Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Postface

Henri Galinié

Texte intégral

1Dans les travaux des archéologues, la topographie urbaine est toujours qualifiée d’historique. La contribution des archéologues à l’histoire urbaine, fondée sur les aspects matériels, a longtemps eu pour objet de réflexion les éléments sensibles, ceux qui par leurs qualités individuelles se démarquaient du tout-venant et étaient immédiatement appréhendables comme entités. Ces éléments lisibles dans le sol ou parfois même sur des plans très postérieurs à leur existence ont empiriquement fourni la base des catégories intemporelles de la topographie historique des villes, d’abord antiques, voire néolithiques en Mésopotamie ou en Iran, puis médiévales et modernes et, plus récemment, protohistoriques sous nos cieux.

2Indiscutablement, les archéologues et historiens du monde hellénistique et romain ont posé les bases de l’appréhension de la ville déchiffrable en tant que reflet du système social. La priorité a été donnée aux révélateurs du politique, l’économique relevant plus du domaine quantitatif des objets, meilleurs témoins de l’importance du commerce et des échanges. Ainsi a pris corps, par la fouille ou par l’analyse des plans, la recherche des lieux d’expression du pouvoir, les monuments publics civils ou cultuels, les voiries régulières, les défenses, les lieux de la démocratie (agora, forum), celle des grands aménagements économiques tels les ports ou les entrepôts, et bien sûr celle des images de la hiérarchie sociale dans les lieux d’inhumation.

3D’abord centrée sur les lieux et les modes d’expression du pouvoir, ceux où les compositions urbaines s’expriment pleinement par ce que l’on dénomme aujourd’hui le projet, sont le plus aisément décelables, révélatrices de l’ordre, de l’État et de la démocratie, la recherche de terrain s’est peu à peu diversifiée dans ses préoccupations pour s’intéresser à l’habitat privé, aux lieux de production, aux décharges… passant ainsi de l’urbanisme à l’urbain.

4Il a fallu bien du temps pour que les âges antérieurs, proto-, et ceux du milieu entre ville classique et ville néo-classique, acquièrent droit de cité. Cette appréhension des réalités urbaines concrètes, une fois traduite et étendue aux périodes pré-et post-classiques, a formé la base très largement sinon unanimement partagée de la mise en forme des éléments épars livrés par les enquêtes sur terrain, dans les écrits ou dans les plans.

5Dans la conception française, la ville est indissociable de l’État. Lorsque les villes reflètent l’autorité centrale, elles sont compréhensibles parce qu’organisées, micro-échelle à l’image de la macro-échelle, partie dans un tout, fractales en quelque sorte. La ville protohistorique et la ville médiévale ont éprouvé des difficultés à se faire une place dans ce schéma dont les écartait leur apparent déficit ou désordre. Il a fallu attendre que, dans les années 1970-1980, soit substitué à une impossible ou illusoire définition synthétique de la ville un ensemble de révélateurs urbains, d’ordre politique, économique et démographique ; qu’à une réponse simple et paralysante soient substituées des réponses multiples portant sur la réalité interne et la mise en perspective de chaque ville vis-à-vis de l’extérieur et de ses réseaux d’appartenance.

6Les techniques récentes de fouille, de relevé, d’enregistrement ont certes affiné la connaissance, étendu le registre des centres d’intérêt mais sans radicalement modifier les schémas d’enquête et les interprétations selon les critères de référence politique, économique et démographique.

7Tout ceci est un acquis susceptible d’enrichissement factuel permanent, de rectifications et d’interprétations nécessairement provisoires liées à l’état des connaissances. Cette phase du travail est en quelque sorte à considérer comme un préliminaire. Elle constitue la base ordonnée sur laquelle fonder le travail de mise en œuvre des données, leur transformation en information. Ce premier travail de formalisation est accepté de tous. Pour faire comparaison, le classement des données de la topographie historique en catégories équivaut au classement dans les bibliothèques ou les archives publiques. Le lecteur sait où aller chercher les documents mais nul classement n’est exclusif, chaque catégorie ouvre le champ à discussion et à lectures multiples.

8Et il est vrai que les discussions des données de base s’inscrivent dans un très large spectre qui va de leur insertion dans un cadre historique pré-établi qu’elles illustrent ou enrichissent en l’agrémentant des particularités du singulier, et sans le remettre en cause, jusqu’à la modélisation qui, sous différentes formes, partage la préoccupation contraire de minimiser le singulier au profit sinon de règles, du moins de régularités.

9Il existe une frontière floue, une membrane entre deux postulations simultanées de l’étude des villes, l’une tendant vers le récit, l’autre vers le modèle. À une extrémité du spectre se trouve le roman urbain, qui existe au même titre que le roman national, qui lui est étroitement associé dans ses rythmes et ses présupposés et qui coule les informations dans une succession de moules chronologiques dont la série s’est enrichie récemment du moule protohistorique. À l’autre extrémité se trouve l’abstraction de la formalisation modélisatrice qui, elle, soumet ses écrits aux obstacles de la documentation. Cette formalisation s’inscrit dans le droit fil de la précédente, évoquée plus haut, mais n’a pas rallié tous les suffrages, loin de là.

10D’un côté, la défaillance de la documentation est palliée par l’histoire générale ; de l’autre le manque lui-même est histoire. Soit les informations tombent dans le moule, soit elles le forment.

11Ces deux postures tendent à s’éloigner l’une de l’autre au gré des courants qui les portent et à s’exprimer, chacune, dans une langue qui devient hermétique à l’autre et est objet d’incompréhensions, voire de procès d’intention : Littérature contre Charabia ! Conteurs contre Techniciens ! Rien ne rend mieux compte de ces postures souvent implicites que les références bibliographiques des publications.

12Dans ce même spectre, les appariements disciplinaires défient les typologies simples ou évidentes, comme les pages de ce volume l’attestent. Il ne s’agit pas de collaborations archéologues-historiens d’un côté, archéologues-géographes de l’autre, d’autant qu’aucune de ces catégories de base n’est homogène et que d’autres disciplines sont engagées. La distinction s’effectue sur la place faite au statut de l’information et à sa nécessaire formalisation. Contrairement à une idée répandue, les « technologies de l’information » ne sont pas seulement un appareillage technique qui brasse des données que le cerveau humain aurait des difficultés à manipuler mais bien la possibilité offerte d’une autre façon de penser, en l’occurrence, l’espace. Qui nierait que les progrès techniques et conceptuels associés aux télescopes ont ajouté à la lunette pour concevoir l’univers, aujourd’hui les univers ?

13Quelle que soit l’échelle d’analyse, ici intra-ou inter-urbaine, la préoccupation principale est la relation de la partie au tout, la façon de « faire système » et les conditions d’appréhension et de compréhension du fonctionnement de chaque partie et du tout dans ces systèmes.

14Il va sans dire que, dans les sources du passé, les moments où les conditions sont réunies pour appréhender et comprendre ce qui s’est réellement et concrètement déroulé dans les parties et le tout sont exceptionnels. Ils nécessitent, pour autoriser un récit fondé, documenté, une conjonction d’éléments sur les intentions, les réalisations, leur transcription très rarement conjugable. Ce sont les moments rarissimes, propres à l’intra-urbain car l’inter-urbain leur échappe, où l’on touche à la vie. À défaut, il faut s’en tenir aux principes, aux résultats observables sans pouvoir décrire finement le processus qui a conduit de l’attestation de A à celle de B.

15Accorder à ces divers moments, à ces divers mouvements l’attention qu’ils méritent sans franchir les limites, changer de registre selon la documentation conduisent à l’écriture actuelle de fragments d’histoire vus par certains comme un renoncement ou une régression parce que l’écrit, pour rendre compte de la diversité de la réalité sensible, procède par touches, s’assujettit aux discontinuités, s’éloigne, s’abstrait du fil du temps.

16Cette dualité est d’actualité et de fond. Elle est la bienvenue. Elle correspond aux façons actuelles de faire de l’histoire, d’appréhender l’histoire urbaine, chacune respectable puisque l’histoire est irréductible à ceux qui la pratiquent.

Auteur

Directeur de recherche honoraire du CNRS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540