Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Les synthèses archéologiques urbaines, un projet en cours

A synthesis of urban archaeology – an on-going project

Quentin Borderie, Jeanne Delahaye, Bruno Desachy, Julie Gravier et Anaïs Pinhède

Résumé

Three Master degrees were completed in 2012 at the University of Paris 1; their subjects were the archaeological urban sites of Chartres, Noyon and Le Mans. These studies used a common method, with free GIS tools and relational databases. The aim was to update the documents for evaluating the archaeological heritage of French towns, which are based on principles first drawn up in The Future of London’s Past in 1973, and used in France for 25 years by the National Centre of urban archaeology. In particular, the method applies the notion of urban functional entity to analyse the historic urban space. This article presents some methodological aspects and initial results.

Texte intégral

UN PROJET DANS LA LIGNÉE DES DOCUMENTS D’ÉVALUATION DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE DES VILLES DE FRANCE

Les DEPAVF : une série de référence

  • 1 Aujourd’hui Sous-direction de l’archéologie, Bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inven (...)

1Les Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France (DEPAVF), publiés par le Centre national d’archéologie urbaine (CNAU1) de 1990 à 2002 avec des objectifs pratiques de bilan et d’aide à la gestion préventive, s’inscrivaient dans l’approche globale de la ville développée par l’archéologie urbaine née dans les années 1970. De cette approche et de ces objectifs découlaient des principes devenus classiques :

  • une cartographie synthétique de l’ensemble d’un espace urbanisé ancien, avec une volonté d’utilisation dynamique, au moyen de plans sur calques superposables ;
  • une vision diachronique à l’aide de plans successifs de topographie historique, sans privilégier une période particulière et selon un découpage chronologique adapté à chaque ville ;
  • la prise en compte du potentiel, c’est-à-dire du gisement d’information représenté par le volume non fouillé du site urbain, dont l’évaluation permet de guider les choix de recherches ultérieures.

2Ces principes, appliqués à Londres (Biddle, Hudson et Heighway 1973) puis, en France, à Tours (Galinié et Randoin 1979), ont été repris par les DEPAVF en développant une caractéristique fondamentale : l’analyse fonctionnelle de l’espace, fondée sur une unité d’analyse que nous appellerons ici « entité urbaine ». Celle-ci (nommée « repère urbain » dans les DEPAVF) est définie comme un lieu marqué, durant un temps donné, par une fonction identifiée grâce à un thésaurus élaboré par le CNAU. Cette normalisation de l’identification fonctionnelle permet le traitement homogène de la documentation et la comparabilité de l’information de topographie historique, de période à période ou de ville à ville.

3Cartographie dynamique, distinction de couches d’information différentes, unités spatiales marquées par des attributs chronologiques et fonctionnels : les DEPAVF préfiguraient ainsi les actuels systèmes d’information géographique (SIG) appliqués à l’archéologie urbaine, tels le système ToToPI à Tours – lointain successeur du document sur calque et papier de 1979 (Galinié et Rodier 2002). Les DEPAVF eux-mêmes ont fait l’objet de projets de transformation en SIG informatisé (CNAU 2004). Cependant, pour différentes raisons, ces projets n’ont pu concrètement aboutir jusqu’à aujourd’hui.

Le besoin d’une version actualisée : les synthèses archéologiques urbaines

Mise en place du projet

4Malgré les efforts et les souhaits de l’équipe du CNAU, les DEPAVF sont ainsi restés à l’âge de papier, et leur évolution est demeurée en sommeil. Pourtant – et c’est là le postulat de notre projet – nous pensons que le modèle des DEPAVF conserve toute sa pertinence :

  • du point de vue interurbain, les recherches comparatives nécessitent des données homogènes sur la base du corpus le plus représentatif possible. Or, malgré les grands progrès des études archéologiques urbaines de différents types depuis une vingtaine d’années, l’ensemble des villes ayant fait l’objet d’une analyse diachronique et fonctionnelle de l’espace urbain est encore restreint ;
  • à l’échelle du site urbain, une étude de ce type reste un préalable judicieux à des recherches plus approfondies, afin de mieux contextualiser et choisir celles-ci. Et elle demeure utile à la gestion de l’archéologie préventive dans le cadre des procédures actuelles, pour les services de l’État (zones de présomption de prescription notamment), comme pour les services territoriaux pour les procédures d’initiative locale (plans locaux d’urbanisme par exemple).

5Une confirmation de cet intérêt est apparue en 2010 avec le souhait des services archéologiques de Chartres (Eure-et-Loir) et Noyon (Oise) de reprendre des travaux de ce type ; souhaits toutefois assortis de l’exigence d’emploi d’outils informatiques facilitant l’utilisation et la mise à jour ultérieure des données. Ces travaux étaient envisagés sous forme de mémoires de master (J. Gravier pour Noyon et A. Pinhède pour Chartres). Un mémoire engagé par J. Delahaye sur l’évaluation du potentiel archéologique sédimentaire de la ville du Mans (Sarthe) s’est ajouté à ces deux études. Se trouvaient ainsi réunis le besoin et l’occasion de mettre en place une méthodologie commune, issue des DEPAVF, mais transposée dans les outils actuels et adaptée à un travail universitaire. Un atelier informel a été créé à cette fin, dans le cadre de l’UFR d’archéologie de l’université de Paris-1 et de l’UMR 7041 Arscan (équipe Archéologies environnementales). Animé par Q. Borderie et B. Desachy, cet atelier a permis l’encadrement de ces mémoires de master, soutenus en juillet 2012.

6Nous avons appelé « synthèse archéologique urbaine » cette méthodologie commune issue des DEPAVF. Elle vise à en retrouver les principes fondamentaux : un bilan synthétique de l’état des connaissances sur la topographie historique et la conservation du gisement archéologique : bilan limité car réalisé dans un temps défini à partir de la seule documentation disponible mais traitée de manière systématique, impliquant l’analyse critique de cette documentation et permettant des comparaisons interurbaines ultérieures grâce au cadre méthodologique commun. En outre, chacune de ces études explore plus particulièrement un aspect : la topographie historique à l’échelle de la ville pour Noyon, un bilan à l’échelle plus grande du quartier pour Chartres, le potentiel sédimentaire au Mans.

7Le travail en lien avec les chercheurs locaux, hérité des DEPAVF, était essentiel pour que ces premières études ne se limitent pas à des exercices universitaires, mais soient réellement utiles. Cette démarche n’était pas envisageable sans l’aide du personnel de l’ancien CNAU : celui-ci a apporté une précieuse aide documentaire et méthodologique.

8Ce projet s’appuie aussi sur de nombreux travaux précédents dont ceux cités plus haut. Sa démarche n’est cependant pas celle d’une recherche novatrice et expérimentale, mais celle, plus pragmatique et limitée dans ses ambitions, d’une application de principes éprouvés. Cette perspective pragmatique supposait néanmoins un travail certain d’adaptation, en particulier de formalisation conceptuelle.

Modèle de données

9Cet essai de formule renouvelée – après la première tentative d’informatisation des DEPAVF évoquée ci-dessus (CNAU 2004), à laquelle il doit beaucoup – prend la forme d’un système d’information. Rappelons que cette notion ne désigne pas en soi des logiciels informatiques mais qu’elle suppose l’existence d’une structuration formalisée des données, selon un modèle définissant les entités (catégories d’information) mobilisées, les champs descriptifs qui les caractérisent et les relations qui les lient.

10Les synthèses archéologiques urbaines ont pour socle un modèle de données commun, qui reflète le double objectif de synthétiser l’évolution de l’espace historique et le potentiel archéologique (fig. 1). Il comprend trois ensembles : l’analyse de topographie historique (fondée sur la notion d’entité urbaine) ; l’analyse du potentiel archéologique ; les sources qui nourrissent l’information de topographie historique et de potentiel.

11La topographie historique et le potentiel sont détaillés plus bas. Le troisième ensemble comprend la documentation proprement dite, spatiale (plans et iconographie) ou textuelle. Les recherches d’archives sont en principe limitées aux seuls vues et plans anciens de la ville et à la documentation spécifiquement archéologique (rapports et archives de fouilles). Pour le reste, l’enquête se restreint aux ouvrages et articles publiés. Le recensement des recherches et observations archéologiques (y compris les observations anciennes) forme un sous-ensemble spécifique. En effet, il constitue une source pour l’analyse du potentiel et de la topographie historique, mais représente déjà une première étape du traitement de la documentation et s’insère dans un objectif de bilan et de gestion de l’activité archéologique locale.

Fig. 1 – Modèle de donnée simplifié des synthèses archéologiques urbaines.

Information spatiale et cartographique

12Certaines entités sont représentées en plan, sous formes d’aires (formes des entités urbaines, emprises des recherches et observations de terrain ou des zones de potentiel), de lignes (entités linéaires telle la voirie) ou de simples points (observations ponctuelles, éléments de forme non connue ou trop petite à l’échelle considérée). L’échelle de consultation – du 1/10 000 au 1/5 000 – elle aussi héritée des DEPAVF, est celle d’une vision d’ensemble de l’espace urbain.

13Le modèle rend possible des requêtes sur la fonction, le temps, la localisation des entités, démultipliant la cartographie dynamique ambitionnée par les DEPAVF. Il reste toutefois en deçà de véritables traitements spatiaux sur la topographie historique (orientations, analyse du parcellaire et morphogenèse, évolution des formes du bâti, etc.). Les bilans que sont les synthèses archéologiques urbaines n’incluent pas de telles recherches ; ils permettent en revanche d’en évaluer la faisabilité, en particulier grâce au recensement de la documentation. Ces synthèses restent donc des systèmes d’information plus cartographiques que réellement géographiques, au sens où ces derniers sont centrés sur l’analyse spatiale et supposent une modélisation spécifique des objets spatiaux (Rodier [dir.] 2011).

14La charte graphique, inspirée de celle des DEPAVF et élaborée avec les conseils de C. Guilloteau (BEUIA), y ajoute l’usage plus général de la couleur, ainsi que des choix de représentation de l’incertitude jouant sur les symboles ponctuels, le type de trait et la densité de couleur.

Outils informatiques

15Pour des raisons d’accessibilité et d’ouverture, le choix s’est porté sur des produits libres et gratuits : le logiciel de SIG QuantumGis pour gérer les objets spatiaux et leurs attributs, ainsi que le géoréférencement des plans numérisés ; le module de gestion de bases de données Base intégré au sein de la suite bureautique LibreOffice, et le logiciel de dessin Inkscape muni de fonctions suffisantes en termes de sémiologie graphique.

LE TRAITEMENT DE LA TOPOGRAPHIE HISTORIQUE

L’analyse : l’identification des entités urbaines

L’outil de l’analyse fonctionnelle : le thésaurus du CNAU

16La grille d’analyse urbaine du CNAU a été développée au fur et à mesure des besoins, aboutissant à un thésaurus présentant deux versions (CNAU 2007). La version la plus détaillée comprend environ 900 termes descripteurs et 29 rubriques fonctionnelles regroupées en sept grandes fonctions urbaines. Elle sert à l’indexation des bulletins bibliographiques et des annuaires des opérations en milieu urbain publiés par le CNAU. Une version simplifiée a été utilisée pour les DEPAVF, où les repères urbains sont classés en onze (et non 29) grandes rubriques.

17Nous avons choisi de fusionner ces deux versions (fig. 2) en conservant les onze catégories de repères urbains des DEPAVF – éprouvées et bien adaptées à ce type d’études – et les 29 rubriques plus analytiques, les premières se substituant aux sept fonctions de l’indexation documentaire comme deuxième niveau de regroupement. Nous avons ajouté une trentième rubrique « occupation urbaine non caractérisée » constituant aussi une fonction.

18Des propositions de nouveaux termes sont apparues en cours d’étude ainsi que la question de l’intérêt d’une nouvelle rubrique « habitat d’élite » au sein de la fonction « habitat privé », inusitée jusqu’à présent mais correspondant à une caractérisation socio-fonctionnelle significative dans l’espace urbain et que l’on peut induire de la documentation.

De la documentation à l’entité urbaine : les deux voies d’identification

19Les entités urbaines peuvent être identifiées directement à partir des sources textuelles et cartographiques, dès lors qu’apparaît un lieu que l’on peut, pour une certaine période, qualifier par une catégorie fonctionnelle et un ou plusieurs termes du thésaurus. L’église Saint-Pierre de Noyon constitue par exemple une entité urbaine « église paroissiale » relevant de la fonction « établissements religieux », documentée du XIIe au XVIIIe siècle.

20Si des sources archéologiques sont mobilisées, alors l’identification des entités urbaines suit un processus en deux temps. La recension de ces sources constitue, comme dit plus haut, une première étape de traitement : les résultats de chaque recherche ou observation de terrain sont en effet synthétisés en « observations de structure archéologique » (OSA). Chaque OSA correspond à un ensemble de vestiges datables et attribuables à l’une des trente rubriques fonctionnelles du thésaurus. Ces observations de structures ne sont cependant pas directement des entités urbaines (et ne sont pas cartographiées). Une entité urbaine peut en effet correspondre à plusieurs OSA, lorsque plusieurs fouilles ont mis au jour des éléments du même établissement fonctionnel. Interpoler les entités urbaines à partir des OSA est donc le second temps de cette voie d’identification : par exemple, retenir l’hypothèse que plusieurs observations d’hypocaustes correspondent à une même entité urbaine de thermes publics. Notons que l’on retrouve, dans cette notion d’OSA, l’unité d’indexation des résultats de fouille (dite structure) dans les Annuaires du CNAU (CNAU 2007). Les données de ces annuaires peuvent donc nourrir plus directement la synthèse archéologique d’une ville.

Fig. 2 – Catégories fonctionnelles du thésaurus du CNAU, adaptées pour les synthèses archéologiques urbaines.

Formes et phases de l’entité urbaine

21L’entité urbaine, définie par une fonction et une localisation continues dans le temps, prend fin si l’un des deux premiers paramètres (fonction ou localisation) est modifié. Ainsi le changement de localisation d’un même établissement du point de vue historique – par exemple le transfert d’une abbaye suburbaine à l’intérieur des murs de la ville – engendre deux entités urbaines, de même identification fonctionnelle, mais chacune liée à l’un des sites successifs, et les bâtiments d’une abbaye, transformés en prison après la Révolution, verront aussi se succéder deux entités urbaines, fonctionnellement différentes.

22L’entité urbaine n’est donc pas définie par la forme, c’est-à-dire la matérialité de l’aménagement de l’espace ; elle peut en changer. La représentation spatiale doit tenir compte de ces changements de forme, s’ils sont significatifs à l’échelle choisie. Pour cela, l’entité est découpée en phases dont la succession correspond aux formes, ou états de connaissance de la forme. Par exemple, l’état ancien d’une église de plan inconnu constitue une première phase représentée par un symbole ponctuel ; puis l’existence d’un plan connu amène à distinguer une deuxième phase, munie d’une forme (polygone) ; puis un changement important de forme (reconstruction sur un plan agrandi) produit une troisième phase, correspondant à un nouveau polygone, de ce qui n’en demeure pas moins la même entité relevant de la même identification fonctionnelle.

23Afin d’éviter les redondances dans la représentation spatiale (duplications du même polygone, survenant dans le cas évoqué plus haut d’entités différentes se succédant dans la même forme), il est en théorie possible de distinguer les formes des phases d’entités en créant une relation entre les deux. En pratique, ce cas étant jusqu’à présent peu fréquent et peu gênant dans les limites d’utilisation du système, celui-ci associe forme et phase d’entité. Cette gestion simple a été préférée à la décomposition des formes en objets spatiaux élémentaires (Galinié, Rodier et Saligny 2004) ; cette dernière solution est plus puissante (car elle permet d’analyser l’évolution des formes) et performante à grande échelle (Lefebvre 2008), mais plus complexe à mettre en œuvre à l’échelle de nos travaux.

Fig. 3 – Extrait du plan des recherches et observations de terrain (Noyon).

24Ces phases successives d’entités urbaines sont aussi le niveau de gestion du temps quantifié. Elles reçoivent des intervalles de dates (début/fin, dédoublés en certains/incertains afin de gérer les incertitudes et imprécisions) permettant requêtes et traitements chronologiques.

Hiérarchie fonctionnelle et choix d’identification

25Plusieurs niveaux d’entités fonctionnelles ont été proposés, pour les cas où une entité de base se rattache à un plus grand ensemble (CNAU 2004 ; Galinié, Rodier et Saligny 2004), comme par exemple une porte fortifiée dans un rempart urbain. Cette possibilité de niveaux multiples est reprise dans les synthèses archéologiques urbaines : une entité peut en englober une autre, y compris de fonction différente (par exemple une chapelle de porte de fonction religieuse dans un rempart de fonction militaire) marquant ainsi une hiérarchie des fonctions au sein d’un ensemble urbain.

26Le concept d’entité urbaine pose en lui-même un problème de choix de hiérarchie : un même espace, vu en détail, peut en effet présenter une multiplicité de fonctions simultanées. La règle du jeu est alors de considérer qu’une seule fonction, la plus significative dans le système urbain pris à l’échelle d’étude choisie, prime sur les autres pour qualifier cet espace. Par exemple, au niveau de la ville ou du quartier, on choisira de qualifier une tannerie comme entité de production même si l’artisan loge sur place et qu’il existe donc aussi une fonction d’habitat. Ces choix, dépendant de l’échelle d’étude, sont inhérents à toute analyse fonctionnelle urbaine. On les retrouve dans la dialectique de la « valeur d’usage » et de la « valeur urbaine » des entités (Galinié 2000 ; Galinié, Rodier et Saligny 2004) et ils s’imposent à un niveau extrême de généralisation dans la modélisation chronochorématique (Djament-Tran et Grataloup 2010). Ils ne sont néanmoins pas toujours faciles et doivent être argumentés lorsque d’autres options paraissent possibles.

Analyse à l’échelle du quartier

27Cette question de variation d’échelle d’étude est abordée dans notre projet. En effet l’étude à Chartres ne porte pas sur l’ensemble de la ville mais sur deux quartiers (Saint-Père et Bas-Bourgs). Cela a mené d’abord à s’interroger sur la notion de quartier, envisagée par les géographes, les sociologues, puis les archéologues (Troadec 2001 ; Noizet 2007). On peut à la suite de ces travaux considérer le quartier non plus seulement comme un lieu défini par une spécialisation fonctionnelle, sociale ou spatiale (quartiers artisanaux, faubourgs, etc.) mais, de manière plus souple, comme un espace présentant des particularités propres au sein de la ville mais suffisamment vaste et multiple pour que l’on puisse y voir à l’œuvre les processus de la fabrique urbaine.

28L’échelle de lecture choisie pour les deux quartiers traités à Chartres est le 1/5 000 et non plus le 1/10 000. Plus grande, elle reste néanmoins dans la même plage de vision synthétique. Le même traitement de la topographie historique a été appliqué, mais les entités urbaines sont qualifiées au moyen des trente rubriques du thésaurus et non pas des douze fonctions plus synthétiques utilisées pour les entités urbaines de Noyon, considérant que plus l’identification se fait à grande échelle, plus la qualification fonctionnelle peut être précise.

La synthèse : les phases urbaines

29Les DEPAVF non informatisés imposaient un seul découpage chronologique pour chaque ville, correspondant aux plans successifs de l’espace urbain. Dans le système formé d’entités munies de leurs propres phases et datations, permettant des requêtes chronologiques spécifiques, un tel découpage ne constitue plus une contrainte. Cependant, la synthèse en grandes phases urbaines demeure nécessaire dans une perspective de bilan et d’état des connaissances. Elle oblige en effet à exprimer une interprétation du rythme de transformation de l’espace urbain. Elle s’inscrit aussi dans le postulat, issu de la modélisation chronochorématique, de l’existence d’épisodes urbains stables, révélant des types de trajectoires de villes.

30Le but est de parvenir à une telle mise en phases urbaines par le traitement de l’ensemble de données formé par les entités urbaines et leurs datations, afin de repérer les ruptures majeures. En l’état actuel des études, les premières mises en phases plus empiriques sont proposées pour Noyon et pour Chartres, à partir du fort rôle spatial joué par certaines entités (enceintes urbaines en particulier) ; des plans synthétiques par phases sont ainsi recomposés (fig. 4 et 5).

Fig. 4 – Extrait du plan de topographie historique de Noyon phase 4 (fin XIIe – 2e quart du XVIe s.) sur fond de cadastre actuel.

Fig. 5 – Plan de topographie historique des quartiers Saint-Père et Bas-Bourgs de Chartres.

31Des traitements statistiques ont été opérés à partir des catégories fonctionnelles, tels ceux portant sur les données du CNAU (CNAU 2007 ; Cerruti et al. 2007). Les catégories fonctionnelles représentées par les entités urbaines sont ici croisées avec les phases urbaines proposées (fig. 6). À l’échelle de la ville et des douze fonctions (Noyon) comme à celle du quartier et des trente rubriques (Chartres), les profils fonctionnels des phases s’inscrivent dans des évolutions chronologiques comparables. Des proximités entre phases successives (du XIIe au XVIIIe s.) suggèrent que si l’urbain se modifie alors spatialement, c’est sur la base d’un même fonctionnement global. À l’inverse, des ruptures majeures (début du haut Moyen Âge, XIIe s., XIXe s.) témoignent de mutations profondes du fonctionnement urbain mais aussi d’effets documentaires (par exemple le poids des entités relevant de la catégorie « occupation urbaine non caractérisée » pour les phases les plus anciennes). Au total, de grands épisodes fonctionnels s’esquissent, en nombre plus réduit que les phases perçues spatialement.

L’ÉVALUATION DU POTENTIEL ARCHÉOLOGIQUE URBAIN

Notion de potentiel archéologique

32La notion de potentiel archéologique, apparue avec l’archéologie urbaine moderne, ne relève pas de la conservation patrimoniale : le matériau historique urbain n’y est pas vu comme vestige à protéger, mais comme source de données (Garmy 2009). En théorie, ce potentiel est défini en fonction de la quantité idéale estimée de matériau archéologique produit par l’occupation du site urbain, de sa qualité informative, et du volume de destructions subies par ce matériau. Pratiquement, à l’origine, les DEPAVF recensaient les points d’observation d’épaisseur de dépôt archéologique (fouilles, sondages géotechniques...), sous forme d’une liste et d’un plan, en intégrant parfois des critères qualitatifs (conservation des matériaux organiques). Un plan de potentiel, tenant compte d’une estimation des destructions (laquelle ne faisait pas l’objet d’un plan séparé), exprimait le degré de conservation du gisement.

Premières études de potentiel dans les synthèses archéologiques urbaines

33Les synthèses archéologiques urbaines appliquent au potentiel les mêmes limites de bilan à partir des données disponibles. Aussi les procédures mises en place pour les DEPAVF restent d’actualité mais elles ont été formalisées pour être intégrées dans le système d’information et il est prévu une caractérisation qualitative et chronologique du dépôt plus détaillée, si les données le permettent.

34Les points d’observation du dépôt archéologique ont été recensés à partir de sources archéologiques et géotechniques, à Chartres et au Mans. C’est sur cette dernière ville que l’étude a pu être poussée le plus loin. Ces points ont permis d’établir des zones d’épaisseur sans pouvoir couvrir tout l’espace urbain, en raison des lacunes documentaires. L’enquête sur les destructions (recension des aménagements aux impacts connus, reconnaissance sur place de présence de sous-sols et estimation de leur profondeur...) a abouti à la définition d’aires de profondeur d’impact, formant une entité distincte du modèle de données. On obtient, par soustraction et intersection dans le logiciel de SIG entre ces deux types de zones, une troisième série d’aires : des zones de potentiel proprement dites (fig. 7). Cette estimation à partir des données disponibles reste lacunaire et ne remplace pas un diagnostic au niveau de la parcelle mais elle constitue un bilan utile, préalable possible à des recherches de terrain à l’aide d’outils avancés de reconnaissance du dépôt archéologique (Laurent 2007).

Fig. 6 – Analyse factorielle des correspondances opérée sur un tableau de dénombrement des entités urbaines de Noyon, par fonctions (cf. fig. 2) et par phases, montrant le regroupement des phases suivant leur profil fonctionnel.

Fig. 7 – Zones d’épaisseur de dépôt archéologique et de potentiel au Mans.

35Un point reste à développer : l’estimation du potentiel archéologique en élévation. Une première approche a été tentée sur la ville de Bayeux, dans l’optique de rechercher les unités d’analyse qui conviennent à une évaluation rapide et qui ne peuvent donc se confondre avec l’analyse stratigraphique détaillée du bâti (Durgeat 2012).

À SUIVRE ?

36Les trois mémoires de master soutenus en 2012 ne marquent qu’une première étape du projet. De nombreux points restent à développer. Cependant, même si la question de la poursuite de cette expérience se pose en l’absence d’une structure de coordination pérenne, la faisabilité de ces synthèses archéologiques urbaines, fidèles à l’esprit des DEPAVF mais transposées en un système d’information recourant à des outils informatiques libres, nous paraît établie. L’intérêt et l’engagement de nos partenaires dans cette première étape nous conduisent à maintenir notre postulat de l’utilité de travaux de ce type. En précisant que, s’ils visent à former une série, leur positionnement comme bilan synthétique les place en complémentarité, et non en concurrence, avec d’autres études urbaines plus approfondies ou plus spécialisées, et qu’ils ne sont pas destinés à se substituer aux systèmes d’information locaux, mais à les compléter si besoin, ou à en amorcer le développement s’il n’en existe pas encore.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Biddle M. et Hudson D. avec Heighway C. 1973. The Future of London’s Past : a Survey of the Archaeological Implications of Planning and Development in the Nation’s Capital, Rescue Publication, 4, Rescue, Worcester, 94 p.

Cerruti M.-C., Desachy B., Guilloteau C. et Ibanez T. 2007. La perception archéologique de la ville médiévale à travers les données du Centre national d’archéologie urbaine, in : Colloque Medieval Europe Paris 2007 L’Europe en Mouvement – On the Road Again, 13 p., [en ligne], http://medieval-europe-paris-2007.univ-paris1.fr/Fr.htm.

CNAU 2004. Informatisation des documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France – bilan d’étape 2002-2003, Centre national d’archéologie urbaine, Tours, 162 p.

CNAU 2007. Cerruti M.-C., Desachy B. et Guilloteau C., Les données du centre national d’archéologie urbaine – aperçus statistiques, Centre national d’archéologie urbaine, Tours, 76 p. + atlas cartographique et cédérom, [en ligne], http://www.culture.gouv.fr/culture/cnau/fr/.

Delahaye J. 2012. Synthèse archéologique urbaine : évaluation du potentiel archéologique de la ville du Mans, Mémoire de master 2 d’archéologie médiévale, Université Paris 1, 2 vol. 129 et 242 p.

Djament G. et Grataloup C. 2010. E pluribus urbibus una : Modéliser les trajectoires de villes, Mappemonde, 100, 4, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10401.html.Consultéle20/07/2012.

Durgeat C. 2012. Première approche d’évaluation du potentiel archéologique du bâti à Bayeux, Mémoire de master 1 d’archéologie médiévale, Université Paris 1, 2 vol. 93 et 45 p.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p. [en ligne], http://books.openedition.org/pufr/1364.

Galinié H. et Randoin B., avec Holtz M. et Kemp R. 1979. Les Archives du sol à Tours – Survie et avenir de l’archéologie de la ville, Laboratoire d’archéologie urbaine et Société archéologique de Touraine, Tours, 63 p. + planches.

Galinié H. et Rodier X. 2002. TOTOPI – TOpographie de TOurs Pré-Industriel, un outil d’analyse urbaine, Les petits cahiers d’Anatole, 11, 12 p., [en ligne], http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_11.pdf.

Galinié H., Rodier X. et Saligny L. 2004. Entités fonctionnelles, entités spatiales, et dynamique urbaine dans la longue durée, Histoire et Mesure, XIX, 3-4 : 223-242. [en ligne], mis en ligne le 30 novembre 2007, http://histoiremesure.revues.org/761.

Garmy P. 2009. Villes, réseaux et systèmes de villes : contribution de l’archéologie, Diplôme d’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris 1, Mémoire scientifique, 261 p., [en ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00459332.

Gravier J. 2012. Synthèse archéologique urbaine : topographie historique de la ville de Noyon (Oise) du Ier siècle après J.-C. au XXe siècle, Mémoire de master 2 d’archéologie médiévale, Université Paris 1, 2 vol. 337 et 56 p. + CD.

Laurent A. 2007. Évaluation du potentiel archéologique du sol en milieu urbain, Thèse, Université François-Rabelais, Tours, 3 vol., 393, 172, et 198 p., [en ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00214256/en/.

Lefebvre B. 2008. La formation d’un tissu urbain dans la cité de Tours : le site de l’amphithéâtre antique au quartier canonial (5e -18e s.), Thèse, Univ. François-Rabelais, Tours, 2 vol., 903 p., [en ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00349580/en/.

Noizet H. 2007. La Fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Pinhède A. 2012. Synthèse archéologique urbaine des quartiers Saint-Père et Bas-Bourgs de Chartres, Mémoire de master 2 d’archéologie médiévale, Université Paris 1, 2 vol. 313 et 102 p. + CD.

Rodier X. (dir.) 2011. Information spatiale et archéologie, Errance, coll. « Archéologiques », Paris, 254 p.

Troadec J. 2001. Recherche urbaine et archéologie préventive. Évaluation d’un patrimoine archéologique : l’îlot de l’Hôtel-Dieu à Bourges, Service d’archéologie municipal, Éditions de la ville de Bourges, coll. « Bituriga, Archéologie de la cité », Bourges, 119 p.

Notes

1 Aujourd’hui Sous-direction de l’archéologie, Bureau de l’élaboration et de l’utilisation des inventaires archéologiques (BEUIA) (ministère de la Culture), dirigé par G. Pinçon.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Modèle de donnée simplifié des synthèses archéologiques urbaines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 2 – Catégories fonctionnelles du thésaurus du CNAU, adaptées pour les synthèses archéologiques urbaines.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Fig. 3 – Extrait du plan des recherches et observations de terrain (Noyon).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fig. 4 – Extrait du plan de topographie historique de Noyon phase 4 (fin XIIe – 2e quart du XVIe s.) sur fond de cadastre actuel.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Fig. 5 – Plan de topographie historique des quartiers Saint-Père et Bas-Bourgs de Chartres.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 6 – Analyse factorielle des correspondances opérée sur un tableau de dénombrement des entités urbaines de Noyon, par fonctions (cf. fig. 2) et par phases, montrant le regroupement des phases suivant leur profil fonctionnel.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 7 – Zones d’épaisseur de dépôt archéologique et de potentiel au Mans.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteurs

Archéologue, Inrap

Archéologue, Étudiante IAE Pari

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540