Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Divân-ı Hümâyûn : le Conseil impérial ottoman et ses conseillers (1450-1580)1

Metin Kunt et Zeynep Nevin Yelçe

Texte intégral

INTRODUCTION. PRÉMICES HISTORIQUES ET ÉVOLUTION JUSQU’EN 1450

  • 1 Article traduit par Marie Favereau-Doumenjou, Université de Leiden.
  • 2 La formule est tirée de Robert Canfield (dir.), Turko-Persia in Historical Perspective, Cambridge, (...)

1Les Ottomans formèrent vers 1300 une petite principauté frontalière en Bithynie, au nord-ouest de l’Anatolie. Grâce à l’effondrement du pouvoir central des Seldjoukides d’Anatolie dans leur arrière-pays, au sud et à l’est, et ne rencontrant qu’une faible résistance byzantine sur leurs frontières au nord et à l’ouest, ils étendirent rapidement leur domination dans ces deux directions. Comme plusieurs autres principautés frontalières sur les confins byzantino-seldjoukides, ils durent développer des institutions politiques capables d’intégrer ceux qui les avaient initialement soutenus, pour la plupart des Turcs, et ceux qu’ils plaçaient sous leur tutelle, principalement des Grecs. Les populations frontalières, assez frustres, qui excellaient aux combats mais étaient peu au fait des pratiques de gouvernement, avaient l’habitude de reprendre des techniques de taxation existantes. Elles attiraient aussi des nouveaux venus, issus de leur arrière-pays islamique et compétents en matière de politique et de fiscalité. Comme d’autres principautés frontalières, la puissance ottomane se développa dans sa phase initiale en mêlant un art de gouverner et de faire la guerre d’origine turque avec un savoir -faire et une culture d’origine persane, se conformant à un modèle appelé dans le monde islamique « turko-persan2 ». Dans ce modèle, le dirigeant est un chef militaire et son vizir, le principal conseiller politique, un homme lettré, un bureaucrate expérimenté.

  • 3 L’Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, préparée sous la direction de Robert Mantran, est une (...)

2Cette société ottomane frontalière maintint également le principe d’une famille régnante à la tête d’une élite militaire qui incluait plusieurs familles jouant un rôle actif dans les zones frontières. Avec l’adjonction, à la fin du XIVe siècle, des terres byzantines sur le pourtour de la mer de Marmara, de la majeure partie de la Grèce ainsi que de la Bulgarie, la frontière s’était déplacée vers le Danube, la Serbie et l’Albanie. À la même époque, le pouvoir ottoman s’étendit aussi sur l’Anatolie, jusqu’aux rives supérieures de l’Euphrate, incorporant ses anciens rivaux turco-musulmans. Deux personnalités principales secondaient le souverain, un vizir issu de la formation et de la carrière des ulémas et un haut-commandant militaire, un beylerbeyi, littéralement le bey des beys, le plus haut rang dans la carrière militaro-administrative des ümera. Le royaume était divisé par la mer de Marmara et les détroits en une aile anatolienne et une aile balkanique, la capitale oscillant entre Bursa et Edirne (Adrianopolis). Un chef militaire était appointé à la tête de chaque région, laissant au souverain, élevé au rang de sultan, le commandement suprême. Celui-ci choisit ses vizirs parmi les lettrés éduqués dans les medrese et élevés dans les rangs des ulémas. Ces hommes avaient les statuts de cadis (kadı/ juges) et d’enseignants en medrese, quelques-uns atteignant le rang suprême de kazasker, littéralement « juge de l’armée » mais pouvant être interprété comme « juge d’État » (par opposition avec les lettrés ulémas indépendants). Le Conseil du sultan, le divân, était composé à la fois du vizir et du beylerbey, permettant aux deux fonctions d’être représentées. Cependant, jusqu’au milieu du XVe siècle, le vizirat était réservé à des hommes issus du milieu des ulémas, des kazasker, qui devinrent les plus hautes personnalités politiques. De même que les beys des frontières établirent des dynasties de chefs militaires, des familles d’ulémas formèrent des dynasties dont furent issus, génération après génération, juges de très haut rang et kazasker. La plus éminente de ces dynasties d’ulémas, la famille Çandarlı, bénéficia d’un quasi monopole sur le vizirat durant presque un siècle, jusqu’en 14503. Dès la première moitié du XVe siècle, des militaires avaient été élevés au rang de vizir, lesquels siégeaient à trois au Conseil ; mais même alors le grand vizirat resta la plupart du temps dans les mains des Çandarlı ou des ulémas.

3Bien que cela ne fût jamais reconnu officiellement, toutes ces familles possédaient des villes et des régions qui constituaient de véritables ports d’attache dynastiques où leurs membres résidaient quand ils n’étaient pas à la Cour, où ils établissaient leurs fondations pieuses, où ils se retiraient de la vie publique et où ils étaient traditionnellement enterrés dans le cimetière familial même quand ils mourraient ailleurs. Iznik (Nicea), par exemple, était le siège de la famille de vizirs des ulémas Çandarlı, de même que Yenice-i Vardar (Giannitsa) était celui de la famille Evrenos, une dynastie de beys des frontières. Ces familles ne doivent pas être assimilées à la noblesse européenne. Elles n’héritèrent jamais officiellement d’un titre ou d’un domaine familial. Cependant leur pouvoir et leur prestige étaient réels, le sultan devait tenir compte de leur statut et agir avec tact. Sur les conseils du premier des vizirs Çandarlı, représentant le courant traditionnel des ulémas, à partir des années 1370, le sultan ottoman commença à taxer (au taux d’1/5) le butin amassé par les combattants postés aux frontières et transporté à travers les Dardanelles pour être vendu en Anatolie. C’est seulement alors qu’il put accroître le personnel de son Palais à un niveau supérieur à celui des beys des frontières et des ümera. Au début du XVe siècle, deux autres décisions permirent d’augmenter considérablement le pouvoir de la maison du sultan, en établissant un monopole sur la production et l’utilisation des armes à feu, qu’il s’agisse de canons ou de mousquets, et en réservant le droit de sélectionner de jeunes garçons musulmans à l’intérieur des frontières du royaume pour le service personnel du sultan.

  • 4 Il existe une vaste littérature sur le sujet : pour une récente mise au point, voir Metin Kunt, « T (...)

4Le recrutement des corps militaire et administratif palatiaux, dans la tradition islamique, et à la période ottomane, nécessite quelques explications. Les troupes personnelles des califes et des sultans ont été comparées aux gardes prétoriennes des empereurs romains, mais une différence cruciale tient dans le fait que les corps du Palais dans le monde islamique étaient composés d’esclaves, convertis à l’islam et formés dans la maison de leur maître. Du fait qu’il était interdit de réduire en esclavage des sujets du calife, qu’ils soient musulmans ou non-musulmans, le recrutement devait se faire à l’extérieur du royaume, auprès des prisonniers de batailles ou de raids. Ainsi l’innovation ottomane de recruter à l’intérieur même du royaume était contraire à la tradition mais permettait au sultan de choisir avec soin, de « faire une sélection » comme l’implique le terme ottoman de devşirme. Cette méthode ne doit pas être assimilée à une conscription, volontaire ou non. Il ne s’agissait pas de recruter par la force les noblesses locales des villes ou des régions nouvellement conquises4. En outre, depuis les premiers temps, les corps administratif et militaire des souverains ottomans comprenaient des réfugiés, des étrangers qui entraient volontairement à leur service. En se constituant la plus importante et puissante maison, le sultan ottoman établit progressivement son autorité sur tous les autres grands personnages de l’État. Au début, les peuples et les dirigeants qui se soumettaient volontairement se firent appeler les « soutiens d’Osman ». Cette modeste dénomination évolua vers ce qu’eux-mêmes appelèrent « le domaine de la maison d’Osman », devlet-i âl-i Osman (mais jamais « Turquie », comme disaient à tort les Européens), un État dynastique doté des institutions et des pratiques politiques qu’implique cette appellation.

LE SULTAN ET LE CONSEIL IMPÉRIAL

Mehmed II, le conquérant, le fondateur d’empire

5Le sultan Mehmed, le sixième souverain ottoman et le deuxième du nom, est surtout connu pour sa conquête de Constantinople en 1453. Cela se produisit la deuxième année de son règne ; dès qu’il succéda à son père à l’âge de 21 ans, il se donna pour objectif la conquête de la célèbre cité qui traversait une période difficile mais bénéficiait toujours d’une aura légendaire à l’est comme à l’ouest. La mobilisation, que le sultan Mehmed réussit à soulever pour ce grand projet, et son succès en l’accomplissant lui permirent également de renforcer son autorité à l’intérieur du royaume. Jusqu’à sa mort, 28 ans après cette extraordinaire acquisition, il continua à mener ses conquêtes pour consolider son domaine, du cours moyen du Danube au Haut-Euphrate, et mérita son nouveau titre de « souverain des deux mers et seigneur des deux terres », c’est-à-dire de la mer Noire et de la mer Égée ainsi que des Balkans et de l’Anatolie. Il fit également reconstruire sa nouvelle capitale, cherchant à lui redonner une stature mondiale, et réorganisa les affaires de l’État en accordant une attention particulière au faste et à l’apparat dans la lignée de ses prédécesseurs byzantins, en tant qu’héritier de Rome et du titre de César, Çâsâr dans sa version ottomane.

  • 5 Ahmed Akgündüz, Osmanlı Kanunnâmeleri ve Hukuki Tahlilleri, 9 vol., İstanbul, 1990-1996, I, p. 317- (...)

6Le sultan Mehmed codifia également les règles concernant le protocole et les rangs à la Cour, lesquels remontaient, en partie, à ses prédécesseurs. Ce nouveau code de lois manque quelque peu de méthode dans son organisation et donne l’impression que plusieurs parties furent ajoutées à différentes périodes5. Cependant, il est loin d’être dénué d’intérêt ; notamment quand le sultan ordonne des changements, il précise en quoi son choix diffère de ce qui se faisait auparavant. L’un des exemples les plus parlant peut sembler banal mais montre clairement la façon dont le sultan concevait ses relations avec la Cour : dans l’article 35, il dit « ce n’est pas sous mon règne que ma Noble Personne s’assiéra pour manger avec qui que ce soit, excepté peut-être ma famille. Mes glorieux prédécesseurs ont pu manger en la compagnie de leurs vizirs ; j’ai aboli cela [cette coutume] ». En effet, les précédents sultans étaient plutôt en position de chefs à la tête d’une communauté ; Mehmed II imposa sa « Noble Personne » bien au-dessus de tous.

7Dans le même code de lois, le sultan définit les membres appartenant à son Conseil et le rang du grand vizir. L’article 6 précise que les vizirs, kazaskers, trésorier (defterdar) et chancelier (nişancı) siègent au Conseil. À l’époque de Mehmed II, les vizirs étaient des personnalités qui avaient servi dans les corps palatiaux avant de rejoindre les administrations provinciales comme gouverneurs militaires. Ainsi, ils n’étaient pas seulement issus des rangs des ümera mais avaient reçu une formation au sein du Palais au service personnel du sultan, par conséquent leurs liens de loyauté avec lui étaient bien plus forts que ceux des autres ümera qui n’avaient pas été formés au Palais. Les ulémas continuaient d’être représentés dans le Conseil par l’intermédiaire des deux kazaskers mais ne purent jamais plus briguer le vizirat. Le trésorier, qui avait reçu une éducation en medrese mais choisi la carrière bureaucratique, était en charge des revenus personnels du sultan et de ses dépenses. Le chancelier était également éduqué à la medrese mais suivait ensuite une carrière en chancellerie et se spécialisait dans l’art de la rédaction des décrets, proclamations et codes de règles ayant force de loi (d’où son appellation parfois de « mufti du kânûn [loi] »). Le véritable pouvoir était alors détenu par les ümera, les militaires. Les ulémas s’exprimaient à travers les kazaskers mais leur contribution réelle aux réunions du Conseil se réduisait aux affaires de légalité sur lesquelles le Conseil intervenait en tant que plus haute cour d’appel. Mais, la loi islamique, la sharia (şeriat), avait ceci de particulier qu’elle ne couvrait pas la sphère de la loi sultaniale (kânûn) qui était réservée au chancelier. Chancelier et trésorier partageaient avec les kazaskers une éducation en medrese, toutefois leurs fonctions de bureaucrate leur faisaient intégrer le corps des ümera et non celui des ulémas. Ainsi, le Conseil exerçait, au nom du sultan, tous les pouvoirs politiques : le pouvoir exécutif à travers les vizirs de formation militaire (ümera) qui débattaient et décidaient d’adopter une certaine conduite ; le pouvoir législatif à travers le chancelier qui élaborait la loi sultaniale ; le pouvoir judiciaire à travers les kazaskers puisque le Conseil servait de haute cour de justice. Dans cette configuration, le trésorier peut ne pas sembler à sa place. Mais dans un Le code de lois de Mehmed le Conquérant établit en priorité – puisqu’il s’agit de l’article 1 – le statut du grand vizir : « Que l’on sache » dit le sultan « que le grand vizir est à la tête de tous les vizirs et de tous les commandants ümera, le plus important de tous et mon représentant absolu ». Dans le même article, il continue en décrivant le trésorier (en chef), disant qu’il est le « représentant de mon argent » ; dans l’article 19, il ajoute que « pas un sou (akçe) ne peut entrer ou sortir de mes coffres sans ma permission », tandis que dans l’article 20 « le trésorier en chef doit discuter de ses affaires avec le grand vizir, même le deuxième vizir ne doit rien savoir de [ces] affaires secrètes ». Ainsi ces deux fonctions sont un peu à part. L’article 17 traite du protocole des repas : « quand le déjeuner est servi les jours de Conseil, le grand vizir mange avec le trésorier en chef, les autres vizirs avec les autres trésoriers et le chancelier et séparément des kazaskers ». L’article 19 stipule également que le trésorier (en chef) doit participer aux discussions sur la politique et les affaires de la maison du sultan conduites par le grand vizir et incluant les vizirs mais excluant tous les autres (les kazaskers et le chancelier). L’article 39 traite encore de la coopération entre le grand vizir et le trésorier en chef : « le grand vizir gardera mon noble sceau. Quand mes coffres ou mes registres doivent être ouverts et à nouveau scellés, cela doit être effectué en la présence du trésorier ; l’argent ne peut entrer et sortir de mes coffres que sur l’ordre du trésorier ».

8Il faut préciser que le Conseil impérial n’exerçait pas tous les pouvoirs au nom du sultan, il existait une légère séparation entre le sultan d’un côté et ce qu’on pourrait appeler « l’État », de l’autre. La dynastie et le sultan étaient l’État et toutes les personnalités officielles, à l’exception des ulémas, étaient au service de la personne du sultan et de sa famille, comme s’il s’agissait d’un concept supérieur et impersonnel. L’argent du sultan était celui de l’État ; les grands vizirs décidaient de la guerre et de la paix, mais ils organisaient aussi les mariages impériaux et les célébrations des circoncisions des princes. Il n’y avait en la matière pas de distinction, du moins pour les vizirs issus des ümera et les hauts fonctionnaires de la bureaucratie, les ulémas étant, dès lors, exclus des affaires étatiques et dynastiques.

  • 6 Sous le règne de Mehmed II, Mahmud Paşa, grand vizir de 1453 à 1466 et à nouveau en 1472-1474, fait (...)

9Sous le règne de Mehmed II (1451-1481) on assiste également à un autre changement, plus subtil peut-être car non écrit : la durée de la fonction de grand vizir fut considérablement raccourcie. Le premier vizir Çandarlı, par exemple, conserva son poste pendant presque 20 ans, jusqu’à sa mort (1368-1387). Les autres grands vizirs, y compris le premier grand vizir de Mehmed II, restèrent en moyenne plus d’une dizaine d’années. Par la suite, durant la période qui nous intéresse, les grands vizirs ne restèrent pas plus de trois ou quatre ans en poste, à quelques rares et notables exceptions près6. Cela doit être considéré comme une étape délibérée de la part de Mehmed le Conquérant, suivi par ses successeurs, pour élever le statut du sultan vers une suprématie absolue sans dépendre de grands vizirs qui auraient accru leur pouvoir à rester en poste trop longtemps.

Le Conseil impérial

  • 7 Précédemment, il semble que le Conseil se soit réuni à Bursa dans le plus imposant bâtiment de la v (...)

10Ces changements structurels sont perceptibles à la fois dans le code de lois de Mehmed II et dans ses nominations. Comment les décisions étaient prises et quelle était la teneur des débats est bien plus difficile à déterminer. Les minutes des réunions n’étaient jamais conservées ; au cours du XVIe siècle, la pratique de garder les registres contenant les résumés et parfois les copies des ordres résultant des débats du Conseil fut mise en place. Quelques-uns de ces registres datant de la première moitié du XVIe siècle nous sont parvenus, mais c’est seulement pour la fin de la période que nous étudions que nous possédons les séries quasi complètes des registres du Conseil, appelés registres des affaires importantes, mühimme dans la terminologie ottomane. Même dans ce cas, les registres ne contiennent que l’essentiel de l’ordre promulgué, jamais la teneur des débats qui ont mené à la décision et les histoires qui ont été écrites par la suite ont tendance à être considérées comme une meilleure source sur cette époque. Ainsi que le code de lois de Mehmed II le précise (article 30), le Conseil se réunissait quatre jours par semaine au palais ; c’est seulement au cours du XVIIe siècle que le Conseil put se réunir dans un autre lieu, à la résidence officielle du grand vizir7. Durant la période 1450-1580, le palais du sultan était également le siège du gouvernement (fig. 1). Le code de lois de Mehmed II (l’article 30, de nouveau) stipulait que le sultan n’avait plus à siéger aux réunions du Conseil ; il pouvait suivre les débats en secret mais y prenait rarement part (fig. 2 et 3). Des personnalités officielles du palais faisaient savoir au Conseil tout point que le sultan souhaitait voir abordé ; les propositions du Conseil étaient répercutées à ces mêmes hauts fonctionnaires pour être soumises au sultan. Quand on se penche sur les registres du mühimme qui ont été conservés, on est frappé du fait que les affaires les plus importantes sont enregistrées à côté des plus triviales, apparemment sans rime ni raison. À la vue de toutes les questions traitées au Conseil impérial, si l’on se fonde sur les décrets promulgués, on comprend pourquoi le sultan ne souhaitait pas s’impliquer dans les affaires routinières du gouvernement.

Fig. 1 > Plan du palais de Topkapi.

Fig. 2 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial (Divan-ı Humayun) Hünername I (1584/1585). [Musée du palais de Topkapı, H. 1523]

Fig. 3 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial, détail Hünername I (1584/1585). [Musée du palais de Topkapı, H. 1523] On voit l’intérieur de la chambre du Conseil ainsi que le sultan écoutant en secret les débats.

  • 8 3 numaralı mühimme defteri (966-968/1558-1560), Ankara, T.C. Başbakanlık, Devlet Arşivleri Genel Mü (...)
  • 9 Mühimme 3, p. 450, no 1007-1008.

11Les questions discutées au Conseil impérial allaient des grandes affaires de l’État aux décisions à prendre concernant les campagnes militaires, des pétitions des sujets aux affaires personnelles des hauts fonctionnaires, des nominations à la question de l’approvisionnement du palais. Du fait de l’absence de rapports ou minutes consignant ces discussions, il nous est très difficile de déterminer la procédure exacte suivie durant les réunions du Conseil impérial. Les décrets copiés ou résumés à l’essentiel dans les registres du mühimme débutent souvent par l’exposition du contexte d’une affaire puis, après l’énoncé de la décision, se terminent par un avis. Certains enregistrements décrivent de quelle manière l’affaire a été portée à la connaissance du Conseil, comment elle a été traitée et comment le décret fut promulgué. En particulier, pour les problèmes concernant les relations avec les autres souverains, il est souvent précisé que le décret fut d’abord rédigé puis lu en Conseil pour approbation. Dans un cas, il s’agit d’une lettre adressée à Ferdinand pour l’informer de la promulgation du traité de paix de juillet 1559. Après que le Conseil l’eut approuvé, il fut envoyé à l’ambassadeur de Ferdinand dans une pochette cylindrique réservée aux traités (ahdnâme kisesi). Si l’on compare la date d’inscription au registre et la date de promulgation, la procédure prit environ deux semaines8. Toutes les affaires discutées en Conseil ne nécessitaient pas autant de jours pour être traitées. Un décret, daté du 23 avril 1560, impliquant le transfert de cinq galères à l’amiral Piyale Paşa, fut lu devant le Conseil et promulgué le jour même après approbation9.

Fig. 4 > La salle du Conseil impérial (Divan-ı Humayun) dans la deuxième cour. Hünername II (1587/1588). [Musée du palais de Topkapı, H. 1524]

Fig. 5 > Portraits de sultans Şemailname (1579). [Musée du palais de Topkapı, H. 1573]

  • 10 Mühimme 3, p. 631-632, no 1453.
  • 11 Mühimme 3, p. 629, no 1451.

12La sécurité du royaume était l’une des préoccupations principales du Conseil impérial. En plus des instructions et commandements à l’intention des gouverneurs, des ordres étaient envoyés aux souverains alliés ou tributaires pour qu’ils collectent des informations ou mettent en place des actions préventives. Qu’il s’agisse d’obtenir du khan de Crimée des renseignements sur les mouvements et les intentions des Russes, des Circassiens et autres ennemis10 ou de prévenir le roi Etienne, « roi de Transylvanie et de Hongrie » de ne pas provoquer Ferdinand d’Autriche mais de rester vigilant dans la protection des territoires11, ces décrets furent rédigés et lus devant le Conseil pour approbation.

  • 12 6 numaralı mühimme defteri (972/1564-1565), Ankara, T.C. Başbakanlık, Devlet Arşivleri Genel Müdürl (...)
  • 13 Voir, par exemple, Mühimme 6, p. 145-146, no 261, un décret adressé à plusieurs juges (également ma (...)

13Le Conseil impérial ne servait pas seulement d’organe administratif mais également de Conseil de justice. Il était accessible à tous les sujets du sultan, musulmans ou non, riches ou pauvres, hommes ou femmes, personnalités officielles ou pas. Le 18 août 1564, par exemple, une femme originaire d’Égypte, dont le fils avait été condamné aux galères, saisit le Conseil impérial. Elle estimait que son fils avait été accusé à tort. Un décret destiné au gouverneur-général de l’Égypte fut produit et remis à cette femme. Il ordonnait au gouverneur de libérer le jeune homme dans le cas où il aurait été reconnu innocent après révision de son procès12. Cet exemple parmi tant d’autres, nous permet de voir l’étendue des responsabilités du Conseil impérial, tant du point de vue de ses compétences que de l’audience qu’il attirait. Il montre également qu’une femme seule n’hésitait pas à voyager des confins du royaume pour faire entendre son cas et que cela pouvait en valoir la peine. Il est une formule typique que l’on trouve dans de nombreux décrets ayant trait au comportement oppressif des agents de l’État et qui souligne les compétences du Conseil impérial en matière de justice : « Je ne cautionne aucune oppression à l’encontre de quiconque aux jours de ma justice impériale13. »

  • 14 Mühimme 6/2, p. 190-197. Ce cas particulier mentionné dans les registres reflète également la procé (...)

14Ce même principe de justice était invoqué dans des cas collectifs. Un décret adressé en mai 1565 à plusieurs gouverneurs-généraux ainsi qu’aux gouverneurs de district (sandjak) et aux juges des régions concernées, mettait l’accent sur leur devoir de combattre toutes les formes d’oppression. Le Conseil impérial avait été informé que des personnalités officielles et influentes dans la région mariaient de force des jeunes filles à des hommes de leur choix sans le consentement des tuteurs de celles-ci ; de même que des hommes étaient forcés à divorcer pour épouser des femmes qu’on leur imposait. Le décret ordonnait qu’une enquête soit menée, que les responsables soient punis et que l’on prévienne à l’avenir ce type de pratiques14.

  • 15 Mühimme 6, p. 185, no 339.

15Si nécessaire, le Conseil impérial veillait également sur les intérêts des marchands ottomans, musulmans ou non, commerçant dans d’autres contrées. Ainsi, quand un Arménien et deux marchands musulmans décédèrent à Moscou en 1565 et que leurs biens furent confisqués, un agent fut envoyé avec une lettre pour récupérer leurs effets15.

  • 16 Mühimme 3, p. 381, no 840.
  • 17 Mühimme 3, p. 640, no 1477.
  • 18 Mühimme 6/2, p. 83, no 969.
  • 19 Mühimme 6/2, p. 20, no 838.

16Les affaires privées des vizirs étaient traitées comme les autres par le Conseil impérial ; en d’autres termes, même les membres des plus hauts rangs du gouvernement ottoman s’adressaient au Conseil impérial pour demander justice. À titre d’exemple, les vols et extorsions commis à l’encontre des possessions du grand vizir Rüstem Paşa furent à plusieurs reprises à l’ordre du jour du Conseil. Une fois, il fut question du vol des chevaux du Paşa16, une autre fois d’un jeune garçon qui lui appartenait et qui avait été kidnappé17. Ferhad Paşa saisit également le Conseil quand il dut faire face à une résistance locale alors qu’il s’approvisionnait en bois pour réparer les moulins qu’il avait acquis à Vize18. Enfin, le grand vizir Semiz Ali Paşa se tourna vers le Conseil impérial quand il eut besoin de faire transporter du plomb de Thessalonique à Istanbul19.

Les sultans et leurs vizirs

  • 20 Voir, par exemple, Hüseyin Yılmaz, The Sultan and the Sultanate: Envisioning Rulership in the Age o (...)
  • 21 Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Kanuni Sultan Süleyman’ın I. François’ya İki Mektubu », trad. Refet Y (...)
  • 22 Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, 1993, p.  (...)

17Des études récentes définissent le XVIe siècle comme une période de transformation de la culture politique ottomane durant laquelle la tradition mise en place par Mehmed II, qui tournait autour du souverain, se transforma graduellement pour placer le vizir au centre du gouvernement20. Les historiens qui remettent en cause l’idée communément admise d’un âge d’or durant le règne du sultan Süleyman (1520-1566) considèrent généralement l’exécution d’İbrahim Paşa (1536) comme un point de basculement mettant un terme à la première phase du règne de Süleyman. En fait, la charnière peut être placée au milieu des années 1540, quand la dynamique des conquêtes laissa progressivement place à une volonté de conformisme et de stabilité. L’image du sultan passa de celle d’un conquérant à celle d’un protecteur. Tandis que l’expansion géographique se ralentissait et que les grandes conquêtes n’étaient plus à l’ordre du jour, les frontières, auparavant assez lâches, furent redéfinies de manière plus stricte. L’orthodoxie musulmane sunnite prit une place grandissante dans la culture politique, sociale et artistique ottomane21. Une certaine forme de bureaucratisation et de standardisation, telle que la rédaction des registres du mühimme, semble s’être mise en place dans diverses institutions du gouvernement ottoman22.

18Durant la période 1450-1580, 35 mandats de vizir furent octroyés à 23 personnalités sous les règnes de six sultans. Nombre d’entre eux furent renvoyés pour être réinvestis dans leurs fonctions quelques années après. Par exemple, Hersekzâde Ahmed Paşa (m. 1516), le grand vizir de Bayezid II, occupa ce poste cinq fois, les deux dernières durant le règne relativement court de Selim Ier. Six personnes furent grand vizir sous le sultan Selim « le Terrible » (mais « Yavuz » en turc devrait être plutôt traduit par « redoutable » ou « audacieux ») durant ses huit années de règne (1512-1520). Quatre de ses grands vizirs furent exécutés et l’un mourut lors d’une bataille ; son dernier grand vizir, Piri Mehmed Paşa, survécut jusqu’au règne de son successeur. Excepté Piri Mehmed Paşa, éduqué à la medrese mais ayant fait sa carrière dans la bureaucratie, tous étaient d’origine militaire. Les relations du sultan Selim avec ses vizirs semblent avoir oscillé entre confiance et défiance. Cela pourrait être dû à l’implication des vizirs dans le conflit qui l’opposa à son frère pour accéder au trône. Les chroniques ottomanes sont, en effet, pleines d’anecdotes sur le soutien des vizirs à son frère aîné, le prince Ahmed.

  • 23 Celâlzâde Mustafa, Selim-nâme, Ahmed Uğur et Mustafa Çuhadar éd., Ankara, Kültür Bakanlığı, 1990, p (...)

19Il est intéressant de se pencher sur la relation individuelle que Selim entretint avec chacun de ses vizirs, mais une telle étude dépasserait le cadre de ce chapitre. Ses rapports avec son vizir le moins connu, Yunus Paşa, offrent un bon exemple de la nature ambiguë de ces relations. Issu du devşirme, Yunus était marié à une petite fille du sultan Bayezid II. Gravissant normalement les échelons, il devint chef des gardiens de la Porte (baş kapıcıbaşı) de Bayezid avant d’être promu au commandement du corps des janissaires. Durant le conflit entre le prince Ahmed et Selim, il semble s’être abstenu de prendre parti. D’un côté, il se devait de rester loyal au sultan régnant Bayezid qui était favorable au prince Ahmed et, de l’autre, il était responsable des janissaires qui soutenaient le prince Selim. Par la suite, il fut nommé à de hautes fonctions dans les provinces, devenant gouverneur-général d’Anatolie puis de Roumélie, en l’espace de quelques mois. Il était dans cette fonction quand le sultan Selim détrôna son père en 1512. Il accompagna Bayezid dans sa retraite et rapatria son corps à Istanbul après son décès en chemin vers son lieu d’exil. Selim le relégua au poste de gouverneur du sandjak de Bosnie probablement à cause de son ancienne proximité avec le sultan Bayezid. Trois ans après, il était rappelé à Istanbul pour prendre en charge les affaires hongroises en tant que gouverneur général de Roumélie. Quatre mois après, probablement suite à une redistribution générale des postes, il était nommé vizir. Il fut appointé grand vizir en 1517 quand Hadım Sinan Paşa mourut sur le champ de bataille durant la campagne d’Égypte. Il semble avoir gagné la confiance de Selim Ier durant son service malgré les hésitations préalables du sultan. Mais la confiance de Selim était plus facile à perdre qu’à gagner. Après la conquête du Caire, Yunus Paşa demanda le gouvernorat de la nouvelle province d’Égypte. Le sultan Selim ne trouvait pas approprié d’appointer un fonctionnaire ottoman à un si haut poste ; en outre, il avait encore des doutes sur la personnalité de son grand vizir. Il testa les intentions de Yunus Paşa en faisant mine d’accepter sa nomination. Mais après que ses suspicions furent confirmées, il le fit exécuter23.

  • 24 Peter Mario Luciano Sebastian, Turkish Prosopography in the Diarii of Marino Sanuto 1496-1517/902-9 (...)
  • 25 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 58.
  • 26 Marino Sanuto, I diarii di Marino Sanuto, Bologne, 1969 [ci-après Sanuto], 12 :515.

20İskender Paşa (m. 1515), autre vizir de Selim Ier, fut l’un de ceux qui le soutinrent dans son combat pour la succession. En devenant son gendre en 1509, İskender semble avoir gagné très tôt la confiance de Selim. Cependant, ni leurs relations familiales, ni son soutien de la première heure n’empêchèrent le sultan d’exécuter İskender Paşa, accusé de corruption24. Dukaginzade Ahmed Paşa (m. 1515), qui contribua également à la montée sur le trône de Selim Ier, fut maintenu dans ses fonctions de gouverneur-général d’Anatolie quand Selim accéda au pouvoir. Marié à une petite-fille de Bayezid II, nièce de Selim Ier, Ahmed Paşa joua un rôle essentiel dans la victoire du sultan sur son frère Ahmed en 1513. En conséquence, il fut nommé vizir siégeant au Conseil25. Quant à Hersekzade Ahmed Paşa qui, à l’origine, soutenait apparemment le prince Ahmed, il réussit à éviter l’hostilité de Selim en refusant d’attaquer l’armée de ce dernier à Çorlu sous le prétexte qu’il était malade26.

21Les carrières des grands vizirs de Süleyman, prises dans leur ensemble, sont dans la lignée des modèles de l’époque de Mehmed II, à l’exception du premier d’entre eux, Piri Mehmed, au parcours original, et du deuxième, İbrahim, qui bénéficia d’une promotion fulgurante sans précédent. Huit des grands vizirs furent issus du devşirme, donc éduqués dans les corps du Palais et de formation militaro-administrative. À l’exception d’İbrahim Paşa, les postes qu’ils détinrent avant d’être nommés grand vizir leur offrirent l’opportunité de s’enrichir considérablement. Mais İbrahim Paşa n’eut pas non plus de difficulté à se constituer une fortune personnelle, du fait de son extraordinaire ascension et de ses prouesses militaires. Six grands vizirs furent mariés à des princesses, faisant d’eux non seulement les plus hauts fonctionnaires de l’administration mais également des membres de la « famille ».

22Le sultan Süleyman, comme son père avant lui, conserva la composition du Conseil impérial tel qu’il en avait hérité en montant sur le trône. Ainsi, son premier Conseil fut composé du grand vizir Piri Mehmed Paşa, des vizirs Mustafa Paşa et Ferhad Paşa, ainsi que du quatrième vizir Lala Kasım Paşa. Conserver dans leurs fonctions des hommes d’expérience, ayant déjà le contrôle de la machinerie militaire et administrative, servait les desseins du nouveau sultan. Ces hommes, expérimentés dans les affaires du royaume ainsi que dans le fonctionnement de la Cour, étaient de précieux guides et conseillers pour un nouveau venu sur le trône. Cependant, en quelques années, tous sortirent de la scène politique tandis que le sultan formait sa propre équipe aux échelons supérieurs de l’administration impériale. Grâce à la répression d’une grande révolte dans les provinces orientales nouvellement conquises et à sa nouvelle aura de commandant victorieux après deux campagnes occidentales couronnées de succès, celles de Belgrade (1521) et de Rhodes (1522), Süleyman était prêt à modifier les échelons des hautes fonctions militaro-administratives et à faire en sorte que le Conseil lui appartienne.

23Excepté Piri Mehmed Paşa qui avait servi sous le père de Süleyman, les vizirs de ce dernier furent formés à l’école du Palais. Cela a son importance pour deux raisons. Premièrement, ils étaient bien éduqués et au fait des coutumes dynastiques ottomanes ainsi que des mécanismes de l’administration impériale. Deuxièmement, « ils avaient mangé le pain du sultan » et lui étaient redevables.

  • 27 İsmail Hakkı Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II, Ankara, 1949, p. 534-535.

24Quand Süleyman accéda au trône, il garda le dernier grand vizir de son père, Piri Mehmed Paşa, pendant trois ans. Celui-ci avait à l’origine une formation d’uléma, ce qui est exceptionnel pour la période du règne de Süleyman. Issu d’une famille d’ulémas et ayant reçu une éducation à la medrese, il débuta sa carrière administrative comme cadi (juge). Mais, il changea ensuite de carrière et entra dans la bureaucratie. Il devint trésorier d’Anatolie (Anadolu Defterdarı) sous Bayezid II. En 1514, il participa à la campagne contre le safavide Shah Ismail en tant que trésorier impérial (Başdefterdar) gagnant ainsi, pour un temps, les faveurs du sultan Selim. Il fut fait vizir après la victoire de Çaldıran, pour être renvoyé juste après. En 1516, durant les campagnes de Selim en Égypte et en Syrie, on le chargea de la sécurité de la capitale (İstanbul Muhafızı). Suite à l’exécution de Yunus Paşa en 1518, il fut fait grand vizir à Damas. Après la mort de son maître, il conserva son poste jusqu’à son départ à la retraite en 1523 et fut remplacé par İbrahim Paşa27.

  • 28 V.J. Parry, « Ayas Pasha », Encyclopaedia of Islam, CD-ROM Ed., Leiden, 1999 [ci-après EI], I: 779a

25D’origine albanaise, Ayas Paşa (m. 1539) intégra le service palatial ottoman durant le règne de Bayezid II. Il prit part aux campagnes de Selim Ier en Iran, Syrie et Égypte en tant que commandant des troupes janissaires. Il était gouverneur-général d’Anatolie quand Süleyman monta sur le trône. Suite à la rébellion de Ghazali en Syrie, il fut gouverneur de Damas, puis il participa au siège de Rhodes en tant que gouverneur de Roumélie. Après la campagne, il fut promu troisième vizir et, rapidement, deuxième vizir. Jusqu’à ce qu’il devienne grand vizir en 1536, après l’exécution d’İbrahim Paşa, il prit part à toutes les campagnes du sultan Süleyman28.

  • 29 À la retraite, Lütfi Paşa devint un écrivain prolifique. Il donne des détails autobiographiques dan (...)

26La carrière de Lütfi Paşa (m. 1562/3) est typique des échelons militaro-administratifs à gravir pour atteindre le grand vizirat. D’origine albanaise, issu du devşirme, Lütfientra au service du Palais sous Bayezid II. En 1512, après l’accession au pouvoir de Selim Ier, il sortit de l’école palatiale avec la distinction de müteferrika (fourrier), il servit par la suite comme çaşnigirbaşı (dégustateur en chef), kapıcıbaşı (gardien de la Porte), emir-i alem (porte-étendard), toutes ces charges impliquant un haut degré de proximité avec le sultan. Il quitta le service du Palais pour devenir gouverneur du sandjak de Kastamonu en 1520, probablement après l’arrivée sur le trône de Süleyman. Il fut ensuite transféré à Aydın (1522) et participa au siège de Rhodes et, sans doute, à celui de Yanya (Janina), dans la mesure où il prit part à la campagne de 1529 en tant que gouverneur de ce sandjak de Roumélie. Suite à cela, il fut promu d’abord gouverneur-général de Damas (1530), puis de Karaman (1534), fonction qu’il exerçait durant la campagne d’Iran. Rapidement après avoir reçu le gouvernorat général d’Anatolie, il exerça le même poste pour la Roumélie (1536). Il était à la tête de l’armada durant le siège de Corfou en 1537 en tant que troisième vizir. L’année suivante, il fut promu deuxième vizir quand Mustafa Paşa mourut juste avant de conduire la campagne de Moldavie. En 1539, à la mort du grand vizir Ayas Paşa, il fut investi de cette fonction jusqu’à son renvoi, deux ans après, dû à un conflit avec sa royale épouse, Şah Sultan, sœur du sultan Süleyman. Contrairement à beaucoup d’autres qui avaient occupé le poste avant lui, il put jouir d’une longue vie, retiré dans ses terres près de Dimetoka en Thrace29.

  • 30 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 538.

27Hadım Süleyman Paşa, qui succéda à Lütfi Paşa comme grand vizir, était un eunuque blanc qui avait intégré le Palais durant le règne du sultan Selim. Après avoir occupé de hauts postes dans les fonctions intérieures du Palais, et notamment la responsabilité de l’école palatiale, il devint gouverneur-général de Damas. Il poursuivit la carrière habituelle, occupant le poste de gouverneur-général d’Anatolie, puis d’Égypte, devenant deuxième vizir et enfin, grand vizir, en 1541. Il fut démis de ses fonctions en 1544 suite à son implication dans un différent armé. Il termina ses jours retiré à Malkara30.

28Le second grand vizir extraordinairement influent du règne de Süleyman fut Rüstem Paşa. Issu du devşirme et d’origine bosniaque ou croate, Rüstem fut formé au Palais comme ses prédécesseurs. Il fut nommé başmirahur (grand écuyer de la Cour) durant la campagne de Hongrie menée par le sultan en 1526. Il quitta le Palais pour être successivement gouverneur de Diyarbakır et d’Anatolie. Nommé vizir en 1539, il épousa la fille du sultan, Mihrimah. Après neuf ans de service, il fut démis de ses fonctions en 1553, suite à un mouvement populaire de révolte contre l’exécution du prince Mustafa ; on l’accusait d’avoir fomenté le complot à l’origine de la chute du prince et le sultan en fit son bouc émissaire.

29Deux ans après, quand la colère des partisans de Mustafa se fut atténuée et grâce à l’entremise de sa femme et de sa belle-mère, il fut réinvesti dans ses fonctions. Son second mandat dura jusqu’à sa mort naturelle, en 1561.

  • 31 Ibid., p. 539-540.

30Kara Ahmed Paşa, également issu du devşirme et d’origine albanaise, remplaça Rüstem Paşa pendant les deux années qui s’écoulèrent entre son éviction et sa réintégration au poste de grand vizir. Il avait été formé au Palais et fut transféré au service extérieur en tant que kapıcıbaşı (gardien de la Porte). Après avoir été affecté au plus haut poste du Palais, celui de commandant des janissaires, il entra au service de l’administration des provinces comme gouverneur général de Roumélie et passa deuxième vizir avant de devenir grand vizir. Malgré son succès à Temesvar, il fut évincé, victime d’intrigues de cour, et finit exécuté en 154531.

  • 32 Ibid., p. 540.

31Après la mort de Rüstem Paşa, Semiz Ali Paşa, également d’origine bosniaque et issu du devşirme, fut nommé grand vizir. Il avait été formé au Palais et avait intégré le service extérieur où il fut emir-i alem (porte-étendard), puis commandant des janissaires. Dans l’administration provinciale, il bénéficia des plus hauts postes, gouverneur-général de Roumélie puis d’Égypte, avant d’être rappelé à Istanbul pour intégrer le Conseil en tant que vizir. Comme ses prédécesseurs, il fut promu au grand vizirat après avoir été deuxième vizir. Il mourut en poste, en 156532.

32Tous ces hommes suivirent la carrière classique. Leur formation, leurs fonctions au Palais et leurs postes en province furent pratiquement les mêmes. Ils intégraient le Conseil avant de devenir grand vizir, poste qu’ils conservaient deux à trois ans en moyenne, avant de prendre leur retraite ou de mourir. Certes, aux moments clefs de leur carrière, ils surent faire face aux rivalités ; mais tout paşa recevant le gouvernorat d’Égypte ou de Roumélie finissait inévitablement par intégrer le Conseil. Au milieu du XVIe siècle, il y avait alors sept vizirs dont les rangs allaient en ordre croissant, le deuxième vizir venant après le grand vizir. Quand un poste se libérait, ils étaient tous promus au rang supérieur selon leur degré d’ancienneté au Conseil, le deuxième vizir devenant ainsi grand vizir, le troisième vizir, deuxième vizir… La promotion se faisait de manière quasiment automatique, le sultan n’intervenant pratiquement pas. Durant le règne de Süleyman, İbrahim Paşa et Rüstem Paşa restèrent en poste exceptionnellement longtemps. De même pour Sokollu Mehmed Paşa. À la mort du sultan en 1566, il était grand vizir depuis à peine un an mais conserva cette fonction pendant encore treize ans. Il resta donc au total quatorze ans au pouvoir. Avant lui, Rüstem Paşa était resté quinze ans. Sokollu Mehmed Paşa et Rüstem Paşa gravirent les échelons en suivant la carrière classique tandis qu’İbrahim Paşa fut vraiment à part, non seulement pour la durée de son mandat, mais aussi pour sa carrière exceptionnelle.

İbrahim Paşa, le favori par excellence

33Quand le sultan Süleyman s’imposa pleinement sur le trône après le succès de ses premières campagnes, il promut İbrahim – son compagnon depuis de nombreuses années, depuis l’époque où Süleyman avait été gouverneur à Manisa – directement grand vizir alors que celui-ci sortait tout juste de ses fonctions au service intérieur du Palais. Une telle ascension se faisait pour la première et la dernière fois. Durant leurs trois premières années passées à Istanbul, İbrahim avait été le page du Palais portant le titre le plus élevé, en fait essentiellement le chambellan de Süleyman. Sa soudaine promotion était tellement inhabituelle que les historiens de l’époque cherchèrent à l’expliquer et à trouver des justifications. Ils dépeignirent İbrahim comme « l’alter ego » du sultan Süleyman. Tout ceci contribua à projeter sur Süleyman et İbrahim l’image d’un « couple idéal » d’un souverain et de son vizir, image modelée sur celle du roi Salomon et d’Asaph, son confident et conseiller dans la tradition islamique.

  • 33 Ainsi que Prioli, baile de Venise à Constantinople, décrivait İbrahim dès le 9 avril 1523 ; voir Sa (...)
  • 34 Pour le détail des nominations à cette période, voir Zeynep Yelçe, The Making of Sultan Süleyman : (...)
  • 35 Matrakçı Nasûh Silâhî b. Karagöz Bosnavî, Dâstân-ı Sultân Süleymân, Bibliothèque du palais de Topka (...)
  • 36 Coran, 21 :69 (Coran, traduction D. Masson, Paris, 1967, p. 403). Sur l’appellation de khalîl (hali (...)
  • 37 D’après la traduction anglaise de Sjezana Buzov, The Lawgiver and His Lawmakers : The Role of Legal (...)

34En 1523, İbrahim, « le bien aimé du Signor Turco33 », fit une apparition soudaine et remarquée sur la scène politique, d’autant plus remarquée que jusqu’alors il n’avait jamais été vu en public. Pour ses contemporains et pour les observateurs étrangers, son émergence paraissait soudaine mais, en réalité, plusieurs vagues de promotions et de destitutions dans les trois premières années du règne du sultan avaient libéré de la place au plus niveau de l’État et permis à İbrahim d’accéder au pouvoir34. Les récits ottomans contemporains, en débutant par un exposé général traitant de la nécessité d’avoir un vizir, tentent d’expliquer les motivations particulières et les attentes de Süleyman en nommant İbrahim. Si l’on s’en tient à leurs explications, les compétences d’İbrahim justifiaient sa nomination. Quant aux motivations du sultan, les sources sous-entendent que Süleyman avait tendance à mettre des hommes de confiance à la place des serviteurs qu’il avait hérités de son père. Bien que cela ne soit pas présenté comme étant à l’origine de l’ensemble des transformations de son règne, ces récits expriment clairement le fait que Süleyman souhaitait nommer au grand vizirat une personne élevée dans sa propre maison, quelqu’un qui connaîtrait sa personnalité et que lui-même connaîtrait également. Il cherchait un vizir dont les jugements et les opinions seraient dignes de confiance. Cette personne aurait en charge la protection du royaume et les affaires de l’État. Du fait de sa proximité avec le souverain pendant les années où il servit comme chambellan, İbrahim avait gagné à la fois la confiance et l’affection du sultan Süleyman. Ses attentions particulières, sa loyauté absolue et son amitié permirent à İbrahim de devenir très proche de Süleyman. Il correspondait totalement aux critères du grand vizir recherché par le sultan35. La décision de Süleyman est explicitée dans le code de lois d’Égypte (1525) préparé par le chancelier Celâlzâde sur l’ordre d’İbrahim Paşa. Dans le texte, un lien est fait entre le prophète Abraham et İbrahim Paşa par la mention du verset coranique « Ô feu ! Sois, pour Abraham, fraicheur et paix36 ! » L’analogie avec Abraham, compagnon de Dieu, khalîl dans la tradition islamique, se reflète dans les liens étroits et loyaux qu’İbrahim entretient avec le sultan : « quand, avec une servitude sincère, jour après jour, il obtint la dévotion exclusive dans l’intimité, son Excellence, le calife du Glorieux Seigneur, accorda la haute distinction de l’amitié, équivalent à celle de khalîl37 ». Ce texte met en avant le choix opportun de Süleyman d’utiliser les compétences d’İbrahim pour résoudre les problèmes du royaume et éliminer les ennemis de l’État.

Fig. 6 > Vue de la salle du Divan (Divanhane) et la tour de Justice (Adalet Kulesi) dans la deuxième cour.

Fig. 7 > Vue de la chambre des pétitions (Arz Odasi) à l’intérieur de la troisième cour, à l’ouest.

  • 38 LütfiPaşa, Asafname…, op. cit., p. 2.
  • 39 Celâlzâde Mustafa, Tabakâtü’l-Memâlik ve Derecâtü’l-Mesâlik (Geschichte Sultan Süleyman Kanunis von (...)

35Le fait d’avoir été élevé dans la maison du sultan et d’avoir été promu pour avoir gagné sa faveur trouva un écho particulièrement fort dans les écrits contemporains. Lütfi Paşa, grand vizir à la retraite devenu érudit, mit l’accent sur ce point, se décrivant lui même comme « soigné et nourri par la bonté du sultan38 ». Celâlzâde illustre le même thème en rapportant une conversation avec İbrahim Paşa au Caire. Quand le grand vizir libéra des prisonniers, il dit à Celâlzâde que cet acte pieux était le fait du sultan. L’auteur commente : « L’humble serviteur qui est le sien était moins qu’une insignifiante particule et il atteignit un si haut degré de fortune et de gloire à travers son regard qui illumine le monde39. »

  • 40 Sa’di, 170a.
  • 41 Sa’di, 174b.

36Le premier chantier d’İbrahim Paşa à son entrée en fonction fut de pacifier et de ramener l’ordre dans la province égyptienne, une tâche directement liée à la protection du royaume et aux affaires de l’État. En 1524, après un mariage spectaculaire, renforçant son statut et son autorité, il partit pour l’Égypte investi de la « dignité de la fortune et de la grâce du souverain40 ». En tant que mandataire du sultan Süleyman, İbrahim fut investi de tous les pouvoirs décisionnels ; d’autre part, il représentait le sultan en endossant les responsabilités. Ainsi que l’écrivait un chroniqueur : une fois en Égypte, İbrahim Paşa annonça qu’il représentait « la courroie de justice » du sultan et que les ordres du sultan étaient à sa discrétion. Il était du ressort du peuple d’émettre des pétitions pour activer cette courroie et du ressort d’İbrahim d’agir en conséquence pour faire disparaître l’oppression41.

  • 42 Sanuto, 37 :269 : « … abrazamenti e tochar de man basandoli la spala et tocharsi testa con testa » (...)

37La position d’İbrahim Paşa, « le bien-aimé du sultan Süleyman », est mise en exergue dans les rapports et écrits contemporains, qu’ils soient ottomans ou étrangers. Quand İbrahim partit pour sa mission en Égypte en septembre 1524, parmi tous les dignitaires venus lui faire leurs adieux, se trouvait le sultan lui-même qui l’accompagna en mer sur plusieurs milles42.

  • 43 Sanuto, 37 :269. Bragadin, 19 octobre 1524. Ces rapports ont donné par la suite matière à Giovio po (...)
  • 44 Sanuto, 38 :56 [daté du 29 janvier 1525].
  • 45 Sanuto, 38 :163 [daté des 4-7 mars 1525]. Il était à Edirne pour la grande chasse.
  • 46 Bostan Mehmed Çelebî, Târîh-i Sultân Süleyman Hân, Milli Kütüphane, Collection Afyon Gedik Ahmed Pa (...)
  • 47 Sanuto, 41 :527.

38Durant l’absence d’İbrahim Paşa, les rapports faits par des Vénitiens de Constantinople relatent l’affection que le sultan nourrissait pour son grand vizir. La mission d’İbrahim en Égypte ne devait pas durer plus de six mois car le sultan « ne pouvait pas vivre sans lui43 ». Les Vénitiens notent que Süleyman écrivait à İbrahim de sa propre main deux fois par mois et qu’il lui envoyait des cadeaux continuellement44. Bientôt, on murmura que le sultan, qui séjournait à Edirne durant l’absence du grand vizir, ne souhaitait pas retourner à Istanbul tant qu’İbrahim ne serait pas rentré45. Cela transparaît également dans les sources ottomanes. Un chroniqueur ottoman contemporain raconte que durant l’absence d’İbrahim, le Conseil impérial ne se réunissait que deux fois par semaine au lieu des quatre fois habituelles car le sultan n’avait pas confiance en les autres vizirs46. Piero Bragadin, baile de Venise, rapporte en juin 1526 qu’İbrahim et le sultan étaient ensemble depuis l’âge de six ans. Bragadin prétend qu’İbrahim dormait fréquemment dans la chambre à coucher du sultan sur un lit proche du sien et qu’ils étaient ensemble tous les jours. Le sultan lui écrivait des notes de sa propre main et les lui faisait porter par un muet. En réponse, soit İbrahim venait en personne, soit il lui écrivait quoi faire. Le baile raconte l’amour que le sultan portait à İbrahim et comment il ne pouvait se passer de lui47.

  • 48 Nasuh, 100b. D’après Celâlzâde, İbrahim revint le 23 avril [11 rajab]. Tabakat, 133a.
  • 49 Kemalpaşazade mentionne le fait qu’İbrahim était à la fois grand vizir et commandant général de l’a (...)
  • 50 Bostan (MK), 62a-b.
  • 51 Koca Nişancı Sâlih b. Celâl, Târîh-i Budûn, Bibliothèque du musée du palais de Topkapı d’Istanbul, (...)

39En 1526, le double cérémonial de départ en campagne montra encore à quel point Süleyman et İbrahim étaient inséparables. İbrahim Paşa quitta la capitale avec l’armée pour revenir le jour suivant et partir à nouveau avec le sultan48. Certains commentateurs justifièrent ce double départ par des raisons personnelles, attribuant le retour du paşa à l’impossible séparation d’İbrahim et Süleyman49, d’autres mettent en avant la double position d’İbrahim Paşa, à la fois gouverneur-général de Roumélie et grand vizir ; en tant que gouverneur-général de Roumélie, il était censé conduire l’armée hors de la ville mais en tant que grand vizir il se devait de partir accompagné du sultan50. Un observateur contemporain synthétisa même ces deux points de vue en expliquant qu’en tant que gouverneur-général İbrahim Paşa devait partir en avance pour organiser le rassemblement des troupes de Roumélie, selon « l’ancienne coutume » ; mais il dut faire marche arrière, rappelé par le sultan qui ne pouvait supporter leur séparation et exigeait sa présence auprès de lui51.

  • 52 Robert Shepard, « Court Factions in Early Modern England », The Journal of Modern History 64/4, 199 (...)
  • 53 Sanuto, 37 :142.
  • 54 Sanuto, 41 :526.

40L’impossible séparation mise en avant par les contemporains peut également être entendue comme une délégation, ou même un partage, de l’autorité du souverain. Étant donné l’étendue de son influence sur le sultan, sur les réseaux de patronage et les affaires du royaume, İbrahim Paşa nous rappelle son contemporain Wolsey qui a souvent été présenté comme ayant monopolisé le pouvoir politique du fait de la confiance que Henri VIII avait placé en lui52. En novembre 1524, Piero Zen s’étend sur l’affection que Süleyman a pour İbrahim, décrivant ce dernier comme un homme « qui fait ce qu’il veut et ce qu’il veut est fait53 ». En 1526, le baile Bragadin confirma les impressions de Zen et ajouta que le sultan ne faisait rien sans avoir pris son conseil54.

  • 55 Sanuto, 50 :248-9.
  • 56 Paolo Giovio, Commentario…, op. cit., n. p. :...si puo dir che di auttorita sia quasi eguale al Sig (...)

41En avril 1529, Piero Zen écrivit d’Istanbul que le sultan avait fait d’İbrahim Paşa le « gouverneur de l’empire » (governador del suo imperio)55. Son contemporain, l’italien Paolo Giovio, estimait que « l’autorité [d’İbrahim] est presque égale à celle du seigneur tant dans les affaires de la guerre que dans les affaires civiles56 ».

  • 57 Pour le texte du document, voir Tabakat, 180a-182b; Feridun Ahmed Bey, Münşeatü’s-selatin, 2 vol., (...)
  • 58 L’auteur rapporte que le sultan lui demanda de préparer un diplôme de commandement général car il l (...)
  • 59 Tabakat, 181b.
  • 60 Tabakat, 182a.
  • 61 Tabakat, 182b.

42Le diplôme de commandement général accordé à İbrahim Paşa en 1529, alors que l’armée impériale marchait pour reprendre Buda – pour finalement s’arrêter à Vienne –, montre l’étendue de l’autorité décisionnelle et du pouvoir qui lui étaient transmis impliquant une délégation totale de la responsabilité du souverain57. En un sens ce n’était pas une pratique entièrement nouvelle ; dès le début de son règne, le sultan Süleyman délégua sa responsabilité et son autorité à échelle régionale. Les édits adressés aux gouverneurs d’Égypte en 1520 et 1523, par exemple, reflètent le même genre de devoirs, de responsabilités et d’autorité mais en des termes régionaux. La singularité du diplôme de commandement général d’İbrahim Paşa tient dans son ampleur puisqu’il couvre l’ensemble du royaume. Celâlzâde commence par faire le lien entre la nécessité d’avoir un commandant général et la sur expansion des territoires sous le règne du sultan58. Après avoir donné les raisons pour lesquelles İbrahim était fait pour ce poste – et pour celui de grand vizir – il est nommé comme commandant général affecté à « la garde et la protection, le contrôle et la préservation des terres et des voies sous [ma] domination59 ». La liste des personnes censées obéir à İbrahim Paşa comprenait tous les secteurs de la société ottomane – pas seulement les militaires – montrant une fois encore une totale délégation de responsabilité et d’autorité. En plus de la mention de divers rangs militaires, les expressions du type « natifs du royaume et habitants de la région » (kuttân-ı memâlik ve vuttân-ı vilâyet) ou « l’ensemble des grands et des petits et toutes les âmes » (muhassılân havâss ü ’avâm ve kâffe-i enâm) renforcent cette impression de totalité. Ce document appelle à une obéissance permanente à İbrahim Paşa, le commandant général (her zamanda ’umûmen ser’askerim bilüb). Sa parole devait être considérée comme la parole du sultan. Il devait être obéi totalement en toute affaire concernant « l’État60 ». Le diplôme confère toutes responsabilités dans les campagnes militaires à İbrahim Paşa et ce même en présence du sultan61.

43Si l’on considère l’ampleur du diplôme de 1529, le fameux discours d’İbrahim à Hieronymus von Zara en 1533 n’a rien de surprenant :

  • 62 D’après la citation dans Hester Donaldson Jenkins, İbrahim Pasha: Grand Vizir of Suleiman the Magni (...)

C’est moi qui gouverne ce vaste empire. Ce que je veux faire est fait ; j’ai tous les pouvoirs, toutes les fonctions, tout le gouvernement. Ce que je veux donner est donné et ne peut être repris ; ce que je ne donne pas n’est contesté de personne. Si le sultan toujours grand veut donner ou donne quoi que ce soit, si cela ne me sied pas, cela ne se produit pas. Tout est entre mes mains, la paix, la guerre, les finances.62

  • 63 Tabakat, 129a-130a. Voir aussi Lütfi Paşa, Tevarih-i Al-i Osman, op. cit., p. 253 et Sanuto, 36 :10 (...)

44L’ascension d’İbrahim Paşa fut loin d’être une paisible montée vers le pouvoir. Bien que le sultan Süleyman ait saisi toutes les opportunités pour démontrer publiquement la confiance et l’amour qu’il nourrissait envers son « favori », il est possible de discerner des traces de mécontentement dans les récits contemporains. Celâlzâde mentionne l’existence d’une faction anti-İbrahim à Istanbul, rassérénée par son départ en Égypte. Quand le sultan ordonna à İbrahim de revenir, « leurs cœurs étaient plein de haine » et nombreux furent ceux qui l’envièrent. Dans l’intention de pousser İbrahim à rester au loin, ils provoquèrent une sédition. L’auteur relate que, se faisant passer pour des janissaires, des « hors-la-loi » et des « fauteurs de troubles » créèrent du désordre à Istanbul, visant les maisons du vizir Ayas Paşa et du trésorier Abdüsselam. Des habitations et des magasins juifs furent pillés. La nuit suivante, la maison d’İbrahim fut désignée pour cible. Les janissaires, assemblés au palais la nuit d’après, nièrent toute implication dans les désordres et exigèrent que l’on trouve les responsables. Quand les meneurs furent découverts, nous informe Celâlzâde, les janissaires ne firent pas de quartier et tuèrent les mutins. Le commandant des janissaires, Mustafa Ağa, fut blâmé pour les désordres et exécuté sur ordre du sultan63.

45Au regard de cette intimité entre le sultan et le vizir, il n’est pas aisé d’expliquer la soudaine chute et l’exécution d’İbrahim en 1536, alors qu’il était grand vizir depuis 13 ans. Une fois encore, les contemporains essayèrent d’expliquer cet événement extraordinaire en disant qu’İbrahim Paşa était devenu trop arrogant et considérait sa position comme acquise. Mais Süleyman avait un nouvel amour, son épouse impériale et la mère de cinq de ses enfants, Hürrem Sultan, également connue sous son nom de naissance, Alexandra ou Roxelana. Le sultan Süleyman vouait à sa femme un amour profond ; il la consultait également pour des affaires importantes. Il est tout à fait possible qu’il n’y ait pas eu assez de place dans le cœur de Süleyman pour deux amours. L’un devait disparaître de la scène ; ce fut İbrahim.

  • 64 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 541.

46La mort de Semiz Ali Paşa en 1565 nous conduit à l’histoire d’un autre vizir légendaire, du nom de Sokollu Mehmed Paşa. Lui aussi d’origine serbo-bosniaque, issu du devşirme, il venait d’une famille cléricale et avait servi à l’église étant enfant. Il fut élevé d’abord au palais d’Edirne et fut transféré à Topkapı, à Istanbul, où il fut formé au service de la chambre du sultan [Has Oda] en tant que porte-épée. Dans le service extérieur, il fut nommé aux fonctions de dégustateur en chef et de chef des gardiens de la Porte avant de rejoindre l’administration provinciale comme gouverneur-général et de succéder à Barbaros Hayreddin Paşa en tant que grand amiral. Son dernier poste provincial fut gouverneur-général de Roumélie, puis il rejoignit le Conseil impérial où il s’éleva à travers les rangs du vizirat jusqu’à ce qu’à point nommé il atteignit le sommet du pouvoir. Il était, également, un gendre royal, marié à İsmihan, petite-fille du sultan (et fille du prince qui devint, par la suite, Selim II)64. Sokollu Mehmed Paşa fut grand vizir de Süleyman le Magnifique mais seulement pour une courte durée, jusqu’à la mort du sultan. C’est surtout durant les deux règnes suivants qu’il joua un rôle extrêmement important.

FAVORIS ET VIZIRS

La carrière et le statut du vizir

47La carrière des vizirs du sultan Süleyman montre que les prétendants passaient par deux phases successives. Dans un premier temps, ils gravissaient les échelons au sein du service intérieur du Palais, avant d’être promus au rang d’officier de la maison du sultan en tant que commandant des janissaires, gardien de la Porte ou l’équivalent. Après quelques temps au sein du service extérieur, ils pouvaient être nommés gouverneur de district ou même gouverneur de province si leur position au Palais était suffisamment élevée, entrant alors dans la deuxième phase de leur carrière, phase durant laquelle ils allaient gravir les échelons du système militaro-administratif des provinces. Le service dans les provinces, pour un officier de la maison du sultan, constituait un atout considérable dans la course pour obtenir un poste de gouverneur-général et de vizir au Conseil. S’il réussissait à entrer au Conseil, et s’il survivait à ses pairs, il pouvait espérer atteindre le grand vizirat. Le mérite personnel et la faveur du sultan, si on évitait de commettre des maladresses, permettaient l’ascension.

  • 65 Gelibolulu Mustafa Ali, Künhü’l Ahbar, Ankara, 2009, 272b.
  • 66 C. Orhonlu, « Khâdim Süleyman Pasha », EI, IV : 901a; Christine Woodhead, « Rüstem Pasha », EI, VII (...)
  • 67 Lütfi Paşa, Tevarih-i Al-i Osman, op. cit., p. 284.
  • 68 Pour une brève biographie d’Ayas Paşa, voir V.J. Parry, « Ayas Pasha », EI, I : 779a. Pour celle de (...)

48Mustafa Âli (m. 1600), homme d’État sans illusions et historien ottoman du XVIe siècle, de même que Lütfi Paşa, devenu historien après avoir été mis en retraite de ses fonctions de grand vizir, louent le fait que le passage de l’école palatiale au Conseil impérial se fasse sur vingt à trente années, durée devenue classique après le contre-exemple d’İbrahim Paşa65. Lütfi Paşa lui-même avait à peine vingt ans quand il sortit de l’école palatiale ; cela lui prit ensuite vingt-neuf ans pour atteindre le poste de grand vizir66. Il met en avant sa propre expérience dans les provinces avant la récompense du grand vizirat, sous-entendant que c’était la voie naturelle de l’ascension67. La carrière quasi identique du prédécesseur de Lütfi Paşa, Ayas Paşa, également d’origine albanaise, renforce cette vision des choses : de commandant des janissaires, il passa grand vizir au bout de vingt-deux ans. De même, Kara Ahmed Paşa, nommé commandant des janissaires en 1521, servit pendant trente-deux ans avant de devenir grand vizir en 1553. Cela prit environ vingt ans à Hadım Süleyman Paşa pour passer de tuteur en chef au sein du service intérieur au grand vizirat ; pour Rüstem Paşa, qui était porte-épée, dix-huit ans ; pour Semiz Ali Paşa qui était commandant des janissaires, quinze ans ; pour Sokollu Mehmed Paşa, qui était chef des gardiens de la Porte, vingt-quatre ans68.

49Les carrières des premiers grands vizirs ne se faisaient pas selon un itinéraire aussi balisé. Piri Mehmed Paşa, qui fut le dernier grand vizir de Selim et le premier de Süleyman, n’avait pas suivi la carrière militaire. Tenant sa promotion du sultan Selim, qui lui reconnaissait des compétences intellectuelles et administratives, il ne passa pas plusieurs années dans l’administration provinciale mais connut néanmoins une assez longue carrière bureaucratique. Ses prédécesseurs sous Selim Ier, et même depuis l’époque de Mehmed II, avaient tous au moins en commun d’avoir été formés au Palais, bien que leur ascension au sein du Palais et dans l’administration provinciale n’ait pas été aussi régulière qu’elle le devint par la suite au XVIe siècle.

Gendre et vizir

  • 69 Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 272b.
  • 70 Leslie Peirce, op. cit., p. 65. Voir également Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 250, où la car (...)
  • 71 Sanuto, 7 :14-5.
  • 72 Leslie Peirce, op. cit., p. 65.
  • 73 Ibid., p. 71.

50Parmi les caractéristiques des grands vizirs du sultan Süleyman, Mustafa Ali note qu’ils avaient en commun leur statut familial de gendre royal. Bien qu’Ali attribue à Süleyman l’initiative de marier des officiers de la maison impériale avec des princesses ottomanes69, cette pratique commença en fait sous Bayezid II et devint la norme sous Selim Ier. Le règne du sultan Süleyman est connu comme « la période des damad » (gendre ou beau-frère), soulignant que le nombre de grands vizirs mariés à des membres de la famille impériale était en progression70. Trois des grands vizirs de Selim Ier étaient des gendres royaux, l’un marié à une fille du sultan et deux à des petites-filles. D’après le récit d’un Vénitien, qui peut paraître extrêmement fantaisiste mais qui pointe en réalité un élément essentiel : quand Selim était gouverneur de Trébizonde, il souhaitait arranger un mariage entre l’une de ses sœurs et Shah Ismail (Ardevelli, dans le rapport, désignant Erdebili) dans le but d’utiliser les forces armées d’Ismail. Convaincu par Selim, Ismail fit demander la main de la princesse. Déclinant l’offre, le sultan Bayezid répondit que, de coutume, les Ottomans ne mariaient pas leurs filles à des étrangers, celles-ci ne pouvant épouser que l’un de ses sujets ou l’un de ses esclaves71. « Faire d’une personnalité officielle un damad impérial était un moyen pour le sultan d’accorder une faveur spéciale à l’un de ses esclaves. En outre, en plus de rehausser le statut et l’autorité, le fait de devenir damad générait des liens forts de loyauté personnelle et d’obligation envers la personne du sultan et l’ensemble de la famille dynastique », explique Leslie Peirce72. En tant que mécanisme de contrôle par le souverain, la pratique permettait de réfréner les potentielles forces centrifuges et développait un sentiment de loyauté envers la dynastie73. Dans la mesure où l’ensemble du système du devşirme était fondé sur une volonté de créer des pseudo-liens de parenté, cette notion renforçait le sentiment de parenté à travers les liens de sang. Ainsi, ceux qui semblaient les plus prometteurs au sein du système, se trouvaient attachés plus fortement à la dynastie, et par ce biais, au sultan.

  • 74 Sur les époux et les épouses, voir Leslie Peirce, op. cit., p. 66.
  • 75 Voir, par exemple, Çağatay Uluçay, Kanuni Sultan Süleyman ve Ailesi ile İlgili Bazı Vesikalar, Anka (...)
  • 76 Zeynep Yelçe, art. cit.

51Excepté trois d’entre eux, tous les grands vizirs du sultan Süleyman furent des gendres royaux et, parmi les trois qui n’épousèrent pas de princesses, Piri Mehmed Paşa était déjà un homme âgé, Ayas Paşa était célèbre pour son appétit sexuel et Hadım Süleyman Paşa était eunuque. Lütfi Paşa et Kara Ahmed Paşa étaient mariés à des sœurs du sultan, respectivement Şah et Fatma. Rüstem Paşa était marié à Mihrimah Sultan, la seule fille du sultan Süleyman à avoir survécu. Sokollu Mehmed Paşa était marié à la fille du prince Selim (le futur Selim II), İsmihan ; Semiz Ali Paşa à la fille de Mihrimah et Rüstem à Hümaşah Ayşe, également fille de Mihrimah. D’autres petites filles furent mariées à des fonctionnaires prometteurs tels que Piyale Paşa, Zal Mahmud Paşa et Ferhad Paşa qui étaient tous des rivaux potentiels dans la course au grand vizirat74. Une sœur du sultan Süleyman, Hatice, fut considérée comme la femme d’İbrahim Paşa par plusieurs historiens contemporains75. Cependant, il semble que ce n’était pas le cas. Des rapports vénitiens relatent que, dans les années 1520, cette sœur du sultan Süleyman avait été mariée à Mustafa Paşa, après la mort de son premier mari, İskander Paşa, en 151576. De ce fait, elle ne pouvait être mariée à İbrahim en 1523.

Richesse des vizirs

  • 77 Eugenio Alberi, Relazione degli Ambasciatori Veneti al Senato Durante il Secolo Decimosesto, Floren (...)
  • 78 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 10.

52Ceux qui devenaient vizirs étaient déjà des hommes riches et puissants avant d’atteindre les plus hauts échelons du gouvernement ottoman. Dans la première décennie du XVIe siècle, l’ambassadeur vénitien Contarini fut le témoin direct d’une partie du voyage que fit Hadım Ali Paşa à Istanbul où il était nommé vizir pour, semble-t-il, la quatrième fois. D’après l’ambassadeur, Ali Paşa, gouverneur de Morée à cette époque, se déplaçait avec 5 000 hommes et 200 tentes. Contarini raconte que tout au long de la route de Thessalonique à Istanbul les gens le saluaient et le félicitaient77. D’après lui, les vizirs « avaient de somptueuses cours avec des hommes à cheval et toutes sortes de serviteurs ; et ils avaient des palais pour les femmes78 ».

  • 79 Sanuto, 25:626.
  • 80 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 538.
  • 81 Mehmed Süreyya, Sicill-i Osmani, éd. Nuri Akbayar, İstanbul, 1996, p. 1548.
  • 82 LütfiPaşa, Asafname…, op. cit., p. 14-15. À cette époque un ducat d’or valait environ 50 aspres (ak (...)
  • 83 Kılıç, « Sadrazam Lütfi Paşa’nın Dimetoka Vakfı ».

53Les postes de vizir drainaient de grandes richesses. En plus de leurs revenus réguliers, ils recevaient des présents de la part du sultan, des ambassadeurs étrangers et de ceux qui les soutenaient par intérêt. La liste des cadeaux présentés par les ambassadeurs vénitiens Bartolo Contarini et Alvise Mocenigo à chacun des trois vizirs en 1518 comprenait de précieux tissus : un alto-basso cramoisi ; un alto-basso multicolore ; un velours pourpre ; deux velours multicolores ; un damas pourpre ; deux damas colorés ; un damas de satin ; deux pièces d’écarlate ; deux pièces d’étoffe violette79. Hadım Ali Paşa avait acquis de grandes richesses durant ses excursions sur les côtes indiennes alors qu’il était gouverneur d’Égypte80. Il est connu pour avoir possédé un millier d’esclaves81, ce qui nous donne une idée de sa fortune. Lütfi Paşa évoque son salaire annuel de grand vizir, salaire qu’il estimait être suffisant : ses revenus officiels s’élevaient à 1 200 000 aspres. Avec les présents en tissus et en chevaux, il revendique avoir gagné plus de 2,4 millions. Après avoir dépensé 1,5 millions en frais de bouche et pour l’entretien de ses gens, il dépensa 1,5 millions en dons de charité. Il dit avoir économisé le dernier demi-million82. Lütfi Paşa s’engagea à verser 200 000 aspres en dons de charité, une fois retraité. Ce montant était égal à sa pension annuelle. Après que neuf moulins, quatre maisons, deux greniers, dix magasins et deux chambres à louer pour célibataire eurent été achetés sur ses fonds, il lui restait encore 50 000 aspres83.

  • 84 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 539. Pour un inventaire contemporain du capital de Rü (...)
  • 85 Pour ce cas particulier, voir Münşe’at, I : 597.
  • 86 Münşe’at, I : 574. Voir également, Tabakat, 192a.
  • 87 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 30.

54À la mort de Rüstem Paşa, en 1561, l’estimation de son héritage constitue une liste impressionnante : 1 700 esclaves ; 2 900 chevaux de combat ; 1 106 dromadaires ; 700 000 pièces d’or ; 5 000 robes et vêtements ; 1 100 selles d’apparat ; 1 500 brides d’apparat pour chevaux en argent ; 133 paires d’étriers en or84. Aussi impressionnante que cette liste puisse paraître, il est important de garder à l’esprit que ces personnalités au sommet de la hiérarchie militaro-administrative recevaient continuellement des présents et des faveurs de la part du sultan. İbrahim Paşa, par exemple, reçut cinq chevaux et plusieurs robes en une seule fois à l’époque de la campagne d’Iran85 – et il y eut de nombreuses autres occasions tout au long de cette campagne. Même la décision d’abandonner le siège de Vienne en 1529 fut accompagnée d’une cérémonie de récompenses comme habituellement après une victoire. Tous les participants reçurent des récompenses et des compensations. Pour İbrahim Paşa, ce fut une épée, quatre jupes et cinq sacs de pièces. Les autres vizirs reçurent chacun deux jupes86. Lütfi Paşa mentionne qu’après une victoire il avait coutume d’offrir des robes d’honneur aux membres du Conseil impérial87.

Révocations et exécutions

  • 88 Une version de ce dicton populaire existe en deux parties : « Il n’y a pas d’autres remèdes à un ri (...)
  • 89 D’après des récits tardifs, Süleyman se sentait contraint par l’âge et l’expérience de Piri Mehmed (...)
  • 90 Bostan (MK), 48b ; Tabakat, 109b ; Sanuto, 31 :394.
  • 91 Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 359b-360b.
  • 92 Voir, par exemple, Tabakat, 277a-278b pour İbrahim Paşa et 500b-501b pour Kara Ahmed Paşa.

55Si être vizir était considéré comme une bénédiction, cela pouvait également devenir une malédiction. Révocation et exécution semblent être devenues la rançon attendue d’une carrière de vizir sous le règne de Selim Ier. Quatre de ses six vizirs furent exécutés, un mourut au combat et un seul survécut jusqu’à être reconduit dans son poste au règne suivant. De là, le juron populaire : « Que Dieu te fasse vizir sous le sultan Selim88. » Le règne du sultan Süleyman connut trois révocations et deux exécutions de grands vizirs. Piri Paşa fut renvoyé pour laisser la place à İbrahim Paşa, même si les sources évoquent d’autres raisons89, notamment ses actions qui déplurent au sultan durant les sièges de Belgrade et de Rhodes90. À son tour, İbrahim Paşa fut exécuté, après treize ans de grand vizirat et alors qu’il possédait une autorité presqu’égale à celle du sultan. Rüstem Paşa fut révoqué suite à l’exécution du prince Mustafa dans le but d’étouffer la colère des janissaires et des autres soutiens du prince91. Son successeur, Kara Ahmed Paşa, fut exécuté deux ans après, peut-être pour faire revenir Rüstem au pouvoir. Les récits contemporains justifient les exécutions d’İbrahim et de Kara Ahmed par la dégradation de leur moralité. Alors que leurs vertus étaient louées au moment de leur nomination au grand vizirat, on considérait qu’ils avaient acquis de mauvaises habitudes et qu’ils s’étaient entourés de personnes indécentes et malveillantes les ayant menés à leur perte92. L’absence de crimes ou de fautes spécifiquement liés à ces exécutions montre qu’il s’agit d’intrigues de cour et de pressions politiques.

  • 93 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 5.
  • 94 Ibid., p. 12-13.

56Lütfi Paşa fut aussi renvoyé par le sultan Süleyman. Les pressions politiques ont également œuvré dans son cas. D’après sa version des faits, il choisit de quitter son poste de grand vizir de son plein gré, voyant que sa vie privée était la proie de rumeurs colportées par des personnes qui avaient de la rancœur à son égard. Comme ces gens « malintentionnés » avaient soulevé le sultan contre lui, il préférait vivre tranquillement à la retraite plutôt que d’être mêlé aux « traîtrises de la gent féminine93 ». Lütfi Paşa affirme ailleurs que le grand vizir est censé informer le sultan des affaires concernant l’État et la religion sans délai et sans peur d’être révoqué. Il reconnaît préférer être renvoyé plutôt que d’avoir à accomplir un acte inapproprié94.

  • 95 C. Orhonlu, « Khadim Süleyman Pasha », EI, IV: 901a.
  • 96 Pour une transcription de ces documents, voir Topkapı Sarayı Arşivi H. 951-952 tarihli ve E-12321 n (...)
  • 97 Concernant le départ du sultan, voir H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 7.
  • 98 H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 8.
  • 99 Ibid., p. 16.
  • 100 Ibid., p. 51. Doc. 66.
  • 101 Voir, par exemple, H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 59. Doc. 75.

57Être reconnu coupable de corruption ou de détournement de fonds était une raison suffisante pour être révoqué. Hadım Süleyman Paşa, le successeur de Lütfi Paşa, fut renvoyé après deux années de service comme grand vizir à cause d’une violente dispute qui l’opposa à un autre vizir, Hüsrev Paşa « le fou ». Certaines sources attribuent le renvoi de ces deux hommes du Conseil impérial au fait qu’ils avaient tiré l’épée dans la chambre du Conseil95. Une série de documents délivrés après leur révocation jette toute la lumière sur cette affaire96. Süleyman Paşa et Hüsrev Paşa servirent tous deux comme gouverneur-général d’Égypte respectivement dans les années 1530 et 1540. Apparemment, une controverse naquit de leurs intérêts divergents dans la province. Les documents, des ordres du sultan adressés à divers agents impériaux demandant une enquête en profondeur sur les activités commerciales des vizirs en Égypte, sont en fait des investigations de fond concernant des charges de corruption et de malversation. Adressés au gouverneur-général d’Égypte alors en fonction, au juge d’Égypte, au juge d’Alep et aux enquêteurs spéciaux affectés à cette affaire, ces ordres furent promulgués alors que le sultan se trouvait avec sa Cour à Edirne durant l’hiver 1544-1545. Le fait qu’ils furent enregistrés intégralement dans les registres du mühimme signifie que l’affaire fut discutée en Conseil. Le plus ancien document fut enregistré seulement quelques jours après la nomination du nouveau grand vizir. La date coïncide avec le départ du sultan pour une partie de chasse dans les environs de Gümülcine (Komotini)97. Le document contient une liste de tous les paiements effectués d’Égypte pour la Cour impériale, année après année, sous les gouvernorats de ces deux vizirs. Les paiements reçus de la main des agents impériaux et les comptes fournis par les paşas s’avérèrent n’être pas réguliers98. Une fois l’ordre d’enquêter envoyé aux fonctionnaires compétents, les deux paşas en furent informés et sommés d’envoyer leurs propres agents en Égypte en tant qu’observateurs et pour aider aux investigations99. Le registre contient une série de dix-sept décrets promulgués à Dimetoka, le 26 décembre 1544, envoyés dès le lendemain dans des pochettes cachetées portées par des officiers impériaux100. À en juger par le lieu de promulgation, le sultan se trouvait toujours à l’expédition de chasse, tandis que les affaires de l’État allaient leur cours. Chacun de ces documents concernait une charge d’accusation sur laquelle il fallait enquêter ; ces charges étaient d’abord fondées sur les plaintes personnelles de Hüsrev Paşa contre Süleyman Paşa qu’il accusait d’avoir abusé de son autorité en Égypte et de détournement de fonds. Quelques documents mentionnent la contre-accusation de Süleyman Paşa et la nécessité d’une double enquête101. Les enquêteurs sont priés d’examiner tous les aspects des accusations portées, y compris de tenir compte des sommes d’argent et des biens en jeu, des possibles raisons de tels agissements et de déterminer si l’accusation est justifiée. Les enquêteurs sont également sommés d’être justes et de ne prendre aucun parti. Apparemment, les charges mutuelles de corruption furent l’objet d’investigations de fond avant que la décision finale ne soit prise. Au regard de la période concernée et sachant le résultat de cette enquête, on peut y voir l’origine de la dispute entre les deux hommes et de leur commune éviction.

  • 102 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 13.
  • 103 Ogier Ghiselin de Busbecq, The Turkish Letters of Ogier Ghiselin de Busbecq, Imperial Ambassador at (...)
  • 104 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 29-30.
  • 105 Ibid., p. 28.

58Les charges de corruption et de malversation allaient de pair avec l’accusation d’avarice. Prendre des pots-de-vin était considéré comme un mal ; Lütfi Paşa définissait cela comme une « incurable maladie102 ». Les sources contemporaines blâment souvent Rüstem Paşa, tristement réputé pour son avarice, pour avoir pris des pots-de-vin. Parmi les étrangers qui firent l’expérience de cette facette de son caractère se trouvait Busbecq, l’ambassadeur des Habsbourg. Busbecq mentionne également les suspicions du sultan à cet égard. L’un des épisodes où Busbecq fut amené à payer un pot-de-vin au grand vizir est très instructif. Suite à un désaccord concernant les conditions de la paix, Rüstem Paşa offensa rudement l’ambassadeur qui le quitta extrêmement fâché. Cependant, Rüstem appela son interprète et le chargea de demander à Busbecq s’il offrirait le « cadeau » promis si le grand vizir obtenait les termes qu’il souhaitait auprès du sultan. L’ambassadeur devait envoyer 5 000 ducats pour prouver sa « bonne foi » à Rüstem Paşa103. D’après Busbecq, le principal défaut de Rüstem Paşa était sa terrible avarice, ce qui avait malgré tout un avantage dans la mesure où il prenait soin du trésor du sultan comme du sien. Après tout, Rüstem avait contribué à promouvoir la notoriété du sultan Süleyman104. Son renvoi ne semble avoir diminué ni sa confiance en lui-même, ni son crédit auprès de certains milieux. Quand l’ambassadeur Busbecq arriva à Istanbul en 1555, il trouva le grand vizir démis de ses fonctions « plein de sa grandeur passée et dans l’espérance d’une restauration rapide ». C’est pourquoi il pensa qu’il était de bonne politique de rendre visite à Rüstem et de lui offrir des présents105.

Importance du grand vizir

  • 106 Ahmed Akgündüz, op. cit., 1:318.
  • 107 Ibid., 4 :433 (facs. 440). Pour voir l’original : SK, Esaf Efendi, 2362, f o 70b.
  • 108 Sur les titulatures officielles du gouverneur-général de Roumélie, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 (...)

59Les lois de Mehmed II octroyaient déjà au statut de grand vizir une nette supériorité par rapport à tout autre en faisant de lui le représentant absolu du sultan106. Les titulatures données au grand vizir dans les correspondances officielles, telles qu’elles furent fixées probablement dans les premières années de règne du sultan Süleyman, montrent qu’il était considéré comme le principal garant de l’ordre du royaume. Il était, avant tout, le « très respectable guide » [düstûr-ı ekrem] et l’« ordre du monde » [nizâmü’l-’âlem]. D’après les autres titulatures, son rôle était de conduire vers la voie droite, d’administrer les affaires du peuple de manière efficace et prudente, d’améliorer les problèmes urgents de l’humanité grâce à un discernement solide et pertinent, de poser les fondements des règles afférant au monde et à la religion. Dans toutes ces tâches, la grâce et la faveur de Dieu l’accompagnaient107. Les titulatures du gouverneur-général de Roumélie, lequel était parfois membre du Conseil impérial avec le rang le plus élevé après celui de vizir, montraient qu’il n’était pas responsable de l’ordre général du royaume. Ses titres avaient plus trait à l’honneur, la magnificence et la gloire qu’aux affaires administratives108.

60Préparé par le chancelier Celâlzâde sous la férule d’İbrahim Paşa durant la mission d’Égypte, le préambule du code de lois de 1524 est un reflet de ce que le vizirat représentait pour les Ottomans du début du XVIe siècle et de ce qu’on attendait d’un vizir.

  • 109 Ahmed Akgündüz, op. cit., 6 :94, 146 (pour le facsimilé du document conservé à la Süleymaniye, Ayas (...)

61D’après ce texte, il était de l’obligation du sultan de confier les affaires du royaume à son (grand) vizir. Celui-ci devait se montrer capable, perspicace et sage. Il devait également recevoir l’agrément des hauts dignitaires de l’État. Il devait être au fait des secrets du sultanat, en d’autres termes, être un confident du sultan. Il tenait à la fois son éducation et son statut de la faveur du souverain ; tout faisait de lui un loyal serviteur du sultan. Non sujet aux vices de la colère et de la corruption, le candidat idéal devait être un homme d’éthique qui respectait les préceptes de la religion. Son principal devoir était de « remédier aux afflictions des opprimés ». Le candidat parfait devait être à la fois un maître en stratégie et un homme courageux sur le champ de bataille109.

  • 110 Tabakat, 110 a-b.
  • 111 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 3.

62Pour les « théoriciens » ottomans du XVIe siècle, le grand vizirat était une fonction prise très au sérieux. Celâlzâde accuse Ahmed Paşa, deuxième vizir sous le grand vizirat de Piri Mehmed Paşa, de rabaisser cette fonction honorifique. Il réitère ensuite l’importance de cette fonction en insistant sur le fait que le vizirat fut créé pour exécuter les ordres du sultan, l’ombre de Dieu sur terre110. La prolifération d’ouvrages sur le vizirat à cette période atteste de l’importance de cette fonction et peut-être de son uniformisation progressive. Certains de ces ouvrages étaient des guides pratiques basés sur l’expérience personnelle ou sur des œuvres antérieures, comme en témoigne l’Asafname (le livre d’Asaf) de Lütfi Paşa, qui présente ses souvenirs et ses conseils. Lütfi Paşa explique quel fut son objectif quand il devint grand vizir : « Comme je trouvais que certaines des méthodes, des principes et des lois du Conseil impérial étaient contraires à ce que j’avais vu auparavant et dans un état déplorable, je décidais de compiler les affaires importantes ayant trait aux exigences et à l’étiquette du grand vizirat à l’usage de mes frères qui deviendront grand vizirs111. » Lütfi Paşa conçoit ce poste comme impliquant une série de principes. Ce traité pratique est un guide pour les futurs grands vizirs composé en quatre chapitres : les mœurs du grand vizir et sa relation avec le sultan, son implication dans les campagnes militaires, ses responsabilités concernant le trésor, ses devoirs envers les sujets.

  • 112 Pour le manuscrit: « Latâ’if al-Afkâr wa Kâshif al-asrâr », Bibliothèque Süleymaniye, Reisülküttab (...)
  • 113 Pour le manuscrit: « Düsturü’l-vüzerâ », Bibliothèque Süleymaniye, Yazma Bağışlar 4421/3. Pour une (...)
  • 114 On en trouvera une rapide présentation dans Huseyin Yılmaz, op. cit., p. 92.

63Certaines œuvres, comme celle de Hüseyin b. Hasan al-Samarkandi, étaient destinées à éduquer le vizir concernant divers sujets. Intitulée « Finesse d’esprit et révélateur de secrets », cette œuvre fut présentée à İbrahim Paşa et débute par son panégyrique. Compilée à la manière d’une encyclopédie, elle offre des informations sur le gouvernement, l’éthique, l’histoire, la littérature et la tradition religieuse. Elle contient également une histoire universelle112. Un autre guide fut dédié au tuteur du prince Selim (futur Selim II) Lala Mustafa Paşa, prétendant au poste de grand vizir. ’Alâyi b. Muhibbi al-Şirâzi, auteur de ce livre en 1558, souligne le manque d’ouvrages de qualité sur le vizirat rédigés en turc, ce qui le décida à en écrire un113. En 1560, fut présenté au vizir Semiz Ali Paşa – qui allait bientôt devenir grand vizir – un manuel d’Arîfî Maruf Efendi (m. 1593), intitulé « Précieux collier pour trésors uniques » (Ukûdü’l-Cevâhir li-Zaha’irü’l-Ahair)114, rédigé dans une perspective soufie.

Standardisation dans le protocole des réunions du Conseil

  • 115 Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :449-50 (pour un facsimilé du document conservé à la Süleymaniye, Esad (...)

64Une forme de standardisation du protocole des réunions du Conseil semble également perceptible. Les réunions étaient des événements extrêmement formels construits selon un protocole hiérarchique. Non seulement les membres réguliers du Conseil impérial étaient strictement définis dans le code de Mehmed II, mais était également précisée la disposition des places lors de réunions particulières ou lorsque l’assistance était plus nombreuse. Le placement était à l’image de la hiérarchie au plus haut niveau de l’État. Un code, considéré comme datant de 1526, suggère que les places soient centrées autour de celle du grand vizir. À sa droite, les gouverneurs-généraux étaient assis selon l’ordre de préséance de leur fonction : Roumélie, Anatolie, Égypte, le grand amiral (en tant que gouverneur-général d’une province comprenant la Grèce, les îles Égée et l’ouest de l’Anatolie), Diyarbakir, Damas, Karaman et Rûm (nord et centre de l’Anatolie) ; suivis par le commandant des janissaires, le chancelier, le porte-étendard, le chef des gardiens de la Porte, les grands écuyers, le dégustateur en chef et par d’autres serviteurs de la maison impériale. À sa gauche, s’asseyaient respectivement : le kazasker de Roumélie, le kazasker d’Anatolie, le trésorier de Roumélie, le trésorier d’Anatolie et les commandants de cavalerie. Il était aussi prévu que si d’autres fonctionnaires janissaires importants étaient convoqués à une réunion du Conseil impérial à propos d’une affaire particulière, ils étaient censés rester debout comme les autres gouverneurs-généraux et ne pas s’asseoir sur l’estrade115.

  • 116 Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :552-5 (pour un facsimilé du document préservé à la bibliothèque du pal (...)
  • 117 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 18-21.

65Ce code de 1526 précise que les règles ont été conçues par Celâlzâde Mustafa quand il était reisül küttâb (secrétaire en chef, avant de devenir le chancelier) sous le vizirat d’İbrahim Paşa. Une interprétation du protocole du Conseil impérial faite au XVIIe siècle attribue au sultan Süleyman la mise en place de la hiérarchie du Conseil, hiérarchie qui n’aurait pas existé auparavant. Cela ne peut être tenu pour véridique dans la mesure où le code de Mehmed II contient également des instructions spécifiques concernant les réunions du Conseil ; ce document traduit l’idéalisation des réformes administratives du sultan Süleyman et justifie son surnom ottoman de kânûni, législateur. D’après ce code, les sept vizirs, les deux juges militaires, le commandant des janissaires, les commandants des six régiments de cavalerie, le sergent en chef et le chef des gardiens de la Porte portant le bâton d’argent (gümüş âsâ) devaient servir au Conseil quatre jours par semaine. Le grand vizir devait arriver une fois que les fonctionnaires mentionnés ci-dessus étaient réunis dans la chambre du Conseil. Les problèmes et les affaires étaient alors discutés. En outre, l’amiral devait être assis ailleurs et écouter les affaires liées à l’arsenal. Le code décrit le cérémonial de divers régiments et le service de la nourriture. Après le repas, les vizirs, l’amiral, le commandant des janissaires et les juges militaires étaient censés entrer dans la salle d’audience (Arz Odası) pour rapporter au sultan les délibérations du Conseil116. Lütfi Paşa insiste également sur le fait que le grand vizir devait être bien au courant du protocole. Il fournit des listes détaillant la position hiérarchique de divers fonctionnaires117.

  • 118 Sanuto, 13 :185, 186.

66Les vizirs, et en particulier le grand vizir, jouaient les intermédiaires entre le sultan et le personnel attaché à sa maison. Mais cette entremise avait plusieurs facettes. Autant le grand vizir était une source de patronage et un agent dans la redistribution des richesses, autant il faisait également office de bouc émissaire car le sultan ne pouvait être critiqué directement. À maintes reprises, les janissaires attaquèrent les résidences des vizirs pour manifester leur mécontentement vis-à-vis de décisions ou d’actions politiques impériales. Durant les querelles de succession entre les fils de Bayezid II, les résidences des trois vizirs furent attaquées par des soutiens de Selim jusqu’à ce que le grand vizir Hersekzade Ahmed Paşa réussisse à les convaincre de lui expliquer leurs doléances, au sujet desquelles il promit d’informer le sultan118.

  • 119 İ. Hakkı Uzunçarşılı, « Şehzade Mustafa’nın Ölümünde Medhali olan Vezir-i Âzam Rüstem Paşa’nın İkin (...)
  • 120 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 12.
  • 121 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 22.

67Au milieu du XVIe siècle, un avertissement jeté au visage d’un impopulaire commandant des janissaires constitue peut-être une des meilleures illustrations du problème. Prétendant qu’ils avaient été abusés par un commandant incompétent, les janissaires adressèrent d’abord leur plainte au grand vizir Rüstem Paşa et au deuxième vizir Ali Paşa, les menaçant d’une révolte massive. Un avertissement similaire fut adressé au sultan qui, d’après eux, aurait à répondre devant Dieu pour les méfaits causés par leur commandant. Tandis que le sultan était blâmé pour avoir confié leurs affaires à des personnes qui ne valaient rien et pour avoir mis sa confiance en ceux en qui on ne pouvait avoir confiance, le grand vizir était accusé d’avoir accordé sa faveur à ce commandant car il souhaitait l’avoir pour gendre. On rappela au grand vizir la pratique ancienne qui voulait que « les mandataires [vekil] du sultan aient l’habitude de s’enquérir des conditions de travail et des affaires [hal ve ahval] des serviteurs du sultan et de l’en informer ». Ainsi, Rüstem Paşa fut accusé d’indifférence car il était réputé renvoyer au commandant ceux qui désiraient s’entretenir directement avec lui. Par ailleurs, le sultan fut blâmé pour être resté enfermé entre ses quatre murs, ignorant de la situation119. Le conseil de Lütfi Paşa, quant au choix du commandant des janissaires le plus approprié, mérite d’être souligné. D’après lui, le grand vizir devrait nommer commandant des janissaires une personnalité capable de diriger et compétente dans le maintien de l’ordre. En effet, si les janissaires ne sont pas bien disciplinés, le grand vizir ne peut avoir l’esprit tranquille120. Lütfi Paşa illustre également la responsabilité du sultan : « Mon Padişah, j’ai enlevé le poids qui pesait à mon cou et dit la vérité ; à partir de maintenant vous en répondrez au Jour du Jugement Dernier121. »

  • 122 See, for example, Tabakat, 226a.
  • 123 Münşeât, Milli Kütüphane, 01HK791/7, f o 193.
  • 124 Ibid., f o 201a. Apparemment, le cuisinier en question souhaitait retourner dans sa ville natale. M (...)
  • 125 Ibid., f o 193.

68Les vizirs étaient la source d’un patronage pour toute sorte de personnes à la recherche d’un emploi ou de meilleures conditions d’existence. Il était de coutume, pour les soldats qui s’étaient distingués et avaient attiré l’attention du grand vizir durant une campagne, de recevoir des promotions et de se voir allouer des revenus122. Même les princes nommés gouverneurs et assignés à un district approchaient les vizirs pour obtenir des postes pour leurs clients. Ainsi, on trouve une lettre du prince Ahmed (m. 1513) au grand vizir Ali Paşa pour le compte de l’un de ses fidèles sergents qui avait servi auparavant dans le Palais impérial et qui devait en recevoir une certaine somme d’argent123 ; ou encore une lettre du prince Mustafa (m. 1553) aux vizirs, réclamant le transfert de son cuisinier à Ohri en tant que châtelain124. Le processus pouvait également se faire en sens inverse, en d’autres mots, un vizir pouvait agir en faveur d’une personne vis-à-vis du gouverneur local. Piri Mehmed Paşa, par exemple, s’adressa au gouverneur de Damas, Ghazali, en faveur du fils d’un administrateur d’une fondation impériale pour qu’on lui trouve un emploi convenable où il pourrait être près de son père, le grand vizir assurant le gouverneur que la personne en question était bien digne d’un tel honneur125.

  • 126 Pour une étude critique récente, voir Hakkı Erdem Çıpa, The Centrality of Periphery : The Rise to P (...)
  • 127 Voir, par exemple, Celâlzâde Mustafa, Selim-nâme, éd. Ahmed Uğur et Mustafa Çuhadar, Ankara, 1990, (...)
  • 128 Şerafettin Turan, Kanuni Sultan Süleyman Dönemi Taht Kavgaları, İstanbul, 1997, p. 78.
  • 129 Şerafettin Turan, op. cit., p. 98.

69Les vizirs étaient aussi impliqués dans les conflits de pouvoir entre les princes même avant la mort de leur père, le sultan régnant. Durant le conflit qui opposa les fils de Bayezid II, les vizirs favorisèrent le prince aîné, Ahmed126. Les auteurs ottomans du XVIe siècle, écrivant durant le règne du sultan Süleyman, accusèrent les vizirs de prendre partie pour Ahmed et de l’encourager contre Selim127. En 1558, quand le mécontentement du fils de Süleyman, Bayezid, éclata ouvertement contre son frère Selim, le sultan envoya ses vizirs à chacun de ses fils. Pertev Paşa fut envoyé auprès de Bayezid et Sokollu Mehmed Paşa auprès de Selim. Ils étaient censés guider les princes et les conseiller128. Le grand vizir Rüstem Paşa fut également impliqué dans toutes les phases du conflit. Il agissait comme intermédiaire entre le prince rebelle et son père et officiait comme conseiller auprès des deux. Ainsi, quand Bayezid adressa une plainte à son père, demandant son transfert d’Amasya à cause de ses mauvaises conditions de vie dans ce district, le sultan exposa le problème au grand vizir, lui demandant son avis. Rüstem Paşa considéra que cette requête était déplacée dans la mesure où Amasya était un district princier où des maisons princières avaient déjà été reçues par le passé. De plus, d’après le paşa, cette demande était le fait de conseillers du prince aux intentions pernicieuses129.

Les vizirs et le mécénat culturel

70Les vizirs soutenaient également les hommes de lettres. Il faut voir dans ce patronage non seulement une question d’inclination littéraire et de soutien envers les poètes, mais également un moyen de se tenir informés sur des problèmes variés et contingents. Les types de relations entretenues avec ces hommes de lettres reflètent les divers modes de patronage existants, tel que l’appointement direct, des récompenses pour une œuvre particulière, une intervention pour aider à obtenir une terre, un poste ou pour être introduit auprès du sultan.

Les vizirs et la diplomatie

71En tant qu’intermédiaires, les vizirs ottomans étaient impliqués, à plus d’un titre, en diplomatie. Ils correspondaient avec les autorités étrangères, en particulier les doges de Venise. Leur correspondance concernait autant leurs affaires personnelles que celles de l’État. Les vizirs s’intéressaient également aux ambassadeurs étrangers. En sus d’être présents à des réceptions d’ambassades, ils rencontraient personnellement les ambassadeurs, donnaient des fêtes en leur honneur et acceptaient leurs cadeaux.

  • 130 Tayyip Gökbilgin, « Venedik Devlet Arşivindeki Bazı Türkçe Belgeler Kolleksiyonu ve Bizimle İlgili (...)

72Dans une lettre en réponse au doge de Venise envoyée par İbrahim Paşa, il est, par exemple, question de navires ennemis posant des problèmes et d’une armada envoyée par les Vénitiens contre eux. D’après İbrahim, le sultan ayant été informé de ces développements, une campagne maritime fut lancée sous les ordres d’Hayreddin Paşa. Il est demandé au doge de faire en sorte que sa marine s’unisse à celle des ottomans, au regard de leur amitié et de leur accord de paix [ahdname], l’objectif étant d’assurer protection et sécurité en mer. Il informe également le doge sur la campagne ottomane en cours contre les Safavides et déclare la victoire proche. La lettre suit le protocole typique d’un document diplomatique, débutant par une invocation du prophète et des califes. Après avoir mentionné le sultan et la liste des territoires sous sa juridiction, İbrahim se présente comme « le représentant du sultan, le grand vizir du détenteur du califat et commandant en chef, sultan İbrahim Paşa130 ». L’utilisation du terme royal de « sultan » par İbrahim Paşa a été relevée par les commentateurs ottomans comme l’une des raisons de sa chute rapide un an plus tard.

  • 131 Tayyip Gökbilgin, « Venedik Devlet Arşivindeki Vesikalar Külliyatında Kanuni Sultan Süleyman Devri (...)
  • 132 Tayyip Gökbilgin, « Diğer Belgeler », p. 124-125. La lettre est datée de février 1564.

73La correspondance étrangère des vizirs ottomans n’était aucunement restreinte aux affaires de l’État. Une série de lettres au doge de Venise, datant de 1536, réclame l’argent dû par un marchand vénitien à Ayas Paşa, grand vizir à l’époque. Parmi ces lettres, se trouvent celles du sultan et d’Ayas Paşa eux-mêmes. On trouve un cas similaire impliquant le vizir Kasım Paşa131. Un autre exemple est celui d’un fonctionnaire ottoman, responsable des affaires en Bosnie-Herzégovine, adressant une lettre au doge de Venise à propos de l’achat de textiles par le gouverneur de Bosnie, Mustafa Bey, qui se trouvait être le cousin paternel du deuxième vizir d’alors, Mehmed Paşa (Sokollu). Cette relation familiale est spécifiquement mentionnée dans la lettre132.

  • 133 Pour les témoignages les plus anciens voir, par exemple, Sanuto, 2 :599-600 et Eugenio Alberi, op. (...)

74Quand un ambassadeur allait être reçu en audience par le sultan, il rendait d’abord visite aux vizirs, en suivant leur rang, et leur apportait des présents. Quelques jours après ces visites, il était invité au palais impérial où il était reçu auprès des vizirs avec les marchands qui l’accompagnaient. Avant d’être admis en présence du sultan, ils mangeaient avec les vizirs. L’ambassadeur suivait ensuite ces derniers jusqu’à la salle du Conseil et délivrait son message au sultan tandis que les vizirs l’écoutaient. Une fois l’audience terminée, il était escorté aux portes du palais par les vizirs133.

  • 134 Sanuto, 7:10.
  • 135 Sanuto, 7:9-10.

75Au XVIe siècle, les étrangers en voyage officiel dans le royaume ottoman étaient déjà familiarisés avec le rôle d’intermédiaire joué par les vizirs. Dans sa Relazione à la Seigneurie de Venise (1508), Giacomo Contarini mentionne le fait que les vizirs tenaient leur propre Cour, les autres jours que les quatre réservés aux réunions habituelles du Conseil impérial au palais. Il semblerait que durant ce type de rencontres plus comodo, les vizirs s’informaient et écoutaient les requêtes. Si la requête entrait dans leurs attributions, ils s’en chargeaient ; dans le cas contraire, il la transmettait au sultan. D’après Contarini, cela fonctionnait de la même manière pour les ambassadeurs qui avaient besoin de se rendre à la Cour du sultan134. Le compte-rendu de Contarini montre que les ambassadeurs savaient non seulement qu’ils devaient passer par les vizirs pour atteindre le sultan mais également qu’il fallait leur plaire pour qu’ils jouent leur rôle d’intermédiaire. Il raconte comment on rejeta sa demande de visite auprès d’un vizir quand il se présenta les mains vides. Une fois qu’il fut informé, de manière officieuse, du protocole, il prépara un très beau présent et fut admis à se présenter devant le vizir135.

  • 136 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, Grittis relazione.
  • 137 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 48.

76Plusieurs négociations menées par des vizirs peuvent être retrouvées dans les sources. Des vizirs tels que Hersekzade Ahmed Paşa et Mustafa Paşa (m. 1512) conduisirent personnellement les négociations avec Venise entre 1501 et 1504136. Le récit fait en 1514 par l’ambassadeur vénitien Antonio Justinian met en lumière le rôle joué par les vizirs dans les négociations de paix. Justinian fut mandaté pour féliciter Selim Ier pour son accession au trône et pour renouveler le traité de paix. Le sultan chargea ses vizirs de composer les articles du traité. Ces derniers suggérèrent l’addition de deux articles supplémentaires, l’un des deux stipulant que Venise paie un tribut annuel137.

  • 138 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 182-184.
  • 139 James D. Tracy, « The Grand Vizier and the Small Republic: Dubrovnik and Rüstem Pasa, 1544-1561 », (...)

77Les ambassadeurs faisaient autant part de leurs affaires personnelles aux vizirs que des affaires de l’État. Quand les appartements de Busbecq furent infestés de la peste, il demanda au grand vizir Rüstem Paşa que les quartiers qui lui avaient été assignés fussent changés. Après la mort de Rüstem quelques semaines plus tard, Busbecq se rapprocha de son successeur Ali Paşa en lui présentant des cadeaux en guise de félicitations. Le nouveau grand vizir accepta volontiers les présents et informa l’ambassadeur qu’il pouvait se considérer comme son ami. Ainsi, Busbecq renouvela sa demande concernant l’obtention de nouveaux logements et on lui accorda de passer trois mois dans les îles grâce à l’intercession du grand vizir138. Une étude récente met également en lumière l’intervention de Rüstem Paşa dans les affaires de marchands ragusains en territoire ottoman139.

  • 140 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 61.
  • 141 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 36.
  • 142 Sanuto, 10:716.
  • 143 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 80. Six originaux en grec et trois en italien sont cons (...)
  • 144 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 190.

78Les vizirs semblent avoir été en très bons termes avec les représentants étrangers. Ils se rencontraient souvent, de manière formelle ou informelle. Le baile vénitien Nicolo Justinian et Dukaginzade Ahmed Paşa étaient réputés participer à de « fréquentes rencontres alcoolisées » qui leur permettaient probablement de récolter des informations140. Au début du XVIe siècle, Hersekzade Ahmed Paşa semble avoir nourri une sincère amitié à l’égard d’Andrea Gritti. Celui-ci raconte la vraie tristesse du grand vizir impuissant à convaincre le sultan d’accepter tous les articles du traité de paix demandés par Venise. Les ambassadeurs semblent avoir été convaincus de l’engagement du grand vizir à établir la paix telle que les Vénitiens la souhaitaient, mais « un serviteur ne peut mettre la main à la poche de son maître141 ». En 1510, le baile Nicolo Justinian eut une impression similaire quand Ahmed Paşa jura sur sa tête et sur celle de ses fils que le sultan souhaitait aider les Vénitiens142. Parmi les neuf lettres écrites par Ahmed Paşa durant les négociations en 1502, l’une est adressée au doge et les autres à Gritti143. Environ cinquante ans après, Busbecq considérait ses relations avec Semiz Ali Paşa comme très amicales. Décrivant le grand vizir comme « le seul être véritablement civilisé » qu’il rencontra parmi les Turcs, il compare le Paşa avec Rüstem, son prédécesseur : « il cherche à obtenir par courtoisie et franchise – au fond, en me traitant comme un ami – ce que Rüstem cherchait à gagner par la brimade, l’intimidation et les menaces144 ».

  • 145 Ibid., p. 230-231.

79Les banquets officiels ou semi-officiels donnés par les vizirs en diverses occasions constituaient d’autres moyens de renforcer ces relations. Le banquet préparé pour le départ d’un ambassadeur impliquait un échange de cadeaux. À son départ d’Istanbul, Busbecq fut invité à un banquet donné par Semiz Ali Paşa et reçut de beaux chevaux, une robe brodée d’or, une boîte contenant un antidote de poison en provenance d’Alexandrie et un vase en verre empli d’un baume rare. Le grand vizir adressa également à Busbecq des requêtes personnelles : « une cotte de maille correspondant à sa grande taille et à sa forte corpulence, un cheval de guerre robuste sur lequel il pourrait compter sans avoir peur qu’il ne tombe (en effet, il avait des difficultés à trouver un cheval qui puisse supporter son grand poids) et, enfin, du bois d’érable moucheté ou autre bois du même type que nous utilisons pour marqueter les tables145 ».

  • 146 Celâlzâde Mustafa, op. cit., p. 201, 214-215.

80Il est aussi possible de voir des degrés de spécialisation dans les activités de certains vizirs. Ferhad Paşa (m. 1525) en est un exemple. Élevé à l’école palatiale, Ferhad participa à la campagne de Selim Ier en Iran comme porte-étendard (emir-i alem). Il devint gouverneur-général d’Anatolie à la fin de la campagne. Au début de 1519, il fut nommé gouverneur-général de Roumélie. Rapidement après, il fut envoyé par Selim Ier pour réprimer, en qualité de vizir, une importante rébellion en Anatolie146. Quand Süleyman monta sur le trône, il maintint Ferhad à son poste pendant plusieurs années. Le sultan choisit de le placer à la tête de troupes pour maintenir la sécurité et faire face à toute menace de rébellion dans la mesure où l’armée impériale était engagée dans la conquête de Belgrade et de Rhodes.

  • 147 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 10.
  • 148 Ibid., op. cit., p. 35-36.
  • 149 P.M. Holt, Ann K.S. Lambton et Bernard Lewis (dir.), The Cambridge History of Islam, vol. 1A, Cambr (...)
  • 150 Robert Mantran, « Ali Pasha Semiz », art. cit.

81Par ailleurs, certains grands vizirs pouvaient être associés à des projets ou à des politiques particulières. Lütfi Paşa, par exemple, fut chargé de résoudre les problèmes causés par les messagers au cours de leurs déplacements. Dans son ouvrage, il fait part du comportement des messagers, décrit comme oppressif et nuisible pour le sultanat147. Il fut également réputé pour ses politiques d’économie budgétaire. Affirmant qu’il avait trouvé le trésor en déficit en prenant son poste de grand vizir, il soutenait que les dépenses étaient égales aux recettes à l’époque de l’accession au trône du sultan Süleyman. D’après Lütfi Paşa, le devoir du grand vizir était de s’assurer que les revenus soient supérieurs aux dépenses. Par dépenses, il entendait les salaires et les gages des troupes de la maison impériale, les dépenses du palais, les frais de bouche et d’écurie. Les recettes devaient permettre de faire face à tout cela sans que tout l’argent soit dépensé. Pour arriver à ce résultat, il décida de ne pas augmenter le nombre des troupes impériales148. Sokollu Mehmed Paşa projeta de construire un canal entre le Don et la Volga149. Semiz Ali Paşa négocia la paix avec les Habsbourg immédiatement après avoir été promu au poste de grand vizir. La paix fut rompue à sa mort car son successeur, Sokollu Mehmed Paşa, avait décidé de mener une politique offensive150.

CONCLUSION. CHANGEMENTS AU SEIN DU CONSEIL ET RÔLE DES VIZIRS

82Le sultan Süleyman et son successeur Selim II (1566-1574) se contentaient de donner à leurs vizirs une grande liberté d’action et de laisser le gouvernement conduire les affaires au quotidien. On pourrait même penser qu’à côté du sultan et du Palais fonctionnait un gouvernement indépendant, un « État » en gestation. Le dernier des grands vizirs importants, Sokollu Mehmed Paşa, servit pendant quatorze ans sous trois sultans. Durant le règne de Murat III (1574-1595), petit fils de Süleyman, le jeune sultan semble avoir ressenti l’immense pouvoir que le grand vizir avait accumulé à travers son patronage et ses larges réseaux de parentés. Quand le vieillissant grand vizir fut assassiné en 1579, on suspecta que le sultan y avait pris part. Quoi qu’il en soit, c’est à partir de cette époque que le sultan veillât à ce que ses vizirs ne restassent pas plus de quelques années en poste. Il cassa également la voie de promotion quasi automatique qui avait fonctionné pendant plusieurs décennies. Les grands vizirs n’étaient démis de leurs fonctions que pour être rappelés après un certain laps de temps, le sultan encourageait les rivalités entre les vizirs en se réservant la possibilité de les rappeler au pouvoir. Le palais reprit son rôle au centre du pouvoir et du patronage. L’« État » naissant fut ainsi étouffé avant qu’il ne puisse atteindre un niveau de développement vraiment significatif. Les vizirs continuaient d’avoir la responsabilité du gouvernement ainsi que des affaires de la maison impériale, en tant que serviteurs du sultan et de la dynastie.

  • 151 Cette « islamisation » a été le sujet de nombreuses études dans l’historiographie ottomane. Pour un (...)

83L’autre changement majeur au cours du XVIe siècle concerne le statut des ulémas. Durant le règne de Süleyman, ils virent la restauration d’une partie de leur pouvoir. L’élite des ulémas n’eut jamais plus accès au vizirat comme c’était le cas avant le règne de Mehmed II, mais le changement subtil quoi qu’indéniable dans le climat général, le rôle relativement plus important joué par la religion dans l’idéologie impériale, firent que les représentants des ulémas au Conseil eurent une position plus centrale dans les affaires du gouvernement. Cette évolution vers un empire plus islamique a plusieurs causes, parmi lesquelles la nécessité de développer une idéologie impériale pour résister aux revendications du mouvement révolutionnaire shiite en Azerbaïdjan qui mena à l’émergence de l’empire safavide en Iran au début du XVIe siècle151. Menacés par ce mouvement expansionniste qui attirait très fortement leurs sujets turcs d’Anatolie, les Ottomans devinrent les champions de l’islam sunnite. À l’ouest également, après l’incorporation de la majeure part de la Hongrie, les Ottomans se retrouvèrent face aux Habsbourg et à leur idéologie catholique universaliste. De même que leurs rivaux de chaque côté, les Ottomans développèrent leur propre version d’une idéologie impériale universaliste. La conquête d’Égypte et de Syrie par Selim Ier plaça Jérusalem, La Mecque et Médine, les villes saintes du berceau de l’islam, sous contrôle ottoman, augmentant considérablement la proportion de sujets musulmans. Au milieu du XVIe siècle, les commentateurs politiques ottomans comme Lütfi Paşa, qui fut grand vizir, se mirent à parler des Ottomans comme des plus grands califes de l’islam, dans le but de revivifier la notion antérieure du califat universel de la communauté islamique.

84Quand l’empire commença à se définir en des termes relativement plus islamisés, le rôle des ulémas se renforça naturellement. Les codes de loi sultaniale (kânûn) pour le centre et les provinces étaient jusqu’à présent préparés par le chancelier, éduqué en medrese mais n’ayant pas suivi la carrière des ulémas.

  • 152 Pour une étude approfondie de ce personnage important, voir Colin Imber, Ebu’s-su’ud : the Islamic (...)

85Süleyman voulait s’assurer que la loi sultaniale n’entrait pas en contradiction avec la sharia, la loi islamique. Le kazasker le plus ancien du Conseil, le célèbre Ebussu’d, qui devint par la suite şeyh ül-islam pendant de longues années, se vit confier la tâche de fournir des explications et des justifications islamiques au kânûn ottoman152. Il s’en acquitta brillamment bien qu’il fut accusé par les ulémas conservateurs de servir la cause de l’État et non celle de la religion. La plupart des ulémas étaient comme Ebussu’d, désireux de servir l’État ottoman et de prendre part à son pouvoir et à sa gloire. Bien que n’étant pas vizirs, les kazaskers acquirent une voix plus forte dans les discussions du Conseil. Un kazasker promu şeyh ül-islam, poste au sommet de la hiérarchie des ulémas, n’était plus membre permanent du Conseil mais, lors de convocations spéciales, pouvait exprimer son opinion sur les affaires politiques. En particulier durant les décennies troublées du XVIIe siècle, tous les grands ulémas pesèrent de manière décisive sur les évènements politiques.

86Finalement, le fait que le vizirat soit réservé aux personnalités issues du Palais était si bien établi durant cette période que toute tentative d’intégration de personnes extérieures était mal perçue. Ces « personnes étrangères » étaient particulièrement impliquées dans les affaires navales. Bien que le commandement de la flotte impériale ait constitué un des échelons de la carrière des officiers formés au Palais, il s’agissait d’un domaine de compétence particulier. Comme ailleurs à cette époque, les pirates pouvaient, par décret royal, devenir corsaires et prendre le commandement de la marine. La connaissance de la navigation et des voies maritimes primait sur les origines aristocratiques dans les marines européennes ; de même, les sultans ottomans réalisèrent que l’éducation et l’entraînement assurés au Palais pouvaient ne pas être suffisants pour acquérir la suprématie sur mer. Les sultans avaient toujours eu recours aux pirates. Ainsi, dans les années 1530, les entreprenants pilleurs des mers qui étaient basés à Alger et menaient la lutte contre l’expansion espagnole furent invités à Istanbul. Leur chef, le célèbre « Barberousse » fut élevé au rang de vizir et reçut le commandement de la marine ottomane. Les vizirs, purs produits du palais, étaient mécontents de voir ces « étrangers » ignorants des manières de la Cour s’insinuer parmi eux. Ce processus qui voulait que des personnes extérieures trouvent une place dans les affaires de l’État se poursuivit dans la marine et toucha également, vers la fin du siècle, d’autres sphères du gouvernement. Les commentateurs ottomans, déplorant les troubles qui sévissaient au début du XVIIe siècle, blâmèrent ces nouveaux venus qui envahissaient leur royaume alors qu’ils étaient, en fait, le signe du changement.

Annexes

APPENDICE

Liste des grands vizirs de OSMAN I à MEHMED III

Sultan

Grand vizirs

Période de fonctions

Durée de la fonction

OSMAN I (r. 1281-1326)

Alaeddin Paşa

1323-cont.

ORHAN I (r. 1326-1359)

Alaeddin Paşa
Nizameddin Ahmed
Paşa Hacı Paşa

cont.-1331
1331-1348
1348-1360

8 ans
17 ans
12 ans

MURAD I (r. 1359-1389)

Sinaneddin Yusuf Paşa
Çandarlı Hayreddin Kara Halil Paşa
Çandarlı Ali Paşa

1360- ? 1368-1387 1387-cont.

 ?
19 ans

BAYEZID I (r. 1389-1402)

Çandarlı Ali Paşa

cont.-1406

19 ans

MEHMED I (r. 1413-1421)

Amasyalı Bayezid Paşa

 ?-1421

 ?

MURAD II (r. 1421-1451)

Çandarlı İbrahim Paşa
Amasyalı Hızır Danişmend oğlu
Koca Mehmed Nizameddin Paşa
Çandarlı Halil Paşa

1421-1429
1429-1439
1439-1453

8 ans
10 ans
14 ans

MEHMED II (r. 1451-1481)

Çandarlı Halil Paşa
Mahmud Paşa (1)
Rum Mehmed
Paşa İshak Paşa (1)
Mahmud Paşa (2)
Gedik Ahmed Paşa
Karamani Mehmed Paşa

1439-1453
1453-1466
1466-1469
1469-1472
1472-1473
1474-1477
1477-1481

14 ans
13 ans
3 ans
3 ans
1 an
3 ans
4 ans

BAYEZID II (r. 1481-1512)

İshak Paşa (2)
Davud Paşa
Hersekzade Ahmed Paşa (1)
Çandarlı İbrahim Paşa
Mesih Paşa
Hadım Ali Paşa
Hersekzade Ahmed Paşa (2)
Hadım Ali Paşa (2)
Hersekzade Ahmed Paşa (3)

1481-1482
1482-1497
1497-1498
1498-1499
1499-1501
1501-1503
1503-1506
1506-1511
1511-1512

1 an
15 ans
1 an
1 an
2 ans
2 ans
3 ans
5 ans 1 an

SELIM I (r. 1512-1520)

Hersekzade Ahmed Paşa (4)
Dukakinoğlu Ahmed Paşa
Hersekzade Ahmed Paşa (5)
Hadım Sinan Paşa
Yunus Paşa
Piri Mehmed Paşa

1512-1514
1514-1515
1515-1516
1516-1517
1517-1517
1518-cont.

2 ans
1 an
1 an
1 an
8 mois

SÜLEYMAN I (r. 1520-1566)

Piri Mehmed Paşa
İbrahim Paşa
Ayas Mehmed
Paşa Lütfi Paşa
Hadım Süleyman Paşa
Rüstem Paşa (1)
Kara Ahmed Paşa
Rüstem Paşa (2)
Semiz Ali Paşa
Sokollu Mehmed Paşa

cont.-1523
1523-1536
1536-1539
1539-1541
1541-1544
1544-1553
1553-1555
1555-1561
1561-1565
1565-cont.

5 ans
13 ans
3 ans
2 ans
3 ans
9 ans
2 ans
5 ans
4 ans

SELIM II (r. 1566-1574)

Sokollu Mehmed Paşa

cont.-cont.

MURAD III (r. 1574-1595)

Sokollu Mehmed Paşa
Semiz Ahmed Paşa
Koca Sinan Paşa (1)
Kanijeli Siyavuş Paşa (1)
Özdemiroğlu Osman Paşa
Hadım Mesih Paşa
Kanijeli Siyavuş Paşa (2)
Koca Sinan Paşa (2)
Ferhad Paşa (1)
Kanijeli Siyavuş Paşa (3)
Koca Sinan Paşa (3)

cont.-1579
1579-1580
1580-1582
1582-1584
1584-1585
1585-1586
1586-1589
1589-1591
1591-1592
1592-1593
1593-1595

14 ans
7 mois
2 ans
2 ans
1 an
6 moi
3 ans
2 ans
8 mois
8 mois
2 ans

MEHMED III (r. 1595-1603)

Ferhad Paşa (2)
Koca Sinan Paşa (4)
Lala Mehmed Paşa
Koca Sinan Paşa (5)
Damad İbrahim Paşa (1)
Cağaloğlu Yusuf Sinan Paşa
Damad İbrahim Paşa (2)
Hadım Hasan Paşa
Cerrâh Mehmed Paşa
Damad İbrahim Paşa (3)
Yemişçi Hasan Paşa

1595-1595
1595-1595
1595-1595
1595-1596
1596-1596
1596-1596
1596-1597
1597-1598
1598-1599
1599-1601
1601-1603

5 mois
5 mois
9 jours
4 mois
7 mois
2 mois
1 an
7 mois
1 an
2 ans
2 ans

[Source : Başbakanlık Osmanlı Arşiv Rehberi, İstanbul, 2010, p. 461-463]

Notes

1 Article traduit par Marie Favereau-Doumenjou, Université de Leiden.

2 La formule est tirée de Robert Canfield (dir.), Turko-Persia in Historical Perspective, Cambridge, 1991 ; pour l’adéquation du modèle aux Ottomans, voir Metin Kunt, « Characterizing Ottoman Polity : “Turko-Persia” and the Ottomans », à paraître dans Isenbike Togan Festschrift, İlker Evrim Binaş et Nurten Kılıç-Schubel éd.

3 L’Histoire de l’empire Ottoman, Paris, 1989, préparée sous la direction de Robert Mantran, est une excellente présentation d’ensemble de l’histoire ottomane. Halil İnalcık, The Ottoman Empire : the Classical Age, 1300-1600 (publié pour la première fois en 1973) constitue également une bonne introduction aux premiers temps de l’empire. L’étude la plus complète sur la famille Çandarlı reste celle de İ. H. Uzunçarşılı, Çandarlı Vezir Ailesi, Ankara, 1973.

4 Il existe une vaste littérature sur le sujet : pour une récente mise au point, voir Metin Kunt, « Turks in the Ottoman Imperial Palace » dans J. Duindam, T. Artan, M. Kunt (dir.) Royal Courts in Dynastic States and Empires, Leiden, 2011, p. 289-312.

5 Ahmed Akgündüz, Osmanlı Kanunnâmeleri ve Hukuki Tahlilleri, 9 vol., İstanbul, 1990-1996, I, p. 317-332. Toutes les proclamations sultaniales qui avaient force de loi, de même que les règlements, étaient présentés comme émanant de la bouche du sultan et comme exprimés directement par lui, bien qu’ils fussent préparés par le chancelier (nişancı).

6 Sous le règne de Mehmed II, Mahmud Paşa, grand vizir de 1453 à 1466 et à nouveau en 1472-1474, fait figure d’exception ; descendant de la famille régnante en Serbie, il fut capturé dans sa jeunesse et élevé au palais de Murad II : Theoharis Stavrides, The Sultan of Vezirs : the Life and Times of the Ottoman Grand Vezir Mahmud Pasha Angelovic, 1453-1474, Leiden, 2001. Durant le règne de Bayezid II, Davud Paşa, d’origine albanaise et passé par le devşirme, fut grand vizir pendant quinze ans, de 1482 à 1497. La remarquable exception que constitue la carrière du vizir de Süleyman le Magnifique, İbrahim Paşa, mérite un traitement à part dans ce texte.

7 Précédemment, il semble que le Conseil se soit réuni à Bursa dans le plus imposant bâtiment de la ville qu’était la mosquée du complexe Yeşil (Yeşil Cami) construit par Mehmed I (1413-1421). Comme dans d’autres exemples de l’architecture ottomane des premiers temps, la Mosquée verte comprenait plusieurs sections destinées à divers usages. À l’étage supérieur, se trouvait le pavillon du sultan doté d’un balcon extérieur. Quant au terme de « Sublime Porte », qui désigna aux siècles suivants le gouvernement ottoman (bâb-ı âli en ottoman), il se référait à l’entrée monumentale qui menait à l’espace devant le bureau du grand vizir dans les jardins du palais de Topkapı.

8 3 numaralı mühimme defteri (966-968/1558-1560), Ankara, T.C. Başbakanlık, Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğü, Osmanlı Arşivi Daire Başkanlığı, 1993), [ci-après Mühimme 3] p. 70-71, no 145.

9 Mühimme 3, p. 450, no 1007-1008.

10 Mühimme 3, p. 631-632, no 1453.

11 Mühimme 3, p. 629, no 1451.

12 6 numaralı mühimme defteri (972/1564-1565), Ankara, T.C. Başbakanlık, Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğü, Osmanlı Arşivi Daire Başkanlığı, 1995 (ci-après Mühimme 6), p. 17, no 29.

13 Voir, par exemple, Mühimme 6, p. 145-146, no 261, un décret adressé à plusieurs juges (également magistrats dans l’usage ottoman) en réponse à une plainte collective déposée par des paysans et concernant des villes hongroises.

14 Mühimme 6/2, p. 190-197. Ce cas particulier mentionné dans les registres reflète également la procédure utilisée pour répercuter les décisions du Conseil. Les décrets ont été rédigés séparément et portés par des messagers (çavuş), ce qui prit quinze jours. Les décrets destinés à des provinces proches les unes des autres étaient confiés au même officier impérial. Ils furent envoyés aux gouverneurs-généraux de huit provinces et aux gouverneurs et juges de 78 districts (sandjaks).

15 Mühimme 6, p. 185, no 339.

16 Mühimme 3, p. 381, no 840.

17 Mühimme 3, p. 640, no 1477.

18 Mühimme 6/2, p. 83, no 969.

19 Mühimme 6/2, p. 20, no 838.

20 Voir, par exemple, Hüseyin Yılmaz, The Sultan and the Sultanate: Envisioning Rulership in the Age of Suleyman the Lawgiver (1520-1566), thèse de doctorat non publiée, Harvard, Harvard University, mars 2005, p. 392.

21 Jean-Louis Bacqué-Grammont, « Kanuni Sultan Süleyman’ın I. François’ya İki Mektubu », trad. Refet Yinanç, Tarih Araştırmaları Dergisi 8/14 (1963), p. 89-98; Gülru Necipoğlu, « Süleyman the Magnificent and the Representation of Power in the Context of Ottoman-Hapsburg-Papal Rivalry », dans Halil İnalcık and Cemal Kafadar (dir.), Süleyman the Second and His Time, Istanbul, The Isis Press, 1993, p. 163-194; Gülru Necipoğlu, « A Kanun for the State, A Canon for the Arts: Conceptualizing the Classical Synthesis of Ottoman Arts and Architecture », dans Gilles Veinstein (dir.), Soliman Le Magnifique et Son Temps, Paris, La Documentation française, 1992; Cornell H. Fleischer, « The Lawgiver as Messiah: The Making of the Imperial Image in the Reign of Süleyman », dans Gilles Veinstein (dir.), op. cit., p. 159-177.

22 Leslie Peirce, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, New York, 1993, p. 72; Metin Kunt, The Sultan’s Servants: The Transformation of Ottoman Provincial Government 1550-1650, New York, 1983, p. 34; İnalcık, Classical Age, p. 82.

23 Celâlzâde Mustafa, Selim-nâme, Ahmed Uğur et Mustafa Çuhadar éd., Ankara, Kültür Bakanlığı, 1990, p. 207.

24 Peter Mario Luciano Sebastian, Turkish Prosopography in the Diarii of Marino Sanuto 1496-1517/902-923, thèse de doctorat non publiée, Londres, London University, 1988, p. 252-253.

25 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 58.

26 Marino Sanuto, I diarii di Marino Sanuto, Bologne, 1969 [ci-après Sanuto], 12 :515.

27 İsmail Hakkı Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II, Ankara, 1949, p. 534-535.

28 V.J. Parry, « Ayas Pasha », Encyclopaedia of Islam, CD-ROM Ed., Leiden, 1999 [ci-après EI], I: 779a.

29 À la retraite, Lütfi Paşa devint un écrivain prolifique. Il donne des détails autobiographiques dans son Histoire et son traité sur le vizirat. Voir respectivement Lütfi Paşa, LütfiPaşa ve Tevarih-i Ali-i Osman, Kayhan Atik (dir.), Ankara, 2001 et Lütfi Paşa, Asafname, éd. Rudolf Tschudi, Berlin, 1910, p. 2. Pour des informations biographiques sur Lütfi Paşa, voir C.H. Imber, « Lutfi Pasha », EI, V : 837b ; Ümit Kılıç, « Sadrazam Lütfi Paşa’nın Dimetoka Vakfı », OTAM 22 (2009), p. 109-123. Le grand vizir qui eut le plus long service sous Bayezid II, Davud Paşa, fut lui aussi renvoyé mais à un âge avancé et se retira à Dimetoka ; il mourut deux ans après. Pour une brève biographie de Davud Paşa, voir M. Tayyib Gökbilgin, « Dawud Pasha », EI, II : 184a.

30 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 538.

31 Ibid., p. 539-540.

32 Ibid., p. 540.

33 Ainsi que Prioli, baile de Venise à Constantinople, décrivait İbrahim dès le 9 avril 1523 ; voir Sanuto, 34 :186 « Embrain Aga ch’e il cuor dil signor Turco ».

34 Pour le détail des nominations à cette période, voir Zeynep Yelçe, The Making of Sultan Süleyman : A Study of Process/es of Image-Making and Reputation-Management, Thèse de doctorat non publiée, İstanbul, Sabancı University, 2009, p. 310-312.

35 Matrakçı Nasûh Silâhî b. Karagöz Bosnavî, Dâstân-ı Sultân Süleymân, Bibliothèque du palais de Topkapı d’Istanbul, R. 1286 [ci-après Nasuh], 88b-89a ; Sa’di b. Abd el-Mute’al, Selimnâme, Bibliothèque du palais de Topkapı d’Istanbul, R.1277, Muharremb. RamazanHanefi Kadirî(copiste), Alep : 1055 [1645], [ci-après Sa’di], 163a.

36 Coran, 21 :69 (Coran, traduction D. Masson, Paris, 1967, p. 403). Sur l’appellation de khalîl (halil) donnée à İbrahim Paşa, voir Kemalpaşazade, Tevarih-i Al-i Osman X. Defter, éd. Şerafettin Turan, Ankara, 1991 [ci-après KPZ, X] X : 196.

37 D’après la traduction anglaise de Sjezana Buzov, The Lawgiver and His Lawmakers : The Role of Legal Discourse in the Change of Ottoman Imperial Culture, thèse de doctorat non publiée, Chicago, Université de Chicago, 2005, p. 216-217. Pour le texte ottoman, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 6 :146 (facsimilé).

38 LütfiPaşa, Asafname…, op. cit., p. 2.

39 Celâlzâde Mustafa, Tabakâtü’l-Memâlik ve Derecâtü’l-Mesâlik (Geschichte Sultan Süleyman Kanunis von 1520 bis 1557), éd. Petra Kappert, Wiesbaden, 1981 [ci-après Tabakat], 128a : pour un développement similaire, voir Nasuh, 91b.

40 Sa’di, 170a.

41 Sa’di, 174b.

42 Sanuto, 37 :269 : « … abrazamenti e tochar de man basandoli la spala et tocharsi testa con testa » et Tabakat, 121b.

43 Sanuto, 37 :269. Bragadin, 19 octobre 1524. Ces rapports ont donné par la suite matière à Giovio pour affirmer qu’İbrahim fut rappelé d’Égypte parce que le sultan ne pouvait pas se passer de lui. Paolo Giovio, Commentario de le cose de Turchi (1538), p. diiii : « non potendo sofferire il Signore l’absenza sua, richiamato con favorite lettere torno à Constantinopoli ».

44 Sanuto, 38 :56 [daté du 29 janvier 1525].

45 Sanuto, 38 :163 [daté des 4-7 mars 1525]. Il était à Edirne pour la grande chasse.

46 Bostan Mehmed Çelebî, Târîh-i Sultân Süleyman Hân, Milli Kütüphane, Collection Afyon Gedik Ahmed Paşa İl Halk Kütüphanesi, 03 Gedik 18350, [ci-après Bostan (MK)], 58a, 59a.

47 Sanuto, 41 :527.

48 Nasuh, 100b. D’après Celâlzâde, İbrahim revint le 23 avril [11 rajab]. Tabakat, 133a.

49 Kemalpaşazade mentionne le fait qu’İbrahim était à la fois grand vizir et commandant général de l’armée de Roumélie ; toutefois, le texte met principalement l’accent sur l’impossible séparation d’İbrahim et de Süleyman. KPZ, X : 224-5. Nasuh s’accorde avec le point de vue de Kemalpşazade et le réitère dans un style linguistique plus simple, Nasuh, 100b-101a.

50 Bostan (MK), 62a-b.

51 Koca Nişancı Sâlih b. Celâl, Târîh-i Budûn, Bibliothèque du musée du palais de Topkapı d’Istanbul, R. 1280, 936/1529, 19a-b.

52 Robert Shepard, « Court Factions in Early Modern England », The Journal of Modern History 64/4, 1992, p. 741. Il peut également être comparé à Leicester qui exerça sa domination sur la cour de la reine Élisabeth un peu plus tard au XVIe siècle, dans la mesure où « le règne [de Leicester] est si absolu dans ce lieu (de même que dans toutes les autres parties de la cour) que rien ne peut échapper à son aval ». D’après la citation donnée dans Simon Adams, « Favourites and Factions at the Elizabethan Court », dans Ronald Asch et Adolf M. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility: The Court at the Beginning of the Modern Age, Oxford, 1991, p. 271.

53 Sanuto, 37 :142.

54 Sanuto, 41 :526.

55 Sanuto, 50 :248-9.

56 Paolo Giovio, Commentario…, op. cit., n. p. :...si puo dir che di auttorita sia quasi eguale al Signore tanto nelle facende della guerra, quanto anchor a nelle cose civili.

57 Pour le texte du document, voir Tabakat, 180a-182b; Feridun Ahmed Bey, Münşeatü’s-selatin, 2 vol., İstanbul, Darüttıbaati’l-amire, 1858 [ci-après Münşe’at], I: 544-6. Pour une transcription du texte, voir Mehmet Şakir Yılmaz, « Koca Nişancı » of Kanuni: Celalzade Mustafa Çelebi, Bureuacracy and « Kanun » in the Reign of Süleyman the Magnificent (1520-1566), thèse de doctorat non publiée, Ankara, 2006, p. 234-246.

58 L’auteur rapporte que le sultan lui demanda de préparer un diplôme de commandement général car il lui était devenu impossible de mener les affaires de l’État seul dans la mesure où son « royaume s’étendait par la grâce de Dieu ». Tabakat, 179a. Cet argument est assez proche de ceux donnés pour justifier l’élévation d’un favori dans les cours européennes un peu plus tard au XVIe siècle et au siècle suivant.

59 Tabakat, 181b.

60 Tabakat, 182a.

61 Tabakat, 182b.

62 D’après la citation dans Hester Donaldson Jenkins, İbrahim Pasha: Grand Vizir of Suleiman the Magnificent, New York, 1911, p. 82. Pour la citation originale, voir A. von Gévay, Urkunden und Actenstücke zur Geschichte der Verhältnisse zwischen Österreich, Ungern und der Pforte im xvi. und xvii. Jahrhunderte: Gesandschaft König Ferdinands I. an Sultan Suleiman I. 1532-1533, Wien, A. Strauss, 1838, p. 9: Se istud magnum Imperium regere. Quicqnid ipse fecerit id factum esse, omnem enim se potestatem habere. Omnia officia, omnia regna habere. Quod ego inquit do hoc est datum, et manet datum. Quod ego non do : id non est datum. Etiam si ipse magnus Cesar uelit dare et dederit, si mihi non libet non habebit executionem. Omnia enim in manibus meis sunt : Bellum, pax, diuitie.

63 Tabakat, 129a-130a. Voir aussi Lütfi Paşa, Tevarih-i Al-i Osman, op. cit., p. 253 et Sanuto, 36 :105.

64 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 541.

65 Gelibolulu Mustafa Ali, Künhü’l Ahbar, Ankara, 2009, 272b.

66 C. Orhonlu, « Khâdim Süleyman Pasha », EI, IV : 901a; Christine Woodhead, « Rüstem Pasha », EI, VIII : 640b ; Robert Mantran, « Ali Pasha Semiz », EI, I : 398a; Gilles Veinstein, « Sokollu Mehmed Pasha », EI, X : 706b.

67 Lütfi Paşa, Tevarih-i Al-i Osman, op. cit., p. 284.

68 Pour une brève biographie d’Ayas Paşa, voir V.J. Parry, « Ayas Pasha », EI, I : 779a. Pour celle de Kara Ahmed Paşa, voir M. Cavid Baysun, « Ahmad Pasha, Kara », EI, I : 291b. C. Orhonlu, « Khâdim Süleyman Pasha », EI, IV : 901a ; Christine Woodhead, « Rüstem Pasha », EI, VIII : 640b ; Robert Mantran, « Ali Pasha Semiz », EI, I : 398a ; Gilles Veinstein, « Sokollu Mehmed Pasha », EI, X : 706b.

69 Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 272b.

70 Leslie Peirce, op. cit., p. 65. Voir également Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 250, où la carrière d’İskender Paşa (m. 1515) est présentée comme le « modèle classique », en d’autres termes, une ascension au sein des esclaves du Palais et un mariage au sein de la famille royale.

71 Sanuto, 7 :14-5.

72 Leslie Peirce, op. cit., p. 65.

73 Ibid., p. 71.

74 Sur les époux et les épouses, voir Leslie Peirce, op. cit., p. 66.

75 Voir, par exemple, Çağatay Uluçay, Kanuni Sultan Süleyman ve Ailesi ile İlgili Bazı Vesikalar, Ankara, 1970, p. 233-237. Cette affirmation a été invalidée par la récente thèse de doctorat d’Ebru Turan, The Sultan’s Favorite: İbrahim Paşa and the Making of Ottoman Universal Sovereignty in the Reign of Sultan Süleyman (1516-1526), thèse de doctorat non publiée, Chicago, University of Chicago, 2007. Voir également Zeynep Yelçe, « Evaluating three imperial festivals: 1524, 1530, 1539 », dans Suraiya Faroqhi et Arzu Öztürkmen (dir.), Festivities in the Ottoman Empire and Today’s Turkey, Calcutta, sous presse.

76 Zeynep Yelçe, art. cit.

77 Eugenio Alberi, Relazione degli Ambasciatori Veneti al Senato Durante il Secolo Decimosesto, Florence, 1855, III : 3, p. 12.

78 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 10.

79 Sanuto, 25:626.

80 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 538.

81 Mehmed Süreyya, Sicill-i Osmani, éd. Nuri Akbayar, İstanbul, 1996, p. 1548.

82 LütfiPaşa, Asafname…, op. cit., p. 14-15. À cette époque un ducat d’or valait environ 50 aspres (akçe).

83 Kılıç, « Sadrazam Lütfi Paşa’nın Dimetoka Vakfı ».

84 Uzunçarşılı, Osmanlı Tarihi II…, op. cit., p. 539. Pour un inventaire contemporain du capital de Rüstem Paşa à sa mort, voir Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 359b.

85 Pour ce cas particulier, voir Münşe’at, I : 597.

86 Münşe’at, I : 574. Voir également, Tabakat, 192a.

87 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 30.

88 Une version de ce dicton populaire existe en deux parties : « Il n’y a pas d’autres remèdes à un rival que la mort, à moins qu’il ne devienne le vizir du sultan Selim ». Voir Huseyin Yılmaz, The Sultan and the Sultanate: envisioning rulership in the Age of Süleymān the Lawgiver (1520-1566), Harvard, 2005, p. 327. La rumeur veut que Selim Ier ait tué le grand vizir Dukaginzade Ahmed Paşa de ses propres mains. Voir Sanuto, 20 :225.

89 D’après des récits tardifs, Süleyman se sentait contraint par l’âge et l’expérience de Piri Mehmed Paşa. Voir, par exemple, Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 356a.

90 Bostan (MK), 48b ; Tabakat, 109b ; Sanuto, 31 :394.

91 Gelibolulu Mustafa Ali, op. cit., 359b-360b.

92 Voir, par exemple, Tabakat, 277a-278b pour İbrahim Paşa et 500b-501b pour Kara Ahmed Paşa.

93 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 5.

94 Ibid., p. 12-13.

95 C. Orhonlu, « Khadim Süleyman Pasha », EI, IV: 901a.

96 Pour une transcription de ces documents, voir Topkapı Sarayı Arşivi H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, éd. Halil Sahillioğlu, İstanbul, 2002.

97 Concernant le départ du sultan, voir H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 7.

98 H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 8.

99 Ibid., p. 16.

100 Ibid., p. 51. Doc. 66.

101 Voir, par exemple, H. 951-952 tarihli ve E-12321 numaralı Mühimme defteri, p. 59. Doc. 75.

102 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 13.

103 Ogier Ghiselin de Busbecq, The Turkish Letters of Ogier Ghiselin de Busbecq, Imperial Ambassador at Constantinople, 1554-1562: Translated from the Latin of the Elzevir Edition of 1663, trad. Edward Seymour Forster, Baton Rouge, 2005, p. 194.

104 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 29-30.

105 Ibid., p. 28.

106 Ahmed Akgündüz, op. cit., 1:318.

107 Ibid., 4 :433 (facs. 440). Pour voir l’original : SK, Esaf Efendi, 2362, f o 70b.

108 Sur les titulatures officielles du gouverneur-général de Roumélie, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :434 (facs. 440), f o 71a.

109 Ahmed Akgündüz, op. cit., 6 :94, 146 (pour le facsimilé du document conservé à la Süleymaniye, Ayasofya, no 4871, fos. 118a-157b, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 6 :141-176). Pour une traduction en anglais, voir Buzov, Lawgiver and His Lawmakers, p. 216-217.

110 Tabakat, 110 a-b.

111 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 3.

112 Pour le manuscrit: « Latâ’if al-Afkâr wa Kâshif al-asrâr », Bibliothèque Süleymaniye, Reisülküttab 698. Pour une brève description: Huseyin Yılmaz, op. cit., p. 68-70.

113 Pour le manuscrit: « Düsturü’l-vüzerâ », Bibliothèque Süleymaniye, Yazma Bağışlar 4421/3. Pour une brève description, voir Huseyin Yılmaz, op. cit., p. 100.

114 On en trouvera une rapide présentation dans Huseyin Yılmaz, op. cit., p. 92.

115 Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :449-50 (pour un facsimilé du document conservé à la Süleymaniye, Esad Efendi, 2362, fos. 80b-81b, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :451).

116 Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :552-5 (pour un facsimilé du document préservé à la bibliothèque du palais du musée de Topkapı, R. 1457, f o 57a, voir Ahmed Akgündüz, op. cit., 4 :562).

117 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 18-21.

118 Sanuto, 13 :185, 186.

119 İ. Hakkı Uzunçarşılı, « Şehzade Mustafa’nın Ölümünde Medhali olan Vezir-i Âzam Rüstem Paşa’nın İkinci Sadaretinde Yeniçerilerin Ağalarından Şikâyeti Havi Kanunî Sultan Süleyman ile Rüstem Paşa’ya Pek Ağır Mektupları », Belleten 122/31 (avril 1967), p. 191-200. Pour les textes translittérés des lettres au sultan et au grand vizir, de même que le facsimilé de cette adresse à l’intention du sultan, voir p. 196-200.

120 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 12.

121 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 22.

122 See, for example, Tabakat, 226a.

123 Münşeât, Milli Kütüphane, 01HK791/7, f o 193.

124 Ibid., f o 201a. Apparemment, le cuisinier en question souhaitait retourner dans sa ville natale. Mustafa envoya une lettre similaire à l’intention du grand vizir Ayas Paşa.

125 Ibid., f o 193.

126 Pour une étude critique récente, voir Hakkı Erdem Çıpa, The Centrality of Periphery : The Rise to Power of Selim I, 1487-1512, thèse de doctorat non publiée, Cambridge, MA, Harvard University, 2007.

127 Voir, par exemple, Celâlzâde Mustafa, Selim-nâme, éd. Ahmed Uğur et Mustafa Çuhadar, Ankara, 1990, p. 89-90 ; Sa’di, 23a-b.

128 Şerafettin Turan, Kanuni Sultan Süleyman Dönemi Taht Kavgaları, İstanbul, 1997, p. 78.

129 Şerafettin Turan, op. cit., p. 98.

130 Tayyip Gökbilgin, « Venedik Devlet Arşivindeki Bazı Türkçe Belgeler Kolleksiyonu ve Bizimle İlgili Diğer Belgeler », Belgeler 5-8/9-12, 1968-1971, p. 54-55. La lettre est datée de mars 1535, à Bagdad.

131 Tayyip Gökbilgin, « Venedik Devlet Arşivindeki Vesikalar Külliyatında Kanuni Sultan Süleyman Devri Belgeleri », Belgeler 1/1-2, 1964, p. 150-151, 157.

132 Tayyip Gökbilgin, « Diğer Belgeler », p. 124-125. La lettre est datée de février 1564.

133 Pour les témoignages les plus anciens voir, par exemple, Sanuto, 2 :599-600 et Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 27 (Andrea Gritti en 1503).

134 Sanuto, 7:10.

135 Sanuto, 7:9-10.

136 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, Grittis relazione.

137 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 48.

138 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 182-184.

139 James D. Tracy, « The Grand Vizier and the Small Republic: Dubrovnik and Rüstem Pasa, 1544-1561 », Turkish Historical Review I, 2010, p. 196-214.

140 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 61.

141 Eugenio Alberi, op. cit., III : 3, p. 36.

142 Sanuto, 10:716.

143 Peter Mario Luciano Sebastian, op. cit., p. 80. Six originaux en grec et trois en italien sont conservés dans les archives vénitiennes.

144 Ogier Ghiselin de Busbecq, op. cit., p. 190.

145 Ibid., p. 230-231.

146 Celâlzâde Mustafa, op. cit., p. 201, 214-215.

147 Lütfi Paşa, Asafname…, op. cit., p. 10.

148 Ibid., op. cit., p. 35-36.

149 P.M. Holt, Ann K.S. Lambton et Bernard Lewis (dir.), The Cambridge History of Islam, vol. 1A, Cambridge, 1977, p. 335 ; Halil İnalcık, « Osmanlı-Rus Rekabetinin Menşei ve Don-Volga Kanalı Teşebbüsü (1569) », Belleten 12, p. 349-402.

150 Robert Mantran, « Ali Pasha Semiz », art. cit.

151 Cette « islamisation » a été le sujet de nombreuses études dans l’historiographie ottomane. Pour une très récente et excellente discussion sur le sujet, voir Tijana Krstic, Contested Conversions to Islam : Narratives of Religious Change in Early Modern Ottoman Empire, California, 2011.

152 Pour une étude approfondie de ce personnage important, voir Colin Imber, Ebu’s-su’ud : the Islamic Legal Tradition, Edinburgh, 1997.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Plan du palais de Topkapi.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 2 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial (Divan-ı Humayun) Hünername I (1584/1585). [Musée du palais de Topkapı, H. 1523]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 3 > La deuxième cour et la salle du Conseil impérial, détail Hünername I (1584/1585). [Musée du palais de Topkapı, H. 1523] On voit l’intérieur de la chambre du Conseil ainsi que le sultan écoutant en secret les débats.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4 > La salle du Conseil impérial (Divan-ı Humayun) dans la deuxième cour. Hünername II (1587/1588). [Musée du palais de Topkapı, H. 1524]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5 > Portraits de sultans Şemailname (1579). [Musée du palais de Topkapı, H. 1573]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Fig. 6 > Vue de la salle du Divan (Divanhane) et la tour de Justice (Adalet Kulesi) dans la deuxième cour.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 7 > Vue de la chambre des pétitions (Arz Odasi) à l’intérieur de la troisième cour, à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7826/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteurs

Université de Sabanci

Université de Sabanci

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540