Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Production de l’espace urbain au second âge du Fer au nord des Alpes

Production of urban space north of the Alps during the second Iron Age

Michel Vaginay

Résumé

The present paper draws on approaches developed by the anthropology of space to understand the genesis and dynamics of the city between the 3rd century BC and the Augustan period. Archaeological and historical data are viewed from the perspective of the production of space. The analysis suggests that the development of agriculture, placed in its societal context, constitutes one of the major vectors of change from the 4th century BC, leading to the development of collective practices and specialized craft industries, the emergence of cities and of a new political constitution, the civitas, and finally to oppida which appear to be a late form of urban settlement during the second Iron Age in Gaul.

Texte intégral

1Pendant longtemps l’existence de la ville dans la société celtique du second âge du Fer a été niée. Puis on a avancé l’idée que les oppida de hauteur constituaient les premières villes au nord des Alpes (Collis 1984), tout en affirmant que le modèle venait des sociétés méditerranéennes. La remise en cause de ce schéma est venue progressivement des découvertes archéologiques. Aujourd’hui, la ville celtique est un fait acquis. Les débats demeurent cependant vifs sur sa définition, sa forme et sur le référentiel à utiliser pour la qualifier. De nouvelles propositions commencent à émerger. Parmi les plus récentes, on retiendra celle formulée par V. Salac qui avance notamment les idées suivantes :

  • il n’est « pas certain que la recherche perpétuelle d’une définition de la ville correspondant à la période laténienne […] conduise à une avancée significative de nos connaissances sur l’urbanisation de cette époque », car il « s’agit là d’une construction mentale moderne dont la relation avec la réalité ancienne est généralement assez lâche » (Salac 2012 : 339) ;
  • l’urbanisation au nord des Alpes au second âge du Fer est un processus indépendant du monde antique ;
  • ce processus commence avec les villes ouvertes à vocation artisanale et les oppida de plaine et se termine par les oppida de hauteurs ; ces derniers n’apparaissent pas avant les années 150 et disparaissent avec la conquête romaine.

2Ce schéma interprétatif est fondé sur les données archéologiques les plus récentes et s’inscrit dans une perspective dynamique. Mais il ne fait pas justice de toute la complexité du phénomène. Il ne tient notamment pas compte de tous les mécanismes qui conduisent une société à la polarisation de son habitat, en particulier les moteurs culturels, cultuels et économiques au-delà du développement de l’artisanat.

3Pour aller plus loin dans la compréhension de l’émergence et de la dynamique du fait urbain dans la société celtique, la mise en perspective des données archéologiques et leur confrontation avec d’autres approches, telles que la sociologie et l’anthropologie de l’espace, me semble s’imposer. La démarche est guidée par deux considérations fortes formulées par H. Lefebvre : « tous les spécialistes s’enferment dans la nomenclature et le classement de ce qui se trouve dans l’espace » et « s’il n’est jamais facile de remonter de l’objet à l’activité, seule cette démarche permet d’éclairer l’objet en reconstituant le processus de sa genèse et de son sens » (Lefebvre 2000 : 114, 134).

4Elle impose quelques rappels préalables concernant le fait d’habiter en général et plus particulièrement dans les sociétés traditionnelles ainsi que l’émergence du fait urbain dans celles-ci.

RECONTEXTUALISER LE FAIT URBAIN

5La ville est d’abord un mode d’occupation de l’espace par l’homme. Chaque culture développe ses propres catégories spatiales, créant ainsi une grande diversité dans les constructions à toutes les échelles. Cependant, derrière cette pluralité, l’approche anthropologique de l’espace qui se propose de « rendre compte du rapport entre l’habitat, l’organisation sociale et l’organisation spatiale » dégage des marqueurs universels significatifs des relations de l’homme à l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer (Ségaud 2007 : 75).

L’habiter, un fait anthropologique

6« Habiter, c’est tracer un rapport – dans un espace et un temps donnés – au territoire en lui attribuant des qualités qui permettent à chacun de s’identifier » (Ségaud 2007). L’espace n’est pas un « contenu vide, abstrait et universel », comme le soulignait déjà H. Lefebvre en posant que l’espace est politique (Lefebvre 2000 : 136). L’espace fait partie intégrante de la structure sociale : c’est le type de société qui permet d’expliquer le mode d’habiter. Le processus de l’habiter peut se résumer comme « le développement matériel et symbolique de pratiques dans un espace circonscrit et culturellement défini » (Ségaud 2007 : 67).

Habiter dans les sociétés traditionnelles

L’espace et le sacré

7La structure des sociétés traditionnelles est d’essence religieuse. Ce fait induit des réalités socio-culturelles qu’il faut décrypter pour comprendre leur fonctionnement, notamment leurs processus d’appropriation, de désignation, d’organisation et de représentation de l’espace. L’espace y est de fait sacré, dominant et subi. C’est la conjonction entre un lieu et un groupe, qui fonde l’habiter. Ce qu’il faut retenir ici et qui a été magistralement démontré par J.-P. Vernant, c’est que l’organisation sociale des sociétés traditionnelles est soumise au principe supérieur qui régit les lois cosmiques et du ciel de la même manière que leur chemin est balisé, sur le plan temporel, par des points fixes constitués par la position des astres et des planètes lors de conjonctions précises (Vernant 1965).

Chaos et cosmos

8De là découle que « la fondation d’une ville, d’un royaume, d’une maison ou d’un territoire est un acte de consécration qui vise à transformer le chaos en cosmos et qui est une répétition de l’acte cosmogonique originel de la création du monde » (Ségaud 2007 : 113).

Centre : mundus et omphalos

9Il en découle également que, sur le plan spatial, le point fixe fondamental est le centre. « Tout établissement humain répète la création du monde à partir d’un point central » (Eliade 1965 : 45), un mundus, un omphalos, comme le démontrent là encore les travaux de Vernant.

Fonder le lieu : l’espace, le politique et le sacré

10Il en découle enfin que l’acte de fondation apparaît comme un moment fondamental dans le processus d’habiter. C’est un acte volontariste, accompli par une autorité reconnue et selon des rites. Lorsque la fondation implique un groupe social, c’est évidemment une autorité de type politique qui est à sa source. Elle s’impose à un territoire et l’organise. Il n’y a pas d’incompatibilité entre ce fait et le caractère sacré de l’acte de fondation dans la mesure où le rapport du pouvoir à la société « est essentiellement chargé de sacralité, car toute société associe l’ordre qui lui est propre à un ordre qui la dépasse » (Balandier 2004 : 118).

Inaugurer et classer l’espace

11L’objectif de fonder est de « faire territoire », « d’établir une relation inaugurale à travers l’espace avec autrui et/ou avec le cosmos » (Ségaud 2007 : 197). Le processus de fondation comprend trois étapes : choix du lieu (le centre), choix du plan, délimitation. Fonder, c’est donc classer l’espace à partir de centres. L’espace n’est donc pas homogène mais doit être considéré en termes de relations polaires. « Les frontières, les limites qui en découlent, qu’elles soient symboliques ou physiques, floues ou fortes, sont révélatrices des types de classifications qu’elles engendrent. » (Ségaud 2007 : 100). Puisque fonder c’est délimiter et que délimiter c’est « créer de la discontinuité en classant et en catégorisant l’espace, c’est une donnée incontournable qui instaure inévitablement une hiérarchie » (Ségaud 2007 : 101).

12Pour être comprise, l’organisation de l’espace doit donc être examinée dans ses deux dimensions : pratique et symbolique.

Émergence de la ville dans les sociétés traditionnelles

13P. Blanquart (Blanquart 1998) a récemment résumé les modalités et les grandes étapes du processus d’émergence de la ville dans les sociétés traditionnelles. Nous les rappelons rapidement ici pour mémoire :

  • la naissance de la ville est « inséparable d’une différenciation sociale accentuée et d’une nouvelle façon de penser. À diversité inédite, nouveau type d’unité : la ville est à la fois le produit et l’opérateur de cette combinaison neuve » (Blanquart 1998 : 27) ;
  • le point de départ est l’émergence d’une fonction militaire/aristocratique qui se constitue en pouvoir politique garant de la vie collective qui dépasse le cadre familial et dont l’affirmation s’accompagne de sa visibilité spatiale ;
  • l’émergence des pratiques collectives, telles que le banquet, est également un fait important : M. Wéber a bien vu que le « repas cultuel de la ville » était « une composante de l’acte de vivre ensemble » (Wéber 1982 : 57) ;
  • les fonctions au sein de la société se différencient et se multiplient : la spécialisation de l’artisanat en métier permanent au service des fonctions agricoles et de commandement entraîne la création d’une fonction commerciale spécifique dont l’expansion est favorisée par l’élargissement du territoire maîtrisé ; la fonction de commandement se complexifie ; la cohabitation dynamique de ces différents ensembles « implique à la fois concentration en un ensemble et distinctions internes bien marquées » ;
  • avec le temps, au fur et à mesure que croît la puissance politique, les spécificités internes de l’urbain éclatent, avec selon les cas, dominante commerçante, artisanale… ; la cohérence entre les activités diversifiées dont la naissance de la ville est à la fois la conséquence et la cause est assurée par « une mise en ordre hiérarchisée des différentes fonctions, laquelle donne forme à l’urbain » (Blanquart 1998 : 32) ;
  • les cités-états « regroupent en collectifs plus amples des tribus ou des communautés multiples. Chacune de celles-ci se trouve divisée par la différenciation des fonctions, à moins qu’elle ne se distingue des autres en se spécialisant fonctionnellement » (Blanquart 1998 : 38).

14Comme l’a souligné M. Wéber : « à l’origine, la ville est normalement un lieu de marché aussi bien qu’un siège féodal ou princier : elle possède, l’un à côté de l’autre, des centres économiques des deux genres, oikos et marché » (Wéber 1982 : 19).

15La compréhension de la ville ne passe cependant pas que par la perception des conditions sociales de son émergence. Elle impose également de mettre en évidence les relations entre l’habiter en ville et l’espace. Toutes les caractéristiques de l’habiter évoquées plus haut montrent en effet que l’origine physique de la ville doit être recherchée dans le rapport entre l’espace et la société, dans la partition volontaire de l’espace qui l’organise.

16 In fine, ce qui, dans tous les cas, fait la ville, ce n’est pas tant qu’elle soit un lieu unique (un centre urbain) où se trouvent polarisés des hommes et des fonctions, ni la nature des fonctions qui s’y trouvent, mais c’est avant tout que :

  • elle comprend, met en scène et délimite les différents centres nécessaires au fonctionnement d’un groupe social ;
  • elle se détermine comme un centre pour un territoire lui-même construit et à la construction duquel elle participe ;
  • et y sont identifiées les relations de chaque centre avec les autres centres (de même niveau et d’autres niveaux), afin de garantir le fonctionnement des hiérarchies ou les équilibres entre les entités, la sécurité des échanges…, globalement l’ordre du monde habité.

LA PRODUCTION DE L’ESPACE URBAIN DANS LA SOCIÉTÉ CELTIQUE DU SECOND ÂGE DU FER

Cadre et impasses

17L’analyse des données archéologiques confrontées à l’apport des textes antiques montre que le fonctionnement de la société celtique, à partir du IVe siècle au moins, correspond globalement à ce que l’on sait des sociétés traditionnelles dans lesquelles le développement des pratiques collectives, l’accentuation de la différenciation sociale, la structuration du pouvoir politique en cités-états adossées à un territoire bien identifié, le développement d’une économie marchande, sont des éléments déterminants pour le développement de la ville. Durant cette période qui va jusqu’à la fin de la conquête romaine, la société celtique est organisée selon un mode très hiérarchisé, constitué de maîtres et de dépendants. La ville que l’on peut s’attendre à y trouver devrait donc a priori correspondre à l’idéal-type défini par M. Wéber comme « ensemble unifié de citadelle et de marché », ce qui n’exclut évidemment pas l’existence concomitante de villes spécialisées au plan fonctionnel et placées sous la dépendance des premiers ou du pouvoir religieux.

18Le fait que la ville soit le lieu, l’instrument et l’expression d’un pouvoir, local et direct ou bien concédé, implique qu’elle doit se concevoir en termes de réseau au sein du territoire sur lequel elle exerce ce pouvoir. Les études récentes confirment un tel mode de fonctionnement plus ou moins centralisé et hiérarchisé suivant les régions et les périodes. La tendance générale étant celle d’une centralisation accrue au fur et à mesure que les cités fonctionnent de manière plus intégrée et que, sans doute, les royautés implantées de longue date perdent leur pouvoir au profit d’oligarchies.

19La deuxième implication est liée au mécanisme de genèse des villes. La ville a pour acte de naissance une fondation par une autorité, avec des règles et des rites. L’hypothèse de l’agrégation quasi spontanée et progressive d’artisans et de commerçants dans des lieux stratégiques au plan commercial (Buchsenchutz 2004) ne me paraît pas rendre compte de toute la complexité du mécanisme. Il semble peu probable que, dans le contexte de la société du second âge du Fer, des agglomérations aient émergé en nombre sans l’accord des autorités politiques et religieuses. L’opposition, encore souvent faite, entre les oppida (nécessairement fondés parce qu’entourés d’un rempart) et ces agglomérations dites spontanées, ne me semble donc pas justifiée.

20Par ailleurs, on voit bien que la localisation des oppida de hauteur, à l’écart des grands carrefours routiers et réputés plus récents que les agglomérations de plaine, peine à trouver des justifications dans les schémas proposés.

21Qui plus est, le schéma évolutif qui consiste à voir une antériorité dans les agglomérations ouvertes à base artisanale et commerciale, comme le propose V. Salac, résiste mal à la diversité des situations identifiées par l’archéologie. Par exemple, le cas emblématique de Paule (Côtes d’Armor) n’entre pas dans ce cadre (Ménez 2012). La chronologie relative des autres sites qui ont servi à élaborer les modèles continue à faire débat : si l’antériorité du site de plaine par rapport à l’oppidum est sans doute assez claire à Levroux, elle ne semble toujours pas aller de soi à Bâle ou Clermont-Ferrand. À Toulouse, site de plaine et site de hauteur émergent au même moment (Gardes et Vaginay 2009).

22Cet ensemble de données permet et justifie la recherche d’un autre schéma interprétatif de l’émergence et du développement de la ville dans la société celtique entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C.

Proposition d’un modèle dynamique

  • 1 Pour le détail de l’argumentaire et l’illustration au cas concret de Toulouse, je renvoie à une co (...)

23Il n’est pas question de livrer ici le détail de l’argumentaire qui permet de fonder le schéma proposé, ni de l’illustrer par des cas concrets1. Je me contenterai donc de présenter les grandes lignes du mécanisme de genèse et de développement du fait urbain en Gaule entre le IIIe siècle et la fin de la conquête romaine tel que je le propose.

24Les indications données par l’archéologie sont nombreuses pour suggérer qu’à partir du IVe siècle un nouveau réseau de rapports sociaux se met en place progressivement dans la société celtique : le développement de la guerre comme activité économique et sociale serait le principal moteur de ces mutations (Brunaux 2004). Il faut sans doute nuancer cette affirmation, car il est difficile de décider si le développement de l’agriculture, qui est un autre fait majeur et concomitant, est ou non la conséquence de cette économie de la guerre. Ce qui est certain, c’est que l’émergence de ce nouveau réseau de rapports sociaux ne peut que projeter sur le terrain un nouvel espace social, ou, du moins, recomposer assez profondément l’existant. Trois grandes étapes peuvent être distinguées dans ce processus (fig. 1).

Étape 1

25Au IVe siècle le pouvoir est essentiellement entre les mains d’aristocrates guerriers. Le droit de port d’arme est limité aux nobles descendants de vieilles familles. Le développement de la guerre comme activité sociale et économique et en parallèle le développement de l’agriculture ont pour incidence l’enrichissement des élites guerrières et des personnages qui gravitent autour d’elles, leurs servants (les ambacts cités plus tard par César), issus du groupe des producteurs pour leur savoir-faire (artisanat, élevage). Ces servants se voient remettre des récompenses lors des victoires, sous forme de produits de butins et de terres. Ces deux groupes constituent ainsi un corps soudé.

26Les liens des peuples à la guerre sont doubles : accumulation de butins et commerce de ceux-ci qui produisent des surplus de richesses et induisent le développement du commerce. Le phénomène a pour effet d’accentuer la pression sur les territoires et de conduire à une plus forte territorialisation de la société. Il entraîne également le développement des pratiques collectives : le caractère sacré de la guerre implique un rôle accru des sanctuaires, une articulation étroite entre élite guerrière et sacerdotale. Dès les années 1990, P. Brun repérait que, au IIIe siècle, « l’émergence de nouveaux sanctuaires pourrait signifier le besoin d’exprimer plus fortement l’assise territoriale et, corrélativement, l’identité collective des communautés politiques autonomes » (Brun 1993 : 280). Ces sanctuaires, en tant que lieux d’expression de la puissance des chefs de guerre et de compétition ritualisée entre eux, induisent des rassemblements de population et favorisent ainsi le commerce inter-communautaire dont la protection se trouve ainsi garantie par les dieux et le pouvoir sacerdotal. De temporaires, ces regroupements de populations avec leurs cortèges d’artisans, deviennent de plus en plus stables.

Fig. 1 – Proposition de modèle dynamique pour expliquer les mécanismes de genèse et d’évolution du fait urbain dans la société celtique du second âge du Fer.

27L’élargissement de l’aristocratie du fait de l’enrichissement de certains producteurs (artisans, commerçants) ou anciens producteurs (les servants qui détiennent de plus en plus de terres) induit une compétition grandissante entre ces différentes élites (vieux lignages et nouveaux riches). Selon J.-L. Brunaux la guerre deviendrait le ciment des états-peuplades divisés en entités tribales dirigées par des nouveaux aristocrates, tous égaux par leur participation à la guerre (Brunaux 2004 : 129). Le droit de port d’arme s’élargit sans doute. L’ensemble induit un élargissement de l’accès à l’espace politique. Les anciens nobles se doivent de partager le pouvoir et ne sont plus désormais que des primi inter pares. La constitution sociale de la cité est en marche.

28La projection sur le terrain de ces mutations peut être perçue au travers de deux réalités émergentes entre le IIIe siècle et le début du IIe siècle, qu’il est impossible de phaser dans le temps, ne serait-ce que parce que d’un territoire à l’autre les rythmes et les degrés sont différents :

  • le développement d’agglomérations à partir des oikoi (résidence d’aristocrates et leurs servants, plus lieu de marché) : Paule en Côte d’Armor en est un bon exemple ;
  • le développement d’agglomérations autour des sanctuaires : Manching par exemple.

Étape 2

29Cette situation s’accompagne d’une intensification des productions artisanales et des activités commerciales, bien perceptibles, notamment avec le développement de l’usage de la monnaie et des échanges à longue distance, en particulier avec la Méditerranée. Mais, alors que J.-L. Brunaux a tendance à situer ces faits au Ier siècle av. J.-C. (Brunaux 2004 : 150), nous penchons pour une datation plus haute, dans le courant du IIe siècle qui nous semble assez bien assurée par l’archéologie.

30En parallèle du développement d’agglomérations à partir des résidences aristocratiques et des sanctuaires, émergent des agglomérations spécialisées ouvertes, artisanales, dans des endroits stratégiques des territoires, des lieux idoines au plan des approvisionnements en matière première et du commerce (nœuds routiers, grandes voies naturelles de communication). S’y regroupent naturellement artisans et commerçants, les deux catégories contribuant à s’enrichir mutuellement. Si l’on suit J.-L. Brunaux, le premier de ces deux groupes (artisans) pourrait être composé au moins pour partie (les fondateurs) des servants d’armes qui se sont vus attribuer des terres pour s’installer, en récompense des services rendus à la guerre. Ces artisans de haut niveau, servants des aristocrates, seraient donc passés de la sphère de l’oikos à une forme d’indépendance (Brunaux 2004). Le phénomène contribue au développement de la citoyenneté signalé précédemment.

Étape 3

31Ce mécanisme devait inéluctablement aboutir à des tensions et à un conflit entre les deux groupes (aristocrates guerriers et artisans/commerçants), provoquant une nouvelle réorganisation des rapports sociaux par la classe dominante (les aristocrates) qui cherche à reprendre en main le pouvoir qui lui est désormais contesté. C’est à partir de ce moment que le politique prend le pas sur la logique de l’économie de guerre et que se constitue l’espace politique de la cité.

32Cette situation induit une nouvelle projection sur le terrain : la création des oppida de hauteur par la classe des aristocrates guerriers qui reprennent en main le pouvoir et forcent leurs « obligés » (les ambacts, c’est-à-dire les gestionnaires de fermes, artisans, commerçants…) à se regrouper autour d’eux tout en s’appuyant sur la classe sacerdotale (fondation dans des lieux à forte charge symbolique), en éloignant les commerçants et artisans de « leur espace » (la ville ouverte artisanale) et en créant des villes fortifiées (on peut imaginer, mais sans certitude, que le prétexte des invasions germaniques et romaines a pu être avancé pour offrir une protection d’un nouveau genre avec un rempart et un nouveau mode de guerre : le siège).

33L’aristocratie rassemble autour d’elle les forces de production et les autres pouvoirs pour reprendre en main les rapports de production. C’est un acte fort puisqu’il recompose l’espace social : un certain nombre d’agglomérations ouvertes de plaine périclitent à ce moment. La « violence à but économique » mise en évidence par H. Lefebvre (Lefebvre 2000 : 176) pour d’autres contextes semble bien avoir été à l’œuvre dans la société celtique à ce moment. Les centres de pouvoir économiques et religieux sont déplacés vers des lieux peu appropriés aux activités artisanales et commerciales, mais avec la légitimité des dieux, puisque situés dans des lieux à forte charge symbolique, avec des actes de fondation forts qui sacralisent ces lieux (dépôts dans les remparts…). Les deux fonctions dominantes (aristocrates et prêtres) s’allient pour mettre au pas les producteurs en reprenant le contrôle de la production par leur délocalisation. Ce schéma sied assez bien à l’idée que le rempart de l’oppidum est avant tout l’expression ostentatoire du pouvoir qui l’a fait ériger, une parure urbaine. Ce qui a pour corollaire que le rempart ne saurait être à lui seul un caractère fondateur de la ville à l’âge du Fer, mais seulement un élément identitaire à un moment donné, dans un contexte donné. Là encore, le cas de Manching où le rempart arrive dans la phase la plus récente d’occupation du site, est éclairant.

34Mais cette reprise en main du pouvoir par l’aristocratie n’a pu se faire sans concession, comme le suggère la mise en place de la constitution de la cité (sénat…) qui institue le passage d’un pouvoir fondé sur les rapports de production et sur des relations individuelles, un « code d’honneur » (aristocratie et soldure constituent une forme de tyrannie à l’ancienne), à un pouvoir plus collectif qui associe le citoyen libre à la vie publique.

35Dans ces conditions, l’oppidum de hauteur, qui n’émerge pas avant les années 150 av. J.-C., apparaît bien comme la manifestation la plus récente du fait urbain au nord des Alpes. Et c’est bien aussi, comme le souligne V. Salac, un phénomène éphémère puisque nombre d’entre eux ne survivront pas à la mise en place des nouveaux cadres administratifs et politiques à l’issue de la conquête césarienne (Salac 2012).

CONCLUSION

36La vision dynamique esquissée ici ne doit cependant pas oblitérer le fait que le processus ne s’est à l’évidence pas déroulé ni avec la même rapidité, ni avec la même intensité au sein de toutes les communautés présentes sur le territoire. Cette dynamique doit donc être considérée comme une proposition de schéma explicatif et nullement comme un modèle applicable tel quel en tout point.

37Enfin, je reprendrai à mon compte une remarque formulée récemment par V. Salac avec les travaux duquel j’ai introduit mon propos : « Il est certain que pour juger d’un point de vue global les processus d’urbanisation, il est important de savoir quel pourcentage des activités de production et de la population s’est concentré aux différentes périodes sur des sites donnés, et non pas de savoir si l’apparence de ces sites se rapproche des villes antiques ou médiévales, ou de la représentation que se font les archéologues de la ville. » (Salac 2012 : 339).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balandier G. 2004. Anthropologie politique, Presses universitaires de France, Paris, 240 p.

Blanquart P. 1998. Une histoire de la ville, La Découverte/Poche, Paris, 193 p.

Brun P. 1993. La complexification sociale en Europe moyenne pendant l’âge du Fer : essai de modélisation, in : Daubigney A. (dir.), Fonctionnement social de l’âge du Fer. Opérateurs et hypothèses pour la France, Centre jurassien du Patrimoine, Lons-le-Saunier : 275-290.

Brunaux J.-L. 2004. Guerre et religion en Gaule, Errance, Paris, 179 p.

Buchsenschutz O. 2004. Les Celtes et la formation de l’Empire romain, Annales. Histoire, Sciences Sociales 2/2004 (59e année): 337-361.

Collis J. 1984. Oppida, Earliest Towns North of the Alps, University of Sheffield, Department of Prehistory and Archaeology, Sheffield, 254 p.

Eliade M. 1965. Le profane et le sacré, Gallimard, Paris, 185 p.

Gardes P. et Vaginay M. 2009. Aux origines de Toulouse (31) : Tolôssa à l’âge du Fer, in : Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S., Ralston I. (éd.), L’âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe Colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bourges 2008, 35e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Paris, Tours : 359-382.

Lefebvre H. 2000. La production de l’espace, Anthropos, Paris, 485 p.

Menez Y. 2012. Die Entstehung städtisher Siedlungen bei befestigten Adelssitzen der jüngeren Eisenzeit in Gallien : Das Beispiel von Paule (Côtes d’Armor), in : Sievers S. et Schönfelder M. (dir.) 2012 : 289-302.

Salac V. 2012. Les oppida et les processus d’urbanisation en Europe centrale, in : Sievers S. et Schönfelder M. (dir.) 2012 : 319-345.

Ségaud M. 2007. Anthropologie de l’espace, Armand Colin, Paris, 223 p.

Sievers S. et Schönfelder M. (dir.) 2012. Die Frage der Protourbanisation in der Eisenzeit, actes du 34e colloque international de l’AFEAF (Aschaffenburg 13-16 mai 2010), Kolloquien zur Vor-und Frühgeschichte, Band 16, Rudolf Habelt GmbH, Bohn, 386 p.

Vaginay M. 2012. Lieux de pouvoir et symbolique des lieux. Ville et espace social en Gaule au second âge du Fer, in : Sievers S. et Schönfelder M. (dir.) 2012 : 365-386.

Vernant J.-P. 1965. Espace et organisation politique en Grèce ancienne, Annales. Économies, sociétés, civilisations, 20 no 3 : 576-595.

Wéber M. 1982. La ville, extrait du tome 2 d’Économie et société, 1921, Aubier Montaigne, Paris, 218 p.

Notes

1 Pour le détail de l’argumentaire et l’illustration au cas concret de Toulouse, je renvoie à une contribution présentée à l’occasion du XXXIVe colloque international de l’AFEAF en 2010 (Vaginay 2012).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Proposition de modèle dynamique pour expliquer les mécanismes de genèse et d’évolution du fait urbain dans la société celtique du second âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

Auteur

Conservateur général du patrimoine, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie de Midi-Pyrénées, UMR 5608 TRACES, Toulouse

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540