Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie IV – Les idées économiques, sociales et environnementales

Introduction

Christophe Lavialle

Texte intégral

1Depuis Max Weber, il est de coutume de souligner que l’éthique protestante a alimenté l’esprit du capitalisme, et que la Réforme fut un des éléments décisifs de l’avènement d’une forme de modernité, et une étape essentielle dans l’émancipation de l’économique, à la fois comme champ de pratiques et corpus de pensée sur ces pratiques. Par l’emploi de sa méthode de définition de « types idéaux », M. Weber oppose les principes éthiques médiévaux aux attitudes morales et sociales qui prirent naissance avec les grands mouvements religieux de la Réforme. Parmi les principales caractéristiques de ces changements, M. Weber insista particulièrement, nous rappelle Philippe Steiner, sur le rôle du calvinisme et, au-delà, d’une forme de « néo-protestantisme » dans la formation d’une nouvelle conception de la vie économique. Il montre que, sous cette influence, le travail devint une vocation, que la droiture, l’austérité, et l’application à bien faire, furent élevées aux rangs de vertus premières, que le succès en ce monde fut considéré comme un signe de bénédiction divine et que l’esprit d’économie allié à un emploi profitable des ressources apparut désormais comme un devoir prescrit par la morale chrétienne.

2Le protestantisme, et spécifiquement le calvinisme est donc un moment essentiel, en ce qu’il affranchit la réflexion économique des interdits moraux qui jusqu’alors, depuis de nombreux siècles, et particulièrement dans la scolastique catholique, pesaient sur elle, conduisant de facto à un plaidoyer en faveur du contingentement le plus étroit possible des « passions acquisitives ». Cette rupture consommée est particulièrement sensible sur deux thèmes centraux : le regard porté sur le travail, et le jugement sur la pratique de l’intérêt.

3Cette quatrième partie de l’ouvrage consacré aux sources de la pensée de Jean Calvin se propose de revenir en détail sur ces deux questions au travers des contributions d’Arnaud Berthoud et Patrick Mardellat. Nous essaierons alors de montrer que les choses sont, en la matière, plus complexes que bien souvent présentées. Et que la Réforme, si elle s’inscrit, et notamment du point de vue qui nous occupe, en rupture d’avec la pensée scolastique, s’inscrit aussi, logiquement, sur ces questions aussi, en continuité de la tradition chrétienne. De sorte que la modernité qui en émerge n’est pas réductible à la modernité rationalisatrice du capitalisme contemporain, et le « désenchantement » qu’elle porte.

4Cela n’est évidemment pas sans conséquence sur la manière d’appréhender les finalités économiques et de situer l’économique dans l’architectonique des savoirs et des valeurs. Cela n’est, par exemple, pas sans conséquence sur la manière de concevoir le « développement » et le rapport aux ressources naturelles, comme nous le rappelle Otto Schäfer.

5Avec la prise en compte précoce, et dans un souci de cohérence, des questions sociales, économiques et environnementales, Jean Calvin n’était-il pas le vrai fondateur du concept de « développement durable » ?

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540