Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie I – Genèse de la pensée en Orléanais et Berry

Jean Calvin étudiant à Orléans et à Bourges

Yves Krumenacker

Résumé

Calvin est sans doute arrivé à Orléans en 1526 pour faire son droit. C’est alors un jeune étudiant catholique, d’une famille très liée au milieu clérical, qui fait des études grâce à l’Église, qui a reçu à Noyon, puis à Paris, un enseignement traditionnel et qui a eu peu l’occasion d’être confronté aux idées nouvelles en matière religieuse. Le choix du droit s’explique probablement par un souci d’ascension sociale. À Orléans, Calvin est attiré par Pierre de L’Estoile, un professeur particulièrement renommé, traditionnel tout en étant ouvert aux nouvelles méthodes. Il a sans doute appris la rigueur, la simplicité et la capacité à resserrer une argumentation à Calvin. À Orléans, Calvin fréquente de nombreux jeunes hommes plus ou moins liés au mouvement évangélique mais qui, pour la plupart, resteront fidèles à Rome. En 1529, Calvin se rend à Bourges pour suivre les cours du juriste humaniste italien André Alciat. Il a sans doute été impressionné par sa méthode, mais il a également été déçu, comme le montre sa contribution à un texte de soutien à de L’Estoile contre Alciat de son ami Duchemin. À Bourges, Calvin apprend le grec auprès de Wolmar et s’intéresse de plus en plus aux Lettres. Il se rapproche du mouvement évangélique, très influent à l’Université, dans le clergé et dans certaines communautés religieuses, grâce à la protection de Marguerite de Navarre. Calvin prêche, sans doute dans un sens réformiste, à Lignères-en-Berry. Mais il n’a pas encore vraiment rompu avec Rome et il semble encore garder des réticences envers les idées des réformateurs.

Texte intégral

1Le passage de Calvin aux universités d’Orléans et de Bourges est un moment essentiel dans la formation du futur réformateur de Genève, un moment malheureusement assez difficile à connaître, faute de sources suffisantes et précises. Avant de partir pour Orléans, Calvin semblait se destiner à la théologie. À la fin de ses études de droit, il se tourne vers les Lettres, mais il apparaît très lié au mouvement évangélique, peut-être même à la Réforme protestante. Ces années sont donc décisives pour comprendre l’évolution religieuse du jeune Calvin. Nous tenterons de l’approcher en examinant le peu que nous savons du séjour de Calvin et, surtout, en présentant le contexte culturel et religieux des deux villes universitaires aux alentours de 1530.

  • 1 J. Desmay, Remarques sur la vie de Jean Calvin, tirée des registres de Noyon, ville de sa naissance (...)
  • 2 A. L. Herminjard, Correspondance des Réformateurs dans les pays de langue française…, Genève/Paris, (...)
  • 3 T. H. L. Parker, John Calvin. A Biography, London, J. M. Dent & Sons Ltd, 1975, p. 156-160.
  • 4 Vita Ioannis Calvini auctore Papirio Massono, Paris, 1620, édité et traduit par I. Backus, « Un cha (...)

2La première question, insoluble, est celle de l’arrivée de Calvin à Orléans. On retient traditionnellement la date de 1528. Il est probable que ce soit plus tôt. La chronologie, est en effet, très incertaine. Les premières biographies de Calvin, celles de Bèze et de Colladon, ne fournissent aucune date. De l’autorisation donnée par le chapitre de Noyon le 5 août 1523 à Girard Cauvin d’envoyer son fils loin de Noyon, le chanoine Desmay, puis son confrère Le Vasseur, ont conclu que c’est cette année-là que Jean est parti à Paris1. Cinq ans d’études permettant généralement d’acquérir la licence ès arts, cela nous ramène à 1528, date présumée par Herminjard, l’éditeur de la correspondance des Réformateurs, pour le premier séjour de Calvin à Orléans, sur des bases cependant peu solides2. Mais, au début du XVIe siècle, pour un enfant précoce – ce qu’était Calvin – il est possible d’entrer très jeune à l’Université. C’est pourquoi Parker a suggéré que le départ pour Paris a pu avoir lieu dès 1521, quand Calvin est pourvu du bénéfice de la chapelle de la Gésine, à Noyon, ce qui lui fournit de quoi financer ses études. Il serait donc arrivé à Orléans dès 1525 ou, plus probablement, 15263. On sait que Calvin est à Bourges en 1529, soit trois ans plus tard. La difficulté est donc de concilier la datation précoce avec cette observation de Jean-Papire Masson : « Envoyé à Orléans par la suite, il y a suivi les leçons du très célèbre jurisconsulte Pierre de L’Étoile mais, tout excité qu’il était par la réputation d’Alciat, il s’en est allé rapidement à la ville voisine de Bourges. »4 Mais ce texte, pas totalement fiable, est d’interprétation délicate : on peut en effet comprendre que Calvin a quitté Orléans non pas rapidement après son arrivée, mais après la nomination d’Alciat à Bourges.

  • 5 Pour les éléments biographiques et le contexte, je renvoie à mon Calvin. Au-delà des légendes, Pari (...)
  • 6 M. L. Monheit, « “The Ambition for an Illustrious Name” Humanism, Patronage, and Calvin’s Doctrine (...)

3Quand il arrive à Orléans, Calvin est un jeune étudiant catholique. Sa famille doit en effet tout à l’Église5. Le père, Girard, est» praticien à cinq parties » : notaire apostolique, procureur fiscal du comté, scribe en cour d’Église, secrétaire de l’évêché, promoteur du chapitre. Il est dans la clientèle des Hangest, qui disposent de l’évêché de Noyon et de l’abbaye Saint-Éloi. C’est grâce aux Hangestque les enfants Cauvin, Charles, Jean et Antoine, sont pourvus de bénéfices, ce qui leur permet de faire des études. Charles devient prêtre. Jean ne renoncera à ses bénéfices que le 4 mai 1534. Il doit le début de ses études au seigneur de Montmort, frère de l’évêque Charles de Hangest : il partage le précepteur des enfants Montmor, avec qui il part à Paris, au collège de la Marche, puis de Montaigu. Quand il publiera son premier livre, il le dédiera à l’abbé de Saint-Éloi, Claude de Hangest : signe de reconnaissance, mais aussi besoin, pour un jeune homme se lançant dans les Lettres et voulant briller parmi les humanistes, de se mettre sous le patronage d’une famille puissante, qu’il faut flatter (ce qu’il fait fort brièvement) pour bien marquer qu’on fait partie de sa clientèle et qu’on bénéficie de sa protection6.

  • 7 A. Lefranc, La Jeunesse de Calvin, Paris, Fischbacher, 1888, p. 6. Le Vasseur, suivi par une source (...)

4L’environnement dans lequel a vécu le jeune Calvin est particulièrement clérical : Noyon, ville de quelques milliers d’habitants, compte dix paroisses, plus celle de Pont-L’Évêque, toute proche, et la cathédrale possède un chapitre de 60 membres. Dès son baptême, il est sous la protection du clergé, puisque son parrain, Jean de Watines, est un des chanoines de Noyon. Son enfance a certainement été celle de tout jeune chrétien de son époque, avec assistance à la messe, apprentissage des prières courantes, multiples exercices de piété ; notre source principale sur sa mère, Jeanne Le Franc, le chanoine Desmay, fait d’elle une femme fort pieuse, ayant entraîné ses enfants, très jeunes, aux pratiques dévotes, les ayant conduits à divers pèlerinages7. On vénérait de nombreuses reliques à Noyon et Calvin rapporte lui-même, dans son Traité des reliques (1543) qu’il a baisé la tête de sainte Anne à l’abbaye d’Ourscamp. Sa première école, le collège des Capettes, à Noyon, est tenue par des religieux. À Paris, il se retrouve aux collèges de la Marche et de Montaigu, qui dépendent de l’Église. Montaigu a pour fonction principale de préparer de pauvres clercs à la prêtrise et la discipline qui y règne est toute monacale.

5On peut penser que Calvin a eu vent des nouvelles idées remettant en cause l’Église de son temps. Sans doute pas à Noyon, car il a quitté trop tôt sa ville natale : il faut attendre 1547 pour que des hérétiques y soient poursuivis. Mais à Paris, Calvin aurait pu assister au supplice de Jean Vallière, en août 1523, de Chastellain, Pavanes, Guibert, en 1526. Peut-être discute-t-on des premiers opuscules évangéliques, publiés par Simon du Bois à partir de 1525, plus sûrement connaît-on les essais de pastorale évangélique du diocèse de Meaux, accusés en 1523 de dérives luthériennes, la controverse suscitée en 1525 par la publication, par Lefèvre d’Étaples, des Épîtres et Évangiles pour les cinquante et deux semaines de l’année, ainsi que les condamnations par la faculté de théologie de Paris des Colloques d’Érasme en 1526 ou de traductions d’Érasme et de Luther par Berquin. Un des principaux adversaires des idées nouvelles est Noël Béda, syndic de la faculté de théologie, mais aussi ancien supérieur du collège de Montaigu, fréquenté par Calvin. Ce dernier est donc sans doute au courant de ces questions, mais rien n’indique, pour cette période, qu’il s’y intéresse particulièrement, encore moins qu’il adhère aux idées nouvelles.

6Ajoutons que l’enseignement reçu par Calvin reste assez traditionnel. On peut supposer un peu de l’esprit de la devotio moderna, alliant apprentissage de la lecture et de l’écriture à l’éducation religieuse et morale en vue de se conformer au Christ et d’acquérir une piété bien organisée, au collège des Capettes. À la Marche, Calvin ne suit que des cours de grammaire, certes auprès d’un enseignant remarquable, ouvert à l’humanisme, Mathurin Cordier, mais pendant moins d’une année. À Montaigu, l’enseignement suit la tradition catholique, il est marqué par la scolastique, avec le commentaire des Sentences de Pierre Lombard, des raisonnements faits d’analyses, de distinctions, d’argumentations ; le courant moderne du nominalisme marque le collège, grâce au professeur écossais John Mair (que Calvin n’a sans doute pas eu). Aristote est longuement commenté, notamment par Antonio Coronel, qu’on identifie généralement comme un des maîtres de Calvin.

7À la fin de ses années parisiennes, Jean Calvin peut donc apparaître comme un bon catholique, élevé dans la foi traditionnelle, ayant suivi un enseignement très orthodoxe, même s’il a pris connaissance des événements qui commencent à secouer la chrétienté. Comme l’écrit Alexandre Ganoczy :

  • 8 A. Ganoczy, Le Jeune Calvin. Genèse et évolution de sa vocation réformatrice, Wiesbaden, Franz Stei (...)

Le jeune Calvin marche bien droit sur la route indiquée par ses éducateurs, tout en enregistrant les faits troublants qu’il voit au bord de la route et dans le paysage environnant. Ajoutons que, plus tard, ces faits observés pourront bien réapparaître dans sa mémoire, revêtus d’une signification nouvelle, et servir, tous ensemble, d’arguments pour justifier une révolte alors seulement accomplie. Mais pour le moment, le jeune homme semble seulement enregistrer.8

  • 9 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué. Avec une preface de Theodore de Besze, cont (...)
  • 10 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué…
  • 11 Lefranc, La Jeunesse de Calvin, p. 15-22.

8Pourquoi faire du droit, alors que Calvin semblait vouloir s’orienter vers la théologie ? Lui-même l’explique, tardivement, dans sa préface au Commentaire des Psaumes (1557) : « Dès que j’étais jeune enfant, mon père m’avait destiné à la théologie ; mais puis après, d’autant qu’il considérait que la science des lois communément enrichit ceux qui la suivent, cette espérance lui fit incontinent changer d’avis. » La première biographie de Calvin, par Théodore de Bèze9, indique que son père « se resolut de le faire estudier aux lois, voyant que c’estoit un meilleur moyen pour parvenir aux biens et honneurs », ajoutant que, sous l’influence d’Olivétan, il « commençait à se distraire des superstitions papales ». Ce texte est repris et augmenté en 1565 par Colladon, qui ajoute que Calvin se détourne de la théologie, « comme elle estoit lors ès escoles toute corrompue »10. Et Bèze, dans sa Ioannis Calvini vita de 1575, ajoute que Calvin a alors dessein de quitter l’Église romaine, dont il a la doctrine en horreur. Il y a donc une amplification tardive de ce thème du rejet de l’Église romaine, d’autant plus sujette à caution que Calvin n’en dit mot et qu’il situe le début de sa conversion, toujours dans la préface au Commentaire des Psaumes, plus tardivement, pendant les études de droit. Beaucoup d’historiens ont interprété le choix du droit plutôt que de la théologie comme un signe de l’anticléricalisme de la famille Cauvin, dont les relations avec les chanoines sont tendues. Mais ils se fondent sur la chronologie traditionnelle qui fait venir Calvin à Orléans en 1528. S’il y est dès 1525 ou 1526, toute l’argumentation tombe, car les premières traces des démêlés entre Girard Cauvin et le chapitre sont de 1527 et les sanctions et l’excommunication ne sont que de 1528. Jean n’est condamné pour ses absences au chapitre qu’en 1527, et son frère Charles n’est accusé d’injures et de coups qu’en 152911. Cela n’empêchera d’ailleurs pas Jean et Charles d’obtenir encore des bénéfices, ce qui suppose que les conflits étaient mineurs.

  • 12 Calvin, Opera Omnia. Epistolae, vol. 1, Genève, Droz, 2005, p. 89.

9La décision de faire du droit peut s’expliquer, plus simplement, par un désir d’ascension sociale, comme le suggère d’ailleurs le témoignage de Calvin lui-même. Le développement des États modernes commence à multiplier les postes à responsabilité, en particulier dans les chancelleries, pour des personnes capables d’écrire de manière élégante en latin classique. Une nouvelle élite peut ainsi apparaître, formée de praticiens de droit maîtrisant les « humanités ». C’est ce que Girard Cauvin, lui-même juriste, a bien compris, et c’est exactement ce que fera son fils. De plus, le droit permet d’acquérir des offices, d’accéder à la notabilité urbaine puis, grâce à un bon mariage et l’achat de charges appropriées, d’espérer offrir la noblesse à ses enfants ou petits-enfants. L’Église, en revanche, ne peut guère donner plus qu’une bonne cure, à un enfant d’origine malgré tout modeste. En étudiant le droit tout en travaillant les Lettres, Calvin peut donc espérer entrer dans l’administration civile, obtenir un office, envisager éventuellement une carrière dans l’enseignement supérieur, et il ne se coupe pas non plus de l’Église qui a, elle aussi, besoin de bons juristes. Il sera d’ailleurs encore question pour lui d’une place d’official auprès d’un évêque, en décembre 153312.

  • 13 M. H. Jullien de Pommerol, Sources de l’histoire des universités françaises au Moyen Âge, Universit (...)
  • 14 J.-E. Bimbenet, Histoire de l’université de lois d’Orléans, Orléans/Paris, Dumoulin, 1853.

10Pour faire du droit, il faut quitter Paris, où l’on n’enseigne que le droit canon. Calvin choisit de se rendre dans une des plus illustres universités du royaume, fondée en 1306, Orléans13. Comme dans toute université, les étudiants sont rassemblés par nations, au nombre de dix à Orléans, jusqu’en 1538. Longtemps centre important du renouveau du droit romain, l’université d’Orléans reste, à la fin du Moyen Âge, l’une des plus importantes d’Europe14. L’enseignement de Reuchlin, vers 1480, puis d’Aléandre, en 1510-1511, favorise en outre l’étude des auteurs antiques, notamment les Grecs. Pyrrhus d’Angleterme, qui a hébergé Aléandre, Nicole Bérauld, Arnould Ruzé, François Deloynes – qui ont tous quitté Orléans quand Calvin y arrive – sont de bons hellénistes. Cela permet l’éclosion d’une petite société d’humanistes, à partir de la fin du XVe siècle, jusque vers 1530, composée d’officiers de justice, de juristes, de médecins. Les étudiants en droit peuvent donc suivre, en une sorte de propédeutique, des cours de belles-Lettres, de grec, d’hébreu. Certes, Guillaume Budé, qui a étudié à Orléans pendant trois ans, Érasme, qui y est en 1500, sont très critiques envers l’enseignement. Mais la connaissance de l’Antiquité a permis de renouveler l’étude des textes juridiques.

  • 15 L’école bartoliste (du juriste du XIVe siècle Bartolus de Saxoferrato) ou mos italicus commente en (...)
  • 16 J. Boussard, « L’Université d’Orléans et l’humanisme au début du XVIe siècle », Bibliothèque d’Huma (...)
  • 17 P. Chaunu, R. Gascon, Histoire économique et sociale de la France, t. 1, Paris, PUF, 1977, p. 407.
  • 18 Ioannis Calvini Vita, 1575.
  • 19 Histoire ecclésiastique des Églises réformées au royaume de France, Anvers, Jean Rémi [Genève], 158 (...)

11Orléans est surtout renommée pour sa faculté de droit civil, qui comprend cinq professeurs (contre trois seulement pour le droit canon). La plupart des enseignants semblent être des juristes sans grande envergure, se rattachant à l’école bartoliste15 : Estienne Meslant, Mathurin Toillery, Yves Moireau, Jean Minier. En revanche Pierre de L’Estoile est un maître particulièrement renommé, qui innove dans son enseignement16. C’est, d’après toutes les biographies anciennes, pour suivre son enseignement que Calvin aurait choisi de se rendre à Orléans, une des plus grandes villes de France, avec peut-être 26 000 à 28 000 habitants17. L’Estoile est docteur régent en 1512. Veuf, il devient chanoine d’Orléans et archidiacre de Sully. Il est conseiller au Parlement de Paris et président aux enquêtes en 1528. Cette même année, il publie à Paris ses Petri Stellae Aurelii repetitiones. C’est un maître réputé, auprès de qui se pressent les étudiants ; il s’agit, aux dires de Bèze, du « plus renommé de tous les jurisconsultes français »18, faisant d’Orléans une fontaine, « dont les eaux regorgèrent par tout le royaume »19. C’est aussi le vicaire général du diocèse d’Orléans, présent à ce titre au concile provincial de Sens de 1528 qui cherche à réformer l’Église et condamne vigoureusement les idées de Luther.

  • 20 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIe siècle. Continuité ou rupture ? »,(...)
  • 21 Petri Stellae,… Interpretatio l. repetitio. ff. de condict. indebi. Censura Udalrici Zasii. ll. doc (...)

12L’Estoile est un juriste traditionnel, mais très ouvert aux nouvelles méthodes. Il fait une grande place à l’étude directe des textes, utilisant la philologie et l’histoire pour s’appuyer sur des textes incontestables et les interpréter, multipliant les comparaisons avec le droit coutumier, ce qui peut l’amener à contester les commentaires de l’auteur de la Glose ordinaire, Accursius, ou ceux de Bartole. Il cherche à ne rien omettre de ce qui peut expliquer un passage, il définit avec précision les termes fondamentaux du droit romain20. Pour autant, L’Estoile n’est pas un humaniste : en témoigne la controverse qu’il mène contre Ulrich Zasius et, indirectement, contre Budé, pour montrer, avec les mêmes armes que lui, qu’il n’apporte rien de neuf21. Si Calvin est bien arrivé à Orléans en 1526, il a pu suivre les cours de L’Estoile pendant trois ans et s’imprégner de son esprit de rigueur, de sa capacité de resserrer une argumentation et de rechercher la simplicité dans le commentaire.

  • 22 T. H. L. Parker, John Calvin…, op. cit., p. 15-16.

13Calvin aurait été un élève particulièrement doué. D’après Bèze : « il était regardé comme un maître et non pas comme un écolier. Et, en effet, en l’absence des professeurs il remplissait souvent leur place. » À partir de 1531, des licenciés en droit préparant le doctorat peuvent remplacer occasionnellement un professeur pour des lectures « ordinaires » ; faut-il penser qu’avant cette date de simples bacheliers, comme Calvin, pouvaient le faire ? Ou est-ce une invention de Bèze pour montrer la précocité de son maître ?22 Impossible d’en décider. On n’a en revanche aucune source, en dehors de Bèze, indiquant qu’on a proposé par la suite le doctorat à Calvin : cela paraît peu probable.

  • 23 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 91.
  • 24 Homeri Iliados libri duos una cum annotatiunculis Volmarii, passim suis locis adpositis, Paris, G. (...)

14À leur arrivée à Orléans, les étudiants peuvent loger dans l’un des six collèges de la ville ou, plus fréquemment, dans des pensions. Calvin aurait d’abord habité dans la maison d’Argery, puis chez son ami Nicolas Duchemin, rue du Pommier23. Peut-être est-il aussi allé, à la fin de son séjour, dans la pension tenue par Melchior Wolmar. Né à Rottweil (Wurtemberg) en 1497, il étudie le grec à Paris en 1521, avec Bérauld et Glareanus, et s’installe à Orléans en 1527, où il enseigne le latin, le grec et la littérature classique, pour faire des études de droit. Probablement acquis aux idées luthériennes dès avant 1527, c’est un homme sans ambition, qui excelle dans les œuvres antiques mais qui a peu publié : des annotations sur Homère et une préface à la grammaire grecque de Chalcondylas24. Bèze le rejoint et loge dans sa pension en décembre 1528 afin d’étudier avec lui. Parmi ses autres élèves, il a un cousin de Calvin, Pierre Robert, dit Olivétan. Bèze insiste beaucoup sur son influence dans l’évolution religieuse de Calvin, mais on ne connaît pas les idées d’Olivétan à cette époque : sans doute très lié aux milieux humanistes réformistes, mais il n’a peut-être pas encore rompu avec Rome. Wolmar a aussi marqué Daniel et Duchemin, deux amis de Calvin.

  • 25 M. Reulos, « Les attaches de Calvin dans la région de Noyon », Bulletin de la Société de l’Histoire (...)
  • 26 A. Lefranc, La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 74-76 ; T. H. L. Parker, John Calvin…, op. cit., p. (...)
  • 27 J. Boussard, « L’Université d’Orléans… », art. cit.

15On connaît en effet les fréquentations du futur réformateur de Genève à Orléans : Jean et Claude de Hangest25 ; François Daniel, futur avocat, bailli et administrateur de Saint-Benoît ; Nicolas Duchemin, futur official du Mans ; François de Connan, qui sera magistrat à Paris ; Philippe Loré, libraire à Orléans, Claude Framberge, scelleur de l’évêché ; le Parisien Coiffart, dont le père logera un moment Calvin, en juin 1531 ; et, bien sûr, Olivétan. Tous semblent plus ou moins liés au mouvement évangélique, ou au moins attirés par les enseignements nouveaux, peut-être fréquentent-ils des sodalites érudits tels que ceux qui réuniront, en 1535, Bèze, Jean de Dampierre, Germain Audebert, et d’autres. Mais, à part Jean de Hangest et Olivétan, aucun ne suivra la Réforme protestante26. Les idées luthériennes sont surtout propagées par les étudiants de la nation germanique originaires de l’Empire, de Scandinavie, des pays baltes, dont beaucoup sont clercs, mais ils ne semblent guère fréquenter les Orléanais27.

  • 28 Ioannis Calvini Vita ; L’Histoire ecclésiastique va encore plus loin en ce sens : « Calvin […] rece (...)

16Calvin, en venant à Orléans, a renoncé à la théologie ; mais il s’intéresse sans doute aux questions religieuses et les idées réformistes de ses amis, ainsi que la passion humaniste de la recherche de textes authentiques, partagée par son maître Pierre de L’Estoile, expliquent qu’« il ne laissait pas de s’attacher à l’étude des saintes lettres », comme le dit Bèze, même si la suite de son récit est peu vraisemblable : « il devint si savant en la science du salut, que tous ceux à qui Dieu inspirait le désir de s’instruire en la vraie religion s’adressaient à lui pour en avoir une claire connaissance, et étaient les admirateurs de son zèle et de son savoir »28. Dans la mesure où très peu de ses amis d’alors sont devenus protestants, qu’on ne connaît pas encore de cercle protestant à Orléans (les premiers à être suspectés d’hérésie le sont en 1534), que Bèze s’est sans doute inspiré de la préface autobiographique, très difficile à interpréter, de Calvin à son Commentaire des Psaumes et non de ses souvenirs personnels (il n’a que 9 ans en 1528), on peut penser que Calvin a certes pu discuter librement avec ses amis de la Bible, mais sans remettre en cause l’Église traditionnelle.

  • 29 Ioannis Calvini Vita.
  • 30 Pantagruel, chap. 5.
  • 31 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 92.

17Le droit, les belles-Lettres, la Bible : les sujets d’étude sont nombreux et Calvin y laisse sa santé, selon le témoignage de Bèze : « Il était si assidu à l’étude, qu’après avoir soupé légèrement, il veillait jusqu’à minuit ; et le matin il avait accoutumé de réfléchir dans le lit à ce qu’il avait lu le soir précédent. Il ne faut pas douter que ces longues veilles ne lui eussent acquis cette prodigieuse érudition et cette mémoire excellente que l’on admira depuis en lui. Mais aussi elles nuisirent extrêmement à sa santé, et lui causèrent cette faiblesse d’estomac dont il fut travaillé toute sa vie, et qui lui abrégea ses jours. »29 Il a aussi cependant ses moments de détente : peut-être le jeu de paume, dont Rabelais prétend que les étudiants orléanais sont spécialistes30 ; selon la tradition, il aurait gravé son nom sur un des piliers de la salle où Pierre de L’Estoile donne ses cours. Il faut ajouter, bien entendu, les séjours chez ses amis, notamment dans la famille Daniel, dont une des filles, Françoise, ne l’a peut-être pas laissé indifférent31.

  • 32 M. Huchon, « Rabelais, les universités et la mobilité », dans Michel Bideau, Marie-Madeleine Fragon (...)
  • 33 Contre l’avis de G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 328.
  • 34 J. Doinel, Liste des étudiants de l’université d’Orléans, en 1529, Orléans, Herluison, 1876.

18Le séjour orléanais est interrompu par un passage, assez bref, à Bourges. Aller d’une université à l’autre est assez fréquent, Pantagruel fait de même, mais en sens inverse32. Wolmar a été appelé à Bourges à la fin 1530 par la duchesse de Berry comme professeur de grec. Mais cela n’a sans doute pas motivé le départ de Calvin33. D’après Bèze, ce n’est qu’à Bourges qu’une amitié et des relations étroites naissent entre eux. Et l’on conserve une lettre de Calvin, datée de Meillant, au sud de Bourges, du 6 septembre 1530, adressée à François Daniel, alors étudiant à Bourges, laissant entendre qu’il a quitté Orléans depuis quelque temps déjà. C’est sans doute, comme l’indique Bèze, pour suivre les cours du célèbre Alciat que Calvin et certains de ses amis, Duchemin, Daniel, sont partis. Or Alciat est nommé à Bourges en avril 1529 et Calvin ne figure plus sur la liste des étudiants d’Orléans de 152934.

  • 35 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 322-330 ; M. Fournier (...)
  • 36 L. de Matos, Les Portugais en France au XVIe siècle, Coimbra, Acta universitatis conimbrigensis, 19 (...)

19L’Université de Bourges, fondée en 1443, avait beaucoup décliné à la fin du XVe siècle. Mais l’intervention des magistrats de la ville, qui décident d’augmenter les appointements des maîtres, et la protection de la sœur du roi, duchesse de Berry depuis 1517, lui redonnent tout son éclat35. L’Université, comme la ville d’ailleurs, est plus petite que celle d’Orléans. Les étudiants ne se regroupent qu’en cinq nations (française, berrichonne, aquitaine, picarde, germanique). Mais les nouveaux professeurs de droit sont illustres : Nicolas Bohier, de Montpellier, engagé en 1512, Jacques Maréchal, en 1514, puis Guillaume de Perez, Jean de Manassis, le Portugais Salvador Fernandes en 1521 ou 152236, Pierre Darty, Antoine Gautier, Jean de La Marche, ces trois derniers venus en 1523 de Poitiers, François Chambard en 1525, Annet Vitalis en 1526, Pierre Rebuffien 1529. Le plus célèbre d’entre tous est sans conteste André Alciat.

  • 37 M. Monheit, « Guillaume Budé, Andrea Alciato, Pierre de l’Estoile. Renaissance Interpreters of Roma (...)
  • 38 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit… », art. cit.

20Né à Alzano, dans le Milanais, en 1492, Alciat a fait des études de droit à Pavie puis à Bologne. Il est avocat à Milan, puis enseigne à l’Université d’Avignon (1518-1522 et 1527-1529). Sa réputation de juriste humaniste, sa volonté d’éclairer le droit par les sources littéraires, ses liens avec Guillaume Budé, en font un professeur très recherché. On comprend que de jeunes et brillants étudiants soient attirés par cet enseignant. Il s’exprime dans un parfait latin classique, au style concis, à la manière de Sénèque plus que de Cicéron. Il réconcilie le droit et les belles-Lettres, en écrivant la jurisprudence de manière élégante. Au lieu de donner les explications les plus détaillées sur un seul texte, il cherche à donner un panorama étendu du droit romain, en veillant toujours à en retirer la dimension éthique. Il montre bien que la loi est produite par des hommes en des circonstances particulières, et en cela il est bien humaniste, mais il n’en tire pas toutes les conséquences, puisqu’il conserve au droit romain une valeur intemporelle et une autorité véritable pour son époque ; en un sens, il dépend plus qu’il ne veut le dire de Bartole, dont il ne rejette d’ailleurs pas la lecture37. Il n’en est pas moins le représentant le plus illustre du mos gallicus, qui veut élaborer un droit simple, rationnel, adapté aux besoins des hommes. Mais la véritable rupture et la lutte entre les bartolistes et les juristes humanistes capables de vraiment contextualiser le droit romain n’interviendra que plus tard, dans les années 1540 ; à l’époque d’Alciat, on observe plutôt un renouveau du bartolisme38.

  • 39 F. L. Battles, A. M. Hugo (éd.), Calvin’s Commentary…, op. cit., p. 21-24.
  • 40 E. Doumergue, Jean Calvin. Les hommes et les choses de son temps, t. 1, Lausanne, G. Bridel, 1899.
  • 41 M. Monheit, « Guillaume Budé, Andrea Alciato… », art. cit., p. 26-30.

21Calvin a dû être impressionné : c’est la première fois qu’il voyait un véritable humaniste. À Montaigu, à Orléans, la tradition scolastique restait forte. Alciat lui a montré comment l’exposition de la loi romaine pouvait être rendue vivante par les Lettres, c’est-à-dire les grammairiens, les antiquaires, les historiens, les poètes, les philosophes, les orateurs antiques ; d’un autre côté, il lui a montré que ces auteurs ne peuvent pas être vraiment compris sans référence au droit romain. Mais cet enseignement peut aussi décevoir, si on s’attend à ce qu’il montre le droit romain comme spécifiquement romain, comme un produit de l’histoire romaine, de sa pensée, de ses institutions, ce qu’Alciat ne fait pas vraiment39. Il apparaît même très classique dans ses cours, d’où une grève de ses étudiants, à laquelle Calvin a peut-être participé40. D’autre part, il n’est pas toujours très rigoureux, contrairement à L’Estoile, et il fonde ses conclusions sur des conjectures liées à sa connaissance de l’Antiquité plutôt que sur une lecture attentive et une collation des sources41. Il écrit le latin d’une manière magnifique mais, d’après Calvin, le parle comme un campagnard. Alciat, enfin, passe pour être excessivement attiré par l’argent, il est réputé pour son avarice, mais aussi pour sa vanité extrême ; on lui reproche aussi d’être bon vivant et de ne pas avoir une piété irréprochable. Un homme tout en contrastes, donc, extrêmement brillant, mais aux défauts tout aussi éclatants.

  • 42 Andreae Alciati iurisconsulti in Stellam & Longouallium LL. Doctores defensio, Aurelio Albuci autor (...)
  • 43 Nicolai Chemyni Aureliani Antapologia adversus Aurelii Albucii defensionem pro And. Alciato contra (...)

22Persuadé d’être très supérieur à ses collègues, Alciat avait critiqué l’enseignement français du droit et principalement L’Estoile, dans une Defensio publiée sous le pseudonyme d’Aurelius Albucius au moment où il arrivait à Bourges42. Il était d’autant plus mordant que L’Estoile avait noté en 1527 un emprunt d’Alciat à Budé alors qu’Alciat prenait un malin plaisir à égratigner habituellement Budé… Nicolas Duchemin, très lié à L’Estoile, défend son maître en écrivant, en juillet 1529, une Antapologia adversus Aurelii Albucii defensionem43, qui n’est publiée qu’en 1531. Calvin est alors à Paris, il accepte de surveiller l’impression de cet écrit et de le préfacer. C’est le premier texte publié du réformateur, sous la forme d’une lettre datée du 6 mars 1531, adressée à un autre ami, François de Connan, grand admirateur d’Alciat ; il s’y montre extrêmement prudent.

23Il explique que le texte de Duchemin n’était pas destiné à être publié, mais à défendre l’Estoile contre Albucius, c’est-à-dire Alciat ; non qu’il ne puisse le faire lui-même, ou que son silence soit un aveu de défaite ; mais il est très occupé et ne veut pas perdre son temps dans des affaires de peu d’importance, alors qu’il a montré, en s’opposant fermement à Zasius, qu’il était capable de se défendre lui-même. Cependant, pour Duchemin, s’abstenir de publier son livre aurait signifié abandonner L’Estoile dans un moment difficile. C’est pourquoi il a révélé ce qu’il avait écrit deux ans auparavant. Alciat n’a pas à en prendre ombrage, car il a été attaqué avec justice, avec modestie et dans le respect de la vérité, sans manquer au respect qui lui est dû. Et il ne doit pas répondre par voie d’autorité, mais par des arguments. Après avoir ménagé ainsi Alciat, Calvin poursuit en demandant à François de Connan de ne pas lui reprocher de ne pas être du côté d’Alciat. Il connaît son enthousiasme pour lui, mais sait aussi quelle bonne opinion il a de L’Estoile. Il précise que Duchemin a entrepris cette défense en accord avec son propre jugement, qu’il est très réfléchi dans ses études, d’un jugement précis et pénétrant, parfaitement instruit dans les lettres, et appliqué aux études de droit. Les lecteurs, dont Connan, doivent être libres de juger.

  • 44 Mais Bèze (Ioannis Calvini Vita) affirme que la mort du père de Calvin intervient alors qu’il est e (...)
  • 45 H. J. Selderhuis, John Calvin: A Pilgrim’s Life, Downers Grove, Intervarsity Press, 2009, p. 15-16. (...)
  • 46 Daniel écrit à Calvin, alors à Paris, le 15 mai 1532, qu’il l’attend prochainement à Orléans. La co (...)
  • 47 J. Doinel, « Jean Calvin à Orléans », art. cit.

24Malgré le ton très modéré de cette préface, Calvin cautionne l’attaque de Duchemin contre Alciat. Cela exprime certainement une déception envers un enseignement dont il attendait beaucoup. Il n’a pas dû passer plus d’un an à Bourges44. Il est possible qu’il retourne à Orléans en octobre 1530, et il y obtient sa licence, sans doute en 153145. Deux documents, relatifs à un procès, du 10 mai et du 11 juin 1533, désignent Calvin comme substitut annuel du procureur de la nation de Picardie en l’université d’Orléans. Il a pu devenir substitut en mai 153246, jusqu’en juin 1533 et peut-être octobre, date à laquelle on sait qu’il est à Paris47. Mais, de 1531 à 1533, il est peu à Orléans et plus souvent à Paris, où il se trouve du 4 au 7 mars, puis en juin 1531, à nouveau en janvier 1532, en avril et au moins jusqu’au 15 mai. Ce sont les dates que l’on peut établir à partir de sa correspondance, mais il a pu y être à d’autres moments. On sait d’autre part qu’il est à Noyon le 14 mai 1531 et y reste jusqu’à la mort de son père, le 26 mai 1531.

  • 48 M. L. Monheit, « Young Calvin, Textual Interpretation and Roman Law », Bibliothèque d’Humanisme et (...)

25Qu’a pu retirer Calvin de son bref passage à Bourges ? Malgré ses désillusions, il a sans doute été marqué par la grande érudition d’Alciat, sa volonté de replacer les textes dans leur culture d’origine, son souci d’une langue élégante. Il a découvert ainsi une nouvelle manière de comprendre le droit, sans pour autant que cela lui fasse renier l’enseignement qu’il avait eu auparavant. Dans le Commentaire du De Clementia, en effet, comme dans tous ses premiers écrits, on note un certain éclectisme dans l’approche des textes : il utilise une méthode ou une autre, selon ce qui convient le mieux, en fonction de critères non linguistiques, mais plutôt de ce qu’il cherche à montrer. Calvin ne semble pas avoir réfléchi particulièrement aux différentes approches possibles ; ce qu’il apprécie surtout, c’est de pouvoir rester très proche du texte48.

  • 49 K. Summers, « The Classical Foundations of Beza’s Thought », dans I. Backus (éd.), Théodore de Bèze (...)

26C’est aussi à Bourges qu’il est le plus marqué par Wolmar. Mais les biographies de Bèze et de Colladon ne disent rien d’une éventuelle influence religieuse qu’il aurait eue sur Calvin. Ce dernier lui rendra hommage, en 1546, en lui dédiant son Commentaire sur la seconde épître aux Corinthiens : « Il n’y a rien que j’aie trouvé si bon que la souvenance de ce premier temps, quand, étant envoyé par mon père pour apprendre le droit civil, je conjoignis, vous ayant pour conducteur et maître, avec l’étude des lois, les lettres grecques, lesquelles vous enseigniez avec grande louange. » Bèze, qui l’a eu comme précepteur, ne signale que ses qualités de pédagogue. Bien plus tard (en 1560), il dira qu’il lui a fait aimer tous les auteurs grecs et latins et tous les arts libéraux49. Seul Florimond de Raemond, dans son Histoire de la naissance, progrez et decadence de l’heresie de ce siècle (Rouen, 1622), attribue la conversion de Calvin à Wolmar. En réalité, Wolmar a sans doute pu apprendre à ses élèves à lire les Écritures, à déterminer le sens exact des mots et des expressions à partir de leur contexte historique et littéraire, à valoriser l’intention première des rédacteurs sur la Tradition. Son enseignement complète ainsi celui de Pierre de L’Estoile et, d’une certaine mesure, d’Alciat. Mais il a pu aussi renforcer le goût de Calvin pour les Lettres et contribuer ainsi à son nouveau changement d’orientation : Calvin ne sera jamais docteur en droit et, à Paris, il étudiera surtout les langues anciennes.

  • 50 J. A. Reid, « French Evangelical Networks before 1555 », dans P. Benedict, S. Seidel Menchi, A. Tal (...)
  • 51 J. K. Farge, Le Parti conservateur au XVIe siècle. Université et Parlement de Paris à l’époque de l (...)
  • 52 J. A. Reid, King’s Sister– Queen of Dissent: Marguerite of Navarre (1492-1549) and Her Evangelical (...)

27Bien connaître le grec, c’est aussi pouvoir étudier les Écritures comme le voudraient les évangéliques et les réformés. On a pu repérer vingt-quatre membres du clergé acquis aux idées évangéliques entre 1523 et 1558 à Bourges50. Seize d’entre eux ont prêché publiquement, dont au moins deux avant ou pendant le séjour de Calvin : les augustins Michel d’Arande, pour l’Avent 1523 et le Carême 1524, et Arnaud de Bronosse, docteur en théologie, en 1526, accusé d’hérésie par la faculté de théologie de Paris. Un autre augustin, Jean Chaponneau, n’aurait prêché qu’à partir de 1533, mais on le sait lié à Calvin. Peut-on les qualifier de protestants ? Notons surtout que ces prédications n’ont rien de clandestin. Des foules nombreuses se pressent aux sermons de d’Arande. Elles sont aussi nombreuses à s’opposer, en 1536, aux prédications de l’inquisiteur Matthieu Ory. Ce qui est reproché à d’Arande, ce n’est pas sa doctrine du salut par la foi seule, mais ses attaques contre le culte des saints. Autrement dit, on ne peut pas parler de prédicateurs hétérodoxes opposés à une orthodoxie catholique, qui n’apparaîtra d’ailleurs pas vraiment avant le Concile de Trente. D’Arande deviendra par la suite évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Ces évangéliques sont bien attaqués par le parti conservateur de la Faculté de théologie de Paris51, mais celui-ci ne représente pas l’Église universelle et d’autres courants peuvent se manifester publiquement, en particulier autour de Marguerite de Navarre52, sans manifester la moindre volonté de rupture avec Rome.

  • 53 Sur les origines de la Réforme à Bourges, Y. Guéneau, Protestants du Centre, 1589-1685. Approches d (...)

28La présence de nombreux Allemands à l’université de Bourges a pu cependant favoriser la pénétration des idées luthériennes. Les chanoines découvrent, en 1525, que des livres luthériens sont lus publiquement dans le palais ducal. L’année suivante, un homme est pris avec un sac plein d’ouvrages hérétiques qu’il s’apprêtait à distribuer. Le synode de Bourges, en 1528, attribue la propagation de l’hérésie à la circulation des livres luthériens53.

  • 54 N. Catherinot, Le Calvinisme en Berry, Bourges, 1684, cité par J. Bonet-Maury, « Le protestantisme (...)
  • 55 A. Bergeron-Foote, Les Œuvres en prose de Catherine d’Amboise, dame de Lignières (1481-1550), thèse (...)

29Calvin a-t-il participé à ce mouvement ? Il aurait donné des leçons de rhétorique aux augustins de l’abbaye de Saint-Ambroix, dont plusieurs adhéreront par la suite à la Réforme54. Mais est-ce pour autant qu’il leur a prêché des idées luthériennes ? Bèze nous dit qu’« il prêcha quelquefois en une petite ville de Berry nommée Lignères, en présence et du consentement du seigneur de ce lieu ». Ce château de Lignières-en-Berry appartient à Catherine d’Amboise, qui est sans doute attirée par le mouvement évangélique, dont les œuvres manifestent une véritable préoccupation spirituelle, mais très intériorisée ; en revanche, son attrait pour le renoncement au monde et son intérêt pour la Vierge et la hiérarchie céleste l’empêchent d’être classée parmi les luthériens55. La première lettre connue de Calvin (du 6 septembre 1530, à François Daniel), est de Meillant, où Catherine d’Amboise a une propriété. Il est donc probable que Calvin passe à ce moment-là pour un homme attaché à l’évangélisme, un humanisme réformateur à qui l’on peut faire appel pour ranimer la piété en parlant de l’Évangile, mais non pour un luthérien. Lui-même affirmera d’ailleurs, bien plus tard, dans la Seconde défense […] contre les calomnies de J. Westphal (1556) que c’est peu avant le colloque de Marbourg (1-4 octobre 1529), donc peu de temps après son arrivée à Bourges, qu’il a lu chez Luther qu’Œcolampade et Zwingli ne parlent des sacrements que comme des figures nues, et que cela l’aurait détourné pour quelque temps des livres des réformateurs. C’est le premier contact attesté avec un livre de Luther, peut-être fait sous l’influence de Wolmar ou des étudiants allemands. Mais il n’apparaît pas très concluant.

  • 56 Pour B. Hall (« John Calvin, the Jurisconsults and the Ius Civile », in G. J. Cuming (ed.), Studies (...)

30Lorsque Calvin quitte définitivement Orléans, il n’est plus le jeune catholique venu entamer des études de droit. Il a découvert tout l’intérêt d’une étude rigoureuse des textes et ce que peut apporter la connaissance des textes et de l’histoire antiques pour l’étude du droit et, sans doute, de la Bible. Il a découvert l’humanisme à travers un de ses représentants les plus illustres, Alciat, et en a éprouvé une certaine déception56. Il a eu connaissance des mouvements de réforme dans l’Église et il s’est trouvé très lié à des étudiants adeptes de l’humanisme et de l’évangélisme. Lorsqu’il était à Bourges, les rapports se sont particulièrement tendus entre le chapitre de Noyon et sa famille, au point que son père est mort excommunié et que, sans l’intervention de son frère Charles, il n’aurait pas pu être inhumé en terre consacrée. Le même Charles est accusé d’injures et de violences, puis, à partir de 1533, sa foi devient suspecte et il mourra en 1537 sans s’être réconcilié avec l’Église. On a du mal à penser que ces événements n’aient pas eu d’influence sur Calvin.

  • 57 E. Coët, Éphémérides du Noyonnais, Noyon, Tugault, 1889, p. 120.

31Mais il n’est pas intéressé par les textes réformateurs. Son premier contact avec un livre de Luther, en 1529, ne le convainc pas. S’il prêche, en tant que clerc tonsuré, c’est sans doute dans les limites de l’évangélisme. Bien des signes, en effet, montrent qu’il n’est en rien suspect à l’Église romaine. Comment aurait-il pu, sinon, assurer des prédications dans des églises ? Bien plus, comment aurait-on pu songer à lui comme official ? Et comment expliquer que le chapitre de Noyon n’enquête pas sur sa foi, alors qu’il le fait pour son frère ? La majeure partie de ses premiers compagnons feront d’ailleurs carrière dans l’Église. Mais ce qui est le plus troublant est que les gestes d’appartenance à l’Église romaine continuent de sa part. En 1531 il fonde une messe de requiem pour le repos de sa mère à l’église de Muirancourt57. En juin 1533, il met en garde la sœur de François Daniel qui veut devenir religieuse, lui demandant d’être sûre que c’est bien de son propre désir qu’elle s’impose de telles obligations : des réticences, certes, mais pas un rejet de l’état religieux. En août, il assiste à des séances du chapitre de Noyon et participe même à des prières publiques pour faire cesser la peste. Et c’est le 27 décembre qu’il est question de cette charge d’official.

  • 58 M. Monheit, « Young Calvin… », art. cit., p. 282.

32Difficile donc d’imaginer que Calvin, à Orléans ou à Bourges, a rejoint le camp des réformateurs. Mais il a sûrement été très marqué par l’évangélisme, par les discussions sur la réforme de l’Église et les tentatives de retrouver une Église plus pure. Il n’a plus beaucoup de pas à faire pour rompre avec l’Église romaine. Il lui suffira de fréquenter, à Paris, des critiques plus radicaux, comme ceux qui se réunissent chez Étienne de la Forge, et d’être en butte lui-même aux attaques du parti conservateur, après le discours de Nicolas Cop. L’étudiant humaniste pourra alors devenir un théologien réformateur, puis l’organisateur de nouvelles églises protestantes. Sa formation pourra alors servir la Réforme de l’Église, mais peut-être de manière ambiguë : à l’image de cette première génération de juristes marqués par l’humanisme mais ne tirant pas encore toutes les conséquences de la contextualisation du droit romain, Calvin aura une connaissance profonde du contexte historique, culturel et rhétorique, mais il pensera aussi que les textes anciens s’appliquent facilement à la situation présente, et qu’ils démontrent la vérité de ses convictions religieuses58.

Notes

1 J. Desmay, Remarques sur la vie de Jean Calvin, tirée des registres de Noyon, ville de sa naissance, Rouen, 1621 ; J. Le Vasseur, Annales de l’Église cathédrale de Noyon, Paris, 1633-1634. Cf I. Backus, Life Writing in Reformation Europe. Lives of Reformers by Friends, Disciples and Foes, Aldershot, Ashgate, 2008, chap. 5.

2 A. L. Herminjard, Correspondance des Réformateurs dans les pays de langue française…, Genève/Paris, H. Georg, Michel Lévy, 1868, t. 2, p. 178, n. 1.

3 T. H. L. Parker, John Calvin. A Biography, London, J. M. Dent & Sons Ltd, 1975, p. 156-160.

4 Vita Ioannis Calvini auctore Papirio Massono, Paris, 1620, édité et traduit par I. Backus, « Un chapitre oublié de la réception de Calvin en France. La Vita Caluini de Jean-Papire Masson (1583) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 2009, p. 181-207, citation p. 196.

5 Pour les éléments biographiques et le contexte, je renvoie à mon Calvin. Au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009.

6 M. L. Monheit, « “The Ambition for an Illustrious Name” Humanism, Patronage, and Calvin’s Doctrine of the Calling », The Sixteenth Century Journal, 1992, p. 267-287.

7 A. Lefranc, La Jeunesse de Calvin, Paris, Fischbacher, 1888, p. 6. Le Vasseur, suivi par une source plus tardive (fin XVIIIe s.), qualifie au contraire Jeanne Le Franc de femme « en assez mauvaise réputation », BnF, ms Beaucousin, ms fr 8807, fol. 14.

8 A. Ganoczy, Le Jeune Calvin. Genèse et évolution de sa vocation réformatrice, Wiesbaden, Franz Steiner, 1966, p. 41.

9 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué. Avec une preface de Theodore de Besze, contenant en brief l’histoire de la vie et mort d’iceluy…, Genève, François Perrin, 1564.

10 Commentaires des M. Jehan Calvin sur le livre de Josué…

11 Lefranc, La Jeunesse de Calvin, p. 15-22.

12 Calvin, Opera Omnia. Epistolae, vol. 1, Genève, Droz, 2005, p. 89.

13 M. H. Jullien de Pommerol, Sources de l’histoire des universités françaises au Moyen Âge, Université d’Orléans, Paris, INRP, 1978.

14 J.-E. Bimbenet, Histoire de l’université de lois d’Orléans, Orléans/Paris, Dumoulin, 1853.

15 L’école bartoliste (du juriste du XIVe siècle Bartolus de Saxoferrato) ou mos italicus commente en profondeur le Corpus Juris civilis, afin de trouver des réponses aux questions contemporaines du droit.

16 J. Boussard, « L’Université d’Orléans et l’humanisme au début du XVIe siècle », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 5, 1938, p. 209-230 ; G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle dans les universités d’Orléans, de Bourges et de Toulouse », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1889, p. 86-95, 322-330 ; T. H. L. Parker, John Calvin…, op. cit., p. 15-16 ; P. Mesnard, « Jean Calvin étudiant en droit à Orléans », Actes du Congrès sur l’ancienne Université d’Orléans (XIIIe-XVIIIe siècle). 6-7 mai 1961, Paris, 1962, p. 81-91. Voir aussi dans le catalogue de l’exposition Orléans à la Renaissance, Orléans, 2009, les chapitres de C. Lastraioli et de M.-L. Demonet.

17 P. Chaunu, R. Gascon, Histoire économique et sociale de la France, t. 1, Paris, PUF, 1977, p. 407.

18 Ioannis Calvini Vita, 1575.

19 Histoire ecclésiastique des Églises réformées au royaume de France, Anvers, Jean Rémi [Genève], 1580, p. 6.

20 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit et ses méthodes au XVIe siècle. Continuité ou rupture ? », Annales d’Histoire des facultés de droit et de la science juridique, 1985, no 2, p. 27-36 ; F. L. Battles, A. M. Hugo (éd.), Calvin’s Commentary on Seneca’s De Clementia, Leiden, Brill, 1969, Introduction, p. 21-24. Des indications bibliographiques très complètes dans M. Reulos, « Les Juristes en contact avec Calvin », dans O. Millet (éd.), Calvin et ses contemporains, Genève, Droz, 1992, p. 213-218. McGrath fait d’Orléans un centre d’opposition humaniste à la scolastique, insistant sur l’influence de Budé, ce qui est sans doute exagéré : A. E. McGrath, A Life of John Calvin. A Study in the Shaping of Western Culture, Oxford, Blackwell, 1990.

21 Petri Stellae,… Interpretatio l. repetitio. ff. de condict. indebi. Censura Udalrici Zasii. ll. doctoris,… contra ejusdem Stellae interpretationem dicte l. repetitio…, Paris, C. Wechel, 1528 ; Zasius, Defensio nouissima…, Fribourg, Jean Faber, 1530 ; Apologia Petri Stellae ad Udalricum Zasium, Orléans, Pierre Marchant, 1531. Sur ce débat, voir J. Boussard, « L’Université d’Orléans… », art. cit.

22 T. H. L. Parker, John Calvin…, op. cit., p. 15-16.

23 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 91.

24 Homeri Iliados libri duos una cum annotatiunculis Volmarii, passim suis locis adpositis, Paris, G. de Gourmont, 1523 ; Demetrii Chalcondylae Erotemata siue Institutiones Grammaticae linguae studio sis, uel magno Budaeo teste, accommodatissimae…, Bâle, 1546. Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (en ligne sous http://www.bautz.de/bbkl/), notice « Volmar » ; D.-J. de Groot, « Melchior Volmar. Ses relations avec les réformateurs français et suisses », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1934, p. 416-439.

25 M. Reulos, « Les attaches de Calvin dans la région de Noyon », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1964, p. 192-201.

26 A. Lefranc, La Jeunesse de Calvin, op. cit., p. 74-76 ; T. H. L. Parker, John Calvin…, op. cit., p. 16. On retrouve la plupart des amis de Calvin dans sa correspondance.

27 J. Boussard, « L’Université d’Orléans… », art. cit.

28 Ioannis Calvini Vita ; L’Histoire ecclésiastique va encore plus loin en ce sens : « Calvin […] receut ceste grâce de Dieu qu’il employa ses meilleures heures à l’estude de théologie, en laquelle il profita de telle sorte en peu de temps, qu’estant la science conjointe avec son zèle, il advança merveilleusement le royaume de Dieu en plusieurs familles… »

29 Ioannis Calvini Vita.

30 Pantagruel, chap. 5.

31 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 92.

32 M. Huchon, « Rabelais, les universités et la mobilité », dans Michel Bideau, Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Les échanges entre les universités européennes à la Renaissance, Genève, Droz, 2003, p. 143-158.

33 Contre l’avis de G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 328.

34 J. Doinel, Liste des étudiants de l’université d’Orléans, en 1529, Orléans, Herluison, 1876.

35 G. Bonet-Maury, « Le protestantisme français au XVIe siècle… », art. cit., p. 322-330 ; M. Fournier, « La fondation et la première réforme de l’Université de Bourges, avant son apogée au XVIe siècle », Revue historique du droit français, t. 23, 1899, p. 540-587, 697-757 ; t. 24, 1900, p. 217-248, 657-676 ; E. Durtelle de Saint-Sauveur, « Eguiner Baron et l’École de Bourges avant Cujas », Travaux juridiques et économiques de l’Université de Rennes, t. XV, 1936, p. 69-114.

36 L. de Matos, Les Portugais en France au XVIe siècle, Coimbra, Acta universitatis conimbrigensis, 1952, p. 156-181.

37 M. Monheit, « Guillaume Budé, Andrea Alciato, Pierre de l’Estoile. Renaissance Interpreters of Roman Law », Journal of the History of Ideas, 58, 1997, p. 21-40.

38 J.-L. Thireau, « L’enseignement du droit… », art. cit.

39 F. L. Battles, A. M. Hugo (éd.), Calvin’s Commentary…, op. cit., p. 21-24.

40 E. Doumergue, Jean Calvin. Les hommes et les choses de son temps, t. 1, Lausanne, G. Bridel, 1899.

41 M. Monheit, « Guillaume Budé, Andrea Alciato… », art. cit., p. 26-30.

42 Andreae Alciati iurisconsulti in Stellam & Longouallium LL. Doctores defensio, Aurelio Albuci autore, Bâle, Froben, 1529. Sur cette querelle, cf Q. Breen, John Calvin: A Study in French Humanism, Grand Rapids, Wm. B. Eerdmans Pub. Co, 1930, F. L. Battles, A. M. Hugo (éd.), Calvin’s Commentary…, op. cit., p. 23*, et R. Abbondanza, « La vie et les œuvres d’André Alciat », dans Pédagogues et juristes. Congrès du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours : Été 1960, Paris, Vrin, 1963, p. 100.

43 Nicolai Chemyni Aureliani Antapologia adversus Aurelii Albucii defensionem pro And. Alciato contra D. Petrum Stellam nuper aeditam, Paris, ex off. G. Morrhii, 1531.

44 Mais Bèze (Ioannis Calvini Vita) affirme que la mort du père de Calvin intervient alors qu’il est encore à Bourges.

45 H. J. Selderhuis, John Calvin: A Pilgrim’s Life, Downers Grove, Intervarsity Press, 2009, p. 15-16. Le premier document mentionnant Calvin licencié en droit date du 14 février 1532.

46 Daniel écrit à Calvin, alors à Paris, le 15 mai 1532, qu’il l’attend prochainement à Orléans. La correspondance de Calvin se trouve dans les Opera Omnia. Epistolae, vol. 1, Genève, Droz, 2005.

47 J. Doinel, « Jean Calvin à Orléans », art. cit.

48 M. L. Monheit, « Young Calvin, Textual Interpretation and Roman Law », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 1997, p. 281-282.

49 K. Summers, « The Classical Foundations of Beza’s Thought », dans I. Backus (éd.), Théodore de Bèze (1519-1605), Genève, Droz, 2007, p. 369-379.

50 J. A. Reid, « French Evangelical Networks before 1555 », dans P. Benedict, S. Seidel Menchi, A. Tallon (éd.), La Réforme en France et en Italie, École française de Rome, 2007, p. 105-124.

51 J. K. Farge, Le Parti conservateur au XVIe siècle. Université et Parlement de Paris à l’époque de la Renaissance et de la Réforme, Paris, Collège de France, 1992 ; id., Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, Leyde, Brill, 1985.

52 J. A. Reid, King’s Sister– Queen of Dissent: Marguerite of Navarre (1492-1549) and Her Evangelical Network, Ph. D. thesis, University of Arizona, 2001.

53 Sur les origines de la Réforme à Bourges, Y. Guéneau, Protestants du Centre, 1589-1685. Approches d’une minorité, thèse, Université de Tours, 1982.

54 N. Catherinot, Le Calvinisme en Berry, Bourges, 1684, cité par J. Bonet-Maury, « Le protestantisme français… », art. cit., p. 329.

55 A. Bergeron-Foote, Les Œuvres en prose de Catherine d’Amboise, dame de Lignières (1481-1550), thèse de l’École des chartes, 2002, position de thèse sur http://theses.enc.sorbonne.fr/document1.html.

56 Pour B. Hall (« John Calvin, the Jurisconsults and the Ius Civile », in G. J. Cuming (ed.), Studies in Church History, III, Leyde, Brill, 1966, p. 202-216), les études juridiques de Calvin ont été marquées par l’humanisme. Mais, plus que l’humanisme, c’est l’importance de la connaissance de l’Antiquité qui a sans doute été déterminant.

57 E. Coët, Éphémérides du Noyonnais, Noyon, Tugault, 1889, p. 120.

58 M. Monheit, « Young Calvin… », art. cit., p. 282.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540