Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie I – Genèse de la pensée en Orléanais et Berry

Calvin à Bourges, un état des lieux

Jean-Yves Ribault

Zusammenfassung

Si la présence de Calvin à Bourges comme étudiant en droit est très clairement attestée et relativement bien datée, en revanche, tout n’est pas assuré en ce qui concerne son parcours dans le Berry. Plus énigmatique encore demeure sa position par rapport aux idées luthériennes. S’il est probable que c’est bien à Bourges qu’il les a découvertes, est-ce bien dans cette même ville qu’il les a « prêchées », comme le veut une tradition tenace ? De quand exactement date sa « conversion subite » qu’il évoquera plus tard sans donner de détails ? Sur Calvin à Bourges, il convient de trier entre le certain, le plausible et le légendaire.

Volltext

INTRODUCTION

1Mettre nos pas dans ceux de Jean Calvin, à travers la ville de Bourges, où il fut étudiant entre 1529 et 1531 (sans plus de précision) est un exercice problématique malgré l’abondance des références topographiques. N’évoque-t-on pas couramment, de nos jours, la maison de Calvin, la chaire de Calvin, la pierre de Calvin et même le pont de Calvin ? L’occasion est donc bonne de présenter un état des lieux, pour lequel on s’efforcera de distinguer l’assuré de l’hypothétique. Nous prendrons pour guides un proche de Calvin, à Orléans comme à Bourges, Théodore de Bèze, auteur d’une Vie de Calvin (1565) et d’une Histoire ecclésiastique des églises réformées au royaume de France (1580) et les anciens historiens du Berry, qui ont porté une attention particulière au séjour de Calvin à Bourges et en Berry, soit Louis de Raynal (Histoire de Berry, t. III, 1844) et le vicomte de Brimont (Le XVIe siècle et les guerres de la Réforme en Berry, t. I, 1905), étant entendu qu’aucune source archivistique directe n’a jamais été retrouvée.

UNE CHRONOLOGIE INCERTAINE

2Il est d’abord nécessaire de préciser les données chronologiques. L’arrivée de Calvin à Bourges est, pense-t-on, dépendante de la venue d’André Alciat, célèbre légiste milanais, à la tête de la faculté de droit civil de l’université de Bourges, à la mi-avril 1529. Le 19 de ce mois, Alciat inaugura pour sa première leçon le nouveau local des Grandes Écoles, récemment aménagé par la municipalité dans le bâtiment de l’ancien Hôtel-Dieu, au chevet de la cathédrale. Il n’y a pas ici à insister sur sa méthode qui renouvela profondément l’enseignement du droit. Le succès des leçons d’Alciat fut immédiat et considérable. Il attira de nombreux élèves des universités proches ou lointaines, parmi eux, venant d’Orléans, Jean Calvin et l’helléniste Melchior Wolmar, ce dernier flanqué de son jeune pensionnaire, Théodore de Bèze. On ignore cependant la date exacte de leur arrivée à Bourges et s’ils sont venus en groupe ou isolément.

  • 1 Ioannis Calvini Epistolae vol. I, Genève, Droz, 2005, p. 39-42. Une difficulté supplémentaire vient (...)

3Une lettre de Calvin, adressée de Meillant à son ami François Daniel, première lettre connue de la correspondance calvinienne, datée du 6 septembre 1530, comporte ce passage : « Saluez de ma part Melchior, s’il n’est pas encore parti, du Pinet et Sucquet, en lui redemandant l’Odyssée d’Homère, que je lui ai prêtée… » Les éditeurs de la correspondance de Calvin estiment que cette lettre fut adressée à Bourges plutôt qu’à Orléans, en faisant remarquer que Charles Sucquet, inconnu à l’Université d’Orléans, fut par contre étudiant à Bourges de l’été 1529 à octobre 15301.

  • 2 D. J. Groot, « Melchior Wolmar. Ses relations avec les réformateurs français et suisses », Bulletin (...)

4La lettre du 6 septembre adresse aussi un salut amical à un certain Melchior, qui ne peut être que Melchior Wolmar. Or, si l’on s’en rapporte à D. J. Groot, biographe de Wolmar, celui-ci et Théodore de Bèze seraient venus à Bourges à la fin de l’année 1530. Il y a là encore une difficulté avec la date du 6 septembre 15302.

5Enfin, l’adresse de départ de la lettre du 6 septembre est Melliani, traductible en français par Meillan (aujourd’hui Meillant, commune et château au voisinage de Saint-Amand-Montrond, dans la partie sud du département du Cher). Le séjour de Calvin dans cette localité est inattendu, mais on verra plus loin d’autres exemples d’invitation au château.

CALVIN VU PAR THÉODORE DE BÈZE

6Calvin quittera Bourges au début de 1531 (lettres à ses amis François de Connan, datée de Paris le 4 mars, et Nicolas Duchemin le 14 mai, à propos de la maladie et du décès de Gérard Calvin, son père). Si l’on place son arrivée à l’été 1529, au plus tôt, et son départ au tout début de 1531, il aurait passé à Bourges une année et demie environ, sans préjudice de retours momentanés à Orléans.

7Ce que l’on sait de son séjour est tiré des souvenirs de Théodore de Bèze, en particulier de sa Vie de Calvin écrite après la mort du réformateur (1564). Théodore de Bèze était né à Vézelay en 1519. Il avait donc une dizaine d’années quand il s’établit à Bourges, avec son maître Melchior Wolmar, dans le logis de la sous-chantrerie, en plein cloître de la cathédrale.

8De Bèze nous montre donc son grand camarade, Calvin, installé, quant à lui, non loin du couvent des Augustins, dans un modeste logis de la rue Mirebeau, sur les bords d’un ruisseau appelé l’Yévrette. Chaque jour, il se rend aux Grandes Écoles en haut de la rue Bourbonnoux, au coin de la rue des Trois-Maillets ; à peine le cours d’Alciat est-il terminé qu’il descend la Grande Rue (Bourbonnoux), traverse la place Gordaine et se renferme dans sa chambrette avec ses livres, « écrivant ou estudiant jusqu’à la nuit, et, pour le faire, mangeant peu au souper. Puis, le matin, estant réveillé, se tenant encore quelque temps dans sa couchette, se remémorant et ruminant tout ce qu’il avait appris le soir ». Donc, un excellent étudiant, assidu et travailleur. Il obtint d’ailleurs, sous Alciat, sa licence de droit.

9Mais il ne se bornait pas là. Continuant avec Melchior Wolmar les relations d’amitié mutuelle qu’ils avaient déjà à Orléans, il fréquentait son logis de la sous-chantrerie et ses cours à l’École de grec, indispensables pour lire les Écritures dans le texte original.

10À ce stade de l’enquête, nous pouvons accepter sans difficulté l’évocation de Théodore de Bèze : les Grandes Écoles, l’École de grec (à l’entrée du couvent des Jacobins), la maison de la sous-chantrerie dans le cloître de la cathédrale et la chambrette dans une maison de la rue Mirebeau, non loin du couvent des Augustins.

11De Bèze nous apprend en outre, dans son Histoire ecclésiastique des églises réformées, parue en 1580, c’est-à-dire une cinquantaine d’années après les faits, que Calvin ne se cantonnait pas à Bourges. « D’écolier, il s’estoit fait promptement enseigneur, et pendant qu’il fortifiait le petit nombre de fidèles qui estoient en la ville, (il faisait) plusieurs sermons au dehors, en quelques châteaux et bourgades, où il estoit appelé. »

UN CALVIN PRÊCHEUR ?

12La lettre adressée à son ami François Daniel datée du 6 septembre 1530 à Meillant fournit sans doute un exemple de ces châteaux où Calvin était invité. La tradition le signale aussi à Lignières, les deux seigneuries étant alors reliées par le mariage de Catherine d’Amboise avec Philibert de Beaujeu. Or, T. de Bèze nous a transmis une scène assez étonnante : Calvin « prêchant » dans une grange de Lignières où le seigneur et la dame du lieu venaient l’entendre, « parce que, du moins, il disait du nouveau » ! Lignières n’était pas très éloigné du château de l’Isle-sur-Arnon (commune de Touchay), fief de la famille du Mas, apparentée à celle d’Hangest de Montmort, protectrice du jeune Calvin en Picardie.

13Quand de Bèze parle de « bourgades » on se trouve aussitôt conduit au bourg suburbain d’Asnières-lès-Bourges, siège d’une communauté protestante, attestée depuis le milieu du XVIe siècle et toujours vivante de nos jours. Or sur le chemin d’une lieue qui conduisait à la bourgade, il fallait traverser le ruisseau du Moulon sur un pont (aujourd’hui disparu) qui fut très longtemps appelé le pont de Calvin, en souvenir, pensait-on, des visites de « l’enseigneur ».

14Dans le même ordre d’idées, et pour en revenir à Bourges, la vox populi (et les guides-conférenciers des monuments historiques) ne manque pas de signaler, dans le réfectoire du couvent des Augustins, une chaire de lecteur, de belle facture, de la fin du XVe siècle ; elle est présentée comme la chaire de Calvin et on prétend que Calvin y aurait « prêché » ou « enseigné » (mais à qui ? aux novices ?). Il est vrai que le prieur de la communauté et plusieurs de ses moines passèrent à la Réforme. Faut-il en créditer l’étudiant Calvin ?

15Bien plus, sur la place Gordaine assez voisine, on présente aux curieux une pierre de Calvin, dite aussi « pierre de la crie », parce qu’elle servait au crieur public à faire ses annonces. On prétend que Calvin y serait monté pour « prêcher » les nouvelles doctrines aux passants.

16Cette réputation de « prédicant » attachée au souvenir, vrai ou supposé, de Jean Calvin ne concerne pas seulement Bourges et ses environs. On trouve aussi à Gensac (Gironde) une chaire de Calvin, en réalité un pan de mur d’un ancien château détruit sous Louis XV. Plus spectaculaire encore, à Mouthiers-sur-Boëme, non loin d’Angoulême (Charente), une chaire à Calvin, dont l’escalier, d’une dizaine de marches, est taillé dans le roc à l’entrée d’un abri sous roche magdalénien, évoque on ne sait quel culte clandestin. À Angoulême même, on montrait encore, vers le milieu du XXe siècle, un abri, creusé sous le rempart nord de la ville, dans le prolongement du parc du Jardin vert, où Calvin se serait caché quand il venait de Paris chercher refuge auprès de son ami, le chanoine Louis du Tillet, après le scandale provoqué par le discours du recteur de l’Université de Paris, Nicolas Cop, avec lequel il était lié, le 1er novembre 1533.

EN GUISE DE CONCLUSION

Incertitudes

  • 3 Une précieuse mise au point sur le parcours intellectuel et la personnalité de Calvin a été récemme (...)

17Le séjour à Bourges de Jean Calvin reste matière à incertitude. La chronologie, entre le printemps de 1529 et les premières semaines de 1531, gagnerait à être précisée3. Le principal témoin, Théodore de Bèze, venu à Bourges avec son maître pour la rentrée universitaire de 1529, n’était qu’un enfant de 10 ans ; il ne put côtoyer Calvin que pendant un an et demi environ, celui-ci ayant quitté Bourges dans les premières semaines de 1531. T. de Bèze ne rédigea ses souvenirs qu’après la mort de son modèle, le 27 mai 1564 (Vie de Calvin, 1565), soit près de trente-cinq ans après leur venue à Bourges ; il les complètera plus tard dans L’histoire des églises réformées… (1580). Le témoignage de T. de Bèze est donc sujet à vérification.

La conversion de Calvin

18Lors de son séjour à Bourges (printemps 1529 – début 1531), où en était Calvin dans son évolution religieuse ? On pourrait penser que sa fréquentation assidue d’un luthérien convaincu (quoique discret) comme l’était Wolmar l’entraîna peu à peu vers la Réforme. Or, il a lui-même témoigné, en préface à son Commentaire des Psaumes, du caractère brusque et radical de sa conversion : « Par une conversion subite, Dieu dompta et rangea à docilité mon cœur. »

19Reste à savoir à quelle date et en quel lieu s’est produite cette conversion. À Orléans, sous l’influence de son cousin Robert Olivétan ? À Bourges, dans son commerce assidu avec Melchior Wolmar ? Ou plus tard encore, à la fin de 1533, à la suite du discours de Nicolas Cop, véritable manifeste de la nouvelle doctrine évangélique ?

20Calvin avait encore en juillet 1533 pris part à une réunion capitulaire du chapitre cathédral de Noyon, dont il était membre. Le 4 mai 1534, il résigna tous ses bénéfices ecclésiastiques et consomma ainsi sa rupture avec l’Église catholique romaine. Il s’agit bien là d’une décision radicale. Auparavant et en particulier lors de son séjour à Bourges, s’il a vraiment été ce « prêcheur » que nous présente Théodore de Bèze, ce ne pouvait être que dans l’ambiance et les limites de l’humanisme réformateur qui régnait dans les milieux universitaires d’Orléans et de Bourges. Mais alors, il faut chercher ailleurs l’origine des phénomènes de toponymie calvinienne signalés plus haut.

Retour à Asnières-lès-Bourges

  • 4 Voir Paul Bouquin, Histoire d’Asnières. La vie d’une communauté villageoise de la Septaine de Bourg (...)
  • 5 Didier Boisson, « Une communauté protestante au XVIIIe siècle. Les vignerons d’Asnières-lès-Bourges (...)
  • 6 Ces documents autobiographiques ont été rassemblés et édités par Édouard Favre en deux volumes : Fr (...)

21Il existe donc, à Asnières, depuis le milieu du XVIe siècle jusqu’à nos jours, un noyau protestant tenace et fidèle au souvenir de Calvin, jusqu’à donner son nom au vieux pont sur la rivière du Moulon, par lequel on venait de Bourges jusqu’à ce faubourg écarté de la ville4. L’histoire de cette communauté, qui comprenait également les protestants de la ville de Bourges, est désormais bien connue grâce à une importante contribution de Didier Boisson5. Cette étude s’arrête malheureusement à la fin du XVIIIe siècle. Il manque donc un travail complémentaire pour les XIXe et XXe siècles. Cette lacune est partiellement corrigée par les écrits autobiographiques d’un enfant d’Asnières, mort missionnaire évangélique en Afrique du Sud, François Coillard (1834-1904)6.

22Dans ses souvenirs, F. Coillard raconte de l’intérieur la vie quotidienne des « huguenots » d’Asnières. Dès les premiers paragraphes, il insiste sur le rôle de Calvin qui, dans son esprit et dans celui de ses coreligionnaires, fut bien le fondateur des « premiers noyaux protestants » de la région. Il montre le « docte professeur allant visiter et instruire les humbles villageois d’Asnières » en franchissant « souvent » le vieux pont du Moulon.

Pour cette raison sans doute, on lui a donné, parmi la population catholique et bigote, le nom de « Pont-du-Diable » et on l’a entouré de légendes à faire dresser les cheveux sur la tête. Mais parmi nous, enfants de la Réforme, c’est plus qu’une relique, c’est un témoin d’un glorieux passé, que l’on ne considère et ne franchit pas sans sentir le cœur palpiter et sans chercher inconsciemment un rayon de l’auréole dont notre affection l’entoure. C’est le pont de Calvin !

  • 7 Arrivé à Asnières avec sa famille, dont sa fille Marie qui lui fut d’un grand secours, en avril 184 (...)

23Devant tant de ferveur et de bonne foi, on a scrupule à rechercher et à proposer une explication raisonnable à cette croyance illusoire. Mais c’est d’ailleurs dans les souvenirs de F. Coillard qu’on la trouve. Il montre comment, « vers 1836 », un pasteur fut nommé, un temple fut construit avec un presbytère et une école, comment les livrets et journaux de la Société biblique furent distribués par des colporteurs, comment ce premier pasteur, M. Duvivier, fut remplacé en avril 1843 par un second, dont l’influence sur la vitalité de la paroisse protestante d’Asnières (et Bourges) fut remarquable, tous ces éléments contribuant, nous dit F. Coillard, à un « réveil général ». Ce nouveau pasteur s’appelait Ami Bost. Il fut en effet un des principaux propagateurs du grand mouvement qu’on appela le Réveil protestant et il en fut d’ailleurs l’historien.7

  • 8 Ami Bost raconte qu’il entra en conflit avec l’archevêque de Bourges et qu’il ne manqua pas de donn (...)

24C’est dans ce climat de réveil religieux qu’il faut replacer l’exaltation de la figure fondatrice de la Réforme. Les références topographiques à Jean Calvin, que l’on trouve à Bourges, à Asnières et ailleurs, ces traces sur le terrain, étaient alors pour les jeunes paroisses protestantes un signe d’identité et un motif de fierté face à l’omniprésence du culte, du clergé et du dogme catholiques8.

Anmerkungen

1 Ioannis Calvini Epistolae vol. I, Genève, Droz, 2005, p. 39-42. Une difficulté supplémentaire vient du fait que, dans la plus ancienne copie, la lettre était datée du 6 septembre 1529 et que la correction 1530 y aurait été substituée pour concorder avec l’arrivée de Sucquet à Bourges, estimée entre le 2 juillet et le 1er septembre 1529. On ne voit pas bien ce qui aurait pu empêcher Calvin et Sucquet de faire connaissance à Bourges au cours de l’été 1529. Ce détail est d’importance pour déterminer l’arrivée de Calvin à Bourges à une année près !

2 D. J. Groot, « Melchior Wolmar. Ses relations avec les réformateurs français et suisses », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-septembre 1934, p. 416-439.

3 Une précieuse mise au point sur le parcours intellectuel et la personnalité de Calvin a été récemment donnée par Jean Boissière, « Les paradoxes de Calvin (1509-1564) », Bulletin de la Société d’Archéologie et d’Histoire de l’Orléanais, no 160, 2009, p. 5-19.

4 Voir Paul Bouquin, Histoire d’Asnières. La vie d’une communauté villageoise de la Septaine de Bourges depuis ses origines jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, thèse de doctorat d’Université, Dijon, 1982. L’auteur considère la tradition du « pont de Calvin » comme légendaire et écarte une évangélisation précoce par Calvin.

5 Didier Boisson, « Une communauté protestante au XVIIIe siècle. Les vignerons d’Asnières-lès-Bourges », Histoire et Sociétés rurales, 15, 2001, p. 37-66.

6 Ces documents autobiographiques ont été rassemblés et édités par Édouard Favre en deux volumes : François Coillard, t. I, Enfance et jeunesse, Paris, 1909 et François Coillard, t. II, Missionnaire au Lessauto, Paris, 1910. J’ai utilisé le tome I dans une réédition de la Société des missions évangéliques (1910).

7 Arrivé à Asnières avec sa famille, dont sa fille Marie qui lui fut d’un grand secours, en avril 1843, il en partit en avril 1846. Parmi toutes les améliorations que le pasteur Bost réalisa, il faut remarquer l’aménagement du petit cimetière protestant de la Chaume, toujours en usage actuellement. Dix ans plus tard, Ami Bost publiait des Mémoires pour servir à l’histoire du réveil religieux. (Paris, 3 volumes, 1854-1855).

8 Ami Bost raconte qu’il entra en conflit avec l’archevêque de Bourges et qu’il ne manqua pas de donner de la publicité à ces controverses par l’intermédiaire des feuilles de colportage, au risque d’être taxé de « casseur de vitres » par ses propres coreligionnaires. (Mémoires…, t. II, p. 312 sq.).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540