Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Les conseillers des Habsbourg d’Autriche (1480-1530)1

Heinz Noflatscher

Texte intégral

  • 1 Une première version de cette communication légèrement différente (sans la liste des conseillers et (...)
  • 2 Voir Martin Luthers Werke. Kritische Gesamtausgabe, t. 44, Graz, 1964, [Weimar, 1915], p. 657.
  • 3 « Nostri nobiles et centauri domi militiaeque ad res regendas inutiles sunt [...] pericula vero et (...)

1« Je peux faire un chevalier, mais pas un clerc2. » Ce propos de l’Empereur Maximilien Ier nous est rapporté par Martin Luther dans son Commentaire du livre de la Genèse établi entre 1535 et 1545. S’il restitue avec légèreté la conscience que possède le monarque des limites de son propre pouvoir, il donne surtout un aperçu des structures d’un centre politique de l’époque moderne, la Cour. Il nous livre ainsi un instrument essentiel de l’ascension sociale : l’anoblissement par les princes. Cependant, le fait que cette citation soit transmise par un roturier, un bourgeois influencé par le montanisme, présente également un intérêt particulier et nous ouvre une perspective sur l’assurance d’une société tournée vers la performance et la compétence3.

2La Cour apparaît comme un important vecteur d’ascension sociale dans la société des temps modernes. Nous nous efforcerons d’analyser ici les critères et les facteurs de la mobilité sociale au sein des groupes présents à la Cour au moment de l’entrée de l’Europe dans la modernité, en nous appuyant sur un échantillon de conseillers aussi précisément défini que possible. Il conviendra de tenir compte du poids relatif des différents indicateurs, de leurs interdépendances ainsi que de leurs évolutions tandis que nous étudierons respectivement des facteurs relativement simples (comme l’origine géographique ou sociale) puis plus complexes.

  • 4 Voir à ce sujet les travaux fondateurs de Norbert Elias, La société de Cour, Paris, 1974 (édition a (...)
  • 5 Voir Volker Press, « Führungsgruppen in der deutschen Gesellschaftim Übergang zur Neuzeit um 1500 » (...)
  • 6 Sur l’émergence d’une élite spécifique à la cour, voir l’analyse précoce de Helmut Goetz, « Die geh (...)
  • 7 Concernant le concept d’ « élite », voir Hans P. Dreitzel, Elitebegriffund Sozialstruktur. Eine soz (...)

3En 1978, les colloques de Büdingen ont mis en évidence – en soulignant les lacunes de la recherche en la matière – le rôle de centre névralgique de la gouvernance européenne joué par les cours avant l’avènement de l’Absolutisme4 ; de fait, il est difficile de comprendre des institutions en apparence modernes telles que le Conseil (Rat) et les états (Stände)5 si l’on fait abstraction de ce rôle. Contrairement à ce que laisse entendre l’historiographie du XIXe siècle, le quotidien de la Cour et celui du monde urbain ne doivent pas être conçus comme radicalement différents. C’est pour cette raison qu’il sera avant tout question ici de la Cour active et laborieuse, de la Cour en tant que centre politique et de communication, point de cristallisation de la construction de l’État moderne, où l’on s’intéressera aux décisions quotidiennes et politiquement déterminantes. Ses membres formaient avec le monarque une élite politique, composée généralement d’agents administratifs et d’officiers spécialisés6 que nous incluons dans les élites fonctionnelles (Funktionselite) de l’époque moderne7.

  • 8 L’analyse synoptique des cours des Habsbourg demeure à faire. Voir Grete Klingenstein, « Der Wiener (...)

4Nous limiterons notre étude à quatre cours habsbourgeoises8 dont le centre d’activité se trouvait vers 1500 dans les « hauts pays » (à proximité des pays autrichiens) : celles de l’empereur Frédéric III à la fin de son règne, de Sigismond du Tyrol, de Maximilien Ier et du jeune Ferdinand Ier. On obtient ainsi un espace de recherche qui recouvre environ cinquante ans entre 1480 et 1530. Pour des raisons pratiques, nous excluons les Cours des Pays-Bas (celles de Philippe le Beau, de Marguerite et du jeune Charles), ce choix étant néanmoins compensé par le fait que Maximilien et Ferdinand avaient eux-mêmes précédemment résidé aux Pays-Bas et que leurs cours (partiellement constituées de conseillers bourguignons) y entretenaient encore d’étroites relations.

  • 9 Pour une justification plus détaillée des critères de sélection se reporter à Heinz Noflatscher,(...)
  • 10 Les concepts de pouvoir, plus statique, et d’influence, plus dynamique, seront ici employés comme s (...)
  • 11 En ce qui concerne la France, voir notamment Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provi (...)
  • 12 Le concept d’ « élite politique » est utilisé ici de manière plurielle. Voir également Heinz Schill (...)

5Le critère principal9 retenu pour le choix de notre échantillon est le pouvoir politique et l’influence10 d’un conseiller à la Cour ou dans une région11. Cela signifie que notre étude traite avant tout des élites fonctionnelles politiques – étant entendu qu’il serait artificiel d’établir une barrière entre les élites politiques, économiques et culturelles de la Cour en 150012.

  • 13 Critères retenus pour évaluer le pouvoir décisionnaire : influence lors des décisions importantes ; (...)
  • 14 Voir par exemple Peter Moraw, « Personenforschung und deutsches Königtum » dans Zeitschriftfür hist (...)

6Pour sélectionner notre base de recherche, nous avons eu recours à la combinaison de trois méthodes13 qui se rapprochent de celles utilisées pour l’étude des élites contemporaines et qui se basent sur le pouvoir décisionnaire, la réputation et la position. Nous avons ainsi obtenu un groupe de cent huit personnes qui comprend, à quelques exceptions près, les véritables décideurs politiques des cours habsbourgeoises des « hauts-pays ». Le pouvoir des Habsbourg possédait à cette époque une double nature : il comprenait, en plus de la direction de l’Empire, une dimension territoriale. Les membres du groupe étudié participaient le plus souvent indifféremment aux décisions qui concernaient l’Empire et à celles qui se rapportaient à la maison des Habsbourg. Par conséquent, leur rayon d’action s’étendait aussi aux pays héréditaires. Afin de poursuivre la systématisation de ce groupe, nous avons utilisé les instruments de la prosopographie et de la biographie collective. Une grille de variables a été mise au point pour l’analyse prosopographique quantitative14, nous permettant de dresser des biogrammes de travail.

  • 15 Voir aussi Goetz, « Geheime Ratgeber... », art. cit.

7Le résultat est surprenant : le groupe des conseillers les plus influents se réduit en général à quelques personnes qui se trouvaient, en raison de leurs fonctions et des faveurs dont ils bénéficiaient, dans l’entourage immédiat du monarque et disposaient ainsi d’occasions quotidiennes et déterminantes d’exercer le pouvoir. En 1500, le pouvoir politique aulique était presque dans tous les cas déjà formalisé et fonctionnalisé15, les prérogatives associées à une charge élevée se partageant entre représentation et compétence technique.

FACTEURS D’ASCENSION SOCIALE

Origine régionale

  • 16 Pour une définition du concept et de son importance à l’époque moderne, voir Wolfgang Reinhard, Fre (...)

8Le fait d’être originaire du même espace apparaît comme un facteur certes non déterminant, mais important d’ascension sociale et de cohésion des élites auliques. Aux alentours de 1500, leur pouvoir avait en effet indéniablement une dimension régionale. Nous nous interrogerons dans un premier temps sur la provenance des élites et la conscience que celles-ci avaient d’appartenir à une même communauté régionale, en nous inspirant encore une fois directement des catégories contemporaines de la représentation politique. Quelle était l’importance sociale et politique de l’appartenance territoriale16, comprise dans une acception précontemporaine ? Il s’agira également de nous poser la question, devenue classique, des liens qui existaient entre la royauté et l’évolution des territoires inclus dans sa zone d’influence. Il se dégage des répartitions très nettes : la Souabe et le Rhin supérieur sont les régions les mieux représentées avec trente-trois personnes (31 %) du groupe étudié. Entre 1480 et 1530, la politique des Habsbourg dans l’Empire et dans les pays autrichiens était dominée par l’influence du sud-ouest. Après les Souabes, le second groupe régional le plus important est constitué par les Tyroliens avec vingt-six conseillers, suivis des conseillers originaires d’Autriche intérieure, au nombre de treize, tandis que les pays des deux côtés de l’Enns (Haute-Autriche et Basse-Autriche) n’apparaissent qu’en quatrième position. Une fraction non négligeable des conseillers vient de Franconie. On compte une personne originaire d’Italie, une de France et une d’Espagne. Considérée dans un contexte européen, cette répartition régionale correspond au pouvoir de la dynastie des Habsbourg, qui s’étendait de la Carniole jusqu’à la Silésie, l’Espagne et les Pays-Bas. Néanmoins, sept chanceliers sont originaires de villes d’Empire, ce qui illustre la place importante qu’occupaient les Reichstädte du Sud, et en particulier Augsbourg, parmi l’élite politique habsbourgeoise aux alentours de 1500. Cette place s’accroît encore si l’on considère spécifiquement le groupe constitué par les financiers les plus influents.

  • 17 Pour une différenciation régionale des zones d’influences de la cour de Frédéric III, voir avant to (...)

9À bien des égards, nous pouvons constater l’influence d’intérêts spécifiquement régionaux, bien que cela soit moins sensible pour les alliances matrimoniales, les stratégies familiales étant alors prioritaires et prenant le pas sur la proximité géographique. De manière générale, il existait à la Cour de véritables amitiés motivées par l’origine régionale et l’éloignement, qui, dans la société aulique, transcendaient les structures sociales. Une solidarité régionale similaire s’exprimait en particulier sous le patronage de la région d’origine17, dans la mesure où les villes s’adressaient fréquemment à leurs compatriotes à la Cour. Il existait de ce fait au sein des décideurs de premier rang un effet de cristallisation qu’il ne faut pas sous-estimer : une région pouvait en bénéficier soudainement et sa représentation à la Cour augmentait alors significativement. Dans les années 1520, Wilhelm von Rogendorf, le Hofmeister (Grand maître de la maison princière) de Ferdinand Ier, contribua ainsi de manière décisive à ce que des conseillers originaires de Basse-Autriche s’établissent – au détriment des Tyroliens – à la Cour de celui-ci.

Origine régionale des élites politiques 1480-1530

Région

Valeur absolue

Pourcentage

Souabe et Rhin supérieur

33

30,6

Tyrol

26

24,1

Autriche intérieure

13

12,0

Basse-Autriche et Haute-Autriche

10

9,3

Franconie

5

4,6

Pays-Bas

4

3,7

Bavière-Salzbourg

3

2,8

Bohême et Hongrie

3

2,8

Bourgogne et Franche-Comté

2

1,9

Rhin moyen et Rhin inférieur

2

1,9

Saxe

2

1,9

Suisse

2

1,9

France

1

0,9

Italie

1

0,9

Espagne

1

0,9

Total

108

100

  • 18 Sur les relations entre Augsbourg et les cours des Habsbourg, voir aussi Peter Steuer, Die Außenver (...)

10Les intérêts économiques constituaient également un cadre important d’interdépendance régionale. Déjà sous le règne de l’archiduc Sigismond, des Augsbourgeois avaient par exemple investi dans les mines du Tyrol18. Mais il apparaît que les solidarités régionales s’exprimaient par l’intermédiaire de beaucoup d’autres canaux, encore plus subtils, comme dans le domaine des petites affaires commerciales. Les réseaux féodaux au sein de la Cour étaient ainsi particulièrement utiles et permettaient par exemple de récupérer des biens confisqués. De fait, c’est en se trouvant aux leviers de commande du pouvoir de la Cour que l’on pouvait le mieux surveiller les fiefs et les nantissements arrivant à échéance, qu’il était, semble-t-il, plus facile d’acquérir et de protéger des intérêts hostiles en se regroupant sous forme de quasi-cartels. Qui vivait à la Cour était informé. La connaissance des affaires courantes était un facteur essentiel de l’important et rapide enrichissement des élites.

Origine sociale et solidarité de caste

11L’origine sociale des élites formait une plate-forme supplémentaire d’ascension sociale (ou tout du moins de renforcement de la position sociale) à laquelle nous associons d’abord l’amélioration de la qualité de vie. Nous nous interrogeons sur son importance factuelle dans la structure du pouvoir aulique et sur les évolutions que nous pouvons identifier à son sujet. La position sociale de la famille d’un premier conseiller au moment de la naissance de celui-ci est l’élément déterminant de ce classement.

12Au total, 32 % (35 sur 108) des membres du groupe étudié possédaient des origines bourgeoises ou paysannes, c’est-à-dire non nobles. Si les barons, les comtes et les princes étaient les représentants les plus éminents des cours habsbourgeoises étudiées et possédaient en théorie la plus grande influence, ce sont les membres de la petite noblesse et de la bourgeoisie financière qui assuraient le véritable exercice quotidien du pouvoir. La chevalerie, avec 41 % du groupe considéré (44 personnes), constituait le groupe social numériquement le plus important parmi les décideurs politiques, devant la bourgeoisie (34 personnes).

Origine sociale des élites politiques 1480-1530

Ordre

Valeur absolue

Pourcentage

Basse noblesse

44

40,7

Bourgeois/citadins

34

31,5

Barons

15

13,9

Comtes

10

9,3

Princes

4

3,7

Paysans

1

0,9

Total

108

100

  • 19 Voir par exemple Wilfried Ehbrecht (dir.), Städtische Führungsgruppen und Gemeinde in der werdenden (...)

13Cependant, il est également nécessaire d’opérer des distinctions à l’intérieur du groupe urbain19. Si l’on adopte la catégorisation usuelle en classe supérieure (patriciat urbain dans l’Empire, bourgeois-chevaliers, bourgeois héréditaires et autres notables dans les pays autrichiens, haute finance urbaine), classes moyenne et classe inférieure, on s’aperçoit que seul un petit nombre de conseillers (9 personnes) émane du patriciat urbain et de la classe supérieure urbaine des pays héréditaires. La plus grande proportion, au moins 21 sur 34 (soit 19 % du groupe étudié), provient du milieu corporatif et des classes moyennes. Parmi les autres conseillers originaires du milieu urbain, deux sont issus de familles lettrées, tandis qu’à deux exceptions près, la classe inférieure n’est pas représentée. Les enfants de parents pauvres sont le chancelier autrichien Raimond Peraudi, originaire de Surgères dans l’Ouest de la France et le chancelier alsacien Nikolaus Pabst, originaire de Guebwiller. Le seul conseiller d’origine paysanne est Florian Waldauf, chef militaire et premier conseiller financier.

  • 20 Les anoblissements sous Frédéric III et Maximilien Ier ont encore peu été étudiés. Pour la Bavière, (...)

14D’un point de vue extérieur, l’anoblissement est la principale marque de l’ascension sociale obtenue par la présence à la Cour et la proximité avec le monarque20. C’est au sein de la bourgeoisie que les ascensions sociales sont les plus nombreuses. L’historiographe bourguignon Olivier de la Marche remarquait déjà que la voie vers la noblesse passait par les offices auliques. Au sein des élites bourgeoises des Habsbourg, 11 familles sur 34 (soit un petit tiers) ont été officiellement anoblies sur la période embrassée par notre étude. Elles demeuraient ensuite dans la petite noblesse. La plus grande partie de ces anoblis étaient originaires des villes d’Empire, du patriciat urbain ou de l’élite commerciale. Par ailleurs, 12 familles accédèrent à l’ordre des seigneurs (Herrenstand) grâce à leur présence à la Cour.

15Si l’on compare ces chiffres à ce que l’on trouve plus tard, sous Ferdinand II par exemple, on constate qu’ils ne sont assurément pas élevés : l’anoblissement n’était pas encore un mode de remerciement systématique. En outre, la portée de ces nominations était restreinte. Si Frédéric III et Maximilien renvoyaient la noblesse bavaroise au droit de l’Empire et la protégeaient contre les prétentions féodales de ses ducs, les barons des pays héréditaires demeuraient pour leur part soumis au droit territorial.

  • 21 Se référer à Heinz Noflatscher, Räte und Herrscher..., op. cit., p. 149-152.
  • 22 Le rôle politique des femmes dans le quotidien à la cour semble en particulier avoir été peu étudié (...)
  • 23 Margarete Ortwein, Der Innsbrucker Hof zur Zeit Erzherzog Sigmunds des Münzreichen. Ein Beitrag zur (...)

16L’origine sociale était un élément clé pour les carrières individuelles à la Cour. En parallèle des intérêts individuels, il existait naturellement au sein des cours habsbourgeoises étudiées des intérêts collectifs motivés par l’appartenance à un ordre, sur lesquels nous ne disposons que d’indications générales – par l’intermédiaire de cas isolés, de la politique extérieure, des rapports avec les systèmes politiques non monarchiques. Leur expression avait davantage pour fonction de protéger les positions occupées que d’assurer une ascension sociale. Il est en particulier évident qu’il existait une solidarité sociale entre les nobles de la Cour et ceux de l’Empire. Il en va de même pour les contacts des conseillers originaires de villes d’Empire d’Allemagne du Sud avec leurs pairs21. Il existait une profonde solidarité à l’intérieur des villes d’Empire, dans la mesure où les conseillers influents à la Cour, issus de villes d’Empire ou plus généralement bourgeois, entretenaient d’étroites relations avec leurs concitoyens. On ne compte que deux femmes dans le groupe étudié22 : Anna Spieß, qui possédait une influence déterminante à la Cour de Sigismond23 et Anne de Bohême, la femme de Ferdinand Ier. Cette faible représentation reflète la réalité de la participation féminine de l’époque au pouvoir et aux affaires politiques.

Famille, alliance matrimoniale et parrainage

  • 24 Die Chronik der Grafen von Zimmern, édité par Hansmartin Decker-Hauff, t. 2, Constance-Stuttgart, 1 (...)
  • 25 Sur les pratiques de la cour romaine, se référer à l’étude novatrice de Wolfgang Reinhard, Freunde (...)

17Plus que la solidarité régionale ou l’origine sociale, la parenté constituait le lien le plus solide parmi les élites. Les liens de parenté apparaissent même comme le facteur le plus important de négociations politiques, comprises au sens large. Parmi les élites fonctionnelles, favoriser l’ascension de sa famille de toutes ses forces était une loi non écrite. Les chroniques de l’époque rapportent de nombreux exemples de conseillers, qui, après être eux-mêmes devenus importants à la Cour, ont aidé leur famille à accroître son prestige et ses biens. On trouve dans la chronique de la famille von Zimmern, à propos des comtes de Werdenberg – et en particulier de Haug von Werdenberg, un des anciens hommes de confiance de Frédéric III – qu’ils obtenaient « à cette époque du roi tout ce qu’ils désiraient », à tel point qu’ils « traitaient [de leurs affaires à la Cour de Maximilien] selon leur seule convenance »24. Le reproche ne semble cependant qu’en partie plausible, d’autant plus que Haug demeura célibataire. Enfin, autre élément important, les grands princes ecclésiastiques introduits à la Cour, souvent des fils cadets, comme Matthäus Lang ou Bernhard von Cles, soutenaient leur famille25 en leur assurant des fiefs, des offices, des biens laissés en caution ou encore par l’intermédiaire de lucratifs cadeaux de mariages.

Fig. 1 > Maximilien Ier (1459-1519), 1518, Albrecht Dürer, dessin au crayon, Albertina.

  • 26 L’œuvre fondatrice pour la recherche des interdépendances territoriales des élites politiques bourg (...)

18Faire carrière à la Cour grâce à sa parenté était le propre de la noblesse, les alliances matrimoniales ouvrant la voie la plus commode vers les offices. Dans les cours étudiées, en raison des mécanismes d’exclusion de castes, les alliances matrimoniales au sein de la noblesse étaient plus fréquentes que dans les autres strates sociales – environ trois fois plus que parmi les bourgeois26. La noblesse ne profitait pas seulement de la supériorité de son rang mais aussi, et peut-être même plus encore, de son ancienneté aux côtés des princes. Ainsi, les Polheim, les Puchheim ou encore les Wolkenstein étaient au service des Habsbourg depuis déjà plusieurs générations, tandis que parmi les conseillers urbains seuls les riches financiers pouvaient éventuellement se targuer d’une continuité comparable.

Fig. 2 > Cardinal Matthäus Lang (1468-1540), 1522, Albrecht Dürer, dessin à la plume, Albertina.

19Le très grand nombre de mariages qui avaient lieu à la Cour montre à quel point celle-ci jouait un rôle de plate-forme pour les alliances matrimoniales. Le contrôle exercé par les parents y était en outre plus lâche, puisque l’on s’y trouvait, en tant que page ou dame de compagnie, sous la responsabilité du Grand maître (ou de la Grande maîtresse) de la maison royale ou princière. Nous connaissons plusieurs exemples de mariages entre un conseiller de premier plan et une dame de la Cour de la reine. Dans le cas de la bourgeoisie plus que de la noblesse, les projets d’alliances matrimoniales prenaient naissance au niveau de la Cour, si bien que la famille ainsi constituée pouvait ensuite rester au service des princes.

20Il ne fait aucun doute que les liens de parenté possédaient une importance capitale dans les jeux d’influence et de pouvoir au sein des cours et des centres régionaux au moment des prises de décisions importantes. Les solidarités régionales et sociales étaient également essentielles, plus encore lorsqu’elles se combinaient. Pour posséder, au moins en théorie, un maximum de pouvoir, il fallait parvenir à réunir ces trois critères. Le groupe de même origine régionale et sociale et à l’intérieur duquel existaient d’étroites alliances matrimoniales possédait la plus grande influence à la Cour et aux postes clés du pouvoir dynastique. Par ailleurs, un enfant né dans une telle configuration bénéficiait de déterminants sociaux très favorables, pour son éducation, son mariage, sa carrière professionnelle ou encore l’acquisition d’offices, d’honneurs et de biens économiques. Cette influence pouvait se faire sentir jusqu’à un âge avancé et dans le meilleur des cas jusqu’à la mort.

  • 27 Agnès Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994.

21Nous devons encore évoquer une forme de parenté : le parrainage. Au sein du groupe étudié, il apparaît comme un facteur essentiel de cohésion entre le prince et son élite, à la manière des ordres spécifiques de chevalerie. Devenir parrain signifiait le début d’une parenté spirituelle27 et l’entrée dans le cœur intime d’une famille, avec tout ce qu’impliquaient les dispositions de l’Église à ce sujet. Le parrainage était l’expression de confiances familiales particulières, souvent dans l’entourage du souverain. Lorsqu’une alliance matrimoniale ne pouvait être conclue en raison de l’écart entre les rangs respectifs de deux familles, le parrainage constituait un important vecteur de cohésion. Il permettait également d’assurer une continuité à la Cour. Ainsi, parce le père du conseiller Claude Bouton, Philippe, avait été un filleul du duc Philippe le Bon, Charles Quint devint en 1515 le parrain de Charles, le fils de Claude.

22Inversons à présent notre perspective : quels sont les conseillers qui se trouvaient en dehors de ces interdépendances familiales ? Ils forment un groupe non négligeable, qui, toutefois, se réduirait probablement si l’on approfondissait les recherches généalogiques. Presque la moitié du groupe étudié (53 personnes, 49 %) ne possédait dans son cercle familial restreint aucun lien matrimonial avec la famille d’un autre conseiller de premier plan à la Cour. En cas de conflits familiaux ou internes à la Cour, lorsqu’il était déterminant de posséder un intercesseur influent, ces conseillers se trouvaient de ce point de vue isolés. Il leur restait les liens d’amitié et de clientèle ainsi que les solidarités régionales ou de caste. Mais en règle générale, ces dernières s’appliquaient surtout aux intérêts collectifs et avaient peu de poids dans les affaires individuelles et économiques.

Solvabilité et commerce d’offices

  • 28 Victor von Kraus (dir.), Maximilians I. vertraulicher Briefwechsel mit Sigmund Prüschenk Freiherrn (...)
  • 29 Michael à Sigmund von Wolkenstein, Vienne, 1 er septembre 1480 ; Germanisches Nationalmuseum, Archi (...)

23Les cours habsbourgeoises que nous avons étudiées n’étaient pas seulement synonymes d’aventure mais aussi de profits rapides. En 1477, Sigismond Prüschenk entreprit en vain de passer de la Cour de Frédéric III à celle de Maximilien aux Pays-Bas28. En 1480, Michael de Wolkenstein écrit à son frère depuis Vienne qu’il espère « pouvoir fournir sous peu [à lui et à leur père] deux bons chevaux », apparemment un premier résultat d’un séjour à la Cour29. La libération en 1488 de Maximilien, détenu à Bruges, conduisit de nombreux conseillers vers les Pays-Bas. La campagne de Hongrie qui suivit fut également un important vecteur d’ascension sociale et économique.

  • 30 À propos de l’argument de l’« utilité financière » [des conseillers de cour] précisément sous Maxim (...)
  • 31 Voir Ilja Mieck (dir.), Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrhundert, Einzelveröffentlichu (...)
  • 32 29 novembre 1506, Státní archiv Dĕčín, Rodinný archiv Thun-Hohensteinů, I/G X/9.

24Les considérations relatives au crédit n’étaient en effet pas les moins importantes30. Les gros besoins financiers des princes offraient l’opportunité de former rapidement des puissances locales, en particulier par l’intermédiaire du système de caution qui constituait une forme indirecte de vente d’offices. Dans ce domaine également, la proximité avec les princes les plus puissants et les plus riches était particulièrement recherchée31. Le besoin chronique d’argent des princes était connu de tous les détenteurs d’une position clé à la Cour. Si l’on disposait de suffisamment d’argent liquide, il était possible d’investir dans des Pfandherrschaften – les prêts au monarque, qui circulaient souvent par des canaux familiaux, étaient lucratifs. En 1506, Paul de Liechtenstein écrivit depuis Salzbourg à son cousin Anton von Thun que le roi serait bientôt à Innsbruck et que s’il voulait lui prêter de l’argent, il devait s’y rendre et réfléchir « par quels moyens il convenait de le faire32 ».

Mutations religieuse et sociale

  • 33 Voir en particulier Gerhard Fouquet, Das Speyerer Domkapitel im späten Mittelalter (ca. 1350-1540). (...)

25Les cathédrales33 constituaient un autre vecteur d’ascension sociale au sein du groupe étudié. Elles assuraient la plupart du temps aux seigneurs ecclésiastiques qui en avaient la charge ainsi qu’à leur famille (comme le montrent les exemples des Heßler, des Meckau, des Lang ou encore des Cles) de lucratives retombées et la possibilité de conforter leur position seigneuriale. Elles étaient par conséquent pour le monarque un outil pratique lui permettant d’élargir son influence régionale par l’intermédiaire de membres du cercle restreint de sa Cour. Les places de chanoines, prieurs, évêques, nonnes et abbesses concernaient avant tout la fraction noble de l’élite fonctionnelle. La situation était naturellement plus ouverte d’un point de vue spatial en 1500, avant la Réforme, que ce ne fut le cas par la suite.

  • 34 Voir aussi l’augmentation significative de la fréquence des mariages au sein de la noblesse de Bass (...)

26On observe une évolution des mentalités vers 1500 en ce qui concerne l’attractivité des charges ecclésiastiques au sein de la noblesse de Cour. Entre 1480 et 1530, on constate un recul, chez la noblesse34 comme la haute-bourgeoisie, du nombre d’ecclésiastiques. Ce désintérêt est particulièrement sensible pour la seconde génération du groupe étudié. La Réforme n’eut à cet égard qu’un impact limité, puisque c’est avant son déclenchement que, dans leur majorité, les ecclésiastiques de la deuxième génération avaient rejoint l’Église. En réalité, d’autres causes permettent d’expliquer avec plus de pertinence cet intérêt réduit pour la carrière ecclésiastique. De toute évidence, la vie à la Cour des conseillers et leurs nombreux contacts extérieurs contribuèrent à séculariser leurs familles. On assiste ainsi à un début d’émancipation des descendantes de conseillers, d’autant plus que l’entrée dans un couvent ou même dans une église collégiale avait toujours été un second choix, la position de femme mariée étant meilleure (si l’on fait abstraction des grands dangers que faisaient peser les accouchements). Les alliances matrimoniales étaient facilitées par l’enrichissement d’une famille à la Cour. Lorsqu’un père accédait à un office plus prestigieux et aux réseaux qui en découlaient, le futur de ses fils et de ses filles devenait plus ouvert.

Éducation et formation professionnelle

  • 35 Voir Norbert Conrads, Ritterakademien der Frühen Neuzeit. Bildung als Standesprivileg im 16. und 17 (...)
  • 36 Peter Moraw, « Der Lebensweg der Studenten », dans Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität (...)

27Les possibilités des élites en matière d’éducation étaient particulièrement importantes35. Cependant, l’offre en la matière était corrélée à la demande. Or, dans les années 1500, celle-ci était certes forte parmi la bourgeoisie mais nettement moins importante au sein de la noblesse, qui représente les deux tiers du groupe étudié. On ne trouve que des traces ponctuelles d’une alphabétisation et d’études latines élémentaires. On peut dire avec certitude que les détenteurs des postes les plus importants avaient bénéficié d’un grand avantage au départ : dans la majorité des cas, leur père avait une bonne ou une excellente maîtrise de l’écrit, avait exercé – dans au moins 70 % des cas – des fonctions à l’échelon local, régional ou à la Cour et avait personnellement veillé à l’instruction de ses descendants, quand il n’avait pas engagé de précepteur. Nous pouvons évaluer assez précisément l’ampleur de la formation universitaire. La fréquentation d’une école supérieure est établie pour 28 % des conseillers du groupe étudié, 24 % étant diplômés. Cette proportion semble élevée en comparaison avec l’Espagne du temps de Ferdinand et Isabelle (1476-1516), dans laquelle on comptait jusqu’à 12 % de diplômés parmi les détenteurs de postes importants36.

Formation universitaire des élites politiques

État civil

Bac

Maîtrise

Doctorat

Total

Possédant un titre universitaire

Clercs

3

10

15

13

Laïcs

2

2

8

86

12

inconnu

0

1

7

1

Total

2

5

19

108

26

Ordre à la naissance

Bac

Maîtrise

Doctorat

Total

Possédant un titre universitaire

Roturiers

1

5

13

35

19

Nobles

1

0

6

73

7

Total

2

5

19

108

26

  • 37 Heinz Noflatscher, « Migration von Intellektuellen. Franken im königlichen Dienstum 1500 » Jahrbuch (...)
  • 38 Ibid., « Schwaben in Österreich an der Wende zur Neuzeit. Personen, Familien, Mobilität » dans Fran (...)
  • 39 Pour la Franconie, se reporter à l’excellent travail de Reinhard Jakob, Schulen in Franken und in d (...)
  • 40 Kothe, Fürstlicher Rat..., op. cit., p. 28, p. 40-41 ; Maximilian Lanzinner, Fürst, Räte und Landst (...)

28D’un point de vue régional, 39 % des conseillers disposant d’une formation académique provenaient de l’élite souabe, soit plus que la proportion de Souabes dans le groupe étudié (31 %). On constate le même déséquilibre parmi les conseillers originaires de Franconie37. Dans cette mesure, on peut dire que les « techniciens » des cours habsbourgeoises des hauts-pays, au moins pour ceux qui occupaient des positions éminentes, étaient principalement originaires d’Allemagne du Sud-ouest38. Cela est dû au fait que cette région était plus urbanisée, que les villes d’Empire y exerçaient une influence importante et que le réseau d’écoles y était plus étoffé39. Ce constat est encore renforcé par le fait qu’en Souabe – et contrairement à ce qui se faisait en Bavière – la noblesse, parce qu’elle était en concurrence avec la bourgeoisie, acquit relativement précocement des diplômes universitaires40.

29Les bourgeois constituent une nette majorité des conseillers ayant fréquenté l’Université. Plus remarquable encore, presque tous les bourgeois (plus de 90 %) ayant entamé un cursus universitaire ont obtenu un diplôme. À l’inverse, seuls 12 % des nobles du groupe étudié disposaient d’une formation universitaire et, parmi ceux-ci, la moitié était diplômée.

30Cette proportion est inférieure aux chiffres connus pour les cours de Bavière ou du Wurtemberg. Il est vrai que ces derniers prennent en compte l’ensemble des conseillers nobles, tandis que nous nous en tenons aux détenteurs des postes les plus importants. La fréquentation moins assidue de l’Université parmi les conseillers de premier plan des Habsbourg s’explique d’abord par l’éminence de leur rang. La distinction entre clercs et laïcs permet d’affiner encore l’analyse. En effet, tous les nobles diplômés, à une exception près, étaient des clercs, ce qui confirme de manière éclatante le rejet des examens académiques par la noblesse laïque du XVe siècle.

  • 41 Peter Moraw, « The Court of the German Kings and of the Emperor at the End of the Middle Ages 1440- (...)
  • 42 Voir aussi Hanns-Peter Bruchhäuser, Kaufmannsbildung im Mittelalter. Determinanten des Curriculums (...)

31Pourtant, des nobles laïcs et diplômés auraient bénéficié d’opportunités particulièrement importantes à cette époque, les laïcs bourgeois devant batailler pour s’établir dans les chancelleries et les cours de justice. À cet égard, la Cour royale était en avance sur le reste du territoire du Saint-Empire, comme l’a souligné Peter Moraw41. Dans les quatre cours habsbourgeoises étudiées, les places à la chancellerie étaient certes majoritairement occupées par des bourgeois, mais pas exclusivement : on compte déjà onze chanceliers nobles (39 %), dont quatre laïcs. Naturellement, les quelques nobles disposant d’une formation juridique étaient d’abord recrutés à l’intérieur de la Cour royale. Par ailleurs, on ne trouve presque pas de diplômés aux postes comportant une importante dimension de représentation – qui étaient l’apanage de la noblesse (comme Hofmeister ou maréchal) – si l’on excepte le cas d’un maréchal de l’archiduc Sigismond qui avait obtenu le baccalauréat (et donc passé des examens) en 1437 à Bâle. De la même manière, très peu parmi les premiers conseillers financiers avaient fréquenté l’Université, et moins encore étaient diplômés, bien que l’on note dans leurs rangs une proportion considérable de bourgeois. La formation offerte par les universités n’était pas adaptée à leur métier42.

32La formation professionnelle se déroulait de manière relativement informelle à la Cour. Il fallait certes prêter serment au moment d’entrer en fonction, mais il n’existait pas encore de véritables certificats de formation au sens strict ni d’examen d’entrée (comme celui qui fut établi en 1654 pour le Conseil aulique). C’est avant tout par l’exercice intensif de leurs fonctions respectives à la Cour même que les conseillers acquéraient les compétences nécessaires. Cela est particulièrement vrai pour les financiers, qui, bien que souvent d’origine urbaine, se formaient seulement une fois à la Cour – ce qui avait des conséquences sur le budget de l’État. Aux côtés de la finance, il faut mentionner au moins un autre domaine dans lequel on se formait d’abord par la pratique : celui de l’éloquence.

ITINÉRAIRES, INTÉRÊTS ET RÉACTIONS

Recrutement

33À présent que nous disposons d’une vue d’ensemble sur les différents facteurs d’ascension sociale, sur la formation et la professionnalisation relative des conseillers auliques, considérons encore brièvement les différentes formes de carrières à la Cour ainsi que quelques-uns des aspects formels de sa mutation. Les constats que nous avions dressés à propos des différents groupes régionaux nous l’avaient indirectement suggéré : le recrutement des élites pour la Cour et l’administration des pays héréditaires ne reflétait pas les réalités démographiques mais était motivé par d’autres facteurs, comme le montre clairement l’exemple de Vienne. La proximité d’une université n’avait pas non plus d’influence sur le recrutement. Les conditions de la forte représentation d’une région à la Cour reposaient bien plus, si ce n’est exclusivement, sur la proximité qui existait entre une région (ou une ville) et le souverain, sur des mécanismes endogènes, sur des dynamiques propres à la Cour, comme la composition sociale de ses élites et son degré de fermeture, sur les configurations politiques dynastiques et européennes. Pour ces raisons, les villes d’Empire du sud de l’Allemagne constituaient vers 1500 un espace idéal de recrutement.

  • 43 Antoni Mączak (dir.), Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Schriften des Historischen Koll (...)
  • 44 Maximilian Lanzinner, Fürst..., op. cit., p. 131-132.

34Le chemin menant aux plus hautes fonctions de la Cour commençait en règle générale dès la jeunesse, comme page. Sur 94 personnes dont nous connaissons plus précisément le parcours professionnel, 80 (85 %) se trouvaient depuis longtemps à la Cour. Ils devaient en général patienter un certain temps avant d’obtenir une position influente. Ensuite, on observe deux cas de figures : soit ils demeuraient à des postes clés dans l’entourage du monarque, soit ils partaient tôt ou tard vers l’administration locale, ce qui montre aussi l’influence dominante de la Cour dans la gestion des espaces régionaux. Très peu de personnes possédant un profil atypique parvinrent à accéder à un poste clé à la Cour. L’herméticité du monde des élites auliques apparaît également par l’étude des carrières des conseillers. L’exercice d’une très haute fonction survenait presque toujours après celui d’autres postes moins importants : il existait en quelque sorte une carrière propre à la Cour, ce qui est un bon indicateur de sa professionnalisation avancée. Le recrutement de nouveaux conseillers résultait néanmoins encore partiellement de la conjonction de facteurs sociaux comme les liens matrimoniaux, les patronages et les réseaux de clientèle4343. Les administrations auliques et régionales se recrutaient ainsi en grande partie elles-mêmes, assurant la reproduction de l’élite fonctionnelle. Malgré tout, le besoin de la Cour en élites déjà formées demeurait important : non seulement les conseillers lettrés se déplaçaient dans un vaste périmètre, mais il leur arrivait également d’être au service de plusieurs princes en même temps. La Bavière et l’Autriche étaient par exemple de grandes concurrentes en matière de recrutement de leurs conseillers, comme l’a bien montré Lanzinner44, et la Réforme renforça encore la demande en conseillers catholiques instruits.

35Il y a une nette corrélation entre les qualifications universitaires et la progression de la carrière d’un conseiller à la Cour. Elles n’offraient cependant pas encore de « billet d’entrée » pour les premiers rangs, même pour la noblesse ecclésiastique, ce qui souligne d’autres critères de pouvoir comme l’expérience, mais aussi le prestige de la Cour royale, en raison du pouvoir dynastique exercé sur les pays autrichiens. Il existait cependant des différences pour chaque ordre. Un diplômé noble atteignait un poste important plus rapidement qu’un bourgeois – malgré le fait que certains bourgeois achevaient très jeunes leurs études universitaires – et l’âge moyen des nobles occupant une fonction clé était moins élevé que celui des conseillers d’origine urbaine.

Ouvertures et renforcement du statut social

  • 45 Voir les travaux de Pierre Bourdieu (basés sur la société française contemporaine) dans Helmut Köhl (...)
  • 46 Voir l’article de Wolfgang Reinhard, « Oligarchische Verflechtung und Konfession in oberdeutschen S (...)

36Survolons encore quelques questions comme les transformations éventuelles de la Cour ou le traditionnel problème de l’ouverture ou de la fermeture des élites, c’est-à-dire les stratégies de la reproduction sociale, culturelle et matérielle, la volonté de « rester au sommet » ensemble45. Ces stratégies s’exprimaient avant tout, lorsque les compétences se révélaient insuffisantes à conforter la position sociale, par les alliances matrimoniales et/ou l’exclusion fondée sur l’ordre. On remarque que les alliances matrimoniales étaient sensiblement moins fréquentes entre élites bourgeoises et nobles d’une même région46 qu’entre élites du même ordre originaires de régions voisines. La conscience d’appartenir à une catégorie sociocorporative apparaît clairement : elle est l’expression du conservatisme des élites politiques, même au temps de l’humanisme. Cela peut surprendre, étant donnés les contacts intensifs dont la Cour était le théâtre. Au moins pour la seconde génération du groupe étudié, on aurait pu s’attendre à une plus grande perméabilité sociale, c’est-à-dire à plus de mariages mixtes. Il existait par exemple d’étroits liens de parentés au sein de la noblesse tyrolienne, mais aucun avec la bourgeoisie. Les bourgeois souabes étaient ceux qui recherchaient le plus l’anoblissement comme mode d’ascension sociale, mais ils n’y parvenaient pas encore par le mariage. La barrière qui séparait la bourgeoisie de la noblesse demeurait donc significativement élevée, même pour les élites politiques bourgeoises.

  • 47 Sans que ne soient considérées les personnes en elles-mêmes, ni à quel ordre elles appartiennent », (...)

37Les mariages entre familles de détenteurs de positions clés à la Cour se produisaient en outre fréquemment au sein de certaines professions spécifiques : c’est avant tout le cas pour les chanceliers et les financiers. L’acquisition d’une position prestigieuse devait s’accompagner d’un gain comparable de dignité. Cela entraînait des conflits entre nouveaux venus et familles anciennes, moins dans les groupes de métiers nécessitant une expertise juridique ou financière que pour les fonctions représentatives, qui avaient été jusque-là réservées à la vieille noblesse. Naturellement, le rythme de l’ascension d’un conseiller entrait également en ligne de compte. Lorsque le baron Hans von Puchheim, un membre de l’ordre des seigneurs de Basse-Autriche et en tant que Maréchal deuxième personnage du gouvernement de Basse-Autriche, se plaignit auprès de la Cour en 1514 de devoir accorder la préséance à Georg von Rottal, un bourgeois de Graz fraîchement anobli qui était alors Landhofmeister de Basse-Autriche, il obtint comme réponse que le Landhofmeister avait la « primauté en matière de session », comme cela était aussi le cas à Innsbruck. La fonction l’emportait donc sur le rang, indépendamment de l’ordre auquel appartenaient les personnes considérées47.

38L’exclusion vers le bas relevait également en partie d’une logique de renforcement du statu quo social et plus précisément de maintien des clans au pouvoir. La fraction noble des élites politiques se reproduisait presque deux fois plus que la fraction urbaine – la croissance des familles nobles était en tout cas plus rapide que celle des familles bourgeoises au sein du groupe étudié. Il s’agissait également en partie d’une stratégie de survie face à l’arrivée des intellectuels et officiers bourgeois dans les secteurs traditionnellement réservés à la noblesse. Néanmoins, l’engagement au service de son « nom et [de sa] lignée », contrarié par de forts taux de mortalité, ne suffisait pas à empêcher l’extinction de nombreuses familles. À l’intérieur du groupe étudié, quatre conseillers virent leur lignée s’éteindre en même temps qu’eux.

  • 48 Christine Niederkorn, Der Hof Maximilians I. und das höfische Leben. Ein Beitrag zur höfischen Kult (...)
  • 49 Voir Rotraud Hyden, Zyprian von Serntein im Dienste Kaiser Maximilians I. in den Jahren 1490-1508, (...)

39Enfin, nous remarquons également des obstructions venues d’en bas dans la vie quotidienne à la Cour. La venue du duc Georges le Riche et de Frédéric de Saxe à la Cour de Maximilien Ier48 aurait dû accroître la réputation du monarque et de son Conseil aulique. Cette expérience ne fut cependant pas concluante sur le long terme en raison de la résistance des représentants des ordres inférieurs. En effet, la petite noblesse, mais aussi les seigneurs et les comtes coopéraient en temps ordinaire sans problème avec les élites bourgeoises et, au sein de la Cour, on était moins contraint par les barrières sociales et les liens cérémoniaux, l’important étant de bien servir « dans les faits49 ». La distance qui séparait les comtes des princes était également devenue significative.

QUELLES PERSPECTIVES SUR LE LONG TERME ?

Attractivité de la Cour

  • 50 Voir Georg von Ehingen, Reisen nach der Ritterschaft, éd. Gabriele Ehrmann, Göppingen, 1979.
  • 51 Niklas Ziegler à Guillaume IIe de Ribeaupierre, Barr, 18 mars 1525 ; Archives Départementales du Ha (...)

40L’attrait des familles nobles et roturières pour la Cour était évidemment complexe. La volonté de servir à la Cour pouvait être motivée par les avantages qu’un tel poste procurait à titre individuel, comme la perspective de changer d’ordre ou de posséder une influence dans une querelle de succession. Mais indépendamment de cela, il existait d’autres raisons et d’autres attentes que nous allons nous efforcer de catégoriser. Il est certain que l’éclat, le prestige, les opportunités et la part d’aventure50 – très prisée des nobles – que représentait la Cour rendaient celle-ci particulièrement attractive en comparaison avec l’ennui de la vie à la campagne. Niklas Ziegler, originaire de Nördlingen et premier secrétaire de la chancellerie impériale, conseilla à la fin de sa vie à Guillaume II de Ribeaupierre, un de ses vieux compagnons à la Cour et ancien Hofmeister de Maximilien, de ne plus accompagner la Cour dans ses longs déplacements51. Les jeunes Veit et Hans von Wolkenstein quittèrent ensemble leurs montagnes tyroliennes dans les années 1470 pour la Cour impériale. Cette migration temporaire offrit aux cadets Wolkenstein des opportunités nouvelles, qu’ils utilisèrent pleinement.

  • 52 16 (?) novembre 1497, Churburg ; Fürstenbergisches Urkundenbuch, Fürstliches Hauptarchiv in Donaues (...)

41La Cour était la clé de l’ascension sociale (dans son acception la plus large, formelle comme informelle) d’une famille. Si le prestige qu’apportait un voyage d’un membre de la famille en compagnie du monarque était déjà important, il grandissait encore si un poste à la Cour lui était accordé. Gaudenz von Matsch – pourtant issu d’une ancienne lignée de comtes – écrit à son neveu Heinrich von Füstemberg : « Tu me méprises, moi, un parent fidèle, parce que tu es un puissant maréchal52. » Le fait d’être autorisé à porter un objet distinctif ou à mener le cheval d’un seigneur au cours d’une fête constituait un événement d’une grande importance, non seulement pour la consolidation de la position de la famille au sein de la noblesse régionale, mais aussi pour la tradition familiale. Les seigneuries locales s’agrandissaient rapidement par l’intermédiaire de la Cour, les offices auliques offrant en outre une protection contre les attaques.

Fig. 3 > Florian Waldauf (vers 1445-1510), 1504-1505, Marx Reichlich, côté gauche de l’autel (face externe, détail). [Château d’Hasegg, Hallen Tyrol]

Fig. 4 > Friedrich von Sachsen (1463-1525) [Frédéric (III) de Saxe], 1507, Lucas Cranach, huile sur bois (détail). [Germ. Nationalmuseum] En 1497-1498, L’Électeur [de Saxe] fut le premier gouverneur du nouveau Conseil aulique (Hofrat) à la Cour de Maximilien.

  • 53 Voir le compte-rendu du 7 e colloque de la Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in (...)
  • 54 Lettre à Sigmund v. Thun, Rocken (Castel Rocco) 1 er juin 1517 ; StA Dĕčín, Rodinný archiv Thun-Hoh (...)
  • 55 Jürgen Bücking, « Das Geschlecht Stürtzel von Buchheim (1491-1790). Ein Versuch zur Sozial-und Wirt (...)

42Une famille pouvait s’estimer particulièrement « fortunée » lorsqu’elle possédait un descendant sensiblement du même âge que le jeune prince. Il était alors envisageable qu’il devienne son écuyer ou son compagnon de jeu53, permettant ainsi à la famille d’entrer dans le cercle restreint de la famille princière. Elle obtenait dans ce cas de nombreuses terres, voyait son rang s’élever et les alliances matrimoniales avec d’autres lignées influentes fleurir. Par ailleurs, la détention d’un office à la Cour pouvait être à l’origine d’une tradition de recrutement de conseillers dans la même famille, de père en fils. À cet égard, Anton von Thun, qui avait le sens des affaires, écrivit toutefois à son fils Sigmund, un canoniste : « J’ai beaucoup espéré du service des seigneurs, mais peu obtenu54. » Les motifs pour lesquels les bourgeois entraient à la Cour ne différaient que marginalement. Leur activité leur permettait d’abord d’entretenir leur famille, comme dans le cas du médecin de cour Jeronimus Baldung, le père du chancelier tyrolien Pius Hieronymus Baldung. Les bourgeois participaient avec beaucoup d’habileté et peut-être même avec des objectifs plus précis que la noblesse à l’acquisition de bien fonciers à la Cour. Jürgen Bücking a publié une étude détaillée consacrée à l’application de ce type de techniques par Konrad Stürtzel55. Les bourgeois utilisaient également la Cour pour transformer une charge ecclésiastique en un vaste réseau de canonicats et de bénéfices.

Modèles féodaux

43Malgré les quelques réserves que nous avons passées en revue, la Cour était au XVIe siècle une institution toujours plus moderne et attractive. Elle jouait également un rôle dans le processus de domestication de la noblesse. Cela s’explique également par la force d’attraction de la féodalité, objectivée par exemple par les faveurs et les anoblissements accordés par la monarchie.

  • 56 Lothar Gross (dir.), Die Reichsregisterbücher Kaiser Karls V., Lieferung 1-7, Vienne-Leipzig, 1913- (...)

44En avril 1522, le vieux Zyprian von Serntein, ancien chancelier de la Cour de Maximilien et membre de la petite noblesse, séjourna à Bruxelles. Il vit là naturellement l’occasion d’améliorer sa situation sociale et obtint le droit d’employer de la cire rouge pour sceller ses écrits. En raison de la situation des pays héréditaires, Serntein, en tant qu’ancien chancelier de l’Empereur, était sans aucun doute une figure centrale à Bruxelles. Au contact de l’illustre entourage de Charles Quint et de ses conseillers, majoritairement bourguignons, les apparences devinrent soudain importantes pour Serntein, au moins en ce qui concernait son encre, son papier et son sceau. Outre le droit d’employer de la cire rouge, il faut noter que Serntein obtint aussi d’être nommé par l’Empereur « cher et fidèle serviteur » (lieber Getreuer)56. Incontestablement, l’ancien chancelier cherchait à établir des connexions à l’intérieur des nouvelles cours du jeune Habsbourg, ce à quoi il ne parvint d’ailleurs que partiellement. L’emploi de cette formule devait garantir une protection explicite aux anciens conseillers de Maximilien contre les attaques, avant tout issues de l’intérieur de l’Empire, qu’ils subissaient en matérialisant aux yeux de tous le soutien de son jeune successeur.

  • 57 Erich Egg, « Die Fieger », dans Schloß Friedberg und die Fieger in Tirol, Bozen-Innsbruck-Vienne, 1 (...)
  • 58 Hansjörg Rizzolli, Behörden-und Verwaltungsorganisation Tirols unter Ferdinand I. in den Jahren 154 (...)

45La position sociale et le rang – sans considération de fonction – occupaient donc une place essentielle dans le cérémoniel quotidien de la Cour. Cependant, tout cela avait un prix. Occuper un rang élevé signifiait la prise en charge d’importantes fonctions représentatives, comme l’entretien d’une plus large maisonnée. Pour le formuler autrement, les anoblissements étaient pour le souverain un moyen de combler son manque chronique d’argent. Cette politique était naturellement connue – en réalité, c’est ex negativo que nous pouvons le mieux analyser les représentations des hommes de l’époque à ce sujet. Ainsi, vers 1500 et en dehors de la Cour, il n’était pas encore absolument nécessaire d’être de haut rang pour occuper une position prestigieuse. Le bourgeois Hans Fieger, qui détenait des parts dans les mines du Tyrol, fut anobli en même temps que ses frères en 1489 mais sa génération ne porta néanmoins pas ce titre57. Le financier Paul von Liechtenstein, issu d’une vieille famille ministérielle de Trente et du Tyrol et qui accéda à l’ordre des seigneurs, exprima en 1506 son scepticisme à l’égard de cette promotion formelle. Ce chevalier de la Toison d’Or avait visiblement sur ce point un avis différent de celui de son fils, qui sut vaincre en 1530 les réticences de Ferdinand pour accéder à l’ordre des comtes d’Empire58.

Transformation des élites et modernisation ?

  • 59 Voir Gerhard Rill, Fürstund Hof in Österreich. Von den habsburgischen Teilungsverträgen bis zur Sch (...)

46Dans les années 1520, sous le règne du jeune Ferdinand et alors que les Habsbourg faisaient face à des conflits considérables, le phénomène d’ouverture régionale et nationale se renforça pour atteindre une « européanisation » des possessions territoriales héréditaires59. Les conseillers influents provenaient alors moins de l’Empire que de Bourgogne, des Pays-Bas et d’Espagne tandis que sur le plan interne se produisait une redistribution du pouvoir en faveur des pays héréditaires de l’Est.

  • 60 Voir Press, « Führungsgruppen... », art. cit., p. 60.

47En revanche, il est manifeste que l’ouverture en direction de la bourgeoisie à la Cour et la distinction entre la fonction et le rang ne s’imposèrent pas sur la durée. La Cour favorisait un idéal hiérarchique aristocratique et bridait la bourgeoisie60. Même au sein des élites politiques, la professionnalisation différenciée n’aboutit pas au remplacement de l’ancien ordre hiérarchique par une société plus ouverte, au contraire. Si nous n’avons effectué qu’une distinction sommaire entre nobles et roturiers, on observe tout de même une évolution sensible dans les quatre cours étudiées entre 1480 et 1530 : le cheminement des conseillers de premier plan bourgeois (non-nobles) vers la noblesse. À la fin du règne de Frédéric III (depuis 1480 environ), une majorité de bourgeois (huit sur douze) étaient en charge de la haute politique, à la chancellerie et dans les autres centres du pouvoir à la Cour. En revanche, bien que son importance numérique ait souvent été soulignée, le contingent bourgeois à la Cour de Maximilien était en réalité déjà inférieur. Néanmoins, la colonne vertébrale de sa politique impériale demeurait définie par des conseillers bourgeois.

Origine sociale des premiers conseillers auprès du prince 1480-1530

Origine sociale des premiers conseillers auprès du prince 1480-1530

Fig. 5 > Le Conseil distancié. Le monarque discute avec les conseillers du mariage de sa fille : « […] il fit appeler au Conseil/tous ses conseillers […] », Leonhard Beck. [Source : tiré de (Maximilien Ier), Theuerdank, Nuremberg, 1517. BSB, Rar. 325a, ill. 2]

Fig. 6 >Le Conseil dans la hâte. Deux proches conseillers en compagnie du monarque travaillant au cours deson repas, vers1508-1510, Albrecht Altdorfer(?), dessin à la plume et aquarelle [Source : tiré de Joseph Grünpeck, Die Historia Friderici et Maximiliani, HHStA, HS Böhm Nr. 24, f° 79r°]. L’auteur Grünpeck fut chapelain de Cour et secrétaire de Maximilien Ier entre 1498 et 1501.

48Sous Ferdinand, cette « aristocratisation » se renforça : les bourgeois ne constituaient plus qu’un tiers à peine des personnes influentes à la Cour et dans les centres de pouvoir régionaux. La réorganisation sociale et régionale de l’élite politique de Ferdinand apporte un nouvel éclairage sur sa politique confessionnelle ainsi que sur les événements de 1525. La noblesse avait gagné du terrain dans certains domaines spécifiques liés à la maîtrise de l’écrit, à la chancellerie et dans le secteur de la finance – sous l’effet croissant des anoblissements décidés par Frédéric III et son fils.

  • 61 Alois Zauner, « Das Städtewesen im Lande ob der Enns » dans Wilhelm Rausch (dir.), Die Stadt am Aus (...)
  • 62 Hartmann Joseph Zeibig, « Der Ausschuss-Landtag der gesammten österreichischen Erblande zu Innsbruc (...)

49Une autre observation mérite que l’on s’y attarde. Frédéric III déjà avait demandé au conseil de Haute-Autriche d’encourager les mariages entre riches bourgeoises et chevaliers de sa propre suite61. Sous Maximilien, les alliances matrimoniales décidées par le monarque s’étaient multipliées. Au cours de la diète générale des pays autrichiens, convoquée à Innsbruck en 1518, les représentants des états se retournèrent contre Maximilien, qu’ils accusèrent de contraindre leurs filles et leur parentèle à se marier selon sa volonté. En réponse, Maximilien confirma leur droit de se marier librement62. Dans les Gravamen, les états avaient fait prévaloir leur autonomie familiale ; ils n’entendaient pas que leurs stratégies matrimoniales soient dictées par les courtisans influents et les intérêts du prince. Cela aussi ouvrait manifestement la voie à une curialisation de la noblesse traditionnelle et à sa transformation progressive en une aristocratie administrative.

50De même, les mariages entre familles de courtisans ne concourraient pas à rendre les élites politiques plus bourgeoises, mais bien plus aristocratiques. D’un autre côté, cette curialisation allait de pair avec une professionnalisation de la noblesse. Le processus de professionnalisation à la Cour était d’ailleurs particulièrement efficace lorsqu’il s’accompagnait d’une fonctionnarisation des courtisans, nobles y compris. Cette fonctionnarisation était cependant fondamentalement liée à une nouvelle organisation du temps, basée sur un travail régulier à la Cour. C’est avec cette fonctionnarisation que commencèrent à s’harmoniser les représentations du travail, jusque-là socialement déterminées, de la noblesse et de la bourgeoisie. Avec l’aristocratisation de la Cour s’est donc dessinée une modernisation de la féodalité traditionnelle qui s’est muée en une féodalité administrative et professionnelle.

Fig. 7 > Le Conseil (rathigung) agité. Débats en cercle le plus restreint : guerre ou paix ? Vers 1514, Leonhard Beck, gravure.

LES PRINCIPALES INSTITUTIONS CENTRALES DE L’EMPIRE
Dans l’Empire comme dans la plupart des espaces étudiés dans ce livre, le Conseil est une institution encore très largement informelle dans la première moitié du XVIe siècle. Il ne peut être compris que si l’on rappelle que l’Empire est un conglomérat de territoires et de communautés dont l’empereur est le seigneur. L’Empire dispose toutefois de quelques institutions-clés. La première d’entre elles est évidemment la personne de l’empereur (et de sa Cour), l’empereur étant l’autorité suprême en matière de justice et de gouvernement. Il y a ensuite la diète impériale (Reichstag, auparavant Hoftag) pour tout ce qui touche à la législation, ainsi que la chancellerie (Hofkanzlei) et la chambre impériale des finances (Hofkammer). Au XVe siècle, la königliche Kammergericht remplace progressivement le vieux tribunal de la cour (Hofgericht) comme cour suprême. À partir de 1495, la Kammergericht est remplacée par la Cour suprême de la Chambre impériale (Reichskammergericht). Quoi qu’il en soit, l’empereur continue à exercer son droit de justice d’une manière plus personnelle par l’intermédiaire de son Conseil aulique (Hofrat). Progressivement, se met en place un nouveau Conseil aulique impérial (Reichshofrat). Le Reichshofrat est conçu comme un instrument au service de l’empereur. Il traite de plus en d’affaires judiciaires qui peuvent avoir des implications politiques. Ce Reichshofrat émerge peu à peu des institutions médiévales. Il n’est pas possible d’en dater la naissance avec précision. Il s’agit plutôt de souligner le caractère progressif de sa naissance. Quelques étapes peuvent être retenues. Le 13 décembre 1497, Maximilien Ier publie une ordonnance au sujet de son propre Conseil (Hofrat). Une ordonnance de Ferdinand Ier de 1559, qui s’appuie sur un précédent de 1541, précise la nature du Reichshofrat en charge des affaires politiques aussi bien que judiciaires. Entre temps, le règne de Charles Quint (1519-1556) a fait du Conseil impérial (souvent appelé Conseil d’Allemagne) un instrument de premier plan qui reçoit les supplications et qui prépare, sur les questions politiques, le travail du Conseil privé ou secret (Geheime Rat) qui les traite ensuite. Ainsi, contrairement à ce qui a pu être dit parfois, le Reichshofrat ne possède pas l’influence déterminante d’un Conseil d’État (sur le modèle du Privy Council en Angleterre ou du Conseil étroit en France). Le véritable Conseil politique de l’empereur est donc incarné par le Conseil privé ou secret (Geheime Rat). Dans ce dernier comme dans le Reichshofrat dominent des personnalités issues des possessions héréditaires du monarque.
Bibliographie
Leopold Auer, « The Role of the Imperial Aulic Council in the Constitutional Structure of the Holy Roman Empire », dans R.J.W. Evans, Michael Schaich et Peter H. Wilson (dir.), The Holy Roman Empire 1495-1806, Oxford, 2011, p. 63-75.
Ronald G.
Asch et Adolf M. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Beginning of the Modern Age c. 1450-1650, Oxford, 1991, p. XI-XII.
Cédric Michon

Annexes

APPENDICE

LISTE DES CONSEILLERS ET COURTISANS INFLUENTS

(groupe étudié)

Anich, Heinrich de († avant 1497)

Anne de Bohême (1503-1547)

Arco, Antonio d’ (†1527)

Baden, Ernstde (1482-1553)

Baldung, Dr. Pius Hieronymus (vers 1480-1534)

Beckenschlager, Johann (1427/28-1489)

Berghen, Maximilian de (†1545)

Berlower, Dr. Thomas (vers 1421-1496)

Bonomo, Dr. Pietro (1458-1546)

Bouton, Claude de (vers 1473-1556)

Breisacher, Dr. Marquard (vers 1445/50-1508)

Breitschwert, Lukas (actif en 1536)

Castelbarco, Georg de (†1494)

Cavalli (Ross), Antonio de (†1497)

Cles, Dr. Bernhard de (1485-1539)

Cles, Hildebrand de (1457-1501)

Dietrichstein, Sigmund de (1480-1533)

Fabri, Dr. Johann (1478-1541)

Firmian, Georg de (1479-1540)

Freiberg, Dr. Ludwig de (vers 1442-1480)

Fuchsmagen, Dr. Johann (vers 1455-1510)

Fürstenberg, Heinrich de (1464-1499)

Fürstenberg, Wolfgang de (1465-1509)

Bavière-Landshut, George de (1455-1503)

Göggingen, Ulrich de (actif en 1507)

Gossembrot, Georg (†1502)

Griesingen, Hans de (actif en 1492)

Hackenay, Mag. Nicasius (†1518)

Hannart, Mag. Jehan (†1539)

Harrach, Leonhard de (†1527)

Hausen, Oswald de (vers 1430-1501)

Hemricourt, Henri de (actif en 1532)

Hessler, Dr. Georg (vers 1427-1482)

Hölzl, Blasius (vers 1470-1526)

Hofmann, Hans de (1491/92-1564)

Hungerspach, Simon de (†1511)

Klingenberg, Kaspar de (†1499)

Kneussl, Mag. Ulrich (†1515)

Knöringen, Burkhard de († vers 1501)

Lamparter, Dr. Gregor (1463-1523)

Landau, Hans de (†1513)

Landau, Jakob de (†1519)

Lang, Mag. Matthäus (†1540)

Lannoy, Jean de (†1498)

Liechtenstein, Christoph de (†1506)

Liechtenstein, Paul de (1461/62-1513)

Lupián, Gaspar de (actif en 1504)

Maßmünster, Bakk. Ludwig de (†1513)

Matsch, Gaudenz de (vers 1436-1504)

Meckau, Dr. Melchior de (vers 1440-1509)

Mörsperg, Kaspar de (†1513)

Nassau, Adolf de (1443-1511)

Neideck, Dr. Georg de (1459-1514)

Niedertor, Sigmund de (†vers 1497)

Pabst, Nikolaus (†1544)

Peraudi, Dr. Raimond (1435-1505)

Perger, Dr. Bernhard (†1501)

Petschach, Felizian de (†1537)

Polheim, Zyriak de (1495– 1533)

Polheim, Wolfgang de (1458-1512)

Prüschenk, Heinrich de (†1510)

Prüschenk, Sigmund de (vers 1445-1502)

Puchheim, Georg de (†1531)

Puchheim, Hans de (†1522)

Rabenhaupt, Niklas de (†1538)

Ramung, Hans de (†1491)

Ribeaupierre, Guilleaume I de (vers 1427-1507)

Ribeaupierre, Guilleaume II de (1468-1547)

Rauber, Leonhard de (†1521)

Rehwein, Lic. Johannes (†1481)

Reichenburg, Reinprecht de (1434-1505)

Rogendorf, Kaspar de (vers 1450-1506)

Rogendorf, Wilhelm de (1481-1541)

Ross voir Cavalli

Rottal, Georg de (vers 1460-1525)

Rüssegg, Jakob de († 1483)

Salamanca, Gabriel de (†1539)

Saurer, Lorenz (vers 1465-1523)

Saxe, Frédéric de (1463-1525)

Schad, Dr. Johann (1469-1543)

Schneitpeck, Dr. Johann de (†1524)

Schweikle, Hans (†1493)

Senng verh. Spieß, Anna († après 1491)

Serntein, Zyprian de (1457-1524)

Spieß voir Senng

Spieß, Leopold de (†1484)

Sprenz, Dr. Sebastian (†1525)

Stetten, Hans (†1527)

Stürtzel, Dr. Konrad (1433/35-1509)

Sulz, Rudolf de (1478-1535)

Tierstein, Oswald de (†1488)

Treitzsaurwein, Marx (vers 1470-1527)

Truchsess de Waldburg, Wilhelm (1469-1557)

Villinger, Jakob (vers 1480-1529)

Völs, Leonhard de (1459-1530)

Vogt von Summerau, Heinrich (†1482)

Volkra, Wolfgang de (1480-1531)

Wähingen, Hans de (†1520)

Waldauf, Florian (vers 1445-1510)

Waldner, Johann (1445-1502)

Werdenberg-Heiligenberg, Haug de (†1508)

Werdenberg-Sargans, Georg de (vers 1425/27-1504)

Widmann, Dr. Beat (1479-1551)

Wirsung, Lorenz de (†1493)

Wolf, Balthasar (†1529)

Wolkenstein, Michael de (vers 1460-1523)

Wolkenstein, Sigmund de (†1491)

Wolkenstein, Veit de (†1498)

Ziegler, Niklas (vers 1472-1526)

Zollern, Eitelfriedrich de (1452-1512)

Notes

1 Une première version de cette communication légèrement différente (sans la liste des conseillers et sans illustrations) est parue dans Günther Schulz (dir.), Sozialer Aufstieg. Funktionseliten im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit, Deutsche Führungsschichten in der Neuzeit 25, München, 2002, p. 291-314. La traduction de l’article a été assurée par Louis Grossmann-Wirth.

2 Voir Martin Luthers Werke. Kritische Gesamtausgabe, t. 44, Graz, 1964, [Weimar, 1915], p. 657.

3 « Nostri nobiles et centauri domi militiaeque ad res regendas inutiles sunt [...] pericula vero et onera Reipublicae fugiunt », ibid.

4 Voir à ce sujet les travaux fondateurs de Norbert Elias, La société de Cour, Paris, 1974 (édition allemande, 1969) et Jürgen Freiherr von Kruedener, Die Rolle des Hofes im Absolutismus. Untersuchungen zur Soziologie des Königtums und der höfischen Aristokratie, Stuttgart, 1973. À comparer avec Jeroen Duindam, Myths of Power. Norbert Elias and the Early Modern European Court, Amsterdam, 1995.

5 Voir Volker Press, « Führungsgruppen in der deutschen Gesellschaftim Übergang zur Neuzeit um 1500 » dans Hanns Hubert Hofmann, Günther Franz (dir.), Deutsche Führungsschichten in der Neuzeit. Eine Zwischenbilanz, Deutsche Führungsschichten in der Neuzeit 12, Boppard, 1980, p. 35-36, réimprimé dans Volker Press, Ausgewählte Aufsätze, textes rassemblés par Johannes Kunisch, Berlin, 1997, p. 520-521.

6 Sur l’émergence d’une élite spécifique à la cour, voir l’analyse précoce de Helmut Goetz, « Die geheimen Ratgeber Ferdinands I. (1503-1564). Ihre Persönlichkeit im Urteil der Nuntien und Gesandten », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 42/43 (1963), p. 453-494. Voir aussi Bettina Koch, Räte auf deutschen Reichsversammlungen. Zur Entwicklung der politischen Funktionselite im 15. Jahrhundert, Europäische Hochschulschriften Reihe 3/832, Francfort-sur-le-Main, 1999. Dans une perspective territoriale, voir les études devenues classiques d’Irmgard Kothe, Der fürstliche Rat in Württemberg im 15. und 16. Jahrhundert, Stuttgart, 1939 ; Karl E. Demandt, « Amt und Familie. Eine soziologisch-genealogische Studie zur hessischen Verwaltungsgeschichte des 16. Jahrhunderts » Hessisches Jahrbuch für Landesgeschichte 2 (1952), p. 79-133 ; Heinz Lieberich, « Die gelehrten Räte. Staat und Juristen in Baiern in der Frühgeschichte der Rezeption » Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte 27 (1964), p. 120-189.

7 Concernant le concept d’ « élite », voir Hans P. Dreitzel, Elitebegriffund Sozialstruktur. Eine soziologische Begriffsanalyse, Göttinger Abhandlungen zur Soziologie unter Einschluß ihrer Grenzgebiete 6, Stuttgart, 1962 ; T.B. Bottomore, Elite und Gesellschaft. Eine Übersicht über die Entwicklung des Eliteproblems, Munich, 1974 ; Anja Victorine Hartmann, « Kontinuitäten oder revolutionärer Bruch ? Eliten im Übergang vom Ancien Régime zur Moderne. Eine Standortbestimmung » Zeitschrift für Historische Forschung 25 (1998), p. 401-416. Dans une perspective comparable à l’échelle européenne, voir Wolfgang Reinhard (dir.), Power Elites and State Building, Oxford/N.Y., 1996 et centré sur une région : Wolfgang Hartung, « Eliten in der Region. Überlegungen zu Begriff und Erkenntniswert » dans Wolfgang Hartung, Alois Niederstätter (dir.), Eliten im vorindustriellen Vorarlberg, Untersuchungen zur Strukturgeschichte Vorarlbergs 3, Dornbirn, 1994, p. 9-19.

8 L’analyse synoptique des cours des Habsbourg demeure à faire. Voir Grete Klingenstein, « Der Wiener Hof in der Frühen Neuzeit. Ein Forschungsdesiderat » Zeitschriftfür historische Forschung 22 (1995), p. 237-245, et les premiers résultats du groupe de travail « Höfe des Hauses Habsburg » de l’Österreichische Akademie der Wissenschaften dans Frühneuzeit-Info 12 (2001), cahier 2. – Jusqu’à présent faisaient référence les vues d’ensemble de Volker Press, « The Habsburg Court as Center of the Imperial Government » Journal of Modern History 58 (1986, Suppl.), p. 23-45 et Jeroen Duindam, « The Archduchy of Austria and the Kingdoms of Bohemia and Hungary. The Court of the Austrian Habsburgs c. 1500-1750 », dans John Adamson (dir.), The Princely Courts of Europe. Ritual, Politics and Culture Under the Ancien Régime 1500-1750, Londres, 1999, p. 165-187.

9 Pour une justification plus détaillée des critères de sélection se reporter à Heinz Noflatscher, Räte und Herrscher. Politische Eliten an den Habsburgerhöfen der österreichischen Länder 1480-1530, Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz 161 = Beiträge zur Sozial-und Verfassungsgeschichte des Alten Reiches 14, Mayence, 1999, p. 2-11, sur lequel cet article s’appuie. Le lecteur y trouvera également des informations supplémentaires sur les personnages évoqués ici et des références bibliographiques plus détaillées. Les études comparables consacrées aux autres cours des Habsbourg manquent toujours.

10 Les concepts de pouvoir, plus statique, et d’influence, plus dynamique, seront ici employés comme synonymes. À propos du concept de pouvoir, voir K. Lichtblau, « Machttheorien vom deutschen Idealismus bis zur Gegenwart » dans Joachim Ritter, Karlfried Gründer (dir.), Historisches Wörterbuch der Philosophie, t. 5, Darmstadt, 1980, p. 604-617 ; Karl-Georg Faber, Karl-Heinz Ilting, Christian Meier, « Macht, Gewalt », dans Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, t. 3, Stuttgart, 1982, p. 817-935.

11 En ce qui concerne la France, voir notamment Robert R. Harding, Anatomy of a Power Elite. The Provincial Governors of Early Modern France, New Haven-Londres, 1978.

12 Le concept d’ « élite politique » est utilisé ici de manière plurielle. Voir également Heinz Schilling, « Wandlungs-und Differenzierungsprozesse innerhalb der bürgerlichen Oberschichten West-und Nordwestdeutschlands im 16. und 17. Jahrhundert » dans Marian Biskup, Klaus Zernack (dir.), Schichtung und Entwicklung der Gesellschaftin Polen und Deutschland um 16. und 17. Jahrhundert. Parallelen, Verknüpfungen, Vergleiche, Vierteljahrschriftfür Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, Beiheft74, Wiesbaden, 1983, p. 124-125.

13 Critères retenus pour évaluer le pouvoir décisionnaire : influence lors des décisions importantes ; pour évaluer la réputation : prestige ; pour évaluer la position : position formelle dans la hiérarchie administrative ainsi que proximité avec le roi ou le prince. Ces trois méthodes ont été présentées par Ursula Hoffmann-Lange, « Wer gehört zur Machtelite der Bundesrepublik ? Ergebnisse einer Elitestudie von 1981 » dans Hans-Georg Wehling (dir.), Eliten in der Bundesrepublik Deutschland, Stuttgart-Berlin-Cologne, 1990, p. 164-165, ainsi que dans Eliten, Macht und Konflikt in der Bundesrepublik, Opladen, 1992, p. 354-359.

14 Voir par exemple Peter Moraw, « Personenforschung und deutsches Königtum » dans Zeitschriftfür historische Forschung 2 (1975), p. 7-18 ; Françoise Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986 ; Jean-Philippe Genet (dir.), L’État moderne et les élites, XIIIe - XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique (Publications de la Sorbonne. Histoire moderne 36), Paris, 1996, ainsi que pour le XVIe siècle Wolfgang Reinhard (dir.), Augsburger Eliten des 16. Jahrhunderts. Prosopographie wirtschaftlicher und politischer Führungsgruppen 1500-1620, Berlin, 1996.

15 Voir aussi Goetz, « Geheime Ratgeber... », art. cit.

16 Pour une définition du concept et de son importance à l’époque moderne, voir Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. Verflechtung als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen. Römische Oligarchie um 1600, Munich, 1979, p. 35-36 ; Gerhard Fouquet, « Verwandtschaft, Freundschaft, Landsmannschaft, Patronage um 1500 » dans Ferdinand Seibt, Winfried Eberhard (dir.), Europa 1500. Integrationsprozesse im Widerstreit. Staaten, Regionen, Personenverbände, Christenheit, Stuttgart, 1987, p. 349-367.

17 Pour une différenciation régionale des zones d’influences de la cour de Frédéric III, voir avant tout Paul-Joachim Heinig (dir.), Kaiser Friedrich III. (1440-1493) in seiner Zeit. Studien anläßlich des 500. Todestages am 19. August1493/1993, Forschungen zur Kaiser-und Papstgeschichte des Mittelalters 12, Cologne, 1993 (Beiträge zu « Politik und Landschaft ») ; ainsi que du même auteur : Kaiser Friedrich III. (1440-1493). Hof, Regierung und Politik, Cologne-Weimar-Vienne, 1997, p. 150-564 et p. 880-1316.

18 Sur les relations entre Augsbourg et les cours des Habsbourg, voir aussi Peter Steuer, Die Außenverflechtung der Augsburger Oligarchie von 1500-1620. Studien zur sozialen Verflechtung der politischen Führungsschicht der Reichsstadt Augsburg, Augsbourg, 1988.

19 Voir par exemple Wilfried Ehbrecht (dir.), Städtische Führungsgruppen und Gemeinde in der werdenden Neuzeit, Städteforschung, Reihe A/9, Cologne-Vienne, 1980 (qui concerne avant tout l’espace hanséatique) ; Heinz Schilling, « Wandlungs-und Differenzierungsprozesse... », art. cit., p. 121-173.

20 Les anoblissements sous Frédéric III et Maximilien Ier ont encore peu été étudiés. Pour la Bavière, voir Erwin Riedenauer, « Das Herzogtum Bayern und die kaiserlichen Standeserhebungen des späten Mittelalters. Zur Frage einer habsburgischen Adelspolitik im Reich », Zeitschriftfür bayerische Landesgeschichte 36 (1973), p. 600-644.

21 Se référer à Heinz Noflatscher, Räte und Herrscher..., op. cit., p. 149-152.

22 Le rôle politique des femmes dans le quotidien à la cour semble en particulier avoir été peu étudié. Voir cependant Otto Borst(dir.), Frauen bei Hof, Stuttgarter Symposion 6, Tübingen, 1998; Jan Hirschbiegel (dir.), Das Frauenzimmer. Die Frau bei Hofe in Spätmittelalter und früher Neuzeit, Residenzenforschung 11, Sigmaringen, 2000 et surtout Barbara Vogel, « Eliten – ein Thema für die Frauenforschung ? » dans Günther Schulz (dir.), Frauen auf dem Weg zur Elite, Deutsche Führungsschichten in der Neuzeit 23, München, 2000, p. 15-40.

23 Margarete Ortwein, Der Innsbrucker Hof zur Zeit Erzherzog Sigmunds des Münzreichen. Ein Beitrag zur Geschichte der materiellen Kultur, Phil. Diss. Innsbruck, 1936 ; Margarete Köfler/Silvia Caramelle, Die beiden Frauen des Erzherzogs Sigmund von Österreich – Tirol, Schlern-Schriften 269, Innsbruck, 1982 ; Wilhelm Baum, Sigmund der Münzreiche. Zur Geschichte Tirols und der habsburgischen Länder im Spätmittelalter, Bozen, 1987.

24 Die Chronik der Grafen von Zimmern, édité par Hansmartin Decker-Hauff, t. 2, Constance-Stuttgart, 1966, p. 310.

25 Sur les pratiques de la cour romaine, se référer à l’étude novatrice de Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen..., op. cit.

26 L’œuvre fondatrice pour la recherche des interdépendances territoriales des élites politiques bourgeoises au XVIe siècle était Demandt, « Amt und Familie… », art. cit.

27 Agnès Fine, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, 1994.

28 Victor von Kraus (dir.), Maximilians I. vertraulicher Briefwechsel mit Sigmund Prüschenk Freiherrn zu Stettenberg, Innsbruck, 1875, p. 28-30.

29 Michael à Sigmund von Wolkenstein, Vienne, 1 er septembre 1480 ; Germanisches Nationalmuseum, Archiv Wolkenstein, Fasc. 16.

30 À propos de l’argument de l’« utilité financière » [des conseillers de cour] précisément sous Maximilien Ier, voir Manfred Hollegger, « Zur „ Beamtenethik“um 1500. Standards von Räten, Beamten, Amtleuten und Dienern Maximilians I. », dans Herwig Ebner, HorstHaselsteiner, Ingeborg Wiesflecker-Friedhuber (dir.), Geschichtsforschung in Graz, Graz, 1990, p. 142-143.

31 Voir Ilja Mieck (dir.), Ämterhandel im Spätmittelalter und im 16. Jahrhundert, Einzelveröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin 45, Berlin, 1984 (en particulier les contributions de Wolfgang Ribbe et Reinhard Heydenreuter) ; ainsi que Maurice Aymard, Marzio A. Romani (dir.), La cour comme institution économique, Paris, 1998 (en particulier les études de Miguel Angel Ladero Quesada, Mia J. Rodríguez-Salgado et Guido Guerzoni).

32 29 novembre 1506, Státní archiv Dĕčín, Rodinný archiv Thun-Hohensteinů, I/G X/9.

33 Voir en particulier Gerhard Fouquet, Das Speyerer Domkapitel im späten Mittelalter (ca. 1350-1540). Adlige Freundschaft, fürstliche Patronage und päpstliche Klientel, Quellen und Abhandlungen zur mittelrheinischen Kirchengeschichte 57, t. 1-2, Mayence, 1987 ; Hélène Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa : secoli xiii-xvi, Modène, 1992.

34 Voir aussi l’augmentation significative de la fréquence des mariages au sein de la noblesse de Basse et Haute-Autriche dans la première moitié du XVIe siècle rapportée par Michael Mitterauer, « Zur Frage des Heiratsverhaltens im österreichischen Adel » dans Heinrich Fichtenau, Erich Zöllner (dir.), Beiträge zur neueren Geschichte Österreichs, Vienne-Cologne-Graz, 1974, tableau 5.

35 Voir Norbert Conrads, Ritterakademien der Frühen Neuzeit. Bildung als Standesprivileg im 16. und 17. Jahrhundert, Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften 21, Göttingen, 1982; Rainer A. Müller, « Aristokratisierung des Studiums ? Bemerkungen zur Adelsfrequenz an süddeutschen Universitäten im 17. Jahrhundert » Geschichte und Gesellschaft 10 (1984), p. 31-46; Klaus Malettke, Jürgen Voss (dir.), Humanismus und höfisch-städtische Eliten im 16. Jahrhundert, Pariser historische Studien 27, Bonn, 1989; Rudolf W. Keck, Erhard Wiersing, Klaus Wittstadt (dir.), Literaten ‒ Kleriker ‒ Gelehrte. Zur Geschichte der Gebildeten im vormodernen Europa, Beiträge zur historischen Bildungsforschung 15, Cologne-Weimar-Vienne, 1996 ; Rainer Christoph Schwinges (dir.), « Gelehrte im Reich. zur Sozial-und Wirkungsgeschichte akademischer Eliten des 14. bis 16. Jahrhunderts » Zeitschrift für historische Forschung, Beiheft 18, Berlin, 1996.

36 Peter Moraw, « Der Lebensweg der Studenten », dans Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, t. 1, Munich, 1993, p. 247.

37 Heinz Noflatscher, « Migration von Intellektuellen. Franken im königlichen Dienstum 1500 » Jahrbuch für Fränkische Landesforschung 55 (1995), p. 1-19.

38 Ibid., « Schwaben in Österreich an der Wende zur Neuzeit. Personen, Familien, Mobilität » dans Franz Quarthal, Gerhard Faix (dir.), Die Habsburger im deutschen Südwesten. Neue Forschungen zur Geschichte Vorderösterreichs, Stuttgart, 2000, p. 321-340.

39 Pour la Franconie, se reporter à l’excellent travail de Reinhard Jakob, Schulen in Franken und in der Kuroberpfalz 1250-1520. Verbreitung ‒ Organisation ‒ Gesellschaftliche Bedeutung, Wiesbaden, 1994.

40 Kothe, Fürstlicher Rat..., op. cit., p. 28, p. 40-41 ; Maximilian Lanzinner, Fürst, Räte und Landstände. Die Entstehung der Zentralbehörden in Bayern 1511-1598, Göttingen, 1980, p. 196 ; Dieter Stievermann, « Die gelehrten Juristen der Herrschaft Württemberg im 15. Jahrhundert. Mit besonderer Berücksichtigung der Kleriker-Juristen in der ersten Jahrhunderthälfte und ihre Bedeutung für das landesherrliche Kirchenregiment » dans Roman Schnur (dir.), Die Rolle der Juristen bei der Entstehung des modernen Staates, Berlin, 1986, p. 254-255.

41 Peter Moraw, « The Court of the German Kings and of the Emperor at the End of the Middle Ages 1440-1519 » dans Ronald Asch, Adolf M. Birke (dir.), Princes, Patronage and the Nobility. The Court at the Beginning of the Modern Age, Londres, 1991, p. 113-114; Heinig, Kaiser Friedrich III…, op. cit., p. 540.

42 Voir aussi Hanns-Peter Bruchhäuser, Kaufmannsbildung im Mittelalter. Determinanten des Curriculums deutscher Kaufleute im Spiegel der Formalisierung von Qualifizierungsprozessen, Dissertationen zur Pädagogik 3, Cologne-Vienne, 1989.

43 Antoni Mączak (dir.), Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Schriften des Historischen Kollegs : Kolloquien 9, Munich, 1988 ; Gunner Lind, « Great Friends and Small Friends : Clientelism and the Power Elite » dans Wolfgang Reinhard (dir.), Power Elites..., op. cit., p. 131-147.

44 Maximilian Lanzinner, Fürst..., op. cit., p. 131-132.

45 Voir les travaux de Pierre Bourdieu (basés sur la société française contemporaine) dans Helmut Köhler (dir.), Titel und Stelle. Über die Reproduktion sozialer Macht, Francfort-sur-le-Main, 1981.

46 Voir l’article de Wolfgang Reinhard, « Oligarchische Verflechtung und Konfession in oberdeutschen Städten » dans Antoni Mączak, Klientelsysteme..., op. cit., p. 47-62.

47 Sans que ne soient considérées les personnes en elles-mêmes, ni à quel ordre elles appartiennent », Sigmund Adler, Die Organisation der Centralverwaltung unter Kaiser Maximilian I., Leipzig, 1886, p. 294.

48 Christine Niederkorn, Der Hof Maximilians I. und das höfische Leben. Ein Beitrag zur höfischen Kulturgeschichte., Phil. Diss. Graz, 1985; Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, t. 1-5, Munich-Vienne, 1971-1986; Jan-Dirk Müller, Gedechtnus. Literatur und Hofgesellschaftum Maximilian I., Munich, 1982.

49 Voir Rotraud Hyden, Zyprian von Serntein im Dienste Kaiser Maximilians I. in den Jahren 1490-1508, Phil. Diss. Graz, 1973, p. 66-67; Noflatscher, Räte und Herrscher..., op. cit., p. 190.

50 Voir Georg von Ehingen, Reisen nach der Ritterschaft, éd. Gabriele Ehrmann, Göppingen, 1979.

51 Niklas Ziegler à Guillaume IIe de Ribeaupierre, Barr, 18 mars 1525 ; Archives Départementales du Haut-Rhin, 2 E 556

52 16 (?) novembre 1497, Churburg ; Fürstenbergisches Urkundenbuch, Fürstliches Hauptarchiv in Donaueschingen, t. 4, Tübingen, 1879, p. 183.

53 Voir le compte-rendu du 7 e colloque de la Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen (tenu les 23-26 septembre 2000 à Celle) : Werner Paravicini, Jörg Wettlaufer (dir.), Erziehung und Bildung bei Hofe, Residenzenforschung 13, Stuttgart, 2002.

54 Lettre à Sigmund v. Thun, Rocken (Castel Rocco) 1 er juin 1517 ; StA Dĕčín, Rodinný archiv Thun-Hohensteinů, II/G X/9.

55 Jürgen Bücking, « Das Geschlecht Stürtzel von Buchheim (1491-1790). Ein Versuch zur Sozial-und Wirtschaftsgeschichte des Breisgauer Adels in der frühen Neuzeit » Zeitschriftfür die Geschichte des Oberrheins N.F. 79 (1970), p. 239-278.

56 Lothar Gross (dir.), Die Reichsregisterbücher Kaiser Karls V., Lieferung 1-7, Vienne-Leipzig, 1913-1930, N. 2818.

57 Erich Egg, « Die Fieger », dans Schloß Friedberg und die Fieger in Tirol, Bozen-Innsbruck-Vienne, 1987, p. 45-46; on trouve des cas similaires dans Werner Paravicini, « Soziale Schichtung und soziale Mobilität am Hof der Herzöge von Burgund » Francia 5 (1977), p. 152.

58 Hansjörg Rizzolli, Behörden-und Verwaltungsorganisation Tirols unter Ferdinand I. in den Jahren 1540-1564, Phil. Diss. Innsbruck 1975, p. 34.

59 Voir Gerhard Rill, Fürstund Hof in Österreich. Von den habsburgischen Teilungsverträgen bis zur Schlacht von Mohács (1521/22 bis 1526), Forschungen zur europäischen und vergleichenden Rechtsgeschichte 7, 1-2, t. 1-2, Vienne-Cologne-Weimar, 1993-2003; Christopher F. Laferl, Die Kultur der Spanier in Österreich unter Ferdinand I. (1522-1564), Vienne, 1997.

60 Voir Press, « Führungsgruppen... », art. cit., p. 60.

61 Alois Zauner, « Das Städtewesen im Lande ob der Enns » dans Wilhelm Rausch (dir.), Die Stadt am Ausgang des Mittelalters, Linz, 1974, p. 117. Sur les pratiques à la cour anglaise du XVe siècle, voir Ralph A. Griffiths, « The King’s Court During the Wars of the Roses » dans Asch et Birke (dir.), Princes..., op. cit., p. 57-60.

62 Hartmann Joseph Zeibig, « Der Ausschuss-Landtag der gesammten österreichischen Erblande zu Innsbruck 1518 », Archiv für österreichische Geschichte 13 (1854), p. 239, 295; Wiesflecker, Maximilian I..., op. cit., t. 4, p. 318.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Maximilien Ier (1459-1519), 1518, Albrecht Dürer, dessin au crayon, Albertina.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2 > Cardinal Matthäus Lang (1468-1540), 1522, Albrecht Dürer, dessin à la plume, Albertina.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3 > Florian Waldauf (vers 1445-1510), 1504-1505, Marx Reichlich, côté gauche de l’autel (face externe, détail). [Château d’Hasegg, Hallen Tyrol]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 4 > Friedrich von Sachsen (1463-1525) [Frédéric (III) de Saxe], 1507, Lucas Cranach, huile sur bois (détail). [Germ. Nationalmuseum] En 1497-1498, L’Électeur [de Saxe] fut le premier gouverneur du nouveau Conseil aulique (Hofrat) à la Cour de Maximilien.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Origine sociale des premiers conseillers auprès du prince 1480-1530
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 > Le Conseil distancié. Le monarque discute avec les conseillers du mariage de sa fille : « […] il fit appeler au Conseil/tous ses conseillers […] », Leonhard Beck. [Source : tiré de (Maximilien Ier), Theuerdank, Nuremberg, 1517. BSB, Rar. 325a, ill. 2]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 6 >Le Conseil dans la hâte. Deux proches conseillers en compagnie du monarque travaillant au cours deson repas, vers1508-1510, Albrecht Altdorfer(?), dessin à la plume et aquarelle [Source : tiré de Joseph Grünpeck, Die Historia Friderici et Maximiliani, HHStA, HS Böhm Nr. 24, f° 79r°]. L’auteur Grünpeck fut chapelain de Cour et secrétaire de Maximilien Ier entre 1498 et 1501.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 7 > Le Conseil (rathigung) agité. Débats en cercle le plus restreint : guerre ou paix ? Vers 1514, Leonhard Beck, gravure.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7824/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

Auteur

Universität Innsbruck

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search