Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calvin

 | 
Jacques Varet

Partie I – Genèse de la pensée en Orléanais et Berry

Introduction

Yves Krumenacker

Texte intégral

1La question des origines est une des plus difficiles qui soit, et une de celles qui divisent le plus les historiens. En l’occurrence, cette première partie affronte en réalité deux questions. La première, fondamentale dans le cadre de ce volume, concerne la genèse de la pensée de Calvin et, plus précisément, le rôle que son séjour en Orléanais et en Berry a pu jouer en ce domaine. Les biographes de Calvin sont généralement rapides sur cet épisode de sa vie, faute de sources en nombre suffisant. Il faut généralement se contenter de l’ouvrage estimable, reposant sur des sources en partie détruites aujourd’hui, mais très ancien, d’Abel Lefranc, La Jeunesse de Calvin (Paris, 1888) et sur les très riches études de François Wendel, Calvin. Sources et évolution de sa pensée religieuse (Genève, 1950), et d’Alexandre Ganoczy, Le jeune Calvin. Genèse et évolution de sa vocation réformatrice (Wiesbaden, 1966) ainsi que sur quelques articles érudits.

2La seconde question, inverse d’une certaine manière de la première, concerne la genèse de la Réforme en Orléanais et en Berry, avec l’hypothèse que la présence de Calvin aurait pu avoir une influence décisive sur le cours des événements. Malheureusement, ce problème des origines de la Réforme, cette « question mal posée » selon Lucien Febvre, le maître auquel il faut toujours se référer, n’a pas trouvé de solutions incontestables. Il n’y a même pas d’unanimité pour savoir si la réponse doit être trouvée dans le religieux, l’économique, le social ou le culturel. Comment, dans ces conditions, déterminer la part qu’y a prise Calvin ?

3Trois articles ont pourtant tenté si ce n’est de donner des réponses définitives, tout au moins d’apporter un éclairage sur ces matières particulièrement complexes. Dans un premier temps, Yves Krumenacker, professeur à l’Université Lyon 3 et membre de l’Institut universitaire de France, fait le point de nos connaissances sur le passage de Calvin à Orléans et à Bourges. C’est l’occasion de rectifier la chronologie traditionnelle, car il est probable que Calvin, alors jeune étudiant catholique, se soit rendu à Orléans pour ses études de droit dès 1526, et non deux ans plus tard, comme on l’indique généralement. Mais ce n’est là qu’un détail érudit. Bien plus importante est la contextualisation de cet épisode. Il est en effet difficile de parler réellement de Réforme protestante, au moins en France, dans ces années-là. Si les écrits de Luther ou de réformateurs suisses pénètrent dans le royaume, si des personnes venues d’Allemagne ou de Suisse se trouvent en France, et particulièrement dans les centres universitaires, il n’y a pas encore de mouvement organisé, tout juste une circulation d’idées humanistes et évangéliques favorables à de profonds changements dans l’Église romaine. Mais Calvin, qui n’a eu jusque-là que des enseignements rigoureusement catholiques, qui n’a encore rencontré personne qui ait rompu avec Rome, qui arrive dans une ville où il faudra attendre 1534 pour trouver trace de personnes suspectées d’hérésie, ne pouvait guère devenir protestant à Orléans. Il a en revanche pu commencer à discuter librement de la Bible et il a appris à analyser les textes avec rigueur – mais auprès d’un bon catholique, le juriste Pierre de l’Estoile.

4La situation est différente à Bourges. Calvin s’est émancipé d’un catholicisme strict, et il existe dans cette ville des foyers réformateurs importants. Ne nous y trompons pas : il est encore trop tôt pour parler de Réforme protestante ; en revanche, la contestation évangélique de l’Église établie est bien présente, et les idées luthériennes circulent, grâce aux étudiants allemands de l’université. Cela a pu préparer Calvin, comme bien d’autres à Bourges, à une rupture ultérieure. Inversement, l’ascendant intellectuel qu’a dû exercer le jeune Calvin sur ses compagnons a sans doute fortifié le sentiment, chez eux, qu’une transformation profonde de l’Église, par un retour à l’Écriture, était nécessaire. La part de Calvin dans la formation de noyaux vraiment protestants à Bourges est donc probable, mais assez faible, et très certainement nulle dans le cas d’Orléans. Quant au rôle qu’ont joué ces deux villes dans la formation de sa pensée, il a été important, mais comme une étape vers une radicalité plus grande, qui se développera à Paris, et à la suite d’événements dramatiques liés aux débuts de la persécution anti-protestante en France.

5Il n’en reste pas moins que le souvenir de Calvin a perduré à Bourges et dans les environs. C’est à le montrer qu’est consacré le court texte de Jean-Yves Ribault, directeur honoraire des Archives départementales du Cher. Il s’efforce de faire la part des connaissances bien établies et des légendes, nombreuses dès lors qu’elles mettent en scène un personnage devenu particulièrement célèbre.

6Si l’influence de Calvin sur le protestantisme orléanais a sans doute été nul, une communauté réformée y a néanmoins vu le jour par la suite, se constituant en Église en 1557. Comme partout ailleurs en France, elle a été particulièrement éprouvée par les guerres de religion, dès 1562, après la prise de la ville par l’armée de Condé, puis son retour dans le giron catholique l’année suivante. Orléans a connu des formes extrêmes de violence physique comme des modes symboliques d’affrontement religieux (iconoclasme, controverses intellectuelles, lutte pour l’espace public), mais aussi de multiples formes de coexistence. Malgré la volonté des chefs de guerre ou des autorités d’éliminer l’adversaire, les populations ont inventé des instances de gestion de la conflictualité religieuse (consulat mi-partie, surintendance), se sont partagé l’espace, au point que les affrontements ont été rares entre 1563 et 1567 puis 1570 et 1572. Mais ce vivre-ensemble finit par échouer à la Saint-Barthélemy orléanaise, une des plus meurtrières, proportionnellement, de toutes celles qui se sont déclenchées en province. Jérémie Foa, dans une communication malheureusement absente de ce volume, a dressé l’inventaire de ces tentatives de coexistence et a réfléchi à leur échec, qu’il avait replacé dans une perspective plus vaste dans sa thèse, Le Tour de la paix. Missions et commissions d’application des édits de pacification sous le règne de Charles IX (1560-1574).

7Les Églises protestantes survécurent cependant, en Orléanais comme en Berry et apparaissent même assez dynamiques. Didier Boisson, professeur à l’université d’Angers, en retrace la vie au XVIIe siècle à partir des actes des synodes provinciaux. Il note les principales préoccupations des synodes : bon fonctionnement des consistoires et des colloques, respect de la discipline, notamment l’interdiction des danses et des jeux, revenus des pasteurs, relations difficiles avec les catholiques, conflits internes aux communautés, mariages « bigarrés » (avec des catholiques), construction de tombes (ce qui nuit à la simplicité requise par les synodes). Ces Églises apparaissent finalement assez vivantes, malgré leur dispersion et leur faiblesse démographique. Que Calvin soit ou non à leur origine, le protestantisme est bien implanté dans ces régions, au moins jusqu’à la Révocation de l’édit de Nantes.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540