Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Réinvestir la chrono-chorématique : expériences bordelaises

A chrono-chorematic study of Bordeaux

Véronique André-Lamat, Ézéchiel Jean-Courret, Sandrine Lavaud et Olivier Pissoat

Résumé

Chrono-chorematic modelling in Bordeaux is based on the Atlas historique de Bordeaux from which eleven significant phases of urban fabric up to 1980 were extracted. The approach is multi-disciplinary. The components and phases of the theoretical model required adaptation for use with a major city.–Subject of the study: To understand urban fabric over the long term, replacing a strictly urban approach for a broader view of the city/territory.
– Semiotic processing of functions: to characterize urban features, cultural functions have been separated from political, religious and economic functions.
– Sequencing and defining phases: the discrepancy between the eleven local phases and the eight phases of the theoretical model led us to reorganize the theoretical phasing (naming the phases; removing the oppidum; adding a Carolingian model of a newlycentered city, etc.).

Note de l’éditeur

Avec la contribution de Jean-Paul Deler, Géographe, Directeur de recherche honoraire CNRS ; Bruno Fayolle-Lussac, historien de l’architecture et archéologue, UMR 7136 IPRAUS ; Renée Leulier, doctorante en histoire de l’art moderne, université de Bordeaux III, centre François-Georges Pariset ; Pierre Régaldo-Saint Blancard, ingénieur de recherche, SRA Aquitaine, UMR 5607 Ausonius ; Sylvain Schoonbaert, docteur de l’Institut d’urbanisme de Paris, chargé de mission à la mairie de Bordeaux, enseignant chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux, GEVR-UMR 5185 ADES ; Sandrine Vaucelle, maître de conférences en géographie, université de Bordeaux III, UMR 5185 ADES.

Texte intégral

  • 1 Aujourd’hui Sous-direction de l’archéologie, Bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inven (...)

1Cette étude chrono-chorématique sur le cas de Bordeaux trouve son origine dans les ateliers du CNAU1. Il est le fruit d’une synergie entre chercheurs de plusieurs disciplines : historiens, archéologues, géographes et urbanistes, relevant principalement de deux laboratoires de l’université de Bordeaux III : Ausonius (UMR 5607) spécialisé dans les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge et ADES (UMR 5185) axé sur les sciences sociales de l’espace géographique. L’équipe, qui comprend une dizaine de membres, y a trouvé matière à développer une démarche foncièrement interdisciplinaire, en éprouvant collectivement les pratiques de modélisation et, au-delà, en confrontant les réflexions et les interrogations sur la ville. L’atelier a pu bénéficier des dynamiques scientifiques et relationnelles initiées par la réalisation de l’Atlas historique de Bordeaux (Lavaud et Jean-Courret 2009) dont il a constitué un prolongement, les deux approches se nourrissant mutuellement. Monographie récente sur la formation de l’espace urbain des origines au XIXe siècle, l’Atlas a fourni le socle des données historiques et cartographiques qui ont permis d’assurer la démarche de modélisation et d’en accélérer les étapes initiales ; ainsi des plans historiques ou encore du phasage chronologique déduit de celui proposé par l’Atlas. À ce dernier, la modélisation a offert non seulement une perspective comparative avec un « système ville », mais également une réflexion distanciée sur la trajectoire urbaine, porteuse de nouveaux questionnements.

2Au regard des cas urbains modélisés jusqu’alors dans le cadre des ateliers du CNAU (CNAU 2010) et des autres cas publiés dans le dossier thématique « Chrono-chorématique urbaine » (http://mappemonde.mgm.fr/​dos_chrono.html), Bordeaux présente la spécificité d’être la première métropole à être traitée. Ce changement d’échelle a conduit à revisiter l’objet ville, d’abord dans sa définition : peut-on parler de ville pour la phase originelle de l’établissement protohistorique et, de même, pour celle présente et à venir de la métropole ? Les fonctionnalités (politique, religieuse et économique) promues par le modèle théorique sont-elles suffisantes pour caractériser l’urbain ? L’analyse du complexe ville-territoire n’est-elle pas plus pertinente que l’approche intrinsèque de l’urbain (Roncayolo 1997) ?

3Ce sont aussi les dimensions et les dialectiques spatio-temporelles de sa trajectoire qu’il nous a fallu reconsidérer : douze phases significatives de la fabrique urbaine bordelaise, de la cité antique jusqu’en 1980, ont été retenues, soit un nombre supérieur aux huit épisodes théoriques. Cette différence a obligé à reconsidérer la trajectoire des modèles de ville, à proposer des phases intermédiaires mais aussi de nouveaux épisodes référents possibles ; conjointement, la terminologie de certains épisodes a été réformée dans le sens d’une connotation plus spatiale.

  • 2 La trajectoire urbaine de Bordeaux à travers son poster synoptique fera ultérieurement l’objet d’u (...)

4Ce sont ces révisions et ajustements de nature tant épistémologique que méthodologique qui sont ici présentés2. Centré sur notre expérimentation de la démarche de modélisation chrono-chorématique, notre propos s’articule en trois points : le réinvestissement méthodologique, la reconsidération de la trajectoire théorique et le questionnement sur la définition de la ville.

LE RÉINVESTISSEMENT MÉTHODOLOGIQUE

Adapter le cahier des charges sémiologiques

5Au fil des séances de travail, l’approche chrono-chorématique a nécessité d’assimiler la sémiologie graphique. Ce faisant, les réflexions plus larges portant sur la définition même de ce qu’est une ville mais aussi l’adaptation au cas singulier de Bordeaux nous ont conduits à une réappropriation des outils sémiotiques d’où émanent les propositions suivantes (fig. 1) :

  • le questionnement sur les fonctionnalités urbaines a amené à autonomiser, par la création d’un symbole ponctuel propre (carré violet), la fonction « culturelle » comprenant « divertissement (D), enseignement (secondaire : E ou supérieur : U) et assistance (H) », qui apparaissait jusqu’alors systématiquement assujettie aux fonctions relevant du politique, du religieux ou de l’économique ;
  • l’effet de « barrière », originellement limité au rôle de certains éléments de site ou de situation, relevant de la notion de physiomorphème de Roger Brunet3, nous paraît pouvoir être élargi à toutes les formes d’effet de barrière (avec les discontinuités induites), qu’elles émanent du milieu physique, de l’économique, du juridique et de leurs combinaisons éventuelles... Il s’agit donc d’une déclinaison de cet effet selon tous les types de fonctions. L’impact de cette proposition, qui va au-delà de l’ouverture des champs sémiotiques, nécessite de prendre en compte ce qui se passe ou ce qui se joue de part et d’autre de la barrière.

Fig. 1 – La légende : nouvelles propositions sémiologiques.

6Enfin, au stade d’élaboration des modèles spécifiques, nous avons choisi de distinguer par intensité de couleur les éléments ponctuels : en clair les faits passés, en couleur saturée les références nouvelles. Cette distinction donne de l’épaisseur temporelle à une image statique en même temps qu’elle révèle des dynamiques spatio-temporelles : c’est peut-être par ce moyen que l’on retrouve la notion « d’héritage » qui fait actuellement débat.

7 A contrario de ces ajouts, nous avons écarté certaines possibilités sémiotiques offertes et envisageables. Ainsi, le traitement surfacique ne concerne que la trame banale et le commerce et a été abandonné, par exemple, pour la sectorisation sociale. Cette dernière question nous est apparue plus complexe – liée notamment aux angles morts de la démarche : coexistence et ségrégation de groupes sociaux à micro-échelle –, que l’offre sémiologique qui se révèle, de fait, peu efficiente pour traiter ce thème sur la longue durée.

Repenser le processus de modélisation

8À ce stade, historiens, archéologues, géographes, voire cartographes, estiment que le point névralgique de l’exercice est bien la modélisation conjointe de l’espace et du temps et, à cet effet, on ne peut que souligner le caractère vivifiant – et presque impératif – qu’il y a à travailler en interdisciplinarité, conformément à l’esprit du CNAU.

9L’état de nos réflexions, en cours, est synthétisé dans le poster, support de synthèse qui constitue le référent cartographique de tout cas urbain traité (fig. 2). Il ne s’agit pas ici d’en présenter le contenu, mais de préciser les mécanismes de composition qui déterminent ses niveaux de lecture. Trois possibles, parmi d’autres imaginables, ont été retenus : global, horizontal et vertical (Boissavit-Camus, Chaoui-Derieux et Guilloteau 2012).

10 – Lecture globale : profitant des démarches antérieures à la nôtre, il a paru nécessaire de limiter le fractionnement du poster pour concentrer le regard du lecteur sur les étapes réelles du travail de modélisation permettant d’abstraire le schéma en modèle spécifique jusqu’à la représentation en chorotype. À cet effet, la colonne carte a été supprimée car elle ne rend pas compte de l’ensemble des connaissances mobilisées pour construire une hypothèse de restitution, ici les plans historiques de l’Atlas historique de Bordeaux, à partir desquels ont été réalisés les schémas jusqu’en 1850. Les sous-colonnes de la transposition et celle du modèle spécifique ont été remembrées selon les objectifs de lecture linéaire horizontale.

11 – Lecture horizontale et synchrone : la lecture d’une ligne transmet le processus de modélisation permettant de passer du particulier au général (et inversement) dans l’optique de la comparaison finale à l’épisode (soit l’inverse de la récente proposition de Limoges fondée sur la déconstruction de l’épisode ; Queru 2012). Elle implique donc une unité de temps. Par ailleurs, la transposition renferme les clefs du mécanisme graphique de modélisation intégrant – et réhabilitant – le « modèle spécifique » au regard du « site » et de la « situation » qui servent à l’expliquer et à le comprendre.

12 – Lecture verticale et diachronique : chaque phase restituable du processus de fabrique faisant l’objet d’une ligne, c’est donc la succession des phases qui permet de mettre en évidence l’existence de phases comparables aux épisodes théoriques, tandis que d’autres phases ne sont pas comparables et que leur modélisation, de fait, n’est pas aboutie. Ces dernières phases deviennent alors des phases « intermédiaires ». Les champs du tableau ne sont remplis que dans la mesure où sont notés des changements signifiants entre les phases. Les phases ne sont pas lettrées de A à Z mais numérotées de-1 (relative au milieu) à 11 (1980) ce qui peut ne pas faciliter les correspondances mais permet de mieux mesurer d’emblée les écarts avec les épisodes qui sont également numérotés (de 1 à 8). La sédimentation des phases permet de prendre non seulement conscience de l’existence de continuités et de discontinuités qui aboutissent à reconsidérer la trajectoire urbaine, mais surtout elle bouscule la tradition historiographique et, par là même, la trajectoire théorique des épisodes chrono-chorématiques.

Fig. 2 – Le poster : nouvelles propositions d’organisation.

RECONSIDÉRER LA TRAJECTOIRE THÉORIQUE

Des changements terminologiques pour révéler la trajectoire spatiale

13La démarche initiale de la chrono-chorématique a été de produire une typologie de villes, en s’affranchissant d’une caractérisation temporelle (CNAU 2010). Or, tant par les commentaires que par la terminologie, la périodisation demeure implicite. De fait, les épisodes renvoient potentiellement à une période de quelques décennies à plusieurs siècles. C’est pourquoi nous proposons de revisiter la terminologie des épisodes en évacuant les connotations trop historiographiques et trop datées au profit de références prioritairement spatiales (fig. 3).

Phases Bordeaux

Épisodes théoriques

-1.

Milieu

Effet de situation + site

0.

Établissement proto-urbain

1.

Oppidum

1.

Ville ouverte

2.

Ville ouverte

2.

Ville enclose

3.

Ville enclose

3.

Ville recentrée

4.

Ville territorialisée

5.

Ville multiple

4.

Ville multiple

6.

Ville réunie

5.

Ville réunie

7.

Ville surveillée

8.

Ville embellie

6.

Ville royale

9.

Ville manufacturière

10.

Ville industrielle

7.

Ville industrielle

11.

Ville en métropolisation

8.

Ville automobile

Fig. 3 – La terminologie : spatialiser les épisodes.

14L’exemple le plus révélateur du poids historiographique dans la qualification d’épisodes concerne la « ville royale ». Elle peut être entendue au sens politique (ville soumise à l’autorité du roi) et/ou spatial (ville aménagée dans le style de telle ou telle lignée monarchique). À Bordeaux, l’expression peut aussi bien s’adapter :

  • à la phase de 1470, consécutive au retour de la ville dans le giron français ;
  • à celle de 1680, avec la mise sous-tutelle de la ville par Louis XIV ;
  • ou encore à celle de 1780, synonyme des embellissements urbains du XVIIIe siècle.

15Afin d’éviter la pluri-affectation que peut susciter « ville royale », nous proposons « ville surveillée » pour 1680, « ville embellie » pour 1780, la phase 1470 correspondant à l’épisode de « ville réunie ». Nous pourrions réitérer des remarques de même nature pour la « ville industrielle » ainsi que pour la « ville automobile » que nous avons intitulée « ville en métropolisation ».

Mesurer les correspondances et les écarts au modèle

16L’étagement des phases du poster ne permet d’apprécier qu’à la marge la temporalité des pulsations de la construction et des pratiques spatiales. Pour mesurer véritablement les temporalités de la production de la ville, nous suggérons de compléter le poster par une frise qui organise la confrontation (fig. 4) :

  • du modèle théorique : sept épisodes, sans compter l’oppidum ;
  • du modèle de Bordeaux : huit chorotypes (pour huit épisodes) avec des propositions de changement de terminologie ;
  • des phases de la fabrique de la ville (modèles spécifiques) : chacune des phases s’appuyant sur des instantanés d’un état de la ville à un moment T.

Fig. 4 – La dialectique généralisation/particularisation.

17La frise offre la possibilité de mesurer les correspondances et les écarts au modèle. Que donne-t-elle à voir ? Deux types d’écarts au modèle théorique peuvent être distingués et nous interroger quant à la trajectoire urbaine de Bordeaux :

  • le fait qu’à un épisode ne corresponde pas une seule phase, d’où le recours à ce que nous avons appelé des phases intermédiaires ;
  • la nécessité de produire et de mobiliser de nouveaux épisodes.
  • 4 Bordeaux est considéré comme une ville non industrielle au XIXe siècle, et d’industrialisation rel (...)

18L’histoire de la ville de Bordeaux serait-elle si riche ou si singulière qu’elle imposerait le recours à ces phases supplémentaires (fig. 5) ? Ces phases sont-elles indispensables pour toute tentative de modélisation de ville ? Assurément non. La ville territorialisée de 1175 ou la ville manufacturière de 18504 constituent plutôt des spécificités de la trajectoire bordelaise. Elles n’ont ainsi pas vocation à être généralisées et à engendrer un nouvel épisode.

19Manque-t-il des épisodes dans le modèle théorique ? C’est l’hypothèse que nous formulons en proposant notamment un nouvel épisode : « ville recentrée », qui pose et explicite le processus de mutation/transformation de la « cité enclose » à la « ville multiple » (fig. 6). Cet épisode, caractérisé par l’apparition d’un pôle de pouvoir laïc qui entame le monopole du pouvoir épiscopal dans la cité, peut être observé dans d’autres cas urbains.

Fig. 5 – Temporalité des épisodes et des modèles théoriques.

Fig. 6 – Proposition de l’épisode « ville recentrée ».

20Potentiellement, la phase « ville surveillée » – entre « ville réunie » et « ville embellie » – traduisant les effets spatiaux de la Contre-Réforme et de la monarchie absolue, serait également susceptible d’être soumise à discussion pour constituer un épisode.

INTERROGER LA DÉFINITION DE LA VILLE

21Produire et interroger nos représentations urbaines interpellent l’objet ville en lui-même, notamment dans le poids historiographique des conceptions qui s’y projettent et modèlent son arrière-plan sémantique, tout en gardant à l’esprit qu’il est un impensé en cours de construction (Galinié 2000). Notre représentation repose essentiellement sur le modèle gréco-romain de l’Urbs qui définit la ville, d’une part, par une limite matérialisée et, d’autre part, selon des formes d’organisation de l’espace et des fonctionnalités. Ce modèle de pensée qui paraît de plus en plus en décalage avec le constat des protohistoriens a abouti à l’élimination de l’épisode « oppidum » (phase 0). Nous n’avons pas échappé néanmoins aux prérequis historiographiques. Car désigner une phase « protourbaine », n’est-ce pas déjà se mettre dans la perspective de la ville ? La remarque nous semble également valable à l’autre bout du processus de fabrique urbaine. Le phénomène de métropolisation atteste bien le décrochage du paradigme urbain antérieur, selon des logiques plurielles (changement d’échelle urbaine et d’échelle d’appréhension de la ville).

22Cette métamorphose à l’œuvre nous a aussi conduits à renoncer, pour l’heure, à une démarche prospective sur le Bordeaux de 2030 ou 2050.

23Enfin, nos pratiques nous amènent à penser la ville non plus seulement de façon intrinsèque, en ne s’occupant que de l’intérieur et de l’enveloppe de l’objet, mais à l’analyser de façon plus globale et plus large, en prenant en compte le fait que la ville se construit aussi et même souvent en se projetant sur un territoire extérieur, dans une interaction constante. Cette dernière se traduit à Bordeaux via les effets de « barrière » précédemment signalés, effets qui sont particulièrement produits, dans le temps long, par le territoire viticole, à la fois moteur économique de la fabrique spatiale et contrainte à l’extension de la ville (fig. 7).

24 In fine, nous souhaitons que cette présentation du cas bordelais ait suffisamment rendu la richesse de l’approche chrono-chorématique et le plaisir qu’elle nous a donné, tant pour l’expérience collective et interdisciplinaire qu’elle a suscitée, que pour la valeur heuristique de la démarche.

Fig. 7 – La ville réunie (vers 1470) : les effets de barrière du territoire viticole.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Boissavit-Camus B., Chaoui-Derieux D. et Guilloteau C. 2012. La chronochorématique : modélisation de la dynamique urbaine, in : Lavaud S. et Schmidt B. (dir.), Représenter la ville (Moyen Âge-XXIe siècle), Ausonius, coll. « Scripta Mediaevalia », 20, Bordeaux : 263-278.

Brunet R. 2001. Le déchiffrement du monde. Théorie et pratique de la géographie, Belin, Paris, 402 p.

CNAU 2010. Une frise modèle du temps long urbain, in : Rodier X., Grataloup C. et Guilloteau C. (dir.) 2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10402.html.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Rodier X., Grataloup C., Guilloteau C. (dir.) 2010. Dossier « Chrono-chorématique urbaine », M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/dos_chrono.htlm.

Lavaud S. et Jean-Courret É. (coord.) 2009. Atlas historique de Bordeaux, Ausonius, coll. « Atlas historique des villes de France », Bordeaux, 3 vol., 840 p.

Queru M. 2012. Modélisation chrono-chorématique de Limoges pré-industrielle, M@ppemonde, 105, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num33/articles/art2101.htlm.

Roncayolo M. 1997. La ville et ses territoires, Gallimard, Paris, 285 p.

Schoonbaert S. 2007. La voirie bordelaise au XIXe siècle, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, Paris, 729 p.

Notes

1 Aujourd’hui Sous-direction de l’archéologie, Bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inventaires archéologiques.

2 La trajectoire urbaine de Bordeaux à travers son poster synoptique fera ultérieurement l’objet d’une communication dans Mappemonde.

3 Brunet 2001 : 202. « Le géographe […] n’a pas plus à nier que les sociétés puissent tirer parti ici ou là des formes de la nature, qu’à nier qu’elles puissent leur être complètement indifférentes ailleurs ou à d’autres moments. D’où l’intérêt, précisément, de cette confrontation entre les chorèmes, structures de l’espace des hommes, et les épures de formes naturelles – que l’on pourrait nommer par analogie les physiomorphèmes – dans leurs logiques respectives, leurs points communs et leurs différences. »

4 Bordeaux est considéré comme une ville non industrielle au XIXe siècle, et d’industrialisation relative au XXe ; voir Schoonbaert 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La légende : nouvelles propositions sémiologiques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 2 – Le poster : nouvelles propositions d’organisation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Légende Fig. 4 – La dialectique généralisation/particularisation.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 5 – Temporalité des épisodes et des modèles théoriques.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 6 – Proposition de l’épisode « ville recentrée ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 7 – La ville réunie (vers 1470) : les effets de barrière du territoire viticole.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7699/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540