Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie III – Calvin et la langue française

Dolet, Calvin, langage intérieur et traduction

Marie-Luce Demonet

Résumé

La conception du langage intérieur ou du langage mental, héritée à la Renaissance de l’augustinisme et de la scolastique, fonde le principe de la transparence des cœurs cher à l’esprit de la Réforme, et permet également la traductibilité d’une langue en une autre. Étienne Dolet semble admettre l’existence de concepts qui sont les mêmes pour tous et qui autorisent le passage d’une langue à une autre pour la compréhension mutuelle : sa formation philosophique à Padoue, à priori différente de l’éducation plus « germanique » de Calvin, se caractériserait par une vision humaniste des langues, qui fait de chaque idiome un ensemble singulier non seulement de termes et d’expressions mais aussi de concepts. À la vision unifiée et normative de la pensée telle qu’on peut la lire chez Calvin, s’opposerait la production littéraire bilingue de Dolet, où, malgré un principe philosophique unifiant, se révèlent des forces d’individualisation de la langue vernaculaire elle-même.

Texte intégral

INTRODUCTION

1La conception du langage intérieur ou du langage mental, héritée à la Renaissance de l’augustinisme et de la scolastique, fonde le principe de la transparence des cœurs cher à l’esprit de la Réforme, et permet également la traductibilité d’une langue en une autre (Demonet 2009a, p. 241-264). Étienne Dolet semble admettre l’existence de concepts qui sont les mêmes pour tous et qui autorisent le passage d’une langue à une autre pour la compréhension mutuelle : sa formation philosophique à Padoue est à priori différente de l’éducation plus « germanique » de Calvin, formé non seulement au droit mais aussi à l’école d’Agricola et de Melanchthon comme l’a montré Olivier Millet (Millet 1992, p. 125-128). Cette conception universaliste n’est pas sans débat : une vision immanente et singulière des langues émerge avec l’humanisme, qui fait de chaque idiome un ensemble singulier non seulement de termes et d’expressions mais aussi de concepts, préparant l’idée d’un découpage du monde selon les catégories de la langue. Cette nouvelle approche correspondrait à ce que nous appelons l’hypothèse de Sapir-Whorf : elle a été préfigurée par le philosophe et homme de science Jérôme Cardan dans les années 1550, précisément à Padoue (Demonet 1992, p. 454-458).

2La première correspondrait à une vision unifiée et normative de la pensée telle qu’on peut la lire chez Calvin, auteur latin et auteur français, et la seconde à ce que l’on constate moins dans la théorie que dans la production littéraire bilingue de Dolet, où, malgré un principe philosophique unifiant, se révèlent des forces dissidentes qu’on dirait produites par la langue vernaculaire elle-même.

AFFINITÉS CONCEPTUELLES

3Bien qu’il soit parti d’Orléans à l’âge de douze ans, donc vers 1521, sans doute pour ne plus y revenir, Dolet avait suivi à Paris les cours de rhétorique de Nicolas Bérault, Orléanais d’origine. Au moment où avait surgi la querelle juridico-humaniste à propos des Pandectes à Orléans en 1529, Dolet était en Italie, à Venise puis à Padoue. Calvin avait pris le parti des Orléanais et contre le clan de Bourges qui soutenait Alciat, avec, semble-t-il, Melchior Wolmar l’un des maîtres de Calvin en hébreu à Orléans (Mesnard 1951, Monheit 1997, Lastraioli 2009). La querelle portait sur l’intérêt de l’éloquence dans le domaine juridique : les partisans d’Alciat la revendiquaient, alors que les Orléanais se rangeaient du côté de la tradition et d’un style plus simple (Demonet 2009b).

4Des liens ont certainement continué à exister entre Dolet et d’autres Orléanais favorables à la Réforme, dans une ville qui préparait son engagement huguenot avec ses professeurs et notables luthériens, sa nation germanique et ses juristes. Il ne semble pas avoir eu de contact direct avec les milieux des traducteurs liés à la Réforme, Pierre-Robert Olivétan en particulier (qui étudie à Orléans avant de s’exiler à Strasbourg en 1528). Pourtant, on ne peut s’empêcher de remarquer des affinités entre les idées « protestantes » sur le langage et les langues et celles de Dolet, telles qu’elles s’expriment dans les opuscules de 1540 : clarté, équilibre de la phrase, rythme donné par la ponctuation, accents et signes diacritiques. Pour la traduction, une « voie moyenne » entre le mot à mot et la liberté de restituer l’esprit du texte.

5Grâce à cette imprégnation humaniste qui favorise la souplesse de la langue, Étienne Dolet est considéré comme le premier théoricien de la traduction en France, bien que son fameux traité publié en 1540, La Manière de bien traduire une langue en autre, ait été largement inspiré par des modèles italiens (Norton 1984, Worth 1986). Or son activité personnelle de traducteur du latin au français est toute récente à cette date, puisqu’on ne lui connaît pas de texte traduit dans sa langue maternelle avant 1539, à l’exception d’un exemplaire perdu d’une première version du Sommaire et gestes de François de Valois (Morisse 2009). Les spécialistes des œuvres de Dolet ont constaté que, sauf dans sa correspondance, il n’écrivait pas ou peu en français (Longeon 1979, intro.). Sa nouvelle attitude envers l’usage de la langue vernaculaire daterait des années 1536-1537, au moment où il achève et publie les énormes Commentarii de la langue latine (près de 1 800 pages). C’est aussi le moment où Calvin effectue une « conversion » comparable au français, avant même la promulgation de l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539).

6Cette conversion aurait-elle quelque chose à voir avec les convictions religieuses de Dolet (convictions que l’on connaît mal) ou avec une éventuelle influence du calvinisme ? Claude Longeon, Henri Weber et Francis Higman ont fait le point sur ce que l’on peut déduire des ouvrages de Dolet et des documents relatifs à sa courte existence : même si l’on ne peut nier que dans les années 1540-1542 Dolet ait multiplié, en tant qu’auteur et surtout en tant qu’éditeur, des ouvrages de piété, il s’agissait de textes soit d’inspiration érasmienne – mal vue –, d’un ouvrage traduit d’une publication calviniste, Cato Christianus, ou encore de textes d’inspiration proche de la devotio moderna, elle aussi suspecte (Weber 1986, Longeon 1990, Higman 1998). Dolet aurait publié en 1542 une édition du Nouveau testament, fondée sur la traduction d’Olivétan, édition dont il ne reste aucun exemplaire.

  • 1 J. Calvin, Des scandales…, 1550 ; 1984, p. 139.

7L’auteur Dolet et Calvin le réformateur ne semblent pas présenter d’affinité : Dolet avait manifesté un certain mépris pour leur « sottise » lorsque plusieurs luthériens avaient été brûlés en 1534 place Maubert (Febvre 1968, p. 58), et l’on sait que dans le Traité des Scandales (1550) Calvin a mis Dolet, en compagnie de Rabelais, au rang des athées et des disciples d’Épicure, avec un vocabulaire animalier (« chiens » et « pourceaux »)1. Cette violence fait écho aux jugements des inquisiteurs catholiques qui ont inquiété puis condamné Dolet, dont le célèbre Mathieu Orry.

8Il en est autrement pour la traduction : le premier principe énoncé dans La Manière de traduire est celui d’une traductibilité universelle, sans que Dolet spécifie s’il s’agit de la traduction d’une langue classique en langue vernaculaire, ou seulement du grec vers le latin. La traduction du latin vers le français est donnée comme un exemple, non comme la seule possibilité. L’universalité de ce principe est fondée sur un triple niveau d’analyse linguistique, largement hérité des différents courants de la scolastique médiévale : 1) Il existe des structures communes à toutes les langues qui sont l’oratio ou enuntiatio (la proposition) avec sa tripartition aristotélicienne : le nom et le verbe qui constituent la significatio, et les particules (la consignificatio) ; 2) Les éléments de signification renvoient à des concepts qui sont les mêmes pour tous et fondent philosophiquement une telle traductibilité ; les hommes pensent à partir des mêmes objets mentaux ; la représentation du soleil dans l’esprit est homologue chez tous les hommes, quelle que soit leur langue ; 3) Ces concepts et cette énonciation mentale constituent ce qu’on appelait l’oratio mentalis pour les logiciens, ou verbum cordis pour les théologiens qui suivent Augustin, et le renouveau de la grammaire stoïcienne à la Renaissance absorbe la tradition « conceptuelle » d’Aristote.

9Une telle analyse suppose aussi une homologie entre l’expression et la pensée, ce qui n’est pas le cas lorsque l’on ment. Elle offre la vision idéaliste d’une expression transparente et d’un idéal de clarté que les Pères de l’Église avaient appliqué en imposant une seule traduction latine de la Bible, la Vulgate. À partir du moment où les partisans d’une réforme évangélique soutiennent le principe des traductions vernaculaires au nom de cette même transparence, le risque est de modifier l’intention du texte primitif, jusque-là bien contrôlé par l’Église. On sait quel scandale a pu être la traduction française calviniste de la Bible par l’orléanais Olivétan, qui entendait offrir une lecture en même temps qu’une traduction. La traduction est censée refléter l’intérieur du texte, son esprit, son spiritus, et ainsi transférer ce spiritus au lecteur qui en est purifié.

10Dolet ne donne pas son avis sur les traductions des textes religieux en français. Les traductions dont il est l’auteur sont celles des Epîtres familières et des Tusculanes de Cicéron en 1542-1544, de l’Axiochus du pseudo-Platon (1544), mais les toutes premières semblent bien être des traductions de ses propres textes latins : l’Avant-naissance de Claude Dolet, son fils, dont la version en latin s’intitule savamment Genethliacum (1539 pour les deux), et les Gestes de François de Valois, présenté comme une traduction : elle paraît en 1540 et « traduit » en prose son épopée en vers, les Fata Francisci Galli, parus l’année précédente. Claude Longeon, Kenneth Lloyd-Jones, Valérie Worth et Catherine Langlois-Pézeret ont consacré plusieurs analyses aux Fata, épopée en hexamètres, et aux Gestes du roi François, leur version en prose française (Longeon 1983 ; Lloyd-Jones 1973, 1992 ; Worth 1986, 1986 ; Langlois-Pézeret 2009).

11Dolet aurait donc commencé par se traduire lui-même, ce qui lui permettait de ne pas se tromper sur la « sententia » et sur l’intention de leur auteur. Pourtant, on note bien plus de divergences dans ces auto-traductions que dans les traductions de Cicéron. Le « langage intérieur » serait-il trahi par l’expression française ? L’auto-traducteur se mentirait-il à lui-même ? Les distorsions constatées entre le texte original et sa traduction pourraient venir non seulement d’une adaptation aux circonstances et à un public courtisan non-latiniste, comme l’a démontré Valérie Worth, mais encore d’un traitement différencié de la censure.

12Le langage intérieur associe la doctrine du verbum cordis d’Augustin à la conception stoïcienne du double logos, intérieur ou endiathetos/ extérieur ou prophorikos, et garantit, à la fois psychologiquement et moralement, la transparence de l’expression. Un mot particulier, une seule notion serviront d’exemple, fatum, traduit en français de l’époque par « destin », « destinée » ou « fortune ». Selon Dolet il s’agit d’un concept éminemment latin, qui correspond à la philosophie stoïcienne du destin, incompatible avec le dogme de la Providence. Si on peut le traduire linguistiquement par « destin », le contenu païen est inacceptable en théologie à l’époque où vivent Calvin et Dolet.

13Calvin a dû expliquer pourquoi la doctrine de la prédestination est distincte du fatum antique, notamment dans le Traité des scandales (1550) :

[…] le tort que nous font nos adversaire en nous imposant que nous sommes comme les philosophes stoïques du temps passé, qui assubjectissoient la vie des hommes aux astres, ou bien imaginoient je ne sais quel labyrinthe de causes fatales, qu’ils appelloient. Nous laissons telles resveries aux Payens ; et la Predestination de Dieu n’a rien de commun avec cela. C’est donc une calomnie meschante, quand ceux qui veulent diffamer nostre doctrine nous enveloppent en telles choses. (1984, p. 124)

14Or Dolet publie les Fata de François Ier en 1539 : il s’agit d’un récit épique racontant en vers depuis l’année 1513 les hauts et les bas de ce règne encore inachevé ; en 1540 il en offre la version historiographique, les Gestes : on comprend que les inquisiteurs se soient inquiétés de la teneur d’un tel fatum appliqué à un roi vivant. Claude Longeon, dans son article sur « Dolet historien », suppose que Dolet exprime dans cet ouvrage et dans sa traduction son propre destin et raconte sa propre histoire. Un tel message constituerait alors la sententia, l’intérieur du discours, ce qui n’aurait plus rien à voir avec la transparence idéale et révélerait une répartition entre les langues latine et française (Longeon 1983).

15En 1540, au moment où Calvin prépare la traduction de l’Institution en français, et où paraissent La Manière de bien traduire et les Gestes, la situation des auteurs et imprimeurs favorables à la Réforme ou à une réforme s’aggrave en France, mais la situation politique internationale semble apaisée : Charles Quint traverse une France qui le reçoit avec force manifestations de liesse pendant près d’un an. Dolet adresse au roi (qui l’avait gracié après le meurtre du peintre Compaing en 1536) ses efforts de traduction et de littérature en français, comme l’avait fait Calvin lors de la publication de la Bible d’Olivétan (1535).

16Quelques rapprochements peuvent toutefois être opérés dans l’usage de la langue chez Dolet et Calvin : outre l’usage progressif du français, ils ont en commun la reconnaissance de la perfectibilité de cet idiome, à condition qu’il suive les modèles anciens, en particulier celui de Cicéron. Du côté de Calvin, la dette est plus généralement humaniste par la recherche de la brièveté et de la clarté, et selon Francis Higman, Calvin emprunte aussi à la prose française narrative (Higman 1998, p. 378 sqq.). Cette reconnaissance du français était déjà bien établie dans plusieurs domaines : la littérature, le récit historique (la chronique), les discours politiques (pas tous en latin) et l’art épistolaire, bien encadré depuis le Moyen Âge par des artes dictaminis très précis. En revanche, les domaines plus nobles de la théologie, de la philosophie et du droit, et de la littérature savante, restaient encore l’apanage du latin. Après 1536 Dolet va se mesurer non pas avec Cicéron mais avec Virgile (dans les Fata) et avec Suétone, Salluste et César, dans la prétendue traduction des Fata. Ses pièces liminaires en revanche restent d’inspiration cicéronienne. Les textes de Cicéron véhiculent aussi des principes linguistiques stoïciens distincts de l’approche iréniste de la rhétorique érasmienne : l’éloquence ne contient pas de morale ni de religion, car celle-ci découle de la volonté de l’homme, non de son instrument. Calvin se sert aussi de cette exigence pour plier la langue à sa volonté de convaincre. Parallèlement, et comme Calvin, Dolet écrit directement certains textes en français, d’abord des préfaces à des traductions françaises composées par autrui, puis des œuvres originales comme la Manière de bien traduire, et des œuvres apologétiques en français pendant les dernières années de sa vie (Déploration, Second Enfer).

La muse risquée

17Le fait que Dolet ait produit comme Calvin des auto-traductions (le terme est consacré en traductologie) attire l’attention. Calvin traducteur de lui-même a été minutieusement étudié (Millet 1992, p. 829 sqq. ; Higman 1998, p. 378 sqq.), de même que Dolet l’a été par Valérie Worth (1986). Olivier Millet a décrit la double « main » de Calvin auteur et traducteur, d’abord imprégné de latin intellectuel et démonstratif, celui du doctrinaire et du théologien et suivant de près ce latin pour sa phrase française, mais adoptant des formules et des tournures propres au français sans s’en tenir à la lettre, paraphrasant et explicitant au besoin, sans renoncer à la brièveté et construisant ainsi un français de prédicateur soucieux de son destinataire. Comme Dolet le recommande dans la Manière.

18La carrière chaotique de Dolet ne permet pas de tracer une ligne aussi nette, mais on pourrait penser qu’il a suivi comme Calvin une pente naturelle vers le français pour diffuser au plus grand nombre des textes qui lui semblaient importants : après les œuvres latines et savantes que sont les Orationes in Tholosam, le De imitatione Ciceroniana (contre Érasme), les Commentarii linguae latinae et les Carmina, il s’attaque aux œuvres de Cicéron (il a promis de tout éditer et traduire), à celles de Platon (il traduit seulement l’Axiochus qui n’est pas de lui mais d’un épicurien), et à un certain nombre d’œuvres de spiritualité (toutes plus ou moins suspectes) qu’il édite ou qu’il traduit.

19Toutefois, à la différence de Calvin, il n’est pas allé vers une sorte de fusion des deux pratiques ou des deux « Muses », car ses modèles assez nombreux, en français comme en latin, ont produit des effets divers. S’il est resté assez médiocre en poésie française, où il imite laborieusement Marot, ses épigrammes latines étaient bien meilleures – quoique inégales. En revanche, il offre une prose française intéressante et véhiculant des contenus eux aussi plus originaux – et risqués. Entre-temps, entre 1536-1537 et 1543-1544, Dolet semble avoir ambitionné de développer une véritable politique de la langue et des lettres, politique incluant la dimension religieuse et abandonnant le latin, pour autant qu’on sache ce qu’il a écrit pendant ses deux années de prison. Cette dimension politique émerge lorsqu’il rêve de devenir historiographe royal, fonction profane sans guère de correspondance chez Calvin, engagé dans d’autres combats. Est-ce par souci du compromis qu’il s’approprie l’œuvre d’autrui, manipulant éditions et dates, encourant l’accusation de plagiat (non sans raison) ? Il ne manque pourtant pas de cette témérité qui le conduira à sa fin tragique. Dolet avait connu une disgrâce certaine auprès de la république des lettres, ce qu’il entendait largement compenser par la grâce royale et le fameux « privilège » de dix ans (1536), rarissime.

20Dolet a une perception à la fois grammaticale et rhétorique de la traduction, comme Calvin. Il perçoit le génie des langues à travers les règles de la bonne traduction : bien connaître les deux langues ; suivre la sententia de l’auteur ; ne pas traduire mot à mot, mais s’adapter aux propriétés de la langue-cible, notamment dans les manières de parler et expressions idiomatiques ; suivre le numerus de la langue-cible, c’est-à-dire son rythme et ses cadences, ce que Dolet applique de façon plus artificielle que Calvin et que d’autres traducteurs de la mouvance calviniste, comme Louis Meigret et Abel Mathieu.

21Lorsque Dolet s’installe à Lyon comme imprimeur, auteur, éditeur et libraire, désormais concurrent de Sébastien Gryphe chez qui il avait été à bonne école, il se crée un réseau d’amitiés et d’inimitiés qui vont de Rabelais aux imprimeurs locaux en passant par Marot et le très vindicatif Visagier. Dans la deuxième édition des Hendécasyllabes de 1538, celui-ci évoque les « sodales » de Melchior Wolmar, et il fustige un certain Lucien impie dont on a cru d’abord qu’il s’agissait de Rabelais, mais que Lucien Febvre identifie à Dolet (Febvre 1968, p. 48). Dans une pièce liminaire de l’Avant-naissance (1539), Scévole de Sainte-Marthe souligne au contraire la qualité exemplaire des poèmes de Dolet pour les lettres françaises. De même, les Fata adressés au roi et à Pierre du Châtel qui avait protégé Dolet sont suivis de pièces encomiastiques de poètes, dont Barthélemy Aneau, le régent lyonnais inspiré lui aussi par Melanchthon. Mais dans la version française, publiée un an plus tard, il n’y a plus aucune pièce d’amis, sinon celle d’un certain « Thibaut philologue », masque de l’auteur lui-même, qui fait d’Étienne Dolet un éloge appuyé (Gestes 1540, p. 8). Cette propension à se plaindre de tous, et à se louer en tout, a nui considérablement à Dolet : ainsi le juriste Antoine de Gouvéa, associé par Calvin à la série des impies dont Dolet fait partie, se moque des prétentions de celui-ci en écrivant qu’il n’est pas besoin de le louer étant donné qu’il le fait très bien lui-même (Febvre 1968, p. 56).

22Ces inimitiés ne sont pas seulement des querelles entre pairs, dont l’ego littéraire serait singulièrement exacerbé par les affaires de plagiat, imitations non déclarées, omissions et délires presque paranoïaques de poètes en mal de gloire. Elles ont aussi des motifs plus graves, idéologiques et religieux. Je ne détaillerai pas les querelles nées des prises de position doctrinales des uns et des autres durant ces quelques années, mais elles montrent les lignes de partage fragiles entre ceux qui critiquent les abus de l’Église et les moines tout en restant dans l’orbite gallicane, entre ceux qui prennent radicalement parti pour la Réforme et ceux qui se trouvent déjà à pratiquer le nicodémisme fustigé par Calvin. Le cas de Dolet serait encore plus grave : sans même faire semblant d’être papiste, il déformerait les principes de la vraie religion en y mêlant le doute.

23Francis Higman a montré, à la suite de C. Longeon, que le Cato Christianus (1538) est bien une traduction latine d’un texte français réformé (de Megander), mais déguisé en texte catholique et publié pour répondre aux accusations d’irréligion propagées par Visagier et par d’autres. L’examen précis du texte effectué par F. Higman montre que Dolet dérape dans son opération de traduction inavouée, en révélant des idées hétérodoxes pour les réformés autant que pour les catholiques, sur la rédemption et la résurrection (Higman 1998, p. 628 sqq.). Il ne se soucie guère d’accommoder le stoïcisme au christianisme, comme s’il avait aspiré les principes de la secte avec la langue latine et les avait restitués dans son français converti.

24Or le traducteur doit retrouver ce qui est la sententia de l’auteur original, non seulement ce qu’il a dit, mais ce qu’il a voulu dire. Ces principes sont suivis par Calvin et énoncés par l’un de ses traducteurs et secrétaires, Charles de Jonvilliers (Millet 1992, p. 782-783). Le recours à l’intention, au nom même de la fidélité à l’esprit du texte, ne doit pas déborder de ce que dit l’original : le traducteur le reformule, l’explicite et il utilise les ressources de l’ornement pour s’adapter à son destinataire. Dolet fait de même lorsqu’il traduit Cicéron pour le lecteur français, mais quand il traduit Megander en latin, il outrepasse largement cette licence, mettant au jour des présupposés qui lui sont personnels.

25La comparaison des Fata et des Gestes de 1540 conduit à faire l’hypothèse que Dolet exprime deux pensées de derrière la tête qui ne sont pas exactement superposables, non parce que le latin ne « pense » pas la même chose que le français, mais parce que la signification se construit en incluant la personnalité du destinataire, le sens porté par le genre et l’horizon d’attente dessiné par la langue.

LA « TRADUCTION » DES FATA

26Les pratiques traductrices de Dolet et de Calvin sont comparables et correspondent aux principes de la Manière si l’on s’en tient aux traductions de Cicéron et à quelques pièces de vers ou aux préfaces. En revanche, la prétendue traduction des Fata est un leurre, un artefact qui révèle une double intention de Dolet, un double langage intérieur.

27Les différents critiques qui se sont penchés sur les Fata et les Gestes de 1540, en mettant les textes sur deux colonnes, se sont bien aperçus des bizarreries de la version française. Qu’est-ce qu’une traduction qui plagierait sa « source » (La Mer des histoires, 1543) parue plusieurs années après elle (Longeon 1982, p. 77) ? La circulation manuscrite n’est pas impossible, mais le travail de confrontation des différentes éditions des chroniques du temps n’est pas achevé (Astier 2009).

28Dès ses déclarations dans les Commentarii, Dolet exprime son désir d’écrire une chronique qui soit aussi histoire en suivant le fil du temps, nourrie par la visite des lieux et la consultation des archives, ce qui était à la fois peu ordinaire et coûteux (II, Historia). Pour accomplir ce projet, il a hésité entre les deux langues et aussi entre deux genres : raconter l’histoire de France sur le mode épique et en latin pouvait lui apporter plus d’estime auprès des savants, mais l’effet n’était pas certain auprès du roi et de ses courtisans. Écrire une chronique comme une véritable historia respectant les préceptes cicéroniens et les modèles latins présentait une ambition tout autre : celle d’interpréter les événements et de leur donner un sens, en restituer la sententia comme s’il s’agissait d’un texte.

29Selon V. Worth, la réorganisation des propositions pour la version française servirait à clarifier en vernaculaire ce qui restait obscur en latin, ce qui conviendrait assez bien à la méthode calvinienne. Mais si la rédaction des Gestes a précédé la composition des Fata, comme j’incline à le penser, Dolet aurait procédé à un exercice de composition latine à partir de la matière française, provoquant le travestissement épique de ce que la prose historique déclarait. Les dieux ornent désormais la légende française, la concision virgilienne fait que l’histoire devient fable, les comparaisons s’élèvent en métaphores. Les dates figurent dans la marge et la chronique est comme l’« argument » de l’épopée, pour servir de trame au poème tragique.

30Il me semble que le principe d’addition-suppression fonctionne dans les deux sens : certains développements sont absents des Fata, et inversement. Dolet réduit la version française lorsqu’il omet sa diatribe sur la trahison du Connétable de Bourbon : si l’on accepte l’hypothèse inverse, c’est quand il a composé les hexamètres latins que Dolet a amplifié l’invective contre le Connétable. La consultation de la version de 1537 des Sommaires et gestes serait d’un grand secours : Gérard Morisse en a retrouvé la trace, mais l’unique exemplaire répertorié a été détruit à Dresde (Morisse 2009, no 372). Ainsi, les Fata seraient la « traduction » des Gestes en épopée latine, ce qui lui permettait d’anoblir sensiblement sa chronique française (Demonet 2009c et 2009d).

31L’historiographie de la France s’écrivait déjà principalement en français depuis la fin du XVe siècle et la Mer des histoires, la Mer des Chroniques, le Sommaire historial qui prolongeaient les anciennes chroniques médiévales et offraient déjà des modèles de phrases simples, mais aussi de considérations et de commentaires parfois très politiques, tout en restant anonymes.

32Dans ses traductions, Calvin ne rencontrait pas ces problèmes génériques : il s’en tenait strictement au même genre et n’avait que faire des vers. Dolet change deux fois de langue : par l’idiome et par le genre. À travers cette « déduction d’histoire » comme on disait, Dolet se pose en permanence le problèsme du fatum, qui obsède aussi Calvin dans le traité des Scandales : c’est un point crucial dans les accusations des inquisiteurs contre Dolet, qui condamnent et les Fata et les Gestes à cause de leur paganisme. Pourtant, Dolet avait orienté différemment les deux textes déjà par leurs titres : l’un, résolument stoïcien, les Fata, l’autre traditionnel dans la chronique, les Gestes. Dolet entend pratiquer dans les deux cas une véritable philosophie de l’histoire lorsqu’il présente les « destinées » de son roi, mises en perspective, expliquées et justifiées si nécessaire. Dans ses Commentarii, il explique que l’historia est une espèce du genre des annales, espèce qui expose ou « démontre » les événements (I, Annales, p. 1329). En effet, il « démontre » et enrichit l’histoire de consilia. Émaillée de comparaisons canoniques (les héros sont des lions ou des ours, les ennemis des loups), l’épopée est habitée plus manifestement d’un double désir de gloire, celui que l’auteur prête au roi et le sien propre.

33Dans la Manière, Dolet fait apparaître quatre dérogations au principe de la communauté des concepts : 1) les manières de parler, les « phrases » ; 2) la construction de la phrase (ordre naturel sujet/verbe/complément, contre l’ordre latin) ; 3) le traitement de l’implicite (qui peut être explicite dans l’autre langue) ; 4) le découpage des notions selon l’histoire : Fatum chez les Latins, Providence chez les chrétiens, et c’est la nécessité historique qui enchaîne les mots à leurs référents.

34Seules les deux premières figurent expressément dans l’opuscule. Les deux dernières découlent de ce que l’on constate dans l’écriture de Dolet. La troisième est aussi présente chez Calvin, mais la quatrième est particulière à Dolet et le conduit au supplice. Mes comparaisons entre le latin et le français m’ont conduite à des conclusions similaires à celles d’Olivier Millet à propos du traité des Scandales sur l’adaptation du nombre oratoire, mais, si Dolet a écrit le texte en français en premier, ce n’est pas dans la traduction mais dans la réécriture de la chronique qu’il fait apparaître ce numerus (Demonet 2009c).

35La structure des phrases est la même pour toutes les langues : nom, verbe, particules. Dolet suit cet ordre dans ses Commentaires, en hypertrophiant la partie dévolue aux noms et aux verbes, si bien qu’on ne voit même pas qu’il suit l’ordre de la grammaire de Priscien, elle-même héritière de la grammaire stoïcienne qui pose une homologie entre les parties de la phrase et leur construction dans l’esprit. Même si la phraséologie diffère, un « proverbe » latin peut être traduit en français et inversement de façon globale et non mot à mot. Dans ce cas, le latin n’informe plus la langue vernaculaire. De même une répétition de sons présente en latin peut être rendue sans être reproduite en français, comme le fait Calvin.

36Il semble bien que Calvin et Dolet aient les mêmes lectures grammaticales. La Bibliothèque nationale de France a acquis récemment un très bel exemplaire, un unicum, un Donat édité par Dolet encore en 1540, complétant ainsi sur le plan grammatical ce qu’il dit dans la Manière.

37Dolet prétend en avoir restitué la forme dialoguée originelle et il ajoute un commentaire à ceux de Glareanus portant sur les accents, en indiquant que le texte de Donat est inepte. Glareanus admire le rôle des conjonctions qui font, dit-il, le contextus de l’énoncé splendide, ce qui va dans le sens de ce goût pour la syntaxe articulée. Glareanus ajoute des tableaux à accolades, et applique une méthode systématique de conjugaison combinatoire pour les verbes inconnus.

  • 2 Il s’agit d’une découverte récente à la Bibliothèque nationale de Florence par Gérard Morisse (voir (...)
  • 3 Voir Stephan Rhein, « Melanchthon und Europa. Ein Spurensuche », 1997, particulièrement p. 55-57 (M (...)

38Dolet, qui réédite aussi en 1540 des ouvrages de Murmellius (Tabulae grammaticales, Tabulae poeticae, Isagoge avec Johannes Caesarius, 1541) et de Melanchthon (Grammatices latinae elementa, 1542)2, choisit dans l’aire réformée ou pré-réformée ses références linguistiques, textes brefs qui vont dans le sens de la clarté, de la méthode et de la systématicité3. L’influence de Melanchthon chez Dolet serait aussi un exemple, confirmé par d’autres auteurs de la mouvance évangéliste ou réformée qui s’en inspirent en France (Aneau, Canaye), de ce qu’Olivier Fatio a appelé la « scolastique réformée ».

39Pourtant, Dolet est nettement rejeté de ce mouvement à cause de son épicurisme supposé (celui de l’Axiochus) et surtout à cause du Fatum, que l’historiographe officiel, le bénédictin René Macé de Vendôme (qui n’a rien d’un évangélique), met également en avant. Macé est un rival en historiographie plus heureux que Dolet. Il succède à Guillaume Crétin (1525), lui-même auteur de chroniques versifiées inspirées de La mer des croniques et miroir historial de France de Gaguin, l’une des sources majeures de Dolet. Imitateur du style contourné de Crétin, il a reçu la commande officielle du roi pour écrire en vers le voyage de Charles Quint en France (1539), ce qu’il fait dans un manuscrit resté inédit avant 1879. Geoffroy Tory voyait déjà Macé comme l’auteur d’une nouvelle Iliade :

  • 4 Geoffroy Tory, Champfleury, 1529, transcription des Bibliothèques virtuelles humanistes, juillet 20 (...)

J’ay nagueres veu & tenu tous ces susdictz reverendz & anciens Autheurs escriptz en parchemain, que seigneur & bon amy Frere Rene Masse de Vendosme, Chroniqueur du Roy m’a liberallement & de bon cueur monstre. Il en use si bien a parfaire les Chroniques de France, que je puis honnestement dire de luy. « Caedite Romani scriptores, caedite Graij./ Nescio quid maius nascitur Iliade ». Arriere arriere Autheurs Grecz & Latins, de Rene masse n’aist chose plusbelle & grande que le Iliade. (fol. IVro)4

40Les imprimeurs et les libraires se livraient une concurrence acharnée pour les publications illustrées et coûteuses de ces chroniques anciennes, les « éphémères », dont l’histoire éditoriale est à poursuivre. Dolet devait montrer un certain mépris à l’encontre du style démodé de la grande rhétorique et une certaine impatience à faire valoir son savoir-faire humaniste. Dans la préface de l’Avant-Naissance, il établit la liste des vrais bons traducteurs de son temps : Maurice Scève, Jacques Colin, Antoine Heroët, les deux Brodeau, Melin de Saint-Gelais, Hugues Salel, Clément Marot, Charles Fontaine, et il termine avec la mention d’« ung petit moyne de Vendosme », ce qui est un compliment médiocre pour l’historiographe royal.

41Leur traitement du Fatum est significatif de leurs différences idéologiques : chez Macé, la destinée est invoquée pour excuser les revers et les défaites de François Ier, ses succès étant dus à sa vertu. Pour Dolet, le Fatum régit les bonheurs et les malheurs, à l’antique, et le titre, qui aurait pu être Res gestae, est bien Fata, de Marignan à Pavie et Aigues-Mortes. De même, Dolet entend bien être historien et non chroniqueur, comme il le dit dans les Commentarii. L’historien se permet de glisser des consilia, comme un conseiller politique. C’est ainsi que Dolet regrette que le roi mal entouré n’ait pas attaqué l’Empereur sur ses terres pendant la trêve de 1539-1540, au moment où Charles Quint était à Alger et à Tunis (Gestes, 1543, p. 82). La suite de la prétendue traduction, publiée en 1543 et sans aucune contrepartie en latin, révèle ainsi une imagination contrefactuelle chez Dolet, qui reconstruit l’histoire selon ce qu’elle aurait dû être et inclut dans cet irréel du passé le discours du politique incompétent :

Or de dire, que le deshonneur eust esté grand pour nous d’invahir les terres, que l’Empereur tient, durant le temps, qu’il guerroyoit contre les infidelles : attendu que, il le faisoit pour augmenter la Chrestienté, & deprimer ces mastins Turcs. Tout cela est une belle resverie de quelque docteur contemplatif : ou pour mieux dire, c’est le sot propos d’aulcuns ignorants, ou malicieux Imperialistes, qui voulent couvrir les ruzes et cautelles de l’Empereur d’un sac mouillé. (Gestes 1543, p. 83)

42Contrairement à ce que Calvin met en place dans son art de manipuler les deux langues pour mieux persuader le chrétien de ce qu’est la vraie église, Dolet dans cette fiction historiographique force le discours à entrer dans ses « univers de croyance », univers de foi mais aussi de prudence politique, de gloire et d’ambition.

43La « pensée indépendante » soulignée par F. Higman est alimentée à la source stoïcienne, que Calvin partage dans l’admiration pour Sénèque et le thème de la constance. Il en est de même pour les grammaires de la tradition protestante et du cicéronianisme mélanchthonien : mais, contrairement à Calvin, Dolet ne prétend pas opérer la fusion de l’évangile et des arts du langage. Son sens exacerbé de la signification historique de mots comme Fatum rend impossible de « traduire » Fatum par « Providence » : pour cela, il aurait fallu renoncer à écrire une épopée à l’antique. Calvin pratique l’aptum pour s’adapter à son lecteur et à son objet doctrinal intemporel : la vérité de la parole évangélique n’a pas d’histoire. Dolet met en œuvre un aptum historique et appliquer la notion de fatum à un roi chrétien ne l’oblige pas à christianiser le Fatum en Providence : l’effet produit est inverse, et c’est le roi de France qui a subi une destinée imméritée alors qu’il aurait pu en être autrement. Le destin mal calculé sauve le roi de ses erreurs, mais au prix de l’hérésie.

44Calvin avait bien l’intention de remodeler la langue pour la rendre évangélique, alors que Dolet la déleste de ses poids historiques. Les événements passés, pourtant nécessaires, peuvent être réorientés selon une fiction qui établit une vérité défiant l’événement. Les concepts ne sont pas les mêmes pour tous, ni pour toutes les langues, ni pour l’inquisiteur, Calvin ou Dolet. Rien n’est plus éloigné d’une institution de religion que cette leçon de fiction et d’histoire administrée à l’antique dans les Fata et dans les Gestes de François de Valois.

Notes

1 J. Calvin, Des scandales…, 1550 ; 1984, p. 139.

2 Il s’agit d’une découverte récente à la Bibliothèque nationale de Florence par Gérard Morisse (voir le Catalogue en ligne). Sur Gallica, l’édition parisienne de 1529 montre des noms de mois traduits en français.

3 Voir Stephan Rhein, « Melanchthon und Europa. Ein Spurensuche », 1997, particulièrement p. 55-57 (Melanchthon und Frankreich), qui fait de Melanchthon le héros de Dolet. L’auteur signale qu’Andreas Magerius (André Maugier), professeur de théologie à Orléans (avant de fuir en l’Allemagne vers 1541), était aussi l’un de ses disciples.

4 Geoffroy Tory, Champfleury, 1529, transcription des Bibliothèques virtuelles humanistes, juillet 2010. Du Verdier et La Croix du Maine signalent l’existence d’autres manuscrits des Chroniques de France par René Macé.

Auteur

Professeure de Littératures française et ancienne. CESR – Université François-Rabelais – Tours. UMR 7323

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540