Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

La périodisation de l’histoire urbaine à travers la collection Atlas historique des villes de France

The periodization of urban history: a study based on the Atlas Historique des villes de France

Bastien Lefebvre

Résumé

For the historian, periodization involves identifying turning-points in history to give time a meaningful structure. This paper investigates the periodization of urban topography as illustrated in the 49 volumes of the Atlas historiques des villes de France. This work divides history into periods but the turning points are treated as self-evident and are rarely justified. The moments that mark the transformation of cities are heterogeneous and refer to political, social, economic or topographic events. This study examines the nature of the events used to create this division of time. Furthermore, based on temporal analysis of the information, it discusses the relationships between the periodized timeline of the cities and the academic divisions of history.

Texte intégral

1Pour l’historien, périodiser consiste à trouver les articulations pertinentes pour découper la continuité insaisissable du temps et lui donner une structure signifiante. Cette communication propose de revenir sur la périodisation de l’histoire de la topographie urbaine à travers l’étude des volumes de la collection Atlas historique des villes de France. Dans ces notices ou ces ouvrages, les auteurs ont procédé à un découpage de l’histoire de chaque ville en périodes, mais les articulations retenues pour définir ces phases sont rarement justifiées. Lorsqu’on examine les éléments charnières qui scandent la transformation des villes, on constate qu’ils sont hétérogènes et qu’ils renvoient le plus souvent à des événements d’ordre politique, social, économique ou topographique.

  • 1 Aussi spécifique soit-il, le sujet abordé par cette communication est vaste. Pour respecter le for (...)

2Le texte1 qui suit propose non seulement d’examiner la nature des événements retenus par les auteurs pour construire ce découpage, mais aussi de confronter au découpage académique de l’Histoire l’analyse temporelle de ces notices de ville.

LA COLLECTION ATLAS HISTORIQUE DES VILLES DE FRANCE : UN CORPUS PARTICULIER D’HISTOIRES URBAINES

Le choix de la série

  • 2 Pour une présentation complète de l’histoire de la collection, lire Lavaud 2012.
  • 3 La liste de ces ouvrages est présentée en fin d’article.
  • 4 Bien que moins riche avec un total de 21 volumes, les Documents d’évaluation du patrimoine archéol (...)

3Le choix de retenir la collection Atlas historique des villes de France pour analyser le découpage et la périodisation de l’Histoire urbaine s’est quasiment imposé. Fondée par P. Wolffet C. Higounet, mais conduite par J.-B. Marquette2, la collection des atlas présente un certain nombre de qualités et se prête assez bien à une analyse globale. D’abord, il s’agit d’une série d’ouvrages présentant à la fois la topographie historique des villes, c’est-à-dire la matérialité de l’urbain, et l’histoire économique, politique ou sociale. Il s’agit d’un ensemble de volumes bien plus orienté sur l’espace et les aménagements urbains que ne le sont par exemple les ouvrages publiés chez Privat (Histoire de…). Ensuite, avec 49 ouvrages3 parus depuis 1982, il s’agit d’une série importante qui se prête donc plus facilement à une analyse d’ensemble que des collections plus modestes4. Enfin, c’est le format même des ouvrages qui se prête bien aux comparaisons : en effet les textes présentent, selon un modèle commun à l’ensemble de la série, des données succinctes et sérielles parmi lesquelles les informations concernant le découpage de l’histoire de la ville sont assez bien mises en évidence.

La présentation de l’histoire urbaine

  • 5 Oloron-Sainte-Marie et Orthez.

4La plupart des volumes des Atlas historique des villes de France prennent la forme d’une grande carte sur laquelle figure, sur un fond de plan du cadastre du XIXe siècle, les éléments de la topographie historique selon une légende normalisée et commune à l’ensemble des notices de la collection. Accompagnant la ou les cartes, un fascicule, autrement appelé « notice », fournit en quelques pages (généralement de trois à six) les principales informations sur certains aspects de la ville. Seuls les trois derniers volumes de la collection s’écartent de ce modèle dans la mesure où la notice prend la forme d’un véritable ouvrage5, voire de plusieurs dans le cas exceptionnel de Bordeaux.

  • 6 Pour la ville d’Évreux, on trouve par exemple des titres de parties comme : Mediolanum Aulercorum  (...)

5Que ce soit dans les courtes notices ou les plus longues, les transformations topographiques de la ville sont très majoritairement présentées de manière chronologique. Des chapitres découpent l’histoire des villes en tronçons et le titre qui les précède précise les limites chronologiques et/ou ce qui caractérise la période ainsi formée6. Ce sont à la fois les bornes de ce découpage et la nature de ces ruptures qui ont été relevées puis analysées afin de réfléchir à la périodisation de l’histoire urbaine.

La méthode d’analyse

6Une base de données a été créée afin d’enregistrer pour chaque ville les ruptures retenues pour procéder au découpage de son histoire ; lorsqu’elle était indiquée ou identifiable, la raison du découpage a également été enregistrée. D’autres informations ont été saisies dans la base de données, comme par exemple les sources qui justifient le découpage.

La nature du jeu de données

7Finalement, ce sont 49 villes, 49 publications et 49 histoires urbaines qui ont ainsi été examinées. Pour autant toutes n’ont pas été prises en compte dans l’analyse. Certaines notices trop particulières ont été écartées. C’est le cas de Tarbes dont la présentation n’est pas chronologique, mais thématique et qui ne se prête pas à l’analyse envisagée. La présentation de Mantes-la-Jolie n’a pas non plus été prise en compte : bien trop historique, elle ne fait pas grande place à la topographie et il était donc impossible de l’intégrer pour la comparer aux autres villes. En revanche, c’est pour une autre raison que Lorient n’a pas été retenue. La ville fait en effet quelque peu figure d’exception puisque l’agglomération ne remonte pas avant le milieu du XVIIe siècle.

8Ce sont ainsi 46 chronologies urbaines qui ont été analysées à partir d’un ensemble de publications étalées entre 1982 et 2009 et qui forment le corpus retenu pour cette étude. Afin de garantir la cohérence des données, rien du contenu de ces notices n’a été modifié. Les conceptions « datées » qui concernent souvent l’histoire des villes à la Protohistoire ou durant le haut Moyen Âge n’ont ni été reprises, ni actualisées. Les notices ont été intégrées telles quelles, y compris les considérations qui s’imposent aujourd’hui clairement comme dépassées ou ingénues.

9L’autre écueil qui fut impossible à éviter et donc avec lequel il a fallu composer est la répartition géographique très hétérogène des villes ayant fait l’objet d’un atlas. En effet, on constate sur la figure 1 une répartition très déséquilibrée des publications. Le corpus retenu n’est effectivement pas le fruit d’un programme d’étude bien délimité et achevé mais il reflète plutôt le réseau des chercheurs ayant participé aux atlas depuis le début des années 1980 (Lavaud 2012).

LES FORMES DE DÉCOUPAGE DE L’HISTOIRE DES VILLES

10La lecture et le dépouillement de l’ensemble des notices ont permis d’identifier, pour les 46 villes intégrées dans le corpus, un total de 328 « ruptures ». Celles-ci correspondent à un total de 200 datations différentes qui peuvent être regroupées en plusieurs catégories selon la résolution retenue, mais aussi selon la nature de l’information.

La résolution de la datation des ruptures

11Ces 200 ruptures différentes peuvent être regroupées en catégories selon la précision retenue pour la datation. Dans les notices, il existe en effet pour les auteurs plusieurs manières de situer dans le temps un changement jugé significatif dans l’histoire de la ville analysée.

12Les auteurs peuvent retenir l’année (par exemple : « en 1271 ») ou une période autour d’une année (« vers 1815 »). C’est cette première forme de datation qui est de loin la plus fréquemment retenue, ce qui signifie donc que beaucoup considèrent qu’une année peut être un élément charnière dans l’histoire d’une ville. Les auteurs font ensuite souvent référence à une période située dans un siècle (par exemple : « à la fin du XIVe siècle » ou « au milieu du XVe siècle »). En revanche, la datation par siècle que l’on aurait pu croire assez fréquente, n’est finalement pas si souvent utilisée. On trouve aussi dans les notices le recours à une période historique pour dater un fait marquant, mais ceci concerne en réalité essentiellement la guerre de Cent ans, les guerres de Religion et la Révolution. Enfin, la dernière forme de datation rencontrée est celle des « vies » de personnages historiques mentionnée par exemple sous la forme : « sous le règne de Catherine de Bourgogne ». Elle est plus marginale que les autres.

Fig. 1 – Carte des publications de l’Atlas historique des villes de France.
On remarque une répartition géographique inégale. L’Aquitaine est chronologiquement le premier espace étudié et aussi le plus concerné. Les villes des régions voisines (Midi-Pyrénées et Limousin) sont ensuite les mieux représentées, puis viennent les villes de Bretagne et celles de l’Est (Lorraine et Franche-Comté). Les atlas publiés sur la Normandie, l’Île-de-France, le Roussillon et le Poitou sont globalement plus récents et plus ponctuels.

13Afin de pouvoir rendre comparables ces différentes formes de datation, toutes ont été rapportées dans la base de données au quart de siècle. En effet, après plusieurs essais, c’est une résolution à 25 ans qui a été retenue.

14La répartition des catégories de datations dans le temps montre que si l’année est de plus en plus privilégiée à partir du Xe siècle – ce qui s’accorde avec la multiplication des sources écrites – les auteurs continuent d’utiliser des datations par siècle au bas Moyen Âge et à l’Époque moderne (fig. 2). Peut-être est-ce là une preuve que l’année n’est pas toujours jugée comme la plus pertinente pour marquer un changement dans l’histoire d’une ville ?

Les sources des ruptures

15Une autre manière d’analyser ces ruptures consiste à examiner les sources que les auteurs des notices ont mobilisées pour justifier, lorsqu’ils le font, leur découpage chronologique. Parmi les quatre types de sources disponibles (sources écrites, planimétriques, archéologiques et architecturales), ce sont les sources écrites sur lesquelles les auteurs se sont le plus appuyés. Ceci est conforme à la nature même d’un atlas historique mais s’explique aussi par l’histoire de la recherche et l’ancienneté de beaucoup de notices.

  • 7 C’est le cas des villes d’Auch, Bayonne, Bazas, Bordeaux, Limoges, Périgueux, Rodez, Toul et Vanne (...)

16Lorsque l’on regarde comment ces sources documentent la chronologie de l’histoire des villes, on constate des disparités fortes surtout durant le premier millénaire (fig. 3). On constate ainsi par exemple que les données archéologiques mobilisées documentent essentiellement l’Antiquité, là où les sources écrites sont justement absentes. Comme pour l’archéologie, le bâti est aussi mobilisé à la fin de l’Antiquité, ce qui se justifie par la construction de nombreuses enceintes au Bas-Empire7. Par ailleurs, on remarque que sans les sources écrites, il n’y aurait aucune rupture durant le haut Moyen Âge.

17On note également que l’absence de justification des sources retenues ne concerne pas seulement les périodes durant lesquelles la documentation est la plus rare. Dès le IXe siècle, mais surtout à partir du XVe siècle, les sources de nombreuses ruptures ne sont pas précisées. L’absence de justification ne reflète donc pas une difficulté à trouver des événements pour créer une rupture, mais plutôt à faire le tri pour trouver un moment véritablement marquant dans la masse documentaire.

Fig. 2 – Distribution chronologique des formes de datation des « ruptures ». Si les références au siècle ou à l’année dominent largement, dans le détail, on constate que l’année est surtout retenue à partir du IXe siècle, au moment où les sources écrites deviennent justement plus nombreuses.

Fig. 3 – Distribution chronologique des catégories de sources mobilisées par les « ruptures ». Si la documentation textuelle domine largement, on remarque que les sources matérielles (archéologie et architecture) sont bien plus mobilisées durant l’Antiquité qu’au Moyen Âge ou à l’Époque moderne. Il est surprenant de remarquer qu’à plusieurs reprises les sources des ruptures ne sont pas précisées durant le second millénaire, alors même que la documentation est plus fournie.

Quels sens historiques pour ces « ruptures » ?

18Trois grandes catégories ont été retenues afin de classer ces ruptures, en étudier la nature et en comprendre le sens historique. On compte celles qui ont été motivées par un changement dans la topographie urbaine (qui relèvent d’éléments matériels) ; celles qui sont justifiées par des aspects économiques et sociaux (qui relèvent de la société urbaine) ; celles qui correspondent à des transformations politiques et/ou administratives. Une dernière classe regroupe les ruptures dont le sens n’est pas justifié.

19Ces classes ne sont pas exclusives. Parfois à une rupture correspondent plusieurs catégories comme, par exemple, la destruction de l’enceinte (topographie urbaine) qui peut être consécutive de la prise de la ville (changement politique) comme ce fut le cas à Bergerac en 1621.

20De manière générale, c’est bien la topographie historique qui domine, ce qui est attendu par la nature même de l’atlas historique, mais on constate que les critères politiques sont souvent retenus. Enfin, les éléments propres à la société urbaine sont moins sollicités, car certainement plus difficiles à cerner. La part des critères non justifiés est forte.

21Si l’on détaille ces critères, on constate que les « aménagements urbains » ont souvent été considérés comme une bonne « raison » pour découper l’histoire urbaine (fig. 4) mais que ce sont les « enjeux supra-locaux », c’est-à-dire les guerres et les changements politiques et administratifs, qui le sont encore davantage. Ainsi, les enceintes (construction et destruction) sont de manière attendue des éléments très sollicités pour scander l’histoire urbaine. Les effets de croissance démographique et de croissance économique le sont pour les aspects sociaux.

Fig. 4 – Graphique représentant les critères historiques retenus par les « ruptures » des notices. Comme attendu, ce sont principalement les critères relevant de la topographie urbaine (en orange) qui ont été retenus, puis viennent les critères politiques (en bleu) et sociaux ou économiques (en rouge). La part des critères extrinsèques aux villes (en vert) apparaît assez forte.

22Ceci amène alors à s’interroger sur la pertinence de certains éléments dont on peut douter qu’ils soient réellement marquants dans l’histoire de chacune de ces villes, parfois de l’aveu même des auteurs.

L’INTERROGATION HISTORIQUE DES DONNÉES

La distribution temporelle des ruptures

23La mise en commun de l’ensemble des divisions dans l’histoire de ces villes permet de visualiser, sous la forme d’un graphique, la distribution des ruptures dans le temps (fig. 5). Il ressort que le découpage de l’histoire des villes ne s’impose pas, même si on peut observer que certaines périodes sont plus sollicitées et semblent ainsi correspondre à des temps forts de l’articulation de l’histoire urbaine dessinée par le corpus des volumes de la collection Atlas historique des villes de France. On distingue ainsi :

  • la période du Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle apr. J.-C. qui correspond à la fondation de villes peu après la conquête de la Gaule ;
  • les IIIe-IVe siècles qui représentent une période marquée par la construction des enceintes réduites dans bon nombre de villes, mais il ne s’agit pas d’une longue période homogène : des changements significatifs apparaissent vers 250/275, puis vers 375 ;
  • la période autour de l’an Mil qui se distingue certainement par un effet de source : la documentation textuelle étant plus importante, les faits sur lesquels on peut s’appuyer deviennent donc plus nombreux ;
  • un XIIe siècle contrasté avec une première moitié de siècle peu significative, semble-t-il, mais une seconde partie plus souvent sollicitée ;
  • le XIIIe siècle (et surtout les années 1275-1300) plus difficile à interpréter, mais que l’on considère souvent comme une période de croissance urbaine ;
  • la fin du Moyen Âge, si on envisage que l’on peut la situer dans les années 1475-1500, est elle aussi saillante ;
  • la période des XVIe-XVIIe siècles marquée par les effets de la Contre-Réforme et des guerres de Religion, deux éléments historiques souvent mentionnés dans les notices, sans doute retenus pour l’incidence sur l’aspect architectural de la ville (destructions et constructions de couvents). En revanche, ce qui est peut-être moins attendu, c’est le dernier quart du XVIIe siècle qui ne s’explique pas par l’émergence de grands projets urbains ;
  • le XVIIIe siècle avec la Révolution qui est un marqueur très présent, même si les auteurs reconnaissent pour cette dernière un impact souvent marginal dans l’histoire de la ville8.

Fig. 5 – Distribution chronologique des « ruptures » dans les villes du corpus et mise en évidence du rapport avec un découpage académique de l’histoire de France. On constate une similitude assez forte entre les moments où les ruptures sont les plus nombreuses et le découpage proposé par la collection Histoire de France dirigée par J. Cornette.

24Que penser de ces observations ? Il semble qu’il s’agisse parfois de ruptures réelles pour l’histoire urbaine, d’autres fois de points de repères commodes mobilisés par les auteurs pour situer leur discours dans le temps, mais pas forcément pertinents pour la ville étudiée.

25En effet, la figure 5 montre un certain nombre de similitudes entre les moments où les ruptures sont les plus nombreuses (et donc les plus pertinentes pour une périodisation générale de l’histoire des villes retenues dans ce corpus) et le découpage traditionnel de l’Histoire de France, tel que le proposent par exemple les directeurs de la nouvelle « Histoire de France » récemment publiée chez Belin (Cornette et al. [dir.] 2009-2012).

26La confrontation des deux systèmes de périodisation montre, malgré quelques décalages, des découpages relativement proches, même si rien ne peut être avancé à propos de l’Antiquité qui est exclue des volumes de l’Histoire de France, et ne peut pas être prise en compte ici. Cette analogie démontre-t-elle que le découpage de l’histoire des villes est identique à celui d’une histoire générale de la France ? N’existerait-il donc aucune spécificité des rythmes urbains, ceux-ci s’inscrivant forcément dans une histoire plus globale, plus large ? Ou bien n’arriverait-on pas à l’identifier ?

27Quoi qu’il en soit, cela en dit long sur notre manière de découper le temps, car pour être proches, ces découpages ne reposent-ils pas avant tout sur des points de repères généraux, c’est-à-dire facilement identifiables, plutôt que sur de réelles ruptures ?

28La pertinence des ruptures retenues pour découper l’histoire des villes est à bien des égards discutable (cf. supra), mais le fait que l’ordonnance de ces ruptures suive à peu près le même modèle que le découpage de l’Histoire de France souligne la difficulté à identifier les moments les plus significatifs dans l’histoire de la ville étudiée et pourquoi, souvent, ce sont davantage des jalons historiques commodes qui sont retenus.

Des origines différentes pour un destin commun ou pour une approche commune ?

29Toutes les villes qui forment le corpus retenu ne sont pourtant pas identiques. Elles proviennent de situations et de régions bien différentes dont les spécificités ont forcément conditionné la chronologie. Chacun comprend que les villes de Bretagne sont caractérisées par un fonctionnement différent des villes d’Aquitaine ou de l’Est. On s’attend aussi à ce que l’origine des villes ait une incidence significative dans les rythmes et, de fait, la périodisation de l’histoire urbaine. Le format de l’article ne permettant pas de détailler l’ensemble de ces spécificités, seule la prise en compte de l’origine des villes, plus simple à présenter, servira d’exemple.

30La lecture des notices permet de distinguer six périodes différentes pendant lesquelles des villes sont créées ou apparaissent dans les sources :

  1. les chefs-lieux de cité de fondation antique, comme Auch, Périgueux, Vannes, etc. ;
  2. les villes antiques du « réseau urbain secondaire » telles qu’Albi ou Quimper ;
  3. les villes du haut Moyen Âge, comme Brive-la-Gaillarde, Provins ou Collioure ;
  4. les villes « fondées » autour de l’an Mil, telles qu’Étampes ou Perpignan ;
  5. les fondations des XIIe-XIIIe siècles, par exemple Montauban, Marmande ou Villeneuve-sur-Lot ;
  6. les villes du bas Moyen Âge, moins nombreuses, comme Belfort, Brest ou encore Pau.

31La comparaison du découpage temporel de chacune de ces villes permet de constater, avec prudence étant donné le petit nombre de cas, que ces villes suivent une périodisation à peu près identique à quelques exceptions près (fig. 6). Certaines de ces différences trouvent facilement une explication, comme le fait que le Xe siècle soit assez sollicité, sauf pour les villes fondées autour de l’an Mil qui présentent des modifications plus concentrées au XIe siècle. Mais d’autres différences sont plus absconses, comme le constat que le XVe siècle est marquant dans la chronologie des villes fondées autour de l’an Mil, alors qu’il ne l’est pas pour les autres types d’agglomérations.

Fig. 6 – Distribution chronologique des ruptures selon l’origine des villes. Derrière des comportements souvent communs, certains rythmes présentent des décalages chronologiques, voire des divergences.

32Malgré ces remarques, c’est bien un découpage assez proche de l’histoire de ces différentes catégories de villes qui se dégage. Mais qu’en conclure ? Qu’il existe une périodisation générale des villes, qu’elles existent depuis cent ans ou mille ans ? Ou plutôt, et à nouveau, que le découpage repose sur des éléments de datation ou des critères extrinsèques à la réalité urbaine ?

33Les résultats obtenus à partir de l’examen des villes selon leur contexte géographique obligent à une conclusion plus nuancée. Sans qu’il soit possible de présenter ici dans le détail ces résultats, retenons qu’il existe bien des ensembles de villes caractérisés par des temporalités propres. Toutefois, celles-ci restent fortement marquées par un contexte historique régional qui dépasse largement leur trajectoire individuelle.

Une histoire urbaine multiple

34C’est en réalité une analyse plus fine de ces ruptures qui permet de montrer l’originalité bien spécifique de l’histoire des villes. En effet, c’est en détaillant les chronologies des types de ruptures qu’apparaissent des temporalités propres aux villes (fig. 7).

35Sans s’attarder ici à détailler ces tendances et à chercher à les interpréter, on peut retenir que ce qui peut caractériser et individualiser le temps des villes n’est pas une conception globale du phénomène mais bien un ensemble ou un faisceau de chronologies. La ville, qui n’est pas un tout homogène (Galinié 2000), ne dispose pas en conséquence d’une unique chronologie. La ville est le fonctionnement d’un ensemble d’éléments en interaction : des structures matérielles et des structures sociales qui ont selon toute vraisemblance chacune leur propre rythme, mais qu’il serait bien entendu erroné de chercher à examiner isolément.

Fig. 7 – Confrontation de la distribution chronologique des quatre grandes catégories de ruptures. Chaque type présente un comportement singulier ; toutefois on reconnaît des profils très proches concernant les ruptures topographiques et politiques, tandis que les ruptures d’ordre économique et social suivent une distribution différente. Ceci montre bien que la chronologie des villes repose sur un ensemble d’éléments distincts mais aussi en interaction.

36Ainsi, il convient d’analyser et de confronter non seulement les chronologies des éléments topographiques et sociaux, mais aussi de chercher à identifier des processus liés, dont les trajectoires peuvent être distinctes. Par exemple, les constructions d’enceintes vont de pair avec des décroissances démographiques, ou des mentions plus rares de croissance démographique, mais parfois aussi avec des mentions de croissance économique…

37L’examen de chacune de ces temporalités ainsi que de leurs relations permet une approche plus fine mais aussi plus complexe et vraisemblablement plus juste de l’histoire du fonctionnement des villes. Toutes ces temporalités sont à examiner, chacune en soi, mais aussi en relation les unes avec les autres.

CONCLUSION

38Le bilan de cette recherche montre d’abord que pour construire une histoire de la ville, les auteurs des notices (et on pourrait l’étendre à la plupart des chercheurs) mobilisent des ruptures dont le sens peut être très varié. Beaucoup de ces ruptures semblent d’ailleurs extrinsèques à la réalité même de la ville ; elles représentent plus souvent des jalons de l’Histoire et c’est en cela qu’elles sont bien commodes.

39Ce travail montre ensuite que lorsqu’elles sont issues de l’histoire de la ville elle-même, les ruptures utilisées confondent, sans assez de prudence, des éléments empruntés aux aspects topographiques (le plus souvent du bâti ou de l’urbanisme), avec d’autres issus des caractères économiques et/ou sociaux (souvent généraux d’ailleurs). Puisque chaque élément dispose de ses propres rythmes, il est donc risqué de retenir sans justification, et certainement par intuition, des limites hétérogènes afin de composer la temporalité d’une ville, plus encore les dynamiques de l’histoire du fait urbain.

40Chaque aspect de la ville mérite d’être examiné en soi, mais aussi comme la partie d’un tout, chacun pouvant être en relation avec les autres. C’est ainsi que l’on pourra appréhender les fonctionnements ou les états de la fabrique urbaine, et aussi observer les articulations entre ces fonctionnements, puis les rythmes et les dynamiques urbaines.

41En somme, si découper le temps est bien indispensable, c’est une opération bien moins anodine qu’on ne le pense souvent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cerruti M.-C., Desachy B., Guilloteau C. et Ibañez T. 2007. La perception archéologique de la ville médiévale à travers les données du Centre national d’Archéologie Urbaine, in : Cerruti M.-C. et al. : Actes du 4e Congrès international d’Archéologie médiévale et moderne « Medieval Europe Paris 2007 », du 3 au 8 septembre 2007, [en ligne], http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/CNAU.pdf.

Cornette J., Biget J.-L. et Rousso H. (dir.) 2009-2012. Histoire de France, en treize volumes, Belin, Paris.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Lavaud S. 2012. Histoire d’atlas… L’Atlas historique de Bordeaux, une proposition de restitution cartographique de la fabrique urbaine, in : Lavaud S. et Schmidt B. (dir.), Représenter la ville (Moyen Âge-XXIe siècle), Ausonius, coll. « Scripta Mediaevalia », 20, Bordeaux : 207-226.

Annexes

ANNEXES

Collection Atlas historique des Villes de France

1982

Bazas, Jean-Bernard Marquette

La Réole, Jacques Gardelles

Mont-de-Marsan, Jean-Bernard Marquette

Saint-Sever, Jean-Claude Lasserre

Auch, Gilbert Loubès

Bayonne, Pierre Hourmat

Foix, Gabriel-Michel de Llobet

Pau, Christian Desplat et Pierre Tucoo-Chala

Tarbes, Maurice Berthe, Roland Coquerel et Jean-François Soulet

1983

Albi, Jean-Louis Biget

Cahors, Jean Lartigaut

Figeac, Jean Lartigaut

Montauban, Jean-François Fau et Jean-Claude Fau

Rodez, Bernadette Suau

1984

Bergerac, Yan Laborie

Périgueux, Arlette Higounet-Nadal

Brive, Bernadette Barrière

Ussel, Jean-Loup et Nicole Lemaitre

Limoges, Bernadette Barrière

1985

Agen, Jacques Clémens

Marmande, Jacques Clémens

Nérac, Jacques Clémens

Villeneuve-sur-Lot, Jacques Clémens

1986

Fougères, Jean-Pierre Leguay et Claude Nières

Morlaix, Jean Tanguy

Saint-Malo, Catherine Laurent

Vannes, Patrick André, Jean-Pierre Leguay et Claude Nières

1988

Lorient, Claude Nières

Quimper, Jean Kerhervé

1989

Étampes, Claudine Billot

Senlis, Ghislain Brunel, Thierry Crépin-Leblond et Jean-Marc Femolant

1991

Brest, Marie-Thérèse Cloitre

Saint-Brieuc, Jean Kerhervé

1992

Provins, Pierre Garrigou Grandchamp et Jean Mesqui

1993

Belfort, Michel Rilliot et Yves Pagnot

Épinal, Bemard Houot

1994

Montbelliard, André Bouvard, Jean-Claude Voisin

Alençon, Gérard Louise

1997

Nancy, Jean-Luc Fray

Collioure-Port-Vendres, Antoine de Roux et Alain Ayats

Perpignan, Antoine de Roux

Évreux, Pierre Bauduin

1998

Bar-Le-Duc, Jean-Paul Streiff-Figueres

Niort, Valérie Trouvé

2000

Mantes-La-Jolie, Lucien Bresson

Toul, Michel Hachet, Abel Lieger, André Mertzweiller

2003

Oloron-Sainte-Marie, Jacques Dumonteil

2007

Orthez, Benoît Cursente

2009

Bordeaux, Sandrine Lavaud et Ézéchiel Jean-Courret (dir.)

Notes

1 Aussi spécifique soit-il, le sujet abordé par cette communication est vaste. Pour respecter le format de l’article, seule une partie de l’analyse est présentée dans ce texte. La rédaction d’un article plus complet est en cours de préparation.

2 Pour une présentation complète de l’histoire de la collection, lire Lavaud 2012.

3 La liste de ces ouvrages est présentée en fin d’article.

4 Bien que moins riche avec un total de 21 volumes, les Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (DEPAVF) ont pourtant eux aussi fait l’objet d’une étude sur le découpage chronologique de l’histoire des villes. Ce travail a été réalisé par les membres du Centre national d’archéologie urbaine (CNAU) (Cerruti et al. 2007).

5 Oloron-Sainte-Marie et Orthez.

6 Pour la ville d’Évreux, on trouve par exemple des titres de parties comme : Mediolanum Aulercorum ; Le haut Moyen Âge : les incertitudes de la topographie religieuse ; L’essor urbain des XIe-XIIe siècles ; Tutelle royale et prospérité (XIIIe s.) ; etc.

7 C’est le cas des villes d’Auch, Bayonne, Bazas, Bordeaux, Limoges, Périgueux, Rodez, Toul et Vannes.

8 Pour preuve, J.-B. Marquette écrit dans la notice de Bazas : « La Révolution paradoxalement n’entraîna pas de bouleversement dans le paysage urbain et fort peu, semble-t-il, dans les structures de la population. » Et pourtant, il retient la Révolution. Pour Brive-la-Gaillarde, B. Barrière indique : « Si la Révolution perturba quelque peu le fonctionnement de la vie municipale et bouscula les vieux pôles d’attraction religieux, elle ne bouleversa pas fondamentalement le paysage monumental. »

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte des publications de l’Atlas historique des villes de France.On remarque une répartition géographique inégale. L’Aquitaine est chronologiquement le premier espace étudié et aussi le plus concerné. Les villes des régions voisines (Midi-Pyrénées et Limousin) sont ensuite les mieux représentées, puis viennent les villes de Bretagne et celles de l’Est (Lorraine et Franche-Comté). Les atlas publiés sur la Normandie, l’Île-de-France, le Roussillon et le Poitou sont globalement plus récents et plus ponctuels.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 2 – Distribution chronologique des formes de datation des « ruptures ». Si les références au siècle ou à l’année dominent largement, dans le détail, on constate que l’année est surtout retenue à partir du IXe siècle, au moment où les sources écrites deviennent justement plus nombreuses.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 3 – Distribution chronologique des catégories de sources mobilisées par les « ruptures ». Si la documentation textuelle domine largement, on remarque que les sources matérielles (archéologie et architecture) sont bien plus mobilisées durant l’Antiquité qu’au Moyen Âge ou à l’Époque moderne. Il est surprenant de remarquer qu’à plusieurs reprises les sources des ruptures ne sont pas précisées durant le second millénaire, alors même que la documentation est plus fournie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4 – Graphique représentant les critères historiques retenus par les « ruptures » des notices. Comme attendu, ce sont principalement les critères relevant de la topographie urbaine (en orange) qui ont été retenus, puis viennent les critères politiques (en bleu) et sociaux ou économiques (en rouge). La part des critères extrinsèques aux villes (en vert) apparaît assez forte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 5 – Distribution chronologique des « ruptures » dans les villes du corpus et mise en évidence du rapport avec un découpage académique de l’histoire de France. On constate une similitude assez forte entre les moments où les ruptures sont les plus nombreuses et le découpage proposé par la collection Histoire de France dirigée par J. Cornette.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Fig. 6 – Distribution chronologique des ruptures selon l’origine des villes. Derrière des comportements souvent communs, certains rythmes présentent des décalages chronologiques, voire des divergences.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7 – Confrontation de la distribution chronologique des quatre grandes catégories de ruptures. Chaque type présente un comportement singulier ; toutefois on reconnaît des profils très proches concernant les ruptures topographiques et politiques, tandis que les ruptures d’ordre économique et social suivent une distribution différente. Ceci montre bien que la chronologie des villes repose sur un ensemble d’éléments distincts mais aussi en interaction.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Maître de conférences en Archéologie médiévale, Université Toulouse 2-Le Mirail, UMR 5608 TRACES – Équipe Terrae

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540