Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie III – Calvin et la langue française

Aspects du « français courtisan » de Calvin

Mireille Huchon-Rieu

Résumé

L’œuvre de Calvin, considérée dès le milieu du XVIe siècle comme parangon de la langue française, s’inscrit dans l’actualité linguistique de son temps et est en dialogue avec les ouvrages théoriques qui mettent en scène un « français courtisan », à partir du Courtisan de Castiglione, inspiré de l’Orateur de Cicéron, et relayé, pour sa diffusion française, par Étienne Dolet et le grammairien Louis Meigret. Les variantes et les additions de l’Institution de la religion chrétienne concordent dans la recherche d’une illustration du français et la reconnaissance d’une « parfaicte Idée de la langue française ». Ce français idéal consiste, pour Abel Matthieu, qui a étudié le droit à Bourges avec Alciat en même temps que Calvin, et qui est l’auteur de divers Devis de la langue française, dans l’alliance de la langue du peuple et de la liaison du docte, adaptation au « français courtisan » des enseignements des rhétoriques grecques de Demetrios et de Denys d’Halicarnasse. Certains tours de Calvin, récurrents, comme les constructions appositives et attributives qui sont ici examinées, pourraient bien être exemplaires de cette alliance du langage du commun et de la liaison du docte, marque de l’écriture parfaite pour Matthieu, tout comme la brièveté, et dont il avait fait d’Amyot le représentant parfait. Herberay des Essarts, Budé, Amyot en écrivains accomplis ont pâli. Le temps a fait de Calvin l’illustrateur par excellence de la prose française renaissante. Mais c’est dans le contexte de réflexion sur la langue française, sur les modèles, sur la définition d’un idéal de langue, de formalisation qu’il faut replacer l’œuvre de Calvin.

Texte intégral

  • 1 La vraye et breve histoire de la Guerre et Ruine de Troie anciennement escripte en Grec Par Dares P (...)
  • 2 Joachim du Bellay, Deffence, et illustration de la langue françoyse, Paris, A. L’Angelier, 1549, II (...)
  • 3 Guillaume des Autels, Replique aux furieuses defenses de Louis Meigret, Lyon, J. de Tournes, 1551, (...)

1Au milieu du XVIe siècle, paraissent des ouvrages majeurs de rhétorique, de poétique et d’illustration du français. La Deffence et illustration de la langue françoise de Joachim Du Bellay en 1549, un an après la publication de l’Art poétique de Thomas Sébillet, le véritable premier art poétique français ; en 1550, la grammaire de Louis Meigret, première grammaire du français, écrite en français par un Français : en 1555, la rhétorique d’Antoine Fouquelin, remarquable essai d’adaptation de la rhétorique antique au français élaboré dans l’entourage de Pierre de La Ramée. Dans ces mises en règles du français et de ses manifestations littéraires, en parallèle avec les grands noms de l’Antiquité ou de l’Italie, avec les Homère et les Virgile, les Dante, les Bocace et les Pétrarque, s’esquisse une tentative de palmarès d’excellence des auteurs français, poètes, mais aussi prosateurs. L’œuvre de Calvin semble bien avoir été considérée dès ce moment-là comme un parangon de la langue française, « une parfaicte Idée de nostre langue françoise »1, pour reprendre l’expression par laquelle Mathurin Heret, en 1553, désigne un autre des modèles de l’époque, véritable best-seller, l’Amadis de Gaule dans la version d’Herberay des Essarts, donné également comme modèle par Sébillet dans son Art poétique de 1548. Dans la Deffence et illustration de la langue françoise, Du Bellay, lui, célèbre Guillaume Budé « qui a ecrit non moins amplement, que doctement L’Institution du Prince »2 dont ont été publiées, en 1547, trois éditions. Guillaume des Autels, dans sa Réplique aux furieuses defenses de Louis Meigret de 1551, après avoir évoqué les poètes, cite, comme seuls modèles de prose, l’Institution du Prince et quelques œuvres de théologie3. C’est une réponse à la Deffence et illustration de la langue françoise, mais aussi une concession à son adversaire, le grammairien Louis Meigret, à qui l’oppose une violente polémique orthographique. Celui-ci, dans sa préface aux lecteurs du Trętté de la Grammęre françoęze, avait fait référence aux ouvrages de théologie :

  • 4 Louis Meigret, Le trętté de la grammęre françoęze, Paris, C. Wechel, 1550, fol. 42vo.

Or ęt il qe notre lang’ęt aojourd’huy si ęnriçhie par la profęssion ę experięnce de langes Latin’ę Gręcqe, q’il n’ęt point d’art, ne scięnce si difficile ę subtile, ne męme cęte tant haote theolojie (qoę q’ęlle luy soęt deffendue, pourtant la peine de la coulpe d’aotruy) dont ęlle ne puysse trętter amplemęnt, ę elegammęnt.4

2Si Calvin n’est pas nommé, l’allusion à son œuvre est, cependant, manifeste.

  • 5 Devis de la langue francoyse, à Jehanne d’Albret, Royne de Navarre, Duchesse de Vandosme, etc. par (...)
  • 6 Devis de la langue francoise, fort exquis, et singulier. Avecques un autre Devis et propos touchant (...)

3Il est un autre prosateur que l’on place alors au panthéon : Jacques Amyot, lecteur de grec à l’université de Bourges jusqu’en 1546, le futur précepteur des enfants d’Henri II et traducteur de Plutarque. La traduction qu’a procurée Jacques Amyot de l’Histoire aethiopique d’Héliodore en 1547 fournit, en effet, ses exemples de prose à la Rhetorique de Fouquelin de 1555, « illustres exemples » tant pour les tropes que pour les figures de mots. Amyot est aussi l’auteur de référence pour Abel Matthieu, qui a étudié le droit à Bourges avec Alciat (1529-1534) et qui a publié trois devis sur la langue française : en 1559, un Devis de la langue françoise5, en 1560, un Second devis et principal propos de la langue françoyse et, en 1572, un Devis de la langue francoise, fort exquis et singulier6. Dans ce dernier, il présente Amyot comme le parfait modèle en quelques phrases que lui empruntera Antoine du Verdier dans sa Bibliothèque de 1585. Il met en avant le langage du commun et du peuple et la liaison du docte :

  • 7 Abel Matthieu, Devis de la langue francoise, fort exquis, et singulier, fol. 17ro.

Amyot a la vertu qui est singuliere : qui m’est desirable sur tout : et que j’ay reclamée de tout temps et reclame en escriture parfaicte : sçavoir le langage du commun, et du peuple : et la liaison du docte. Ce personnage joinct ces deux poinctz en perfection. Il doibt estre vers les autres, en maniere d’un pourtraict, ou d’une regle d’escriture accomplie.7

4Cet idéal que Matthieu voit incarner dans Amyot – « le langage du commun, et du peuple, et la liaison du docte » –, lui fait récuser Herberay des Essarts comme règle du beau parler, en un passage remarquable :

  • 8 Ibid, fol. 13vo. Jugement repris dans l’édition de 1585 de la Bibliotheque de du Verdier qui n’avai (...)

Tant vault l’usage de parler : l’exercitation des motz, et des liaisons, et la frequentation des personnes instruites, et bien apprises. J’ay souvenance des ma grande jeunesse, que Nicolas de Herberay jecta és mains du peuple quelques discours d’amour, lesquels furent si honestement reçeuz, et avec si bon visage, que lors il fut prisé, et estimé de chacun, comme une reigle du beau parler. Et neanmoins iceluy Herberay (comme je croy) n’avoit pas beaucoup rongé le laurier, ne long temps sué soubs le harnois, et travail de lettres humaines, et de bonnes disciplines. En escoutant telz discours en compagnie, ou ilz estoient leuz, je disoy mon advis : et me sembloit le parler un peu affecté : me sembloient quelques liaisons doulces, et gracieuses : et quelques autres rudes, disjoinctes, et malplaisantes : qui me faisoit soubçonner que le jugement de letres, et de sçavoir defailloit en l’homme. Avecques ce, il prenoit plaisir à offrir au peuple motz nouveaux, et estranges : desquelz le son m’estoit plus ennuyeux, et fascheux, et plus desplaisant à mes oreilles que n’eust esté le son d’une cloche cassée. Aussi le peuple n’en a pas faict cas : il a laissé ensevelir tels mots en oubli, avecques le corps de Herberay, qui les avoit offerts et presentez.8

5Il semble bien que ce soit à pareille aune qu’il faille juger de l’œuvre de Calvin.

  • 9 Francis Higman, « Calvin and the art of translation », Western Canadian Studies in Modern Languages (...)
  • 10 Voir Mireille Huchon, « L’Espitre au Roy : “parfaite Idée de nostre langue françoise” ou Calvin en (...)

6Ceux qui se sont intéressés à l’illustration de la langue vernaculaire semblent bien, sans le mentionner nommément, songer à Calvin. Calvin, lui, s’est intéressé à ceux-ci et non seulement au Dolet de La Maniere de bien traduire d’un langue en aultre de 1540 comme la critique l’a montré9. J’ai ailleurs étudié comment les variantes de l’épître au roi entre la version de 1541 et celle de 1560 permettent de mesurer l’inscription de l’Institution de la religion chrétienne dans un courant très particulier où l’illustration du vernaculaire passe par la langue courtisane, avec le modèle mis en scène par Castiglione dans son Courtisan à partir de l’Orateur de Cicéron, relayé par Dolet et Louis Meigret10. C’est à cette lumière qu’il faut évaluer la place de Calvin et de cette épître comme parfaite « idée de nostre langue françoise » dans laquelle a joué un rôle primordial l’ouvrage de Castiglione.

  • 11 Baltazar de Castillon, Les quatre livres du courtisan, Lyon, D. de Harsy, 1537, fol. 3vo.
  • 12 Ibid., fol. 5ro et 37vo.
  • 13 Ibid, fol. 34vo.

7Il libro del cortegiano de Castiglione (1528) a été traduit en français en 1537 par Jacques Colin et en 1538 revu et corrigé par Mellin de Saint Gelais et publié par Estienne Dolet chez Juste. L’ouvrage de Castiglione a une place de choix dans les débats sur la constitution du vulgaire italien et sur les spécificités de la langue littéraire qui ont été transposés pour un illustre français, les devis de la cour d’Urbino du Cortegiano de Castiglione ayant servi de modèle pour la cour du roi de France ; Castiglione avait fait présenter en 1528 un exemplaire de luxe de son ouvrage au roi de France. Castiglione prône l’utilisation de la langue courante, de la langue de la conversation de tous les jours, mettant en avant la fonction de communication du langage. C’est ainsi que, dans sa dédicace du Courtisan, il célèbre la langue d’usage (« La force et vraye reigle de bien parler consiste plus en l’usaige que en autres choses. Et tousjours est vice de user de parolles qui ne sont point en accoutumance »11) et défend sa propre position (« Et ditz avoir escript en la mienne et comme je parle, et à ceulx qui parlent comme moy »), accréditée par l’idée que Boccace utilisait les mots de son époque tout comme Dante ou Pétrarque, d’où le choix de vocables « bons et entendibles » qui aient en eux de la grâce et de l’élégance dans la prononciation12. Pour bien écrire, la chose la plus importante pour le courtisan est le savoir, puis la disposition en bon ordre et le recours à des « parolles propres, choisies, elegantes et bien composees et surtout accoustumées par l’usage du populaire. Car ce sont elles qui font les magnificences et pompes des harangues, si celluy qui parle a bon jugement et diligence, et s’il scait prendre les plus signifiantes de ce qu’il veult dire et les exaulcer. Et en les formant comme cyre à son plaisir les colloquer en telle part, et avecques tel ordre que de prime face elles monstrent et facent congnoistre leur dignité, et reluysance ainsi que tableaulx de painctures, mis en leur bon et naturel jour »13.

  • 14 Louis Meigret, op. cit., fol. 51vo.
  • 15 Ibid, fol. 54vo.

8Castiglione s’inspire de l’Orateur de Cicéron et son ouvrage a manifestement influencé Dolet qui avait édité cet ouvrage et qui, dans sa Maniere de traduire, reprend certains des enseignements de Castiglione. Ce Courtisan est aussi en arrière-plan de la grammaire de Meigret qui parle souvent de la langue du courtisan et des tours qu’il privilégie, caractérisés par la propriété, l’élégance, le choix des mots14. Comme ceux qui n’approuvent pas toutes les façons de parler latines, le courtisan a aussi l’oreille mal aisée à contenter et désire « une propre façon de parler »15. Meigret justifie son entreprise de recherches des règles du français en mettant en avant, dans l’expression, le respect de la propriété et un assemblement fait de si bon ordre « qu’une intelligęnce s’ęn ęnsuyve, tęlle que notre affection le veut exprimer suivant la conception de l’ęntęndement ». Dans l’épître au roi de Calvin, les variantes permettent de mettre en valeur certaines particularités dans l’ordre des mots, l’emploi des démonstratifs qui relèvent de caractéristiques qui tiennent à une conscience aiguë de l’ordre spécifique du français si bien défini par Meigret qui a mis en évidence pour le français le fameux ordre de nature qui se retrouvera au XVIIIe siècle dans le Discours sur l’universalité de la langue française d’Antoine Rivarol qui montre que la clarté du français est due à son ordre sujet, verbe, complément, correspondant à l’ordre logique de la pensée. La confrontation de l’usage de Calvin avec les préceptes de Meigret est riche d’enseignements et m’a permis de montrer combien il se conforme à cette langue courtisane. Meigret a visiblement pris en considération la langue de Calvin et il semble bien que, dans ses variantes ultérieures, Calvin ait considéré la grammaire de Meigret.

  • 16 Abel Mathieu, Devis de la langue francoyse, fol. 21ro.

9Si l’ouvrage de Meigret sert à mieux comprendre la langue de Calvin, il en est de même de ceux d’Abel Matthieu qui a la même formation que Calvin, que Calvin a pu rencontrer à Bourges sous Alciat. Abel Matthieu s’attache aux pratiques des auteurs de son époque, met l’accent sur des rhétoriques grecques dont Calvin a pu s’inspirer. Certains tours de Calvin, récurrents, pourraient bien être exemplaires de cette alliance du langage du commun et de la liaison du docte, marque de l’écriture parfaite pour Matthieu, tout comme la brièveté. Abel Matthieu, en 1559, célèbre les Français « qui sont esloignez d’affectation et de motz à la moderne, entre lesquelz Clement Marot doibt avoir place avecques les plus grandz du theatre, non pour son scavoir, ne pour son estude des grands autheurs, mais pour ce qu’il est vrayment amy de la multitude et qu’il ha la veine doulce et coulante et l’esprit bon et facetieux »16. Il introduit une idée qu’il développera tout particulièrement en 1572, comme on l’a vu dans l’éloge qu’il fait d’Amyot :

Voyla ce que jay tousjours en la bouche, qu’en nostre langue le terme du crocheteur ou du vil populaire me plaist, et la lyaison du docte, ou de l’homme rusé et entendu.

  • 17 Ibid, fol. 3vo : « autheur ancien, et de renom insigne : lequel a laissé un livre touchant le parle (...)
  • 18 Olivier Millet, Calvin et la dynamique de la parole, Paris, Champion, 1992, p. 424, n. 137.

10Cette « liaison du docte » renvoie aux enseignements de deux rhétoriques grecques : Demetrios de Phalere et Denys d’Halicarnasse ; le premier étant cité par Abel Matthieu à propos de la brièveté souhaitable17. Olivier Millet a émis l’hypothèse que Calvin, qui ne fait jamais référence à Demetrios, ait connu son traité dont deux éditions figurent dans la Bibliothèque de l’Académie de Genève, celle de Venise, Alde, 1508 et celle de Paris, G. Morel, 155518 ; certains caractères du style véhément de Calvin évoqueraient ceux de Calvin.

  • 19 Demetrios, Du style, éd. Pierre Chiron, Paris, Les Belles Lettres, 1993.
  • 20 Jean Lecointe, L’idéal et la différence, Genève, Droz, 1993, p. 478.
  • 21 Denys d’Halicarnasse, La composition stylistique, éd. Germaine Aujac et Maurice Lebel, Paris, Les B (...)

11Demetrios met en avant pour la période l’image de la piste où l’on peut dès le début embrasser du regard la fin19 (§ 11). Pour lui, qui distingue les styles simple, grand, élégant et véhément (§ 36), si la clarté est la marque du style simple, l’agrément est celle du style élégant et, pour cette catégorie de style que caractérisent la fluidité et l’euphonie (§ 258), la toute première grâce vient de la concision (§ 137). Dans le style simple, le mot doit être utilisé au sens propre et selon l’usage (§ 190) et il faut bannir les mots forgés (§ 191). La clarté tient à l’emploi même des mots au sens propre (§ 192) et au fait de les lier entre eux. Les liaisons du docte, c’est en fait la science de la composition stylistique longuement analysée par Denys d’Halicarnasse et bien représentée dans la rhétorique de Georges de Trébizonde, « raffinement hellénique que la rhétorique latine des traités ignore presque totalement »20. Pour Denys d’Halicarnasse, l’étude de la composition stylistique constitue un enseignement plus complet que l’étude du choix des mots21 (3, 5). Il en montre l’importance à partir d’un passage d’Homère (3, 7) où les mots sont simples – il souligne ailleurs combien, chez Homère, on trouve les mots les plus ordinaires (12, 12) –, mais où la composition stylistique permet d’expliquer la beauté formelle de l’expression ; de même en prose les mots mesquins et banals peuvent être organisés avec art et se parer de mille grâces (3, 13) et c’est la combinaison des mots qui fait la force persuasive de l’expression (3, 18). La beauté littéraire tient à l’agencement (25, 8-9). L’agrément provient de la mélodie des sons, du juste rapport des rythmes, de la variété des modulations et de la convenance (11, 26).

  • 22 Abel Mathieu, op. cit., fol. 1r  et 2r .
  • 23 Louis Meigret, op. cit., fol. 100v .

12Selon Matthieu, ce qui fait la spécificité de la langue française, de toutes les langues populaires « la plus belle, la plus mignarde, la mieux polie », c’est en premier lieu la brièveté de la phrase : « En l’escriture françoise, il y a plusieurs graces, si elles sont dextrement assuyvies. Es clostures il y a briefveté : tellement qu’on y veoit d’un bout à l’autre : sans donner peine à l’œil, et à l’entendement »22. Cette « briefveté française » est, pour Meigret, qualité du langage au même titre que l’élégance et il lui réfère certains tours, comme le participe en-ant qui « sęmble… auoęr eté inuęnté pour plus grande brieueté de langaje »23. Il n’est pas possible d’étudier ici dans son détail le phénomène, mais de nombreuses variantes au texte de l’Institution touchent à l’addition de participes présents. Ainsi dans l’exemple suivant entre l’édition de 1541 et celle de 1560 :

  • 24 Les références au texte de l’Institution de 1541 sont données à partir de l’édition procurée par Ol (...)

Voisent maintenant noz adversaires et s’arrestent en ces masques exterieures pour faire Christ et tous les Prophètes de Dieu vivant schismatiques… (p. 170)
Que maintenant noz adversaires s’aillent vanter, s’arrestans en ces masques exterieures, pour faire Christ et tous les Prophètes de Dieu vivant schismatiques… (p. 44)24

13La caractéristique du français est aussi pour Abel Matthieu la jointure dans la brièveté :

  • 25 Abel Matthieu, op. cit., fol. 5ro.

Adoncques les liaisons, et les clostures de l’escriture Françoise sont courtes et briefves. Elles conviennent à merveilles à l’esprit, et au naturel de la nation, car le François est né prompt, vif, et soudain : il n’a pas loisir par nature de beaucoup attendre. Il execute sans delay, ce qu’il delibere. Semblablement il est rond, et expedié en sa parole, et en son escriture. Telles clostures, et liaisons sont joinctes, et maçonnées (ce me semble) d’articles principalement. Je les appelle marques de sexe. Telles marques doivent estre employées soigneusement et par industrie : car je saiche qu’elles sont paradventure de bas pris, et de petite reputation envers aucuns, toutefois la grace de la liaison gist entierement en icelles.25

  • 26 Voir Jacques Amyot, Projet d’eloquence royale, éd. P. J. Salazar, Paris, Belles Lettres, 1992 : « Q (...)

14Le choix des mots et la liaison, telle est également l’alliance souhaitée par Amyot. Dans son Projet de l’eloquence royale écrit à l’usage d’Henri III, dans le chapitre qui traite « De l’elite des mots, et de la liaison », il insiste non seulement sur la propriété, l’euphonie et le recours à l’usage pour le choix des mots, mais aussi sur l’importance à accorder à la composition26.

  • 27 Olivier Millet, dans Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne (1541), p. 1635, note que C (...)

15Cet idéal, prôné par Abel Matthieu comme Amyot, semble bien aussi avoir été la marque de l’écriture de Calvin. Et ce dès la première édition de l’Institution. Considérons le chapitre XVII, « De la vie chrétienne », introduit dans l’édition latine de 1539, traduit en français en 1541 et qui n’a guère été remanié ensuite27 ; pour la critique, Calvin y aurait atteint un idéal du style. Or il est des tours, très récurrents, qui semblent à cet égard symboliques. Ils touchent des constructions appositives ou attributives où la construction pourrait se faire directement, mais où Calvin privilégie la présence de que ou de, avec des renforcements par c’est.

16Il s’agit d’une complétive apposée, spécifiant le contenu d’un nom précédé du démonstratif :

De là s’ensuit ceste exhortation : que les fideles ne s’accommodent point à la figure de ce siecle… (p. 1661)
S’il n’y avoit que ce seul mot là, que nous ne devons point cercher nostre propre utilité, encores ne fauldroit-il pas faire peu de force à nostre nature… (p. 1668)
dont viennent ces locutions, qu’il a tenté Abraham et a congneu sa pieté… (p. 1682)
L’Escriture notte ceste difference entre les incredules et les fideles que les premiers… ne font qu’empirer et s’endurcir au fouet… (p. 1686)
Toutesfois il nous fault tenir ceste maxime : que nul n’a bien proffité en l’escole de Christ sinon celuy qui attent en joye et lyesse le jour de la mort et de la derniere resurrection. (p. 1705)

17ou utilisée avec le pronom démonstratif cela :

Il nous fault diligemment efforcer à cela, que nous nous despetrions de ces mauvais liens (p. 1697)
Pour le premier poinct, il nous faut tenir cela : que l’usage des dons de Dieu n’est point desreiglé… (p. 1709)
Or cela a esté vrayement dit anciennement de Caton : que là où il y a grand soing de braveté, il ya grand’negligence de vertu… (p. 1712)

18À la place du démonstratif, peut se trouver un adjectif qui suppose une mise en évidence proche du démonstratif, tels singulier ou autre :

De là nous reviendra une singuliere consolation : qu’il n’y aura œuvre si vile ne sordide… (p. 1716)
Par ce moyen aussi nous gaignerons un autre poinct, que nous ne penserons point estre delivrez et acquittez… (p. 1673)

19Dans ce type de construction, il est possible de trouver c’est en renforcement de que :

Il la fault donc brider premierement de ceste reigle : c’est que tous les biens que nous avons nous ont esté creés afin que nous en recongnoissions l’autheur… (p. 1710)
Il n’y a nul moyen entre ces deux extremitez : c’est qu’il fault que la terre nous soit en mespris, ou qu’elle nous tienne atachez en une amour intemperée de soy (p. 1697)
Car ilz ont faict une chose fort dangereuse : c’est qu’ilz ont lié les consciences plus estroictement qu’elles n’estoient liées par la parolle de Dieu (p. 1708)
Il doit nous souvenir pareillement de ce que adjouste l’apostre : c’est que charité est patiente… (p. 1670)
Et qu’ont-ilz profité avec ceste si haulte sagesse ? C’est qu’ilz ont depaind un Simulachre de patience… (p. 1690)

20Au lieu d’une complétive apposée après ces tours avec démonstratif, peut être utilisée une construction infinitive précédée de de :

Pourtant l’Apostre denonce que Dieu a destinée ceste fin à tous ses enfans, de les faire conformes à son Christ (p. 1679)
Il nous fault tousjours regarder ceste fin de nous acoutumer au contemnement de la vie presente… (p. 1695)
Ilz ne sçauroient que c’est de suyvre Dieu (p. 1683)

21Il y a dans ce cas également possibilité de renforcement par c’est :

Principalement, que ceste folle et miserable consolation des Payens soit loing du coeur chrestien : c’est d’imputer à fortune les adversitez, pour les porter plus patiemment (p. 1677)

22Un tour privilégié est la construction de l’infinitif précédé de de, après emploi de c’est :

Ce seroit folie de tascher d’enrichir Dieu en luy communiquant des choses que nous avons en main (p. 1670)
Ce seroit folie de se courroucer contre fortune… (p. 1678)
Or ce seroit une grande rage de appeter ce qui ne nous peut faire que miserables (p. 1674)
Car quelle impudence seroit-ce de penser… (p. 1675)
quelle force ou moderation seroit-ce de mepriser toutes ces choses ? (p. 1688)
C’est le bon plaisir du Pere celeste de exercer ainsi ses serviteurs… (p. 1678)
Ce seroit trop grande ingratitude de n’attendre point pour le futur la verité de Dieu… (p. 1681)
Cela est desjà un grand point de dire que nous sommes consacrez et dediez à Dieu… (p. 1661)

23Avec parfois, là encore, renforcement par que :

C’est l’acte le plus noble et excellent qu’on sçauroit faire, que de delivrer son païs de tirannie (p. 1715)
C’est la pire peste que ayent les hommes pour se perdre et ruiner que de complaire à eux mesmes… (p. 1662)

24Ces types de construction s’enchaînent souvent :

Encores fault-il que l’affection de l’homme fidele monte plus hault, à sçavoir où Christ appelle tous les siens : c’est que un chacun porte sa croix (p. 1678)
Pourtant l’Apostre denonce que Dieu a destinée ceste fin à tous ses enfans, de les faire conformes à son Christ. De là nous revient une singuliere consolation. C’est que en endurant toutes miseres qu’on appelle choses adverses et mauvaises, nous communiquons à la croix de Christ… (p. 1679)
Apres que nous aurons cela arestré, à sçavoir que c’est un don de la clemence divine que la vie terrienne… (p. 1700)
Car si le ciel est nostre païs, qu’est-ce autre chose de la terre qu’un exil et bannissement ? Si le departement de ce monde est une entrée à vie, qu’est-ce autre chose de ce monde qu’un Sepulchre ? Et demeurer en icelluy, qu’est-ce autre chose que d’estre plongez en la mort ? Si c’est liberté que d’estre delivré de ce corps, qu’est ce autre chose du corps qu’une prison ? Et si nostre souveraine felicité est de jouyr de la presence de Dieu, n’est-ce pas misere de n’en point jouyr ? (p. 1702)

25Calvin marque une prédilection pour le style indirect au lieu du style direct :

Cela a esté veritablement dit anciennement : qu’il y a un monde de vices caché en l’ame de l’homme (p. 1665)

26la construction directe, telle que celle-ci est rare :

Ce a esté un ancien proverbe… de user de ce mot : Il fault suivre Dieu (p. 1683)

27Alors qu’il a le choix de la parataxe, Calvin préfère lier les éléments, pratiquant donc les liaisons du docte. Le langage du commun tient à l’emploi des démonstratifs, du présentatif c’est, aux choix réitérés de métaphores et de comparaisons triviales. Ainsi celles qui concernent enfler, crever :

Mesmes les Philosophẹęes… ont esté si fort enflez d’orgueil et fierté… Or tant s’en fault que les ambitieux qui cerchent la gloire mondaine, ou telle maniere de gens qui crevent d’une oultrecuidance interieure… (p. 1664)
Et non seulement nous enflons, mais quasi crevons d’orgueil (p. 1666)
Ainsi il ne restera rien en nous qui nous puisse enfler… (p. 1667)
Parquoy, si la vie terrienne est accomparée à la vie celeste, il n’y a doubte qu’elle peust estre mesprisée, et quasi estimée comme fiente (p. 1701)

28ou celles de la bride et du lien :

Davantage aussi elle [la bénédiction de Dieu] sera comme une bride pour nous restreindre (p. 1675)
Il est plus que necessaire qu’il nous tienne la bride serrée et nous entretienne en quelque discipline, de peur que ne nous desbordions en telle petulance (p. 1684)
Il est toutesfois restreint par la crainte de Dieu, comme par une bride, à ce qu’il ne se desborde point en quelque immodestie (p. 1689)
Le Seigneur vient au devant et y met ordre, refrenant et domptant, par le remede de la corix, la folie de notre chair (p. 1684)
Saint Paul deplore bien sa condition, de ce qu’il est detenu, comme lié en la prison de son corps… (p. 1702)
Comme empestrés en delices charnels (p. 1691)

29Dans la conscience des spécificités du français, dans la reconnaissance de sa « naifveté », la réflexion de Calvin s’inspire de la langue du courtisan de l’italien Castiglione revisité par Dolet et Meigret. Mais il y a aussi une adaptation au vulgaire, par les juristes humanistes versés dans le commerce des langues anciennes, des rhétoriques grecques que l’on redécouvre. Amyot, Matthieu et Calvin ont un même idéal d’alliance de la liaison du docte et du langage du peuple dont le creuset pourrait bien être l’université de Bourges.

30Herberay des Essarts, Budé et Amyot en écrivains accomplis ont pâli. Le temps a fait de Calvin l’illustrateur par excellence de la prose française renaissante. Mais, c’est dans son contexte contemporain de réflexion sur la langue française, sur les modèles, sur la définition d’un idéal de langue, sur la formalisation qu’il faut replacer l’œuvre de Calvin.

Notes

1 La vraye et breve histoire de la Guerre et Ruine de Troie anciennement escripte en Grec Par Dares Phrigius, Paris, S. Nyvelle, 1553, salut au lecteur.

2 Joachim du Bellay, Deffence, et illustration de la langue françoyse, Paris, A. L’Angelier, 1549, II, 12, dans « L’exhortation aux Français d’écrire dans leur langue ».

3 Guillaume des Autels, Replique aux furieuses defenses de Louis Meigret, Lyon, J. de Tournes, 1551, p. 73 : « Je ne parleray point des proses Francoyses, pource que nous en avons bien peu de nostre invention, apres l’institution de Budé et quelques œuvres de theologie. »

4 Louis Meigret, Le trętté de la grammęre françoęze, Paris, C. Wechel, 1550, fol. 42vo.

5 Devis de la langue francoyse, à Jehanne d’Albret, Royne de Navarre, Duchesse de Vandosme, etc. par Abel Matthieu Natif de Chartres, Paris, Richard Breton, 1559. Réimprimé par Slatkine en 1972. Voir, pour ce devis et celui de 1560, l’édition critique donnée par Alberte Jacquetin-Gaudet, Paris, Champion, 2008.

6 Devis de la langue francoise, fort exquis, et singulier. Avecques un autre Devis et propos touchant la Police, et les Estats : ou il est contenu (outre les sentences, et histoires) un brief extraict du grec de Dion, surnomme Bouche-d’or : De la Comparaison entre la Royauté, et la Tyrannie. Faictz, et composez par A.M. sieur des Moystardieres, Paris, Vve R. Breton, 1572 (édition partagée avec J. de Bordeaux). Du Verdier qui, à l’article Abel Matthieu, cite les éditions de 1559 et de 1560 n’a pas identifié cet A. M. Dans Les Bibliothéques de La Croix du Maine et de Du Verdier, 1772, t. V, p. 127, à l’article Herberay, l’identification est faite, mais, t. I, p. 3, l’édition de 1572 est considérée à tort comme une réimpression des devis antérieurs.

7 Abel Matthieu, Devis de la langue francoise, fort exquis, et singulier, fol. 17ro.

8 Ibid, fol. 13vo. Jugement repris dans l’édition de 1585 de la Bibliotheque de du Verdier qui n’avait pas identifié l’auteur : « Un autheur François parle du Sieur des Essars comme s’ensuit ».

9 Francis Higman, « Calvin and the art of translation », Western Canadian Studies in Modern Languages and Literature, 2, 1970, p. 5-27.

10 Voir Mireille Huchon, « L’Espitre au Roy : “parfaite Idée de nostre langue françoise” ou Calvin en courtisan », Giovanni Calvino nel quinto centenario della nascita, colloque de Florence, mars 2009 (à paraître).

11 Baltazar de Castillon, Les quatre livres du courtisan, Lyon, D. de Harsy, 1537, fol. 3vo.

12 Ibid., fol. 5ro et 37vo.

13 Ibid, fol. 34vo.

14 Louis Meigret, op. cit., fol. 51vo.

15 Ibid, fol. 54vo.

16 Abel Mathieu, Devis de la langue francoyse, fol. 21ro.

17 Ibid, fol. 3vo : « autheur ancien, et de renom insigne : lequel a laissé un livre touchant le parler grec » et qui « enjoinct sur tout, que les liaisons des motz, et les clostures des sentences soient courtes, et briefves ».

18 Olivier Millet, Calvin et la dynamique de la parole, Paris, Champion, 1992, p. 424, n. 137.

19 Demetrios, Du style, éd. Pierre Chiron, Paris, Les Belles Lettres, 1993.

20 Jean Lecointe, L’idéal et la différence, Genève, Droz, 1993, p. 478.

21 Denys d’Halicarnasse, La composition stylistique, éd. Germaine Aujac et Maurice Lebel, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

22 Abel Mathieu, op. cit., fol. 1r  et 2r .

23 Louis Meigret, op. cit., fol. 100v .

24 Les références au texte de l’Institution de 1541 sont données à partir de l’édition procurée par Olivier Millet, Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne (1541), Genève, Droz, 2008. Celles de 1560, à partir de l’édition procurée par Jean-Daniel Benoit, Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne, Paris, Vrin, 1957. Certaines des variantes du texte de 1560 peuvent avoir été introduites par des éditions intermédiaires.

25 Abel Matthieu, op. cit., fol. 5ro.

26 Voir Jacques Amyot, Projet d’eloquence royale, éd. P. J. Salazar, Paris, Belles Lettres, 1992 : « Quant aux mots simples, il les faut premièrement choisir, puis les joindre et assembler. En les choisissant, nous prendrons ceux qui sont les plus propres pour signifier la chose dont nous voulons parler, ceux qui nous sembleront plus doux, qui sonneront le mieux à l’oreille, qui seront plus coutumièrement en la bouche des bien parlants : qui seront bons français et non étrangers… » (p. 89) ; « Surtout les mots qui sont figurés embellissent et enrichissent le langage : et me semble, Sire, que vous devez commander qu’on vous fasse un livre à part de ces figures et ornements d’oraisons, avec les exemples. Car il n’y a rien qui donne plus de lustre et d’éclat tant à la parole qu’à la sentence. Les mots étant choisis, il les convient joindre et lier ensemble, de façon qu’il n’y ait aucune dure rencontre de lettres ny de syllabes » (p. 90) ; « Entre autres choses, il se faut étudier non seulement à joindre, mais aussi à lier les clauses ensemble : et tant que faire se pourra diversifier et changer les conjonctions qui les entretiennent, afin que rien n’y soit décousu ni entre rompu, mais que tout coule d’une suite, et que toutes les parties soient assemblées comme les membres en un même corps » (p. 91).

27 Olivier Millet, dans Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne (1541), p. 1635, note que Calvin a traduit tel quel le texte de 1539 à l’exception de l’ajout de la phrase suivante : « Je me contenteray, dy-je, de monstrer brievement une reigle generalle à laquelle il puisse referer toutes ses actions ».

Auteur

Professeure d’histoire de la langue. Université Paris-Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540