Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Le réseau des agglomérations antiques dans les cités du centre de la Gaule

The network of ancient settlements in the cities of central Gaul

Christian Cribellier

Résumé

In the final decades before the conquest of Gaul, several settlements, other than farms, developed outside the oppida. In the centre of Gaul, the principle towns and the settlements dependent on them emerged gradually from the 1st century AD, sometimes on previously occupied sites. A range of sites developed, from true towns, which developed continuously up to the contemporary period, to small market towns (bourgades) which mostly disappeared before the end of the Classical period. One criterion for evaluating sites is their surface area, varying from a few hectares to over 200 hectares for the main administrative towns. The largest developed on the main communication routes, constituting a structural feature of a network made up of economic and religious elements, interacting with the rest of the city’s territory. Their trajectories, from the end of the Gaulish period up to the late Classical period, follow different patterns: for example, on-going occupation, shift, or desertion during the medieval period. The network of towns was unstable and many disappeared before the end of the 3rd century, notably small settlements that were created late on. Highly developed towns with multiple urban functions that were under the authority of the provincial capitals were distributed throughout the region, 50 to 80 kms apart. Towns with important productive activities or religious functions grew up within a radius of 15 to 25 kms of the provincial capitals, mostly on well-defined road networks. Between these were the smallest, often ephemeral, sites, with no specific organization.

Texte intégral

1Dans les dernières décennies qui précèdent la conquête de la Gaule, quelques sites d’habitats groupés, différents des exploitations agricoles, se rencontrent en dehors des oppida. Après la conquête, les agglomérations se sont développées selon des processus qui restent encore méconnus. Dans le centre de la Gaule, chefs-lieux et agglomérations secondaires dans leur dépendance sont mis progressivement en place à partir du début du Ier siècle apr. J.-C., quelquefois à l’emplacement des sites déjà occupés à la période précédente. Des véritables villes, qui connaîtront une évolution sans discontinuité jusqu’à la période contemporaine, aux petites bourgades, dont une majeure partie disparaîtra avant la fin de l’Antiquité, une variété de sites s’est constituée. Chaque agglomération est un élément structurant d’un réseau aux composantes multiples, en interaction avec le reste du territoire de la cité. Les trajectoires suivies, depuis la fin de la période gauloise jusqu’à l’Antiquité tardive, reflètent différents modèles d’évolution qui peuvent être comparés.

LE DÉVELOPPEMENT DES AGGLOMÉRATIONS ANTIQUES

Origine des agglomérations à la période gauloise

2Les processus qui ont conduit à l’urbanisation des sites à la fin de la période gauloise pour aboutir à la création d’agglomérations ont des origines diverses et restent encore largement méconnus dans le centre de la Gaule. L’exemple de référence est Bourges et les vingt cités bituriges mentionnées par César dans la Guerre des Gaules (Dumasy, Laüt et Dieudonné-Glad 2010 : 42, fig. 12). Si le processus d’urbanisation de la métropole biturige débuté dès le Ve siècle av. J.-C. et la vingtaine d’oppida cités par César (B. G. VII, 15) ont bien une réalité archéologique, force est de constater que dans la cité limitrophe carnute, les sources textuelles et les découvertes archéologiques sont plus timides. Tout au plus peut-on supposer l’existence de quatre ou cinq oppida situés au bord d’un fleuve ou d’une rivière : Chartres/Autricum, Orléans/Cénabum, Meulans-Les Mureaux et peut-être Châteaudun/Castrodunum et Blois. Chez les Turons, dans un territoire beaucoup plus petit, on dénombre encore quatre oppida certains dont la place principale d’Amboise et deux sites potentiels (Laruaz 2009 : 90, fig. 1). L’émergence des agglomérations gauloises en territoire carnute n’est véritablement appréhendée que depuis peu grâce aux fouilles préventives menées sur quelques sites, à la nouvelle étude de vestiges mobiliers et à la réalisation de prospections pédestres dans les emprises d’agglomérations romaines. Bien que l’on méconnaisse les modalités précises d’urbanisation de ces sites, on constate qu’il ne s’agit pas de cas isolés mais qu’ils participent d’un processus continu et non uniforme, dont les rythmes et les formes restent à caractériser (fig. 1).

3À l’origine des occupations, on trouve trois types principaux de contextes : des petites nécropoles gauloises ou des sépultures privilégiées isolées, des sanctuaires et/ou enclos cultuels et des habitats étendus avec présence ou non d’activités artisanales. Le développement de ces agglomérations s’échelonne vraisemblablement sur une centaine d’années, entre la fin du IIe siècle et la fin du Ier siècle av. J.-C. et semble s’accentuer dans les dernières décennies autour de la conquête de la Gaule.

Fig. 1 – L’origine gauloise des agglomérations carnutes.
1 : site à l’origine gauloise certaine, 2 : site probable dont l’occupation gauloise n’est pas caractérisée, 3 : site probable connu par des sources antiques et/ou du mobilier gaulois abondant, 4 : site potentiel, 5 : autres agglomérations antiques (Dessin E. Roux et C. Cribellier/PCR 2012 ; Fond BD ALTI® : IGN).

Un réseau de voies de communication

  • 1 César mentionne un pont sur la Loire à Orléans (B. G. VII, 11).

4Le réseau des voies terrestres n’est pas connu pour la Protohistoire mais l’implantation d’agglomérations aux origines gauloises sur des itinéraires antiques suggère une origine antérieure à la conquête. D’après les Commentaires de César, on peut également dresser la carte des itinéraires suivis lors de la guerre des Gaules. Dans la cité biturige, pas moins de cinq sont ainsi supposés : la voie Poitiers-Clermont par Argentomagus et Châteaumeillant, oppida gaulois attestés ; la voie Autun-Bourges-Tours ; la voie Limoges-Argentomagus-Bourges ; la voie Bourges-Sens par Saint-Satur et la voie Bourges-Orléans1 par Neung-sur-Beuvron (Noviodunum, B. G. VII, 12). L’itinéraire depuis Noviodunum (Neung-sur-Beuvron) jusqu’à Limoges par Chabris et Levroux, peut-être suivi par César, pourrait aussi être d’origine gauloise (fig. 2).

5Dans les cités carnute et senone, l’existence de l’axe Chartres-Sens est supposée par la présence à Mérouville (Eure-et-Loir) d’une occupation de La Tène D1-D2 s’étendant le long de la voie, sur plusieurs hectares. La voie Sens-Orléans a sans doute été empruntée par César pour venir faire le siège de l’emporium carnute depuis Agendicum (B. G. VII, 11). La voie Orléans-Paris est également attestée par des états gaulois de la chaussée et des fossés bordiers fouillés en Île-de-France ainsi qu’à Saran (Loiret). La voie Orléans-Chartres par Allaines est attestée à ce carrefour par des occupations de la période gauloise (Sellès et al. 1999). Enfin la voie Allaines-Les Mureaux, par Abli et Jouars-Pontchartrain, relie des sites d’origine gauloise avec un point de franchissement de la Seine, également occupé dès cette période (Barat, Dufaÿ et Renault 2007 : 254-255, 257-258 ; Blin 2007 : 192).

6Durant l’Antiquité le rôle joué par les voies navigables est très largement méconnu dans notre région mais quelques vestiges d’installations portuaires ont cependant été mis au jour à Bourges, Orléans et Tours et l’on note la position de nombreuses agglomérations sur des rivières. L’emplacement adopté par des ateliers de potiers et d’amphores vinaires dans des agglomérations établies au bord du Cher (Thésée-Pouillé et Gièvres) et de la Vienne (Crouzille), devait assurer une diffusion de leur production en aval de Tours, jusqu’à l’embouchure de la Loire et dans l’ouest de la Gaule. De même, en amont d’Orléans, les productions de céramiques nivernaises et de la vallée de l’Allier transitaient par l’axe ligérien et rayonnaient ensuite dans une grande partie de la région.

7Le réseau des voies antiques terrestres et des grands axes de communication reliant les capitales et les principales agglomérations est mieux connu. Les bornes milliaires, présentes dans la cité biturige, attestent leur vitalité. Les voies principales reprennent sans doute les itinéraires gaulois antérieurs : Poitiers-Clermont par Argentomagus et Châteaumeillant ; Limoges-Bourges-Sens par Argentomagus et Saint-Satur ; Tours-Bourges-Autun et l’itinéraire Bourges-Clermont par Bruère-Allichamps, Drevant et Néris-les-Bains (Dumasy, Laüt et Dieudonné-Glad 2010 : 372-377). Dans le nord de la région, la voie Sens-Orléans ; la voie Orléans-Chartres-Evreux par Dreux et la voie Chartres-Sens sont aussi des itinéraires importants (fig. 2). À cela s’ajoutent les voies terrestres qui longent la vallée de la Loire, notamment la voie Autun-Orléans-Tours, particulièrement fréquentée, comme en témoignent les agglomérations et les sept ponts antiques qui jalonnent le cours du fleuve sur 250 km. Les carrefours avec des voies terrestres et les points de franchissement y sont nombreux depuis Saint-Satur (Cher) où deux ponts se sont succédé, jusqu’à Candes-Saint-Martin. Le réseau d’agglomérations sur l’axe ligérien comporte au moins une vingtaine de sites échelonnés à une distance moyenne de 10 à 15 km. Sur la Vienne, on remarque également une dizaine d’agglomérations qui se succèdent entre Barrou et Candes-Saint-Martin situé à sa confluence avec la Loire, aux confins de trois cités où un pont antique est aussi attesté (fig. 2).

Fig. 2 – Réseau routier antique et agglomérations principales.
1 : chef-lieu de cité, 2 : agglomération principale fluviale, 3 : agglomération principale terrestre, 4 : autre agglomération, 5 : voie du réseau routier principal d’origine gauloise probable, 6 : voie antique importante, 7 : voie antique secondaire, 8 : pont antique (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux et E. Roux / PCR 2012 – Fond BD ALTI® : IGN).

Un réseau d’agglomérations structuré

8L’armature du réseau est constituée par des agglomérations principales qui jalonnent les axes de communication et les principaux points de franchissement des fleuves et rivières. Ces sites urbains, parfois d’origine gauloise, connaissent un développement précoce, pour certains dès la période -20 à + 30, à l’instar des chefs-lieux de cités dont l’équipement urbain est mis en place dès les premières décennies de notre ère.

9Sur les itinéraires fluviaux on peut citer les exemples d’Orléans, Blois, Amboise, Argentomagus, Gièvres, Drevant et probablement Saint-Satur (fig. 2). Sur les itinéraires terrestres, les agglomérations de Levroux, Saint-Ambroix, Mérouville, Allaines… connaissent également un essor, alors que les axes routiers qui les traversent sont très probablement aménagés dans le même temps. Des agglomérations à la frontière ou aux confins des cités, déjà mentionnées pour la période gauloise (Les Mureaux, Pithiviers-le-Vieil), se maintiennent ou se développent. Certaines émergent plus tardivement (Thésée). Ces sites se répartissent assez uniformément sur le territoire, à des distances de l’ordre de 20 km à 30 km sur les itinéraires routiers, quelquefois moins sur les voies fluviales.

10Les sites principaux sont complétés par des agglomérations plus petites qui se mettent en place postérieurement, pour l’essentiel durant la période 50-75 apr. J.-C. Elles s’intercalent sur le réseau pour constituer des étapes intermédiaires d’une distance de 10 à 15 km en moyenne. Il s’agit de petites agglomérations, qualifiées par certains auteurs de sites d’étapes routières. Sur les voies fluviales, notamment l’axe ligérien qui est doublé par au moins une voie terrestre sur une partie de son tracé et dans la vallée de la Vienne, cet égrènement de sites tous les 10 à 15 km est bien attesté. On note également la présence de ports fluviaux échelonnés. Ce réseau est essentiellement linéaire mais on constate quelques points qui concentrent plusieurs voies et contribuent également à former des réseaux polarisés autour des chefs-lieux de Chartres, Bourges et Tours. C’est aussi le cas pour des agglomérations secondaires qui jouent vraisemblablement un rôle économique et commercial prépondérant, notamment dans le sud de la cité carnute : dix voies partent ainsi d’Orléans, huit d’Allaines, sept de Châteaudun. Dans le sud-est de la cité biturige, huit voies partent d’Argentomagus (Dumasy, Laüt et Dieudonné-Glad 2010 : 369-383, fig. 11).

UN RÉSEAU QUI SE DÉVELOPPE SUR PLUS D’UN SIÈCLE

11Dans la cité carnute, le réseau des agglomérations est mis en place progressivement, sur plus d’un siècle, selon un rythme qui fait apparaître trois périodes principales (fig. 3). Au cours du Ier siècle av. J.-C., 10 à 15 agglomérations (sur le corpus des 43 renseignées) apparaissent ou se développent à partir d’occupations antérieures. Du début de notre ère jusque vers 45-50 apr. J.-C. il y a un doublement du nombre des sites occupés qui passe de 16 à 33. Puis, dans la deuxième moitié du Ier siècle et pour l’essentiel entre 50 et 75, on atteint le maximum des occupations avec une quarantaine de sites, dont 6 au moins sont créés dans cette période.

12La quasi-totalité perdure jusqu’à la fin du IIe siècle, date à laquelle il y a encore 38 sites occupés. Au cours de la première moitié du IIIe siècle on constate une rétraction des occupations et l’abandon de certains sites dont le nombre total encore en activité passe de 38 à 34 en 250 et seulement à 32 en 300. Le début du IVe siècle marque une rupture, peut-être artificiellement renforcée par l’apparition de marqueurs chronologiques plus précis fournis par la céramique et la numismatique. Entre 300 et 350, pas moins de quinze autres sites sont abandonnés et il n’en reste plus que neuf qui soient encore occupés dans la période 350-400, puis seulement quatre entre 400 et 500 (fig. 4). Dans un certain nombre de quartiers fréquentés à la fin du IIIe siècle et au début du ive, on constate la modification des structures d’habitat (comblement de caves et celliers, parfois remplacés par des pièces de plain-pied) et des reconstructions ou réaménagements de bâtiments qui dénotent une certaine vitalité de ces agglomérations au Bas-Empire. Les données sur l’occupation des agglomérations aux Ve et VIe siècles sont malheureusement lacunaires en raison de l’indigence du mobilier daté et de la rareté des sites fouillés.

Chronologie des agglomération carnutes

Chronologie des agglomération carnutes

Fig. 3 – Nombre d’agglomérations carnutes occupées par période chronologique.
1 : période d’occupation attestée par des vestiges archéologiques, 2 : période d’occupation supposée (C. Cribellier).

Des agglomérations aux caractéristiques très diverses

13Dans la cité carnute, les travaux menés sur plusieurs sites à partir des fouilles, des prospections pédestres et de la réinterprétation des photographies aériennes nous permettent maintenant d’estimer la surface maximale de certaines agglomérations. Elle est comprise entre 220 ha, pour le chef-lieu et moins de 5 ha pour de simples villages-rues comme Berchère-Saint-Germain ou Le-Boullay-Thierry implantés le long de la voie Chartres-Dreux (fig. 4). À Mérouville, sur une surface d’extension des vestiges couvrant 70 ha environ, les photographies aériennes ne révèlent qu’une partie des structures qui délimitent des zones apparemment dépourvues de vestiges et confirment que des secteurs non bâtis, peut-être dévolus à des places et jardins, ont pu exister à l’intérieur même de l’agglomération. Sur ces sites implantés à un carrefour ou qui bordent une voie unique, le lotissement interne des îlots d’habitations est loin d’être uniforme. Plus on s’éloigne des axes principaux, plus la densité d’occupation semble diminuer. L’urbanisation de type « village-rue » ou en « patte d’oie » qui s’étire le long des voies, à la sortie des agglomérations, est souvent la règle (Cribellier 2008 : 325). Que dire également des rythmes de développement et de rétraction de l’habitat urbain ? Certains sites ont connu différentes phases d’occupation ponctuées de périodes d’extension et de contraction (Pithiviers-le-Vieil, Le Boullay-Thierry, Allaines…). Dans la plupart des cas, nous devons considérer les chiffres avancés comme des surfaces maximales, à l’apogée du développement des sites, mais rarement atteintes en réalité car elles supposeraient que tous les vestiges aient connu au moins une période d’occupation commune.

14La parure monumentale n’est pas non plus uniforme et quelques sites seulement peuvent prétendre au qualificatif de ville, en raison d’un équipement en monuments publics imposant. Dans la cité biturige, Argentomagus (70 ha environ) fait figure d’agglomération très développée avec un centre monumental au cœur de l’oppidum (Dumasy, Laüt et Dieudonné-Glad 2010 : 445, fig. 4), des thermes, un probable amphithéâtre (ou édifice à arène) et un théâtre implanté dans un sanctuaire péri-urbain comportant au moins deux fana. Le centre monumental est pourvu d’un sanctuaire avec au moins quatre temples, une fontaine publique, un ou plusieurs marchés couverts, une place publique avec boutiques et basilique et un ouvrage de génie civil qui permet de franchir l’ancien fossé gaulois (Dumasy, Laüt et Dieudonné-Glad 2010 : 447, fig. 6). L’agglomération plus modeste de Drevant (30 ha env.) est aussi dotée d’un centre monumental couvrant plus de 3 ha, constitué d’un édifice de spectacle, deux ensembles thermaux, un grand sanctuaire avec dans le prolongement de ce dernier une grande place publique également bordée de portiques (Méténier 2011 : 389, fig. 2).

15Dans la cité carnute, l’agglomération de Verdes se démarque des autres par son centre monumental qui semble ressortir d’un projet d’urbanisme inspiré de certains chefs-lieux de cité (fig. 5). Thermes, forum et basilique attenants s’intègrent dans un plan unitaire discordant avec le schéma d’urbanisme général de l’agglomération. Cela pourrait s’expliquer par une reconstruction du centre monumental au IIe ou IIIe siècle qui ne s’est pas accompagnée d’un réaménagement des autres quartiers de la ville (Bouet 2005).

16Les plus anciennes rues attestées se rencontrent dans la cité carnute. À Orléans, les premiers « espaces de circulation » bordés d’habitats remontent au deuxième quart du IIe siècle av. J.-C. (Jesset et al. 2009 : 256-257, fig. 8) tandis qu’à Chartres, les premiers axes rencontrés sont datés de la période augustéenne (Sellès 2007). Dans les autres agglomérations les rues datées les plus anciennes sont attribuées aux premières décennies du Ier siècle apr. J.-C., période au cours de laquelle bon nombre de sites semblent avoir entamé leur développement (Argentomagus, Allaines, Berchère-Saint-Germain, Pithiviers-le-Vieil…). À Argentomagus, les premières traces d’urbanisation du plateau des Mersans, qui sont datées de 20 apr. J.-C., montrent la mise en place d’une trame viaire quadrillée avec découpage en îlots et parcelles (Dumasy, Bouchain et Rodet-Belarbi 1997 : 54). Deux autres agglomérations secondaires sont pourvues d’un réseau viaire quadrillé de type orthogonal. Au nord de la cité carnute, le site de Senantes (Eure-et-Loir), uniquement connu par les photographies aériennes et des prospections pédestres, comprend une rue principale, passage de la voie Dreux-Corbeil, sur laquelle s’appuie perpendiculairement un réseau de rues internes secondaires qui définissent des îlots rectangulaires. L’agglomération de Crouzille (Indre-et-Loire, Turons), située sur le cours de la Vienne, présente un réseau de rues se coupant à angles droits qui couvre au moins la moitié de la surface totale du site estimée à 10 ha. L’axe principal est constitué d’une rue avec chaussée empierrée qui semble pourvue de caniveaux maçonnés latéraux. Les axes secondaires forment des îlots occupés par des habitats et artisanats (Cribellier 2008 : 330-331). L’absence de trottoirs, de caniveaux, d’adductions d’eau ou d’égouts dans des agglomérations pourtant dotées d’une parure monumentale constitue autant d’éléments discriminants pour évaluer l’urbanisation des sites.

Fig. 4 – Durée d’occupation des agglomérations carnutes (C. Cribellier).

Fig. 5 – Verdes (Loir-et-Cher), Secteur nord de l’agglomération. Plan restitué des vestiges d’après photographies aériennes et interprétations de D. Jalmain.
1 : tracé de mur restitué d’après les photographies aériennes, 2 : emprise de rue restituée, 3 : emprise de caniveau ou trottoir restituée (Dessin P.-Y. Devilliers et C. Cribellier, d’après Cribellier 2008 : 329, fig. 3).

INTERACTION ENTRE LES DIFFÉRENTS RÉSEAUX

Les réseaux économiques

17Sur 140 agglomérations recensées dans la région Centre, une quarantaine livre des indices d’artisanat de fiabilité diverse. Ces activités artisanales ne représentent qu’une partie des ressources économiques et des fonctions à l’origine de la dynamique des sites.

18Les agglomérations les plus grandes, dont l’origine est pour la plupart ancienne et qui ont une durée d’occupation longue, sont souvent caractérisées par des productions diversifiées (Argentomagus, Orléans, Levroux, Amboise…), ce qui les rapproche du schéma rencontré dans les chefs-lieux de cités. Des agglomérations plus spécialisées, qui peuvent présenter des spécificités, sont aussi présentes. Il s’agit notamment de sites d’une taille inférieure dans lesquels se rencontrent les activités métallurgiques (ateliers de forge de Beaune-la-Rolande), les ateliers de potiers mais aussi le travail des matières animales (fig. 6). La part des activités agricoles, du maraîchage et du jardinage au sein de certaines agglomérations, semble devoir être réévaluée à la suite de découvertes récentes d’outillage et de carpo-restes à Beaune-la-Rolande. De l’inventaire des productions artisanales, croisé avec les informations sur le commerce des produits manufacturés, notamment la céramique, il ressort le rôle prépondérant de lieu de marchés tenu par les agglomérations secondaires, échelon intermédiaire dans la redistribution des productions entre les chefs-lieux et le monde rural. La découverte en 2002-2003 d’un bâtiment de type entrepôt ou marché couvert au sein de l’agglomération de Chanceaux-sur-Choisille illustre la fonction de redistribution dévolue à ces sites.

Les réseaux religieux

19La comparaison des sanctuaires entre les cités carnutes et bituriges montre des phénomènes relativement comparables (fig. 7). Sur les 63 agglomérations carnutes prises en compte dans le corpus, 26 sont pourvues d’un sanctuaire, soit 41 % du total (Trémel 2008 : 273, 289). Trente-et-un sanctuaires sur un total de 56 répertoriés dans cette cité sont répartis dans 23 agglomérations. Et parmi les sept grands sanctuaires qui sont inventoriés, seulement deux sont situés dans des agglomérations. À l’image du cheflieu, Chartres, et de son grand sanctuaire implanté en limite de l’espace urbanisé à Saint-Martin-au-Val (Sellès 2007 : 165-169, fig. 5, 10), plusieurs agglomérations carnutes sont dotées de sanctuaires situés dans l’espace péri-urbain. C’est le cas de Pithiviersle-Vieil qui comporte un grand sanctuaire d’une surface de plus de 3 ha doté de huit fana qui succède à un espace cultuel gaulois comprenant quatre sépultures et un enclos quadrangulaire fossoyé (Cribellier 2008 : 327, fig. 1). On rencontre également des sanctuaires implantés en dehors de l’espace urbain comme à Neung-sur-Beuvron, situé à 2,3 km de l’oppidum (Delétang 1988 : 191, fig. 54-55) ou bien à Orléans où le sanctuaire de l’Étuvée est localisé à 2,5 km du centre urbain.

  • 2 À Argentomagus, un deuxième sanctuaire en lien avec le théâtre du Virou est situé en limite de la (...)

20Dix sanctuaires sur un total de 59 sanctuaires répertoriés dans la cité biturige sont répartis dans une dizaine d’agglomérations (Batardy, Buchsenschutz et Dumasy 2001 : 88-89). Là encore on trouve des sanctuaires implantés au cœur du centre monumental des agglomérations comme à Argentomagus2 et Drevant, ou bien en périphérie de l’espace bâti comme à Baugy.

21Les sanctuaires d’ampleur modeste et les temples de quartiers sont également fréquents dans les agglomérations (Mérouville, Verdes). On remarque une implantation privilégiée des sanctuaires urbains dans des agglomérations situées à proximité des limites de cités ou de confins. C’est notable chez les Bituriges avec les sites de Thaumiers (Cher) et Clion (Indre), chez les Carnutes à Briou (Loir-et-Cher) et chez les Turons (Ferdière 2007 ; Hervé 2008). La trilogie associant temple, théâtre et thermes se retrouve souvent dans les sanctuaires péri-urbains et dans des sanctuaires de petites agglomérations comme Areines, Thaumiers, Senan, Trigères et Montbouy.

Fig. 6 – Les productions artisanales dans les agglomérations du centre de la Gaule.
1 : forge, 2 : atelier de bronzier, 3 : travail des matières animales, 4 : atelier de verrier, 5 : atelier de potier (fond noir : attesté ou supposé, fond blanc : indéterminé), 6 : voie antique principale, 7 : voie secondaire (Dessin E. Roux et C. Cribellier).

Les édifices de spectacle

22Vingt-sept édifices de spectacle sont recensés dans les quatre cités de la Gaule centrale avec une géographie très différente selon les cités (Dumasy 2007 : 449, fig. 1). Plusieurs édifices de spectacle se rencontrent dans l’environnement des temples ou sont intégrés à des sanctuaires. C’est le cas à Areines où le théâtre est situé à quelques dizaines de mètres du temple, à Baugy et Clion où théâtre et sanctuaire sont alignés. Dans la ville thermale de Sceaux-du-Gâtinais (Loiret), théâtre et temple en vis à vis sont intégrés au sanctuaire des eaux, dans une composition urbanistique qui comprend également un nymphée au sein d’une cour à portiques.

23La répartition des édifices de spectacle sur le territoire répond à plusieurs critères. Dans la cité biturige qui compte dix édifices, le chef-lieu comporte un amphithéâtre et à une quarantaine de kilomètres de là, on trouve trois sanctuaires avec des petits théâtres à Baugy, Thaumiers et Neuvy-sur-Barangeon. Les quatre plus grands édifices, dont trois avec arène, sont situés entre 60 et 90 km de Bourges, dans des agglomérations importantes, points forts du réseau : Argentomagus (deux édifices), Néris-les-Bains, Drevant et Levroux qui abrite le plus grand théâtre de la cité (Dumasy 2007 : 463).

  • 3 Deux autres sont considérés comme douteux à Hanches et Ouzouer-le-Marché.

24En territoire carnute, sept à neuf édifices sont connus3, en plus du probable édifice à arène situé à Chartres. Un seul autre édifice à arène est implanté à plus de 50 km du chef-lieu, à Areines. Les autres, de taille plus modeste, s’égrènent du nord au sud de la cité, dans des sanctuaires péri-urbains (Allaines-Guilleville et Neung-sur-Beuvron) ou en limite de l’espace urbanisé (Orléans, Jouars-Pontchartrain). Ils sont situés à plus de 40 km du cheflieu, plutôt dans la partie ouest de la cité, aux confins de celle-ci et de la cité senone.

25Dans cette cité on compte sept édifices de spectacle dont un amphithéâtre dans le chef-lieu et, à plus de 50 km, un édifice à arène situé à Montbouy. Entre eux il y a cinq théâtres plus petits, implantés selon une organisation qui semble le reflet de celle adoptée dans la cité carnute.

  • 4 Absents des sanctuaires d’agglomérations secondaires avec thermes et fana comme Chanceaux-sur-Choi (...)
  • 5 Pour ce site et son implantation aux confins des territoires turon et biturige, voir Laruaz 2009 : (...)

26Dans la petite cité turone, l’organisation est toute autre avec un seul et unique édifice de spectacle dans le chef-lieu qui est sans doute l’un des plus grands de l’Empire romain. Ici, il semble que la petite taille de la cité ait joué en défaveur de la construction d’autres édifices4, même si l’on doit aussi admettre à titre d’hypothèse que la proximité relative des édifices des cités voisines (Areines, Levroux, Clion5 et Aubigné-Racan) a pu pallier ce manque.

27Théâtres, amphithéâtres et sanctuaires avec lesquels ils entretiennent des relations étroites sont des lieux privilégiés de célébration du culte impérial. La géographie du spectacle et des pratiques religieuses serait donc définie à l’échelle de la cité, en interaction avec les cités limitrophes. Tout ceci reflète une organisation, où le choix du type de spectacle n’est pas laissé uniquement à l’appréciation des magistrats et des prêtres organisateurs mais est conditionné par le lieu où se déroulent les festivités : munera dans le chef-lieu, ludi scaenari dans les sanctuaires et autres agglomérations (Dumasy 2011 : 210, 212).

Fig. 7 – Les sanctuaires antiques dans les agglomérations du centre de la Gaule.
1 : chef-lieu de cité, 2 : agglomération secondaire, 3 : sanctuaire, 4 : voie antique principale, 5 : voie secondaire (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux, E. Roux / PCR 2012, d’après Batardy 2001 ; Ferdière 2007 ; Tremel 2008 ; Hervé 2008 – Fond BD ALTI® : IGN).

LA TRAJECTOIRE DES AGGLOMÉRATIONS DE L’ANTIQUITÉ AU HAUT MOYEN ÂGE

28Les trajectoires suivies par les agglomérations, depuis la fin de la période gauloise jusqu’à l’Antiquité tardive, sont multiples et reflètent différents modèles d’évolution qui peuvent être comparés.

  • 6 Deux quartiers d’habitations fouillés à Chanceaux-sur-Choisille, dans la cité turone, sont abandon (...)

29Le réseau des agglomérations secondaires paraît peu stable durant l’Antiquité et nombre de celles-ci disparaissent dès le IIIe siècle (Le Boullay-Thierry, Saint-Germain-la-Gâtine), au IVe siècle (Beaune-la-Rolande) ou à la fin de la période gallo-romaine6 (Mérouville, Baudreville…). Le démembrement de la cité carnute au profit d’Orléans qui devient chef-lieu a peut-être également des conséquences pour des sites implantés sur les voies reliant les capitales.

30On constate également que les sites créés tardivement ont connu une durée d’occupation plus courte, ne dépassant pas dans certains cas 175 à 200 ans. Plusieurs d’entre eux sont abandonnés à la fin du IIe siècle ou dans les premières décennies du IIIe siècle, sans avoir connu de véritable développement. Ces petites haltes routières, pourtant installées sur des itinéraires importants, ne constituaient donc pas des jalons indispensables.

31Il est également à noter la permanence de fréquentation d’un nombre non moins important de sites au haut Moyen Âge (fin Ve, VIe et VIIe s.) qui n’implique pas pour autant une continuité d’occupation. Les nécropoles du Bas-Empire et des premiers siècles du haut Moyen Âge en constituent d’ailleurs un indicateur. Mais la nature de l’occupation reste souvent difficile à définir : agglomération alto-médiévale, site rural implanté dans les vestiges de l’agglomération antique, nécropole investissant des terres impropres à l’agriculture... Enfin, à côté des sites pérennisés à la période médiévale et de ceux définitivement abandonnés, on trouve une troisième catégorie qui regroupe les sites urbains qui connaissent un déplacement. Il peut être motivé par la présence d’un site défensif naturel proche (Montargis : « Les Closiers » – « Le Château », Gien : « Gien-le-Vieux » – « Le Château », Saint-Amand-Monrond : Drevant – « Montrond »), quelquefois un oppidum précédemment occupé à la période protohistorique, ou bien résulter de la modification des réseaux de communication.

32On dénombre aussi cinq agglomérations romaines désertées au Bas-Empire qui sont situées aux confins de deux ou trois paroisses médiévales. Faut-il y voir un partage de l’emprise des bourgades ruinées au profit des paroisses en formation à la fin du haut Moyen Âge ? La constitution des limites paroissiales à partir du territoire démembré de l’agglomération antique s’est-elle faite en tenant compte des besoins de s’approvisionner en matériaux de construction, notamment pour édifier les sanctuaires chrétiens ? Ou bien est-ce la persistance de ruines sur des espaces considérables, plusieurs siècles après la disparition des agglomérations, qui a conditionné le découpage territorial des paroisses ?

VERS UNE HIÉRARCHISATION DES AGGLOMÉRATIONS

  • 7 Seulement 43 agglomérations ont fait l’objet de fouilles qui ont concerné 19 sanctuaires et d’autr (...)

33Si la mise en perspective des différentes composantes des réseaux et des fonctions développées (artisanales, commerciales, religieuses...) permet de mieux comprendre ces systèmes interurbains, force est de constater que les tentatives de hiérarchisation des sites se heurtent encore à de nombreux écueils, en premier lieu la disparité et l’inégalité de l’état des connaissances (Favory 2012 ; Garmy 2012). Dans le corpus d’agglomérations secondaires des quatre cités prises en compte qui regroupe 187 sites certains et potentiels, seulement 95 sont réputés fiables et uniquement 60 (soit un tiers du total) sont suffisamment bien documentés pour permettre des comparaisons7. Les critères utilisés pour établir une hiérarchisation des sites sont la situation à un carrefour, la présence d’inscriptions, de monuments publics, d’activités artisanales ou commerciales, de nécropoles, de quartiers d’habitat et la durée de l’occupation. Les occurrences sont affectées d’un coefficient de pondération (de 1 à 3) qui est fonction de la qualité et de la quantité des données présentes pour chacun des critères qui est aussi un indicateur de portée de l’influence (locale, micro régionale et régionale). Les résultats sont également comparés et pondérés avec les surfaces connues des sites. Les agglomérations sont alors réparties en sept classes en fonction du nombre total de points qui détermine leur rang :

  • rang 1, chef-lieu de cité ;
  • rang 2, agglomération très urbanisée d’importance régionale ;
  • rang 3, agglomération avec parure monumentale plus limitée et activités économiques ;
  • rang 4, bourgade aux activités productives développées ;
  • rang 5, agglomération aux fonctions religieuses dominantes ;
  • rang 6, petite agglomération ;
  • rang 7, petit site routier sans activités et habitats étendus.

Fig. 8 – Le réseau des agglomérations antiques du centre de la Gaule.
1 : chef-lieu de cité et agglomération de rang 1, 2 : agglomération très urbanisée d’importance régionale, 3 : agglomération avec parure monumentale plus limitée et activités économiques, 4 : bourgade aux activités productives développées, 5 : agglomération aux fonctions religieuses dominantes, 6 : petite agglomération, 7 : petit site routier sans activités et habitats étendus, 8 : voie antique principale, 9 : voie secondaire (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux, E. Roux / PCR 2012 – Fond BD ALTI® : IGN).

34Cette mise en perspective fait ressortir les composantes multiples du réseau et quelques lignes directrices du système d’agglomérations en présence (fig. 8). Immédiatement en dessous des chefs-lieux on trouve trois villes de rang 2 : Argentomagus, Orléans et Jouars-Pontchartrain qui structurent et équilibrent le réseau. Ces sites aux fonctions urbaines multiples et très développées sont bien répartis sur le territoire, à une distance de 50 à 80 km du chef-lieu. Autour d’elles, à une distance de 15 à 25 km, gravitent des agglomérations de rangs 3 et 4, pour la plupart implantées sur des axes de circulation importants qui constituent l’armature du réseau. Contrairement à la cité biturige, la cité carnute ne compte pas de site de rang 3, peut-être en raison d’une carence des informations qui peuvent conduire à une sous-évaluation de la portée sur le territoire de la cité de certains sites. Autour d’Orléans, la densité d’agglomérations de rangs 4 et 5 (fonctions productives et/ou religieuses prédominantes) est particulièrement importante. Mais les sites de Verdes et de Sceaux-du-Gâtinais pourraient, en raison de nouvelles découvertes, être réévalués au rang 3. Entre ces agglomérations principales, pour l’essentiel occupées sur la longue durée, s’intercalent des sites plus éphémères des rangs 5 à 7.

35Ces hypothèses de réseau hiérarchisé des agglomérations devront encore être affinées et décomposées par période pour tenir compte de l’évolution chronologique que les systèmes de villes ont dû connaître depuis l’émergence du phénomène urbain jusqu’à la mutation profonde qu’il a connu à la fin de l’Antiquité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ballet P., Dieudonné-Glad N. et Schwab C. (dir.) 2008. La rue dans l’Antiquité : définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule, Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 361 p.

Barat Y., Dufaÿ B. et Renault I. 2007. Les Yvelines, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris : 432 p.

Batardy C., Buchsenschutz O. et Dumasy F. (dir.) 2001. Le Berry antique, milieu, hommes, espaces : atlas 2000, 21e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Tours, 190 p.

Blin O. 2007. L’agglomération antique de Jouars-Pontchartrain (Yvelines), Diodurum, in : Hanoune R. (dir.) 2007 : 187-203.

Bouet A. 2005. Le problème du « forum » dans les agglomérations secondaires : l’exemple de Verdes (Loir-et-Cher), in : Bouet A. et Verdin F. (dir.), Territoires et paysages de l’Âge du fer au Moyen Âge. Mélanges offerts à Philippe Leveau, coll. « Mémoires », 16, Ausonius, Bordeaux : 63-73.

Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S. et Vaginay M. (éd.) 2009. L’âge du fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe Colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bourges 2008, 35e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Paris, Tours, 460 p.

César. De Bellico Gallico, Les Belles Lettres, coll. « Université de France », série latine Paris, 1967, 2 vol. (traduction française : L.-A. Constans).

Couvin F. 2005. Premier aperçu de la céramique du Val de Loire au Ier s. de n. è., au regard de fouilles récentes des secteurs d’Orléans, Blois et Tours, in : Rivet L. (dir.), Actes du Congrès de Blois, 5-8 mai 2005, Spécificités et diffusion de la céramique gallo-romaine en région Centre, Société française d’étude de la céramique antique en Gaule, Marseille : 99-138.

Cribellier C. 2008. Les rues des agglomérations secondaires antiques des Carnutes, Senons, Bituriges et Turons, in : Ballet P., Dieudonné-Glad N. et Schwab C. (dir.) 2008 : 325-333.

Delétang H. 1988. Le théâtre gallo-romain de Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher) et son environnement, Revue Archéologique du Centre de la France, 27, 2 : 143-195.

Dumasy F. 2007. Les édifices de spectacle en Gaule du Nord. De la typologie à la chronologie, in : Hanoune R. (dir.) 2007 : 447-465.

Dumasy F. 2011. Théâtres et amphithéâtres dans les cités de Gaule romaine : fonctions et répartitition, in : Fuchs M. et Dubosson. B., Theatra et spectacula. Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, Études de Lettres 2011/1-2, Université de Lausanne, Lausanne : 193-222.

Dumasy F., Bouchain I. et Rodet-Belarbi I. 1997. L’évolution urbaine d’Argentomagus– Saint-Marcel (Indre). Rapport préliminaire de la fouille programmée 1989-1994 : rue et habitats, Revue Archéologique du Centre de la France, 36 : 39-77.

Dumasy F., Laüt L. et Dieudonné-Glad N. 2010. Travail de la terre, travail du fer. L’espace rural autour d’Argentomagus, Saint Marcel, Indre, Mémoires 23, Ausonius, Bordeaux, 525 p.

Favory F. 2012. La dure condition des agglomérations secondaires, Les Nouvelles de l’archéologie, no 127 – Mars 2012 : 40-44.

Ferdière A. 2007. Les cultes des Turons : divinités et sanctuaires, in : Atlas Archéologique de Touraine, [en ligne], http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=106.

Garmy P. 2012. Villes, réseaux et systèmes de villes. Contribution de l’archéologie, Errance, Paris, Arles, 329 p.

Hanoune R. (dir.) 2007. Les villes romaines du nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL UMR CNRS 8164, Revue du Nord, Hors série, coll. « Art et Archéologie » 10, 508 p.

Hervé C. 2008. Les agglomérations secondaires gallo-romaines, in : Atlas Archéologique de Touraine, [en ligne], http://a2t.univ-tours.fr/notice.php?id=75.

Jesset S., Joyeux P., Lusson D., Massat T., Miéjac E., Riquier S., Robert G. et Troubady M. 2009. Orléans gaulois : état des connaissances, in : BuchsenschutzO. etal. (dir.) 2009 : 251-262.

Laruaz J.-M. 2009. Les formes de l’habitat en territoire turon à la fin de l’âge du Fer, in : Buchsenschutz O. et al. (dir.) 2009 : 89-102.

Méténier F. 2011. Le sanctuaire gallo-romain de Drevant (Cher) : état des connaissances et nouvelle approche archéologique des façades sud et est, Revue Archéologique du Centre de la France, 50, Varia : 385-452, 2011, [en ligne], http://racf.revues.org/index1653.html.

Sellès H., Casadei D., Cottiaux R. et Hervé C. 1999. Une agglomération secondaire pré-romaine et romaine. Allaines-Mervilliers. Liaison RN.154-A.10 (28.022.43. AH) (Eure-et-Loir), Document Final de Synthèse, SRA Centre, Orléans, 2 vol. : 1 – texte et annexes, 66 p. + ann. ; 2 – figures, 103 fig., multicopié, inédit (1 ex. au SRA Centre).

Sellès H. 2007. Autricum-Chartres : la trame urbaine et les monuments publics, in : Hanoune R. (dir.) 2007 : 157-176.

Tremel A. 2008. Géographie religieuse de la cité des Carnutes au Haut Empire, Mémoire de master 1 d’archéologie gallo-romaine, sous la direction de F. Dumasy, Université de Paris I Panthéon– Sorbonne, vol. 1 : texte, 339 p., vol. 2 : annexe, 91 fig.

Notes

1 César mentionne un pont sur la Loire à Orléans (B. G. VII, 11).

2 À Argentomagus, un deuxième sanctuaire en lien avec le théâtre du Virou est situé en limite de la ville.

3 Deux autres sont considérés comme douteux à Hanches et Ouzouer-le-Marché.

4 Absents des sanctuaires d’agglomérations secondaires avec thermes et fana comme Chanceaux-sur-Choisille…

5 Pour ce site et son implantation aux confins des territoires turon et biturige, voir Laruaz 2009 : 94, fig. 5.

6 Deux quartiers d’habitations fouillés à Chanceaux-sur-Choisille, dans la cité turone, sont abandonnés très précocement, l’un au début du IIe siècle et l’autre à la fin du IIe siècle.

7 Seulement 43 agglomérations ont fait l’objet de fouilles qui ont concerné 19 sanctuaires et d’autres édifices publics (19 dont 8 théâtres), ainsi que des quartiers d’habitats (29) et artisanaux (24).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’origine gauloise des agglomérations carnutes.1 : site à l’origine gauloise certaine, 2 : site probable dont l’occupation gauloise n’est pas caractérisée, 3 : site probable connu par des sources antiques et/ou du mobilier gaulois abondant, 4 : site potentiel, 5 : autres agglomérations antiques (Dessin E. Roux et C. Cribellier/PCR 2012 ; Fond BD ALTI® : IGN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 2 – Réseau routier antique et agglomérations principales.1 : chef-lieu de cité, 2 : agglomération principale fluviale, 3 : agglomération principale terrestre, 4 : autre agglomération, 5 : voie du réseau routier principal d’origine gauloise probable, 6 : voie antique importante, 7 : voie antique secondaire, 8 : pont antique (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux et E. Roux / PCR 2012 – Fond BD ALTI® : IGN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Chronologie des agglomération carnutes
Légende Fig. 3 – Nombre d’agglomérations carnutes occupées par période chronologique.1 : période d’occupation attestée par des vestiges archéologiques, 2 : période d’occupation supposée (C. Cribellier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Légende Fig. 4 – Durée d’occupation des agglomérations carnutes (C. Cribellier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Légende Fig. 5 – Verdes (Loir-et-Cher), Secteur nord de l’agglomération. Plan restitué des vestiges d’après photographies aériennes et interprétations de D. Jalmain.1 : tracé de mur restitué d’après les photographies aériennes, 2 : emprise de rue restituée, 3 : emprise de caniveau ou trottoir restituée (Dessin P.-Y. Devilliers et C. Cribellier, d’après Cribellier 2008 : 329, fig. 3).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 6 – Les productions artisanales dans les agglomérations du centre de la Gaule.1 : forge, 2 : atelier de bronzier, 3 : travail des matières animales, 4 : atelier de verrier, 5 : atelier de potier (fond noir : attesté ou supposé, fond blanc : indéterminé), 6 : voie antique principale, 7 : voie secondaire (Dessin E. Roux et C. Cribellier).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Fig. 7 – Les sanctuaires antiques dans les agglomérations du centre de la Gaule.1 : chef-lieu de cité, 2 : agglomération secondaire, 3 : sanctuaire, 4 : voie antique principale, 5 : voie secondaire (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux, E. Roux / PCR 2012, d’après Batardy 2001 ; Ferdière 2007 ; Tremel 2008 ; Hervé 2008 – Fond BD ALTI® : IGN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 8 – Le réseau des agglomérations antiques du centre de la Gaule.1 : chef-lieu de cité et agglomération de rang 1, 2 : agglomération très urbanisée d’importance régionale, 3 : agglomération avec parure monumentale plus limitée et activités économiques, 4 : bourgade aux activités productives développées, 5 : agglomération aux fonctions religieuses dominantes, 6 : petite agglomération, 7 : petit site routier sans activités et habitats étendus, 8 : voie antique principale, 9 : voie secondaire (Dessin C. Cribellier, J. Vilpoux, E. Roux / PCR 2012 – Fond BD ALTI® : IGN).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7715/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteur

Conservateur du Patrimoine, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’Archéologie de Bretagne, UMR 7041 ArScAn, Équipe « Archéologies environnementales »

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540