Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Modélisation multi-scalaire d’un espace urbain sur la longue durée : l’exemple du quartier abbatial de La Trinité de Vendôme (Loir-et-Cher)

Modeling of a multi-scalar urban space over the long term: the case of the district of the abbey church of the Trinity, Vendôme (Loir-et-Cher)

Gaël Simon

Résumé

The material reality of a city over a long period can be viewed from two perspectives: the built area (garden, home, church, etc.) and the urban function (abbey, shop, factory, barracks, etc.). Thus, within the same area there are two coexisting realities, two constantly interacting historical objects each with their own time. Using the example of the district of the Abbey of the Trinity in Vendôme (Loir-et-Cher), we highlight the dialectical relationship between these two realities, in other words, the extent to which the built area was restructured by functional changes of the urban space (e.g. the construction of an abbey and the founding of an adjacent town in the 11th century, the Maurist reform in the 17th century, the Revolution and the construction of military barracks).

Texte intégral

  • 1 Cette thèse de doctorat intitulée La fabrique urbaine de Vendôme du XIe au début du XIXe siècle es (...)

1L’espace urbain est un objet complexe à appréhender sur la longue durée puisque s’y combinent plusieurs réalités en perpétuelles transformations et interactions. Partant du constat qu’un certain nombre d’éléments du domaine construit, entendus ici comme tout objet composant la trame intra-parcellaire (cour, jardin, logis…), perdurent dans le temps, bien après la disparition de la fonction urbaine pour laquelle ils avaient été créés (une abbaye, un château, un habitat…), une modélisation de ces relations inter-scalaires est apparu nécessaire afin de mieux saisir la fabrique urbaine (Panerai, Demorgon et Depaule 1999 : 75). La ville est ici considérée comme un système complexe composé de deux sous-systèmes, la fonction urbaine et le domaine construit, chacun ayant sa propre temporalité et spatialité, mais entretenant des relations inter-scalaires. Si les principes de modélisation exprimés ici ne sont pas nouveaux et ont été appliqués à différentes échelles, leur confrontation et leur croisement à deux niveaux d’analyse n’avait pas été formalisé (Lefebvre, Rodier et Saligny 2012 : 254). Cette contribution, qui s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat1, a pour ambition de poser les bases méthodologiques d’une approche originale de l’espace urbain en cherchant à lier les différentes réalités qui le composent.

2Ces deux réalités ou niveaux d’observation ont été mobilisés pour la compréhension de la fabrique d’un espace urbain sur la longue durée : le quartier abbatial de La Trinité de Vendôme, étudié sur huit siècles, entre la fondation de l’abbaye et de son bourg au milieu du XIe siècle et les transformations du début du XIXe siècle. Il s’agira de s’abstraire des plans de topographie historique afin de déterminer les rythmes de formation et de transformation de cet espace, de définir les héritages et les inerties mais aussi d’évaluer quelles sont les fonctions urbaines qui ont le plus transformé le domaine construit et inversement quelles sont celles qui n’ont eu qu’une faible incidence sur ce dernier.

DU QUARTIER AUX OBJETS HISTORIQUES (EF ET EC)

Cadre de l’étude et données disponibles

3Les 7,5 ha de l’espace urbain considéré ici (10 % de l’étendue de la ville du XIXe s.) se situent dans la partie orientale de l’agglomération (fig. 1). La topographie urbaine de ce quartier, pour les huit siècles de l’étude, a été marquée par la fondation de l’abbaye de La Trinité en 1032 et celle d’un bourg adjacent, le développement du pèlerinage à la Sainte Larme dès le XIIe siècle (Isnard 2010 : 173), le relâchement de la règle bénédictine aux XIIIe et XIVe siècles, la nouvelle délimitation du cloître lors de l’adoption de la réforme mauriste et enfin la Révolution et ses grands changements fonctionnels (Lazareg 1998).

4Les diverses sources traditionnellement mises en œuvre dans l’étude d’une ville dans la longue durée sont à notre disposition pour l’étude de cet espace (Galinié 2000 : 18-24 ; Galinié et Rodier 2002 : 5). Le bâti ancien (antérieur au XIXe s.) est relativement bien conservé, des observations archéologiques ont été pratiquées, les sources écrites sont nombreuses, et quelques gravures et plans nous sont parvenus. La diversité des sources oblige pour comprendre l’espace urbain à dépasser leur hétérogénéité par la modélisation de la réalité urbaine se fondant sur les objets historiques.

Fig. 1 – Localisation du quartier abbatial et vue actuelle du quartier.

L’objet historique (OH)

  • 2 Nous nous plaçons dans une approche résolument fonctionnelle de la ville. Les structures de la vil (...)

5L’objet historique est défini comme « toute réalisation humaine ou tout élément naturel, modifié ou non, présent au sol à un moment donné, interprétable fonctionnellement et participant au paysage urbain » (Galinié, Rodier et Saligny 2004 : 3). Ces objets historiques, pour être intégrés au système, doivent répondre à trois questions, formalisées dans la triade de D. J. Peuquet (Peuquet 1994 : 447-451) : What, Where, When. Le changement d’un de ces attributs entraîne automatiquement la création d’un nouvel objet. Ainsi une abbaye dont l’emprise varie au cours du temps correspondra à plusieurs objets historiques. Néanmoins cette définition générale ne permet pas de distinguer les deux niveaux d’analyse sur lesquels porte l’étude : celui de l’entité fonctionnelle (EF) et celui de l’élément constitutif (EC) renvoyant respectivement à la fonction urbaine et à la fonction intra-parcellaire2.

Les entités fonctionnelles (EF)

6L’entité fonctionnelle correspond à tout élément topographique ayant un sens à l’échelle de la ville. La fonction de ces entités est définie par un thésaurus qui reprend une grille d’analyse élaborée par le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU) depuis les années 1990. Celle-ci organise tous les objets urbains répondant à des besoins sociaux à travers l’emboîtement de deux valeurs, la valeur urbaine et la valeur d’usage (fig. 2). La valeur d’usage concerne les analyses de micro-échelle à méso-échelle (de la rue au quartier, de la parcelle à l’îlot) et la valeur urbaine concerne les analyses de méso-échelle à macro-échelle (la ville dans son ensemble). Ainsi, de la présence d’une construction interprétée comme atelier (valeur d’usage), on en infère l’existence d’un secteur artisanal (valeur urbaine).

Les éléments constitutifs (EC)

7L’élément constitutif a été défini par B. Lefebvre dans le cadre de sa thèse (Lefebvre 2008 : 138) comme toute réalité topographique ayant un sens à l’échelle du tissu urbain. Il se caractérise par des valeurs fonctionnelles pour lesquelles une liste non exhaustive de 38 items correspondant au jeu de données a été créée (fig. 2). Il peut paraître surprenant dans cette liste qu’une distinction soit effectuée entre les boutiques-habitats et les logis mais celle-ci est fondée sur la différence existant entre un édifice exclusivement dédié à l’habitation et la boutique-habitat renfermant à la fois des activités économiques (production et commerce) et un logement. De même, la distinction entre une allée et une rue repose sur l’usage de ces espaces de circulation : la rue est un espace public où la circulation est libre, à l’inverse de l’allée qui remplit une fonction de desserte privée.

Fig. 2 – Thésaurus du CNAU et des Valeurs Fonctionnelles.

Relations entre les Entités Fonctionnelles et les Éléments Constitutifs

8Les relations qu’entretiennent les entités fonctionnelles et les éléments constitutifs sont dialectiques puisque c’est bien un besoin social (fondation d’une abbaye) qui entraîne la construction d’EC dans un lieu (construction d’une église, d’un cloître, de dortoirs, etc.) guidant l’installation dans ce même espace d’une nouvelle entité fonctionnelle répondant à un nouveau besoin social (une caserne militaire par exemple qui se servira du dortoir pour loger les militaires). L’étude de ces relations est donc à même de mettre en exergue le poids des EF dans la destruction, la construction, l’héritage et la transmission des EC.

9Ces deux objets n’entretiennent pas les mêmes types de relations en fonction des dimensions qui les composent ; ainsi sur le plan fonctionnel, il n’existe pas de relations hiérarchiques et exclusives entre les valeurs d’usage (EF) et les valeurs fonctionnelles (EC). Ces dernières ne constituent pas un sous-ensemble des valeurs d’usage mais correspondent aux fonctions primaires du bâtiment ou de l’espace ouvert, répondant aux besoins quotidiens des individus et renvoyant aux actions de la vie quotidienne (travailler, dormir, se nourrir, prier…). La fonction urbaine dans laquelle se placent les éléments constitutifs n’est pas prise en compte. Ainsi un dortoir utilisé par les moines dans l’abbaye et ensuite réutilisé comme dortoir militaire ne change pas de fonction, cela reste un dortoir (lieu de repos commun) tant dans l’abbaye que dans la caserne. De même, le logis d’un dignitaire abbatial construit dans l’enceinte de l’abbaye ne changera pas de fonction quand celle-ci sera vendue après la Révolution à un laïc ; le bâtiment aura toujours une fonction de logement (Simon 2012).

10Spatialement, la relation entre les EC et les EF est hiérarchique puisque un EC est obligatoirement compris dans une EF. Cet emboîtement des données permet de ne pas répéter la fonction de l’EF dans l’EC.

  • 3 Sur la notion de vie des objets spatio-temporels voir Cheylan 2007.

11Enfin nous postulons que les deux objets possèdent un rythme temporel différent qui se déroule dans le même continuum. Partant de ce postulat, neuf cas théoriques de relations temporelles entre EC et EF ont pu être définis (fig. 3A). Ces neufs cas de relations spatio-temporelles résultent du croisement de six configurations spatio-temporelles, trois concernant les relations d’apparition entre une EF et un EC et trois correspondant aux relations de disparition. Ainsi, l’EF peut hériter d’EC antérieurs, en créer dès son apparition ou pendant sa vie3, en transmettre ou en détruire au moment de sa disparition ou antérieurement.

Fig. 3 – Relations spatio-temporelles et exemples.

12Dans les trois premiers cas, l’EF hérite d’un EC et peut soit le transmette à l’EF postérieure qui le maintient en partie (cas 1) ou le détruit (cas 2), soit le détruire (cas 3). Dans les cas 5, 6 et 7, l’EF crée en même temps qu’elle apparaît un EC qu’elle peut soit transmettre (cas 4), soit détruire pendant sa durée de vie (cas 6) ou en même temps qu’elle disparaît (cas 5). Dans les trois derniers cas, l’EF crée l’EC qui la compose, et peut soit le transmettre à l’EF postérieure qui le maintient en partie (cas 7) ou le détruit (cas 8), soit le détruire (cas 9).

13Nous pouvons prendre l’exemple d’une maison construite par un dignitaire abbatial dans l’enceinte de l’abbaye au cours du XVe siècle. Cette maison prend une valeur fonctionnelle de logis et, comme elle est occupée par un ecclésiastique de l’abbaye, sa valeur urbaine sera rattachée aux bâtiments conventuels et monastiques (valeur d’usage 43). Lors de la redéfinition du cloître par les mauristes, cette maison est vendue à un bourgeois qui l’habite. Dès lors, la valeur d’usage à l’échelle urbaine change puisque cette maison fait maintenant partie de l’habitat civil (valeur d’usage 37) mais sa valeur fonctionnelle ne change pas : il s’agit toujours d’un logis (fig. 3B). Cet exemple illustre les cas nos 4 et 2 de la figure 3A, c’est-à-dire le maintien du tissu urbain malgré un changement de valeur fonctionnelle.

14À l’inverse, la fig. 3C correspond aux cas nos 6 et 8 de la figure 3A. Il s’agit d’une parcelle ayant pour valeur d’usage « habitat » (37), constituée de deux EC, un logis et une cour. Cette dernière est transformée en annexe du logis. On a donc un changement de la valeur fonctionnelle mais pas de la valeur d’usage.

PRINCIPES DE MODÉLISATION

Le système OH_FET

15La modélisation proposée ici reprend la méthode utilisée par B. Lefebvre, elle-même inspirée des travaux de X. Rodier, L. Saligny et H. Galinié. Elle consiste à décomposer les objets complexes en objets simples renvoyant à leur fonction, leur localisation et leur temporalité, et ensuite à reconstruire ces mêmes objets en réunissant les informations spatiales, temporelles et fonctionnelles qui les constituent (Lefebvre, Rodier et Saligny 2008 : 206). Cette organisation permet d’une part de placer l’objet historique au centre du modèle, en interaction avec ses trois composantes, et d’autre part de rendre indépendants l’approche de la fonction, de l’espace et du temps (fig. 4A). Les dimensions peuvent donc être interrogées une à une ou deux à deux afin de mieux appréhender les transformations et les dynamiques.

La modélisation de l’espace

16La modélisation spatiale est fondée sur une abstraction géographique des données historiques afin d’éviter toute redondance spatiale. L’espace est découpé le plus finement possible en entité spatiale (ES) obtenu par la superposition des objets historiques afin de constituer un graphe planaire topologique. Les ES obtenues sont vides de sens, elles sont anhistoriques et seule leur association donne corps aux objets historiques. L’espace étant le même pour les deux objets d’étude, un seul graphe planaire topologique, constitué de 353 ES, a été créé (fig. 4B).

Fig. 4 – Principes de modélisation.

La modélisation du temps

17La modélisation temporelle s’inspire de la modélisation spatiale. Ainsi, le temps est considéré comme un continuum divisé en segments (correspondant aux durées) et en points (correspondant aux événements). Cette modélisation du temps repose sur les travaux de J. F. Allen et utilise un système absolu de datation, seul moyen d’adapter son algèbre à nos données (Allen 1991 : 341). Autrement dit, chaque objet historique est repéré dans le temps par deux bornes : sa date d’apparition et sa date de disparition à l’année près. Comme on peut s’en douter, dans nos disciplines historiques, la datation à l’année près est très rare (texte indiquant la date de construction ou datation dendrochronologique). Le plus souvent, la précision de la datation ne descend pas au-delà du quart de siècle. Pour dépasser cet obstacle, les datations de chaque OH sont dotées d’un indice de fiabilité renvoyant au siècle, au demi-siècle, au quart de siècle ou à l’année. Ainsi un OH qui apparaît au début du XIIe siècle (sans plus de précision) aura pour date d’apparition 1101 et pour fiabilité de l’apparition « demi-siècle » alors qu’un OH dont la date de construction est connue par un texte aura pour fiabilité d’apparition « année ».

18Comme pour l’espace, la redondance temporelle est proscrite. C’est pour cela que des Entités Temporelles (ET) ont été créées sur le modèle des ES par la combinaison de toutes les bornes d’apparition et de disparition afin de former un continuum topologique. Sur cette ligne du temps, chaque point correspond à une ET-événement et chaque intervalle à une ET-durée (Rodier et Saligny 2010). Comme l’espace, le temps est identique pour les deux objets d’étude ; un seul continuum a donc été créé, comprenant 48 ET-durée et 49 ET-événement soit un total de 97 ET (fig. 4C).

Un outil de représentations des configurations multi-scalaires

19Les relations multi-scalaires permettent de dresser pour chaque EF des diagrammes montrant les types de relations entretenues avec le domaine construit. Ainsi pour chaque EF est calculée la part de chacune des relations (cf. supra), indiquée par un niveau de gris. Plus la relation est foncée, plus son poids est important. On peut ainsi mettre en évidence les quatre grands types de configurations multi-scalaires, à savoir les EF qui héritent et transmettent les éléments du domaine construit (configuration A de la figure 5) ; héritent et détruisent (B), construisent et transmettent (C) et construisent et détruisent (D). De manière plus précise, l’observation des diagrammes de relations permet de mesurer le poids des EC hérités ou construits (en ligne) et l’importance des destructions ou des transmissions d’EC (en colonne).

Fig. 5 – Diagramme de relations.

RÉSULTATS DES ANALYSES ET PREMIÈRES INTERPRÉTATIONS

L’appréhension des dynamiques spatio-temporelles du quartier aux deux échelles d’analyse

20Le premier usage de cette modélisation est l’obtention de cartes représentant l’occupation de l’espace pour chaque période de stabilité du système (ET_durée) tant au niveau parcellaire qu’intra-parcellaire. Néanmoins, il faut avoir recours à des cartes des changements pour appréhender les dynamiques entre deux états stables du système (fig. 6 Colonnes A). Ces cartes correspondent aux ET_événements, et indiquent les zones de transformation d’ordre fonctionnel et les zones de stabilité.

21Ces transformations fonctionnelles peuvent aussi être lues sur la longue durée. Les cartes des changements pour chacun des niveaux d’analyse (fig. 6 Colonnes B) résultent de l’addition du nombre de fonctions successives qu’a connues chaque portion de l’espace (ES). Ainsi une ES mobilisée dans deux logis successifs ne renverra qu’à une fonction, alors que la portion d’espace ayant été mobilisée dans un jardin, transformé en cour puis de nouveau en jardin correspondra à trois usages successifs.

22Le croisement de ces deux cartes permet de dégager quatre dynamiques multi-scalaires de transformation de l’espace urbain. Elles correspondent aux espaces les plus stables ou aux espaces les plus variables tant à l’échelle urbaine qu’à l’échelle du domaine construit. Elles peuvent aussi résulter de la combinaison des espaces les plus stables fonctionnellement mais ayant subi un important remaniement du domaine construit, ou des espaces ayant connu une forte variabilité fonctionnelle à l’échelle urbaine et une forte stabilité intra-parcellaire. Ces dynamiques peuvent être cartographiées (fig. 6 Colonne C) pour mettre en évidence les espaces les plus actifs.

23Dans le cas du quartier abbatial, il apparaît que l’espace le plus dynamique fonctionnellement aux deux niveaux d’analyse est concentré dans l’est de la zone d’étude, dans un ensemble qui a connu d’importantes transformations fonctionnelles (trame verticale) alors que l’ouest du quartier a subi moins de changements fonctionnels mais au contraire plus de renouvellement du domaine construit. Deux constats s’imposent donc : d’abord il semble que les fonctions fixées au XIe siècle perdurent en grande partie jusqu’au XVIIIe siècle. L’espace de l’abbaye n’a été soumis qu’à un fort renouvellement du domaine construit, que l’on peut interpréter comme une adaptation aux goûts nouveaux. Ensuite, l’agrandissement de l’établissement au XIIIe siècle et au XVIIe siècle dans la partie orientale du quartier a entraîné des modifications importantes des valeurs d’usage sans changement important du domaine construit, la fonction conventuelle n’ayant que très peu modifié cet espace. Cette différence peut être expliquée par la présence dans la partie occidentale de tous les éléments indispensables à la vie en communauté, ne nécessitant pas une importante transformation de l’espace nouvellement intégré à l’abbaye.

24Pour saisir les rythmes de l’espace urbain sur la longue durée, Bastien Lefebvre, dans le cadre de sa thèse, a utilisé une cartographie temporelle appelée chronographie. Il s’agit de représenter sur une ligne du temps les périodes de transformation et de stabilité de l’espace urbain. Chaque période de stabilité (ET_durée) est définie par un niveau de morcellement fonctionnel reposant sur le rapport entre le nombre d’OH et le nombre de fonctions présentes dans cet intervalle (niveau de gris) et par le nombre d’OH (ligne noire). Chaque ET_événement est, quant à elle, renseignée par un ratio entre disparition, apparition et permanence des OH.

25Les chronographies de l’espace abbatial (fig. 7, A=EF, B=EC) permettent d’avancer les interprétations suivantes :

  • le rythme de transformation des fonctions urbaines et du domaine construit ne cesse de s’accélérer jusqu’au XIXe siècle. Néanmoins, trois temps de la constitution du quartier peuvent être mis en évidence. Le premier, noté A, se caractérise par une période d’apparition de plusieurs fonctions urbaines au début du XIe siècle et par la construction d’un nombre important d’EC à un rythme plus soutenu que celui des fonctions urbaines. Cette phase coïncide avec la fondation de l’abbaye (EF) et la construction des éléments qui la composent (EC) entre le milieu du XIe siècle et la fin du XIIe siècle ;
  • entre le XIIIe et le XVIIe siècle, une nouvelle phase (B) est marquée par une forte apparition de nouvelles fonctions, à un rythme assez soutenu, alors que le domaine construit s’étoffe à un rythme plus lent. Ce décalage est en partie dû aux effets de sources ; en effet les textes deviennent plus nombreux et permettent de cerner au plus près les transformations fonctionnelles alors que le domaine construit, daté quasi exclusivement par son style architectural, ne peut être daté aussi précisément ;
  • enfin, la dernière phase (C), commençant à la fin du XVIIe siècle, se caractérise par de fortes transformations tant des fonctions urbaines que du domaine construit à un rythme de plus en plus rapide. Cette accélération n’est pas uniquement due à un effet de sources et révèle bien les importants changements que connaît le quartier durant cette période (installation des moines mauristes, sécularisation d’une partie du quartier…).

Le poids des Entités Fonctionnelles dans la transformation du domaine construit ou la représentation des relations multi-scalaires

26Comme indiqué précédemment, le XVIIe siècle semble correspondre à une période de forte transformation du quartier tant au niveau des valeurs d’usage que du domaine construit. Pour mieux comprendre le poids des nouvelles EF qui apparaissent sur le domaine construit nous allons étudier en détail le cas de l’abbaye mauriste à l’aide du diagramme présenté dans la figure 3. L’emprise spatio-temporelle de l’EF abbaye mauriste été constituée, de 1622 à 1792, de 51 EC qui entretiennent avec elle six types de relations (carré grisé).

27La lecture du diagramme (fig. 8A) permet dans un premier temps de mesurer que sur l’ensemble des EC qui l’ont composée, 75 % ont été hérités ce qui montre une certaine adaptation de l’abbaye au domaine construit. Néanmoins, 48 % des EC hérités ont été détruits. D’une manière générale, ce sont 52 % des EC qui ont été détruits et seulement 25 % qui ont été construits. L’abbaye mauriste a donc profondément remanié le domaine construit en ne préservant que 27 % de ce qu’elle avait hérité.

28On peut enfin noter l’absence de constructions spécifiques (ligne 2) signifiant que lors de la création de l’abbaye mauriste, tous les éléments indispensables à son fonctionnement étaient déjà présents.

Fig. 6 – Cartographies multi-scalaires.

Fig. 7 – Chronographies.

29Si l’on cartographie les types de relations (fig. 8B) (héritage, construction, destruction, transmission et maintien sur la période), on remarque que les éléments maintenus sur toute la durée se situent au nord tandis que les éléments construits et détruits sont concentrés au sud, zone de fort investissement constructif de l’abbaye. Au nord, en raison de l’importance des bâtiments, à la fois monumentale et symbolique (église, clocher), le domaine construit fut très peu restructuré.

30À terme, ce type de représentation devrait mettre en exergue les fonctions urbaines les plus modificatrices ou les plus préservatrices d’EC.

CONCLUSION

31Si la mesure du décalage entre le domaine construit et le sens urbain que leur donnent les sociétés constitue un système permettant de comprendre la réalité urbaine dans sa complexité, peu d’études ont cherché à le formaliser. Bien que l’étude multi-scalaire du quartier abbatial de La Trinité de Vendôme n’ait pour le moment pas été menée à son terme, les premiers résultats concernant le rythme de la formation et de la transformation de cet espace sont intéressants. Si l’effet de source est important, cette méthode permet néanmoins de saisir une nouvelle facette de la fabrique urbaine. Il faut aussi indiquer que ce système souffre d’un déficit de maniabilité dans la mise à jour. L’automatisation d’un certain nombre d’opérations permettrait de gérer un ensemble plus important de données et de multiplier les études de cas.

Fig. 8 – Un exemple d’analyse multi-scalaire : le cas de l’abbaye mauriste.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allen J.F. 1991. Time and Time Again: The Many Ways to Represent Time, International Journal of Intelligent Systems, 6-4: 341-355.

Cheylan J.-P. 2007. Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation, M@ppemonde, 87-3, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num15/articles/art07303.html.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la Ville », 16, Tours, 128 p.

Galinié H., Rodier X. 2002. TOTOPI, TOpographie de Tours Pré-Industriel, un outil d’analyse urbaine, Les petits cahiers d’Anatole, 11, [en ligne], http://citeres.univtours.fr/doc/lat/pecada/F2_11.pdf.

Galinié H., Rodier X. et Saligny L. 2004. Entités fonctionnelles, entités spatiales et dynamique urbaine dans la longue durée, Histoire et Mesure, 19-3/4 : 223-242.

Isnard I. 2010. La Sainte Larme de l’abbaye de la Trinité de Vendôme : architecture, décor et mobilier liturgique, Revue Mabillon, 81 : 173-202.

Lazareg F. 1998. Étude topographique et architecturale de La Trinité de Vendôme, Mémoire de maîtrise, Université de Tours, 2 vol.

Lefebvre B. 2008. La formation d’un tissu urbain dans la Cité de Tours : du site de l’amphithéâtre antique au quartier canonial (5e-18e s.), Thèse de doctorat, Université de Tours, 4 vol.

Lefebvre B., Rodier X. et Saligny L. 2008. Understanding urban fabric with the OH_FET model based on social use, space and time, Archeologia e Calcolatori, 19: 195-214.

Lefebvre B., Rodier X. et Saligny L. 2012. La modélisation de l’information spatiotemporelle, in : Archambault de Beaune S. et Francfort H.-P. (dir.), L’archéologie à découvert, Actes du colloque « Archéologie en mouvement. Hommes, objets, espaces et temporalités » (Paris, juin 2010), CNRS Éditions, Paris : 249-258.

Panerai P., Demorgon M. et Depaule J.-C. 1999. Analyse urbaine, Parenthèses, Marseille, 190 p.

Peuquet D. J. 1994. It’s about time; A conceptual framework for the representation of temporal dynamics in geographic information systems, Annals of the Association of the American Geographers, 3: 441-461.

Rodier X. et Saligny L. 2010. Modélisation des objets historiques selon la fonction, l’espace et le temps pour l’étude des dynamiques urbaines dans la longue durée, Cybergeo : European Journal of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 502, mis en ligne le 17 juin 2010, consulté le 10 juin 2011, [en ligne], http://cybergeo.revues.org/23175;DOI:10.4000/cybergeo.23175.

Simon G. 2012. Modélisations multi-scalaires des dynamiques urbaines dans la longue durée : l’exemple du quartier abbatial de Vendôme (41), Cybergeo : European Journal of Geography, Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, article 589, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 11 juin 2012, [en ligne], http://cybergeo.revues.org/25110;DOI:10.4000/cybergeo.25110.

Notes

1 Cette thèse de doctorat intitulée La fabrique urbaine de Vendôme du XIe au début du XIXe siècle est dirigée par Élisabeth Lorans.

2 Nous nous plaçons dans une approche résolument fonctionnelle de la ville. Les structures de la ville (bâtiments, murs, limites parcellaires) ne sont pas prises en compte parce que relevant d’un autre niveau d’observation.

3 Sur la notion de vie des objets spatio-temporels voir Cheylan 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation du quartier abbatial et vue actuelle du quartier.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 2 – Thésaurus du CNAU et des Valeurs Fonctionnelles.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 3 – Relations spatio-temporelles et exemples.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 4 – Principes de modélisation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 5 – Diagramme de relations.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 6 – Cartographies multi-scalaires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 7 – Chronographies.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 8 – Un exemple d’analyse multi-scalaire : le cas de l’abbaye mauriste.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7720/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Doctorant en Archéologie, Université François-Rabelais de Tours, UMR 7324 CITERES – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540