui sont réunis en moyenne tous les deux ans tout au long du XVe siècle.69 Le règne de João II à la fin du XVe siècle (1481-1495) voit d’ailleurs un effort du roi pour affaiblir l’influence des Cortes notamment par la restriction des réunions au cours desquelles toutes les villes du royaume étaient représentées70. Cette fonction légitimante du Conseil renvoie à la notion de point de contact mise en avant par Geoffrey Elton71.

Le Conseil comme point de contact

  • 72 Cette notion de point de contact fonctionne toutefois dans les deux sens : c’est au Conseil que le (...)

26Le Conseil est en effet un point de contact entre le centre et les périphéries. Le prince fait venir à lui des représentants de l’ensemble du territoire qui peuvent ensuite servir d’intermédiaire entre le pouvoir central et les provinces. Il est essentiel d’avoir au Conseil des hommes qui, certes, savent comment fonctionne le gouvernement mais également qui peuvent disposer de relais dans les provinces pour diffuser les décisions du prince, voire pour les inciter à y obéir72. Ces hommes agissent également comme intermédiaires entre le prince et la société politique.

  • 73 Rita Costa-Gomes, p. 150 du présent ouvrage.
  • 74 Knut Helle (dir.), The Cambridge History of Scandinavia. vol. 1 From Prehistory to 1520, Cambridge, (...)

27C’est l’un des éléments qui expliquent en de nombreux endroits la présence massive des prélats au Conseil. Cette situation assez générale renvoie toutefois à des logiques et des dynamiques différentes. Le poids des prélats dans les différents royaumes et principautés est en effet difficilement comparable en raison de géographies ecclésiastiques très différentes. Financièrement, politiquement et militairement, les prélats n’occupent pas partout la même place, ce qui conditionne la nature de leur position au Conseil. Il existe d’ailleurs des évolutions au sein même des royaumes. Ainsi, au Portugal, au début du XIIIe siècle, les chanoines des chapitres de Lisbonne, Coimbra ou Porto occupent une place de premier plan au Conseil avant de céder progressivement la place aux maîtres des ordres militaires73. Le poids des prélats au Conseil est alors le même, mais leur profil est fort différent. En France, les prélats doivent leur place au Conseil à leur savoir technique et à leur positionnement social qui est le même que celui des autres conseillers. En Angleterre ou en Espagne en revanche, les prélats s’imposent par leur savoir technique, encore plus qu’en France, mais aussi par leur puissance et leur richesse considérable, l’Église agissant sur eux comme un véritable convertisseur social. En Hongrie, enfin, les prélats, issus des plus grandes familles, jusqu’au règne de Mathias Ier Hunyadi (1458-1490) ajoutent à ce positionnement de naissance, la puissance énorme que leur confère leur richesse (le revenu annuel total des évêques hongrois est estimé à environ 200 000 florins). Le roi bouleverse cette situation et près de la moitié des trente-cinq prélats nommés sous son règne sont issus de la bourgeoisie, de la paysannerie ou bien sont étrangers. L’objectif de Mathias est de rompre la mainmise de l’aristocratie hongroise sur le Conseil afin d’imposer plus facilement sa volonté grâce à ses créatures. Les prélats Hongrois ne seront plus alors au Conseil qu’en tant que puissants vassaux du monarque. Dans les royaumes scandinaves, la situation est assez comparable à ce qui se passe en Hongrie avec un rôle prééminent des puissants évêques et archevêques dans les différents Conseils. Au Danemark par exemple, l’ensemble des sept évêques catholiques est, avant la Réforme, membre de droit du Rigsråd74. Presque partout également, les prélats se voient attribuer des charges politiques, judiciaires et financières de premier plan. Ainsi les chanceliers, que ce soit en Angleterre, en Espagne ou en Hongrie, sont généralement des prélats. Toutefois, on observe, notamment à partir des premières décennies du XVIe siècle, un phénomène de laïcisation. Le développement de l’État dans sa dimension technique et bureaucratique condamne à court ou moyen terme l’importance relative des hommes d’Église et donc des prélats au cœur de la machine administrative et gouvernementale. La raison en est simple : il n’y a pas assez d’évêchés pour l’ensemble des secrétaires et des officiers des organes centraux. Les différentes contributions de cet ouvrage analysent donc aussi bien la différence des situations en Europe que les dynamiques à l’œuvre qui vont dans le sens d’un affaiblissement du poids des prélats dans les Conseils. Ainsi, la puissance d’un évêque de Winchester explique au moins en partie son rôle politique au Conseil. Dans les royaumes sous pression, comme la Hongrie, les prélats sont également souvent des chefs de guerre auxquels le roi délègue en partie la défense des frontières. On comprend alors tout l’enjeu que représente pour le souverain le contrôle de la nomination aux principaux bénéfices.

  • 75 Knut Helle (dir.), The Cambridge History of Scandinavia. vol. 1 From Prehistory to 1520, Cambridge, (...)

28Bien entendu, cette notion de point de contact ne s’applique pas qu’aux prélats. Ainsi, une analyse des origines géographiques de l’ensemble des conseillers de François Ier révèle une très grande diversité, presque tout le royaume étant couvert, cette dimension étant encore renforcée par le nombre de conseillers détenteurs de charges de gouverneur, même si l’on observe, au cours du règne, un affaiblissement de la place des conseillers parmi les gouverneurs (fig. 7). Les liens entre le Conseil et l’administration des provinces sont encore plus manifestes si l’on observe les conseillers du roi qui sont lieutenants de gouverneur ou qui ont un frère gouverneur ou lieutenant de gouverneur. La situation est tout à fait comparable à Naples. Dans une lettre du 11 octobre 1530, dans un contexte de relative baisse de pression du pouvoir central sur le royaume de Naples, le lieutenant général de Charles Quint, Pompeo Colonna, suggère l’augmentation du nombre des membres du Collatéral en ajoutant deux autres régents docteurs et deux autres nobles honorables chevaliers. Si les premiers devraient permettre une accélération de la justice, les seconds seraient susceptibles d’être utiles si la situation militaire se dégradait et également pour le maintien de l’ordre public dans les provinces. Charles Quint juge toutefois que l’urgence de disposer de relais plus nombreux dans les provinces napolitaines est moins importante que celle de ne pas renforcer le pouvoir de la noblesse titrée dans la région. Il refuse donc la suggestion de Colonna75.

  • 76 Heinz Noflatscher, p. 275 du présent ouvrage.

29Les origines géographiques peuvent également souligner la domination de certaines régions au sein d’un ensemble politique. Ainsi, la politique des Habsbourg dans l’Empire et dans les pays autrichiens est dominée entre 1480 et 1530 par l’influence du sud-ouest, notamment par les Souabes, les habitants du Haut-Rhin et les Tyroliens. De la même manière, le fait que sept chanceliers soient originaires de villes d’Empire souligne le poids politique des Reichstädte du Sud, et notamment d’Augsbourg, au sein de l’élite politique habsbourgeoise aux alentours de 150076.

  • 77 Metin Kunt, « Turks in the Ottoman Imperial Palace » dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), Roy (...)

30Le parcours des vizirs du sultan, dans un contexte fort différent, et selon une logique tout autant différente, renvoie également à cette dialectique du centre et des périphéries. Pour le comprendre, il faut refaire le trajet des esclaves chrétiens ramassés en Europe orientale. Après avoir été formés dans le palais du sultan, ces esclaves sont employés dans des carrières militaro-administratives dans l’ensemble de l’Empire pendant une quinzaine d’années. Les plus talentueux d’entre eux, lorsqu’ils deviennent vizirs, retrouvent le palais de Topkapi où ils ont reçu leur formation deux décennies plus tôt. Ce sont donc à la fois des hommes du sultan, élevés dans son entourage immédiat, et des hommes qui ont une connaissance des provinces de l’empire parmi les meilleures, qui vont peupler le Conseil du sultan77. Ils proposent à ce dernier la compétence, la fidélité et l’absence de menace potentielle liée à leur inscription dans les rangs des élites provinciales.

Origines géographiques des 50 principaux conseillers de François Ier (hors fils du roi et maîtresse royale)

Origines géographiques des 50 principaux conseillers de François Ier (hors fils du roi et maîtresse royale)

Fig. 7 > Le Conseil comme point de contact, l’exemple des origines géographiques des conseillers de François Ier.

Le dur métier de conseiller

  • 78 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 415.

31Un dernier aspect mérite d’être souligné. Il s’agit de la complexité croissante des affaires à traiter. On n’évoque pas assez le dur métier de conseiller. On critique souvent les entourages princiers. Les contemporains bien sûr, mais aussi les historiens. On oublie à quel point l’art de gouverner est un art difficile. Les conseillers doivent tenir compte de la volonté du souverain, de celle des élites, de celle des institutions qui revendiquent un rôle dans l’administration de l’État, du contexte. Pour se préparer à cela, aucune école, mais seulement une volonté, celle de peser sur les affaires et une expérience, inégale, celle de la gestion des fiefs ou des bénéfices, pour les nobles et les prélats, celle de la tradition familiale pour les secrétaires. Mais parfois, les conseillers sont confrontés à des tâches nouvelles, d’une ampleur inconnue pour eux, notamment en matière de politique étrangère. Dans le contexte de la Réforme, par exemple, quelle politique mener à l’égard des princes protestants allemands ? Il est difficile pour le prince, qu’il s’agisse d’Henri VIII ou de François Ier, de se faire une doctrine ; tout autant que pour ses conseillers. Le prince dépend d’informations orientées : ses informateurs sont partie prenante dans les affaires en cours, favorables ou hostiles aux luthériens. De la même manière, la technicité des affaires de finances rend difficile leur gestion. Faut-il se reposer sur les financiers, au risque d’être volé, ou exiger des choses que les faits ne peuvent autoriser ? Il est dangereux de remettre les décisions en ces matières à un groupe de spécialistes. On assiste par exemple, dans la France du second quart du XVIe siècle, à une redistribution des cartes entre les deux pratiques du contrôle et de la délégation, autrement dit à une reprise en main des finances par le Conseil du roi et quelques proches, le roi confiant au sein du Conseil à un « tuteur financier » la charge d’intermédiaire entre les techniciens et les conseillers. Pour autant, dans ce secteur de gouvernement, la fidélité des hommes et leur intelligence politique peuvent buter sur une faiblesse toute simple, l’incompétence ; la difficulté qu’il y a à équilibrer un budget, à faire correspondre l’argent qui sort et l’argent qui entre. Il apparaît ainsi que le tuteur financier n’est pas toujours en mesure de suivre de près des dossiers complexes qui exigent une grande réactivité. De nombreux témoignages soulignent combien, sur le fait des finances, François Ier et Montmorency, même lorsque ce dernier est au faîte de sa puissance, se reposent sur le chancelier Antoine Du Bourg78. En son absence, les décisions prises sont parfois dénoncées comme incohérentes. Ainsi, les sources conservent la trace d’une colère du cardinal François de Tournon alors que le Conseil l’a assigné sur le Languedoc pour payer les troupes de Piémont. Or le système des quartiers empêche qu’il n’en reçoive « ung quatrin » avant la fin de janvier. D’où son mécontentement :

  • 79 BnF, ms fr 5125, f° 171 v-172 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

Se monsieur le chancelier ou le général de Normandie [Guillaume Preudhomme, trésorier de l’Épargne] y eussent esté quant la despeche m’a esté faicte, ils eussent bien sceu remonstré ce que je diz cy dessus est revéritable, comme ceulx qui ont la charge et l’intelligence des finances.79

32L’accusation à l’encontre des autres conseillers d’incompétence en matière de finances est très claire. Dans une lettre au chancelier Du Bourg, il semble d’ailleurs remettre également en cause la compétence du chancelier lui-même, puisqu’il lui écrit :

  • 80 Louis XV au maréchal de Noailles, lettre de Fontainebleau du 21 octobre 1743, citée par Michel Anto (...)

Demandez a ceulx qui manyent les finances, et vous trouverez que je ne sçaurois recevoir ung denier, ny des restes du quartier passé ne de ce qui peult escheoir au commencement d’icellui qui vient, que a la fin du moys de janvier prochain (…) ; vous trouvez tout ce que j’escriptz le meilleur du monde (…) mais vous ne m’envoiez pas de quoy payer [les troupes].80

  • 81 Louis XV au maréchal de Noailles, lettre de Fontainebleau du 21 octobre 1743, citée par Michel Anto (...)
  • 82 José Martínez Millán, p. 120 du présent ouvrage.

33La technicité n’est d’ailleurs pas tout : la hauteur de vue est également déterminante. Or l’homme d’État n’est pas donné par hypothèse. On connaît la sentence de Louis XV : « Ce siècle-ci n’est pas fécond en grands hommes81. » Il est vrai que parfois des conseillers mal préparés se trouvent amenés à gérer des enjeux particulièrement complexes et nouveaux. On peut penser à tous ces conseillers d’Henri VIII appelés à appréhender une situation inédite : celle d’une rupture politique et religieuse sans précédent. Plus importante encore, et de surcroît concernant un très jeune souverain, l’accélération du destin de Charles de Gand, jeune Charles Ier et bientôt Charles Quint. En effet, des conseillers à l’horizon étroit se trouvent alors très rapidement en charge d’affaires espagnoles, qu’ils ne connaissent pas, dans un climat différent, dans une langue qu’ils ne parlent pas, avant de devoir conseiller leur prince sur sa candidature à l’Empire. Des hommes issus d’une petite principauté, certes au carrefour de multiples puissances, mais dont les enjeux sont bien balisés depuis des siècles se trouvent devoir conseiller un prince aux multiples couronnes et dont les possessions vont des Pays-Bas au sud de l’Espagne, de l’Empire à Naples et de l’Ancien Monde au Nouveau Monde. C’est plus qu’il n’en faut pour faire éclater des têtes, même bien faites. La tâche est immense. La dimension de Gattinara apparaît à cette occasion lorsqu’il propose deux projets de gouvernement pour le nouveau Charles Quint. Si le premier est très traditionnel, mettant simplement l’accent sur la distinction entre un Conseil élargi et un Conseil secret censé faciliter la prise de décision, le second emprunte au projet politique de Ferdinand le Catholique en élaborant un système de gouvernement qui s’appuie sur le principe de régence. C’est donc un système de délégation de pouvoir par l’intermédiaire d’un vice-roi et d’un lieutenant général qui permettra à Charles Quint et à ses successeurs d’administrer leurs possessions éclatées. Cette conception, conseillée par Gattinara, est adoptée par Chièvres. Le traité de Bruxelles de 1522 incarne cette politique, lorsque l’infant Ferdinand est nommé régent des territoires impériaux de Charles Quint et se voit ainsi confier la gestion des territoires des Habsbourg82. Toutefois, en ces années de bouleversements considérables, combien de Gattinara ?

34Le Conseil à notre époque est donc une réalité à la fois complexe et assez floue dont on peut retenir au moins deux aspects essentiels. Le premier, c’est son institutionnalisation au tournant des XVe et XVIe siècles qui se traduit par l’essor d’une catégorie de serviteurs techniciens du souverain que les letrados espagnols symbolisent parfaitement. Le second, est sa dimension domestique encore très importante à laquelle cette institutionnalisation ne met pas un terme, loin de là. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le renforcement et la centralisation croissante de l’État se traduisent par un renforcement du pouvoir du prince et donc, logiquement, par un renforcement du pouvoir de certains membres de son entourage. On retrouve ainsi à la tête du Conseil des profils variés, aussi bien des individus qui sont à la tête des départements administratifs de l’État (chancellerie notamment) que des individus venus d’horizons très différents, qui sont eux à la tête des services de la Cour (comme le grand maître) et qui relèvent davantage du registre de la faveur. S’il y a dans les différents Conseils des différents royaumes et principautés des individus de profils différents, les rapports de force ne sont toutefois pas les mêmes selon les lieux. L’Angleterre (et l’Écosse un peu plus tard) voient s’affirmer à la tête des Conseils des individus qui sont des techniciens et les chefs des départements de l’État. Il suffit de penser à Thomas Wolsey, chancelier, puis à Thomas Cromwell, secrétaire. Ceux qui relèvent davantage de la logique domestique, s’ils sont indiscutablement des personnages importants n’en sont pas moins toujours au second rang (ainsi les ducs de Suffolk et de Norfolk). En Espagne également, on est frappé par la prééminence de techniciens comme los Cobos ou Antonio Pérez, même si le début du règne de Philippe II se caractérise par la prééminence de Ruy Gómez de Silva. En France, à l’inverse, la prééminence est toujours pour le favori, ou tout au moins pour celui qui relève de la sphère domestique, qu’il s’agisse d’Artus Gouffier, d’Anne de Montmorency ou de Claude d’Annebault. Le chancelier (Duprat, et encore plus ses successeurs) et les secrétaires (Robertet et, de manière plus marquée là encore, ses successeurs) sont au second rang. L’Empire ottoman présente un cas encore différent où les techniciens sont également des hommes de guerre et relèvent également du registre de la faveur avec la domination de grands vizirs comme İbrahim Paşa. Plus généralement, cette question de l’origine domestique ou bureaucratique des chefs du Conseil pose celle de la composition de l’institution.

LA COMPOSITION DU CONSEIL

35Avant d’aborder la délicate question de la composition du Conseil, il convient de distinguer fermement deux types de conseillers. Les conseillers réels d’abord ; ceux qui ne portent qu’un titre honorifique ensuite. Mikhaël Harsgor évoque

  • 83 Mikhaël Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, Lill (...)

l’immense nombre de ces conseillers du roi qui ne sont pas du Conseil, si ce n’est d’un gigantesque et mystique Conseil comprenant tous les fidèles gens de bien du royaume ; pour ceux-ci la fidélité affichée dans leur beau titre mensonger, titre accepté par le pouvoir, joue le rôle d’un symbole d’estime et d’honneur. C’est un hommage que la société rend à l’institution suprême de la monarchie, et à son personnel.83

  • 84 Jean-Marie Cauchies, p. 56 du présent ouvrage qui s’appuie donc sur Bernadette Petitjean, Les Conse (...)

36Sous Charles VII ce sont ainsi 370 personnes qui portent le titre de conseiller ; sous Louis XI, ils sont 462. Ce titre honorifique de conseiller se retrouve dans toute l’Europe. Dans les Pays-Bas de Philippe le Beau, Bernadette Petitjean a identifié 273 individus portant le titre de « conseiller » parmi lesquels Jean-Marie Cauchies identifie 33 ministres84. Dans l’Angleterre d’Henri VII, sur les 24 années du règne, ce sont près de 240 individus qui portent le titre de conseiller du roi alors même que les réunions du Conseil réunissent rarement plus d’une douzaine d’hommes qui siègent pendant plusieurs années et que Steven Gunn retient 30 conseillers majeurs. De la même manière, quelques années plus tard, sous le cancellariat de Thomas Wolsey, 120 personnages portent le titre de conseiller, alors que seuls 32 d’entre eux participent régulièrement au Conseil. À Milan, la distinction est faite très clairement. Ludovic le More, dans l’espèce de testament politique qu’il rédige en 1497 (Ordini di Lodovico il Moro) distingue bien entre les conseillers véritables et les conseillers honorifiques. Il précise que la lettre qui doit être remise aux seconds ne doit pas comporter

le passage qui leur donne la possibilité d’entrer au Conseil (la parte quale li dagi arbitrio de intrare in consiglio).

37Il rappelle en effet que

c’est l’habitude dans les États de donner le titre et l’honneur de conseiller [de justice, dirait-on] bien des fois pour honorer, ou pour quelque autre motif hors du besoin du Conseil.

  • 85 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 208 du présent ouvrage.
  • 86 Julian Goodare, op. cit., p. 134.

38Les choses ne sont pourtant pas toujours aussi claires qu’il y paraît puisque Pierre Savy rapporte un épisode assez amusant dans lequel le duc exprime son agacement lorsque l’évêque Michele Marliani, se croit vraiment conseiller alors que sa nomination n’est qu’honorifique. Le duc proteste que li compiacessimo de questo per farli honore, non perché facia residentia in dicto nostro Consiglio85. En Écosse également, il existe une différence marquée entre les nominal members du Conseil qui ne siègent presque jamais et un groupe restreint qui gouverne86.

39La générosité dans l’attribution du titre de conseiller ne relève toutefois pas simplement du registre symbolique. Elle révèle le développement des administrations princières et le recours aux élites dans l’affirmation de l’État central. Si le titre de conseiller ne renvoie pas toujours à une participation réelle au Conseil, il signifie sans doute, par le biais du langage politique, la reconnaissance de la collaboration des élites provinciales au gouvernement du prince. Cela renvoie à l’idéologie dominante qui est celle d’un pouvoir monarchique mixte, qui n’exclut pas des formes aristocratiques, au sens aristotélicien. Les théories politiques de la fin du Moyen Âge plaident en effet en faveur d’un régime politique qui relèverait d’un certain équilibre entre la monarchie (le gouvernement d’un seul), l’aristocratie (le gouvernement des meilleurs) et la démocratie (le gouvernement de tous). Il s’agit donc pour le prince de bien montrer qu’il ne gouverne pas seul et qu’il est assisté dans sa tâche par de très nombreux sujets issus de la sanior pars de la société. L’enjeu pour le prince, et pour les plus puissants de ses sujets, est celui de l’interprétation de cette partition, et notamment la question du contrôle de la composition du Conseil.

La composition du Conseil entre théorie et pratique

La théorie politique : pour une composition diversifiée

  • 87 Christine de Pizan, Le Livre de Paix, éd. Charity Cannon Willard, La Haye, 1958, p. 75-77. Voir aus (...)
  • 88 Christine de Pizan, Livre du corps de Policie, éd. Angus J. Kennedy, Paris, 1998, p. 37 et 40 (cité (...)

40Si on laisse de côté les conseillers honorifiques, il n’en reste pas moins que la figure du conseiller est incontournable dans la pensée politique de la fin du Moyen Âge. On l’a déjà évoqué, manifestement personne ne croit que le souverain sait gouverner seul. La complexité des affaires à traiter, mais aussi, de manière plus générale, la complexité de l’exercice du pouvoir amène les théoriciens du Conseil à insister sur les compétences diverses qui doivent être réunies en son sein. Christine de Pizan, dans le Livre de la Paix, recommande le choix de conseillers de « quatre sortes d’état87 ». Il s’agit d’abord de nobles « de deux sortes », d’une part des « chevaliers et écuyers […] éprouvés dans l’exercice des armes » qui sont « propres à bien conseiller sur le fait des guerres » et d’autre part, « d’autres prud’hommes, chevaliers d’âge ou autres nobles de bon sens naturel » auxquels seront dévolus les offices de l’Hôtel royal. Il s’agit ensuite des « clercs légistes et autres sages […] prélats ou autres » auxquels l’étude du droit a appris à « gouverner policie ». Ils sont donc « idoines à conseiller sur le fait de la justice » mais également à s’occuper de l’attribution des offices de justice et de finances. C’est au sein de ce vivier de légistes que seront choisis le chancelier, les prévôts et baillis des grandes juridictions et les maîtres des requêtes. Les laïcs enfin sont des bourgeois qui, sans avoir étudié à l’Université, sont, par leurs activités, compétents en matière de finances et de comptes88.

  • 89 John Watts, op. cit., p. 5-6.
  • 90 The Reign of Henry VII from Contemporary Sources, A.F. Pollard éd., 3 vol., Londres, 1913-1914, i, (...)

41Si les penseurs politiques prennent acte du fait que la diversité des affaires implique une composition hétérogène du Conseil, les différentes contributions du présent livre montrent bien que les rapports de forces entre le souverain et les différentes composantes de la société politique interviennent évidemment de manière essentielle dans la composition du Conseil. Quoi qu’il en soit, le Conseil n’a donc pas qu’une fonction de gouvernement. Comme le montre Steven Gunn, sa composition « touche également à la question de la confiance publique ». Puisque le Conseil doit inspirer la confiance, il doit être peuplé de gens susceptibles de l’inspirer. C’est tout l’enjeu des réflexions des penseurs et humanistes qui réfléchissent à sa composition et que nous venons d’évoquer pour la France, mais qui ont leur pendant en Angleterre, par exemple, avec Sir Thomas Elyot, lui-même clerc du Conseil en 1526-1530. Ces penseurs recommandent évidemment des hommes dotés de qualités abstraites comme la sagesse, l’honnêteté, la moralité. Toutefois, un autre pan de la culture politique de la fin du Moyen Âge est bien présent à l’époque qui est le sujet de ce livre. Il s’agit de celui qui présente les grands seigneurs comme les conseillers naturels du prince. L’argument ressort avec particulièrement de vigueur au cours des crises. Par exemple, les trois révoltes nobiliaires contre Henri IV en Castille (1464), Louis XI en France (Ligue du bien public, 1465) et Edouard IV en Angleterre (1469) voient la diffusion en langue vernaculaire de pamphlets qui dénoncent les mauvais conseillers parvenus89. Plus tard, lors de la révolte de Perkin Warbeck en 1497, certains protestent que les choses vont mal lorsque les rois choisissent « caitiffs and villains of simple birth » comme conseillers, « putting apart all well disposed nobles90 ». Les mêmes accusations sont proférées lors du Pèlerinage de Grâce. Le quatrième article d’un texte rédigé à Lincoln le 9 octobre 1536 écrit :

  • 91 Reproduit dans Richard Hoyle, The Pilgrimage of Grace. The Politics of the 1530s, Oxford, 1999, p.  (...)

we your true subjects think that your grace takes of your council and being about you such persons as be of low birth and small reputation which hath procured the profits [de la dissolution des monastères] most especially for their own advantage, the which we suspectto be the Lord Cromwell and Sir Richard Rich, Chancellor of Augmentations.91

42L’origine sociale des conseillers importe donc au moins autant, en théorie et en pratique, que leur compétence réelle. Avec l’ensemble de ces contraintes, la question se pose de savoir dans quelle mesure le prince est libre de composer son Conseil.

Le roi appelle qui il veut à son Conseil : théories, pratiques et logiques à l’œuvre

  • 92 Letters and Papers, Foreign and Domestic of the Reign of Henry VIII [désormais LP], Brewer J.S. Gai (...)
  • 93 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », art. cit., p. 255-256 et A.N. Grobovsky, The “Chosen Cou (...)
  • 94 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 191 du présent ouvrage.
  • 95 John Watts, op. cit., p. 404.
  • 96 Giovanni Muto, p. 216 du présent ouvrage.

43En théorie, le prince appelle qui il veut à son Conseil. Henri VIII le déclare aux rebelles du Pèlerinage de Grâce que l’on vient de voir critiquer la composition du Conseil du roi : « It does not belong to any of our subjects to appoint us our Council92. » En Russie, vers la même époque, l’un des signes de l’affirmation d’Ivan IV à la tête de l’État après sa minorité et la régence des boyards, est le fait qu’il s’entoure de ce que les historiens appellent le « Conseil choisi » en s’appuyant en priorité sur des hommes qui n’appartiennent pas au sommet de l’élite, tels que Aleksei Fedorovitch Adashev ou le secrétaire Ivan Mikhailovitch Viskovatyi93. Dans le cas où le Conseil est une institution ancienne et déjà bien institutionnalisée dont la composition peut lui échapper, le prince a toujours le moyen de contourner l’institution. Ainsi, Zaccaria Saggi, ambassadeur du duc de Ferrare à Milan, rapporte que Galeazzo Maria, pour contourner un Conseil dans lequel l’aristocratie pèse fort lourd, « passe toute la journée dans son Conseil avec ceux qu’il a choisis » (el signore sta tuto ’l dì in consiglio con quelli suoi ellecti)94. À la même époque, en 1498, Maximilien réagit aux propositions des réformateurs de 1495 qui proposaient un Reichsregiment dont la composition aurait été dominée par les Électeurs et les princes, en s’appuyant sur le Reichshofrat dont il contrôle la composition95. De la même manière sous Alphonse d’Aragon (1443-1458) à Naples, le Conseil royal se réunit à la demande du souverain et y participent les sept grands officiers du royaume de Naples, mais également des hommes qui ont le statut de familiaris ou consiliarius, ainsi que des représentants ou des ambassadeurs des villes et des royaumes espagnols. C’est toutefois le roi et lui seul qui décide de quoi il va parler et avec qui il va en parler. Dans la description que Borso d’Este donne du Conseil du roi en 1444, on peut clairement distinguer entre dix-sept conseillers réguliers et sept autres qui sont appelés par le roi dans certaines occasions seulement96. Par la suite, les rois de Naples contrôlent le Conseil collatéral dominé par le patriciat urbain : l’idée est de privilégier les togati, utiles et moins dangereux politiquement qu’une noblesse titrée qui, pour autant, n’est pas totalement écartée puisqu’il lui est réservé le poste de vice-roi, celui de gouverneur dans d’autres régions, ainsi que des commandements militaires.

  • 97 José Martínez Millán, p. 121 du présent ouvrage.
  • 98 Rita Costa Gomes, p. 157 du présent ouvrage.

44Pourtant, s’il est clair que le prince, dans la plupart des cas, appelle en théorie qui il veut à son Conseil, il n’en est pas moins vrai que dans les faits, certains membres lui sont imposés par les pesanteurs politiques. Ainsi, aux Cortes de Valladolid en 1523, les représentants castillans demandent à l’empereur d’accepter l’entrée d’Espagnols au sein de la maison de Bourgogne. Dans sa réponse, Charles Quint assure que « la Castille [est] la tête de [ses] royaumes » et qu’il entend bien, en conséquence, « la préférer à tous les autres ». Ce discours correspond précisément au moment où les Castillans de l’entourage impérial affirment leur poids politique, notamment à travers les deux grandes figures que sont Francisco de los Cobos et Juan Tavera. Ces deux hommes doivent certainement leur carrière à leur talent personnel ; mais ils la doivent également à la pression castillane qui exige de jouer un rôle dans l’administration et le gouvernement du royaume97. Au Portugal, certains offices majeurs de la Cour donnent droit à participer au Conseil. C’est le cas du chancelier majeur (chanceler-mor) et des deux juges principaux du tribunal d’appellation qui suivaient le roi (Casa da Suplicação), mais aussi de quelques officiers de la maison royale tels que le camérier (camareiro-mor) et le trésorier de la chambre (reposteiro-mor), ou le fourrier de la Cour (aposentador-mor), membres ordinaires du Conseil restreint. À ce groupe coutumier se joignent toujours aux moins deux vèdores da fazenda (responsables des finances) et l’écrivain de la puridade98. Pour garder la main, João II (1481-1495) s’efforce d’attribuer ces offices à des fidèles, quitte à les retirer à ceux qui les ont reçus par héritage familial.

  • 99 Dénes Harai, p. 267 du présent ouvrage.
  • 100 Nancy Shields Kollmann, « Russia », dans Christopher Allmand (dir.), The New Cambridge Medieval His (...)

45De la même manière, entre contrainte subie et obligation bien acceptée, le prince n’hésite pas à appeler à son Conseil ceux qui peuvent lui apporter quelque chose, notamment en termes de légitimité. La composition du Conseil de Francesco Sforza est riche d’enseignements sur les stratégies à l’œuvre de ce point de vue. Il compte, bien sûr, des hommes nouveaux qui sont à la fois compétents et fidèles au nouveau duc. Mais, de manière plus surprenante, ce Conseil secret appelle également des hommes qui appartiennent à la famille des Visconti : il s’agit pour Francesco de légitimer ainsi sa prise de pouvoir, car il n’a pour lui que la force du condottiere et son mariage avec la fille bâtarde de son prédécesseur Filippo Maria Visconti. De la même manière, dans la Hongrie des Jagellon, les rois Vladislas II et Louis II, étrangers, se trouvent largement impuissants face à la pression des clans aristocratiques. Ils sont donc amenés à suivre davantage que leurs prédécesseurs les avis de leur Conseil. On observe d’ailleurs la multiplication de documents officiels sur lesquels sont apposés jusqu’à une trentaine de sceaux. Il est très vraisemblable que cette pratique nouvelle vise à faire du Conseil l’expression de la volonté générale du royaume. Il conviendrait alors de ne pas faire de contresens sur la signification politique de cette pratique du Conseil. Ce mode de fonctionnement ne s’accomplirait donc pas contre le roi mais à son profit. Le soutien ainsi affirmé des plus puissants sujets hongrois serait un moyen de convertir la politique de souverains étrangers en une politique nationale. En se chargeant ainsi du gouvernement, le Conseil contribuerait à faire admettre le règne des Jagellon99. Ceci dit, que cette situation ait été ou non le fruit d’un calcul politique royal, le résultat décrit n’en reste pas moins valable. On observe vers la même époque un phénomène comparable au sein du Conseil des boyards du grand prince de Moscou dont Ivan III (1462-1505), puis Vassili III (1505-1533) et Ivan IV (1533-1584) modifient la composition en l’ouvrant à de nouvelles familles dans le but à la fois d’élargir le recrutement de leurs fidèles à des clans nouveaux et d’intégrer les élites de leur territoire au sein de l’entourage royal100.

Fig. 8 > Le grand prince Vassili III. Tiré de la première édition en latin du récit sur la Russie du Baron Sigismond von Herberstein. Publié à Bâle en 1556 les longs règnes d’Ivan III (1462-1505) et de Vassili III (1505-1533) voient se transformer la Moscovie, jusque-là confédération assez souple comparable aux khanats des steppes voisines, en un monarch-in-council form of government doté d’une structure administrative quasi-bureaucratique.

  • 101 LP, XI, no 957 et State Papers Henry VIII, I, p. 506.
  • 102 Gregory Lubkin, A Renaissance Court : Milan under Galeazzo Maria Sforza, Berkeley, 1994, p. 229, 35 (...)
  • 103 BnF, P.O., 1265, no 80.
  • 104 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 319 du présent ouvrage et Leslie Peirce, The Imperial Harem: W (...)
  • 105 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 319 du présent ouvrage.

46Les princes les plus puissants contrôlent donc fermement la composition de leur Conseil qu’ils n’hésitent pas à modifier. Ils prennent également en considération leur impopularité ou les critiques qui peuvent être formulées à l’encontre de leurs conseillers et notamment les accusations de manque de légitimité. Ainsi, à l’occasion, lorsqu’ils communiquent une liste de conseillers, ils omettent les noms de ceux qui cristallisent le plus d’hostilité. Henri VIII, par exemple, dans sa réponse aux rebelles du Pèlerinage de Grâce, qui contestent la prééminence de Thomas Cromwell, met en avant le rôle de Norfolk, Suffolk, Shrewsbury, Foxe, Sampson, Gardiner etc. mais néglige soigneusement de mentionner Thomas Cromwell101. Une autre solution consiste pour les princes à renforcer la légitimité de leurs conseillers en les faisant profiter de leurs largesses de telle sorte que leur statut en soit renforcé. Parmi ces largesses, l’une consiste à assurer à ses conseillers des mariages flatteurs. En 1472, par exemple, Galeazzo Maria marie Carlo, son fils bâtard âgé de 12 ans, à Bianca Simonetta, fille et cousine de ses secrétaires Angelo et Cicco Simonetta102. En France, Louis II de La Tremoïlle épouse en juillet 1484 Gabrielle de Bourbon-Montpensier, une cousine éloignée des « régents », ce qui lui permet d’entrer dans la parentèle du roi. Quelques années plus tard, Louise de Savoie, pour récompenser le secrétaire Robertet, donne en mariage Souveraine d’Angoulême, une bâtarde de son mari qu’elle a élevée, au beau-frère de Robertet, Michel Gaillart II103. Robertet entre ainsi dans la famille du futur roi. Enfin, en janvier 1527, l’étoile montante du Conseil de François Ier, Anne de Montmorency, nouveau grand maître, épouse Madeleine de Savoie, fille du défunt Grand Bâtard de Savoie, demi-frère de Louise de Savoie. Nulle part plus que dans l’Empire ottoman à partir du règne de Soliman le Magnifique toutefois, le mariage princier ne paraît autant la norme pour les conseillers les plus puissants. Une des caractéristiques de son règne est en effet l’affirmation du damad royal, c’est-à-dire du grand vizir qui, époux d’une princesse, est en même temps gendre ou beau-frère du sultan104. Tout le spectre social est ainsi parcouru en quelques années, du statut d’esclave à celui de membre de la famille impériale. On mesure la fidélité ainsi créée et combien sont muselées les forces centrifuges à l’œuvre dans les relations entre le pouvoir du sultan et les élites ottomanes. À l’exception de trois cas, tous les grands vizirs du sultan Süleyman deviennent ainsi ses gendres105.

  • 106 Patrick Geary, Naissance de la France. Le monde mérovingien, Paris, 1989, p. 190.
  • 107 Joël Blanchard, Philippe de Commynes, Paris, 2006, p. 119-124.
  • 108 Heinz Noflatscher, p. 280 du présent ouvrage.
  • 109 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics : The Making of the Muscovite Political System, 1345-1 (...)

47Toutefois, la politique des mariages ne se limite pas à donner à tel ou tel conseiller une princesse du sang comme épouse. Un beau mariage satisfait celui qui le fait, renforce son pouvoir et permet de renforcer les liens entre les élites d’un espace. Patrick Geary a montré comment la stratégie des rois mérovingiens au cours du premier quart du VIIe siècle a permis aux clans aristocratiques austrasiens ou neustriens de nouer des alliances en Aquitaine, Provence, Bourgogne, et dans les régions à l’est du Rhin106. À l’époque qui est le sujet de ce livre, les nombreux mariages qui ont lieu à la Cour soulignent à quel point celle-ci joue un rôle de plate-forme pour les alliances matrimoniales et comment les mariages sont utilisés à la fois pour satisfaire les conseillers du roi et pour asseoir leur position sociale et donc leur légitimité. Louis XI, pour récompenser le transfuge Philippe de Commynes le couvre de dons et de récompenses parmi lesquels l’obtention d’un fort bon parti en la personne d’Hélène de Chambes107. Heinz Noflatscher signale plusieurs exemples de mariages entre un conseiller de premier plan et une dame de la Cour de la reine108108. Philippe II aide également au mariage de Ruy Gómez de Silva avec Ana de Mendoza y de la Cerda, unique héritière d’une vieille famille noble de Castille. En Russie, Nancy Shields Kollmann a montré que la pratique moscovite de gouvernement par consensus entre le grand prince et les boyards s’appuie aux XVe et XVIe siècles sur un système de relations personnelles organisé autour d’un réseau d’alliances matrimoniales dont la dynastie régnante est le centre109.

  • 110 Stephen Alford, Kingship and Politics in the Reign of Edward VI, Cambridge, 2002, p. 46-51, 61-64, (...)
  • 111 Steven Gunn, p. 39 du présent ouvrage. Sur cette question, voir aussi Patrick Collinson, « The mona (...)

48Étant donné l’importance prêtée à la légitimité du Conseil, on ne sera pas surpris que dans le contexte d’un souverain faible, la communication du Conseil soit axée sur sa légitimité, sur sa composition faite d’aristocrate et/ou de savants. L’exemple d’Edouard VI, dont le règne voit intervenir des changements radicaux, notamment dans le domaine religieux, est de ce point de vue représentatif : le roi est très souvent décrit dans les livres et les pamphlets comme entouré de ses conseillers ; ainsi, les rebelles de 1549 se voient répondre qu’ils doivent obéir aux décisions d’Edouard parce qu’il est a king enoincted that ruleth by counsell110. On retrouve cette idée dans le monarchical republicanism du règne d’Elisabeth. Le pragmatisme de la monarchie adapte d’ailleurs par la suite les solutions qui ont été trouvées pour régler les problèmes spécifiques à la minorité d’Edouard VI, à la situation nouvelle et tout aussi problématique d’une femme célibataire sur le trône d’Angleterre111.

49Le prince n’est donc manifestement pas tout à fait libre dans la composition de son Conseil et cela d’autant plus que s’il a besoin d’hommes qui peuvent administrer ses territoires, donc d’hommes de justice et de finances, il a également besoin d’hommes qui peuvent légitimer ses décisions, et, enfin, d’hommes qui puissent agir comme des relais avec les provinces. Les relations qu’il entretient avec les uns et les autres sont normalement d’une nature assez différente. Avec ses chevaliers, il partage des valeurs et un mode de vie. Avec ses techniciens, la relation est a priori moins personnelle même si l’on verra plus loin que les choses sont plus complexes. Le Conseil relève ainsi aussi bien d’une dimension domestique que d’une dimension bureaucratique et est le lieu de la rencontre d’héritiers et de parvenus.

Héritiers et hommes nouveaux

Le Conseil entre institution bureaucratique et héritage domestique et féodal

  • 112 Hollister C. Warren et Baldwin John W., « The Rise of Administrative Kingship: Henry I and Philip A (...)

50Dans l’affirmation du pouvoir princier en Occident les chevaliers doivent coexister de plus en plus avec des hommes d’un savoir technique supérieur. Il est un moment où la force n’est plus tout et où la nécessité du savoir gestionnaire s’impose. La question de la dimension domestique et/ou bureaucratique de la monarchie est, pour la période qui nous intéresse, une question incontournable pour comprendre la nature du Conseil, et partant, la nature de l’État de la Renaissance : quelle est la part respective des courtisans d’épée et des techniciens au Conseil ? Cette approche, appliquée à la période 1450-1550, n’est pas sans précédent dans l’historiographie des périodes antérieures. Il suffit de penser au paradigme de l’administrative kingship de John Wesley Baldwin et Charles Warren Hollister qui insiste sur la dimension déjà bureaucratique des monarchies française et anglaise sous Philippe-Auguste (1180-1223) et Henri Ier (1100-1135)112. Dans les deux cas, des tensions interviennent entre les nouveaux venus et les héritiers en place qui sont délogés avec plus ou moins de brutalité. Il s’agit donc dans le contexte qui est le nôtre, de mesurer, au niveau du Conseil, cette double composante qui relève de plusieurs réalités, et de plusieurs binômes, notamment ceux qui opposent les hommes nouveaux aux héritiers ; les nobles d’épée aux légistes ; les familiers du prince à ses bureaucrates.

  • 113 Voir le remarquable article de Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme (...)
  • 114 Robert Stein (dir.), op. cit.

51Comme souvent toutefois, il ne faut pas forcer les clivages. La notion de bureaucrate d’abord, courante dans l’historiographie anglo-saxonne, moins fréquente ailleurs, a l’avantage de nommer quelque chose de nouveau, mais l’inconvénient de recouper des réalités fort diverses. Ainsi, Robert Descimon montre qu’il convient par exemple de bien distinguer le monde des juristes de celui des secrétaires. Ils appartiennent à deux milieux forts différents qui produisent deux cultures, deux discours et deux pratiques politiques opposés. En même temps qu’ils exaltent le pouvoir du prince, les juristes ont tendance à l’enfermer dans sa propre logique de pouvoir légitime alors que les secrétaires, nourris de Tacite ou, tout simplement « politiques » et/ou « financiers » ne posent pas la question des bornes du pouvoir, mais se contentent de l’exercer, éventuellement contre les institutions déjà en place113. Les juristes appartiennent eux à des organismes institutionnels (parlement, chancellerie) dont la pente naturelle est l’indépendance. Or le principe même du pouvoir princier est le lien personnel direct ou indirect. Le lien direct s’incarne dans la figure du favori, ou plus généralement de l’entourage immédiat du prince, mais aussi dans la figure plus inattendue du secrétaire. Le lien indirect s’incarne lui dans ceux qu’une historiographie récente appelle les courtiers (powerbrokers) et qui redistribuent la cascade des grâces et de la faveur princière114. Le prince voit d’un mauvais œil l’indépendance de corps qui menacent toujours d’opposer à sa volonté leur revendication plus ou moins autoproclamée de garants de l’intérêt commun. La fin du Moyen Âge voit ainsi se développer deux grands processus qui mènent à un affrontement inéluctable : d’une part le renforcement du pouvoir du prince (depuis au moins le XIIIe siècle) ; d’autre part la multiplication de structures politiques qui portent en elles un gêne d’autonomie qui les amène inéluctablement à s’affirmer comme des foyers de résistance au renforcement du pouvoir du prince qui les a fait naître.

52Le bureaucrate est donc à notre époque une figure polymorphe selon qu’il dépend directement ou non de la faveur du prince. D’une manière générale donc, l’institutionnalisation du Conseil bute, encore à notre période (et peut-être même plus que jamais), sur l’omniprésence du prince : puisque c’est encore par la faveur du prince que l’on accède aux plus grandes responsabilités, l’institutionnalisation ne peut-être que partielle et imparfaite. Il existe une tension ontologique entre la monarchie personnelle et tout ce qui peut ressembler à un corporatisme institutionnel ou administratif. Le Conseil, en raison de sa proximité avec le prince, est l’institution sur laquelle ce dernier exerce le contrôle le plus rigoureux, précisément pour garantir ce qu’on pourrait appeler le « clientélisme du prince », contre tout autre clientélisme.

  • 115 Heinz Noflatscher, p. 280 du présent ouvrage.
  • 116 Cédric Michon, p. 90 du présent ouvrage.
  • 117 On remarquera qu’Heinz Noflatscher observe également la plus grande fréquence des mariages au sein (...)
  • 118 Peter Moraw, « Conseils princiers en Allemagne », dans Robert Stein (dir.), op. cit., p. 170.
  • 119 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, 2008, p. 151-190.

53La notion d’homme nouveau doit également être utilisée avec précaution, notamment en raison de l’isolement qu’elle implique. Heinz Noflatscher étudie cet isolement en montrant par exemple que pas loin de la moitié des conseillers influents des Habsbourg (53 personnes sur 108, soit 49 %) n’a, dans son cercle familial restreint, aucun lien matrimonial avec la famille d’un autre conseiller de premier plan de la Cour115. Cet isolement, propre aux parvenus, qui ne peuvent pas bénéficier comme les vieilles familles nobles des solidarités familiales et de liens anciens avec le pouvoir semble impliquer une équation homme nouveau = parvenu = technicien = isolement. L’exemple français montre le côté caricatural de cette analyse. Parmi la cinquantaine de conseillers de François Ier, 18 (35 %) n’ont aucun lien de famille avec d’autres conseillers116. Parmi les autres, les secrétaires sont peut-être les moins isolés qui, avec Florimond Robertet, Gilbert Bayard, Jean Breton et Guillaume Bochetel constituent, comme traditionnellement les financiers de l’entourage royal, une sorte de vaste parentèle117. À l’inverse un noble beauceron comme Charles Hémard de Denonville est, lui, un homme nouveau dont la trajectoire au Conseil est pour le moins improbable. Cette notion d’isolement des hommes nouveaux est donc à manier avec précaution. Pour l’Allemagne du XVe siècle, Peter Moraw écrit d’ailleurs que les consiliarii dans leur ensemble ne sont pas à proprement parler des individus au sens moderne du terme car ils s’inscrivent dans des réseaux familiaux, régionaux et professionnels118. Les liens sont aussi bien horizontaux (régionaux, familiaux, professionnels) que verticaux (lien entre courtier et protégé). Le complet isolement est donc rarissime, même s’il est en théorie toujours possible en raison de la place de la faveur dans les promotions. Le maverick est de manière générale une exception du jeu politique qui est sans doute l’un des jeux les plus durs auquel on puisse être amené à jouer. Un conseiller ou un favori peuvent être comparés à un noyau d’atome. Il faut que le noyau soit extrêmement dur pour résister aux pressions, notamment celle de la concurrence, mais aussi celle du résultat. Si le noyau n’est pas très dur, il est broyé. Pour l’aider à résister aux pressions, la solution s’offre à lui de s’agréger à d’autres atomes. La configuration qui en ressort absorbe mieux les chocs qu’un individu isolé. En Angleterre par exemple, les juristes de l’entourage d’Henri VIII sont issus de familles qui sont quasiment inexistantes politiquement, y compris sur le plan local. Aussi, lorsqu’ils atteignent les sommets de l’appareil d’État, ils se retrouvent dans une situation de parvenu extrêmement inconfortable. Isolés socialement et culturellement, ils choisissent de substituer aux solidarités familiale et nobiliaire une solidarité universitaire. Cette situation apparaît de manière particulièrement éloquente dans le cas des juristes issus de Cambridge, à tel point que l’on peut parler d’une véritable Cambridge Connection dans le gouvernement et à la Cour d’Henri VIII119. Pour autant, ces parvenus ne sont pas toujours exclus de la maison du roi : on a vu plus haut comment la carrière de Thomas Cromwell relevait aussi bien d’une logique bureaucratique que d’une logique domestique.

  • 120 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage. Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe retra (...)
  • 121 Pour tout ce qui suit, voir le remarquable article de Metin Kunt, « Turks in the Ottoman Imperial P (...)

54L’exemple ottoman est là aussi pour témoigner de manière éclatante des risques de la schématisation, en l’occurrence d’une trop forte opposition entre légistes et hommes d’épée, avec la figure des vizirs qui, tout en étant indiscutablement des hommes de dossier, ont presque toujours une formation militaire. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Au cours de la période 1450-1580 qui embrasse les règnes de six sultans, 35 mandats de vizirs se succèdent, confiés à 23 individus. À l’exception de Piri Mehmed Paşa, tous ont gravi les échelons de la carrière militaro-administrative pour atteindre le grand vizirat120. En effet, les esclaves chrétiens ramassés par les troupes ottomanes (c’est la pratique du devshirme ou devşirme) suivent une formation au palais du sultan qui relève aussi bien des lettres que du maniement des armes121. Après quelques années de service dans les parties internes du palais (enderûn), ils passent au service dans les parties externes du palais (bîrûn). Dans un troisième temps, ils quittent le palais pour remplir des offices provinciaux : ils entrent alors dans la carrière militaire et deviennent des ümerâ. Les ümerâ les plus brillants deviennent gouverneurs de districts. Une vingtaine parmi les 200 sancakbeyi (ou sandjak bey) gouverneurs de districts deviennent ensuite pasha et servent comme gouverneurs de province. Les meilleurs d’entre eux sont ensuite appelés au Conseil du sultan. Le cas particulièrement clair de l’Empire ottoman mérite d’être mis en avant pour souligner combien l’opposition lettré/guerrier est plus complexe qu’il n’y paraît. Cette double composante problématique guerrier/bureaucrate recoupe une autre double composante, celle de la domesticité et celle de la bureaucratie, qui est, elle aussi, tout autant problématique. Alors qu’on serait tenté d’élaborer pour la commodité de l’étude deux groupes à triple composante « héritiers/hommes d’épée/familiers du prince » et « hommes nouveaux/techniciens/bureaucrates », les vizirs s’inscrivent dans un groupe « hommes nouveaux/hommes d’épée/familiers du prince/techniciens/bureaucrates » qui ne correspond à aucun des deux groupes précédents.

  • 122 Robert Descimon, art. cit., p. 133-162.
  • 123 Heinz Noflatscher, p. 291 du présent ouvrage.
  • 124 Antonio Menniti Ippolito, art. cit. Sur le cardinal neveu, voir Wolfgang Reinhard, « Le Népotisme. (...)
  • 125 Jean-Marie Pelorson, Les Letrados, juristes castillans sous Philippe III, Poitiers, 1980.
  • 126 On sait que, par la suite, le poids des letrados dans l’État va en s’affaiblissant au fur et à mesu (...)
  • 127 Thomas F. Mayer, op. cit., et Thomas Starkey, A Dialogue Between Pole and Lupset, T.F. Mayer éd., L (...)
  • 128 Thomas F. Mayer, op. cit., p. 134 et Thomas Starkey, op. cit., p. 121.
  • 129 Thomas Starkey, op. cit., p. 12.
  • 130 Cité par Steven Gunn, « The Dukes of Norfolk and Suffolk 1527-1537 » dans David Starkey, Rivals in (...)

55La dialectique entretenue par ces logiques est l’un des enjeux de l’histoire des Conseils. Pour la période qui nous intéresse, l’idée à retenir est celle d’un mixte des formes bureaucratique et domestique dans l’administration du royaume122. La forme est notamment mixte parce que l’on se situe dans une période de transformation de l’État, et donc de transition, qui voit la coexistence de formes traditionnelles de gouvernement, autour de la domesticité royale d’une part, et de formes bureaucratiques plus récentes (mais parfois déjà anciennes – que l’on pense à la chancellerie ou à l’échiquier anglais) d’autre part. Mais là ne réside pas la seule raison du caractère mixte de ces États de la Renaissance. En effet, l’évolution n’est pas à lire comme le croisement de deux courbes (chute des formes domestiques ; essor des formes bureaucratiques), mais comme le métissage de deux logiques : la logique domestique et la logique bureaucratique. Heinz Noflatscher n’interprète pas autrement les choses lorsqu’il souligne l’efficacité du processus de professionnalisation à la Cour qui s’accompagne d’une fonctionnarisation des courtisans, nobles y compris. Par l’anoblissement des bourgeois au service du prince, par la fonctionnarisation des nobles qui effectuent un travail régulier à la Cour, on assiste à une modernisation de la féodalité traditionnelle qui se mue en une féodalité administrative et professionnelle123. C’est un peu le même phénomène qui peut être étudié un peu plus tard à Rome à travers l’histoire étroitement imbriquée de deux institutions, celles du secrétaire d’État et du cardinal neveu. Commencé au début du XVIe siècle, l’affrontement entre les deux institutions ne connaît un terme qu’à la fin du règne suivant sous le pontificat d’Innocent III avec le triomphe du premier. Le processus voit la lente victoire d’un professionnel sur une logique familiale et domestique incarnée par le népotisme124. De la même manière, le caractère mixte des logiques à l’œuvre peut être étudié dans l’Espagne de Philippe III lorsque l’on observe l’élévation dans la hiérarchie nobiliaire interne de familles déjà dotées d’une tradition de service administratif aussi bien que la conversion croissante aux letras de couches plus hautes de la noblesse ce que J.-M. Pelorson a résumé en parlant du phénomène de « double aristocratisation » des letrados125. Ainsi, à la fin du XVIe siècle, se diffuse, notamment chez Bobadilla, l’idée que puisque les lettres (letras) sont nobles, il faut en réserver l’étude à des nobles. Selon lui, il convient de réserver les charges politiques à des nobles, mais à des nobles letrados. Si le conseil reste lettre morte pour les Grands, il est en revanche largement suivi par de nombreux titulos et caballeros qui envoient leurs fils à l’université ou dans les colegios mayores. Les conséquences sont nettes. Ainsi, au sein du Conseil de Castille, si la totalité des conseillers sont nobles, la majorité d’entre eux sont également letrados126. On trouve des enjeux assez proches dans les débats théoriques qui ont lieu dans l’Angleterre d’Henri VIII sur la part respective à accorder au sein des Conseils aux nobles et aux techniciens. Avec un souverain comme Henri, on s’en tient, pour les idées les plus avancées, à la théorie et on ne s’aventure pas à tenter de les actualiser. Pour autant, ces idées restent présentes dans l’esprit et les bibliothèques de l’aristocratie du royaume. Le traité le plus emblématique sur ce point est sans doute celui de Thomas Starkey, Dialogue between Pole and Lupset (écrit entre 1529 et 1532), évoqué plus haut, dans lequel il est envisagé la création d’un pouvoir central organisé autour de deux Conseils127. L’un d’eux, qui se tiendrait à Londres serait présidé par le connétable, accompagné du earl marshall, du Steward et du Chamberlain, grands officiers de l’hôtel128. Les théories médiévales du constitutionnalisme aristocratique, si importantes au XVIIe siècle, sont donc bien vivantes sous les Tudors. Clairement, Starkey prend parti pour une constitution oligarchique en Angleterre. De manière significative, le livre était au départ destiné à persuader Reginald Pole, le protecteur de Starkey de prendre la place qui lui revenait au sommet du commonwealth. Puis le dialogue fut destiné à Henri VIII au prix de quelques ajustements. L’idée de Starkey, qui emprunte à l’humanisme civique vénitien, aux méthodes scientifiques de l’école de Padoue, au conciliarisme padouan et parisien est de penser un programme de restauration d’un gouvernement royal et d’une société anglaise dégénérés en une république aristocratique. Il est vraisemblable que Starkey s’inspire des écrits de l’exilé républicain florentin Donato Giannotti sur la constitution vénitienne, rédigés à Padoue du temps où Starkey y séjournait. De la même manière, il connaissait sans doute le De magistratibus et republica Venetorum (« Sur les magistrats et la république de Venise »). L’influence des idées du gouvernement baronnial anglais est très vraisemblable également. Enfin, dernière source, les théories aristotéliciennes qui, tout en insistant sur les qualités d’une constitution mixte qui emprunterait le meilleur des régimes monarchique, aristocratique et démocratique, insiste sur la composante aristocratique. Selon Starkey, à condition de se réformer, l’aristocratie méritera la place qui lui est réservée dans les deux Conseils qu’il appelle de ses vœux pour limiter le pouvoir royal129. Il insiste en même temps sur l’importance pour la gentry et la nobility de recevoir une formation juridique. Une illustration intéressante de ces théories est un manuscrit rédigé pour le troisième duc de Norfolk (fig. 9). Il contient la traduction anglaise de deux des principaux traités « baronniaux » du Moyen Âge, The Form and Manner of the Keeping of the Parliament of England, et le Treatise sur l’office du marshalship que détenait le duc de Norfolk. Ce traité s’ouvre sur le rôle du marshallau cours du couronnement du monarque, puis évoque les privilèges de la fonction et son statut constitutionnel130. Les réflexions théoriques brassent donc plus ou moins directement les enjeux sociaux et politiques ainsi que les exigences techniques qui président à la composition du Conseil.

Fig. 9 > Illustration d’un manuscrit rédigé pour le troisième duc de Norfolk [Isabella Stewart Gardiner Museum, Boston, MS 3. T/8, f ° 26]. Il contient la traduction anglaise de deux des principaux traités « baronniaux » du Moyen Âge, The Form and Manner of the Keeping of the Parliament of England, et le Treatise sur l’office du marshalship que détenait le duc de Norfolk.

56Pour résumer, si la composition des Conseils politiques à la Renaissance en Europe varie, elle est toutefois presque toujours constituée de trois catégories différentes de conseillers : des nobles, des techniciens et des prélats. Il faut redire que ces groupes ne sont pas étanches les uns par rapport aux autres et qu’ils ne sont pas interchangeables dans les différents espaces. En Angleterre, par exemple, les prélats du Conseil, d’Henri VII à Edouard VI (John Morton, William Warham, Richard Fox, Stephen Gardiner, Thomas Thirlby) sont présents au Conseil en leur qualité de juriste. En France, à l’inverse, les prélats du Conseil (Georges d’Amboise, Jean de Lorraine, Jean Du Bellay, François de Tournon) sont des nobles qui doivent leur place au Conseil à la puissance de leurs réseaux familiaux aussi bien qu’à leur savoir technique. On trouve également parfois des nobles juristes comme Alberico Maletta, membre du Conseil secret du duc de Milan. De la même manière, les nobles d’épée ne constituent pas un groupe homogène au Conseil, entre personnages issus de lignages immémoriaux (Pallavicini à Milan, Bourbon en France) présents depuis plusieurs générations (Howard en Angleterre, Polheim, Puchheim ou Wolkenstein auprès des Habsbourg, Álvarez de Toledo en Espagne, Montmorency en France), et hommes nouveaux ou gentilshommes moyens (Gómez de Silva en Espagne, Du Bellay en France, Cranmer en Angleterre).

57Quoi qu’il en soit, cette tripartition nobles/prélats/techniciens permet d’avoir une idée de la composition du Conseil, à condition de se souvenir que les proportions varient et que les dynamiques ne sont pas les mêmes partout. Toutefois, si l’on laisse de côté les prélats, qui relèvent en fait soit de la noblesse, soit de la bourgeoisie, ou, pour dire les choses différemment, soit d’une logique domestique, soit d’une logique bureaucratique, deux grands groupes socioculturels restent en présence que l’on peut appeler, par commodité, chevaliers et juristes. Quelle est leur place réciproque dans les Conseils ? Quelles relations entretiennent-ils ?

La domination de la noblesse dans la plupart des Conseils

  • 131 Il n’est bien évidemment pas question ici des monarchies scandinaves évoquées plus haut avec leur a (...)
  • 132 Dénes Harai, p. 267 du présent ouvrage.

58Dans la plupart des Conseils, la noblesse domine, même si elle n’est jamais seule. La Hongrie est l’exemple le plus abouti de cette domination au sein d’un Conseil qui réunit des prélats et des barons qui sont tous issus de l’aristocratie131. Mais cette dernière doit également composer avec les représentants de la moyenne noblesse qui participent au Conseil en tant qu’assesseurs dès la fin du XVe siècle. Le cas de la Hongrie illustre à l’extrême combien le prince ne peut pas toujours choisir qui entre dans son Conseil. L’aristocratie hongroise s’impose au Conseil en raison de sa puissance militaire et financière. En 1526, les barons possèdent près de la moitié des châteaux du royaume. Même si le roi se méfie de la puissance de ses grands féodaux, il ne peut totalement les contrôler : lorsque Mathias Ier devient roi, il dispose d’une armée permanente de 2 500 hommes lorsque les barons et les prélats peuvent en aligner 12 000. Le règne de Mathias Ier Hunyadi (1458-1490) est de ce point de vue intéressant car il fait apparaître très clairement une politique que l’on se contente souvent de deviner. Lors de son avènement en 1458, les prélats sont tous nobles, issus majoritairement de la plus haute couche du second ordre. Le roi bouleverse cette situation et près de la moitié des trente-cinq prélats nommés sous son règne sont issus de la bourgeoisie, de la paysannerie ou bien sont étrangers. L’objectif de Mathias est de rompre la mainmise de l’aristocratie hongroise sur le Conseil afin d’imposer plus facilement sa volonté grâce à ses créatures. Le roi s’efforce également de limiter l’influence de la vieille aristocratie en créant de nouveaux barons issus de la noblesse, des familiers du roi ou des administrateurs des finances. Tous ces nouveaux barons, dont beaucoup sont en même temps conseillers, occupent des postes importants dans les provinces frontalières du sud du royaume, ce qui souligne une fois de plus le rôle de relais régional des conseillers. La création de nouveaux barons n’empêche pas la domination des vieilles familles de l’aristocratie. La puissance des barons est telle, localement, que dans certains cas ils sont de véritables petits rois dans leur province, ce qui est particulièrement clair au moment des deux grandes révoltes nobiliaires de 1467 et 1471. Dans sa gestion du Conseil, Jean Szapolyai apporte des modifications importantes. L’une des plus importantes est la mise en avant de la moyenne noblesse au détriment des prélats et des barons. Le nouveau roi profite notamment de l’hécatombe des prélats à Mohács, pour ne pas nommer de remplaçants dans certains sièges vacants. À l’inverse, Ferdinand Ier, au même moment, s’appuie sur un Conseil très classique et très aristocratique qui perd d’ailleurs progressivement de l’influence avec le transfert des compétences du Conseil à Vienne132132.

  • 133 Giovanni Muto, p. 231 du présent ouvrage.

59Le Conseil du roi de Naples est lui aussi composé en majorité de nobles (le président, par exemple est toujours un ecclésiastique de famille aristocratique), mais, même si la majorité des conseillers sont nobles, il y a aussi des docteurs et des membres de l’administration judiciaire et financière. Au cours des trois premières décennies du XVIe siècle on assiste à un affermissement du profil institutionnel du royaume et à un renforcement du rôle des magistrats, au travers notamment du renforcement de la chancellerie, qui n’est pas sans rappeler ce que l’on observe en Espagne avec la poussée des letrados. Toutefois cette évolution ne se fait pas sans tensions en raison des revendications du patriciat urbain et de la noblesse titrée qui exigent une visibilité politique et institutionnelle. À Naples comme ailleurs, la question se pose en termes de compromis entre, d’une part, la méfiance d’un Ferdinand d’Aragon à l’égard de la noblesse et, d’autre part, les exigences politiques de cette noblesse. Il s’agit pour le roi d’Aragon à la fois d’affirmer son contrôle sur Naples par la nomination de régents qui, au départ, ne sont pas Napolitains et, en même temps, de ne pas trop mécontenter une noblesse locale qui peut être utile comme relais. Ainsi, on observe très rapidement la coexistence, aux côtés des régents de la chancellerie, de conseillers du Conseil royal (Conseil collatéral) issus de la grande noblesse napolitaine. L’opposition n’est toutefois pas celle de techniciens/hommes nouveaux vs des héritiers/nobles d’épée. L’exemple napolitain montre simplement qu’entre deux catégories de noblesse, le prince choisit généralement la plus faible. C’est ainsi qu’au sein de l’aristocratie du royaume de Naples, le prince favorise celle qui est politiquement et économiquement la moins puissante (le patriciat urbain) au détriment de la noblesse titrée qui est pénalisée parce qu’elle apparaît politiquement plus forte et donc potentiellement plus dangereuse pour le souverain. C’est la raison qui préside à la création d’un Conseil (que l’on appelle après quelques années « Conseil collatéral ») dans lequel ne sont appelés que des nobles titrés jusqu’en 1529, avant que la composition de ce Conseil ne se diversifie, même si la noblesse titrée ne descend jamais en dessous de 50 %133.

  • 134 Cité dans J.H. Elliottet L.W.B. Brockliss (dir.), The World of the Favourite, New Haven-Londres, 19 (...)
  • 135 Steven Gunn, p. 31 du présent ouvrage. Sur la noblesse au Conseil sous Henri VIII, voir Helen Mille (...)
  • 136 Heinz Noflatscher, p. 277 du présent ouvrage.
  • 137 Jean-Marie Cauchies, p. 59 du présent ouvrage.

60Ainsi, même si les Conseils sont dominés par la noblesse, il est en revanche très rare, et sur cette question la Hongrie est une exception, que l’aristocratie contrôle le Conseil, voire qu’elle y occupe une place de premier plan. De ce point de vue, l’Angleterre et l’Espagne sont des cas intéressants, intermédiaires des situations napolitaines et hongroises. Même si les deux royaumes réservent une place à l’aristocratie, comme en témoignent les exemples de Norfolk ou du duc d’Albe, on se rappelle les recommandations des rois catholiques et de Charles Quint qui, dans ses conseils à son fils, est très clair : En el gobierno del reino no debe entrar ningun Grande et qui s’appuie sur des hommes comme los Cobos ou Juan Tavera134. De la même manière en Angleterre, sous le cancellariat de Thomas Wolsey, même si le Conseil compte huit pairs, le groupe le plus important est constitué par douze personnages qui ont le rang de chevalier et au printemps 1548, le Conseil d’Edouard VI compte toujours huit pairs et douze chevaliers135. Pareillement, dans la France de François Ier, on compte 33 nobles d’épée parmi les 54 principaux conseillers du règne, soit 61 % et, qualitativement, les nobles sont plus importants. Si l’on s’en tient aux conseillers les plus influents, ceux qui, à un moment ou à un autre, ont fait partie du duo ou du trio de tête du Conseil, on ne compte que deux techniciens (Florimond Robertet et Antoine Duprat) pour dix nobles d’épée, clercs ou laïcs (Louise de Savoie, Artus Gouffier, René de Savoie, Guillaume Gouffier, Odet de Foix, Anne de Montmorency, Philippe Chabot, Jean de Lorraine, Claude d’Annebault, François de Tournon). Mais on notera que sur les 33 nobles d’épée, on ne compte qu’une minorité de princes et grands féodaux, 8 au total, soit 15 % des conseillers. L’écrasante majorité des nobles au Conseil, et en particulier les plus influents d’entre eux, est constituée par une association d’individus issus de la petite et de la moyenne noblesse (Artus et Guillaume Gouffier, Anne de Montmorency, Claude d’Annebault, François de Tournon, Jean Du Bellay par exemple). Si certains, comme Montmorency, sont en voie d’aristocratisation, beaucoup d’entre eux ne se survivront pas en tant que lignage (Gouffier, Annebault, Du Bellay parmi d’autres). Si la noblesse domine, il faut donc souligner d’une part qu’il ne s’agit pas de la noblesse la plus puissante et, d’autre part, que cette domination ne doit en aucune manière masquer l’essor de la présence technicienne au Conseil. Une constatation parfaitement identique peut-être faite pour les Conseils des Habsbourg entre 1480 et 1530. Sur les 108 conseillers étudiés par Heinz Noflatscher, 35 (soit 32 %) ont des origines bourgeoises ou paysannes. Par ailleurs, même si les représentants les plus éminents des cours habsbourgeoises sont, comme ailleurs, les barons, les comtes et les princes, l’exercice quotidien du pouvoir est en fait assuré par la petite noblesse et la bourgeoisie financière. La chevalerie est d’ailleurs, avec 44 représentants au Conseil (41 % du total), le groupe social numériquement le plus important. Même parmi les conseillers issus du monde des villes, ce n’est pas le patriciat urbain qui envoie le plus grand nombre de représentants au Conseil (9 personnes), mais le milieu corporatif et celui des classes moyennes136. Le cas bourguignon relève globalement de ce schéma avec quelques spécificités qu’il importe de souligner. D’abord, l’hypothèse d’un gouvernement aristocratique à la toute fin du Moyen Âge ne peut-être écartée d’un revers de main en raison de la place et de la visibilité des nobles autour de leur prince. Ensuite, la situation n’est pas figée et la période correspond par exemple à un regain d’impact de la présence nobiliaire autour des gouvernants des Pays-Bas. Enfin, la caractéristique de l’entourage de Philippe le Beau est résumée en une formule par Jean-Marie Cauchies : « entre Toison d’or et homines novi », c’est-à-dire une pléiade de grands nobles, un petit nombre d’ecclésiastiques de rang estimable ou modeste et des hommes sortis du rang. Un grand absent donc, la « moyenne noblesse de province137 ».

61Ainsi, à l’exception de l’Empire ottoman, la noblesse joue partout un rôle tout à fait essentiel. Ce rôle primordial s’explique sans doute par une raison essentielle qui est l’intérêt que trouvent à collaborer la noblesse et l’État. La noblesse apporte ses réseaux locaux ; l’État apporte la richesse, le prestige et un pouvoir revivifié. Vers le milieu du XVIe siècle, un magnat n’est plus grand-chose sans une présence à la Cour, et, mieux encore, sans un lien avec le Conseil. Le double conseil que Sir Robert Gordon (1580-1656) donne en 1620 à son neveu, le treizième comte de Sutherland, serait sans doute approuvé par la plupart des grands seigneurs vivant au milieu du siècle précédent dans l’espace couvert par ce livre. D’abord, il écrit :

If yow have two or thrie sones, make one of them a courtiour [courtier] […] for it is requisite that some of our nobilitie be about ther prince [le roi d’Angleterre].

62Plus tard, il precise :

  • 138 Cité par Julian Goodare, op. cit., p. 67 et 294.

Be suir also to have some of the ringleaders […] in counsell […] to be your assured friends138.

63La puissance foncière n’est plus tout. Il faut non seulement une présence à la Cour et dans l’entourage immédiat du prince, mais aussi, d’un point de vue plus institutionnel, une présence ou des contacts au sein du Conseil. Les propos de Sir Robert Gordon, s’ils symbolisent l’importance nouvelle du Conseil du roi depuis la fin du XVIe siècle en Écosse, pourraient-être appliqués en France, en Angleterre ou en Espagne dès le milieu du siècle. La réalité est la même ; il y a juste un décalage chronologique entre les espaces. La domination des nobles dans les Conseils rappelle qu’il ne faut pas faire de contresens sur l’analyse politique des royaumes d’Europe occidentale. L’évolution en cours ne signifie pas que la noblesse est en train de devenir politiquement insignifiante dans ces royaumes. Le résumé un peu provocateur de près de soixante-dix ans d’évolution de l’État en Écosse (entre 1560 et 1625) par Julian Goodare mériterait d’être médité pour d’autres espaces :

  • 139 Ibid., p. 68.

From being a decentralized kingdom based on the power of a landed aristocracy, Scotland had become a centralized kingdom based on the power of a landed aristocracy. The nobles ruled, but they were no longer all in all to their tenants, clients, and followers; they ruled as cogs in a state machine.139

Letrados, togati et robins: l’essor des juristes

  • 140 Il n’y a évidemment pas que des judéo-convers dans le parti de Ferdinand. Les nobles ne sont toutef (...)

64Letrados en Espagne, togati (ou dottori di toga) à Naples, robins en France, des hommes nouveaux, formés en droit, s’imposent en certains lieux, mais doivent compter avec l’hostilité de la noblesse d’épée. L’un des points communs de tous ces hommes est une légitimité sociale et politique inférieure à celle de l’aristocratie et pourtant, ils s’imposent au Conseil. Ainsi, les judéo-convers constituent le cœur des deux principaux partis de la Cour et du Conseil d’Isabelle et de Ferdinand140. Cela n’est pas sans rappeler l’importance jouée par un Antoine Duprat au Conseil de François Ier, par un Thomas Wolsey à celui d’Henri VIII ou par les esclaves du sultan qui s’imposent au Divân. Ces ascensions s’expliquent très largement par la volonté du prince de s’appuyer à la fois sur des hommes compétents et sur des serviteurs qui ne soient pas trop puissants et dont il espère ainsi davantage de fidélité.

  • 141 Giovanni Muto, p. 231 du présent ouvrage.

65Qu’en est-il dans le détail de cet essor des juristes ? Dans le cas de Naples, il a été dit depuis une trentaine d’années que le XVIe siècle correspondait à une période au cours de laquelle se serait mise en place une hégémonie des togati, lesquels auraient mis au pas aussi bien la noblesse napolitaine que le souverain, ou tout au moins son représentant. On observerait ainsi l’affrontement de deux forces, celle de la chancellerie et de ses régents et celle du Conseil collatéral peuplé de nobles. L’affrontement politique est également un affrontement social car si le Conseil collatéral est abondamment peuplé de nobles titrés (princes, ducs, comtes, marquis, barons), les régents sont largement issus du patriciat urbain, lequel monopolise les charges municipales. Le cas des régents souligne l’erreur qui consisterait à opposer trop fermement nobles et togati. Issus du patriciat urbain, les togati sont en effet socialement très proches de la noblesse titrée, mais, en même temps, ils sont tous, ou presque, docteurs in utroque (ambos derechos) et ont fait carrière au sein de la bureaucratie du royaume. Leur formation juridique les différencie de la noblesse titrée ; pour le reste, comme cette dernière, ils recherchent la faveur du souverain, demandent des privilèges d’investiture féodale sur les terres qui leurs sont concédées etc141. Ce qui se passe à Naples dans la première moitié du XVIe siècle mérite d’être rapproché de ce qui se passe en Espagne à la fin du siècle et que nous évoquions plus haut.

  • 142 Michel Baelde et René Vermeir, « Conseil d’état », p. 263-264, dans Erik Aerts, Michel Baelde, Herm (...)

66Au Pays-Bas également, on observe des mutations dans la composition du Conseil et dans les rapports de force entre juristes et nobles. Si les juristes peuplent le geheime raad, ils pénètrent également rapidement au sein du Raad van state. Ainsi, ses douze premiers membres sont, en 1531, deux clercs, un noble récent et neuf nobles de familles anciennes. Dès 1535, toutefois, deux juristes sont introduits dans le Raad van state et en 1540, son président est un juriste (Lodewijk van Schore). En 1550, il compte davantage de juristes que de nobles, et bien qu’en 1555, il y ait neuf nobles pour cinq juristes, les derniers sont plus assidus que les premiers142.

  • 143 Robert Mantran, Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, p. 103 et 119.

67De la même manière, une évolution intervient au cours de notre période dans l’Empire ottoman. Elle concerne le recrutement des vizirs. En effet, alors qu’une famille, celle des Çandarlı (ou Djandarlï), bénéficie d’un quasi-monopole sur le vizirat durant presque un siècle, jusqu’en 1450, le règne de Mehmed II (1451-1481) introduit une nouveauté. Après avoir disgracié et fait exécuter Çandarlı Khalil, grand vizir de son prédécesseur, tous les grands vizirs qui se succèdent sont des kul, des esclaves du sultan, et non plus des membres de puissantes dynasties familiales. Ils sont donc à la merci du sultan. Les grands vizirs, comme la plupart des grands dignitaires de l’empire, sont issus, on l’a vu, d’un personnel d’origine chrétienne, mais islamisé. On a donc affaire à des renégats, dépourvus de racines dans la population turque et totalement détachés des traditions tribales ou claniques qui sont encore vivaces dans l’empire. Isolés, ils doivent donc tout au sultan, ce qui offre à ce dernier une certaine garantie de fidélité et surtout, ce qui ne représente pas pour lui la menace de serviteurs bien implantés localement et susceptibles de lui faire de l’ombre ou, tout au moins, de lui résister143. La pratique politique des sultans dans le recrutement de leurs conseillers est intéressante pour notre propos puisqu’ils poussent plus loin que leurs contemporains d’Europe occidentale la méfiance à l’égard des élites nationales en créant de toutes pièces des hommes nouveaux, convertis à l’Islam et formés dans les lettres et dans les armes.

  • 144 Dénes Harai, p. 248 du présent ouvrage.

68Les hommes nouveaux présentent un certain nombre d’avantages pour le souverain. D’abord, s’ils sont là, ils le doivent à leurs mérites ; c’est donc qu’ils sont compétents. Ensuite, leur présence s’explique parce que le prince les a fait venir ; ils sont donc censément plus fidèles que des féodaux qui ne doivent pas tout à leur suzerain. Toutefois, la promotion d’hommes nouveaux ne se traduit pas toujours par plus de fidélité. On a évoqué plus haut la trahison d’Antonello Petrucci, un des principaux conseillers de Ferrante au moment de la révolte des barons de 1485. L’année précédente, en Hongrie, Mathias a fait jeter en prison Pierre Váradi dont il avait jusque-là assuré la carrière. Ce dernier, fils de paysan ou de petit-bourgeois, devient secrétaire du roi en 1475, puis premier secrétaire du roi en 1478, avant d’être fait chancelier secret en 1479, puis archevêque de Kalocsa et chancelier de Hongrie en 1480. Suspecté de trahison au profit de Frédéric III, il perd la confiance du roi et est emprisonné au château d’Árva144.

  • 145 Michael Roberts, The Early Vasas. A History of Sweden, 1523-1611, Cambridge, 1986, p. 148.

69Ces trajectoires font penser au destin de Kristoffer Andersson, conseiller de Gustave Vasa et lui aussi d’origines obscures. C’est la faveur du roi qui le fait entrer au råd (Conseil), vers 1535, un honneur tout à fait exceptionnel dans la Suède de cette époque pour un individu non noble. Pourtant, partisan de relations cordiales avec le Danemark, il s’oppose à son souverain et se réfugie à la Cour de Christian III de Danemark145. Quoi qu’il en soit du succès plus ou moins mitigé de ces recrutements d’hommes nouveaux, ces promotions ne sont évidemment pas toujours vues d’un bon œil et les résistances sont nombreuses de la part des nobles d’épée. La dénonciation est théorique, mais les affrontements sont bien réels. Lorsqu’il dénonce le tournant autoritaire du régime mis en place par Ludovic le More, le chroniqueur Ambrogio da Paullo pointe clairement parmi les dysfonctionnements les origines sociales des conseillers du duc dont les fidèles sont des hommes

  • 146 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 187 du présent ouvrage.

d’une sorte fort vile et abjecte, mais [qui] par la faveur du More avaient été faits grands. Et il avait abaissé les hommes de bien de sang noble de Milan pour élever cette sorte de gens, si bien qu’à la fin tous ou la majeure partie d’entre eux furent pour lui des traîtres et des opposants qui lui firent perdre l’État.146

  • 147 Victor-Louis Bourrilly (dir.), op. cit., p. 258.
  • 148 Heinz Noflatscher, p. 285 du présent ouvrage.
  • 149 Rita Costa-Gomes, p. 147 du présent ouvrage.

70De la même manière, l’hostilité dont le chancelier Antoine Duprat est la victime est représentative de cette haine du parvenu. Dans sa correspondance, l’évêque Jean Du Bellay exprime souvent son mépris social pour le chancelier, le renvoyant à « l’Auvergne [et à] toutes les herbes de la Limaigne147 ». Du Bellay, le gentilhomme de la vallée des rois, a un profond mépris pour le juriste d’Issoire, aussi haut qu’il soit arrivé. On a évoqué plus haut les critiques formulées en 1497 au moment de la révolte de Perkin Warbeck en Angleterre. Les parvenus du Conseil d’Henri VIII rencontrent les mêmes problèmes, avec une particularité anglaise qui est, on l’a vu, que les plus puissants des conseillers sont souvent d’origines fort modestes. C’est le cas d’Empson et de Dudley sous Henri VII, ou de Wolsey puis de Cromwell sous Henri VIII. Leur puissance décuple l’hostilité des magnats du Conseil. De la même manière, Heinz Noflatscher rapporte comment le baron Hans von Puchheim, Maréchal, membre de l’ordre des seigneurs de Basse-Autriche se plaint auprès de la Cour en 1514 d’être contraint de céder la préséance à Georg von Rottal, un bourgeois de Graz fraîchement anobli qui est alors Landhofmeister de Basse-Autriche148. De son côté, Afonso de Albuquerque écrit au roi du Portugal « il faudrait vous débarrasser, sire, du conseil d’hommes à qui la guerre dégoûte149 ».

71Le Conseil est donc une institution composée d’hommes d’origines diverses. Parmi eux, on l’a vu, de nombreux favoris, c’est -à-dire des hommes de la clientèle royale, si l’on peut risquer cette expression. En conséquence, il est légitime de se demander comment se passent les successions au trône. Le fils succédant à son père peuple-t-il son Conseil de ses propres clients, faisant table rase du passé ?

Les changements de règne ou le Conseil comme institution stable

  • 150 Gérard Sivéry, « L’équipe gouvernementale reste au pouvoir », dans Gérard Sivéry, Saint Louis et so (...)
  • 151 Robert Mantran, Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, p. 81-89.
  • 152 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 303 du présent ouvrage.
  • 153 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 311 du présent ouvrage.

72En effet, les changements de règne posent la question de l’affirmation par le nouveau souverain de son autorité. Il est toutefois rare que le nouveau prince renouvelle totalement son Conseil. Cela représenterait un grave danger : le prince a besoin de serviteurs au courant des dossiers pour pouvoir continuer à gouverner et tenir tête à tous ceux qui pourraient essayer de profiter du flottement provoqué par un changement de direction. Gérard Sivéry a montré par exemple qu’à son accession, Louis IX reprend la solide équipe gouvernementale formée au temps de Philippe Auguste et maintenue par son fils, laquelle, en se ralliant à Blanche de Castille, permet d’éviter les troubles qui auraient pu être causés par des grands barons désireux de redresser la tête après les deux règnes autoritaires de Philippe II et de Louis VIII150. En revanche, lorsqu’un nouveau prince désire se débarrasser du principal ministre de son prédécesseur, il finit toujours par le faire. C’est le cas par exemple de Mehmed II, qui, dès son accession, développe de mauvaises relations avec Çandarlı Khalîl, le grand vizir que lui a légué son prédécesseur. Le désaccord porte sur la ligne politique : alors que Mehmed II a des ambitions sur Constantinople, son grand vizir est partisan de l’apaisement. De surcroît, il jouit d’une immense popularité auprès des janissaires. C’est donc contre l’avis de son principal conseiller que le sultan lance la campagne victorieuse contre Constantinople. L’issue favorable de cette campagne condamne celui qui s’y est opposé. Çandarlı Khalîl est destitué et exécuté en juillet 1453151. Dans la foulée de cette disgrâce, la fonction de grand vizir est modifiée. Un élément notamment est à signaler : le raccourcissement de la durée de la fonction. Le premier vizir Çandarlı avait occupé son poste près de vingt ans (1368-1387). Sous Mehmed II les grands vizirs ne restent plus en poste qu’une dizaine d’années, puis la moyenne passe à trois à quatre ans. Le souci de Mehmed et de ses successeurs est manifestement d’élever le statut du sultan en affaiblissant leur dépendance à l’égard de trop puissants grands vizirs152. Ce resserrement du contrôle des vizirs par le sultan n’empêche pas ces derniers, lors de leur accession, de conserver largement la composition du Conseil qui leur a été légué par leur prédécesseur. Ainsi, le premier Conseil de Süleyman est composé du grand vizir Piri Mehmed Paşa, des vizirs Mustafa Paşa et Ferhad Paşa, ainsi que du quatrième vizir Lala Kasım Paşa. Toutefois, si le fait de conserver ces hommes d’expérience au courant des affaires, permet un début de règne assez facile pour Süleyman, il n’empêche que, très rapidement, le sultan renouvelle totalement ou presque, le Divân, en plaçant des hommes à lui. Cette liberté lui est donnée par les grands succès du tout début de la décennie 1520, tels que la victoire de Belgrade et la prise de Rhodes l’année suivante (1522)153. Avec l’affirmation de sa puissance, le retour à de longs vizirats est possible. Son dernier grand vizir est un bel exemple de stabilité du Conseil. En effet, Sokollu Mehmed Paşa est grand vizir au cours de la dernière année du règne de Suleyman, puis pendant l’ensemble du règne de Selim I (1566-1574) et les cinq premières années du règne de Murad III.

73Le début du règne de François Ier est un autre bon exemple du phénomène de tuilage entre deux Conseils qui se succèdent, ce qui n’exclut pas un renouvellement, partiel dès le départ, puis quasi complet par la suite. Ainsi, dès 1515, Louise de Savoie, la mère du roi, qui contrôle le Conseil, confirme des techniciens de haute volée comme le secrétaire Florimond Robertet ou le financier Semblançay. Le rôle de ces derniers, déjà actifs sous Louis XII, est non seulement confirmé, mais même renforcé. Quelques chefs de guerre, conseillers militaires, sont également renouvelés, tels La Trémoille, La Palice, Galiot de Genouillac et Guillaume de Montmorency. Très rapidement également des hommes nouveaux sont imposés par le roi et sa mère, qu’ils soient juristes comme le chancelier Antoine Duprat, ou nobles d’épée comme Artus Gouffier ou le grand bâtard René de Savoie, frère de Louise. On observe ensuite très rapidement la sortie en douceur de quelques conseillers importants des règnes précédents comme Ymbert de Batarnay, Étienne Poncher et Jean d’Albret, seigneur d’Orval. De la même manière en Angleterre, les disgrâces éclatantes de Dudley et Empson peu après l’accession au trône d’Henri VIII ne doivent pas masquer le fait que le nouveau règne apporte peu de changements au départ dans la composition du Conseil. Ainsi, entre 1509 et 1515, neuf vétérans du Conseil d’Henri VII dominent celui de son fils parmi lesquels on peut retenir les noms de William Warham, Richard Fox, Thomas Howard et Thomas Lovell qui, avec les autres, maintiennent l’équilibre du Conseil étroit d’Henri VII. C’est seulement quelques années plus tard, avec l’ascension de Thomas Wolsey, que tous ces hommes disparaissent du Conseil ou sont cantonnés dans un rôle tout à fait secondaire.

  • 154 Le baron de Semblançay peut-être considéré comme une victime collatérale de Pavie : il fallait trou (...)
  • 155 Dénes Harai, p. 262 du présent ouvrage.

74On signalera pour mémoire deux épisodes qui concernent la France et la Hongrie et au cours desquels le Conseil subit, pour des raisons extrapolitiques, une purge de première importance. En effet, les deux défaites historiques de Pavie en 1525 et de Mohács en 1526 se traduisent par un renouvellement important des têtes du Conseil. Denés Harai rappelle que la moitié des prélats tombe à la bataille de Mohács (Ladislas Szalkai, archevêque d’Esztergom, Paul Tomori, archevêque de Kalocsa, François Perényi, évêque de Várad, Blaise Paksi, évêque de Győr, François Csaholi, évêque de Csanád, et Philippe Moré, évêque de Pécs). À Pavie meurent le Bâtard de Savoie, Guillaume Bonnivet et La Palice (tandis que d’autres conseillers importants sont faits prisonniers comme le comte de Saint-Pol, Anne de Montmorency ou Philippe Chabot de Brion)154. Toutefois, la gestion de François Ier et celle de Jean Szapolyai des purges de 1525 et 1526 n’est pas la même. Là où le roi de France remplace les grands titulaires à niveau social constant (Pavie ne constitue qu’un appel d’air qui fait monter plus rapidement que prévu des hommes comme Montmorency, Chabot, Tournon, Lorraine ou Gramont qui piaffaient d’impatience derrière la génération de Louise de Savoie aux affaires depuis le début du règne), en Hongrie, Mohács est une opportunité pour un renouvellement social du Conseil avec la mise en avant de la moyenne noblesse au détriment des prélats et des barons155.

  • 156 D’une manière un peu différente, en Angleterre, à la fin du règne d’Henri VIII, les oncles du futur (...)

75Un autre cas de figure intervient lors des fins de règne, lorsque le successeur du roi est en âge de réunir autour de lui un parti susceptible de l’entourer au début de son règne et qu’il peut essayer de placer au Conseil alors que son père est encore vivant. C’est un phénomène que l’on observe à la fin du règne de François Ier avec l’entourage du futur Henri II ; mais également à la fin du règne de Charles Quint, avec l’infant Philippe, même si l’empereur a déjà une pratique bien éprouvée de la délégation familiale de gouvernement avec ses tante, femme, sœur et frère. De la même manière, à la fin du règne de João Ier (1385-1433), notamment à partir de la décennie 1420, le Conseil se divise autour des différents princes de la maison royale, et notamment de l’héritier Duarte Ier (1433-1438)156.

76Les Conseils sont donc composés d’hommes d’horizons différents, de compétences variées, et d’inscriptions curiales diverses. Dans ces conditions, comment fonctionnent-ils ? Quel contrôle le prince exerce-t-il sur un Conseil dont il ne contrôle pas toujours parfaitement la composition ?

LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL

77Tout d’abord, quel que soit le royaume ou la principauté concernée, le prince ne gouverne que rarement par lui-même directement avec son Conseil. Il se repose généralement sur un individu qui a alors la prééminence sur les autres conseillers et qui sert d’intermédiaire. La question est alors de savoir jusqu’où le prince délègue son autorité et dans quelle mesure le favori ou le principal ministre gouverne à sa place ? La politique anglaise des années 1520 est-elle l’œuvre de Thomas Wolsey ou celle d’Henri VIII ? À la même époque, est-ce Suleyman ou İbrahim Paşa qui gouverne l’Empire ottoman ? Et en Espagne, los Cobos ou Charles Quint ? Les disgrâces des deux premiers sont là pour rappeler que le prince reste le maître, aussi puissant soit son ministre.

La domination d’un homme sur le Conseil

La question des « présidents du Conseil » : titres et pratiques

78Souvent, donc, un homme s’impose au Conseil. D’après Claude de Seyssel, c’est d’ailleurs indispensable :

  • 157 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, éd. Jacques Poujol, Paris, 1961, p. 137.

[il] est besoin que sous lui [le monarque] y ait un Chef et Président qui soit de telle autorité et prudence que le Roi s’en puisse reposer sur lui : auquel les autres portent révérence, autant ou plus pour sa vertu que pour raison de son office.157

  • 158 Pierre Savy, p. 182 du présent ouvrage.
  • 159 Jean-Marie Cauchies « De la “régenterie” à l’autonomie… », art. cit., p. 49 et 62. Dans la même ord (...)
  • 160 Erik Aerts, Michel Baelde, Herman Coppens, Hugo de Schepper, Hugo Soly, Alfons K.L. Thijs, Karin va (...)
  • 161 Pour tout ce qui suit, voir Steven Gunn, p. 34 du présent ouvrage.

79Toutefois, si c’est quelque chose d’indispensable à la bonne marche du Conseil, c’est aussi une situation à laquelle on aboutit par des processus qui sont assez différents. On retrouve une fois de plus la question du degré d’institutionnalisation des Conseils. Par exemple, il n’existe pas en France de « président du Conseil ». On trouve en revanche presque toujours un homme qui s’impose comme le « protecteur du Conseil » (Guillaume Briçonnet sous Charles VIII, Georges d’Amboise sous Louis XII, Artus Gouffier, Anne de Montmorency, Philippe Chabot, Claude d’Annebault sous François Ier, etc.). Toutefois, aucun de ces hommes ne porte le titre de « président du Conseil ». Ils exercent simplement une domination sur les autres conseillers. À Milan, à l’inverse, les choses sont très institutionnalisées. Sous les Sforza, il y a un chef du Conseil secret qui porte le titre de Primus Consiliarius. Parfois, il lui est adjoint un consigliere coadiutore158. Aux Pays-Bas, l’ordonnance du 28 juin 1495 désigne « l’evesque de Cambray [Henri de Berghes] comme chief du conseil159 ». Plus tard, la présidence du raad van state est très importante avec des hommes comme Jean Carondelet (1531-1540) ou Lodewijk van Schore (1540-1548) qui sont en même temps présidents du geheime raad et qui sont de véritables premiers ministres160. En Angleterre, la situation est intermédiaire puisque le titre de président existe, de manière intermittente, et qu’il recouvre des réalités différentes en fonction des règnes et des personnalités qui le portent161. Ainsi, c’est en tant que chanceliers que John Morton, William Warham, puis Thomas Wolsey président le Conseil. Sous Edouard VI, c’est Somerset, en tant que lord protector, qui le préside. Il est en revanche assez difficile de déterminer à quoi correspond précisément la fonction de président du Conseil. On sait que, sous Henri VII, l’office est détenu par deux évêques, Thomas Savage et Richard Fitzjames, puis par un laïc formé à la common law, Edmund Dudley. Si les deux premiers exercent sans doute la présidence lorsque le Conseil se réunit comme cour de justice, le rôle de Dudley est en revanche peut-être davantage politique. Il est d’ailleurs fort possible que l’association de l’office de président et de Dudley ait conduit à sa disparition, à la suite de la disgrâce de ce dernier au début du règne d’Henri VIII, puisque l’on n’en entend plus parler jusqu’à la disgrâce de Thomas Wolsey en 1529. L’office réapparaît alors pour être confié au duc de Suffolk. Toutefois, sa principale fonction à ce moment-là est sans doute d’équilibrer sa position par rapport à celle du duc de Norfolk, qui est lord treasurer à l’époque. Il ne semble pas que le titre de président renvoie à une réalité administrative précise. Il faut en fait attendre Northumberland et la seconde moitié du règne d’Edouard VI pour que l’office de président du Conseil acquière une réelle importance. Il lui permet de décider de la composition du Conseil et d’établir l’ordre du jour. C’est un moyen pour lui de contrôler le jeu politique plus subtilement que Somerset ne l’a fait. Dans l’Empire ottoman, en revanche, les choses sont beaucoup plus nettes et soulignent une institutionnalisation bien plus marquée qu’ailleurs. Le Divân est en effet dirigé par un homme, le grand vizir. Le règne de Mehmed II (1451-1481) correspond à une période de formalisation du Divân au cours de laquelle le sultan précise la composition de son Conseil et affirme avec force la prééminence du grand vizir, notamment dans le code de Mehmed II :

  • 162 Article 1, du code de Mehmed II (Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe retracent plusieurs carrières de (...)

Que l’on sache que le grand vizir est à la tête de tous les vizirs et de tous les commandants ümera, le plus important de tous et mon représentant absolu.162

80Si le titre de président est donc assez rare, et recouvre des réalités différentes, la figure du favori est en revanche quasi généralisée, y compris dans les systèmes déjà bien institutionnalisés.

Favoris, protecteurs du Conseil, secrétaires et principaux ministres

  • 163 Sur la notion de « protecteur du Conseil », voir la contribution de Cédric Michon dans le présent l (...)
  • 164 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer: a life, New Haven-Londres, 1996.
  • 165 José Martínez Millán, p. 118 du présent ouvrage.

81Il existe en effet plusieurs types de principal conseiller. Rappelons d’ailleurs en passant qu’il y a des conseillers qui, sans jamais diriger le Conseil peuvent jouer un rôle important comme des sortes de think counsellor si l’on peut risquer l’expression. Ils donnent des idées dans certains domaines, idées qui peuvent être suivies parce qu’elles convainquent le prince et le protecteur du Conseil qui dirige véritablement les affaires163. Ainsi, Thomas Cranmer sous Henri VIII a indiscutablement une influence tout à fait essentielle, mais il n’est pas, loin de là, le principal conseiller du souverain, lequel est Cromwell jusqu’à sa disgrâce en 1540164. De la même manière, l’influence de Gattinara en Espagne au début de la décennie 1520 est complexe. En effet, comme le montre José Martínez Millán, l’influence de ses écrits est indiscutable, notamment lorsqu’il préconise un gouvernement par délégation pour permettre à Charles Quint de faire face à la gestion de l’ensemble de ses États. Pour autant, il n’en est pas moins tenu à l’écart du gouvernement par l’intermédiaire d’un Conseil en Aragon qui dépend directement de Charles Quint165.

  • 166 Sur la question du favori pour la période couverte par ce livre, voir le remarquable Der Falldes Gü (...)
  • 167 Cédric Michon, « Les élites et l’État » dans Cédric Michon et Annie Antoine (dir.), Les sociétés au (...)

82Les processus et les logiques qui font qu’un individu prend le pas sur les autres sont divers. À la puissance d’un Duprat en France qui s’explique par son expertise technique (tant judiciaire que financière) et par son office (il est chancelier), on peut opposer l’ascension d’un homme comme Ruy Gómez de Silva en Espagne qui doit tout à la faveur du prince166. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure la privanza n’est pas un mode de gouvernement logique à un moment de transition au cours duquel l’État espagnol ne dispose pas encore d’un système de secrétaires parfaitement opérationnel. D’un tout autre point de vue, le recours au favori peut également être envisagé comme un moyen de contourner ou de mieux contrôler des institutions ou des groupes sociaux qui revendiquent une participation au pouvoir. Ainsi, dans l’Espagne du début du XVIIe siècle, la faveur dont jouit le duc de Lerma constitue une réaction aristocratique au gouvernement des secrétaires et en même temps un moyen de contrôler les factions nées de la re-aristocratisation des Conseils ; à l’inverse, à la même époque, la trajectoire de Concini correspond à une tentative de contrer l’affirmation des grands lignages face au pouvoir royal. Le duc de Luynes de son côté représente la voix de la noblesse moyenne face à l’aristocratie tandis que Buckingham incarne le choix d’une faction aristocratique contre une autre. Richelieu et Olivares enfin constituent une tentative de défense de l’autorité royale face aux Grands menaçants167.

  • 168 Il meurt toutefois en 1523 avant le grand prince. Voir Donald Ostrowski, « The Extraordinary Career (...)

83Dans la période et l’espace couverts par le présent livre, un cas tout à fait original est celui de Ludovico Gritti, fils du doge de Venise et riche homme d’affaires. Ce dernier parvient à s’imposer en 1529 à la tête du Conseil de Szapolyai car le roi compte sur son argent, sur le soutien politique de Venise qu’il devrait lui apporter, et sur l’appui militaire de l’Empire ottoman avec lequel il est en affaires. En Russie, quelques années plus tôt, se déroule l’extraordinaire carrière du tsarévitch Kudai Kul (Kaidakal) capturé en 1487 au cours d’une attaque sur Kazan par l’armée d’Ivan III. Après dix-huit années de captivité, il se convertit au christianisme, le 21 décembre 1505 et est baptisé sous le nom de Petr Ibraimov (ou Abreimov, Obreimovitch) par le métropolite Simon. Un mois plus tard, le 25 janvier 1505, il épouse Evdokhiia, la sœur du grand prince Vassili III. Il devient alors l’un de ses plus proches conseillers et est peut-être même son héritier dans la première version de son testament en 1509168.

  • 169 David Starkey, « Representation Through Intimacy : A study in the Symbolism of Monarchy and Court O (...)

84Ceci dit, en dépit de ce que pourraient laisser penser tous ces exemples, l’ascension d’un homme grâce à la faveur du prince n’exclut pas forcément une dimension plus institutionnelle. La carrière d’İbrahim Paşa est de ce point de vue intéressante. La puissance d’İbrahim comme grand vizir n’est pas en soit originale. Ce qui l’est, ce sont la rapidité et les modalités de son ascension, puisque qu’il est promu grand vizir alors qu’il sort juste de ses fonctions au service intérieur du Palais. Il ne passe pas par les responsabilités provinciales. Cette ascension fulgurante, il la doit à ses liens anciens avec Süleyman dont il a été le chambellan et dont il est le compagnon depuis de longues années. Les historiens contemporains présentent d’ailleurs leur relation non pas sur le modèle de celle d’un souverain et d’un secrétaire de confiance, mais sur celui d’un prince et de son « alter ego », d’un prince et de son favori, comme François Ier et Montmorency, ou Henri VIII et l’un de ses gentilshommes de la chambre. On sait comment, selon l’expression de David Starkey, les gentlemen et les Knights de la Privy Chamber jouent parfois le rôle de fullroyal alter ego169. L’ascension d’İbrahim illustre l’alliance de l’institution et de la faveur. La carrière d’İbrahim n’est pas sans évoquer celle que nous venons de mentionner de Ruy Gómez de Silva entré dans la maison du prince Philippe dès 1535 ou celle d’Anne de Montmorency élevé dès 1502 ou 1503 à Amboise avec le futur François Ier.

85Toutefois, les disgrâces éclatantes, notamment de Montmorency et d’İbrahim rappellent les propos que Corneille met dans la bouche d’Auguste s’adressant à Cinna :

Fig. 10 > Thomas Wolsey remet le grand sceau aux ducs de Norfolk et de Suffolk (à gauche). À droite, Wolsey perd ses biens, confisqués par le roi qui examine sa vaisselle avec Anne Boleyn. Tiré de la Vie de Wolsey par Cavendish. [The Bodleian Library, Oxford, Ms Douce 363, f° 71]

  • 170 Corneille, Cinna, acte V, scène 1 (v. 1527-1532), dans Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. (...)

Ma faveur fait ta gloire, et ton pouvoir en vient ;
Elle seule t’élève, et seule te soutient ;
C’est elle qu’on adore, et non pas ta personne :
Tu n’as crédit ni rang, qu’autant qu’elle t’en donne ;
Et pour te faire choir je n’aurais aujourd’hui
Qu’à retirer la main qui seule est ton appui.170

86Effectivement, les disgrâces sont extrêmement nombreuses au cours de la période qui est la nôtre, qu’elles soient passagères ou définitives. On peut penser parmi d’autres, à celles de Cicco Simonetta, Thomas Wolsey (fig. 10), Thomas More, Thomas Cromwell, Thomas Howard, Philippe Chabot, Anne de Montmorency, Juan Lallemand ou İbrahim Paşa.

  • 171 Révélateur est de ce point le titre du recueil d’articles de Jan Hirschbiegel et Werner Paravicini (...)

87La figure du favori se caractérise donc presque toujours par les éléments suivants : la faveur du prince qui permet une ascension sociale majeure, généralement rapide ; le contrôle au moins partiel du Conseil, et celui de l’accès au prince ; enfin, souvent, mais pas toujours, une chute fracassante. Toutefois, avant d’être disgraciés, les favoris, les puissants secrétaires ou les ministres les plus influents se créent généralement un réseau dont ils sont la tête171.

Favoris et protecteurs du Conseil à la tête d’un réseau

  • 172 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth Century France, Oxford-New York, 1986
  • 173 Thierry Rentet, « Anne de Montmorency », dans Cédric Michon (dir.), Les conseillers de François Ier(...)
  • 174 Orest Ranum, « The Creatures of Cardinal Richelieu », dans Orest Ranum, Richelieu and the Councillo (...)

88La puissance du favori, du principal ministre ou du principal conseiller se mesure à sa capacité à se constituer un réseau qui le renseigne et qui lui permet de contrôler l’administration et la Cour. Le favori s’impose ainsi comme courtier (broker), c’est -à-dire comme principal médiateur pour l’obtention des faveurs royales172. C’est en effet le principal conseiller qui est le mieux placé pour attribuer honneurs, charges, pensions et bénéfices. Il s’impose donc comme un « patronage manager », organisant la distribution des charges et canalisant les mécontentements éventuels. D’une certaine manière, le principal ministre se substitue à son souverain dans les tâches d’arbitrage de la faveur royale susceptibles de compromettre la dignité monarchique. En même temps, ces clientèles ont un effet centripète qui concourt à imposer la Cour comme le centre de patronage qui compte au cœur du royaume. Thierry Rentet a montré par exemple comment l’implantation parisienne d’Anne de Montmorency joue un rôle important dans le choix du roi qui sait qu’en poussant Montmorency, il pourra compter sur une puissante parentèle et sur une large clientèle qu’il appartient à son favori de développer173. Le favori est ainsi l’incarnation la plus aboutie du conseiller puisqu’il est à la fois le client du prince et l’un des principaux patrons de la Cour ; il incarne à lui tout seul la fonction de point de contact évoquée plus haut au sujet du Conseil, et s’impose comme le pivot de la Cour et du système politique au sein desquels il occupe une position centrale. Un moyen efficace pour mesurer l’ampleur de l’influence de tel ou tel conseiller est donc sans doute d’analyser l’étendue, voire simplement la visibilité, de sa clientèle. Ces phénomènes sont bien connus pour le XVIIe siècle. On connaît notamment en Espagne la stratégie systématique d’infiltration des oligarchies urbaines par les clientèles ministérielles, motivée par le poids des Cortes de Castille. Les cas de Lerma et Olivares sont éclairants : le premier est détenteur d’offices dans 8 des 19 cités représentées aux Cortes ; le second détient des offices dans chacune d’entre elles. Évidemment, ils ne siègent pas personnellement, mais nomment à leur place des créatures fidèles qui permettent au pouvoir royal de disposer dans chaque conseil municipal d’yeux, d’oreilles et de bouches parfaitement fidèles. Le XVIIe siècle espagnol voit ainsi s’opérer la concentration entre les mains d’un seul du patronage local et curial. La fusion entre les élites curiales et locales est opérée par l’intermédiaire du ministre-favori selon un processus qui implique une centralisation et une politisation des élites. C’est la même stratégie qui est suivie par le cardinal de Richelieu avec sa famille, ses protégés (les Bouthillier, les Sublet de Noyers, les Bullion) et ses clients au sein de l’élite régionale, et notamment des États provinciaux, des gouvernements, des parlements, des présidiaux et des municipalités174174.

89Pour la période couverte par ce livre, plusieurs cas illustrent le même phénomène. Par exemple, lorsque Chièvres s’impose à la tête de la faction française à la Cour de Charles de Habsbourg après l’échec de l’entrevue de Tournai par laquelle Marguerite a tenté, en 1513, un rapprochement avec le roi d’Angleterre, son triomphe se traduit par le placement de ses clients dans l’entourage du jeune Charles : Jean le Sauvage est nommé chancelier, Antoine de Lalaing et Adrien d’Utrecht remplacent Gérard de Plaine à la présidence du Conseil secret, et Roland Lefèbvre est contraint d’abandonner son office de trésorier général des finances au profit de Jean Ruffault. Enfin, les ordonnances du 25 octobre 1515 relatives à la maison de Charles placent Chièvres à la tête de la cámara, c’est-à-dire du Conseil restreint chargé de trancher les questions les plus importantes du royaume. Il importe toutefois de ne pas confondre deux réalités que l’on peut par commodité distinguer comme relevant de la faction et du réseau.

  • 175 Pour l’Angleterre, voir Robert Shephard, « Court Factions in Early Modern England », Journal of Mod (...)
  • 176 S.J. Gunn, « The Structures of Politics in Early Tudor England », TRHS, 6th ser. 5 (1995), p. 59-90 (...)
  • 177 S.J. Gunn, art. cit., p. 90.
  • 178 Ronald G. Asch et Adolf M. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Begi (...)
  • 179 Ces approches ne sont pas sans faire penser au débat entre Nicola Ottokar et Gaetano Salvemini dans (...)
  • 180 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics: The Making of the Muscovite Political System, 1345-15 (...)

90Une faction peut être définie comme un regroupement à dimension politique qui regroupe plusieurs membres de la Cour et du Conseil et qui s’oppose à d’autres factions. Les factions ont fait l’objet à partir des années 1970, notamment en Angleterre, d’études fécondes et nombreuses qui ont ensuite irrigué l’ensemble de l’historiographique européenne175. Avec la réévaluation de la Cour comme centre politique essentiel, l’étude du rôle joué par les factions de Cour s’imposait. C’est selon l’expression de Steven Gunn The Structures of Politics qui sont en jeu ici176. Il s’agit notamment de savoir dans quelle mesure le roi reste maître du jeu des factions. La conclusion de Steve Gunn est très prudente: As our sources rarely take us into the king’s council, more rarely into his privy chamber and never into his head, it may be only right to be a little unsure about the ultimate balance between the king and his factions177. Quoi qu’il en soit, certains historiens se sont efforcés de trancher, comme Simon Adams qui, dans Favourites and factions at the Elizabethan Court, remet en cause l’idée de la domination du jeu politique par les factions à la Cour d’Elisabeth Ire178. On notera que le travail d’un historien comme Sir Lewis Namier (1888-1960) sur les factions et le patronage parlementaire du XVIIIe siècle peut avoir eu une influence souterraine dans l’étude des factions de Cour. Bien que Lewis Namier ne se soit jamais intéressé directement à la Cour, ses méthodes et ses modèles conceptuels pouvaient être transposés tels quels à l’étude de la Cour et de la noblesse. En effet, sa méthode qui consistait à étudier le jeu politique en termes d’alliances basées sur la parenté, le patronage et les structures traditionnelles de loyauté et de récompense, plutôt qu’en termes de partis organisés autour d’une idéologie ou d’une religion rappelle des analyses nettement postérieures sur la Cour. La méthode de Namier évoque par exemple celle d’historiens conservateurs tels que Geoffrey Elton qui interprétaient le jeu politique comme une question d’affrontements en vue d’obtenir pouvoir et récompenses, plutôt que comme une bataille motivée par des principes, une idéologie ou un intérêt de classe179. Il faut reconnaître toutefois que Geoffrey Elton n’excluait pas que certains politiciens (Thomas Cromwell, mais aussi Cecil sans doute) aient eu des principes pour lesquels ils étaient prêts à se battre, qu’il s’agisse de leur conception du bon gouvernement, ou, comme Elton l’admettra vers la fin de sa vie, de convictions religieuses. Des analyses comparables se sont développées au sujet des boyards dans la Russie des XVe et XVIe siècle. Il semble ainsi que si les affrontements entre clans boyards étaient assez fréquents à la Cour, ils ne portaient que très rarement sur des enjeux idéologiques ou de principe. Il s’agissait avant tout de conflits de parentèles ou de conflits personnels180. Le cas des boyards n’est pas sans évoquer donc, plutôt que la problématique de la faction, celle du réseau.

  • 181 Thierry Rentet, art. cit., et Thierry Rentet, Anne de Montmorency, Grand Maître de François Ier, Re (...)

91Le réseau en effet relève davantage d’une logique administrative, régionale ou familiale. Ainsi, si l’on peut dire que Chièvres est à la tête d’une faction, cela serait plus contestable pour Montmorency, ne serait-ce que parce que son réseau et sa clientèle présente au Conseil n’ont pas d’équivalent, à la différence des clientèles qui s’opposent en Espagne, en Angleterre ou ailleurs. Thierry Rentet a montré combien Montmorency se trouve à la tête de réseaux d’alliances, de clientèles et de domesticité bien maîtrisés et adroitement distillés au sein de la Cour et des principaux rouages centraux qui lui permettent d’avoir des relais et des informateurs aussi bien dans les provinces que dans l’administration et la diplomatie181. De ce point de vue, une étude chiffrée révèle de manière frappante les protecteurs les plus puissants du Conseil sous le règne de François Ier. Le plus puissant d’entre eux est indiscutablement Louise de Savoie, qui maintient et soutient au Conseil Florimond Robertet et Semblançay, mais introduit également Artus Gouffier, François de Tournon, Jean Caluau, Jean de Selve, Philibert Babou, Jean Brinon et Gilbert Bayard, soit 17 % des principaux conseillers du règne, dont elle ne connaît pourtant qu’une moitié, puisqu’elle meurt en 1531. Montmorency est le seul à l’approcher en puissance, lui qui pousse au Conseil Jean Breton, Jean Du Bellay, Claude d’Annebault, Charles Hémard de Denonville, François de Montholon, Guillaume Poyet, Mathieu de Longuejoue, soit 13 % des principaux conseillers du règne. Chabot de son côté ne compte à son actif que Gabriel de Gramont et Claude d’Annebault, qu’il partage d’ailleurs avec Montmorency. On ne peut attribuer à Annebault avec certitude que le parrainage de François Errault, à Duprat que celui d’Antoine Du Bourg et, dans une moindre mesure, de Gilbert Bayard. Quant à la duchesse d’Étampes, maitresse royale, c’est péniblement qu’elle amène aux portes du Conseil ses parents Antoine Sanguin et Nicolas Bossut sans jamais leur obtenir beaucoup mieux qu’une antichambre. La composition du Conseil, relève donc véritablement du souverain, même s’il faut reconnaître à Louise de Savoie et à Anne de Montmorency un statut qui s’apparenterait à celui de protecteur du Conseil, statut que l’on ne peut pas appliquer en revanche à Artus Gouffier, même s’il a poussé son jeune cousin Montmorency, ni à Chabot, Lorraine, Annebault ou Tournon.

  • 182 José Martínez Millán, p. 165 du présent ouvrage.
  • 183 David R. Starkey, art. cit., p. 32-36, 48-55; Dale Hoak, « The King’s Privy Chamber, 1547-1553 », d (...)

92En Espagne une étude comparable souligne la puissance d’un los Cobos, notamment au Conseil des finances ou au Conseil des ordres où toute la gestion bureaucratique incombe à des employés et des secrétaires qui constituent de véritables « créatures de Cobos182 ». De la même manière, David Starkey et Dale Hoak ont montré comment les plus puissants conseillers anglais comme Thomas Wolsey, Thomas Cromwell ou John Dudley ont bien conscience de l’influence que peuvent exercer des hommes qui, tels les membres de la privy chamber, sans faire partie du Conseil, peuvent influencer le roi, d’où leur effort pour placer leurs fidèles au sein du personnel de la privy chamber, ce qui constitue une variante du contrôle de la composition du Conseil183.

  • 184 Heinz Noflatscher, p. 275 du présent ouvrage.

93Enfin, dernière caractéristique essentielle à souligner, la dimension régionale de ces réseaux. Le cas de la clientèle de Montmorency, au départ essentiellement issue de la région parisienne, a déjà été évoqué. Il mérite d’être mis en regard de la situation dans l’Empire. Heinz Noflatscher a mis en avant l’importance de la solidarité régionale à la Cour et au Conseil. Dans les années 1520, par exemple, Wilhelm von Rogendorf, Hofmeister (Grand maître de la maison princière) de Ferdinand Ier, pousse ainsi de manière décisive des conseillers originaires de Basse-Autriche qui occupent alors des places normalement occupées par des Tyroliens184. On comprendra que le partage d’influence entre les ministres les plus puissants se traduit souvent (mais pas toujours) par des affrontements entre les groupes qui les suivent.

Factions et partis : le Conseil divisé ?

  • 185 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2000.
  • 186 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », art. cit., p. 240-263 et Michel Heller, Histoire de la R (...)
  • 187 A.N. Grobovsky, The “Chosen Council” of Ivan IV. A Reinterpretation, New-York, 1969 et Sergei Bogat (...)

94Le Conseil du prince est donc souvent divisé en groupes qui se rassemblent autour d’un homme, d’intérêts communs ou d’une idéologie. Cette division est inévitable dans un système princier dans lequel la distribution des faveurs du prince induit immanquablement une compétition pour les obtenir. Il est vrai que le prince peut limiter la violence de la compétition en distribuant largement ses faveurs. Le monopole par un seul groupe conduit à un dérèglement du système de la faveur qui peut mener à des affrontements très violents. Cela intervient généralement dans un contexte d’affaiblissement du pouvoir dans lequel le prince mise tout sur quelques fidèles. Cette situation est incarnée par exemple par le cas des mignons d’Henri III étudiés par Nicolas Le Roux185. À l’inverse, en cas de minorité notamment, ce n’est pas la domination d’une seule faction ou de quelques favoris qui pose problème, mais au contraire l’affrontement de multiples factions que rien ni personne ne peut contrôler. L’une des meilleures illustrations en est peut-être la Russie des années 1538-1547, après la mort de Vassili III (1533), puis celle de sa femme Elena (1538), alors que le futur Ivan IV le Terrible (né en 1530) n’est encore qu’un enfant. Dans ce contexte s’impose ce que les historiens appellent la Semiboïarchtchina, ou « Régence des Sept Boyards » ou encore le « gouvernement des boyards ». Pendant quelques années les partis vont s’affronter autour des clans princiers des Shuiskiis, Bel’skiis, Kubenskiis et Glinskiis et du clan du boyard Vorontsov. Il n’est mis un terme au désordre politique qu’avec la reprise en main des affaires par Ivan IV : en 1543, d’abord, il fait exécuter par ses serviteurs le prince Andrei Shuiskiis, puis, en 1547, il se fait couronner tsar – et non pas grand prince. Dès lors, il n’est plus un simple primus inter pares mais se place au-dessus de l’ensemble des princes et des courtisans186. Il est alors en mesure de gouverner entouré de ce que les historiens appellent un « Conseil choisi », même si l’expression a été l’objet de nombreuses discussions187. Ivan IV s’appuie alors sur des hommes qui n’appartiennent pas au sommet de l’élite, tels qu’Aleksei Fedorovitch Adashev ou le secrétaire Ivan Mikhailovitch Viskovatyi.

Les factions entre défense d’intérêts personnels, analyse politique et mobilisation idéologique

95Les divisions au Conseil reprennent donc généralement les divisions que l’on peut observer, dans une plus large mesure, à la Cour dans son ensemble. Si, on l’a vu, une faction peut-être définie comme un groupement d’individus, organisé autour d’un leader et qui s’active de concert dans un but précis qui dépasse la simple défense d’intérêts communs, la question de l’existence ou non des factions n’est pas la même que celle du gouvernement par les factions. Des partis peuvent exister à la Cour, voire être encouragés par le prince désireux de rappeler aux uns et aux autres que c’est lui qui décide en ultime recours. La mise en œuvre de l’adage « diviser pour mieux régner » est toutefois risquée car le prince peut perdre le contrôle des affrontements entre partis, ou tout au moins, le pouvoir peut payer cher cette division s’il vient à être affaibli. C’est le cas en Angleterre après la mort d’Henri VIII, au cours de la minorité d’Edouard VI. En effet, on assiste au sein du Conseil à des divisions importantes car, en l’absence d’un roi adulte qui, jusque-là, décidait, les décisions doivent être prises après argumentation.

  • 188 José Martínez Millán, p. 111 du présent ouvrage.
  • 189 Maria Antonietta Visceglia, « Factions in the Sacred College in the Sixteenth and Seventeenth Centu (...)
  • 190 Sur cette question du poids des factions au Conseil du roi du Portugal dans la seconde moitié du XV(...)

96Généralement, les divisions de la Cour obéissent à des logiques assez simples. Ainsi, à la Cour de Flandre, au début du XVIe siècle, les factions nobiliaires se regroupent selon une division ancienne héritée de la guerre de Cent Ans. On trouve d’une part ceux qui sont favorables à la France et qui se regroupent autour de Guillaume de Croÿ et d’autre part, le parti favorable à l’Angleterre réuni autour de Jean de Luxembourg188. La défense d’intérêts étrangers est également la clé des divisions au sein de la Curie romaine. Après la fin des partis milanais et napolitains, c’est la rivalité entre la France et l’Empire, puis la France et l’Espagne qui conditionne la polarisation du Sacré Collège entre les factions gallicane et espagnol189. L’historiographie portugaise récente lit également la politique de Manuel le Fortuné au prisme de l’affrontement des factions. Luís Filipe Barreto oppose ainsi la mentalité de Tomé Pires, un impérialiste de l’école d’Albuquerque, à celle de Duarte Barbosa, qui est l’un de ses opposants190.

  • 191 José Martínez Millán, p. 112 du présent ouvrage.
  • 192 José Martínez Millán, p. 122 du présent ouvrage

97Toujours dans la péninsule ibérique, et dans le contexte particulier de l’union de deux royaumes par le mariage de deux souverains, la Cour des rois catholiques est divisée entre les fidèles de la reine Isabelle (parti isabélin) et les serviteurs de Ferdinand (parti « aragonais » ou « ferdinandien »). Le parti isabélin illustre la multiplicité des raisons qui président à la constitution de groupes d’influence à la Cour et au Conseil. Ainsi, ce parti réunit d’abord, et de manière logique, des Castillans. Ensuite, au sein du groupe, on distingue des membres dont la fidélité est ancienne (ce sont d’anciens serviteurs de Jean II de Castille, ou des descendants de ces serviteurs) et s’est renforcée dans les épreuves (ils ont soutenu Isabelle dans le cadre des guerres qu’elle a menées contre son frère Henri IV et la fille de ce dernier, Jeanne la Beltraneja pour la conquête du trône de Castille). La plupart de ces hommes sont issus de familles qui appartiennent à la fois à l’élite des judéo-convers et aux oligarchies municipales. Un autre trait commun à ce parti est sa spiritualité franciscaine qu’il partage avec la reine et quelques puissantes familles nobiliaires dont celle des Mendoza191. Par la suite, Charles Quint est également confronté à l’influence de factions aux intérêts divergents, notamment dans la décennie 1520, où les impulsions de sa politique étrangère dépendent des origines géographiques de ses conseillers. Ainsi, le groupe de conseillers flamands qui subsiste après la mort de Guillaume de Croÿ incline à la recherche de la paix avec la France, malgré les enjeux italiens, tandis que les conseillers castillans soucieux de la conservation des « Deux Siciles » prônent des dispositions militaires et diplomatiques afin d’empêcher la présence française en Lombardie pour éviter toute menace sur le sud de l’Italie et engendrer l’isolement du pape au centre de la péninsule. Cette position très anti-française est en opposition avec celle des conseillers flamands de Charles Quint. Ces derniers, qui sont liés à des lignages français et qui sont parfois également les vassaux du roi de France, ont tout intérêt à des relations pacifiques entre les couronnes de France et d’Espagne. L’échec ultime de cette politique intervient avec la non application de la paix de Madrid. Charles Quint est alors contraint de réorienter sa politique192.

98En Angleterre, les oppositions au Conseil relèvent là aussi d’autre chose que du simple affrontement des principaux conseillers et de leurs clientèles. Les chutes de Cromwell en 1540 ou des Howard en 1546 renvoient à des désaccords sur des questions de fond, notamment religieuses. Quelques années plus tard en Espagne, entre 1554 et 1559, l’affrontement très marqué entre Ruy Gómez de Silva et le duc d’Albe pour le contrôle du gouvernement de Castille ne relève pas seulement d’une lutte pour le contrôle de la redistribution des faveurs royales, mais aussi de divergences de fond sur des conceptions politiques et religieuses. La faction albiste a une conception du pouvoir divin de la monarchie issue de l’école de Salamanque, tandis que la faction éboliste, autour de Ruy Gómez de Silva, est plus proche d’une conception de la monarchie avec une dimension constitutionnelle qui révèle une influence d’Alcalà et de la spiritualité jésuite. La situation est rendue particulièrement complexe et, d’une certaine manière, équilibrée, par le fait que Jeanne d’Autriche témoigne d’un attachement idéologique à la faction « éboliste », alors même que ses prises de décisions et son expérience politique l’affilient au parti adverse. D’une certaine manière, Charles Quint porte la responsabilité de cet affrontement entre factions. En effet, après la mort de Tavera et de los Cobos, il existait un candidat parfait pour la régence, en la personne de Fernando de Valdés, le seul survivant parmi les grands patrons des années précédentes. Toutefois, l’empereur refuse de lui confier les rênes de la péninsule et laisse alors le champ relativement libre, d’où la compétition entre les factions albiste et éboliste. Même si l’affrontement entre ces deux factions est assez vif, il n’est pas aussi violent qu’il pourrait l’être. En effet, Charles Quint d’abord, puis Philippe II rapidement, sont de taille à le contrôler. La situation est beaucoup plus complexe lorsque le pouvoir royal est affaibli. On connaît en France l’épisode fameux du duel des mignons, symbole de l’incapacité du roi à contenir les rivaux de sa Cour. Au cours de la période qui nous intéresse, la Hongrie est peut-être le terrain qui voit les affrontements les plus violents, en particulier après le désastre de la bataille de Mohács.

  • 193 Dénes Harai, p. 265 du présent ouvrage.

99La situation est en effet bien particulière dans la Hongrie de l’après 1526, puisque les conseillers ont le choix, au moins en théorie, entre le Conseil de Jean Szapolyai et celui de Ferdinand Ier. Craignant sans doute la volatilité des plus puissants de ses sujets, Jean Szapolyai pousse la moyenne noblesse au détriment des prélats et des barons. De la même manière il promeut des hommes au profit original. Ainsi, Étienne Werbőczi, dont il fait le premier chancelier laïc du royaume de Hongrie et une sorte de protecteur du Conseil pendant quelques années, jusqu’en 1529. À cette date, c’est un homme au profil encore plus original qui s’impose : Ludovico Gritti que l’on a évoqué plus haut. Ce dernier est un aventurier. Fils du doge de Venise, commerçant avec le sultan, il s’impose par sa puissance financière. Le 14 septembre 1529, il est nommé tout à la fois chambellan, lieutenant du roi et évêque d’Eger, puis, en décembre 1530, gouverneur de Hongrie et comes du comitat de Máramaros avec les revenus afférant, soit près de 80 000 thalers. Cette situation inédite qui fait d’un étranger l’homme le plus puissant du Conseil et celui dont les revenus issus du service royal sont parmi les plus importants, provoque évidemment le mécontentement de la noblesse hongroise. La fronde est menée par Émeric Czibak, évêque de Várad. L’affrontement des deux factions se termine dans le sang en 1534 avec l’assassinat de Czibak sur ordre de Gritti, puis celui de Gritti par les partisans de Czibak. Par la suite, à la mort de Jean Szapolyai, sa veuve, Isabelle Jagellon, n’est pas en mesure de s’imposer face à un triumvirat de conseillers qui n’est lui-même pas en mesure de résister à la pression des Turcs qui s’emparent de Buda en 1541, faisant voler en éclats le triumvirat. À partir de là, la composition du Conseil échappe à la reine : elle est aux mains de la Diète de Transylvanie qui établit alors une sorte de polysynodie assez mal connue193.

Les affrontements entre factions : de l’équilibre à la destruction

  • 194 José Martínez Millán, p. 113 du présent ouvrage. Sur la perte de pouvoir du parti d’Isabelle, on po (...)

100L’affrontement de partis curiaux ou de partis de conseillers, qu’il soit sanglant ou à fleurets mouchetés, idéologique ou strictement politique, débouche soit sur une forme d’équilibre soit sur la disparition d’un des partis. L’équilibre s’explique par la volonté du prince de diviser pour mieux régner : il faut, même si l’un des partis l’emporte en influence, qu’il ait toujours bien conscience qu’il n’est pas irremplaçable. Le meilleur exemple est sans doute celui d’Henri VIII qui maintient ainsi les deux partis réformateur/catholique tout au long de la seconde moitié de son règne. De la même manière, François Ier n’élimine pas complètement Philippe Chabot à la fin de la décennie 1530 pour ne pas laisser Montmorency seul et indispensable. La défaite d’un parti s’explique souvent par la chute ou l’effacement du chef. C’est ce qu’il advint au parti isabélin dès lors que la reine abandonne à Ferdinand, à partir de 1498, le gouvernement de la monarchie. Dans son sillage, ses principaux conseillers et serviteurs disparaissent de la Cour et commencent même à être victimes de l’Inquisition en raison de leurs convictions religieuses194. Il y a une tentative de retour au moment de l’arrivée en Espagne de Philippe le Beau et de ses conseillers flamands qui entendent gouverner la Castille pour Jeanne la Folle. En effet, devant la perspective d’une redistribution des cartes, la haute noblesse castillane soutient Philippe, en même temps que tous les fidèles d’Isabelle qui ont été écartés car on les accuse de dissimuler des origines judéo-converses.

  • 195 José Martínez Millán, p. 127 du présent ouvrage.
  • 196 Pour plus de détails, voir José Martínez Millán, p. 128 du présent ouvrage.

101Le cas espagnol présente également un exemple intéressant de reprise de faction par de nouveaux chefs lorsque les premiers meurent. Hors de toute disgrâce, les disparitions naturelles imposent également en effet des recompositions et des redistributions. Ainsi, le gouvernement de l’Empire de Charles Quint, placé sous le double patronage de Francisco de los Cobos et de Juan Tavera de 1530 à 1545, se délite progressivement à partir de la mort du cardinal Juan Tavera le 1 er août 1545 et jusqu’à celle de los Cobos le 10 mai 1547. À sa mort, Tavera laisse de très nombreux clients, mais aucun n’est en mesure de s’imposer aux courtisans et aux autres conseillers195. La mort de los Cobos fait de Fernando de Valdés le seul survivant d’envergure. Toutefois, avant de mourir, los Cobos envoie à l’empereur certains de ses fidèles pour le conseiller sur les hommes à nommer pour le remplacer et pour peupler le Conseil de régence. Parmi eux, on peut signaler son neveu, Juan Vázquez de Molina et Fernando de Valdés. Ces derniers prennent la tête du vaste réseau de secrétaires chargés de contrôler les institutions curiales et l’accès au monarque qui ont été mis en place par los Cobos. Valdès qui s’était rapproché de los Cobos pour se protéger de l’hostilité de Tavera se fait alors le champion des clients de los Cobos et lance une chasse aux clients de Tavera qu’il déloge méthodiquement de toutes leurs places en les envoyant en Amérique, à Rome ou résider dans leurs diocèses196.

102Encore une fois, les factions n’ont pas toutes la même puissance et leurs affrontements ne sont pas tous aussi importants dans le jeu politique. Ainsi, s’ils semblent relativement importants en Angleterre, en Espagne, aux Pays-Bas ou en Hongrie, ils semblent assez secondaires dans la France de Louis XII et de François Ier. Ces situations différentes peuvent s’expliquer par la relative stabilité du pouvoir monarchique en France alors qu’en Angleterre les partis peuvent se former assez facilement en raison de la polarisation religieuse, qu’en Espagne et aux Pays-Bas, l’absence de l’empereur facilite également la constitution de partis, et qu’en Hongrie, la faiblesse du pouvoir et la menace militaire sont également des facteurs de division.

Le prince en son Conseil

103Quoi qu’il en soit, dans quelle mesure ces factions ou ces ministres puissants mettent-ils en cause le contrôle du Conseil par le prince ? L’attitude du roi doit être examinée. Quel rôle jouet-il au sein de son Conseil, où les décisions sont prises sinon par lui, du moins en son nom ? L’époque ne se prête pas à des schématisations rigides. La prise de décision relève vraisemblablement d’un mélange d’autorité monarchique, de compétence technique et de faveur royale. La spécificité de la période réside peut-être dans la nécessaire combinaison de ces différents aspects, le spécialiste n’étant rien sans la faveur et le favori ne pouvant pas grand-chose sans relais politiques et administratifs. Le prince est là pour arbitrer le tout.

  • 197 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

104Avec la progression de l’État, la question de l’implication du prince dans le gouvernement pose parfois problème. L’évolution bureaucratique est particulièrement nette dans le cas de l’Empire ottoman. On observe en effet à partir de la fin du premier tiers du XVIe siècle, un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur qui s’explique par la fin de l’expansion de l’empire et le ralentissement des conquêtes. Après l’échec devant Vienne en 1529, le milieu de la décennie 1540 voit ainsi se substituer à l’image du sultan guerrier et conquérant (le ghazi) celle d’un monarque protecteur, garant de la loi, au pouvoir stable et juste. D’ailleurs, le surnom ottoman de Süleyman n’est pas « le magnifique », mais kânûni (« le législateur »). Dans le même temps, le pouvoir politique se recentre spatialement autour du palais de Topkapi au cœur de la capitale. Désormais, la source du pouvoir provient de l’intérieur et l’exercice du pouvoir s’effectue en cercles concentriques à partir du noyau central que constituent le sultan et son entourage proche. Dans cette configuration nouvelle, le sultan cède progressivement la place au vizir comme centre du gouvernement. C’est alors que s’impose une forme de bureaucratisation et de standardisation dont la rédaction des registres du mühimme est une parfaite illustration197. Cela signifie-t-il pour autant que le sultan ne gouverne plus et que le grand vizir est tout puissant ? Loin de là. D’abord, on l’a vu, le prince a toujours la possibilité de disgracier son principal ministre. De surcroît, les miniatures le représentent écoutant derrière une fenêtre les séances du Divân (fig. 11). Le cas ottoman mérite d’être confronté aux autres situations couvertes par ce livre.

Un gouvernement par Conseil ou hors du Conseil ?

  • 198 Marco Pellegrini, « A Turning-Point in the History of the Factional System in the Sacred College: t (...)

105À la différence d’espaces comme les royaumes scandinaves, ou même, d’une certaine manière, la monarchie pontificale, le rapport de force entre le prince et son Conseil est, au XVe siècle, très largement favorable au premier dans la plupart des cas qui ont été retenus dans ce livre. On signalera toutefois que la Suède, autant que le Danemark ou l’État pontifical montrent qu’il n’y a pas de situations figées. Ainsi, aussi bien la Suède de Gustave Vasa (1523-1560) que le Danemark de Christian III (1534-1559) voient un net renforcement du pouvoir royal par rapport aux Conseils (fig. 12). De la même manière, le pontificat d’Alexandre VI Borgia (1492-1503) marque un tournant décisif dans le rapport de force entre le pouvoir du pape et celui de la curie au détriment des courants conciliaristes198. Les cardinaux cessent alors de co-diriger l’Église avec le pape. Ils en sont alors réduits à l’auxilium et consilium et n’exercent plus leur plenitudo potestatis que lors des vacances pontificales.

Fig. 11 > Le Divân. On voit l’intérieur de la chambre du Conseil ainsi que le sultan écoutant en secret les débats. Hünername I (1584/1585). [Topkapı Palace Museum, H. 1523]

Fig. 12 > Portrait de Christian II par Dürer [British Museum, Londres]. Christian II est élu en 1513 par un Conseil composé d’une aristocratie bien déterminée à limiter le pouvoir royal. En cherchant à renforcer son pouvoir contre celui de l’aristocratie, Christian II s’aliène progressivement son aristocratie. Il est déposé en 1523.

  • 199 Pierre Savy, p. 190 du présent ouvrage.
  • 200 Giovanni Muto, p. 236 du présent ouvrage.
  • 201 Dénes Harai, p. 244 du présent ouvrage.

106La manière de gouverner dépend largement de la personnalité du souverain et du degré d’institutionnalisation du Conseil. Lorsque ce dernier est bien établi, le prince peut toujours choisir de le laisser de côté pour affirmer son autorité. C’est ainsi par exemple que Francesco Sforza gouverne essentiellement avec sa chancellerie et quelques conseillers proches, tandis qu’il peuple son Conseil secret de nobles qu’il met de cette manière à l’écart. Son fils Galeazzo Maria en revanche semble l’écouter davantage. Quoi qu’il en soit, le Conseil est clairement dominé par le prince qui n’hésite pas à le réprimander lorsqu’il n’exécute pas suffisamment vite ses ordres199. À Naples, il faut là aussi distinguer en fonction des monarques et des contextes. Alphonse, puis Ferrante, gouvernent largement sans leur Conseil. Après la conquête du royaume par Ferdinand le Catholique, l’intérêt du nouveau monarque n’est évidemment pas de renforcer une structure qui confère du pouvoir à la noblesse titrée. Ferdinand préfère donc s’appuyer sur la chancellerie. Par la suite, Charles Quint, informé par la résistance ancienne et récurrente des barons au pouvoir royal, poursuit la politique de son grand-père et fait de la chancellerie et de ses régents le centre de la vie administrative du royaume de Naples200. En revanche, le Conseil peut prendre la direction des affaires lorsque le pouvoir royal est affaibli. Dénes Harai en donne un exemple frappant. Lorsque Mathias, roi de Hongrie élu par la Diète le 24 janvier 1458 confie à Jean Vitéz, évêque de Várad, la mission de racheter pour 70 000 florins la couronne du royaume détenue par l’empereur Frédéric III, le Conseil le sermonne en lui rappelant qu’il doit donner son accord pour entamer des négociations et conclure des traités avec une puissance étrangère201. Le roi est donc contraint de confier à un comité composé de sept conseillers la mission qu’il avait au départ décidée seul.

  • 202 Dénes Harai, p. 268 du présent ouvrage.

107L’exemple hongrois montre que le contexte, la personnalité du souverain et aussi son origine peuvent bouleverser l’équilibre qui existe entre le prince et son Conseil. Ainsi, une fois franchies les premières années du règne au cours desquelles Mathias doit se défaire des habits de plus puissant baron de Hongrie pour revêtir ceux de roi, ce qui l’oblige à quelques gestes en direction de son Conseil et de l’aristocratie, il réduit progressivement son Conseil à une assemblée dont le rôle est d’approuver et d’exécuter sa volonté. Cette affirmation ne va pas sans heurts et certains conseillers complotent contre leur roi en 1467 et 1470. La situation n’est pas la même sous ses successeurs Jagellon que leur origine étrangère rend impuissants face à la pression des clans aristocratiques. Vladislas II (1490-1516) et Louis II (1516-1526) en sont donc largement réduits à suivre l’avis de leur Conseil. La multiplication des documents ornés de nombreux sceaux souligne combien le Conseil s’impose alors comme un « point de contact » entre les élites du royaume et le pouvoir central. La présence de tous ces sceaux valide les décisions du Conseil comme n’étant pas simplement l’émanation de la volonté d’un souverain d’origine étrangère, mais bien de la volonté de l’élite nobiliaire et ecclésiastique du royaume202. De la même manière, l’Écosse présente des cas de figures fort divers en raison de la succession de minorités dans la première moitié du XVIe siècle. Au cours de ces dernières, on observe une forme de gouvernement collectif avec les magnats et un rôle tout à fait essentiel du Conseil. Par exemple en 1513, après la mort de Jacques IV à la bataille de Flodden, une vingtaine de lords se voient

  • 203 Cité par Julian Goodare, op. cit., p. 130.

Ordanit to remane daily with the quenys graice to gif hir consell in all materis concerning the wele of the realme.203

  • 204 Tout au moins si l’on en croit une historiographie relativement récente (elle remonte aux années 19 (...)
  • 205 Pierre Gonneau, art. cit., p. 183.
  • 206 Donald Ostrowski, « The Growth of Muscovy… », art. cit., p. 218. On trouve également la formule : « (...)
  • 207 Donald Ostrowski, « The Growth of Muscovy… », art. cit., p. 217-218 et 224-225.

108De la même manière, quelques décennies plus tard, dans l’Écosse de Jacques VI, devenu Jacques Ier d’Angleterre, l’absence du monarque se traduit par l’autonomisation progressive du Conseil qui jusque-là avait largement gouverné en tandem avec le roi. D’une manière générale donc, ce qui caractérise les relations entre le prince et son Conseil, « en conditions normales » (c’est -à-dire hors crises dynastiques, intérieures ou militaires) est un gouvernement par consensus. Il s’agit de gouverner et de maintenir la paix au sein d’un espace en associant aux décisions du prince des représentants de l’élite, cette dernière, signifiant, par sa participation au Conseil, sa soumission à la souveraineté du prince. L’exemple de la Moscovie aux tournants des XVe et XVIe siècle est peut-être l’un des plus clairs204. L’ascension de Moscou et de ses grands princes dans la Russie du XVe siècle et du début du XVIe siècle, sous les règnes de Vassili II (1425-1462), d’Ivan III (1462-1505) et de Vassili III (1505-1533) est un processus qui se caractérise clairement par le consensus entre le grand prince et les boyards. Cependant, comme le rappelle Pierre Gonneau, les boyards ne sont pas reconnus comme une « nation nobiliaire », sur le modèle du naród szlachecki polonais ou de la noblesse hongroise. Toutefois, les principaux clans nobiliaires n’en ont pas moins un poids politique considérable, notamment en raison des liens matrimoniaux qui les unissent (et que Nancy Shields Kollmann a mis en évidence) et des clientèles verticales qu’ils entretiennent205. Aussi, les décisions sont prises après consultation de la Douma des boyards. L’approbation des boyards est indispensable pour toute décision politique importante ou pour tout traité diplomatique et leur présence est obligatoire lorsque le grand-prince reçoit des ambassadeurs. L’association des boyards aux décisions du prince va loin puisque les trois codes de lois émis entre 1497 et 1589 les incluent aux côtés du prince, comme étant à l’origine de la décision. Ainsi, le code de lois (Sudebnik) de 1497 commence par les mots suivants : « L’année 7006, au mois de septembre, le Grand Prince de toute la Rus’ Ivan Vasil’evich, avec ses fils et ses boyards, a compilé le code de lois… » De nombreux décrets contiennent la formule « Le Grand Prince a décrété avec les boyards206. » Toutes ces formules montrent bien que les boyards n’ont pas une simple fonction de conseil, mais qu’ils interviennent également dans la décision. Cela concerne toutefois uniquement les actes de gouvernement les plus importants (codes de lois ; traités avec des puissances étrangères entre autres). Les décisions moins importantes, à caractère local par exemple, peuvent se dispenser de l’appui des boyards. On comprend bien qu’il y a des questions intermédiaires qui peuvent donner lieu à des discussions et qu’il peut y avoir des frictions entre le prince et les boyards lorsque ces derniers considèrent que le premier a usurpé ses droits207. Ce caractère incontournable des boyards pose plus généralement la question de la place du prince dans son Conseil. Même lorsqu’il est davantage en mesure d’imposer sa volonté, comment les choses se passent-elles, concrètement ?

Fig. 13 > Écritoire d’Henri VIII [Victoria and Albert Museum, Londres, W. 29 :1-9-1932]. Ce bureau portatif en noyer est l’un des rares objets de luxe de la Cour d’Henri VIII à avoir survécu. L’implication croissante d’Henri VIII dans les affaires de l’État à partir de la décennie 1530 multiplia dans ses palais les pièces de ce genre.

Une présence épisodique du prince à son Conseil

109Les princes évoqués dans ce livre sont-ils aussi rigoureux que Shâhriyâr, le roi des Mille et une nuits ? En effet, au matin de la première nuit passée avec Shahrâzâd le roi gagna la salle du conseil où il fut rejoint par le vizir […] et par les chefs militaires. La salle du conseil une fois remplie, le souverain rendit la justice, nomma aux emplois, révoqua, donna les ordres et prononça les interdictions jusqu’à la fin du jour […] [puis] le conseil fut levé et le roi regagna ses appartements.

  • 208 Les Mille et une nuit, éd. Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel, Paris, 2005, p. 21, 28, et aussi (...)
  • 209 Steven Gunn p. 26 du présent ouvrage.
  • 210 Steven Gunn p. 38 du présent ouvrage.

110Et le lendemain [lorsque] l’aube [vint] reprendre Shahrâzâd, parler n’était plus permis : elle se tut. Comme à l’accoutumée, le roi Shâhriyâr passa la journée en son conseil, puis regagna ses appartements. et ainsi de suite, jour après jour208. Les princes occidentaux sont-ils, comme Shâhriyâr, présents quotidiennement à leur Conseil ? Y assistent-ils tout court ? Les situations sont assez diverses, y compris, au sein d’un même royaume, en fonction des personnalités des souverains, ou même, au sein d’un même règne, en fonction de l’âge du souverain. Ainsi, en Angleterre, si Henri VII est régulièrement présent au Conseil, son fils Henri VIII y assiste beaucoup moins, tout comme Edouard VI n’y met les pieds qu’épisodiquement, lorsqu’il s’agit de lui apprendre son métier de roi209. De la même manière, on peut diviser le règne d’Henri VIII entre la période qui précède et celle qui suit la disgrâce de Thomas Wolsey. Au cours de la première, le chancelier gouverne dans une large mesure et les relations entre le roi et son Conseil sont épisodiques. Après 1529, en revanche, et en dépit même du rôle de Cromwell, véritable intermédiaire entre le souverain et ses conseillers, Henri VIII travaille davantage avec son Conseil210 (fig. 13 et 14).

Fig. 14 > Autre exemple de l’implication d’Henri VIII dans les affaires, ces annotations de sa main suggérant des amendements au texte initial de l’Act of Appeals (bas de la page). [Londres, British Library, Cotton Ms Cleopatra, E vi, f° 179v°-180]

  • 211 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

111Dans l’Empire ottoman, le code de lois de Mehmed II présente l’intérêt de nous de dire les choses très clairement. L’article 30 par exemple affirme que le sultan n’a plus à siéger aux réunions du Conseil. Il lui est possible de suivre les débats en secret mais il y prend rarement part. Des intermédiaires communiquent au Conseil les points que le sultan souhaite voir abordés. Le résultat des discussions est transmis au sultan. L’étude des registres du mühimme donne tout son sens à cette pratique. On y découvre en effet que les affaires les plus secondaires sont enregistrées au côté des plus importantes et l’on comprend que le sultan ne se soit pas impliqué dans la gestion quotidienne de l’administration211. De la même manière, François Ier n’entend pas s’impliquer dans la routine du gouvernement, comme l’écrit l’ambassadeur de Venise :

  • 212 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, (...)

Sa Majesté ne veut pas […] être jamais superintendant, parce qu’il lui paraît qu’il suffit de bien faire sa propre part, qui est de donner des ordres et de décider, et de laisser ensuite le reste aux autres.212

112Cavalli est très clair et, comme pour le sultan, on voit clairement que si le roi de France n’entend pas se mêler de gestion administrative, il est en revanche très attaché à décider lui-même des affaires d’importance :

  • 213 E. Alberi, op. cit., I, I, p. 238-239.

Il est vrai que dans toutes les affaires d’État de la plus haute importance et dans les projets de guerre, Sa Majesté veut que, comme en les autres matières Elle s’en remet à eux, dans celles-ci eux et tous les autres s’en remettent à Elle ; et dans ces cas, il n’est personne de la cour, quelque autorité qu’il possède, qui ait l’audace de Lui adresser un seul mot contraire.213

113Il s’agit ici de bien faire la distinction entre ce qui relève du conseil (l’acte de conseiller) et de la décision. La question est clairement abordée dans plusieurs textes. Dans un écrit rédigé au plus tard en 1433, le roi du Portugal Duarte Ier (1433-1438) écrit :

  • 214 Cité par Rita Costa-Gomes, p. 155 du présent ouvrage.

nous recommandons à tous nos officiers, quand ils nous parlent des choses de notre service ou quelque autre requête, qu’ils soient avertis de nous dire tout de suite leur accord sur l’affaire, pour que de notre jugement, plaisant à Notre Seigneur, nous puissions mieux déterminer ce qui sera fait.214

114Dans l’introduction de ses Mémoires, qu’il dédie à Philippe le Beau, jeune archiduc d’Autriche, Olivier de La Marche tient également des propos très clairs :

  • 215 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. 1, Paris, 1883, p. 163, cité pa (...)

Et pour vous donner a entendre vérité, j’escrips cest acte affin que vous prenez exemple de jamais [ne] donner auctorité sur vous a ceulx qui doivent vivre et regner soubz vostre main. Mais je conseille bien que vous leur devez demander conseil et ayde pour vos grans affaires conduire et soustenir.215

115Machiavel ne dit pas autre chose dans Le Prince :

  • 216 Machiavel, Le Prince, éd. Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, 2000, p. 191.

Un prince prudent doit [choisir] dans sont État des hommes sages, et laisser à ceux-là seuls qu’il a choisis la voie libre, pour qu’ils lui disent la vérité, et seulement sur ce qu’il leur demande et sur rien d’autre – mais il doit leur demander un avis sur chaque chose – et il doit écouter leur opinion ; ensuite, il doit décider par lui-même, à sa façon.216

  • 217 Mémoire donné par Louis XIV à Philippe V partant pour l’Espagne, le 3 décembre 1700 (publié par C. (...)
  • 218 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre II, « Le roi en son conse (...)

116Louis XIV tient un discours identique à son petit-fils Philippe V au moment où ce dernier part régner sur l’Espagne : « Écoutez, consultez votre Conseil, mais décidez217. » On peut également penser à l’analyse de l’autorité de Philippe le Bel à laquelle procède Jean Favier qui écrit qu’il a souvent laissé faire ses conseillers, en se contentant de présider les assemblées et en s’accordant toujours le temps de la réflexion : « Il intervient pour conclure, quand les choses sont au point ». Selon lui, « le roi choisit telle politique, que propose tel conseiller, et cela même fait de ce conseiller l’homme le plus influent du Conseil218 ». Pour autant, quels sont les moyens dont dispose le prince pour contrôler son Conseil ?

Le contrôle du Conseil

  • 219 Cédric Michon, p. 88 du présent ouvrage.

117Le premier moyen, on l’a vu, n’est pas toujours évident à mettre en œuvre : il consiste à contrôler les entrées et à ordonner les sorties. Le second moyen est incarné par les tentatives un peu inabouties de se passer de principal ministre. Le favori ou le ministre tout puissant est en effet dangereux pour son souverain, car ce dernier risque de se trouver en quelque sorte coincé entre les mains de son serviteur. Un homme qui concentre tous les dossiers est vite indispensable. L’exemple de Louis XIV affirmant à la mort de Mazarin qu’il va gouverner par lui-même est l’exemple le plus connu d’un souverain désireux de rompre avec la puissance qu’il juge excessive de son principal ministre. François Ier aussi semble avoir tenté, au lendemain de la disgrâce du connétable Anne de Montmorency, en 1541, d’établir un gouvernement collégial qui ne soit plus entre les mains d’un ministre tout-puissant. Mais cette tentative est un échec. Catherine de Médicis rapporte comment, à la suite de cette décision, le roi arrive un jour au Conseil et que, constatant qu’aucun dossier n’a été préparé, il s’en prend violemment à Claude d’Annebault et au cardinal de Lorraine219.

118Une autre solution pour s’assurer le contrôle du Conseil passe par le soutien de plusieurs politiques à la fois ou, tout au moins, par le refus de choisir a priori parmi ses conseillers entre les tenants de voies diverses. En effet, étant donnée la complexité des affaires, le prince est certainement influencé, à l’occasion, par la présentation des dossiers qui lui est faite. Le roi est particulièrement exposé à une telle influence sur les dossiers techniques, qu’il s’agisse des questions judiciaires, financières ou religieuses. Pour ne pas subir le joug des techniciens, toutefois, les souverains disposent de moyens divers. Le premier d’entre eux consiste à appeler à leur Conseil, en parallèle ou en même temps, des concurrents dont les objectifs ou les points de vue sont opposés ou tout au moins différents. Un témoignage touchant Henry VIII est particulièrement intéressant de ce point de vue. Dans une lettre au réformateur Capiton, de juillet 1537, l’archevêque de Canterbury, Thomas Cranmer, rapporte :

Le roi est le plus rigoureux et le plus vigilant dans toutes les affaires et a coutume de remettre les livres de cette espèce [livre envoyé par Capiton à Henry VIII] […] à l’un de ses intimes afin qu’il le lise et qu’il lui donne son avis. Il le communique ensuite à quelqu’un d’autre totalement opposé au parti précédent dans sa manière de penser.

  • 220 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a life, New H (...)

Ainsi, une fois seulement qu’il a obtenu leur avis et qu’il l’a suffisamment pondéré […] il fait part de sa décision.220

  • 221 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League o (...)
  • 222 Cédric Michon, p 89 du présent ouvrage
  • 223 Pour tout ce qui suit, voir José Martínez Millán, p. 122 du présent ouvrage.

119D’ailleurs, dans le cadre des négociations de 1538 avec l’ambassade envoyée par la Ligue de Smalkalde, Henry VIII prend le soin de se faire conseiller par Cuthbert Tunstall, évêque conservateur de Durham. Dans cette affaire, la détermination du roi d’Angleterre à disposer des conseils d’un prélat non acquis à la cause protestante est attestée par le fait qu’il n’hésite pas à faire revenir à cette occasion Tunstall des marches écossaises, où il occupe les fonctions de président du Council in the North221. Henry VIII se libère ainsi de sa dépendance à l’égard de ses conseillers trop favorables aux idées réformées. François Ier, dans sa gestion de la diplomatie à l’égard des princes protestants, utilise une méthode assez proche. La grande question de la diplomatie française de la décennie 1540 est en effet celle du positionnement du royaume entre l’Angleterre et l’Empire et celle de son attitude à l’égard des princes protestants allemands. Dans cette perspective, François Ier choisit de mettre en concurrence deux politiques d’alliance avec les princes allemands, incarnées par deux de ses conseillers. L’une, a-confessionnelle, est préconisée par le cardinal François de Tournon, qui entend, avant tout, contrarier les intérêts de l’empereur en Allemagne ; l’autre, politico-religieuse, vise le même objectif mais encourage en même temps le dialogue religieux. Elle s’appuie notamment sur les réseaux allemands du cardinal Jean Du Bellay. On observe ainsi durant la décennie 1540 un chassé-croisé d’influences entre les deux cardinaux et les deux politiques, qui sont souvent menées en même temps222. On trouve une situation tout à fait comparable dans l’entourage de Charles Quint après l’échec de la paix de Madrid aux lendemains de Pavie, échec qui signe la fin de la « voie flamande » qui s’efforçait d’instaurer la stabilité des relations entre François Ier et Charles Quint223. Face aux tensions qui traversent alors la Cour impériale, Charles est coincé entre le parti flamand, en perte de vitesse, et le parti castillan, qui pousse à la guerre. Dans ce contexte tendu, Charles Quint refuse de trancher et soutient deux politiques différentes, qui sont portées par des conseillers différents. Tout d’abord, sans doute désireux de ne pas se livrer totalement à ses conseillers castillans, Charles refuse de retirer sa confiance à ses vieux conseillers flamands. L’échec de la politique de ces derniers le contraint toutefois à envisager une politique alternative. Deux politiques sont alors suivies en parallèle. L’une s’appuie sur le connétable de Bourbon, gouverneur de Milan, et est soutenue par Gattinara et les « Castillans ». L’autre s’appuie sur Hugo de Moncada, lieutenant de Charles de Lannoy, vice-roi de Naples, avec le soutien des Flamands. Milan et Naples constituent alors deux capitales rivales pour la direction politique italienne de l’empereur. Mais il ne s’agit pas seulement d’un affrontement napolitano-milanais, castillano-flamand ou d’un gouverneur contre un vice-roi. De manière sous-jacente, l’affrontement est également idéologique. Lannoy tient en effet pour les idées érasmiennes de conciliation entre les sphères spirituelles et temporelles afin de maintenir la paix entre les princes chrétiens. De leur côté, Gattinara et le connétable Charles de Bourbon tiennent pour une approche gibeline selon laquelle le pouvoir spirituel est soumis au pouvoir temporel. Tout comme Ferdinand le Catholique avant eux, ils visent à l’hégémonie en Italie pour assurer les possessions espagnoles, notamment napolitaines. Le programme de Gattinara inclut des préoccupations de réforme de l’Église qui doivent être conduites au moyen d’un concile universel placé sous la tutelle de l’empereur en sa qualité de « monarque universel ». Charles Quint ne tranche pas entre la politique de Lannoy et celle de Bourbon, chacun se considère donc comme soutenu dans ses décisions, tant Lannoy dans ses efforts pour instaurer une trêve de quatre mois (16 mars 1527) censée déboucher sur la paix que Charles de Bourbon dans sa descente sur Rome qui débouche sur le sac de la ville (6 mai 1527). Les cartes sont redistribuées à ce moment-là. D’abord, par la mort du connétable devant les murailles de Rome ; ensuite, par l’affaiblissement de la légitimité de Lannoy en raison des événements italiens ; enfin, par la mort de Lannoy le 23 septembre 1527. Cette disparition sonne le glas de l’influence du parti flamand et le triomphe des Castillans et de Gattinara. En menant de front deux politiques différentes, l’empereur s’est laissé le temps de décider laquelle était la plus appropriée. Il ne faut sans doute pas toutefois être trop déterministe. Il n’est pas certain, loin de là, que Charles Quint ait toujours contrôlé l’action du connétable de Bourbon par exemple. Par ailleurs, le hasard des disparitions successives de ce dernier, puis de Lannoy explique aussi le triomphe de Gattinara et des « Castillans ».

  • 224 José Martínez Millán, p. 124 du présent ouvrage.

120Si le prince encourage à l’occasion plusieurs partis et plusieurs politiques, il peut également modérer la puissance de son plus proche conseiller en maintenant en embuscade, voire à côté du principal conseiller, un autre homme qui puisse le remplacer ou, tout au moins, faire peser sur lui la menace d’un remplacement. Souvent en effet, le prince, même lorsqu’il s’aide d’un conseiller qui a pris le pas sur les autres, possède toujours en réserve des conseillers prêts à suppléer le favori en cas de nécessité. En France, Guillaume Briçonnet sous Charles VIII doit tenir compte d’Étienne de Vesc, Georges d’Amboise sous Louis XII de Florimond Robertet et Étienne Poncher, et Anne de Montmorency sous François Ier de l’amiral Chabot. Il ne s’agit pas de remettre en cause la prééminence, chacun en leur temps, des trois hommes, mais de souligner que le roi dispose, en réserve, d’individus qui peuvent les remplacer. De la même manière, quelques décennies plus tard, Henri IV, tout en conférant à Sully une très grande puissance, prend bien soin de ne jamais le laisser seul et il maintient toujours Villeroy, le principal secrétaire d’État. Le prince encourage également les duos au sommet de l’État, ainsi de ceux constitués par le connétable de Montmorency et le cardinal de Lorraine entre 1536 et 1541, ou, un peu plus tard, par l’amiral d’Annebault et le cardinal de Tournon. Dans ces deux derniers cas, toutefois, les deux officiers ont une claire prééminence sur les deux cardinaux. Dans l’Angleterre d’Henri VIII, le duc de Norfolk est un peu l’éternel second, derrière Thomas Wolsey, puis Thomas Cromwell, prêt à faire la transition après la disgrâce du principal ministre. Quelques autres conseillers, comme Suffolk ou Gardiner sont également là pour faire contrepoids à la toute puissance du chancelier puis du secrétaire. Les duos sont parfois plus équilibrés. Ainsi, le gouvernement de l’Empire de Charles Quint est placé entre 1530 et 1547 sous le patronage de deux hommes à la puissance comparable : Francisco de los Cobos et Juan Tavera. Leur influence et leur pouvoir se traduisent par le contrôle de deux secteurs différents de l’administration : le premier contrôle les secrétariats tandis que la sphère d’influence du second s’exerce sur les letrados qu’il introduit dans les Conseils224. Cobos contrôle les entrées au Conseil des finances, tandis que Tavera contrôle le Conseil des Indes, le Conseil des ordres ainsi que le Conseil de Castille. De la même manière quelques années plus tard le pouvoir est partagé entre Fernando de Valdés et Hernando Niño. Dans tous ces cas, l’idée est manifestement d’assurer un exercice équilibré du pouvoir, sans prééminence excessive.

  • 225 Londres, PRO, SP 1/70, f° 4-7 (LP, V, 986, 987).
  • 226 Londres, BL, Cleop E v, 298. Strype, Eccl. Mem I/II, 92 (LP, XIV/II, 278, p. 112).
  • 227 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, 2008, p. 229-232.

121Une dernière solution pour contrôler le Conseil est utilisée aussi rarement qu’elle est efficace : elle consiste à exercer un contrôle sur les consciences. On en trouve deux exemples : en Angleterre et en Espagne. En Espagne, José Martínez Millán, formule l’hypothèse que le contrôle de l’Inquisition est un moyen de nettoyer le Conseil des opposants. Selon lui, c’est le contrôle que les partisans de Ferdinand exercent sur l’Inquisition qui permet leur ascension rapide au sommet du pouvoir. Ils comprennent parfaitement quelle redoutable arme politique elle peut constituer puisqu’elle permet d’expulser un ennemi politique des principales charges de la monarchie. C’est ainsi qu’à partir de 1498, c’est -à-dire à partir de la nomination de Diego de Deza au poste d’inquisiteur général, le parti de Ferdinand affermit sa domination sur la Cour et le Conseil. En Angleterre, dans le contexte de la rupture avec Rome, on pourrait faire une analyse assez comparable de la politique de Thomas Cromwell qui instaure pendant quelques années un véritable contrôle des consciences religieuses. Certains conseillers sont poursuivis pour cause de dissidence religieuse ou politique. Ainsi, après la convocation à Londres en avril 1534 de l’évêque Cuthbert Tunstall, un serviteur de Thomas Cromwell, John ap Rice, reçoit l’ordre de fouiller les bureaux de l’évêque dans ses résidences du Nord, à Auckland, Stockton et Durham afin d’y trouver d’éventuels écrits de Tunstall hostiles aux positions royales sur la question des Appels en Cour de Rome225. Quelques années plus tard, l’évêque de Chichester, Richard Sampson apprend que son sermon de l’Assomption 1538 a fait l’objet d’un rapport hostile. Il n’en sait pas plus et demande à pouvoir se justifier226. Il semble ainsi s’instaurer progressivement un véritable climat de suspicion et d’effroi parmi les conseillers conservateurs du roi, en particulier les prélats, qui s’efforcent de désamorcer tout événement qui pourrait être interprété comme une trahison. On a le sentiment d’assister à l’emballement d’un système du soupçon au sein duquel les sans-grades rivaliseraient de zèle et s’efforceraient d’anticiper les demandes de Londres. Dans le contexte d’un pouvoir central suspicieux, qui sait bien que ses réformes religieuses suscitent au mieux l’indifférence et au pire l’hostilité, la porte est ouverte aux ambitions des petits, désireux de se signaler dans l’application fanatique de la volonté de Cromwell et de ses associés227. Le cas anglais est original ; on n’observe rien de tel, semble-t-il, dans le royaume de France ou en Italie alors même que, pour la France au moins, à partir de la décennie 1520, et encore plus à partir du milieu de la décennie 1530, les tensions religieuses sont bien présentes.

CONCLUSION

122Le Conseil constitue donc une entrée réflexive particulièrement riche pour l’histoire de la Cour, de l’État, des institutions, des idées politiques et de la société politique de la Renaissance. Dans le contexte du développement des cours et de l’affirmation d’un État de plus en plus élaboré et puissant autour de la figure du prince, le Conseil est l’une des rares composantes des processus en cours qui permette d’aborder aussi bien les dynamiques bureaucratique que domestique et féodale qui interviennent dans la mise en place de l’État moderne. Plus qu’aucune des autres institutions centrales (chancellerie, parlements divers, cours de justice, chambres des comptes, etc.) le Conseil est celle qui, en même temps qu’elle participe au renforcement et à la centralisation de l’État affirme avec force la dimension personnelle du pouvoir du prince. Au cours d’une période qui voit les Conseils s’affirmer face aux conseillers avec la mise en place du Consejo d’Estado, du Raad van state, des différents Privy Councils et Conseils des finances, alors que l’État domestique semble céder la place à l’État bureaucratique, on ne s’impose au Conseil que par la faveur du prince. C’est donc au Conseil, plus que nulle part ailleurs, que l’évolution de la nature de l’État peut vraiment se lire dans toute sa subtilité. À travers lui on voit que le processus à l’œuvre ne se caractérise pas par un simple croisement de deux courbes (chute des formes domestiques, essor des formes bureaucratiques), mais par l’association des deux dimensions. En son sein, on voit des juristes être anoblis, des responsabilités financières être confiées à des nobles d’épée, des secrétaires s’emparer des commandes grâce à la faveur d’un prince qui leur ouvre en même temps les charges de son hôtel ; on observe la fonctionnarisation des courtisans et l’exploitation administrative et politique de la féodalité. À la Renaissance, l’institutionnalisation du Conseil bute encore, et peut-être même plus que jamais, sur l’omniprésence du prince : puisque c’est par la faveur du prince que l’on accède aux plus grandes responsabilités, l’institutionnalisation ne peut-être que partielle et imparfaite. On observe ainsi une institutionnalisation plus marquée dans les Conseils secondaires, alors que la faveur conserve un rôle de premier plan au centre du dispositif. Le Conseil profite de la tension ontologique qui existe entre la monarchie personnelle et tout ce qui peut ressembler à un corporatisme institutionnel ou administratif.

123Ce qu’il faut retenir du Conseil dans l’Europe de la Renaissance, c’est donc, certes, son institutionnalisation croissante, mais c’est aussi la fluidité de sa forme, inévitable dans le cadre d’un pouvoir personnel. C’est également la coexistence d’avatars issus de cet organisme scissipare puisqu’on a vu que le Conseil se subdivisait à l’occasion en fonction des affaires à traiter. C’est enfin sa souplesse en tant qu’instrument de gouvernement qui s’ajuste en permanence aux nécessités du moment. Sous le règne de souverains maîtres du jeu comme Henri VII, Henri VIII, François Ier, Henri II, Charles Quint, Philippe II, Manuel Ier, Mathias Ier Corvin, Francesco Sforza ou Ferrante d’Aragon, on observe ainsi un « équilibre » au sein de Conseils qui voient la coexistence de conseillers incarnant le dynamisme de la monarchie domestique, d’autres qui annoncent le développement technicien et bureaucratique, et d’autres enfin qui soulignent l’ouverture de princes prêts à appeler quelques grands féodaux quand cela peut servir leurs desseins. Dans ce contexte, le Conseil constitue un précipité de l’essence même de l’État de la Renaissance qui est fondamentalement un « État de l’équilibre et du consensus ». Les princes décident, mais réunissent leur Conseil régulièrement. Convaincus de la légitimité de leur pouvoir qu’ils envisagent comme tendant vers l’absolu, ils ne manquent pas pour autant de consulter régulièrement les représentants de la société politique car ce qui caractérise les relations entre le prince et son Conseil, en conditions normales, c’est la recherche du consensus. Il s’agit de gouverner et de maintenir la paix au sein d’un espace en associant aux décisions du prince des représentants de l’élite, cette dernière, signifiant, par sa participation au Conseil, sa soumission à la souveraineté du prince et son rôle dans la prise de décision politique.

124Toutefois, l’équilibre est facilement rompu : en cas de crise dynastique, de minorité, de désastre militaire ou de troubles intérieurs, le Conseil devient le parfait sismographe de l’état politique des espaces dont il est issu ; on perçoit en l’observant les mouvements des grands ensembles politiques, sociaux et institutionnels qui les gouvernent et dont les déplacements ne sont plus alors contrôlés ou limités par la pression du prince. L’effacement, même temporaire, de celui-ci, libère ces forces et la porte s’ouvre alors sur des recompositions qui peuvent déboucher sur le chaos. Le retour de l’autorité du prince ramène la situation à l’équilibre révélant par-là la résilience du modèle puisque dans l’Europe de la Renaissance il y a peu de crises durables au cours desquelles le prince est marginalisé significativement.

125Pour terminer, redisons que ni ce livre, ni ce chapitre de synthèse, ne prétendent avoir clos la question des Conseils à la Renaissance. Quatre aspects au moins mériteraient d’être creusés.

  • 228 Voir Patrick Boucheron, Julien Loiseau, Pierre Monnet et Yann Potin (dir.), Histoire du monde au XV(...)

126D’abord, une comparaison approfondie avec d’autres espaces enrichirait certainement notre compréhension du Conseil, qu’il s’agisse d’espaces européens (autres principautés impériales ou italiennes, royaumes scandinaves, royaume de Pologne-Lithuanie, Russie) ou extra-européens (empire du Mali, empire du Songhay, royaume du Kongo, Chine, Japon, Corée, empires maya, aztèque et inca), et la liste, évidemment, n’est pas close228.

  • 229 Cf les analyses de John Watts dans The Making of Polities. Europe, 1300-1500, Cambridge, 2009 où il (...)
  • 230 Rita Costa Gomes, « The court galaxy », dans Anthony Molho, Diogo Ramada Curto, Niki Koniordos (dir (...)
  • 231 Voir notamment Donald Ostrowski, « The growth of Muscovy… », art. cit., p. 217-218 et 232-233; Dona (...)

127Ensuite, il serait sans doute intéressant d’analyser les Conseils de la Renaissance dans leurs relations, leurs interactions, d’essayer de repérer une éventuelle circulation des procédures et des pratiques. On l’a vu, il est frappant d’observer des évolutions parallèles, comme la formalisation accrue des Conseils au cours des mêmes décennies, ou l’importance croissante des secrétaires. S’agit-il là d’évolutions qui relèvent de processus naturels qui s’expliqueraient avant tout par le fait que dans le cadre d’un État en développement, l’expansion des supports techniques est inévitable ? S’agit-il en même temps d’évolutions logiques dans le cadre d’une Europe qui se caractérise par un héritage commun d’idées et d’institutions qui expliquerait pourquoi des espaces et des individus différents répondraient d’une manière similaire à des problèmes similaires229 ? S’agit-il enfin (et peut-être toujours en même temps) d’un phénomène d’imitation de modèles observés par les ambassadeurs de plus en plus nombreux qui fréquentent les différentes cours ? Les travaux sur la Cour ont ainsi fait apparaître des transferts de modèles tels le gentilhomme de la chambre, l’allongement des appartements royaux, le baisemain, les modes vestimentaires, etc. Rita Costa Gomes a souligné de son côté l’existence d’une « galaxie de cours » au XIVe -XVIe siècle. Cette image est particulièrement bienvenue pour traiter et évoquer des cours qui constituent une réalité protéiforme faite de petites, de moyennes et de grandes cours qui interagissent les unes avec les autres et dont les échanges ne peuvent être résumés par un diffusionnisme à sens unique du type « Bourgogne ou Italie vers le reste de l’Europe230. » La métaphore astronomique apparaît donc très judicieuse pour désigner l’intrication des différentes cours et des différentes composantes de la Cour entre elles et notamment la production et la circulation des discours qui ont trait à la reproduction du pouvoir et à ses « secrets ». Qu’en est-il des institutions et des pratiques qui tournent autour du Conseil ? La question reste ouverte pour la plupart d’entre eux. On peut signaler toutefois qu’une telle recherche a été abondamment faite sur les institutions russes des XVe et XVIe siècles et notamment sur la Douma des boyards dont on a montré qu’elle avait vraisemblablement été modelée sur le divân des qarachi beys et sur le Conseil du khanat des steppes qui réunissait les chefs de clan. De la même manière, le rôle de la noblesse lithuanienne est essentiel dans la modernisation institutionnelle de la Moscovie, tout autant que l’arrivée de Grecs italianisés dans les bagages de Sophie Paléologue qui épouse Ivan III en 1472231.

Fig. 15 > Marguerite d’Autriche (1480-1530), gouvernante des Pays-Bas. Buste en bois par Conrad Meit, début du XVIe siècle. [Munich, Bayerisches Nationalmuseum]

  • 232 Parmi de nombreux ouvrages, on peut citer, par ordre de parution: Leslie Peirce, The Imperial Harem (...)

128Le rôle des femmes, précisément, mériterait un plus ample traitement. De Marguerite d’Autriche (fig. 15) à Louise de Savoie, de Marie Tudor à Isabelle de Castille, d’Anne Boleyn à la duchesse d’Étampes, de Roxelane à Marie de Hongrie, ou d’Isabelle Jagellon à Elena Glinskaia, nombreuses sont les femmes dont les relations avec le Conseil mériteraient d’amples et précises analyses. Plusieurs cas de figures existent, des mères aux tantes, femmes, sœurs et filles ; mais aussi des épouses aux maîtresses et aux concubines ; enfin de celles qui disposent d’une légitimité institutionnelle, telles les régentes, à celles qui doivent s’en passer. Cette question des femmes et du Conseil mériterait indiscutablement un traitement plus approfondi que celui qui lui a été réservé ici et auquel invite une bibliographie récente232. Découvrirait-on qu’il n’y a pas de spécificité du Conseil au féminin ou à l’inverse qu’il y a une manière de gouverner propre aux femmes dans l’Europe de la Renaissance ?

  • 233 Tim Harris (dir.), The Politics of the Excluded, c. 1500-1850, Londres, 2001.
  • 234 Là encore, parmi une abondante production, on peut citer, par ordre chronologique, Richard Hoyle, T (...)

129Enfin, une dernière question mériterait, elle aussi, d’être approfondie. Dans quelle mesure, en effet, les princes et leurs Conseils sont-ils contraints de tenir compte de l’opinion des populations ? Depuis plusieurs années déjà, les historiens, notamment anglo-saxons, s’intéressent aux popular politics. Selon eux, la « nation politique » dépasse largement le cadre de l’élite des comtés et des villes ou du parlement, et une bonne partie de ceux que l’on considère traditionnellement comme exclus du jeu politique y participent en fait233. Se sont ainsi développées les études sur les phénomènes de politisation, de mobilisation populaire, de propagande, de rumeurs ; sur les notions de sphère publique, d’espace public et d’opinion publique234. Ne serait-il pas judicieux de faire un retour historiographique vers les sommets en exploitant les découvertes qui ont été faites à la base et de se demander comment se positionne le Conseil dans cette perspective, d’abord comme principal acteur de la décision politique, ensuite, par ses membres, comme point de contact entre le prince et la nation politique ? Dans quelle mesure les popular politics influencent-ils les politics tout court ? Si le Conseil fait remonter au prince la rumeur du royaume, il fait aussi descendre vers le royaume ou ses représentants l’humeur du roi et sa volonté. Dans cette position synaptique qui est la sienne, est-il un collaborateur, un écran, un fusible, un transformateur, un relais, un obstacle du pouvoir ? Tout cela à la fois ou tour à tour ? Dans les nouvelles perspectives offertes par ces recherches, l’action du Conseil mériterait d’être analysée.

Notes

1 Est-il besoin de préciser que cet essai de synthèse est le résultat d’un travail collectif et de discussions approfondies avec l’ensemble des auteurs’ Il s’appuie largement sur les différentes contributions de l’ouvrage et s’efforce de les replacer dans un contexte encore plus large en abordant les espaces qui n’ont pu être traités au travers de chapitres spécifiques (notamment l’Écosse, le Danemark, la Suède, la Russie, et l’État pontifical). Une première version a été relue par Laurent Bourquin, Jean-Marie Cauchies, Steven Gunn, Dénes Harai, Philippe Hamon, Metin Kunt, José Martínez Millán, Heinz Noflatscher et Pierre Savy. Je ne saurais assez les remercier pour le temps qu’ils ont accepté d’y consacrer ainsi que pour toutes les corrections, précisions et remarques qu’ils m’ont suggérées. Il n’en reste pas moins que tous les propos de ce chapitre n’engagent que leur auteur.

2 On remarquera que la même origine se retrouve en russe où le mot « douma » (Дума) renvoie au verbe « penser » (Думать).

3 Jeanine Quillet, « La communauté. I. Communauté, conseil et representation », dans J. H. Burns, Histoire de la pensée politique médiévale Political Thought 350-1450, Paris, 1993 [Cambridge, 1988], p. 515-516. Jean-Philippe Genet, « Les conseillers du prince en Angleterre, à la fin du Moyen Âge : sages et prudents », dans Robert Stein (dir.), Powerbrokers in the Late Middle Ages : Les Courtiers Du Pouvoir Au Bas Moyen Âge, Turnhout, 2001, p. 117-151.

4 John Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », dans Dale Hoak (dir.), Tudor Political Culture, Cambridge, 1995, p. 292-310 et Jacqueline Rose, « Kingship and Counsel in Early Modern England », Historical Journal, 54, I, 2011, p. 47-71.

5 Thomas F. Mayer, Thomas Starkey and the Commonweal. Humanist politics and religion in the reign of Henry VIII, Cambridge, 1989 et Thomas Starkey, A Dialogue Between Pole and Lupset, T.F., Londres, 1989. Voir aussi T.F. Mayer, « Thomas Starkey » dans H.C.G. Matthew et Brian Harrison (dir.), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, 2004, vol LII, p. 303-304.

6 Daniel Rowland, « The Problem of Advice in Muscovite Tales about the Time of Troubles », Russian History, 6, 1979, p. 125-155.

7 Voir aussi Coran, 21 :69 (Coran, traduction D. Masson, Paris, 1967, p. 403).

8 « Comme la fonction du roi est de régler les affaires du royaume en son ensemble, comment pourra-t-il pourvoir à de telles tâches, si les évêques et les grands du royaume ne sont pas d’accord avec lui. Comment exercera-t-il sa fonction/ministerium, si les grands du royaume/ primores regni ne lui fournissent pas, par l’aide et le conseil, l’honneur et le respect qui lui sont dus’ », Abbon de Fleury, Canones, cité par Éric Bournazel, Louis VI le Gros, Paris, 2007, p. 257 et « La royauté féodale en France et en Angleterre (Xe - XIIIe siècles) », dans Éric Bournazel et Jean-Pierre Poly (dir.), Les Féodalités, Paris, 1998, p. 405. Voir sur cette question les commentaires de Jean-François Lemarignier, Le Gouvernement royal aux premiers temps capétiens (987-1108), Paris, 1965 et Dominique Barthélemy, La Mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des XIe et XIIe siècles, Paris, 1997, p. 247-248.

9 Lorsqu’il définit les devoirs du vassal, en 1020, Fulbert évêque de Chartres distingue le « service de cour » et le « service de plaid ». Par le premier, il doit, dans le cadre des assemblées de vassaux, conseiller son suzerain dans les décisions politiques. Par le second, il doit siéger à la cour qui juge les litiges de nature féodo-vassalique, Françoise Autrand, article « Conseil » dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 333 qui cite Fulbert lorsqu’il écrit : « Ce n’est pas en se contentant de ne pas nuire à son seigneur que le fidèle mérite son casement. S’il veut en paraître digne, il doit fournir fidèlement à son seigneur aide et conseil ».

10 Vivat rex !, discours au roi pour la réformation du royaume, 7 novembre 1405, dans Jean Gerson, Mgr Palémon Glorieux (dir.), Œuvres complètes, Paris, 1960-1973, 10 vol. , t. 7 (2), p. 1166.

11 Cité par Philippe Contamine, « Le sang, l’hôtel, le conseil, le peuple : l’entourage de Charles VII selon les récits et les comptes de ses obsèques en 1461 » dans Alain Marchandisse et Jean-Louis Kupper (dir.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge, Genève, 2003, p. 149. Pour un point de comparaison sur la place de la notion de conseil dans la littérature politique en Angleterre à la fin du Moyen Âge, voir Jean-Philippe Genet, « De Richard II à Richard III : le Conseil », dans Alain Marchandisse et Jean-Louis Kupper (dir.), op. cit., p. 177-202.

12 Philippe Contamine, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple. 481-1514, Paris, 2002, p. 382.

13 On notera d’ailleurs que John Fortescue lui-même préconise l’exclusion du Conseil du roi des nobles qui y revendiquent une place par droit de naissance. Chaque espace a ses particularités : ainsi, dans la Russie d’Ivan III (1462-1505) et de Vassili III (1505-1533), c’est de leurs propres frères que les grands princes se méfient, préférant s’appuyer sur les boyards (Donald Ostrowski, « The growth of Muscovy (1462-1533) », dans Maureen Perrie (dir.), Russia. From Early Rus’ to 1689, Cambridge, 2006, p. 222-225).

14 John Watts, The Making of Polities. Europe, 1300-1500, Cambridge, 2009, p. 133-135.

15 Lettres de Charles VII sur les blasphémateurs, Paris, 1 er décembre 1437, citée par Philippe Contamine, « Le sang, l’hôtel, le conseil, le peuple : l’entourage de Charles VII selon les récits et les comptes de ses obsèques en 1461 » dans Alain Marchandisse et Jean-Louis Kupper (dir.), op. cit., p. 149.

16 Rita Costa-Gomes, p. 343 du présent ouvrage.

17 Dénes Harai, p. 244 du présent ouvrage.

18 Giovanni Muto, p. 215 du présent ouvrage.

19 On en est donc réduit à s’appuyer sur quelques rares témoignages (comme, pour le cas français, celui d’une séance au Conseil de mars 1544, rapportée par Blaise de Monluc [Blaise de Monluc, Commentaires, éd. Paul Courteault, Paris, 1964, p. 142-148]), sur des rapports d’ambassadeurs invités au Conseil, ou sur l’usage, au Portugal, qu’avaient les secrétaires de compiler des livres de notes riches de données précieuses sur les réunions du Conseil évoquant les « avis » (aviso) ou « voix » (voz) des uns et des autres, soulignant parfois le caractère discordant (vozes desvairadas) de certaines positions, ou la formation d’opinions de groupe, pas toujours à l’unanimité des voix réunies en Conseil, appelées « concert » (concerto) ou « accord » (acordo) (voir Rita Costa Gomes, p. 159 du présent ouvrage).

20 Rita Costa Gomes, p. 161, du présent ouvrage.

21 On notera quelques rares exceptions comme le Conseil des ducs de Milan, déjà formalisé au milieu du XVe siècle.

22 L’expression « monarch-in-council form of government » est de Donald Ostrowski, dans Donald Ostrowski, « The growth of Muscovy… », art. cit., p. 213. Sur l’importance accordée à la Blizhnyaya Douma (Ближняя дума) sous Ivan IV, voir Sergei Bogatyrev, The Sovereign and his Counsellors. Ritualised consultations in Muscovite Political Culture, 1350s-1570s, Helsinki, 2000, spécialement p. 11, et 143-219 qui traduit l’expression par « Privy Council ». Sergei Bogatyrev affirme que l’expression de Ближняя дума est déjà employée assez fréquemment au XVIe siècle. Concernant le « Conseil des boyards » (Боярская дума), la pertinence de l’expression même est contestée par de nombreux historiens et Marshall Poe dans son article, « The Central Government and its Institutions », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit., p. 458-460 insiste sur le fait que, même si le Conseil du grand prince connait des développements considérables dans le contexte de l’essor de la Moscovie aux XVe et XVIe siècles, et dispose d’un pouvoir législatif (cf plus bas « Un gouvernement par Conseil ou hors du Conseil’ »), son fonctionnement, ses structures et sa composition restent très flous, y compris au XVIIe siècle.

23 Pour ce qui suit, voir Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 302-304 du présent ouvrage ainsi que Robert Mantran, Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, p. 119-120.

24 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

25 Jean-Marie Cauchies, p. 54 du présent ouvrage et Michel Baelde, De Collaterale Raden onder Karel V en Filips II (1531-1578), Bruxelles, 1965.

26 Julian Goodare, The Government of Scotland 1560-1625, Oxford, 2004, chapitre VI, « The Privy Council », spécialement p. 128-129.

27 Jean-Marie Cauchies, p. 50 du présent ouvrage.

28 BnF, ms fr 3005, f° 109, et BnF, ms Clair. 339, f° 3, et copie tardive dans les portefeuilles Fontanieu, BnF, NAF 7695, f° 285-286, « roolle de ceulx que le Roy veult entrer en son Conseil pour le fait de ses finances » ; publié en appendice de la thèse latine de Francis Decrue de Stoutz, De consilio Regis Francisci I, Paris, 1885, p. 91-92. Bernard Barbiche, Les institutions de la monarchie française à l’époque moderne, Paris, 2001, p. 256, 281, 288. Roger Doucet, Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1948, I, p. 149-152.

29 Rita Costa-Gomes, p. 151 du présent ouvrage.

30 Jerry H. Bentley, Politics and Culture in Renaissance Naples, Princeton, 1987, p. 31-33.

31 Rita Costa-Gomes, p. 158 du présent ouvrage.

32 Voir Cédric Michon, « Les portraits d’Hans Holbein, reflets des affrontements sociaux et politiques à la cour d’Henri VIII », dans Fernando Coppelo (dir.), Le portrait : champ d’expérimentation [à paraître].

33 Sur Jean Lallemand et Nicolas Perrenot de Granvelle, voir René Vermeir, « Garde des sceaux et secrétaire d’État auprès du souverain », dans Aerts Erik, Michel Baelde, Herman Coppens, Hugo de Schepper, Hugo Soly, Alfons K.L. Thijs et Karin van Honacker (dir.), Les institutions du gouvernement central des Pays-Bas Habsbourgeois (1482-1795), Bruxelles, 1995, p. 80-89, spécialement p. 80-83.

34 Antonio Menniti Ippolito, « The Secretariat of State as the pope’s special ministry », dans Gianvittorio Signorotto et Maria Antonietta Visceglia (dir.), Court and Politics in Papal Rome 1492-1700, Cambridge, 2002, p. 132-157.

35 Julian Goodare, op. cit., p. 130 et 136-137.

36 Michel Baelde, op. cit.

37 Bernard Barbiche, Sully, Paris, 1997, spécialement p. 100-122.

38 Julian Goodare, op. cit., p. 136-137 et 149-172.

39 Rita Costa Gomes, p. 160 du présent ouvrage.

40 Giovanni Muto, p. 211 du présent ouvrage.

41 Cité et traduit par Rita Costa Gomes, p. 155 du présent ouvrage.

42 Jean-Marie Cauchies « De la “régenterie” à l’autonomie. Deux ordonnances de cour et de gouvernement de Maximilien et Philippe le Beau (1495) », Bulletin de la Commission royale d’histoire, t. 171, 2005, p. 82.

43 Dénes Harai, p. 246 du présent ouvrage.

44 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

45 Cité par Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.

46 Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.

47 Pierre Savy, p. 188 du présent ouvrage.

48 Marco Pellegrini, « A Turning-point in the History of the Factional System in the Sacred College: the Power of Pope and Cardinals in the Age of Alexander VI », dans Gianvittorio Signorotto et Maria Antonietta Visceglia (dir.), op. cit., p. 8-30.

49 Jean-Marie Cauchies, p. 54 du présent ouvrage.

50 Dénes Harai, p. 258 du présent ouvrage.

51 Julian Goodare, op. cit., p. 129.

52 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics: The Making of the Muscovite Political System, 1345-1547, Stanford, 1987.

53 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit., p. 247-248 et 255 et Michel Heller, Histoire de la Russie et de son Empire, Paris, 1997, p. 192-193.

54 Je remercie Jean-Marie Cauchies pour cette remarque.

55 Cédric Michon, p. 74 du présent ouvrage.

56 Pierre Savy, p. 178 du présent ouvrage.

57 Giovanni Muto, p. 234 du présent ouvrage.

58 Cédric Michon, p. 73 du présent ouvrage.

59 Steven Gunn, p. 23 du présent ouvrage.

60 Steven Gunn, p. 24 du présent ouvrage.

61 Julian Goodare, op. cit., p. 133. Cela est vrai aussi du Conseil du sultan, Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 308 du présent ouvrage.

62 Cité par Pierre Savy, p. 181 du présent ouvrage.

63 Pierre Savy, p. 191 du présent ouvrage.

64 P.J. Holmes, « The last Tudor great councils », Historical Journal, 33, 1990, p. 1-22 et Steven Gunn, p. 24 du présent ouvrage.

65 John Guy, « The King’s Council and Political Participation », dans John Guy et Alistair Fox (dir.), Reassessing the Henrician Age. Humanism, Politics and Reform 1500-1550, Oxford, 1986, p. 121-147.

66 AN X 1A 8612, f° 91v°-94v° (publié dans Aimé Champollion-Figeac (dir.), Captivité du roi François Ier, Paris, 1847, p. 421-422).

67 Marshall Poe, « The Central Government and its Institutions », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit., p. 460-462, Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », art. cit., p. 259 et Donald Ostrowski, « The Assembly of the Land [zemskii sobor] as a Representative Institution », dans J. Kotilaine et Marshall Poe (dir.), Modernizing Muscovy: Reform and Social Change in Seventeenth-Century Russia, Londres, 2004, p. 117-142; Sergei Bogatyrev, op. cit., p. 136-137.

68 Michel Baelde, op. cit., p. 177. Je remercie Steven Gunn de m’avoir signalé cette référence.

69 Avec un minimum de 14 mois et un maximum de 3 ans et demi entre deux réunions.

70 Rita Costa-Gomes, p. 150 du présent ouvrage.

71 Geoffrey R. Elton, « Tudor Government: the Points of Contact, ii, the council », dans Studies in Tudor and Stuart Politics and Government, 4 vol. , Cambridge, 1974-1992, iii, p. 21-38.

72 Cette notion de point de contact fonctionne toutefois dans les deux sens : c’est au Conseil que le prince donne ses ordres, mais c’est aussi au Conseil qu’il entend l’avis (et éventuellement les critiques ou les contestations) de ses sujets. Dans l’Angleterre d’Henri III (1216-1272) par exemple, alors que le Conseil et le parlement s’institutionnalisent, c’est là que les critiques des barons s’expriment dans les décennies 1250 et 1260 (John Watts, op. cit., p. 87).

73 Rita Costa-Gomes, p. 150 du présent ouvrage.

74 Knut Helle (dir.), The Cambridge History of Scandinavia. vol. 1 From Prehistory to 1520, Cambridge, 2003, p. 679-709 « The political system » et 771-790 « Conclusion » et Paul Douglas Lockhart, Denmark, 1513-1660: The Rise and Decline of a Renaissance Monarchy, Oxford, 2007, p. 4-8.

75 Knut Helle (dir.), The Cambridge History of Scandinavia. vol. 1 From Prehistory to 1520, Cambridge, 2003, p. 679-709 « The political system » et 771-790 « Conclusion » et Paul Douglas Lockhart, Denmark, 1513-1660: The Rise and Decline of a Renaissance Monarchy, Oxford, 2007, p. 4-8.

76 Heinz Noflatscher, p. 275 du présent ouvrage.

77 Metin Kunt, « Turks in the Ottoman Imperial Palace » dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), Royal Courts in Dynastic States and Empires, Leiden, 2011, p. 296-297.

78 Philippe Hamon, L’argent du roi : les finances sous François Ier, Paris, 1994, p. 415.

79 BnF, ms fr 5125, f° 171 v-172 (cité par Philippe Hamon, op. cit., p. 416).

80 Louis XV au maréchal de Noailles, lettre de Fontainebleau du 21 octobre 1743, citée par Michel Antoine, Le Conseil du roi sous Louis XV, Genève, 2010 [1970], p. 621.

81 Louis XV au maréchal de Noailles, lettre de Fontainebleau du 21 octobre 1743, citée par Michel Antoine, Le Conseil du roi sous Louis XV, Genève, 2010 [1970], p. 621.

82 José Martínez Millán, p. 120 du présent ouvrage.

83 Mikhaël Harsgor, Recherches sur le personnel du Conseil du roi sous Charles VIII et Louis XII, Lille, 1980, p. 213.

84 Jean-Marie Cauchies, p. 56 du présent ouvrage qui s’appuie donc sur Bernadette Petitjean, Les Conseillers de Philippe le Beau (1495-1506). Essai de prosopographie, Louvain-la-Neuve, 1991, p. 111-249.

85 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 208 du présent ouvrage.

86 Julian Goodare, op. cit., p. 134.

87 Christine de Pizan, Le Livre de Paix, éd. Charity Cannon Willard, La Haye, 1958, p. 75-77. Voir aussi Philippe Contamine, op. cit., p. 383 et Jacques Krynen, Idéal du prince et Pouvoir royal en France à la fin du Moyen Âge (1380-1440). Étude sur la littérature politique du temps, Paris, 1981.

88 Christine de Pizan, Livre du corps de Policie, éd. Angus J. Kennedy, Paris, 1998, p. 37 et 40 (cité par Françoise Autrand, Christine de Pizan. Une femme en politique, Paris, 2009, p. 365 et 374).

89 John Watts, op. cit., p. 5-6.

90 The Reign of Henry VII from Contemporary Sources, A.F. Pollard éd., 3 vol., Londres, 1913-1914, i, p. 152-153. Cité par Steven Gunn, p. 39 du présent livre.

91 Reproduit dans Richard Hoyle, The Pilgrimage of Grace. The Politics of the 1530s, Oxford, 1999, p. 455-456.

92 Letters and Papers, Foreign and Domestic of the Reign of Henry VIII [désormais LP], Brewer J.S. Gairdner, J. et Brodie, Londres, 1862-1910, XI, no 957 et State Papers Henry VIII, I, p. 506.

93 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », art. cit., p. 255-256 et A.N. Grobovsky, The “Chosen Council” of Ivan IV. A Reinterpretation, New-York, 1969.

94 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 191 du présent ouvrage.

95 John Watts, op. cit., p. 404.

96 Giovanni Muto, p. 216 du présent ouvrage.

97 José Martínez Millán, p. 121 du présent ouvrage.

98 Rita Costa Gomes, p. 157 du présent ouvrage.

99 Dénes Harai, p. 267 du présent ouvrage.

100 Nancy Shields Kollmann, « Russia », dans Christopher Allmand (dir.), The New Cambridge Medieval History : c. 1415-c. 1500, Cambridge, 1998, p. 764-765 et Nancy Shields Kollmann, op. cit. On notera que Nancy Shields Kollmann souligne que l’expression de « Conseil des boyards » est très largement une construction des historiens.

101 LP, XI, no 957 et State Papers Henry VIII, I, p. 506.

102 Gregory Lubkin, A Renaissance Court : Milan under Galeazzo Maria Sforza, Berkeley, 1994, p. 229, 357.

103 BnF, P.O., 1265, no 80.

104 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 319 du présent ouvrage et Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, 1993, p. 65-71.

105 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 319 du présent ouvrage.

106 Patrick Geary, Naissance de la France. Le monde mérovingien, Paris, 1989, p. 190.

107 Joël Blanchard, Philippe de Commynes, Paris, 2006, p. 119-124.

108 Heinz Noflatscher, p. 280 du présent ouvrage.

109 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics : The Making of the Muscovite Political System, 1345-1547, Stanford, 1987.

110 Stephen Alford, Kingship and Politics in the Reign of Edward VI, Cambridge, 2002, p. 46-51, 61-64, 66-72, 158-173.

111 Steven Gunn, p. 39 du présent ouvrage. Sur cette question, voir aussi Patrick Collinson, « The monarchical republic of Queen Elizabeth I », Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester, 69, 1987, p. 394-424; John F. McDiarmid, The Monarchical Republic of Early Modern England: Essays in Response to Patrick Collinson, Londres, 2007 et Alice Hunt, « The Monarchical Republic of Mary I », The Historical Journal, vol. 52, no 3, sept. 2009, p. 557-572.

112 Hollister C. Warren et Baldwin John W., « The Rise of Administrative Kingship: Henry I and Philip Augustus », American Historical Review, 88, 1978, p. 867-905.

113 Voir le remarquable article de Robert Descimon, « Les élites du pouvoir et le prince : l’État comme entreprise », dans Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, 1996, p. 139-140.

114 Robert Stein (dir.), op. cit.

115 Heinz Noflatscher, p. 280 du présent ouvrage.

116 Cédric Michon, p. 90 du présent ouvrage.

117 On remarquera qu’Heinz Noflatscher observe également la plus grande fréquence des mariages au sein de certaines professions spécifiques, notamment pour les chanceliers et les financiers (Heinz Noflatscher, p. 280 du présent ouvrage).

118 Peter Moraw, « Conseils princiers en Allemagne », dans Robert Stein (dir.), op. cit., p. 170.

119 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, 2008, p. 151-190.

120 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage. Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe retracent plusieurs carrières de grands vizirs, p. 312-318 du présent livre.

121 Pour tout ce qui suit, voir le remarquable article de Metin Kunt, « Turks in the Ottoman Imperial Palace » dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.), op. cit., p. 292-297. En ce qui concerne la double formation des kul qui passent par l’école du palais, Metin Kunt fait remarquer qu’au XVIe siècle au moins, il n’y a pas de distinction entre ceux qui étaient dotés de talents intellectuels et ceux qui étaient dotés de talents militaires. On a ainsi des exemples de cavaliers, voire même d’artilleurs, impliqués dans la production de livres, et, inversement, de scribes nommés dans des postes provinciaux à dimension militaire.

122 Robert Descimon, art. cit., p. 133-162.

123 Heinz Noflatscher, p. 291 du présent ouvrage.

124 Antonio Menniti Ippolito, art. cit. Sur le cardinal neveu, voir Wolfgang Reinhard, « Le Népotisme. Fonctions et avatars d’une constante de l’histoire pontificale » [1975], dans Papauté, Confessions, Modernité, Paris, 1998, p. 69-98.

125 Jean-Marie Pelorson, Les Letrados, juristes castillans sous Philippe III, Poitiers, 1980.

126 On sait que, par la suite, le poids des letrados dans l’État va en s’affaiblissant au fur et à mesure que l’on avance dans le XVIIe siècle. En effet, à la fin du règne de Philippe IV et sous celui de son successeur Charles II, la mainmise de l’aristocratie sur l’État affaiblit considérablement le rôle des letrados en les écartant notamment des postes les plus élevés. Leur essor est brisé et ne se poursuit pas au XVIIIe siècle. Les letrados, toujours plus nombreux, rencontrent une crise de débouché et s’appauvrissent. Il apparaît donc que dans l’affrontement entre les deux composantes sociales des serviteurs de la couronne d’Espagne, les rapports de force s’inversent au cours du XVIIe siècle. Si les letrados sont en position de force à la fin du XVIe siècle, un siècle plus tard, leur influence a considérablement diminué au profit d’une aristocratisation des Conseils et de l’administration.

127 Thomas F. Mayer, op. cit., et Thomas Starkey, A Dialogue Between Pole and Lupset, T.F. Mayer éd., Londres, 1989.

128 Thomas F. Mayer, op. cit., p. 134 et Thomas Starkey, op. cit., p. 121.

129 Thomas Starkey, op. cit., p. 12.

130 Cité par Steven Gunn, « The Dukes of Norfolk and Suffolk 1527-1537 » dans David Starkey, Rivals in Power, Londres, 1990, p. 70.

131 Il n’est bien évidemment pas question ici des monarchies scandinaves évoquées plus haut avec leur adelsvælden (gouvernement par la noblesse) ou leur « constitutionnalisme aristocratique ».

132 Dénes Harai, p. 267 du présent ouvrage.

133 Giovanni Muto, p. 231 du présent ouvrage.

134 Cité dans J.H. Elliottet L.W.B. Brockliss (dir.), The World of the Favourite, New Haven-Londres, 1999, p. 19.

135 Steven Gunn, p. 31 du présent ouvrage. Sur la noblesse au Conseil sous Henri VIII, voir Helen Miller, Henry VIII and the English Nobility, Oxford, 1986, p. 102-118.

136 Heinz Noflatscher, p. 277 du présent ouvrage.

137 Jean-Marie Cauchies, p. 59 du présent ouvrage.

138 Cité par Julian Goodare, op. cit., p. 67 et 294.

139 Ibid., p. 68.

140 Il n’y a évidemment pas que des judéo-convers dans le parti de Ferdinand. Les nobles ne sont toutefois qu’en petit nombre (José Martínez Millán, p. 113 du présent ouvrage).

141 Giovanni Muto, p. 231 du présent ouvrage.

142 Michel Baelde et René Vermeir, « Conseil d’état », p. 263-264, dans Erik Aerts, Michel Baelde, Herman Coppens, Hugo de Schepper, Hugo Soly, Alfons K.L. Thijs et Karin van Honacker (dir.), op. cit.

143 Robert Mantran, Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, p. 103 et 119.

144 Dénes Harai, p. 248 du présent ouvrage.

145 Michael Roberts, The Early Vasas. A History of Sweden, 1523-1611, Cambridge, 1986, p. 148.

146 Cité et traduit par Pierre Savy, p. 187 du présent ouvrage.

147 Victor-Louis Bourrilly (dir.), op. cit., p. 258.

148 Heinz Noflatscher, p. 285 du présent ouvrage.

149 Rita Costa-Gomes, p. 147 du présent ouvrage.

150 Gérard Sivéry, « L’équipe gouvernementale reste au pouvoir », dans Gérard Sivéry, Saint Louis et son siècle, Paris, 1983, p. 18-35.

151 Robert Mantran, Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, p. 81-89.

152 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 303 du présent ouvrage.

153 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 311 du présent ouvrage.

154 Le baron de Semblançay peut-être considéré comme une victime collatérale de Pavie : il fallait trouver un coupable pour expliquer le désastre – un financier malhonnête était parfait pour le rôle – et ce coupable idéal avait de surcroit perdu à Pavie son principal soutien, le Bâtard de Savoie.

155 Dénes Harai, p. 262 du présent ouvrage.

156 D’une manière un peu différente, en Angleterre, à la fin du règne d’Henri VIII, les oncles du futur Edouard VI parviennent à mettre la main sur le Conseil avant même la mort du roi.

157 Claude de Seyssel, La Monarchie de France, éd. Jacques Poujol, Paris, 1961, p. 137.

158 Pierre Savy, p. 182 du présent ouvrage.

159 Jean-Marie Cauchies « De la “régenterie” à l’autonomie… », art. cit., p. 49 et 62. Dans la même ordonnance « messire Thomas de Pleine [sic pour « Plaine »] » est désigné comme « président dudit conseil [il s’agit du Grand Conseil (de justice)] » ibid, p. 62.

160 Erik Aerts, Michel Baelde, Herman Coppens, Hugo de Schepper, Hugo Soly, Alfons K.L. Thijs, Karin van Honacker (dir.), op. cit. (spécialement Michel Baelde et René Vermeir, chapitre « Conseil d’état », p. 257-274, spécialement p. 263-264).

161 Pour tout ce qui suit, voir Steven Gunn, p. 34 du présent ouvrage.

162 Article 1, du code de Mehmed II (Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe retracent plusieurs carrières de grand vizir, p. 312-318 du présent ouvrage).

163 Sur la notion de « protecteur du Conseil », voir la contribution de Cédric Michon dans le présent livre.

164 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer: a life, New Haven-Londres, 1996.

165 José Martínez Millán, p. 118 du présent ouvrage.

166 Sur la question du favori pour la période couverte par ce livre, voir le remarquable Der Falldes Günstlings : Hofparteien in Europa vom 13. bis zum 17. Jahrhundert, Stuttgart, 2004 (Jan Hirschbiegel et Werner Paravicini dir.).

167 Cédric Michon, « Les élites et l’État » dans Cédric Michon et Annie Antoine (dir.), Les sociétés au XVIIe siècle. Angleterre, Espagne, France, Rennes, 2006, p. 391-432 (part. p. 411-418), qui s’appuie sur J.H. Elliottet L.W.B. Brockliss (dir.), op. cit.

168 Il meurt toutefois en 1523 avant le grand prince. Voir Donald Ostrowski, « The Extraordinary Career of Tsarevich Kudai Kul/Peter in the Context of Relations between Muscovy and Kazan » dans Janusz Duzinkiewicz, Myroslav Popovych, Vladyslav Verstiuk et Natalia Yakovenko (dir.), States, societies, cultures: Eastand West. Essays in Honor of Jaroslaw Pelenski, New York, 2004, p. 697-719

169 David Starkey, « Representation Through Intimacy : A study in the Symbolism of Monarchy and Court Office in Early Modern England », 1977, repris dans John Guy (dir.), The Tudor Monarchy, Londres, 1997, p. 42-78. Citation p. 55.

170 Corneille, Cinna, acte V, scène 1 (v. 1527-1532), dans Corneille, Œuvres complètes, Paris, 1980, p. 961.

171 Révélateur est de ce point le titre du recueil d’articles de Jan Hirschbiegel et Werner Paravicini qui associe le favori aux partis et aux factions de cour (Der Falldes Günstlings : Hofparteien in Europa vom 13. bis zum 17 cité plus haut).

172 Sharon Kettering, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth Century France, Oxford-New York, 1986.

173 Thierry Rentet, « Anne de Montmorency », dans Cédric Michon (dir.), Les conseillers de François Ier, Rennes, 2011, p. 284-286.

174 Orest Ranum, « The Creatures of Cardinal Richelieu », dans Orest Ranum, Richelieu and the Councillors of Louis XIII, Oxford, 1963, p. 27-44 et Cédric Michon, « Les élites et l’État », dans Cédric Michon et Annie Antoine (dir.), Les sociétés au XVIIe siècle, Rennes, 2006, p. 411-414.

175 Pour l’Angleterre, voir Robert Shephard, « Court Factions in Early Modern England », Journal of Modern History, 64, décembre 1982, p. 721-745 et David Starkey, The Reign of Henry VIII: Personalities and Politics, Londres, 1985 (p. 168 pour la citation). Voir aussi les travaux d’Eric Ives, « Faction at the Court of Henry VIII: The Fall of Anne Boleyn », History, 57, 1972, p. 169-188 et Faction in Tudor England, Londres, 1979; Greg Walker, Persuasive Fictions: Faction, Faith and Popular Culture in the Reign of Henry VIII, Aldershot, 1996; Simon Adams, « Faction, Clientelage and Party: English Politics, 1550-1603 », HT, 1982, 32, 33-39; David Starkey, « From Feud to Faction: English Politics c. 1450-1550 », History Today, 32, 1982, 11, p. 16-22. Pour l’Italie, par exemple, voir entre autres, Marco Gentile (dir.), Guelfie ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005; Marco Gentile, Politica e società a Parma nel Quattrocento, Rome, Viella, 2009; Andrea Gamberini et Giuseppe Petralia (dir.), Linguaggi politici nell’Italia del Rinascimento (colloque de Pise, 9-11 novembre 2006), Rome, Viella, 2007 et Marco Gentile, « Factions and parties: problems and perspectives », dans Andrea Gamberini et Isabella Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, 2012.

176 S.J. Gunn, « The Structures of Politics in Early Tudor England », TRHS, 6th ser. 5 (1995), p. 59-90. Voir aussi G.W. Bernard, Power and Politics in Tudor England, Aldershot, 2000, p. 1-18 et N. Mears, « Courts, Courtiers and Culture in Tudor England », HJ, 46 (2003), p. 703-722.

177 S.J. Gunn, art. cit., p. 90.

178 Ronald G. Asch et Adolf M. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Beginning of the Modern Age c. 1450-1650, Oxford, 1991.

179 Ces approches ne sont pas sans faire penser au débat entre Nicola Ottokar et Gaetano Salvemini dans l’historiographie de l’Italie communale. Tandis que le premier refusait de lier conditions économiques, structures juridiques et luttes politiques, le second, socialiste, souscrivait à l’idée que les oppositions entre militia (ou magnats) et popolo renvoyaient vraiment à des oppositions économiques (il ne s’agissait pas pour lui, bien sûr, d’une opposition entre bourgeoisie et prolétariat, mais d’une opposition entre rente foncière et profit industriel) et politiques. Je remercie Pierre Savy de m’avoir signalé (et explicité !) ce parallèle historiographique. Voir aussi Marco Gentile, « Factions and parties : problems and perspectives », dans Andrea Gamberini et Isabella Lazzarini (dir.), The Italian Renaissance State, Cambridge, 2012, p. 307-308.

180 Nancy Shields Kollmann, Kinship and Politics: The Making of the Muscovite Political System, 1345-1547, Stanford, 1987.

181 Thierry Rentet, art. cit., et Thierry Rentet, Anne de Montmorency, Grand Maître de François Ier, Rennes, 2011.

182 José Martínez Millán, p. 165 du présent ouvrage.

183 David R. Starkey, art. cit., p. 32-36, 48-55; Dale Hoak, « The King’s Privy Chamber, 1547-1553 », dans D.J. Guth et J.W. McKenna (dir.), Tudor Rule and Revolution: Essays for G.R. Elton from his American Friends, Cambridge, 1982, p. 97-103.

184 Heinz Noflatscher, p. 275 du présent ouvrage.

185 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, 2000.

186 Sergei Bogatyrev, « Ivan IV (1533-1584) », art. cit., p. 240-263 et Michel Heller, Histoire de la Russie et de son Empire, Paris, 1997, p. 181-186. En cela, il se situe dans le prolongement d’une évolution entamée au XVe siècle. Pierre Gonneau écrit ainsi : « C’est sous les règnes de Vasilij III et d’Ivan III que le grand-prince de Moscou s’affirme comme un “autocrate” (samoderžec, traduction russe du grec despotês) et comme un “souverain” (gosudar) plutôt que comme un simple “seigneur” (gospodin) », Pierre Gonneau, « De Constantinople à Moscou : le nouvel empire », dans Patrick Boucheron, Julien Loiseau, Pierre Monnet et Yann Potin (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, 2009, p. 182.

187 A.N. Grobovsky, The “Chosen Council” of Ivan IV. A Reinterpretation, New-York, 1969 et Sergei Bogatyrev, art. cit.

188 José Martínez Millán, p. 111 du présent ouvrage.

189 Maria Antonietta Visceglia, « Factions in the Sacred College in the Sixteenth and Seventeenth Centuries » dans Gianvittorio Signorotto et Maria Antonietta Visceglia (dir.), op. cit., p. 99-131.

190 Sur cette question du poids des factions au Conseil du roi du Portugal dans la seconde moitié du XVe siècle et au début du XVIe siècle, voir les travaux d’Alexandre Lobato, Luís Filipe Barreto, F.R. Thomaz Luis Filipe et Jean Aubin cités par Rita Costa Gomes, p. 173 du présent ouvrage.

191 José Martínez Millán, p. 112 du présent ouvrage.

192 José Martínez Millán, p. 122 du présent ouvrage

193 Dénes Harai, p. 265 du présent ouvrage.

194 José Martínez Millán, p. 113 du présent ouvrage. Sur la perte de pouvoir du parti d’Isabelle, on pourra voir, José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, I, p. 53-55.

195 José Martínez Millán, p. 127 du présent ouvrage.

196 Pour plus de détails, voir José Martínez Millán, p. 128 du présent ouvrage.

197 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

198 Marco Pellegrini, « A Turning-Point in the History of the Factional System in the Sacred College: the Power of Pope and Cardinals in the Age of Alexander VI », dans Gianvittorio Signorotto et Maria Antonietta Visceglia (dir.), op. cit., p. 8-30.

199 Pierre Savy, p. 190 du présent ouvrage.

200 Giovanni Muto, p. 236 du présent ouvrage.

201 Dénes Harai, p. 244 du présent ouvrage.

202 Dénes Harai, p. 268 du présent ouvrage.

203 Cité par Julian Goodare, op. cit., p. 130.

204 Tout au moins si l’on en croit une historiographie relativement récente (elle remonte aux années 1970) qui remet en cause la nature autocratique du pouvoir des princes puis des tsars. Parmi les travaux les plus importants, on citera ceux de Gustave Alef, Robert Crummey, Edward Keenan, Ann Kleimola, Daniel Rowland, Marshall Poe, Nancy Shields Kollmann, Donald Ostrowski et Sergei Bogatyrev.

205 Pierre Gonneau, art. cit., p. 183.

206 Donald Ostrowski, « The Growth of Muscovy… », art. cit., p. 218. On trouve également la formule : « Le souverain ordonne et les boyards affirment » (gosudar’ ukazal i boiare prigovorili). Voir Marshall Poe, « The Central Government and its Institutions », dans Maureen Perrie (dir.), op. cit., p. 459.

207 Donald Ostrowski, « The Growth of Muscovy… », art. cit., p. 217-218 et 224-225.

208 Les Mille et une nuit, éd. Jamel Eddine Bencheikh et André Miquel, Paris, 2005, p. 21, 28, et aussi p. 37, 38, 46 sqq.

209 Steven Gunn p. 26 du présent ouvrage.

210 Steven Gunn p. 38 du présent ouvrage.

211 Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe, p. 305 du présent ouvrage.

212 E. Alberi, Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato durante il secolo decimo sesto, Florence, 1839-1863, Série, I, I, p. 238-239. Cité et traduit par François Nawrocki, L’amiral Claude d’Annebault, thèse inédite de l’université Paris IV, soutenue le 7 mars 2009, p. 583.

213 E. Alberi, op. cit., I, I, p. 238-239.

214 Cité par Rita Costa-Gomes, p. 155 du présent ouvrage.

215 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, t. 1, Paris, 1883, p. 163, cité par Jean-Marie Cauchies, p. 47 du présent ouvrage.

216 Machiavel, Le Prince, éd. Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, Paris, 2000, p. 191.

217 Mémoire donné par Louis XIV à Philippe V partant pour l’Espagne, le 3 décembre 1700 (publié par C. Rousset dans Correspondance Louis XV-Noailles, I, Paris, 1865, p. 26-33, § 15 et 33).

218 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 2005 [1978], en particulier chapitre II, « Le roi en son conseil », p. 25-58 (p. 49 pour la citation). Plusieurs exemples concernant François Ier dans Cédric Michon (dir.), op. cit., p. 58-59.

219 Cédric Michon, p. 88 du présent ouvrage.

220 Lettre citée (dans une traduction anglaise) par Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : a life, New Haven-Londres, 1996, p. 183.

221 Sur l’implication de Tunstall dans ces négociations, voir Rory McEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, 2001, p. 116-133, Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer…, p. 218-221 et Public Record Office [cité PRO], SP 1/133, f° 204 (LP, t. xiii/i, p. 466, no 1267, et SP, t. v, p. 128).

222 Cédric Michon, p 89 du présent ouvrage

223 Pour tout ce qui suit, voir José Martínez Millán, p. 122 du présent ouvrage.

224 José Martínez Millán, p. 124 du présent ouvrage.

225 Londres, PRO, SP 1/70, f° 4-7 (LP, V, 986, 987).

226 Londres, BL, Cleop E v, 298. Strype, Eccl. Mem I/II, 92 (LP, XIV/II, 278, p. 112).

227 Cédric Michon, La Crosse et le Sceptre, Paris, 2008, p. 229-232.

228 Voir Patrick Boucheron, Julien Loiseau, Pierre Monnet et Yann Potin (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, 2009 et, dans la perspective qui est la nôtre, le remarquable chapitre d’Etienne Anheim, « Les sociétés de cour », p. 691-708.

229 Cf les analyses de John Watts dans The Making of Polities. Europe, 1300-1500, Cambridge, 2009 où il développe l’idée selon laquelle l’Europe des XIVe et XVe siècles voit la mise en place d’un espace politique et social commun. Il souligne ainsi les consonances and shared patterns – the structures – of European political life and aims to trace there interactions and developments (p. 3). Il analyse en ce sens trois révoltes nobiliaires (celle contre Henri IV en Castille en 1464, celle contre Louis XI en 1465 (Ligue du Bien Public) et celle contre Edouard IV en Angleterre en 1469) pour faire apparaître les similitudes (utilisation de la langue vernaculaire par les Grands pour défendre leur position, dénonciation des mauvais conseillers parvenus, mise en avant de la chose publique et de la communauté politique). Ces similitudes de structures n’excluent pas évidemment des divergences de détail, notamment de rhétorique : ainsi, les mauvais conseillers en Espagne sont généralement accusés de déviance en matière de religion, ce qui n’est pas le cas en France ou en Angleterre (p. 5-6).

230 Rita Costa Gomes, « The court galaxy », dans Anthony Molho, Diogo Ramada Curto, Niki Koniordos (dir.), Finding Europe : Discourses on Margins, Communities, Images ca. 13th - ca. 18th Centuries, New-York, 2007, p. 185-204.

231 Voir notamment Donald Ostrowski, « The growth of Muscovy… », art. cit., p. 217-218 et 232-233; Donald Ostrowski, « Muscovite Adaptation of Steppe Political Institutions », Kritika, I, 2000, p. 288-289; Donald Ostrowski, Muscovy and the Mongols : Cross-Cultural Influences on the Steppe Frontier, 1304-1589, Cambridge, 2002.

232 Parmi de nombreux ouvrages, on peut citer, par ordre de parution: Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, 1993; Fanny Cosandey, La reine de France, Paris, 2000; Sharon Jansen, The Monstrous Regiment of Women: Female Rulers in Early Modern, Londres, 2002; Clarisse Campbell-Orr (dir.), European Queenship: The Role of The Consort 1660-1815, Cambridge, 2004; Bethany Aram, Juana the Mad. Sovereignty And Dynasty In Renaissance Europe, Baltimore, 2005 ; Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes pouvoir politique à l’époque moderne : Les princesses d’Europe XVe - XVIIIe siècles, Paris, 2007 ; Thierry Wanegffelen, Le Pouvoir contesté. Souveraines d’Europe à la Renaissance, Paris, 2008 ; William Monter, The Rise of Female Kings in Europe, 1300-1800, Yale, 2012 ; Eric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.) Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première modernité, Bruxelles, 2012 ; Cédric Michon, « Louise de Savoie et le Conseil » dans Laure Fagnart, Pascal Brioistet Cédric Michon (dir.), Louise de Savoie (1476-1531), Tours [à paraître].

233 Tim Harris (dir.), The Politics of the Excluded, c. 1500-1850, Londres, 2001.

234 Là encore, parmi une abondante production, on peut citer, par ordre chronologique, Richard Hoyle, The Pilgrimage of Grace. The Politics of the 1530s, Oxford, 1999 ; Ethan Shagan, « Rumours and Popular Politics in the Reign of Henry VIII » dans Tim Harris (dir.), The Politics of the Excluded, c. 1500-1850, Londres, 2001 ; Steve Gunn, « War, Dynasty and Public Opinion in Early Tudor England »,dans G.W. Bernard et Steve Gunn (dir.), Authority and Consent in Tudor England. Essays presented to C.S.L. Davies, Ashgate, 2002 ; Ethan Shagan, Popular Politics and the English Reformation, Cambridge, 2003 ; Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Rennes, 2006 ; Steven Pincus and Peter Lake (dir.), The Public Sphere in Early Modern England, Manchester, 2008 ; Patrick Boucheron et Nicolas Offenàtadt, L’espace public au Moyen Âge, Paris, 2011 ; Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Pierre Karila-Cohen et Cédric Michon (dir.), S’exprimer en temps de trouble. Conflits, opinion(s) et politisation de la fin du Moyen Âge au début du XXe siècle, Rennes, 2012.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search