Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

« Croit conseil » et ses « ministres ». Les conseillers de Philippe le Beau (1494-1506)1

Jean-Marie Cauchies

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’introduction de ses Mémoires, dédiées au jeune archiduc d’Autriche Philippe le Beau (fig. 1), le fidèle homme de cour bourguignon Olivier de La Marche s’adresse en ces termes au prince, rappelant le long conflit qui a opposé son père, Maximilien, à la ville de Gand : « Et pour vous donner a entendre verité, j’escrips cest acte afin que vous prenez exemple de jamais [ne] donner auctorité sur vous a ceux qui doivent vivre et regner soubz vostre main. Mais je conseille bien que vous leur devez demander conseil et ayde pour vos grans affaires conduire et soustenir2 ». Dissertant plus loin à propos des surnoms opportunément applicables aux dynastes de la maison de Bourgogne, il dénomme leur héritier et successeur dans les Pays-Bas « Philippe Croit conseil » et il justifie ainsi la formule : parvenu jeune au pouvoir, par la force des choses – l’accident tragique qui a coûté la vie à sa mère, Marie de Bourgogne, en 1482 –, demeuré pour son éducation politique entre les mains des Gan...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search