Version classiqueVersion mobile

Calvin

 | 
Jacques Varet

L’influence de Calvin et du calvinisme en Europe et dans le Monde

Francis Higman

Résumé

La structure originale, et forte, proposée par Calvin pour l’Église de Genève en 1542 comportait certains éléments qui se prêtaient particulièrement à l’exportation : adaptabilité à des contextes différents, autonomie de l’Église par rapport à l’État, responsabilité de chaque fidèle dans la société aussi bien que dans l’Église. Nous essayons d’exemplifier cette proposition par un survol sélectif des manifestations du « calvinisme » depuis le XVIe siècle, qui ont conduit d’une petite communauté locale à Genève à une Alliance réformée mondiale qui regroupe quelque 75 millions de croyants dans plus de 100 pays.

Texte intégral

CONCLUSION

  • 1 Sur l’ensemble de la présence réformée dans le monde on trouvera une documentation très riche sur l (...)

1Sujet évidemment impossible, la multiplicité des approches présentées dans ce volume l’atteste amplement ! En guise de conclusion, je propose un rapide résumé de l’expansion du calvinisme « ecclésial », en écartant les multiples aspects de l’influence de Calvin – politiques, économiques, sociaux, linguistiques – traités dans les pages qui précèdent. Nous chercherons à dégager d’abord, dans l’œuvre de Calvin à Genève, certains points qui ont fait de la pensée du réformateur un produit d’exportation particulièrement efficace ; ensuite nous examinerons, sélectivement, quelques cas de transmission de cette pensée dans le monde. Il faut souligner qu’il ne s’agit pas ici d’un survol global, mais d’une esquisse partielle, lacunaire, mais – j’espère – représentative1.

L’ÉGLISE DE CALVIN, PRODUIT D’EXPORTATION

2En 1541-42 (immédiatement après le retour de Calvin à Genève), il a composé trois textes, en toute urgence, pour l’Église de Genève :

  • 2 Texte de la Forme des prières, éd. de 1542, en facsimilé, éd. Pierre Pidoux, Bärenreiter, Kassel et (...)

La Forme des prières
Le catéchisme
Les Ordonnances ecclésiastiques
2

  • 3 « À mon retour de Strasbourg, je fis le Catéchisme à la hâte… Et en l’écrivant, on venait quérir le (...)

3Quelle est l’importance de ces textes, en apparence mineurs ? Et pourquoi cette urgence dans leur rédaction3 ?

  • 4 « Discours d’adieu aux ministres », p. 990.

Quand je vins premièrement en cette Église, il n’y avait quasi comme rien. On prêchait, et puis c’est tout. On cherchait bien les Idoles et les brûlait-on ; mais il n’y avait aucune réformation, tout était en tumulte.4

  • 5 Sur la « révolution » genevoise de 1535 et ses conséquences, voir Henri Naef, Les Origines de la Ré (...)

4« Vivre selon l’évangile », ou « abolir la messe » : dans ces expressions employées par les Genevois pour indiquer ce qui s’était passé à Genève juste avant l’arrivée de Calvin dans la ville, on comprenait non seulement le changement liturgique et le rejet de Rome, mais l’abolition de toute la structure de l’Église existante, qui balisait pour ainsi dire la totalité de la vie des fidèles. Considérons par exemple les sept sacrements : ceux-ci – du baptême à l’extrême-onction, en passant par la pénitence, le mariage, l’eucharistie – formaient la structure qui encadrait toute la vie du fidèle. Sans cette structure, comment se marier ? comment avoir des enfants légitimes ? comment les faire baptiser (et, rappelons-le, sans le baptême pas de salut) ? Plus généralement, comment obtenir le pardon de Dieu sans le sacrement de la pénitence, comment « faire son salut » sans la grâce communiquée par l’eucharistie ? Plus pratiquement, il faut noter qu’à Genève c’étaient les officiers de l’évêque qui géraient les finances et l’administration de la ville5. On dénombre entre 500 et 800 prêtres et officiers ecclésiastiques (sur une population de 10 000 ou 12 000). Tout ce petit monde était parti entre 1533 et 1536 (avant l’arrivée de Calvin), en emportant leurs compétences. « Il n’y avait quasi comme rien. » L’importance de ces trois textes de Calvin, c’est qu’ils étaient destinés à remplacer les structures perdues.

5La Forme des prières : elle comporte la liturgie du culte « ordinaire », dans laquelle le début du texte est la Confession générale (qui remplace la pénitence catholique) ; la liturgie de la Cène (remplacement de l’eucharistie catholique) ; liturgie du baptême ; liturgie du mariage (non plus sacrement, mais quand même pris au sérieux) ; extrême onction ? – remplacée par « la visitation des malades »… Le tout, évidemment, dans une perspective et avec une doctrine réformée.

6Le catéchisme remplace le sacrement de confirmation en revenant à la notion de base de la formation religieuse des enfants (et des adultes aussi !). Il présente un bref résumé de la doctrine réformée.

7Les Ordonnances ecclésiastiques complètent le dispositif :

8Le quadruple ministère (que Calvin déduit des indications du Nouveau Testament, par exemple dans 1 Tim 3) remplace les prêtres, donc le sacrement de l’ordre : pasteurs, docteurs, anciens, diacres. Les pasteurs sont responsables du ministère de la Parole et des Sacrements. Les docteurs sont chargés de l’enseignement. Les anciens veillent, avec les pasteurs, sur la discipline de la communauté ; ils sont recrutés parmi les conseillers des divers conseils de la ville. Les diacres se chargent de la distribution des aumônes et du soin des malades. Il est à noter que les deux dernières catégories sont constituées de laïcs.

9La compagnie des pasteurs (en 1542 ils étaient cinq en ville, plus trois dans la campagne genevoise) surveille le pastorat : on pourrait dire un évêque collectif ! Et la Compagnie joue un rôle déterminant dans le choix et la nomination des pasteurs (à une époque où il n’existait pas de faculté de théologie protestante : comment déterminer la qualité de la formation, et l’orthodoxie doctrinale, des candidats ?). Les Ordonnances prescrivent un programme détaillé pour l’examen des candidats au pastorat.

10Le consistoire, responsable de la discipline : un syndic (magistrat de la ville) le préside ; il y a toujours une majorité de laïcs (12 anciens, à un moment où il y avait 8 pasteurs).

  • 6 Voir William Naphy, Calvin and the consolidation…

11Les rapports entre l’Église et l’État : on vient de le dire, les anciens se recrutent parmi les conseillers de la Ville – ce qui implique que, dans un État bien ordonné, il y a coopération étroite entre l’État et l’Église. Mais cela ne veut pas dire que c’est toujours l’État qui a le dernier mot. Le problème se focalise sur la question de l’excommunication. Est-ce le Conseil ou le Consistoire qui a le droit de prononcer, et de lever, une excommunication ? Dans la plupart des villes passées au protestantisme (Zurich, Berne, Strasbourg…) l’autorité suprême revenait aux « magistrats », qui détenaient le droit de l’excommunication ; les pasteurs étaient donc subordonnés. Pour Calvin c’était le Consistoire – qui pouvait exercer, en face des magistrats de la ville, une certaine autorité autonome. Il faut noter que la position de Calvin était contestée par les magistrats et conseillers de Genève pendant quinze ans, et n’a été consolidée qu’en 15556.

12Cette structure était conçue pour Genève, ville-république pratiquement sans arrière-pays. Mais certains aspects rendaient les dispositions de Calvin hautement aptes à l’exportation. Notamment l’autonomie (toute relative) de l’Église, et la responsabilité des laïcs.

13Nous abordons ici la question de l’influence internationale de Calvin.

LA FRANCE7

  • 7 Voir, parmi les nombreux ouvrages sur le thème, l’ouvrage collectif Jean Calvin et la France, texte (...)

14Les docteurs, ici comme ailleurs, disparaissent rapidement de la circulation (puisqu’il n’y avait pas d’académie ni d’université protestante). La situation changera de nouveau dès la création des Académies de Saumur, de Sedan, de Die.

15Première modification : la structure synodale – nous avons affaire en France non seulement à une église comme à Genève, mais à une structure applicable à tout un pays. On établit une construction pyramidale : consistoire (église locale), colloque (groupement de plusieurs églises locales), synode régional, synode national (premier synode national déjà en 1559 !) À noter : la relative autonomie de l’Église par rapport à l’État permet à l’Église calviniste de survivre dans un contexte hostile. On ne dépend pas forcément du Magistrat (contraster cuius regio eius religio du monde luthérien).

  • 8 Sur Jean Morély et ses doctrines, consulter Philippe Denis et Jean Rott, Jean Morély (ca. 1524-ca. (...)

16Deuxième modification, et première « hérésie » calviniste : Morély et le « congrégationalisme »8. Pourquoi, selon Morély, restreint-on seulement à quelques anciens / notables représentatifs le rôle des laïcs dans l’Église ? C’est une extension logique de la pensée de Calvin que de proposer que toute l’assemblée doit pouvoir participer à la gestion de l’Église. La doctrine de Morély était vigoureusement condamnée par Bèze, Viret et les synodes.

17À noter dans ces deux modifications : la responsabilité de l’individu. Pendant un siècle entier après la révocation de l’édit de Nantes (1685), l’Église réformée (clandestine) se trouvait en situation d’hors-la-loi, et privée presque entièrement de pasteurs. Elle n’aurait jamais pu survivre sans cette capacité de résister dans un environnement hostile, et sans une part très active jouée par les laïcs.

LES PAYS-BAS

  • 9 Voir Les Canons du Synode de Dordrecht (1619), dans Confessions et Catéchismes de la foi réformée, (...)

18On trouve le même scénario (autonomie de l’Église, responsabilité des laïcs) ; il faut ajouter le nationalisme anti-espagnol (avec implications pour l’emploi de la langue vernaculaire, vite associée à la réforme naissante). On constate aux Pays-Bas une multiplicité de coexistences – calvinistes, luthériens, beaucoup d’Anabaptistes ; ils accueillent aussi des dissidents parmi les puritains anglais, les Brownistes (influencés probablement par les doctrines de Morély. Ce sont eux qui vont partir sur le Mayflower en 1620). On note une curieuse confrontation, par exemple à Amsterdam, vers la fin du XVIe siècle : l’Église calviniste, minoritaire, devient Église d’État (parce que mieux organisée et disciplinée, dit-on). Alors, doit-on réserver le baptême seulement aux enfants des fidèles (point de vue ecclésiastique) ? ou doit-il être accessible à tous ceux qui le demandent (point de vue du gouvernement) ? Comme l’État paie les salaires des pasteurs, c’est l’État qui gagne. Mais au cours des multiples conflits et péripéties, on constate des modifications, des divergences, des déviations, qui sont le forte d’un calvinisme dynamique et en évolution. Le synode de Dordrecht (1618-1619) fournit l’exemple le plus probant. On y voit la confrontation entre les calvinistes orthodoxes et les Arminiens ou Remontrants, tous deux se réclamant de l’autorité de Calvin9. Les orthodoxes se sont imposés au synode (voir les Canons de Dordrecht) ; mais l’influence de l’arminianisme, dans la longue durée et jusqu’au protestantisme libéral du XIXe siècle, a été énorme.

L’ANGLETERRE

  • 10 Esquisse extrêmement brève du cas anglais dans Francis Higman, Visite guidée du Monument Internatio (...)

19Elizabeth Ire cherchait à rassembler les croyances multiples sous la bannière du sentiment national10. La réforme anglaise était le résultat de diverses décisions gouvernementales, non d’un mouvement populaire : la liturgie, par exemple, devait se réciter en latin sous Henry VIII, en anglais sous Edouard VI, de nouveau en latin sous Marie Tudor, enfin en anglais sous Elizabeth. Et les fidèles – les laïcs aussi bien que le clergé – étaient en partie « réformés », en partie partisans de l’Église traditionnelle. Les « puritains » (en quelque sorte disciples de Calvin) cherchaient à faire avancer l’Église vers une réforme plus totale (ils se réfèrent explicitement au statut, et à la liturgie, de Genève). Mais ils furent bloqués par l’esprit de compromis du « Elizabethan Settlement », qui recherchait consciemment l’ambiguïté doctrinale. Ce qui fait que le calvinisme en Angleterre se trouve aussi en « terre hostile » ; les « puritains » ont formé le noyau des « non-conformistes » (qui comprennent aussi des congrégationalistes, des baptistes, plus tard des méthodistes) qui jouent un rôle de plus en plus important aux XVIIIe et XIXe siècles. Certains puritains d’autre part se joignent à des dissidents « Brownistes » des Pays-Bas pour partir vers la Nouvelle Angleterre. On y reviendra.

L’ÉCOSSE

  • 11 The Forme of Prayers and administration of the sacraments, etc., Used in the English Congregation a (...)

20L’Écosse est « convertie » très tôt (1560) par John Knox, donc vers un calvinisme pur et dur. Knox figure parmi les exilés du règne de Marie Tudor qui s’établissent à Genève (1555-1559). Il participe à la rédaction de la Geneva Bible (publiée en 1560), et à la Forme des prières en langue anglaise (1558)11, qui suit de près la liturgie française de Calvin (1542). À son retour en Écosse il emporte non seulement le livre des prières mais aussi des principes très « calvinistes » pour la structure et discipline d’une Église réformée. On pourrait dire que c’est le pays le plus directement héritier du modèle calvinien ; c’est le premier pays à adopter le calvinisme comme religion officielle (à remarquer que le réformateur de Genève n’est pourtant pas nommé ; il s’agit de l’Église « presbytérienne »).

L’ALLEMAGNE

21Voilà un sujet manifestement trop vaste et trop compliqué pour entrer dans le cadre de l’esquisse présente ! Je mentionnerai simplement deux faits.

  • 12 Voir l’édition par Olivier Fatio et Martin Hoegger dans Confessions et catéchismes de la foi réform (...)

22La Paix d’Augsbourg (1555) installa le modus vivendi dont nous avons déjà parlé – cuius regio, eius religio – mais cet accord visait les catholiques et les luthériens ; les réformés en étaient exclus. Malgré cela certains des états qui constituaient l’Allemagne (une vingtaine sur environ 120 états) s’orientaient vers une réforme de type calviniste. Notamment le Palatinat, qui comprenait la célèbre université de Heidelberg : l’électeur Friedrich III y imposa la réforme, et attira à l’université quelques théologiens de première qualité, notamment Gaspard von Olewig (en latin Olevianus) et Zacharias Beer (Ursinus). Ils composèrent le Catéchisme de Heidelberg (1563)12, qui eut un immense succès, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Amérique… Tant et si bien que Heidelberg devint un centre d’études calvinistes qui rivalisait avec Genève.

23Deuxième point fort de l’influence calviniste : après la révocation de l’édit de Nantes (1685), la diaspora des réfugiés français protestants se distribua en de nombreux pays ; parmi les contingents les plus importants on trouve les quelque 20 000 personnes qui se rendirent dans les domaines de Frédéric-Guillaume, Électeur de Brandebourg et duc de Prusse. Celui-ci avait hérité d’un domaine ruiné par la Guerre de Trente Ans, appauvri, et peuplé – maigrement – par un mélange de catholiques et de luthériens (et une minorité de réformés), slaves et allemands. Il était heureux d’accueillir ces réfugiés français qui apportaient de nombreuses compétences (on trouve sur les registres des artisans de toutes sortes, des médecins, des pasteurs, des enseignants, des soldats…) et qui contribuaient ainsi à l’essor de l’État prussien (et de son armée).

LA HONGRIE13

  • 13 Voir R. J. W. Evans, « Calvinismin Eastern Central Europe, Hungary and her neighbours », dans Inter (...)

24Le pays était divisé en trois : à l’ouest la région germanophone et essentiellement luthérienne. Au milieu, et depuis la défaite de Mohács en 1526, un triangle sous domination turque. À l’est (la Transylvanie), magyarophone… qui devient essentiellement calviniste. Comme aux Pays-Bas, la religion réformée devient synonyme du mouvement national d’émancipation, et la langue magyare y est fondamentale : la première encyclopédie du monde moderne est composée en magyar par des protestants. Et, comme ailleurs dans le monde réformé, l’éducation prend une grande importance. Dont un grand centre intellectuel, Debrecen, important jusqu’à nos jours.

L’AMÉRIQUE DU NORD

25Encore un vaste sujet. Les « Pères pèlerins », Brownistes des Pays-Bas renforcés par des Anglais qui les rejoignent à Plymouth (GB) (donc pas des calvinistes « orthodoxes »), installent la première colonie dans le Massachusetts (1620). Exemple frappant des adaptations nécessaires du calvinisme : au lieu de Genève, ville-république avec pratiquement pas d’arrière-pays, les colons trouvent un vaste pays avec pratiquement pas de villes. Le modèle congrégationaliste, qui comporte une multitude de communautés quasi autonomes, est beaucoup plus approprié à cette situation que le modèle genevois.

26On parle surtout des Pères pèlerins ; mais il ne faut pas oublier qu’ils n’étaient pas les seuls représentants d’une religion réformée. D’autres courants ont également influencé l’implantation religieuse du « calvinisme » : les Hollandais, qui ont installé leur première colonie, « la Nouvelle Amsterdam », sur l’île de Manhattan en 1621 – mais qui ont été supplantés par les Anglais un demi-siècle plus tard ; les Huguenots réfugiés après la révocation de l’édit de Nantes (peu nombreux, environ 2 000 personnes), qui se sont identifiés rapidement avec les Églises déjà présentes et n’ont laissé que peu de traces ; et surtout les presbytériens écossais et irlandais, qui sont devenus très nombreux et très influents à partir du XVIIIe siècle.

27Notons enfin encore une fois notre leitmotiv de l’importance de l’éducation. À peine seize ans après l’arrivée des Pères pèlerins, donc en 1636, on ressentait le besoin d’un centre de hautes études : on fonda l’université de Harvard. Suivi en 1701 par Yale. La contribution de la religion réformée au développement de l’enseignement en Amérique est vaste.

LE RESTE DU MONDE

28Et on n’a encore rien dit des trois quarts du monde ! À partir de la fin du XVIIIe siècle, la création de multiples organisations missionnaires complique l’histoire, puisque, par exemple, les « presbytériens » peuvent venir de l’Écosse, de l’Angleterre, des États-Unis, du Canada…, avec chaque fois des inflexions propres du style « calviniste ». Pour prendre comme exemple simplement les calvinistes anglophones, on peut noter que les missionnaires « presbytériens » Anglais et Écossais ont été particulièrement actifs dans l’Empire (plus tard le Commonwealth) britannique – les colonies ou ex-colonies de l’Afrique et des Antilles, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle Zélande ; les Américains se sont concentrés plutôt sur les pays de l’Afrique autres que britanniques (Angola, Namibie, etc.) et sur l’Amérique du Sud ; les Hollandais ont eu une énorme influence en Afrique du Sud, et (comme Église minoritaire et dans un contexte difficile, voire hostile) en Indonésie. Je laisse de côté, pour notre collègue Soo Young Lee, la présentation de la manifestation du calvinisme la plus active dans le monde entier à l’heure actuelle : les Églises de la Corée du Sud. Bref, selon les chiffres de l’Alliance réformée mondiale, la Communion mondiale d’Églises Réformées (nouvel intitulé de l’Alliance) groupe ensemble environ 200 Églises – presbytériennes, congrégationalistes, réformées, unies – se réclamant d’une origine calviniste, réparties dans plus de 100 pays, et réunissant au total quelque 75 millions de fidèles.

CONCLUSION

29Mais notre propos central ce n’est pas l’alignement des chiffres, pour impressionnants qu’ils soient ; essayons de résumer ce qui constitue, à mon avis, le noyau central de la contribution de Calvin au monde religieux actuel.

30L’autonomie (toute relative !) de l’Église par rapport à l’État qui permet de survivre en un climat hostile, que ce soit à Genève au XVIe siècle ou dans la Chine contemporaine…

31La responsabilité de l’individu. Quand le cardinal Sadolet écrit aux Genevois en 1538 pour les inviter à se repentir de leurs erreurs et à rejoindre Sainte Mère Église, il utilise l’argument de l’humilité et de l’obéissance, marques du vrai chrétien : on obéit à ce que dit l’Église ; si c’est une erreur, on peut blâmer l’Église, mais pas le chrétien individuel, il a fait preuve d’une obéissance toute chrétienne. Calvin dénonce cette « théologie paresseuse » : non seulement les érudits, non seulement même l’homme moyen, mais encore « le plus rude et sot porcher » (le plus simple et inculte gardien de cochons) doit pouvoir témoigner de la foi qui l’anime. Autre façon de dire la même chose : quand j’ai été nommé à un poste à l’université de Genève, j’ai posé la question : « Mais qu’attendez-vous du directeur de l’Institut d’histoire de la réformation ? Quels sont ses devoirs ? » Réponse très calviniste des gens sur place : « Si tu es directeur, c’est à toi de décider… » C’est-à-dire, on me donnait une liberté totale ; et j’étais totalement responsable de mes actions !

32Enfin : dans un essai sur Genève, Herbert Lüthi a proposé comme la contribution la plus fondamentale de Calvin et du calvinisme à la culture européenne moderne une nouvelle sorte d’individu, indépendant et responsable : homo calvinisticus.

Notes

1 Sur l’ensemble de la présence réformée dans le monde on trouvera une documentation très riche sur le site Internet de l’Alliance réformée mondiale (www.warc.ch/fr). Le Handbook of Member Churches, Genève, World Alliance of Reformed Churches, 1989, édité par Edmond Perret et Lukas Vischer reste utile, mais aurait besoin d’une mise à jour. Une excellente introduction générale se trouve dans Bernard Cottret, Histoire de la réforme protestante. Luther, Calvin, Wesley, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2001.

2 Texte de la Forme des prières, éd. de 1542, en facsimilé, éd. Pierre Pidoux, Bärenreiter, Kassel et Bâle, 1959 ; éd. de 1545, plus développée, dans Œuvres de Jean Calvin, éd. Bernard Roussel et Francis Higman, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 2009, p. 269-306. Texte du Catéchisme, éd. Olivier Fatio, dans Confessions et catéchismes de la foi réformée, Genève, Labor et Fides, 1986. Textes des Ordonnances ecclésiastiques : projet des pasteurs avec modifications par le Conseil de la ville de Genève dans Calvini Opera quae supersunt omnia, éd. Guillaume Baum, Edouard Cunitz et Edouard Reuss, Braunschweig et Berlin, 1863-1900, vol. X.i, cols. 15 sqq. Texte définitif dans Registres de la Compagnie des Pasteurs de Genève au temps de Calvin, vol. I, éd. R. M. Kingdon et J.-F. Bergier, Genève, Droz, 1962, p. 6-13.

3 « À mon retour de Strasbourg, je fis le Catéchisme à la hâte… Et en l’écrivant, on venait quérir les morceaux de papier large comme la main et les portait-on à l’imprimerie » [Calvin, « Discours d’adieu aux ministres », dans Œuvres (Pléiade), p. 992].

4 « Discours d’adieu aux ministres », p. 990.

5 Sur la « révolution » genevoise de 1535 et ses conséquences, voir Henri Naef, Les Origines de la Réforme à Genève, 2 vols. Genève, Droz, 1936 ; William Monter, Studies in Genevan Government (1536-1605), Genève, Droz, 1964 ; id., Calvin’s Geneva, Londres, 1967 ; William Naphy, Calvin and the consolidation of the Genevan Reformation, Manchester University Press, 1994.

6 Voir William Naphy, Calvin and the consolidation…

7 Voir, parmi les nombreux ouvrages sur le thème, l’ouvrage collectif Jean Calvin et la France, textes réunis par Bernard Cottret et Olivier Millet, Société de l’Histoire du Protestantisme Français – Droz, 2009.

8 Sur Jean Morély et ses doctrines, consulter Philippe Denis et Jean Rott, Jean Morély (ca. 1524-ca. 1594) et l’utopie d’une démocratie dans l’Église, Genève, Droz, 1993.

9 Voir Les Canons du Synode de Dordrecht (1619), dans Confessions et Catéchismes de la foi réformée, éd. Olivier Fatio, Genève, Labor et Fides, 2005 ; A. W. Harrison, The Beginnings of Arminianism to the Synod of Dort, Londres, 1926.

10 Esquisse extrêmement brève du cas anglais dans Francis Higman, Visite guidée du Monument International de la Réformation, Genève, Genève (à paraître).

11 The Forme of Prayers and administration of the sacraments, etc., Used in the English Congregation at Geneva : and approved by the famous and learned man John Calvin. Voir aussi mon article « La Fortune de La Forme des prières en Grande-Bretagne jusqu’au milieu du XVIIe siècle », dans Édifier ou instruire ? Les avatars de la liturgie réformée du XVIe au XVIIIe siècle, éd. Maria-Cristina Pitassi, Paris, Champion, 2000, p. 75-90.

12 Voir l’édition par Olivier Fatio et Martin Hoegger dans Confessions et catéchismes de la foi réformée, p. 129-134.

13 Voir R. J. W. Evans, « Calvinismin Eastern Central Europe, Hungary and her neighbours », dans International Calvinism, 1541-1715, éd. Menna Prestwich, Oxford, Clarendon, 1985; David Daniel, « Calvinism in Hungary: the theological and ecclesiastical transition to the Reformed faith », dans Calvinism in Europe, 1540-1620, éd. Andrew Pettegree, Alastair Duke et Gillian Lewis, Cambridge, CUP, 1994.

Auteur

Ancien directeur de l’Institut d’histoire de la réformation. Université de Genève

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search