Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie II – Autorité et critique

Calvin et l’iconoclasme. Une mise à l’épreuve des rapports du politique et du religieux

François Dermange

Résumé

L’interdit deutéronomique du culte des images est central pour Calvin, mais comment le mettre en pratique et par qui, dans un État comme la France du XVIe siècle ? Calvin semble hésiter entre deux positions : ou bien il en fait un commandement spécifiquement religieux, ou bien un commandement qui relève de la loi naturelle, base du politique, connue de tous en leur conscience. Dans le premier cas, le commandement ne peut être mis en œuvre sur le plan civil sans remise en cause de l’autorité politique. Or Calvin veut éviter le désordre et condamne l’iconoclasme. Reste donc à en confier l’application au politique lui-même. Mais comment montrer que l’interdit de l’idolâtrie relève de la loi naturelle alors que le culte des idoles paraît universellement partagé ? Calvin en vient donc à distinguer deux sens à la nature, selon qu’il s’agit du fait – ce qui est constatable – ou de la norme – l’ordre de la nature, selon l’intention du Créateur. Il s’inscrit ainsi dans la tradition philosophique du sage plus que du prophète et défend que la médiation politique permet de donner une application du second commandement plus respectueuse de l’ordre public, du droit des personnes et des biens. À travers les hésitations de Calvin, se dessine une nouvelle configuration du rapport des autorités civiles et religieuses. Calvin n’est alors ni démocrate, ni théocrate, mais il esquisse un modèle original, qui appartient encore au monde des « Anciens » mais ouvre une voie qui, deux siècles plus tard, prendra forme dans la démocratie.

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Cf. deux de mes articles « Calvin, aux origines de la démocratie ? », Études Théologiques et religi (...)

1Calvin est-il aux sources de la démocratie, comme le Mur des Réformateurs de Genève avait voulu le montrer voici un siècle, ou est-il un illuminé qui rêvait d’instaurer une théocratie en France ? Plusieurs arguments plaident pour chacune des deux thèses. D’un côté Calvin donne pour fondement au politique le Décalogue, cœur de la révélation faite à Moïse (Exode 20, 1-18 ; Deutéronome 5, 1-24), mais de l’autre, il soutient que ce Décalogue peut être – au moins sous une forme approximative – connu de tous par la conscience. En faisant ainsi d’une loi fondamentale universellement partagée, en deçà du pouvoir, le socle du politique, Calvin anticiperait la contestation de l’absolutisme et de la souveraineté absolue. La place qu’il donnerait à la loi naturelle, inscrite dans la conscience, serait même fonctionnellement identique à celle qu’auront plus tard les Droits de l’homme et les constitutions des démocraties1.

2Dans le dossier du débat entre ces deux thèses, l’interdit deutéronomique du culte des images – « Tu ne te feras pas d’image taillée » (Dt 5, 8 ; Ex 20, 4) – a sans doute une valeur exemplaire, ne serait-ce que parce que la mutilation des édifices médiévaux est, aujourd’hui encore, la marque la plus visible de la Réforme dans le paysage français. Inlassablement, le visiteur navré apprendra que les statues ont été décapitées, les tympans martelés, les voûtes renversées. Ces meurtrissures attestent bien la violence de l’iconoclasme de la seconde moitié du XVIe siècle. Mais quelle était l’opinion de Calvin à ce sujet ; ne doit-on pas soupçonner qu’il en soit l’instigateur ? Dans ce cas, selon qu’il ait plaidé pour une intervention directe du peuple réformé ou indirecte à travers le bras du magistrat convaincu par les arguments des réformés, Calvin serait bien séditieux ou théocrate. À moins que la question ne se pose pas en ces termes et que l’interdit du culte des images relève d’une loi naturelle que tous sont censés pouvoir saisir, sans avoir recours à la révélation et à son interprétation par les protestants. Dans ce cas, la répression de l’idolâtrie, confiée au magistrat, serait une simple mesure d’ordre public, dénuée de tout engagement partisan.

3À l’appui de ces différentes positions, on trouve ainsi chez Calvin plusieurs lignes argumentatives. Je les rappellerai brièvement avant de voir comment, en conclusion, cette question éclaire plus largement le projet du Réformateur.

L’INTERDIT DU CULTE DES IMAGES RELÈVE-T-IL DE LA LOI NATURELLE ?

4Depuis l’Antiquité, le Décalogue, cœur de la loi juive, est divisé en deux « Tables » qui règlent la relation à Dieu et au prochain.

  • 2 Claude Levi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Seconde édition, Mouton & Co, Paris (...)

5La seconde Table énonce les conditions de la vie en société. Sa portée n’est pas d’abord morale mais elle explicite les possibilités d’une vie proprement humaine. L’exogamie étant ainsi la condition de survie génétique de tout groupe, l’interdit de l’inceste en est le noyau initial. De l’échange de femmes, on passe ensuite, comme Levi-Strauss l’a montré, à celui des biens et de la culture2. Le Décalogue représente un stade plus élaboré du même mouvement. Un ordre n’est stable que lorsqu’il est basé sur l’échange et la différenciation. Ainsi, la condamnation de l’adultère reprend celle de l’inceste, mais prévient le comportement du coucou qui pondrait son œuf dans le nid d’un autre. Les interdits du meurtre, du vol et de la convoitise poursuivent, en posant les conditions de l’échange. De même, celui du faux témoignage l’étend encore, en posant comme condition à la communication le crédit donné à la parole de l’autre. Quant au premier commandement de la seconde table – « Honore ton père et ta mère » – il présente une réflexion déjà très élaborée dans l’articulation de l’identité, confluence d’un héritage (je suis engendré et ne me constitue pas moi-même) et d’une différenciation (je ne suis ni mon père ni ma mère). La seconde Table recoupe ainsi largement d’autres textes normatifs de l’Orient ancien et, par-delà, d’un grand nombre de sociétés humaines. Le caractère « naturel » ou du moins culturellement partagé des grandes lignes de la seconde Table ne paraît ainsi pas poser de difficulté majeure au XVIe siècle.

  • 3 Institution de la religion chrestienne [1562], Jean-Daniel Benoît (éd.), Paris, Vrin, 1957-1963, ci (...)

6La situation est cependant toute différente pour la première Table qui ne considère plus seulement la vie présente mais l’identité de Dieu et la manière dont celui-ci désire être servi3.

  • 4 Inst. II, II, 12-13.

7Les humains étant incapables de saisir ces choses si Dieu ne les leur fait pas connaître4, on comprend que Calvin place la connaissance naturelle des deux Tables sur des plans nettement distincts :

  • 5 Inst. II, II, 24.

Si nous voulons examiner quelle intelligence [naturelle] de justice nous avons selon la loi de Dieu, laquelle est un patron de parfaite justice, nous trouverons en combien de façon elle est aveugle. Certes elle ne connaît nullement ce qui est le principal en la première Table, comme de mettre notre [con]fiance en Dieu et lui donner louange de vertu et justice, d’invoquer son Nom et observer son repos. Quel entendement humain, par son sens naturel, a jamais, je ne dis pas connu, mais imaginé ou flairé que le vrai honneur et service de Dieu gît en ces choses ? […] Quant est des préceptes de la seconde Table, il y a quelque petit plus d’intelligence, d’autant qu’ils approchent plus à la vie humaine et civile, combien qu’il défaut même aucune fois en cette partie.5

  • 6 Cicéron, De Legibus III, 7s, cité dans Inst. IV, XX, 9.
  • 7 Les Institutions oratoires de Quintilien (V, II, 41) sont mentionnées par Calvin dans son commentai (...)
  • 8 Inst. IV, XX, 9.
  • 9 Ibid.
  • 10 Inst. I, IV, 1.
  • 11 Inst. I, IV, 4.
  • 12 Inst. I, III, 1, Sermons sur le Deutéronome, dans Calvini Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. C (...)

8Cette différence de statut entre les deux Tables n’implique toutefois pas que la connaissance naturelle de la première soit entièrement anéantie. Platon, Cicéron6 ou Quintilien7 ne témoignent-ils pas que la raison naturelle suffit pour se figurer qu’il existe un Dieu qui veut être servi ? Calvin pourtant ne se fait aucune illusion. L’écho de la première Table dans la loi naturelle est purement fonctionnel. Il s’agit de rapporter, comme les stoïciens, la loi naturelle à une source divine pour lui donner plus de poids. Lorsque ces auteurs antiques affirment que « les lois qui laissent derrière l’honneur de Dieu pour seulement procurer le bien des hommes, mettent la charrue devant les bœufs »8, c’est pour sceller l’ordre public et motiver la moralité. Calvin ne le dément pas et il partage l’idée commune à son époque que l’athée sape l’ordre public en se comportant nécessairement de façon immorale. Mais rien n’indique que la représentation de Dieu qui découle des facultés naturelles soit vraie. Il suffit que tous sachent sur le plan temporel qu’il y a un dieu, à qui honneur et service doivent être rendus, mais pour le reste « c’est tout un [c’est égal] quel ils imaginent Dieu, ou combien de dieux ils se forgent »9. La « semence de religion » qui reste en l’homme est si corrompue, dit-il, qu’elle ne germe qu’une fois sur cent, ne fructifie jamais complètement10 et ne produit que des fruits méchants11, toujours plus ou moins idolâtres12.

  • 13 « Tu n’auras pas d’autre Dieu devant ma face », « Tu ne te feras pas d’image taillée », « Tu ne pre (...)
  • 14 Dans la manière d’identifier les quatre premiers commandements, Calvin ne suit ni la tradition juiv (...)
  • 15 « Ici donc est notée cette rage que tous les hommes se sont voulu figurer Dieu, ce qui démontre cer (...)

9Aucun des cinq thèmes qui marquent la première Table ne peut être alors saisi par la raison naturelle : ni le rappel de l’Exode « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte », ni les quatre normes qui suivent13. Cela est particulièrement vrai du second commandement, auquel Calvin porte une attention si particulière qu’il en fait un commandement à part entière, contre l’usage de la tradition occidentale suivie pourtant par Luther14. À cet égard Calvin souligne que même Platon, « le plus sage et raisonnable » des philosophes, s’est fourvoyé en voulant « chercher Dieu en quelque forme »15.

  • 16 Mathieu Ory (ou Oris) meurt en effet en 1557.
  • 17 On trouvera l’argumentaire de l’inquisiteur et la réponse de Calvin dans Copie d’un papier de l’inq (...)

10Dans un petit texte de circonstance, Calvin défend pourtant une toute autre position. À une date indéterminée, mais antérieure à 155716, il répond à Mathieu Ory, personnage clé de la répression en France. Grand Inquisiteur depuis 1550 et instructeur des procès de Michel Servet et d’Étienne Dollet, Ory s’était adressé à Calvin à travers des « prisonniers pour la parole à Lyon », à qui il avait remis un argumentaire dont il attendait réponse17. Bien qu’on n’en sache pas plus, on imagine facilement que cette réponse n’avait pas seulement un enjeu intellectuel mais existentiel pour ces prisonniers ou leurs frères dans la foi.

  • 18 Ibid., col. 201.

11La thèse de Mathieu Ory est que l’interdit du culte des images ne relève ni de l’Évangile, puisque Jésus n’en dit rien, ni de la loi naturelle, à laquelle tous sont tenus. S’il figure bien dans le Décalogue, il ne s’applique qu’aux Juifs. Les protestants qui veulent le suivre se trompent ; ils « judaïsent ». À l’inverse, Calvin va soutenir que le Nouveau Testament récuse sans équivoque le culte des images et – chose qui nous intéresse davantage ici – que l’interdit est également compris dans la loi naturelle. Pour le montrer, il distingue alors deux sens à la nature : ce qu’on peut empiriquement constater dans l’état actuel de la corruption humaine, et ce qui est conforme à l’intention originaire du Créateur. C’est en référence à « l’ordre de nature » originaire qu’on doit apprécier si le commandement est naturel et non par « la raison telle qu’elle est en ceux qui sont descendus d’Adam, à savoir corrompue par le péché »18. Calvin cherche alors un fondement rationnel qui atteste qu’on ne doive pas figurer Dieu par image visible, mais qui ne soit pas entaché – comme l’était le jugement de Platon – par la perversion originelle. Il pense trouver celui-ci dans le fameux discours de l’apôtre Paul à Athènes (Actes 17, 29). S’il s’agit bien d’un discours philosophique, puisque Paul s’adresse ici à des philosophes, l’apôtre partage ici ses lumières après qu’il a été libéré de ses premiers aveuglements :

  • 19 Ibid.

Saint Paul, au sermon qu’il fit en la ville d’Athènes, lequel saint Luc récite au 17e [chapitre] des Actes [des apôtres], ne met point en avant la Loi de Moïse pour prouver qu’on ne doit point figurer Dieu par images visibles, mais en adressant son propos aux païens, les ramène à l’ordre de la nature. D’autant que nous sommes [du] genre de Dieu, nous ne devons pas cuider [penser] qu’il soit semblable à l’or ou à l’argent ou à pierres ou à tout ce qui est imaginé par les hommes19.

12On relèvera la complexité du débat. Certes le niveau du discours est philosophique, mais c’est bien en raison de son autorité d’apôtre que Paul est entendu ici et qu’il l’emporte sur les idées contraires d’autres philosophes, dont rien ne dit d’ailleurs qu’il les convainc.

13Le même argument est repris dans la dernière édition de l’Institution (1559). À propos de l’idolâtrie que condamne le second commandement, Calvin mentionne une fois encore les deux sens contradictoires de la nature :

  • 20 Inst. I, XI, 4. C’est nous qui soulignons.

La coutume montre qu’une abomination si énorme, laquelle ouvertement répugne à l’ordre de nature est un vice naturel aux hommes20.

  • 21 Inst. I, XI, 6.
  • 22 Inst. I, XI, 2-4.
  • 23 C’est sans doute en ce sens qu’il faut comprendre « qu’il n’y a plus de religion, moins [encore] qu (...)

14Universellement constatable, l’idolâtrie est naturelle dans les faits, mais contre nature par rapport à l’ordre originel voulu par le Créateur. Cette fois pourtant ce n’est pas à Paul que le Réformateur en appelle, mais à de « vrais » philosophes : Varro21, Sénèque, Juvénal et même Horace, dont on oublie pour l’occasion l’épicurisme douteux22. Sans avoir accès à la révélation, tous ont repoussé le culte des images, comme le font aussi à l’époque de Calvin les musulmans, qui paraissent, sur ce point, plus fidèles au commandement divin que les catholiques romains23.

QUI DOIT METTRE EN ŒUVRE L’INTERDIT DU CULTE DES IMAGES ?

  • 24 Pour Calvin, deux marques à proprement parler définissent l’Église : la Parole de Dieu et l’adminis (...)

15Sans ambigüité, Calvin est iconoclaste et il fait même de l’interdit des images une quasi « marque » de l’Église véritable24 :

  • 25 Sermons sur le Deutéronome, dans CO, vol. 25, col. 583-584.

La vraie Eglise apostolique et primitive a été sans images en ses saintes assemblées, fût es temples ou ailleurs, et n’a point voulu que le peuple se prosternât devant icelles, ou qu’on lui en proposât. Qu’ainsi auparavant s’était gouvernée l’Eglise des Juifs après le retour de Babylone. Qu’en la captivité même les bons fideles avaient gardé cette défense. Et si on monte plus haut, que les vrais Prophètes sont loués d’avoir crié contre les images et les manières de faire des adorateurs d’images. Et les saints Rois sont prisés de Dieu, d’avait ôté, raclé et exterminé d’entre leurs peuples les occasions de telles superstitions. […] Voila donc, voila la vraie Eglise catholique, du côté de ceux qui suivent l’Evangile, quoi qu’on veuille dire.25

16Dans cette grande fresque de l’histoire juive et chrétienne, tous paraissent unis contre l’idolâtrie : les premières communautés apostoliques, le peuple juif à Babylone et au retour de l’exil, les prophètes et les saints rois, dont on notera qu’ils sont les seuls véritables iconoclastes ici.

17La question rebondit au XVIe siècle. Une fois posé le principe selon lequel l’interdit du culte des images relève à la fois de la loi révélée et de la loi naturelle, qui doit le mettre en œuvre : le versant religieux – peuple saint, prophètes, rois saints – au nom de la révélation, ou le versant politique – roi ou magistrat –, dont l’autorité se cantonne à la loi naturelle ?

  • 26 Cf. F. Dermange, « Calvin contre la puissance souveraine », à paraître dans un volume sur Calvin et (...)
  • 27 La première vague d’iconoclasme avait touché l’Allemagne et la Suisse dans les années 1530. Calvin (...)
  • 28 Inst. I, XI-XII.

18On sait la question sensible, chaque fois qu’une hésitation de cette nature se pose. Calvin se montre très susceptible pour ne pas céder trop vite au politique des prérogatives qui relèvent selon lui de la juridiction de l’Église26. Or ici, sa position paraît nettement plus nuancée. Elle ne s’exprime qu’à mi-mots dans les dernières années de sa vie, alors qu’une seconde vague d’iconoclasme enflamme la France et les Pays-Bas à partir de 156027. L’iconoclasme est alors presque un mot d’ordre pour les protestants français. Entendant être enseignés par la seule parole de Dieu, refusant toute autre médiation vers Dieu que celle de Christ, jugeant idolâtres les pratiques romaines et contraire à l’Évangile la richesse des sanctuaires, ils ont toutes les raisons de renverser les images, dénuées de toute portée pédagogique et rangées au titre d’idoles28.

  • 29 Commentaires de M. Jean Calvin sur les cinq livres de Moyse ; Genese est mis a part, les autres qua (...)
  • 30 Inst. IV, XX, 16.

19Calvin soutient-il ce mouvement ? Oui et non : on en trouve l’argument dans la dernière grande œuvre du Réformateur, son Commentaire des cinq livres de Moïse (1563)29, dont le cœur est l’exégèse fouillée des dix commandements. Le principe est clair : il faut distinguer dans le Pentateuque les passages où Moïse parle avec l’autorité du prophète et là où il s’exprime comme législateur particulier du peuple d’Israël à un moment donné de son histoire. Dans le premier cas, sa parole est éternelle, dans le second, elle n’est que contingente, cherchant à traduire la volonté divine dans le concret d’une situation historiquement et géographiquement particulière. Pour Calvin, la « loi morale » qui demeure se résume au Décalogue, le reste n’étant qu’effort d’interprétation contextuelle dans les champs religieux et politiques30.

  • 31 C’est là le principal usage que Calvin voit à la loi (Inst. II, VII, 12).
  • 32 Mosis libri V, cum Johannis Calvini Commentariis, CO, vol. 25, p. 546 sq.

20Toutefois, l’examen des conséquences pratiques que Moïse a tirées du Décalogue n’est pas indifférent, dans la mesure où la familiarité quotidienne avec le texte biblique peut faire entendre au chrétien quelle est la volonté de Dieu31 et l’inspirer dans son herméneutique renouvelée de la loi. Cela est aussi vrai des « dépendances politiques » ou appendices politicae32 tirées par Moïse. La remarque de Calvin à propos du verset de Dt 7, 25 (« brulez au feu les images de leurs dieux ») s’applique à l’ensemble des textes qu’il commente ici :

  • 33 Commentaire de Moïse, p. 351.

Combien que ce commandement ait été politique et ait été seulement donné au peuple ancien pour un temps, nous avons toutefois à en recueillir un avertissement qu’il faut bien que l’idolâtrie soit fort détestable à Dieu, vu qu’elle contamine les œuvres de Dieu par sa vilénie.33

21Si, par principe, le chrétien n’est pas lié à ce qui a été ajouté par Moïse à la « loi morale » et qu’il pourrait donc en conscience s’y tenir, il doit néanmoins prendre en considération les conséquences de l’idolâtrie et suivre la recommandation de Moïse de supprimer la pollution des idoles :

  • 34 Ibid., p. 346.

Nous ne ferons pas aujourd’hui conscience ni scrupule de réserver les temples qui ont été pollués d’idoles pour les appliquer à meilleur usage, car nous ne sommes point obligés à ce qui a été ajouté à la loi morale, à cause de la conséquence.34

22Dans cette affirmation à la construction grammaticale compliquée, l’objection de la conscience scrupuleuse « nous ne sommes point obligés à ce qui a été ajouté à la loi morale » est vite levée « à cause de la conséquence », car Dieu déteste l’idolâtrie et veut que les temples lui soient vraiment consacrés.

  • 35 Ibid., p. 352.

23Le principe étant posé, qui doit le mettre en œuvre ? En un sens, si Calvin tient pour acquis que Dieu se vengera contre « tous ceux qui maintiennent la papauté », c’est à Dieu lui-même qu’il revient d’en déterminer les modalités35. Mais pourquoi alors parler en « nous » et qui se cache derrière ? On serait tenté d’y voir le peuple saint, comme y invite, par exemple, le livre de Josué, mais Calvin écarte d’emblée et très clairement cette interprétation :

  • 36 Ibid., p. 346.

Quand il [Moïse] dit qu’étant venus en la terre pour la posséder ils brisent les images (Deut. 12, 1-3), S. Augustin recueille prudemment de ces mots qu’il n’est point commandé à toutes personnes privées d’abattre les idoles avec tous leurs équipages, mais que le peuple est muni et armé de cette autorité depuis qu’étant mis en possession de la terre il a charge d’ordonner l’état public.36

  • 37 Ibid., p. 347.

24Or sur ce point, les juifs de l’Exode et les protestants ne sont pas dans la même situation, puisque ces derniers n’ont pas reçu de terre qui leur soit propre. Calvin en conclut logiquement que « Dieu ne nous enjoint point aujourd’hui d’exécuter sa vengeance en exterminant du monde tous les méchants, comme aussi il n’a point assigné à son Église une région certaine pour y habiter à part ni dominer. »37 Dès lors que le peuple protestant n’est pas investi par Dieu d’un territoire qu’il domine, il n’a pas l’autorité de fixer les conditions de l’ordre public.

  • 38 Olivier Christin, « France et Pays-Bas ; le second iconoclasme », dans L’iconoclasme, vie et mort d (...)
  • 39 Leçons et expositions familières de Jehan Calvin sur les douze petis Prophètes, Genève, Thomas Cour (...)

25Comme Olivier Christin l’a bien montré, l’iconoclasme par le peuple est une remise en cause directe du pouvoir royal38. Or une bonne part des efforts de Calvin – à commencer par l’Institution – cherche à convaincre que les protestants ne sont pas séditieux. Ainsi que Calvin le précise dans ses leçons sur le livre d’Amos (1558), il fallait tout faire pour déjouer les « ruses et moyens obliques » de ses adversaires qui défendaient leurs prérogatives en affirmant que la doctrine protestante « ne peut être reçue ni approuvée que tout le monde ne soit renversé, que toute police ne soit pervertie, tout ordre mis en confusion, que les rois ne soient dépouillés de leur puissance et dignité »39.

  • 40 Commentaire de Moïse, p. 222.

26On ne s’étonnera pas dès lors que Calvin défende, à propos cette fois des dépendances politiques du premier commandement, qu’on ne réprime les erreurs qui tendent à détruire la vraie religion que par autorité publique40. Sans doute Dieu n’a-t-il pas besoin du bras séculier pour défendre la religion, mais pourquoi empêcherait-on Dieu d’avoir recours à l’autorité des magistrats pour faire valoir sa volonté ? Si tous conviennent que les préceptes de la deuxième Table doivent être mis en œuvre par le politique, il ne peut en être, par principe, autrement de ceux de la première :

  • 41 Ibid.

Il [Dieu] se pourrait passer du moyen de la justice terrienne pour maintenir la religion ; il ne le veut pas. Est-ce merveille si Dieu veut que les magistrats vengent les offenses de sa gloire, quand il ne permet et ne souffre point que les larcins, paillardises et ivrogneries demeurent impunis ?41

  • 42 L’Épître à Henri de Vendôme est datée du 31 juillet 1563. Henri IV est né le 13 décembre 1553.
  • 43 2 Rois 18-20, Esaïe 36-39.
  • 44 2 Rois 22, 8.
  • 45 2 Rois 23.
  • 46 Alain Dufour, « La Réformation en Béarn d’après la lettre de Théodore de Bèze à Jeanne d’Albret de (...)
  • 47 Lettre de Calvin à Edward Seymour, dans Calvin, Lettres anglaises, textes choisis transcrits et pré (...)
  • 48 Lettres anglaises, p. 58.

27Le Commentaire des cinq livres de Moïse est dédié à Henri de Vendôme, qui n’a pas dix ans42. Calvin ignore qu’il s’adresse alors au futur roi de France quand il recommande au jeune héritier du trône de Navarre, de s’identifier aux saints rois de l’Ancien Testament. D’Ezechias, il retiendra que le vrai trésor est la crainte de Dieu43 et de Josias qu’un enfant-roi peut avoir pour projet de suivre la loi44 et de détruire les sanctuaires des idoles45. Le roi pieux est le mieux à même de purger les temples des idoles, tout en maintenant l’ordre. C’est d’ailleurs ce que soutiendra explicitement Théodore de Bèze lorsqu’il s’adressera, quatre ans plus tard, à Jeanne d’Albret, en parfaite continuité avec l’enseignement de son maître. Mieux vaut reconvertir les anciennes églises du Béarn en temples « par bon ordre et autorité de justice », plutôt qu’en les abandonnant à l’iconoclasme du peuple, car « si l’abat des idoles se fait par les peuples, il est malaisé qu’il n’y ait beaucoup de mécontentement, confusion et tumulte »46. Calvin lui-même avait tenu exactement le même discours lorsqu’il s’était adressé à Edouard VI en 155147. À partir des mêmes figures bibliques d’Ezechias et de Josias, il avait exhorté le jeune roi à extirper les abus en purifiant la « chrétienté bâtarde »48.

  • 49 Commentaire de Moïse, p. 222.
  • 50 Lettres anglaises, p. 58.
  • 51 Épître à Henri de Vendôme.
  • 52 Lettre à Coligny de 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, Tome VIII, Genève, Droz, 1976, p (...)

28Toute l’ambivalence du discours est là. Comme princes protestants, Henri de Vendôme et Édouard VI sont-ils du côté civil ou religieux ? D’un côté, Calvin les compte certainement parmi ces Magistrats fidèles, « nourriciers de l’Église », qui rendent hommage au Fils de Dieu49. Ils font partie du « nous » et sont acquis à la cause. Mais de l’autre, c’est bien à des princes que Calvin s’adresse, qui ne peuvent être vus simplement comme le prolongement armé de l’Église. Lorsqu’il évoque le Décalogue dans ce contexte, Calvin ne se réfère pas à la révélation mais au « droit commandement de Dieu et naturel »50, traduisant la volonté originelle du Créateur, qu’il serait contraire à la raison d’ignorer51. Quelques années plus tard, en 1567, Théodore de Bèze ne verra pas plus de contradiction à poser, dans la même lettre à Gaspard de Coligny, que le politique et l’Église sont distincts et par conséquent, qu’ils ne doivent pas être mêlés, tout en enjoignant l’Amiral à suivre le modèle des « bons rois », David, Salomon, Asa, Josaphat, Ezechias, Josias et même Constantin et Charlemagne52.

  • 53 Exhortation chrestienne, p. 222s. ; cité par Olivier Christin, op. cit., p. 58.
  • 54 Inst. I, XVII, 14; II, VIII, 19; III, III, 4.

29Tout cela n’est-il qu’hypocrisie ? Cela n’est pas sûr, pour deux raisons au moins. D’abord parce qu’après tout, le modèle des rois pieux de l’Ancien Testament pourrait être appliqué aussi aux princes catholiques. Un pamphlet protestant anonyme de 1560 présente ainsi Charles IX comme un Josias53 et si l’Institution, adressée à François Ier, ne mentionne jamais le nom de Josias, Ezechias apparaît à plusieurs reprises54.

30Mais surtout parce que la médiation du politique modifie la manière de mettre en œuvre le second commandement. Même si Calvin n’y a pas assisté, il sait certainement comment les choses s’étaient passées autrefois à Genève. Pendant les vêpres du 8 août 1535, le jour même où Guillaume Farel avait pour la première fois prêché le matin à Saint Pierre, un groupe d’enfants s’amusa à singer les chanoines dans la cathédrale. Cette parodie en poussa d’autres à aller plus loin et à jeter bas les « idoles ». Antoine Froment, qui avait assisté à la scène, raconte qu’on vit alors les enfants

  • 55 Saint Pierre Ancienne Cathédrale de Genève, Genève, Association les clés de Saint-Pierre, 1982, p.  (...)

courir et sauter après ces petits dieux et criaient à haute voix joyeux au peuple qui était arrêté dehors l’Église : « Nous avons les dieux des prêtres, en voulez-vous ? » et les jetaient après eux. Et les prêtres à fuir dehors du temple pensant être perdus et à courir aux syndics et de courir après leurs dieux, et des folles femmes de la ville à pleurer et à gémir, maudissant ces cagnes qui ont détruit leurs bons saints.55

  • 56 Daniel Buscarlet, La cathédrale de Genève, Paris/Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1954, p. 61.

31Pour éviter tout désordre et toute déprédation, les syndics, partisans de la Réforme, placèrent dès lors deux surveillants à Saint-Pierre56 et l’année suivante, après que le 21 mai 1536 la Réforme eut été officiellement proclamée à Genève, le magistrat fit simplement déposer les objets de culte dans un grenier, ce qui permit de conserver sans dommage le célèbre retable de Konrad Witz (1400-1444), qui fait aujourd’hui la fierté du Musée d’art et d’histoire de la ville. Même acquis aux idées de la Réforme, le politique a ainsi veillé au respect des biens et des personnes, mieux sans doute que le religieux lui-même.

  • 57 Commentaire de Moïse, p. 348.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 353.

32S’il ne s’agit que de jeux d’enfants, le désordre n’est pas bien grave, mais Calvin rappelle que les textes qui invitent à l’iconoclasme plaident souvent en faveur de l’éradication des infidèles. Il ne s’en émeut guère. À ceux qui trouvent cruel et inhumain d’exterminer femmes et enfants, il recommande « d’adorer en humilité ses œuvres [de Dieu], encore que la raison ne nous en paraisse [pas] »57. Dieu ayant « juste cause d’user de rigueur », mieux vaut apprendre à acquiescer à ses décrets avec modestie58. Il note encore, sans s’y opposer, que le Deutéronome ne condamne pas à mort les idolâtres en général, mais du moins ceux qui abjurent leur foi59.

33À travers la médiation du politique, les choses se présentent autrement. Dès lors qu’il prendra pour seule base le Décalogue, le politique aura garde de ne pas lui donner une interprétation trop extensive. Seuls les athées, qui méprisent la majesté divine, risquent des ennuis véritables. Pour le reste, le magistrat fera preuve d’équité et de clémence, ces deux vertus que Calvin a exaltées depuis son premier commentaire de Sénèque :

  • 60 Ibid., p. 221.

Comme Dieu donne charge aux gouverneurs et gens de justice d’avoir la religion pour recommandée afin de châtier ceux qui la troubleront, ainsi à l’opposite, il prévient le vice commun qu’on ne se jette point à la volée et de zèle inconsidéré à exercer contre les innocents la rigueur qui doit être employée contre les contempteurs de sa majesté.60

  • 61 Ibid., p. 8.

34L’application aux guerres religieuses est évidente, chaque parti devant prendre soin de ne pas se laisser « divertir d’équité et droiture »61. Et c’est le même esprit de modération qui présidera à la mise en œuvre politique du second commandement :

  • 62 Ibid., p. 346.

Je confesse bien que tout ce qui tend à nourrir les superstitions doit être rasé, moyennant que nous ne soyons pas superstitieux en notre rigueur excessive, faisant trop grande instance de ce qui est de soi moyen et indifférent.62

35L’examen des dépendances politiques du second commandement nous présente ainsi deux visages du Réformateur : l’un ouvert à une interprétation mesurée et large, l’autre plus radicale, jusqu’à un potentiel fanatisme.

L’ICONOCLASME EN ACTE : LES AFFAIRES DE SAUVE ET DE LYON

36Avant de conclure, je voudrais évoquer deux situations concrètes au cours desquelles Calvin a dû se positionner. Je les prendrai comme autant de mises à l’épreuve de son modèle.

  • 63 Mesures à prendre pour réprimer les désordres des iconoclastes et de leur chef, le ministre Tartas (...)

37La première est le « fol exploit » qui s’est fait à Sauve, aux portes des Cévennes, en 1560. Les protestants du lieu, autorisés par leur ministre Tartas, s’emparèrent de l’église, en chassèrent les prêtres, abattirent la croix et brûlèrent les idoles63. Calvin écrivit alors au consistoire de Sauve pour lui demander de désavouer ce qui avait été commis et de renvoyer Tartas. L’essentiel des arguments que nous avons mentionnés se retrouve alors. Calvin est certes favorable à la destruction des idoles et il se déclare prêt à exposer pour cela sa vie même, mais il condamne ce qui s’est passé. Si chacun est libre d’abattre les idoles en sa maison, la bonne intention ne suffit pas pour faire de même dans le domaine public. Il faut pour cela avoir reçu un mandat de Dieu et être armé par lui d’autorité. Or le peuple n’a pas reçu un tel mandat. Si le second commandement lui est donné, c’est sous la réserve qu’il soit entré dans la terre promise, condition qui n’est pas réalisée ici, puisque Dieu n’a jamais promis à l’Église aucune terre qui lui soit propre. La situation des protestants est celle des prophètes en exil à Babylone, ils peuvent dénoncer l’idolâtrie, mais non « usurper la puissance qui ne leur appartient point ». Calvin ajoute encore un autre argument plus prudentiel que théologique. Les réformés ont tout intérêt à respecter l’ordre public. En choisissant de ne pas « modérer les autres et les tenir en bride », Tartas expose les pauvres Églises à la répression et à la « boucherie ».

  • 64 Lettre 3786 du 13 mai 1562 au Baron des Adrets., CO, vol. 19, col. 411-413.
  • 65 Olivier Christin, « France et Pays-Bas ; le second iconoclasme », p. 58.
  • 66 Lettre 3785 du 15 mai 1562 au consistoire de Lyon, CO, vol. 19, col. 410-411.

38Le second cas est le sac de Lyon, en mai 1562, par le baron des Adrets. Avec l’assentiment des pasteurs, les églises furent pillées et le butin vendu à l’encan par les soldats. Calvin s’adresse alors au baron64, largement complice puisque le pillage lui permettait de financer la guerre65. De nouveau, il avance l’argument de l’autorité légitime et de l’ordre public. Seul celui qui en a reçu l’autorité peut toucher à un bien qui, par hypothèse, n’appartient plus à personne. Or cette autorité ne revient qu’au baron en tant que superintendant des affaires et non à ses soldats. Mais l’autorité doit d’abord servir à maintenir l’ordre, par respect du droit autant que par souci de ne pas ternir la réputation des réformés. Le pillage, auquel des ministres seraient mêlés, fournirait un « horrible scandale pour diffamer l’Évangile » et mettre « en opprobre la cause qui est si bonne et sainte de soi ». L’argument prudentiel réapparaît ainsi et Calvin ne s’est pas trompé ; malgré ses efforts pour se démarquer des événements lyonnais, son nom même y sera associé. Le tableau du musée des beaux-arts de Lyon représentant le sac de Lyon en 1562 porte la double légende suivante : « que le dogme impie de Calvin se fortifie par le vol et le sang, la peinture des ruines de Lyon l’enseigne » ; « pendant que Calvin détruisait les droits sacrés de Lyon, une telle image des églises et de la ville a existé »… Un point rapproche pourtant Calvin de la légende du tableau. C’est moins l’iconoclasme qui choque l’un et l’autre que le vol et le sang. Il y a eu certes iconoclasme : les statues de la façade de la cathédrale Saint-Jean ont été jetées à terre, les autels renversés, la clôture du chœur détruite, ainsi que l’abbaye d’Ainay. Mais lorsque Calvin reproche au consistoire de Lyon de ne pas s’être opposé au pillage, il paraît presque excuser l’iconoclasme proprement dit66 :

Il y a du zèle inconsidéré à faire les ravages qu’on a fait aux temples, mais de ce qui s’est fait à la chaude et par quelque dévotion, les gens craignant Dieu n’en jugeront point à la rigueur.

39L’iconoclasme apparaît cette fois comme un dommage collatéral, qui n’estpas encouragé certes, mais qui rend compte d’un « zèle inconsidéré » qu’on ne doit pas juger de manière rigoureuse. Après tout, ceux qui ont voulu purger les temples des idoles avaient une intention pieuse, même s’ils se sont laissé emporter dans le feu de l’action.

40On voit ainsi Calvin partagé entre plusieurs soucis : rappeler certes une position de principe qui confie l’application du second commandement au magistrat, privilégiant ainsi l’ordre et la loi ; mais aussi ne pas donner des raisons aux adversaires de calomnier ou se venger ; et finalement rester clément vis-à-vis des débordements pieux.

CONCLUSION : CALVIN ET LE POLITIQUE

41Nous sommes partis d’une interrogation sur le politique, en nous demandant si Calvin est aux sources de la démocratie ou s’il est un théocrate. Nous pouvons à présent comprendre plus finement en quoi chacune des deux thèses est à la fois excessive et vraie.

  • 67 John Rawls, Libéralisme politique, traduit de l’américain par Catherine Audard, Paris, PUF [1990], (...)

42Calvin n’est certainement pas un démocrate au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Rien ne transparaît ici d’une remise en cause du modèle dynastique où le pouvoir se transmet au sein d’un petit groupe ; encore moins trouve-t-on l’idée d’un pouvoir détenu ou contrôlé par le peuple. Calvin ne partage pas non plus le principe formel de base des démocraties, qui acceptent le pluralisme non seulement comme un fait mais comme un bien et renoncent à arbitrer entre diverses représentations irréconciliables de celui-ci. Cette idée, propre à la modernité et à l’abandon des éthiques substantielles, est précisément née du traumatisme des guerres civiles et religieuses qui ont ensanglanté l’Europe. John Rawls en rend parfaitement compte dans son introduction au Libéralisme politique67. L’origine du libéralisme est bien dans la Réforme, mais pas au sens que Luther et Calvin auraient été plus tolérants que le christianisme médiéval. Même s’ils le définissaient autrement, Luther et Calvin ne doutaient pas que l’obligation morale était en dernier ressort fondée dans la volonté divine. C’est par ses conséquences que la Réforme a mené au libéralisme. La nécessité d’une coexistence pacifique en même temps que l’impossibilité de s’entendre sur la définition téléologique du bien, ont conduit – sur le terrain proprement politique – à renoncer au fondement théologique de la morale. C’était en quelque sorte faute de mieux que les démocraties s’en sont remises à la seule liberté de pensée et à des procédures qui ne garantissaient plus que la décision fût bonne mais juste. La souveraineté du peuple, l’échange libre comme seule base à la décision, les règles de la majorité ou de désignation de représentants élus au suffrage universel ne pouvaient être voulus par Calvin, pour la simple raison qu’ils sont les expressions d’une solution pacifique aux conflits que Calvin a en quelque sorte engendrés.

  • 68 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 1098b, 25-29.
  • 69 Ibid., VI, 1138b, 25.
  • 70 Ibid., IX, 1180a, 35.
  • 71 Inst. IV, XX, 8.
  • 72 Aristote, Rhétorique, I, VIII.

43En ce sens, Calvin est un Ancien et non un Moderne. Il ne voit aucune contradiction à défendre une autonomie au politique, tout en proposant les lumières du sage pour dessiner les contours de la loi naturelle. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il se soit représenté son rôle comme celui du théocrate ou même du prophète qu’il est certainement sur le plan religieux. Il pouvait se considérer comme un sage, dans la lignée d’Aristote qu’il connaît bien. Certes, Aristote s’en tient à la terre et repousse, pour définir la tâche du politique, tout fondement dans le ciel platonicien des idées ou dans la transcendance. Mais la méthode dialectique ne ferme pas l’oreille à l’opinion des savants. Elle la met en tension avec celle de la foule68. C’est alors au philosophe de trouver la manière de lever l’aporie qui résulte de la confrontation par un point d’équilibre entre des maux opposés. Et c’est sur la base d’une définition de l’orthos logos, de la droite règle69, que le politique doit édicter les lois qui mèneront le peuple au bien70. Lorsqu’il assume ce rôle dans l’Éthique à Nicomaque, Aristote n’entend pas substituer son autorité à celle de la conscience de chacun, mais rendre compte des mouvements de l’âme pour comprendre les ressorts et l’intention de la nature. Calvin vit du même rêve où le sage sait discerner dans la nature ce qui relève du fait et de la norme. À travers Varro, Sénèque, Juvénal, Horace et Paul, c’est Calvin qui parle et qui s’adresse au politique. Même si l’Institution déclare prudemment que chaque forme classique de gouvernement – la démocratie, la monarchie et l’aristocratie – a ses avantages et ses inconvénients71, Calvin est, comme Aristote, du côté des aristocrates, gouvernement des meilleurs, c’est-à-dire des hommes de bien72.

44Mais comme on le voit, Calvin ouvre par son approche une voie originale pour penser le politique. À travers sa condamnation de l’iconoclasme de ceux qui n’en n’ont pas reçu l’autorité, il récuse les interprétations révolutionnaires de la Réforme. À tout prendre, l’ordre et le droit des personnes et des biens l’emportent sur la mise en œuvre radicale de ses propres thèses. Mais à l’inverse, Calvin met en cause toute forme de prétention à la souveraineté absolue. C’est devant une loi universellement partagée, en deçà du pouvoir et hors du religieux que le politique doit chaque fois rendre compte de son action. Reçue par tous en leur conscience, cette loi met en droit, sinon en fait, tous les êtres humains dans une position fondamentale d’égalité, sans distinction de naissance, de richesse, de compétence ou de sexe. Second par rapport à la loi naturelle, le politique garde entier son pouvoir exécutif, mais n’a qu’un pouvoir législatif et judiciaire limité. Ce sont ces différents traits – contestation de la souveraineté absolue, explicitation d’une norme fondée sur la conscience de tous, esquisse d’une séparation des pouvoirs – qui inscrivent le Réformateur dans la généalogie d’un projet démocratique en germe, qui attendra deux siècles encore pour éclore.

Notes

1 Cf. deux de mes articles « Calvin, aux origines de la démocratie ? », Études Théologiques et religieuses 83, 2008/3, p. 351-366 et « Quel usage de la Bible en éthique politique ? », Études Théologiques et religieuses 84, 2009/3, p. 373-387.

2 Claude Levi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Seconde édition, Mouton & Co, Paris-La Haye, 1967, p. 28-29.

3 Institution de la religion chrestienne [1562], Jean-Daniel Benoît (éd.), Paris, Vrin, 1957-1963, ci-après Inst. Nous mentionnons chaque fois le livre, le chapitre et le paragraphe. Ici Inst. I, VI, 2. Nous avons modernisé l’orthographe de l’ensemble des citations de Calvin pour faciliter la lecture.

4 Inst. II, II, 12-13.

5 Inst. II, II, 24.

6 Cicéron, De Legibus III, 7s, cité dans Inst. IV, XX, 9.

7 Les Institutions oratoires de Quintilien (V, II, 41) sont mentionnées par Calvin dans son commentaire de Rm 2, 15 : Commentaires sur le Nouveau Testament : le tout revu diligemment et comme traduit de nouveau, tant le texte que la glose, Paris, C. Meyrueis, 1854-1855 (reproduction textuelle de l’édition française imprimée à Genève par C. Badius en 1561), vol. 3, p. 39-40.

8 Inst. IV, XX, 9.

9 Ibid.

10 Inst. I, IV, 1.

11 Inst. I, IV, 4.

12 Inst. I, III, 1, Sermons sur le Deutéronome, dans Calvini Opera quae supersunt omnia, G. Baum, E. Cunitz et E. Reuss (éd.), Braunschweig et Berlin, Schwetschke, 1863-1890, ci-après CO, vol. 28, col. 489.

13 « Tu n’auras pas d’autre Dieu devant ma face », « Tu ne te feras pas d’image taillée », « Tu ne prendras pas le nom du Seigneur ton Dieu en vain », « Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier ».

14 Dans la manière d’identifier les quatre premiers commandements, Calvin ne suit ni la tradition juive, qui fait du rappel de la sortie d’Égypte le premier commandement, ni la tradition augustinienne, qui identifie le premier commandement au double interdit de servir d’autres dieux et de se faire des images. Calvin se range plutôt à la tradition orientale qui fait de l’interdit du culte des images un commandement à part entière, le second commandement (Inst. II, VIII, 12).

15 « Ici donc est notée cette rage que tous les hommes se sont voulu figurer Dieu, ce qui démontre certainement les lourdes et folles imaginations qu’ils ont eues touchant Dieu » Commentaires sur le Nouveau Testament, t. 3, p. 28, sur Rm 1, 23.

16 Mathieu Ory (ou Oris) meurt en effet en 1557.

17 On trouvera l’argumentaire de l’inquisiteur et la réponse de Calvin dans Copie d’un papier de l’inquisiteur Oris, donné aux prisonniers pour la parole à Lyon, pour faire tenir à M. Calvin, Genève, Bibliothèque publique et universitaire, Cod. 113, fol. 67 ; reproduit dans les CO, vol. 10, col. 197-202.

18 Ibid., col. 201.

19 Ibid.

20 Inst. I, XI, 4. C’est nous qui soulignons.

21 Inst. I, XI, 6.

22 Inst. I, XI, 2-4.

23 C’est sans doute en ce sens qu’il faut comprendre « qu’il n’y a plus de religion, moins [encore] qu’entre les Turcs et les Païens » (Sermon 77 sur Job, CO, vol. 34, p. 202 ; cf. Sermon 124 sur Job, CO, vol. 35, p. 73-74).

24 Pour Calvin, deux marques à proprement parler définissent l’Église : la Parole de Dieu et l’administration des sacrements selon l’institution du Christ (Inst. IV, I, 9). Mais en précisant que la parole doit être non seulement « prêchée », mais « écoutée » (ibid.), il attend une mise en œuvre des préceptes divins les plus essentiels, ceux précisément du Décalogue.

25 Sermons sur le Deutéronome, dans CO, vol. 25, col. 583-584.

26 Cf. F. Dermange, « Calvin contre la puissance souveraine », à paraître dans un volume sur Calvin et Hobbes.

27 La première vague d’iconoclasme avait touché l’Allemagne et la Suisse dans les années 1530. Calvin meurt en 1564.

28 Inst. I, XI-XII.

29 Commentaires de M. Jean Calvin sur les cinq livres de Moyse ; Genese est mis a part, les autres quatre livres sont disposez en forme d’Harmonie : avec cinq indices dont les deux contenans les passages alleguez et exposez par l’autheur sont adjoustez de nouveau en ceste traduction, Genève, imprimé par François Estiene, 1564 ; ci-après Commentaires de Moïse. La traduction française suit l’édition princeps parue l’année précédente en latin chez Henry Estienne.

30 Inst. IV, XX, 16.

31 C’est là le principal usage que Calvin voit à la loi (Inst. II, VII, 12).

32 Mosis libri V, cum Johannis Calvini Commentariis, CO, vol. 25, p. 546 sq.

33 Commentaire de Moïse, p. 351.

34 Ibid., p. 346.

35 Ibid., p. 352.

36 Ibid., p. 346.

37 Ibid., p. 347.

38 Olivier Christin, « France et Pays-Bas ; le second iconoclasme », dans L’iconoclasme, vie et mort de l’image médiévale, Berne, Strasbourg, Zurich, Somogy, 2001, p. 60 ; du même Une Révolution symbolique, l’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Éd. de Minuit, 1991.

39 Leçons et expositions familières de Jehan Calvin sur les douze petis Prophètes, Genève, Thomas Courteau, 1565, p. 369.

40 Commentaire de Moïse, p. 222.

41 Ibid.

42 L’Épître à Henri de Vendôme est datée du 31 juillet 1563. Henri IV est né le 13 décembre 1553.

43 2 Rois 18-20, Esaïe 36-39.

44 2 Rois 22, 8.

45 2 Rois 23.

46 Alain Dufour, « La Réformation en Béarn d’après la lettre de Théodore de Bèze à Jeanne d’Albret de janvier 1567 », dans L’amiral de Coligny en son temps, Paris, Société d’histoire du protestantisme français, 1974, p. 313-323, cité par Christin, p. 60.

47 Lettre de Calvin à Edward Seymour, dans Calvin, Lettres anglaises, textes choisis transcrits et présentés par Albert-Marie Schmidt, Paris, Berger-Levrault, 1959, p. 61 et Lettre de Calvin à Edouard VI, janvier 1551, p. 105 ; voir aussi Francois Dermange, « Calvin, aux origines de la démocratie ? », Études théologiques et religieuses, 2008, vol. 83, no 3, p. 351-366.

48 Lettres anglaises, p. 58.

49 Commentaire de Moïse, p. 222.

50 Lettres anglaises, p. 58.

51 Épître à Henri de Vendôme.

52 Lettre à Coligny de 1567, dans Correspondance de Théodore de Bèze, Tome VIII, Genève, Droz, 1976, p. 270.

53 Exhortation chrestienne, p. 222s. ; cité par Olivier Christin, op. cit., p. 58.

54 Inst. I, XVII, 14; II, VIII, 19; III, III, 4.

55 Saint Pierre Ancienne Cathédrale de Genève, Genève, Association les clés de Saint-Pierre, 1982, p. 67.

56 Daniel Buscarlet, La cathédrale de Genève, Paris/Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1954, p. 61.

57 Commentaire de Moïse, p. 348.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 353.

60 Ibid., p. 221.

61 Ibid., p. 8.

62 Ibid., p. 346.

63 Mesures à prendre pour réprimer les désordres des iconoclastes et de leur chef, le ministre Tartas CO, vol. 18, col. 580-581. Suite à cette intervention, le consistoire suspendit Tartas de ses fonctions.

64 Lettre 3786 du 13 mai 1562 au Baron des Adrets., CO, vol. 19, col. 411-413.

65 Olivier Christin, « France et Pays-Bas ; le second iconoclasme », p. 58.

66 Lettre 3785 du 15 mai 1562 au consistoire de Lyon, CO, vol. 19, col. 410-411.

67 John Rawls, Libéralisme politique, traduit de l’américain par Catherine Audard, Paris, PUF [1990], 1995, p. 12 sq.

68 Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 1098b, 25-29.

69 Ibid., VI, 1138b, 25.

70 Ibid., IX, 1180a, 35.

71 Inst. IV, XX, 8.

72 Aristote, Rhétorique, I, VIII.

Auteur

Université de Genève

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540