Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie III. Modèles de villes et systèmes de villes

Visualiser et interroger la composition urbaine par la chrono-chorématique

Chrono-chorematics, a new method for visualizing and investigating urban structure

Bruno Desachy et Géraldine Djament-Tran

Résumé

Chrono-chorematics, based on Roger Brunet’s notion of “chorems”, is a method of visualizing spatial organization from a historical point of view. It breaks down the structures of urban space into its component parts in order to analyze the production of urban space. This article presents the origins of this pluridisciplinary method and the methodology of the urban chrono-chorematic workshop of the National Center for Urban Archaeology (CNAU-Centre national d’archéologie urbaine) (graphic language, timeline of a model of French urban development, moving from the general to the specific) and its epistemological issues. The modeling creates chorotypes and formalizes comparisons between cities and urban trajectories.

Texte intégral

1Mode de visualisation récent de l’organisation de l’espace, la chrono-chorématique se propose de (dé) construire la composition urbaine en un double sens. Sur le plan méthodologique, cette approche combinatoire décompose et recompose, isole puis combine les structures élémentaires de l’espace – chorèmes (Brunet 1980) – urbain. Sur le plan épistémologique, elle déplace la problématique urbanistique de la composition (Pinon et Dupre-Henry 1992-94), au profit de la problématique sociale de la « fabrique urbaine » (Galinié 2000), dynamique interactive entre la structure évolutive des groupes sociaux et l’aménagement de l’espace.

2Trois grands paradigmes peuvent en effet être distingués dans la conception de l’espace urbain : le paradigme de la composition urbaine, issu de l’art urbain de l’âge classique, qui pense la ville comme un dess(e) in ; le paradigme de la morphologie urbaine, développé par les Écoles française (Blanchard 1928) et allemande de géographie à partir de l’entre-deux-guerres, qui pense la ville comme résultat de l’interaction société – milieu et forme – fonction ; le paradigme de la fabrique urbaine, influencé par la pensée marxiste de la production de l’espace (Lefebvre 1974), qui pense la ville comme un espace façonné par les rapports sociaux.

3La « composition » urbaine soulève deux grandes questions théoriques : le problème des rapports entre société et paysage urbain et le problème de la polytemporalité de l’espace urbain. Le paysage urbain peut être expliqué soit par les lois de développement de la ville dans un cadre théorique organiciste et vitaliste, soit par l’histoire et le changement social (Roncayolo 2002). La chrono-chorématique opte pour la seconde option, et s’efforce de rendre compte de la ville comme « composition, non pas au sens d’un ordre imposé, mais d’une cote mal taillée entre les apports du passé, les adjonctions et les remaniements du temps, parfois les projections d’avenir […] ; un composé si l’on préfère » (ibid. : 183), traversé par des décalages entre temps des formes et temps des fonctions. Parmi les différents types de visualisation de l’espace urbain (visualisation esthétique des portraits de villes, visualisation normative des plans régulateurs, visualisation synthétique des cartes de synthèse…), elle relève de la visualisation modélisatrice, pour laquelle l’École de sociologie de Chicago (Lepetit et Topalov 2001) a joué un rôle pionnier, et de la famille des modèles graphiques.

4Après avoir situé la chrono-chorématique dans son contexte épistémologique et historique, cet article présentera la façon dont cette méthode (dé)construit la « composition » urbaine.

LA CHRONO-CHORÉMATIQUE, GENÈSE INTERDISCIPLINAIRE D’UNE MÉTHODE DE VISUALISATION DE L’ESPACE URBAIN

La chrono-chorématique face aux problèmes de visualisation de l’espace urbain

5Elle cherche à résoudre les trois grands problèmes soulevés par la visualisation de l’espace urbain : la construction d’une visualisation synthétique, dynamique et véritablement interprétative. Les problèmes de totalisation visuelle de la ville, qui nécessitent en cartographie des choix de généralisation, conduisent la chrono-chorématique à une approche délibérément simplificatrice. Il est possible de construire des chrono-chorèmes à différentes échelles, de l’agglomération au bâtiment en passant par le quartier et l’îlot. La chrono-chorématique peut ainsi servir à visualiser l’évolution d’une ville entière, mais aussi, à plus grande échelle, celle des amphithéâtres antiques (Lefebvre 2011) ou des châteaux médiévaux (travaux en cours de B. Dufaÿ au sein de l’atelier de chrono-chorématique).

6La cartographie du temps, qui se heurte à un problème structurel : « comment représenter le continuum temporel sur une carte, support figé ou instantané – i. e. dont les composantes existent dans le même temps ? – » (Palsky 2004 : 345) recourt classiquement à trois grands types de solutions en deux dimensions (Bertin 1967) : construire une série d’images, utiliser une variable visuelle de troisième dimension, représenter un mouvement. La chrono-chorématique utilise la première solution, les procédés séquentiels, mais représente également les héritages et l’atelier du CNAU travaille actuellement à la conception de figures uniques résumant l’évolution d’une ville. Elle participe du renouvellement récent, incarné par la cartographie dynamique, de « la réflexion sur les composantes essentielles d’un temps cartographique » (Palsky 2004 : 345).

7Elle s’efforce enfin de dépasser les logiques de localisation et de représentation au profit d’une démarche visuelle explicative fondée sur un usage conceptuel de l’image. Modélisation graphique de l’histoire de l’espace, la chrono-chorématique interroge ce qui fait fondamentalement la ville, si bien que les problèmes graphiques sont autant de problèmes théoriques.

De la chorématique à la chrono-chorématique

8La modélisation graphique a été théorisée en particulier par Roger Brunet, figure de proue de l’introduction de la « nouvelle géographie » en France. Prenant au sérieux la métaphore de l’espace comme texte, livre du monde, il a proposé une méthode structuraliste permettant de penser et de visualiser l’organisation de l’espace à partir d’un transfert de la linguistique : la chorématique. Le chorème représente une structure élémentaire de l’espace, à l’image du phonème. Une table des chorèmes résume, à l’instar de la table de Mendeleiev en physique, les structures élémentaires de l’espace et les représente à l’aide de figurés ponctuels, linéaires et surfaciques. La chorématique propose une grammaire de l’espace fondée sur les lois de la production de l’espace (Brunet in : André et al. 1990 : 34) et repose sur la composition des modèles : l’organisation de l’espace est décomposée en modèles élémentaires. Conformément à une méthode expérimentale (Brunet 1980), des modèles à différents niveaux de généralité sont construits, des chorotypes ou structures spatiales récurrentes, comme le modèle de l’estuaire ou de l’île tropicale (Brunet 1990), aux modèles spécifiques représentant un espace donné, comme le Massif Central (Brunet 1972) ou la Pologne (Brunet 1986). La modélisation graphique a dès le départ été fréquemment appliquée à l’échelle urbaine, comme l’illustre la revue Mappemonde, avec quinze articles parus depuis 2004 (Eckert et Rodier 2011).

9Après une première phase d’éloignement entre la géographie spatialiste et l’histoire, des géographes de plus en plus nombreux ont cherché à introduire le temps dans l’analyse spatiale en général et dans les modèles en particulier (Reynaud 1992). Sur la base du postulat universaliste selon lequel « la grammaire élémentaire des formes d’actions des sociétés sur l’espace s’applique au passé comme elle s’applique à toutes les échelles » (Théry 1990 : 60), la chorématique a été utilisée pour visualiser l’évolution des territoires – via une succession de chrono-chorèmes ou chorèmes datés – ou les héritages qui structurent l’espace actuel (paléochorèmes) (ibid.). Depuis les années 1990 et surtout 2000, le « tournant historique » (Delacroix, Dosse et Garcia 2009 : 7) des sciences humaines en général et de la géographie en particulier a représenté un contexte favorable à ce type d’expérimentations. La recherche d’une « théorie évolutive des villes » (Pumain 1997) s’est accompagnée d’une théorisation (Roncayolo 1996) et/ou d’une modélisation des temporalités urbaines (Lepetit et Pumain 1993). La formalisation graphique, systémique ou informatique a été utilisée pour rendre compte d’évolutions et pour promouvoir des représentations alternatives aux traditionnelles frises chronologiques et cartes historiques : modèles spatio-temporels ou scénarios (Grataloup 1996), tableaux chronothématiques (Droulers 2000), frises chronosystémiques (Elissalde 2000), cartographie dynamique (Cheylan 2007 ; Sillère et Robert 2007 ; Van Hamme, Bretagnolle et Mathian 2010). Le courant géohistorique a particulièrement réfléchi aux représentations du temps et a critiqué les atlas historiques classiques pour leur approche idiographique plus tournée vers la localisation que vers la visualisation et pour leur difficulté à rendre compte du passage d’une carte à l’autre.

10Dans le sillage de cette critique, la chrono-chorématique est née de la confluence entre analyse spatiale, géohistoire et archéologie. Amorcés depuis la seconde moitié des années 1960, les profonds renouvellements de l’archéologie ont rencontré les mutations de la nouvelle géographie. Apparue aux États-Unis (Hodder et Orton 1976), l’archéologie spatiale caractérisée par le recours à la quantification et aux modèles spatiaux s’est développée en France depuis la fin des années 1990 et recourt de plus en plus à l’information spatiale (Rodier [dir.] 2011). Cette évolution a donné lieu à des coopérations interdisciplinaires avec des géographes, en particulier autour de la modélisation des réseaux de villes (Durand-Dasles et al. 1998 ; Nuninger, Sanders et al. 2006). Parallèlement, l’archéologie urbaine, stimulée par l’extension de la notion de patrimoine et l’institutionnalisation de l’archéologie préventive, s’est affirmée à partir des années 1970 comme une approche visant à l’étude de l’ensemble de l’espace urbain et de son évolution, succédant à la vision plus morcelée de recherches limitées à certaines périodes ou certains types de structures en ville (Galinié 1979). Le colloque Archéologie urbaine de Tours de novembre 1980 a représenté un tournant dans cette dynamique.

11Au sein de ce courant d’archéologie urbaine et d’archéologie spatiale, le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU) fondé en 1984, dont les missions ont été portées de 2010 à 2013 par la Sous-direction de l’archéologie du ministère de la Culture, a développé une analyse de la fabrique urbaine évoluant vers la modélisation. L’approche de la ville à partir du triptyque espace/temps/fonction (Galinié, Rodier et Saligny 2004) a conduit à modéliser la topographie urbaine et à cartographier non plus les vestiges identifiés par les fouilles, mais des entités urbaines référées à des types fonctionnels transhistoriques (thésaurus d’analyse urbaine du CNAU). Cette démarche permettant les comparaisons a été utilisée en particulier depuis 1990 dans les Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (DEPAVF), documents de synthèse des connaissances archéologiques accompagnés d’une cartographie diachronique, découpée en phases urbaines successives (fig. 1).

12Cette démarche proto-modélisatrice a débouché sur la constitution de SIG et sur l’atelier de chrono-chorématique du CNAU, associant sur un mode informel depuis 2001 des géographes issus de l’analyse spatiale, en particulier C. Grataloup, et des archéologues issus de l’archéologie spatiale. L’évolution prévue des documents d’évaluation devait en effet inclure des planches chrono-chorématiques.

LA CHRONO-CHORÉMATIQUE, UNE (DÉ)COMPOSITION VISUELLE DE CE QUI FAIT LA VILLE

13Pratique interdisciplinaire, la chrono-chorématique représente une méthode combinatoire et s’inscrit dans une démarche modélisatrice : le modèle constitue un objectif, intermédiaire, de visualisation, mais stimule surtout et relance le questionnement sur ce qui fait la ville : chaque modèle est à la fois un point d’arrivée et un point de départ pour la réflexion. Notons que les modèles construits sont dépendants d’effets de sources : ils partagent les limites de la documentation disponible qu’ils interprètent.

Construire un langage graphique = identifier les composantes transhistoriques de la composition urbaine

14Comme la représentation cartographique, la visualisation chrono-chorématique nécessite l’utilisation d’un langage graphique normalisé, utilisant les trois grands types de figurés : ponctuels, linéaires et surfaciques. La construction de la légende des schémas et modèles suppose, par-delà son aspect technique, une réflexion sur les composantes transhistoriques de l’organisation urbaine.

  • 1 La détermination de quatre grandes fonctions succède à un usage initial des trois couleurs primair (...)

15Définie par le couple densité-diversité, la ville est composée d’auréoles de densité et d’abord considérée sous l’angle fonctionnel, dans la lignée des DEPAVF. La réduction à quatre grandes fonctions1 : politiques, économiques, religieuses et résidentielles – les deux premières fonctions se subdivisant en deux variantes (politique et militaire, production et commerce) – et l’usage délibérément anachronique de catégories construites au XIXe siècle par les sciences sociales (Wallerstein 1995) visent à décloisonner les périodes canoniques des historiens et à rendre comparables les « compositions » de différentes villes à différentes périodes.

16Les composantes environnementales et sociales ont nécessité deux autres entrées dans la légende : l’organisation de la ville interagit avec l’environnement et manifeste la spatialisation des différences sociales. L’analyse du site est conçue dans le cadre théorique des géosystèmes : l’influence de la topographie ou de l’hydrographie sur la ville est fonction de seuils socio-techniques (Bertrand 1975).

Le portefeuille des plans
♦ Plans tirés sur papier
(pour servir de base de référence aux calques) :
‒ plan de voirie actuelle muet,
‒ plan de voirie actuelle avec report des noms
de rues citées dans le texte.
♦ Plans tirés sur calque (superposables en respectant les repères) :
‒ plan par période chronologique retenue ;
‒ plan des courbes de niveau ;
‒ plan de la recherche archéologique de terrain ;
‒ plan de l’épaisseur des sédiments
archéologiques ;
‒ plan des dispositions réglementaires ;
‒ plan de l’évaluation du potentiel archéologique.
♦ Feuille des symboles cartographiques (utilisés pour les plans de topographie historique)
Sur chaque plan figurent les mentions suivantes :
♦ Dans le cartouche :
nom de la ville, intitué du plan, no du plan,
échelle graphique, nom de l’ auteur, nom
du cartographe et année de réalisation.
♦ Sur le cadre :
carroyage Lambert, carroyage de repérage, emplacements variables, Nord Lambert, légendes particulières.
Calé sur le carroyage Lambert, le carroyage de repérage est entièrement figuré sur le plan des noms de rues ; il n’apparaît que sous fome d’ébauche sur les plans de topographie historique et sur certains plans techniques.
VOIRIES, AMÉNAGEMENTS :
1. voies
2. espaces libres
3. aménagements des berges et voies d’eau
4. aménagements du relief
5. franchissements
6. adductions d’eau
7. collecteurs, évacuations
STRUCTURES DÉFENSIVES ET MILITAIRES :
8. système défensif urbain
9. structures fortifiées
10. garnisons, casernements
CONSTRUCTIONS CIVILES :
11. espaces publics aménagés
12. pouvoir cicil, justice
13. éducation, culture
14. santé
15. spectacle, sport
16. bains
17. commerce, échanges
18. habitat privé
ÉDIFICES RELIGIEUX :
19. cultes païens
20. édifices cultuels catholiques
21. bâtiments conventuls ou monastiques
22. bâtiments ecclésiastiques
23. cultes autres que catholique
FUNÉRAIRE :
24. funéraire
PRODUCTION :
25. artisanat
26. agriculture, élevage
27. industrie
28. extraction
FORMATIONS NATURELLES :
géomorphologie, hydrologie…
29. formations naturelles

Fig. 1 – Le portefeuille des plans et la grille fonctionnelle des Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, source pour la chrono-chorématique urbaine. Source : CNAU (Sapin 1998 : 7 et http://www.culture.gouv.fr/​culture/​cnau/​pdf/​grille_chrono.pdf).

17Des figurés spécifiques ont été ajoutés pour rendre compte de l’organisation contemporaine de la ville (ou plutôt de l’urbain), à la fois plus complexe et mieux connue, ainsi que des figurés dynamiques, la composition urbaine étant moins un état qu’un processus (fig. 2).

Méthode pour composer la ville : déduire les formes urbaines

18La visualisation chrono-chorématique représente la forme théorique de la ville : contrairement à la démarche classique en morphologie urbaine, qui consiste à appliquer des types aux formes urbaines observées, elle déduit à différents niveaux de généralité la forme de la ville de la combinaison des différentes logiques sociales à l’œuvre. Ainsi, la ville en général se représente en superposant des cercles concentriques (la ville est faite d’auréoles de croissance autour d’une concentration de population et de fonctions) et une croisée (la ville, élément central de l’organisation de l’espace, est un carrefour).

19Contrairement à la carte, les chorèmes n’ont donc ni orientation ni échelle : ils renvoient à un espace théorique non mesuré. Si l’échelle (kilo) métrique est absente, les différences d’ordres de grandeur sont toutefois prises en compte à deux niveaux. Tout d’abord, la ville modélisée durant l’ère pré-industrielle n’a pas la même échelle que la ville industrielle, fille du chemin de fer, qui elle-même est beaucoup moins étalée que la ville contemporaine, née de la nouvelle étape de contraction de l’espace-temps permise par la généralisation de l’automobile. Autrement dit, si l’échelle « absolue » (relation chiffrée entre un espace réel et sa représentation) est absente, la modélisation prend en compte une échelle relative (différence d’ordre de grandeur entre différents modèles, l’effet de taille conduisant à un saut qualitatif avec le passage à la métapole – Ascher 2009). Les effets de hiérarchie urbaine sont également pris en compte : la structure d’une grande ville est plus complexe que celle d’une petite ville au sein d’un même système.

Fig. 2 – Le langage graphique : les composantes transhistoriques de la « composition » urbaine (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).

Construire une frise de la trajectoire type de la ville de France

20Au niveau le plus général, une trajectoire type des villes de Gaule/France a été construite (Atelier du CNAU 2010), valable pour toutes les villes de notre corpus. Des épisodes d’histoire urbaine pertinents pour ce territoire ont été discrétisés, en s’émancipant des périodes canoniques des historiens pour restituer les temporalités propres à la ville. Après débat mobilisant des spécialistes de chaque période, huit épisodes, essai de synthèse graphique des connaissances, ont été retenus : l’oppidum, la ville ouverte, la cité enclose ville réduite, la ville multiple, la ville réunie, la ville royale, la ville industrielle et la ville de l’automobile. La modélisation graphique s’est accompagnée d’une modélisation conceptuelle de type morphologique (« La ville double »), politique (« La ville royale »), technique (« La ville de l’automobile ») renvoyant aux forces faisant la ville. La construction des modèles de chaque épisode a supposé de synthétiser les connaissances historiques (fig. 3).

21La fabrication de chaque épisode a été explicitée, en décomposant ce qui relevait des héritages de l’épisode antérieur et des différentes dynamiques sociales à l’œuvre. Ainsi, l’épisode 3 « La cité enclose, ville réduite » combine à l’héritage de « la ville ouverte » antique quatre grands processus : la rétraction urbaine, la baisse des échanges, la construction d’une enceinte et la christianisation. Cette modélisation représente à la fois une synthèse pédagogique d’histoire urbaine et un instrument à l’aune duquel analyser les trajectoires urbaines spécifiques (fig. 4).

Faire la part du général et du particulier dans les trajectoires urbaines

22La modélisation a également porté sur des villes historiques, dans une démarche de va-et-vient entre l’épisode et la cartographie historique. Si la démarche chrono-chorématique est fondamentalement déductive, la construction des modèles a pu pragmatiquement s’effectuer par déduction et/ou par induction. En partant de la carte du DEPAVF, un schéma a d’abord pu être construit, par simplification de la forme et généralisation cartographique, puis, un modèle, en rompant avec la seule logique simplificatrice au profit d’une logique explicative. En partant du modèle de l’épisode, un modèle spécifique a également été obtenu, en introduisant des logiques de plus en plus particulières. Les méthodes inductive et déductive sont toutes deux possibles, ce qui importe est de respecter le saut épistémologique entre le schéma et le modèle, et d’identifier les intermédiaires entre le général et le particulier, le modèle spécifique (modèle valable pour une seule ville) et surtout le chorotype (modèle valable pour un type de ville).

Fig. 3 – La trajectoire-type d’une ville de France (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).

23Différents facteurs de particularisation des « compositions » urbaines, désignés à l’aide du concept didactique de transpositions, ont été isolés puis combinés. Cinq grands types de spécification de la trajectoire idéal-typique ont été identifiés : le site, la situation (« système dans un système de villes » (Berry 1964), la ville s’explique par un changement d’échelle spatiale), les héritages (composé polytemporel, la ville s’explique par un changement d’échelle temporelle), la spécialisation fonctionnelle et le niveau hiérarchique (fig. 5).

24La construction de chorotypes permet d’énumérer des compositions récurrentes de structures élémentaires, qui peuvent être de différentes natures (chorotypes de sites du type ville de piémont, chorotypes de situation du type ville frontière, chorotypes fonctionnels du type ville minière, chorotypes hiérarchiques du type chef-lieu de cité, chorotypes politiques du type ville d’État, chorotypes régionaux du type ville de l’ouest de la France…) ou combiner différents paramètres de la composition urbaine (par exemple grande ville portuaire industrielle).

25Les tableaux chrono-chorématiques permettent de visualiser les logiques sociales à l’œuvre dans chaque ville. Cette démarche consiste à voir dans la ville une combinatoire de logiques socio-spatiales, une superposition de couches à décomposer et à recomposer. L’image du jeu de construction cache une démarche heuristique rigoureuse consistant à se demander systématiquement ce qui cause l’organisation urbaine.

Comparer les « compositions » urbaines

26Ces tableaux, qui se prêtent à différentes lectures, constituent un outil heuristique pour interroger la composition urbaine. La lecture horizontale des tableaux permet d’identifier la part de général et de particulier, le rôle de chaque logique de transposition dans la composition urbaine. La comparaison systématique des modèles spécifiques et des épisodes (comparaison synchronique) permet de dégager des points communs, qui valident le modèle général et dégagent la part de banal dans chaque ville, et des différences, qui permettent d’améliorer le modèle de l’épisode et/ou de dégager des sous-types au sein d’un épisode et des spécificités urbaines à expliquer.

27La lecture verticale des tableaux permet de visualiser la trajectoire urbaine sur le long terme, à différents niveaux de généralité, suivant une périodisation spécifique à l’histoire urbaine. Le passage d’une ligne à la suivante permet de décomposer les facteurs sociaux de changement spatial. La comparaison entre lignes (comparaison diachronique des différents états de la « composition » d’une ville), qui peut être détaillée par un tableau chrono-chorématique des transformations, représente en outre un outil d’investigation de la pérennité/résilience urbanistique : elle permet d’identifier systématiquement des éléments de permanence et/ou de changement.

Fig. 4 – (Dé)composer la ville : l’exemple du modèle de l’épisode 3 (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).

Fig. 5 – Types de transpositions entre général et particulier (tableau de G. Djament présentant les figures de l’atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).

Fig. 6 – Lectures des tableaux chrono-chorématiques à partir de l’exemple de Poitiers (commentaire de G. Djament sur le tableau de Boissavit-Camus, Guilloteau et Royoux 2010).

28Plusieurs lectures croisées des tableaux peuvent également être réalisées. Au sein d’un même tableau, il est possible de comparer la trajectoire spécifique (colonne des modèles spécifiques) et la trajectoire générale (colonne des épisodes), afin d’identifier d’éventuels décalages temporels et des rythmes propres à un type de ville (colonne des chorotypes) ou à une ville (colonne des modèles spécifiques). En effet, le nombre de cases des tableaux n’est pas prédéterminé, mais fixé en fonction de la chronologie propre à l’histoire de chaque ville (fig. 6).

29La réflexion sur la colonne des chorotypes passe par une comparaison entre plusieurs tableaux. Celle-ci peut s’effectuer synchroniquement – il s’agit de comparer la composition de deux villes à l’aune de l’épisode et via la médiation des chorotypes – ou diachroniquement – il s’agit de comparer des séquences, par exemple le passage de l’Antiquité au haut Moyen Âge dans une série de villes (Lefèvre, à paraître), voire des trajectoires entières, afin d’identifier des scénarios (évolutions récurrentes) et des types (hiérarchiques, régionaux…) de trajectoires.

30Visualisation synthétique de la « composition » et de la trajectoire urbaine, alternative et/ou complément à la cartographie historique, la chrono-chorématique vise un triple apport à la « composition » urbaine. Outil de communication, elle se prête à des usages pédagogiques, mais aussi urbanistiques : le dégagement des structures urbaines qu’elle favorise peut aider à la planification. Des usages prospectifs de la chrono-chorématique sont d’ailleurs possibles et peuvent donner lieu à la confrontation de différents scénarios urbanistiques d’avenir. Par la décomposition et la recomposition des structures morphologiques de la ville indissociable d’une réflexion sur la fabrique urbaine qu’elle propose, elle constitue également un outil heuristique : elle interroge synchroniquement et diachroniquement ce qui fait la ville. Sa démarche de va-et-vient entre le particulier et le général représente enfin un outil comparatiste : la construction de comparables synchroniques et diachroniques – les chorotypes – et la décomposition des points communs et des différences entre modèles fournissent un cadre méthodologique pour des comparaisons systématiques de villes et de trajectoires urbaines (fig. 7).

Fig. 7 – Le va-et-vient entre général et particulier typique d’une démarche modélisatrice.

31À l’heure de SIG de plus en plus sophistiqués (avec lesquels la chrono-chorématique partage une démarche combinatoire consistant à décomposer et superposer plusieurs couches d’informations spatiales), cette démarche de simplification conserve sa justification voire gagne en pertinence par sa portée heuristique : elle s’efforce d’ouvrir systématiquement les boîtes noires de ce qui fait la ville, synchroniquement et diachroniquement. La démarche nécessite d’expliciter les causes (sociales) de l’organisation urbaine et la part respective du spécifique et du général dans cette « composition ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

André Y., Bailly A., Clary M., Ferras R. et Guérin J.-P. 1990. Modèles graphiques et représentations spatiales, Anthropos/Reclus, Paris, 217 p.

Ascher F. 2009. L’âge des métapoles, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 388 p.

Atelier Du Cnau 2010. Une frise-modèle du temps long urbain, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10402.html.

Bertrand G. 1975. Ouverture. Pour une histoire écologique de la France rurale, in : Duby G. et Wallon A. (dir.), Histoire de la France rurale. 1. Des origines à 1340, Seuil, Paris : 39-118.

Berry B. J. L. 1964. Cities as systems within systems of cities, Papers in Regional Science, 13, 1: 147–163.

Bertin J. 1967. Sémiologie graphique : les diagrammes, les réseaux, les cartes, Mouton, Paris, 461 p.

Blanchard R. 1928. Une méthode de géographie urbaine, Revue de géographie alpine, 16, 1 : 193-214.

Boissavit-camus B., Guilloteau C. et Grataloup C. 2010. Aix-en-Provence : étude chrono-chorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10403.html.

Boissavit-camus B., Guilloteau C. et Royoux D. 2010. Poitiers : étude chronochorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10405.html.

Brunet R. 1972. Organisation de l’espace et cartographie de modèles : les villes du Massif Central, L’Espace Géographique, 1-1972 : 44-48.

Brunet R. 1980. La composition des modèles dans l’analyse spatiale, L’Espace Géographique, 4-1980 : 253-255.

Brunet R. 1986. La carte-modèle et les chorèmes, Mappemonde, 1986-4 : 44-45.

Brunet R. 1990. Le déchiffrement du monde. Géographie universelle, Hachette/Reclus, Paris, 320 p.

Cheylan J.-P. 2007. Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation, M@ppemonde, 87, 3-2007, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num15/articles/art07303.html.

Delacroix C., Dosse F. et Garcia P. 2009. Historicités, La Découverte, Paris, 299 p.

Droulers M. 2001. Brésil : une géohistoire, Presses universitaires de France, coll. « Géographies », Paris, 306 p.

Durand-Dasles F., Favory F., Fiches J.-L., Mathian H., Pumain D., Raynaud C., Sanders L., Van der Leeuw S. 1998. Des oppida aux métropoles, Archéologues et géographes en vallée du Rhône, ARCHAEOMEDES, Anthropos, coll. « Villes », Paris, 280 p.

Elissalde B. 2000. Temporalités et changement spatial en géographie, Mémoire d’habilitation, Université Paris I, 290 p.

Galinié H. 1979. Droit de cité pour l’archéologie urbaine, Les Nouvelles de l’Archéologie, no 0, Supplément à Maison des sciences de l’Homme – Informations, Paris : 6-10.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences des villes », 16, Tours, 128 p.

Galinié H., Rodier X. et Saligny L. 2004. Entités fonctionnelles, entités spatiales et dynamique urbaine dans la longue durée, Histoire & mesure, XIX – ¾ : 223-242.

Grataloup C. 1996. Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Reclus, Paris-Montpellier, 200 p.

Hodder I. et Orton C. 1976. Spatial Analysis in Archeology, Cambridge University Press, Cambridge, 270 p.

Lefebvre B. 2011. Modèles de réutilisation des amphithéâtres antiques dans la formation des tissus urbains, M@ppemonde, 101, 1-2011, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num29/articles/art11102.html.

Lefebvre H. 1974. La production de l’espace, Anthropos, Paris, 487 p.

Lefèvre B. 2010. Angers : étude chrono-chorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10404.html.

Lefèvre B., à paraître. La modélisation chrono-chorématique : un outil pour analyser la rétraction urbaine tardo-antique, in : Franges urbaines et confins territoriaux, la Gaule dans l’Empire, colloque international de Versailles (DRAC Île-de-France / UMR ArScAn), 29 février-3 mars 2012.

Lepetit B. et Pumain D. 1993. Temporalités urbaines, Anthropos, coll. « Villes », Économica, Paris, 316 p.

Lepetit B. et Topalov C. 2001. La ville des sciences sociales, Belin, Paris, 409 p.

Nuninger L., Sanders L. et al. 2006. La modélisation des réseaux d’habitat en archéologie : trois expériences, M@ppemonde, 83, 3-2006, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num11/articles/art06302.html.

Palsky G. 2004. Le temps des cartographes, in : Bord J.-P. et P. R. Baduel (dir.), Les cartes de la connaissance, Karthala, Paris : 345-352.

Pinon P. et Dupré-Henry D. 1992-1994. Composition urbaine, Éditions du STU, La Défense, Paris, 106 et 119 p.

Pumain D. 1997. Pour une théorie évolutive des villes, L’Espace géographique, 26, 2-1997 : 119-134.

Quéru M. 2012. Modélisation chrono-chorématique de Limoges pré-industrielle, M@ppemonde, 105, 1-2012, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num33/articles/art12101.html.

Reynaud A. 1992. Une géohistoire. La Chine des Printemps et des Automnes, Reclus, Paris, 220 p.

Rodier X. (dir.) 2011. Information spatiale et archéologie, Errance, coll. « Archéologiques », Paris, 254 p.

Rodier X. et Galinié H. 2006. Figurer l’espace/temps de Tours pré-industriel : essai de chrono-chorématique urbaine, M@ppemonde, 83, 3-2006, 15 p., [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num11/articles/art06303.html.

Rodier X., Galinié H. et Brunet R. 2006. Tours : étude chrono-chorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10406.html.

Roncayolo M. 1996. Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 507 p.

Roncayolo M. 2002. Lectures de villes. Formes et temps, Parenthèses, Marseille, 386 p.

Sapin C. (dir.) 1998. Auxerre : document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Association pour les fouilles archéologiques nationales – Ministère de la Culture, Direction de l’architecture et du patrimoine, Paris, 192 p.

Sillère G. et Robert S. 2007. Les cartes animées, M@ppemonde, 86, 2-2007, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num14/edito.html.

Simon G. 2010. Vendôme : étude chrono-chorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10407.html.

Thery H. 1990. Chronochorèmes et paléochorèmes : la dimension temporelle dans la modélisation graphique, in : André Y. et al., Modèles graphiques et représentations spatiales, Anthropos/Reclus, Paris : 41-61.

Van Hamme A., Bretagnolle A. et Mathian H. 2010. Animer les villes. Exploration dynamique de bases de données urbaines harmonisées dans le temps long, M@ppemonde, 99, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num27/fig10/fig10301.html.

Wallerstein I. 1995. Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Presses universitaires de France, Paris, 318 p.

Notes

1 La détermination de quatre grandes fonctions succède à un usage initial des trois couleurs primaires : l’intégration de l’économique au tissu urbain banal (en jaune) est apparue excessivement simplificatrice, ne permettant pas de mettre en évidence les spécialisations urbaines.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 – Le langage graphique : les composantes transhistoriques de la « composition » urbaine (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Fig. 3 – La trajectoire-type d’une ville de France (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 4 – (Dé)composer la ville : l’exemple du modèle de l’épisode 3 (Atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 5 – Types de transpositions entre général et particulier (tableau de G. Djament présentant les figures de l’atelier de chrono-chorématique urbaine du CNAU).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 6 – Lectures des tableaux chrono-chorématiques à partir de l’exemple de Poitiers (commentaire de G. Djament sur le tableau de Boissavit-Camus, Guilloteau et Royoux 2010).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Légende Fig. 7 – Le va-et-vient entre général et particulier typique d’une démarche modélisatrice.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7693/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteurs

Conservateur du Patrimoine, Centre archéologique européen Bibracte

Maître de conférences en Géographie, UMR 7362 LIVE, Université de Strasbourg – CNRS, Associée à l’UMR Géographie-Cités et à l’EIREST (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540