Versión clásicaVersión móvil

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Le Conseil Royal au Portugal (1400-1520)

Rita Costa-Gomes

Texto completo

Nous tenons à remercier ici tout particulièrement la Fundación Casa Ducal de Medinaceli (Espagne) et les Archivio di Stato di Torino (Italie) pour leur aimable autorisation de reproduction.

  • 1 Albuquerque Afonso, Cartas, éd. Baião Antonio, Lisbonne, 1957, p. 57.
  • 2 Sur la carrière de Albuquerque : « Albuquerque, Afonso de » dans Albuquerque Luis de (dir.), Dicion (...)

1Dans une lettre au roi du Portugal Manuel Ier expédiée d’Inde en 1512, le noble Afonso d’Albuquerque s’exprime de la manière suivante : « il faudrait vous débarrasser, sire, du conseil d’hommes que la guerre dégoûte1 ». De son point de vue, ceux qui siègent à Lisbonne, à la Cour du roi, sont incapables de percevoir la complexité des problèmes qu’il affronte en Inde en tant que principal agent de l’autorité du roi du Portugal en Asie. Albuquerque, quant à lui, a appris avec une surprenante rapidité les contours de ce monde centré sur l’océan Indien, de la côte orientale de l’Afrique jusqu’à la péninsule malaise, qui est devenu pour lui un champ d’action vaste et varié. Élevé depuis son enfance dans la maison du roi, où il a reçu une éducation centrée sur les compétences attendues d’un courtisan, Albuquerque a également disposé d’un entraînement préalable au Maroc en tant que jeune noble au service du roi. Ses talents se révèlent en Inde, alors qu’il est déjà un homme mûr, dans la courte décennie qui sépare 1503 et 15152.

  • 3 Sena, Jorge de, A Estrutura de « Os Lusíadas » e outros Estudos Camonianos, Lisbonne, 1970, p. 160- (...)

2Les lettres fréquemment envoyées par Afonso de Albuquerque au roi du Portugal illustrent bien le contraste, suggéré par l’historien de la littérature Jorge de Sena, entre l’expérience du courtisan portugais et le modèle qui se répand à partir de la Cour d’Urbino dans l’Europe de la Renaissance. La figure décrite dans les dialogues de Balthazar Castiglione évolue au sein d’un univers miniaturisé, dans une Cour qui est un espace restreint et auto-suffisant : un palais à l’intérieur d’une cité. Jorge de Sena nous rappelle que Camões, à l’inverse, dépeint dans la figure héroïque de Vasco da Gama un courtisan qui se meut dans des espaces océaniques, et qui procure à son prince une vue sur toute l’étendue du globe3.

3Revenons un instant au cas d’Afonso d’Albuquerque. Autant que par sa vision pragmatique du monde sud-asiatique, on est surpris dans ses lettres par le ton franc et presque familier qu’il adopte avec le destinataire. Celui-ci est, officiellement, le roi lui-même. Mais derrière le roi se profilent aussi les hommes qui l’entourent et à l’intention desquels l’auteur des lettres développe des arguments visant à réfuter leurs positions, qu’il critique ouvertement. Ces hommes composent le cercle restreint des conseillers et collaborateurs jouissant de la confiance de Manuel Ier, auxquels Albuquerque essaye d’expliquer (on pourrait dire qu’il essaye de traduire), tout autant qu’au roi lui-même, « les faits de l’Inde ».

4Mais que sait-on des réalités sociales de cette Cour de Manuel Ier, comme de celle de ses prédécesseurs immédiats, lieux d’origine de figures comme Albuquerque, Vasco de Gama ou du premier vice-roi de l’Inde, Francisco de Almeida ? Les historiens s’accordent facilement à voir dans ces personnages bien connus les membres d’une « noblesse de service » promue par les monarques de la dynastie des Aviz, mais ils ont davantage de difficultés à décrire cette noblesse.

  • 4 Pour des recueils récents de notices biographiques, voir Costa João Paulo de Oliveira et Rodrigues (...)

5Les rois du Portugal, depuis l’avènement de João Ier (r. 1385-1433) (fig. 1), se sont entourés, en effet, d’un corps de serviteurs aux origines sociales variées dont ils se sont servis, comme tant de monarques contemporains, pour le gouvernement, la diplomatie, ou la guerre. On continue à se pencher de façon presque exclusive sur des figures individuelles qui, souvent (comme dans le cas de Gama) dominaient déjà les premières chroniques de l’expansion portugaise, au XVIe siècle. On omet ainsi de s’interroger sur ce qui serait typique ou, au contraire, tout à fait exceptionnel et unique dans le profil de ces explorateurs, navigateurs et conquérants issus de la Cour portugaise – ce qui n’est pas le cas, certes, de tous ceux qui ont construit le premier empire portugais au Maroc et en Inde. Bref, il nous manque toujours un portrait d’ensemble qui permettrait de mieux cerner l’environnement humain dont ces personnages font partie, et même de comprendre les nombreux traits communs de leurs biographies respectives4.

Fig 1 > João Ier (r. 1385-1433) vers 1433, huile sur bois. [Lisbonne musée national d’Art antique]

  • 5 Homem Armando Luis de Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei? A Propósito dos “Privados” (...)
  • 6 Caetano Marcelo, História do Direito Português. Fontes – Direito Público (1140-1495), Lisbonne, 198 (...)

6La recherche sur un secteur précis de la Cour royale du Portugal, le Conseil du roi, peut contribuer à une ébauche de ce portrait d’ensemble qui nous fait défaut. Deux historiens modernes se sont penchés sur le Conseil royal de la fin du Moyen Âge : le médiéviste Carvalho Homem et, plus récemment, Susannah Humble5. Le premier a centré son analyse sur le début du XVe siècle (1385-1433), la deuxième sur la dernière décennie de ce siècle et les premières du suivant (1495-1521). Trop longtemps, le sujet n’a été étudié que par les historiens du droit, une perspective qu’illustrent les travaux de Marcelo Caetano proposant une vision d’ensemble des institutions royales étudiées surtout à la lumière de sources normatives6. La composition sociale du Conseil royal, le profil typique des compétences des conseillers, ou leur rôle dans les débats et décisions politiques prises par le roi, ne faisaient pas partie des interrogations de cette historiographie. Dans le présent essai, on essayera donc de reprendre notre enquête sur la Cour royale à partir de l’univers plus restreint des membres du Conseil du roi. Il s’agira surtout de mettre en évidence la dynamique par laquelle se construit, à partir de la fin du Moyen Âge, un champ politique auquel participent les conseillers par les processus de prise de décision royale, en tant qu’interlocuteurs, et parfois également exécuteurs, de la volonté du monarque.

7Tout d’abord, il nous faudra tracer les grandes lignes de l’évolution du Conseil depuis le XIIIe siècle jusqu’au règne de Manuel Ier, en tenant compte des travaux disponibles et des problèmes soulevés par les auteurs mentionnés. Dans une deuxième section de cet essai, on cherchera à clarifier la distinction essentielle entre différentes modalités de participation au Conseil, notamment l’existence simultanée d’un Conseil plus restreint et d’un Conseil élargi dont la dimension est en croissance continue à partir de la fin du XVe siècle. On mettra en relief des écrits produits dans le contexte de la Cour portugaise, qui nous renseignent non seulement sur les aspects pratiques et les expériences des conseillers de cette période, mais aussi sur le développement de formes culturelles associées à la pratique du conseil et à la participation aux sphères du pouvoir plus proches des rois. Une synthèse des principales tendances observées pendant cette période dans la composition du Conseil royal au Portugal sera proposée à la suite de cette vision d’ensemble. La figure du conseiller royal est-elle représentative du profil varié du courtisan portugais de la Renaissance ? Cet essai se terminera par quelques conclusions qui répondent à cette question plus générale.

L’ÉVOLUTION DU CONSEIL AU PORTUGAL DU XIIIe SIÈCLE AU RÈGNE DE MANUEL Ier

8Conseiller le roi pendant le haut Moyen Âge était en premier lieu un mécanisme générateur de consensus car cette pratique visait, comme tant d’autres dans les sociétés où l’état était largement absent, à gérer la paix entre les puissants, ainsi qu’à affirmer et à faire respecter leurs droits. Résultant de la réunion plus ou moins fréquente des seigneurs reconnaissant l’hégémonie d’un souverain, la pratique du conseil était un signe de la soumission ou subordination politique de la part des grands tout en étant, d’autre part, un moyen d’affirmer leur participation à la sphère du pouvoir. Dans la Péninsule ibérique comme ailleurs en Europe occidentale, par l’intermédiaire de leur tâche de conseiller, les aristocrates issus de la noblesse féodale avaient le sentiment de participer à la résolution de conflits – comme le décrit de façon exemplaire le Poème du Cid castillan – mais aussi de s’acquitter d’un devoir précis, de nature personnelle (consilium et auxilium). Sous ce double signe de l’attente, de la part des puissants, de participer aux résolutions prises par le roi, autant que de la reconnaissance de l’autorité de celui-ci, est donc née une tradition politique qui façonne de manière décisive l’évolution du Conseil royal jusqu’en pleine Renaissance.

  • 7 Une brève synthèse de ces transformations : Homem Armando Luis Carvalho, « A Corte e o Governo Cent (...)
  • 8 Les Cortes seraient le résultat de convocations générales faites lors d’occasions extraordinaires, (...)

9Dans le cas du royaume portugais, issu au milieu du XIIe siècle de la sécession d’un comté faisant partie du royaume de Léon, les premiers monarques se sont entourés de personnages dont les noms nous sont transmis par la liste de ceux qui confirment les diplômes royaux. Parmi ceux-ci, on trouve quelques ecclésiastiques et des nobles provenant surtout de la région Nord-ouest de la Péninsule ibérique. Les traces d’un mécanisme régulier de consultation des puissants se trouvent clairement au XIIIe siècle, qui marque une transformation fondamentale de la Cour et des institutions royales portugaises. Parmi les signes de cette transformation on citera, entre autres, la structuration des registres de la chancellerie royale (celle-ci adoptant à la fin du siècle l’usage de la langue portugaise) ; la présence assidue à la Cour de nobles cultivant des modes de vie aristocratiques et de plus en plus dépendants du roi ; la réunion des parlements (Cortes) avec la participation des représentants des villes du royaume7. Ce dernier aspect est toujours mis en rapport, par les historiens du droit et des institutions, avec l’évolution du Conseil royal puisque le modèle d’explication génétique prédominant dans leurs travaux propose une matrice commune à l’origine du Conseil et des Cortes8. Suivant un raisonnement déductif, l’institutionnalisation des mécanismes stables de consultation et de délibération des parlements fournirait la contre-preuve d’une autonomie définitive de cette autre instance de consultation des monarques qu’était le Conseil royal.

  • 9 Mattoso José, Identificação de um País, 1096-1325, Lisbonne, 1985, vol. 2, p. 84-93 et p. 118-119.
  • 10 Branco Maria João Violante, « The King’s Councillors’ Two Faces, a Portuguese Perspective », dans L (...)

10L’identification des hommes qui appartenaient à ce groupe se pressant auprès des monarques est rendue possible par les nombreuses traces de leur activité laissées dans les diplômes royaux. La carrière et l’influence des conseillers des rois du Portugal qui possèdent une formation juridique, depuis les premières décennies de 1200, ont surtout été mises en rapport avec le développement des théories de l’autorité royale, exprimées dans les textes législatifs et les actes de gouvernement et visant à affirmer cette autorité aux dépens des seigneurs de la noblesse, et de l’Église elle-même9. Ces conseillers étaient souvent des membres notables de la hiérarchie ecclésiastique du royaume, généralement issus des chapitres des principales cathédrales comme Lisbonne, Coimbra ou Porto. Leurs positions étaient marquées par cette double appartenance dans les conflits qui ont opposé, de façon régulière, la royauté portugaise à l’autorité papale10.

  • 11 Un exemple majeur se trouve dans la carrière du prieur des Hospitaliers au Portugal, Álvaro Gonçalv (...)

11D’autre part, avec l’achèvement (vers 1250) du processus de conquête des régions du sud islamique, s’est accru le pouvoir des ordres militaires. Il s’agissait d’un pouvoir ancré dans la possession seigneuriale de larges territoires au centre et au sud du royaume, et dans une puissance militaire bien supérieure à celle de la plupart des nobles présents à la Cour du roi. Parmi les conseillers des monarques du XIVe siècle, on trouve donc les maîtres des ordres du Christ et d’Aviz, ou encore le prieur des Hospitaliers, qui ont acquis des positions influentes à la Cour de Pedro Ier (r. 1357-1367) et de Fernando Ier (r. 1367-1383) avec les membres de leurs parentèles, quelquefois impliquées aussi dans d’autres régions ibériques (notamment la Galice)11.

  • 12 L’importance des évêques dans l’activité diplomatique au XIVe siècle est mise en relief par Marques (...)
  • 13 Quelques historiens ont suggéré la persistance d’une solidarité d’intérêts des membres des ordres à (...)

12Ces deux sortes de conseillers illustrent bien les transformations survenues au XIVe siècle dans le groupe des hommes qui entouraient les rois du Portugal. On n’observe pas de perte d’influence des ecclésiastiques présents à la Cour, mais une évolution de leur profil et de leurs motivations. On trouve toujours parmi les conseillers des hommes d’église provenant des universités, des légistes ou experts en droit, ainsi que, de manière régulière, des évêques, spécialement actifs dans la diplomatie royale12. Les transformations sont de nature différente en ce qui concerne les ordres militaires. Les maîtres et quelques chevaliers des ordres militaires participent au Conseil royal, malgré leurs origines plus obscures, à côté des membres des principales familles de la noblesse et des parents du roi – notamment de ses frères, légitimes ou bâtards. Dans les ordres militaires, un processus typique de « curialisation des guerriers » est ainsi contemporain des premières ébauches d’une mainmise royale sur ces institutions qui relevaient de l’Église. Cette tendance trouvera son aboutissement aux XVe et XVIe siècles avec le choix de membres de la famille royale comme maîtres ou gouverneurs des ordres13.

  • 14 Homem A. L. Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei… », art. cit., p. 29.

13Le Conseil de Fernando Ier (r. 1367-1383) est un cas particulier à cause des conflits violents qui ont traversé sa Cour, ainsi que des différentes guerres provoquées par la politique ibérique de ce souverain dans le contexte de la guerre de Cent Ans et du Schisme de l’Église. Carvalho Homem relevait déjà dans ses travaux, la particularité constituée par le poids majoritaire des hommes de la bureaucratie royale au Conseil de ce monarque14. Ceci marque la défection d’une partie significative de la noblesse en matière de conseil, mais constitue aussi un aboutissement du point de vue de l’évolution de l’appareil bureaucratique du royaume médiéval. Le Conseil royal de la fin du XIVe siècle, en effet, était devenu une instance gouvernementale qui dépassait largement ses fonctions théoriques de consultation législative et judiciaire. Au fur et à mesure que s’affirme la bureaucratisation des mécanismes de gouvernement, on observe pendant ce siècle la position centrale occupée par les officiers fréquentant assidûment le roi et généralement associés aux cercles de la chambre royale. La chambre était un organe de la Cour mettant en place des mécanismes de contrôle de l’accès au souverain, une configuration humaine organisée autour de la présence physique de celui-ci. Les officiers qui fréquentaient la chambre royale devenaient de véritables courroies de transmission qui rendaient possible l’articulation d’un système institutionnel complexe et stratifié, où les sphères d’action des divers agents pouvaient se croiser et se chevaucher, dans le respect des traditions et privilèges des différents offices.

  • 15 Costa Gomes Rita, « Para uma história do silêncio: o mundo do cortesão entre a Idade Média e o Rena (...)
  • 16 Costa Gomes Rita, « Para uma história do silêncio : o mundo do cortesão entre a Idade Média e o Ren (...)

14À partir de cette époque, l’écrivain qui gardait le « petit sceau » du monarque, appelé au Portugal (comme en Castille) l’écrivain de la puridade occupe un rôle central lors des réunions du Conseil. Le champ sémantique propre du mot puridade dans les textes médiévaux inclut des notions de proximité, de confiance et de secret, un faisceau de significations proches de cette autre désignation, devenue courante elle aussi au XVe siècle, de « secrétaire » ou « scribe des secrets15 ». Le « petit sceau » restait sous le contrôle direct du roi, alors que le « grand sceau » était confié au Chancelier, qui était à la tête de la machinerie bureaucratique de la chancellerie royale. Vers 1360 l’écrivain de la puridade vit ses compétences explicitement réglementées au Portugal par des normes écrites qui le plaçaient au centre d’une plaque tournante de distribution de tâches et d’informations puisqu’il était en charge de la transmission des décisions du roi aux autres institutions bureaucratiques centrales de gouvernement et d’administration16.

  • 17 Rau Virginia, A Casa dos Contos, Coimbra, 1951.
  • 18 Godinho Vitorino Magalhães, « A Formação do Estado e as Finanças Públicas », Ensaios e Estudos. Uma (...)

15Les origines de cette organisation remontent peut-être à la première moitié du XIVe siècle, moment où apparaît un autre complexe d’officiers qui traduisait l’importance cruciale des ressources financières pour toute initiative des monarques. Dans le Conseil des rois siégeait donc, après les années 1370, cette autre figure originale dans la tradition portugaise de gouvernement appelée le vèdor da fazenda – expression que l’on peut traduire par « celui qui examine (littéralement, celui qui voit) les ressources financières du roi ». Pendant toute la période que l’on analysera de plus près, c’est-à-dire le XVe siècle et le début du XVIe siècle, il y eut dans le Conseil royal une présence infaillible de ces deux types d’agents : l’écrivain de la puridade – travaillant de près, on le verra, avec les « secrétaires » et écrivains de la chambre royale – et l’officier spécialisé en matière de ressources financières. Celui-ci était aussi chargé de l’indispensable liaison avec les institutions comptables (Casa dos Contos)17 et des mécanismes de financement extraordinaire dont le poids croissant dans le régime des finances royales explique en grande partie l’influence de ce type d’agent auprès des monarques18.

  • 19 Cette proposition des Cortes identifiait par leur nom les personnages à intégrer au Conseil proposé (...)

16La fin du XIVe siècle est aussi marquée, au Portugal, par la première tentative d’introduction dans le Conseil royal d’une représentativité selon une logique propre aux « états » (Ständeordnung), un projet récurrent jusqu’en 1450 et inspiré du principe courant dans l’ordre politique du bas Moyen Âge que « ce qui touche à tous doit être décidé par tous ». Au cours des réunions parlementaires de 1385, qui virent l’élection comme roi du Portugal du maître de l’ordre militaire d’Aviz, fils bâtard de Pedro Ier, les participants proposèrent que le Conseil royal fût composé de deux prélats, quatre nobles, quatre lettrés et quatre « citoyens » des principales villes de Lisbonne, Porto, Coimbra et Évora19. Le poids nouveau et décisif des élites urbaines portugaises semble avoir été à l’origine de ce projet, apparu dans un contexte de rupture dynastique. L’initiative de 1385 prouve justement, dans la perspective qui est la nôtre, l’importance que le Conseil royal avait atteint au XIVe siècle dans le régime de gouvernement des monarques du Portugal, régime que les parlementaires voulaient réformer en établissant des règles concernant le recrutement des conseillers et en suggérant les personnalités spécifiques devant en faire partie.

  • 20 Il s’agit de Fernão Gonçalves d’Arca : Caetano M, A Crise Nacional…, op. cit., p. 77.

17Quoique la pratique politique du conseil, et le choix même des conseillers de João Ier (r. 1385-1433), manifestent une tendance au recrutement de quelques personnages originaires des élites urbaines (que le roi, d’ailleurs, anoblissait aisément), on peut conclure que le monarque a rejeté, de façon pragmatique, la logique représentative qui était contenue dans le programme des Cortes de 1385, puisqu’il a choisi de ne pas la suivre pendant son règne, long de plus de quarante ans. La seule exception documentée est la présence sporadique parmi les conseillers d’un « citoyen » d’Évora, nommé en tant que tel en 1386 mais dont la présence semble ne pas avoir duré au-delà du contexte politique, encore instable, des premières années du règne20.

  • 21 Monumenta Henricina, Coimbra, Comissão Executiva das Comemorações do V Centenário da Morte do Infan (...)

18Une deuxième tentative d’introduction d’une logique représentative dans le Conseil royal est attestée en 1438 dans le contexte de la crise politique ouverte par la mort soudaine du roi Duarte Ier (r. 1433-1438). Puisque le jeune héritier était encore un enfant, un régime de régence pendant sa minorité fut proposé aux parlementaires par l’un des princes de la maison royale, régime visant, entre autres, à l’organisation du Conseil par une rotation de plusieurs personnalités de façon à garantir la coopération des différentes factions de la société politique, comme on verra plus avant. Mais ce projet proposait également, fait important à la lumière des antécédents de 1385, l’établissement de trois conseillers qui seraient les représentants de chaque « état » : du clergé (clerezia), de la noblesse, et des « citoyens » des villes (cidadãos)21. Encore une fois, ces propositions n’engendrèrent pas d’ordre politique durable au-delà de la crise de 1438-1439. Le Conseil royal apparaît alors, de toute façon, comme une instance indispensable à l’obtention d’un équilibre proprement politique entre les différentes factions, et non seulement dans l’articulation centralisée des mécanismes de gouvernement, comme on l’observait déjà pour le siècle précédent.

  • 22 Marques A. H. Oliveira, Portugal na Crise dos Séculos XIV e XV, p. 294 (tableau composé à partir de (...)

19Une clé pour la compréhension de l’émergence et de l’échec de ces projets résurgents réside non seulement dans l’identification et la recherche prosopographique de la composition du Conseil mais aussi dans une analyse de l’évolution parallèle des autres mécanismes représentatifs, en particulier les Cortes ou Parlements généraux du royaume. Les projets de 1385 et de 1438 attestent que les deux mécanismes institutionnels étaient liés, relativisant une vision trop affirmée de leur totale indépendance. Celle-ci est indéniable en ce qui concerne la composition et les fonctions des deux institutions mais, par ailleurs, le Conseil se montre sporadiquement inspiré par les principes représentatifs qui trouvent dans les Cortes leur expression plus complète. Or les Cortes se sont réunis au Portugal avec une remarquable assiduité pendant tout le XVe siècle. Les intervalles entre chaque réunion étaient, au minimum, de quatorze mois, et, au maximum, de trois ans et demi22. Cette assiduité a impliqué dans un dialogue avec les monarques un nombre bien plus vaste d’interlocuteurs que les seuls représentants des quatre principaux centres urbains du pays puisque, selon la coutume, quatre-vingts villes et bourgs (cidades e vilas) du royaume étaient habituellement convoqués aux réunions parlementaires.

  • 23 Le nom de determinadores est donné à ces 5 délégués élus par les représentants des 80 localités aya (...)

20L’action politique de João II (fig. 2)* vers la fin du XVe siècle (1481-1495) est à cet égard révélatrice, car elle inclut justement des mesures de réforme de procédure et d’organisation des travaux des Cortes menant à la restriction des réunions où toutes les villes seraient représentées. Ces mesures visaient, selon le monarque, à obtenir une plus grande efficacité bureaucratique, en soumettant les travaux parlementaires à une résolution par comité restreint des agendas préalablement établis. Dans ces comités, la totalité des villes devait être représentée par cinq députés seulement23. La présence simultanée des délégations de toutes les villes dans les Cortes devait se réduire par conséquent à de rares assemblées, surtout cérémonielles. Bref, on pourrait dire que l’intervention d’un cercle plus restreint (et plus influent ?) de représentants des villes portugaises se faisait sentir aussi dans les réunions parlementaires, ce qui aurait peut-être rendu moins pressante une présence du même type dans le Conseil royal.

Fig 2 > Portrait du roi João II du Portugal (r. 1481-1495). [Copie du XVIe siècle, collection Fundación Casa Ducal de Medinaceli (Espagne)]

  • 24 Sousa Armindo, As Cortes Medievais…, op. cit, p. 411-413.

21Déjà en tant que prince impliqué dans le gouvernement, dans la décennie 1470, João II défendait le bien fondé de ces innovations24. Elles représentaient plutôt l’avènement d’un style de fonctionnement proche des Conseils élargis dans les procédures des assemblées représentatives que la tendance inverse, vérifiée au début du siècle, d’introduire une logique de représentativité par « états » au Conseil royal. Malgré le traditionalisme affiché dans les textes issus des réunions parlementaires par les participants, toujours hostiles à l’égard des « innovations », on observe que les Cortes ont aussi changé pendant cette période, tout autant que le Conseil même. Leur relation mutuelle doit être prise en compte dans l’interprétation de l’évolution des deux institutions. Leurs sphères d’activité respectives, en effet, s’interpénétraient de plusieurs manières pendant la période qui va de 1400 à 1520. Le Conseil royal était aussi impliqué, par exemple, dans l’élaboration des « réponses » du monarque aux pétitions des parlements.

  • 25 Costa Gomes Rita, « Um acontecimento : As Cortes de 1481-82 », dans Curto Diogo Ramada (dir.), O Te (...)
  • 26 Les sentences des accusés mentionnent dans presque tous les cas que le roi a délivré les procès « e (...)

22Pour mieux comprendre cette évolution en tandem, il faut souligner à quel point les traditions du consilium et auxilium se sont transformées à la fin du Moyen Âge. Les événements du règne de João II le montrent parfaitement, y compris la répression violente par le roi de l’activité politique de la haute noblesse. Au Conseil comme dans les Cortes, tant le précédent établi que l’innovation procédurale restaient ouverts à une instrumentalisation de la part d’un monarque politiquement rusé ayant un programme d’action clairement défini. Deux exemples suffiront à illustrer cette affirmation pour le cas de João II. Le premier se situe en 1481. Les Cortes ont été poussées, dans les circonstances délicates de l’intronisation du monarque, à soutenir de manière novatrice les mesures radicales restreignant la juridiction seigneuriale des principaux nobles25. Prolongeant le même cycle de confrontation politique, les compétences judiciaires traditionnelles du Conseil ont aussi été mobilisées par ce même monarque dans le contexte des « conjurations » de 1483 et 1484, dans le but de frapper plus efficacement ses ennemis au sein même de la famille royale26. Pour comprendre le rôle central du Conseil royal dans la structuration du champ politique et dans le déroulement des conflits des années 1480, il nous faut maintenant analyser son fonctionnement et les grandes lignes de sa composition tout au long du XVe siècle.

FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION DU CONSEIL AU PORTUGAL AU XVe SIÈCLE

  • 27 Homem A.L. Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei… », art. cit., p. 44.
  • 28 Ibid., p. 66, tableau II.

23Après le changement dynastique de 1385, le Conseil royal portugais révèle une remarquable continuité dans le développement d’un style de procédure cohérent, et ce tout au long du XVe siècle. Instrument souple aux compétences encore diffuses dans le processus de décision politique, le corps des conseillers de João Ier (r. 1385-1433) se caractérise par une activité assidue mais non simultanée, ainsi que l’a observé Carvalho Homem. Les conseillers du roi en exercice étaient rarement plus de dix, quoique le nombre de ceux qui ont laissé des traces documentaires d’activité comme conseillers dépasse la trentaine. En effet, la principale conclusion proposée par cet historien est que l’on assiste alors à la convocation plus assidue par le monarque d’un nombre restreint de conseillers choisis parmi un corps plus large de personnages portant ce titre : « les conseillers [de João Ier] le sont en permanence, mais ils sont présents néanmoins de façon très irrégulière, en fonction de la volonté du souverain27 ». Ils ne sont pas toujours réunis de façon collégiale ou en totalité. La situation évolue d’ailleurs pendant ce règne, long de plus de quarante ans. La participation d’une génération de conseillers liés aux différents princes de la maison royale, et en particulier à l’héritier Duarte, marque une phase plus tardive, amorcée vers 1420, de la composition du Conseil royal de João Ier. La rénovation de l’organe se faisait alors par cooptation d’une nouvelle génération de conseillers contemporains des princes, et son activité devint plus intense, si l’on se réfère aux mentions de l’intervention du Conseil dans les documents enregistrés à la chancellerie28.

  • 29 « Ordenança dos tempos em que havia de despachar e como » dans Livro dos Conselhos de El-Rei Dom Du (...)

24La conjoncture spécifique des décennies de 1420 et 1430, marquée par une intense activité diplomatique, peut également être appréhendée à partir de textes conçus pour une circulation plus restreinte, qui ne sont pas assez pris en compte dans l’histoire du Conseil royal. Ces textes révèlent différemment des diplômes de chancellerie les rouages et les modalités du fonctionnement de cet organe. Lisons d’abord avec attention le véritable programme pratique formulé par le roi Duarte (r. 1433-1438) sous la rubrique générale « Ordonnance des temps pour expédier [les affaires]29 ». Ce texte a pour objectif l’établissement de ce que j’ai nommé « un régime personnel » de gouvernement, par lequel le roi investit un rapport direct et personnel avec ses collaborateurs et intervient effectivement dans toutes les sphères centrales de décision. Le texte, datant au plus tard de 1433, établit pour le Conseil royal ce qui suit :

  • 30 Livro dos Conselhos, p. 17-18 (traduction Rita Costa Gomes).

[…] pour le bon gouvernement de ces royaumes et de notre maison il faudra un Conseil continu et ordonné, pour tout ce qu’il nous paraîtra nécessaire, et chacun de nos frères sera à la tête de celui-ci.
Par conséquent, en leur présence ou sans eux, une salle sera toujours ordonnée dans tous les lieux où nous séjournerons ; et dans cette salle chaque matin très tôt, leurs messes écoutées, tous ceux, présents en cour, qui font partie du Conseil se réuniront. Là, ils traiteront de toutes les choses qui seront requises pour le service de notre seigneur Dieu, et le nôtre, et l’honneur et profit de ces royaumes.
Et si les faits sont nombreux, ils auront des jours assignés, selon l’ordre établi par le roi mon seigneur quand il gardait cette coutume. Et ils nous feront savoir leurs accords, et comment la chose ira selon la division des jours ci-dessous mentionnée ; et si l’affaire presse, ou ceux du Conseil voient qu’il est nécessaire, ils ne garderont ni l’heure ni le jour, mais sans tarder ils nous le diront et nous irons, Dieu voulant, tout de suite à leur rencontre.
Ils auront avec eux un écrivain de la chambre, qui écrira les accords selon la chose traitée en Conseil ; et celui-ci aura deux coffres, l’un avec les choses notables qui sont à garder, et l’autre pour les affaires de moindre importance.
Car nous sentons et jugeons recevoir, avec la grâce de Dieu, grand avantage en écoutant sur chaque chose le conseil des personnes qui en ont bonne connaissance. Néanmoins, nous recommandons à tous nos officiers, quand ils nous parlent des choses de notre service ou quelque autre requête, de nous dire tout de suite leur accord sur l’affaire, pour que de notre jugement, plaisant à Notre Seigneur, nous puissions mieux déterminer ce qui sera fait.30

  • 31 Une courte introduction à ce texte (avec bibliographie) : Lorenzo Ramon, « Leal Conselheiro » dans (...)

25Ce texte n’a pas été introduit dans la législation officielle du royaume, les compilations législatives du XVe siècle choisissant par contre, dans les passages consacrés au Conseil royal, des sources plus prestigieuses et à visée doctrinale, comme par exemple des textes décrivant le conseiller idéal dans les Partidas du roi Alphonse X de Castille (XIIIe siècle). Le texte cité plus haut n’est donc pas un véritable règlement. La tradition manuscrite de l’ « Ordonnance des temps » du jeune roi Duarte, en effet, suggère une circulation restreinte de ce texte, inclus dans le dénommé « Livre des Conseils » du monarque. Cette compilation manuscrite est proche de ce que serait un « livre de raison » royal, où se mêlent des lettres et des textes officiels, des notices faisant état de naissances ou de décès dans la famille royale, des recettes médicinales, des sermons et des textes de réflexion personnelle. Il n’est pas nécessaire de s’attarder ici sur le rapport entre le « Livre des Conseils » et le texte du Leal Conselheiro, œuvre littéraire attribuée au même monarque et dédiée à son épouse31. On soulignera simplement que le texte de l’ « Ordonnance des temps » comprenant les passages cités sur le Conseil royal ne fait pas partie non plus de cette deuxième œuvre, plus systématique et ambitieuse quoique visant toujours un public courtisan.

Fig 3 > Nuno Gonçalves, Polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469, portrait probable d’Henri le Navigateur, huile sur bois. [Lisbonne musée national d’Art antique]

26On peut donc conclure qu’il s’agit plutôt d’un programme à usage personnel, mis en place par le roi lui-même (et conservé parmi ses notes) pour organiser son activité de gouvernement en établissant les différents horaires auxquelles il doit traiter les affaires présentées devant lui. Le passage cité nous apprend de façon unique comment le monarque voyait les tâches du Conseil, et quelles mesures lui semblaient utiles pour organiser son activité. On y apprend que le Conseil pouvait se réunir sans la présence du roi, et que tous les conseillers présents à la Cour à ce moment devaient être présents. On peut ainsi considérer l’existence d’un « Conseil élargi » déjà dans les années 1430, c’est-à-dire un type d’assemblées régulières qui comptaient sur la participation de l’ensemble plus vaste de tous les personnages portant le titre de conseiller. Non seulement il s’agissait d’un organe collégial, mais son activité idéale était conçue par le roi Duarte comme quotidienne ou permanente – au moins quand le monarque n’était pas en voyage avec la Cour itinérante – et il disposait d’un lieu de réunion spécifique dans la résidence royale.

  • 32 Selon Mafalda Soares da Cunha, la présence en cour d’Afonso (1380 ?-1461), Comte de Barcelos et duc (...)

27Une partie importante du programme du roi Duarte consistait à mettre à la tête de cet organe consultatif ses frères, principe général qui impliquait sans doute les deux princes aînés de la maison royale : les ducs de Coimbra et Viseu (Pedro et Henri, bien plus tard nommé « le Navigateur ») (fig. 3), et peut-être aussi le frère du roi qui était maître de l’Ordre de Santiago, João. Il est en revanche moins sûr que le frère bâtard du roi, son aîné, l’influent Comte de Barcelos, ait été chargé de présider aux réunions, sa dignité de conseiller étant attestée par d’autres sources32. Quoi qu’il en soit, le monarque prévoit dans ce même texte que ses frères puissent ne pas être présents à la Cour, auquel cas le Conseil se réunirait sans eux. Exception faite du Duc de Coimbra, qui voyagea en Europe entre 1425 et 1428, cette présence plus ou moins assidue des princes de la maison royale à la Cour remontait peut-être à la dernière décennie du gouvernement de João Ier, décennie marquée, comme on l’a vu, par la participation au Conseil royal d’hommes qui appartenaient à la maison de ces mêmes princes. De même, la distribution hebdomadaire des différentes matières, selon le roi Duarte, était une pratique mise en place dès le temps de son père. Perpétuant l’usage déjà attesté au siècle précédent, les écrivains de la chambre royale devaient exécuter et archiver les registres de l’activité du Conseil. Ces archives sont arrivées jusqu’à nous seulement de façon très fragmentaire, comme on le verra plus en détail.

  • 33 Ces listes de gages de cour (moradias) ont été imprimées pour la première fois au XVIIIe siècle par (...)
  • 34 La liste de tous les actes qui seraient suspendus pendant la régence, sous le titre « Conseil », co (...)

28Le Conseil royal portugais pouvait donc soit être composé d’un nombre réduit de collaborateurs proches du roi – y compris certains bureaucrates et officiers – se réunissant en groupe restreint pour travailler avec lui, soit faire l’objet de réunions en plus grand comité, auxquelles ce texte fait référence, et au cours desquelles le monarque pouvait être absent. C’est une distinction dont il faut tenir compte pour expliquer la croissance du nombre de personnages mentionnés comme « conseillers » dans les listes nominales de gages et paiements de la Cour portugaise33. La dimension du Conseil royal, selon les listes nominales des gages de la Cour, aurait évolué entre un minimum de cinq et un maximum de quatorze personnes entre 1414 et 1477, pour atteindre plus de cinquante personnes dans les années 1490, un ordre de grandeur qui constitue le minimum observé au début du XVIe siècle. Mais en réalité, les estimations calculées à partir des listes nominales ne peuvent pas être comparées directement, car les listes ne tiennent pas toutes compte de la différence entre les deux modalités de réunions mentionnées dans le texte du roi Duarte. Il semble bien que les listes plus anciennes, par exemple, ne contiennent pas les noms de tous ceux ayant la dignité de « conseiller » à la Cour (cela est évident au moins pour le cas de João Ier), alors que les listes plus tardives sont composées par accumulation. La tendance à la croissance du Conseil dans sa modalité plus « élargie » s’annonçait déjà au milieu du siècle, quoique les listes nominales des gages ne l’enregistrent qu’après 1470. C’est ainsi que dans le texte de l’accord proposé lors de la crise politique de 1438-1439 on inclut la clause suivante : « on ne rajoutera point [d’autres personnes ?] au Conseil34 », ce qui suggère que le nombre de conseillers tendait déjà à augmenter.

  • 35 La liste de tous les actes qui seraient suspendus pendant la régence, sous le titre « Conseil », co (...)

29Le Conseil des monarques portugais apparaît donc au XVe siècle comme une instance de communication et d’interaction avec le roi pour un large groupe composé de plusieurs dizaines d’individus. Mais il s’agissait – point qu’il importe de souligner – d’un espace multiple, où les questions de préséance, de rang, et de positionnement mutuel comptaient de façon différenciée pour ces individus selon que le roi était présent ou non, et selon les modalités et la fréquence des réunions où ils étaient admis. Ces différences sont manifestes aussi dans leur degré de participation dans les processus de décision politique. Deux critères de choix réglaient l’appartenance au nombre plus réduit de ceux qui se réunissaient régulièrement avec les monarques et qui disposaient par conséquent d’occasions plus fréquentes de collaborer avec le roi et de se bâtir une carrière politique à la Cour. Tout d’abord, le critère ayant trait à ce que l’on pourrait nommer la sphère du « secret », liée à la notion de « confiance » et qui est l’apanage du Conseil restreint. C’est ici que l’on trouvera des personnages choisis par le monarque lui-même. L’autre critère de participation au Conseil restreint était néanmoins la coutume, souvent mentionnée dans le cas des officiers majeurs de la Cour et du royaume. Parmi ces officiers on compte le chancelier majeur (chanceler-mor) et les deux juges principaux du tribunal d’appellation qui suivait la Cour (Casa da Suplicação), mais aussi quelques officiers de la maison royale tels que le camérier (camareiro-mor) et le trésorier de la chambre (reposteiro-mor), ou encore le fourrier de la Cour (aposentador-mor), tous membres ordinaires du Conseil restreint. À ce groupe coutumier se joignent toujours, comme on l’a souligné auparavant, au moins deux vèdores da fazenda et l’écrivain de la puridade. La présence d’un intendant des « œuvres » ou bâtiments sous initiative royale (vèdor das obras) devient aussi courante au Conseil restreint, charge qui d’ailleurs a été souvent occupée, au XVe siècle, par l’écrivain de la puridade35.

  • 36 La lettre en question est publiée par Sousa António Caetano de, Provas da História Genealógica da C (...)

30Le processus de transmission héréditaire de quelques-uns de ces offices, qui s’affirmait alors à la Cour portugaise, et le fait que les mêmes familles puissent, par conséquent, trouver un accès facile au Conseil restreint, semblent être à l’origine de quelques initiatives des monarques visant à obtenir une coïncidence entre la sphère de la confiance et les traditions liées aux offices « majeurs ». Encore une fois, l’exemple de João II est instructif. Dans une lettre adressée au roi après 1483 par le frère en exil du Duc de Bragança, Álvaro, celui-ci décrit l’affront du monarque qui lui avait d’abord retiré l’office de chancelier majeur qu’il tenait du temps d’Afonso V (depuis 1474), sans doute pour l’éloigner aussi du Conseil royal. Quand Dom Álvaro s’était plaint de cette mesure radicale, le roi lui avait restitué l’office, dit-il, « pour ce qu’il y était de mon honneur », mais il avait exigé qu’il l’exerce en personne, et non plus par délégation d’ « un docteur qui servait pour moi ». Par conséquent, Dom Álvaro était tenu par la suite de viser personnellement les documents à délivrer par le chancelier, dans une situation qu’il présente dans sa lettre comme intolérable pour sa dignité aristocratique36. En effet, la situation dégénéra en une confrontation violente entre le roi et les Braganças, survenue à peine deux ans après l’intronisation de João II.

  • 37 Le doyen de la cathédrale de Lisbonne João Rodrigues a servi en tant que secrétaire latin du dauphi (...)
  • 38 La description du nombre et de l’organisation de l’équipe des écrivains de João I a été composée, v (...)
  • 39 « Vida do Conde de Idanha, Pero de Alcáçova Carneiro, escrita por ele mesmo », dans Relações de Pêr (...)
  • 40 António Carneiro a été d’abord écrivain de la chambre de João II, ayant épousé en 1484, sans l’auto (...)

31Un regard bien différent sur le fonctionnement du Conseil royal, mais qui confirme le tableau général que l’on vient d’esquisser, nous est transmis par les livres de notes des secrétaires de la chambre placés sous l’autorité des écrivains de la puridade. Le rôle de secrétaire devint assez spécialisé et on observe, à la Cour du Portugal comme ailleurs, l’exercice de cette charge par des générations successives d’une même famille. On laissera de côté, pour le moment, le cas particulier des secrétaires pour les missives et documents rédigés en latin, parmi lesquels on trouve d’abord des ecclésiastiques et, depuis la seconde moitié du XVe siècle, des humanistes étrangers37. Par contre, aux quatre secrétaires réguliers de la Chambre (parmi lesquels servaient ceux du Conseil royal) était confiée la rédaction de textes surtout en langue portugaise38. Leur formation se faisait traditionnellement à la chambre même, comme le décrit de façon précise dans ses mémoires le secrétaire de João III (r. 1521-1557), Pedro de Alcáçova Carneiro39. Le père de celui-ci, António Carneiro, avait été secrétaire du roi Manuel depuis le début de son règne4040. L’apprentissage du jeune Pedro avait commencé, nous raconte-t-il, lorsqu’il avait treize ans, et l’année suivante il travaillait déjà directement avec le monarque. À l’âge assez précoce (il l’admet lui-même) de seize ans, Pedro assistait aux réunions restreintes du Conseil, même dans les affaires les plus secrètes.

  • 41 Voir la lettre missive de Rui Galvão : Monumenta Henricina, vol. 6, p. 205-206 ; sur la succession (...)
  • 42 Costa Gomes R., The Making of a Court…, op. cit., p. 184-185. Sur les deux branches des Silveiras :(...)

32Ce parcours d’apprentissage des secrétaires « élevés dans la chambre royale » se vérifie également pour les membres de la famille Galvão, ainsi que pour les Silveira, qui ont été souvent écrivains de la puridade au cours du XVe siècle. Dans le premier cas, le secrétaire de Duarte et Afonso V, Rui Galvão, réussit à promouvoir un de ses fils à la dignité épiscopale (celui-ci a même été pour un temps écrivain de la puridade d’Afonso V), alors qu’un autre fils, Duarte Galvão, a servi à son tour comme secrétaire de João II et conseiller de Manuel Ier41. Le proche collaborateur du roi Duarte, Nuno Martins da Silveira, a également transmis la charge à son fils Diogo da Silveira, qui a servi Afonso V en tant qu’écrivain de la puridade, et qui l’a transmise à son tour à son propre fils, Nuno Martins da Silveira II. Une autre branche de la famille Silveira (Barons de Alvito après 1475) était aussi très influente dans le Conseil des rois jusqu’en 152042.

  • 43 Nos conclusions sont surtout basées sur le livre du secrétaire Álvaro Lopes de Chaves (1475-1490), (...)
  • 44 « S endo todos em Évora juntos para as ditas cortes foi grande alteração no conselho e vozes desvai (...)
  • 45 Pour un exemple de « parecer » émis par un groupe (daté de 1478) : ibid., p. 52-61.

33L’usage des secrétaires consistant à compiler des livres de notes nous permet d’obtenir, en l’absence de registres originaux du Conseil royal, des données précieuses sur les réunions et sur les documents qui en résultaient43. Tout d’abord, ces textes nous révèlent l’emploi d’un vocabulaire diversifié pour caractériser l’activité des conseillers, un ensemble de mots dont les champs sémantiques nous permettent d’approcher sous un autre angle la procédure et le caractère assez malléable de l’institution. L’opinion exprimée par l’individu dans le Conseil (dans les réunions élargies comme dans les plus restreintes) était appelée « avis » (aviso) ou « voix » (voz), et les secrétaires enregistrent le cas échéant son caractère discordant (vozes desvairadas)44. Lorsque l’opinion est transmise par écrit, soit par lettre envoyée in absentia ou par un mémorandum résultant d’une réunion, elle est classifiée comme parecer (opinion), et ce type de texte peut être émis par un individu ou par un groupe de conseillers45. La formation d’opinions de groupe, pas toujours à l’unanimité des voix réunies en Conseil, est appelée « concert » (concerto) ou « accord » (acordo). Trop souvent, le secrétaire n’enregistre que le contenu de celui-ci, négligeant de noter toutes les étapes de la discussion. La décision royale est nommée « détermination » (determinação), et le verbe correspondant (determinar) se réfère à l’aboutissement d’un processus qui peut commencer dans une réunion précise, demander la compilation de divers textes écrits, et prendre plusieurs sessions aux caractéristiques différentes. Une fois que le roi a décidé, néanmoins, ce processus est clos.

  • 46 D’autres exemples épars se trouvent dans les collections des Archives nationales du Portugal (Torre (...)
  • 47 « Conselho sobre as menagens » : Lopes de Chaves A, Livro de Apontamentos…, op. cit., p. 114-115.
  • 48 Par exemple, dans une « minute » d’une réunion du Conseil (tenue en juin 1502) ayant pour titre Lem (...)
  • 49 Un exemple d’un tel auto (acte) contenant uniquement les « déterminations » royales : Freire Anselm (...)

34Le registre plus ou moins détaillé d’une réunion du Conseil est souvent appelé « minute » (minuta), et les livres des secrétaires en conservent plus d’une dizaine, seulement pour les deux dernières décennies du XVe siècle46. La diversité des textes contenus dans ces livres, néanmoins, va bien au-delà d’une simple compilation de « minutes » de réunions. Ces textes ont aussi été transmis et utilisés différemment selon leurs caractéristiques. Quelques pareceres individuels de conseillers ont été transmis séparemment par des traditions manuscrites propres, et on les trouve parfois inclus dans les chroniques du royaume, car ils étaient sans doute valorisés pour leur qualité littéraire tout autant que pour leur portée documentaire dans le récit des événements politiques. Plus rarement, on trouvera les notes ou « minutes » des secrétaires directement transcrites par les chroniqueurs. Ceci se comprend facilement quand on analyse ces textes de plus près. Les « minutes » des secrétaires de cette période ne sont pas un genre de texte très codifié, au contraire de ce que l’on désigne par le même mot aujourd’hui. Ces textes présentent un caractère certes officieux, mais aussi quasi-privé car ils étaient surtout destinés à l’usage du secrétaire lui-même – pour suivre une affaire en particulier, ou en prévision de ses futures recherches de modèles ou précédents pour des situations au Conseil. Il s’agissait donc de registres, dans un sens proche du sens original du mot minuta, i.e. « écriture menue », à petits caractères, informelle. Dans les cas des « minutes », des annotations marginales postérieures peuvent inclure les réponses du roi à chacune des positions, « voix » ou « accords47 », et dans d’autres exemples on trouve aussi des notes marginales enregistrant les actions qui ont fait suite à la décision royale48. Les mots acta ou auto (acte) se réfèrent à des textes qui sont souvent des registres de décisions finales sans mention des discussions ou débats tenus en Conseil, et les secrétaires utilisent aussi le mot « Conseil » (conselho) soit pour les activités du Conseil, soit pour les textes eux-mêmes49.

  • 50 Par exemple, le Conselho da entrada de Castela em Estremoz (1478 ?) inclut une évaluation des resso (...)
  • 51 Un exemple de « parecer » sur la valeur des différents métaux utilisés dans la frappe de monnaie et (...)
  • 52 Voir l’exemple de réunion restreinte en 1481 : ibid., p. 109-113 (maxime 112, la mention de quelque (...)
  • 53 Lorsque les capitaines du convoi des galères de Venise ont été reçus en 1485 par João II, les membr (...)

35À travers l’analyse détaillée de ce type de source, la dimension bureaucratique du Conseil devient plus visible, puisqu’on peut suivre le flux de l’information à travers d’autres textes produits par les secrétaires : lettres, ordres et mandats, agendas d’affaires à discuter, descriptions d’événements cérémoniels, etc. Les tâches importantes de coordination et de contrôle de toute cette activité relevaient de la compétence de l’écrivain de la puridade du XVe siècle et révèlent tout le poids de ce dernier dans les activités du Conseil, ce qui nous permet de postuler que les changements successifs de titulaires de cet office pendant le long règne d’Afonso V, ainsi que dans le contexte de la transition du gouvernement de João II vers celui de Manuel Ier, n’étaient pas dépourvus de signification politique. D’autres conclusions se profilent également quant au fonctionnement et au recrutement des réunions du Conseil. Les livres de notes des secrétaires nous confirment que les rois Afonso V, João II et Manuel Ier décidaient, selon l’affaire à débattre, de convoquer au Conseil des personnages spécifiques. Des matières comme la préparation des actions militaires50, l’activité diplomatique et, plus que tout, les décisions ayant trait à la monnaie ou aux affaires de finances amenaient la convocation de techniciens ou d’experts51. La préparation d’agendas préalables pour les réunions du Conseil se faisait probablement avec un nombre très réduit de collaborateurs – en compilant, par exemple, toutes les « questions que le roi notre seigneur a posées au Conseil52 ». Les attributions cérémonielles des conseillers y sont également décrites, ainsi que la préparation soignée des diverses instances de présentation du monarque entouré des membres du Conseil. Ces occasions formelles se présentaient non seulement dans le cas bien connu des réunions des parlements, mais aussi lors de la réception de missions diplomatiques ou la visite d’étrangers à la Cour53 (fig. 4)*.

Fig. 4 > Palais royal construit par Manuel Ier sur la rive du Tage dans la ville de Lisbonne. Le Conseil royal s’y est réuni, dans des espaces situés au premier étage. Ce palais a été détruit lors du grand tremblement de terre de 1755. Vue attribuée à Simão de Miranda (1575), détail. [Archivio di Stato di Torino (Italie), Biblioteca Antica, Architettura Militare, volume II, f. 75]

36Last but not least, l’assiduité de certains membres du Conseil royal aux réunions est enregistrée dans ces livres, ce qui permet un croisement utile avec les données des listes de gages mentionnées auparavant, ainsi qu’avec les sources narratives qui ont été jusqu’ici prédominantes dans l’étude du Conseil royal. C’est à propos des personnages les plus assidus auprès des rois, et qui ont laissé des traces claires d’activité dans les réunions en cercle restreint, que se posent les questions de définition de la sphère de la confiance royale. Par quels moyens et de quelles façons les rois faisaient-ils des nobles ou officiers de leur Conseil, des collaborateurs et des agents de décision politique et gouvernementale ? La confiance royale, on le sait, pouvait s’exprimer aux XVe et XVIe siècles par des pratiques assez diversifiées. Par exemple, les chroniques ou les récits des voyageurs se réfèrent parfois au « colloque familier », à la conversation en retrait (colloquium familiare ou secretum). Celle-ci avait ses traditions propres, soit en tant que pratique politique et diplomatique des rois au Portugal, soit comme dispositif du discours narratif des chroniqueurs servant à repérer les personnages importants (ceux à qui le monarque s’adressait de cette façon précise). Cette pratique avait aussi ses lieux propres dans le palais, parmi lesquels on trouve la fenêtre (le monarque s’y approchait avec son interlocuteur), la chambre de retrait ou la garde-robe (lieux d’accès plus restreint que d’autres espaces de la chambre royale). Surtout, cette pratique se caractérisait par une mise-en-scène d’informalité, et par l’absence de toute trace de collégialité ou de distinction de rang entre les participants, mis à part naturellement le roi lui-même.

37Au fond, pour comprendre comment toutes ces pratiques étaient imbriquées, et comment elles pouvaient aboutir à une étroite collaboration avec le roi, il nous faut considérer une sphère d’interaction plus vaste, évoquée par le champ sémantique très large du mot « Conseil » dans les textes des XVe et XVIe siècles. L’émergence de mécanismes institutionnels est, certes, d’une importance capitale dans ces interactions. Mais pour certains personnages, l’appartenance au Conseil n’était qu’un moyen d’approcher et d’acquérir la confiance royale. C’est par exemple le cas de ceux qui y avaient accès par la dignité de leurs offices. Comme on l’a vu, il y eut des membres du Conseil royal qui ne réussirent pourtant pas dans cette entreprise, à l’image du frère du duc de Bragance sous le règne de João II. Pour d’autres, la participation au Conseil était le fruit d’une confiance acquise par d’autres moyens, une conséquence plutôt qu’une cause de leur carrière courtisane. Plusieurs exemples de trajectoires individuelles et familiales seront analysés par la suite, dans un tableau d’ensemble de la composition du Conseil des monarques successifs qui se concentrera sur les conseillers les plus assidus et les mieux documentés.

LA COMPOSITION DU CONSEIL : QUELQUES CONCLUSIONS

38À première vue, le Conseil des rois portugais semble, entre 1400 et 1520, être presque entièrement composé de membres de la noblesse. Cette simple constatation nous en dit trop peu, car elle laisse de côté un processus historique complexe et de longue haleine : la transformation de la noblesse pendant cette période. La cour royale était devenue, à la fin du Moyen Âge et pendant la Renaissance, un des lieux centraux d’où provenait cette même différence de statut basée sur des critères de classification ayant valeur légale. La noblesse portugaise y a trouvé un « lieu d’origine » fondamental, car le statut noble pouvait s’acquérir auprès des rois et à travers l’honneur de leur service. Ce cadre de vie et d’activité était lui-même, donc, une source de distinction et d’anoblissement, ce qui ne signifiait aucunement que les différences statutaires s’y relativisaient. La Cour servait, il est vrai, comme un milieu de brassage des élites, mais c’était aussi le creuset de nouvelles distinctions et hiérarchies parmi les nobles.

39Quand on se réfère aux conseillers nobles des rois du Portugal, il faut donc préciser de quelle noblesse on parle. La promotion sociale des serviteurs d’origine non-noble des monarques (ou des reines) menait déjà depuis le XIVe siècle à des processus d’anoblissement d’individus ou de lignées entières, processus qui s’accélèrent (l’anoblissement étant achevé en une seule génération, par exemple) et s’amplifient (numériquement) avec la dynastie des Aviz, à partir de 1385. Ces changements se sont encore accentués au XVe siècle grâce à la prospérité consécutive à la première expansion portugaise, après les conquêtes marocaines et le peuplement des îles atlantiques. La dynamique de distinction créée par l’attribution de titres nobiliaires est venue se superposer, toutefois, à l’intégration horizontale de ce monde aux contours changeants. Avant 1330, l’usage de titres nobiliaires était l’apanage de deux ou trois membres de la famille royale. Dans les années 1360 et 1370, le nombre et l’identité des titulaires a dépassé cet univers restreint, permettant à un cercle plus élargi d’une dizaine de nobles de se distinguer clairement au sein des élites courtisanes. Entre 1450 et 1470, la hiérarchie des titres – baron, vicomte, comte, marquis et duc – s’est établie, englobant dans un mélange caractéristique les familles « anciennes » et celles que les monarques avaient distinguées, formant un total de trente-deux maisons nobles. Après 1481, c’est-à-dire sous le règne de João II et Manuel Ier, une dizaine de ces familles participaient, parfois par l’intermédiaire de plusieurs représentants, au Conseil royal.

  • 54 À la prosopographie minutieusement compilée par Carvalho Homem à partir des documents de chanceller (...)

40Ces distinctions sont importantes lorsqu’on observe la composition du Conseil royal après 1385. Le corps des conseillers du roi João Ier, par exemple, a laissé des traces documentaires qui nous permettent d’identifier précisément une quarantaine de personnages participant au Conseil au cours des quatre décennies de son gouvernement54. Il faut encore distinguer la présence de membres des familles nobles ayant un passé courtisan depuis au moins 1360 (Sousa, Castro, Silva, Pacheco, Melo, Coutinho) du groupe de la haute noblesse faisant partie de la parenté royale (tels les seigneurs de Cascais, ou les Noronha). Presque la moitié des nobles conseillers de João Ier avaient une origine plus modeste que ceux-ci, et il s’agissait d’un groupe avec des fortes racines dans les milieux urbains.

  • 55 Les personnages les plus connus au XIVe siècle de cette famille de Lisbonne ont été un trésorier et (...)
  • 56 Sur la trajectoire des Almadas: Riley Carlos Guilherme, « Da origem Inglesa dos Almadas: Genealogia (...)
  • 57 Les personnages influents au Conseil peuvent laisser peu de traces de leur activité dans les docume (...)
  • 58 Arquivos Nacionais (Torre do Tombo), Chancelaria de D. Duarte, Livro 1, folio 67 ; Monumenta Henric (...)
  • 59 Monumenta Henricina, vol. V, p. 156-157.
  • 60 Arquivos Nacionais (Torre do Tombo), Chancelaria de D. Duarte, Livro 3, folio 85 verso.

41Si les hommes des villes ont été présents au Conseil de João Ier à côté des prélats et des aristocrates, ce fut cependant en fonction de leurs charges et offices dans la maison ou l’armée du roi, ou parce qu’ils étaient des lettrés ou des experts de la bureaucratie royale. Ils étaient souvent promus socialement après avoir servi à l’hôtel du roi ou de la reine, ou comme officiers/bureaucrates depuis, au moins, une génération, et étaient généralement nommés alors comme « chevaliers » ou « écuyers du roi ». Dans la plupart des cas, les collaborateurs du monarque dont les origines étaient modestes jouissaient de la confiance personnelle du monarque, forgée par exemple au cours de la guerre qui porta au trône le Maître d’Aviz. On compte parmi ce type de conseillers les lisboètes Afonso Anes Nogueira dont la famille se trouvait à la Cour depuis Alphonse IV (r. 1325-1357)55, ou João Vaz de Almada (descendant d’un vèdor da fazenda de Fernando Ier)56. D’autres membres du Conseil, comme Gomes Martins de Lemos, Martim Afonso de Melo et Gonçalo Vasques de Melo, ou encore le tout-puissant Nuno Álvares Pereira qui descendait d’un maître des ordres militaires57, ont d’abord été des combattants au cours des guerres contre la Castille. On l’a vu, le règne de Duarte (1433-1438) est marqué par le projet de faire participer aux réunions du Conseil les princes de sang. Leur présence active semble doublée par celle des nobles ou officiers qui en étaient proches, tels que les conseillers Fernando de Castro, qui était maître de l’hôtel de Henri « le Navigateur58 », le compagnon du Duc Pedro de Coimbra, Aires Gomes da Silva59, ou encore Luis Gonçalves Malafaia, conseiller proche de l’infante João60. Le mélange caractéristique de noblesse plus ancienne et d’hommes nouveaux se vérifie également dans l’entourage des princes (fig. 5).

  • 61 Pour des notices biographiques de ces personnages : Dicionário de História Religiosa de Portugal, é (...)

42La première moitié du XVe siècle a aussi été témoin de plusieurs carrières politiques importantes d’évêques conseillers des rois. Ces prélats « courtisans » étaient souvent des lettrés ayant derrière eux de longues carrières dans les organes centraux de gouvernement. C’est le cas du docteur Martim Afonso da Charneca ou de João Afonso da Azambuja, bureaucrates au service du roi João Ier depuis 1384 et qui ont occupé, sous patronage royal, la tête des diocèses de Coimbra et Braga (Charneca) et ceux de Porto, Coimbra et Lisbonne (Azambuja). La carrière d’Azambuja aboutit au cardinalat en 1414, premier cas d’une succession de cardinaux auparavant conseillers des rois portugais – de la Cour du roi Duarte est issu Antão Martins de Chaves, membre actif des conciles de Bâle et de Ferrare promu à la curie en 1439, et de celle d’Afonso V et João II le célèbre Jorge da Costa (cardinal en 1476), confesseur royal et connu au Portugal comme le « Cardinal d’Alpedrinha » d’après le lieu de ses modestes origines61.

Fig 5 > Nuno Gonçalves, polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469, huile sur bois [Lisbonne musée national d’Art antique]. En arrière-plan, un portrait collectif des notables du royaume, y compris un archevêque.

  • 62 Les études de José Marques mettent en relief sa carrière épiscopale plutôt que son action politique (...)
  • 63 Sur l’activité culturelle d’Afonso, fils du Duc de Valença et ancêtre de la maison des comtes de Vi (...)

43Un profil bien différent se dessine pour les prélats provenant de familles nobles et qui ont aussi participé au Conseil des rois. Le cas assez singulier de l’archevêque de Braga Fernando da Guerra, cousin du roi qui a servi comme chancelier entre 1416 et 1418, se caractérise par une présence intermittente mais non moins influente à la Cour. Il s’est notamment distingué par son initiative de conseiller Afonso V par l’intermédiaire de lettres, démontrant une perception distancée (mais tout aussi révélatrice) de la politique courtisane62. Sous le règne de Duarte, les évêques Álvaro de Abreu (Évora) et Luis do Amaral (Viseu) ont été des collaborateurs importants du monarque, de même que Luis Coutinho (évêque de Viseu, puis de Coimbra). L’évêque d’Évora Garcia de Meneses a été parmi ceux qui furent violemment frappés par le roi João II en raison de leur implication dans les conjurations de 1483, alors qu’à la Cour de João II et Manuel Ier, l’humaniste Afonso de Portugal (lui aussi évêque d’Évora) représente bien le profil aristocratique et lettré de ces évêques-conseillers63. Parmi les religieux qui ont participé au Conseil d’Afonso V, on trouve l’évêque de Ceuta João Manuel, chapelain du roi, ou l’italien Giusto Baldino (également évêque de Ceuta et conseiller de João II) ainsi que des abbés cisterciens comme Estevão de Aguiar (Alcobaça) ou encore l’augustinien Gomes Eanes, Prieur de la communauté de Santa Cruz de Coimbra après avoir été actif durant une décennie à Florence et auprès de la curie d’Eugène IV (1431-1447).

  • 64 Voir la biographie de Marques A.H. Oliveira, « Mangancha, Dr. Diogo Afonso » dans Serrão Joel (dir. (...)

44Ayant fait dans presque tous les cas des études juridiques, les évêques courtisans de la première moitié du XVe siècle possédaient des compétences qui les rapprochaient du groupe de conseillers qui servaient les monarques soit dans les tribunaux de la Cour, soit dans la chancellerie et les autres organisations de gouvernement et auxquels il faut aussi attribuer, en grande partie, l’efficacité de la diplomatie royale portugaise. Ces conseillers portaient souvent le titre de « docteur », comme par exemple, sous João Ier : Martim do Sem, Martim Lourenço, Gil Martins, Lançarote Esteves ou João « das Regras ». Parmi les conseillers de Duarte on trouve les docteurs João do Sem et Rui Fernandes, ou le fameux Diogo « Mangancha » (grosse-manches), orateur actif pendant les réunions parlementaires et qui fonda un collège à l’université de Lisbonne, auquel il légua en 1477 sa résidence et sa bibliothèque6464. Auprès d’Afonso V les docteurs João Fernandes da Silveira, Lopo Vasques de Serpa et le chancelier-docteur Rui Gomes de Alvarenga se détachent par leur assiduité au Conseil, ainsi que le feront plus tard Vasco Fernandes de Lucena et Rui Boto sous João II et Manuel Ier.

  • 65 Silva Nuno Espinosa Gomes, João das Regras e outros juristas portugueses da Universidade de Bolonha (...)
  • 66 Beceiro Pita Isabel, « La Importancia de la Cultura en las Relaciones Peninsulares (siglo XV) », An (...)

45Une grande partie de ces hommes avait fait ses études en Italie, et notamment à Bologne6565. Rentrés au Portugal, ils étaient entrés au service du roi mais pouvaient aussi enseigner à l’Université. C’est un aspect bien mis en relief, dans une perspective comparative, par Isabel Beceiro Pita : « dans les moments de confrontation politique maximale entre la Castille et le Portugal, les monarques ont eu recours à des professeurs des universités de Salamanque et de Lisbonne pour que, de l’intérieur ou de l’extérieur de la sphère diplomatique, ils apportent des arguments en faveur de leurs royaumes respectifs. Il suffit de signaler l’action des membres de l’université de Lisbonne dans les années 1380 et 1390, et celle des professeurs de Salamanque Antón Sánchez de Salamanca et Rodrigo Maldonado de Talavera, tant dans la conjoncture des années 1390-1400 que dans celle de 1470-14906666 ». L’expertise de ces conseillers n’était pas seulement construite dans les institutions du gouvernement central ou la maison du roi, comme on l’a observé dans le cas des secrétaires et des écrivains de la puridade. À travers eux, le Conseil a maintenu une intéressante ouverture à la culture universitaire, et l’opinion de ces experts était valorisée par les monarques même en dehors de la sphère diplomatique, comme le montre la copie de leurs discours, opinions, lettres et « avis » dans les manuscrits de la collection royale.

  • 67 « o dito Duque era teúdo e obrigado de nos guardar toda lealdade e fidelidade, e de calar todos nos (...)

46Une étude systématique de la composition du Conseil des rois débouche ainsi tout naturellement sur une approche des formes culturelles associées à cette configuration humaine cultivant certains comportements, certaines valeurs et compétences à l’intérieur de l’univers social courtisan. Parmi les accusations portées contre le duc de Bragance en 1483, par exemple, la pièce principale de la procédure met l’accent sur la trahison de la confiance royale et donne ainsi une grande importance au fait que le duc « était tenu et obligé de nous garder toute loyauté et fidélité, et de taire nos secrets et conseils, qu’il partageait quand il lui arrivait de venir résider à notre Cour, [or] il faisait bien autrement, en étant plutôt déloyal et désobéissant à notre Seigneurie et à notre État Royal67 ». C’est au sein même du Conseil que l’obéissance politique des grands seigneurs s’exprimait, par le respect et la coopération avec les objectifs politiques du souverain.

  • 68 Dans son œuvre Décadas da Ásia, inspirée de Tite Live, João de Barros (1496-1570) fait mention de p (...)

47Les conseillers, par leurs compétences et leur éventuelle expertise, étaient aussi devenus indispensables à la formulation des problèmes et solutions de gouvernement. Le cas de Manuel Ier, auquel plusieurs historiens se sont consacrés récemment en s’efforçant d’identifier des factions stables et aux positions affirmées au sein du Conseil royal, n’est peut-être pas si exceptionnel dans cette perspective68. Il est en effet vrai que l’opposition de factions différentes, comme le montrent les livres de notes des secrétaires, semble faire partie du mode usuel de fonctionnement des Conseils restreints, au moins depuis la deuxième moitié du XVe siècle. Des hommes comme Albuquerque, descendant d’au moins trois générations de serviteurs des rois portugais (son grand-père avait été un écrivain de la puridade de João Ier) étaient les héritiers de cette tradition culturelle valorisée par les souverains. La circulation entre les différentes régions de l’empire (le Maroc, l’Inde) présentait, pour ce groupe particulier, de nouveaux défis. Il en allait peut-être d’ailleurs de même pour les rois eux-mêmes, si l’on en croit ces mots suggestifs, datant de 1533, de l’écrivain João de Barros :

  • 69 Barros João de, « Panegírico a D. João III [1533] », Panegíricos do Grande João de Barros, Lisbonne (...)

de même que le bon pilote de navire n’est jamais content de ce qu’il sait, et va en avant découvrant des mers et des terres nouvelles, ne faisant rien de tout ceci pour la gloire qu’il peut en attendre, de même le bon Prince ne craint ni le travail ni la fatigue et il ne se repose jamais, soit qu’il fasse des lois, soit qu’il invente de nouvelles manières profitables pour le bien de son peuple et de son État, soit qu’il rivalise avec les meilleurs princes, s’efforçant de les surpasser.69

Anexos

APPENDICE

PRINCIPAUX CONSEILLERS DES ROIS DU PORTUGAL (1385-1521)70

João Ier (1385-1433)

Afonso de Cascais

Afonso, Comte de Ourém

Álvaro de Abreu (évêque de Évora)

Aires Gomes da Silva

Álvaro Gonçalves (chancellier)

Álvaro Gonçalves de Ataíde

Álvaro Gonçalves Camelo

Álvaro Pereira

Diogo Lopes Pacheco

Diogo Lopes de Sousa

Fernando de Castro

Fernando da Guerra (chancellier, évêque et archêveque)

Fernando de Noronha

Fernão Álvares de Almeida

Fernão Gonçalves Beleágua

Gil do Sem

Gomes Martins de Lemos

Gonçalo Lourenço de Gomide (écrivain de la puridade)

Gonçalo Peres

Gonçalo Vasques Coutinho

Gonçalo Vasques de Melo

João Afonso de Azambuja (évêque, puis cardinal)

João Afonso de Santarém

João Afonso de Alenquer (vèdor da fazenda)

João Anes (évêque de Évora)

João Fernandes Pacheco

João Gomes da Silva

João « das Regras » (docteur)

João Rodrigues Coutinho

João Vaz de Almada

Lourenço Esteves « o moço »

Lourenço Vicente (archêveque)

Luis Gonçalves

Martim Afonso da Charneca

Martim Afonso de Melo

Martim Lourenço (docteur)

Martim do Sem (docteur)

Nuno Álvares Pereira

Pero Gonçalves Malafaia (vèdor da fazenda)

Vasco Martins de Melo

Duarte Ier (1433-1438)

Afonso, Comte de Ourém

Álvaro de Abreu (évêque)

Antão Martins de Chaves (évêque, puis cardinal)

Aires Gomes da Silva

Diogo Afonso « Mangancha » (docteur)

Diogo Lopes de Sousa

Diogo Fernandes de Almeida (vèdor da fazenda)

Duarte de Meneses

Fernando de Castro

Fernando de Noronha (camérier)

Fernando de Meneses

Fernão Fogaça (chancellier)

Gomes Eanes (abbé de la Badia Fiorentina à Florence)

Gonçalo Pereira

João Afonso de Santarém

João Rodrigues Coutinho

João do Sem (docteur, chancellier)

Luis Amaral (évêque)

Luis de Azevedo (vèdor da fazenda)

Luis Gonçalves Malafaia

Nuno Martins da Silveira I (écrivain de la puridade)

Pedro de Meneses (amiral)

Pero Gonçalves Malafaia (vèdor da fazenda)

Rui Fernandes (docteur, chancellier)

Rui Nogueira

Sancho de Noronha

Vasco Fernandes Coutinho

Afonso V (1438-1481)

1) Service « par termes » proposé pour la régence, en 1438, par le parlement71

1er tour de service : Afonso, Comte de Barcelos ; Fernando de Castro (proche de Henri « le navigateur », duc de Viseu) ; Duarte de Meneses (proche de la reine veuve) ; « le capitaine » [Álvaro Vasques de Almada] (proche de Pedro, duc de Coimbra) ; Rui Gomes da Silva ; Rui Fernandes (docteur).

2e tour de service : Sancho de Noronha (proche de la reine veuve) ; Álvaro Gonçalves de Ataíde (proche de Pedro, duc de Coimbra) ; Álvaro de Castro (proche de Henri, duc de Viseu) ; Luis Gonçalves [Malafaia] (proche de João, maître de Santiago) ; João do Sem (docteur, proche de la reine veuve) ; Nuno Martins da Silveira (proche de la reine veuve).

3e tour de service : Fernando de Cascais (proche de la reine veuve) ; Fernando de Meneses (proche de Pedro, duc de Coimbra) ; Diogo Lopes de Sousa ; Aires Gomes da Silva (proche de Pedro, duc de Coimbra), Diogo Fernandes de Almeida (proche de la reine veuve), Gonçalo Pereira (proche de la reine veuve).

4e tour de service : « le maréchal » [Vasco Fernandes Coutinho] (proche de la reine veuve) ; Álvaro Peres ; João Gomes ; Pero Anes Lobato (proche de la reine veuve) ; Nuno Vasques [de Castelo Branco ?] ; João Pereira.

Service continu : Álvaro de Abreu, évêque de Évora, et « le citoyen » Martim Afonso « da Boca da Lapa ».

2) La période de la régence de Pedro, duc de Coimbra (1439-1446)

Gomes Eanes (prieur de Santa Cruz de Coimbra)

João do Sem (docteur)

João Manuel (évêque)

Lopo de Azevedo

Luis de Azevedo (vèdor da fazenda)

Luis Gonçalves Malafaia (vèdor da fazenda)

Nuno Vasques de Castelo Branco (vèdor da fazenda)

Pedro de Castro

Pero Esteves (vèdor da fazenda)

Rui Gomes da Silva

3) La période de gouvernement d’Afonso V après sa majorité (1446-1481)

Afonso de Portugal (évêque)

Afonso, comte de Ourém

Afonso, duc de Bragança

Afonso Pereira

Afonso de Miranda

Álvaro de Bragança (chancellier)

Álvaro de Castro, comte de Monsanto

Álvaro de Sousa

Diogo Fernandes de Almeida (vèdor da fazenda)

Diogo Lopes de Sousa

Diogo de Saldanha

Diogo da Silveira (écrivain de la puridade)

Aires Gomes da Silva

Álvaro Afonso (docteur)

Álvaro de Castro

Álvaro Gonçalves de Ataíde

Diogo Afonso « Mangancha » (docteur, chancellier)

Diogo Fernandes de Almeida (vèdor da fazenda)

Diogo Gonçalves Travaços

Diogo Lopes de Sousa

Estevão Afonso (docteur, écrivain de la puridade du régent)

Estevão de Aguiar (abbé de Alcobaça)

Fernão Gonçalves de Miranda

Diogo Soares de Albergaria

Duarte de Meneses

Fernando, duc de Bragança

Fernando Álvares Cardoso (confesseur du roi)

Fernando de Castro (vèdor da fazenda)

Fernando da Guerra (archévêque)

Fernando de Meneses

Fernando de Noronha

Fernando Vasques Coutinho (maréchal)

Fernão Gonçalves de Miranda

Fernão Lopes de Azevedo

Fernão da Silveira

Garcia de Castro

Gomes Soares de Melo

Gonçalo Coutinho, comte de Marialva

Gonçalo Vaz de Castelo Branco (vèdor da fazenda, écrivain de la puridade)

João de Albuquerque

João de Almeida (vèdor da fazenda)

João de Castro

João Fernandes da Silveira (docteur)

João Galvão, comte de Arganil (évêque, écrivain de la puridade)

João Lopes de Almeida (vèdor da fazenda)

João de Porras

João Vasques de Almada

João Teixeira (docteur)

Jorge da Costa (évêque, puis cardinal)

Lopo Afonso

Lopo de Albuquerque

Lopo de Almeida, comte de Abrantes (vèdor da fazenda)

Lopo Vaz de Castelo Branco

Luis de Azevedo

Luis Gonçalves Malafaia (vèdor da fazenda)

Luis Coutinho (évêque)

Martim Afonso de Melo

Martim Afonso de Miranda

Nuno Furtado

Nuno Martins da Silveira II

Nuno Vasques de Castelo Branco

Pedro de Noronha

Pedro da Silva

Pedro de Sousa

Pedro Vasques de Melo

Rodrigo « de Porto de Mós » (abbé de Alcobaça)

Rui Gomes de Alvarenga (docteur, chancellier)

Rui Fernandes (docteur)

Vasco de Ataíde

João II (1481-1495)

Afonso de Portugal (évêque)

Afonso de Ferreira

Aires da Silva

Álvaro de Bragança (chancellier, tombé en disgrâce en 1483)

Antão de Faria

Brás Afonso (docteur)

Diogo de Almeida

Diogo de Castro

Diogo Lobo, baron de Alvito

Diogo da Silva de Meneses, comte de Portalegre

Diogo da Silveira (écrivain de la puridade)

Diogo Ortiz de Villegas (évêque, confesseur du roi)

Duarte Furtado

Fernão Gomes « da Mina »

Fernão Martins de Mascarenhas

Fernão de Melo

Fernão Pereira

Fernão da Silveira

Fernão da Silva de Meneses

Fernando de Castro

Fernando de Noronha

Garcia de Castro

Garcia de Meneses (évêque, tombé en disgrâce en 1483)

Giusto Baldino (évêque)

Gomes de Miranda

Gomes Soares de Melo

Gonçalo Vasques de Castelo Branco (écrivain de la puridade)

Henrique Henriques

Henrique da Silveira

João de Almeida, comte de Abrantes (vèdor da fazenda)

João de Elvas (docteur)

João Fernandes da Silveira, baron de Alvito (vèdor da fazenda, écrivain de la puridade)

João Galvão, comte de Arganil (archévêque)

João de Meneses

João Rodrigues de Vasconcelos

João Rodrigues de Sá

João Teixeira (docteur, chancellier)

Lopo Vaz de Azevedo (amiral)

Manuel de Melo

Martim Vasques de Castelo Branco (vèdor da fazenda)

Nuno Gonçalves (docteur)

Nuno Martins da Silveira II (écrivain de la puridade)

Pedro de Albuquerque (amiral)

Pedro Botelho

Pedro de Eça

Pedro de Castro (vèdor da fazenda)

Pedro de Meneses, comte de Vila Real

Pedro de Moura

Pedro de Noronha

Pedro da Silva

Rodrigo Afonso

Rodrigo de Castro

Rolim de Moura

Rui Boto (docteur, chancellier)

Rui Barreto

Rui de Sousa

Rui Vaz Pereira

Vasco de Ataíde

Vasco Fernandes de Lucena

Vasco Coutinho, comte de Borba

Manuel Ier (1495-1521)

Afonso de Portugal (évêque)

Afonso de Ferreira

Álvaro de Noronha

António de Almeida

António de Miranda

António de Noronha, comte de Linhares (écrivain de la puridade)

Diogo Lobo, baron de Alvito (vèdor da fazenda)

Diogo de Lucena (docteur)

Diogo de Melo

Duarte Dias de Meneses

Duarte Galvão

Estevão Correia (docteur)

Fernão Martins de Mascarenhas

Fernando Coutinho

Fernando de Noronha

Filipe de Sousa

Francisco de Almeida

Francisco de Eça

Francisco de Miranda

Francisco de Portugal, comte de Vimioso

Garcia de Meneses

Garcia de Noronha

Garcia de Sousa

Gomes Soares de Melo

Gonçalo Coutinho

Henrique Coutinho

Henrique de Noronha

Henrique de Sá

Henrique da Silveira

Jerónimo de Eça

João Coutinho

João de Eça

João Mendes de Vasconcelos

João de Meneses

João Rodrigues Ribeiro

João da Silva

João Sotil (évêque)

João Soares (évêque)

Jorge de Almeida (évêque)

Jorge de Eça

Jorge de Melo

Jorge de Meneses

Lopo de Sousa

Martinho de Castelo Branco, comte de Vila

Nova de Portimão (vèdor da fazenda)

Nuno Martins da Silveira II

Nuno Manuel

Pedro de Castro

Pedro Correia

Pedro de Mendonça

Pedro da Silva

Pedro de Sousa

Pedro Vaz Gavião (évêque)

Rui Boto (docteur, chancellier)

Rui de Sousa

Tristão da Cunha

Tristão da Cunha

Vasco da Gama

Notas

1 Albuquerque Afonso, Cartas, éd. Baião Antonio, Lisbonne, 1957, p. 57.

2 Sur la carrière de Albuquerque : « Albuquerque, Afonso de » dans Albuquerque Luis de (dir.), Dicionário de História dos Descobrimentos Portugueses, Lisbonne, 1994, vol. 1, 34-39 (avec bibliographie) et aussi Bouchon Geneviève, Albuquerque, le lion des mers d’Asie, Paris, 1992.

3 Sena, Jorge de, A Estrutura de « Os Lusíadas » e outros Estudos Camonianos, Lisbonne, 1970, p. 160-163.

4 Pour des recueils récents de notices biographiques, voir Costa João Paulo de Oliveira et Rodrigues Vitor (dir.), A Alta Nobreza e a Fundação do Estado da Índia, Lisbonne, 2004 ; McPherson Kenneth et Subrahmanyam Sanjay, From Biography to History. Essays in the History of the Portuguese in Asia 1500-1800, New Delhi, 2005.

5 Homem Armando Luis de Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei? A Propósito dos “Privados” de D. João I », Revista da Faculdade de Letras (Porto), 4 (1987), p. 9-68; Ferreira Susannah Humble, « Development of the Portuguese Royal Council in the Reign of D. Manuel I (1495-1521) », Portuguese Studies Review 12/1 (2005), p. 1-17.

6 Caetano Marcelo, História do Direito Português. Fontes – Direito Público (1140-1495), Lisbonne, 1985, p. 212-213 et p. 312-313 ; Id., O Conselho Ultramarino, Esboço da sua História, Lisbonne, 1967.

7 Une brève synthèse de ces transformations : Homem Armando Luis Carvalho, « A Corte e o Governo Central » dans Portugal em Definição de Fronteiras (1096-1325). Nova História de Portugal, éd. Serrão Joel et Marques A. H. Oliveira, vol. 3, Lisbonne, 1996, p. 530-540.

8 Les Cortes seraient le résultat de convocations générales faites lors d’occasions extraordinaires, alors que le Conseil aurait assumé l’aspect quotidien et régulier du consilium et auxilium : Sánchez Albornoz Claudio, La Curia Regia Portuguesa, Siglos XII y XIII, Madrid, Centro de Estudios Históricos, 1920. Cette théorie reste le paradigme dominant dans les travaux des historiens portugais.

9 Mattoso José, Identificação de um País, 1096-1325, Lisbonne, 1985, vol. 2, p. 84-93 et p. 118-119.

10 Branco Maria João Violante, « The King’s Councillors’ Two Faces, a Portuguese Perspective », dans Linehan Peter et Nelson Janet L. (dir.), The Medieval World, London-New York, 2001, p. 518-533.

11 Un exemple majeur se trouve dans la carrière du prieur des Hospitaliers au Portugal, Álvaro Gonçalves Pereira, membre assidu de la cour pendant une grande partie du XIVe siècle. Encore liés aux Hospitaliers, on y trouve des membres de la famille noble des Góis, et des Camelos, présents aux Conseils de Pedro Ier, Fernando Ier et João Ier. Le maître de l’ordre du Christ Nuno Rodrigues « Freire » (Andrade), quant à lui, était originaire de la Galice, et ses descendants se trouvent aussi parmi les conseillers du XVe siècle. Pour tout ceci, voir Costa Gomes Rita, The Making of a Court Society. Kings and Nobles in Late Medieval Portugal, Cambridge, 2003, p. 87-98, 111-113.

12 L’importance des évêques dans l’activité diplomatique au XIVe siècle est mise en relief par Marques A.H. Oliveira, Portugal na Crise dos Séculos XIV e XV. Nova História de Portugal, vol. 4, Lisbonne, 1986, p. 330.

13 Quelques historiens ont suggéré la persistance d’une solidarité d’intérêts des membres des ordres à l’intérieur même de la cour : Fonseca Luis Adão da, « Algumas observações a propósito da documentação existente em Barcelona respeitante à Ordem de Avis : sua contribuição para um melhor conhecimento dos grupos de pressão em Portugal em meados do século XV », Revista da Faculdade de Letras, Porto, 1, 1984, p. 19-56.

14 Homem A. L. Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei… », art. cit., p. 29.

15 Costa Gomes Rita, « Para uma história do silêncio: o mundo do cortesão entre a Idade Média e o Renascimento », dans Correia Alda (dir.), A Arte da Cultura. Silêncios, Símbolos, Máscaras. Homenagem a Yvette K. Centeno, Lisbonne, 2010, p. 487-496.

16 Costa Gomes Rita, « Para uma história do silêncio : o mundo do cortesão entre a Idade Média e o Renascimento », dans Correia Alda (dir.), A Arte da Cultura. Silêncios, Símbolos, Máscaras. Homenagem a Yvette K. Centeno, Lisbonne, 2010, p. 487-496.

17 Rau Virginia, A Casa dos Contos, Coimbra, 1951.

18 Godinho Vitorino Magalhães, « A Formação do Estado e as Finanças Públicas », Ensaios e Estudos. Uma maneira de pensar, Lisbonne, 2009, vol. 1, p. 147-149.

19 Cette proposition des Cortes identifiait par leur nom les personnages à intégrer au Conseil proposés au monarque (élu à la même occasion). L’exemple du royaume anglais y était mentionné comme modèle : « car ainsi ont coutume de faire les rois d’Angleterre, et pour ceci ils sont loués dans toutes les parties du monde » (ca assi se acustuma de fazer pelos Reys de Inglaterra e por esto som louvados em todalas partes do mundo). Le texte a été publié par Caetano Marcelo, A Crise Nacional de 1383-1385, Lisbonne, s.d. [1985], p. 108-109. Voir aussi Duarte Luis Miguel, « Le Messie de Lisbonne et la monarchie à l’anglaise. Les Cortes de Coimbra de 1385 », dans Foronda François (dir.), Avant le Contrat Social. Le Contrat Politique dans l’Occident Médiéval XIIIe - XVe siècles, Paris, 2011, p. 541-552.

20 Il s’agit de Fernão Gonçalves d’Arca : Caetano M, A Crise Nacional…, op. cit., p. 77.

21 Monumenta Henricina, Coimbra, Comissão Executiva das Comemorações do V Centenário da Morte do Infante D. Henrique, 1964, vol. 6, p. 265.

22 Marques A. H. Oliveira, Portugal na Crise dos Séculos XIV e XV, p. 294 (tableau composé à partir des travaux de Marcelo Caetano) ; Sousa Armindo, As Cortes Medievais Portuguesas (1385-1490), Porto, 1990.

23 Le nom de determinadores est donné à ces 5 délégués élus par les représentants des 80 localités ayant droit de siège aux Cortes, un nom qui nous semble assez significatif compte tenu du vocabulaire utilisé pour les décisions du Conseil royal, dénommées determinações (voir l’analyse proposée plus avant dans cet essai).

24 Sousa Armindo, As Cortes Medievais…, op. cit, p. 411-413.

25 Costa Gomes Rita, « Um acontecimento : As Cortes de 1481-82 », dans Curto Diogo Ramada (dir.), O Tempo de Vasco da Gama, Lisbonne, 1998, p. 179-187.

26 Les sentences des accusés mentionnent dans presque tous les cas que le roi a délivré les procès « en réunion avec ceux de notre Conseil ». Par contre, des membres de l’ordre militaire de Santiago comme D. Fernando de Meneses ou D. Guterre Coutinho ont été jugés par le roi « en tant que maître et gouverneur de l’Ordre de Santiago, avec les treize Commandeurs ». Ces documents ont été publiés par Freire Anselmo Braamcamp, « As Conspirações no Reinado de D. João II. Documentos », Arquivo Histórico Português, 1, 1903, p. 289-297, 422-426 ; 2, 1904, p. 23-33, 68-73, 228-231, 273-80, 344-348 ; Moreno Humberto Baquero, « A Conspiração contra D. João II – o julgamento do Duque de Bragança », Boletim do Centro Cultural Português, 2, 1970, p. 47-103.

27 Homem A.L. Carvalho, « Conselho Real ou Conselheiros do Rei… », art. cit., p. 44.

28 Ibid., p. 66, tableau II.

29 « Ordenança dos tempos em que havia de despachar e como » dans Livro dos Conselhos de El-Rei Dom Duarte, Lisbonne, 1982, p. 11-20.

30 Livro dos Conselhos, p. 17-18 (traduction Rita Costa Gomes).

31 Une courte introduction à ce texte (avec bibliographie) : Lorenzo Ramon, « Leal Conselheiro » dans Lanciani Giulia et Tavani Giuseppe (dir.), Dicionário da Literatura Medieval Galega e Portuguesa, Lisbonne, 1993, p. 383-384.

32 Selon Mafalda Soares da Cunha, la présence en cour d’Afonso (1380 ?-1461), Comte de Barcelos et duc de Bragança, devient assidue seulement après 1448 : Cunha Mafalda Soares da, Linhagem, Parentesco e Poder. A Casa de Bragança (1384-1483), Lisbonne, 1990, p. 139-143.

33 Ces listes de gages de cour (moradias) ont été imprimées pour la première fois au XVIIIe siècle par José Soares da Silva et António Caetano de Sousa, à partir de compilations manuscrites comme celle attribuée à José Freire de Montarroio Mascarenhas (1670-1760 ?) et conservée dans le fonds de la Colecção Pombalina à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne. Les listes imprimées, à leur tour, ont été abondamment utilisées par les généalogistes et historiens, souvent sans le nécessaire croisement avec d’autres sources. Une évaluation critique de la valeur de ces sources exige aussi une définition historiquement valable du concept même de moradia. Voir à ce propos : Costa Gomes Rita, « Os Convivas do Rei e a estruturação da corte (séculos XIII a XV) », dans Buescu Ana Isabel et Felismino David (dir.), A Mesa dos Reis de Portugal. Ofícios, Consumos, Cerimónias e Representações (séculos XIII-XVIII), Lisbonne, 2011, p. 26-43.

34 La liste de tous les actes qui seraient suspendus pendant la régence, sous le titre « Conseil », comprenait entre autres la donation de terres, le lancement d’impôts extraordinaires, le « changement » de la monnaie et nom tomar do conselho : Monumenta Henricina, 268.

35 La liste de tous les actes qui seraient suspendus pendant la régence, sous le titre « Conseil », comprenait entre autres la donation de terres, le lancement d’impôts extraordinaires, le « changement » de la monnaie et nom tomar do conselho : Monumenta Henricina, 268.

36 La lettre en question est publiée par Sousa António Caetano de, Provas da História Genealógica da Casa Real Portuguesa, Lisbonne, Academia Real das Ciências, 1746, vol. V, p. 492-498.

37 Le doyen de la cathédrale de Lisbonne João Rodrigues a servi en tant que secrétaire latin du dauphin Duarte, et pour les souverains qui ont suivi on pourra citer les exemples du toscan Matteo da Pisa (Mateus Pisano), de l’andalou Vasco Fernandes de Lucena, ou du sicilien Cataldo Aquila Parisio : Costa Gomes Rita, « Letters and Letter-Writing in Fifteenth Century Portugal », dans Schulte Regina et von Tippelskirch Xenia (dir.), Writing, Reading, Interpreting and Historicizing : Letters as Historical Sources, Florence, 2004, p. 11-37 (http://hdl.handle.net/1814/2600) ; Rebelo Luis Sousa, A Tradição Clássica na Literatura Portuguesa, Lisbonne, 1982, p. 87-89.

38 La description du nombre et de l’organisation de l’équipe des écrivains de João I a été composée, vers 1450, par un vieux écrivain retraité à la demande du roi Afonso V. Ce curieux document a été publié par Tovar Conde de, « O Escrivão da Puridade », Estudos Históricos, vol. 3, p. 158-161. Le nombre de quatre écrivains est établi dans le regimento donné par Afonso V à son écrivain de la puridade : ibid., p. 161-164.

39 « Vida do Conde de Idanha, Pero de Alcáçova Carneiro, escrita por ele mesmo », dans Relações de Pêro de Alcáçova Carneiro, Conde da Idanha, do tempo que ele e seu pai António Carneiro serviram de Secretários : 1515 a 1568, éd. Andrada Ernesto Campos, Lisbonne, 1937, p. ix-xxi.

40 António Carneiro a été d’abord écrivain de la chambre de João II, ayant épousé en 1484, sans l’autorisation de la reine Leonor, la fille du courtisan Pedro de Alcáçova. Après une brève période d’exil dans l’île africaine de São Tomé en raison de ce faux pas, on le retrouve de nouveau à la cour au service du roi Manuel Ier : Sousa Ivo Carneiro, A Rainha Dona Leonor (1458-1525), Lisbonne, 2002, p. 845. Son rôle central parmi les collaborateurs de Manuel Ier est mentionné en 1504 par l’ambassadeur vénitien : Godinho Vitorino Magalhães, « Portugal no começo do século XVI : instituições e economia. O relatório do Veneziano Lunardo da Cà Masser », Revista de História Económica e Social, 4, 1979, p. 75-88.

41 Voir la lettre missive de Rui Galvão : Monumenta Henricina, vol. 6, p. 205-206 ; sur la succession de ses fils : Morato Francisco Manuel Trigoso de Aragão, « Memória sobre os Secretários dos Reis e Regentes de Portugal desde os antigos tempos da Monarquia até à Aclamação d’El Rei D. João IV », Memória da Academia Real das Ciências de Lisboa, 2 e Série, vol. 1 (1844), P. I, p. 31-39 ; Mattoso José, « Duarte Galvão », Dicionário da Literatura Medieval Galega e Portuguesa, éd. Lanciani et Tavani, p. 225-226 (avec bibliographie).

42 Costa Gomes R., The Making of a Court…, op. cit., p. 184-185. Sur les deux branches des Silveiras : Livro de Linhagens do século XVI, éd par Faria António Machado, Lisbonne, 1956, p. 300-306 et 307-312.

43 Nos conclusions sont surtout basées sur le livre du secrétaire Álvaro Lopes de Chaves (1475-1490), le livre des notes de António Carneiro (1515-1568) et les descriptions de Pedro de Alcáçova Carneiro sur les pratiques du temps du roi Manuel (r. 1495-1521). Pour le livre d’Álvaro Lopes, nous avons utilisé l’édition disponible du codex Pombalina 443 de la Bibliothèque nationale de Lisbonne, mais aussi le manuscrit Códice 13118 de la même bibliothèque : Chaves Álvaro Lopes, Livro de Apontamentos (1438-1489), éd. Salgado Anastácia et Salgado Abílio, Lisbonne, 1984. Le livre d’António Carneiro (Lembranças de António Carneiro) nous a été transmis par une copie plus tardive conservée dans la même bibliothèque, Códice 886.

44 « S endo todos em Évora juntos para as ditas cortes foi grande alteração no conselho e vozes desvairadas » [texte modernisé] : Chaves Álvaro Lopes, Livro de Apontamentos…, op. cit., p. 62.

45 Pour un exemple de « parecer » émis par un groupe (daté de 1478) : ibid., p. 52-61.

46 D’autres exemples épars se trouvent dans les collections des Archives nationales du Portugal (Torre do Tombo), notamment dans Gavetas et Corpo Cronológico. Un catalogue complet de ces fragments n’a pas encore été élaboré.

47 « Conselho sobre as menagens » : Lopes de Chaves A, Livro de Apontamentos…, op. cit., p. 114-115.

48 Par exemple, dans une « minute » d’une réunion du Conseil (tenue en juin 1502) ayant pour titre Lembrança do conselho do bautismo e corregimento et portant sur le baptême en préparation du fils de Manuel Ier, les notes marginales permettent de connaître la suite de ce qui avait été décidé en Conseil, et enregistrent notamment les ordres de l’écrivain de la puridade. En marge de la phrase « que la grande salle soit préparée et couverte » (que se arme a sala grande, e tolde), on a écrit « le comte l’a déjà dit au maître de l’hôtel » (já o disse o Conde ao vèdor), se référant à la suite de l’affaire par António de Noronha, Comte de Linhares, écrivain de la puridade de D. Manuel : Cortes Portuguesas. Reinado de D. Manuel I, éd. Dias João Alves, Lisbonne, 2001, vol 2, p. 11-13 [texte modernisé].

49 Un exemple d’un tel auto (acte) contenant uniquement les « déterminations » royales : Freire Anselmo Braamcamp, « Auto do Conselho havido no Espinheiro em 1477 », Arquivo Histórico Português, 1, 1903, p. 198-199.

50 Par exemple, le Conselho da entrada de Castela em Estremoz (1478 ?) inclut une évaluation des ressources financières requises par l’action militaire en préparation : Chaves Álvaro Lopes, Livro de Apontamentos…, op. cit., p. 52-61.

51 Un exemple de « parecer » sur la valeur des différents métaux utilisés dans la frappe de monnaie et transmis dans une lettre (datée de 1436) : Livro dos Conselhos de Dom Duarte, p. 139-141. Voir aussi, entre autres, une « détermination » de 1482 sur la frappe de monnaie : Chaves Álvaro Lopes, Livro de Apontamentos…, op. cit., p. 82.

52 Voir l’exemple de réunion restreinte en 1481 : ibid., p. 109-113 (maxime 112, la mention de quelques participants).

53 Lorsque les capitaines du convoi des galères de Venise ont été reçus en 1485 par João II, les membres du Conseil, debout, entouraient le roi assis : ibid., p. 88 ; Pina Rui de, « Crónica d’El-Rei D. João II », dans Crónicas, éd. Almeida Manuel Lopes, Porto, 1977, p. 938-940. Pero de Alcáçova Carneiro décrit à son tour les usages de Manuel Ier lorsqu’il recevait « les ambassadeurs de l’Empereur, du Roi de Castille son beau-père, du Roi de France » : Relações de Pero de Alcáçova Carneiro, p. 219-220.

54 À la prosopographie minutieusement compilée par Carvalho Homem à partir des documents de chancellerie, et qui inclut trente-deux personnages, on peut encore rajouter une dizaine de noms mentionnés dans d’autres sources. Par exemple, vers les débuts du gouvernement de ce roi ont aussi fait partie du Conseil, entre autres, Álvaro Gonçalves Camelo, Rui Pereira, Martim Vasques da Cunha, l’Archevêque de Braga Lourenço Vicente, le Chancelier Álvaro Gonçalves, Gonçalo Lourenço de Gomide (écrivain de la puridade), João Afonso de Alenquer (vèdor da fazenda). Après 1420, par contre, on y trouve également des personnages liés au prince héritier Duarte, tels que Álvaro de Abreu, évêque d’Évora.

55 Les personnages les plus connus au XIVe siècle de cette famille de Lisbonne ont été un trésorier et fourrier (cevadeiro) à la cour de Alphonse IV, Lourenço Peres Nogueira, mais surtout, à la génération suivante, « Maître » João « das Leis » (Nogueira) dont la carrière bureaucratique a été reconstruite : Homem A. L. Carvalho, O Desembargo Régio…, op. cit., p. 343-344. Le fils de Maître João, Afonso Anes Nogueira, est devenu le gouverneur militaire (alcaide) du château royal de Lisbonne au temps du roi Fernando Ier. Pourtant, Afonso Anes choisit de mentionner dans son épitaphe la participation à la bataille « royale » de Aljubarrota, car son appui au nouveau roi de la dynastie de Aviz a été décisif dans sa trajectoire courtisane : Livro de Linhagens do século XVI, éd. Faria António Machado, Lisbonne, 1956, p. 353-355. Voir aussi Costa Gomes R., The Making of a Court…, op. cit., p. 173-174.

56 Sur la trajectoire des Almadas: Riley Carlos Guilherme, « Da origem Inglesa dos Almadas: Genealogia de uma ficção linhagística », Arquipélago – História, I série, vol 11 (1989), p. 153-169.

57 Les personnages influents au Conseil peuvent laisser peu de traces de leur activité dans les documents de la chancellerie, ce qui semble être le cas pour Nuno Álvares Pereira : Homem A.L. Carvalho, Conselho Real e Conselheiros do Rei…, op. cit., p. 62. Sa présence au Conseil de João Ier est mentionnée, par exemple, dans un document de 1386 : Arquivos Nacionais (Torre do Tombo), Chancelaria de D. João I, Livro 1, folio 69 verso.

58 Arquivos Nacionais (Torre do Tombo), Chancelaria de D. Duarte, Livro 1, folio 67 ; Monumenta Henricina, vol. V, p. 1-8.

59 Monumenta Henricina, vol. V, p. 156-157.

60 Arquivos Nacionais (Torre do Tombo), Chancelaria de D. Duarte, Livro 3, folio 85 verso.

61 Pour des notices biographiques de ces personnages : Dicionário de História Religiosa de Portugal, éd. Azevedo Carlos Moreira et Jorge Ana Maria, Lisbonne, 2000, 4 vol. 

62 Les études de José Marques mettent en relief sa carrière épiscopale plutôt que son action politique : Marques José, A Arquidiocese de Braga no século XV, Lisbonne, 1988, p. 92-144. Sur les lettres échangées entre Fernando da Guerra et le roi Afonso V, voir aussi Costa Avelino Jesus, Relações de D. Afonso V com Castela e Aragão em 1460, Braga, 1952.

63 Sur l’activité culturelle d’Afonso, fils du Duc de Valença et ancêtre de la maison des comtes de Vimioso : Caetano Joaquim Oliveira, « Sombras e alguma luz sobre o bispo D. Afonso de Portugal », Cenáculo. Boletim online do Museu de Évora, 2, 2007, p. 3-24 (http://museudevora.imc-ip.pt/pt-PT/Boletim/Cenaculo2/ContentDetail. aspx?id=128).

64 Voir la biographie de Marques A.H. Oliveira, « Mangancha, Dr. Diogo Afonso » dans Serrão Joel (dir.), Dicionário de História de Portugal, Lisbonne, Iniciativas Editoriais, 1971, vol. 2, p. 902-903.

65 Silva Nuno Espinosa Gomes, João das Regras e outros juristas portugueses da Universidade de Bolonha (1378-1421), tiré-à-part de la Revista da Faculdade de Direito (Lisbonne), 1960 ; Costa António Domingues Sousa, Portugueses no Colégio de S. Clemente e Universidade de Bolonha durante o século XV, Bologne, Real Colegio de España, 1990, 2 vol. (ouvrage foisonnant et souvent confus mais qui apporte de nombreux cas de parcours en Italie).

66 Beceiro Pita Isabel, « La Importancia de la Cultura en las Relaciones Peninsulares (siglo XV) », Anuario de Estudios Medievales 29 (1999), p. 96 [traduction Rita Costa Gomes] ; voir aussi Mattoso José, « A universidade Portuguesa e as Universidades Europeias », História da Universidade em Portugal, Coimbra, 1977, vol. 1, p. 22.

67 « o dito Duque era teúdo e obrigado de nos guardar toda lealdade e fidelidade, e de calar todos nossos segredos e conselhos, em que ele estava quando se acertava de estar em nossa corte, e ele o fazia muito pelo contrário, ante como desleal e desobediente a nossa Senhoria e a nosso Real Estado… » : Freire A. Braamcamp, « As Conspirações no Reinado de D. João II… », art. cit., p. 393 [texte modernisé].

68 Dans son œuvre Décadas da Ásia, inspirée de Tite Live, João de Barros (1496-1570) fait mention de plusieurs réunions conflictuelles du Conseil royal de Manuel Ier (en 1496 et en 1502 notamment). L’interprétation de ce factionnalisme s’est imposée dans l’étude des programmes politiques du monarque. « L’idée de l’existence de deux partis opposés à la cour manuéline – essentielle pour la compréhension de toutes les oscillations de la politique d’outremer – fut, pour la première fois, discrètement avancée par Alexandre Lobato en 1968. […] Beaucoup plus tard, et sans apparemment avoir connaissance de la discrète note de Lobato, Luís Filipe Barreto, dans un chapitre lucide d’un travail de jeunesse, remarquait quant à lui le contraste entre la mentalité de Tomé Pires, un impérialiste de l’école d’Albuquerque, et celle de Duarte Barbosa, qui fut l’un de ses opposants. Mais personne n’en tira de conclusion. Les recherches de Jean Aubin, que les nôtres ont depuis lors très largement confirmées, montrent clairement que l’opposition entre les deux partis – qui représentaient, bien sûr, deux tendances plutôt que deux blocs monolithiques – constitue vraiment la clef pour la compréhension de tout le royaume du Fortuné » : Thomaz Luis Filipe F.R., « Postface » dans Aubin Jean, Le Latin et l’Astrolabe, Paris, Centre Culturel Portugais – Fondation Calouste Gulbenkian, 2006, vol. 3, p. 503.

69 Barros João de, « Panegírico a D. João III [1533] », Panegíricos do Grande João de Barros, Lisbonne, 1791, p. 114 [traduction Rita Costa Gomes] et p. 136-141 (sur le concept et la pratique du Conseil). L’image du prince comme pilote est couramment utilisée dans ce texte.

70 Cette liste est un point de départ. Elle est composée à partir des différentes sources primaires (listes de gages, livres de notes des secrétaires, chroniques, registres de chancellerie), tenant compte aussi des travaux publiés. Les secrétaires et écrivains du Conseil, participant aux réunions ex officio, ne sont pas inclus dans cette liste.

71 Monumenta Henricina, vol. VI, p. 264-273. Ce compromis politique n’a pas duré au-delà de cette même année. J’ai ajouté dans cette liste (parenthèses) l’identification des personnages selon leurs affinités politiques ou de clientèle, mentionnées dans les chroniques. Quand le document les nomme seulement par leur titre ou leur office, je propose une identification […].

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig 1 > João Ier (r. 1385-1433) vers 1433, huile sur bois. [Lisbonne musée national d’Art antique]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7816/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 164k
Leyenda Fig 2 > Portrait du roi João II du Portugal (r. 1481-1495). [Copie du XVIe siècle, collection Fundación Casa Ducal de Medinaceli (Espagne)]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7816/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 156k
Leyenda Fig 3 > Nuno Gonçalves, Polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469, portrait probable d’Henri le Navigateur, huile sur bois. [Lisbonne musée national d’Art antique]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7816/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Leyenda Fig. 4 > Palais royal construit par Manuel Ier sur la rive du Tage dans la ville de Lisbonne. Le Conseil royal s’y est réuni, dans des espaces situés au premier étage. Ce palais a été détruit lors du grand tremblement de terre de 1755. Vue attribuée à Simão de Miranda (1575), détail. [Archivio di Stato di Torino (Italie), Biblioteca Antica, Architettura Militare, volume II, f. 75]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7816/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 312k
Leyenda Fig 5 > Nuno Gonçalves, polyptique de Saint-Vincent, 1467-1469, huile sur bois [Lisbonne musée national d’Art antique]. En arrière-plan, un portrait collectif des notables du royaume, y compris un archevêque.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7816/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 344k

Autor

Towson University États-Unis

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search