Version classiqueVersion mobile

Conseils et conseillers dans l’Europe de la Renaissance

 | 
Cédric Michon

Conseils et conseillers en Angleterre sous les premiers Tudors (1485-1558)

Steven Gunn

Texte intégral

  • 1 Je remercie Paul Cavill et Tracey Sowerby pour leur aide ainsi que Cédric Michon pour la traduction

1Comme la plupart des aspects du gouvernement des Tudors, le Conseil du roi a été l’objet d’importantes recherches ces soixante dernières années1. Des chercheurs renommés ont étudié sa structure, son travail et son personnel pour chaque règne et c’est avec reconnaissance que ce chapitre s’appuie sur leurs travaux. Il n’en reste pas moins qu’il reste très difficile de répondre à certaines questions fondamentales. Les spécialistes ne sont pas d’accord par exemple ni sur les évolutions du Conseil, ni sur ses dynamiques internes pas plus que sur la place qu’il occupe dans l’ensemble du processus politique. La personnalité des différents monarques, les styles politiques des différents ministres, les exigences des circonstances (la guerre, la paix, la Réforme), amènent indiscutablement le Conseil à fonctionner de manière différente selon les moments ; il n’est toutefois pas toujours facile de distinguer ce qui relève de l’adaptation à court terme de ce qui relève de l’évolution sur le long terme.

2Les choses sont encore compliquées par les sources dont on dispose. La conservation des archives est inégale selon les aspects du travail du Conseil et les différentes périodes. Il est donc très difficile de proposer une image cohérente de son évolution ou de comparer ses activités à différents moments. La production archivistique du Conseil des premiers Tudors est pourtant impressionnante. Les clercs du Conseil et les conseillers préparaient des agendas et des memoranda sur les sujets à débattre. Les registres listaient les conseillers présents chaque jour ainsi que les travaux effectués. Il y avait même parfois des registres différents en fonction des composantes du Conseil qui se réunissaient en différents endroits ou encore en fonction des différentes affaires traitées. Il y avait également des registres qui conservaient des copies des lettres du Conseil. Les décisions politiques ou administratives engendraient de nombreuses lettres et mandements. Les affaires judiciaires produisaient encore plus de paperasse tels que les bills et answers émis par les plaideurs ; les citations, les commissions, les interrogatoires et les dépositions émis au cours du processus d’investigation ; et, lorsque les cas étaient réglés, les décrets et les dispositions financières prévues pour obliger les parties à exécuter la décision du Conseil.

  • 2 Select Cases in the Council of Henry VII, éd. C.G. Bayne et W.H. Dunham, Londres, Selden Society 75 (...)
  • 3 Dale Hoak, The King’s Council in the Reign of Edward VI, Cambridge, 1976, p. 9-10 ; John R. Dasent (...)
  • 4 Geoffrey R. Elton, The Tudor Revolution in Government : Administrative Changes in the Reign of Henr (...)
  • 5 John Guy, op. cit., p. 19-29 ; John Guy, The Cardinal’s Court : The Impact of Thomas Wolsey in Star (...)
  • 6 Steven Gunn, « The Court of Henry VII », dans Steven Gunn et A. Janse (dir.), The Court as a Stage  (...)
  • 7 Dale Hoak, op. cit., p. 24-26.
  • 8 Ibid., p. 23-24.
  • 9 A Calendar of the Shrewsbury and Talbot Papers, éd. E.G.W. Bill et G.R. Batho, 2 vol. , Londres, De (...)
  • 10 M.J. Crankshaw (dir.), Proceedings of the Privy Council of Queen Elizabeth I, 1582-83, Woodbridge, (...)

3Si l’on avait conservé toutes ces archives, les historiens du Conseil seraient pour le moins chanceux. Malheureusement, pour les registres antérieurs à 1540, tout ce que l’on a conservé, ce sont des extraits compilés par des collectionneurs de la fin du XVIe siècle ou du XVIIe siècle, ainsi que quelques volumes originaux qui ne couvrent qu’une part du Conseil et simplement la partie judiciaire de son activité2. À partir de 1540, on conserve des registres originaux des activités politiques et administratives du Conseil, mais jamais en séries continues3. On ne dispose, à partir de la décennie 1530, des ordres du jour et des memoranda que de manière éclatée4. Concernant les archives judiciaires, les bills et answers survivent par milliers et certains d’entre eux comprennent les interrogatoires, les dépositions ainsi que d’autres matériaux. On n’a conservé toutefois que très peu d’arrêts du Conseil avant les années 15405. Certains arrêts, assignations, mentions de convocation devant le Conseil etc. sont conservés dans les archives des plaignants, qu’il s’agisse d’institutions ou de particuliers ; toutefois, on n’a jamais cherché à rassembler ce matériau6. La même chose est vraie de la correspondance active du Conseil. Ainsi, seuls cinq mois des registres de la correspondance envoyée par le Conseil d’Edouard VI sont conservés7. On a conservé quelques brouillons dans les archives des secrétaires royaux8. On trouve à l’occasion des séries de lettres, par exemple dans les archives des nobles actifs dans le commandement militaire, ou dans celles des conseils de province ou des villes importantes9. Toutefois, on n’a jamais entrepris de réunir le matériau survivant émis par le Conseil et aujourd’hui conservé dans des lieux différents. Un récent projet a rassemblé la correspondance active du Conseil pour le début des années 1580, mais, pour la période antérieure à 1558, le volume total serait si réduit et sa répartition si clairsemée qu’il est peu vraisemblable que les résultats nous apprennent grand-chose d’intéressant10.

  • 11 Dale Hoak, op. cit., p. 13-23 ; Select Cases, p. xlvi.
  • 12 Select Cases, p. xliii-xlvii, lxxiii-clxxiv.

4La conservation inégale des archives est susceptible de créer un certain nombre d’illusions d’optiques. Certaines sont aisées à dépasser. Le fait que tant de bills et si peu d’arrêts survivent, par exemple, ne signifie en rien que le Conseil était un tribunal inefficace. Si la proportion des cas qu’il réglait, que ce soit par un arrêt final ou par un accord entre les parties, avait été trop basse, les plaignants ne se seraient pas tournés vers lui et il n’y aurait pas tant de bills. Il est plus difficile de savoir si les périodes pour lesquelles on a conservé des registres complets et détaillés correspondent aux périodes de plus grande vitalité du Conseil. Il est possible que cela ait effectivement été le cas (si l’on oppose par exemple la fin du règne d’Edouard VI et son début) ; mais cela peut tout à fait ne pas être le cas, si des registres élaborés attestant d’une activité vigoureuse ont été perdus11. De la même manière, la domination du matériau judiciaire au sein des archives du Conseil peut nous amener à surestimer l’importance du travail judiciaire du Conseil et à sous-estimer son rôle administratif et son rôle de conseil à proprement parler. Ici, d’autres types de preuves, tels que les commentaires des ambassadeurs étrangers sur leurs relations avec le Conseil, peuvent être utilisés pour redresser la balance12.

Fig. 1 > Gravure sur bois tirée de l’édition de 1516 par Richard Pynson du Leteltun tenuris new correcte de Sir Thomas Littleton. Elle présente un roi couronné entouré de courtisans, de clercs et de serjeants-at-law.

LE CONSEIL DES ROIS D’ANGLETERRE

  • 13 Geoffrey Elton, passim.

5Il est clair que la structure du Conseil des rois d’Angleterre change à plusieurs reprises entre les règnes d’Henri VII (1485-1509) et ceux de ses petits-enfants Edouard VI (1547-1553) et Marie (1553-1558) (fig. 1). En 1485, un simple Conseil royal (qui, si l’on s’en tient à des standards postérieurs, pourrait être qualifié d’à peine ébauché), conseille le monarque, coordonne le gouvernement et juge les procès. En 1558, un Conseil privé plus petit dont la composition est clairement fixée a pris le contrôle des fonctions de conseil et d’administration tandis que deux conciliar courts of law séparées, la star chamber et la court of requests, rendent la justice. Toutefois, le passage d’une situation à l’autre fut tout sauf simple. Il est bien possible que les changements les plus importants soient intervenus au cours du règne d’Henri VIII (1509-1547), mais la théorie de Geoffrey Elton selon laquelle le privy council omnicompétent qui devait être au cœur du gouvernement anglais pour le siècle suivant a été créé tout d’un coup par Thomas Cromwell dans les années 1530 comme l’un des éléments composant la Tudor Revolution in Government n’a pas survécu à un examen détaillé13. Les changements opérés par Cromwell semblent avoir simplement formalisé la séparation graduelle entre le travail judiciaire et le travail politique.

Le Conseil sous Henri VII

  • 14 Select Cases, passim ; Margaret M. Condon, « Ruling Elites in the Reign of Henry VII », dans Charle (...)

6Les germes de l’organisation que l’on observe à partir de la seconde moitié du XVIe siècle sont déjà là sous Henri VII14. Même si, en théorie, ce sont près de deux cent quarante hommes qui portent le titre de conseiller du roi au cours de son règne, dans les faits, les réunions du Conseil comportent rarement plus d’une douzaine d’individus, c’est-à-dire à peu près ce que l’on observe pour le privy council du XVIe siècle. Et même, des groupes plus petits se réunissent à l’occasion pour examiner les comptes ou repérer les arriérés de paiement de taxes, annonçant les sous-comités du privy council des années 1550. À l’inverse, des réunions très nombreuses se tiennent lorsqu’il s’agit de consulter largement sur des affaires politiques d’importance. Dans leur expression la plus large, ils sont organisés comme des great councils. Ces derniers sont des corps quasi-parlementaires qui incluent des représentants des villes et qui se réunissent pour approuver les emprunts forcés. Toutefois, ils ne peuvent promulguer de statute law ni lever de subsides. Pendant ce temps, les affaires judiciaires sont traitées dans quatre instances différentes. De petits groupes de conseillers accompagnent le roi en permanence, règlent les procès de ses sujets, souvent sous l’autorité du doyen de la chapelle royale, dans une structure qui annonce la future court of requests. Une autre cour de justice issue du Conseil siège à Westminster, où les conseillers se tiennent dans la camera stellata du palais, une pièce dont le plafond était couvert d’étoiles peintes (c’est là que se réunira la cour de la star chamber plus tard). Quelques tribunaux plus petits, également issus du Conseil, sont établis plus tard par acte du parlement pour traiter de certains types d’offense d’une grande importance politique ou sociale tels que les émeutes, la corruption judiciaire ou les conspirations au sein de la maison du roi. Il semble bien que ces derniers aient disparu à l’accession d’Henri VIII. Dernière composante, le council learned in the law, qui est une réunion de juristes chargés de défendre les droits du roi. Ce council learned in the law est lui aussi aboli au début du règne d’Henri VIII, en réaction à l’usage abusif qu’en avait fait son père.

Le Conseil sous Henri VIII

  • 15 P.J. Holmes, « The Last Tudor Great Councils », Historical Journal, 33, 1990, p. 1-22.
  • 16 Pour tout ce qui suit, voir John Guy, The Cardinal’s Court : The Impact of Thomas Wolsey in Star Ch (...)

7Sous Henri VIII, les great councils disparaissent progressivement car ils n’ont ni le dynamisme politique du privy council naissant, ni la force constitutionnelle du parlement15. Avec la disparition du council learned in the law et des tribunaux spécialisés d’Henri VII, cela ne laisse subsister dans la décennie 1520 qu’un seul Conseil qui connait cinq incarnations différentes16. Sous la présidence énergique du cardinal Thomas Wolsey, il gère les procès à Westminster (comme le fera plus tard la court of star chamber) ou traite des questions politiques et administratives (comme le fera le futur privy council). Il se réunit également, généralement dans le White Hall du palais de Westminster, pour régler les conflits qui concernent les sujets plus modestes du roi, dans une assemblée qui prend bientôt le nom de court of requests. À la Cour, lorsque le roi n’est pas à Westminster, des assemblées plus modestes – parfois tellement modestes qu’Henri se sent négligé – se réunissent pour rendre la justice sous la présidence du doyen de la chapelle, ou pour conseiller le roi.

8La pression d’une activité judiciaire qui ne cesse de se développer rend difficile le maintien de cette structure. Thomas Wolsey (fig. 2) tente de libérer pour les affaires politiques le temps des conseillers les plus importants en organisant soigneusement les séances du Conseil et en déléguant les affaires judiciaires à des tribunaux moins importants. Il projette même en 1526, avec les Ordonnances d’Eltham, une définition plus claire des attributions des différents Conseils. Toutefois, il revient à ses successeurs des années 1530, conduits par Thomas Cromwell et Thomas Audley, de franchir le pas en institutionnalisant la séparation entre les affaires politiques et les affaires judiciaires. Les conseillers les plus importants, réunis à la Cour et dont la coordination est assurée par Thomas Cromwell en tant que secrétaire du roi, sont en charge des affaires politiques et administratives, constituant ainsi le privy council à proprement parler. Deux institutions parfaitement identifiées, basées à Westminster sont alors en charge des affaires judiciaires : la star chamber, présidée par Thomas Audley et ses successeurs à la chancellerie ; et la court of requests, d’abord présidée par Richard Sampson, évêque de Chichester et ancien doyen de la chapelle, puis, plus tard, par deux masters of requests nommés spécialement. Progressivement, le privy council acquiert une identité institutionnelle séparée : il a ainsi son propre clerc à partir de 1532, une composition clairement définie à partir de 1536-1537, puis ses propres registres séparés à partir de 1540.

Fig. 2 > Portrait de Thomas Wolsey, école anglaise de la fin du XVIe siècle. [National Portrait Gallery, Londres, NPG 32]

  • 17 David R. Starkey, « Court, Council and Nobility in Tudor England », dans R.G. Asch, A.M. Birke (dir (...)
  • 18 Dale Hoak, passim.
  • 19 Dale Hoak, « Two Revolutions in Tudor Government : the Formation and Organization of Mary I’s Privy (...)

9Présentés de cette manière, les changements de la décennie 1530 semblent rationnels, mais nous devons nous rappeler qu’ils sont aussi le produit de contingences politiques tumultueuses. Le développement du privy council est provoqué par la chute de Thomas Wolsey et par la méfiance qu’Henri VIII éprouve à l’égard de son nouveau chancelier, Sir Thomas More, au sujet de l’enjeu vital du divorce. Cela l’amène à se tourner vers d’autres conseillers à la Cour. Par ailleurs, Thomas Cromwell s’efforce par la suite de convaincre ses opposants que c’est un large Conseil, et non lui seul, qui guide le roi dans les changements radicaux de la Réforme. Il a également été dit que l’émergence ultime, très peu de temps après la chute de Thomas Cromwell en 1540, d’un privy council institutionnellement mature ne représente pas le sommet de son travail de réforme, mais le triomphe d’une réaction aristocratique contre la domination d’un ministre d’origine modeste17. De la même manière, le jeu politique façonne le développement du privy council après 1540. Son rôle est partiellement éclipsé par la manière de gouverner quasi monarchique du Lord Protecteur Somerset au cours des premières années du règne d’Edouard VI, puis connait une renaissance sous l’influence des opposants de Somerset18. Il atteint une taille et une forme nouvelle lorsque Marie l’organise en associant les serviteurs fidèles qui l’ont aidée à s’emparer du trône aux survivants du régime d’Edouard qui savent comment administrer le pays19. Il change à nouveau lorsqu’Elisabeth succède à Marie et entreprend de renvoyer les fidèles de sa sœur et de revenir sur les mesures qu’elle a prises.

  • 20 J.R. Lander, « The Yorkist Council and Administration, 1461-85 » et « Council, Administration and C (...)
  • 21 Steven Gunn, op. cit., p. 152-156.
  • 22 Steven Gunn, David Grummittet Hans Cools, War, State and Society in England and the Netherlands, 14 (...)

10La réorganisation du Conseil ne consiste pas seulement à séparer les questions de justice des questions politiques. Le Conseil du roi à la fin du Moyen Âge est déjà, en un sens, séparé en deux corps différents. Il y a d’une part un petit groupe de détenteurs d’offices, de clercs et de chevaliers de la maison du roi qui se réunit pour coordonner les institutions de gouvernement et d’autre part un large ensemble plus fluide d’hommes puissants qui se réunissent pour conseiller le roi. Sous les Yorks et encore plus sous les Tudors, les deux institutions fusionnent en une seule, lorsque le Conseil administratif devient plus important en s’imposant comme la réunion des conseillers politiques du souverain20. Pendant ce temps, des changements importants dans le gouvernement modifient les activités du Conseil. En effet, comme d’autres institutions de gouvernement sont créées ou réformées, le Conseil joue un rôle de plus en plus important dans leur coordination. Par exemple, il ordonne les dépenses par mandements à différentes institutions financières, même si la coordination financière d’ensemble reste entre les mains du monarque et de certains ministres plutôt qu’elle n’est confiée au Conseil dans son ensemble21. De la même manière, comme croît le désir du gouvernement central de diriger les activités du gouvernement local, sous la pression des guerres, des changements religieux et des crises sociales, la correspondance du privy council avec les justices of the peace, les commandants militaires et les autorités urbaines s’intensifie22.

LES CONSEILLERS

Approches du conseiller

  • 23 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231, 242-243 ; Rory McEntegart, Henry VIII, the Le (...)
  • 24 John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 11-17, 24, 27, 29 ; Dale Hoak, op. cit., p. 120-124.
  • 25 Margaret Condon, « Ruling Elites… », art. cit., p. 131 ; Dale Hoak, op. cit., p. 125-126, 130-136 ; (...)
  • 26 N. Mears, Queenship and Political Discourse in the Elizabethan Realms, Cambridge, 2005, p. 33-40, 8 (...)

11Jusqu’à présent, nous avons fait comme si l’acte de conseiller est facilement et naturellement circonscrit au sein du Conseil, lequel serait un ensemble de membres identifiés qui se réuniraient à des moments précis et en des lieux précis. Ce n’est évidemment pas le cas. Les conseillers sont en contact avec le souverain en dehors des réunions formelles du Conseil, dans sa chambre, au cours des parties de chasse, sur le champ de bataille, dans de petits groupes de discussions qui se réunissent dans l’embrasure d’une fenêtre du palais pendant que les ambassadeurs étrangers attendent une réponse23. Ce caractère informel est d’autant plus important que la présence du roi au Conseil est sporadique, plus fréquente sous Henri VII que sous Henri VIII, et réservée sous Edouard VI à quelques occasions spéciales dont l’objectif est d’entraîner le jeune monarque au métier de roi24. De temps en temps, des groupes de conseillers se réunissent pour discuter de certains points ou mettre en œuvre certaines politiques, constituant ainsi des comités plus ou moins formels25. Ils annoncent par-là les probouleutic groups que l’on a considérés comme si importants dans la formation de la politique élisabéthaine26.

  • 27 David R. Starkey, « Court and Government », dans Christopher Coleman et David R. Starkey (dir.), op (...)
  • 28 M.L. Bush, The Government Policy of Protector Somerset, Londres, 1975, p. 61-78 ; Dale Hoak, op. ci (...)
  • 29 David Loades, op. cit., p. 25-28.

12D’une manière potentiellement plus gênante, quiconque peut s’adresser au roi est susceptible de lui donner un conseil. Les courtisans les plus proches du roi, en particulier les membres de la privy chamber, le font certainement. C’est du moins ce que des ministres comme Wolsey, Cromwell et John Dudley, duc de Northumberland semblent craindre, lorsqu’ils placent leurs fidèles au sein du personnel de la privy chamber et s’efforcent de contrôler son activité politique27. L’influence sur le gouvernement de personnages qui n’appartiennent pas au Conseil est également crainte en cas de minorité. Au cours du règne d’Edouard, il y a des inquiétudes touchant des serviteurs ou des confidents du protecteur Somerset, comme John Hales, par exemple, ardent défenseur de la réforme sociale, dont on craint que l’influence politique soit plus forte que celle des conseillers du roi28. L’influence exercée sur la célibataire Marie par l’ambassadeur espagnol Simon Renard, plus difficile à contester, est également une inquiétude pour ses conseillers29.

  • 30 John R. Lander, English Justices of the Peace, 1461-1509, Gloucester, 1989, p. 112-119, 124-129.
  • 31 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231 ; George W. Bernard, The Power of the Early Tu (...)
  • 32 A. Weikel, « The Marian Council Revisited », dans Jennifer Loach et Robert Tittler (dir.), The Mid- (...)
  • 33 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231.
  • 34 Glyn Redworth, In Defence of the Church Catholic : The Life of Stephen Gardiner, Oxford, 1990, p. 7 (...)

13Si des personnages extérieurs au Conseil peuvent conseiller le souverain, de la même manière, les membres du Conseil ont bien d’autres fonctions que de donner leur avis au sein du Conseil. Dans le jeu politique national, ils jouent un rôle essentiel non seulement au Conseil et à la Cour, mais aussi au parlement, dans les Convocations du clergé et dans de nombreuses commissions spéciales. Les conseillers exercent également des fonctions spécifiques dans le gouvernement par le biais des offices qu’ils détiennent, dans l’administration financière, dans le système judiciaire ou dans le commandement militaire. En 1492-1495, tandis qu’Henri VII doit faire face aux revendications de l’usurpateur yorkiste Perkin Warbeck, les conseillers sont systématiquement inclus dans les commissions de paix qui rendent la justice au niveau du comté dans le but de resserrer le contrôle royal et d’obéir aux promesses de bon gouvernement et de bonne justice du roi d’Angleterre30. L’influence territoriale de magnats de confiance les rend souvent plus utiles loin du Conseil, comme garants de la stabilité politique de leurs comtés d’origine, qu’en son sein. Cela est vrai pour le comte d’Oxford à certains moments du règne d’Henri VII lorsque ce dernier n’a qu’un contrôle incertain de son trône. C’est tout aussi vrai pour le comte de Shrewsbury au cours des règnes d’Edouard et de Marie lorsqu’éclatent troubles religieux et soulèvements sociaux31. Au cours du règne de Marie, alors que le privy council est anormalement peuplé, de nombreux conseillers semblent avoir été plus importants comme agents locaux fiables du régime que comme participants au gouvernement central32. Enfin, le statut de conseiller est aussi très important pour l’accréditation des diplomates. C’est d’ailleurs seulement lorsqu’ils remplissent des missions diplomatiques que les très nombreux conseillers d’Henri VII reçoivent, dans leurs lettres de créance, cette appellation33. Inversement, tandis que les réseaux de la diplomatie européenne se renforcent et exigent de puissants ambassadeurs résidents, ou au moins des ambassadeurs effectuant de longs séjours, certains des conseillers les plus capables d’Henri VIII et d’Edouard, tels que Stephen Gardiner ou William Paget effectuent de longs séjours à la Cour des Valois ou des Habsbourgs34.

14Même dans les limites de ses réunions formelles, le Conseil ne peut se réduire à la somme de ses conseillers. L’ensemble des conseillers n’est pas présent à chaque session du Conseil et certains sont beaucoup plus assidus que d’autres. Heureusement, les sources nous permettent de déterminer avec une certaine fiabilité à la fois la composition des Conseils des différents Tudors et l’assiduité de chaque conseiller. On peut donc estimer à la fois quels sont les différents groupes qui composent le Conseil, aussi bien en ce qui concerne la liste globale qu’en ce qui concerne l’engagement de chaque conseiller dans le travail du Conseil.

15Quoi qu’il en soit, ce travail est moins facile qu’il n’y paraît. Certains types de conseillers sont plus faciles à classer dans certains groupes que d’autres. Les clercs peuvent être distingués des laïcs et les évêques du clergé inférieur ; toutefois, les chiffres peuvent être largement déformés par la tendance des diplômés en droit civil au service du roi, à entrer dans les ordres avant la Réforme, alors qu’après la Réforme, leurs homologues aussi bien en termes de formation que d’activité politiques (diplomates, secrétaires du roi et juges et administrateurs) ne le font pas. De la même manière, la définition anglaise bien spécifique de la noblesse (nobility) qui distingue très clairement la cinquantaine de pairs qui siègent à la Chambre des Lords d’une très large et assez vague gentry, rend aisé l’identification des pairs, mais difficile la distinction entre les courtisans, les détenteurs d’office et les juristes. Beaucoup de courtisans détiennent également des offices et beaucoup de détenteurs d’office, mais également quelques courtisans, ont également une formation embryonnaire en common law anglaise, bien qu’ils n’aient pas eu besoin, ou pas été en mesure, de faire carrière comme avocats ou juges. Depuis longtemps, des chevaliers (knights), qui jouissent de la faveur du souverain, ont été promus à la paierie et continuent à l’être à un rythme plus rapide sous les Tudors. En revanche, pour la première fois à partir des années 1530 et jusqu’aux années 1550, des hommes d’une origine sociale vraiment modestes comme Thomas Cromwell ou William Paget, entrent à la chambre des Lords.

Les conseillers d’Henri VII

16Si l’on garde à l’esprit ces mises en garde, on peut examiner les chiffres qui ont été calculés par les différents chercheurs qui ont étudié les règnes successifs des Tudors. Le large et protéiforme Conseil d’Henri VII comprend quarante-trois pairs qui ne détiennent pas d’offices majeurs, quelques-uns qui en détiennent, ce qui représente au moins les deux tiers de la paierie qui siège au parlement. De la même manière, sont mentionnés comme conseillers quarante-cinq courtisans, dont beaucoup de chevaliers (knights) et d’écuyers (esquires) de la maison du roi. Six archevêques et trente évêques donnent un poids ecclésiastique à l’ensemble, soutenus par trente-sept clercs de moindre importance ; douze de ces soixante-treize hommes d’Église, pour la plupart des évêques, peuvent également être comptabilisés parmi les officiers. Vingt-sept juristes professionnels sont dirigés par les sept chief justices successifs des courts of king’s bench and common pleas. Finalement, il y a quarante-neuf officiers de rangs variés.

  • 35 Select Cases, p. xxix-xli ; John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 9-13. Ces chiffres sont calcu (...)

17Il est donc évident que les conseillers d’Henri VII sont issus de l’ensemble du spectre de l’élite sociale et gouvernementale anglaise. Plus intéressante encore que la question des origines sociales des conseillers est celle de la fréquence de leur participation au Conseil. Les détenteurs des offices les plus importants sont de loin les plus assidus. Cela inclut les chanceliers et archevêques de Canterbury John Morton et William Warham, les lords treasurer John, Lord Dynham et Thomas Howard, comte de Surrey, le lord privy seal Richard Fox, évêque d’une série de sièges dont le plus important est Winchester, ainsi qu’un groupe de chevaliers et de barons qui détiennent essentiellement des offices dans la maison du roi ou dans l’administration financière : Giles, Lord Daubeney, Sir Reynold Bray, Sir Richard Guildford, Sir Thomas Lovell et Sir John Risley. Des niveaux de fréquentation comparables sont atteints par les chiefs justices, l’attorney-general et le solicitor-general un peu en dessous. Certains pairs qui ont la confiance du roi ou qui sont actifs dans la vie de la Cour, tels que le comte de Derby (beau-père d’Henri), ou le comte d’Ormond, chambellan de la maison de la reine sont l’un et l’autre très présents. Le doyen de la chapelle royale, l’aumônier du roi et d’autres clercs jouent un rôle tout à fait essentiel dans le travail judiciaire du Conseil et, en compagnie d’autres clercs actifs dans la diplomatie comme Christopher Urswick, jouent un rôle dans les larges sessions à Westminster qui dominent dans les documents qui ont survécu des registres et dont sont issus ces calculs35.

Les conseillers d’Henri VIII

  • 36 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 63.
  • 37 W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s Whole Council, 1509-1527 », English Historical Review, 5 (...)

18Le règne d’Henri VIII apporte d’abord peu de changements de fond. Entre 1509 et 1515, neuf vétérans du Conseil d’Henri VII dominent celui de son fils. Parmi eux, Warham, Fox, Surrey et Lovell qui, avec les autres maintiennent l’équilibre du Conseil étroit d’Henri VII. Il y a ainsi trois évêques, trois pairs et trois chevaliers et chacun d’entre eux détient un office important36. Même si cent vingt personnages portent le titre de conseiller sous le cancellariat de Thomas Wolsey (1515-1529), seuls trente-deux participent au Conseil régulièrement. Là encore, leur profil est similaire à celui du règne précédent. Seuls cinq clercs, dont quatre évêques, sont présents régulièrement dans la star chamber. Toutefois, à ce moment-là, la plupart du travail judiciaire peu important – dans lequel les hommes d’Église jouaient un rôle essentiel – est concentré au sein de la Cour qui se tient à White Hall ou dans le council attendant. Parmi les évêques, on compte bien sûr Thomas Wolsey, en tant que chancelier ainsi que Thomas Ruthall et Cuthbert Tunstall, qui se succèdent comme lords privy seal. Parmi les huit pairs, on compte les deux Thomas Howard, ducs successifs de Norfolk et lords treasurer (fig. 3). On compte également des vétérans du règne précédent comme George Talbot, comte de Shrewsbury, et George Neville, Lord Bergavenny ainsi que d’autres courtisans anoblis comme Charles Brandon, duc de Suffolk et Thomas Boleyn, vicomte de Rochford. On compte également sept juristes importants parmi lesquels trois chief justices. Toutefois, le groupe le plus important, constitué de douze personnages, est celui que forment les administrateurs et les courtisans qui ont le rang de chevalier. Plusieurs sont des serviteurs de l’État éprouvé de longue date, tels Edward Belknap, surveyor of the king’s prerogative d’Henri VII, Thomas Lovell, son chancelier de l’Échiquier, ou Henry Wyatt, son master of the jewel house. D’autres sont des hommes de la génération montante, comme William Fitzwilliam, qui termine sa carrière comme lord privy seal et comte de Southampton, ou Thomas More, successeur de Wolsey à la chancellerie, qui finit exécuté37.

Fig. 3 > Portrait de Thomas Howard, 3e duc de Norfolk par Hans Holbein (v. 1539-1540). [Windsor, collection royale]

  • 38 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 78-79 ; David R. Starkey, « Court, Council and Nobi (...)

19L’établissement du privy council dans les années 1530 change l’équilibre du Conseil plus qu’il ne modifie ses dimensions puisqu’il comporte dix-neuf membres aussi bien en 1536-1537 qu’en 1540. Le changement le plus important réside dans l’exclusion des juges. Ils continuent à siéger dans la star chamber pour les affaires de justice, mais se voient fermer les portes du travail politique du privy council. Parmi ceux qui restent, on compte cinq évêques (trois en 1540), même si à partir de ce moment aussi bien le chancelier que le lord privy seal sont des laïcs. Il y a neuf pairs en 1536-1537 et huit en 1540, parmi lesquels Norfolk comme lord treasurer et puis Cromwell et enfin Fitzwilliam comme lord privy seal. L’affirmation du privy council comme une assemblée de détenteurs d’offices rend tout particulièrement important pour les pairs qui désirent y entrer l’obtention de ces offices, tels ceux d’amiral ou de chambellan. Ceux qui obtiennent une place siègent au Conseil avec autant d’assiduité que les conseillers nobles du passé, même si la régularité de la présence de tel ou tel individu dépend, dans les années 1540 de la fréquence de leur absence sur les champs de bataille38.

Fig. 4 > Edouard VI et le pape, artiste inconnu, v. 1570. [Londres, National Portrait Gallery, NPG 4165]

  • 39 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 78-79 ; W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s (...)

20Enfin, cinq conseillers en 1536-1537 et huit en 1540 sont des administrateurs du rang de chevalier. Même s’ils peuvent détenir des titres plus importants que leurs prédécesseurs en raison de l’expansion bureaucratique provoquée par la Réforme – chancellor of the court of augmentations (Sir Richard Rich), chancellor of first fruits and tenths (Sir John Baker) – ils ne sont pas fondamentalement différents de Belknap ou Wyatt, Lovell ou Bray. La composante laïque est boostée par le fait que deux sur les huit sont les king’s secretaries, qui sont à présent des laïcs à la différence des prédécesseurs de Cromwell qui étaient des clercs39.

Les conseillers d’Edouard VI

21On ne sera pas surpris de la forte continuité observée entre le dernier privy council d’Henri VIII et les premiers Conseils du règne d’Edouard VI (fig. 4). Henri nomme ses seize exécuteurs testamentaires dont beaucoup – mais pas tous – sont des membres de son privy council, comme conseillers de son fils. Par la suite, ils approuvent l’assomption du protectorat d’Edouard Seymour, duc de Somerset, l’oncle du nouveau roi, et son droit à nommer de nouveaux conseillers. Au printemps 1548, le Conseil est constitué de vingt-deux membres, qui forment un mixte connu : deux évêques, huit pairs, dont de nombreux détenteurs d’offices importants et douze chevaliers, parmi lesquels les treasurer, comptroller et vice-chamberlain of the king’s household, les deux secretaries of state et le nouveau chancellor of the court of augmentations. On peut signaler le retour des juges en la personne du chief justice of the common pleas.

  • 40 Dale Hoak, op. cit., p. 34-90, 107-111.

22La composition du Conseil tourne autour de ce nombre jusqu’à la chute du Protecteur Somerset, et même au-delà, en 1549. Toutefois, la seconde moitié du règne d’Edouard voit le Conseil monter à trente membres ou plus, lorsqu’une série de nobles chefs de guerre expérimentés et de courtisans loyaux est adjointe au Conseil par le régime du duc de Northumberland, inquiet devant le désordre populaire et les tensions politiques. Au mois de mars 1552 donc, le privy council est plus large qu’il n’est normal depuis la décennie 1530. Sa composition est en revanche plus habituelle : cette année-là, elle comprend deux évêques, quatorze pairs, douze chevaliers, deux juges et un clerc diplomate. La fréquentation aux sessions du Conseil varie en fonction des circonstances, comme le suggèrent les chiffres des années 1552-1553. Leur moyenne est de 10,8 mais augmente lors des sessions parlementaires à près de 14, et s’affaisse à moins de 8 lors des déplacements estivaux du roi et de ses conseillers. De la même manière, certains conseillers travaillent plus dur que d’autres : onze d’entre eux participent à la moitié ou plus des sessions, le plus assidu de tous étant Thomas, Lord Darcy, chambellan de la maison du roi qui participe à 87 des réunions, tandis que certains ne viennent presque pas40.

Les conseillers de Marie Ire

  • 41 David Loades, op. cit., p. 18-25, 200 ; Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 87-115.

23À première vue, le privy council de Marie semble différent. Il est très nombreux, composé qu’il est de 44 membres à la fin de 1553, et ne commence à se réduire un peu qu’à partir de la fin du règne, lorsque treize conseillers meurent et ne sont remplacés que par six nouveaux. Au total, ce sont donc cinquante conseillers qui participent au Conseil au cours d’un règne de moins de cinq ans et demi, et la composition sociale de ce dernier est inhabituelle : quatre évêques et deux clercs de moindre importance, quinze pairs et une majorité très nette de laïcs non nobles, dont huit ne sont même pas chevaliers au moment de leur nomination. Toutefois, la moyenne de participation aux réunions du Conseil n’est pas très différente de celle des règnes précédents, atteignant les 13,6 en 1553-1554 et tournant autour de 10 ensuite. Par ailleurs, un groupe de dix-neuf hommes – soit le nombre exact du privy council de 1540 – domine les sessions. Ce groupe paraît plus familier. Il inclut trois des quatre prélats, dont les lords chancellor successifs Stephen Gardiner et Nicholas Heath ; huit des pairs, parmi lesquels le lord treasurer, le marquis de Winchester, et le lord admiral, Lord Howard of Effingham ; ainsi que huit chevaliers, parmi lesquels les principaux officiers de la maison royale et le vétéran Sir William Petre, secretary of state. Les dimensions élargies du Conseil au début du règne de Marie s’expliquent par la contestation dont son accession fit l’objet au départ. Elle crée donc, dans les quatre premiers jours qui suivent son accession, un Conseil composé de ses vingt principaux fidèles puis y adjoint un nombre équivalent d’hommes expérimentés lorsque le pays se soumet à son autorité. De manière prévisible, les anciens en viennent à dominer le Conseil lorsque ce dernier commence à gouverner. Il prend alors une forme plus traditionnelle41.

LE CONSEIL AU QUOTIDIEN SOUS LES PREMIERS TUDORS

24Ainsi, le Conseil du roi, grâce à toutes ses variations, est une institution capable aussi bien de conseiller le monarque que de coordonner le travail du gouvernement. Il réunit à travers toute la période des représentants de toutes les principales élites de l’Angleterre Tudor. Il y a des aristocrates qui sont souvent détenteurs d’un office important dans la maison du roi ou de la reine, qui jouent un rôle militaire important et qui ont aussi une influence locale très significative. Il y a des évêques de tout premier plan et qui ne sont pas importants seulement parce qu’ils détiennent des offices capitaux comme la chancellerie, mais aussi parce qu’ils dominent l’Église d’Angleterre et qu’ils sont des théologiens très influents. Il y a des officiers de justice et de finances de premier plan ainsi que des officiers de la maison royale, généralement du rang de chevalier. Cette combinaison reflète la nature de la monarchie anglaise, précocement centralisée selon les standards européens, et gouvernant à la fois par l’intermédiaire de contacts personnels au sein d’une Cour en plein développement et à travers des institutions financières et judiciaires déjà bureaucratiques, mais partiellement décentralisées. Une monarchie qui exerce un contrôle étroit sur l’Église nationale, avant même la Réforme, mais qui est dépendante d’une puissante noblesse de service non seulement au niveau des magnats, mais également au niveau de la gentry dans les comtés. Comme l’activité du gouvernement croît – en raison de la multiplication des conflits, de la croissance des ressources financières, de l’augmentation des procédures judiciaires, de l’accroissement des problèmes sociaux liés à l’augmentation de la population et aux tentatives ambitieuses du roi de diriger la vie religieuse –, le Conseil clarifie sa composition qu’il resserre sur les membres qui sont davantage qualifiés que les autres par leur travail quotidien sur les affaires du gouvernement et qui sont tout particulièrement spécialisés sur les affaires politiques et administratives plus que judiciaires. Toutefois, un conseiller d’Henri VII qui serait arrivé à une réunion du Conseil de Marie ne se serait pas senti totalement dépaysé (fig. 5).

Rapports de force et affrontements au Conseil

25Compter les membres et établir des niveaux de fréquentation ne nous dit pas tout des dynamiques internes du Conseil. Comme dans n’importe quelle assemblée, certains devaient être plus énergiques, plus persuasifs ou plus respectés que d’autres. Nous pouvons parfois deviner par certaines sources desquels il s’agit, même s’il nous est très difficile de prouver leur domination sur les discussions au Conseil. Celui qui domine le plus, si l’on en croit ses opposants, est Thomas Wolsey. John Skelton fournit un portrait mémorable de son style tout en rodomontades dans la star chamber :

  • 42 John Skelton, Complete English Poems, J. Scattergood éd., Harmondsworth, 1983, p. 283

… in the Chambre of Sterres
All maters there he marres,
Clappyng his rod on the borde.
No man dare speke a worde,
For he hathe all the sayenge
Without any renayenge.
He rolleth in his recordes, He sayth, ‘How saye ye, my lordes
?
Is nat my reason good
?
Some say ‘yes’, and some
Syt styll as they were dom.
42

Fig. 5 > Plan de Hampton court, premier étage (tiré de Simon Thurley, The Royal Palaces of Tudor England, Yale, 1993, plan 8). La salle du Conseil est indiquée par la lettre « A ». Les travaux de Simon Thurley ont montré que la plupart des palais d’Henri disposaient d’une council chamber. Dans les palais construits au début du règne, il s’agissait de petites pièces carrées situées le long de la grande galerie (ainsi dans la Tour de Londres, à York Place, à Bridewellou à Hampton Court).

  • 43 Dale Hoak, op. cit., p. 127.

26Somerset également a la réputation de sermonner, d’interrompre, de faire taire ou d’ignorer ses collègues de « great colericke facions43 ».

  • 44 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 240 ; Select Cases, p. xxxv, xxxvii-xli.
  • 45 Helen Miller, op. cit., p. 111, 113-114.
  • 46 Dale Hoak, op. cit., p. 96-98, 105-106, 108-111.

27Thomas Wolsey, en tant que chancelier, préside le Conseil, tout comme John Morton et William Warham l’ont fait avant lui. Somerset, en tant que lord protector, le préside également. Il est plus difficile en revanche de savoir à quoi correspond exactement la fonction de président du Conseil. L’office est détenu sous Henri VII par deux évêques, Thomas Savage et Richard Fitzjames, puis par un laïc formé à la common law, Edmund Dudley. Il semble que les deux premiers exercent la présidence lorsque le Conseil se réunit comme cour de justice. Le rôle de Dudley, en revanche, est peut-être davantage politique44. D’ailleurs, l’association de l’office de président et de Dudley conduit peut-être à sa disparition, lors de la disgrâce de ce dernier au début du règne d’Henri VIII. On n’en entend plus parler jusqu’à la disgrâce de Thomas Wolsey en 1529. Il est alors donné au duc de Suffolk sans doute davantage pour équilibrer sa position avec celle du duc de Norfolk, qui est lord treasurer que pour une raison administrative45. L’office n’acquiert une réelle importance que lorsqu’il échoit à Northumberland, dans la seconde moitié du règne d’Edouard. Il s’en sert alors pour établir l’ordre du jour du Conseil ainsi que sa composition, ce qui lui permet de dominer le jeu politique plus subtilement que Somerset ne l’a fait46.

  • 47 Dale Hoak, op. cit., p. 127.
  • 48 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 241.
  • 49 F.G. Emmison, Tudor Secretary Sir William Petre at Court and Home, Londres, 1961, p. 182.
  • 50 Dale Hoak, op. cit., p. 91-95, 106-107, 127-128, 163-164, 273-275.

28Lorsque deux fortes personnalités s’affrontent au Conseil, cela peut donner quelque chose de tout à fait spectaculaire. Lors d’une réunion en octobre 1546, au cours des dernières semaines particulièrement tendues du règne d’Henri VIII, John Dudley, le futur duc de Northumberland, semble avoir perdu patience face au puissant Stephen Gardiner et l’avoir frappé47. Moins violente, mais presque aussi fâcheuse est la réticence de Thomas Savage, comme président du Conseil d’Henri VII, à quitter le Conseil lorsqu’une affaire judiciaire dans laquelle il est partie prenante y est débattue. Il ne quitte pas le Conseil avant que ses collègues ne l’en aient prié et s’exécute alors with fullyl will48. Il est plus facile de collaborer avec d’autres conseillers. Sir William Petre, qui est pendant très longtemps secretary of state est prié de ne pas prendre sa retraite en 1554, car he is as good as a council register and reminds the members of everything that has occurred in the past49. William, Lord Paget, conseiller à partir 1543 et jusqu’à sa mort en 1563, apparaît également comme un agréable conciliateur, il est vrai d’après ses propres écrits. Après les réunions tendues du Conseil sous le protectorat de Somerset, il propose une série de dispositions par lesquelles le Conseil pourrait conduire ses débats as brethren or deere freendes, par exemple en équipant chaque conseiller de balles noires et blanches au moyen desquelles les conseillers voteraient secrètement pour approuver ou non les nominations aux offices ou les faveurs50.

  • 51 Steven Gunn, « The Structures of Politics in Early Tudor England », Transactions of the Royal Histo (...)

29Les oppositions au Conseil révèlent autre chose que le simple affrontement des personnalités. Elles reflètent les conflits politiques plus profonds de la Cour, même si la manière dont elles le font peut être bien difficile à exposer étant donné le peu de chose que l’on sait des débats au sein du Conseil. Indiscutablement, il y a toujours une compétition pour le pouvoir et pour les récompenses, même si un monarque qui attribue sa faveur et ses récompenses largement à l’ensemble de ceux qui le servent, peut limiter cette compétition. Souvent, la nature de cette compétition doit être reconstruite à partir des crises politiques soudaines dans lesquelles elle culmine, lorsqu’un parti ou un autre perd tout à coup le pouvoir. C’est le cas d’Empson et Dudley en 1509, de Wolsey en 1529, de Cromwell en 1540, des Howards en 1546, de Somerset en 1549. Toutefois, cela rend difficile la mise en perspective du fonctionnement politique sur le long terme. Il peut également y avoir des désaccords sur des questions de principe, mais il est difficile de juger de leur intensité. Le problème des preuves ainsi que la tendance de certains historiens à voir du conflit partout, ou, au contraire, à minimiser les indices de tensions ont conduit à une vision polarisée du degré auquel le jeu politique sous les Tudors est régi par les affrontements entre factions, et du degré auquel de telles disputes portent sur des questions de principe ou sur une opposition de personnalités en compétition pour le pouvoir51.

Henri VII

  • 52 Steven Gunn, « Court of Henry VII… », art. cit., p. 135-136, 139-141.
  • 53 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 242-243.

30Le jeu politique est encore plus difficile à reconstruire sous Henri VII. Il est vraisemblable qu’il y a des tensions parmi ses conseillers entre les juristes et les financiers qui sont les agents enthousiastes de sa politique fiscale coercitive et les nobles et les prélats qui en sont les principales victimes. Les juristes irritent également les principaux prélats par la vigueur de leurs assauts à l’encontre de la juridiction des cours ecclésiastiques. Toutefois, les archives du Conseil ne nous disent pas si une telle animosité s’exprime ou non au Conseil52. La question de la guerre ou de la paix donne certainement matière à débat, la majorité du Conseil s’efforçant manifestement de dissuader Henri VII de déclencher une campagne contre la France en 1492 ; toutefois, on ne peut pas faire plus que formuler des hypothèses sur les lignes de division au sein du Conseil53.

Henri VIII

  • 54 John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 30-31, 34 ; W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s Wh (...)
  • 55 David Starkey, Reign of Henry VIII. Personalities and Politics, Londres, 2002, p. 47-51 ; Peter Gwy (...)
  • 56 Steven Gunn, « Wolsey’s Foreign Policy and the Domestic Crisis of 1527-1528 », dans Steven Gunn et (...)
  • 57 William A. Sessions, Henry Howard, the Poet Earl of Surrey : A Life, Oxford, 1999, p. 313-314.

31Sous Henri VIII, Wolsey poursuit la détermination des conseillers d’Henri VII qui veulent imposer la justice exemplaire du roi, y compris sur les hommes les plus puissants du royaume. Ainsi, des nobles qui sont eux-mêmes des conseillers actifs, tels que Lord Bergavenny et le marquis de Dorset, sont humiliés dans la star chamber par Wolsey qui s’efforce de rendre une indifferent justice à l’encontre des hommes puissants qui ne respectent pas la loi. Le cardinal insiste sur le fait que ce sont non seulement les pairs, mais aussi les vieux officiers de la maison du roi, tels Sir Andrew Windsor, qui doivent apprendre la lawe of the Stere chambre54 On discute également de la politique étrangère au Conseil. Il y a des signes de tensions au début du règne d’Henri entre les clercs les plus âgés, enclins à la paix, et de jeunes nobles, favorables à la guerre. Toutefois, les preuves sont si ténues que certains auteurs les écartent55. On dispose en revanche d’éléments plus substantiels qui attestent de ce que la poursuite de l’alliance française par Thomas Wolsey dans l’espoir d’obtenir l’annulation du mariage du roi en 1527-1529 et la guerre déstabilisante qu’elle engendre avec le partenaire commercial de l’Angleterre que sont les Pays-Bas, se traduit par des tensions au sein du Conseil. Le chroniqueur Edward Hall rapporte ainsi qu’au début de 1528 il y a des daily great counsailes pour discuter de la diplomatie et que the Cardinal was ever on the French part56. Les débats sur la politique étrangère sont récurrents jusqu’à la fin du règne, même s’il semble qu’en 1546, ils opposent plutôt le roi à son Conseil, comme ils l’avaient fait en 1492, l’ensemble du privy council poussant alors Henri VIII à mettre un terme à ses guerres ruineuses. Toutefois, le rapport enthousiaste du jeune comte de Surrey sur les affrontements autour de Boulogne ruine tous les efforts du Conseil57.

  • 58 Rory McEntegart, op. cit., p. 178, 181, 197-201.
  • 59 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : A Life, New Haven, 1996, p. 297-322.
  • 60 Dale Hoak, op. cit., p. 240-258.

32Entre-temps, d’autres sujets passent au premier plan. À partir du moment où Henri VIII entame sa rupture avec Rome et sa réforme de l’Église, la direction et l’étendue de ses réformes deviennent un sujet de débat. Des preuves directes de différends religieux au sein du Conseil sont difficiles à trouver mais les entrées et les sorties, au Conseil, suggèrent le flux et le reflux de la compétition sur la politique religieuse. Les évêques conservateurs Gardiner et Sampson sont exclus du Conseil en 1539 lorsqu’Henri négocie son mariage avec Anne de Clèves et, apparemment, une alliance avec les luthériens allemands. Au printemps suivant, devant l’échec du nouveau mariage, Cromwell lui-même est arrêté en plein Conseil, inculpé de trahison et d’hérésie sacramentaire58. De la même manière, c’est le Conseil qui conduit les investigations à l’encontre de ceux qui ont poussé plus loin qu’Henri ne l’a voulu les réformes locales, comme lors des conjurations de 1543 dans le Kent59. Les divisions religieuses se poursuivent tout au long du règne d’Edouard et semblent jouer un rôle particulièrement important dans la réorganisation du Conseil au moment de la chute de Somerset et de l’établissement du régime de Northumberland en 1549-155060.

Edouard VI

  • 61 Andrew L. Boyle, « Hans Eworth’s Portrait of the Earl of Arundel and the Politics of 1549-50 », Eng (...)
  • 62 M.L. Bush, op. cit., p. 73-99 ; Ethan Shagan, « Protector Somerset and the 1549 Rebellions : New So (...)
  • 63 John Strype, Ecclesiastical Memorials ; Relating Chiefly to Religion, and the Reformation of it, an (...)
  • 64 Dale Hoak, op. cit., p. 53-55 ; David M. Loades, John Dudley, Duke of Northumberland, 1504-1553, Ox (...)

33Le Conseil d’Edouard VI se divise sur de multiples fronts, ce qui est sans doute inévitable pour une institution qui, en l’absence d’un roi adulte, doit argumenter et prendre des décisions politiques qui, au cours du règne d’Henri VIII relèvent de la décision finale du monarque. La politique étrangère sépare les pragmatiques de ceux qui sont déterminés à se battre pour sauver les conquêtes d’Henri61. La politique sociale et la réponse conciliante du protecteur Somerset à la rébellion ravivent l’une et l’autre la contestation tout au moins dès lors que l’une et l’autre se révèlent contre-productives62. Comme Paget le dit à Somerset : I know in this matter of the commons, every man of the Council have misliked your proceedings, and wished it otherwise63. Les divisions au sein du Conseil lors de la chute de Somerset sont évidentes. À ce moment, un groupe de conseillers est établi à Windsor Castle avec Somerset et le roi et négocie frénétiquement avec les opposants du protecteur établis à Londres qui émettent des ordres en tant que lordes and others of his maiesties privey counseill64. On met un terme au protectorat et le Conseil s’arrange jusqu’à la fin du règne pour éviter une telle polarisation, jusqu’à ce que les efforts pour assurer la succession à Lady Jane Grey plutôt qu’à Marie n’échouent et que la plupart des collègues de Northumberland ne l’abandonnent.

Marie

  • 65 A. Weikel, « The Marian Council Revisited », dans Jennifer Loach et Robert Tittler (dir.), The Mid- (...)

34La question de l’ampleur des divisions au sein du Conseil de Marie a été davantage débattue par les historiens que pour n’importe lequel des autres règnes. Comme on l’a vu, le Conseil est un mélange un peu complexe de fidèles de Marie et de survivants du règne d’Edouard VI. Une compétition pour la direction des affaires s’établit rapidement entre William, Lord Paget, qui a une position dominante de manière plus ou moins continue depuis dix ans et l’évêque Stephen Gardiner, qui a passé la plus grande partie du règne d’Edouard à la Tower mais qui est maintenant chancelier. Les ambassadeurs étrangers, qui ont tendance à insister sur la paralysie du Conseil dans le but de mettre en valeur leurs propres réalisations – ou leurs échecs – ont laissé des descriptions minutieuses de l’incapacité des conseillers à se mettre d’accord sur quoi que ce soit : the confusion is such écrit Renard quelque part, that no one knows who is good or bad, loyal or treacherous, constant or inconstant65. Et pourtant, il y a des questions extrêmement importantes à traiter. À quelle vitesse et jusqu’à quel point doit-on retourner au catholicisme après le très fort virage vers le protestantisme du règne d’Edouard ? Qui la reine doit-elle épouser et sur quels termes ? Est-ce que l’Angleterre, faible aussi bien militairement que financièrement, doit à nouveau entrer dans les conflits européens dont elle est sortie depuis 1550 ?

  • 66 A. Weikel, « Marian council… », art. cit., p. 52-73 ; David Loades, op. cit., p. 18-38, 57-76, 101- (...)

35La question du mariage est indiscutablement un facteur de division, Gardiner et les fidèles de la maison de Marie proposant un candidat anglais en la personne d’Edouard Courtenay, comte de Devon, tandis que Paget soutient avec succès la candidature de Philippe d’Espagne. La religion aussi pose problème, le conflit entre Gardiner et Paget sur la réintroduction d’une législation concernant l’hérésie débordant en mai 1554 dans les débats à la chambre des lords. Toutefois, une fois que Marie a choisi Philippe, les conseillers travaillent ensemble pour négocier un traité de mariage tellement favorable aux intérêts anglais que Philippe en répudie secrètement les termes. Une fois que Marie a affirmé clairement son soutien à une massive réaction religieuse, ils travaillent ensemble pour l’organiser avec Gardiner puis avec le cardinal Reginald Pole, légat du pape et archevêque de Canterbury. Gardiner et Paget semblent avoir été très souvent en désaccord, mais il ne semble pas en revanche qu’ils dirigent un parti au Conseil qui soutienne leur point de vue, et, de toute manière, Gardiner meurt en novembre 1555. Paget a à nouveau à batailler au début de 1557 lorsqu’il s’engage personnellement pour soutenir une intervention anglaise dans la guerre de Philippe contre la France, en dépit des réticences de ses collègues, mais, encore une fois, après qu’une visite de Philippe au Conseil et un projet d’invasion soutenu par la France ont mis tout le monde d’accord au Conseil, les conseillers travaillent ensemble pour défendre les intérêts de l’Angleterre dans la guerre66.

CONSEIL ET VOLONTÉ DU ROI

  • 67 Lisa Ford, Conciliar Politics and Administration, op. cit., p. 191-196.
  • 68 Steven Gunn, « Prince Arthur’s Preparation for Kingship », dans Steven Gunn et Linda Monckton (dir. (...)
  • 69 David R. Starkey, « Court, Council and Nobility… », art. cit., p. 176-179
  • 70 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 68-72.
  • 71 Stephen Alford, Kingship and Politics in the Reign of Edward VI, Cambridge, 2002, p. 157-168.
  • 72 David Loades, op. cit., p. 198-200 ; Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 108-111.

36Les problèmes rencontrés par Marie rappellent que le Conseil est et demeure le Conseil du roi (ou de la reine) et quel que soit son degré d’élaboration ou de solidification institutionnelles, il s’adapte en permanence à la personnalité et aux besoins du monarque du jour. Lorsqu’Henri VII vieillit et devient malade, il semble que son Conseil se passe davantage des initiatives royales dans ses opérations, même si le roi intervient toujours lorsqu’il en est capable67. Lorsqu’Henri VIII monte sur le trône, il n’a pas 18 ans et n’a pas l’expérience politique de son frère aîné, le prince Arthur, qui a été envoyé gouverner le pays de Galles et les marges du royaume, mais qui est mort en 150268. C’est pourquoi les conseillers survivants de son père se constituent en un quasi Conseil de régence, contresignant ses mandatements et ses lettres, comme s’il était mineur ou, encore plus alarmant, comme s’il était aussi incompétent qu’Henri VI, jusqu’à ce qu’il échappe à leur influence par la montée en puissance de Thomas Wolsey69. L’association de Thomas Wolsey et d’Henri établit des limites à l’influence du Conseil sur le roi, mais peut-être également à l’influence du roi sur le Conseil. C’est clairement après 1529 qu’Henri semble s’être mis à travailler plus étroitement avec son Conseil (fig. 6 et 7), même si la domination de Cromwell dans les années 1530 introduit un coordinateur des affaires du Conseil entre le roi et ses conseillers70. Les deux étapes du règne d’Edouard représentent non seulement la domination de deux politiciens aristocrates, Somerset, puis Northumberland, mais aussi deux étapes différentes de la maturation du roi. Il peut, au cours de la deuxième période, assister aux réunions du Conseil et préparer des papiers pour la discussion du Conseil alors qu’il est en route vers une royauté adulte71. Le Conseil de Marie fonctionne différemment avant et après son mariage lorsqu’est créé un Conseil d’État séparé qui traite des affaires avec Philippe en communicant en latin, mais dont l’objectif est sans doute de donner d’influence sur un Conseil séparé du privy council, que cela n’est le cas en réalité72.

Fig. 6 > Écritoire d’Henri VIII [Victoria and Albert Museum, Londres, W. 29 :1-9-1932]. Ce bureau portatif en noyer est l’un des rares objets de luxe de la Cour d’Henri VIII à avoir survécu. L’implication croissante d’Henri VIII dans les affaires de l’État à partir de la décennie 1530 multiplia dans ses palais les pièces de ce genre.

Fig. 7 >Autre exemple de l’implication d’Henri VIII dans les affaires, ces annotations de sa main suggérant des amendements au texte initial de l’Act of Appeals (bas de la page). [Londres, British Library, Cotton Ms Cleopatra, E vi, f° 179v°-180]

  • 73 J.R. Lander, « Council, Administration and Councillors, 1461-85 », dans J.R. Lander, Crown and Nobi (...)
  • 74 Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 114-115 ; Penry Williams, The Tudor Regime, Oxford, (...)

37L’influence de la personnalité du monarque est toutefois contrebalancée par le besoin de continuité. Le Conseil a en effet besoin d’être composé d’individus qui savent comment fonctionne le gouvernement et qui ont des contacts avec d’autres membres de l’élite politique au cœur du royaume et dans ses périphéries. Ces contacts sont indispensables pour les convaincre par des moyens informels d’obéir aux ordres qui leur sont envoyés par les canaux officiels. Cela implique des similitudes considérables dans le personnel du Conseil y compris entre les Conseils de souverains radicalement différents. Le fait que vingt-deux des conseillers d’Edouard IV aient servi son gendre Henri VII ne doit pas nous surprendre ; que vingt conseillers de Richard III, tué par Henri VII au cours d’une bataille et dénoncé par lui comme un tyran et un usurpateur, fassent la même chose est plus surprenant7373. De la même manière, onze des vingt premiers conseillers du privy council d’Elisabeth ont servi au Conseil de sa sœur Marie. Ils n’en remettent pas moins en cause certains des éléments les plus importants de sa politique74.

  • 75 F.W. Conrad, « The Problem of Counsel Reconsidered : the Case of Sir Thomas Elyot », dans P.A. Fide (...)
  • 76 John L. Watts, Henry VI and the Politics of Kingship, Cambridge, 1996, p. 25-31, 61-63, 74-80.
  • 77 The Reign of Henry VII from Contemporary Sources, A.F. Pollard éd., 3 vol. , Londres, 1913-1914, I, (...)
  • 78 John A. Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », dans Dale Hoak (dir.), Tudor Poli (...)

38La composition du Conseil touche également à la question de la confiance publique. Lorsque les contemporains pensent au Conseil, ils peuvent y penser comme à une institution, dont la composition et la fonction sont plus ou moins clairement définies. Ils peuvent également y penser comme à un groupe d’individus puissants, ou comme à une juxtaposition de groupes qui s’affrontent, différenciés par leurs origines sociales, leur alignement politique ou leur inclination religieuse. Mais ils peuvent également y songer d’une manière plus abstraite comme l’incarnation du Conseil. Sous les Tudors, des humanistes comme Sir Thomas Elyot, lui-même clerc du Conseil en 1526-1530, réfléchissent à l’idée classique du bon conseil que les amici principis, the kinges councellours and companions comme Elyot le traduit, doivent lui donner. Ces humanistes voient les sages, moraux et honnêtes conseillers comme la meilleure protection contre la tyrannie75. Cette idée se mêle, parfois d’une manière inconfortable, à tout un courant de la culture politique de la fin du Moyen Âge qui présente les grands seigneurs comme les conseillers naturels du prince. Un des axiomes de la pensée politique de la fin du Moyen Âge est que le bon roi est celui qui écoute son Conseil. Une part importante de ce Conseil doit être composée par l’aristocratie, qui contrôle les comtés et fait remonter au roi les problèmes du peuple, ce qui fait du gouvernement par la noblesse (noble lordship) une institution de représentation sociale76. Des générations de rebelles s’efforçant de contrer l’autocratie royale, de résister à des mesures gouvernementales impopulaires ou de renverser les dynasties ont invoqué l’idée que, comme Perkin Warbeck l’avait dit en 1497, les choses vont mal lorsque les rois choisissent caitiffs and villains of simple birth comme conseillers, putting apart allwell disposed nobles77. La même protestation est essentielle lors du Pèlerinage de Grâce en 1536, lorsqu’Henri VIII, d’une manière intéressante, ne conteste pas l’idée selon laquelle il doit y avoir des aristocrates dans son Conseil, mais signale ceux qui en font partie, tout en insistant sur son droit de choisir qui il veut pour être son conseiller78.

  • 79 Stephen Alford, op. cit., p. 46-51, 61-64, 66-72, 158-173.
  • 80 Stephen Alford, op. cit., p. 195-207 ; Patrick Collinson, « The Monarchical Republic of Queen Eliza (...)
  • 81 Penry Williams, op. cit., p. 453-455 ; Kenneth Fincham, Prelate as Pastor : The Episcopate of James (...)

39Cette aspiration à une représentativité du bon conseil par le biais des magnats peut être agaçante pour Henri VIII, mais elle est potentiellement utile pour ceux qui entourent Edouard VI. La faiblesse du régime d’un roi-enfant, en particulier s’il introduit des changements religieux radicaux, peut-être moins apparente si l’on souligne l’implication dans chacune de ses décisions, du conseil, un conseil qui serait donné par des hommes puissants et savants. C’est pourquoi Edouard est souvent décrit dans les livres et les pamphlets comme entouré de ses conseillers ; ainsi, les rebelles de 1549 se voient répondre qu’ils doivent obéir aux décisions d’Edouard parce qu’il est a king enoincted that ruleth by counsell79. Cette idée doit avoir une longue postérité car ce sont ses deux sœurs qui lui succèdent. Le monarchical republicanism du règne d’Elisabeth est issu des solutions trouvées au cours du règne d’Edouard pour régler les problèmes propres à une minorité, solutions qui sont ensuite étendues et développées pour régler les problèmes posés par le règne d’une femme célibataire80. Les changements intervenus au cours de la période des premiers Tudors peuvent avoir modifié l’idée d’un Conseil représentatif constitué par les lords les plus riches et les plus puissants localement, vers un Conseil constitué par les plus grands détenteurs d’office, mais le changement n’est pas complet. Le type d’office qui permet d’accéder au Conseil peut changer, puis changer à nouveau. Comme nous l’avons vu, les juges les plus importants de la common law sont éliminés du Conseil dans les années 1530, puis réapparaissent sous Edouard et Marie, et à nouveau en 1599. Il y a toujours des évêques importants au Conseil jusqu’en 1559. Par la suite, le régime élisabéthain, inhabituellement érastien, s’en passe jusqu’en 1586, mais Jacques VI les fait revenir en nombre. De la même manière, persiste l’idée qu’il doit y avoir quelques magnats au Conseil et lorsqu’Elisabeth considère qu’il n’y en a plus suffisamment en 1601, elle y fait entrer les comtes de Shrewsbury et Worcester81.

  • 82 Geoffrey R. Elton, « Tudor Government : the Points of Contact, ii, the Council », dans Studies in T (...)

40Ainsi, pour comprendre convenablement le Conseil des premiers Tudors, il faut replacer son évolution dans une série de contextes. Sa composition et le rôle qu’il joue en relation avec le monarque sont le produit de circonstances politiques à court terme, à l’échelle des vies et des personnalités royales, des besoins du moment en matière de politique domestique et internationale, de l’ascension et de la chute des ministres et des favoris, de la compétition de groupes constitués socialement ou idéologiquement pour influencer le roi ou la reine. Sa fonction au sein du gouvernement relève aussi d’un processus à long terme, de la création et parfois de la décadence d’institutions bureaucratiques créées pour la gestion politique ou financière et, d’une manière plus pertinente pour ce qui touche à la forme du Conseil à cette période, de l’organisation de la justice. Sa signification constitutionnelle ne repose pas seulement sur ses relations formelles avec le monarque ou avec d’autres institutions, mais aussi sur son rôle en tant que groupe de conseillers et d’hommes d’État, groupe dans lequel les sujets du roi ont plus ou moins confiance. Pour le dire avec l’expression aujourd’hui célèbre de Geoffrey Elton, le Conseil est un « point de contact » entre le roi et le royaume82.

Annexes

APPENDICE

MEMBRES LES PLUS ACTIFS DU CONSEIL DU ROI D’ANGLETERRE (1485-1558)83

Henri VII (1485-1509)

John Morton, archevêque de Canterbury, Cardinal, lord chancellor (m. 1500)

Thomas Savage, archevêque d’York, dean of the chapel royal, president of the council (m. 1507)

William Warham, archevêque de Canterbury, lord chancellor (m. 1532)

John Alcock, évêque d’Ely, lord chancellor (m. 1500)

Richard Fitzjames, king’s almoner, évêque de London, president of the council (m. 1522)

Richard Fox, évêque de Winchester, lord privy seal (m. 1527)

Thomas Jane, dean of the chapel royal, évêque de Norwich (m. 1500)

Geoffrey Simeon, dean of the chapel royal (m. 1508)

Christopher Urswick, king’s almoner (m. 1522)

Thomas Butler, comte d’Ormond (m. 1515)

Thomas Fitzalan, comte d’Arundel (m. 1524)

Thomas Howard, comte de Surrey, lord treasurer (m. 1524)

Thomas Stanley, comte de Derby (m. 1504)

John, Vicomte Wells (m. 1499)

Giles, Lord Daubeney, lord chamberlain (m. 1508)

John, Lord Dynham, lord treasurer (m. 1501)

George Neville, Lord Bergavenny (m. 1535)

Sir Reynold Bray, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1503)

Sir Thomas Bryan, chief justice of the common pleas (m. 1500)

Sir Richard Empson, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1510)

Sir John Fyneux, chief justice of the king’s bench (m. 1525)

Sir Richard Guildford, comptroller of the household (m. 1506)

Sir James Hobart, attorney-general (m. 1517)

Sir William Hussey, chief justice of the king’s bench (m. 1495)

Sir Thomas Lovell, chancellor of the exchequer, treasurer of the household (m. 1524)

Sir John Mordaunt, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1504)

Sir John Risley, ambassador (m. 1512)

Edmund Dudley, president of the council (m. 1510)

Andrew Dymock, solicitor-general (m. 1503)

Thomas Lucas, solicitor-general (m. 1531)

Henri VIII (1509-1547)

Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury (m. 1556)

William Warham, archevêque de Canterbury, lord chancellor (m. 1532)

Thomas Wolsey, archevêque d’York, Cardinal, lord chancellor (m. 1530)

Richard Fox, évêque de Winchester, lord privy seal (m. 1527)

Stephen Gardiner, évêque de Winchester (m. 1555)

Thomas Ruthall, évêque de Durham, lord privy seal (m. 1523)

Richard Sampson, évêque de Chichester, dean of the chapel royal (m. 1554)

Cuthbert Tunstall, évêque de Durham, lord privy seal (m. 1559)

John Islip, abbé de Westminster (m. 1532)

Charles Brandon, duc de Suffolk, president of the council, great master of the household (m. 1545)

Thomas Howard, duc de Norfolk, lord treasurer (m. 1524)

Thomas Howard, duc de Norfolk, lord treasurer (m. 1554)

Thomas Boleyn, comte de Wiltshire, lord privy seal (m. 1539)

Thomas Cromwell, comte d’Essex, lord privy seal (m. 1540)

William Fitzwilliam, comte de Southampton, treasurer of the household, chancellor of the duchy of Lancaster, lord privy seal, lord admiral (m. 1542)

Robert Radcliffe, comte de Sussex (m. 1542)

Edward Seymour, comte d’Hertford (m. 1551)

Charles Somerset, comte de Worcester, lord chamberlain (m. 1526)

George Talbot, comte de Shrewsbury, lord steward (m. 1538)

Thomas, Lord Audley, lord chancellor (m. 1544)

Henry, Lord Marney, chancellor of the duchy of Lancaster, lord privy seal (m. 1523)

George Neville, Lord Bergavenny (m. 1535)

William Paulet, Lord St John, comptroller, treasurer and great master of the household (m. 1572)

John, Lord Russell, comptroller of the household, lord admiral, lord privy seal (m. 1555)

Thomas, Lord Wriothesley, principal secretary, lord chancellor (m. 1550) Sir John Baker, chancellor of firstfruits and tenths, chancellor and under-treasurer of the exchequer (m. 1558)

Sir Edward Belknap, general surveyor of crown lands (m. 1521)

Sir Anthony Browne, master of the horse (m. 1548)

Sir Robert Brudenell, chief justice of the common pleas (m. 1531)

Sir Thomas Cheyney, treasurer of the household (m. 1558)

Sir Humphrey Coningsby, justice of the king’s bench (m. 1535)

Sir John Cutt, under-treasurer of the exchequer (m. 1521)

Sir Thomas Englefield, justice in Wales and Chester (m. 1514)

Sir John Fyneux, chief justice of the king’s bench (m. 1525)

Sir Thomas Lovell, chancellor of the exchequer, treasurer of the household (m. 1524)

Sir Thomas More, chancellor of the duchy of Lancaster, lord chancellor (m. 1535)

Sir Thomas Neville, surveyor of liveries (m. 1542)

Sir William Paget, principal secretary (m. 1563)

Sir Robert Rede, chief justice of the common pleas (m. 1519)

Sir Richard Rich, chancellor of the court of augmentations (m. 1567)

Sir Ralph Sadler, principal secretary (m. 1587)

Sir Anthony Wingfield, vice-chamberlain of the household (m. 1552)

Sir Henry Wyatt, treasurer of the chamber (m. 1536)

Edouard VI (1547-1553)

Thomas Cranmer, archevêque de Canterbury (m. 1556)

Thomas Goodrich, évêque d’Ely, lord chancellor (m. 1554)

John Dudley, duc de Northumberland, great master of the household, president of the council (m. 1553)

Edward Seymour, duc de Somerset, lord treasurer, lord protector (m. 1551)

William Paulet, marquis de Winchester, great master of the household, president of the council, lord treasurer (m. 1572)

Henry Fitzalan, comte d’Arundel, lord chamberlain (m. 1580)

William Herbert, comte de Pembroke, lord president of the council in the marches of Wales (m. 1570)

John, Russell, comte de Bedford, lord privy seal (m. 1555)

Francis Talbot, comte de Shrewsbury (m. 1560)

Thomas Wriothesley, comte de Southampton, lord chancellor (m. 1550)

Thomas, Lord Darcy, vice-chamberlain of the household, lord chamberlain (m. 1558)

Edward Fiennes, Lord Clinton, lord admiral (m. 1585)

William, Lord Paget, comptroller of the household, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1563)

Richard, Lord Rich, lord chancellor (m. 1567)

Thomas, Lord Seymour, lord admiral (m. 1549)

Sir William Cecil, principal secretary (m. 1598)

Sir Thomas Cheyney, treasurer of the household (m. 1558)

Sir John Gates, vice-chamberlain of the household, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1553)

Sir John Mason, ambassador (m. 1566)

Sir Edward Montagu, chief justice of the common pleas (m. 1557)

Sir Edward North, chancellor of the court of augmentations (m. 1564)

Sir William Petre, principal secretary (m. 1572)

Sir Anthony Wingfield, vice-chamberlain and comptroller of the household (m. 1552)

Marie Ire (1553-1558)

Nicholas Heath, archevêque d’York, lord chancellor (m. 1579)

Stephen Gardiner, évêque de Winchester, lord chancellor (m. 1555)

Thomas Thirlby, évêque de Norwich and Ely (m. 1570)

Thomas Howard, duc de Norfolk (m. 1554)

William Paulet, marquis of Winchester, lord treasurer (m. 1572)

Henry Fitzalan, comte de Arundel, lord steward (m. 1580)

William Herbert, comte de Pembroke, lord president of the council in the marches of Wales (m. 1570)

Henry Radcliffe, comte de Sussex (m. 1557)

Edward, Lord Hastings, master of the horse, lord chamberlain (m. 1572)

William, Lord Howard of Effingham, lord admiral (m. 1573)

William, Lord Paget, lord privy seal (m. 1563)

Sir Henry Bedingfield, vice-chamberlain of the household (m. 1583)

Sir John Bourne, principal secretary (m. 1575)

Sir John Gage, lord chamberlain (m. 1556)

Sir Henry Jerningham, vice-chamberlain of the household, master of the horse (m. 1572)

Sir William Petre, principal secretary (m. 1572)

Sir Robert Rochester, comptroller of the household, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1557)

Sir Edward Waldegrave, chancellor of the duchy of Lancaster (m. 1561)

Sir Thomas Wharton, member of the council in the North (m. 1572)

Notes

1 Je remercie Paul Cavill et Tracey Sowerby pour leur aide ainsi que Cédric Michon pour la traduction.

2 Select Cases in the Council of Henry VII, éd. C.G. Bayne et W.H. Dunham, Londres, Selden Society 75, 1956, p. xi-xviii, xxiv-xxv ; L.M. Hill (dir.), The Ancient State, Authoritie and Proceedings of the Court of Requests by Sir Julius Caesar, Cambridge, 1975 ; John Guy, The Court of Star Chamber and its Records to the Reign of Elizabeth I, Londres, 1985, p. 29-35.

3 Dale Hoak, The King’s Council in the Reign of Edward VI, Cambridge, 1976, p. 9-10 ; John R. Dasent (dir.) Acts of the Privy Council of England, 46 vol. , Londres, 1890-1964, vol. I-VI.

4 Geoffrey R. Elton, The Tudor Revolution in Government : Administrative Changes in the Reign of Henry VIII, Cambridge, 1953, p. 329-330, 359-368 ; Dale Hoak, op. cit., p. 28-33.

5 John Guy, op. cit., p. 19-29 ; John Guy, The Cardinal’s Court : The Impact of Thomas Wolsey in Star Chamber, Hassocks, 1977, p. 105-108.

6 Steven Gunn, « The Court of Henry VII », dans Steven Gunn et A. Janse (dir.), The Court as a Stage : England and the Low Countries in the Later Middle Ages, Woodbridge, 2006, p. 137-138.

7 Dale Hoak, op. cit., p. 24-26.

8 Ibid., p. 23-24.

9 A Calendar of the Shrewsbury and Talbot Papers, éd. E.G.W. Bill et G.R. Batho, 2 vol. , Londres, Derbyshire Archaeological Society Record series, 1, 4 ; Historical Manuscripts Commission, Joint Publications, 6, 7, 1966-1971 ; The Hamilton Papers, éd. J. Bain, 2 vol. , Edinburgh, 1890-1892 ; R.C. Anderson (dir.) Letters of the Fifteenth and Sixteenth Centuries, Southampton, 22, 1921 ; York Civic Records, éd. Angelo Raine, 8 vol. , York, Yorkshire Archaeological Society Record Series, 98, 103, 106, 108, 110, 112, 115, 119, 1939-1953.

10 M.J. Crankshaw (dir.), Proceedings of the Privy Council of Queen Elizabeth I, 1582-83, Woodbridge, 2012.

11 Dale Hoak, op. cit., p. 13-23 ; Select Cases, p. xlvi.

12 Select Cases, p. xliii-xlvii, lxxiii-clxxiv.

13 Geoffrey Elton, passim.

14 Select Cases, passim ; Margaret M. Condon, « Ruling Elites in the Reign of Henry VII », dans Charles M. Ross (dir.), Patronage, Pedigree and Power in Later Medieval England, Gloucester, 1979, p. 128-134 ; Margaret M. Condon, « An Anachronism with Intent? Henry VII’s Council Ordinance of 1491/2 », dans R.A. Griffiths et J. Sherborne (dir.), Kings and Nobles in the Later Middle Ages, Gloucester, 1986, p. 228-253 ; R. Somerville, « Henry VII’s “Council Learned in the Law” », English Historical Review, 54, 1939, p. 427-442 ; P.J. Holmes, « The Great Council in the Reign of Henry VII », English Historical Review, 101, 1986, p. 840-862 ; Lisa Ford, Conciliar Politics and Administration in the Reign of Henry VII, St Andrews university PhD thesis 2001.

15 P.J. Holmes, « The Last Tudor Great Councils », Historical Journal, 33, 1990, p. 1-22.

16 Pour tout ce qui suit, voir John Guy, The Cardinal’s Court : The Impact of Thomas Wolsey in Star Chamber, Hassocks, 1977, et John Guy, « The Privy Council : Revolution or Evolution? », dans Christopher Coleman et David R. Starkey (dir.), Revolution Reassessed : Revisions in the History of Tudor Government and Administration, Oxford, 1986, p. 59-85.

17 David R. Starkey, « Court, Council and Nobility in Tudor England », dans R.G. Asch, A.M. Birke (dir.), Princes, Patronage and Nobility : The Court at the Beginning of the Modern Age, c. 1450-1650, Oxford, 1991, p. 195-203.

18 Dale Hoak, passim.

19 Dale Hoak, « Two Revolutions in Tudor Government : the Formation and Organization of Mary I’s Privy Council », dans Christopher Coleman et David R. Starkey (dir.), op. cit., p. 87-115.

20 J.R. Lander, « The Yorkist Council and Administration, 1461-85 » et « Council, Administration and Councillors, 1461-85 », dans J.R. Lander, Crown and Nobility, 1450-1509, Londres, 1976, p. 171-219 ; Steven Gunn, Early Tudor Government, 1485-1558, Londres, 1995, p. 48-50.

21 Steven Gunn, op. cit., p. 152-156.

22 Steven Gunn, David Grummittet Hans Cools, War, State and Society in England and the Netherlands, 1477-1559, Oxford, 2007, p. 105-106, 162, 165 ; Dale Hoak, op. cit., p. 190-230.

23 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231, 242-243 ; Rory McEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Woodbridge, 2002, p. 99-100.

24 John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 11-17, 24, 27, 29 ; Dale Hoak, op. cit., p. 120-124.

25 Margaret Condon, « Ruling Elites… », art. cit., p. 131 ; Dale Hoak, op. cit., p. 125-126, 130-136 ; David M. Loades, The Reign of Mary Tudor, 2 e éd., Londres, 1991, p. 31-32.

26 N. Mears, Queenship and Political Discourse in the Elizabethan Realms, Cambridge, 2005, p. 33-40, 82-88.

27 David R. Starkey, « Court and Government », dans Christopher Coleman et David R. Starkey (dir.), op. cit., p. 32-36, 48-55 ; Dale Hoak, « The King’s Privy Chamber, 1547-1553 », dans D.J. Guth et J.W. McKenna (dir.), Tudor Rule and Revolution : Essays for G.R. Elton from his American Friends, Cambridge, 1982, p. 97-103.

28 M.L. Bush, The Government Policy of Protector Somerset, Londres, 1975, p. 61-78 ; Dale Hoak, op. cit., p. 114-118.

29 David Loades, op. cit., p. 25-28.

30 John R. Lander, English Justices of the Peace, 1461-1509, Gloucester, 1989, p. 112-119, 124-129.

31 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231 ; George W. Bernard, The Power of the Early Tudor Nobility : A Study of the Fourth and Fifth Earls of Shrewsbury, Brighton, 1985, p. 59-93.

32 A. Weikel, « The Marian Council Revisited », dans Jennifer Loach et Robert Tittler (dir.), The Mid-Tudor Polity c. 1540-1560, Londres, 1980, p. 72.

33 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 231.

34 Glyn Redworth, In Defence of the Church Catholic : The Life of Stephen Gardiner, Oxford, 1990, p. 71-84, 130-155, 218-230 ; Samuel R. Gammon, Statesman and Schemer : William, first Lord Paget – Tudor Minister, Newton Abbot, 1973, p. 95-107, 155-158, 211-213, 218-221, 228-233.

35 Select Cases, p. xxix-xli ; John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 9-13. Ces chiffres sont calculés à partir de l’estimation totale de 225 conseillers proposée par Bayne et Dunham, à laquelle les recherches de Margaret Condon ont ajouté environ une douzaine de noms.

36 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 63.

37 W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s Whole Council, 1509-1527 », English Historical Review, 59, 1944, p. 187-210 ; John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 28-29 ; John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 64.

38 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 78-79 ; David R. Starkey, « Court, Council and Nobility… », art. cit., p. 194-203 ; Helen Miller, Henry VIII and the English Nobility, Oxford, 1986, p. 112-118.

39 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 78-79 ; W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s Whole Council… », art. cit., p. 207-208.

40 Dale Hoak, op. cit., p. 34-90, 107-111.

41 David Loades, op. cit., p. 18-25, 200 ; Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 87-115.

42 John Skelton, Complete English Poems, J. Scattergood éd., Harmondsworth, 1983, p. 283

43 Dale Hoak, op. cit., p. 127.

44 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 240 ; Select Cases, p. xxxv, xxxvii-xli.

45 Helen Miller, op. cit., p. 111, 113-114.

46 Dale Hoak, op. cit., p. 96-98, 105-106, 108-111.

47 Dale Hoak, op. cit., p. 127.

48 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 241.

49 F.G. Emmison, Tudor Secretary Sir William Petre at Court and Home, Londres, 1961, p. 182.

50 Dale Hoak, op. cit., p. 91-95, 106-107, 127-128, 163-164, 273-275.

51 Steven Gunn, « The Structures of Politics in Early Tudor England », Transactions of the Royal Historical Society, 6th series 5, 1995, p. 59-90.

52 Steven Gunn, « Court of Henry VII… », art. cit., p. 135-136, 139-141.

53 Margaret Condon, « Anachronism… », art. cit., p. 242-243.

54 John Guy, Cardinal’s Court…, op. cit., p. 30-31, 34 ; W.H. Dunham, « The Members of Henry VIII’s Whole Council… », art. cit., p. 208-209.

55 David Starkey, Reign of Henry VIII. Personalities and Politics, Londres, 2002, p. 47-51 ; Peter Gwyn, The King’s Cardinal : The Rise and Fallof Thomas Wolsey, Londres, 1990, p. 8-12.

56 Steven Gunn, « Wolsey’s Foreign Policy and the Domestic Crisis of 1527-1528 », dans Steven Gunn et P.G. Lindley (dir.), Cardinal Wolsey : Church, State and Art, Cambridge, 1991, p. 169-172 ; Edward Hall, Chronicle, Londres, 1809, p. 748.

57 William A. Sessions, Henry Howard, the Poet Earl of Surrey : A Life, Oxford, 1999, p. 313-314.

58 Rory McEntegart, op. cit., p. 178, 181, 197-201.

59 Diarmaid MacCulloch, Thomas Cranmer : A Life, New Haven, 1996, p. 297-322.

60 Dale Hoak, op. cit., p. 240-258.

61 Andrew L. Boyle, « Hans Eworth’s Portrait of the Earl of Arundel and the Politics of 1549-50 », English Historical Review, 117, 2002, p. 38-47.

62 M.L. Bush, op. cit., p. 73-99 ; Ethan Shagan, « Protector Somerset and the 1549 Rebellions : New Sources and New Perspectives », English Historical Review, 114, 1999, p. 34-63.

63 John Strype, Ecclesiastical Memorials ; Relating Chiefly to Religion, and the Reformation of it, and the Emergencies of the Church of England, Under King Henry VIII King Edward VI and Queen Mary the First, 3 vol. , Oxford, 1822, III, p. 433.

64 Dale Hoak, op. cit., p. 53-55 ; David M. Loades, John Dudley, Duke of Northumberland, 1504-1553, Oxford, 1996, p. 128-140.

65 A. Weikel, « The Marian Council Revisited », dans Jennifer Loach et Robert Tittler (dir.), The Mid-Tudor Polity c. 1540-1560, Londres, 1980, p. 67.

66 A. Weikel, « Marian council… », art. cit., p. 52-73 ; David Loades, op. cit., p. 18-38, 57-76, 101-110, 118-128, 189-193, 268-273, 304-361.

67 Lisa Ford, Conciliar Politics and Administration, op. cit., p. 191-196.

68 Steven Gunn, « Prince Arthur’s Preparation for Kingship », dans Steven Gunn et Linda Monckton (dir.), Arthur Tudor, Prince of Wales : Life, Death and Commemoration, Woodbridge, 2009, p. 7-19.

69 David R. Starkey, « Court, Council and Nobility… », art. cit., p. 176-179

70 John Guy, « The Privy Council… », art. cit., p. 68-72.

71 Stephen Alford, Kingship and Politics in the Reign of Edward VI, Cambridge, 2002, p. 157-168.

72 David Loades, op. cit., p. 198-200 ; Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 108-111.

73 J.R. Lander, « Council, Administration and Councillors, 1461-85 », dans J.R. Lander, Crown and Nobility, op. cit., p. 219, n. 153.

74 Dale Hoak, « Two Revolutions… », art. cit., p. 114-115 ; Penry Williams, The Tudor Regime, Oxford, 1979, p. 453.

75 F.W. Conrad, « The Problem of Counsel Reconsidered : the Case of Sir Thomas Elyot », dans P.A. Fideler et T.F. Mayer (dir.), Political Thought and the Tudor Commonwealth : Deep Structure, Discourse and Disguise, Londres, 1992, p. 75-107.

76 John L. Watts, Henry VI and the Politics of Kingship, Cambridge, 1996, p. 25-31, 61-63, 74-80.

77 The Reign of Henry VII from Contemporary Sources, A.F. Pollard éd., 3 vol. , Londres, 1913-1914, I, p. 152-153.

78 John A. Guy, « The Rhetoric of Counsel in Early Modern England », dans Dale Hoak (dir.), Tudor Political Culture, Cambridge, 1995, p. 292-310 ; John A. Guy et Alistair Fox, Reassessing the Henrician Age : Humanism, Politics and Reform, 1500-1550, Oxford, 1986, p. 121-147.

79 Stephen Alford, op. cit., p. 46-51, 61-64, 66-72, 158-173.

80 Stephen Alford, op. cit., p. 195-207 ; Patrick Collinson, « The Monarchical Republic of Queen Elizabeth I », Bulletin of the John Rylands University Library of Manchester, 69, 1987, p. 394-424.

81 Penry Williams, op. cit., p. 453-455 ; Kenneth Fincham, Prelate as Pastor : The Episcopate of James I, Oxford, 1990, p. 39.

82 Geoffrey R. Elton, « Tudor Government : the Points of Contact, ii, the Council », dans Studies in Tudor and Stuart Politics and Government, 4 vol. , Cambridge, 1974-1992, III, p. 21-38.

83 La liste qui suit a été compilée à partir des éléments qui sont indiqués aux notes 34 à 40. En raison des problèmes posés par les lacunes des sources et de la difficulté qu’il y a à pondérer une activité intense sur une courte période et une activité plus intermittente mais sur une période plus longue, il est indiscutable qu’une telle liste est nécessairement matière à discussion. Chaque individu s’est vu attribuer le rang le plus élevé et l’office le plus important qu’il occupait au moment de chaque règne. C’est pourquoi, certains d’entre eux (par exemple William Paulet ou Edward Seymour) apparaissent avec des titres différents au cours des règnes successifs. Des éléments biographiques sur presque tous ces conseillers peuvent être trouvés dans H.C.G. Matthew et Brian Harrison (dir.), Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, 2004, 60 vol.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 > Gravure sur bois tirée de l’édition de 1516 par Richard Pynson du Leteltun tenuris new correcte de Sir Thomas Littleton. Elle présente un roi couronné entouré de courtisans, de clercs et de serjeants-at-law.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 2 > Portrait de Thomas Wolsey, école anglaise de la fin du XVIe siècle. [National Portrait Gallery, Londres, NPG 32]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3 > Portrait de Thomas Howard, 3e duc de Norfolk par Hans Holbein (v. 1539-1540). [Windsor, collection royale]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 4 > Edouard VI et le pape, artiste inconnu, v. 1570. [Londres, National Portrait Gallery, NPG 4165]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende Fig. 5 > Plan de Hampton court, premier étage (tiré de Simon Thurley, The Royal Palaces of Tudor England, Yale, 1993, plan 8). La salle du Conseil est indiquée par la lettre « A ». Les travaux de Simon Thurley ont montré que la plupart des palais d’Henri disposaient d’une council chamber. Dans les palais construits au début du règne, il s’agissait de petites pièces carrées situées le long de la grande galerie (ainsi dans la Tour de Londres, à York Place, à Bridewellou à Hampton Court).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 6 > Écritoire d’Henri VIII [Victoria and Albert Museum, Londres, W. 29 :1-9-1932]. Ce bureau portatif en noyer est l’un des rares objets de luxe de la Cour d’Henri VIII à avoir survécu. L’implication croissante d’Henri VIII dans les affaires de l’État à partir de la décennie 1530 multiplia dans ses palais les pièces de ce genre.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 7 >Autre exemple de l’implication d’Henri VIII dans les affaires, ces annotations de sa main suggérant des amendements au texte initial de l’Act of Appeals (bas de la page). [Londres, British Library, Cotton Ms Cleopatra, E vi, f° 179v°-180]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7809/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteur

Merton College – Oxford

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search