Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Des villes à la ville

A chrono-chorematic study of the city

Bruno Dufaÿ et Christian Grataloup

Résumé

The graphical modelling of cities over time (chrono-chorematics) was initiated in the early 2000s by a group of archaeologists, historians and geographers, under the auspices of the Ministry for Culture and Communication.
The key issue of the method is the use of the chorotype, moving from specific examples of real towns to general explanatory models. This process looks at space and time together, deconstructing our knowledge and perceived ideas. This fosters a healthy critical view, allowing city planners and residents to think about their town with a clearer understanding. Inital results of the study of ten French cities indicate the heuristic value of this method, showing how size, street networks and multipolarity change over time. However, the process is not yet finalized, and many methodological issues need to be clarified.

Texte intégral

1Le présent texte constitue une forme de conclusion provisoire des travaux de l’atelier de chrono-chorématique piloté par le ministère de la Culture et fait suite aux quatre contributions précédentes (visualiser et interroger…, Le Mans, Reims et Bordeaux).

UNE DÉMARCHE INTERDISCIPLINAIRE

2La démarche de cet atelier n’est pas si banale : des archéologues et des historiens se sont lancés dans la modélisation graphique la plus pointue, dans une fructueuse collaboration avec des géographes. Si certains archéologues ont senti le besoin de tester ces outils, c’est qu’il devient plus que jamais nécessaire, devant l’accumulation des résultats de l’archéologie urbaine, de se donner les moyens de synthétiser l’information et de l’échantillonner grâce à la construction de typologies (Dufaÿ 2001).

3Au-delà de cette dimension stratégique, la démarche chrono-chorématique possède des vertus plus générales, que l’on peut rappeler brièvement :

  • Elle oblige à la démarche scientifique-type : aller du particulier au général et vice-versa, de cette ville-LÀ à LA ville. Les archéologues sont encore souvent dans une posture épistémologique qui les empêche d’aller vers le général, au motif que la variété des configurations locales est le reflet de la liberté de l’Homme. Il s’agit au contraire d’admettre que « l’altérité sociale et historique n’est jamais absolue, elle est toujours relative et de ce fait déchiffrable et intelligible » (Godelier 2007).
  • Elle oblige à penser ensemble l’espace ET le temps. Cela devrait être une attitude naturelle aux archéologues, pour qui le temps est une fonction de l’espace (la succession stratigraphique restitue celle du temps), et qui voient aussi évoluer l’espace en fonction du temps. Mais l’archéologue ne voit que des états, non des processus. L’influence de la fouille dite en « aire ouverte », qui découpe le continuum du temps en phases représentées par des éléments considérés comme synchrones, les amène trop souvent à voir le temps comme un mille-feuille et non comme une trajectoire, à privilégier la synchronie par rapport à la diachronie.
  • Elle oblige à déconstruire nos connaissances et nos représentations, ce qui apporte une vision critique toujours salutaire. Les modèles sont constitués d’éléments simples qui sont en deçà des constructions historiques et ne se coulent pas forcément dans des périodisations académiques (Antiquité, Moyen Âge, etc.) ou de prétendues évidences structurelles ou topographiques (urbanisme en damier, radio-concentrique…).

4D’autre part, la valeur heuristique et pédagogique des modèles chrono-chorématiques peut permettre une meilleure compréhension de la ville et donc :

  • pour les habitants des villes, de « se retrouver là où on se trouve », pour paraphraser Roger Brunet (2010 : 3) ;
  • pour les décideurs, de faire évoluer les villes en fonction des héritages et des résiliences. « Il apparaît plus que jamais nécessaire de reconnaître l’importance du passé dans la création de la ville de demain » : cette phrase figure à la page 2 du « Code européen de bonne pratique concernant l’archéologie et le projet urbain » (adopté le 9 mars 2000 par le Conseil de l’Europe). Or, même si les urbanistes ont pris conscience depuis deux ou trois décennies que « la ville est une structure de succession, de l’histoire sédimentée » (Allain 2004 : 28 et 23), et que « le patrimoine doit s’affirmer comme un outil de projet » (Cuillier 2003 : 12), il est rare que cette pétition de principe soit mise en pratique. Il est plus rare encore qu’elle prenne en compte les formes invisibles de la ville dévoilées par les archéologues ;
  • pour les cartographes, de produire des dessins qui aient du sens, qui ne soient pas une juxtaposition de formes délimitant des espaces mais constituent un système qui explique des lieux.

DES VILLES…

5Dix villes ont fait l’objet d’une analyse chrono-chorématique, dont six ont été publiées, dans la revue de géographie Mappemonde (nos 100, 2010 et 105, 2012). Ce nombre est trop faible pour qu’il soit possible de dégager dans le détail les apports de la démarche, au-delà des aspects généraux évoqués en introduction. Le premier bilan critique extérieur des travaux de l’atelier de chrono-chorématique, réalisé tout récemment par un fin connaisseur de l’archéologie urbaine, Pierre Garmy, se concentre d’ailleurs, logiquement, sur une évaluation de la pertinence des concepts produits et non des résultats obtenus (Garmy 2012 : 140-149).

UN PREMIER BILAN

6On peut néanmoins pointer quelques éléments qui ont été mis en évidence. Plus, en effet, que de nouvelles connaissances, la démarche apporte des éclairages sur des points qui n’avaient pas été perçus avec autant d’acuité, notamment dans la longue durée.

7– D’abord, l’importance de l’effet de site. Il ne s’agit pas ici de redire l’importance du site, de la topographie et des cours d’eau dans le développement des villes, truisme qui risque en outre de virer à un déterminisme dépassé. Sa prise en compte sur la longue durée permet de l’intégrer au discours sur le développement de l’espace urbain, y compris par le repérage du ou des moment(s) où le site n’est, justement, plus déterminant. Il ne s’agit plus de traiter le site dans un simple chapitre introductif (le fameux « cadre naturel »), car la relation entre la ville et le site est dialectique. Elle dépend autant du niveau technologique de la société que de paramètres culturels et économiques.

8– Dans le même ordre d’idées, la prégnance des axes de circulation, depuis les grands axes qui relient la ville à un réseau, jusqu’à la trame des rues qui structurent les quartiers. Là encore, ce qui peut paraître un truisme prend une force nouvelle grâce au travail de décantation du réel nécessaire pour mettre en évidence les voies essentielles au schéma, puis au modèle, et ce sur la longue durée. La stabilité, ou non, de ces réseaux et de ces trames possède une forte valeur explicative pour la constitution des tissus urbains. La situation de la ville par rapport au nœud de communication est également signifiante.

9– L’évidence de la multipolarité des villes. Dans notre imaginaire, la ville ancienne est compacte, par opposition à nos tissus urbains dilatés et éclatés. Or, cette compacité n’est pas une donnée permanente. Elle correspond peut-être à la ville antique, dans la mesure où celle-ci n’a pas d’héritage à assumer et n’est pas structurée par des pouvoirs politiques ou économiques hétérogènes. Elle correspond plus sûrement à l’apogée de la ville moderne dans son enceinte de réunion, entre la fin du Moyen Âge et l’époque industrielle. Le plus souvent, la ville est multipolaire, au moins bipolaire, structurée par des tensions entre les pouvoirs politiques, religieux et économiques.

10– La modélisation permet de comparer des rythmes de changement de la ville, toujours sur la longue durée. Il s’agit de variation tant spatiale que structurelle : développement ou rétraction, changements de fonctionnalités, spécialisation ou non. La comparaison entre le modèle spécifique d’une ville et le modèle général a permis de voir que, bien souvent, la ville ne se hissait pas au niveau des potentialités prédites par le modèle. Ce n’est qu’à certaines époques que leur situation géopolitique leur permet de réaliser pleinement l’ensemble de ces potentialités.

11– L’évidence de la spécificité de chaque ville. Aucune ville ne correspond exactement aux modèles théoriques. Voilà qui devrait rassurer ceux qui se sentent gênés par la démarche modélisatrice. Mais justement, celle-ci n’a de sens que pour mettre en évidence les écarts au modèle et les expliquer.

  • 1 L’atelier de chrono-chorématique n’est plus seul sur ce chantier ; d’autres chercheurs sont venus (...)

12La démarche est tout, sauf achevée, plusieurs chantiers méthodologiques demeurent, dont voici les principaux actuellement repérés1.

  • 2 Les causes profondes de cette coupure sont internes : transition entre un système sociopolitique g (...)

13– Dans le cadre de la « frise-modèle du temps long urbain », il apparaît qu’il convient d’affiner notre pas de temps concernant le haut Moyen Âge. Les épisodes de la frise ne sont pas datés, pour ne pas plaquer un découpage chronologique académique sur une réalité plus diversifiée. Mais, grosso modo, l’épisode 3 renvoie à la période entre la fin de l’Antiquité (IIIe-IVe s.) et l’essor urbain du Moyen Âge (XIe-XIIe s., épisode 4). Or, toutes les études menées jusqu’ici montrent la nécessité d’une coupure autour du VIIIe siècle2. Il faudra voir si celle-ci peut se traduire par des chorotypes et des modèles distincts. Plus généralement, il convient de se demander si le nombre d’épisodes est pertinent, ou si l’on doit l’augmenter (sans tomber dans un découpage excessif tel qu’il ne renvoie plus qu’à des cas particuliers et éphémères).

14– Un certain nombre de nos « coups de force » épistémologiques forcent encore, c’est-à-dire ne sont pas stabilisés, et nous peinons donc à les faire partager. Deux concepts, principalement, sont dans ce cas : celui de « banal » (couleur jaune de nos modèles) et celui du pouvoir (couleur rouge). Concernant ce dernier, nous y distinguons le politique du militaire, mais il est clair que le religieux, dans bien des cas, pourrait être aussi rangé dans l’ordre du pouvoir. Nous assumons pour l’instant cette difficulté ainsi que les anachronismes qui peuvent résulter de l’emploi de ces termes, mais sans doute conviendrait-il d’y retravailler. Quant au banal, c’est une notion relative qui n’est pas simple à manipuler. Et, parfois, notre « banal » n’est qu’un faux nez qui dissimule notre ignorance, notre incapacité à caractériser des usages du sol…

15– Nous avons choisi d’étudier les villes de France, principalement parce que la démarche a été lancée par un service du ministère de la Culture. Ce choix géographique est discutable. Il peut paraître trop étroit : pourquoi pas l’ouest européen, voire l’Europe ? ou trop large : y a-t-il tant de points communs entre une ville de la plaine picarde et un port méditerranéen ? Cette différence est encore plus criante à l’époque gauloise, où se pose la question de l’existence-même de la ville au nord de l’aire méditerranéenne (sauf à en redéfinir le concept). Jusqu’où peut aller la réduction typologique ? Autrement dit, il faudra sans doute que, parmi les éléments qui permettent de construire les modèles, nous fassions l’essai d’injecter des chorotypes régionaux, pour que notre échelle d’analyse colle au plus près à la réalité.

16– Enfin, nous nous sommes abstraits des réseaux, pour considérer la ville comme un isolat. Or la réflexion géographique, urbanistique, historique et même archéologique ne permet plus de se passer de cette dimension, qui considère la ville comme un élément et non une réalité autonome. Ce parti a été assumé pour des raisons de commodité analytique mais, là encore, il va falloir réfléchir à la manière de combiner à nos modèles la place et le rang des villes dans les réseaux auxquelles elles appartiennent.

…À…

17La préposition « à » qui sépare les deux substantifs de notre titre est essentielle. Elle indique le passage du particulier au général, de cette ville-là à la ville. L’outil principal pour cette transformation est le chorotype, sur lequel nous reviendrons. D’autres outils essentiels sont les travaux d’inventaire et de cartographie qui sont à la fois la base et une des finalités du travail de l’atelier.

L’OUTIL CARTOGRAPHIQUE ET LES ARCHÉOLOGUES

18Dans un article paru en 2001, traitant de l’avenir de la carte archéologique urbaine, l’un de nous dressait un bilan critique de la pratique cartographique des archéologues (Dufaÿ 2001). Y était pointée l’absence quasi totale de documents synthétiques et explicatifs de l’évolution des villes. De ce constat de carence sortait la proposition d’utiliser les outils des géographes, et notamment la modélisation chorématique. La création de l’atelier s’est effectuée dans cette perspective. La publication d’atlas, qui commençait à se développer, semblait aussi une perspective d’avenir, car cela permet la normalisation et donc la comparaison, et invite ipso facto à une vision synthétique.

19Il a paru intéressant de voir si, dix ans après, une évolution était perceptible dans le niveau de synthèse des documents cartographiques accompagnant les études urbaines (cf. carte ci-après).

  • 3 Les petites villes du Haut-Poitou (Bourgeois 2005), qui est le volume deux d’une entreprise commen (...)

20Force est de constater que cette évolution n’a pas eu lieu. Certes, les cartes sont de meilleure qualité et emploient plus volontiers la couleur, mais beaucoup sont encore des miniatures illisibles en noir et blanc (même si la couleur n’est pas une garantie de lisibilité, car elle dispense parfois de réfléchir à la hiérarchisation des informations). Paradoxalement, les progrès techniques permettent d’atteindre le degré zéro de la carte, quand il s’agit de photos aériennes verticales ou satellitaires, à peine décorées d’un ou deux traits et de trois toponymes. Le niveau de synthèse ne s’est pas amélioré et le nombre d’atlas qui mettent plusieurs villes en perspective est faible (sept), et pratiquement jamais réellement diachronique (un seul)3.

21Cet état de choses reflète sans doute le fait que l’appétence théorique des archéologues n’a pas augmenté. Il faut dire que, depuis dix ans, ils ont été pris par le tourbillon des réformes de l’archéologie préventive, l’accumulation exponentielle des données extraites des fouilles, et le développement de bases de données toujours plus volumineuses et perfectionnées, mais sans doute sous-utilisées (et le phénomène se poursuit avec les systèmes d’informations géographiques).

22Il est intéressant aussi de noter le poids des études portant sur l’Antiquité, particulièrement dans la zone méditerranéenne et la vallée du Rhône. La présence de vestiges très volumineux, dont la description est souvent considérée comme valant explication, ne facilite pas la prise de recul nécessaire aux élaborations synthétiques. Ce n’est sans doute pas un hasard si aucune étude chrono-chorématique n’a été faite dans le Midi (Aix-en-Provence est un choix de l’atelier).

23Bref, les raisons qui avaient poussé à aller chercher du côté de la chrono-chorématique demeurent. Les archéologues sont toujours du côté monographique de cette ville-là, et peinent à passer à LA ville. Or, la chrono-chorématique fournit des outils qui facilitent ce passage, avec, au premier chef, la notion de « chorotype ».

DU CHOROTYPE AUX CHOROTYPES

  • 4 Définition du « chorotype » dans Les mots de la géographie (Brunet et al. 1992 : 98) : « compositi (...)
  • 5 Définition du « chorotype » dans le Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés (Lév (...)

24La notion de chorotype4, terme forgé par Roger Brunet à partir du mot « chorème » (Brunet 1980), a connu une certaine faveur en géographie indépendamment de la chorématique. Littéralement, ce mot désigne un type de lieu, ce que nous faisons constamment en parlant de place, de champ, de pays, de continent, de mer, de route, d’usine, d’habitation, etc., comme de ville. Tous les niveaux de l’échelle géographique, toutes les périodes, toutes les sociétés sont donc concernées. Évidemment, sans ces catégories spatiales élémentaires, parler d’espace et agir dans l’espace deviendrait impossible. Mais le terme, en géographie, a été forgé pour désigner plus précisément un type d’organisation spatiale relativement récurrent, identifiable, dont on peut facilement donner plusieurs exemples, comme l’île tropicale « à sucre » ou l’estuaire industrialisé (Brunet 1990 : 120). Mais la faveur du terme « chorotype » se mesure au fait qu’il s’est étendu au-delà de la pratique des modèles graphiques ; c’est le cas, par exemple, de l’usage qu’en fait Jacques Lévy5 (Lévy et Lussault 2003 : 155).

25Si le titre de cette sous-partie parodie le plan général de la contribution en l’inversant, c’est que la notion de chorotype, utilisée par des géographes sous des formes assez variées, apparaît quelque peu comme un joker, un « chaînon manquant » entre la diversité du réel, l’infinie variété des « cas » et la pureté du concept englobant, ici « la ville ». Évidemment, « c’est plus compliqué », comme aiment dire tous ceux qui sont mal à l’aise face aux démarches modélisatrices. On peut, on doit, pour être opérationnels, construire des familles de chorotypes de natures différentes. C’est ce qu’avait fait dès ses débuts l’atelier sous forme d’une arborescence. La première publication d’un arbre des chorotypes fut faite en 2005 dans les actes des XXVe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (Boissavit-Camus et al. 2005). On y distinguait quatre catégories de chorotypes : selon les périodes (on utilisait alors encore ce vocabulaire imprudent), selon les niveaux de l’échelle géographique, selon les sites et selon les fonctions principales des villes. D’où la multiplication suivante : 6 périodes x 4 niveaux x 8 sites x 6 spécialisations = 1 152 possibilités.

26On voit donc que le reproche de caricaturer, souvent fait à la modélisation graphique, peut facilement s’inverser et qu’on peut nous reprocher de couper les cheveux en 1 152. Or, il s’agit pourtant là d’une excessive schématisation. À ce stade, notons simplement la fidélité au principe de la combinatoire, base de la chorématique. Pour que la démarche soit purement géographique, il suffirait de placer chaque modèle composé dans un type de situation, de le situer au sens précis des géographes, ce qui ajoute une ligne au tableau et un multiplicateur aux types de cas possibles. On pourra, très légitimement, nous suggérer de nouvelles lignes. Cela aboutirait à une matrice de modèles théoriques très inflationniste qui donne vite un vertige quantitatif. Certes, le stockage informatique et les possibilités de combinaisons formelles automatisées sont une piste qu’on ne peut pas s’interdire. Toutes proportions gardées, il existe des logiciels similaires pour établir les portraits-robots des enquêtes policières, avec des stocks jamais très considérables, éléments par éléments (sourcils, bouches, nez, cheveux…). Mais n’oublions pas que les chorotypes sont des combinaisons, non de simples additions. Pour les villes, chaque élément topographique, par exemple, transforme (« déforme ») le tracé précédent. En restant dans des oppositions binaires, le seul fait d’avoir ou non de la pente, la présence ou non d’un cours d’eau ou d’un littoral, crée un nombre déjà important de possibilités (au moins huit). Dès qu’on introduit un coefficient (pentes plus ou moins fortes, cours d’eau plus ou moins large, etc.), la diversité explose. Le résultat dépend également de la taille de la ville…

Fig. 1 – Répartition spatiale des études urbaines (2001-2012).
Carte indiquant la répartition des études urbaines de la dernière décennie. Ce document ne prétend pas à l’exhaustivité, mais correspond à un rapide pointage réalisé avec la collaboration de Marie-Christine Cerruti, du bureau d’archéologie urbaine du ministère de la Culture, qu’il nous est agréable de remercier ici.

27On vient d’esquisser une démarche d’évidence déductive. On est parti de « la Ville » que l’on soumet à une série de choix de « contraintes » qui en modifient la morphologie pour arriver, facteurs après facteurs, à un grand nombre de types de villes. L’ordre dans lequel interviennent ces paramètres ne devrait pas avoir d’importance, puisqu’ils sont tous simultanés, mais, dans le processus d’écriture du modèle chorotypique, ils risquent d’en avoir, ce qui nécessite une certaine vigilance. Comme nous le savons tous, en effet, il n’y a jamais de déduction pure, pas plus que d’induction à l’état brut.

28Une démarche inverse, en effet, mérite tout autant d’être tentée : rapprocher des modélisations urbaines spécifiques, dont nous avons perçu empiriquement (c’est le maître mot épistémologique dans cette posture) qu’elles présentaient des traits de parenté. C’est exactement ce que nous avions fait avec la ville double à partir des cas de Tours, de Poitiers et de quelques autres cités (Boissavit-Camus et al. 2005). Ce cheminement est plus classique et ressemble à bien des typologies de villes déjà réalisées avant toute modélisation. Le plus souvent, pour ne pas sortir d’un discours solidement campé dans l’empirique, on cherchait une ville réelle à un moment donné qui pouvait servir de « type idéal » wébérien. Ce qu’ose la modélisation graphique, c’est d’exprimer graphiquement le commun dénominateur perçu empiriquement, donc de faire un objet non réel, sans toponyme correspondant, mais qui se retrouve dans plusieurs cas. L’intérêt de cet effort d’abstraction explicite est de ne pas occulter l’effort théorique, de le rendre littéralement visible, de le donner à voir, de le soumettre à la discussion. Plus encore, il offre un instrument de confrontation avec les principes élémentaires de construction de chaque spécificité urbaine.

29De ce va-et-vient nécessaire, on peut facilement en conclure qu’il serait contre-productif, pour la communauté scientifique, quelle que soit la discipline d’appartenance, de camper sur un seul versant du dialogue. Ne considérer que les cas « bien réels », nécessairement uniques, face à des outils généraux de description et d’explication, un vocabulaire, des notions pour « dire les villes », condamne à une accumulation empirique évidemment nécessaire, mais qui laisse désarmé vis-à-vis de tout nouveau cas.

30Réciproquement, l’idée de construire une machine intellectuelle de fabrication des villes a un petit parfum de grammaire générative bien désuet, voire subrepticement totalitaire. C’est pourquoi, si le Diable est dans les détails et « Big Brother » dans les généralités, on a besoin de beaucoup plus travailler ces modèles intermédiaires que sont les chorotypes, de les multiplier comme garde-fou entre deux impuissances.

…LA VILLE

31Cet effort est d’autant plus nécessaire qu’il faut tenir compte du fait qu’avec les villes nous avons des objets sociaux, donc frappés d’une forte historicité, et qu’il y a une contradiction structurelle entre l’historicité et la modélisation. Toute modélisation suppose, en effet, que, dans un certain périmètre défini intellectuellement, toutes choses soient égales par ailleurs puisque les mêmes facteurs doivent produire les mêmes effets. Le modèle tente de mettre en évidence des régularités, mais l’histoire est innovation tout autant que reproduction. Si la nouveauté s’inscrit dans une régularité déjà là, ce n’est pas une nouveauté. Réciproquement, si quelque chose est inédit, il invalide pour partie les logiques précédentes.

32C’est pourquoi l’atelier de chrono-chorématique revendique un parti pris statique, ce qui, pour des historiens, pourrait passer pour une provocation. Pour être plus clair, soyons polémiques. Dans la conclusion du numéro 100 de la revue M@ppemonde consacré à la présentation des travaux de l’atelier, Roger Brunet formulait le souhait de voir la bande dessinée que représente notre frise se transformer en dessin animé (Brunet 2010). C’est effectivement une piste envisageable, et même souhaitable, de voir l’image de la Ville ou celle d’une ville évoluer, s’étendre ou se contracter, changer, bref « se » fabriquer sans à-coups, sans paliers. Mais telle n’est pas l’hypothèse initiale de notre périodisation. Nos épisodes ne sont pas que des arrêts sur image. Ils sont surtout l’affirmation de discontinuité dans la fabrique de la ville, de rupture de rythmes, de succession de phases pendant lesquelles des logiques urbaines particulières perdurent, séparées par des transitions plus ou moins rapides. On peut citer les types de rétractions proposés par Benjamin Lefèvre pour les villes du Bas-Empire romain (Lefèvre, à paraître) ou les « chronèmes » de Bastien Lefebvre (Lefebvre 2009).

33Nos « épisodes », puisque nous usons de ce terme pour contourner les pièges du mot « période », ne sont donc pas que des arrêts sur image contraints, des succédanés à la fluidité de l’enchaînement temporel. Ce sont surtout des plages de temps que nous isolons volontairement, pendant lesquelles on fait l’hypothèse que la fabrique urbaine a des traits relativement permanents, où la reproduction l’emporte sur la transformation. Sans cette discrétisation volontaire de l’histoire urbaine, comment construire une modélisation ? Ces moments de stabilité posés comme hypothèses résultent de discussions plutôt de caractère empirique, sur les ruptures temporelles constatées dans les différents cas par les archéologues et les historiens. La règle générale est d’oublier les périodisations canoniques et, de fait, les grandes charnières temporelles classiques ne sautent plus aux yeux. Rien que pour cette formalisation proprement historique, l’expérience est intéressante.

34Ces épisodes, comme tous les découpages du réel, toutes les classifications, sont organisés dans un emboîtement. La frise opérationnelle actuelle (CNAU 2010) ne comporte que deux niveaux : celui des épisodes et, ne l’oublions pas, celui, beaucoup plus long, de la Ville, vaste épisode englobant tout notre sujet mais dont on doit bien postuler qu’il a un début et une fin. Cela fait d’ailleurs partie de la discussion. Si nous avons englobé, au titre du premier épisode, les oppida, c’est un point qui ne fait pas l’unanimité entre nous et que nous allons sans doute remettre en cause. Cela ne veut pas dire que des « villes ouvertes », pour reprendre le label retenu pour l’actuel épisode 2, n’aient pas parfois parmi leurs héritages un oppidum ; mais les oppida ne doivent peut-être pas être considérés comme des villes à proprement parler. De même, nous avons des discussions sur la métropolisation contemporaine, qui dissout peut-être la notion de ville.

35La relativité temporelle du fait urbain, présentée ainsi de façon très simple à deux niveaux, La Ville et les villes « épisodiques » successives, n’est pas sans interrelations avec la relativité spatiale, et ce n’est sans doute pas le moindre intérêt épistémologique de la démarche. Bien sûr, on peut penser à l’application du terme de villes aux établissements urbains denses qui se sont construits dans la plupart des sociétés post-néolithiques : Ur comme Tenochtitlan, Kambalik comme Djenné. Le fait même d’employer le mot « ville » suppose bien une structure ou au moins une identification (si on veut rester nominaliste) communes. Les cas sont nombreux où ce coup de force peut sembler excessif, où l’on a franchi une limite de portée du concept. Les établissements mayas autour des « temples-pyramides » sont un test particulièrement intéressant de la mise en question de l’universalité de la notion urbaine. Même lorsque les origines sont semblables, on est bien confronté à une typologie géographique des histoires urbaines ; ainsi la ville arabe est une notion évidemment aussi floue que celle de ville européenne, mais évidemment utile au moins en première approximation.

36Mais, même si on peut, on doit, souhaiter une mise en œuvre de la démarche à d’autres contextes urbains, aux villes japonaises ou chinoises par exemple, dans l’immédiat nous nous sommes cantonnés à un contexte un peu vite qualifié de « national », et ce n’est déjà pas sans poser des problèmes de généralisation. Si un espace national, donc un réseau urbain national, sont concevables depuis un millénaire, au grand maximum, peut-on postuler les villes plus anciennes comme incluses dans un ensemble cohérent, pouvant relever de la même frise ? Sans doute pas, en tous cas, pas sans nuances. En d’autres termes, les découpages spatiaux constituent une autre sorte de typologie qui ne coïncide qu’imparfaitement avec les découpages temporels. Ou plutôt, découpages spatiaux et temporels sont relatifs les uns aux autres, ce qui est une rude contrainte pour une modélisation fondée sur une typologie systématique. Il faut donc faire bouger simultanément les « régions » et les « périodes ». Dans le cas des villes, la simple question du rapport entre frise et carte nous pose une redoutable, donc passionnante, question : la continuité urbaine ne coïncide qu’imparfaitement avec la continuité des territoires.

37Finalement, faire le pari d’une modélisation généralisée du fait urbain est un rude parcours du combattant épistémologique. Il y a, dans l’entreprise de l’atelier chrono-chorématique, ou plutôt maintenant des ateliers, un évident caractère de laboratoire : à la fois pour la dissection des villes, mais aussi pour l’expérimentation dans leur temporalité. La chorématique est un peu la paillasse de la fabrique urbaine. Et l’expérimentation, parce qu’elle s’attaque à un objet d’apparence bien circonscrit comme la ville, à une notion dont l’universalité semble avérée, est heuristique bien au-delà des études urbaines. En tout cas, c’est ce qui motive la gratuité de notre démarche et explique sans doute son caractère ludique, par exemple en imaginant des histoires urbaines plausibles mais qui n’ont pas existé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Allain R. 2004. Morphologie urbaine, géographie, aménagement et architecture de la ville, Colin, coll. « U », Paris, 254 p.

CNAU 2010. Une frise modèle du temps long urbain, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10402.html.

Bedon R. 2001. Atlas des villes, bourgs, villages de France au passé romain, Union Latine, Picard, Paris, 351 p.

Boissavit-Camus B., Djament G., Dufaÿ B., Galinié H., Grataloup C., Guilloteau C. et Rodier X. 2005. Chronochorématique urbaine : figurer l’espace/temps des villes, in : Berger J.-F. et al., Temps et espaces de l’homme en société. Analyses et modèles spatiaux en archéologie. XXVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Éditions APDCA, Antibes : 67-80.

Bourgeois L. (dir.) 2005. Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen Âge : formes et monuments, vol. 1 et 2, mémoires XVII et XXVII, Association des publications chauvinoises, Chauvigny, vol. 1 : 144 p. ; vol. 2 : 176 p.

Brunet R. 1980. La composition des modèles dans l’analyse spatiale, L’Espace géographique, 4 : 188-223.

Brunet R. 1990. Le déchiffrement du Monde, in : Géographie Universelle, t. 1, Belin, Paris.

Brunet R., Ferras R. et Thery H. (dir.) 1992. Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Reclus/La Documentation française, Paris, 512 p.

Brunet R. 2010. Comprendre la ville par la chrono-chorématique : un essai prometteur, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/conclusion.html.

Cuillier F. 2003. Introduction à l’ouvrage collectif : Patrimoine et développement des cœurs de ville, Actes des 4e assises du patrimoine du Grand-Ouest (Bordeaux 30-31 janvier 2003), Éditions Confluences, Bordeaux, 402 p.

Dufaÿ B. 2001. Quel avenir pour la carte archéologique urbaine ? Les Nouvelles de l’Archéologie, 85, Errance, Paris : 37-49.

Fiches J.-L. (dir.) 2002. Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, Monographies d’archéologie méditerranéenne, 13 et 14, Lattes, 2 vol., 994 p., ill.

Garmy P. 2012. Villes, réseaux et systèmes de villes – Contribution de l’archéologie, Errance, Paris, 329 p.

Gauthiez B., Zadora-Rio É. et Galinié H. (dir.) 2003. Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Presses universitaires François-Rabelais et Maison des sciences de l’Homme, coll. « Perspectives Villes et territoires », 5, Tours, 2 vol.

Godelier M. 2007. Au fondement des sociétés humaines, ce que nous apprend l’anthropologie, bibliothèque « Idées », Albin Michel, Paris, 293 p.

Lefebvre B. 2009. La formation d’un tissu urbain dans la Cité de Tours : du site de l’amphithéâtre antique au quartier canonial (5e-18e s.), Thèse de l’université François-Rabelais, Tours.

Lefèvre B., à paraître. La modélisation chrono-chorématique : un outil pour analyser la rétraction urbaine tardo-antique, in : Franges urbaines et confins territoriaux, la Gaule dans l’Empire, colloque international de Versailles (DRAC Île-de-France/UMR ArScAn), 29 février-3 mars 2012.

Lévy J. et Lussault M. (dir.) 2003. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 1 127 p.

Notes

1 L’atelier de chrono-chorématique n’est plus seul sur ce chantier ; d’autres chercheurs sont venus se joindre au noyau initial, voire se sont constitués en groupes, comme l’équipe bordelaise de Sandrine Lavaud (voir contribution dans ce volume).

2 Les causes profondes de cette coupure sont internes : transition entre un système sociopolitique germanisé incarné par la dynastie mérovingienne et une réorganisation centralisatrice – éphémère – portée par les Carolingiens ; la réforme de l’Église, qui aboutit à l’augmentation de sa puissance temporelle et de son rôle économique. Mais elles sont aussi externes : expansion des zones démographiques et commerciales du nord-ouest de l’Europe, mouvements de populations arabes puis scandinaves et hongroises.

3 Les petites villes du Haut-Poitou (Bourgeois 2005), qui est le volume deux d’une entreprise commencée à la fin des années 1990, et encore la plupart de ces agglomérations est d’origine médiévale ; deux atlas de villes à l’époque romaine : Languedoc-Roussillon (Fiches [dir.] 2002) et l’ensemble de la Gaule (Bedon 2001) ; trois volumes de la Topographie chrétienne des cités de la Gaule du IVe au VIIe siècle (provinces ecclésiastiques de Cologne, d’Eauze, de Reims, de Besançon et du Valais, soit 43 villes en tout) ; un ouvrage plus théorique qui s’intéresse à la morphologie urbaine au Moyen Âge (Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié [dir.] 2003 ; 17 villes évoquées). Une collection plus dynamique est celle de la Carte archéologique de la Gaule, dont le domaine chronologique s’arrête à l’orée du Moyen Âge classique. Elle n’est pas spécifiquement consacrée à la ville, mais lui fait la part belle, voire exclusive pour certains volumes consacrés au chef-lieu du département (onze volumes de ce type parus). Une « descendance » des DEPAVF, informatisée, est en cours de développement à l’université de Paris I (voir la contribution de Quentin Borderie et al. dans ce volume).

4 Définition du « chorotype » dans Les mots de la géographie (Brunet et al. 1992 : 98) : « composition de chorèmes récurrente, exprimant des structures plus ou moins complexes qui apparaissent dans un certain nombre d’endroits du globe, et qui peuvent s’exprimer par des modèles simples ».

5 Définition du « chorotype » dans le Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés (Lévy et al. 2003) : « Agencement spatial élémentaire comprenant une échelle, une métrique et une substance. Synonyme : configuration. »

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Répartition spatiale des études urbaines (2001-2012).Carte indiquant la répartition des études urbaines de la dernière décennie. Ce document ne prétend pas à l’exhaustivité, mais correspond à un rapide pointage réalisé avec la collaboration de Marie-Christine Cerruti, du bureau d’archéologie urbaine du ministère de la Culture, qu’il nous est agréable de remercier ici.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 405k

Auteurs

Archéologue départemental, Conservateur du Patrimoine, Conseil général d’Indre-et-Loire, Service de l’archéologie, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540