Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Le Conseil du roi de Hongrie (1458-1559)

Dénes Harai

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire mouvementée de ce pays à l’époque moderne, voir Claude Michaud, Entre croisades et r (...)
  • 2 Les prénoms des personnages historiques hongrois ont été francisés.

1Le Conseil du roi de Hongrie (1458-1559) L’histoire du Conseil du roi de Hongrie aux XVe et XVIe siècles est indissociable des vicissitudes de l’histoire politique qui affectent l’un des plus grands royaumes de l’Europe centrale1. Le règne de Mathias Ier Hunyadi (1458-1490) constitue la dernière époque glorieuse de la Hongrie médiévale dont profitent encore – tant bien que mal – Vladislas II Jagellon (1490-1516) et son fils, Louis II (1516-1526)2. La mort de ce dernier à la bataille de Mohács, perdue contre les Turcs, ouvre une crise politique régionale majeure. En 1526, deux rois sont élus et couronnés par deux diètes différentes mais toujours conformes aux lois qui régissent le choix et d’intronisation des souverains de Hongrie : il s’agit, d’une part, de Jean Szapolyai (1526-1540), voïvode de Transylvanie et conseiller du roi de Hongrie au début du XVIe siècle, et, de l’autre de Ferdinand Ier de Habsbourg (1526-1564). Cette double élection presque simultanée dédouble le royaume de Hongrie : il y a désormais deux rois, deux États et deux Conseils qui se font la guerre. Szapolyai est soutenu par le sultan Soliman Ier tandis que Ferdinand Ier est appuyé par Charles Quint. Le Conseil de Szapolyai et celui de son fils – Jean Sigismond Szapolyai (1540-1571) – siègent à Buda jusqu’à la prise de la ville par les Turcs (1541), date à laquelle il s’installe en Transylvanie sous la régence d’Isabelle Jagellon, veuve de Szapolyai. En ce qui concerne le Conseil de Ferdinand, il est installé à Presbourg et perd progressivement de ses compétences au cours de la période étudiée à cause de la mainmise de certains Conseils impériaux viennois sur les affaires diplomatiques, militaires et financières relatives à la Hongrie. Les épisodes marquants de l’histoire du Conseil du roi de Hongrie ont déjà été abordés par l’historiographie mais celle-ci n’a pas encore traité le sujet dans sa globalité et sa complexité. Ce chapitre entend combler cette lacune en synthétisant les résultats des travaux existants et en relisant des sources connues mais peu ou pas exploitées. Quelques lettres, chroniques et mémoires contribueront à comprendre la manière dont les bouleversements politiques ont transformé l’organisation et le fonctionnement du Conseil du roi de Hongrie au tournant des XVe et XVIe siècles.

LE CONSEIL DU ROI DE HONGRIE À LA FIN DU MOYEN ÂGE (1458-1526)

  • 3 M. Istvánffy, Istvánffy Miklós magyarok dolgairól írt históriája [Historiarum de rebus Ungaricis li (...)

2Le roi de Hongrie – comme tous ses homologues européens – est entouré d’un Conseil qui l’aide dans les tâches gouvernementales, diplomatiques et militaires. Si les décisions royales sont souvent données in Consilio, le mot « Conseil » n’est pas aussi fréquemment utilisé que l’expression « les prélats et les barons » pour désigner l’institution. C’est ainsi que les plus éminents de ceux qui doivent conseil au roi deviennent synonyme de l’institution dans le cadre de laquelle les avis émis ont une résonance particulière, bien différente de celle des suggestions que les uns et les autres formulent en dehors du Conseil à l’attention du souverain : ce dernier n’est officiellement tenu d’entendre que les avis donnés au sein du Conseil convoqué par lui mais, même dans ce cas-là, il n’est nullement tenu d’en tenir compte3. Le rôle du Conseil est donc généralement consultatif. Cependant, les moments de faiblesse monarchique peuvent provisoirement accroître l’importance du Conseil ou conférer à l’institution un véritable rôle dans la gestion des affaires. Les lendemains de l’avènement de Mathias et de Vladislas II en donnent une bonne illustration.

  • 4 A. Bonfini, Rerum Ungaricarum Decades [Bâle, 1568], III, 10, 275. Le renvoi à l’ouvrage de Bonfini (...)
  • 5 Ibid., III, 10, 280.
  • 6 Le comitat (comitatus) « était un territoire groupé autour d’un château fort où résidait » le comte (...)
  • 7 E. Mályusz, « A magyar rendi állam Hunyadi korában (1) », Századok, 91, no 1-4, 1957, p. 33. « A ma (...)
  • 8 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, t. 2, Rennes, 2008, p. 216-217.

3Élu roi par une diète le 24 janvier 1458, Mathias ne peut pas être couronné car la couronne est détenue par l’empereur Frédéric III (1452-1493). Pour compléter sa légitimité, le nouveau roi a besoin du couronnement et confie à Jean Vitéz, évêque de Várad, la mission de racheter la couronne pour 70 000 florins. À peine le principal conseiller du roi récemment élu est-il entré en contact avec la Cour de Vienne, que les prélats et les barons rappellent à Mathias que le Conseil doit donner son accord pour entamer des négociations et conclure des traités avec une puissance étrangère4. Le roi fait donc appel à l’assemblée des prélats et des barons qui décide de confier à un comité la mission précédemment donnée à l’évêque de Várad. Selon Bonfini, le comité est composé de sept conseillers parmi lesquels se trouvent quelques-uns des plus hauts dignitaires du royaume5. Jean Vitéz, évêque de Várad, y figure en tant que principal conseiller de Mathias. Étienne Várday, archevêque de Kalocsa et l’un des principaux personnages du Conseil, y représente le premier ordre du royaume. Nicolas Újlaki, voïvode de Transylvanie, ban de Macsó et comte des Sicules, est choisi pour représenter les barons. Le cumul des premières charges de trois provinces dote cet aristocrate d’une force politique considérable et d’une grande richesse qui permet de le présenter comme l’un des plus grands seigneurs du royaume. En ce qui concerne Émeric Szapolyai, ce noble est responsable de l’aspect financier de la mission en sa qualité de trésorier royal. L’aspect juridique des négociations a également son spécialiste en la personne de Ladislas Pálóczi, juge du royaume. Benedek Thuróczy, comes du comitat de Varasd6, et Frédéric Lamberger, seigneur de Csáktornya, ne doivent probablement leur présence qu’à la place qu’ils ont tenue à la Cour de Ladislas V de Habsbourg, roi de Hongrie (1440-1457), en tant que familiers d’Ulrich Cillei, gouverneur de Hongrie en 14567. L’utilisation de ces deux hommes favorablement vus dans l’entourage du cousin défunt de l’empereur Frédéric III est destinée à faciliter les longues négociations. Celles-ci n’aboutissent qu’en juillet 1463. Dans le traité de Wienerneustadt, Frédéric III vend la couronne à Mathias pour 80 000 florins en même temps que la ville de Sopron « mais il [peut] continuer d’utiliser le titre de roi de Hongrie qui lui [a] été conféré en 1459 », au cours d’une révolte nobiliaire à laquelle Nicolas Újlaki n’est pas étranger depuis juillet 14588. Par conséquent, la liste des membres du comité donnée par Bonfini doit être antérieure à l’été 1458, même si Újlaki bénéficie d’une grâce royale après son engagement plus que téméraire. Mécontentés par les lois que Mathias fait adopter au cours des premières années de son règne en faveur de la moyenne noblesse, les barons – à l’image de Újlaki – se réconcilient avec le roi après le couronnement de ce dernier à Székesfehérvár (29 mars 1464).

  • 9 Gy. Szerémi, Szerémi György, II. Lajos és János királyok házi káplánja, emlékirata Magyarország rom (...)
  • 10 A. Bonfini, op. cit., IV, 8, 215.

4Le comité de 1458 qui est chargé de ramener la couronne apparaît comme l’émanation du Conseil car il est créé par le roi à la demande du Conseil en faisant appel aux membres du Conseil. Il s’agit là d’une création exceptionnelle qui illustre la place cardinale qu’assume la première des institutions royales lorsqu’il est question de la couronne. C’est donc sans surprise que le Conseil prétend assurer la régence pendant les quelques mois d’interrègne, entre le décès de Mathias (6 avril 1490) et l’élection de Vladislas II comme roi de Hongrie (15 juillet 1490). Cette régence est cependant conflictuelle en raison de l’identité de l’héritier de la couronne. Mathias n’a aucun héritier légitime mais seulement un fils bâtard nommé Jean Corvin (1473-1504). Au lendemain de la mort de Mathias, les conseillers lui prêtent serment en le reconnaissant comme leur souverain par intérim, en attendant la réunion de la Diète chargée d’élire un nouveau roi9. Ils décident également – avec l’accord de la reine mère Béatrice d’Aragon (mariée à Mathias en 1476) – de confier à Corvin le château de Buda, les biens de Mathias et les clefs du trésor royal qui contiendrait pas moins de 400 000 florins. Le Conseil se charge de la pompe funèbre de Mathias en organisant des obsèques symboliques à Vienne, ville dont le roi fait sa capitale après l’avoir conquise en 1485, et des obsèques réelles à Székesfehérvár (25 avril), lieu du couronnement et nécropole des rois de Hongrie au Moyen Âge10. Le Conseil convoque la Diète pour le 28 mai afin de choisir un nouveau roi. Le 17 juin, les prélats et les barons convainquent Corvin de renoncer au trône en échange des titres de roi de Bosnie et de prince de Slavonie. Cependant, encouragé par ses familiers, Corvin veut revenir sur cet accord en prenant les armes contre le Conseil dont les troupes écrasent l’armée du prince à la bataille de Csontmező (4 juillet).

  • 11 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 219.
  • 12 Istvánffy M., op. cit., p. 38.
  • 13 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 378.

5La Diète peut maintenant passer à l’élection du nouveau roi : Vladislas II, roi de Bohême. Prétendants déçus par ce choix, Jean Ier Albert Jagellon, prince polonais, et Maximilien Ier, roi des Romains (1486-1493), ne tardent pas à ouvrir les hostilités contre le roi de Hongrie fraîchement élu. Vladislas envoie Étienne Fodor, évêque de Szerém, et Johan Sullenberg, chancelier de Bohême, auprès du souverain habsbourgeois pour lui proposer de venir à bout des différends non pas par les armes mais par la négociation. Maximilien refuse la proposition du conseiller hongrois et du conseiller tchèque en évoquant l’une des clauses du traité de Wienerneustadt (1463) qui stipule qu’au cas où Mathias mourrait sans héritier légitime, le trône de Hongrie devrait revenir à la maison de Habsbourg11. Cette réponse pousse le Conseil à conseiller à Vladislas de se faire couronner à Székesfehérvár avant de prendre les armes contre l’envahisseur12. À cette occasion, comme souvent sous son règne, Vladislas suit l’avis du Conseil. L’institution en question devient plus influente qu’elle ne l’était sous Mathias et parvient même à accroître son influence sous le règne de Louis II qui est mineur lorsqu’il hérite du royaume au décès de son père en 1516. La Diète réunie à la Saint-Georges (24 avril) désigne un Conseil de gouvernement de vingt-huit membres présidé par le cardinal Thomas Bakócz, archevêque d’Esztergom et l’un des principaux conseillers du roi défunt. Jean Bornemisza et Georges de Brandebourg, deux autres conseillers très écoutés de Vladislas, sont chargés d’assurer l’éducation de Louis II, alors âgé de dix ans13.

  • 14 A. Bonfini, op. cit., IV, 7, 65 et 90.
  • 15 Ibid., IV, 7, 1-5.
  • 16 Ibid., IV, 7, 60.
  • 17 Ibid., IV, 9, 205.
  • 18 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 220, 231.

6Ces quelques exemples montrent la place incontournable du Conseil du roi de Hongrie qui confère à l’institution de nombreuses prérogatives, énoncées ou réaffirmées en 1485 et en 1490. Le Conseil possède une salle de réunion qui lui est réservée au palais royal de Buda. La salle est gardée et son entrée strictement surveillée. Les personnes qui auraient la hardiesse d’y pénétrer sans invitation doivent payer cent florins d’or et risquent une poursuite judiciaire14. Le Conseil doit être consulté sur les questions diplomatiques et militaires comme nous l’avons vu au lendemain de l’avènement de Mathias. Les Diètes doivent être convoquées par le roi avec l’accord du Conseil15. Le roi doit nommer le comes d’un comitat parmi les nobles du comitat concerné après avoir consulté le Conseil16. Le roi de Hongrie ne peut pas nommer des conseillers qui ne sont pas hongrois. Les conseillers étrangers qui se trouvent aux côtés du roi à cause des intérêts étrangers de ce dernier (les conseillers tchèques de Vladislas II et de Louis II, rois de Bohême en même temps que rois de Hongrie) se voient interdire l’accès au Conseil lorsque des affaires purement hongroises y sont à l’ordre du jour. Le roi ne peut pas dépenser l’argent du trésor sans avoir consulté le Conseil17. Le roi ne peut pas faire juger des traîtres issus de la noblesse sans la participation du Conseil. Les membres de cette institution obtiennent même le droit d’intervenir dans la nomination des prélats et des barons18. La liste des prérogatives montre la force du Conseil et son désir d’être associé au gouvernement aussi souvent que possible. L’étude de la composition et du fonctionnement du Conseil permet de voir la mise en pratique des prérogatives susmentionnées.

La composition du Conseil

7Le Conseil réunit – comme nous l’avons indiqué plus haut – des prélats et des barons issus de la haute noblesse. Outre ces deux groupes dominants, les représentants de la moyenne noblesse y siègent en tant qu’assesseurs à partir de la fin du XVe siècle. Les secrétaires du roi ont également le droit d’accéder au Conseil.

Les prélats

  • 19 Ibid., p. 224. E. Fügedi, Uram királyom… A xv. századi Magyarország hatalmasai, Budapest, Gondolat (...)
  • 20 G. Marzio, Martius Galeot könyve Mátyás király jeles, bölcs és elmés mondásai és tetteiről [De egre (...)

8Le groupe des prélats compte treize membres ordinaires : deux archevêques (ceux d’Esztergom et de Kalocsa), dix évêques (ceux de Csanád, d’Eger, de Győr, de Pécs, de Szerém, de Transylvanie, de Zagreb, de Vác, de Várad et deVeszprém) et un prévôt (celui de Székesfehérvár). Galeotto Marzio décrit ces hommes comme de véritables princes à cause de la richesse de leurs évêchés dont le revenu annuel total est estimé à environ 200 000 florins19. Cette fortune permet aux prélats de tenir une Cour et d’avoir des soldats à l’image de n’importe quel grand seigneur du royaume. Le chroniqueur italien n’oublie pas de mentionner que les représentants du premier ordre du royaume occupent les premières places au Conseil et précédent ainsi les barons auxquels ils sont comparés20. En vertu de son droit de patronage, le roi – entourés de ses conseillers – nomme les prélats que le Saint-Siège est prié de confirmer ultérieurement.

  • 21 E. Fügedi, op. cit., p. 83.
  • 22 M. Istvánffy, op. cit., p. 165.
  • 23 Mathias au pape Paul II, Buda, 7 mars 1465, Mátyás király levelei [désormais Mkl], Fraknói V. (dir. (...)
  • 24 E. Fügedi, op. cit., p. 133.

9Les nominations résultent généralement de calculs politiques et dépendent des rapports de force à la Cour car les charges épiscopales sont susceptibles de s’accompagner de charges politiques, judiciaires ou financières. Le premier exemple est celui du chancelier, dépositaire du grand sceau, et celui du chancelier secret, gardien du sceau secret et l’un des principaux conseillers du roi. Les deux offices sont toujours détenus par des prélats, le plus souvent par les archevêques d’Esztergom et de Kalocsa21. Les cas de Janus Pannonius et de Pierre Beriszló illustrent toute la dimension du cumul des charges. Le premier est évêque de Pécs et président de la cour de justice royale (personalis praesentiæ regiæ in iudiciis locumtenens) dès 1459. Ce célèbre poète humaniste posséde également la charge de ban de Slavonie en 1469-1470. Le second est nommé évêque de Veszprém en 1512, puis ban de Croatie avant d’être fait trésorier du roi en 1514. Il garde ses trois charges jusqu’à sa mort, survenue lors d’un combat livré contre les Turcs en Croatie (1520)22. Pendant plusieurs années, Janus Pannonius et Pierre Beriszló siégent donc au Conseil en tant que prélats et en tant que détenteurs de deux charges baronniales. En ce qui concerne Beriszló, ce prélat croate, originaire de Trogir en Dalmatie, peut être comptabilisé parmi les conseillers hongrois car il est sujet naturel du roi de Hongrie. Il n’en est pas de même pour d’autres prélats de l’époque. Originaire de Silésie, Johan Beckensloer est prévôt de l’évêque de Pécs23, puis évêque de Várad (1466) et d’Eger (1471), avant de devenir archevêque d’Esztergom (1473-1476). Gabriel Rangoni, dit aussi Gabriel de Vérone en raison de sa ville d’origine, est évêque de Transylvanie (1472-1475), puis évêque d’Eger (1475-1486). Originaire de Moravie, Jean Filipec est évêque de Várad (1476-1490). Ces étrangers doivent leur nomination à la méfiance dont témoigne le roi Mathias vis-à-vis des prélats hongrois après la conjuration de 1471 que dirigent Jean Vitéz, prédécesseur de Beckensloer sur le siège archiépiscopal d’Esztergom, et Janus Pannonius, évêque de Pécs24.

  • 25 G. Bartay et E. Bartay, Magyarország prímásai, Buda, 1847, p. 108.
  • 26 Gy. Ráth, « Aragóniai János », Századok, 24, no 4, 1890, p. 328-336, 414-424.
  • 27 M. Istvánffy, op. cit., p. 102.

10Tous les prélats étrangers nommés à cette époque ne sont pas à la hauteur de l’espoir du roi, à commencer par Beckensloer. Après la révélation de ses négociations secrètes avec Frédéric III, cet archevêque d’Esztergom s’enfuit à Vienne en 1476, avec 300 000 florins dans ses bagages25. Mathias tire les leçons de cette trahison et décide de confier le plus important et le plus prestigieux des sièges épiscopaux hongrois à des étrangers qui lui sont liés par des liens de famille. Vacant pendant quatre ans, l’archevêché est donné au cardinal Jean d’Aragon en 1480. Né en 1463, ce prélat italien est le fils cadet de Ferdinand, roi de Naples, et le frère de Béatrice d’Aragon, reine de Hongrie en tant que seconde épouse de Mathias. Le nouvel archevêque séjourne le plus souvent à Rome où il doit promouvoir les intérêts du roi de Hongrie26. Gabriel Rangoni l’a souvent secondé au Saint-Siège. Conseillers de Mathias, les deux prélats italiens sont les meilleurs diplomates que le roi peut envoyer auprès des États et des princes de la péninsule italienne. À la mort de Jean d’Aragon en 1485, le siège archiépiscopal d’Esztergom est donné à Hyppolite d’Este, cousin de Béatrice d’Aragon, âgé seulement de huit ans ! Le choix de Mathias a provoqué la désapprobation du pape Innocent VIII mais les diplomates du roi parviennent finalement à obtenir la dispense d’âge. Pendant la minorité du nouvel archevêque, la majeure partie des revenus de l’archevêché est versée au trésor royal. La vacance du siège archiépiscopal et la nomination de parents absents ou politiquement inactifs permettent à Mathias de neutraliser un danger politique potentiel tout en s’enrichissant et se renforçant. Le revenu annuel de l’archevêque estimé à 25 000 florins nourrit substantiellement le budget royal et la parenté européenne des prélats italiens facilite l’obtention d’un soutien politique à Rome et ailleurs ainsi que le versement des subventions destinées à financer la guerre contre les Turcs. La politique de Mathias porte encore ses fruits au temps des Jagellon : en 1500, Venise et la Papauté offrent à Vladislas II la somme totale de 140 000 florins pour chaque année de campagne27. À cette époque-là, des prélats hongrois succèdent aux étrangers à Esztergom.

  • 28 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 224.
  • 29 Ibid., p. 234.

11Thomas Bakócz, évêque de Győr (1484-1491) puis d’Eger (1491-1498), est archevêque d’Esztergom de 1498 à 1521. Il est suivi de Georges Szatmári (1522-1524), auparavant évêque de Veszprém (1499-1501), de Várad (1501-1505) et de Pécs (1505-1522). Le dernier détenteur du siège archiépiscopal tant envié avant la défaite de Mohács est Ladislas Szalkai (1524-1526) qui sert Dieu et son roi auparavant en tant qu’évêque de Vác (1513-1520), puis d’Eger (1520-1524). Ces prélats ne sont pas seulement tous des Hongrois mais également des roturiers qui accèdent à la noblesse et au Conseil grâce à la carrière ecclésiastique. Bakócz et Szalkai sont fils de paysans alors que Szatmári est issu de la bourgeoisie. Cette tendance du tournant des XVe et XVIe siècles prolonge la politique que suit Mathias dans les nominations épiscopales dans la dernière décennie de son règne. En 1458, à l’avènement du roi, les prélats sont tous nobles, issus majoritairement de la plus haute couche du second ordre28. En revanche, 45 des trente-cinq prélats nommés sous le règne de Mathias sont d’origine étrangère, bourgeoise ou paysanne29. En insérant parmi les prélats des étrangers le plus souvent nobles et des Hongrois majoritairement roturiers, le roi entend briser l’emprise de l’aristocratie hongroise sur le Conseil afin d’imposer plus facilement sa volonté grâce à ses créatures qui ne sont pas toujours fiables pour autant.

  • 30 V. Fraknói, « Váradi Péter kalocsai érsek élete », Századok, 17, no 6, 1883, p. 491-495.

12L’exemple de Pierre Váradi illustre le fait que la création des prélats hongrois d’origine modeste n’est pas toujours plus efficace que la promotion des prélats étrangers. Fils de paysan ou de petit-bourgeois, Pierre Váradi est chanoine d’Esztergom (1465), secrétaire du roi (1475), premier secrétaire du roi (1478), chancelier secret (1479) puis archevêque de Kalocsa et chancelier de Hongrie (1480)30. Suspecté de trahison au profit de Frédéric III, Váradi est emprisonné sur ordre de Mathias entre 1484 et 1490, au château d’Árva puis au château de Visegrád. Ce fait montre à quel point le roi craint même sa créature placée sur le deuxième siège archiépiscopal du pays. La minorité d’Hyppolite d’Este, archevêque d’Esztergom, et la détention de Péter Váradi, archevêque de Kalocsa, permettent à Mathias de ne plus avoir à se préoccuper à la fin de son règne de la conduite souvent imprévisible des titulaires des deux sièges archiépiscopaux.

  • 31 François Perényi est évêque de Transylvanie (1507-1514), puis évêque de Várad (1514-1526).
  • 32 A. Vorbuchner, Az erdélyi püspökség, Brassó, 1925, p. 18, 31-32.
  • 33 E. Fügedi, op. cit., p. 128.

13Toujours très politiques, les nominations des prélats créent parfois des situations délicates lorsqu’un enfant de sept ou huit ans est placé sur un siège archiépiscopal (Hyppolite d’Este à Esztergom en 1485) ou sur un siège épiscopal (François Perényi en Transylvanie en 1507)31, sans parler des situations comiques qui peuvent mettre à mal l’image de l’Église. Par exemple, Ladislas Geréb ne reçoit la prêtrise (1489) que quatorze ans après le début de son service épiscopal en Transylvanie (1475) et il ne dit sa première messe que dans la vingt-troisième année de son épiscopat (1498)32. En ce qui concerne Georges Szatmári, cet ancien évêque de Veszprém (1499-1501) et de Várad (1501-1505) dit sa première messe en 1506 seulement après avoir été nommé évêque de Pécs33. Ces exemples montrent la liberté que les rois de Hongrie de l’époque prennent ou laissent prendre occasionnellement à leurs protégés par rapport aux règles en vigueur à l’intérieur de l’Église.

  • 34 A. Vorbuchner, op. cit., p. 32.
  • 35 G. Bartay et E. Bartay, op. cit., p. 99, 116, 121.

14Les premières places au Conseil, le maintien des privilèges fiscaux, la donation des terres et des bénéfices sont autant d’instruments pour favoriser et fidéliser les prélats dont les rois espérent non seulement le conseil mais aussi l’aide financière et militaire. C’est ainsi que Ladislas Geréb, évêque de Transylvanie, prête 12 000 florins à Vladislas II en 149434. Thomas Bakócz, archevêque d’Esztergom, offre 20 000 florins pour contribuer aux dépenses de guerre contre le Turc au début des années 1500. D’autres prélats laissent au trésor royal des sommes importantes par voie testamentaire : Denis Szécsi, archevêque d’Esztergom (1440-1465), laisse 8 000 florins à l’église cathédrale d’Esztergom alors que Georges Szatmári lègue 60 000 à Louis II pour racheter les villes hypothéquées à l’empereur. L’argent est automatiquement versé dans la caisse de la guerre malgré les dernières volontés des prélats35.

  • 36 A. Kubinyi, « Hungary’s power factions and the Turkish threat in the Jagiellonian period (1490-1526 (...)
  • 37 E. Fügedi, op. cit., p. 117.
  • 38 Ibid., p. 120.
  • 39 Ibid., p. 142.

15Prêteurs potentiels et sources d’argent inespérés aux yeux du roi, les prélats rendent aussi des services militaires importants au royaume. Les membres ecclésiastiques du Conseil détenaient 1 % des châteaux du pays. Suivant la loi de 1498, ils doivent fournir 7 000 cavaliers en temps de guerre. Ce contingent est réparti sur les deux archevêchés et les dix évêchés suivant le nombre de tenanciers que possédent les prélats en tant que seigneurs fonciers. En 1498, un soldat (fantassin ou cavalier) doit être présenté pour vingt tenanciers dans le sud du royaume et pour trente-six tenanciers dans le reste du pays. Cette prescription est modifiée en 1523 lorsque la menace turque devient plus directe. Désormais, un soldat doit être présenté pour dix tenanciers36. Si l’on prend l’exemple de l’archevêque d’Esztergom qui posséde environ 18 000 tenanciers37, le primat de Hongrie doit à l’armée royale 500 soldats selon la loi de 1498 et 1 800 selon celle de 1523. Ces troupes archiépiscopales se composent majoritairement de mercenaires que commande le prélat souvent en personne, entouré d’une centaine de cavaliers nobles qui assurent sa protection rapprochée38. L’archevêque d’Esztergom se trouve également à la tête des troupes levées dans le comitat d’Esztergom dont il est le comes héréditaire en raison de sa charge archiépiscopale. Les évêques de Nyitra, de Veszprém et de Várad sont, eux aussi, aux commandes conjointes des troupes épiscopales et nobiliaires à cause de leur statut de comes héréditaire des comitats de Nyitra, de Veszprém et de Várad39.

  • 40 M. Istvánffy, op. cit., p. 228.
  • 41 Ibid., p. 186-187.

16Les prélats consentent souvent le sacrifice ultime dans le feu du combat contre les Turcs. Pierre Beriszló, évêque de Veszprém, est tué en Croatie en 1520 alors que la moitié des prélats tombe à la bataille de Mohács en 1526 : Ladislas Szalkai, archevêque d’Esztergom, Paul Tomori, archevêque de Kalocsa, François Perényi, évêque de Várad, Blaise Paksi, évêque de Győr, François Csaholi, évêque de Csanád, et Philippe Moré, évêque de Pécs40. Issus majoritairement de la noblesse et conscients de leurs devoirs, ces ecclésiastiques sont préparés au combat. Paul Tomori endosse même le rôle du général en chef que lui ont confié le roi et le Conseil. Cette nomination s’explique par le fait que ce noble était soldat avant d’entrer en religion. Il commandait la cavalerie royale pendant la révolte populaire de 1514 puis remplit la charge de gouverneur du château de Buda, charge baronniale donnant accès au Conseil. Le décès de ses fiancées successives aurait conduit Tomori à devenir moine franciscain au début des années 1520. Voulant placer un homme de Dieu qui sait manier l’épée à la tête de d’archevêché de Kalocsa, proche des frontières menacées par les Turcs, Louis II désigne Tomori comme successeur de Georges Frangepán, décédé en 152241. Le fait que ce soldat-prélat soit choisi comme général en chef de l’armée royale en 1526 montre que le roi ne dispose plus de grands capitaines, issus du groupe des barons, comparables à ceux qui faisaient peur au sultan et à l’empereur sous le règne de Mathias.

Les barons

  • 42 E. Fügedi, op. cit., p. 145.

17Les barons sont des aristocrates auxquels le roi attribue les grands offices de la couronne42. Ceux-ci peuvent être gouvernementaux, curiaux et financiers. Les grands offices comportant les plus grandes charges gouvernementales sont ceux du palatin (Regni Hungariae palatinus), du voïvode de Transylvanie, du juge du royaume (iudex curiae regis) et des bans de Slavonie, de Croatie (Dalmatie comprise mais parfois distinguée) et de Macsó, du comes du comitat de Pozsony ainsi que du comes du comitat de Temes. Le palatin est le deuxième homme du royaume après le roi dont il est le lieutenant dans l’armée. Ce grand officier de la couronne préside également un tribunal qui n’est compétent que dans les procès concernant des nobles. Le voïvode de Transylvanie est le gouverneur politique, militaire et judiciaire de la Transylvanie, province autonome du royaume de Hongrie. Les bans détiennent un pouvoir similaire à la tête des banats situés près des frontières et exposés aux menaces turques.

18Les dignités baronniales liées à la Cour sont celles du chancelier (aulae regiae cancellarius), du maître d’hôtel (magister curiae), de l’huissier de la chambre du roi (magister ianitorum regalium), du chambellan (magister cubicularium), du maître écuyer (magister agazonum regalium), de l’écuyer tranchant (magister dapiferorum), de l’échanson (magister pincernarum), du gouverneur du château de Buda (castellanus castri Budensis) et du proviseur du château de Buda (provisor curiae castri Budensis).

  • 43 Le titre de baron héréditaire n’apparaissait qu’en 1505 et n’était pas fréquemment attribué par les (...)

19Les dignités baronniales liées à l’administration des finances sont celles du trésorier du roi et du maître du trésor de la chambre (magister tavernicorum regalium). Comme le rappelle Erik Fügedi, chacune des dix-neuf dignités baronniales listées confère à son détenteur une épithète (magnificus ou egregius). N’étant pas héréditaires, les grands offices confèrent une dignité baronniale non transmissible43. C’est la raison pour laquelle les sources font la différence entre les « véritables barons » (veri regni Hungariae barones) – ceux étant ou ayant été titulaires d’un grand office conférant la dignité baronniale – et les « fils de baron » (filii baronum) – descendants des véritables barons – qui peuvent être occasionnellement invités au Conseil à cause de la richesse et de la force de leurs familles. Les « véritables barons » peuvent garder le titre de baron et le statut juridique correspondant jusqu’à la mort même s’ils ont cessé d’être grands officiers entre-temps.

  • 44 E. Fügedi, op. cit., p. 188.
  • 45 A. Kubinyi, art. cit., 2004, p. 119.
  • 46 E. Fügedi, op. cit., p. 183.
  • 47 A. Kubinyi, art. cit., 2004, p. 125.
  • 48 Ibid., p. 124

20Les barons (les « véritables », ceux dont il sera exclusivement question ci-après), semblablement aux prélats, peuvent détenir simultanément plusieurs grands offices qui leur permettent de siéger au Conseil du roi44. Il arrive même que des fils ou petit-fils d’anciens barons soient invités au Conseil pour donner leurs avis. Ce fait dénote la force militaire et financière que constituent les familles baronniales dans la seconde moitié du XVe siècle. En 1526, les barons possédent 47 % des châteaux du royaume45. En 1458, Mathias Hunyadi est élu roi de Hongrie grâce aux barons parmi lesquels il est le premier avec vingt-deux châteaux et la plus grande armée privée héritée de son père, le gouverneur Jean Hunyadi46. Le 18 octobre 1523, les barons offrent au roi Louis II 60 000 soldats et 100 canons pour la guerre contre le Turc47. Les barons représentent également une source d’argent importante pour la monarchie : Vladislas II contracte une dette de 80 000 florins auprès d’André Both et de Pierre Beriszló, bans de Croatie au début du XVIe siècle48.

  • 49 E. Fügedi, op. cit., p. 183.
  • 50 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 226.
  • 51 E. Fügedi, op. cit., p. 184.

21Après son élection, Mathias Ier doit se comporter en roi et non plus en baron. Cependant, il ne peut se permettre de léser le groupe dont il est issu et dont la force est supérieure à la sienne : au tournant des années 1450 et 1460, l’armée permanente du roi est composée de 2 500 soldats alors que les barons et les prélats disposent de 12 000 hommes49. Ce rapport de force oblige le roi à s’assurer de la fidélité de la haute noblesse en conférant aux membres de l’aristocratie des dignités baronniales. Les statistiques publiées dans le second tome de l’ Histoire de la Hongrie médiévale sont parlantes50. Entre 1458 et 1464, il y a quarante barons en poste dont vingt-cinq (62,5 %) appartiennent à l’ancienne aristocratie tandis que quinze (37,5 %) sont des hommes nouveaux issus de la moyenne noblesse. Entre 1464 et 1471, nous connaissons l’identité de trente-six barons dont dix-neuf (52,8 %) aristocrates d’ancienne couche et dix-sept (47,2 %) hommes nouveaux. Entre 1471 et 1490, il y a trente-huit barons en fonction dont vingt anciens (52,6 %) et dix-huit nouveaux (47,4 %). Les anciens barons tiennent continuellement la première place même si le nombre de nouveaux barons est considérable. La création de ces derniers est rendue possible par l’extinction de dix familles baronniales anciennes. Sous le règne de Mathias, nous remarquons la présence de vingt anciennes et de trente-neuf nouvelles familles baronniales51. Les anciens barons – ceux qui l’étaient déjà avant 1458 comme Nicolas Bánfi, Étienne Báthory, Michel Ország, Emeric Pálóczi et Nicolas Újlaki – restent cependant le plus longtemps en place. Les nouveaux barons intègrent l’aristocratie mais tous ne parviennent pas à s’y maintenir durablement et seulement quelques-uns d’entre eux deviennent grands propriétaires à l’image des Pongrác, Geréb, Ernuszt, Kinizsi, Magyar, Szapolyai et Tuz.

  • 52 Ibid., p. 186-187.

22Les nouveaux barons ne forment pas un groupe homogène mais sont issus de trois différents groupes. Tout d’abord, il y a les nobles – surtout de Transylvanie – qui sont les parents du roi Mathias. Les Geréb de Vingárt sont les parents d’Elisabeth Szilágyi, mère du roi. Les Pongrác de Dengeleg appartiennent à la parenté de Jean Hunyadi, père du roi. Le second petit groupe des nouveaux barons est celui des familiers des Hunyadi parmi lesquels nous trouvons Jean Tuz, Paul Kinizsi et Blaise Magyar. Le troisième groupe est composé d’administrateurs des finances comme Émeric Szapolyai ou Jean Ernuszt5252. Tous ces nouveaux barons occupent des postes importants et disposent de pouvoirs considérables surtout dans les provinces frontalières méridionales du royaume. Mathias Geréb est ban de Croatie, Dalmatie et de Slavonie (1483-1489). Pierre Geréb est voïvode de Transylvanie (1478-1479), huissier de la chambre du roi (1492-1494), juge du royaume (1495-1497), puis palatin (1499-1503). Jean Pongrác est écuyer tranchant (1461-1463), ban de Szörény (1466) et voïvode de Transylvanie (1468-1472 et 1475-1476). Jean Tuz est huissier de la chambre du roi (1465-1466), ban de Bosnie (1466), ban de Croatie et de Dalmatie (1466-1468), ban de Slavonie (1469-1470) et maître de la Chambre du trésor (1478-1481). Blaise Magyar est ban de Slavonie, Croatie, Dalmatie et de Bosnie (1470-1471 et 1483). Émeric Szapolyai est trésorier du roi dès 1459, ban de Croatie et Dalmatie (1463-1465), de Slavonie et de Bosnie (1464-1465). En 1465, le roi lui accorde le titre de comte héréditaire de Szepes (fig. 1). Émeric Szapolyai termine sa carrière comme palatin (1486-1487), poste également rempli par son fils, Étienne Szapolyai (1491-1499). Issu d’une famille juive de Vienne, Jean Ernuszt est trésorier du roi puis ban de Slavonie (1474-1476).

Fig. 1 > Pierre tombale d’Émeric Szapolyai, conseiller de Mathias Ier (1487), chapelle des Szapolyai à Szepeskáptalan. [Source : József Szentpéteri (dir.), Magyar kódex, Budapest, Kossuth kiadó, 1999, t. 2, p. 258]

  • 53 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 232-236.
  • 54 Ce changement survenait au lendemain de la mort du très puissant Nicolas Újlaki, ban de Macsó (1438 (...)
  • 55 M. Istvánffy, op. cit., p. 39, 73, 77, 108.

23Nouveaux ou anciens, les barons contrôlent parfois un si grand espace qu’ils apparaissent comme de petits rois. Cette situation est particulièrement néfaste pour la paix intérieure du royaume à la fin des années 1460 et au début des années 1470 au moment où deux révoltes nobiliaires – celles de 1467 et de 1471 – sont dirigées contre le roi Mathias53. Malgré sa victoire, le souverain se montre clément mais se préoccupe de plus en plus de limiter les pouvoirs attachés aux dignités baronniales. C’est ainsi que le roi supprime en 1478 le tribunal du ban de Macsó qui administre la justice de six comitats méridionaux du royaume54. En ce qui concerne les banats de Slavonie, de Croatie-Dalmatie, le roi ne les laisse sous le commandement d’une seule personne qu’exceptionnellement et seulement pour une durée limitée. Mathias privilégie la nomination d’un ban à la tête de chacun des banats. Cette politique est reprise par les successeurs de Mathias avec plus ou moins de constance suivant les circonstances. Entre 1490 et 1520, neuf bans sont en fonction : Jean Corvin (1490-1492), Émeric Derencsényi et Jean Both (1492-1493), Ladislas Kanizsai (1493-1495), Jean Corvin (1495-1504), André Both et Marc Mislenovic (1504-1511), le palatin Émeric Perényi (1511-1512) et l’évêque Pierre Beriszló (1513-1520)55. La nomination de ces bans doit tenir compte de la réaction de la noblesse croate et slavone. Ainsi, François Balassa, prévu par le roi comme collègue d’André Both en 1504, est refusé car il n’a ni racines familiales ni domaines dans les territoires dont il aurait dû assurer le gouvernement. Vladislas II a proposé à sa place le croate Marco Mislenovic, gouverneur du château de Buda, qui est bien reçu.

  • 56 Ce passage sur les voïvodes s’appuie sur Engel P., Kristó Gy., Kubinyi A., op. cit., p. 357-358.

24La situation est beaucoup plus stable en Transylvanie, grande province autonome à l’abri des incursions turques56. Ce territoire compte seulement cinq voïvodes en quarante-sept ans : Étienne Báthory (1479-1493), Ladislas Losonci et Barthélemy Drágffy (1493-1495), Pierre Szentgyörgyi (1496-1510) et Jean Szapolyai (1510-1526). Ces grands officiers de la couronne sont nommés par le roi qui choisit des aristocrates n’ayant pas de fortune et d’enracinement en Transylvanie. Ces aristocrates possèdent généralement des domaines considérables dans l’est de la Hongrie, tout près de la Transylvanie, et sont parfois déjà détenteurs d’une charge baronniale : tel est, par exemple, le cas de Báthory qui est juge du royaume dès 1471 avant d’être nommé voïvode en 1479. La politique de sélection esquissée permet au roi d’assurer la fidélité des voïvodes puissants. Ces derniers jouissent, en effet, d’un grand pouvoir car leur autorité s’exerce non seulement sur les comitats hongrois de la province mais aussi sur les sièges sicules – dont le voïvode en place est le comte dès 1468, sauf entre 1504 et 1507 – ainsi que sur les sièges saxons dans le domaine de la défense. Le cumul des dignités baronniales peut permettre à certains voïvodes d’accroître leur emprise sur la Transylvanie : Báthory et Szentgyörgyi sont pendant plusieurs années à la fois juges du royaume et voïvodes de Transylvanie. Le premier détient simultanément les deux dignités entre 1479 et 1493 alors que le second les possède entre 1500 et 1510. Cette situation confère aux deux barons mentionnés un pouvoir judiciaire presque total sur les habitants de la Transylvanie car Báthory et Szentgyörgyi, en tant que juges du royaume, peuvent juger en appel les procès qui remontent de leurs tribunaux transylvains.

  • 57 Étienne Werbőczi est palatin pendant quelques mois en 1525-1526.

25Le poste de voïvode constitue une étape dans la carrière de deux barons déjà cités. Issu de d’ancienne aristocratie, Étienne Báthory est palatin de Hongrie (1519-1525 et 1526)57, le dernier en poste avant la défaite de Mohács et la mort de Louis II. Appartenant à la nouvelle aristocratie, Jean Szapolyai n’a pas été seulement le dernier voïvode de Transylvanie avant 1526 mais il a été le premier roi de Hongrie élu et couronné après la mort de Louis II. Tous les barons ne parcourent pas de si brillants chemins. Certains d’entre eux sont socialement et politiquement déclassés à la fin du XVe siècle. Il y en a qui quittent définitivement le Conseil tandis que d’autres peuvent revenir à la plus importante institution gouvernementale en tant qu’assesseurs.

Les assesseurs

  • 58 Cette section s’appuie sur P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 307, 312, 362. Voir aussi (...)

26En vertu de l’article 2 de la loi de 1498 votée par la Diète, seize personnes appartenant à la moyenne noblesse sont élues assesseurs aux tribunaux royaux58. L’article 7 de la même loi précise que la moitié des assesseurs – c’est-à-dire huit nobles – doivent siéger au Conseil du roi chaque fois qu’une question touchant le royaume entier est à l’ordre du jour. L’article 10 de la loi de 1500 stipule que l’élection doit être faite tous les trois ans lors de la Diète. Sur les trente-trois assesseurs élus entre 1498 et 1516, onze sont des grands seigneurs déclassés qui appartiennent à la couche supérieure de la moyenne noblesse depuis l’adoption de l’article 22 de la loi de 1498. Cet article énumère trente-neuf seigneurs (auxquels s’ajoutent les comtes Frangepán et Korbaviai) qui doivent recruter des soldats en fonction du nombre de leurs tenanciers. Ils ont le droit de récupérer la moitié de l’impôt extraordinaire pour subvenir aux frais et de mener leurs soldats sous leurs drapeaux : ce sont les fameux régiments bannerets. Les seigneurs qui ne sont pas listés dans l’article 22 doivent lever les soldats en fonction du nombre de leurs tenanciers mais ils ne touchent pas la moitié de l’impôt extraordinaire et ils n’ont pas droit à leurs propres drapeaux : ils doivent mener leurs soldats sous les bannières des comitats. Les seigneurs oubliés dans l’article 22 possèdent des seigneuries qui ne sont pas suffisamment grandes pour entretenir trente soldats. Pour satisfaire cette exigence, il faut au moins 1 080 tenanciers que certaines anciennes familles baronniales ne possèdent pas. C’est ainsi que la famille Derencsényi – avec 201 tenanciers (1499) – et la famille Forgách – avec 683 tenanciers (1525) – appartiennent seulement à la couche inférieure de la haute noblesse qui devient la couche supérieure de la moyenne noblesse suivant l’article 22 de la loi de 1498.

Fig. 2 > Coupe transversale reconstituée (nord-sud) du château de Simontornya, façonné « à l’italienne » par Moïse Buzlai, conseiller de Vladislas II et Louis II. [Source : Miklós Horler, Márta H. Tabajdi, A simontornyai vár, Szekszárd, 1987, p. 12]

  • 59 E. Mályusz, art. cit., p. 531.
  • 60 V. Fraknói, « Mátyás király magyar diplomatái. Ötödik közlemény », Századok, 32, no 9, 1898, p. 771
  • 61 A. Kubinyi, « A Jagelló-kori Magyarország történeti vázlata », ibid., 128, no 2, 1994, p. 291.

27Parmi les assesseurs en poste et fréquemment présents au Conseil du roi sous le règne de Vladislas II (1490-1516), il y en a deux qui sont exemplaires du déclassement et de la reconversion de familles baronniales. Il s’agit de Michel Szobi et de Paul Dombai. Le père de Szobi était ban de Croatie et possédait de grands domaines en Transylvanie sous le règne de Mathias Ier. Le père de Dombai était baron et apparait au Conseil du roi Vladislas I au début des années 144059. Comes du comitat de Tolna entre 1459 et 1463, Dombai lui-même est baron grâce à sa charge de maître écuyer (1460-1464) et siège au Conseil60. Szobi et Dombai deviennent les chefs de file de la moyenne noblesse et s’opposent dans les années 1510 et 1520 au pouvoir illimité que l’aristocratie entend établir sur toute la noblesse. Nicolas Várday renforce également le combat de la moyenne noblesse après 1498. Issu d’une ancienne famille baronniale, il est invité à la Diète en qualité de baron mais il quitte la Diète comme membre de la moyenne noblesse61. Les assesseurs issus des rangs de celle-ci ne peuvent intégrer ou réintégrer le groupe des barons que très difficilement. Sur les cinquante-quatre assesseurs connus entre 1490 et 1526, il n’y en a que trois qui y parviennent : Moïse Buzlai et Jean Pethő comme maîtres d’hôtel ainsi que Benoît Batthyány comme trésorier. Les deux premiers appartiennent à des familles qui ont fourni des barons dans le passé alors que le troisième ne compte aucun ancêtre parmi les barons (fig. 2).

  • 62 A. Kubinyi, « Bárok a királyi tanácsban Mátyás és II. Ulászló idején », ibid., 122, no 1-2, 1988, p (...)

28Cependant, depuis 1498, il ne suffit plus d’obtenir une dignité baronniale pour rester perpétuellement au cœur de l’aristocratie et siéger toujours au Conseil. Si les barons en poste n’acquièrent pas de grands domaines, ils risquent de descendre dans la moyenne noblesse au moment de leur limogeage. Ils ont donc intérêt à fréquenter la Cour et obtenir la faveur du roi. La possession de la dignité baronniale n’entraîne pas pour autant automatiquement la fréquentation du Conseil : András Kubinyi a établi une liste comportant vingt-huit barons dont la présence au Conseil n’est pas attestée sous les règnes de Mathias Ier et de Vladislas II62. Ces absents sont très souvent des bans ou d’autres dignitaires géographiquement éloignés des principaux lieux de résidence de la Cour et du Conseil. Contrairement à ces hommes invisibles, d’autres serviteurs de l’État sont bien placés pour ne pas rater les séances du Conseil auxquelles ils sont invités : il s’agit des secrétaires du roi.

Les secrétaires du roi

  • 63 Cette section sur les secrétaires s’appuie essentiellement sur A. Kubinyi, « A királyi titkárok II. (...)

29Les secrétaires sont nommés par le roi et portent le titre de maître. Ils présentent au souverain les suppliques et consignent la volonté royale à l’écrit63. Le supérieur hiérarchique des secrétaires n’est donc pas le chancelier même s’ils sont parfois les familiers du chancelier et travaillent à la chancellerie comme greffiers, puis archivistes avant d’être nommés secrétaires du roi. Par ailleurs, les secrétaires prennent souvent part au travail de la chancellerie en traitant les requêtes. Grâce aux recherches de Kubinyi, nous savons qu’il y a deux secrétaires sous le règne de Mathias Ier. À l’époque de Vladislas II, le nombre des secrétaires augmente : il y en a quatre en 1502, six en 1509 et neuf vers 1513 sans compter les secrétaires tchèques. Au total, l’activité de dix-sept secrétaires est connue entre 1490 et 1516. Sous le règne de Louis II (1516-1526), Kubinyi a recensé vingt-cinq secrétaires. Selon cet historien, une dizaine de secrétaires doivent donc travailler chaque année. Si c’est le cas en 1515 avec dix titulaires, il n’y en a que sept en 1525 et six en 1526 (sans compter les deux secrétaires tchèques en 1525 et un seul en 1526). Les secrétaires sont donc trois, quatre ou cinq fois plus nombreux dans les années 1510 et 1520 que dans les années 1470 et 1480.

30Les sources montrent qu’un individu portant le titre de secrétaire peut posséder en même temps le titre de conseiller même si les deux titres ne sont pas systématiquement mentionnés ensemble : Georges Mekcsei porte ainsi le titre de conseiller en 1511, celui de secrétaire en 1512, celui de conseiller en 1513, celui de secrétaire en 1514, celui de secrétaire et conseiller en 1519 et en 1526. En évoquant la variation des titulatures, Kubinyi explique qu’il est impossible de savoir si tous les secrétaires portent le titre de conseiller ou si seulement certains d’entre eux ont droit à cette distinction. Ce qui est sûr, c’est que l’augmentation du nombre des secrétaires n’entraîne pas celle du nombre des secrétaires présents au Conseil. Kubinyi cite la liste de seize personnes qui assistent au Conseil tenu le 15 avril 1519. Il n’y a parmi eux que deux secrétaires : Philippe Moré et Blaise Paksi. Nous pouvons en conclure que les deux secrétaires en activité sous le règne de Mathias Ier ont donc le droit d’assister au Conseil et de porter le titre de conseiller. Le travail du Conseil n’exige pas la présence de plus de deux secrétaires.

31Le travail est partagé entre les secrétaires. À l’époque de Mathias Ier, l’un des deux secrétaires garde le sceau annulaire du roi et se déplace avec le roi pendant que l’autre secrétaire remplit des missions ou reste à Buda pendant l’absence du roi. Il n’est pas à exclure qu’ils échangent leurs compétences occasionnellement ou semestriellement. L’augmentation du nombre des secrétaires est due à l’augmentation des affaires à traiter. Cette situation impose un partage plus complexe du travail et les secrétaires servent probablement par quartier ou semestre dans le premier tiers du XVIe siècle. Les barons et les prélats entendent imposer – dans l’article 19 du projet de loi de 1518 – la présentation des requêtes par le chancelier ou par un secrétaire devant le Conseil réuni. Cette mesure – dont le roi a refusé la validation – veut accroître le contrôle déjà important du Conseil sur Louis II. L’initiative avortée indique que le roi n’était pas tenu précédemment de faire connaître toutes les affaires à son Conseil et que les secrétaires ne sont pas toujours présents aux séances du Conseil. Nous comprenons alors mieux la raison pour laquelle des procès-verbaux ne sont pas tenus systématiquement. Les seules notes que l’on peut considérer comme une sorte de procès-verbal sont prises en 1519 par Albert Sárközi au cours de quelques séances du Conseil. Ce témoignage n’est pas dû à un secrétaire du roi mais au conseiller juridique de Louis II !

  • 64 Lettre de Mathias Ier à Frédéric III, 18 janvier 1465, Mkl, t. 1, p. 71. Lettre de Mathias Ier au d (...)
  • 65 L’origine sociale d’un seul secrétaire n’a pas pu être déterminée.

32Les secrétaires ont des origines sociales diverses. Sur les quatre secrétaires connus de l’époque de Mathias Ier, deux sont d’extraction noble (Paul Szőllősi et Pierre Kemedi)64, un vient de la bourgeoisie (Georges Szatmári) et un autre appartient à la paysannerie (Thomas Bakócz) au moment de l’entrée en charge. Sur les dix-sept secrétaires de Vladislas II, quinze viennent de la noblesse ou de la grande bourgeoisie et seulement deux (François Szeremlényi et Ladislas Szalkai) sont fils de paysans. La composition sociale du groupe des secrétaires sous le règne de Louis II ne change pas profondément mais nous n’y rencontrons plus de secrétaires venus de la paysannerie. Entre 1516 et 1526, il y a dix-neuf secrétaires d’origine noble et cinq secrétaires issus de la bourgeoisie65. Parmi les secrétaires nobles, trois viennent de l’aristocratie alors que seize appartiennent à la moyenne noblesse. Il est à noter que même les secrétaires issus de l’aristocratie affichent le titre de maître comme le montre l’exemple d’Émeric Bebek : cet individu est secrétaire, puis devient chambellan, charge garantissant la dignité baronniale.

33Nobles, bourgeois ou paysans, les secrétaires sont globalement bien éduqués. Sur les vingt-cinq secrétaires en activité sous le règne de Louis II, treize ont fréquenté des universités à l’étranger. Onze d’entre eux ont séjourné en Italie à Bologne, Padoue ou Ferrare alors que deux se sont rendus en Pologne à Cracovie. Les douze autres secrétaires ont fait des études moins poussées en Hongrie. Le séjour italien est déjà le plus prisé sous le règne de Mathias Ier et parfois le prolongement du séjour polonais. Par exemple, Thomas Bakócz a fait des études à Cracovie avant d’aller à Ferrare et à Padoue. À son retour en Hongrie, cet homme poursuit une brillante carrière qui comporte plusieurs étapes caractéristiques du cursus honorum des secrétaires de l’époque.

34En 1480, l’année même de sa nomination, Bakócz obtient le titre de prévôt de Titel avec les bénéfices qui y sont attachés. Ensuite, le roi le nomme évêque de Győr en 1484 mais le nouveau prélat demeure secrétaire jusqu’en 1486. Ainsi, l’acquisition des bénéfices ecclésiastiques précède ou suit de peu la nomination de la plupart des secrétaires : il n’y a que trois secrétaires sur les vingt-cinq en activité sous Louis II qui ne sont pas pourvus de bénéfices. De même, il est fréquent que les secrétaires du roi, détenteurs de bénéfices, deviennent prélats à l’image de Bakócz. Ce constat s’applique surtout aux règnes de Mathias Ier et de Vladislas II car les secrétaires sont devenus trop nombreux sous Louis II par rapport au nombre de sièges épiscopaux vacants. Au cours du règne du dernier Jagellon hongrois, tous les secrétaires ne deviennent donc pas prélats. Ceux qui ont réussi à décrocher un siège épiscopal doivent beaucoup à la faveur du roi. Philippe Moré, secrétaire dès 1502 et prévôt de Buda, est nommé évêque de Pécs en 1524. Blaise Paksi, également prévôt de Buda, est secrétaire à partir de 1516 et est nommé évêque de Győr en 1524. Ces deux secrétaires siègent au Conseil en 1519. La nomination épiscopale semble donc indiquer la promotion des plus importants secrétaires sur lesquels compte Louis II. Cependant, le titre de secrétaire ne perd pas immédiatement son intérêt aux yeux des nouveaux prélats. François Bakócz, frère de Thomas Bakócz, est secrétaire à partir de 1490 et travaille en tant que tel jusqu’en 1509 tout en ayant été nommé évêque de Győr en 1495. Sigismond Thurzó est secrétaire entre 1500 et 1512 mais il détient en même temps successivement plusieurs sièges épiscopaux, ayant été évêque de Szerém (1501), évêque de Nyitra (1503), évêque de Transylvanie (1504) et évêque de Várad (1505). La proximité princière et la connaissance des affaires d’État font des secrétaires les témoins privilégiés du Conseil dont il convient d’esquisser maintenant l’organisation et le fonctionnement.

L’organisation et le fonctionnement du Conseil

  • 66 Cette section s’appuie en grande partie sur A. Kubinyi, art. cit., 1988, p. 147-215.
  • 67 Kubinyi A., « A királyi udvar a késő középkori Magyarországon », dans N. Etényi, I. Horn (dir.), Id (...)

35À défaut d’avoir des procès-verbaux, les actes royaux sont les seuls documents qui nous permettent de reconstituer l’organisation du Conseil grâce à l’énumération des noms des conseillers présents. Kubinyi s’en est servi et décèle les contours d’un Conseil étroit et ceux d’un Conseil élargi sous les règnes de Mathias Ier et de Vladislas II66. L’historien dit brièvement avoir observé l’apparition d’un Conseil secret sous le règne de Louis II67. Or, la relecture de la documentation semble suggérer non seulement que ce Conseil secret existe déjà sous Mathias Ier et Vladislas II mais aussi que certaines séances du Conseil étroit décrites par Kubinyi peuvent être considérées comme celles d’un Conseil secret. Ces trois types de Conseil ne siègent jamais simultanément.

Le Conseil secret

  • 68 M. Istvánffy, op. cit., p. 94.
  • 69 Ibid., p. 82-83.
  • 70 Ibid., p. 147.
  • 71 A. Bonfini, op. cit., IV, 3, 100.
  • 72 M Istvánffy, op. cit., p. 120.
  • 73 Ibid., p. 126.
  • 74 Ibid., p. 186.

36Sur les soixante et une séances pour lesquelles nous possédons la date, le lieu et le nom des conseillers, il n’y a que trois auxquelles sont présents trois ou quatre conseillers seulement. Dans les trois cas, il s’agit de séances consacrées à des affaires diplomatiques. La première d’entre elles est tenue à Olmütz (7 décembre 1478) alors que les deux autres ont lieu à Buda (6 avril 1500 et 18 novembre 1502). En 1478, les quatre conseillers qui assistent à la proclamation de la paix sont Jean Beckensloer, archevêque d’Esztergom, Nicolas Szécsi, maître écuyer du roi, Étienne Szapolyai, gouverneur de Silésie et d’Autriche pour le roi, et Pierre Geréb, voïvode de Transylvanie. Les deux derniers sont les hommes clés du Conseil au tournant des XVe et XVIe siècles. Szapolyai est palatin entre 1491 et 1499 alors que Geréb est huissier de la chambre du roi (1486-1489 et 1492-1494), juge du royaume (1495-1497) avant de succéder à Szapolyai comme palatin (1499-1503). En 1502, les trois conseillers qui sont présents à la négociation avec les envoyés du doge de Venise se nomment Moïse Buzlai, ancien assesseur puis huissier de la chambre du roi dès 1501, Jean Bornemisza, trésorier (1500-1504), et Sigismond Ernuszt, évêque de Pécs (1470-1504). Le chroniqueur Istvánffy mentionne déjà Bornemisza et Ernuszt en compagnie de Thomas Bakócz, évêque d’Eger (1491-1498) puis archevêque d’Esztergom (1498-1521), comme conseillers secrets de Vladislas II en 149568. Selon la même source, Bakócz et Ernuszt sont les plus proches conseillers du roi depuis 149369. L’alliance matrimoniale entre le futur Louis II et Marie de Habsbourg aurait été conseillée en 1514 par Bakócz et Bornemisza70. Parmi les trois conseillers secrets fréquemment sollicités, Bakócz tient la première place car il apparaît, chez le chroniqueur Bonfini, comme le « chef du Conseil » lorsqu’il est chargé avec Nicolas Bánffi, huissier de la chambre du roi, de rendre visite à l’empereur Maximilien à Vienne en 149671. La place particulière qu’occupe Bakócz peut expliquer pourquoi le prélat est adjoint au palatin Imre Perényi pour gouverner le pays pendant le voyage du roi en Bohême en 1510-151172. Bakócz garde son influence après le retour du roi à tel point qu’il peut même convoquer le Conseil en 1513 pour y rendre compte de son voyage de Rome et y exposer le projet d’une croisade contre le Turc73. Successeurs de Bakócz sur le siège archiépiscopal d’Esztergom, Georges Szatmári et Ladislas Szalkai gardent non seulement le titre de chancelier mais aussi le rôle de « chef du Conseil » dans les années 152074.

  • 75 A. Bonfini, op. cit., IV, 7, 1-5.

37Composé généralement de trois ou quatre conseillers, le Conseil secret fonctionne sous le règne de Louis II avec le même esprit que sous le règne de Mathias Ier : il s’agit d’une réunion de travail informelle et, très souvent, sans traces écrites, qui peut précéder le Conseil étroit. La fin de l’année 1485 en fournit un exemple parlant rapporté par Bonfini75. De retour à Buda après la prise de Vienne, Mathias convoque Urbain Nagylucsei, évêque de Győr et trésorier, Jean Filipec, évêque de Várad (1476-1490), Thomas Drági, seigneur envoyé plusieurs fois à Rome, et Émeric Szapolyai. Ce Conseil secret est tenu pour préparer la Diète de 1486 à laquelle Szapolyai va être élu palatin. Les articles réglementant les compétences du palatin sont probablement élaborés lors dudit Conseil secret après lequel le roi tient son Conseil étroit pour pouvoir convoquer la Diète en bonne et due forme.

Le Conseil étroit

  • 76 Ibid., V, 1, 25.

38Le Conseil étroit réunit entre cinq et quinze conseillers. Sur les soixante et une séances sur lesquelles nous possédons les informations essentielles, quarante et une sont celles du Conseil étroit. Vingt-trois séances voient osciller le nombre de conseillers présents entre cinq et neuf alors que dix-huit autres séances attirent entre dix et quinze conseillers. En moyenne, le Conseil étroit se tient avec la participation de dix conseillers. La qualité épiscopale ou la dignité baronniale ne suffisent pas toujours pour siéger au Conseil étroit. C’est le roi qui invite les prélats et les barons dont il a besoin ou ceux qu’il souhaite voir pour expédier les affaires. Les dignitaires pas ou peu invités au Conseil peuvent se considérer exclus du gouvernement et lésés en leur honneur. Bonfini explique ainsi que Jean Vitéz le jeune, évêque de Veszprém (1489-1499), aurait ouvert les portes de sa ville épiscopale aux troupes de Maximilien à d’automne 1490 parce qu’il était vexé d’avoir été rarement invité au Conseil par Vladislas II, roi de Hongrie récemment couronné76.

  • 77 Ibid., V, 2, 5.
  • 78 M. Istvánffy, op. cit., p. 134-135.
  • 79 A. Bonfini, op. cit., V, 3, 115.
  • 80 J. Fógel, op. cit., p. 55. P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 275, 345.

39Convoqué par le roi ou le « chef du Conseil », le Conseil étroit est compétent dans les affaires judiciaires, diplomatiques et financières. La décision est prise au Conseil étroit conformément à la sanior et maior pars des conseillers. Sur les quarante et une séances, vingt-trois sont consacrées à la justice, dix-sept traitent de la diplomatie et une seule a trait aux finances. À en croire les soixante et une séances étudiées, il semblerait que le Conseil étroit soit le seul parmi les trois types de Conseil à s’occuper régulièrement de la justice. Le Conseil étroit, en présence du roi, détient également le monopole des délibérations dans les nominations des principaux dignitaires et officiers de l’État qui vont siéger – si ce n’était pas déjà le cas auparavant – au Conseil. Les généraux en chef de l’armée royale sont ainsi désignés par le roi séant en son Conseil étroit lorsque le palatin n’est pas en mesure d’assurer le commandement. En 1491, Étienne Báthory, voïvode de Transylvanie et juge du royaume, est choisi pour la reconquête de la Transdanubie occupée par les troupes de Maximilien77. En 1514, Jean Szapolyai, voïvode de Transylvanie (1511-1526), est chargé d’écraser la révolte paysanne qui a gagné une grande partie du royaume après l’annulation de la croisade et le licenciement manqué des croisés78. Le nom de Szapolyai est proposé par Jean Bornemisza, ce qui montre le poids des conseillers secrets au sein du Conseil étroit. Ce même Conseil nomme également les trésoriers. En 1494, Luc Barátin, évêque de Csanád (1493-1500), est démis de ses fonctions car il détournait de d’argent depuis 149279. Son remplaçant, Sigismond Ernuszt, évêque de Pécs (1470-1504) semble être un bon choix aux yeux du roi et du Conseil car le prélat a refusé de prêter 32 000 florins à Maximilien lorsque ce dernier occupait la Transdanubie. Cependant, Ernuszt ne reste en fonction que pendant deux ans car la Diète de 1496 l’accuse de malversations. L’enquête financière révèle que le trésorier a détourné 400 000 florins qu’il doit rembourser pour ne pas terminer ses jours en prison80. La condamnation et le remplacement du trésorier sont ainsi également décidés au Conseil étroit.

Le Conseil élargi

40Sur les soixante et une séances recensées, dix-sept sont celles du Conseil élargi. Réuni pour expédier des affaires qui importent beaucoup à tout le royaume, le Conseil élargi est ouvert non seulement aux habitués du Conseil secret et du Conseil étroit mais aussi à d’autres seigneurs et ecclésiastiques dont la présence contribue à exprimer virtuellement celle de la totalité des deux premiers ordres. Dans de telles circonstances, le Conseil élargi compte entre seize et quarante-six membres. Il y a, en moyenne, vingt-huit individus qui assistent aux séances du Conseil élargi qui sont spécialisées dans les affaires financières et diplomatiques.

  • 81 D. Csánki, « Harminchatpecsétes oklevél 1511-ből », Turul, 5, no 1-2, 1887, p. 1-11, 49-59.

41Les affaires financières monopolisent le travail de ce Conseil surtout au début du règne de Mathias Ier. En mai 1462, en septembre 1468 et en novembre 1470, les conseillers et le roi débattent des impôts extraordinaires que l’on affirme ne plus vouloir lever. La récurrence du sujet semble indiquer le contraire. Cependant, le Conseil élargi ne traite plus de cette question et n’intervient plus vraiment – n’a plus le droit d’intervenir ? – dans les débats autour des impôts. En juin 1490, il discute de la perception de la dîme dans l’évêché de Zagreb alors qu’une dizaine d’années plus tard il met à l’ordre du jour des affaires diverses et variées. Le 15 mai 1500, c’est au cours d’une séance du Conseil élargi que Vladislas II emprunte de l’argent à Thomas Bakócz. Le 19 août 1507, les conseillers délibèrent sur les privilèges des villes minières. Le 11 mai 1511, le prélèvement de soixante deniers sur chaque portail de paysan est adopté. Grâce à l’ordre et à la couleur des sceaux annulaires que les conseillers ont apposés sur la décision du Conseil, il est possible d’avoir un aperçu de l’organisation interne du Conseil élargi81.

42Les trente-six sceaux – dont neuf n’ont pas pu être identifiés – sont apposés en trois lignes. La première ligne compte douze sceaux de cire rouge appartenant aux ecclésiastiques qui sont rangés de gauche à droite dans l’ordre décroissant de l’importance de leurs propriétaires.

Fig. 3 > Trente-six sceaux apposés sur une décision du Conseil (11 mai 1511). [Source : Csánki D., « Harminchatpecsétes oklevél 1511-ből », Turul, 5, no 1-2, 1887, p. 2]

  • 82 Tel est le cas du trente-deuxième sceau appartenant à Michel Pálóczi, échanson du roi en 1511, qui (...)

43Le même principe est utilisé dans les deux autres lignes qui sont réservées aux sceaux des seigneurs laïques. Leurs sceaux sont de cire rouge à l’exception des sept derniers de la troisième ligne. Ces derniers sont de cire verte et appartiennent à des seigneurs qui n’ont pas de dignité baronniale82. Il est à remarquer que les prélats qui possèdent des dignités baronniales sont listés dans la première ligne mais seulement après les prélats qui n’ont pas de telles charges (les sceaux des prélats-chanceliers se trouvent bien sûr au début de la première ligne). Ainsi, les prélats et les prévôts qui sont trésoriers ou secrétaires ferment la première ligne et constituent d’introduction à la deuxième ligne qui commence par l’énumération du palatin, du voïvode et des bans avant d’en venir aux grands officiers liés à la Cour (chambellan, échanson, etc.). Les trois lignes reflètent donc parfaitement la hiérarchie intérieure du Conseil élargi qui est aussi en vigueur – avec quelques modifications – lorsqu’il s’agit de discuter des questions diplomatiques (fig. 3).

44Le Conseil élargi ratifie les traités internationaux et délibère sur la question de la guerre et de la paix. Le 3 avril 1464, dix-huit conseillers ratifient la paix conclue avec Frédéric III alors que trente et un ratifient la trêve conclue avec le roi de Pologne le 24 avril 1474. En juillet 1515, vingt-sept conseillers sont présents au congrès de Vienne pour célébrer la double alliance matrimoniale entre la dynastie des Jagellon et celle des Habsbourg. Le record d’affluence est détenu par les quarante-six conseillers qui jurent fidélité à Mathias Ier le 21 septembre 1471 au moment où Casimir IV Jagellon, roi de Pologne (1445-1492), affiche ses prétentions au trône de Hongrie. Ce geste politique important est accompli à Buda, capitale du royaume et lieu de réunion préféré du Conseil.

La géographie du Conseil

  • 83 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 227.

45Les soixante et une séances du Conseil sont tenues en seize localités dispersées dans le royaume ou dans les pays avoisinants (Autriche, Bohême) sur lesquels les rois ont exercé un pouvoir plus ou moins étendu à des moments différents. Nous remarquons deux pôles principaux reliés par le Danube : un autour de Vienne et de Presbourg ainsi qu’un autre autour de Buda. Même si nous complétions nos statistiques avec les informations tirées des chroniques, le second pôle resterait le plus important. Le château de Buda totalise, à lui seul, quarante et une séances auxquelles il faut ajouter les deux séances tenues à Esztergom, deux autres à Fehérvár, aujourd’hui Székesfehérvár, ainsi que les trois séances que cumulent le château de Tata, la ville de Vác et celle de Pest. L’absence de Visegrád est manifeste et incite à ne pas oublier que le palais et le château de ladite localité – ayant été des lieux de résidence fréquentés par les rois de l’époque – abritent certainement les séances du Conseil. Les localités citées indiquent les limites géographiques du pôle de Buda : il s’agit ici d’une zone éloignée des frontières – donc stratégiquement sûre – où le roi est le seul grand seigneur dominant83. La tenue du Conseil à Buda ou près de Buda situe l’assemblée des prélats et des barons sur un terrain théoriquement neutre, celui de l’arbitrage du souverain. Cela peut expliquer que vingt séances sur vingt-trois consacrées à la justice prennent place à Buda au Conseil étroit. Il en est de même pour les séances du Conseil élargi : sur dix-sept séances comptabilisées, quatorze ont lieu dans la zone royale autour de Buda. Cette géographie du Conseil est altérée puis complètement transformée après le couronnement de Jean Szapolyai, voïvode de Transylvanie, le 10 novembre 1526 et celui de Ferdinand Ier de Habsbourg, archiduc d’Autriche, le 17 décembre de la même année (fig. 4).

Fig. 4 > Le royaume de Hongrie au XVe siècle avec la localisation des lieux de réunion connus du Conseil de Mathias Ier et de Vladislas II (1458-1516).

LE CONSEIL DES SZAPOLYAI (1526-1559)

  • 84 Cette section s’appuie sur G. Barta, « Konszolidációs kísérlet Magyarországon a mohácsi csataveszté (...)

46Jean Szapolyai établit sa Cour à Buda où siège également son Conseil secret et étroit ainsi que celui de son fils jusqu’en 1541 avec quelques interruptions. L’organisation et la composition de l’institution en question subissent cependant d’importants changements84. Le nombre des prélats et des barons diminue considérablement alors que celui des représentants de la moyenne noblesse augmente. En effet, le nouveau roi décide de ne pas nommer à certains sièges épiscopaux restés vacants après la disparition de leurs titulaires à la bataille de Mohács. Ainsi, les revenus des évêchés de Csanád, de Győr et de Pécs sont versés au trésor de Szapolyai pendant que l’armée du nouveau roi contrôle les terres concernées. En ce qui concerne les prélats restés en vie après Mohács, ils choisissent majoritairement de rejoindre Ferdinand Ier, l’autre roi de Hongrie, et de lui rester fidèles plus ou moins durablement. Thomas Szalaházy, évêque de Veszprém, et Jean Országh, évêque de Vác se maintiennent dans le camp du prince autrichien alors qu’Étienne Brodarics, évêque de Szerém, et François Frangepán, retournent dans le camp de Szapolyai en 1527. D’autres prélats fidèles à Szapolyai en 1526 changent de camp en 1527 et se mettent au service de Ferdinand. Tel est le cas d’Émeric Podmaniczky, évêque de Nyitra, et de Paul Várday, évêque d’Eger qui est fait archevêque d’Esztergom par Szapolyai. Le peu de temps qu’il passe à Buda ne lui permet pas d’assumer le même rôle que ses prédécesseurs sous les rois Jagellon. Bien qu’il porte le titre de chancelier principal et secret, Várday n’est pas le « chef du Conseil ». Cette position est celle d’Étienne Werbőczi, juriste célèbre, qui est le moteur de la moyenne noblesse et le conseiller secret de Szapolyai lorsque ce dernier n’est encore que voïvode de Transylvanie. L’ancien protonotaire chargé de la direction de la chancellerie de Transylvanie (1503-1516) et palatin éphémère en 1525-1526 sert le roi Szapolyai comme chancelier. C’est la première fois dans l’histoire du pays qu’un laïc détient ce grand office du royaume. Cette position est d’autant plus précieuse que Szapolyai ne nomme pas de palatin immédiatement.

47Le roi espère, en vain, le changement de camp d’Étienne Báthory, dernier palatin de Louis II que Ferdinand Ier reconduit dans ses fonctions en septembre 1526. Szapolyai attend jusqu’en 1530 pour nommer son palatin en la personne de Jean Bánffy, comes perpétuel du comitat de Verőcze. Issu d’une famille dont plusieurs membres siègent au Conseil au XVe siècle, le palatin est l’un des rares représentants de l’ancienne aristocratie au Conseil de Szapolyai. En effet, en dehors de Bánffy, il n’y a que deux représentants de la haute noblesse parmi les grands officiers de Szapolyai. Il s’agit de Christophe Frangepán, ban de Croatie, Slavonie et Dalmatie, et de Pierre Perényi, voïvode de Transylvanie (fig. 5). Ces derniers remplissent successivement les fonctions du capitaine général de l’armée royale jusqu’à la nomination du palatin Bánffy.

48Les offices de chambellan, de maître écuyer, d’écuyer tranchant et d’échanson sont supprimés alors que les autres grands offices garantissant la dignité baronniale sont donnés à des parents ou des familiers de Szapolyai, de Perényi et de Werbőczi : Jacques Thornallyai est nommé trésorier, Grégoire Pestyéni est fait maître d’hôtel puis juge du royaume, Benoît Bekény devient président de la Cour de justice royale, François Drugeth est le maître de la Chambre du Trésor, Émeric Országh sert comme huissier de la chambre du roi, Gothard Kun puis Simon Athinai porte le titre de gouverneur du château de Buda alors que Valentin Török est pourvu de celui de comes du comitat de Temes. Les secrétaires sont également moins nombreux maintenant qu’avant 1526. Ils sont quatre et ont presque tous servi auparavant à la Cour des rois Jagellon (Jean Statileo et François Bácsi) ou à la chancellerie du voïvode Szapolyai (Nicolas Kőrösi et Thomas Tatár). Nous pouvons compter parmi les conseillers des individus qui ne sont pas pourvus de grands offices mais dont le nom se trouve dans certains actes royaux faits au Conseil. Il s’agit d’Étienne Tomori, ancien vice-voïvode de Transylvanie et gouverneur du château de Fogaras, du franciscain François Frangepán, de François Batthyány, comes suprême du comitat de Vas, de Paul Ártándy et François Bodó. Szapolyai confère à ce dernier le titre de baron héréditaire en janvier 1527 pour le remercier de ses services. Bodó est la seule personne à recevoir ce titre sous le règne du roi Jean Szapolyai dont il est déjà le conseiller secret en 1526. Le titre de baron héréditaire semble confirmer le rôle de Bodó qui est parmi les plus influents de l’entourage du roi.

Fig. 5 > Château de Sárospatak, la loggia bâtie par Pierre Perényi, conseiller de Jean Szapolyai. [Source : Károly Gink, Balázs Vargha, Magyar várak, Budapest, Officina Nova, 1993]

  • 85 Ce titre épiscopal était, par ailleurs, déjà celui de Thomas Szalaházy, partisan de Ferdinand Ier.

49Le Conseil de Szapolyai compte donc moins de membres que celui de Mathias Ier et celui des rois Jagellon. Il est également moins stable car certains conseillers en activité en 1526 peuvent se mettre au service de Ferdinand en 1527 (François Batthyány) alors que certains de ceux qui servent Ferdinand en 1526 peuvent rejoindre le Conseil de Szapolyai en 1527 (Christophe Frangepán) ou plus tard. Werbőczi domine le Conseil jusqu’en 1529, date à laquelle Ludovico Gritti, fils du doge de Venise et homme d’affaire favorisé par le sultan, s’impose au Conseil de Szapolyai. Le roi qui a besoin de l’argent de Gritti, du soutien politique vénitien et de l’appui militaire turc accepte de conférer de plus en plus de pouvoir à l’aventurier italien. Le 14 septembre 1529, Gritti est nommé simultanément chambellan, lieutenant du roi et évêque d’Eger85. Un an plus tard, le 26 décembre 1530, il est nommé gouverneur de Hongrie et comes du comitat de Máramaros dont il encaisse tous les revenus royaux estimés à 80 000 thalers.

50Il n’en faut pas plus pour provoquer la colère de la noblesse hongroise fidèle à Szapolyai. Cependant, le roi entend faire accepter l’autorité de Gritti en obligeant les députés – dont les membres du Conseil – venus à la Diète à prêter un serment d’obéissance à Gritti. Le serment est consigné à l’écrit et confirmé par l’apposition de trente-huit sceaux le 31 décembre 1530. Le document énumère les possesseurs des sceaux et révèle que l’organisation intérieure du Conseil métamorphosé n’est plus respectée aussi méticuleusement que sous les Jagellon. Nous ne trouvons que neuf conseillers sur les trente-huit individus présents. Les prélats, fraîchement nommés, sont toujours à la tête de la liste mais ils ne sont que deux : Jean Statileo, évêque de Transylvanie, et Émeric Czibak, évêque de Várad. Ils sont suivis de quatre grands officiers ayant la dignité baronniale : le palatin Jean Bánffy, le juge du royaume Pethényi, le diplomate polonais Hiéronyme Laski, voïvode de Transylvanie, et Étienne Báthory (appartenant à la branche de Somlyó), voïvode de Transylvanie et comte des Sicules. Après ces six personnalités importantes, les trois autres conseillers sont mentionnés au milieu de la foule des députés. Simon Athinai, gouverneur de Buda, et Thomas Nádasdy, directeur des revenus royaux (fig. 6), occupent seulement les onzième et douzième places. Benoît Bekény, président de la Cour de justice royale, n’est que le quinzième sur la liste ! Celle-ci montre les changements personnels incessants que stimule la rivalité entre Gritti et les conseillers menés par Czibak. Au fil de la guerre qui s’installe durablement en Hongrie entre Szapolyai et Ferdinand Ier, le conflit interne du Conseil s’est transformé en affrontement ouvert et s’est achevé en 1534 par un règlement de compte sanglant : Gritti fait assassiner Czibak et les partisans de Czibak assassinent Gritti en Transylvanie, province à laquelle le royaume de Szapolyai se réduit progressivement.

Fig. 6 > Château d’Egervár, la Cour « italienne » bâtie par Thomas Nádasdy, conseiller de Jean Szapolyai et Ferdinand Ier (années 1540). [Source : Károly Gink, Balázs Vargha, op. cit.]

  • 86 Mindszenti Gábor diáriuma öreg János király haláláról, Budapest, 1977, p. 20.

51Après la mort du tout puissant conseiller italien, Grégoire Utješenić, moine de l’ordre de Saint-Paul, connu plus communément comme Martinuzzi, obtient le siège épiscopal de Várad et la charge de trésorier. Il occupe également une place croissante au Conseil à la fin des années 1530. À cette époque, le Conseil est de plus en plus étroit et secret et seule une poignée d’individus y apparaît. Par exemple, six conseillers négocient avec les envoyés de Ferdinand Ier le contenu du traité de Várad en 1537 et 1538 : Werbőczi (chancelier), Martinuzzi (évêque de Várad), François Frangepán (évêque d’Eger), Étienne Brodarics (évêque de Vác), Jean Statileo (évêque de Transylvanie) et Pierre Perényi (capitaine suprême de la Haute-Hongrie). En juillet 1540, la composition du Conseil étroit change lorsqu’il est question de l’avenir du royaume à la veille de la mort de Szapolyai : Werbőczi, Martinuzzi, Jean Eszéki (évêque de Pécs), Pierre Petrovics (ban de Temes), Valentin Török (capitaine suprême de la Transdanubie) et Antoine Verancsics (secrétaire du roi)86. Le changement n’est vraiment perceptible qu’en connaissant l’identité des trois gouverneurs auxquels la conduite des affaires est confiée après la mort du roi (17 ou 22 juillet 1540). Martinuzzi, Petrovics et Török, rallié à Szapolyai en 1536, forment un triumvirat qui a de moins en moins besoin du Conseil au début de la régence d’Isabelle Jagellon, veuve de Szapolyai et reine de Hongrie (1539-1559). L’héritier du trône, Jean Sigismond Szapolyai (1540-1571), est encore trop jeune pour gouverner et sa mère n’a pas assez de poids face au triumvirat qui marginalise Werbőczi. Ce système ne survit pas à la campagne turque de 1541 pendant laquelle le sultan Soliman Ier s’empare du château de Buda et d’un bon tiers de la Hongrie. La reine Isabelle et son fils peuvent garder la Transylvanie et certaines parties orientales de l’ancien royaume de Hongrie contre le paiement d’un tribut annuel de 10 000 florins. Quant à Ferdinand Ier, cet autre roi de Hongrie établit durablement son pouvoir sur la Transdanubie occidentale et sur la majeure partie de la Haute-Hongrie.

  • 87 Ces deux dernières « nations » possédaient une large autonomie à l’intérieur de la principauté en a (...)

52La chute de Buda brise le triumvirat : Valentin Török est fait prisonnier à Buda et termine ses jours en captivité à Constantinople alors que Martinuzzi et Petrovics se maintiennent auprès de la reine Isabelle en tant que tuteurs de Jean Sigismond. Werbőczi est retenu à Buda par les Turcs où il sert comme juge de la communauté hongroise durant les derniers jours de sa vie. Une nouvelle page s’ouvre dans l’histoire du Conseil après l’installation des Szapolyai en Transylvanie. Isabelle établit la Cour à Gyulafehérvár, au palais de l’archevêché qui n’a plus de propriétaire depuis la mort de Jean Statileo. La disparition de ce prélat sonne le glas de la domination des prélats au Conseil même si Martinuzzi, évêque de Várad, en est le « chef » en tant que « gouverneur et juge principal ». En effet, il est le seul prélat au Conseil dont la composition ne dépend plus de la volonté royale mais de celle de la Diète de Transylvanie où siègent les représentants de la noblesse hongroise (natio Hungarica), des Sicules (natio Siculica) et des Saxons (natio Saxonica)87. La Diète désigne en mars 1542 vingt-deux conseillers (sept Hongrois, sept Sicules et sept Saxons plus le vicaire de l’évêché de Transylvanie) pour aider Martinuzzi à gouverner le pays. La convocation des séances du Conseil dépend de Martinuzzi qui, ne voulant pas être sous tutelle, préfère gouverner sans le Conseil désigné par la Diète. Compte tenu de l’attitude de Martinuzzi, la Diète innove en 1548 en réduisant le nombre des conseillers à douze (quatre Hongrois, quatre Sicules et quatre Saxons) et en créant quinze autres conseillers pour entourer la reine Isabelle Jagellon : c’est la naissance d’une polysynodie, encore mal connue, qui existe tant bien que mal jusqu’en 1551. Martinuzzi n’est plus omnipotent même s’il garde toujours la main sur la diplomatie. L’évêque-gouverneur parvient ainsi à satisfaire, pour un temps seulement, les exigences de Soliman Ier et celles de Ferdinand Ier. Ce dernier le nomme même archevêque d’Esztergom et demande pour lui le chapeau cardinalice à Rome en 1551. Cependant, le double jeu de Martinuzzi se termine bientôt : le nouveau cardinal est assassiné le 17 décembre 1551 par les hommes de Ferdinand Ier qui veulent plus que de simples promesses. Les troupes du prince autrichien s’emparent de la Transylvanie en obligeant la reine et son fils à s’exiler en Pologne. C’était la fin de la polysynodie des Szapolyai. Pendant les années d’occupation (1551-1556), la Transylvanie et les parties orientales de d’ancien royaume de Hongrie sur lesquelles règnaient les Szapolyai sont gouvernées par le Conseil de lieutenance que Ferdinand Ier établit à Presbourg en 1526.

  • 88 I. Horn, Tündérország útvesztői. Tanulmányok Erdély történelméhez, Budapest, 2005, p. 233.
  • 89 Ibid., p. 9-87.

53Après le retour de la reine et de son fils grâce à la pression turque en novembre 1556, la Diète – ayant tiré les conclusions de la polysynodie malheureuse – cède à Isabelle le droit de choisir ses conseillers avant de doter Jean Sigismond Szapolyai du même droit en 1559. C’est la date à laquelle le Conseil cesse d’être l’émanation de la Diète et redevient celle de la volonté royale88. Le Conseil de Jean Sigismond (1559-1571) n’a plus rien de médiéval car non seulement les quelques ecclésiastiques transylvains y perdent progressivement leurs places mais aussi la domination catholique y est définitivement abolie : poursuivant un processus entamé dans les dernières années de la régence d’Isabelle, de plus en plus de luthériens et, plus tard, d’unitariens siégent en compagnie de leurs collègues catholiques au Conseil de Jean Sigismond, catholique converti à l’unitarisme89.

LE CONSEIL DE FERDINAND Ier DE HABSBOURG (1526-1556)

  • 90 Cette section s’appuie sur L. Márk, « A királyi tanács átalakulása és története 1526 után », Század (...)

54Contrairement au Conseil du roi Jean Szapolyai, celui du roi Ferdinand Ier est dominé par l’aristocratie (les prélats et les barons) qui ne tolère aucune autre religion que celle de Rome90. Ce Conseil continue à fonctionner selon le modèle médiéval jusqu’à la mort du palatin Étienne Báthory que le roi reconduit dans ses fonctions après la bataille de Mohács (septembre 1526 – 8 mai 1530). La seule différence est la disparition des assesseurs qui étaient présents au Conseil entre 1498 et 1526. Le palatin est entouré de six conseillers ordinaires auxquels peuvent s’ajouter d’autres occasionnellement.

55Après le décès de Báthory, Ferdinand ne nomme pas de palatin mais désigne un ou plusieurs lieutenant(s) souvent recrutés parmi les prélats : le comte Elek Thurzó, juge du royaume, et Thomas Szalaházy, évêque d’Eger (29 juin 1532-23 novembre 1542), François Révai, comes suprême du comitat de Turóc (26 novembre 1542-31 octobre 1553) parallèlement avec Paul Várday, archevêque d’Esztergom (30 décembre 1542-12 octobre 1549), François Újlaki, évêque de Győr (12 avril 1550-20 février 1554). Ils président le Conseil de lieutenance, appelé aussi de temps en temps Conseil de Hongrie (Consilium Hungaricum), qui est installé à Presbourg et se réunit plusieurs fois par semaine. Ce Conseil compte, sans le lieutenant du roi, quatorze membres dont sept prélats et sept barons. Tous les conseillers doivent être catholiques. Les grands officiers continuent à siéger au Conseil mais tous les anciens grands offices ne donnent plus automatiquement accès au Conseil. Par exemple, l’office de chambellan ne compte plus parmi les dignités baronniales. Les articles 15 et 16 de la loi de 1536 attachent le titre de conseiller au siège archiépiscopal d’Esztergom et à la charge du capitaine suprême (sans parler du lieutenant qui est conseiller par définition). Certains sièges épiscopaux donnent également le titre de conseiller. Les conseillers sont payés par le trésor royal et doivent résider à Presbourg. En l’absence du lieutenant, c’est un conseiller désigné par le lieutenant qui préside les séances du Conseil pendant lesquelles les conseillers s’expriment tour à tour, à commencer par les plus importants dans la hiérarchie. La décision est prise conformément à la volonté de la sanior et maior pars des conseillers comme l’indique un règlement daté de 1550.

56Le Conseil de lieutenance a des compétences politiques, judiciaires et militaires sur les terres contrôlées par Ferdinand Ier. Le Conseil donne son avis concernant la convocation de la Diète, l’organisation du couronnement du roi et la création de nouveaux impôts. En matière judiciaire, il traite les contentieux relatifs aux domaines, juge les appels dans les procès civils et criminels, les procès impliquant des orphelins et des veuves, les procès de haute trahison. Le Conseil dirige l’administration militaire, peut ordonner des mouvements de troupes et encadre la levée en masse ordonnée par le roi (article 9 et 14 de la loi de 1537). Le Conseil est également chargé d’organiser la perception des impôts au profit de la Chambre hongroise (Camera Hungarica), responsable de l’administration des finances depuis 1528.

57L’organisation et les compétences du Conseil changent radicalement après la nomination de Thomas Nádasdy comme palatin (15 avril 1554-2 juin 1562). Le Conseil de lieutenance est transformé en un Conseil palatinal composé de six conseillers choisis par le roi parmi les prélats et les barons. Ce Conseil réduit perd une grande partie de son autorité en 1556, date à laquelle il doit céder au Conseil de guerre viennois (Wiener Hofkriegsrat) toutes ses compétences militaires.

58Le Conseil perd également de ses autres compétences en raison de la transformation de la Hongrie en champ de bataille permanent entre Ferdinand Ier et Soliman Ier : en dehors de l’administration de la justice, il n’existe pratiquement plus d’affaires purement hongroises. Le transfert des compétences du Conseil à Vienne est un processus déjà entamé depuis les années 1540 pendant lesquelles Ferdinand Ier entend établir un Conseil de Hongrie auprès de sa personne. Ce projet n’est jamais réalisé et seulement quelques prélats et barons hongrois résident à cette époque dans la capitale autrichienne où fonctionne la chancellerie de Hongrie dirigée par un prélat hongrois. Ce dernier a le titre de conseiller et est le relais entre le roi et le Conseil de Hongrie installé à Presbourg.

CONCLUSION

59Au terme du survol de l’histoire du Conseil du roi de Hongrie entre 1458 et 1559, deux contrastes sautent aux yeux. Le premier est celui qui existe entre le Conseil de Mathias Ier et celui de ses deux successeurs Jagellon. Le second est celui qui existe entre le Conseil des Szapolyai et celui de Ferdinand Ier.

60Le Conseil de Mathias est– à l’exception du tournant des années 1450 et 1460 – une assemblée dont le rôle est d’approuver et exécuter la volonté du roi. La réduction du Conseil à la confirmation de la volonté royale est d’autant plus réelle qu’elle provoque la résistance de certains conseillers qui, oubliant leur serment de fidélité, complotent contre Mathias en 1467 et 1470. La situation change sous les Jagellon. Étrangers et impuissants face à la pression des clans aristocratiques, Vladislas II et Louis II suivent l’avis du Conseil. L’institution s’est considérablement renforcée comme l’atteste – selon Dezső Csánki – la multiplication des documents aux nombreux sceaux. L’apposition d’une trentaine de sceaux ferait symboliquement du Conseil l’expression de la volonté générale du royaume. Cette opération s’accomplirait non pas contre le roi mais à son profit : les conseillers hongrois seraient les mieux placés pour savoir ce qui convient à un pays qui accepte mal les rois étrangers. En se chargeant du gouvernement, le Conseil aiderait donc à faire admettre le règne des Jagellon.

61Le contraste entre le Conseil des Szapolyai et celui de Ferdinand Ier est plus complexe. Alors que le Conseil des premiers change de siège et de structure plusieurs fois, celui du second est immobile géographiquement et ne subit aucun changement de structure substantiel. Cependant, l’autorité du Conseil du roi habsbourgeois est nécessairement moins grande que celle du Conseil des Szapolyai car Ferdinand n’est pas présent au Conseil – contrairement à Szapolyai – et le gouvernement viennois empiète de plus en plus sur les domaines de compétence du Conseil de Hongrie au fur et à mesure de l’avancement de la guerre contre Soliman Ier. Les deux Conseils se différencient également dans leur composition.

62Le Conseil de Ferdinand est purement aristocratique alors que celui des Szapolyai est largement dominé par la moyenne noblesse. Les conseillers siégeant à Presbourg et à Buda n’ont pas non plus le même statut et la même perspective d’avancement. Les conseillers de Ferdinand sont tous des prélats et des barons payés pour aider le palatin ou le lieutenant à gouverner. Ils n’aspirent pas à une carrière administrative mais seulement à des distinctions (dons, titre de baron ou de comte, invitation à conseiller Ferdinand à Vienne). Les conseillers de Szapolyai ne peuvent compter sur des distinctions qu’en avançant dans la hiérarchie intérieure du Conseil. Même si les possibilités d’avancement diminuent progressivement entre 1526 et 1541, elles existent toujours et continuent à maintenir, pour un temps, la pratique observée au Conseil à l’époque de Mathias Ier, de Vladislas II et de Louis II : les prélats peuvent détenir des dignités baronniales, les barons peuvent devenir prélats, des assesseurs peuvent devenir barons, les secrétaires peuvent se métamorphoser en barons ou en prélats. La dernière dimension du contraste entre le Conseil de Ferdinand et celui des Szapolyai est confessionnelle. Les conseillers siégeant à Presbourg ne peuvent être que catholiques alors que leurs confrères au service des Szapolyai sont très majoritairement catholiques à la fin des années 1520 mais se recrutent de plus en plus souvent parmi les luthériens après le transfert du Conseil en Transylvanie.

63D’un contraste à l’autre, le Conseil du roi de Hongrie fait son entrée dans l’époque moderne après 1526 de deux manières différentes. Le Conseil de Ferdinand Ier est façonné dans la sphère d’influence et selon le modèle bureaucratique des Conseils impériaux (institution réglementée, séances aux horaires fixes, conseillers payés) alors que le Conseil des Szapolyai expérimente le principe électif, la polysynodie, une certaine laïcisation et le début de la coexistence confessionnelle. Malgré ou plutôt grâce à son développement contrasté, le Conseil du roi de Hongrie constitue un chapitre original de l’histoire institutionnelle et politique de l’Europe moderne naissante.

Annexes

APPENDICE

PRINCIPAUX CONSEILLERS PAR RÈGNE (1458-1559)

Mathias Ier Hunyadi (1458-1490)

Aragon (Jean d’)

Bakócz (Thomas)

Bánfi(Nicolas)

Báthori (Étienne)

Beckensloer (Johan)

Drági (Thomas)

Ernuszt (Jean)

Filipec (Jean)

Geréb (Ladislas)

Geréb (Mathias)

Geréb (Pierre)

Kinizsi (Paul)

Lamberger (Frédéric)

Magyar (Blaise)

Nagylucsei (Urbain)

Pannonius (Janus)

Pálóczi (Emeric)

Pálóczi (Ladislas)

Pongrác (Jean)

Ország (Michel)

Rangoni (Gabriel)

Szapolyai (Émeric)

Szapolyai (Étienne)

Szécsi (Denis)

Thuróczy (Benoît)

Tuz (Jean)

Újlaki (Nicolas)

Vitéz (Jean)

Vladislas II Jagellon (1490-1516)

Bakócz (François)

Bakócz (Thomas)

Barátin (Luc)

Báthori (Étienne)

Batthyány (Benoît)

Beriszló (Pierre)

Bornemisza (Jean)

Both (André)

Both (Jean)

Brandebourg (Georges de)

Buzlai (Moïse)

Corvin (Jean)

Derencsényi (Émeric)

Dombai (Paul)

Drágffy (Barthélemy)

Ernuszt (Sigismond)

Fodor (Étienne)

Geréb (Pierre)

Kanizsai (Ladislas)

Kemedi (Pierre)

Losonci (Ladislas)

Mekcsei (Georges)

Mislenovic (Marc)

Perényi (Émeric)

Pethő (Jean)

Thurzó (Sigismond)

Szalkai (Ladislas)

Szapolyai (Étienne)

Szapolyai (Jean)

Szatmári (Georges)

Szentgyörgyi (Pierre)

Szeremlényi (François)

Szobi (Michel)

Szőllősi (Paul)

Váradi (Pierre)

Várdai (Nicolas)

Louis II Jagellon (1516-1526)

Bácsi (François)

Bakócz (Thomas)

Batthyány (Benoît)

Bebek (Émeric)

Beriszló (Pierre)

Buzlai (Moïse)

Frangepán (Georges)

Mekcsei (Georges)

Moré (Philippe)

Országh (Jean)

Paksi (Blaise)

Pethő (Jean)

Sárközi (Albert)

Statileo (Jean)

Szalaházy (Thomas)

Szalkai (Ladislas)

Szapolyai (Jean)

Szatmári (Georges)

Tomori (Paul)

Jean Szapolyai (1526-1540)

Ártándy (Paul)

Athinai (Simon)

Bácsi (François)

Bánffy (Jean)

Báthori de Somlyó (Étienne)

Batthyány (François)

Bekény (Benoît)

Bodó (François)

Brodarics (Étienne)

Czibak (Émeric)

Drugeth (François)

Eszéki (Jean)

Frangepán (Christophe)

Frangepán (François)

Gritti (Ludovico)

Kőrösi (Nicolas)

Kun (Gothard)

Laski (Hiéronyme)

Nádasdy (Thomas)

Országh (Émeric)

Perényi (Pierre)

Pestyéni (Grégoire)

Petrovics (Pierre)

Statileo (Jean)

Tatár (Thomas)

Thornallyai (Jacques)

Tomori (Étienne)

Török (Valentin)

Utješenić, dit Martinuzzi (Grégoire)

Verancsics (Antoine)

Werbőczi (Étienne)

Ferdinand Ier de Habsbourg (1526-1564)

Nádasdy (Thomas)

Országh (Jean)

Podmaniczky (Émeric)

Révai (François)

Szalaházy (Thomas)

Thurzó (Elek)

Újlaki (François)

Várday (Paul)

Notes

1 Sur l’histoire mouvementée de ce pays à l’époque moderne, voir Claude Michaud, Entre croisades et révolutions. Princes, noblesses et nations au centre de l’Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, 2010.

2 Les prénoms des personnages historiques hongrois ont été francisés.

3 M. Istvánffy, Istvánffy Miklós magyarok dolgairól írt históriája [Historiarum de rebus Ungaricis libri xxxiv, Cologne, 1622], éd. P. Benits, Budapest, 2001, t. 1, p. 113.

4 A. Bonfini, Rerum Ungaricarum Decades [Bâle, 1568], III, 10, 275. Le renvoi à l’ouvrage de Bonfini s’effectuera suivant la traduction hongroise complète donnée par Péter Kulcsár (A magyar történelem tizedei, Budapest, Balassi Kiadó, 1995) en indiquant le numéro de la décade, celui du livre et celui de la période.

5 Ibid., III, 10, 280.

6 Le comitat (comitatus) « était un territoire groupé autour d’un château fort où résidait » le comte (comes), « nommé par le roi et responsable du maintien de l’ordre ». Il présidait l’assemblée du comitat, cadre de la vie politique locale. Jean Bérenger, La Hongrie des Habsbourg, t. 1, Rennes, 2010, p. 32-33.

7 E. Mályusz, « A magyar rendi állam Hunyadi korában (1) », Századok, 91, no 1-4, 1957, p. 33. « A magyar rendi állam Hunyadi korában (2) », ibid., 91, no 5-6, 1957, p. 535.

8 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, Histoire de la Hongrie médiévale, t. 2, Rennes, 2008, p. 216-217.

9 Gy. Szerémi, Szerémi György, II. Lajos és János királyok házi káplánja, emlékirata Magyarország romlásáról (1484-1543), G. Wenzel éd., Pest, 1857, p. 28-29.

10 A. Bonfini, op. cit., IV, 8, 215.

11 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 219.

12 Istvánffy M., op. cit., p. 38.

13 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 378.

14 A. Bonfini, op. cit., IV, 7, 65 et 90.

15 Ibid., IV, 7, 1-5.

16 Ibid., IV, 7, 60.

17 Ibid., IV, 9, 205.

18 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 220, 231.

19 Ibid., p. 224. E. Fügedi, Uram királyom… A xv. századi Magyarország hatalmasai, Budapest, Gondolat Kiadó, 1974. Nous citerons ci-après la réédition de ce livre (Budapest, Sas Kiadó, 2004), p. 119.

20 G. Marzio, Martius Galeot könyve Mátyás király jeles, bölcs és elmés mondásai és tetteiről [De egregie, sapienter, iocose dictis ac factis regis Matthiae], G. Kazinczy éd., Pest, 1863, chapitre XI, p. 19.

21 E. Fügedi, op. cit., p. 83.

22 M. Istvánffy, op. cit., p. 165.

23 Mathias au pape Paul II, Buda, 7 mars 1465, Mátyás király levelei [désormais Mkl], Fraknói V. (dir.), Budapest, 1893-1895, t. 1, p. 81.

24 E. Fügedi, op. cit., p. 133.

25 G. Bartay et E. Bartay, Magyarország prímásai, Buda, 1847, p. 108.

26 Gy. Ráth, « Aragóniai János », Századok, 24, no 4, 1890, p. 328-336, 414-424.

27 M. Istvánffy, op. cit., p. 102.

28 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 224.

29 Ibid., p. 234.

30 V. Fraknói, « Váradi Péter kalocsai érsek élete », Századok, 17, no 6, 1883, p. 491-495.

31 François Perényi est évêque de Transylvanie (1507-1514), puis évêque de Várad (1514-1526).

32 A. Vorbuchner, Az erdélyi püspökség, Brassó, 1925, p. 18, 31-32.

33 E. Fügedi, op. cit., p. 128.

34 A. Vorbuchner, op. cit., p. 32.

35 G. Bartay et E. Bartay, op. cit., p. 99, 116, 121.

36 A. Kubinyi, « Hungary’s power factions and the Turkish threat in the Jagiellonian period (1490-1526) », dans Zombori I. (dir.), Fight Against the Turk in Central-Europe in the First Half of the 16th Century, Budapest, 2004, p. 126.

37 E. Fügedi, op. cit., p. 117.

38 Ibid., p. 120.

39 Ibid., p. 142.

40 M. Istvánffy, op. cit., p. 228.

41 Ibid., p. 186-187.

42 E. Fügedi, op. cit., p. 145.

43 Le titre de baron héréditaire n’apparaissait qu’en 1505 et n’était pas fréquemment attribué par les rois jusqu’à la fin des années 1540.

44 E. Fügedi, op. cit., p. 188.

45 A. Kubinyi, art. cit., 2004, p. 119.

46 E. Fügedi, op. cit., p. 183.

47 A. Kubinyi, art. cit., 2004, p. 125.

48 Ibid., p. 124

49 E. Fügedi, op. cit., p. 183.

50 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 226.

51 E. Fügedi, op. cit., p. 184.

52 Ibid., p. 186-187.

53 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 232-236.

54 Ce changement survenait au lendemain de la mort du très puissant Nicolas Újlaki, ban de Macsó (1438-1458, 1460-1472), voïvode de Transylvanie (1441-1445, 1449-1458) et roi de Bosnie (1471-1477).

55 M. Istvánffy, op. cit., p. 39, 73, 77, 108.

56 Ce passage sur les voïvodes s’appuie sur Engel P., Kristó Gy., Kubinyi A., op. cit., p. 357-358.

57 Étienne Werbőczi est palatin pendant quelques mois en 1525-1526.

58 Cette section s’appuie sur P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 307, 312, 362. Voir aussi, A. Kubinyi, « A királyi tanács köznemesi ülnökei a Jegelló-korban », dans É. Balázs, E. Fügedi, F. Maksay (dir.), Társadalom-és művelődéstörténeti tanulmányok. Mályusz Elemér Emlékkönyv, Budapest, 1984, p. 257-268.

59 E. Mályusz, art. cit., p. 531.

60 V. Fraknói, « Mátyás király magyar diplomatái. Ötödik közlemény », Századok, 32, no 9, 1898, p. 771.

61 A. Kubinyi, « A Jagelló-kori Magyarország történeti vázlata », ibid., 128, no 2, 1994, p. 291.

62 A. Kubinyi, « Bárok a királyi tanácsban Mátyás és II. Ulászló idején », ibid., 122, no 1-2, 1988, p. 211-212.

63 Cette section sur les secrétaires s’appuie essentiellement sur A. Kubinyi, « A királyi titkárok II. Lajos király uralkodása idején », Gesta. Miskolci történész folyóirat, 6, no 1, 2006, p. 3-22. Voir aussi J. Fógel, II. Ulászló udvartartása (1490-1516), Budapest, 1913, p. 45-50 et P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 345, 386.

64 Lettre de Mathias Ier à Frédéric III, 18 janvier 1465, Mkl, t. 1, p. 71. Lettre de Mathias Ier au doge de Venise, 4 juillet 1465, ibid., t. 1, p. 99.

65 L’origine sociale d’un seul secrétaire n’a pas pu être déterminée.

66 Cette section s’appuie en grande partie sur A. Kubinyi, art. cit., 1988, p. 147-215.

67 Kubinyi A., « A királyi udvar a késő középkori Magyarországon », dans N. Etényi, I. Horn (dir.), Idővel paloták… Magyar udvari kultúra a 16-17. században, Budapest, 2005, p. 18.

68 M. Istvánffy, op. cit., p. 94.

69 Ibid., p. 82-83.

70 Ibid., p. 147.

71 A. Bonfini, op. cit., IV, 3, 100.

72 M Istvánffy, op. cit., p. 120.

73 Ibid., p. 126.

74 Ibid., p. 186.

75 A. Bonfini, op. cit., IV, 7, 1-5.

76 Ibid., V, 1, 25.

77 Ibid., V, 2, 5.

78 M. Istvánffy, op. cit., p. 134-135.

79 A. Bonfini, op. cit., V, 3, 115.

80 J. Fógel, op. cit., p. 55. P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 275, 345.

81 D. Csánki, « Harminchatpecsétes oklevél 1511-ből », Turul, 5, no 1-2, 1887, p. 1-11, 49-59.

82 Tel est le cas du trente-deuxième sceau appartenant à Michel Pálóczi, échanson du roi en 1511, qui n’a eu droit qu’à un sceau de cire verte.

83 P. Engel, Gy. Kristó, A. Kubinyi, op. cit., p. 227.

84 Cette section s’appuie sur G. Barta, « Konszolidációs kísérlet Magyarországon a mohácsi csatavesztés után (Szapolyai János király kormányzása, 1526 november-1527 augusztus) », Századok, 111, no 4, 1977, p. 636-677. Voir aussi R. Bottlik, « Az 1531.-évi krakkói alku », Ibid., 137, no 3, 2003, p. 582-583.

85 Ce titre épiscopal était, par ailleurs, déjà celui de Thomas Szalaházy, partisan de Ferdinand Ier.

86 Mindszenti Gábor diáriuma öreg János király haláláról, Budapest, 1977, p. 20.

87 Ces deux dernières « nations » possédaient une large autonomie à l’intérieur de la principauté en ayant leurs propres assemblées délibératives et leurs circonscriptions politiques et judiciaires appelées « sièges ». Les membres des trois nations appartenaient à quatre religions : calviniste, luthérienne, catholique, unitarienne.

88 I. Horn, Tündérország útvesztői. Tanulmányok Erdély történelméhez, Budapest, 2005, p. 233.

89 Ibid., p. 9-87.

90 Cette section s’appuie sur L. Márk, « A királyi tanács átalakulása és története 1526 után », Századok, 51, no 7-8 et no 9-10, 1917, p. 472-493, 577-602. Voir aussi J. Bérenger, op. cit., p. 24, 26 et G. Pálffy « A bécsi udvar és a magyar rendek a 16. században », Történelmi Szemle, 41, no 3-4, 1999, p. 331-367.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Pierre tombale d’Émeric Szapolyai, conseiller de Mathias Ier (1487), chapelle des Szapolyai à Szepeskáptalan. [Source : József Szentpéteri (dir.), Magyar kódex, Budapest, Kossuth kiadó, 1999, t. 2, p. 258]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 2 > Coupe transversale reconstituée (nord-sud) du château de Simontornya, façonné « à l’italienne » par Moïse Buzlai, conseiller de Vladislas II et Louis II. [Source : Miklós Horler, Márta H. Tabajdi, A simontornyai vár, Szekszárd, 1987, p. 12]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 > Trente-six sceaux apposés sur une décision du Conseil (11 mai 1511). [Source : Csánki D., « Harminchatpecsétes oklevél 1511-ből », Turul, 5, no 1-2, 1887, p. 2]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 4 > Le royaume de Hongrie au XVe siècle avec la localisation des lieux de réunion connus du Conseil de Mathias Ier et de Vladislas II (1458-1516).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 5 > Château de Sárospatak, la loggia bâtie par Pierre Perényi, conseiller de Jean Szapolyai. [Source : Károly Gink, Balázs Vargha, Magyar várak, Budapest, Officina Nova, 1993]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 6 > Château d’Egervár, la Cour « italienne » bâtie par Thomas Nádasdy, conseiller de Jean Szapolyai et Ferdinand Ier (années 1540). [Source : Károly Gink, Balázs Vargha, op. cit.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540