Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie III – Calvin et la langue française

Structurer la phrase, structurer la pensée

Francis Higman

Résumé

Parmi les diverses caractéristiques du style de Jean Calvin dans ses écrits en langue française on retient un seul thème : la structure de la phrase. Nous présentons les conclusions d’une enquête sur la pratique de la phrase chez Calvin, ses contemporains et ses successeurs. Il s’avère que la structure de la phrase chez les contemporains de Calvin, tant chez ses amis que chez ses adversaires, est d’une complexité latinisante qui fait contraste avec les phrases courtes, linéaires, facilement compréhensibles du Réformateur. Dans un deuxième temps (après 1550) on voit ses adversaires adopter progressivement les techniques de Calvin afin de le réfuter. Troisième temps : pendant les guerres de religion, ces mêmes techniques sont appliquées à une gamme de sujets (histoire, politique, philosophie) plus vaste. Enfin (notamment dans les Provinciales de Pascal) la méthode de la phrase courte et linéaire créée par Calvin devient un élément central de la langue française classique que nous pratiquons encore aujourd’hui.

Texte intégral

Je me suis efforcé le plus que j’ai pu, de m’accommoder à la rudesse des petits, pour lesquels principalement je travaillais… J’ai tenu une façon autant populaire et simple qu’on la saurait souhaiter… il n’y a meilleur moyen que d’exposer et déduire les matières distinctement et par certain ordre démener un point après l’autre : bien peser et regarder de près les sentences de l’écriture, pour en tirer le vrai sens et naturel, user d’une simplicité et rondeur de parole, qui ne soit point éloignée du langage commun… Je m’étudie à disposer par ordre ce que je dis, afin d’en donner plus claire et facile intelligence. (Calvin, Contre les Anabaptistes, 1544)

1Les grandes découvertes sont parfois caractérisées par leur simplicité, tant et si bien qu’après coup elles sont tellement évidentes qu’on ne se rend pas compte de l’originalité de la démarche. Montaigne en est l’exemple le plus probant. Ma proposition est que Calvin, en tant qu’écrivain, a su faire de même.

  • 1 Voir mon The Style of John Calvin in his French Polemical Treatises, Oxford University Press, 1967 (...)

2L’écriture de Calvin en langue française a souvent été admirée, pour ses qualités de lucidité, d’ordre, de simplicité, de rythme, sans toutefois qu’on identifie « scientifiquement » en quoi consistent ces qualités. Sans essayer de faire le tour des qualités du style de Calvin1, je voudrais évoquer ici un seul trait – mais qui me paraît constituer le plus fondamental apport du réformateur à l’évolution de la langue française. Il s’agit de la structure de la phrase, de l’idée même de la phrase. Chose surprenante : j’ai examiné toutes les grammaires de la langue française publiées au XVIe siècle, sans jamais trouver ce qu’on pourrait appeler une doctrine de la phrase. On passe directement des parties du discours à des questions de rhétorique, sans mentionner la phrase en tant que telle. Le seul énoncé que j’ai trouvé – et ce n’est pas dans une grammaire de la langue française – c’est chez Quintilien, qui affirme que l’oratio doit donner « un sens achevé ». On pourrait penser qu’il s’agit d’une définition de la phrase ; mais on verra à quel point l’interprétation de oratio peut être flexible.

  • 2 Richard A. Sayce, Style in French Prose. A method of analysis, Oxford University Press, 1953.

3Dernière considération préliminaire : j’utilise dans ce qui suit une technique développée par mon regretté directeur de thèse Richard Sayce dans son étude du style dans la prose française2. La technique est simple, et consiste à éliminer tout dans un texte sauf la syntaxe. On aboutit à une série de graphiques. On représente par un trait horizontal toute proposition principale ; par un trait diagonal (vers le haut ou vers le bas, c’est sans importance) toute proposition subordonnée ; et par un trait vertical les conjonctions de coordination. Sayce démontre que chaque écrivain a une manière propre de construire ses phrases, c’est une sorte d’empreinte syntaxique.

4La langue française, telle qu’elle existait au début du XVIe siècle, avait de très belles qualités comme véhicule pour la narration, pour la description, pour la méditation poétique, pour la prière. Mais quand il s’agissait de pensée, d’argumentation abstraite et structurée (théologie, mais aussi philosophie et autres discours abstraits), le français avait à peine commencé à se libérer de la domination du latin. Or le latin, avec ses multiples formes de subordination, permettait une concentration de la pensée en peu de mots. Quand – sous l’impulsion des besoins de communication élargie stimulés par l’imprimerie – on abordait le travail d’écrire en français ce qui « appartenait » au latin, on importait les techniques du latin en langue vernaculaire. Je pense, par exemple, non pas à des textes religieux, mais à Jean Lemaire de Belges et son Traicté de la difference des scismes (de 1511), qui traite de politique. Notre propos consiste ici à faire ressortir les étapes par lesquelles le français a évolué de la langue latinisante et « renaissante » du début du siècle pour arriver à un français définitivement « moderne ». On va regarder un échantillonnage de manières de s’exprimer en français dans un contexte de débat abstrait – en l’occurrence théologique. Les adversaires de Calvin, et ses collègues. Avec analyse « saycienne » à l’appui.

Pierre Doré, dans Les Voyes de paradis (1538)

Voyant que les cyrurgiens et medicins espirituelz, c’est assavoir les bons docteurs latins, ont donné la medicine contre la playe ainsi qu’elle estoit venue, et ont escript en langaige latin livres salutaires contre l’heretique doctrine, dogmatizee par plusieurs faulx prophetes, eloquens et latins. Pareillement m’a semblé bon et convenable, donner en françoys quelques bons livres, comme anthidote contre les pestiferes enseignemens qu’on peult prendre es meschans livres qui en divers lieux se impriment en langue vulgaire, qui est chose trespernicieuse, et qui fort endommaige la Republique chrestienne : à quoy ne puis remedier (comme le desireroye) sinon que en baillant le contrepoison, c’est à dire livre utile au simple peuple […]. Esperant par l’ayde de Dieu, apres avoir en la premiere langue que ay apprinse, proffité au commun peuple : en la seconde (qui est la latine) me exercitant en l’escripture divine, escripre, et puis es aultres langues, si Dieu nous guide.

5Dans cette phrase unique, Doré établit un double parallèle, entre les médecins spirituels et les médecins du corps (dans les deux cas le remède doit correspondre à la maladie), et entre les différences de temps, anciens et modernes : si les anciens écrivaient en latin pour réfuter des hérésies formulées en latin, les modernes doivent écrire en français pour réfuter des hérésies formulées en cette langue. Et il enchaîne avec son espoir (plusieurs fois répété mais jamais réalisé) d’écrire des choses (s’entend, plus sérieuses) en latin. C’est un bel exemple d’une oratio – qui correspond mieux à ce que nous comprenons par un paragraphe. Or, voici un graphique de ce morceau du style de Doré selon la technique de Richard Sayce :

fig. 1 > Pierre Doré, Les Voyes de Paradis (1538).

6Nous pouvons identifier vingt-et-une propositions dans cette « phrase », mais seulement une proposition principale (représentée dans la graphique par la ligne horizontale, qui correspond aux mots « m’a semblé bon et convenable »). Toutes les autres propositions sont des subordonnées sous une forme ou sous une autre. L’effort de mémoire pour garder en tête le fil de l’argumentation est considérable.

7Guillaume Farel, le grand pionnier de la réforme francophone, a beaucoup admiré la manière d’écrire de son collègue Calvin. Et pourtant il ne savait pas en tirer les conclusions. Voici son style d’écrire :

Guillaume Farel, dans son Epistre envoyée aux reliques de la dissipation horrible de l’Antechrist (1544)

Tres chers freres, la bonté de nostre Dieu est si grande qu’elle remplit tout, et par tout se demonstre, ne laissant aucune partie en laquelle son infinie bonté ne se manifeste : mais la malice du monde estsi grieve et tant perverse, qu’elle provoque la vengeance de ce bon Dieu, combien qu’il soit tardif à ire et de longue attente, qui ne veut point la mort du pecheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive : et fait la mauvaistié de l’homme, que là où nostre Seigneur, envoyant sa benediction et grace, est enclin à donner grace sur grace, et misericorde sur misericorde, pour l’ingratitude de ceux à qui il veut bien faire, qui reçoyvent sa grace en vain, il oste ce qu’il a donné, et punist par double ce cité telz qui sont comme celuy duquel le maling esprit est sorty, et cerchant çà et là lieu pour se reposer, n’en trouvant point de plus propre que son premier logis, retourne là, et le trouve tout propre et tout apresté selon son vouloir, et combien qu’il soit fort maling, toutesfois il en prend sept autres, qui sont pires que luy, qui se tiennent là, et les choses dernieres sont trop pires que les premieres.

8À appliquer l’analyse saycienne, nous avons un graphique comme ceci :

Fig. 2 > Guillaume Farel, Epistre envoyée aux reliques... (1544).

9Cette fois on trouve trois principales parmi les trente et une propositions (« la bonté de nostre Dieu est si grande que… », « mais la malice du monde est si grieve et tant perverse que… », « et fait la mauvaistié de l’homme que… »). On voit un certain parallélisme entre les trois principales ; mais Farel se laisse emporter par des chaînes de citations bibliques (« tardif à ire et de longue attente », voir Ne 9.12 et plusieurs psaumes ; « ne veut point la mort du pecheur […] qu’il vive », voir Ez 18.23 ; « celuy duquel le malin esprit est sorty… », voir Lc 11.24-26) qui syntaxiquement détournent la structure de la pensée dans une cascade de subordonnées qui éloignent le lecteur de la notion essentielle.

10L’autre membre du « triumvirat », comme on l’a appelé, c’est Pierre Viret. Comme Farel, Viret était grand admirateur du style de Calvin. Et, comme Farel, il ne savait pas l’imiter. Voici un petit extrait :

Pierre Viret, dans De la difference qui est entre les superstitions et idolatries des anciens payens, et les erreurs qui sont entre ceux qui s’appellent Chrestiens (1542)

(1) C’est à bon droict que la saincte Escriture appelle l’ennemy de Dieu et du genre humain Satan, qui signifie adversaire : car le nom luy est propre, et depuis le commencement du monde il s’en est tousjours declairé digne en tous ses effors, et en toutes ses œuvres et practiques, lesquelles jamais il n’a appliqué, sinon à renverser et destruyre toutes les œuvres de Dieu, et à corrumpre et pervertir toutes ses creatures, et l’ordre qu’il y a mis : à celle fin, qu’il fut deshonnoré en tout ce qu’il a creé pour servir à son honneur et gloire, laquelle il a voulu manifester et declairer aux hommes par ses creatures, qui sont les vives images, qui nous representent la parolle, la vertu et puissance eternelle de Dieu par laquelle elles ont esté creées de rien, et celle sagesse incomprehensible, par laquelle elles sont conduictes et gouvernées, et la bonté infinie qui les nourrit, conserve et entretient. (2) Car il n’a y painctre, qui puisse pourtraire ny exprimer l’image de Dieu, que luy mesme, qui s’est painct, pour traict, et manifesté devant noz yeulx, et en nous mesmes, par les œuvres de ses mains, auxquelles vrayement reluit la vive image d’iceluy, qui est sa puissance, sagesse, et bonté, qui nous est là vivement representee, ce qui ne peult estre en image faicte de main d’homme quelle qu’elle soit, pourtant qu’elle n’a rien commun avec Dieu, ains toutes choses contraires, comme la mort et la vie, la lumiere et les tenebres. (3) Car comme representera une image morte, et insensible, qui est sans vie, ny mouvement, ny sentiment, Dieu, qui est la vie de tous ? (4) Quelle representation nous peult donner de sa puissance, sagesse et bonté admirable, une chose vaine, qui n’a vertu ne force, cervelle ny entendement, et qui ne peult apporter profit ne utilité à creature du monde, non pas à soymesme, qui ne se peult entretenir ny conserver de corruption ?

Fig. 3 > Pierre Viret, De la Différence qui est entre les superstitions... (1542).

11Nous avons affaire ici à quatre phrases, avec six propositions principales, figurant chaque fois tout au début d’une phrase, et suivies par un enchaînement de subordonnées qui développent l’idée initiale (au total 36 subordonnées). Ainsi la première phrase développe l’idée que Satan cherche à renverser l’ordre de Dieu ; la deuxième présente la « vraie » image de Dieu dans ses créatures, non dans des images créées par les hommes ; les troisième et quatrième soulignent le contraste entre les images mortes et le Dieu vivant. On notera que le parallélisme de pensée des deux dernières phrases est reflété dans le parallélisme de la structure syntaxique.

12Viret fait appel à d’autres techniques littéraires, notamment les fréquents doublets (« son honneur et gloire », « manifester et declairer », etc.), et surtout par les triplets comme « nourrit, conserve et entretient », « painct, pour traict, et manifesté », « sans vie, ny mouvement, ny sentiment » ; ou bien les doublets contrastés, comme « la mort et la vie, la lumiere et les tenebres ». Par ces expressions parallèles Viret cherche à compenser le flux plutôt relâché de sa syntaxe. En particulier il pose (fin de la première phrase) le triplet « la vertu et puissance eternelle de Dieu […], celle sagesse incomprehensible […] et la bonté infinie… ». Il reprendra la même structure, simplifiée, dans les phrases 2 et 4 : « puissance, sagesse et bonté ». Il y a bien chez Viret un effort pour structurer la présentation de sa pensée ; mais il reste quand même enfermé dans un système syntaxique qui exige un effort de concentration considérable pour en extraire la « substantificque mouëlle ».

Fig. 4 > Jean Calvin, Advertissement sur la censure (1544).

  • 3 Voir mon étude bibliographique Piety and the People. Religious Printing in French, 1511-1551, Alde (...)

13Il serait possible de multiplier à l’infini des échantillons de la prose « théologique », ou plus généralement abstraite, de la renaissance et des débuts de la réforme. Je puis vous assurer que j’ai multiplié les sondages des centaines de fois, avec toujours le même résultat3. Ce qui ressort de nos exemples, c’est la complexité de la langue. Une ou deux phrases avec une ou deux propositions principales, mais avec une vingtaine de subordonnées collées les unes aux autres. L’influence du latin est omniprésente.

14C’est dans le contexte de cette prose, que j’ai l’habitude d’appeler la phrase rouleau-compresseur, que Calvin arrive, dans les années 1540, avec une technique argumentative radicalement différente. Voici :

Jean Calvin, Advertissement sur la censure (1544)

(1) J’ay veu quelque fois un dizain, qui disoit qu’on devoit faire la place aux veaux en Sorbonne. (2) Celuy qui a parlé ainsi n’y entend rien. (3) Car il y a ja long temps qu’elle y est. (4) Qu’ainsi soit, de toute memoire les veaux ont possedé ce lieu là paisiblement ; et ont si bien accoustumé leur possession, qu’on ne la doit point revoquer en doute. (5) Combien qu’il y a une difficulté : assavoir si ce sont veaux ou toreaux qui y habitent. (6) Car tout ainsi que ce sont lourdes bestes, aussi elles sont mauvaises et furieuses. (7) Mais suyvant le proverbe qui dit qu’on congnoist un beuf par les cornes, nous ne pourrons mieux discerner quelles bestes ce sont, que par leurs actes. (8) Apres qu’on aura congneu leur nature, on leur pourra imposer nom convenable à icelle.

15Le contraste est flagrant avec les exemples précédents : huit phrases, neuf principales, treize subordonnées en tout. Nous assistons à l’invention de la phrase courte ! Les phrases sont devenues bien plus simples ; et, dans quatre sur les huit phrases, il y a une subordonnée introductive, ce qui n’était pas le cas chez Farel ni chez Viret. On y reviendra après avoir regardé un deuxième exemple du style de Calvin.

Jean Calvin, dans Excuse aux Nicodemites (1544)

(1) Quand on allegue ces proverbes de Salomon, que la correction ouverte est meilleure que l’amour cachée, et que le chastiment d’un amy est bon et fidele, il n’y a nul qui ne s’y accorde. (2) Mais quand ce vient à les practiquer, il n’y a nul qui y vueille mordre. (3) Je dy cecy, pource que j’ay escrit un traicté, où je remonstre qu’un homme fidele conversant entre les papistes ne peut communiquer à leurs superstitions, sans offenser Dieu. (4) Ceste doctrine est claire. (5) Je l’ay prouvée par tesmoignages de l’Escriture, et raisons si certaines qu’il n’estpas possible d’y contredire. (6) Qui plus est, il y a une raison peremptoire, laquelle conclud en un mot. (7) Car puis que Dieu a creé noz corps comme noz ames, et qu’il les nourrist et entretient, c’est bien raison qu’il en soit servy et honoré.

Fig. 5 > Jean Calvin, Excuse aux Nicodemites (1544).

16Sept phrases, sept principales, dix-huit subordonnées (dont plusieurs, comme celles de la dernière phrase, ne sont que des verbes en doublet ou triplet).

17Il y a plusieurs remarques qui se dégagent.

181) Chaque phrase présente une notion, et s’y arrête. Calvin résiste à la tentation, visible chez les auteurs précédents, de continuer sa pensée dans une longue queue de subordonnées qui risquent de noyer la notion principale. Au lieu, Calvin aborde la suite dans une phrase séparée, souvent avec un « lien » avec ce qui précède, comme par exemple « Je dy cecy, pource que… » de la troisième phrase, ou le « Qui plus est » de la sixième. L’argument avance un pas à la fois.

192) On trouve souvent un mouvement binaire dans la phrase calvinienne : (a) ce qu’il retient de la proposition précédente, et (b) les conclusions à en tirer : « Car puis que Dieu a creé […], c’est bien raison… ». Ou plus simplement, à la fin de l’extrait de l’Advertissement, « Après qu’on aura congneu […], on leur pourra imposer […] ». Ce mouvement, avec reprise du point précédent suivie d’une nouvelle proposition, est un aspect fondamental de la technique linéaire de la communication de la pensée de Calvin.

203) D’autres techniques entrent en jeu pour faciliter la compréhension, telles le parallélisme des deux premières phrases : « il n’y a nul qui ne s’y accorde […], il n’y a nul qui y veuille mordre ».

21Nous voilà donc en face de deux notions de la phrase contrastées, le « rouleau-compresseur » et la phrase linéaire de Calvin. À noter : les contemporains de Calvin, tant les amis que les adversaires, n’ont pas su utiliser cette nouvelle technique, bien qu’ils aient admiré la langue du réformateur.

  • 4 Voir F. Higman, « “Il seroit trop plus de cent respondre en latin” : les controversistes catholiqu (...)

22C’est dans la deuxième moitié du XVIe siècle que l’on trouve un changement. D’abord chez des théologiens catholiques qui se mettaient à rédiger des réponses, des réfutations (toujours plus nombreuses), des propositions de Calvin4. Ici encore, je ne peux que présenter un exemple entre beaucoup.

Fig. 6 > Antoine Du Val, Les Contrarietez et contredictz... de Calvin (1561).

Antoine Du Val, dans Les Contrarietez et contredictz qui se trouvent en la doctrine de Jean Calvin (1561)

L’evangile donc, selon Calvin, dit en un chapitre que, si ne voulons nous plonger en une fosse dont nous ne puissions sortir, qu’il nous fault laisser gouverner et enseigner à Dieu et nous contenter de sa simple parole. Or bien, cela est bien dit. Mais cecy gaste tout, et vous desmantez vous mesmes M. Jean Calvin, quand vous dictes en autre lieu, que Dieu a determiné et ordonné que l’homme trebuchast. Il me semble qu’on ne pourroit bien accorder tel propos. Car si, comme vous dictes, Dieu avoit ordonné et determiné que l’homme trebuchast, il ne nous faudroit donc laisser gouverner et enseigner à Dieu, comme estant celuy qui ne demanderoit sinon la damnation et perdition de l’homme.

23Cinq phrases, avec six principales et quinze subordonnées. Il manque le contrôle discipliné des subordonnées que nous avons vu chez Calvin ; mais l’essentiel – c’est-à-dire le découpage de l’argument en petites phrases – est là. On notera aussi la présence presque systématique d’expressions de conjonction – « or bien », « mais », « car » – qui rattachent chaque phrase à la précédente : autre trait souvent pratiqué par Calvin, bien que peu représenté dans nos échantillons.

24Encore une étape. Jusqu’ici le discours est resté à l’intérieur du monde de la théologie. Mais pendant les guerres dites de religion (1562-1589) il y a eu un foisonnement de pamphlets sur des sujets plus vastes, notamment en direction de la politique, de l’histoire (les droits de succession d’Henri de Navarre à la couronne de France). Voici un exemple, tout à fait intéressant, d’un pamphlet politico-religieux :

[Jacques Davy Du Perron ?], Examen pacifique de la doctrine des huguenots (1589)

C’est une chose manifeste, que ceux qui sont d’une mesme Eglise et religion peuvent neantmoins avoir des opinions differentes en Theologie. Augustyn ne s’accordoit pas avec S. Jerome, ni Epiphanius avec Chrysostome, ni Cyprian avec Corneille, ni Irenee avec Victor. L’une part sans doubte estoit en erreur, touts neantmoins ont esté docteurs approuvés de l’Eglise, et touts saincts. Chaque erreur donc ne separe pas un homme de l’Eglise, et ne faut avoir esgard au nombre des erreurs mais à la qualité. Arrius estoit d’accord avec les Catholiques, en toutes choses hormis en une seule, tellement que le changement d’un mot, voire d’une seule lettre, eust appaisé le different ; et toutefois c’est le plus grand haeretique que l’Eglise ait jamais eu. Origene au contraire desaccordoit d’avec les autres anciens docteurs, en une infinité de choses, et neantmoins a esté estimé membre de l’Eglise. Or donc pour voir si les Huguenots sont d’autre religion que nous, il ne faut pas considerer s’ils ont des erreurs ou non, ni le nombre de leurs erreurs, ains seulement la nature : asçavoir quels erreurs doivent estre estimez haeresies, et si les leurs sont tels.

Fig. 7 > [Jacques Davy Du Perron ?], Examen pacifique de la doctrine des huguenots (1589).

25C’est du super-Calvin ! Les sept phrases comportent onze propositions principales, et seulement dix subordonnées. Mais les phrases sont clairement reliées ensemble. La phrase 2 est l’illustration de la phrase 1 ; la troisième tire la conclusion. La quatrième (« donc ») fait avancer l’argument de principe, les 5e et 6e donnent deux illustrations contrastés de ce principe ; la 7e l’applique au cas précis des huguenots. La technique linéaire de Calvin est parfaitement intégrée au discours. Et on voit avec une clarté particulière que la structure de la phrase permet de structurer la pensée.

26Et alors ? L’intéressant, c’est que le cardinal Jacques Davy Du Perron était fils d’un pasteur calviniste, et a été élevé par son père. Il connaissait donc très bien son Calvin !

  • 5 Aron Kibédi Varga, « Enfin Du Perron vint… », RHLF 67, 1967, p. 1-17.

27Et il y a plus : nous connaissons tous l’expression de Boileau qui consacre le triomphe du français classique : Enfin Malherbe vint… Mais qui a introduit Malherbe à Henri IV ? Du Perron5 !

28Et finalement, nous rejoignons le courant du français tout à fait classique :

Blaise Pascal, Lettres écrites à un Provincial (1656), Douzième lettre

Pour le second point, qui regarde la simonie, avant que de répondre aux reproches que vous me faites, je commencerai par l’éclaircissement de votre doctrine sur ce sujet. Comme vous vous êtes trouvés embarrassés entre les canons de l’Église, qui imposent d’horribles peines aux simoniaques, et l’avarice de tant de personnes qui recherchent cet infâme trafic, vous avez suivi votre méthode ordinaire, qui est d’accorder aux hommes ce qu’ils désirent, et de donner à Dieu des paroles et des apparences. Car qu’est-ce que demandent les simoniaques, sinon d’avoir de l’argent en donnant leurs bénéfices ?

29Et c’est cela que vous avez exempté de simonie. Mais parce qu’il faut que le nom de simonie demeure, et qu’il y ait un sujet où il soit attaché, vous avez choisi pour cela une idée imaginaire qui ne vient jamais dans l’esprit des simoniaques, et qui leur serait inutile, qui est d’estimer l’argent considéré en lui-même autant que le bien spirituel considéré en lui-même. Car qui s’aviserait de comparer des choses si disproportionnées et d’un genre si différent ? Et cependant, pourvu qu’on ne fasse pas cette comparaison métaphysique, on peut donner son bénéfice à un autre et en recevoir de l’argent sans simonie, selon vos auteurs.

30Voici le graphique correspondant :

Fig. 8 > Blaise Pascal, Lettre 12 à un Provincial (1656).

31Dans une langue plus complexe que celle de ses prédécesseurs, Pascal retient quand même l’essentiel de ce que nous avons établi surtout : la phrase courte (sept phrases, neuf principales, dix-neuf subordonnées), chaque phrase formant un pas de plus dans l’argument ; les liens conjonctionnels (car, et, mais) orientent le lecteur en abordant chaque phrase ; le rythme équilibré entre les subordonnées et les principales, avec (dernière phrase) un bel accent (dédoublement de la principale) sur la conclusion du paragraphe, soulignée par l’ironie finale de « selon vos auteurs ». La parenté entre la langue de Pascal et celle des autres écrivains depuis Calvin est claire, et le contraste avec nos trois premiers exemples est total.

32La spécificité principale de la langue française, me semble-t-il, ce qui lui a conféré son statut de langue universelle au XVIIIe siècle et encore aujourd’hui, réside dans cette linéarité que nous avons vu se développer de Calvin à Pascal. Je pense souvent que ce que nous appelons l’esprit cartésien devrait s’appeler plutôt l’esprit calvinien !

Notes

1 Voir mon The Style of John Calvin in his French Polemical Treatises, Oxford University Press, 1967. Plus généralement, Olivier Millet, Calvin et la dynamique de la parole. Étude de rhétorique réformée, Paris, Champion, 1992. Diverses études qui ont alimenté notre présentation ici sont réunies dans Francis Higman, Lire et découvrir. La circulation des idées au temps de la Réforme, Genève, Droz, 1998.

2 Richard A. Sayce, Style in French Prose. A method of analysis, Oxford University Press, 1953.

3 Voir mon étude bibliographique Piety and the People. Religious Printing in French, 1511-1551, Aldershot, Scolar Press, 1996, qui recense environ 1 300 éditions d’ouvrages publiés aux débuts de la réforme française.

4 Voir F. Higman, « “Il seroit trop plus de cent respondre en latin” : les controversistes catholiques du XVIe siècle face aux écrits réformés », dans Lire et découvrir, op. cit., p. 515-530.

5 Aron Kibédi Varga, « Enfin Du Perron vint… », RHLF 67, 1967, p. 1-17.

Table des illustrations

Légende fig. 1 > Pierre Doré, Les Voyes de Paradis (1538).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-1.jpg
Fichier image/, 38k
Légende Fig. 2 > Guillaume Farel, Epistre envoyée aux reliques... (1544).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-2.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Fig. 3 > Pierre Viret, De la Différence qui est entre les superstitions... (1542).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-3.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Fig. 4 > Jean Calvin, Advertissement sur la censure (1544).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-4.jpg
Fichier image/, 33k
Légende Fig. 5 > Jean Calvin, Excuse aux Nicodemites (1544).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-5.jpg
Fichier image/, 45k
Légende Fig. 6 > Antoine Du Val, Les Contrarietez et contredictz... de Calvin (1561).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-6.jpg
Fichier image/, 35k
Légende Fig. 7 > [Jacques Davy Du Perron ?], Examen pacifique de la doctrine des huguenots (1589).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-7.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Fig. 8 > Blaise Pascal, Lettre 12 à un Provincial (1656).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7774/img-8.jpg
Fichier image/, 41k

Auteur

Ancien directeur de l’Institut d’histoire de la réformation. Université de Genève

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540