Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie I – Genèse de la pensée en Orléanais et Berry

Les Églises réformées de la province synodale d’Orléanais-Berry. À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle

Didier Boisson

Resumen

À partir principalement des actes des assemblées de colloques et de synodes provinciaux, cette communication a pour objectif de présenter la situation des Églises réformées de la province d’Orléanais-Berry à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Ces différents documents permettent de souligner une certaine vitalité des communautés avec une rapide réorganisation des Églises à la fin des guerres civiles et leur volonté d’accueillir des pasteurs. Le cadre institutionnel local, consistoires, colloques, synodes provinciaux, permet de nombreux échanges entre Églises et réussit à régler les multiples conflits internes aux communautés ou entre Églises. Les actes insistent beaucoup également sur le respect de la Discipline ecclésiastique : régler les rapports avec les catholiques, surveiller les comportements prohibés…

Texto completo

  • 1 Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006. L’acti (...)
  • 2 La plupart des synodes provinciaux d’Orléanais-Berry ont été retranscrits par Louis Auzière et sont (...)
  • 3 Les actes des synodes provinciaux des Églises réformées d'Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), édition (...)
  • 4 Yves Guéneau, Protestants du Centre, 1598-1685 (ancienne province synodale d’Orléanais-Berry), thès (...)

1Comme dans de nombreuses autres provinces du royaume, les premières Églises réformées sont dressées à partir de 1556 en Orléanais et en Berry1. Après le premier synode national tenu à Paris en 1559, un synode provincial est réuni à Sancerre entre le 21 et le 23 avril 1561, donnant ainsi naissance à la province synodale d’Orléanais-Berry2. Les Églises qui y participent sont principalement du Haut-Berry (Bourges, Sancerre, Aubigny, Ivoy-le-Pré, Châtillon-sur-Loire), du Bas-Berry (Saint-Amand, La Châtre, Issoudun et Châteauroux), du Nivernais (La Charité-sur-Loire, Entrains, Bonny et Nevers), de Sologne (Romorantin, Saint-Aignan), du Gâtinais (Châtillon-sur-Loing) et de l’Orléanais (Orléans et Gien). Les Églises de l’Orléanais et du Blaisois se trouvent ainsi peu représentées, en raison sans doute de leur éloignement et des débuts de l’organisation régionale. Quant aux Églises de Beauce, elles sont encore absentes. La disparition des registres des consistoires, l’absence d’actes de synodes provinciaux avant les années 1590, hormis ceux de 1561, 1563 et 1582, expliquent les difficultés rencontrées pour étudier le fonctionnement des Églises de cette province. Les sources deviennent plus abondantes à partir du milieu des années 1590 et ont été conservés de nombreux actes de synodes provinciaux et des actes de colloques. Cette présentation des Églises réformées d’Orléanais-Berry se fera donc principalement à partir de ces sources institutionnelles pendant un quart de siècle, entre 1594 et 1619, en cherchant à dégager les aspects originaux de ces communautés, principalement en comparant avec d’autres provinces, en particulier celle d’Anjou-Touraine-Maine3. Je m’appuierai également sur les travaux d’Yves Guéneau, en particulier sa thèse sur les Protestants du Centre, soutenue en 19824. D’une province à une autre, au cours de cette période de reconstruction après les guerres de religion et avant les guerres de Rohan, si naturellement des questions reviennent invariablement, les préoccupations des Églises sur le respect de la Discipline ecclésiastique et son interprétation ne sont pas partout les mêmes. Je propose d’étudier trois points : la géographie des Églises réformées et son évolution, le fonctionnement des institutions et enfin les points de la Discipline ecclésiastique qui apparaissent le plus souvent mentionnés.

  • 5 La paix de Fleix signée en novembre 1580 met fin à la septième guerre de religion. Des synodes sont (...)
  • 6 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.
  • 7 Cette année 1594, année du sacre d’Henri IV après son abjuration du calvinisme, marque souvent une (...)

2Il faut souligner dans un premier point un certain dynamisme des Églises réformées de cette province à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Un premier indice est le nombre d’Églises dressées et de pasteurs à la fin des guerres de religion. En effet, les guerres civiles ont affaibli la province, mais elle se relève rapidement. Lors du synode provincial de 1582, réuni à Bannegon entre deux guerres de religion5, vingt Églises sont représentées dont douze par au moins leur ministre, sachant que, selon les actes, neuf pasteurs ne sont pas venus sans donner d’excuses et trois ont envoyé une lettre pour expliquer leur absence6. Soit au total vingt-deux ministres répartis sur l’ensemble de la province. La fin des années 1590 cependant est plus difficile. En 15947, au synode de Jargeau, seules neuf Églises envoient des délégués, dont sept sont des ministres : trois sont du Val de Loire (Sancerre, Châtillon-sur-Loire et Jargeau), trois de Beauce et du Dunois (Marchenoir, Dangeau et Châteaudun) et celui de Châtillon-sur-Loing qui est venu également jusqu’à Jargeau ; un ancien répond à l’appel au nom des Églises de Gien et d’Aubigny. Mais on sait qu’il y a d’autres ministres dans la province qui, pour des raisons inconnues, n’ont pas fait le déplacement, comme celui de Mer. En 1599, de nouveau seulement neuf Églises sont représentées, toutes par des ministres : cinq Églises déjà présentes en 1594 (Sancerre, Gien, Jargeau, Châtillon-sur-Loire et Châtillon-sur-Loing) envoient un député, mais également de nouvelles communautés apparaissent ou réapparaissent parmi les Églises présentes : le Sauvage et Corbigny en Nivernais, Issoudun en Bas-Berry, Romorantin en Sologne ; on apprend aussi que deux autres communautés sont déjà réorganisées ou se réorganisent, celles d’Argenton-sur-Creuse et de La Châtre en Bas-Berry. Cet élan se poursuit lors des deux premières décennies du XVIIe siècle : en 1601, dix-sept Églises sont présentes ou excusées au synode provincial de Mer ; en 1610, elles sont vingt-cinq, en 1614 vingt-six. Il semble ainsi que la province n’ait pas rencontré de grandes difficultés pour recruter des pasteurs. Il n’en est pas de même pour la province d’Anjou-Touraine-Maine : en 1594, sur onze Églises représentées ou connues, 8 ont un ministre ; en 1600, il manque encore sept pasteurs, alors que dix-huit Églises sont organisées. Il faut attendre les premières années de la décennie 1600 pour que chaque Église dispose enfin d’un pasteur.

  • 8 En mars 1611, il est noté : « Pour pouvoir à l’église de Moulins et de celle de Chirat jointes ense (...)
  • 9 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535. L’Église de Moulins estime (...)

3La géographie des Églises a été constamment en évolution au cours de cette période. D’une part, les limites de la province synodale d’Orléanais-Berry ont connu quelques modifications, soit en raison du rattachement de communautés à une autre province, soit par la volonté au contraire de se voir rattacher certaines Églises. Par exemple, l’Église de Moulins a rencontré de nombreuses difficultés pour trouver un pasteur. Le premier, nommé Isaac Babault, originaire de Gien, y reste peu de temps, en raison de l’éloignement, de l’isolement et de la faiblesse numérique des fidèles de la communauté8. Se sentant quelque peu délaissée par les différents synodes provinciaux qui doivent théoriquement nommer les pasteurs dans les différentes Églises de la province, l’Église de Moulins demande alors son rattachement à celle de Bourgogne, ce que le synode provincial de Blois de 1618 accepte9. Mais le synode provincial de Sancerre de 1601 avait refusé que l’Église de Corbigny rejoigne cette même province de Bourgogne ; celui de 1609 s’oppose à ce que l’Église de Dangeau soit rattachée à la province d’Île-de-France-Champagne-Picardie. En revanche, quelques années plus tard, la province d’Orléanais-Berry demande le rattachement de Vendôme jusque-là en Anjou-Touraine-Maine, ce que cette province refuse.

  • 10 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Jarge (...)
  • 11 Ibid., synode provincial de Sancerre.
  • 12 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing : « M. Favon assemblera tous les membres de Château (...)

4On constate également la volonté de plusieurs communautés de créer des Églises et, pour cela, elles demandent des pasteurs, mais le synode provincial ne peut pas toujours en désigner, faute de candidats. Plusieurs exemples sont à cet égard très significatifs. En 1594, les réformés d’Aubigny ne possédant pas de pasteur, ils demandent leur rattachement à l’Église de Châtillon-sur-Loire ; mais leur objectif de s’en voir attribuer un n’est pas abandonné. En 1605, cinq Églises « naissantes et désireuses d’être pourvues » d’un ministre sont notées dans les actes : Aubigny, Moulins, Hérisson, Piffonds (près de Sens) et La Charité-sur-Loire10. L’année suivante, ce sont les protestants de Châteauroux qui demandent l’établissement d’un culte11 ; ils réitèrent leur vœu en 161412. Cette même année, la démarche des réformés de Châteauroux n’est pas isolée car plusieurs autres communautés expriment leur volonté de dresser une Église : celle de Denonville dans le Blaisois, mais aussi celle de Sens. Il est enfin prévu de restaurer l’Église d’Argenton-sur-Creuse en raison de sa « ruine évidente et dissipation » ; toujours en 1614, pour la première fois, les députés envisagent de dresser une Église regroupant les habitants d’Aubigny, d’Henrichemont et d’Asnières-lès-Bourges, le temple de cette église se situerait à Henrichemont. Enfin, en 1617, trois nouvelles demandes apparaissent dans les actes du synode provincial d’Argenton : celles de Marchenoir, qui demande à se séparer de Lorges, de Bourges, et d’Ouchamps dans le Blaisois.

  • 13 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing.
  • 14 Il est possible que le pasteur ait célébré le culte dans la ville même de Bourges et non à l’extéri (...)
  • 15 Voir à ce sujet, Yves Guéneau, Protestants du Centre (1598-1685), op. cit., 1982.

5De toutes ces demandes, quelles communautés ont pu recevoir un pasteur ? La liste des pasteurs dressée en 1620 permet de constater les échecs et les réussites. Certaines tentatives n’ont pas abouti : c’est le cas de la communauté de Châteauroux qui doit continuer de se réunir à Argenton ; ceux d’Hérisson dans le Bourbonnais n’ont pas eu plus de succès et vont à Saint-Amand ou reçoivent la visite du pasteur de cette Église à qui il est demandé en 1614 de s’y rendre « six fois par an aux frais de la province »13. Mais plusieurs Églises ont pu être dressées au cours des années 1610. Certaines se maintiennent jusqu’à la Révocation de l’édit de Nantes, comme celle de La Charité-sur-Loire. La communauté devait assister au culte à Espeuilles ou au Sauvage, jusqu’à ce que le colloque de Sancerre se voit chargé en 1614 de « pourvoir l’Église de La Charité d’un pasteur » : Jean Thaby est cité comme pasteur de La Charité-sur-Loire dans les actes du synode provincial d’Argenton de 1617. D’autres Églises ont eu une existence plus chaotique comme celles de Moulins, jointes à la communauté de Chirat, celles de Sens ou de Ouchamps (1617-1631). Enfin, il faut évoquer les communautés de Sully, Aubigny, Henrichemont et Bourges. Au départ, les protestants d’Aubigny sont rattachés à Châtillon-sur-Loire et ceux de Bourges à Issoudun. En 1614, il est prévu de dresser une Église des habitants de Sully, Aubigny et Henrichemont, « lesquels partageront le temps entre eux ». Un pasteur, Isaac Babault, est alors nommé, résidant à Sully, le temple étant dans le château. Cependant, en 1617, l’Église de Bourges est désignée sans pasteur au synode provincial et l’année suivante elle en dispose d’un dans la mesure où il est fait mention que « le pasteur a été expulsé de ladite ville par une notable infraction de l’édit »14. Le pasteur est alors Paul Guez, toujours présent en 1620. En fait, avec la reprise des guerres de religion et l’interdiction du culte dans le château de Sully, c’est désormais à Henrichemont, à mi-chemin entre Sully et Bourges, que le culte est célébré et les protestants d’Asnières-lès-Bourges, où résident la plus grande partie des réformés de la capitale du Berry, sont rattachés à cette Église en 1623. Cette situation dure jusqu’à la Révocation de l’édit de Nantes. Il est donc évident que la Réforme protestante connaît un certain dynamisme durant cette période, mouvement qui se poursuit en fait jusque dans les années 168015.

6Le deuxième point que je souhaite évoquer est le fonctionnement des institutions réformées dans la province. Plusieurs points méritent d’être relevés et soulignés. Tout d’abord, les communautés qui ne disposent pas de pasteurs apparaissent libres de choisir l’Église à laquelle elles souhaitent se rattacher. C’est le cas par exemple en 1594 des protestants d’Aubigny, le synode de Jargeau précise :

  • 16 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

A leur première assemblée, ils éliront par la pluralité des voix l’église à laquelle ils se voudront ranger afin d’y convenir et faire exercice de religion. Et un jour ou deux devant chascune cene, un ou deux antiens ou diacres viendront au lieu choisy pour advertir le pasteur s’il y a quelque désordre ou scandale, pour en faire remonstrance à ceux qu’il conviendra et qu’ils ne seront receus à la cene ailleurs sans attestation de leur antien et seront exhortés de fournir aux frais communs de l’église.16

7Même procédure en 1606, au synode de Sancerre, à l’égard des huguenots de Bourges et d’Asnières-lès-Bourges :

  • 17 Ibid., synode provincial de Sancerre.

Et quant au lieu où ils se rangeront pour l’exercice de la religion, ceux d’Asnières choisiront à part et librement quel lieu ils veulent, et ceux de Bourges unanimement feront élection d’un lieu auquel ils se rangeront tous.17

  • 18 Jean Morély, seigneur de Villiers (v. 1524-v. 1594), réfugié à Genève, publie à Lyon en 1562 son Tr (...)

8Dans ce fonctionnement « démocratique », peut-on y voir encore une influence des idées de Jean Morély qui avaient remporté un certain succès dans la région18 ? Probablement pas. C’est avant tout, semble-t-il, une démarche suivie régulièrement quand ce type de questions se pose. Toutefois, je n’ai constaté aucune attitude semblable dans la province d’Anjou-Touraine-Maine où, quand une situation comparable se présente, le synode provincial impose systématiquement sa décision, ce qui peut mettre en évidence des différences notables de fonctionnement et d’interprétation des institutions réformées entre les différentes provinces. La règle suivie dans la province d’Orléanais-Berry a cependant des limites. Quand deux quartiers de l’Église de Corbigny demandent à en être détachés, pour l’un, celui de Château-Chinon, qui veut obtenir un pasteur, le synode provincial refuse ; pour l’autre, celui de Brinon, qui souhaite être rattaché à l’Église d’Espeuilles, le synode provincial accepte à la condition que les huguenots de Brinon continuent d’entretenir le pasteur de Corbigny ! On touche là une des principales difficultés pour l’existence des Églises réformées, c’est la présence d’un pasteur et le paiement de sa pension.

  • 19 Philip Benedict et Nicolas Fornerod, « Les 2 150 “églises” réformées de France de 1561-1562 », Revu (...)

9Les exemples des communautés d’Aubigny ou d’Asnières-lès-Bourges conduisent également à s’interroger sur l’utilisation du terme d’« Église » dans les actes de la fin du XVIe siècle ou du début du siècle suivant. En effet, on attribue couramment à ce mot l’idée d’une communauté organisée derrière un pasteur et un consistoire. Or, il apparaît que dans son usage, une « Église » est avant tout une communauté de réformés, l’existence d’un ministre du culte et le fonctionnement de l’institution consistoriale n’étant pas un critère fondamental. Cette analyse rejoint ainsi les remarques faites par Philip Benedict et Nicolas Fornerod sur le nombre d’« Églises » au début des années 156019.

10Cette question, associée à la nécessité de respecter l’édit de Nantes et à la dispersion des communautés sur le territoire de la province, explique la présence d’Églises polycéphales. Cette situation oblige les pasteurs à célébrer le culte dans plusieurs lieux, ce qu’ils font souvent avec réticence, et cela représente également un élément de fragilité du protestantisme en Orléanais-Berry. L’exemple de la communauté de Sully-Aubigny-Henrichemont est significatif. Son pasteur, Isaac Babault demande en 1617 :

  • 20 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

Qu’il soit enjoint à ceux du quartier d’Henrichemont de se contenter de 8 visites par an, et le dispenser pour les mois de janvier et février, juillet et août et à ceux d’Aubigny de se contenter de douze visites par an.20

  • 21 Ibid., synode provincial de Gien (1609).

11La coexistence entre les communautés de Marchenoir et Lorges, unies dans la même Église pendant toute cette période, paraît difficile : mésentente sur les réparations du temple de Marchenoir, ceux de Lorges se voyant obligés d’y contribuer, mésentente également sur la répartition des prêches entre les deux lieux21.

  • 22 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing (1602).

12La composition des consistoires apparaît une préoccupation des synodes provinciaux qui insistent sur la nécessité de leur renouvellement régulier, ce qui ne semble pas le cas dans toutes les provinces. Il est demandé aux Églises de changer les anciens de deux ans en deux ans ou de trois ans en trois ans. Deux Églises apparaissent particulièrement visées : celles d’Issoudun et d’Orléans. Dès 1602, il est demandé à l’Église d’Issoudun « de faire échange de deux anciens tous les ans »22. En 1618, le synode de Jargeau note :

  • 23 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

L’église d’Issoudun en laquelle il y a nombre de gens de piété et de gravité convenable à telle charge est exhortée de se ranger à cet ordre suivant les synodes précédents, et commencer le changement au plus tôt, attendu même que le sieur Damourettes ayant demandé au synode d’Argenton d’être déchargé, et le temps prescrit à lui étant expiré, il est besoin d’y mettre un autre en sa place.23

  • 24 Joachim Du Moulin, père du grand controversiste Pierre Du Moulin, est pasteur de l’église d’Orléans (...)
  • 25 Par exemple, le synode provincial de Gien de 1609 mentionne : « Sur le différend de l’église d’Orlé (...)
  • 26 Voir en particulier les actes des synodes provinciaux de Baugé de 1656 et de Preuilly de 1658 (Bull (...)

13L’église d’Issoudun souhaite même l’année suivante que cet article soit retiré, ce que le synode provincial refuse. Mais les habitudes prises ont dû perdurer. Des conflits éclatent à La Châtre pour la désignation des anciens en 1619, « certains particuliers ont requis que le consistoire soit désavoué de l’élection ou confirmation de quelques anciens, à laquelle ils se sont opposés sans vouloir dire les causes d’opposition ». À Orléans, le consistoire est le cadre d’un violent affrontement entre anciens entre 1609 et 1613, dans lequel le rôle du pasteur Joachim Du Moulin paraît assez trouble24. Imprimés, mémoires, accusations et calomnies, et censures prononcées par le consistoire se succèdent. Le synode provincial évoque même « les dangereux effets des assemblées populaires et des signatures qui s’y recueillent, ensuite desquels l’ordre et la discipline sont altérés, la conduite de l’Église se trouvant par ce moyen commise au peuple »25. Faut-il y voir encore un écho tardif des idées de Morelly, comme le suggère Yves Guéneau, ou la volonté des anciens de mobiliser en leur faveur des chefs de famille de l’église, comme c’est le cas par exemple en Anjou-Touraine-Maine dans un conflit opposant à la fin des années 1650 les pasteurs d’Huisseau et Amyraut à Saumur26 ?

  • 27 Le colloque est tout d’abord une circonscription comprenant le territoire de plusieurs Églises au s (...)
  • 28 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.
  • 29 Idem.
  • 30 Yves Guéneau, Protestants du Centre (1598-1685), op. cit., 1982.

14Outre les consistoires et les synodes provinciaux, deux autres instances apparaissent essentielles dans le fonctionnement des institutions locales. Il s’agit tout d’abord des assemblées de colloques27 qui sont réunies très régulièrement. Le rôle de cette institution a probablement étant sous-estimé par les historiens en raison de la rareté des sources. Les synodes provinciaux font régulièrement référence à ces assemblées qui semblent se tenir au même rythme que les synodes provinciaux, c’est-à-dire annuellement. Ce n’est cependant peut-être pas le cas dans tous les colloques, en particulier dans celui du Berry composé de quatre à six Églises, puisqu’en 1601 le pasteur de la petite Église de Chirat, Jurieu, se plaint « de ce que depuis trois ans, quelque diligence qu’il ait faite, suivant la charge à lui donnée au dernier colloque tenu à Issoudun, les églises de Saint-Amand, La Châtre, Issoudun, Argenton, n’ont fait aucun devoir de s’y trouver »28. Et comme dans de nombreuses autres provinces, les limites des colloques ont été mouvantes. À la fin du XVIe siècle, il existe trois colloques dans la province : le colloque du Blaisois, celui de Sancerre et celui de Berry-Bourbonnais. Ainsi, les Églises d’Orléans et de Jargeau ont été rattachées en 1602 au colloque du Blaisois « eu égard à la rareté des pasteurs du susdit colloque », étant probablement auparavant dans celui de Sancerre29. Vers 1640, le colloque de Berry est rattaché à celui de Sancerre30.

  • 31 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Châti (...)
  • 32 Ibid., synode provincial de Saint-Amand.

15Enfin, les actes des synodes provinciaux font apparaître une institution intermédiaire entre le colloque et le synode provincial, plus souple que le synode provincial, mais représentative aussi de la province. Le point de départ semble être la volonté des communautés de la province de réagir rapidement face aux attaques catholiques. En 1604, un pasteur est désigné dans chaque colloque dans ce but « sans attendre le temps de l’assemblée des synodes et colloques, laquelle attente rend infructueux les écrits trop retardés »31. En 1608, au synode de Saint-Amand, il est décidé qu’une Église de chaque colloque (les Églises de Blois, Sancerre et Issoudun), doit fournir deux hommes, un pasteur et un ancien, ou deux anciens ; à ces délégués, se joignent ceux d’Orléans et de Châtillon-sur-Loire où ce conseil doit se tenir et ils « s’assembleront sur l’occurrence des affaires qui adviendront en ladite province », « donnant cependant avis aux Églises de leur colloque des choses qui se passeront soit devant soit après leur assemblée, autant que faire se pourra »32. Toutefois, les sources ne nous permettent pas de connaître le fonctionnement de cette institution non prévue par les instances réformées. Mais il est probable que si ce type d’assemblée a eu une existence éphémère.

  • 33 Ibid., synode provincial de Mer (mars 1601) : « Les eglises sont exhortées à observer plus soigneus (...)

16Dans les actes de tous les synodes provinciaux, on a immanquablement les mêmes plaintes qui reviennent. Ce sont tout d’abord celles contre les danses et les jeux. Un premier rappel à la Discipline est inscrit dans les actes du synode provincial de 160133. L’année suivante, le ton est plus menaçant à l’égard de ceux qui jouent le dimanche :

  • 34 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing (1602).

Sur le rapport fait à la compagnie de la prophanation du jour du seigneur recognue aux jeux qui se commencent dès le grand matin, se continuent jusqu’au soir, avec buveries aux tavernes, les saintes exhortations négligées, qui est témoignage d’impiété et de prophanation insupportable, la compagnie exhorte les pasteurs de s’efforcer a réfréner tels débordements par remontrances fort sérieuses à ceux qui s’oublient ainsi. Et en l’authorité du présent synode, défenses expresses sont faites de ne jouer aucunement ni en public ni en particulier avant que les presches ordinaires les jours de dimanche soient parachevés.34

17C’est également le non-respect des jeûnes qui est reproché, comme lors du colloque tenu à Jargeau en 1610 :

  • 35 Ibid., colloque de Jargeau (1610).

La compagnie, ayant entendu qu’au jour de la célébration du jeûne dernier plusieurs avaient ouvert leurs boutiques ou vaqué à leurs affaires particulières, au lieu de se joindre avec les autres fidèles pour s’humilier extraordinairement devant Dieu, a trouvé mauvais un tel mépris et irrévérence.35

  • 36 Ainsi, en 1582, il est décidé que « sur la proposition du frère monsieur Armenault [ministre de Gie (...)
  • 37 Orléans étant le siège d’un évêché, le temple ne peut être construit à l’intérieur des remparts. C’ (...)
  • 38 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Gien (...)

18Ce sont ensuite les continuelles lamentations des pasteurs qui protestent de ne pas recevoir leur pension de la part des fidèles36 ou les relations tendues avec catholiques à certaines occasions. À Orléans, en 1601, les protestants se plaignent de « la difficulté qu’ils ont de tirer justice de leurs magistrats pour les fâcheries qui leur sont ordinairement données par la populace en s’acheminant au lieu de l’exercice public de la religion »37. L’éducation catholique d’enfants protestants est souvent contestée : tel enfant qui est envoyé par son curateur chez les jésuites à Nevers en 160938, tel huguenot d’Aubusson qui, en 1618,

  • 39 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

permet que ses enfants soient nourris et élevés en la papauté par sa femme de contraire religion, dont il a été censuré du consistoire de ladite église d’Aubusson par suspension de la sainte cène, confirmée par le colloque de Bourbonnais ; la compagnie confirmant la sentence et du consistoire de l’église d’Aubusson et du colloque, comme saintement donnée, recommande cependant au consistoire d’Aubusson la prudence et la charité envers ledit personnage pour ne le laisser sans consolation.39

  • 40 Ibid., synode provincial de Bannegon (1582).

19Les actes des colloques et des synodes provinciaux révèlent également les nombreux conflits internes aux Églises ou entre communautés. En 1582, les ministres Butet et Dumont sont censurés, le premier pour avoir prononcé des « mots indecents et piquants » à l’encontre de son collègue, le second pour des « propos aigres » : « Et sont exhortez l’un et l’autre d’observer modestie convenable à leurs charges, tant en leurs parolles qu’en leurs escripts, et oultre de vivre en bonne paix et amitié fraternelle, et considérer que leur dissention ne peut avoir apporté que scandale laquelle ils doivent fuyr et éviter et être en bon exemple a leurs troupeaux. »40 Cependant, les questions qui reviennent le plus régulièrement sont celles sur les mariages et les tombes. Or ces thèmes apparaissent peu ou pas du tout dans les actes de la province d’Anjou-Touraine-Maine. Il ne faut cependant pas considérer qu’il existe obligatoirement une différence de comportement entre les huguenots de ces deux provinces voisines, mais les consistoires font probablement remonter vers les assemblées des colloques et des synodes provinciaux des conflits et des débats qui trouvent peut-être plus facilement une solution ailleurs. Hormis les mariages bigarrés qui sont condamnés partout, quelques cas de bigamie ou d’inceste, ou des couples protestants qui préfèrent faire célébrer leur union devant un curé, on peut constater l’embarras certaines fois des consistoires, des colloques et des synodes provinciaux devant des situations complexes. Ainsi, en 1611, les députés de Saint-Amand

  • 41 Ibid., synode provincial de Blois (1611).

demandant avis à la compagnie pour un personnage qui marié s’en est allé d’avec sa femme, et étant retourné trois ou quatre ans après a trouvé sa femme remariée et ayant des enfants du deuxième mari, laquelle lui a fait refus de retourner avec lui, principalement eu égard qu’en son voyage il a eu connaissance de la vérité de laquelle il fait profession ; ladite compagnie lui a conseillé de se pourvoir vers le magistrat.41

20Ou encore en 1618 :

  • 42 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

Sur la proposition faite par l’église de Blois touchant un personnage demeurant audit Blois, lequel ayant une femme avec soi mariée ci devant à un autre, et de laquelle il a deux enfants, comme aussi elle en a un du premier mariage, et néanmoins n’y a point eu de bénédiction nuptiale entre ledit personnage et la dite femme, requérant que leur mariage soit béni et approuvé en l’église, attendu que ladite femme avait été mariée par contrainte avec le premier et en âge qu’elle ne pouvait être capable de donner un consentement, voire même en l’absence et sans le su de son père, par la fraude d’une sienne sœur, à cause de quoi serait survenue sentence du magistrat pour la séparation dudit mari et de sa femme, et ensuite l’absence du mari, lequel à présent est revenu et se voulant marier à une autre en la ville de Lyon, consent qu’elle se marie avec celui avec lequel elle demeure maintenant.42

21Comme pour le premier cas, le synode provincial suggère au consistoire de Blois que le cas soit réglé par la justice.

  • 43 À une question des délégués de Saintonge qui demandent « s’il est permis à un particulier de s’appr (...)
  • 44 Pour une comparaison avec la province d’Anjou-Touraine-Maine, voir Didier Boisson, « Les synodes pr (...)

22La question des tombes est différente. En 1604, un dénommé Janson est accusé par le consistoire de Châteaudun d’avoir fait dresser une tombe pour sa femme défunte ; en 1610, il est reproché au sieur de Savonnières, de l’Église de Blois, d’avoir fait « maçonner dessus le sépulcre de feu sa fille » ; en 1613, de nouveau à Châteaudun, M. de Lierville « désire faire mettre une tombe sur la sépulture de son père ». Les députés des colloques et des synodes provinciaux cherchent avant tout à trouver des solutions de conciliation et éviter une quelconque rupture entre les consistoires et les fidèles. Il est ainsi révélateur de constater que pour le premier cas, le synode provincial tolère la tombe en prenant comme argument qu’elle a été construite avec le règlement fixé par le synode national de Gap de 160343. Dans le second cas, le colloque accepte la construction de la tombe à condition de promettre « qu’il ne soit enterré aucun corps près la sépulture de sa dite fille, plus près de trois pieds à l’entour ». Pour le dernier exemple, la solution semble plus simple dans la mesure où aucune tombe n’a été construite avant que l’affaire soit évoquée, le synode provincial suit la décision du consistoire en demandant de se tenir « à la simplicité prescrite par les synodes nationaux ». S’il y a donc une volonté de respecter la Discipline ecclésiastique, son application paraît plus stricte par les consistoires que par les synodes provinciaux44.

Fig. 1 > Communautés protestantes d'Orléanais-Berry en 1685.

23Pour conclure, malgré le dynamisme incontestable de la Réforme protestante à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, il faut souligner certaines faiblesses de la province synodale d’Orléanais-Berry : la dispersion des Églises réformées dans ce vaste espace, l’isolement et l’éloignement de communautés, sans parler de leur faiblesse démographique. Toutefois, les recherches qui sont actuellement menées sur les institutions réformées – consistoires, colloques, synodes provinciaux, assemblées politiques et synodes nationaux – conduisent progressivement à mieux comprendre les comportements des réformés. Et la publication des actes des synodes provinciaux doit permettre de souligner les caractéristiques et originalités de chaque province que l’on a probablement trop tendance à opposer uniquement entre provinces du nord et celles du croissant réformé.

Notas

1 Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006. L’action de religieux apparaît déterminante dans la diffusion de la Réforme protestante à partir des années 1530. Ainsi, Jean Chaponneau, moine de l’abbaye de Saint-Ambroix, prêche à Gien et quitte le froc en 1536. Le bénédictin Jean Michel fait plusieurs sermons contre la Vierge et les saints à Bourges, Issoudun ou Sancerre au cours de cette même décennie. La protection des duchesses de Berry, Marguerite de Navarre puis Marguerite de Savoie, facilite également l’introduction des idées nouvelles. Ces conditions permettent le développement du calvinisme à partir des années 1540, comme le montre l’importance des départs vers Genève : quelque 108 personnes originaires du Berry ou 15 du Bourbonnais rejoignent la ville de Calvin entre 1549 et 1560. Conversion et influence de membres du clergé, circulation de marchands, rôle de la noblesse, en particulier en Beauce, et de la cour qui séjourne dans la vallée de la Loire, autant de facteurs décisifs dans l’implantation des premières Églises réformées.

2 La plupart des synodes provinciaux d’Orléanais-Berry ont été retranscrits par Louis Auzière et sont consultables à la bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français (Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535).

3 Les actes des synodes provinciaux des Églises réformées d'Anjou-Touraine-Maine (1594-1683), édition critique présentée et annotée par Didier Boisson, Genève, Droz, 2012.

4 Yves Guéneau, Protestants du Centre, 1598-1685 (ancienne province synodale d’Orléanais-Berry), thèse de 3e cycle, Université François-Rabelais, Tours, 1982. Voir également sur cette province : Didier Boisson, Les protestants de l’ancien colloque du Berry de la Révocation de l’édit de Nantes à la fin de l’Ancien Régime, ou l’inégale résistance de minorités religieuses (1679-1789), Paris, Honoré Champion, 2000 ; Henri Lehr, La Réforme et les Églises réformées dans le département actuel de l’Eure-et-Loir (1523-1911), Chartres, 1912 ; Thibaud Fourrier, La minorité protestante de Blois : de l’entourage de la Cour au Refuge, thèse de 3e cycle, Tours, 1994 ; Paul de Félice, Mer, son Église réformée. Établissement. Vie intérieure. Décadence. Restauration, Paris, 1885.

5 La paix de Fleix signée en novembre 1580 met fin à la septième guerre de religion. Des synodes sont alors réunis dans de nombreuses provinces, les Églises profitant de ce répit pour se réorganiser et étudier l’application de la paix. De la même façon, un synode est organisé en 1581 à Pringé pour la province d’Anjou-Touraine-Maine.

6 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

7 Cette année 1594, année du sacre d’Henri IV après son abjuration du calvinisme, marque souvent une reprise des institutions réformées dans les provinces, des synodes sont de nouveau réunis.

8 En mars 1611, il est noté : « Pour pouvoir à l’église de Moulins et de celle de Chirat jointes ensemble la recherche d’un pasteur, la compagnie donne toute charge au colloque de Berry pour faire venir le proposant de la province nommé Babault et l’ouyr et l’examiner suivant le règlement dernier ». On retrouve ensuite Isaac Babault à Sully-sur-Loire.

9 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535. L’Église de Moulins estime qu’ainsi « elle peut plus commodément être assistée et pourvue d’un pasteur ».

10 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Jargeau.

11 Ibid., synode provincial de Sancerre.

12 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing : « M. Favon assemblera tous les membres de Châteauroux et les encouragera afin que l’entremise de M. Oyseau [un pasteur] vers les domestiques de M. le prince leur faisant ouverture d’un lieu pour la liberté de l’exercice de la religion, ils y puissent établir une église ».

13 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing.

14 Il est possible que le pasteur ait célébré le culte dans la ville même de Bourges et non à l’extérieur des remparts.

15 Voir à ce sujet, Yves Guéneau, Protestants du Centre (1598-1685), op. cit., 1982.

16 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

17 Ibid., synode provincial de Sancerre.

18 Jean Morély, seigneur de Villiers (v. 1524-v. 1594), réfugié à Genève, publie à Lyon en 1562 son Traicté de la discipline et police chrestienne. Dans cet ouvrage, il y affirme son hostilité à l’institution consistoriale qui est investie abusivement, selon lui, d’un pouvoir qui devrait revenir à l’assemblée des fidèles. Il prône la mise en place d’un régime mixte dans lequel le consistoire exercerait seulement un pouvoir exécutif. L’assemblée du peuple, réduite à une sanior pars soigneusement filtrée selon des critères sociaux et religieux, détiendrait la souveraineté (voir Didier Boisson et Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, op. cit., p. 90-91).

19 Philip Benedict et Nicolas Fornerod, « Les 2 150 “églises” réformées de France de 1561-1562 », Revue Historique, juillet 2009, p. 529-560.

20 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

21 Ibid., synode provincial de Gien (1609).

22 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing (1602).

23 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

24 Joachim Du Moulin, père du grand controversiste Pierre Du Moulin, est pasteur de l’église d’Orléans de 1595 à 1615.

25 Par exemple, le synode provincial de Gien de 1609 mentionne : « Sur le différend de l’église d’Orléans, la compagnie après avoir entendu les parties en tout ce qu’ils ont voulu dire les uns contre les autres, vu les écrits et signatures que chacun d’icelles a représentées en cette compagnie, et même le livre que la sieur Maillard a fait imprimer, dit que M. Du Moulin sera censuré pour avoir apporté quelque connivence et retardement à l’exécution de la sentence du colloque […]. Et quant au sieur Maillard sera censuré pour les procédures aigres et violentes qu’il a tenues, à savoir d’avoir fait mettre sous la presse et sortir en lumière ledit livre, lequel la compagnie luy enjoint de supprimer en retirant les exemplaires des mains de ceux à qui il en a donné, autres que de cette compagnie. Sur quoi, ledit sieur Maillard sans considération néanmoins de ladite censure a prié la compagnie de le décharger de sa charge d’ancien et de fait s’en est volontairement déchargé entre les mains d’icelle. […] Et pour travailler à l’entière paix de ladite église, seront envoyés deux pasteurs qui s’emploieront à réunir les courages qui ont été aigris par les procédures précédentes. »

26 Voir en particulier les actes des synodes provinciaux de Baugé de 1656 et de Preuilly de 1658 (Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 431). Ce conflit est à peine évoqué par Richard Stauffer, L’affaire D’Huisseau. Une controverse au sujet de la réunion des chrétiens (1670-1671), Paris, PUF, 1969.

27 Le colloque est tout d’abord une circonscription comprenant le territoire de plusieurs Églises au sein d’une province synodale. Ensuite, les Églises de chaque colloque s’assemblent, théoriquement 4 fois par an, puis deux fois, pour régler les principaux conflits entre Églises, mais aussi des questions relevant de la Discipline ecclésiastique. L’ambiguïté du rôle des colloques tient au fait que les sujets qui sont traités au cours des assemblées sont souvent les mêmes que lors des synodes provinciaux, mais colloques et synodes provinciaux n’ont aucune relation institutionnelle directe entre eux.

28 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535.

29 Idem.

30 Yves Guéneau, Protestants du Centre (1598-1685), op. cit., 1982.

31 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Châtillon-sur-Loire (1602).

32 Ibid., synode provincial de Saint-Amand.

33 Ibid., synode provincial de Mer (mars 1601) : « Les eglises sont exhortées à observer plus soigneusement et seurement que jamais l’article 23 du 14e chapitre de la discipline de l’eglise touchant les danses, comme aussi le 25e du mesme chapitre touchant les jeux ».

34 Ibid., synode provincial de Châtillon-sur-Loing (1602).

35 Ibid., colloque de Jargeau (1610).

36 Ainsi, en 1582, il est décidé que « sur la proposition du frère monsieur Armenault [ministre de Gien] touchant les ingratz qui ayant des moyens et facultez ne veulent neanmoins contribuer pour l’entretenement du saint ministere et autres necessitez de l’eglise : seront appelés au consistoire deux ou trois fois et s’ils ne répondent pas, seront privés de la cene » (Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, article 18 du synode provincial de Bannegon). Les actes du synode provincial de Gien mentionnent aussi, par exemple que « sur la proposition de M. Bourguignon, disant qu’il se trouve certaines personnes, lesquelles après avoir été censurées pour quelque faute par eux commise, ou mesme pour les censures faites contre leurs parents, ne veulent contribuer à l’entretenement et subvention de leur pasteur. La compagnie ordonne que telles gens seront poursuivies par censures ecclésiastiques, à savoir par suspension de la sainte cène au consistoire pour la première fois, et publication d’icelle suspension s’ils persévèrent, tant à cause de leur serment et rébellion aux censures, que de leur ingratitude ».

37 Orléans étant le siège d’un évêché, le temple ne peut être construit à l’intérieur des remparts. C’est à Bionne, à l’est de la ville, que le lieu de culte a été édifié.

38 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, ms 535, synode provincial de Gien (1609). Ces mêmes actes évoquent le cas de « la personne d’une jeune fille âgée de 13 ans, fille de Magdelene Baranton, veuve d’Étienne Bidot de Dangeau, laquelle la dame de Sourdis retient contre le gré de sa mère, la faisant instruire en la religion romaine ».

39 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

40 Ibid., synode provincial de Bannegon (1582).

41 Ibid., synode provincial de Blois (1611).

42 Ibid., synode provincial de Jargeau (1618).

43 À une question des délégués de Saintonge qui demandent « s’il est permis à un particulier de s’approprier un lieu de sépulture élevé sur des piliers et autres ornements », la compagnie répond : « Que pour les sépultures, tous se doivent tenir à la simplicité ancienne, sans s’approprier rien de particulier ».

44 Pour une comparaison avec la province d’Anjou-Touraine-Maine, voir Didier Boisson, « Les synodes provinciaux, un révélateur d’un difficile apprentissage des normes dans les communautés réformées françaises, vers 1590-vers 1670 », dans Trouver sa place. Individus et communautés dans l'Europe moderne, études réunies par Antoine Roullet, Olivier Spina et Nathalie Szczech, Madrid, Casa de Velasquez, 2011, p. 171-185.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 > Communautés protestantes d'Orléanais-Berry en 1685.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7752/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 239k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540