Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Étude chrono-chorématique de Reims pré-industrielle (Ier siècle av. J.-C.– XIXe siècle)

Chrono-chorematic study of the preindustrial city of Reims (1st century BC to 19th century)

Claire Pichard

Résumé

For historians, Reims appears to have developed in a linear manner, from the oppidum to the preindustrial city. However, this view obscures important variations in the administrative functions of the city over long time periods. It also ignores the contrast between the vast Roman civitas and the more modest sizes of the medieval and modern cities. Located on the river Vesle between the plain of Champagne and the plateau of the Ile de France, Reims is on an important trade route. However, the fact that it is not on a major river can appear surpising, as can the fact that the town only developed on the right bank of the Vesle up to the 19th century. The chrono-chorematic model covers 1800 years of the history of Reims, from the Augustan town to the preindustrial city. The models not only show some structural continuity, but also transformations such as the transition from a bipolar town to an enclosed city forming a single urban entity. Comparing each chorotype to the ideal-type chorem leads us to consider the appearance of general phenomena such as the Christianized space and the successive ramparts. It also reveals the specificities of the city and raises the question of its medieval inheritance and the development of its political and economic functions.

Texte intégral

1La trajectoire de la ville de Reims est souvent décrite par les historiens de façon linéaire, du chef-lieu de cité antique devenu cité épiscopale au grand pôle économique des XVIIIe et XIXe siècles. Seul son destin de « capitale des sacres », présenté comme exceptionnel, l’écarterait de la fonction de préfecture après la Révolution. Cette lecture positiviste du développement de Reims laisse de côté de nombreux éléments. Elle révèle une vision sans hiérarchisation ni comparaison rigoureuse des différentes fonctions et éléments constitutifs de la ville au cours du temps. Elle oublie que les fonctions administratives de la ville ont considérablement varié puisque Reims oscille en permanence entre chef-lieu local (cité des Rèmes, siège d’un présidial de bailliage), capitale régionale (province romaine de la Belgique seconde, archevêché) et ville royale. Elle omet aussi le contraste entre le gigantisme observé de la ville antique et les tailles plus modestes des villes médiévale et moderne. L’extension maximale de l’enceinte urbaine antique est estimée par R. Neiss et F. Berthelot entre 550 et 600 ha. La ville du bas Moyen Âge et de l’époque moderne englobe quant à elle 274 ha non entièrement construits. Située entre le plateau de Champagne et les plateaux de l’Île-de-France, le long de la Vesle, Reims est sur une zone de contact et de passage. Mais l’originalité du site, sans axe de drainage majeur, peut interroger.

  • 1 Kalas 1911 ; Hollande 1976 ; Desportes 1983 ; K et al. 2010.
  • 2 La démarche de modélisation chrono-chorématique a été présentée en 2010 par G. Djament-Tran et C. (...)
  • 3 Arch. mun. Reims, 1D23-2D22 ; Desportes 1983 : 312-314, 318-319, 322 ; Caffarelli-Taquet 1970 : 6- (...)

2Alors que la dernière histoire générale de Reims remonte à 19831, de nombreuses données récentes, notamment archéologiques et environnementales, ainsi que de nouvelles approches de l’espace urbain développées par le Centre national d’archéologie urbaine ont renouvelé notre connaissance de la ville. L’exercice de modélisation chronochorématique2 présentée ici est l’occasion de réaliser une synthèse sur la trajectoire urbaine de Reims du Ier siècle av. J.-C. au XIXe siècle, en intégrant ces apports. La modélisation présentée couvre 1 800 ans de l’histoire rémoise, des premières formes d’urbanisme attestées durant la période augustéenne, à la ville pré-industrielle (tabl. 1). Apparaissent ensuite de nouvelles logiques urbaines caractérisées par un important développement des industries lainière et verrière, une forte croissance démographique, la destruction des remparts médiévaux (de 1848 à 1870) et la diversification des réseaux de transport3. Certains topoi de l’histoire rémoise sont ici abordés et la place de Reims dans son réseau comme ses fonctions urbaines successives sont discutées.

SITUATION ET EFFETS DE SITE

Un espace ouvert, un espace de contacts

3Reims est située sur la bordure occidentale du plateau de la Champagne crayeuse. La ville est installée au bord de la Vesle, affluent de l’Aisne, au pied de la cuesta d’Île de France (fig. 1).

4Sa situation à l’entrée d’un entonnoir de percée cataclinale lui confère une position de contrôle des échanges vers le Bassin parisien (Devos et al. 2005 : 4). Elle est dominée par la Montagne de Reims (286 m) au sud et par le Massif Saint-Thierry (215 m) au nord-ouest. L’agglomération actuelle se situe entre 76 m et 135 m d’altitude, tandis que le centre historique s’étage entre 76 m et 90 m. Dans un contexte topographique relativement plat et peu accidenté, Reims ne se développe pas sur un site défensif. Toutefois les buttes témoins et les avant-buttes permettent d’asseoir la défense avancée du site. Le site historique de Reims, implanté sur les terrasses alluviales, bénéficie d’une barrière naturelle matérialisée par les marais de la Vesle (fig. 2). Ils semblent de fait longtemps limiter le développement de la ville en rive droite de la rivière. Toutefois le recoupement de la nappe phréatique par la Vesle, favorisant le développement de marais, assure des potentialités hydrauliques intéressantes (Devos, Lejeune et Chopin 2007 : 3-4).

Modélisation du milieu

5Les effets de site conditionnant la forme urbaine sont l’orientation de l’axe sud-est/nord-ouet de la vallée de la Vesle et la zone de marais, plutôt que la rivière Vesle qui est non navigable sur l’ensemble de la période étudiée. Étonnamment la question de la navigabilité du cours d’eau a longtemps fait débat. En dépit de la mise en place du canal qui ampute la Vesle d’une partie de ses écoulements en période de hautes eaux cette rivière a un débit très faible (Devos et al. 2005). Si la Vesle a pu porter des embarcations sur de courtes distances, elle ne peut donc pas pour autant être qualifiée de navigable. Si le canal a pu modifier le comportement de la rivière, l’étude de l’ensemble du tracé montre que le style fluvial a peu changé. Le méandrage est seulement moins important aujourd’hui que dans le passé. Dans la traversée de la ville, on observe une réduction du chevelu hydrographique. La morphologie de la ville n’est donc pas liée à cette fonction du cours d’eau (fig. 3).

Tabl. 1 – Modélisation chronochorématique de Reims pré-industrielle (Textes et infographie : Claire Pichard).

Fig. 1 – Reims en situation de contrôle de l’entonnoir de percée cataclinale de la Vesle (Système de coordonnées : RGF 93 – Fond de carte : BD TOPO® et BD ALTI®51).

PHASE A : LA VILLE DE PLAN RÉGULIER (VERS 40-35 AV. J.-C. – IIIe SIÈCLE)

Topographie

  • 4 Les éléments viaires les plus anciens ont été retrouvés îlot des Capucins (Rollet, Balmelle et Ber (...)

6Une chronologie de l’occupation gauloise, dans un rayon de 10 km autour de Reims, se dégage en quatre phases depuis le milieu du IIe siècle av. J.-C. C’est surtout à partir des dernières décennies du Ier siècle av. J.-C. que les indices d’occupation se densifient sur le site de Reims (Neiss 2011 : 43). Dans l’état actuel des connaissances, ni unités domestiques ni éléments de voirie n’ont été mis en évidence avant le milieu du Ier siècle av. J.-C.4. Des traces des IIe-Ier siècles av. J.-C. ont été repérées sur une surface de 348 ha sans continuité systématique pour un même site. L’occupation semble donc mobile et elle reste essentiellement de nature agricole. Des signes d’artisanats diversifiés apparaissent dans le dernier tiers du Ier siècle av. J.-C. (Neiss 2011 : 12 ; Gonzalez-Villaescusa 2012). Les indices d’une occupation gauloise ont pu être mis en évidence mais ils sont encore trop ténus pour être interprétés comme une phase urbaine à part entière. La fouille de la rue de Pouilly a montré un important développement de la ville juste après la conquête (Stocker 2011 : 40-63). Les monnaies retrouvées, l’absence de sépultures, la présence de structures de stockage pourraient surtout plaider en faveur de l’identification d’une place d’échanges comme le propose J.-M. Doyen (sous presse) et comme le suggère l’une des traductions celtiques de Durocortorum composée, selon X. Delamarre, de duro, duron (porte, marché, place, forum), et d’une seconde partie dont la signification reste inconnue (Delamarre 2001). Des structures fossoyées du Ier siècle av. J.-C. ont été retrouvées ponctuellement. Les profils reconnus sont assez variables et pourraient s’expliquer par la topographie du site, l’installation protohistorique se concentrant sur les terrasses anciennes, entre deux talwegs. Il est impossible d’affirmer que ce fossé, reconnu dans l’historiographie comme enceinte d’un oppidum de 90 ha, a été creusé de façon continue. Surtout, la chronologie des vestiges est tardive et appréhendée indirectement.

7Chef-lieu de cité des Rèmes, la ville de Durocortorum relève du premier réseau urbain de la Gaule Belgique. Des indices de développement urbain sont révélés dès 50-30 av. J.-C., les premiers axes de circulation reconnus, parfois associés à un parcellaire, datant de 30-10 av. J.-C. De fait, ce sont ces indices, peut-être contemporains de l’installation d’une administration romaine, qui permettent de parler de première ville vers 35 avant notre ère (Doyen 2008). Il reste encore difficile d’en individualiser totalement la forme ; c’est pourquoi il a été choisi de l’intégrer à la ville dite augustéenne qui en adopte le plan et l’organisation (Berthelot et al. 2013). En effet, Durocortorum semble se développer de façon importante à partir du règne d’Auguste (Berthelot 2011 : 1-3). La cité est un centre politique, religieux et peut-être aussi militaire. Sa position, au carrefour d’un réseau viaire, en fait probablement une place d’échanges. Les tronçons de voies mis au jour ainsi que, ponctuellement observées, les orientations des constructions antiques ont conduit à la restitution d’un plan de voirie orthonormé dont l’extension semble limitée à l’ouest par la Vesle. Sur les autres côtés, sa délimitation est expliquée par la présence d’une structure fossoyée qualifiée de « grande enceinte » ou d’« enceinte augustéenne » dans l’historiographie. Dans l’état actuel des recherches, sa datation ainsi que son tracé sont cependant encore mal appréhendés. Cette structure, qui renfermerait 550 à 600 ha, n’a été repérée que sur 7 % des 6 981 m du tracé proposé. Si l’enceinte semble avoir été structurante au moment de la mise en place du vaste réseau viaire « augustéen », sa datation, obtenue par chronologie relative, serait plus ancienne que ce dernier. Enfin, le fossé a essentiellement été repéré en association avec une voie d’accès à la ville, plutôt que comme une limite de construction, hormis dans la partie est-sud-est de la ville, zone plus humide où aucune structure associée n’a été réellement identifiée. La structure fossoyée ayant été rebouchée et l’expansion d’une nécropole au nord-ouest l’ayant dépassée, elle n’a pas été figurée dans la modélisation. Afin d’expliquer la forme de la ville et son conditionnement, les estimateurs fondés sur la matérialisation du réseau viaire, l’extension du bâti et la localisation des nécropoles ont été préférés.

Fig. 2 – Schéma du contexte géomorphologique du site de Reims : une occupation implantée sur les terrasses alluviales de la Vesle (d'après Bosserelle 2009).

Fig. 3 – Schématisation de la situation et de l’effet de site de Reims.

8L’extension de l’espace urbanisé atteint dans l’état actuel des connaissances 360 à 455 ha. Le système se perfectionne progressivement et tend à une monumentalisation de la rue à partir du IIe siècle. Ce phénomène semble se vérifier dans une grande partie de la cité. De nouveaux matériaux de construction tels que la tuile, la pierre, la chaux et la brique font aussi leur apparition. Il semble que cette première phase comprenne deux temps de mise en place de la structure urbaine espacés seulement d’une trentaine d’années, l’un vers 40-35 av. J.-C et l’autre vers 10 av. J.-C.

Modèle spécifique et chorotype

9 Durocortorum se développe à un carrefour routier déjà actif durant La Tène. Aux itinéraires protohistoriques, s’ajoutent les itinéraires Reims-Saint-Quentin, Reims-Trèves, Reims-Langres. L’héritage du fossé protohistorique se transmet dans la voirie antique et l’orientation de certains habitats. Cependant son tracé, sa datation, sa nature, son articulation avec la « grande enceinte » et sa fonction suscitant encore des interrogations, il n’apparaît pas dans les héritages mais uniquement dans les schémas, contrairement au carrefour routier. Cette phase A intègre au moins trois périodes de modification de la ville : vers 40-10 av. J.-C, 10 av. J.-C.– IIe siècle ; IIe-IIIe siècles. Il a été décidé de les rassembler car dans l’état actuel des connaissances il semble que le développement urbain et la forme de la ville s’organisent selon les mêmes dynamiques. Le débat peut porter sur l’individualisation des deux premières périodes de mise en place de la structure urbaine, car, aujourd’hui, il apparaît que le pas de temps qui les sépare est très court (environ trente ans). Par ailleurs l’organisation de l’espace semble obéir aux mêmes logiques, à l’exception de l’orientation différente d’une rue. Surtout, les données sont encore trop fragmentaires pour restituer une image de la forme urbaine et des activités de cette première période. La modélisation insiste sur le développement de la ville dans l’axe de la vallée de la Vesle, appuyée sur le cours d’eau et les marais. Ils matérialisent une limite que, dans l’état actuel des connaissances, l’agglomération ne franchit pas. La création du chorotype illustre la mise en place d’un chef-lieu de cité classique avec une importante parure monumentale et religieuse. En revanche la modélisation tend à présenter l’occupation gauloise moins comme une première phase de développement urbain que comme un héritage. Cela est principalement lié aux connaissances encore fragmentaires de cette période sur l’ensemble du site (fig. 4).

PHASE B : LA VILLE RÉDUITE ET ENCLOSE DES PREMIERS TEMPS CHRÉTIENS (IVe-VIe SIÈCLES)

Topographie historique

10Cette phase se manifeste par une rétraction de l’habitat sans paupérisation. Les riches domus sont en grande partie maintenues, d’autres sont construites dans le nouvel espace enclos. Ce mouvement est associé à l’édification d’une enceinte entre 330 et 370. Son tracé est renseigné par les fouilles, les textes mais surtout par son empreinte morphologique dans la ville actuelle. De forme ovoïde, l’enceinte qui enclot 55 ha s’appuie sur les arcs de la période précédente réutilisés en porte de ville. Les études des matériaux de construction et les fouilles qui livrent de nombreuses tranchées de récupération montrent que les quartiers délaissés servent de carrières (Fronteau et al., sous presse). La distribution des rues est affectée par la construction de l’enceinte. Certaines sont condamnées, une rue de contournement intra muros est attestée alors que l’existence de la voie extérieure reste supposée. Les activités économiques pour cette phase sont mal appréhendées par les données archéologiques, tant pour leur nature que pour leur répartition. Toutefois, la Notitia Dignitatum témoigne des fonctions productives et du rôle militaire de la ville (Seeck 1876). De nouveaux monuments sont construits dans le castrum, tandis que les monuments de la période précédente sont encore utilisés : l’arrêt de l’utilisation du forum semble remonter au IVe siècle, alors que celui des thermes publics, situés sous la cathédrale, date de la fin du IVe– début du Ve siècle (Rabasté 2012 ; Pietri et Neiss 2006 : 33-38). L’espace se christianise lentement dès le deuxième tiers du IVe siècle. Dans le castrum, cela s’effectue en adéquation avec la trame antique dessinée par le réseau viaire. La cathédrale est déplacée de Saint-Symphorien à Notre-Dame autour de laquelle est constitué le groupe épiscopal (Pietri et Neiss 2006 ; Neiss et al. 2010). Dans le suburbium, les îlots antiques semblent systématiquement abandonnés mais les modalités de cet abandon et l’évolution de la voirie sont mal connues. Si des nécropoles antérieures sont toujours utilisées, d’autres sont installées aux portes de la ville, dans des îlots désertés. Alors que la première basilique funéraire connue est établie sur une nécropole antique dans le quartier Saint-Nicaise-Saint-Remi, il semble qu’en d’autres endroits la gestion des morts revête un aspect encore familial.

Fig. 4 – Phase A. Modèle spécifique et chorotype.

Modèle spécifique et chorotype

11Chef-lieu de cité civil et religieux, Reims ne présente pas de spécialisation tranchée (fig. 5). Les fonctions religieuses sont accentuées. En revanche le modèle spécifique se distingue de celui de la phase A et du chorotype par l’écart au cours d’eau. A contrario l’axe principal nord-sud est renforcé avec le maintien sur sa longueur du quartier administratif et religieux. Les divergences par rapport au chorotype théorique concernent les activités économiques et la densité d’occupation. Cela s’explique par le manque d’informations.

LA VILLE POLYNUCLÉAIRE

Phase C : la ville multiple et polynucléaire (VIIe-IXe siècles)

  • 5 Une charte de Louis Le Pieux verq 820 accorde à Ebbon le droit d’utiliser les matériaux du mur et (...)
  • 6 L’analyse et la détermination de ces dernières n’ont pas été systématiques, d’autant que les condi (...)

12La plupart des nécropoles antiques disparaissent au profit de cimetières chrétiens situés au pied de l’enceinte, associés à une basilique funéraire. Deux noyaux de la phase B se stabilisent le long de l’axe nord-sud : Saint-Hilaire face à la porte de Mars et le chapelet d’églises autour de Saint-Remi-Saint-Nicaise. L’axe est-ouest semble quant à lui inégalement utilisé, héritage probable de la période précédente. Le franchissement de la Vesle à Reims ne permet pas de rejoindre le bassin parisien, le passage s’effectuant plus en aval. À la fin de cette phase, l’enceinte de l’Antiquité tardive perd, au moins ponctuellement, sa fonction défensive. Les textes5 comme les fouilles archéologiques du site de la médiathèque témoignent du réemploi local des matériaux de construction du rempart (Balmelle et Sindonino 2004). Une évolution dans la manière de vivre en ville est aussi perceptible. Des terres noires sont mises en évidence sur de nombreux sites tant intra qu’extra muros6. Leur présence marque une évolution des usages du sol, même si leur interprétation ne révèle pas systématiquement une occupation urbaine. Sur les sites de Prouilly, Desteuque et Contrai, cette phase se distingue nettement par une évolution dans les matériaux de construction utilisés (Sindonino 2004, 2005 ; Stocker 2011).

Fig. 5 – Phase B. Modèle spécifique et chorotype.

13Le modèle spécifique retient la spécialisation de la ville comme ville de pèlerinage, fonction confirmée par la présence d’hôpitaux (Bur 1975 : 109). Le siège politique et administratif est fixé au cœur de la cité.

Phase D : la ville bipolaire renforcée (Xe-XIIe siècles)

  • 7 L’urbanisation est autorisée par Louis VII (Varin 1843).

14La fouille du site de la médiathèque suggère la réactivation de l’enceinte peu de temps après la campagne de récupération des matériaux de la phase C aux IXe-Xe siècles et une transformation des remparts au XIe siècle, mais ces phénomènes n’ont pas encore été observés en d’autres points (Balmelle et al. 2004). La fin de la période est ensuite marquée par la perte de leur valeur défensive. L’analyse morphologique révèle différents rythmes d’appropriation de l’enceinte, les textes témoignant aussi de l’occupation des fossés le long du bourg Saint-Denis dès le début du XIIe siècle7. Intra muros, des établissements religieux s’installent. Extra muros, églises et établissements religieux s’implantent surtout à l’ouest de la Cité. Alors que la création du bourg Saint-Remi semble remonter au IXe siècle et témoigner d’un développement démographique important, les sources écrites permettent d’attribuer sa fortification au Xe siècle pour des raisons défensives. C’est durant cette phase que le castrum Saint-Remi acquiert une immunité judiciaire et fiscale. Ces conditions favorisent le développement des faubourgs. Le bourg de la Couture, fondé par l’archevêque, est notamment constitué autour d’une grande place qui a vocation à accueillir des foires concurrençant celles de Saint-Remi. Sa localisation peut aussi révéler un rapprochement topographique entre la ville et la rivière. De fait, la multiplication des moulins sur la Vesle à cette période témoigne du rôle économique du cours d’eau dans le développement urbain. Cette phase marquerait donc un moment important de l’utilisation des potentialités hydrauliques de la Vesle.

Modèle spécifique et chorotype

15Le modèle spécifique confirme la spécialisation de ville de pèlerinage. Le chorotype ne rend pas bien compte du devenir de l’enceinte du castrum durant ces deux phases (fig. 6). Seul le poids constant de l’enceinte dans la forme urbaine est conservé pour sa fonction défensive et pour son rôle de frontière perceptible entre la cité épiscopale et Saint-Remi, comme dans le découpage paroissial. Il n’y a pas de transformation du carrefour viaire mais les deux pôles urbains se rapprochent de la Vesle. Ce mouvement peut aussi symboliser leur concurrence dans la maîtrise de la ressource en eau et le développement de l’utilisation des potentialités hydrauliques du cours d’eau, alors que l’aqueduc antique est abandonné depuis la phase B. Contrairement à la phase C, l’Église contrôle l’axe principal de la ville. Entre les phases C et D, à l’intérieur de la cité, le pouvoir politique se déplace. En installant leur château à l’extrémité nord-ouest de la ville, les archevêques s’assurent le contrôle d’une extrémité de l’axe principal. Comparativement au chorotype théorique, il apparaît que la christianisation de l’espace se traduit par deux phases distinctes d’affirmation et de stabilisation des pôles. La fonction militaire y est moins importante et les fonctions économiques y sont surtout moins diversifiées, même si l’organisation de plusieurs foires confère à la ville un statut de centre économique régional. Cependant, ces dernières observations sont certainement induites par des effets de sources.

PHASE E : LA VILLE RÉUNIE (XIIIe-XVIe SIÈCLES)

Topographie historique

  • 8 Ce document de nature fiscale fait état des différentes propriétés de Reims. Levé îlot par îlot, i (...)

16Les bornes chronologiques de cette phase correspondent à la date d’apparition de l’enceinte de réunion et à la destruction du château des archevêques. En 1209, la charte de Philippe Auguste impose aux Rémois de se doter d’une enceinte (Varin 1843 t. 1 : 476). Traditionnellement il est admis qu’elle est immédiatement matérialisée par un fossé. Aucun texte précis ni données archéologiques ne semblent pour l’instant en témoigner. Son tracé est surtout attesté par la prisée de 13288. Le fossé y apparaît comme un marqueur du paysage urbain sur lequel s’appuie le percepteur pour s’orienter. L’enceinte devient effective à partir de 1347, lorsqu’elle est édifiée face à la menace anglaise. Sa construction n’est cependant pas continue, de nombreuses modifications ayant lieu par la suite (Lebourq 1887 ; Bernot 1995). Cette nouvelle enceinte englobe le bourg Saint-Remi, la cité épiscopale et leurs terrains jusqu’à la Vesle. Si la rue longeant les remparts est maintenue intra muros, une voie de contournement extra muros est attestée. La morphologie et les textes indiquent de nombreuses phases de remaniement des ouvertures qui ont pu affecter la répartition de la voirie.

Fig. 6 – Phases C et D. Modèle spécifique et chorotype.

Modèle spécifique et chorotype (fig. 7)

17Dans le modèle spécifique, contrairement à la période précédente, il semble que le nombre de voies d’accès à la ville se réduise pour se concentrer sur les cinq portes principales. Alors que la phase D a été marquée par la mise en place du maillage paroissial, la nouvelle forme urbaine a entraîné sa légère restructuration. Les sources écrites confirment la spécialisation par rues et quartiers des activités commerciales. La progression du pavage traduit aussi une certaine aisance des habitants du secteur nord-ouest du centre (Jung 1991). De même la vocation économique de la Vesle se renforce avec l’installation de moulins et l’assèchement des marais. La nouvelle ville renferme de nombreux établissements religieux. Il en résulte une certaine spécialisation religieuse dans la partie sud de la rue du Barbâtre. Celle-ci est renforcée par les nombreux enclos qui jalonnent l’espace urbain (quartier canonial, abbayes Saint-Nicaise et Saint-Remi), représentés uniquement sur le modèle spécifique. Le chorotype fait apparaître le déclin du pouvoir seigneurial des archevêques, couronné par la destruction de leur château sur ordre d’Henri IV. Toutefois, malgré l’effondrement de la puissance cléricale, les avancées laïques sont tardives. L’entité communale n’émerge qu’avec la construction de l’enceinte, lorsque la ville devient capitale royale. Le tribunal de bailliage et l’université sont des créations tardives. Cette phase marque aussi une évolution dans la distribution des activités économiques. À la suite des crises de la fin du XIIIe siècle – début du XIVe siècle, les industries de la draperie et de la toilerie déclinent et Reims devient un marché de vins. Si le déclin des foires de Champagne peut profiter à Reims, la guerre de Cent Ans porte préjudice aux activités commerciales agricoles interrégionales. La ville est alors une place d’échanges plutôt que de production. Dans le modèle spécifique et le chorotype l’intensification de l’utilisation de la zone humide, avec l’assèchement des marais qui permet d’assurer une ceinture verte de maraîchage à la ville, est traduite par l’augmentation des symboles de production en rive droite du cours d’eau.

PHASE F : LA VILLE EMBELLIE (XVIIe-MI XIXe SIÈCLE9)

Topographie historique

18Les Guerres de Religion entraînent le repli de couvents intra muros. De nouvelles congrégations sont aussi accueillies dans les murs. Ces modifications entraînent d’importants transferts de terrains et de bâtiments entre les différents ordres. Plus tardivement, les abbayes déjà en place dans la ville entreprennent de grands travaux de restauration. Le débouché de la porte de Mars et, d’une manière générale, le quart ouest/nord-ouest de la ville est investi par les institutions civiles et étatiques, l’hôtel de ville étant construit à partir de 1627. À la même époque, un plan d’urbanisme est mis en place pour installer un hôpital général qui réunit diverses institutions charitables (Demouy et Pomarède 1984 : 206). En revanche, l’édification de la place royale en 1717, au croisement des axes les plus importants de la ville, reste un acte isolé de l’autorité monarchique. Les travaux réalisés à la fin du XVIIIe siècle concernent principalement des opérations d’alignement de façades. Des nombreux projets d’urbanisme proposés par l’ingénieur Legendre, seul l’aménagement des promenades est réellement mis en œuvre. Avec l’expansion des faubourgs aux portes Cérès et Fléchambault, cela témoigne de l’effacement progressif de l’enceinte.

Fig. 7 – Phase E. Modèle spécifique et chorotype.

Modèle spécifique et chorotype (fig. 8)

19La topographie naturelle est peu prise en compte dans la modélisation de cet épisode, malgré la mise en place d’un réseau de fontaines. Certes, la configuration du site urbain explique l’implantation sur ses rares hauteurs des moulins à vent. Or, connus à l’époque moderne, ces derniers étaient certainement plus anciens. L’orographie est à nouveau déterminante dans la phase suivante pour expliquer l’installation des maisons de champagne sur les croupes de craie. En revanche les préoccupations aéristes de la fin du XVIIIe siècle se font ressentir dans l’évolution de la forme urbaine : d’abord par l’aménagement des promenades le long des remparts, tant intra qu’extra muros, ensuite par la création d’un premier cimetière extérieur au début du XIXe siècle. Les échevins dotent donc la ville d’un appareil hygiéniste assez complet mais à une date relativement tardive comme cela peut s’observer dans les villes du quart nord-est de la France. Le modèle spécifique indique la reprise des activités de production. Le chorotype souligne la disparition de la multipolarité de la ville.

Fig. 8 – Phase F. Modèle spécifique et chorotype.

CONCLUSION

20La lecture continue de ces modèles met en évidence certaines permanences telles que l’axe nord-sud mais aussi des transformations dans la relation de la ville à la Vesle et le passage d’une ville bipartite à une ville réunie. La confrontation des chorotypes obtenus aux chorotypes théoriques permet de réfléchir à l’émergence de phénomènes généraux comme la christianisation de l’espace, la place de l’enceinte urbaine médiévale et le développement des espaces économiques et sociaux. Parallèlement, cette confrontation met en avant les spécificités de la ville en amenant à s’interroger sur l’héritage médiéval et l’évolution des fonctions religieuses et économiques. La comparaison permet d’insister sur la spécificité de la ville lors de l’épisode de la « ville multiple ». Elle amène aussi à nuancer celui de la « ville royale » en le minimisant par rapport à celui de l’épisode précédent. L’exercice de modélisation permet aussi de réévaluer le rôle de l’eau dans la forme urbaine de la ville pré-industrielle. L’eau n’est pas une réelle contrainte à l’expansion urbaine mais plutôt un élément générateur d’une topographie spécifique (hortillonnages, déversoirs) et un support d’activités de productions nourricières (maraîchage, force hydraulique). Enfin, en amenant à observer la ville à différentes échelles, l’analyse chronochorématique serait à terme plus complète en intégrant l’évolution de Reims dans son réseau. La proto-industrie textile comme le phénomène des villages désertés ont certainement eu des implications selon différentes temporalités sur la redistribution du maillage viaire et sur la place économique de Reims dans le réseau intra-régional.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Balmelle A. 1994. Reims, Marne. 17-27 rue du Général Sarrail, Document final de synthèse, Inrap.

Balmelle A. et Sindonino S. 2004. Reims. 6 rue des Fuseliers, rue Chanzy, rue Rockefeller, Rapport final d’opération, Inrap.

Bernot E. 1995. Reims une ville qui se fortifie : étude des comptes pour la fortification de 1346 à 1360, Mémoire de maîtrise d’histoire réalisé sous la direction de C. Vulliez, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, dactyl.

Berthelot F. 2004. La structure et l’évolution des rues antiques de Reims (Durocortorum). Mémoire de maîtrise d’archéologie, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, UFR 03, Histoire de l’art et archéologie, Paris, dactyl.

Berthelot F. et al. 2011. Urbanisme et programme monumental de la ville de Reims/Durocortorum entre le Ier et le IVe siècle apr. J.-C., Bolletino di archeologia on line, 1, [en ligne] http://151.12.58.75/archeologia/index.php?option=com_content&view=article&id=54&Itemid=54.

Boussinecq G. et Laurent G. 1933. Histoire de Reims depuis les origines jusqu’à nos jours, Matot-Braine, Reims, 2 t.

Bosserelle S. 2009. Étude géomorphologique des niveaux de terrasses de la Vallée de la Vesle : depuis sa source jusqu’à sa confluence avec l’Aisne, Mémoire de master I de géographie réalisé sous la direction de A. Marre, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, dactyl.

Caffarelli-Taquet E. 1970. L’industrie textile à Reims : une reconversion, Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, 4 : 1-83.

Cauly E. 1911. L’oppidum de Reims, Bulletin de la Société archéologique champenoise, no 5 : 67-79.

Cordonnier G. 2002. Le canal de l’Aisne à la Marne : Aspects environnementaux et aspects paysagers, Mémoire de DEA géographie réalisé sous la direction de M. Bazin et A. Devos, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, dactyl.

Crubellier M. (dir.) 1975. Histoire de la Champagne, Privat, Toulouse, 456 p.

Demolon P., Galinié H. et Verhaeghe F. (dir.) 1994. Archéologie des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe, VIIe-XIIIe siècle, Actes du IVe Congrès International d’Archéologie Médiévale (Douai, 1991), Société Archéologique de Douai, Douai, 230 p.

Dérodé-Geruzez A. 1825. Mémoire sur la navigation de la Vesle et la possibilité de la mettre en communication directe avec celle d’Aisne par un canal à ouvrir de Rheims à Berry-au-Bac, Moreau, Reims.

Desportes P. 1979. Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Picard, Paris, 744 p.

Desportes P. (dir) 1983. Histoire de Reims, Privat, Toulouse, 444 p.

Devos A., Lejeune O., Butaeye D., Pannet P., Cordonnier G., Barbin V., Marre A. et Pascal A. 2005. Analyse des modalités d’écoulement des eaux dans le bassin versant de la Vesle, Rapport Piren-Seine, dactyl.

Devos A., Lejeune O. et Chopin 2007. Karstic infiltration dynamics and spatialisation of chalk aquifer drain : Example of the upper Vesle bassin (Dry Champagne, France), European Journal of water quality, t. 38, fasc. 1 : 23-38.

Delamarre X. 2001. Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, Errance, coll. des « Hespérides », 207 p.

Djament-Tran G. et Grataloup C. 2010. E pluribus urbibus una : Modéliser les trajectoires de villes, M@ppemonde, 100, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10401.html.

Doyen J.-M. 2008. Économie, monnaie et société à Reims sous l’Empire romain. Recherches sur la circulation monétaire en Gaule septentrionale intérieure, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 100, 2-4, Société archéologique champenoise, coll. « Archéologie urbaine », 7, Reims, 624 p.

Doyen J.-M. sous presse. Reims préromain et l'émergence de l’État des Rèmes : état de la question et fouilles récentes en Champagne-Ardenne, soumis à Lunula.

Galinié H. (dir.) 2007. Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, 30e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, no spécial de la coll. « Recherches sur Tours », FERACF, Tours, 440 p., CDrom.

Hannesse A. 1979. Histoire populaire de la ville de Reims, Reims, 167 p.

Hollande M. 1976. Essai sur la topographie de Reims, Matot Braine, Reims, 45 p.

Jung A. 1991. Le pavage des rues de Reims à la fin du Moyen-Âge, d’après les registres de comptes des chaussées, Mémoire de Maîtrise d’histoire réalisé sous la direction de C. Vulliez, Université de Reims Champagne-Ardenne, Reims, dactyl.

Laurain M. et al. 1966. Carte géologique de Reims au 1/50 000 et sa notice géologique, BRGM, Orléans.

Lebourq A. 1887. Archéologie rémoise. Les anciennes fortifications de Reims d’après les archives de la ville, Travaux de l’académie nationale de Reims, 79e vol., année 1885-1886, t. 1er : 249-319.

Neiss R. 1980. Reims, in : Archéologie urbaine : colloque international d’archéologie urbaine de Tours, 1980, AFAN, Paris : 641-653.

Neiss R. et al. 2002. Reims. Vingt ans après, in : Hanoune R. (éd), Les villes du nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du Colloque tenu à Villeneuve d’Asq, 21-23/11/2002, Revue du Nord, HS, coll. « Art et archéologie », 10 : 293-308.

Neiss R. et Sindonino S. 2006. Civitas Remi. La ville et son enceinte au IVe siècle, Archéologie urbaine à Reims, 6, Bulletin de la société archéologique champenoise, 97 (4), 127 p.

Neiss R. et al. 2010. Carte archéologique de la Gaule, Reims 51/2, Académie des inscriptions et des belles-lettres, Paris.

Neiss R. et Rollet P. 2011. Reims l’oppidum et les débuts de la ville gallo-romaine, Bolletino di archeologia on line, no 1 [en ligne] http://151.12.58.75/archeologia/index.php?option=com_content&view=article&id=54&Itemid=54

Noizet H. 2007. La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Pietri L. et Neiss R. 2006. Reims, in : Pietri L. (dir.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle, XIV, Province ecclésiastique de Reims (Belgica secunda), De Boccard, Paris : 21-45.

Povillon-Pierard E. 1987. Description étymologique et topographique de Rheims, Travaux de l’Académie nationale de Reims, 166/167, 578 p.

Rabasté Y. et Ardhuin M. (dir.) 2010. L’aqueduc gallo-romain de Reims (Durocortorum), Archéologie urbaine à Reims 9, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 103, Reims, 119 p.

Robert S. 2003. L’analyse morphologique des paysages entre archéologie, urbanisme et aménagement du territoire : exemples d’études de formes urbaines et rurales dans le Val d’Oise, Thèse de doctorat, Université Paris 1 Sorbonne, sous la direction de G. Chouquer, 3 vol., dactyl.

Rodier X., Grataloup C. et Guilloteau C. (dir.) 2010. Dossier chrono-chorématique urbaine, M@ppemonde, 100, [en ligne] http://mappemonde.mgm.fr/num28/index.htm.

Rollet P., Balmelle A. et Berthelot F. 1990. Reims, Marne. La fouille urbaine de l’îlot Capucins-Hincmar-Clovis : La dimension d’un quartier, Archéologie urbaine à Reims, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 83, 4, Reims, 110 p.

Schwingrouber C. 1904. Reims, rues et places publiques : recherches historiques sur leurs dénominations, Reims.

Seeck O. (dir) 1876. Notitia dignitatum. Accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et Laterculi provinciarum, Weidmann, Berolini.

Sindonino S. 2004. Reims, Marne. 20 rue Contrai. Lycée St J.-B. de la Salle, Rapport Final d’Opération, Inrap.

Sindonino S. 2005. Reims, Marne. 19 rue E. Desteuque, Rapport final d’opération, Inrap.

Stocker S. 2011. Reims, Marne, 7 rue de Pouilly, Évolution d’un îlot à la proximité de la place du forum : de la Conquête à l’époque moderne, Rapport final d’opération, Inrap.

Tarbé P. 1844. Reims : ses rues et ses monuments, Quentin-Dailly, Reims, 494 p.

Varin P. 1843. Archives administratives de la ville de Reims : collection de pièces inédites pouvant servir à l'histoire des institutions dans l'intérieur de la cité, Crapelet, Paris, t. 1.

Notes

1 Kalas 1911 ; Hollande 1976 ; Desportes 1983 ; K et al. 2010.

2 La démarche de modélisation chrono-chorématique a été présentée en 2010 par G. Djament-Tran et C. Grataloup (Djament-Tran et Grataloup 2010).

3 Arch. mun. Reims, 1D23-2D22 ; Desportes 1983 : 312-314, 318-319, 322 ; Caffarelli-Taquet 1970 : 6-9 ; Cordonnier 2002 : 11-23.

4 Les éléments viaires les plus anciens ont été retrouvés îlot des Capucins (Rollet, Balmelle et Berthelot 1990), rues de Pouilly (Stocker 2011) et du général Sarrail (Balmell 1994 ; Neiss 2011 : 49-50).

5 Une charte de Louis Le Pieux verq 820 accorde à Ebbon le droit d’utiliser les matériaux du mur et de ses portes pour construire la cathédrale : « murum omnen cum portis ipsius civitatis » (Flodoard, Historia ecclesiæ Remensis, éditée et traduite par M. Lejeune, Reims, P. Régnier, 1854, t. 1, p. 343).

6 L’analyse et la détermination de ces dernières n’ont pas été systématiques, d’autant que les conditions de conservation dans la craie ne sont pas favorables.

7 L’urbanisation est autorisée par Louis VII (Varin 1843).

8 Ce document de nature fiscale fait état des différentes propriétés de Reims. Levé îlot par îlot, il apporte une véritable photographie de la topographie de la ville : Arch. mun. Reims, FA C 730, l. 4.

9 Pour cette phase l’expression « ville embellie » empruntée à l’atelier de Bordeaux (André-Lamat, Jean-Courret, Lavaud et Pissoat, même volume) est préférée à celle de « ville royale » puisque la place de Reims dans l’histoire politique de France en faisait déjà une ville royale à l’époque mérovingienne et la ville des sacres depuis Clovis. Conserver l’expression « ville royale » uniquement pour cette période devenait alors ambigu.

Table des illustrations

Légende Tabl. 1 – Modélisation chronochorématique de Reims pré-industrielle (Textes et infographie : Claire Pichard).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Légende Fig. 1 – Reims en situation de contrôle de l’entonnoir de percée cataclinale de la Vesle (Système de coordonnées : RGF 93 – Fond de carte : BD TOPO® et BD ALTI®51).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Fig. 2 – Schéma du contexte géomorphologique du site de Reims : une occupation implantée sur les terrasses alluviales de la Vesle (d'après Bosserelle 2009).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 3 – Schématisation de la situation et de l’effet de site de Reims.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4 – Phase A. Modèle spécifique et chorotype.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 5 – Phase B. Modèle spécifique et chorotype.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 6 – Phases C et D. Modèle spécifique et chorotype.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 7 – Phase E. Modèle spécifique et chorotype.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 8 – Phase F. Modèle spécifique et chorotype.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7697/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540