Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Conseillers et factions curiales durant le règne de l’empereur Charles Quint (1500-1558)1

José Martínez Millán

Texte intégral

  • 1 Traduction de Sébastien Malaprade (Casa de Velázquez - EHESS).
  • 2 Abréviations :
    ACA. Archivo de la Corona de Aragón (Barcelona).
    AHN. Archivo Histórico Nacional (Madr
    (...)

1Du XIIIe au XVIIIe siècle, l’organisation politique des monarchies européennes est marquée par plusieurs phénomènes : l’intervention personnelle des princes sur leurs sujets, le rôle joué par la noblesse féodale dans l’exercice du pouvoir et l’influence et la participation de l’Église dans la définition des normes politiques2.

  • 3 J’emprunte l’expression à Richard J. Bonney, The European Dynastic States, 1494-1660, Oxford, 1991.
  • 4 Le contexte du système dans lequel s’inscrit cette étude est développé plus amplement dans José Mar (...)

2L’« État dynastique3 », bien qu’il puisse parfois se révéler bureaucratique et impersonnel, est organisé depuis la personne du roi qui concentre entre ses mains différents leviers d’autorité et des ressources matérielles et symboliques (honneurs, titres, monopoles, etc.). Aux moyens d’une redistribution sélective des grâces, les monarques parviennent à tisser des relations de clientèles avec les élites de leurs royaumes et, en conséquence, à se maintenir au pouvoir. Ce que l’on appelle « État moderne » est une organisation politico-sociale qui trouve sa justification dans la philosophie pratique aristotélicienne4. Aristote défend l’idée d’une formation naturelle de la société et de l’organisation politique. Au début de la « Politique », il affirme que l’homme est un « animal social ». Il déduit de cette idée que l’homme tend naturellement à la sociabilité (famille, ville, royaume) et à une vie communautaire. Ces pratiques ne sont pas encadrées par des institutions impersonnelles ni par un pouvoir absolu mais bien par des relations non institutionnelles (patronage, clientélisme, parents, coutumes, etc.). Par conséquent, l’autorité incarnée par le pouvoir s’assimile à celle du pater familias et ne s’exerce pas de manière « absolue ». Cette articulation du politique et du social est différente des formes d’organisations politiques qui émanent des théories de Thomas Hobbes et de ses continuateurs. En effet, ils considèrent l’homme comme un animal antisocial (homo homini lupus), raison pour laquelle la société doit parvenir à se former au moyen d’un contrat (contrat social) et d’un gouvernement fondé sur un pouvoir absolu. Cette conception implique une structure du pouvoir impersonnelle et une société qui s’organise à travers des institutions abstraites, productrices de normes auxquelles tous les sujets doivent se soumettre.

Fig. 1 > Buste de Charles Quint, XVIe siècle, Conrad Meit.

  • 5 Voir le précieux Cédric Michon (dir.), Les Conseillers de François Ier, Rennes, 2011, p. 11-30.
  • 6 Il est évident qu’il existe durant la période moderne de nombreuses institutions, mais aux finalité (...)

3L’organisation politique prônée par les monarchies européennes, du XIIIe au XVIIIe siècle, trouve son origine dans la philosophie classique, ce que j’appelle « le système de cour ». L’étude des conseillers des Monarchies de l’âge moderne ne fait sens que dans le cadre de ce système5. Ainsi, des travaux récents ont montré que le mode de gouvernement n’est pas « absolutiste » : il se fonde sur des relations non institutionnelles et sur la mobilisation de vastes réseaux de clientèles6. De même, la Cour n’est pas seulement un « espace de pouvoir », organisé autour du monarque et de sa famille comme le défend l’historiographie actuelle. C’est un véritable système sociopolitique porté par une philosophie politique spécifique à son service ainsi que des valeurs, des comportements et des manifestations artistiques qui forment ensemble une « culture de cour ». Aussi, l’organisation des royaumes et des territoires nombreux et hétérogènes qui composent la Monarchie hispanique – au XVIe siècle et au XVIIe siècle – ne peut se concevoir (sauf s’exposer à des incohérences et des contradictions) sans le recours au concept de « système de cour ». C’est de cette manière que Charles Quint (fig. 1) et son fils, Philippe II, organisent la monarchie hispanique. Ainsi conçue, elle peut se définir en toute légitimité comme une « monarchie articulée par des cortes » (cortes vice-royales).

FACTIONS CURIALES DANS LES ROYAUMES HÉRITÉS PAR L’ARCHIDUC CHARLES

4Le 24 février 1500 nait à Gand le futur empereur Charles Quint, fils de Philippe le Beau et de Jeanne « la Folle ». À cette date, personne n’est en mesure d’imaginer que, quelques années plus tard, il héritera des royaumes d’Espagne et deviendra le prince le plus puissant d’Europe. En effet, avec la mort des fils les plus âgés des Rois Catholiques et de leur petit-fils, Miguel en 1502, la couronne de Castille échoit à Jeanne « la Folle ». Aussi, cette même année, elle doit abandonner précipitamment les Flandres pour être intronisée héritière du trône d’Espagne lors de la réunion des Cortes de Tolède. Ce revirement politique impose à Jeanne et à son mari de s’installer durablement en Espagne (dès lors, ils y passeront plus de temps qu’en Flandre). Le couple doit également se séparer du petit Charles (l’héritier légitime du duché de Bourgogne) qui, pendant son enfance, sera éduqué en Flandre par sa tante Marguerite. Mais en 1506, Philippe le Beau meurt subitement à Burgos. L’événement altère tant la fragile santé mentale de sa femme que son père, Ferdinand le Catholique, décide de prendre seul la régence de Castille (1507-1516) jusqu’à ce que son petit-fils Charles atteigne sa majorité et partage le trône des royaumes hispaniques avec sa mère.

Les conseillers flamands de l’archiduc Charles

  • 7 S. Fernández Conti, « Nassau, Enrique de », dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V, (...)
  • 8 H. Kreiten, « Der Briefwechsel Kaiser Maximilians und seiner Tochter Margarete. Unersuchingen über (...)
  • 9 R. Fagel, « Un heredero entre tutores y regentes. Casa y corte de Margarita de Austria y Carlos de (...)
  • 10 A. Walther, Die Anfänge Karls V. Leipzig 1911, p. 45 sqq. J.M. Headley, « The Conflict Between Nobl (...)
  • 11 La cámara, la chambre, désigne un conseil restreint composé des plus hauts responsables de la Couro (...)

5Au moment où Charles devient prince héritier, son deuxième grand-père, l’empereur Maximilien, décide de l’entourer d’un Conseil de régence en 1507 présidé par sa fille Marguerite. Celui-ci est dominé par une noblesse de Flandre choisie parmi les hommes de confiance de Maximilien : Jean de Luxembourg, Jean de Berghes, Guillaume de Croÿ, Henri de Nassau7, etc. Cependant, à partir de 1512, Marguerite parvient à imposer ses choix dans la composition de la maison de Charles8. À la Cour de Flandre, les luttes entre les différentes factions nobiliaires se redessinent en même temps que de nouvelles perspectives s’ouvrent avec la succession annoncée de Charles. Cependant, la vieille division héritée de la guerre de Cent Ans est toujours perceptible entre le groupe favorable à la France mené par Guillaume de Croÿ et le parti acquis à l’Angleterre représenté par Jean de Luxembourg. L’objectif de Marguerite est de construire une alliance internationale contre le roi de France, Louis XII, pour se rapprocher de Ferdinand qui, depuis la mort d’Isabelle, reste le seul roi catholique. Dans le même temps, Marguerite arrange une entrevue en 1513 à Tournai avec le roi d’Angleterre. Le but est d’isoler le roi de France et de contrecarrer l’influence de Chièvres à la Cour de Flandre9. Néanmoins, le projet de Marguerite échoue rapidement sous l’effet conjugué de la résistance de la noblesse des Pays-Bas et de l’accord conclu entre Henri VIII et le roi de France. Le triomphe de Chièvres est total. Non seulement, il peut se prévaloir d’occuper un poste prestigieux aux côtés de Charles mais il parvient également à introduire ses clients au service de jeune prince. Jean le Sauvage est nommé Chancelier. Gérard de Plaine se voit retirer la charge de président du Conseil Secret de Charles en faveur d’Antoine de Lalaing et d’Adrien d’Utrecht. De même, le trésorier général des finances, Roland Lefèbvre est sommé de céder son office à Jean Ruffault10. Par conséquent, quand le 25 octobre 1515, les ordonnances relatives à la maison de Charles sont publiées, conformément aux dispositions de la maison de Bourgogne, Chièvres s’impose parmi les nouveaux serviteurs. En effet, il apparaît à la tête de la cámara11. De même, la plupart des membres qui y figurent sont affiliés à sa clientèle.

Fig. 2 > Isabelle de Castille. Statue en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade.

Partis et groupes courtisans au sein des Royaumes hispaniques hérités par Charles Quint

6Au sein des royaumes hispaniques, la situation politique est tout aussi complexe. Loin de l’unité politique et idéologique que les historiens ont toujours mise en avant pour qualifier l’action des Rois Catholiques (comme paradigme de bon gouvernement et comme origine de la Monarchie hispanique), la Cour d’Isabelle et de Ferdinand est divisée en deux grands partis ou groupes politiques. Les divergences entre ces deux partis éclatent au grand jour en 1497, après la mort du prince héritier Jean, marié avec Marguerite, la fille de l’empereur Maximilien.

  • 12 E. López, « L’observance franciscaine et la politique religieuse des ducs de Bourgogne », Annales d (...)
  • 13 S. de Moxó, « El auge de la nobleza urbana en Castilla y su proyección en el ámbito administrativo (...)
  • 14 Le contador, c’est-à-dire le contrôleur, est un officier chargé de la vérification des comptes au s (...)
  • 15 Les biographies de ces personnages se trouvent dans G. Fernandez de Oviedo, Batallas y Quincuagenas (...)

7Le premier groupe comprend tous les serviteurs de la reine Isabelle (le parti isabélin) (fig. 2). Il est animé par différents groupes sociaux qui partagent des intérêts politiques et une spiritualité commune inspirée des courants réformistes (Observants) du Nord de l’Europe12. La reine Isabelle a réussi à attirer les membres les plus actifs des élites urbaines castillanes. Cela contribue au renforcement de la cohésion entre la Cour et le reste du royaume13. Au sein de ce grand « parti », on trouve les conseillers (et leurs descendants) du roi Jean II de Castille, son père, qui l’ont soutenue inconditionnellement lors des guerres qu’elle a menées contre son frère Henri IV (et la fille de celui-ci, Jeanne la Beltraneja) pour la conquête du trône de Castille. La plupart d’entre eux appartiennent à l’élite judéo-converse. Ils sont issus de familles implantées dans les oligarchies municipales qui se sont converties sincèrement au christianisme : le secrétaire Hernán Álvarez de Toledo, son propre confesseur frère Hernando de Talavera, les chroniqueurs Gonzalo de Ayora et Hernando del Pulgar, le médecin Hernando de Zafra, le contador14 Gonzalo Chacón, le conseiller Sancho de Castilla qui avait été précepteur du prince Jean, le licencié Felipe Ponce, conseiller du conseil de l’Inquisition, Francesco de Malpartida « du Conseil Royal », Pedro de Oropesa, Gutierre de Cárdenas ou encore Juan Velázquez de Cuéllar15. Rappelons également l’influence d’un groupe de frères (en majorité des franciscains) qui partage la même spiritualité que la reine et que certaines familles nobles de la Cour parmi lesquelles figure le puissant clan des Mendoza.

  • 16 A. De La Torre et E.A. De La Torre, Cuentas de Gonzalo de Baeza, tesorero de Isabel la Católica, Ma (...)

8Entre 1497 (mort du prince Jean) et 1504 (mort d’Isabelle la Catholique), le nombre des affidés de la reine Isabelle augmente considérablement. Beaucoup proviennent des maisons de son fils et de ses filles qui sont morts prématurément. Au moment où elle abandonne le gouvernement de la monarchie aux mains de son mari, ses partisans se font encore plus nombreux. Les débats sur les raisons qui ont poussé Isabelle à quitter le pouvoir se sont multipliés mais la question n’a toujours pas été tranchée. Cependant, on peut noter qu’à partir de 1498, la reine n’intervient plus dans la prise des décisions castillanes. Dans son sillage, ses principaux soutiens et conseillers politiques disparaissent de la Cour et commencent à être victimes de l’Inquisition en raison de leurs convictions religieuses16.

  • 17 Les biographies de ces serviteurs aragonais d’origines judéoconverses sont consultables dans M. Ser (...)
  • 18 M. Serrano Y Sánz, op. cit., p. CLXIX-CLXXI.
  • 19 José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, op. cit., I, p. 56-58.
  • 20 M. Gímenez Fernández, Bartolomé de las Casas, op. cit., I, p. 9-12
  • 21 A. Cotarelo Y Valledor, Fray Diego de Deza, Madrid, 1900, p. 23 sqq.
  • 22 Un regidor est un membre du gouvernement d’une municipalité. En cette qualité, il siège au conseil (...)
  • 23 J. Zurita, Historia del Rey don Hernando, Saragosse 1580, f° 80v. L. Padilla, Crónica de Felipe I l (...)

9Le deuxième parti est composé des fidèles du roi Ferdinand d’Aragon (parti « aragonais » ou « ferdinandien ») (fig. 3). Bien que, politiquement, ses membres affichent une rigoureuse unité, son nom n’en révèle pas moins une composition très hétérogène. Le cœur de ce parti est constitué de serviteurs aragonais d’origine judéo-convers. Une large partie d’entre eux s’est formée au sein de la maison du roi Jean II, le père de Ferdinand le Catholique, et s’est installée en Castille quand le Roi Catholique a vu son pouvoir confirmé. Dans ce groupe17, on trouve Luis de Santángel, secrétaire aux comptes du royaume d’Aragon, le converso Gabriel Sánchez, trésorier général d’Aragon (il joue un rôle dans l’assassinat de l’inquisiteur Pedro de Arbués18) qui meurt à Ségovie en 1505. Son fils, Luis, hérite de la charge et l’exerce jusqu’à sa mort en 1530. Elle est ensuite transmise à son frère Gabriel Sánchez comme si la fonction était devenue attachée à la famille. On trouve également dans ce groupe Juan Coloma, originaire de Borja, qui après avoir intégré le service de Jean II d’Aragon, participe à la guerre de Grenade aux côtés du Ferdinand et assure le contrôle financier des grâces royales octroyées19 ; Miguel Pérez de Almazán, natif de Catalayud, ainsi que son protégé Pedro de Quintana qui, à son tour, favorise l’ascension de son neveu, Lope de Conchillos. De plus, Quintana a pour beau-père Jaime Ferrer, le corregidor de Tolède, dont le frère, Luis, était l’implacable gardien de prison de la reine doña Juana à Tordesillas. Parmi les protégés de Pérez de Almazán figurent Juan Ruiz Calcena ainsi qu’un jeune homme andalou, Francisco de Los Cobos20. Attiré par les promesses de richesses, il quitte sa ville natale d’Úbeda pour rejoindre la Cour. Une deuxième branche du « parti aragonais » est composée de serviteurs castillans qui, depuis l’arrivée de Ferdinand en Castille, soutiennent le jeune prince aragonais. On compte parmi eux le frère Diego de Deza, un brillant professeur de l’université de Salamanque qui est recommandé au roi par son oncle21, Rodrigo de Ulloa (regidor22 de Toro), en 1480. Le parrainage de son oncle porte ses fruits. Peu de temps après son intervention en sa faveur, il est appelé à la Cour comme précepteur du prince. Après la mort du prince, Deza intègre le parti de Ferdinand. En 1505, l’annonce de la venue de Jeanne et de Philippe le Beau en Castille se confirmant, il fait venir à la Cour son neveu, Juan Pardo Tavera, un jeune professeur de l’Université de Salamanque. Antonio de Fonseca, nommé par les Rois Catholiques le 15 mai 1499, occupe la fonction de majordome majeur de la princesse Marguerite (l’épouse du prince Juan). Depuis l’éviction du serviteur d’Isabelle, Álvaro de Portugal en 1503, il exerce la charge de contador mayor, c’est-à-dire de contrôleur général des finances de Castille. Son frère, Juan Rodríguez Fonseca, qui a la mainmise sur les affaires des Indes, compte également parmi les partisans de Ferdinand. Signe de son influence, il accompagne, en 1501, l’infante Catalina en Angleterre, deux ans après avoir été ordonné évêque de Cordoue. Après la mort d’Isabelle la Catholique, le roi Ferdinand le promeut au rang de comte de Pernía et lui offre l’évêché de Palencia en échange de son intervention en Flandres – aux côtés de Lope de Conchillos – où il a la délicate mission de récolter des informations sur l’état mental de Jeanne et de la dissuader de venir en Castille. Les autres membres importants de ce groupe sont Galíndez de Carvajal, membre du Conseil Royal depuis 1502, Hernando de Vega, Francisco de Los Cobos, Sancho de Matienzo, etc. Enfin, il faut rappeler la présence dans ce parti d’un petit nombre de nobles. Ils avaient témoigné à Ferdinand d’un fervent soutien dès son arrivée en Castille pour y célébrer son mariage avec Isabelle. Les principales figures sont le comte de Alba, « don Bernardo de Rojas, marquis de Denia, son majordome, don Diego de Mendoça et don Ioan de Mendoça, son frère ; don Hernando de Tolède, le frère du duc d’Alva, don Álvaro de Luna ainsi que don Hernando de Rojas23 ».

Fig. 3 > Ferdinand d’Aragon. Statue en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade.

  • 24 M. Gímenez Fernández, op. cit., I, p. 13-21.
  • 25 Les membres du parti de Ferdinand défendent une idéologie chrétienne différente de celle affichée p (...)
  • 26 A.H.N. Códices, lib. 1º, tit. 2, breve 5. Sur le contexte et l’action de Diego Deza, José Martínez (...)

10Bien que le parti de Ferdinand dispose de moins de soutiens dans le gouvernement de Castille que celui d’Isabelle, il parvient rapidement à prendre le contrôle de l’administration centrale. Pour l’historien Giménez Fernández, cette domination s’explique par l’habileté avec laquelle il arrive à s’imposer à la tête des finances royales, et en particulier, par le monopole qu’il exerce sur les charges en relation avec les Indes24. Les membres du parti de Ferdinand usent de pratiques népotiques. Ils corrompent des personnages influents pour barrer la route des courtisans qui viennent contrarier leurs ambitions. Cependant, cette explication ne me paraît pas suffisante. En effet, la production de métaux précieux aux Indes est, à cette période, encore relativement marginale. Je considère plutôt que c’est le contrôle qu’ils exercent sur l’Inquisition25 qui est à l’origine de leur rapide ascension à la tête du pouvoir. Les partisans de Ferdinand connaissent parfaitement l’utilité de cette institution : non seulement elle garantit l’orthodoxie religieuse mais elle constitue aussi une redoutable arme politique. En effet, les procédures d’inquisition permettent facilement d’expulser un ennemi politique (en l’occurrence ici les partisans d’Isabelle) des principales charges de la monarchie ou du gouvernement des villes. Concrètement, la domination du parti de Ferdinand s’affermit à partir de 1498 avec la nomination de Diego de Deza au poste d’inquisiteur général26.

  • 27 Correspondencia de Gutierre Gómez de Fuensalida, p. 350.
  • 28 L. Padilla, op. cit., p. 337-338. J. Zurita, op. cit., f° 20v°-23r°.

11La mort d’Isabelle la Catholique en 1504 vient renforcer l’opposition entre les deux partis. Peu après sa mort, Philippe le Beau et ses clients flamands manifestent leurs intentions de gouverner la Castille. Ils sont soutenus par une bonne partie de la haute noblesse castillane qui espère tirer des avantages et des privilèges27 du changement de monarque. Le camp de Philippe le Beau peut également compter sur l’appui des fidèles d’Isabelle récemment accusés de dissimuler des origines judéo-converses par l’Inquisition et, en conséquence, écartés de leurs anciennes charges28.

  • 29 J. Zurita, f° 93r-94v. RAH, Colección Salazar y Castro, A-8, f° 151r-v : el príncipe don Carlos, qu (...)
  • 30 « Beaucoup des Flamands qui accompagnent Philippe le Beau retournent en Flandres », P.M. de Anglerí (...)
  • 31 A. Rodríguez Villa, « Don Francisco de Rojas, embajador de los Reyes Católicos », Boletín de la Rea (...)
  • 32 J. Zurita, f° 108 vo.

12Malgré les efforts déployés par Ferdinand le Catholique pour empêcher le voyage de Philippe et de son épouse, ces derniers arrivent en Castille en 1506. Ils convoquent rapidement les Cortes à Valladolid qui reconnaissent Jeanne comme la reine de Castille, Philippe comme son époux légitime et Charles comme le prince héritier. Investi de ces pouvoirs et alléguant les problèmes mentaux de sa femme, Philippe essaye alors de prendre les commandes du gouvernement et élabore une réforme de l’administration du royaume. Il supprime, dans un premier temps, l’Inquisition puis place plusieurs de ses hommes à des postes clés occupés jusque-là par des serviteurs de Ferdinand. Mais la mort le rattrape dans son projet. À Burgos, il s’éteint peu de temps après avoir accédé au trône d’Espagne. L’événement provoque des remous au sein de son propre camp. Le duc de Nájera demande à ce que le « prince Charles, son seigneur naturel, se rende en Castille pour prendre possession des royaumes gouvernés sous son autorité29 ». Par ailleurs, la maison du roi se vide de ses courtisans qui retournent en Flandres30. En outre, les victimes de l’Inquisition se révoltent craignant de ne pas recouvrer leur liberté si le roi d’Aragon vient à s’emparer du trône de Castille31. Dans ce contexte, Ferdinand le Catholique confie le gouvernement à l’archevêque de Tolède, Cisneros, et au président du Conseil Royal durant son absence32. Parallèlement, dans une lettre à la tonalité affectueuse écrite à sa fille depuis Naples, il ordonne qu’aucun changement ne soit effectué au sein du gouvernement jusqu’à son arrivée.

  • 33 A. Santa Cruz, Crónica del emperador Carlos V, op. cit., I, p. 37.
  • 34 La liste des serviteurs se trouve dans AGS. CSR, leg. 9, f° 821-825.
  • 35 L. Galíndez de Carvajal, Anales breves del reinado de los Reyes Católicos, Codoin, vol. 18, p. 358 (...)

13Une fois en Castille, Ferdinand restaure les institutions de la monarchie et remplace les anciens administrateurs de Philippe le Beau par ses propres hommes. Par ailleurs, en découvrant l’état lamentable de sa fille, en proie à des accès de démence dans la ville d’Arcos, il organise son déménagement le 14 février 1509 et l’installe à Tordesillas où elle finira ses jours33. Dès lors, la maison royale castillane est divisée en deux : une partie des serviteurs est au service de Jeanne tandis que l’autre est attachée au roi34. Le personnel affecté à Jeanne, relégué de la vie politique et écarté de la Cour, est recruté parmi les vieux serviteurs d’Isabelle. À l’inverse, ceux qui accompagnent le roi font partie des membres les plus actifs des élites castillanes. Ainsi, ce choix permet à la fois au roi de s’assurer de la tranquillité du royaume et également de commencer à le structurer politiquement conformément à ses projets et ses intérêts35.

LES CONSEILS DE LA MONARCHIE ESPAGNOLE SOUS CHARLES QUINT
1. Conseil d’État (1521-1834) [Consejo de Estado]
2. Conseils ayant compétence sur plusieurs territoires
Conseil de l’Inquisition (1488-1820) [Consejo de Inquisición]
Conseil de la Croisade (1509-1750) [Consejo de Cruzada]
Consejo de Órdenes militares (1489-1834)
3. Administration du Royaume de Castille
Conseil de Castille (1385-1834) [Consejo de Castilla]
Chambre de Castille (1498-1834) [Cámara de Castilla]
Conseil de la Guerre (1522-1834) [Consejo de Guerra]
Conseil des finances (1523/1525-1834) [Consejo de Hacienda]
4. Les Conseils territoriaux
Conseil d’Aragon (1494-1707) [Consejo de Aragón]
Conseil des Indes (1524-1834) [Consejo de Indias]
Conseil de Navarre (1513 [réorganisé en 1525]-1836) [Consejo de Navarra]

Fig. 4 > Guillaume de Croÿ, seigneur de Chièvres.

L’ORGANISATION POLITIQUE DE L’EMPIRE DE CHARLES QUINT (1522-1530)

  • 36 Les procuradores sont les délégués des dix-huit villes de Castille représentées aux Cortes.
  • 37 Cortes de los Antiguos Reinos de León y Castilla, Madrid, 1889, IV, p. 262-282.

14En 1517, l’archiduc Charles débarque en Espagne accompagné par un Conseil de nobles d’origine flamande chargés de le conseiller et d’administrer le royaume. Les Castillans des deux partis s’empressent d’aller à sa rencontre, à Aguilar de Campo, pour lui proposer leurs services. Mais Charles les renvoie à Valladolid où doit se célébrer la réunion des Cortes au cours de laquelle il doit être intronisé héritier de Castille après des discussions sur les modalités de son accession au trône. Cependant, lors des Cortes de Valladolid de 1518, les procuradores36 castillans, lui annoncent leur résolution de ne pas lui prêter allégeance. En effet, ils rejettent le gouvernement de Charles constitué d’étrangers appartenant à la maison de Bourgogne37. Charles laisse un temps entrevoir la possibilité de revoir son recrutement.

  • 38 Voir les salaires des serviteurs de la Maison de Bourgogne, AGS. CSR, legs. 28 et 29.

15Toutefois, quelques mois plus tard, les élites castillanes sont toujours absentes des structures de l’appareil monarchique. Cet entêtement du roi à repousser leurs requêtes leur apparaît comme particulièrement intolérable. Les élites castillanes se voient écartées du gouvernement central de la Monarchie et sont contraintes d’observer comment leurs intérêts sont confisqués par un groupe de Flamands qui se rétribue sur les rentes de Castille38. Le jeune monarque, qui ne prend pas la mesure de la gravité de la situation, abandonne alors l’Espagne pour recevoir la couronne impériale sans avoir pris le temps de résoudre le conflit qui débouche sur la révolte des Comunidades de Castille.

  • 39 P.M. de Anglería, Epistolario, Codoin, vol. 11, p. 339-341.
  • 40 M. Gímenez Fernández, II, p. 220. M. Rivero Rodríguez, ne soutient pas cette thèse, « Las Cortes ar (...)
  • 41 La casa y corte est l’espace qui définit la cour et tout son personnel. Le royaume d’Aragon dispose (...)
  • 42 La liste des agents peut être consultée dans : ACA, Consejo de Aragón, núm. 223. C. Bornate, Histor (...)

16Dans le royaume d’Aragon, la situation est également instable. Les Cortes, réunies d’avril à mai 1518, refusent la montée de Charles sur le trône. Bien que pour les membres de la suite de Charles, toutes les discussions ne représentent qu’un « imbroglio aragonais39 », les débats soulèvent des questions très importantes pour l’avenir du royaume. Les représentants aragonais, comme ceux de Castille l’avaient fait précédemment, rappellent leur volonté de participer au gouvernement. Le déblocage de la situation a lieu pendant l’automne. Giménez Fernández voit dans la mort du grand chancelier Jean Sauvage et dans son remplacement par Gattinara la cause de ce renversement de situation. Cependant, j’estime que ce sont les nouvelles qui parviennent au roi depuis l’Empire qui poussent Charles à changer de posture40. En effet, le temps joue contre ses intérêts. Aussi, il prend soin de ratifier rapidement les offices concédés à la Cour de Flandres (Chièvres [fig. 4] ne peut délaisser ses fidèles) pendant qu’au même moment, les agents de la casa y corte41 d’Aragon, héritiers de Ferdinand le Catholique, se voient confirmés dans leurs charges42.

  • 43 Le royaume de Naples possède sa propre maison royale, RAH, Salazar y Castro, A. 13, « Los oficios q (...)

17Il ne fait nul doute que cet épisode aragonais conditionne, par la suite, la manière d’agir en Catalogne. Afin de ne pas répéter les erreurs commises en Aragon, le grand chancelier dépêche en Catalogne le vice-chancelier Antonio Agustí, le conseiller Padilla et le secrétaire Los Cobos pour préparer la réception du roi. La longueur du séjour, le retard du serment et la lenteur des procédures menées par les Cortes sont moins le résultat d’une résistance catalane (sur-interprétée par l’historiographie) que les conséquences des multiples événements qui entravent le bon déroulement des célébrations : la mort de l’empereur Maximilien en premier lieu, mais également la reconnaissance de Charles comme roi par le royaume de Naples, la pacification de la Sicile et la célébration de la Toison d’Or43.

  • 44 J. Dormer, Anales de Aragón, Saragosse, 1697, p. 32-35.

18À partir du moment où la nouvelle de la mort de Ferdinand le Catholique se répand à Naples, le vice-roi Cardona ignore la Cour flamande et envoie son secrétaire, Juan del Río, en Castille. Il fait serment à Jeanne de sa fidélité et lui fait part de ses dispositions pour défendre le royaume et combattre la faction angevine44. En niant l’autorité de Charles comme roi, il lance une provocation sans équivoque. Au même moment, il tente, avec son ambassade, de s’insérer dans les affaires siciliennes. Cardona dispose de toute la latitude nécessaire pour agir sans danger. Il possède d’abord le soutien des élites napolitaines. Ensuite il peut compter sur le fait que les clients flamands ne sont pas implantés sur les territoires italiens. Enfin, l’allégeance à Jeanne donne une couverture légale à son action.

  • 45 Jacques Heers, À la cour pontificale au temps des Borgia et des Medicis (1420-1520), Paris, 1986, c (...)
  • 46 P.M. de Anglería, Epistolario, Codoin, vol. 11, p. 370-371.
  • 47 A. Cernigliaro, Sovranità e feudo nel Regno di Napoli, 1505-1557, Naples, 1983, I, p. 34-37.

19La succession impériale transforme alors le défi lancé par Cardona en instrument utile aux intérêts du nouvel empereur. En effet, le jeune Charles et ses ministres reconsidèrent leur politique italienne. Parmi les nombreuses ambassades qui arrivent aux Cortes de Barcelone en 1519, se trouve celle d’un représentant de la noblesse romaine, Próspero Colonna (un envoyé de Cardona)45. Le chroniqueur Anglería observe que cette période est propice au rapprochement entre deux anciens ennemis, Cardona et Croÿ, qui commencent à collaborer46. En effet, la mainmise sur l’empire conduit au développement de la rivalité entre la Cour de Charles et la monarchie française et à la caducité du traité de Noyon. Jusqu’alors, Naples était protégée contre les prétentions françaises en vertu du projet politique qu’avait dessiné Ferdinand le Catholique. En résumé, les réunions des Cortes à Saragosse en 1518 et à Barcelone en 1519 constituent des expériences difficiles pour Charles et sa suite. Ils sont exposés à des violences, au manque de nourriture et même à la peste (on compte Sauvage et Carondelet parmi les conseillers qui en sont victimes) mais sont surtout contraints de reconnaître la légitimité d’organisations politiques élaborées par le grand-père de Charles, Ferdinand47.

  • 48 ASV. FAG. Mazzo 8, carpeta 10. Voir l’étude de Manuel Rivero Rodríguez, « La repercusión de la elec (...)
  • 49 Manuel Rivero Rodríguez, Gattinara, Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid, 2005, p. 83-96.
  • 50 C. Bornate, Historia vite et gestorum per dominum magnum cancellerium, Turin, 1915, p. 405-413.

20Dans ses Mémoires, Gattinara signale que c’est dans la ville de Lérida, sur la route de la Catalogne, que Charles apprend la nouvelle de la mort de Maximilien. À la Cour, la polémique enfle parmi les conseillers de Charles : doit-il assumer l’héritage de son grand-père ou y renoncer en faveur d’un des membres de sa famille afin de se concentrer sur le gouvernement des royaumes hispaniques ? Les témoignages de Gattinara confirment que les conseillers flamands n’ont pas accordé suffisamment d’attention à l’organisation et à la gestion complexes de ces territoires hérités. En effet, ils réalisent l’immensité de la tâche à accomplir quand ils prennent connaissance des lettres relatives à l’élection du Saint empereur romain germanique. Ils prennent alors conscience des efforts à entreprendre pour organiser et réformer tous les États. Dans la nuit du 4 au 5 juillet 1519, une lettre qui informe de l’élection de Charles Ier à la tête du Saint-Empire arrive à Barcelone. Peu de temps après, le grand chancelier, Gattinara, remet au roi un mémoire dans lequel il lui expose les sujets qui méritent une attention prioritaire. Sa fonction l’oblige à s’atteler aux principaux problèmes auxquels sont confrontés les royaumes hispaniques48. Dans une première partie, Gattinara fait l’éloge du titre et de la dignité impériale s’inscrivant par ce geste dans l’idéal de la Monarchia Universalis qui vante les vertus du bon prince. Dans la seconde, il s’attarde plus longuement sur la question du gouvernement d’un si grand empire et tente d’apporter des réponses à cette situation inédite. Gattinara n’envisage pas Charles comme le successeur spirituel de Charlemagne mais plutôt comme le gestionnaire d’un immense empire. Selon lui, l’ordre des priorités est le suivant : résoudre la question de la succession dans les différents royaumes hispaniques, choisir les serviteurs de la maison du roi ainsi que ceux du Conseil royal et opérer une bonne répartition des dignités et des grâces royales. Pour Gattinara, il est nécessaire de définir des critères qui permettront de bien choisir les officiers du royaume au service du nouveau roi. Le rôle des élus est alors de jouer les intermédiaires entre le roi et la société. Ainsi, le maintien de l’ordre social dans le royaume dépend du bon choix de ces officiers. Dans ses propositions, tous les conseillers, sans distinctions, forment un Conseil public. À l’inverse, un petit nombre d’entre eux sont appelés à constituer un groupe consultatif, regroupés au sein d’un Conseil secret. À y regarder de plus près, le projet présenté par Gattinara donne l’impression de copier le fonctionnement du Conseil de Charles entre 1517 et 1519. Il n’offre pas un nouveau modèle de gouvernement. Le « Conseil secret » n’apparaît pas comme une institution ordinaire mais comme une commission créée en vue de résoudre des questions conjoncturelles et des problèmes concrets49. En somme, le mémoire du 12 juillet 1519 n’a pas, selon moi, l’importance qu’on a voulu lui prêter. Il trahit un caractère improvisé et peu réaliste qui le situe parmi les projets qui n’apportent pas de solutions notables. C’est pour cette raison, qu’en novembre de la même année, Gattinara l’écarte et présente un nouveau projet avec des perspectives plus adaptées à la situation50.

21Comme cela avait été le cas dans le mémoire précédent, rien n’indique que le nouveau projet soit une commande. Il est, comme le précédent, le fruit de l’initiative personnelle de Gattinara, rédigé au moment où Charles quitte la péninsule pour aller recevoir la couronne impériale. Dans son introduction, l’auteur commence par distinguer les couronnes de Castille et d’Aragon ce qui tranche avec le premier mémoire dans lequel il adoptait une vision unificatrice des royaumes hispaniques. Tout laisse à penser que Gattinara s’inspire du projet politique hispanique élaboré par Ferdinand le Catholique qui fonde le gouvernement sur le principe de régence. Ainsi, la délégation du pouvoir, par l’intermédiaire d’un vice-roi ou d’un lieutenant général, présents dans chaque royaume, est la clé de voûte du système. De plus, si chaque royaume conserve ses Maisons royales et ses cours respectives, le roi d’Espagne est autorisé à agir comme s’il était le seigneur de chacun de ces territoires. Enfin, les élites prennent part au gouvernement de chaque royaume.

L’organisation administrative de la Monarchie de Charles Ier : une monarchie articulée sur des cours vice-royales

  • 51 J. Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón, Zaragoza, 1994, p. 97.
  • 52 RAH, Salazar y Castro, 9/5550, f° 224-235. Manuel Rivero Rodríguez, « La repercusión de la elección (...)
  • 53 RAH, Salazar y Castro, 9/5550, f° 236-240.
  • 54 J. Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón, p. 100 sqq. Manuel Rivero Rodríguez, (...)
  • 55 J.M. Headley, The Emperor and His Chancellor : A Study of the Imperial Chancellery Under Gattinara,(...)

22La réorganisation de la monarchie commence avant le retour de Charles Quint. Sous l’impulsion des idées de Gattinara, la couronne d’Aragon subit les premières transformations. Cependant, comme l’affirme une majorité d’historiens, si l’influence de ses écrits ne fait pas de doute, le grand chancelier n’en est pas moins tenu à l’écart du gouvernement. Le 3 août 1520, Charles Ier, depuis la cour de Gand, nomme Jean Lallemand « notador et contrarrelator du Patrimoine des rentes et des droits royaux de la Couronne d’Aragon51 ». Ce choix révèle l’intention de contrôler les membres du parti de Ferdinand au sein du gouvernement de la monarchie. À cette disposition vient s’ajouter la pragmatique de Worms52 du 20 décembre 1520, qui prévoit de clarifier la situation institutionnelle de l’Aragon et de permettre à Charles de gouverner depuis la cour impériale. En réalité, la finalité de ce texte est la création de nouveaux offices et de nouvelles institutions pour encadrer et surveiller l’administration aragonaise. Sous couvert de la recherche de stabilité et du bon fonctionnement des institutions aragonaises, il s’agit pour le roi (une fois reconnue l’ « heureuse succession d’Espagne » et de l’Empire) de reprendre la main sur la gestion de ce territoire. Dans cette perspective, Miguel Velázquez Climent est confirmé dans ses fonctions de protonotaire et Antonio Agustí dans sa charge de vice-chancelier. À leurs côtés figure un groupe de conseillers, dirigé par Antonio Agustí53 dont la plupart des membres font partie du clan qui s’était formé sous la protection de Chièvres. Bien que la signature de Gattinara n’apparaisse pas, les archives attestent sa présence dans toutes les chancelleries du royaume – et pas seulement celle d’Aragon. Les mesures adoptées en 1522 marquent le début d’un vaste mouvement de réformes54 qui s’achève par l’ordonnance promulguée au sein du Conseil d’Aragon le 20 avril 1530. Entre 1518 et 1521, Chièvres introduit un système tout entier fondé sur la délégation vice-royale que Gattinara tente de limiter. À cet effet, il rétablit le Conseil créé par Ferdinand le Catholique en 1494 qui supervise les informations provenant des différentes vice-royautés et qui dote la Cour d’une autorité supérieure capable de contrôler les territoires. Quant au Conseil de justice présidé par le grand chancelier, il essaye d’éviter, grâce à la possibilité pour les sujets de faire appel devant le roi, une indépendance excessive des lieutenants55 (en vertu du fait que le concept de justice équivaut à celui de souveraineté).

  • 56 Le regente de la Chancellerie est un magistrat qui préside une cour de justice civile. Aussi, il ne (...)
  • 57 AGS. E, leg. 11, núm. 46.

23Comme le signale le professeur M. Rivero, le champ d’action politique du Conseil d’Aragon, dans son rapport avec les États de la Couronne, est très difficile à circonscrire. En effet, le système vice-royal implique une décentralisation de la Couronne à travers la création de circonscriptions tenues par des lieutenants. Ces territoires correspondent à autant de prolongements territoriaux de la monarchie ou de parties de la casa y corte. C’est pour cette raison que les regentes56 de la chancellerie (comme J. Garcés et Pérez Figuerola) sont envoyés à Saragosse et à Valence pour conseiller et surveiller les vice-rois dans leurs tâches. Néanmoins, à partir de la mort du Roi Catholique, les vice-rois de Naples et de Sicile maintiennent une situation d’indépendance. En effet, en 1524, aucun regente de la chancellerie napolitaine et sicilienne ne figure dans la liste des agents de la Couronne d’Aragon57. Il est évident que le but principal de cette pragmatique de Worms était de mieux délimiter l’autorité des différents royaumes de Ferdinand le Catholique et d’envisager un dispositif politique permettant de dissocier les couronnes de Castille, d’une part, et d’Aragon, d’autre part.

  • 58 C. Bornate, p. 284, A. Rodríguez Villa, « El emperador Carlos V y su Corte », Boletín Real Academia (...)
  • 59 C’est ce que semble dénoncer Pedro Mártir de Anglería dans une lettre du 5 avril 1520. Epistolario,(...)
  • 60 B. Chudoba, España y el Imperio (1519-1643), Madrid, 1986, p. 57-59. Karl Brandi, Carlos V. Vida y (...)
  • 61 J.M. Headley, op. cit., p. 58-63.

24Ce changement a lieu après la mort de Chièvres, au moment où Gattinara retrouve un rôle de premier plan dans l’organisation du pouvoir58. La tâche n’est pas facile. Dans les années qui précèdent, entre 1520 et 1521, c’est le système « vice-royal » qui prédomine. Le pouvoir central abandonne alors le gouvernement et l’administration de la justice et de la police aux mains des vice-rois pendant que l’empereur oriente la politique extérieure et se réserve la concession des grâces. Comme l’affirment les critiques qui s’élèvent alors contre cette politique, le projet constitue moins un programme de décentralisation qu’un mouvement de délégation de pouvoirs. Aussi, les sujets ont pu interpréter l’absence du roi comme la marque d’un réel abandon59. Cette organisation en vice-royautés a semblé à Chièvres et à ses conseillers flamands le système le mieux adapté à la gestion de cet immense espace hérité par Charles. Le traité de Bruxelles, signé en 1522, coïncide avec l’apogée de cette politique initiée en 1519 et en est l’illustration la plus marquante. L’infant Ferdinand est nommé régent des territoires impériaux de Charles Quint (Brandi le qualifie de vice-roi). À cet effet, il reçoit les pleins pouvoirs pour superviser l’administration du patrimoine des Habsbourgs ce qui lui confère une autorité sans égale dans l’empire60. Pendant ce temps, Gattinara est occupé par les affaires anglaises et italiennes. Alors que la Cour se trouve à Gand, la veille de son retour vers les royaumes hispaniques, il se remet au travail. En janvier 1522, alors qu’il se trouve dans cette même ville, il achève une première rédaction d’un texte sur l’organisation de la Chancellerie impériale dans lequel il statue sur l’usage des timbres, la variété des diplômes, l’enregistrement des causes et des affaires. Le classement des affaires se fait par correspondances ou par langues : allemande et latine. Enfin, seules les affaires d’État sont partagées exclusivement entre le bureau de l’empereur et celui du chancelier61.

  • 62 V. De La Fuente, « Carta de López de Ayala a Cisneros, fechada el 30 de agosto de 1517 », Cartas de (...)
  • 63 E. Gossart, « Notes pour servir à l’histoire du régne de Charles Quint », Mémoires couronnés et aut (...)
  • 64 ASV. FAG, mazzo 8, f° 1v°. cité par Manuel Rivero Rodríguez, « La búsqueda del equilibrio en la Cor (...)
  • 65 Cette idée a été défendue par F. Welser, Die Spanischen Zentralbehörden und der Straatsrat Karls V,(...)

25Il ne s’agit pas ici des prémices du Conseil d’État. Cependant, Gattinara s’attelle à un problème qu’avait déjà rencontré Jean Sauvage62 et qu’il tente de résoudre en 1523 par la formation d’un cercle rapproché de fidèles autour de l’empereur. Les décisions politiques qui leur reviennent touchent à l’ensemble des États de l’empire. Ce groupe est habilité à traiter les questions relatives à la politique extérieure ainsi qu’aux questions dynastiques. À l’inverse, l’administration quotidienne des Royaumes incombe aux délégués de la cour impériale : gouverneurs, lieutenants ou vice-rois. Naturellement, la cour impériale, itinérante, doit visiter les différents royaumes pour empêcher la diffusion de tout sentiment d’abandon chez les sujets du royaume63. Comme le déclare l’empereur dans un texte de septembre ou d’octobre 1523, la philosophie qui sous-tend cette organisation administrative est la suivante : « fere justice au peuple en tout temps, et referir a luy les choses plus grandes en depeschant les memoires au fin quil trouvait la charge plus ligiere et la partisaint aux aultres64 ». Enfin, le grand chancelier propose de doter la Castille d’un Conseil d’ « État » compétent sur tous les sujets. Il supplanterait ainsi un Conseil royal devenu superflu en raison du nouveau rôle joué par l’empereur dans le gouvernement de la Castille. Gattinara suggère aussi un fonctionnement modelé sur le conseil d’Aragon où un seul Conseil examine « les choses non importantes ». En revanche, les affaires d’État, les finances et l’octroi des grâces restent aux mains du souverain. Derrière ce souci de rationalisation, on peut décrypter la finalité ultime du mémoire : Gattinara se présente comme la personne la plus apte à diriger le Conseil d’État, prêt à assumer en Castille les mêmes fonctions que celles qu’il exerçait en Aragon. Enfin, rappelons que, contrairement à la vision véhiculée par de nombreux historiens voyant dans le grand Chancelier « l’architecte » de la polysynodie de l’empereur, Gattinara n’a jamais été à proprement parler le favori de Charles Quint puisque ses projets n’ont jamais abouti65.

La lutte entre serviteurs et conseillers : Castillans contre Flamands

  • 66 RAH, C-71, f° 29v°.

26Les premiers jalons d’une réforme du fonctionnement et de la composition du gouvernement de la Couronne de Castille sont posés en 1522, après l’échec du soulèvement comunero et le retour de Charles Quint66. En janvier 1523, l’empereur flamand adresse un mémoire au Conseil de Castille dans lequel il suggère des propositions pour la réorganisation des territoires castillans. La même année, aux Cortes de Valladolid, les députés castillans pressent l’empereur d’accepter l’entrée d’Espagnols au sein de la maison de Bourgogne. Par ailleurs, ils le prient de conserver la maison de Castille. Charles leur répond :

  • 67 AGS. CJH, leg. 7, núm. 203. Le texte semble être écrit par Francisco de los Cobos : « A esto vos re (...)

À cela nous vous répondons qu’il ne convient pas d’écarter les membres que Dieu a voulu regrouper en un seul corps, nous voulons, comme cela est juste, nous servir à la fois de toutes les nations de nos royaumes et seigneuries, respectant chacune de leurs lois et de leurs coutumes ; et nous considérons la Castille comme la tête de ces royaumes, nous entendons la préférer à tous les autres, en accueillant dans notre maison royale [de Bourgogne] plus de membres originaires des royaumes de Castille que de n’importe quel autre royaume ou seigneurie.67

  • 68 Sur Francisco de los Cobos, il existe une biographie reconnue de H. Keniston, Francisco de los Cobo (...)
  • 69 F. J. Góngora, Historia del colegio mayor de Santo Tomás de Sevilla, Séville, 1890, I, p. 13-14. A. (...)
  • 70 José Martínez Millán, « Nobleza hispana, nobleza cristiana. Los estatutos de pureza de sangre », da (...)

27Effectivement, après le discours de Charles Quint, les Castillans, qui gravitent autour de l’empereur, commencent à exercer une influence sur la prise des décisions politiques. Ce réseau se tisse autour de deux grandes figures qui ont débuté leur carrière au sein du parti de Ferdinand : Francisco de Los Cobos (fig. 5) et Juan Tavera68. Dans les premières années du xvi e siècle, Cobos intègre l’administration castillane et évolue à l’ombre du secrétaire Miguel Pérez de Almazán. Au cours du règne de Philippe le Beau et de la régence de Cisneros (1516-1517), Cobos est mis à l’écart. Cependant, entre 1523 et 1529, il entame une ascension au service de Charles Quint, reléguant au second rang les conseillers flamands et devient ainsi le principal homme de confiance du roi. De son côté, Juan Tavera est le neveu de Diego Deza69. C’est grâce au patronage de son oncle qu’il est nommé conseiller de l’Inquisition en 1505. À cet effet, il est contraint d’abandonner son poste de professeur de l’université de Salamanque qui lui réserve déjà un futur prometteur. Durant la régence du cardinal Cisneros, il doit quitter ses fonctions et se réfugier à Séville où son oncle est archevêque. Après la révolte des Comunidades de 1521, il occupe les charges les plus élevées du gouvernement : il est nommé successivement inquisiteur général, président du Conseil de Castille, archevêque de Tolède et aumônier majeur de la maison de Castille. Ces deux personnages ont soutenu les projets politiques de Ferdinand le Catholique (en particulier les projets italiens) pour les développer ensuite sous le règne de Charles Quint. En même temps, ils sont parvenus avec habileté à convertir l’idéologie défendue par le parti de Ferdinand en une série de principes pragmatiques qui structurent profondément la société castillane70. Cependant, le remplacement du groupe flamand par la faction castillane n’a pas été une tâche aisée.

Fig. 5 > Francisco de los Cobos par Jan Gossaert dit Mabuse (v. 1530-v. 1532). [Los Angeles, the J. Paul Getty Museum]

  • 71 C. Hernándo, « El reino de Nápoles y el dominio de Italia en el Imperio de Carlos V », dans B. Garc (...)
  • 72 J. M. Doussinage, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, 1944, p. 674-682.
  • 73 José Martínez Millán et Manuel Rivero Rodríguez, « La coronación imperial de Bolonia y el final de (...)

28En 1521, la mort de Guillaume de Croÿ et l’introduction de Castillans au service de Charles Quint ne bouleversent pas les grandes orientations de la politique impériale, pour le moins en Italie. Un réseau de nobles d’origine flamande, clients de Chièvres71, continue d’imposer sa vision de la politique extérieure. Au sein des territoires italiens, ils préconisent la recherche de la paix avec la France. Cette conception s’oppose à celle de Ferdinand le Catholique et de la majorité des Castillans qui prône la conservation des « Deux Siciles » et le déploiement d’un dispositif militaire et diplomatique au Nord de l’Italie visant à empêcher la présence française en Lombardie tout en contrôlant le Pape, isolé au centre de la péninsule72. La victoire de Pavie en 1525 et la capture du roi français permettent d’envisager une paix durable avec la France, conformément au désir des conseillers flamands. Cependant, la guerre se poursuit après la libération du roi de France73.

  • 74 Les accords sont consultables dans AHN, E, leg. 2976, núm. 9. Karl Brandi, op. cit., p. 183-184.

29Cette inclination des conseillers flamands à rechercher un accord avec les Valois s’explique par les relations entretenues entre les Pays-Bas et la monarchie française. En effet, de nombreux seigneurs flamands maintiennent des liens vassaliques avec le monarque français. Les conseillers qui composent le Conseil de Charles Quint pendant les années 1520 sont affiliés aux principaux lignages des princes bourguignons en territoire français. À leur tête, se détache Guillaume de Croÿ. Cette noblesse, qui bien souvent a mêlé son sang avec des lignages français, souhaite logiquement la plus grande stabilité entre les deux couronnes. L’échec de la paix de Madrid signe la fin de la « voie flamande » et oblige Charles Quint à revoir sa politique74. Sa marge de manœuvre est étroite. D’une part, les sujets de l’Empire sont très minoritaires dans la suite de Charles. D’autre part, les conseillers castillans, de plus en plus nombreux, gagnent en influence et continuent à s’opposer à la politique pro-française des Flamands. Gattinara, unique vestige du cercle des serviteurs de Maximilien Ier, peut s’avérer précieux. Promoteur de ses propres idées, il est très informé par ailleurs des projets politiques français en Italie. Son éloignement de la Cour, consécutif au traité de Madrid, lui permet à la fois de tisser des liens avec des conseillers flamands et de proposer une alternative au pouvoir en place.

  • 75 Léon E. Halkin et G. Dansaert, Charles de Lannoy, Vice-Roi de Naples, Paris, 1935, p. 114-115.
  • 76 J. Hook, « Clement VII, the Colonna and Charles Quint: A Study of the Political Instability of Ital (...)

30La cour impériale est alors le théâtre de fortes tensions. Charles refuse de retirer sa confiance à ses vieux amis et conseillers flamands mais se voit obligé d’écouter les propositions alternatives à la « voie flamande » qui a montré ses limites. Pris en étau entre ces deux partis, Charles prend des décisions contradictoires qui laissent apparaître la possibilité de faire de Naples et de Milan des capitales rivales pour la direction des affaires. En effet, d’un côté, le connétable de Bourbon, gouverneur de Milan, est soutenu par Gattinara et les Castillans, de l’autre, Hugo de Moncada, lieutenant de Charles de Lannoy, vice-roi de Naples, est partisan des Flamands. Tandis que Lannoy est proche des idées érasmiennes qui défendent une conciliation entre les sphères spirituelles et temporelles pour maintenir la paix dans la chrétienté, Gattinara et le connétable de Bourbon privilégient une vision beaucoup plus réaliste, empreinte des théories gibelines, selon lesquelles le pouvoir spirituel est soumis au pouvoir temporel75. Ainsi, l’hégémonie en Italie (déjà poursuivie par Ferdinand le Catholique pour assurer la possession de Naples) passe par l’imposition d’une politique de type gibeline défendue par Gattinara. Ce dernier inclut également dans son programme la réforme de l’Église à travers un concile universel placé sous la tutelle de l’empereur en sa qualité de Monarca Universal. Charles Quint ne se risque pas à désavouer les tenants de la voie « gibeline et castillane ». Pendant un moment, Lannoy, tout comme le connétable de Bourbon, se sentent tous deux soutenus par la cour impériale. En laissant évoluer librement les deux initiatives, le souverain se laisse le temps de choisir laquelle est la plus adaptée76.

  • 77 Lettre du secrétaire Pérez à Charles Quint écrite à Rome et datée du 9 avril 1526 (RAH, Salazar y C (...)

31Alors que se déroule la guerre entre l’empereur et la Ligue de Cognac, la tension entre les conseillers de Charles s’accroît. Elle se cristallise autour des événements militaires et diplomatiques. La victoire obtenue sur la Ligue par Charles ne débouche pas sur la soumission du Pape. Au contraire, Lannoy revient en Italie pour y signer une trêve de quatre mois (16 mars 1527) qui doit déboucher sur un processus de paix77. Néanmoins, le 29 avril, le connétable de Bourbon franchit le Pô au sud de Milan. Il s’avance avec ses troupes vers le centre de l’Italie sans rencontrer de résistances. Le 6 mai 1527 a lieu le sac de Rome au cours duquel le connétable trouve la mort. Le pillage de la ville et le massacre des populations se prolongent pendant neuf mois, interrompu uniquement par l’intrusion de la peste à la fin du mois d’août. Le 7 juin, le pape s’en remet au vice-roi de Naples et se place sous sa protection, laissant un temps la chrétienté dépourvue de chef spirituel. L’attitude critique de l’empereur à l’égard de l’événement alimente une angoisse dans toute l’Europe. Les craintes sont renforcées par le fait que Charles tarde à se prononcer sur les conséquences politiques et religieuses que soulèvent ces exactions.

  • 78 Même s’il existe encore quelques possibilités pour ce parti de se maintenir, Lannoy meurt le 23 sep (...)
  • 79 A. Rodríguez Villa, Memorias para la historia del asalto y saqueo de Roma en 1527 por el ejército i (...)
  • 80 A. Vian Herrero, El diálogo de Lactancio y un arcediano de Alfonso de Valdés : obra de cirsunstanci (...)
  • 81 Les accords peuvent être consultés dans P. De Sandoval, Historia de la vida y hechos del Emperador (...)

32La mort du connétable produit une vacance du pouvoir qui profite à Lannoy. Cependant, sa légitimité se trouve diminuée par les événements qui viennent de secouer la péninsule italienne. De même, le « parti flamand » perd l’essentiel de son influence78. L’occasion se présente alors pour le parti « castillan » et pour Gattinara de s’emparer du pouvoir. Ce dernier se charge de dresser un programme qui reprend à son compte les différents points de vue sur la question italienne. Il adopte la vision italienne (traditionnellement invoquée par le Saint-Siège comme justification de son pouvoir temporel) qui consiste à offrir une image pacifique de l’empereur présenté comme un protecteur et non comme un envahisseur. De plus, il invoque la tradition hispanique qui prétend que le contrôle de Milan conditionne la sauvegarde des possessions du sud de l’Italie. Enfin, Gattinara veut voir dans le sac de Rome un signe d’espoir pour la régénération de l’Église79. Il s’appuie pour cela sur son secrétaire, Alfonso de Valdés, qu’il autorise à diffuser un vibrant plaidoyer aux accents érasmiens en défense de l’empereur : le Diálogo entre Lactancio y un arcediano80. L’empereur y apparaît comme le défenseur de la foi : le seul personnage capable de résoudre à la fois le problème de la progression du luthéranisme (en comparaison avec la passivité du pape) et de mener à terme la réforme de la chrétienté. La paix à laquelle Charles Quint aspire est universelle et repose sur un modèle défensif favorisé par l’hégémonie militaire dont il jouit. En réalité, l’espérance d’une paix universelle s’appuyant sur l’esprit de concorde érasmienne ne figure pas véritablement parmi les nouveaux projets impériaux. L’érasmisme n’est pas le support d’une nouvelle politique mais sert simplement à justifier les choix de l’empereur. Le traité de Barcelone du 29 janvier 1529 en est un bon exemple : ses dispositions paraissent bien éloignées de la doctrine érasmienne. En effet, il reporte la célébration du Concile et adopte une solution politique qui n’envisage ni l’empereur comme le Monarca Universal, ni le pape comme le « Père de l’Église » mais qui marque un arrangement entre la dynastie des Habsbourg, d’une part, et celle des Médicis, d’autre part. La paix de Cambrai, signée le 5 août 1529, éloigne un peu plus la perspective d’un nouvel ordre politique. Elle constitue un simple accord pour régler de vieilles disputes entre la maison de Habsbourg et celle de Valois81.

Fig. 6 > Juan Tavera par Greco (1608-1614). [Hopital Tavera, Tolede]

  • 82 C. Bornate, op. cit., p. 387-391.

33Le congrès de Bologne et le couronnement impérial dans cette même ville marquent l’apogée d’un processus d’unification des diverses options « impériales » envisagées au sein de la Cour de Charles Quint. Gattinara aurait sans doute préféré que le couronnement se tienne à Rome. L’empereur serait alors apparu tel un nouveau Charlemagne, engagé dans l’édification d’une nouvelle chrétienté. Avant de procéder à la réunion du Concile, il est nécessaire de rétablir l’ordre politique en Italie en tenant compte d’un nouveau contexte : la liquidation du système fondé sur l’équilibre de différentes puissances et l’émergence de l’idée impériale. À cette fin, le congrès de Bologne, présidé par Gattinara, est convoqué. Au cours de la réunion, les différents potentats italiens fixent les modalités de leurs participations respectives au pouvoir dans un système qui repose sur la collaboration de ces États pour assurer l’ordre et la défense de la péninsule. Quant à Charles Quint, en prenant la tête de ce système, il s’érige en gardien et en défenseur de la paix en Italie82.

LE GOUVERNEMENT DE L’EMPIRE DE CHARLES QUINT : SOUS LE PATRONAGE DE FRANCISCO DE LOS COBOS ET JUAN TAVERA (1530-1547)

  • 83 En 1532, l’ambassadeur vénitien, Nicolás Tiépolo signale à sa République que Charles Quint a donné (...)
  • 84 M. Fernández Álvarez, Corpus Documental de Carlos V, Salamanque, 1973, I, documento XXXVII.
  • 85 L’empereur ordonne con orden de que se consultase con el Arçobispo [Tavera] todos los negocios de C (...)
  • 86 P. Giro, Crónica del Emperador Carlos V, Madrid, 1924, p. 23 (édition de J. Sánchez Montes) : el Ca (...)
  • 87 P. Salazar de Mendoza, Chrónico del Cardenal don Juan Tavera, p. 223 : a todos los Consejos que le (...)
  • 88 M. Fernández álvarez, op. cit., II, p. 32-43 et 44-45.

34Le contrôle du gouvernement central et de l’entourage de Charles Quint est exercé par deux grands patrons du « parti castillan » : le secrétaire Francisco de Los Cobos et le cardinal Juan Tavera83 (fig. 6). Le premier contrôle les serviteurs de l’Empereur installés dans les secrétariats alors que le second étend son patronage sur les letrados qu’il introduit dans les Conseils. Le rôle qu’ils jouent est essentiel, spécialement lors des périodes de régence. En 1529, quand Charles Quint abandonne la péninsule pour se rendre en Italie, il confie la régence de ses royaumes à sa femme Isabelle. Mais, malgré l’importante autorité qui lui est concédée, le pouvoir d’Isabelle demeure limité comme l’attestent les instructions que lui adresse l’empereur84. Le principal responsable du gouvernement est Juan Tavera85. Aussi, alors que l’impératrice se dirige à Barcelone en 1533 pour attendre le retour de Charles Quint, « le Cardinal [Tavera] et tous les Conseils demeurèrent à Madrid et le Cardinal [est] nommé Gouverneur86 ». La mort de l’impératrice Isabelle, en mai 1539, est à l’origine d’importantes transformations à la Cour. Avant son départ de la péninsule, Charles Quint doit organiser la régence des royaumes hispaniques. Il délègue à Juan Tavera les pouvoirs qui conviennent et lui soumet des instructions précises afin qu’il endosse au mieux la fonction de régent. Il ordonne « à tous les Conseils qu’ils consultent [Tavera] comme le roi lui-même, à propos de toutes les dispositions qu’ils prendraient dans les affaires de grâce ou87 ». Par ailleurs, il laisse à son fils d’intéressantes « instructions » dans lesquelles il expose le détail de la politique diplomatique qui soutient la politique impériale. Il le conseille également sur la manière de maintenir l’équilibre politique de l’empire dans le cas où il trouverait la mort88. Par la suite, cette situation de régence se répète à chaque fois que l’empereur est dans l’obligation de quitter la péninsule.

  • 89 José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « La administración de la gracia real : los miembros d (...)
  • 90 Les biographies de tous les personnages cités sont accessibles dans José Martínez Millán (dir.), La (...)

35À travers l’analyse de la composition de la Cámara, on peut observer avec précision comment Cobos et Tavera exercent leurs influences89. Alors qu’en Castille, en 1529, Tavera et le licencié Polanco et Vázquez de Molina sont responsables du bureau de l’empereur, Gattinara, García de Padilla et Francisco de Los Cobos sont attachés à Charles Quint. Après la mort du Chancelier, les autres personnages sont chargés de le remplacer, jusqu’au retour de Charles Quint en Castille, dans l’écriture des rapports et l’expédition de documents. Quand en 1535, l’empereur entame un nouveau voyage (cette fois pour conquérir Tunis), il ordonne à Aguirre et Montoya de rejoindre la Cámara de Castille aux côtés de Polanco, Vázquez de Molina et Tavera. Dans le même temps, il demande à Hernando de Guevara et Francisco de Los Cobos de l’accompagner dans son expédition. En 1539, Cobos demeure en Castille alors que cette fois-ci Figueroa et Vázquez de Molina intègrent la suite de l’empereur. Comme on peut le noter, cette variation dans la composition de la Cámara, conséquence des allées et venues de l’empereur, est un phénomène que l’on retrouve dans d’autres organes du gouvernement de Castille lors des années de régence90.

  • 91 Les biographies des conseillers peuvent également être consultées dans T. Sánchez Rivilla, « Sociol (...)
  • 92 C.J. Carlos Morales, El Consejo de Hacienda de Castilla (1527-1602), Junta de Castilla y León 1996, (...)
  • 93 José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « El Consejo de Cruzada », Hispania 41, 1991, p. 921-9 (...)
  • 94 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 82-88 et 93-95.
  • 95 Les biographies de tous les personnages cités se trouvent dans José Martínez Millán et C.J. Carlos (...)
  • 96 P. Gan Gímenez, El Consejo Real de Carlos V, Grenade, 1988, p. 112, 202, 220-221, 225, 235.

36Le système polysynodal ne subit pas de modifications importantes pendant ces années, tant du point de vue des attributions des Conseils que dans leur composition. Néanmoins, on assiste à une progressive perte d’influence du groupe d’Espagnols proche des Flamands et acquis aux idées humanistes. Ainsi, Alonso Manrique se voit obligé d’abandonner sa fonction d’inquisiteur général et l’archevêché de Séville en 1529. Le Conseil de l’Inquisition demeure sous l’autorité du cardinal Tavera. Deux de ses clients, Suárez de Maldonado et Hernando Niño, parviennent à imposer leur influence au sein de l’organisme91. Francisco de Mendoza, proche de Manrique, exerce les charges de président du Conseil des Finances et de commissaire général de la Croisade jusqu’à sa mort en 1536. On trouve au Conseil des Finances, aux côtés de Mendoza, les principales créatures de Cobos : Cristóbal Súarez, Sancho de Paz (il meurt en 1543 et son poste passe aux mains de Francisco de Almaguer), Martín Sánchez de Aráyz, le trésorier Alonso de Baeza ainsi que le secrétaire Juan Vázquez de Molina92. La charge de conseiller au Conseil de la Croisade est occupée par le licencié Santiago et, à partir de 1534, par Hernando de Guevara tandis que Juan de Enciso et Juan de Vozmediano93 assurent les fonctions de contadores pendant toute la période. Après la mort de Mendoza, ses différentes charges reviennent à Jerónimo Suárez Maldonado (président du Conseil des Finances) et à García de Loaysa (Commissaire général de la Croisade) qui résidait jusqu’alors à Rome. Suárez de Carvajal et Bernal Díaz de Luco intègrent le Conseil de la Croisade sous la direction de Loaysa alors qu’Enciso et Vozmediano sont remplacés en 1543 par Gaona et Somonte. Par ailleurs, García de Loaysa est également président du Conseil des Indes. Pendant son séjour à Rome, Tavera avait déjà renforcé l’influence de Loaysa à travers don García Fernández Manrique, comte d’Osorne qui assure aussi la présidence du Conseil des Ordres94. Ces luttes de factions sont à l’origine de l’entrée de nombreux personnages au Conseil des Indes entre 1529 et 1535 : Álvaro Núñez de Loaysa, Juan Suárez de Carvajal, Francisco de Isunza, Juan Bernal Díaz de Luco, Pedro Mercado de Peñalosa et Gutierre Velázquez de Lugo. La nouvelle régence, instaurée en 1543, favorise la nomination de Juan Salmerón, Ramírez de Fuenleal et Francisco Sello de Sandoval95. Les personnages qui arrivent au Conseil de Castille pendant cette période figurent également parmi les clients de Tavera : García de Ercilla, Gaspar de Montoya et Fernando Girón en 1529 ; Pedro Mercado, Diego de Álava y Esquivel, Cristóbal de Alderete et Jérónimo Briceño entre 1536 et 153896. Dans les autres Conseils, la présence des letrados (les juristes) est moins importante comme au Conseil des Finances ou au Conseil des Ordres. En effet, dans ces organismes, toute la gestion bureaucratique incombe à des commis et des secrétaires qui constituent de véritables « créatures de Cobos ».

  • 97 M. Fernández Álvarez, op. cit., II, p. 43-54 et 104-130.

37En 1543, Charles Quint embarque à Barcelone pour un voyage à travers les territoires impériaux qui ne le ramène en Castille qu’en 1556. À cette occasion, il confie la régence des royaumes hispaniques à son fils. En raison du jeune âge du prince, le cardinal Tavera occupe le pouvoir conjointement avec Francisco de Los Cobos, Fernando de Valdés, le duc de Alba et don Juan de Zúñiga qui l’épaulent dans cette difficile entreprise97. Le départ de l’empereur provoque des conséquences importantes sur le gouvernement de la Monarchie et sur les structures des partis de la Cour. Conscient des troubles que favorise son absence, Charles Quint attribue au Conseil d’État des responsabilités administratives plus vastes et distribue les charges principales à sa garde rapprochée (Tavera comme inquisiteur général ; Cobos, contrôleur général et secrétaire des finances ; Valdés, président du Conseil de Castille ; García de Loaysa, président du Conseil des Indes ; le comte d’Osorno, président du Conseil des Ordres ; le duc de Alba, capitaine général de toutes les forces militaires de la péninsule). Déployés de la sorte dans l’appareil d’État, ces serviteurs du roi sont en mesure de contrôler les différentes branches de l’administration de la Monarchie.

  • 98 S. Fernández Conti, « El gobierno de los asuntos de la guerra en Castilla durante el reinado del em (...)
  • 99 C.J. Carlos Morales, El Consejo de Hacienda de Castilla (1527-1602), Junta de Castilla y León 1996, (...)
  • 100 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 101 sqq.

38Francisco de Los Cobos qui, en vertu de son âge, n’accompagne plus l’empereur dans ses déplacements, fait en sorte d’obtenir la nomination de Juan Rodríguez Figueroa (plus connu sous le nom du « régent » Figueroa) comme seul conseiller de la Cámara présent aux côtés de l’empereur. De plus, il reçoit l’assentiment de Charles Quint pour la promotion de son neveu, Juan Vázquez de Molina, au poste de secrétaire de la Cámara. Avant de partir, la santé de Vázquez se détériore. Il se voit alors contraint de retourner en Castille et d’abandonner sa charge au bénéfice de Francisco de Eraso, un autre client de Cobos. Parallèlement, Cobos dirige à la fois le bureau, le Conseil d’État et son secrétariat si bien qu’il se trouve contraint de déléguer à Gonzalo Pérez de nombreuses affaires. De plus, il contrôle également le gouvernement militaire par l’intermédiaire de son fidèle allié, le duc de Alba. Tous deux sont en charge de la vérification des provisions de guerre, préparées par Francisco de Ledesma qui remplace Vázquez de Molina au secrétariat à la guerre98. Après son intervention décisive lors du mariage du prince Philippe avec María de Portugal, le duc de Alba quitte la Castille en janvier 1546 pour soutenir Charles Quint dans sa campagne militaire contre les forces militaires protestantes de l’empire. Pour diriger le Conseil des Finances, l’empereur accorde sa confiance à Francisco de Los Cobos, à Suárez de Carvajal (qui conserve le titre de président jusqu’à sa mort intervenue en 1545), au docteur Guevara, le représentant du contrôleur Sancho de Paz et au trésorier Alonso de Baeza. Tout ce personnel reçoit des « instructions » similaires à celles dispensées lors des précédentes régences. À sa mort, la charge de Paz passe aux mains de Francisco de Almaguer, « créature » du puissant Cobos. Ainsi, les affaires économiques sont contrôlées par Francisco de Los Cobos jusqu’à sa mort. Néanmoins, la faction opposée, menée par Tavera, n’est pas totalement exclue de ce terrain grâce à la présence au Conseil des Finances de délégués tels Guevara99. Par ailleurs, l’Inquisition est aux mains de Juan Tavera qui, depuis 1539, jouit du titre d’Inquisiteur général. Il introduit ainsi tous ses clients au sein de l’institution : son neveu Diego Tavera, Pedro de la Gasca et Pedro Ponce de León. Le même phénomène s’observe au Conseil de la Croisade où Suárez de Carvajal succède à García de Loaysa. Quant à la présidence du Conseil des Indes, elle revient au marquis de Mondéjar100.

Fig. 7 > Hernando Alvarez de Toledo, duc d’Albe par Titien. [Palais de Liria, Madrid]

39Cette organisation des pouvoirs se délite entre 1545 et 1547. En effet, en 1545, le cardinal Tavera meurt, remplacé successivement par le comte de Cifuentes, García de Loaysa, le comte d’Osorno et don Juan de Zúñiga. La même année, le duc de Alba (fig. 7) rejoint le Saint-Empire Romain Germanique. En 1547, c’est au tour de l’omnipotent secrétaire Francisco de Los Cobos de mourir. Aussi, après la mort des deux grands patrons choisis par Charles Quint en 1543 pour aider son fils dans les affaires du gouvernement, Fernando de Valdés est le seul personnage d’envergure qui occupe encore des responsabilités.

  • 101 P. Salazar de Mendoza, op. cit., p. 82-83.
  • 102 J.L. Gónzalez Novalín, El Inquisidor General Fernando de Valdés, 1483-1568, Oviedo, 1968, I, p. 226
  • 103 T. Hampe Martínez, Don Pedro de la Gasca (1493-1567). Su obra política en España en América, Palenc (...)
  • 104 Henar Pizarro Llorente, Don Gaspar de Quiroga (1512-1594) : un gran patrón en la corte de Felipe II (...)

40Tavera laisse après sa mort un nombre important de clients mais aucun ne rencontre une influence suffisante pour imposer son autorité au groupe de courtisans101. De son côté, avant de mourir, Francisco de Los Cobos trouve les ressources nécessaires pour envoyer une délégation de ses hommes conseiller l’empereur sur la composition du gouvernement de la régence et sur la cérémonie que doit préparer le Prince d’Aragon pour célébrer les Cortes de Monzón de 1547. Il recommande également au monarque une liste de personnes pour le gouvernement de la monarchie parmi lesquels on trouve le deuxième marquis de Mondéjar, Fernando de Valdés et Hernando Niño. Mais l’héritage le plus important légué par Cobos est sans conteste le large réseau de secrétaires chargés de contrôler les institutions curiales et l’accès au monarque durant la première partie du règne de Philippe II. Ces agents dépendent pour la plupart de son neveu, Juan Vázquez de Molina, qui s’associe à Fernando de Valdés pour contrôler la Cour castillane. De son côté, Valdés, qui avait recherché auparavant la protection de Cobos après les persécutions que lui avait infligées Tavera, commence à promouvoir les clients de Cobos. Grâce à sa charge d’inquisiteur général et à la confiance dont il bénéficie auprès du Prince Philippe, il réussit à introduire au Conseil de l’Inquisition Diego de Los Cobos102 (le frère de Juan Vázquez de Molina et le neveu de Cobos), Galarza, Hernández Valtodano et Lope de Otálora. En même temps, il éloigne de la Cour les protégés de Tavera avec la même fermeté que celle qu’avait employée leur ancien patron pour l’écarter du pouvoir. Ainsi, Pedro de la Gasca est envoyé en Amérique pour arbitrer les conflits occasionnés par les frères Pizarre103, Diego Tavera (neveu du Cardinal) est nommé évêque d’Ávila avec l’obligation de résider dans son diocèse tout comme Álava y Esquivel, installé à Cordoue. Quant à Gaspar de Quiroga, il est dépêché à Rome pour servir à la Sacra Rota, un des tribunaux du Saint-Siège104.

  • 105 Ce sont les explications que donne J. M. Jover, Carlos V y los españoles, p. 54-55 et 59-60. Sur le (...)

41Pendant l’absence du souverain, le gouvernement de la Couronne d’Aragon repose sur l’autorité de la Cour impériale et des cortes vice-royales qui sont placées sous sa dépendance. En revanche, il semble que l’action du gouvernement de régence demeure marginale et subsidiaire durant cette période105. Par conséquent, l’influence du Conseil d’Aragon se diffuse dans plusieurs sphères de pouvoir : l’empereur intègre dans sa suite le vice-chancelier Sunyer et le protonotaire Climent pendant que les regentes de la Chancellerie prennent place dans le Conseil de l’empereur chaque fois qu’il établit sa Cour dans les royaumes péninsulaires. L’organisation politique, conformément aux grilles d’analyses établies par Max Weber, peut être définie comme patrimoniale au sens le plus strict du terme. Le pouvoir et l’autorité sont fortement personnalisés par le souverain. L’empereur et les relations de dépendance personnelle garantissent à la fois l’ordre et la cohésion de l’ensemble des États. La hiérarchie politique qui procède de sa personne s’articule sur plusieurs niveaux (déterminés à la fois par la juridiction du souverain et par les cadres territoriaux de chaque État, royaume, seigneurie). Ces territoires sont administrés par des « hommes du roi » qui, s’ils sont placés sous sa dépendance ne constituent pas pour autant des doubles de sa personne. Pour cette raison, le Conseil d’Aragon apparaît comme un organisme aux contours diffus qui conseille le souverain et ses lieutenants et qui se situe à la fois au centre et en périphérie de la monarchie. Enfin, il est nécessaire de rappeler que les vice-rois et les lieutenants ont continué à représenter le souverain sur ces territoires.

LA DIVISION DES FACTIONS DE COUR : LA FORMATION DES PARTIS « ALBISTE » ET « ÉBOLISTE » (1548-1555)

  • 106 AGS. E, leg. 644, f° 20.
  • 107 Ibid., fos 225 et 227.
  • 108 Epistolario del Duque de Alba. Madrid, 1952, I, p. 53-55.

42Lors des dernières années du règne de l’empereur, la structure des factions courtisanes et la composition des Conseils se modifient considérablement. Cette situation doit autant à la mort des deux grands patrons qui avaient eu la mainmise sur le gouvernement qu’à l’organisation de la transmission du trône par Charles Quint. Dans un premier temps, il pense léguer à son fils tous ses royaumes avant sa mort. En effet, dans une lettre du 25 décembre 1547, Charles Quint ordonne à son fils de se préparer à entamer un voyage au sein de ses futurs royaumes106. L’empereur soulève alors le problème du gouvernement des royaumes péninsulaires et, durant quelques mois, il envisage plusieurs régents possibles pour remplacer le prince. Le seul survivant des grands patrons, Fernando de Valdés, ne bénéficie pas de sa plus grande confiance. Par ailleurs, l’empereur refuse d’accorder la régence aux infantes, d’autant plus que celles-ci ne sont pas encore mariées. Aussi, dans une lettre datée du 18 janvier 1548, il suggère l’idée d’un mariage entre son neveu Maximilien et sa fille María pour célébrer l’union des deux branches dynastiques107. Jusqu’au 9 avril, il était à son fils la décision qu’il a prise de confier le gouvernement de Castille au jeune couple. Le prince Philippe accepte cette résolution avec enthousiasme. Au même moment, les rivalités entre les différents groupes courtisans se durcissent obligeant le duc d’Alba à en informer Granvelle108.

  • 109 M. Fernández Álvarez, op. cit., III, p. 21-25.
  • 110 Ibid., p. 26-31 et 32-55. R. Rodriguez Raso, Maximiliano de Austria, gobernador de Carlos V en Espa (...)

43Le mariage a lieu le 13 septembre 1548 et, peu de temps après, Charles Quint accorde les pouvoirs et les facultés nécessaires pour que le couple prenne les commandes du gouvernement109. En outre, dans un document complémentaire, il détaille plus minutieusement la portée des pouvoirs concédés. De même, il rédige des Instructions qui précisent leurs prérogatives et il nomme les personnalités qui, depuis les différents Conseils, doivent les assister110. Parmi ces conseillers, Fernando de Valdés et Juan Vázquez de Molina se détachent nettement. Très tôt, ils parviennent à attirer sous leur protection les vieux serviteurs de l’empereur qui appartenaient au cercle de Francisco de Los Cobos. Cependant, le patronage qu’ils exercent n’est pas absolu. En effet, à leurs côtés, Charles Quint nomme un troisième homme pour conseiller les deux jeunes régents : Hernando Niño, un ancien client de Tavera qui, pour cette même raison, apparaît comme un ennemi de Fernando de Valdés.

  • 111 Son action a été étudiée par J.L. Gónzalez Novalín, op. cit, I, 323-325.
  • 112 AGS. CC, lib. de cédulas, 112, f° 332v. José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « La administr (...)
  • 113 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 115-122.
  • 114 Ibid., p. 128 sqq. E. Schafer, El Consejo Real y Supremo de las Indias, Séville, 1935, I, p. 76 et (...)

44La domination de Fernando de Valdés sur le Conseil de l’Inquisition est alors totale. Peu après avoir été nommé inquisiteur général (1547), il commence à promouvoir les clients du cardinal Tavera et à y introduire ses propres hommes111. Le Conseil des Finances, auparavant chapeauté par Cobos, tombe également sous l’influence de Valdés à travers son secrétaire Vázquez de Molina. L’emprise de ce dernier ne se limite pas à la Hacienda. Au sein du Conseil des Ordres, indépendamment de sa charge de secrétaire, il vient en aide aux régents en leur proposant ses services et en les orientant face aux éventuelles difficultés qu’ils rencontrent. Cependant, l’influence de Valdés est parfois concurrencée par d’autres hommes de pouvoir. Ainsi, au Conseil de Castille, Hernando Niño essaye par tous les moyens possibles d’empêcher l’intrusion de clients de Valdés ce qui engendre de nombreux conflits. Des tensions se manifestent également au sein de la Cámara de Maximilien et de María où officient à la fois le secrétaire Juan Vázquez de Molina et les conseillers Beltrán de Galarza et Francisco Montalvo112. Le Conseil des Indes est également le théâtre de fortes rivalités de clans. Sa présidence est assurée depuis 1546 par Luis Hurtado de Mendoza, deuxième marquis de Mondéjar113, personnage affilié à Francisco de Los Cobos qui transmet son affection pour son ancien patron à Vázquez de Molina. Durant cette période, les seuls conseillers qui parviennent à intégrer le Conseil des Indes sont des clients de Valdés : Gracián de Briviesca (1549), Gonzalo Pérez de Rivadeneyra et Juan Sarmiento (1552)114.

  • 115 C. Calvete de la Estrella, Viaje del felicísimo del muy alto y muy poderoso Príncipe don Phelipe, 1 (...)
  • 116 « por su ingenio, letras y habilidades ».
  • 117 L’alcalde de casa y corte assure des fonctions de police au sein de la cour. Il est également à la (...)

45Philippe, pendant ce temps, entame son voyage à travers ses différentes possessions européennes. L’objectif de cette tournée est de pouvoir se faire connaître des sujets de l’empire afin de préparer une éventuelle élection à la couronne impériale. Pour parvenir à ses fins, il peut compter sur l’élaboration d’une solide propagande politique et sur l’enthousiasme de ses sujets, révélé à travers les nombreuses manifestations artistiques et festives qui ponctuent son parcours. Au cours du voyage, les représentants du courant humaniste acquièrent une influence et un pouvoir indiscutable. Parmi ceux qui composent le cortège, on trouve d’abord des nobles : « don Hernando Álvarez de Toledo, duc d’Albe ; don Gonzalo Fernández de Córdoba, duc de Sessa ; don Antonio de Toledo, grand-écuyer ; Ruy Gómez de Silva, don Juan de Benavides, gentilshommes de la Cámara ; don Gómez de Figueroa, capitaine de la garde espagnole et don Raimundo de Tassis, responsable du courrier impérial ainsi que quelques serviteurs de la Cámara y boca115 ». Aux côtés de ces nobles, figurent des personnages qui se distinguent « par leur esprit, leur culture et leurs capacités116 » : les prédicateurs Pedro de Castro et le docteur Constantino ; le juriste Diego de Escudero du conseil de Castille et de la Cámara, Miguel Terra, régent de Catalogne, Francisco de Menchaca, alcalde de Casa y Corte117, Honorato Juan, traducteur et le secrétaire Gonzalo Pérez. En somme, le voyage accompli entre 1548 et 1551 est un succès pour le courant humaniste. Ses représentants parviennent à distiller dans les esprits des futurs sujets du Prince une image d’irénisme et de justice semblable à celle qui avait été véhiculée lors du couronnement de son père. Au retour de Philippe dans les royaumes péninsulaires, un nouveau parti apparaît au sein de son entourage, distinct de celui qui, jusqu’alors, avait gouverné la Castille et conseillé l’empereur.

  • 118 AGS. E, leg. 89, núm. 120.

46En Castille, Philippe reçoit des instructions similaires à celles qu’on lui avait déjà adressées pour exercer la régence à partir de 1551. Le Conseil d’État est alors formé par les mêmes conseillers que sous Maximilien et María. L’arrivée de Francisco de Menchaca à la place d’Escudero en 1552 constitue le seul changement notable à la Cámara. Francisco de Menchaca intègre également le Conseil des Finances. Par ailleurs, la mort du président du Conseil de Castille, Hernando Niño, donne lieu à son remplacement par Antonio de Fonseca, un personnage proche de Gómez de Silva. Enfin, on note le démantèlement progressif des patronages de Fernando de Valdés et Juan Vázquez de Molina. Gómez de Silva apparaît alors comme un des plus violents détracteurs de ces deux personnages et de leurs comportements politiques. Ses commentaires adressés à Francisco de Eraso annoncent un changement dans la géométrie des factions et dans la réforme des institutions118.

  • 119 M.S. Martín Postigo, Los presidentes de la Real Chancillería de Valladolid, Valladolid, 1083, p. 33 (...)
  • 120 Il s’agit du bureau central de vérification des comptes de la monarchie.
  • 121 « Las visitas andan bravas ; creo que han de parir sapos y culebras según se va entendiendo », AGS. (...)

47Après avoir assisté aux Cortes qui se tiennent à Monzón jusqu’en décembre 1552, Philippe, sous couvert d’améliorer le fonctionnement des institutions, prend une série de mesures qui trahissent la volonté de voir évoluer l’équilibre des forces politiques. Une fois menée la visite de la chancellerie de Valladolid, Diego de Córdoba est chargé d’inspecter le Conseil Royal. À cette occasion, il prononce des accusations contre deux conseillers qu’il suspecte d’activités illégales : Beltrán de Galarza et Fernando Martínez Montalvo, tous deux clients de Fernando de Valdés119. Dans le même élan, on charge le docteur Martín de Velasco de réaliser une inspection générale des Contadurías Mayores de Hacienda y de Cuentas120 et de la commission générale de la Croisade. Ruy Gómez de Silva espère des poursuites judiciaires, menées dans le cadre des visites, qu’elles débouchent sur la transformation politique du paysage curial. Ainsi, le 12 novembre 1553, Ruy Gómez de Silva écrit au secrétaire Francisco de Eraso : « Les visites vont bon train ; je crois qu’elles vont enfanter des crapauds et des couleuvres comme il est entendu121 ».

  • 122 Le sumiler de corps avait la responsabilité de la sécurité du roi et des palais royaux.

48En effet, les clients du défunt cardinal Tavera rompent avec le groupe formé sous Francisco de Los Cobos et jusqu’alors dirigé par Fernando de Valdés et le duc d’Alba. Ils accourent vers Ruy Gómez de Silva (fig. 8) en qui ils voient un patron plus attirant. Ce membre de la noblesse portugaise, né en 1516 au Portugal, à la Chamusca près de Lisbonne, arrive en Castille en février 1526. Il accompagne son grand-père Ruy Téllez Meneses, majordome majeur de l’impératrice Isabelle, laquelle emploie l’enfant comme page. Il passe sa jeunesse et son adolescence à la Cour, au contact de la noblesse et des personnages qui fréquentent et servent la famille royale. En 1535, au moment où la maison du prince Philippe se forme il s’y introduit en qualité de trinchante (celui qui découpe les viandes lors des repas). Il tisse alors des relations de confiance avec le prince jusqu’à devenir son ami et son confident. En 1548, quand l’empereur impose à son fils le cérémonial de la maison de Bourgogne, il le nomme sumiler de corps122 grâce aux recommandations du prince Philippe. Cependant, Charles Quint, conscient que la noblesse castillane peut se montrer suspicieuse à l’égard de cet étranger, désigne le duc d’Alba majordome majeur du Prince. Ce dernier peut ainsi contrôler l’entourage du Prince lors de son voyage en Europe entre 1548 et 1551. Durant ce périple, Alba en profite pour resserrer ses liens d’amitié avec le secrétaire Francisco de Eraso qui accompagne l’empereur. De même, à son retour en Castille, il ravive la relation intime qu’il avait eue avec l’omnipotent secrétaire Francisco de Los Cobos par l’intermédiaire de son neveu, Juan Vázquez de Molina. Fort de ces appuis et de celui d’autres letrados castillans, le Duc est certain de verrouiller l’accès au Prince et à son père. Selon lui, la succession au trône ne provoquera pas de grands changements. Enfin, ces dispositions l’amènent à nouer des relations cordiales avec Ruy Gómez de Silva.

Fig. 8 > Ruy Gómez de Silva. [Provenance inconnue]

  • 123 José Martínez Millán, « Familia real y grupos políticos : la princesa doña Juana de Austria (1535-1 (...)

49Cependant, Gómez de Silva n’entend ni se laisser soumettre ni jouer un rôle de second plan à la Cour. À son tour, il commence à construire son propre réseau de clients sans qu’Alba s’en aperçoive. Après son voyage en Europe, le prince Philippe retrouve la péninsule pour y exercer la régence (1552-1554). Pendant ces années, l’influence de Ruy Gómez se renforce à la Cour. En 1552, son mariage avec doña Ana de Mendoza est célébré malgré la grande différence d’âge qui les sépare (Ruy Gómez a trente-six ans quand doña Ana n’en compte que douze). Son mariage scelle son union avec une des plus puissantes familles de Castille. En effet, doña Ana est la fille de don Diego de Mendoza (prince de Mélito et duc de Fracavila, vice-roi de Catalogne et d’Aragon et président du Conseil d’Italie) et de doña Catalina de Silva, la sœur du comte de Cifuentes. De plus, la même année, sont conclues les noces de doña Juana de Austria, fille de Charles et du prince Juan de Portugal123. C’est une nouvelle opportune pour Ruy Gómez qui possède de la famille et des amis prêts à l’aider au sein du royaume du Portugal. Au total, ses nombreuses relations et le rôle qu’il joue à la Cour le situent parmi les grands patrons. C’est donc sans surprise qu’il est convié à participer au voyage de Philippe II en Angleterre pour y célébrer son mariage le 12 juillet 1554 avec Marie Tudor. Sous la protection quotidienne du Prince, son réseau de clients finit par supplanter celui qu’Albe avait édifié.

50Entre juillet 1554 et janvier 1556, il peut donc appliquer sa stratégie. Il commence par surveiller l’entourage de Philippe et engage le Prince à envoyer don Fernando Álvarez de Toledo en Italie pour y rétablir l’ordre social. Parallèlement, il ordonne à son client, le trésorier Domingo de Orbea, de retarder le paiement des troupes d’Alba. Par ailleurs, en janvier 1556, Philippe II, qui est déjà roi de Castille, ratifie la régence de sa sœur, doña Juana de Austria, décidée depuis juillet 1554. Il favorise, par la suite, la présence de la faction éboliste (le parti de Ruy Gómez de Silva) au détriment du camp de Alba.

  • 124 Epistolario del Duque de Alba, I, p. 258. « Hanme dicho grandes consejeros que estáis allí formando (...)
  • 125 AGS. PR, leg. 55, núm. 30.
  • 126 BPRM, ms. 2285, f° 253-254, Lettres de Figueroa à Granvelle datées du 1 er et du 17 septembre 1554.

51Le 12 juillet 1554, le prince embarque pour l’Angleterre. Il ne revient en Castille qu’en 1559, après avoir été couronné roi. Bien qu’au sein de sa suite, figurent des personnages de la haute noblesse et d’importants letrados, Ruy Gómez de Silva se détache par la confiance dont il jouit auprès du Prince. Le duc de Alba s’en aperçoit très tôt et, depuis l’Italie, l’avertit d’un ton cocasse : « On me dit que ce sont de bien grands conseillers ceux que vous installez là-bas, je ferai attention à moi, car les nouveaux conseillers sont d’ordinaire bien sévères et c’est nous, pauvres ministres, qui les payons124 ». Le Duc analyse la situation avec lucidité. En effet, le départ de Philippe de Castille et l’échéance proche de la succession du trône ouvrent une période d’agitation politique qui culmine en 1556 avec l’abdication de Charles Quint. Ce processus profite aux personnages rattachés à la faction de Ruy Gómez. Le secrétaire Francisco de Eraso est le premier à en tirer bénéfice. Il est chargé d’assurer la liaison entre la Cour de l’empereur et la Cour de Philippe. Ainsi, il peut surveiller les informations qui circulent et peser sur les prises de décisions. Le premier septembre 1554, Eraso quitte Bruxelles et gagne l’Angleterre pour transmettre au Prince la décision de l’empereur de se retirer à Yuste et de lui léguer son héritage le plus tôt possible. À cette occasion, Philippe reçoit également les conseils de son père sur la manière de convertir les Anglais au catholicisme, de résoudre le conflit avec la France, de surmonter les difficultés économiques et d’opérer les bons choix dans les nominations aux divers Conseils125. À son retour en Flandres, Eraso peut se prévaloir d’avoir évoqué avec Philippe les divers sujets à l’ordre du jour mais également de s’être entretenu longuement avec Ruy Gómez afin d’envisager les mesures lui permettant de consolider son pouvoir126.

  • 127 C.J. Carlos Morales, « El secretario Francisco de Eraso », dans José Martínez Millán (dir.), La Cor (...)
  • 128 AGS. E, leg. 809, núms. 58-64 et 119-124. Également, Ibid., leg. 510, núms. 105-106.

52En effet, la stratégie de Ruy Gómez et d’Eraso consiste, en premier lieu, à encadrer la distribution des grâces127. La Cámara, qui suit Philippe dans ses déplacements, comprend Pedro del Hoyo, serviteur de Vázquez de Molina, habilité à ratifier et à expédier les documents officiels. Rapidement, le secrétaire Eraso le prend sous sa tutelle. De même, le licenciado Menchaca, un client de Ruy Gómez entré dans la Cámara de l’empereur est une pièce maîtresse du parti éboliste. Par ailleurs, s’inquiétant de la proximité de Figueroa et Briviesca de Muñatones avec Granvelle, Eraso les expulse tour à tour de la Cámara de l’empereur et les renvoie en Castille. Si leur départ est retardé par la farouche résistance qu’ils opposent à cette décision, leur rôle au sein de la Cámara de Charles Quint et de Philippe s’effondre jusqu’à devenir insignifiant. Ainsi, les nominations et la concession des grâces sont contrôlées par Ruy Gómez et Eraso. À force de voyages entre Bruxelles et Londres, ce dernier parvient à se montrer aux yeux de Philippe II comme un administrateur indispensable, en particulier dans la gestion des questions militaires et financières128. Parallèlement, les deux nouveaux patrons s’emploient à consolider leur influence dans le domaine de la politique extérieure. À cette fin, ils parviennent à éloigner le duc de Alba de la Cour de Philippe II. Sous l’insistance d’Eraso, l’empereur, d’abord réticent à octroyer à Alba de nouveaux pouvoirs, finit par l’autoriser, compte tenu de son expérience militaire, à diriger ses armées en Italie contre la France. De plus, le duc, qui éprouve des difficultés à s’acquitter de ses missions en Angleterre, voit son autorité comme majordome majeur s’affaiblir durant son séjour à la Cour d’Angleterre. Voyant sa dignité ébranlée, il part en Italie en avril 1555 pour y exercer les fonctions de gouverneur de Milan et de vice-roi de Naples. Il y est confronté à des difficultés économiques imprévues. Eraso, qui avait promis de lui transmettre les ressources nécessaires dans les plus brefs délais, ne respecte pas son engagement. Aussi, il ordonne à la Cour de Castille de trouver les subsides nécessaires. À Valladolid, le Conseil des Finances projette de contracter un asiento de 300 000 ducats avec Rodrigo de Dueñas à qui Alba avait promis la Contaduría Mayor s’il s’engageait à financer l’opération. Mais le processus est finalement interrompu et, alors que Dueñas est exclu de Conseil des Finances, Alba demeure sans ressources. Si, aux yeux du duc, Eraso est le principal responsable de ses difficultés économiques (en effet, il a fait passer les préoccupations économiques d’Alba après les siennes), la régence ne manifeste pas plus d’enthousiasme pour rassembler les fonds nécessaires. Finalement, Alba parvient à se soustraire à ses problèmes militaires et financiers, non sans réaliser que le paysage curial s’est profondément transformé.

  • 129 C.J. Carlos Morales, « Grupos de poder en el Consejo de Hacienda de Castilla », dans José Martínez (...)

53Les conflits entre les deux factions pour le contrôle du gouvernement de Castille marquent la période de la régence de la princesse Jeanne d’Autriche entre 1554 et 1559. Si la princesse témoigne d’un attachement idéologique à la faction « éboliste », ses prises de décisions et son expérience politique l’affilient au parti adverse. C’est sans conteste pour le contrôle du Conseil des Finances que les « ébolistes » font preuve de la plus grande détermination. En avril 1556, Francisco de Eraso est nommé secrétaire du Conseil des Finances. La même année, Gutierre López (tout juste conseiller d’État) arrive en Castille et prend la direction des sessions du Conseil des Finances au détriment de Vázquez de Molina. À partir de septembre, le système des factorías, qui conditionne le bon approvisionnement de l’armée, est réorganisé pour améliorer l’acheminement des fournitures militaires et la transmission des capitaux d’un royaume à l’autre. Fernán López del Campo, un banquier lié à Eraso, prend la tête du système. Cela permet à Eraso de contrôler la signature des asientos et la distribution des ressources. Les manœuvres du parti éboliste se poursuivent ensuite au sein de la Contaduría mayor. Après plusieurs années sans titulaires, en janvier et en février 1557, Ruy Gómez, Bernardino de Mendoza et Gutierre López font leur entrée dans cet organe. Enfin, si Almaguer y conserve sa charge, Hernando de Ochoa et Eraso y font également leur apparition129.

  • 130 José Martínez Millán, « Grupos e poder en la corte durante el reinado de Felipe II : la facción ebo (...)
  • 131 L’auditor de la Rota est un magistrat qui juge en appel les causes du tribunal éponyme.

54Le retrait de Fernando de Valdés et de son groupe politique ne s’effectue pas sans difficultés. Ils s’évertuent à renforcer leur influence et à contrecarrer les prétentions du groupe éboliste130. Ainsi, en 1554, Valdés envoie à Rome don Gaspar de Quiroga pour y exercer les fonctions d’ auditor de la Rota131. Par ce geste, il évite à son client, Diego de Simancas, d’échouer à cette place en attendant de lui trouver une meilleure charge. Il fait venir depuis Rome son ami Pedro Deza et le recommande à l’empereur afin de lui trouver un poste. Il parvient également à promouvoir Cristóbal Hernández Valtodano en le faisant nommer conseiller de l’Inquisition. Par ailleurs, il exerce une pression sur les licenciés Arrieta et Anaya, membres du Conseil Royal, pour qu’ils adoptent une série de mesures auxquelles Philippe II n’est pas favorable.

  • 132 Le provisor est un juge qui instruit les causes ecclésiastiques dans la circonscription d’un diocès (...)
  • 133 J. L. Gónzalez Novalín, II, p. 161-166.
  • 134 AGS. E, leg. 65, núm. 13, Lettre de Felipe II à sa sœur Jeanne, écrite depuis Londres le 10 juin 15 (...)

55Malgré tout, la perte d’influence de Valdés est incontestable. À la fin des années 1550, il est contraint d’abandonner la Cour et de se retirer dans son archevêché de Séville. De plus, il commet une série de maladresses liées à son entêtement à ne pas collaborer à un projet de défense de la Monarchie mené par les « ébolistes ». Au printemps 1557, il refuse de remettre à doña Juana la somme de 150 000 ducats, qui doit être prélevée sur les rentes de son archevêché, pour soutenir Philippe II en guerre contre les Français. Devant ce manque de loyalisme, l’empereur, qui s’est déjà retiré dans le monastère de Yuste, lui écrit pour l’informer du danger auquel est confronté son fils. Il l’enjoint à faire preuve de reconnaissance envers le roi mais Valdés refuse de se plier à ses injonctions. D’ailleurs, il n’en est pas à sa première insubordination. En effet, un an avant, il avait déjà rompu ses relations avec Eraso pour rejoindre le camp des ébolistes. De même, il désigne comme inquisiteur du tribunal de Séville, son client Juan de Ovando, provisor132 de son archevêché, malgré la désapprobation formelle de Charles Quint et de Philippe II133. Il n’est donc pas surprenant que le roi ordonne catégoriquement à sa sœur, la régente de Castille doña Juana, de l’éloigner de la Cour134. En somme, quand Charles Quint se retire dans le monastère de Yuste en 1557 pour y vivre ses derniers mois, les membres du « parti éboliste » sont parvenus à s’imposer au sein du gouvernement du nouveau roi, Philippe II.

Annexes

APPENDICE

MEMBRES DES CONSEILS DE CHARLES QUINT. CONSEIL D’ÉTAT (CONSEJO DE ESTADO)135

Glapion, Juan de : 1522

Gorrevod, Laurent de : 1522-1529

Plaine, Gérard de la : 1522-1524

Lannoy, Charles de : 1522-1526

Croÿ, Adrien de : 1524-1553

Gattinara, Mercurino Arborio : 1522-1530

Nassau, Enrique de : 1522-1538

Poupet, Charles de : 1522-1530

Moncada, Hugo de : 1523-1528

Vega, Hernando de : 1526

Ruiz De La Mota, Pedro : 1522

Manuel, Juan : 1522-1535

Fonseca, Alonso de : 1526-1527

Toledo, Fadrique de : 1526-1527

Zúñiga, Álvaro de : 1526-1527

Merino, Esteban Gabriel : 1526-1534

Loaysa, García de : 1526-1527

Flandes, Luis de : 1527-1555

Zúñiga, Francisco de : 1528-1536

Perrenot, Nicolás : 1528-1550

Cobos, Francisco de los : 1529-1546

Padilla, García de : 1529-1542

Fernández Manrique, García : 1535-1546

Zuñiga Y Avellaneda, Juan de : 1536-1546

Silva, Fernando de : 1538-1545

Valdes, Fernando de : 1543-1556

Álvarez De Toledo, Fernando : 1543-1556

Hurtado De Mendoza, Luis : 1546-1556

Vázquez De Molina, Juan : 1548-1556

Pimentel Y Enríquez : 1548-1551

Fonseca, Antonio de : 1554-1556

Navarra, Pedro de : 1554-1555

Rojas, Antonio de : 1554-1555

Toledo, García de : 1554-1556

Secrétaires

Hannart, Juan : 1522-1524

Alemán, Juan : 1524-1528

Cobos, Francisco de los : 1528-1546

Vázquez De Molina, Juan (par intérim) : 1539-1556

Idiaquez, Alonso de (par intérim) : 1529-1547

Pérez, Gonzalo (par intérim) : 1543-1545, 1554-1555 (Nápoles y Milán)

CONSEIL DE GUERRE (CONSEJO DE GUERRA)136

Fernández Manrique, Luis : 1517-1534

Sandoval Y Rojas, Bernardo de : 1518-1535

Enríquez, Fadrique : 1520-1521

Fernández De Velasco, Íñigo : 1520-1521

Vargas, Francisco de : 1520-1522

Manrique, Rodrigo : 1520-1529

Hurtado De Mendoza, Diego : 1520-1534

Tellez Giron, Alonso : 1521-1522

Rojas, Diego de : 1521-1522

Gorrevod, Laurent de : 1522-1529

Moncada, Hugo de : 1523-1528

Ferramosca, César : 1524-1526

Vega, Hernando de : 1526

Fonseca, Antonio de : 1526-1527

Zúñiga Y Avellaneda, Francisco de : 1528-1536

Andrade, Hernando de : 1529-1533

Zuazola, Pedro de : 1533-1536

Fernández Manrique, García : 1535-1546

Zúñiga Y Avellaneda, Juan de : 1536-1546

Silva, Fernando de : 1538-1545

Álvarez De Toledo, Fernando : 1543-1582

Hurtado De Mendoza, Luis : 1546-1557

Vázquez De Molina, Juan : 1548-1559

Pimentel Y Enríquez : 1548-1551

Navarra, Pedro de : 1554-1555

Rojas, Antonio de : 1554-1555

Toledo, García de : 1554-1556

Secrétaires

Zuazola, Pedro de : 1518-1533

Vazquez De Molina, Juan : 1533-1567

Martínez De Ondarza, Andrés (par intérim) : 1529-1532

Ledesma, Francisco de (par intérim) : 1539-1559

CONSEIL ROYAL ET CHAMBRE DE GOUVERNEMENT DE CASTILLE (CONSEJO REAL Y CÁMARA DE CASTILLA)137

Présidents

Rojas Manrique, Antonio de : 1514-1524

Pardo De Tavera, Juan : 1524-1539

Valdés Y Salas, Fernando de : 1539-1546

Niño, Hernando : 1546-1552

Fonseca, Antonio de : 1553-1556

Conseillers

Oropesa, Pedro de : 1491-1529

Zapata, Luis de : 1498-1522

Bañez (O Ibáñez) De Mújica, García : 1498-1519

Galíndez De Carvajal, Lorenzo : 1502-1527

Gómez De Santiago, Toribio : 1503-1534

López De Palacios Rubios, Juan : 1504-1523

González De Polanco, Luis : 1505-1542

Vargas, Francisco de : 1505-1523

Sosa, Francisco de : 1506-1520

Castilla, Alonso de : 1506-1507, 1518-1523

Ibáñez De Aguirre, Fortún : 1506-1547

Rodríguez De Fonseca, Juan : 1508-1524

Vega, Hernando de : 1509-1526

Cabrero, Juan : 1510-1528

Coalla, Rodrigo de : 1514-1528

Padilla, García de : 1516-1542

Ruiz De La Mota, Pedro : 1516-1522

Beltrán, Diego : 1517-1523

Guevara, Hernando de : 1517-1546

Vázquez (O Velázquez) De Acuña,

Cristóbal : 1519-1537

Tello, Nicolás : 1520-1523

Medina Garciavela, Pedro de : 1523-1532

Vázquez, Martín : 1523-1534

Corral, Luis de : 1528-1551

García De Ercilla, Fortún : 1528-1534, appartient à la Cámara ?

Manuel, Pedro : 1528

Montoya, Gaspar de : 1529-1536

Girón, Hernando : 1529-1544

Díaz De Leguizamo, Sancho : 1534-1543

Escudero, Diego : 1534-1551

(Yáñez De) Castro, Gonzalo : 1535-1536

Girón De Loaysa, Pedro : 1535-1541

Álava Esquivel, Diego de : 1536-1544

Mercado De Peñalosa, Pedro : 1537-1553

Briceño, Jerónimo de : 1537-1542

Alderete, Cristóbal de : 1538-1547

Vaca De Castro, Cristóbal : 1539-1564

Rodríguez De Figueroa, Juan : 1540-1559

Galarza, Beltrán de : 1542-1557

Martínez De Montalvo, Hernando : 1542-1560

Anaya, Bernardino de : 1544-1562

Montalvo, Francisco de : 1544-1550

Sánchez De Corral, Juan : 1544-1545

Cortés, Pedro : 1546-1549

López De Otalora, Sancho : 1547-1562

Castillo De Villasante, Diego : 1548-1552

López De Ribera, Pedro : 1548-1556

López De Arrieta, Pedro : 1549-1563

González De Arteaga, Jacobo : 1550-1551

Menchaca, Francisco de : 1551-1571

Gasca, Diego (García) de la : 1552-1572

Velasco, Martín de : 1552-1573

Cano, Fernando : 1554-1559

Pedrosa, Pedro de : 1554-1563

Briviesca De Muñatones, Juan : 1554-1570

CONSEIL ET CHANCELLERIE D’ARAGON (CONSEJO Y CANCILLERÍA DE ARAGÓN)138

Chancelier

Gattinara, Mercurino Arborio di : 1522-1530

Vice-chancelier

Agustí I Siscar, Antonio : 1508-1523*

Gualbes, F. Onofre de (de Cataluña) : 1525-1528

Pérez Figuerola, Ximén (de Valencia) : 1525-1529**

Larraga, Jerónimo (de Aragón) : 1523-1529

Suñer, Juan : 1529 (de Cataluña), 1529-1532

Mai, Miguel : 1533-1547

Coll, Jerónim de (o Descoll) : 1547-1552

Clariana, Pedro de (señor de Plegamans) : 1552-1562

Juges de la Chancellerie et du Conseil

De Gualbes, F. Onofre : 1509-1525

Pérez Figuerola, Ximén (valenciano) : 1514-1525**

Garcés De Jaume, García (aragonés) : 1515-1520

Montalto, Lodovico (siciliano) : 1516-1521*

Gazella, Marcello (napolitano) : 1517-1521**

Loffredo, Sigismondo (napolitano) : 1516-1521*

Larraga, Jerónimo (aragonés) : 1517-1523*

Bologna, Juan Jacobo de : 1520- ?

May, Miguel (catalán) : 1520-1533

Ferrera, Felipe (catalán) : 1521- ?

Gattinara, Giovanni Bartolomeo : 1523-1546

Carroz, Luis : 1524- ?

Bonciani, Luis : 1526- ?

Ram, Juan: 1528-1543

Artés, Francisco (valenciano): 1530-1534

Pastor, Joan (catalán): 1530

Montalto, Antonio (siciliano): 1537-1542

Vázquez, Pere: 1537-1542-

Costa, Pere Joan: 1537-1543

Severino, Jerónimo : 1537-1542

Pérez De Nueros, Juan (aragonés) : 1543-1552

Moncada, Pedro de (valenciano) : 1545 (il n’a jamais pris possession de sa charge), 1552- ?

Urgelles, Onofre (valenciano) : 1545-1565

Giginta I Mestre, Francesc : 1546-1565 ?

Quintana, Joan (catalán) : 1546-1548

Ateça (aragonés) : 1546

Dalmau (mallorquín) : 1548

Sorribes, Macià : 1544-1552

Camacho, Gaspar : 1548

Terça, Miguel : 1548-1556 ?

Bolea, Bernardo de : 1551-1562

Protonotaire en charge de la garde des sceaux

Vázquez Climent, Miguel : *

Climent, Miguel : 1547-1559

Trésorier général de la Couronne d’Aragon

Sánchez, Luis : 1505-1530*

Sánchez, Gabriel : 1530-1542

Acevedo, Diego de : 1542-1558

Régents italiens appartenant à la Cour de l’empereur

Sicile :

Sánchez, Ludovico : 1542-1546

Seminara, G. Battista : 1546-1555

Provenzal, Erasmi : 1555-1557

Naples :

Rodríguez Figueroa, Juan : 1540-1556

Milan :

Pirovano, Gerolamo : 1546-1552

Schizzi, Giovanni Battista : 1552-1558

CONSEIL DE L’INQUISITION (CONSEJO DE INQUISICIÓN)

Inquisiteurs généraux

Utrecht, Adriano de : 1516 (Aragón), 1518 (Castilla)-1522

Loaysa, García de : 1522, 1546

Manrique, Alonso de : 1523-1538

Pardo De Tavera, Juan : 1539-1545

Valdés, Fernando de : 1547-1566

Conseillers

Azpeitia, Martín de : 1502-1516 (Aragón)

Sosa, Francisco de : 1504-1520 (Castilla)

Montemayor, Fernando de : 1505-1523

(Aragón)

González Manso, Pedro : 1508-1525 (Castilla)

Mazuecos, Fernando de : 1508-1523 (Castilla)

Ibáñez De Aguirre, Ortún : 1509-1547

(Castilla y Aragón)

Ruiz De Calcena, Juan : 1517-1519 (Aragón)

Herrera, Francisco de : 1518-1524 (Castilla)

Mendoza, Francisco de : 1518-1523 (Castilla)

González Polanco, Luis : 1521-1528 (Aragón)

Guevara, Hernando de : 1524-1529 (Aragón)

Valdés, Fernando de : 1524-1535

Suárez De Maldonado, Jerónimo : 1524-1544

Niño, Hernando : 1525-1539

Navarra, Francisco de : 1537-1543

Saldaña, Toribio : 1537-1530

Gasca, Pedro de la : 1541-1553

Tavera, Diego : 1544-1555

Acuña Y Avellaneda, Pedro : 1546-1548

Ponce De León, Pedro : 1546-1550

Cobos Y Molina, Diego de los : 1548-1559

Montalvo, Francisco de : 1549-1550

Cortés, Pedro : 1549

Córdoba, Diego de : 1550-1558

Galarza, Beltrán de : 1553-1557

López De Otalora, Sancho : 1553-1563

Hernández Valtodano, Cristóbal : 1554-1569

Pérez, Andrés : 1555-1568

Secrétaires

Ruiz De Calcena, Juan : 1502-1517

Urríes, Hugo de : 1518-1544

García, Juan : 1518-1538

Urríes, Jerónimo de : 1544

Vázquez De Molina, Juan : 1546- ?

Zurita, Jerónimo : 1538-1580

CONSEIL DES INDES (CONSEJO DE INDIAS)

Présidents

Loaysa, García de : 1524-1546

Fernández Manrique, García : 1529-1542

Hurtado De Mendoza, Luis : 1546-1559

Conseillers

Beltrán, Diego : 1523-1542

Maldonado, Gonzalo : 1524-1530

Cabeza De Vaca, Luis : 1524-1530

Anglería, Pedro Mártir de : 1524-1526

Manuel, Pedro : 1527-1528

Montoya, Gaspar de : 1528-1529

Corte, Rodrigo de la : 1528-1530

Núñez De Loaysa, Álvaro : 1529

Suárez De Carvajal, Juan : 1529-1542

Isunza, Francisco de : 1531

Díaz De Luco, Juan Bernal : 1531-1545

Mercado De Peñalosa, Pedro : 1531-1535

Velázquez De Lugo, Gutierre : 1535-1551

López, Gregorio : 1543-1556

Salmerón, Juan de : 1543-1548

Ramírez De Fuenleal, Sebastián : 1543-1544

Tello De Sandoval, Francisco : 1543-1558

Pérez De La Fuente, Hernán : 1545-1557

Briviesca, Gracián de : 1549-1560

Pérez De Ribadeneira, Gonzalo : 1549-1554

Sarmiento, Juan : 1552-1561

Villagómez, Diego de : 1554-1559

Vázquez De Arce, Juan : 1554-1571

Secrétaires

Cobos, Francisco de los : 1524-1547

Samano, Juan : 1524, 1539-1558

CONSEIL DES ORDRES MILITAIRES (CONSEJO DE ÓRDENES)

Présidents des Ordres de Calatrava et d’Alcántara

Núñez De Guzmán, Pedro : 1516-1523

Padilla, García de : 1523-1542

Córdoba, Hernando de : 1542-1550

Présidents de l’Ordre de Santiago

Vega, Hernando de : 1506-1526

Fernández Manrique, García : 1526-1546

Toledo, Enrique de : 1550-1552

Navarra, Pedro de : 1553-1556

Conseillers139

Alarcón, Luis de : 1498-1530

Vargas, Francisco de : 1506-1524

Barrientos, Hernando de : ?-1549

Tello, Nicolás : 1513-1520

Padilla, García de : ?

Calvete, Martín Tristán : 1514-1517

Luxán, Antonio de : 1516-1542

Córdoba, Hernando de : 1524-1542

Flores, Diego : 1524-1527

García De Ercilla, Fortún : 1525-1528

Perero De Neyra, Diego : 1528- ?

Sarmiento Y Ortega, Juan : 1528-1552

Anaya, Bernardino de : 1534-1544 ?

Álava Y Esquivel, Diego de : 1535-1536

González De Arteaga, Jacobo : 1540-1550

Acuña Y Avellaneda, Pedro : 1542-1546

Pedrosa, Pedro de: 1549-1554

Goñi, Pedro: 1542-1560

Argüello, Íñigo: 1550-1566

Ovando, Nicolás : 1552-1563

Pérez De Ribadeneyra, Gonzalo : 1554-1572

GRAND CHAMBRE DES FINANCES (CONTADURÍA MAYOR DE HACIENDA)

Grand Majordomes

Cárdenas, Diego de : 1507-1542

Álvarez De Toledo, Fernando : 1543-1582

Contrôleurs de la Grand Chambre des Finances

Velázquez De Cuéllar, Juan : 1504-1517

Fonseca, Antonio de : 1504-1532

Croÿ, Guillaume de : 1516-1520

Zúñiga, Álvaro de : 1520-1531

Cobos, Francisco de los : 1539-1547

Lieutenants

Tello, Nicolás : 1517-1520

Velasco, Ortún : 1508-1517

Rúa, Rodrigo de la : 1508-1529

Gutiérrez De Madrid, Alonso : 1520-1531

Suárez, Cristóbal : 1531-1549

Paz, Sancho de : 1529-1543

Almaguer, Francisco de : 1543-1564

Laguna, Francisco de : 1549-1554

Eguino, Antonio de : 1554-1557

GRAND CHAMBRE DES COMPTES (CONTADURÍA MAYOR DE CUENTAS)

Contrôleurs de la Grand Chambre des Comptes

Coalla, Rodrigo de : 1494-1505, 1506-1519

Fernández De Coalla, Gonzalo : 1519-1529

Manrique De Lara, Juan : 1529-1560

Guevara, Diego de : 1516-1518

López De Aguilera, Cristóbal : 1518-1520 ?

Santángel, Fernando de : 1520 ?-1537 ?

González De Mendoza, Pedro : 1537 ?

Fernández De Córdoba, Pedro : 1538 ?

Vega, Juan de : 1540 ?-1559

Substituts

Santo, Beltrán del : 1505-1526

Vozmediano, Alonso de : 1519 ?-1540

Sánchez, Martín : 1520 ?-1543

Ávila, Pedro de : 1540-1543 ?

Toro, Luis de : 1543-1554 ?

Muñoz De Salazar, Juan : 1554 ?-1560

CONSEIL DES FINANCES (CONSEJO DE HACIENDA)

Présidents

Nassau, Enrique de : 1523-1525

Mendoza, Francisco de : 1525-1549

Suárez Maldonado, Jerónimo : 1537-1545

Suárez De Carvajal, Juan : 1546-1554

Conseillers

Manuel, Juan : 1523

Laorin, Jacques : 1523

Roche, Señor de la : 1523, 1524

Vozmediano, Juan de : 1524

Gutiérrez De Madrid, Alonso : 1524

Suárez, Cristóbal : 1525-1549

Sánchez De Aráiz, Martín : 1525-1534 ?

Paz, Sancho de : 1525-1543

Guevara, Fernando de : 1537-1546

Galarza, Beltrán de : 1548-1551

Escudero, Diego de : 1547-48, 1551

Martínez De Montalvo, Hernando : 1552

Menchaca, Francisco de : 1552-1554, 1559-

Toro, Luis de : 1552

Dueñas, Rodrigo de : 1553-1555

Velasco, Martín de : 1554-1573

Otalora, Sancho de : 1554-1557

Valderrama, Jerónimo de : 1554-1556

Secrétaires

Cobos, Francisco de

Vázquez De Molina, Juan

Somonte, Hernando de (interino)

Trésoriers généraux de Castille

Vargas, Francisco de : 1507-1523

Gutiérrez De Madrid, Alonso (receptor general) : 1524

Adurza, Juan de : 1525-1530

Zoazola, Pedro de : 1533-1535

Baeza, Alonso de : 1536-1556

COMMISSARIAT GÉNÉRAL DE LA CROISADE (COMISARÍA GENERAL DE CRUZADA)

Commissaires généraux

Rodríguez De Fonseca, Juan : (según predicaciones)

Rojas, Antonio de : (según predicaciones)

Mendoza, Francisco de : 1525-1536

Loaysa, García de : 1536-1546

Suárez De Carvajal, Juan : 1546-1558

Assesseurs

Gómez De Santiago, Toribio : 1529-1534

Guevara, Hernando de : 1534-1546

Díaz De Luco, Bernal : 1537-1538 ?

Suárez De Carvajal, Juan : 1538-1546

López, Gregorio : 1547-1557

Pérez De La Fuente, Hernán : 1546-1562

Tello De Sandoval, Francisco : 1554-1555

Contrôleurs

Enciso, Juan de : 1515 ?-1543

Vozmediano, Juan de :-1543 ?

Gaona, Bernardino de : 1543-1558

Somonte, Hernando de : 1554-1558

Notes

1 Traduction de Sébastien Malaprade (Casa de Velázquez - EHESS).

2 Abréviations :
ACA. Archivo de la Corona de Aragón (Barcelona).
AHN. Archivo Histórico Nacional (Madrid)
E.
Estado.
AGS. Archivo General de Simancas (Valladolid)
CC. cámara de Castilla.
CJH. Consejo y Juntas de Hacienda.
CSR. Casas y Sitios Reales. E.
Estado.
PR. Patronato Real.
ASV. Archivio Stato di Vercelli
FAG. Fondo Arborio Gattinara.
BPRM. Biblioteca Palacio Real de Madrid.
CODOIN. Colección de Documentos Inéditos para la Historia de España (112 vol. .)
RAH. Real Academia de la Historia.
NBAE. Nueva Biblioteca de Autores Españoles.

3 J’emprunte l’expression à Richard J. Bonney, The European Dynastic States, 1494-1660, Oxford, 1991.

4 Le contexte du système dans lequel s’inscrit cette étude est développé plus amplement dans José Martínez Millán et S. Fernández Conti (dir.), La Monarquía de Felipe II. La Casa del Rey, Madrid 2005, I, spécialement, p. 17-53 et 509-521.

5 Voir le précieux Cédric Michon (dir.), Les Conseillers de François Ier, Rennes, 2011, p. 11-30.

6 Il est évident qu’il existe durant la période moderne de nombreuses institutions, mais aux finalités et à la nature différentes de celles qui se dégagent du système hobbesien.

7 S. Fernández Conti, « Nassau, Enrique de », dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V, Madrid, 2000, III, p. 292-294. Les biographies des personnages que je cite sont consultables sur le site www.iulce.es/personajes.

8 H. Kreiten, « Der Briefwechsel Kaiser Maximilians und seiner Tochter Margarete. Unersuchingen über die Zeitfolge des durch neue Briefe ergänzten Briefwechsels », Archiv für österreichische Geschichte 96, 1907, p. 131-318. Pour ce qui nous concerne voir p. 244-250.

9 R. Fagel, « Un heredero entre tutores y regentes. Casa y corte de Margarita de Austria y Carlos de Luxemburgo (1506-1516) », José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, op. cit., I, p. 115-138.

10 A. Walther, Die Anfänge Karls V. Leipzig 1911, p. 45 sqq. J.M. Headley, « The Conflict Between Nobles and Magistrates in the Franche-Comté », Journal of Medieval and Renaissance Studies, 1979, p. 44-78.

11 La cámara, la chambre, désigne un conseil restreint composé des plus hauts responsables de la Couronne. Ils tranchent, avec le roi, les questions les plus importantes du royaume.

12 E. López, « L’observance franciscaine et la politique religieuse des ducs de Bourgogne », Annales de Bourgogne, 72, 2000, p. 73-103 et p. 177-236. H. Lippens, « Saint Jean de Caspitran en mission aux États bourguignons, 1442-1443 », Archivum Franciscanum Historicum 35, 1942, p. 10-16. P. Groult, Les mystiques des Pays-Bas et la littérature espagnole du seizième siècle, Louvain, 1927, p. 166 sqq. (Il existe une traduction en espagnol, Madrid 1982). M. Bataillon, Erasmo y España, Mexico, 1966, chap. 1er.

13 S. de Moxó, « El auge de la nobleza urbana en Castilla y su proyección en el ámbito administrativo y rural a comienzos de la Baja Edad Moderna », Boletín de la Real Academia de la Historia 178, 1981, p. 407-518.

14 Le contador, c’est-à-dire le contrôleur, est un officier chargé de la vérification des comptes au sein du Conseil des Finances.

15 Les biographies de ces personnages se trouvent dans G. Fernandez de Oviedo, Batallas y Quincuagenas, publiées par J. Pérez de Tudela, Madrid, 1983-2000, 2 vol. 

16 A. De La Torre et E.A. De La Torre, Cuentas de Gonzalo de Baeza, tesorero de Isabel la Católica, Madrid, 1956, II, p. 412-416, 614-617, 654-657. A. De La Torre, La Casa de Isabel la Católica, Madrid, 1954, p. 29-33. C. Solana Villamor, Cargos de la Casa y Corte de los Reyes Católicos, Valladolid, 1962. Sur la perte de pouvoir du parti d’Isabelle, on pourra voir, José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V …, op. cit., I, p. 53-55.

17 Les biographies de ces serviteurs aragonais d’origines judéoconverses sont consultables dans M. Serrano Y Sánz, Orígenes de la dominación española en América, Madrid, 1918 (NBAE, vol. 25).

18 M. Serrano Y Sánz, op. cit., p. CLXIX-CLXXI.

19 José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, op. cit., I, p. 56-58.

20 M. Gímenez Fernández, Bartolomé de las Casas, op. cit., I, p. 9-12

21 A. Cotarelo Y Valledor, Fray Diego de Deza, Madrid, 1900, p. 23 sqq.

22 Un regidor est un membre du gouvernement d’une municipalité. En cette qualité, il siège au conseil municipal de sa ville.

23 J. Zurita, Historia del Rey don Hernando, Saragosse 1580, f° 80v. L. Padilla, Crónica de Felipe I llamado el Hermoso, Codoin, vol. 8, p. 144.

24 M. Gímenez Fernández, op. cit., I, p. 13-21.

25 Les membres du parti de Ferdinand défendent une idéologie chrétienne différente de celle affichée par les partisans d’Isabelle. Leurs idéaux justifient la lutte que les Chrétiens avaient entreprise contre les infidèles (la Reconquista) pendant plusieurs siècles. Pour cette raison, ils estiment légitime leur droit à occuper des responsabilités au sein du gouvernement. Leur idéologie et leur spiritualité contrastent avec celle du parti d’Isabelle car ils n’hésitent pas à avoir recours à l’Inquisition pour se défendre. Cf. José Martínez Millán, « Nobleza hispana, nobleza cristiana. Los estatutos de pureza de sangre », dans M. Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza cristiana, nobleza hispana. La orden de San Juan, Madrid, 2009, I, p. 659-755.

26 A.H.N. Códices, lib. 1º, tit. 2, breve 5. Sur le contexte et l’action de Diego Deza, José Martínez Millán, La Inquisición española, Madrid, 2009, chap. 2.

27 Correspondencia de Gutierre Gómez de Fuensalida, p. 350.

28 L. Padilla, op. cit., p. 337-338. J. Zurita, op. cit., f° 20v°-23r°.

29 J. Zurita, f° 93r-94v. RAH, Colección Salazar y Castro, A-8, f° 151r-v : el príncipe don Carlos, que era su señor natural, viniese a Castilla y aquellos reinos se gobernasen con su autoridad.

30 « Beaucoup des Flamands qui accompagnent Philippe le Beau retournent en Flandres », P.M. de Anglería, Epistolario, Codoin, vol. 12, p. 174. Lettre de l’archevêque de Grenade datée du 26 février 1507 (Lettre 332).

31 A. Rodríguez Villa, « Don Francisco de Rojas, embajador de los Reyes Católicos », Boletín de la Real academia de Historia 28, 1896, p. 448-449.

32 J. Zurita, f° 108 vo.

33 A. Santa Cruz, Crónica del emperador Carlos V, op. cit., I, p. 37.

34 La liste des serviteurs se trouve dans AGS. CSR, leg. 9, f° 821-825.

35 L. Galíndez de Carvajal, Anales breves del reinado de los Reyes Católicos, Codoin, vol. 18, p. 358 et 368-374. Charles, craignant qu’on lui refuse l’accès au trône, écrit une lettre à Cisneros datée du 14 février 1516 dans laquelle il lui rappelle la teneur du testament de son grand-père, Codoin, vol. 14, p. 358-360.

36 Les procuradores sont les délégués des dix-huit villes de Castille représentées aux Cortes.

37 Cortes de los Antiguos Reinos de León y Castilla, Madrid, 1889, IV, p. 262-282.

38 Voir les salaires des serviteurs de la Maison de Bourgogne, AGS. CSR, legs. 28 et 29.

39 P.M. de Anglería, Epistolario, Codoin, vol. 11, p. 339-341.

40 M. Gímenez Fernández, II, p. 220. M. Rivero Rodríguez, ne soutient pas cette thèse, « Las Cortes aragonesas y la estancia en Barcelona », dans José Martínez Millán (dir.), op. cit., I, p. 180.

41 La casa y corte est l’espace qui définit la cour et tout son personnel. Le royaume d’Aragon dispose d’une cour.

42 La liste des agents peut être consultée dans : ACA, Consejo de Aragón, núm. 223. C. Bornate, Historia…, p. 412-422.

43 Le royaume de Naples possède sa propre maison royale, RAH, Salazar y Castro, A. 13, « Los oficios que solían tener los Reyes de Nápoles en su Casa ». Ibid., A. 17, « El mantenimiento de todos los oficios de la Casa Real de Nápoles ». R. Pilati, Officia principis. Política e amministrazione a Napoli nel Cinquecento, Nápoles, 1994, p. 7-11.

44 J. Dormer, Anales de Aragón, Saragosse, 1697, p. 32-35.

45 Jacques Heers, À la cour pontificale au temps des Borgia et des Medicis (1420-1520), Paris, 1986, chap. 2.

46 P.M. de Anglería, Epistolario, Codoin, vol. 11, p. 370-371.

47 A. Cernigliaro, Sovranità e feudo nel Regno di Napoli, 1505-1557, Naples, 1983, I, p. 34-37.

48 ASV. FAG. Mazzo 8, carpeta 10. Voir l’étude de Manuel Rivero Rodríguez, « La repercusión de la elección imperial », dans José Martínez Millán (dir.), op. cit., I, p. 184-186.

49 Manuel Rivero Rodríguez, Gattinara, Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid, 2005, p. 83-96.

50 C. Bornate, Historia vite et gestorum per dominum magnum cancellerium, Turin, 1915, p. 405-413.

51 J. Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón, Zaragoza, 1994, p. 97.

52 RAH, Salazar y Castro, 9/5550, f° 224-235. Manuel Rivero Rodríguez, « La repercusión de la elección imperial », art. cit., p. 208-209.

53 RAH, Salazar y Castro, 9/5550, f° 236-240.

54 J. Arrieta Alberdi, El Consejo Supremo de la Corona de Aragón, p. 100 sqq. Manuel Rivero Rodríguez, « La repercusión de la elección imperial », art. cit., p. 211 sqq.

55 J.M. Headley, The Emperor and His Chancellor : A Study of the Imperial Chancellery Under Gattinara, Cambridge, 2008, p. 20-39.

56 Le regente de la Chancellerie est un magistrat qui préside une cour de justice civile. Aussi, il ne faut pas le confondre avec un régent désigné pour exercer le pouvoir en l’absence du roi.

57 AGS. E, leg. 11, núm. 46.

58 C. Bornate, p. 284, A. Rodríguez Villa, « El emperador Carlos V y su Corte », Boletín Real Academia de la Historia, 43, 1903, p. 9-11.

59 C’est ce que semble dénoncer Pedro Mártir de Anglería dans une lettre du 5 avril 1520. Epistolario, Codoin, vol. 13, p. 20.

60 B. Chudoba, España y el Imperio (1519-1643), Madrid, 1986, p. 57-59. Karl Brandi, Carlos V. Vida y fortuna de una personalidad y de un imperio mundial, Mexico, 1993, p. 101-106.

61 J.M. Headley, op. cit., p. 58-63.

62 V. De La Fuente, « Carta de López de Ayala a Cisneros, fechada el 30 de agosto de 1517 », Cartas de los servidores del cardenal Cisneros (1516-1517), p. 237.

63 E. Gossart, « Notes pour servir à l’histoire du régne de Charles Quint », Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux arts de Belgique LV/9 (1898), p. 100-119.

64 ASV. FAG, mazzo 8, f° 1v°. cité par Manuel Rivero Rodríguez, « La búsqueda del equilibrio en la Corte de Carlos V », dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, I, p. 216.

65 Cette idée a été défendue par F. Welser, Die Spanischen Zentralbehörden und der Straatsrat Karls V, Göttingen, 1959, p. 199-228 (édit. R. Wolhlfeil), et tout le monde l’a suivi.

66 RAH, C-71, f° 29v°.

67 AGS. CJH, leg. 7, núm. 203. Le texte semble être écrit par Francisco de los Cobos : « A esto vos respondemos que pues no conviene hacer apartamiento de los miembros que Dios quiso juntar en un cuerpo, entendemos, como es razón, de servirnos juntamente de todas las naciones de nuestros reinos e señoríos, guardando a cada uno de ellos sus leyes y costumbres ; y teniendo estos reinos [Castilla] por cabeza de todos los otros, entendemos preferirlo a todos otros, recibiendo en nuestra casa real [de Borgoña] más miembros de los naturales de ellos que de cualquier otro reino o señorío ».

68 Sur Francisco de los Cobos, il existe une biographie reconnue de H. Keniston, Francisco de los Cobos, secretario de Carlos V, Madrid, 1980 ; Sur Juan Tavera, on dispose seulement de la chronique de P. Salazar de Mendoza, Chrónico del Cardenal don Juan Tavera, Toledo, 1603, de sorte que l’on attend toujours qu’un valeureux chercheur consacre une étude à ce très important conseiller. On pourra aussi consulter les longues biographies que nous avons faites dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V…, vol. III. Ce volume a été numérisé et est hébergé sur le site www.iulce.es.

69 F. J. Góngora, Historia del colegio mayor de Santo Tomás de Sevilla, Séville, 1890, I, p. 13-14. A. Cotarelo, Fray Diego Deza, p. 78-80.

70 José Martínez Millán, « Nobleza hispana, nobleza cristiana. Los estatutos de pureza de sangre », dans Manuel Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza cristiana, nobleza hispana. La orden de San Juan, Madrid, 2009, I, p. 659-755.

71 C. Hernándo, « El reino de Nápoles y el dominio de Italia en el Imperio de Carlos V », dans B. García, El Imperio de Carlos V. proceso de agregación y conflictos, Madrid, 2000, p. 11-118.

72 J. M. Doussinage, La política internacional de Fernando el Católico, Madrid, 1944, p. 674-682.

73 José Martínez Millán et Manuel Rivero Rodríguez, « La coronación imperial de Bolonia y el final de la “vía flamenca” (1526-1530) », dans José Martínez Millán (dir.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid, 2000, I, p. 131-150.

74 Les accords sont consultables dans AHN, E, leg. 2976, núm. 9. Karl Brandi, op. cit., p. 183-184.

75 Léon E. Halkin et G. Dansaert, Charles de Lannoy, Vice-Roi de Naples, Paris, 1935, p. 114-115.

76 J. Hook, « Clement VII, the Colonna and Charles Quint: A Study of the Political Instability of Italia in the Second and Third Decades of the Sixteenth Century », European Studies Review 2, 1972, p. 296-299.

77 Lettre du secrétaire Pérez à Charles Quint écrite à Rome et datée du 9 avril 1526 (RAH, Salazar y Castro, A-38).

78 Même s’il existe encore quelques possibilités pour ce parti de se maintenir, Lannoy meurt le 23 septembre 1527, victime de la peste, Léon E. Halkin et G. Dansaert, op. cit., p. 324.

79 A. Rodríguez Villa, Memorias para la historia del asalto y saqueo de Roma en 1527 por el ejército imperial. Madrid 1875, p. 185-186 et 254-255. A. De Valdes, Diálogo de las cosas ocurridas en Roma, Madrid, 1956, p. 14 (édition de Montesinos) : Y lo primero que haré, será demostraros cómo el Emperador ninguna culpa tiene en lo que en Roma se ha hecho. Y lo segundo, cómo todo lo que ha acaecido ha sido por manifiesto juicio de Dios para castigar aquella ciudad, donde con gran ignominia de la religión cristiana, reinaban todos los vicios que la malicia de los hombres podía inventar. « La première chose que je ferai, ce sera de vous démontrer que l’empereur n’a aucune responsabilité dans les événements de Rome. De plus, tout ce qu’il s’est produit a été provoqué par Dieu pour châtier cette ville, ennemie de la religion, où régnaient tous les vices que la malice des hommes s’ingéniait à inventer ».

80 A. Vian Herrero, El diálogo de Lactancio y un arcediano de Alfonso de Valdés : obra de cirsunstancias y diálogo literario, Toulouse, 1994, p. 40-50.

81 Les accords peuvent être consultés dans P. De Sandoval, Historia de la vida y hechos del Emperador Carlos V, Madrid, 1956, II, p. 339-354.

82 C. Bornate, op. cit., p. 387-391.

83 En 1532, l’ambassadeur vénitien, Nicolás Tiépolo signale à sa République que Charles Quint a donné à Los Cobos « el carico dell’ espedizione di tutte cose di Spagna » (F. Alberi,, Relazioni degli embasciatori veneti al Senato, Florence, 1839-1863, serie 1ª, I, p. 60). L’ambassadeur Martín de Salinas informe que Cobos « según dicen muy favorecido de Su Majestad y ansí lo creen en todo el reino » (RAH, C-71, f° 259r°).

84 M. Fernández Álvarez, Corpus Documental de Carlos V, Salamanque, 1973, I, documento XXXVII.

85 L’empereur ordonne con orden de que se consultase con el Arçobispo [Tavera] todos los negocios de Castilla, León y los de la Corona de Aragón (P. Salazar de Mendoza, Chrónico del Cardenal don Juan Tavera, Toledo, 1603, p. 92).

86 P. Giro, Crónica del Emperador Carlos V, Madrid, 1924, p. 23 (édition de J. Sánchez Montes) : el Cardenal [Tavera] y todos los Consejos quedaron en Madrid y el Cardenal por Gobernador.

87 P. Salazar de Mendoza, Chrónico del Cardenal don Juan Tavera, p. 223 : a todos los Consejos que le consultasen [a Tavera] como a él mesmo, en todas las provisiones y negocios de gracia y justicia.

88 M. Fernández álvarez, op. cit., II, p. 32-43 et 44-45.

89 José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « La administración de la gracia real : los miembros de la Cámara de Castilla, 1543-1575 », dans José Martínez Millán (dir.), Instituciones y grupos de poder en Castilla durante el siglo XVI, Madrid, 1992, p. 25-45.

90 Les biographies de tous les personnages cités sont accessibles dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Carlos V …, op. cit., vol. III ou sur www.iulce.es.

91 Les biographies des conseillers peuvent également être consultées dans T. Sánchez Rivilla, « Sociología de los consejeros de Inquisición », dans J. Perez Villanueva et B. Escandell (dir.), Historia de la Inquisición en España y América, Madrid, 2000, vol. III.

92 C.J. Carlos Morales, El Consejo de Hacienda de Castilla (1527-1602), Junta de Castilla y León 1996, p. 41-47.

93 José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « El Consejo de Cruzada », Hispania 41, 1991, p. 921-922.

94 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 82-88 et 93-95.

95 Les biographies de tous les personnages cités se trouvent dans José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales (dir.), Felipe II (1527-1598). La configuración de la Monarquía hispana, Junta de Castilla y León, 1998. également sur www.iulce.es/personajes.

96 P. Gan Gímenez, El Consejo Real de Carlos V, Grenade, 1988, p. 112, 202, 220-221, 225, 235.

97 M. Fernández Álvarez, op. cit., II, p. 43-54 et 104-130.

98 S. Fernández Conti, « El gobierno de los asuntos de la guerra en Castilla durante el reinado del emperador Carlos V », dans José Martínez Millán (dir.), Instituciones y grupos de poder en Castilla durante el siglo xvi, Madrid, 1992, p. 54 sqq.

99 C.J. Carlos Morales, El Consejo de Hacienda de Castilla (1527-1602), Junta de Castilla y León 1996, p. 55-56.

100 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 101 sqq.

101 P. Salazar de Mendoza, op. cit., p. 82-83.

102 J.L. Gónzalez Novalín, El Inquisidor General Fernando de Valdés, 1483-1568, Oviedo, 1968, I, p. 226.

103 T. Hampe Martínez, Don Pedro de la Gasca (1493-1567). Su obra política en España en América, Palencia, 1990, p. 38-30.

104 Henar Pizarro Llorente, Don Gaspar de Quiroga (1512-1594) : un gran patrón en la corte de Felipe II, Madrid, 2005, p. 87 sqq.

105 Ce sont les explications que donne J. M. Jover, Carlos V y los españoles, p. 54-55 et 59-60. Sur le Conseil d’Aragon à cette époque, J. Arrieta, p. 106-125. Sur le gouvernement des vice-rois, J. Lalinde Abadia, La institución virreinal en Cataluña, Barcelone, 1964, p. 93 sqq.

106 AGS. E, leg. 644, f° 20.

107 Ibid., fos 225 et 227.

108 Epistolario del Duque de Alba. Madrid, 1952, I, p. 53-55.

109 M. Fernández Álvarez, op. cit., III, p. 21-25.

110 Ibid., p. 26-31 et 32-55. R. Rodriguez Raso, Maximiliano de Austria, gobernador de Carlos V en España, Madrid, 1963, p. 28, affirme que les cinq personnages les plus importants de cette régence sont : Hernando Niño, Fernando de Valdés, Luis Hurtado de Mendoza, Suárez de Carvajal et Vázquez de Molina.

111 Son action a été étudiée par J.L. Gónzalez Novalín, op. cit, I, 323-325.

112 AGS. CC, lib. de cédulas, 112, f° 332v. José Martínez Millán et C.J. Carlos Morales, « La administración de la gracia real : los miembros de la Cámara de Castilla (1543-1575) ». Instituciones y elites de poder en la Monarquía Hispana durante el siglo XVI, Madrid, 1992, p. 32. Montalvo meurt inopinément.

113 R.J. Dworkoski, op. cit., p. 115-122.

114 Ibid., p. 128 sqq. E. Schafer, El Consejo Real y Supremo de las Indias, Séville, 1935, I, p. 76 et 374.

115 C. Calvete de la Estrella, Viaje del felicísimo del muy alto y muy poderoso Príncipe don Phelipe, 1549 (réédition Madrid 2001), p. 6. La Cámara y boca regroupe tout le personnel royal ayant en charge le service du roi et de sa famille lors des repas.

116 « por su ingenio, letras y habilidades ».

117 L’alcalde de casa y corte assure des fonctions de police au sein de la cour. Il est également à la tête d’un tribunal qui juge les affaires civiles et criminelles dans le ressort de la cour.

118 AGS. E, leg. 89, núm. 120.

119 M.S. Martín Postigo, Los presidentes de la Real Chancillería de Valladolid, Valladolid, 1083, p. 33-45.

120 Il s’agit du bureau central de vérification des comptes de la monarchie.

121 « Las visitas andan bravas ; creo que han de parir sapos y culebras según se va entendiendo », AGS. E, leg. 100, núm. 176. En septembre, il lui avait déjà écrit : « Les visites se poursuivent et il est certain qu’elles vont produire de très beaux fruits ».

122 Le sumiler de corps avait la responsabilité de la sécurité du roi et des palais royaux.

123 José Martínez Millán, « Familia real y grupos políticos : la princesa doña Juana de Austria (1535-1573) », dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Felipe III…, op. cit., p. 80-84.

124 Epistolario del Duque de Alba, I, p. 258. « Hanme dicho grandes consejeros que estáis allí formando, miraré por mí, que consejeros nuevos suelen ser muy rigurosos y pagallos hemos los pobres ministros ».

125 AGS. PR, leg. 55, núm. 30.

126 BPRM, ms. 2285, f° 253-254, Lettres de Figueroa à Granvelle datées du 1 er et du 17 septembre 1554.

127 C.J. Carlos Morales, « El secretario Francisco de Eraso », dans José Martínez Millán (dir.), La Corte de Felipe II, Madrid, 1994, p. 110-117.

128 AGS. E, leg. 809, núms. 58-64 et 119-124. Également, Ibid., leg. 510, núms. 105-106.

129 C.J. Carlos Morales, « Grupos de poder en el Consejo de Hacienda de Castilla », dans José Martínez Millán (dir.), Instituciones y grupos de poder en Castilla durante el siglo XVI, p. 107-135.

130 José Martínez Millán, « Grupos e poder en la corte durante el reinado de Felipe II : la facción ebolista, 1554-1573 », dans José Martínez Millán (dir.), Instituciones y grupos de poder en Castilla durante el siglo XVI, p. 137-199.

131 L’auditor de la Rota est un magistrat qui juge en appel les causes du tribunal éponyme.

132 Le provisor est un juge qui instruit les causes ecclésiastiques dans la circonscription d’un diocèse ou d’un archevêché.

133 J. L. Gónzalez Novalín, II, p. 161-166.

134 AGS. E, leg. 65, núm. 13, Lettre de Felipe II à sa sœur Jeanne, écrite depuis Londres le 10 juin 1557.

135 Nous considérons comme membre de ce conseil ceux qui y occupent une charge à partir du retour de Charles Quint en Espagne en juillet 1522. Cependant, à cette date, cet organe est le résultat de l’évolution du Conseil Privé et du Conseil Secret durant les années antérieures.

136 Luis Fernández Manrique et Bernardo de Sandoval y Rojas ont été inclus à cette liste bien que leur nomination ne fût pas suivie de l’exercice effectif de leurs charges. Rodrigo Manrique cesse d’y siéger en 1522. On trouve également Fadrique Enríquez et Íñigo Fernández de Velasco qui, en qualité de gouverneur durant la révolte des Comunidades, prirent place au Conseil de guerre.

137 En italique sont indiqués tous les conseillers qui, comme les présidents, ont fait partie de la Cámara. Dans un souci de plus grande simplicité, nous avons choisi d’associer tous les administrateurs de la grâce royale à la source d’autorité dont ils dépendent : l’empereur, le prince, les régents Maximilien et Marie et la princesse doña Juana. Pour connaître la durée de leurs fonctions respectives, nous renvoyons aux notices biographiques de chaque ministre.

138 Les membres du Conseil d’Aragón auxquels on accolle une étoile sont présidés par Claude Carondelet en 1516-1517, les deux étoiles désignant les membres présidés par Adrien d’Utrecht en 1517.

139 Nous nous remettons aux biographies de chaque conseiller pour leurs appartenances aux différents Ordres de Santiago, Calatrava et d’Alcantara.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Buste de Charles Quint, XVIe siècle, Conrad Meit.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2 > Isabelle de Castille. Statue en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3 > Ferdinand d’Aragon. Statue en bois polychrome provenant de la sacristie de la chapelle royale de Grenade.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 4 > Guillaume de Croÿ, seigneur de Chièvres.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 5 > Francisco de los Cobos par Jan Gossaert dit Mabuse (v. 1530-v. 1532). [Los Angeles, the J. Paul Getty Museum]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 6 > Juan Tavera par Greco (1608-1614). [Hopital Tavera, Tolede]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 7 > Hernando Alvarez de Toledo, duc d’Albe par Titien. [Palais de Liria, Madrid]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 8 > Ruy Gómez de Silva. [Provenance inconnue]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7814/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

Auteur

Universidad Autónoma de Madrid

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search