Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie II – Autorité et critique

Calvin et les Libertins spirituels

Louise Daubigny

Résumé

En 1545, Calvin publie un traité violemment polémique intitulé Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz. Le texte est dirigé contre les Libertins spirituels, secte considérée par le réformateur comme la pire qui n’ait jamais été, et qui se serait manifestée dans le nord-est de la France entre les années 1530 et 1560. D’après Calvin, les membres de la secte se seraient distingués par une interprétation personnelle de la Bible, qui leur aurait permis de justifier leur immoralité. Il semblerait en fait que certains éléments de la doctrine réformée aient été détournés par les Libertins spirituels pour forger leurs propres idées, ce qui expliquerait l’aversion du réformateur pour cette hérésie et sa détermination à la combattre. Pour éviter que les persécutions catholiques ne confondent les partisans de la réforme et les sectes de toutes sortes en une même condamnation, les réformés devaient en effet se démarquer face aux hérésies. Il s’agira donc de tenter d’expliquer l’aversion du réformateur pour les Libertins spirituels en mettant en regard les idées des sectaires et celles de la Réforme et de montrer les moyens employés par Calvin pour dévaloriser la secte libertine.

Texte intégral

INTRODUCTION

1Dans l’œuvre de Jean Calvin, les années 1540 sont marquées par les textes polémiques : après avoir défini la religion réformée en France à travers la publication de l’Institution de la religion chrétienne, il s’agit pour le réformateur de la défendre contre les catholiques et contre les sectaires de toute sorte. En 1544 est ainsi publiée la Brieve instruction contre les Anabaptistes ; en 1545 le Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz ; et en 1547, l’Epistre contre un cordelier. Dans chacun de ces ouvrages, il est fait mention d’un mouvement religieux très peu connu, les Libertins spirituels, que Calvin s’est attaché à combattre pour préserver ses fidèles.

  • 1 Jules Bonnet, Lettres de Jean Calvin, t. I, p. 111-117. Lettre de Jean Calvin à la reine de Navarre (...)

2D’après Calvin, les Libertins spirituels se seraient distingués par une doctrine qui leur aurait permis de justifier leur immoralité. Leur interprétation de la Bible les aurait en effet conduits à nier la différence entre le bien et le mal, en reportant la responsabilité des actions humaines sur la volonté divine. La secte est ainsi considérée par le réformateur comme « la plus pernicieuse et exécrable qui fust oncques au monde »1. Pourtant, seuls quelques noms de Libertins sont cités par Calvin dans son traité, et il reste très peu de traces de ce mouvement, qui devait être relativement restreint au moment de l’écriture du traité.

3Pourquoi donc s’attaquer aux Libertins spirituels, obscur groupuscule qui ne devait pas présenter un bien grand danger pour la Réforme naissante ? Plus encore, comment expliquer l’absence de textes catholiques contre les Libertins spirituels ? Il s’agira de tenter d’expliquer la haine de Calvin pour les membres de la secte en comparant les idées libertines avec la doctrine réformée.

LES IDÉES LIBERTINES : UNE ADAPTATION DU DOGME RÉFORMÉ

Le libre arbitre

4Le traité contre les Libertins spirituels a été écrit par Calvin pour inviter ses lecteurs à se méfier de la doctrine libertine. D’après lui, les Libertins spirituels concevraient en effet un esprit de Dieu omniprésent et à l’origine de toute action humaine, ce qui leur servirait à justifier tous leurs actes. Dieu étant l’auteur de toute activité, l’homme serait en effet privé de sa volonté et de la responsabilité de ses actes, ce qui conduirait les Libertins spirituels à prêcher une indistinction entre le bien et le mal, et à assumer crimes ou débauches comme des œuvres louables, d’origine divine. Pour les Libertins spirituels, le devoir de l’homme serait de ne plus faire cas du péché, de renoncer à sa volonté propre pour se laisser mener par Dieu : c’est en effet la conscience morale individuelle qui serait un obstacle au retour à l’âge d’avant la Chute, auquel tout homme devrait aspirer.

5Or, la Renaissance est une période où le débat sur le libre arbitre se pose avec une intensité particulière. Pour les protestants, à la suite de Luther et du De servo arbitrio, l’homme est en effet prédestiné par Dieu au salut ou à la damnation, sans que sa volonté ni que son action puissent influer sur son propre destin. Les bonnes œuvres, n’ayant aucune valeur salvatrice, ne peuvent être que gratuites. Enfin, si l’homme possède un libre arbitre, celui-ci ne peut lui permettre que de se tourner vers le péché : seule la grâce divine, attribuée par Dieu à ses seuls élus, permet de bien agir. D’après Calvin, à la suite de Luther, l’homme est impuissant à se sauver par sa propre volonté : c’est Dieu seul qui peut le sauver par la grâce, mais l’homme reste responsable de ses actes. Au contraire, dans le De libero arbitrio, Érasme défend la capacité de l’homme à se déterminer vers le bien ou le mal : pour lui, la conception de Luther reviendrait à nier la justice divine en même temps que la liberté humaine ; or, Dieu doit nécessairement punir et récompenser justement.

6Le principe protestant de la sola gratia, qui tient pour négligeable la valeur des actions humaines, semble donc avoir été radicalisé par les Libertins spirituels : pour eux, l’homme étant prédestiné au salut ou à la damnation, il ne peut mal agir. Il s’agit justement de la conséquence à laquelle Érasme accusait Luther d’aboutir : les Libertins spirituels sont donc susceptibles d’apparaître, aux yeux des catholiques, comme une caricature de la Réforme.

Lecture de la Bible

7Ce n’est pas la seule idée que les Libertins spirituels semblent avoir empruntée aux réformés. À l’origine de la Réforme, on trouve la volonté de permettre au peuple de lire et de comprendre la Bible : la parole du Christ devant être accessible à tous, le texte biblique doit être traduit en langue vernaculaire et débarrassé de ses commentaires. Alors que pour les catholiques, la Bible est un texte fondamentalement riche et polysémique, susceptible de recevoir des interprétations multiples, les réformés font de la Bible un texte fondamentalement simple et clair. Le sens historique est primordial, et pour un passage de la Bible, il ne peut y avoir qu’un seul sens spirituel.

8Or, dans plusieurs traités de Calvin et de Farel, on trouve l’idée selon laquelle les Libertins spirituels se distingueraient par leur volonté de ne retenir, de leur lecture de l’Écriture, que leur interprétation personnelle. Comme les réformés, les Libertins spirituels s’attacheraient à supprimer les gloses dans le texte biblique et à s’investir personnellement dans leur lecture, mais ce serait pour mieux réinterpréter le texte, et n’en retenir que le sens spirituel issu de leur propre interprétation : les membres de la secte s’estimeraient en effet inspirés directement par Dieu, pensant inaugurer un âge de l’Esprit où l’Écriture serait pleinement compréhensible par l’homme.

  • 2 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », Scrip (...)

9Or, cette liberté d’interprétation revendiquée par les Libertins amènerait, aux yeux des réformateurs, un désordre universel, puisqu’il serait impossible de distinguer la bonne interprétation de la mauvaise : « Ilz taschent de nous d’estourne[r] de l’escriture pour nous faire vaguer en leurs imaginations, ou plustost de nous esgarer hors des limites de l’escriture à fin que chacun suyve ses propres songes et les illusions du diable au lieu de la verité de Dieu »2, écrit ainsi Calvin. Pour les réformateurs, la lecture de la Bible doit être diffusée au plus grand nombre, mais pour éviter ce type de dérives, l’interprétation, plus délicate, doit être laissée aux pasteurs expérimentés. La volonté affichée par les Libertins spirituels d’interpréter le texte est particulièrement délicate à combattre pour Calvin : les Libertins spirituels ne font que reprendre le dogme fondamental des protestants (sola scriptura) mais les idées auxquelles ils aboutissent en réalité sont estimées folles par les réformateurs.

DE LA NÉCESSITÉ DE SE DÉFENDRE FACE AUX HÉRÉSIES

Se démarquer face aux catholiques et aux protestants

  • 3 Aimé-Louis Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, 1866, tom (...)
  • 4 Émile Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, PUF, 1961, p. 188.
  • 5 Théodore de Bèze, Vie de Calvin, Genève, Suzanne Guers, Paris, Servier, 1830, p. 17.

10Une lettre de Calvin à François Ier montre que dès la Renaissance, les catholiques affirmaient que le protestantisme était la cause de la naissance des sectes les plus dangereuses : « C’est à sçavoir, qu’elle engendre une telle multitude de sectes, tant de troubles et séditions, et telle audace de mal faire. »3 Cet argument devait servir aux catholiques à mettre en garde leurs fidèles et à condamner la Réforme. Pour Calvin, il était donc indispensable de se démarquer des mouvements radicaux tels que le libertinisme spirituel, qui risquaient de provoquer des répressions catholiques contre les protestants aussi bien que contre les dissidents. « Muntzer, les sacramentaires et les anabaptistes ont fait grand tort à l’Évangile » aurait un jour dit Luther4. De même, selon Théodore de Bèze, c’est pour défendre la Réforme, mais surtout pour faire une mise au point devant la dérive des hérésies que Calvin écrivit son Institution : « Calvin ne pouvant souffrir que la véritable religion fut [sic] ainsi noircie, crut qu’il devait faire imprimer son Institution afin de réfuter les calomnies des ennemis de la vérité. »5

11Le dogme protestant se met ainsi en place par opposition avec la doctrine catholique, mais aussi avec les sectes dissidentes réprouvées par les réformateurs. En détournant et en radicalisant les idées protestantes, les dissidents risquent d’attirer à eux des fidèles qui auraient pu se tourner vers la Réforme, de discréditer les réformés aux yeux de ceux qui seraient susceptibles de rejoindre les rangs des réformés, et de donner raison aux catholiques qui font des hérésies une conséquence de la réforme. C’est donc en premier lieu pour éviter que les catholiques ne confondent la Réforme et les dissidences en une même condamnation que les réformateurs sont conduits à se distinguer de ces mouvements dans leurs écrits.

Mettre en garde les fidèles contre les hérésies

  • 6 Calvin, « Epistre contre un cordelier », Scripta didactica et polemica, Genève, Droz, 2005, p. 175.
  • 7 Quintin est en effet forcé d’abjurer ses prétendues convictions réformées : « Ainsi il renonça tout (...)
  • 8 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », Scrip (...)
  • 9 Dans son traité, Calvin cite les paroles d’Étienne de la Forge concernant les Libertins spirituels  (...)
  • 10 « Comme il y a environ deux ans que messire Antoine Pocque, ayant demouré en ceste ville quelque te (...)
  • 11 Gérard Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas (...)

12On comprend également pourquoi les catholiques n’ont pas jugé utile d’écrire spécifiquement contre les Libertins spirituels : à leurs yeux, le libertinisme ne devait être qu’une composante de la Réforme, et c’est en tant que réformés que les sectaires ont pu être poursuivis par les catholiques. D’après le traité de Calvin, un cordelier rouennais susceptible d’avoir adhéré au libertinisme avait été retenu prisonnier par les catholiques « sous ombre de la chrétienté »6, c’est-à-dire en tant que réformé ; c’est aussi en tant que réformé que Quentin Thierry fut condamné à être brûlé à Tournai7. On comprend enfin pourquoi Calvin éprouva le besoin de mettre en garde ses fidèles contre des dissidents dont les écrits devaient circuler, et qui étaient susceptibles de passer pour des martyrs aux yeux des réformés. Ce danger de confusion était d’autant plus grand que le libertinisme s’inspirait des idées de la Réforme, et évoluait dans les cercles des réformés. Calvin se plaint ainsi de ce que les Libertins spirituels tentaient de se faire passer pour des fidèles de la Réforme : « Car à ce que j’ay peu apercevoir, ces canailles ont ceste astuce de s’insinuer soubz ombre du nom des serviteurs de Dieu pour abuser les simples. »8 De fait, Calvin avait probablement pu faire la rencontre de Quintin à Paris, lors de réunions de réformés9 ; un autre Libertin, Antoine Pocque, avait reçu une lettre de recommandation de Martin Bucer, et avait sollicité en vain Calvin lui-même pour en obtenir une de sa part10 ; Antoine Pocque et Claude Perceval avaient même accompagné Pierre Brully, un disciple de Calvin, dans une mission à Tournai11. Par leur seule existence, ces dissidents représentaient donc un risque non négligeable pour les réformateurs : bien accueillis dans les cercles réformés, ils prêchaient en fait des idées contraires à la Réforme de l’Institution de la religion chrétienne.

DES MOYENS DE SE DISTINGUER DU LIBERTINISME

Le problème de la conscience libre

  • 12 « La conscience devient alors la norme du comportement juste. Si tout homme a en sa conscience un a (...)
  • 13 Jean Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », (...)

13Dans ses traités, Calvin s’efforce tout d’abord de remettre en cause la légitimité des idées libertines par rapport au dogme protestant, en particulier la méthode de lecture de la Bible des Libertins spirituels, qui leur sert à justifier toutes leurs idées. Pour les réformés, c’est la conscience individuelle et la sincérité des prières qui permettent de trouver la voie du salut12. Aux yeux de Calvin, il est alors facile d’expliquer pourquoi les Libertins spirituels, alors qu’ils reprennent la doctrine réformée de la sola scriptura, aboutissent à des idées dangereuses : c’est qu’ils lisent la Bible en faisant diaboliquement taire la voix de leur conscience, pour laisser agir leur propre parole. Par là, ils se montrent pires que des païens : « Sainct Paul remonstre que les payens mesmes, sans doctrine et sans escriture, ont une loy imprimée en leurs cueurs, qui est leur conscience, par laquelle ilz s’accusent ou defendent en la presence de Dieu. Ces malheureux la veulent effacer, disans qu’il n’y a rien dequoy on se puisse accuser, veu que Dieu faict tout. Comment auroyent ilz honte de renverser l’escriture, veu qu’ilz sont si hardis d’oster du cueur de l’homme ceste persuasion, que Dieu a engravée de nature en nous tous ? »13

  • 14 « Endormans les consciences par flateries, à fin que sans scrupule chascun vesquist à son appetit » (...)
  • 15 Le nouveau fidèle réformé est celui qui « ouvre les yeux » à la lumière de l’Évangile.

14Le thème de la conscience que l’on endort pour commettre impunément des péchés revient fréquemment sous la plume de Calvin14. Pour le réformateur, les membres de la secte engagent en effet chacun à les imiter en faisant taire leur conscience plutôt que de l’écouter comme guide, et empêchent par là les fidèles de suivre la voie de Dieu. Selon Calvin, la conscience devrait toujours être « éveillée »15, prête à rejeter les fausses interprétations des hérétiques. Lorsque cette conscience se trouve « en sommeil », il n’y a plus aucun moyen de connaître intimement la Loi divine ni de différencier Jésus de Satan.

  • 16 Calvin, op. cit., p. 182.
  • 17 Guillaume Farel, op. cit., p. 123.
  • 18 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », op. c (...)
  • 19 Calvin, op. cit., p. 131.
  • 20 Calvin, op. cit., p. 141.

15De plus, le texte biblique, présenté comme clair et évident par les réformateurs, est toujours avancé comme l’argument ultime contre les affirmations libertines : « cela est manifestement contre l’escriture »16, « toute l’Escriture certifie que l’homme a ce peché de soy, & non de Dieu »17, « ce que l’Escriture nous monstre tant evidemment que merveilles »18, « Il y a tant de tesmoignages de l’escriture pour reprouver ceste vilaine confusion »19, « L’escriture crie haut et clair »20… Il s’agit pour les réformateurs d’imposer leur interprétation comme la seule valable et la seule qui soit conforme à l’Écriture, tout en incitant leurs fidèles à se référer eux-mêmes au texte sacré.

LE MARTYR DE QUINTIN

  • 21 « Ainsi il renonça tout, alleguant qu’il estoit bon catholique à la mode papale ». Calvin, « Epistr (...)
  • 22 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 180.

16Comme les réformés eux-mêmes, les Libertins spirituels sont persécutés par les catholiques : on a vu que le cordelier rouennais avait été enfermé pour avoir prêché la Réforme, et que Quentin Thierry, le chef des Libertins spirituels, avait été condamné au bûcher à Tournai par des catholiques21. Or, il importe pour les réformateurs que ces « justes » condamnations ne soient pas confondues avec les persécutions catholiques contre la Réforme, et que les Libertins spirituels ne soient pas assimilés à des martyrs de la foi. « Il allegue les persecutions qu’il a endurées, comme si sathan n’avoit point des martyrs », écrit ainsi Calvin à propos du cordelier. « Ce n’est pas le tout que d’estre persecuté, ains il faut discerner la cause. »22 Les persécutions n’ouvrent donc pas automatiquement la voie au statut de martyr.

  • 23 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 193-194.

17De plus, le supplice de Quentin Thierry à Tournai est décrit par Calvin comme une parodie de martyre, bien éloignée des souffrances subies par les fidèles de la Réforme : « Toutes fois je m’en deporte et toucheray seulement un mot de sa mort pour vous monstrer quel beau martyr c’est. » Ainsi, Quintin n’hésite pas à renoncer à sa foi pour tenter de se sauver, à l’inverse des saints de la tradition chrétienne : « Estant pris, il ne tint pas à luy qu’il n’eschappast selon ceste belle philosophie qu’ilz tiennent, qu’il est licite de se contrefaire et se transformer pour decevoir ceux qu’ilz appellent charnelz » ; « Car estant venu sur l’eschafaut, à l’instigation des caphardz il exhorta deux fois le peuple de se bien garder de lire la saincte escriture, qu’il n’y avoit rien pire ne plus pernicieux pour les simples gens. »23 Là encore, l’objectif est bien de se démarquer des hérésies, en opposant la vérité et les valeurs de la foi aux dissidences, présentées comme des parodies de la Réforme.

  • 24 David El Kenz, Les bûchers du roi : la culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ (...)
  • 25 Calvin, « Contre les Libertins spirituels », op. cit., p. 57.
  • 26 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 193-194.
  • 27 David El Kenz, op. cit., p. 86.
  • 28 Dans Les vrays pourtraits des hommes illustres, Théodore de Bèze évoque plusieurs martyrs de la foi (...)

18Dans Les bûchers du roi24, David El Kenz a étudié la symbolique du martyre dans les écrits réformés, et montre que la figure du martyr permet à Calvin de faire la distinction entre les vrais partisans de la Réforme et les « nicodémites » qui cachent leurs convictions pour sauver leur vie. Le vrai réformé, c’est celui qui accepte de mourir pour la gloire de Dieu, tel Étienne de la Forge dont il est fait mention dans le Contre les Libertins spirituelz : « duquel la memoire doit estre beniste entre les fideles comme d’un sainct martyr de Jesus Christ »25. À l’inverse, Quintin perd toute possibilité d’accéder au statut de martyr en n’hésitant pas à renoncer à ses croyances pour s’affirmer comme catholique et tenter de se sauver, en affirmant devant la foule le danger qu’il y a à lire la Bible – trahissant par là aussi bien les convictions libertines que protestantes. La crainte de la douleur pousse en effet Quintin à renoncer à toutes ses idées : « Il demanda pour le moins de n’estre point executé par torment cruel, s’offrant à dire tout ce qu’on voudroit, comme il s’en acquitta bien. »26 Or, comme l’indique David El Kenz : « Aux yeux de Calvin l’expression même de la souffrance est un signe de conformité à la mort du Christ. »27 Calvin refuse donc à Quintin les honneurs du martyre ; sa mort ne saurait être comparée à celles des chrétiens du temps de Jésus ou même à celles des protestants actuels28, qui endurent les persécutions pour affirmer leur foi.

CONCLUSION

  • 29 « Le dissident cesse de l’être lorsqu’il met en place à son tour un système qu’il cherche à imposer (...)

19La Réforme est d’abord une dissidence aux yeux du catholicisme : en s’instaurant comme Église propre, elle se trouve à son tour en opposition avec des mouvements qu’elle estime dissidents29. Les Libertins spirituels s’inspirent de la Réforme mais proposent leur propre interprétation de la Bible et radicalisent le dogme protestant : les réformateurs peuvent alors craindre une confusion aux yeux des catholiques et de leurs fidèles, et vont combattre ces dissidences par leurs traités polémiques.

20Les dissidences telles que le libertinisme spirituel permettent paradoxalement aux réformateurs de se définir par opposition avec les mouvements qu’ils réprouvent : on assiste alors à la levée du protestantisme comme Église constituée, désireuse de limiter son action et de ne pas permettre à n’importe quelle interprétation de s’imposer chez les fidèles. C’est pour éviter les amalgames que le protestantisme se restreint peu à peu à un dogme, limité par ce que Luther ou Calvin ont déterminé comme la voie de l’Évangile.

Notes

1 Jules Bonnet, Lettres de Jean Calvin, t. I, p. 111-117. Lettre de Jean Calvin à la reine de Navarre, 28 avril 1545. Copie Bibliothèque de Genève, vol. 107.

2 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », Scripta didactica et polemica, Genève, Droz, 2005 (1re éd. 1545), p. 77.

3 Aimé-Louis Herminjard, Correspondance des réformateurs dans les pays de langue française, 1866, tome IV, no 545, p. 10. « Epistre au treschrestien Roy de France… en laquelle sont demonstrées les causes dont procedent les troubles qui sont aujourd’huy en l’Eglise », publiée à Bâle au mois de mars 1536.

4 Émile Léonard, Histoire générale du protestantisme, Paris, PUF, 1961, p. 188.

5 Théodore de Bèze, Vie de Calvin, Genève, Suzanne Guers, Paris, Servier, 1830, p. 17.

6 Calvin, « Epistre contre un cordelier », Scripta didactica et polemica, Genève, Droz, 2005, p. 175.

7 Quintin est en effet forcé d’abjurer ses prétendues convictions réformées : « Ainsi il renonça tout, alleguant qu’il estoit bon catholique à la mode papale ». Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 193.

8 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », Scripta didactica et polemica, Genève, Droz, 2005 (1re éd. 1545), p. 61.

9 Dans son traité, Calvin cite les paroles d’Étienne de la Forge concernant les Libertins spirituels : « Toutefois je ne puis dissimuler ce que j’ay entendu par feuz Estienne de la Forge, duquel la memoire doit estre beniste entre les fideles comme d’un sainct martyr de Jesus Christ ». Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », op. cit., p. 57. Or, Étienne de la Forge était mort en 1535 des suites de l’affaire des placards. De plus, Calvin mentionne plus loin une rencontre avec Quintin, qui aurait eu lieu plus de dix ans avant l’écriture de son traité : « Or ne say je pas combien il y a qu’il vint en France, mais il y a plus de dix ans que je l’y ay veu », ibid. La Vie de Calvin de Théodore de Bèze permet de préciser que Calvin avait fait la connaissance d’Étienne de la Forge à Paris, vers 1533. Il semble donc assez probable que la première rencontre entre Quintin et Calvin se soit produite à Paris vers 1533, au sein d’une communauté réformée.

10 « Comme il y a environ deux ans que messire Antoine Pocque, ayant demouré en ceste ville quelque temps et ayant dissimulé sa meschante doctrine, practiquoit au partir et solicitoit par subtil moyen d’avoir tesmoignage de moy, à fin de s’en ayder envers ceux qui me deferent quelque auctorité ». Calvin, op. cit., p. 61.

11 Gérard Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Paris, Les Belles Lettres, 1962, p. 93.

12 « La conscience devient alors la norme du comportement juste. Si tout homme a en sa conscience un authentique “porte-parole” de la volonté de Dieu, il ne peut manquer de passer outre toutes les perplexités et d’agir juste ». Stéphan Geonget, La notion de perplexité à la Renaissance, Genève, Droz, 2006, p. 221.

13 Jean Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », op. cit., p. 101.

14 « Endormans les consciences par flateries, à fin que sans scrupule chascun vesquist à son appetit », Jean Calvin, op. cit., p. 49 ; « Endormir leurs consciences, à fin de n’avoir plus nulle crainte d’enfer », Jean Calvin, op. cit., p. 54. ; « Ont cherché d’endormir leurs consciences à fin de servir à sathan sans aucun remors ne scrupule », Jean Calvin, op. cit., p. 64. ; « Endormir les consciences, à fin que sans soucy chacun face ce qui luy viendra en avant », Jean Calvin, op. cit., p. 100.

15 Le nouveau fidèle réformé est celui qui « ouvre les yeux » à la lumière de l’Évangile.

16 Calvin, op. cit., p. 182.

17 Guillaume Farel, op. cit., p. 123.

18 Calvin, « Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituelz », op. cit., p. 96.

19 Calvin, op. cit., p. 131.

20 Calvin, op. cit., p. 141.

21 « Ainsi il renonça tout, alleguant qu’il estoit bon catholique à la mode papale ». Calvin, « Epistre contre un cordelier », Scripta didactica et polemica, Genève, Droz, 2005 (1re éd. 1547), p. 194.

22 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 180.

23 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 193-194.

24 David El Kenz, Les bûchers du roi : la culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ Vallon, 1997.

25 Calvin, « Contre les Libertins spirituels », op. cit., p. 57.

26 Calvin, « Epistre contre un cordelier », op. cit., p. 193-194.

27 David El Kenz, op. cit., p. 86.

28 Dans Les vrays pourtraits des hommes illustres, Théodore de Bèze évoque plusieurs martyrs de la foi réformée, qu’il caractérise par leur constance devant la mort. Ainsi, au chapitre sur « Hierosme de Prague » : « Or chascun attendoit que pour se purger une bonne fois il se retracteroit, ou demanderoit pardon de ses fautes. Au contraire il maintint n’avoir point failli, & protesta de ne vouloir avouer les blasmes que ses ennemis lui imposoyent, pour en faire amende honnorable […]. Adjousta[n]t qu’il estoit prestd’endurer constamment & courageusement telle mort qu’on voudroit, qu’il laissoit le dessus à ses ennemis & faux tesmoins, s’asseurant qu’un jour ils rendroyent compte de leurs calomnies à Dieu […]. Mais lui perseverant en son dire, sembloit ne desirer autre chose que la mort » ; « Il alla joyeux & alaigre à la mort : le feu, le tourment, la mort ne l’effrayerent », Théodore de Bèze, Les vrays pourtraits des hommes illustres, Genève, Jean Laon, 1581, p. 14, p. 16.

29 « Le dissident cesse de l’être lorsqu’il met en place à son tour un système qu’il cherche à imposer, et auquel se soustraient d’autres individus ou groupes qui imitent ou redoublent la dissidence originelle ». Bernard Roussel, « Désigner et décrire les dissidents : quelques questions et suggestions à la suite de l’exposé de R. Crahay », dans Marc Lienhard (éd.), Les dissidents du XVIe siècle entre l’humanisme et le catholicisme, actes du colloque de Strasbourg (1982), Baden-Baden, Valentin Koerner, 1983, p. 37.

Auteur

CESR – Université. François-Rabelais – Tours. UMR 7323

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540