Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Évaluation et modélisation du potentiel archéologique urbain à Bourges

Assessing and modelling archaeological deposits in Bourges. A geotechnical research project

Mélanie Fondrillon, Laurence Augier, Amélie Laurent et Xavier Rolland

Résumé

This research is based on urban topography studies and rescue archaeology data collected in Bourges since the 1980s. It aims to assess the informative potential of urban soil by modelling the substratum, measuring the depth of archaeological deposits and identifying distinct functional activities to provide the intensity and use of urban space. The approach is based on the use of a geotechnical tool, the PANDA® penetrometer. The first study involved excavation of the Avaricum Urban Development Zone, with the aim of drawing up a reference framework to identify natural and human deposits and different layers in the urban soil. This tool is now available for new studies and sites throughout the Bourges urban space.

Texte intégral

1L’évaluation du potentiel archéologique repose sur l’acquisition de données quantitatives et qualitatives, destinées à mesurer la ville à travers de nombreux critères (Laurent et Fondrillon 2010 : 312-316). Parmi les plus utilisés, l’épaisseur du sol urbain et son degré de complexité peuvent être appréhendés par la connaissance du volume et du degré de stratification en un point donné de l’espace urbanisé ancien. À ce critère quantitatif, s’ajoute la connaissance des propriétés sédimentaires et hydrologiques de la stratification, informant davantage sur sa capacité à conserver ou altérer les matériaux archéologiques, qu’ils soient organiques ou minéraux. Enfin, puisque la question est bien celle de l’histoire urbaine, il s’agit de mettre en évidence les composantes fonctionnelles et chronologiques conservées en sous-sol et hors-sol, pour définir les éléments de topographie historique.

  • 1 Le Centre national d’archéologie urbaine, ancien service central délocalisé à Tours du ministère c (...)

2Cette démarche est ainsi synthétisée à travers l’équation de P. Garmy sur laquelle se fonde la collection des Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, éditée par le CNAU1 : Pr= (Pi-D) q (Garmy 1999 : 94).

3Le potentiel réel (Pr) résulte de la soustraction des destructions anciennes et récentes (D) au potentiel idéal (Pi), établi à partir de l’état des connaissances historiques ; l’ensemble est pondéré par la qualité du sol (q), en somme ses propriétés taphonomiques (Laurent 2007 : 23).

ÉVALUATION ET ARCHÉOLOGIE PRÉVENTIVE

4Cette approche est intimement liée aux modalités d’acquisition des données en archéologie préventive, et en particulier à l’occasion des diagnostics. Comme l’a rappelé le Conseil national de la recherche archéologique dans son avis rendu en décembre 2009 sur le sujet, le diagnostic est la « clé de voûte de toute politique en matière d’archéologie préventive » mais il l’est aussi de toute politique de connaissances de topographie historique, puisqu’il représente, dans beaucoup de cas, la seule source de documentation disponible (CNRA 2009).

  • 2 On renvoie le lecteur à la synthèse sur le sujet dans Galinié 1994 ; Laurent 2007 : 28-34 ainsi qu (...)

5Il s’agit là de principes déjà mis en application dans plusieurs travaux d’évaluation urbaine, menés depuis les années 1970 en Angleterre, en France puis partout en Europe. Ces expériences, dont l’objectif est de répondre au double enjeu de l’archéologie préventive en plein développement et de la recherche, proposent déjà des cartographies du potentiel archéologique réel et hiérarchisent les zones d’intervention en fonction des questionnements historiques2. On citera à ce titre les premiers travaux réalisés sur des villes françaises, Tours (Galinié et Randoin 1979), Chartres (Joly 1979) ou encore Saintes (Galinié et Boucard 1980), qui adoptent la grille d’analyse de l’évaluation archéologique urbaine mise en place à Londres (Biddle, Hudson et Heighway 1973) pour faire face aux destructions massives liées à la reconstruction d’après-guerre du centre-ville et à l’érosion patrimoniale qu’elles impliquent. Cette grille d’analyse devint le support méthodologique de la collection des Documents d’évaluation, lancée en 1989.

6Les enjeux actuels, depuis une petite dizaine d’années, portent donc sur le développement de nouvelles procédures d’évaluation, destinées à dépasser le postulat méthodologique selon lequel la pratique de l’évaluation se limite surtout aux sondages mécaniques systématiques (Rodier 1994 ; Boucharlat et Aubin 2004 : 241 ; Ferdière 2010 : 2-5).

7La difficulté reste évidemment que l’évaluation, telle qu’elle est opérée actuellement dans le cadre des diagnostics, joue essentiellement un rôle d’expertise prédictive à l’échelle du site plus que celui d’hypothèse de modélisation à l’échelle de la ville.

8Replacée dans une problématique d’archéologie urbaine, la question de l’évaluation reste cependant la même depuis que ses grands principes ont été exposés dans les années 1980 et 1990 :

  • comment évaluer l’optimum archéologique, en détruisant a minima ?
  • comment généraliser une observation ponctuelle à l’échelle de la ville ?
  • quel est le maillage d’intervention idéal pour une évaluation complète de la ville ?
  • comment concilier la recherche archéologique et l’aménagement urbain ?

ÉTAT DES LIEUX À BOURGES

  • 3 Ces recherches sont menées dans le cadre du service d’archéologie préventive de la communauté d’ag (...)

9Dans le cadre des interventions archéologiques réalisées à Bourges et dans ses environs3, notre démarche suit un double objectif, méthodologique et scientifique.

  • 4 Avant 1978, quelques opérations de sauvetage programmé ont été réalisées dans le centre ancien de (...)

10D’une part, il s’agit d’opérer une réflexion sur les méthodes d’évaluation pratiquées depuis 1978-19794, date qu’on retiendra ici comme les débuts de l’archéologie de sauvetage à Bourges (Troadec 2001b). Au terme de ce bilan, l’objectif est de développer de nouvelles procédures d’acquisition des données en couplant des méthodes d’évaluation différentes (destructrices et/ou non destructrices) mais aussi en adaptant les méthodes au cas par cas, en fonction des contraintes d’intervention, des questions historiques et des caractéristiques sédimentaires propres à chaque gisement.

  • 5 Ces modèles théoriques ont été mis en place par A. Laurent dans le cadre de sa thèse (Laurent 2007 (...)

11Dans un second temps, l’objectif est scientifique par l’intégration d’une approche spatiale. Fondée sur la reconnaissance de l’épaisseur de sol urbain et de son degré de complexité, la démarche consiste à identifier, même grossièrement, les dynamiques de production de sol urbain et à inférer la durée et la densité de l’occupation. Au-delà du seul point d’observation, cette approche permet d’établir un zonage de l’espace urbanisé ancien, en fonction de la qualité du dépôt, de la nature des activités et de l’emprise urbaine (Rodier 1994 : 25). Il s’agit, à cette étape du traitement des informations, de tester des hypothèses de travail à l’échelle de la ville, en modélisant l’épaisseur de sol urbain soit de manière qualitative et plutôt empirique – en utilisant par exemple l’indice d’intensité de l’occupation humaine et le modèle de production de stratification développés par A. Laurent5 (Laurent et Fondrillon 2010 : 328-334, figures 19 et 23) – soit de manière quantitative, à partir de l’ensemble des observations archéologiques et géotechniques, par interpolation spatiale, en particulier à l’aide de la méthode du krigeage (Laurent 2007 : 343-345).

12L’évaluation du potentiel archéologique urbain est donc à la fois une aide aux stratégies de fouilles et de sondages, un support de l’analyse urbaine à différentes échelles, celle de la parcelle, de l’îlot, du quartier et enfin de la ville (Troadec 2001b), mais aussi un outil de gestion territoriale, où la relation archéologue/aménageur-élu tient une place importante et se trouve évidemment facilitée par la fixation d’une équipe d’archéologues opérant dans un cadre territorial restreint.

Les évaluations documentaires

13Sur la base de cette programmation à la fois scientifique et opérationnelle, la première synthèse topographique pour Bourges a été publiée en 1996, sous la forme d’un Document d’évaluation (Troadec 1996). Ce travail reste encore aujourd’hui une référence en matière de topographie historique, de politique de zonage patrimonial mais aussi de prescription archéologique.

14Depuis le milieu des années 1990, cinq autres expériences d’évaluation ont été réalisées et intégrées en amont d’un projet d’aménagement urbain initié par la ville. Généralement elles ont adopté la grille d’analyse du Document d’évaluation, en l’adaptant à l’échelle du quartier (fig. 1).

Fig. 1 – Emprise des études documentaires réalisées depuis 1996 à Bourges.

15On peut citer ainsi, dans l’ordre chronologique, l’étude documentaire de la place Cujas réalisée en 1996 (Joyeux, Philippe et Ruffier 1996 ; Ruffier, Philippe et Joyeux 1996) sous la direction du service régional de l’Archéologie, en amont d’un projet de fouilles préventives (Ruffier 2004) qui n’auront finalement pas lieu ; suivie en 1997 et 1998 de synthèses documentaires sur l’îlot de la halle au blé (Troadec 1997a, pour partie publiée dans Gratias et al. 2003), et sur celui de la Place Séraucourt (Troadec 1997b), associées à des enquêtes d’archives (Rogala 1997a ; Rogala 1997b) commandées par le service d’archéologie municipal de Bourges. Pour ces trois premiers cas, il s’agit d’évaluations sans investigations de terrain et dont la teneur a permis d’infléchir le projet initial d’aménagement.

  • 6 La publication de 2001 compile les informations collectées à l’occasion de l’étude documentaire et (...)
  • 7 Les trois diagnostics, par sondages mécaniques, ainsi que les deux tranches de la fouille préventi (...)

16Puis, de 1997 à 2003, l’étude documentaire de l’îlot de l’hôtel-Dieu est complétée par plusieurs campagnes de sondages préventifs et par une fouille programmée de trois ans6 (Troadec 2001a). Enfin, depuis 2002, le projet de réaménagement du quartier Avaricum, qui comprend entre autres la construction d’une ZAC, permet d’obtenir une vision optimale du potentiel archéologique pour cette zone septentrionale de l’espace urbain : l’emprise totale du projet couvre 2,5 ha, pour lesquels l’appréhension archéologique du sol urbain est complète, de l’étude documentaire en amont (Troadec 2002) jusqu’à la fouille préventive en 2009 et 2010, en passant par trois diagnostics en 2004, 2007 et 20107.

17D’autres formes d’évaluation du site de Bourges, cette fois-ci centrées sur les aspects environnementaux, ont été réalisées depuis ces quinze dernières années. Il s’agit notamment des travaux du Programme collectif de recherches L’occupation du sol dans le Berry antique, en particulier des analyses géomorphologiques que B. Vannière a entreprises sur la plaine de l’Auron (Vannière, Gauthier et Bossuet 2000 : 43-59). Plus récemment, des études interdisciplinaires ont été engagées sur le site de la ZAC Avaricum, avec pour objectif la connaissance du milieu naturel avant l’implantation humaine, et l’étude de la nature et du degré de l’impact anthropique sur le site et ses environs, depuis la première occupation jusqu’à l’époque industrielle.

Le corpus de l’archéologie préventive

18En parallèle, depuis ces quinze dernières années, le développement de l’archéologie préventive à Bourges fournit de nombreuses occasions d’enrichir ces connaissances topographiques (fig. 2) et de tester partiellement les hypothèses historiques. L’essentiel est ainsi opéré dans le cadre des diagnostics, qui représentent plus d’une quarantaine d’opérations principalement réalisées depuis 2001 et qui restent actuellement le mode d’acquisition des données de topographie urbaine le plus récurrent.

19Bien entendu, la multiplication des points d’observation est directement dépendante des politiques d’aménagement du territoire et ne peut être, en ce sens, une problématique à part entière. Puisque le temps est aujourd’hui au bilan, on doit s’interroger sur le rôle et les moyens du dispositif préventif dans l’acquisition des données de topographie urbaine.

20Toutefois, ce développement a permis d’investir des espaces intra-urbains et périphériques qui n’auraient pas été abordés dans le cadre d’une recherche programmée, généralement localisée à l’intérieur de l’espace urbanisé ancien. On pense ici aux franges urbaines, toutes périodes confondues, situées au sud et sud-est, ou encore, de manière plus emblématique, à l’occupation artisanale du Ve siècle av. J.-C. découverte sur plusieurs dizaines d’hectares sur le plateau nord-est (gisement archéologique de Port-Sec, hors de la fenêtre au 1/25 000).

21C’est aussi l’ensemble du dépôt archéologique qui est ainsi considéré, sans discrimination chronologique qu’une recherche ciblée pourrait davantage privilégier. L’approche préventive est par essence diachronique, sans hiérarchisation des valeurs historiques attribuées à telle ou telle période.

Fig. 2 – Opérations archéologiques à Bourges.

22Notre objectif est donc d’ordonner et d’interroger ce corpus important, en facilitant l’intégration des questionnements historiques au dispositif préventif, en somme d’assumer le va-et-vient nécessaire entre les problématiques urbaines et l’archéologie préventive.

DES PROSPECTIONS GÉOTECHNIQUES DANS LA VILLE

23Pour répondre aux objectifs de l’évaluation du potentiel archéologique urbain, il a été choisi de se concentrer sur l’intégration des données géotechniques couplées aux observations archéologiques.

Un premier essai de modélisation du toit naturel

24Cette approche est fondée sur des travaux récents qui concernent un premier essai de modélisation du modelé naturel hérité, ou résiduel, du site de Bourges, et développé en 2010 sur SIG. Cette expérience concernait initialement une question particulière, celle de la topographie naturelle du site de Bourges, dans une problématique centrée sur les premiers temps de l’urbanisation du promontoire au premier âge du Fer (Augier 2013).

25La base de données géographiques, ainsi créée, a donc été mise à jour avec les nouvelles opérations réalisées depuis 2011. Elle compile les données des rapports géotechniques préalables aux aménagements urbains et des données archéologiques collectées dans les rapports d’opération (fig. 3). Fondée sur les cotes d’apparition du socle calcaire, la procédure permet de restituer le toit initial du substrat et les tracés des talwegs mais aussi de mettre en évidence les modifications d’ampleur qui ont affecté les pentes, particulièrement à l’époque romaine (Troadec 1996 : 30).

26La fenêtre d’observation choisie ne couvre pas toute l’extension de la ville pour les périodes récentes : elle est en effet limitée au nord, à l’ouest et à l’est à l’emprise de l’enceinte médiévale, mais s’étend au sud au-delà des remparts successifs, là où les points d’observation sont plus nombreux et relativement bien répartis.

Fig. 3 – Modélisation du modelé naturel hérité du site de Bourges.

L’approche archéologico-mécanique

  • 8 PANDA® est l’abréviation de Pénétromètre Automatique Numérique Dynamique Assisté par ordinateur, m (...)

27À partir de ces premiers essais, nous aimerions utiliser un outil géotechnique, le PANDA®8, au sein d’un programme de prospections urbaines dirigé par les archéologues eux-mêmes. Cet outil a l’avantage d’être peu coûteux, maniable et accessible à tout terrain notamment ceux pour lesquels aucune exploration n’est envisagée à court terme qu’elle soit programmée ou préventive (Laurent 2007 : 58). À Bourges, il s’agit particulièrement des secteurs situés à l’intérieur du castrum du Bas-Empire et des flancs est et ouest de l’éperon, où les lacunes documentaires sont particulièrement importantes. Au nord, à l’extérieur du tracé de l’enceinte du XIIe siècle, une prospection géotechnique peut être également envisagée, dans un second temps, dans des parcelles non bâties implantées dans la plaine marécageuse qui ceinture la ville depuis ses origines (Marais de Bourges).

28Le principe du PANDA® est de mesurer la résistance de pointe (Qd en Mpa) que reçoit une tige en fonction de son enfoncement au coup de marteau. À l’issue de ces sondages, les résultats sont présentés graphiquement (Laurent 2006 : 221, fig. 1), sous la forme d’un pénétrogramme représentant la compacité des couches (axe des abscisses) en fonction de la profondeur (axe des ordonnées).

29Il est envisagé d’intervenir notamment sur des zones faiblement documentées et à fort potentiel informatif de façon à obtenir des mesures de l’épaisseur du dépôt archéologique et de proposer des hypothèses stratigraphiques, qu’elles concernent des dynamiques anthropiques ou naturelles.

30Une première expérience a été menée sur la fouille préventive opérée sur le site de la ZAC Avaricum en 2009 et 2010. Ce site est localisé en contrebas de l’éperon calcaire, à l’extérieur du castrum du Bas-Empire et intégré au XIIe siècle dans l’enceinte médiévale (fig. 4). Il se situe dans une zone marécageuse investie dès le Haut-Empire, dont le substrat est représenté par une alternance d’argiles noires à passées tourbeuses et de graves calcaires qui scellent le socle calcaire situé à plus de 10 m de profondeur sous le niveau de circulation actuel. Le PANDA® a été utilisé ici pour étalonner les mesures et compléter le référentiel archéologico-mécanique déjà mis en place dans d’autres villes (Laurent et Fondrillon 2010 : 323-328).

31Il s’agissait donc, dans un premier temps, de sonder des séquences stratigraphiques bien caractérisées à la fouille (remblais, occupations intérieures et extérieures, structures maçonnées, fossoyées etc.). Dans un second temps, des sondages ont été réalisés dans des zones où les archéologues se posaient des questions sur la cote d’apparition des niveaux antiques et sur le modelé des formations naturelles.

Fig. 4 – Le site de la ZAC Avaricum et l’espace urbanisé ancien de Bourges.

  • 9 Une première étude géotechnique préalable au projet d’aménagement de la ZAC Avaricum avait été réa (...)

32Ainsi, à l’aide du référentiel et des données géotechniques classiques, obtenues préalablement à l’aménagement9, des hypothèses ont été posées pour interpréter les niveaux sous-jacents à la limite de la fouille et pour préciser l’épaisseur de l’occupation antique et des différentes formations naturelles (argiles noires à passées tourbeuses, alluvions graveleuses, marnes).

L’étalonnage sur le site de la ZAC Avaricum

33Au total, quatorze sondages au pénétromètre ont été réalisés sur ce site, répartis en trois séries de points (fig. 5). Pour celles situées dans la moitié nord du site (sondages SP1 à SP7), les niveaux ainsi sondés n’ont pas été fouillés en plan mais seulement décapés mécaniquement et partiellement relevés en coupe. À l’aide du référentiel archéologico-mécanique, l’observation des pénétrogrammes permet de discriminer nettement le dépôt archéologique des niveaux naturels (fig. 6).

Fig. 5 – Répartition des quatorze sondages pénétrométriques sur le site de la ZAC Avaricum à Bourges.

34Ainsi, on repère aisément la grave calcaire affleurant à 123 m NGF. Celle-ci est scellée par une séquence relativement homogène et peu résistante, située entre 123 et 123,5 m NGF et certainement attribuable aux argiles noires à passées tourbeuses. Enfin, les premiers niveaux archéologiques correspondent à la stratification du Haut-Empire, au sein de laquelle on distingue deux ensembles stratigraphiques, aux propriétés mécaniques différentes : en effet, des niveaux plus compacts et hétérogènes sont repérés à la cote 124-124,30 m NGF. A priori, au regard des observations de terrain obtenues à quelques mètres, au sein du sondage profond no 1 opéré en 2009, il s’agit d’une deuxième phase de l’occupation antique, matérialisée par l’aménagement d’un remblai massif et la construction de maçonneries.

35Dans la partie sud-est du site (sondages SP10 à SP14), les niveaux ont été fouillés jusqu’à l’apparition des vestiges antiques, à environ 125 m NGF. En confrontant les pénétrogrammes réalisés dans la coupe 37 aux observations de terrain, il est possible de distinguer les différentes séquences d’occupation mais aussi de proposer une cote du toit des argiles noires à passées tourbeuses ainsi que celle de la grave calcaire. Ces hypothèses sont fondées sur le référentiel archéologico-mécanique, les observations réalisées dans la moitié nord du site (supra) et les postulats stratigraphiques posés par les archéologues pour ce secteur de la fouille (fig. 7). On remarque alors que les graves calcaires se distinguent bien des argiles plus ou moins tourbeuses, à une cote comprise entre 123,1 et 123,4 m NGF. Au sein des quatre sondages ayant traversé ces argiles, SP11 et SP12 s’isolent des deux autres encadrants (SP10 et SP13) par une faible résistance et une plus grande homogénéité. Cette variabilité peut indiquer un comblement différentiel et éventuellement un tracé de paléochenal. Pour le dépôt archéologique sus-jacent, fouillé, caractérisé et daté, les différences de propriétés mécaniques sont corrélées avec la périodisation des strates et permettent ainsi d’étalonner les références stratigraphiques pour de futures investigations à l’aveugle.

Fig. 6 – Interprétation des résultats des sondages pénétrométriques réalisés dans la partie nord du site de la ZAC Avaricum (SP4 à SP7).

36Ces résultats montrent qu’il est envisageable d’utiliser l’outil géotechnique pour répondre à des questions archéologiques. Le site de la ZAC Avaricum a permis de réaliser la première étape indispensable au travail de prospection à venir, qui consiste à valider et compléter le référentiel archéologico-mécanique qui avait été établi pour Tours et Lyon (Laurent 2007). L’emploi de l’outil peut donc être étendu à d’autres zones de la ville, pour combler des vides documentaires importants et durables.

  • 10 Une zone prioritaire de prospections géotechniques correspond aux Jardins de l’évêché, situés dans (...)

37Les perspectives, à court terme, concernent le développement des prospections géotechniques au sein d’une recherche programmée, dépendante des questions de topographie historique et opérée hors du champ préventif : il s’agit, d’une part, de compléter la carte du modelé naturel hérité, obtenu par la soustraction du modelé naturel initial aux modifications anthropiques ; d’autre part, l’analyse consiste à tester les hypothèses de travail pour répondre à des questions historiques précises10.

38En tant qu’outil adapté à l’évaluation urbaine, le PANDA® pourrait être intégré aux nouvelles opérations d’archéologie préventive, en adaptant son utilisation au cas par cas, en fonction des problématiques et des conditions d’intervention propres à chaque site. En ce sens, cet emploi raisonné ne doit pas être considéré comme une solution palliative aux sondages mécaniques mais bien comme une méthode de diagnostic complémentaire, à coupler avec d’autres employées actuellement (sondages et prospections géophysiques par exemple).

39À plus long terme, il s’agit de mettre à jour le potentiel réel en intégrant les données de topographie historique et environnementale dans un SIG, selon la grille d’analyse du Document d’évaluation. La procédure devrait intégrer, de manière continue, les nouvelles données au fur et à mesure de leur découverte, et affiner les connaissances sur les destructions anciennes et récentes qui ont affecté le sol urbain. À terme, l’outil permettrait de modéliser les compositions et les dynamiques urbaines, en adoptant une démarche multi-scalaire (îlot, quartier et ville).

Fig. 7 – Interprétation des sondages SP10 à SP14 réalisés dans la moitié sud du site de la ZAC Avaricum et confrontation à l’analyse stratigraphique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Augier L., Buchsenschutz O. et Ralston I. 2007. L’hôtel-Dieu, in : Augier L., Buchsenschutz O. et Ralston I. (dir.), Un complexe princier de l’âge du Fer. L’habitat du promontoire de Bourges (Cher) (VIe-IVe s. av. J.-C.), Bituriga, Monographie 2007-3, 32e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, Édition de Bourges Plus, FERACF, Bourges, Tours : 89-132.

Augier L. 2013. Modélisation de la topographie de Bourges aux âges du Fer, in : Krausz S. et al. (dir.), L’Âge du fer en Europe. Mélanges offerts à Olivier Buchsenschutz, Ausonius édition, Mémoires 32, Bordeaux : 181-196.

Biddle M. et Hudson D. avec Heighway C. 1973. The Future of London’s Past : a Survey of the Archaeological Implications of Planning and Development in the Nation’s Capital, Rescue Publication, 4, Rescue, Worcester, 94 p.

Boucharlat É. et Aubin G. 2004. En guise de conclusion : quelques constats pour quelques recommandations, in : Diagnostics archéologiques en milieu urbain… 2004 : 237-246.

Brulet R. 1987. Archéologie et urbanisme, Les Cahiers de l’urbanisme, 1 : 33-35.

Drocourt D. et Demolon P. (dir.) 1993. Conserver ou détruire les vestiges archéologiques. La carte archéologique. L’archéologie dans l’aménagement du territoire, actes des 4e et 5e rencontres nationales de l’archéologie (Montpellier 8-10 avril 1992, Marseille 19-21 octobre 1993), Atelier du Patrimoine de la ville de Marseille, Documents d’archéologie, d’histoire et d’architecture, 3, De Boccard, Marseille, 141 p.

CNRA 2009. Le diagnostic d’archéologie préventive, avis no 1 du CNRA 2008-2012 du 4 décembre 2009, ministère de la Culture et de la Communication, Paris, 7 p.

Curty E. 2003. Étude géotechnique. Résidence Le Bouillet, quartier Avaricum (Bourges), Centre d’expertise du bâtiment et des travaux publics, Orléans, 29 p.

Diagnostics en milieu urbain… 2004. Diagnostics archéologiques en milieu urbain : objectifs, méthodes et résultats, actes de la table ronde de Tours (6-7 octobre 2003), Centre national d’archéologie urbaine, Tours, 272 p.

Ferdière A. 2010. Évaluation archéologique urbaine : le cas de Javols-Anderitum (Lozère), 1996-2009, Les petits cahiers d’Anatole, Tome 22 | 2010 [en ligne], http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/pecada_22.pdf.

Fondrillon M., Marot É. et Troadec J. 2012. Bourges (Cher). ZAC Avaricum. Évolution d’un quartier urbain de Bourges du ier s. ap. J.-C. jusqu’à nos jours. Rapport final d’opération de fouille préventive, Service d’archéologie préventive de Bourges Plus, Bourges, 7 vol.

Galinié H. et Boucard J. 1980. La gestion des archives du sol à Saintes, implications archéologiques de l’occupation des secteurs anciens, Laboratoire d’archéologie urbaine de Tours, Tours, multicopié.

Galinié H. 1994. Potentiel archéologique urbain et évaluation, in : Garmy P. 1994 : 17-19.

Galinié H. et Randoin B., avec Holtz M. et Kemp R. 1979. Les Archives du sol à Tours – survie et avenir de l’archéologie de la ville, Laboratoire d’archéologie urbaine et Société archéologique de Touraine, Tours, 63 p + planches.

Garmy P. (dir.) 1994. Pour une archéologie de la ville, Les Nouvelles de l’Archéologie, dossier « Archéologie de la ville », 55 : 5-56.

Garmy P. 1999. France, in : Sarfatij H. et Melli P. (dir.), Rapport sur la situation de l’archéologie urbaine en Europe, Éditions du Conseil de l’Europe, coll. « Patrimoine culturel », Strasbourg : 91-102.

Géocentre 2007. Rapport de reconnaissance géotechnique, ZAC Avaricum (Bourges), Géocentre, Fosse Nouvelle, 23 p.

Joly D. 1979. Les archives du sol à Chartres, avenir et archéologie de la ville, Mémoire de maîtrise, Université de Paris I, Paris, non paginé.

Joyeux P., Philippe M. et Ruffier O. 1996. Bourges (Cher), Place Cujas, étude archéologique et historique, Service régional de l’Archéologie, Orléans, 111 p.

Gratias Ch., Roger J.-P., Stiévenard B. et Troadec J. 2003. La halle au blé de Bourges. Un monument et son environnement urbain, Le patrimoine urbain, Cahiers 2003, coll. « Bituriga », Bourges, ville de Bourges–Service d’Archéologie municipal de Bourges-Avaricum, 68 p.

Laurent A. 2007. Évaluation du potentiel archéologique du sol en milieu urbain, Thèse de doctorat en histoire spécialité archéologie, Université de Tours, Tours, 4 vol., [en ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00214256.

Laurent A. 2006. Un outil de prospection géotechnique en milieu urbain : le PANDA, in : Ferdière A. (dir.), La prospection, Errance, coll. « Archéologiques », Paris : 220-222.

Laurent A. et Fondrillon M. 2010. Mesurer la ville par l’évaluation et la caractérisation du sol urbain : l’exemple de Tours, Revue Archéologique du Centre de la France, tome 49 | 2010 [en ligne], http://racf.revues.org/1485.

Rodier X. 1994. Potentiel archéologique urbain et évaluation, in : Garmy P. 1994 : 20-25.

Rogala L. 1997a. Enquête d’archives, la halle aux blés à Bourges, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, 48 p.

Rogala L. 1997b. Enquête d’archives, la Place Séraucourt à Bourges, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, 47 p.

Ruffier O. 2004. Études préalables à la fouille : l’exemple d’Orléans et de Bourges, in : Diagnostics archéologiques en milieu urbain… 2004 : 51-61.

Ruffier O., Philippe M. et Joyeux P. 1996. L’îlot Cujas à Bourges : archéologie et histoire d’un espace urbain, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 128 : 3-60.

Troadec J. 1988. Opération archéologique du Haut de la rue Moyenne à Bourges (Cher), campagne 1987, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, non paginé.

Troadec J. 1996. Bourges, coll. « Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France », 14, CNAU-AFAN, Paris, 128 p.

Troadec J. 1997a. Étude documentaire archéologique et historique à Bourges (Cher), îlot de la halle au Blé, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, 42 p.

Troadec J. 1997b. Étude documentaire archéologique et historique Place Séraucourt, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, 48 p.

Troadec J. 2001a. Recherche urbaine et archéologie préventive. Évaluation d’un patrimoine archéologique : l’îlot de l’Hôtel-Dieu à Bourges, coll. « Bituriga, Archéologie de la société », Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, Bourges, 119 p.

Troadec J. 2001b. L’archéologie à Bourges : une politique, Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 144-145 : 6-7.

Troadec J. 2002. Étude d’évaluation archéologique : le quartier Avaricum à Bourges, Bourges, Service d’archéologie municipal de Bourges-Avaricum, 52 p.

Vannière B., Gauthier É. et Bossuet G. 2001. Étude paléoenvironnementale et pluridisciplinaire, in : Buchsenschutz O. et Dumasy F. (dir.), L’occupation du sol dans le Berry antique, rapport de PCR 1998-2000, Université Paris 1 – CNRS, Paris, 357 p.

Notes

1 Le Centre national d’archéologie urbaine, ancien service central délocalisé à Tours du ministère chargé de la Culture, est aujourd’hui rattaché au bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inventaires archéologiques de la sous-direction de l’archéologie, à la suite de la réorganisation de l’administration centrale de 2010.

2 On renvoie le lecteur à la synthèse sur le sujet dans Galinié 1994 ; Laurent 2007 : 28-34 ainsi qu’aux principales publications (Brulet 1987 ; Drocourt et Demolon 1993 ; Garmy 1994) et à l’ensemble des Documents d’évaluation individuelle, ville par ville, édités par le CNAU.

3 Ces recherches sont menées dans le cadre du service d’archéologie préventive de la communauté d’agglomération de Bourges (Bourges Plus).

4 Avant 1978, quelques opérations de sauvetage programmé ont été réalisées dans le centre ancien de Bourges, notamment aux abords de la cathédrale (rue des Trois-Maillets et rue Moyenne) et sur le flanc ouest de l’éperon (rue Henri Ducrot et rue Fernault).

5 Ces modèles théoriques ont été mis en place par A. Laurent dans le cadre de sa thèse (Laurent 2007 : 338-352) et appliqués au dépôt archéologique de Tours.

6 La publication de 2001 compile les informations collectées à l’occasion de l’étude documentaire et de sondages de vérification réalisés par le service d’archéologie municipal de Bourges et l’AFAN dans le cadre de diagnostics préventifs en 1998 et 1999. Ces opérations sont suivies d’une fouille programmée de 2001 à 2003, concernant un grand sondage d’environ 200 m² et dont les résultats ont été publiés en 2007 (Augier, Buchsenschutz et Ralston 2007).

7 Les trois diagnostics, par sondages mécaniques, ainsi que les deux tranches de la fouille préventive ont été réalisés par le service d’archéologie préventive de Bourges Plus. Le rapport de l’opération de fouille a été rendu à la fin de l’année 2012 (Fondrillon, Marot et Troadec 2012).

8 PANDA® est l’abréviation de Pénétromètre Automatique Numérique Dynamique Assisté par ordinateur, mis au point par Sol Solution.

9 Une première étude géotechnique préalable au projet d’aménagement de la ZAC Avaricum avait été réalisée en 2003 pour l’îlot du Bouillet, par le Centre d’expertise du bâtiment et des travaux publics (Curty 2003), étendue et complétée par une nouvelle étude en 2007 sur toute l’emprise du Cour Avaricum (Géocentre 2007) couplant sondages destructifs, carottés, au pénétromètre, au scissomètre et essai au pressiomètre.

10 Une zone prioritaire de prospections géotechniques correspond aux Jardins de l’évêché, situés dans l’angle sud-est des systèmes défensifs antiques et médiévaux ; cet espace pose la question du tracé du fossé du rempart gaulois dont un tronçon a été mis au jour lors des fouilles de sauvetage du « Haut de la rue Moyenne », réalisées entre 1985 et 1990 à une trentaine de mètres à l’ouest du jardin public (Troadec 1988 : 1).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Emprise des études documentaires réalisées depuis 1996 à Bourges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 2 – Opérations archéologiques à Bourges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 3 – Modélisation du modelé naturel hérité du site de Bourges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Fig. 4 – Le site de la ZAC Avaricum et l’espace urbanisé ancien de Bourges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Fig. 5 – Répartition des quatorze sondages pénétrométriques sur le site de la ZAC Avaricum à Bourges.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 6 – Interprétation des résultats des sondages pénétrométriques réalisés dans la partie nord du site de la ZAC Avaricum (SP4 à SP7).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Fig. 7 – Interprétation des sondages SP10 à SP14 réalisés dans la moitié sud du site de la ZAC Avaricum et confrontation à l’analyse stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7683/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

Auteurs

Service d’archéologie préventive de la communauté d’agglomération Bourges Plus, UMR 8546 AOROC, École normale supérieure de Paris

Attachée de conservation du patrimoine, Mission archéologie préventive du Conseil général du Loiret, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

Service d’archéologie préventive de la communauté d’agglomération Bourges Plus

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540