Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Bilan des recherches et nouveaux éclairages sur les terres noires : des processus complexes de stratification aux modalités d’occupation des espaces urbains

Dark earth: a study of the complex stratification processes related to the occupation of urban space

Quentin Borderie, Mélanie Fondrillon, Cristiano Nicosia, Yannick Devos et Richard I Macphail

Résumé

Dark earth is a thick layer of urban soil with a homogeneous appearance. It is an important source of information about urban forms in the Early Middle Ages in Europe. For a long time it was ignored, or sometimes incorrectly interpreted as evidence of towns that had been abandoned or been used for agriculture, but the excavation and precise analysis of these deposits reveal the complexity of how space was occupied between the 4th and 11th centuries. A number of experiments, some dating back to the 1970s, provide the methodological foundation for the development and systematisation of inter-disciplinary study protocols of recent operations.
By precise observation of the lateral and vertical variations of deposits, the stratigraphic excavation of dark earth can be used to determine when these soils were deposited and the nature of the activities that produced them. The fields of study involved include ceramology, geoarcheology, archeozoology, and archeobotanics. Recently, the aggregation of these data and analysis of the three-dimensional organisation of the deposits, combined with semi-quantitative methods (counting macro-and micro-constituents), have provided greater insight into how these deposits were formed and the organisation of space. Overall, the results show that dark earth provides evidence of phenomena of accretion and bioturbation, and of local organic waste. These patterns are related to very varied activities, outside (horticulture, penning, midden, etc.) or inside (housing, craft production, etc.), revealing the variability over time of dark earth phenomena, as well as the regular, and sometimes long-term, occupation of the space. These results highlight the importance of developing new methodological tools to identify in greater detail when and how deposits were formed (study of archaeological materials, laboratory datings, etc.), and also to determine with greater precision the activities and methods of waste management (organic or metallic pollution).

Texte intégral

Pour les financements des recherches sur les terres noires présentées dans cette contribution, les auteurs souhaitent remercier l’Inrap, l’UMR 7041 ArScAn, l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’UMR 7324 CITERES, les municipalités de Noyon, de Beauvais, la communauté de communes Bourges Plus, le Ministère de la Recherche et la Région Bruxelles-capitale.

1La connaissance des formes urbaines de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen Âge est confrontée à la difficulté d’interprétation de couches épaisses et sombres, découvertes de manière récurrente dans les agglomérations des IVe-XIIIe siècles d’origine antique ou médiévale, et communément appelées terres noires (Macphail 1981 ; CNRA 2002 : 50-51). Sous une apparente homogénéité (fig. 1), le phénomène des terres noires est en réalité complexe comme l’attestent les découvertes systématiques de vestiges mobiliers et immobiliers dans leur épaisseur, même si leur organisation structurelle (horizontale et verticale) reste pourtant difficilement perceptible.

2Depuis la fin des années 1970, tandis que le concept même de « terres noires » est discuté (Dark 1994 ; Galinié 2004 ; Fondrillon 2009), les axes de recherche concernent à la fois le potentiel et la valeur informative de ces dépôts, le développement de méthodologies efficaces, notamment dans le cadre de l’archéologie préventive, mais aussi les aspects interprétatifs, où l’établissement de référentiels sédimentaires (faciès) tient une place importante (Cammas 2004). En dépit de l’aspect massif des dépôts, les principaux résultats mettent en évidence la conservation de la stratification et de traceurs (mobiliers, chimiques, sédimentaires…) qui permettent d’identifier les activités humaines et, plus largement, les fonctions urbaines. L’expérimentation de méthodes de fouille appropriées, couplées à des analyses naturalistes sur quelques sites pionniers, a ainsi favorisé l’élaboration de protocoles méthodologiques pour extraire, enregistrer et traiter les informations stratigraphiques et environnementales. La prise en compte progressive des terres noires dans les problématiques de l’archéologie urbaine amène ainsi à s’interroger sur des questions d’ordres sédimentaire et historique, qui permettent d’étudier les modalités et les dynamiques de formation des espaces urbains du ive au XIIe siècle. Sur ce point, faut-il le rappeler, les terres noires sont la principale, voire la seule source à disposition pour la connaissance de huit à neuf siècles d’histoire urbaine européenne.

Fig. 1 – Stratifications de terres noires. A : Javols (Lozère, France), B : Guildhall (Londres, Grande-Bretagne), C : place Fontainas (Bruxelles, Belgique), D : Montegrotto – Terme Neroniante (Padoue, Italie).

3Dans le cadre du 137e congrès des sociétés historiques et scientifiques, les auteurs ont choisi d’esquisser un bilan général de l’étude des terres noires, plutôt que de se focaliser sur des cas particuliers, afin d’aborder l’actualité des méthodes employées, d’exposer les résultats récents et de proposer des perspectives méthodologiques pour la recherche sur les archives du sol de l’Antiquité tardive et du premier Moyen Âge.

ÉVOLUTION ÉPISTÉMOLOGIQUE DU CONCEPT DE TERRES NOIRES URBAINES

Vers la perception des pratiques socio-spatiales

4Le phénomène des terres noires est une problématique historique d’ampleur, commune aux sites urbains européens. La récurrence de ces découvertes dans les centres anciens des villes, en Italie, en Belgique, en Angleterre ou encore en France (fig. 1), montre que l’hétérogénéité des contextes de découverte, en somme des trajectoires urbaines, converge vers une même question historique, celle de la connaissance de la ville de l’Antiquité tardive et du premier Moyen Âge. Dans ce contexte urbain très hétérogène, l’identification des terres noires relève donc d’une même problématique de reconnaissance des usages sociaux de l’espace et des conditions du milieu dans lesquelles elles se sont formées.

5L’étude des terres noires vise à comprendre, d’une part, les comportements des sociétés passées à l’origine de ces dépôts, d’autre part, les processus « naturels », même s’ils sont une réponse aux activités humaines, qui intègrent également l’histoire de ces stratifications. L’entrée se fait donc par le sol, celui des archéologues mais aussi celui des géoarchéologues (Galinié 1999), dont les approches doivent être couplées pour appréhender le système dans son ensemble.

Vers l’historicité des terres noires

6L’appréhension archéologique des terres noires, et en premier lieu l’étape de la fouille, se heurte généralement au problème de lecture stratigraphique des dépôts. Face à cette difficulté, les interprétations sont souvent réduites à des espaces en marge des activités urbaines (friches urbaines, secteurs abandonnés, parfois cultivés) et étendues à l’ensemble des dépôts de même nature. Ces hypothèses conduisent finalement à une sous-estimation de la valeur historique de ces niveaux dans l’histoire des villes et, par répercussion, à une faiblesse des moyens mis à disposition pour la fouille et l’analyse de ces sols, où généralement la collecte d’informations a été limitée aux observations rapides en coupe, sans ramassage de mobilier.

7Finalement, alors que les occurrences de découverte de terres noires sont systématiques dans les centres urbains (par exemple fig. 2), peu de sites ont fait l’objet d’études poussées, où des datations et des caractérisations fonctionnelles ont été proposées. Avec l’a priori chronologique, selon lequel les terres noires datent uniquement du Bas-Empire et du haut Moyen Âge, le danger est de considérer que la seule observation de ces niveaux suffit à se représenter « la ville » à cette période.

8Mais, pour peu qu’on engage des études archéologiques et géoarchéologiques adaptées, beaucoup de terres noires se révèlent être antiques, médiévales, voire modernes, comme on l’a mis en évidence à Metz (Augry et al. sous presse), Pîtres (Lepert 1998) et Bourges où, par exemple sur le site de la ZAC Avaricum, au sein des 2,5 m de « terres noires » diagnostiqués, la fouille a permis d’attribuer les 20 à 40 premiers centimètres à l’Antiquité tardive et au premier Moyen Âge (Fondrillon, Marot et Troadec 2010).

9Dès lors, ces observations ont une incidence sur les interprétations émises à l’échelle de la ville et alimentent le débat sur la continuité d’occupation et les dynamiques de formation urbaine. L’identification chronologique des séquences stratigraphiques est donc une étape préalable dans le dispositif d’étude des terres noires. Cette approche nécessite la fouille et la collecte du mobilier dans ces niveaux, qui doivent redevenir indispensables pour l’étude des terres noires. On est ensuite en mesure de proposer des outils de séquençage, en incorporant en amont l’approche céramologique et en travaillant sur l’intégration des chronologies relative et absolue (infra, fig. 7).

Fig. 2 – Représentation des enceintes médiévales de Bruxelles. Les points indiquent des endroits où des terres noires ont été exhumées.

Vers l’élaboration d’un modèle urbain ?

10Dans le courant des années 1980 et 1990, plusieurs archéologues et géoarchéologues posaient la problématique des terres noires au centre de l’archéologie urbaine (Carver 1993 ; Cammas et al. 1995) et selon deux axes imbriqués : le premier, centré sur la question historique, préconisait de réintégrer le phénomène « terres noires » dans l’histoire des villes ; de cette première question découlait la seconde, d’ordre méthodologique, qui insistait sur la nécessité de trouver des moyens pour résoudre cette énigme et recommandait déjà une approche interdisciplinaire. Presque trente ans après ces préconisations, il est aujourd’hui possible d’établir un bilan des principales avancées méthodologiques et interprétatives, qui ont été mises en œuvre sur l’ensemble de l’Europe romanisée.

11La question cruciale de cette recherche concerne ainsi l’élaboration d’un modèle de « fabrique urbaine » (Galinié 2000 ; Noizet 2009) pour l’Antiquité tardive et le premier Moyen Âge, distincte de celle qu’on connaît par l’historiographie traditionnelle qui met davantage l’accent sur la « rétraction du milieu urbanisé », le « déclin » ou encore la « ruralisation » des anciens centres urbanisés (Galinié 2010 ; Fondrillon 2012 : 145-146). L’établissement de ce modèle passe par la prise en compte de l’ensemble des composantes du système socio-environnemental dans le lequel les terres noires se sont formées, au-delà de la dichotomie restrictive urbain-rural (Macphail 1994).

AVANCÉES MÉTHODOLOGIQUES DE L’ÉTUDE DES TERRES NOIRES URBAINES

12Les nombreuses opérations archéologiques, conduites depuis la fin des années 1970, ont montré que la compréhension des terres noires ne peut s’affranchir d’une approche interdisciplinaire, qui associe étroitement les méthodes de fouille et la stratigraphie aux analyses du mobilier et aux expertises environnementales.

Des méthodes efficaces depuis la fin des années 1970

13Certaines des méthodes d’étude des terres noires développées dès les années 1970 ont maintenant largement prouvé leur efficacité. Ainsi, à Milk Street (Londres) en 1978, les fouilles fines par passes, lorsque les unités sont très massives, sont déjà pratiquées par Steve Roskams et son équipe. Le projet d’utiliser des techniques informatiques pour retrouver les stratigraphies dites « disparues » est alors aussi évoqué (Roskams 1978). Dès 1981, des résultats combinés d’analyses micromorphologiques, palynologiques et d’étude de phytolithes sont présentés par Richard Macphail. Elles permettent d’acquérir rapidement de nombreuses données et laissent entrevoir le très important potentiel d’information contenu dans les terres noires (Macphail 1981).

14Depuis, certaines de ces méthodes, en étant adaptées aux contraintes locales des opérations, sont employées systématiquement. Il s’agit en premier lieu de la fouille stratigraphique et par passes lorsque les unités sont massives (David 2004). Elle permet le ramassage des constituants par unités stratigraphiques arbitraires horizontales ou par couches pour, ensuite, procéder à leur analyse, notamment par comptage (Desachy 2000 ; Sidell 2000 ; Fondrillon 2007 ; Augry et al. sous presse). Il s’agit, enfin, des analyses micromorphologiques (Macphail et Courty 1985 ; Gebhardt 1997 ; Cammas 2000) et physico-chimiques, notamment de calcaire, de carbone organique et d’azote total (C/N), et de phosphore (Macphail et Linderholm 2004).

15À partir des années 1990, les approches interdisciplinaires se sont considérablement multipliées. D’abord expérimentales et souvent isolées, comme à Tours (Dubant 1993), à Paris (Guyard 2003) ou à Tournai (Brulet et al. 2004), elles répondent désormais à des protocoles systématiques. Ainsi, à l’échelle de l’Europe, de tels travaux ont pu être menés dans de nombreuses villes (fig. 3) : les approches interdisciplinaires associant archéologie, géoarchéologie, archéozoologie et botanique ont été entreprises sur plus d’une dizaine d’opérations archéologiques à Londres, Paris, Tours, Metz et Bruxelles.

Fig. 3 – Principales villes d’Europe où l’étude interdisciplinaire des terres noires a été conduite.

16Si le nombre de ces interventions semble non négligeable, ces recherches sont loin d’être encore systématiquement entreprises et ce n’est que peu de chose face à la complexité des stratigraphies urbaines. Trop régulièrement, des contextes précieux pour la compréhension des modes de stratification et des usages des espaces au début du Moyen Âge sont ignorés ou interprétés, à tort et sans études précises, comme des jardins, des remblais ou des terrains abandonnés (Boissavit-Camus et al. 2000). De plus, l’application de ces approches interdisciplinaires souffre encore aujourd’hui d’une importante hétérogénéité, et les référentiels commencent à peine à être constitués.

Distribution en trois dimensions des macro-constituants

17Les outils informatiques ont permis de développer considérablement l’analyse de la distribution en trois dimensions des constituants grossiers dans les terres noires. Ces analyses ont été expérimentées, en plan, dès les années 1980, notamment par P. Demolon à la suite des fouilles du village mérovingien de Vitry-en-Artois en 1985 (Demolon 1986 : 38). Toujours en plan, et plus récemment, des résultats très concluants ont été obtenus par M. Forlin et l’équipe de la fouille du Palazzo Vecchio de Florence (Forlin et al. 2008). Des éléments de structures, les vestiges d’un foyer et, surtout, des concentrations spatiales de constituants grossiers (céramique, ossements, etc.) ont permis d’identifier les restes d’un bâtiment et d’analyser la dévolution des espaces.

18L’enregistrement de la position des macro-constituants s’intègre désormais complètement dans le processus, donc dans la temporalité de la fouille stratigraphique par passes. Le recours à un tachéomètre laser et à une géocodification permet simultanément d’enregistrer la nature des éléments au moment de leur découverte (Borderie, Augry et Cammas 2012). Le traitement statistique et l’analyse spatiale de ces données sont alors possibles et permettent un retour rapide sur les données de terrain. Ces traitements peuvent être réalisés à l’aide des SIG, de tests sur le caractère aléatoire ou agrégé des distributions, pouvant faire appel, par exemple, à la notion de structuration spatiale (Djindjian 1988) et qui utilise l’analyse factorielle des correspondances entre localisations. Des représentations visuelles peuvent être également utiles pour discerner des organisations. Ce peut être en 2D comme à Vitry-en-Artois ou à Florence, mais également en 3D, ou bien en 3D par constituants (Borderie et Pétronille 2009), ou bien encore, des représentations selon les plans factoriels qui permettent de montrer des groupements.

19Les résultats rapidement obtenus peuvent être intégrés dès la fouille pour disposer d’informations nouvelles sur l’organisation interne des niveaux massifs et ainsi orienter les stratégies de fouille et de collecte du mobilier.

Approches semi-quantitatives multi-scalaires

20Les approches semi-quantitatives, maintenant largement développées pour l’étude des terres noires (Laurent et Fondrillon 2010 ; Borderie, Augry et Cammas 2012), sont notamment les comptages des macro-et des micro-constituants, ainsi que les mesures physico-chimiques. Pour cela, les enregistrements sont faits de manière systématique, en associant les prélèvements en vrac (perturbés) aux prélèvements micromorphologiques (non perturbés) de manière très précise (fig. 4).

21Les approches semi-quantitatives par comptages sur lames minces permettent d’obtenir des informations à la fois sur les contextes pédo-sédimentaires et les activités pratiquées (fig. 5).

Fig. 4 – Florence, Gallerie Uffizi (d’après Nicosia et al. 2012).
Terres noires des VIIe-XIe siècles recouvertes par des alluvions de l’Arno (peut-être l’inondation de 1177). La base des terres noires (4-5-6) est datée de 535-595 cal. apr. J.-C. (1 sigma – charbon situé au sommet de l’échantillon 6) et 350-510 cal. apr. J.-C. (1 sigma – graine dans l’échantillon 5). Les analyses micromorphologiques ont permis de constater que l’espace était utilisé pour la production de fumier par l’adjonction de matières fécales à des déchets domestiques : a) Déjection d’herbivore contenant des sphérolithes (LPA, largeur image : 2,3 mm) ; b) Déjection de carnivore/omnivore, (blue light fluorescence, largeur image 4,5 mm). Les mesures à la sonde SEM/EDS permettent de caractériser la composition : Ca 57,2 % ; P 34.8 % ; Si 2.2 % (atom % ; sans oxygène) ; c) Agrégat de cendre de bois, avec des cristaux rhombohédriques de calcite, témoignant de curages de foyer (LPA, largeur image 1 mm).

22Ces données quantitatives multi-scalaires gagnent à être confrontées selon les contextes de leur découverte. Des expérimentations ont été faites en ce sens à Londres, à la suite des fouilles de l’amphithéâtre au Guildhall. La mise en relation des paramètres quantitatifs (physico-chimie, comptages, etc.) et les groupements interprétatifs de contextes de formation a été faite et statistiquement évaluée, permettant ainsi d’appuyer ces regroupements et de les décrire. De la même manière, l’analyse factorielle des correspondances entre les contextes a pu être faite à partir des comptages des macroconstituants (Macphail, Crowther et Cruise 2007).

23Des approches de ce type seraient maintenant à développer pour corréler plusieurs critères, tels que la morpho-stratigraphie, les caractéristiques physico-chimiques, les constituants fins qui sont observables en lames minces, et les constituants plus grossiers. Ce type d’analyse peut, par exemple, permettre de comparer la validité des assemblages de micro-constituants dans des espaces intérieurs et extérieurs, où se forment des terres noires. Lors des fouilles du square Grospiron à Noyon (France), les comptages systématiques sur lame mince ont permis de constater que certains micro-constituants, comme par exemple les coquilles d’œufs, les cendres et la silice fondue, sont caractéristiques d’espaces intérieurs, tandis que d’autres, tels les déjections, les ferruginisations, les os de poissons, sont caractéristiques d’espaces extérieurs (Borderie sous presse).

PROCESSUS DE FORMATION ET CARACTÉRISATION DES TERRES NOIRES

24Différents modèles de formation de terres noires sont maintenant proposés, comme les terres noires « évoluées » (mature dark earth), par référence pédologique aux « sols maturés » (cf. Macphail dans ce volume). Il a également été observé des terres noires au sein desquelles ces processus ne sont pas autant développés, par exemple des terres noires scellées et rapidement recouvertes, ou situées en milieu gorgé d’eau. Ce dernier cas peut être illustré par les terres noires de la place A. Briand à Noyon (France), où les processus de bioturbation sont peu développés, puisque même des lentilles de cendres sont conservées, et que l’on y observe des phénomènes de tassement, témoignant d’une accumulation progressive rythmée et bioturbée.

25De manière générale, ces phénomènes d’accrétion et de bioturbation sont le mode de dépôt le plus significatif de la formation des terres noires, montrant qu’elles sont le plus souvent constituées de rejets organiques de proximité. Il reste désormais à savoir quelles sont leurs durées de formation, et comment il pourrait être possible de corréler les informations relatives aux processus d’accumulation et de transformation avec les méthodes de datation.

26La caractérisation pédo-géochimique des terres noires, grâce aux mesures développées en routine, permet déjà de percevoir des tendances (fig. 6).

27Des questions se posent maintenant sur le type et l’origine des matières organiques contenues dans les terres noires. Quelle est, notamment, l’origine des charbons fins ? Qu’est-ce qui justifie leur abondance ? L’importante variabilité des rapports C/N peut-elle s’expliquer par un tri dans les apports ? Les recherches actuelles s’orientent vers la caractérisation de ces différentes formes de matière organique à l’aide de pyrolyses et d’analyses élémentaires des graisses par exemple.

Fig. 5 – Comptages sur les lames minces, place A. Briand (Noyon, France, d’après Borderie, à paraître).
Sur 1,50 m d’épaisseur, les données quantitatives permettent, entre autres, de bien mettre en évidence la formation de pyrite de fer (en contexte engorgé) et de vivianite (qui témoigne du battement de la nappe). Des informations sur la nature des dépôts sont données par les concentrations de charbon, de déjections, de mortier et de silice fondue (à haute température), qui témoignent des activités pratiquées dans cet espace et de leur succession au cours du temps.

Fig. 6 – Carbone organique et calcaire total des terres noires (d’après Borderie et al. sous presse).
Les terres noires carbonatées, à droite, sont ici situées dans le Bassin de Paris. Les terres noires de Grande-Bretagne et de Belgique, à gauche, sont moins carbonatées. Les teneurs en carbone organique des terres noires sont supérieures à 10 g/kg et peuvent atteindre près de 25 g/kg. Les niveaux sous-jacents (17 à 24), constitutifs des occupations de la période romaine ou du substrat alluvial, ainsi que certains remblais, ont de faibles teneurs en carbone organique, qui les distinguent nettement des terres noires (1 à 16).

28Toutes ces informations sont essentielles pour caractériser les types de matériaux à l’origine des terres noires. Elles nécessitent toutefois de prendre en compte les filtres des transformations postérieures au dépôt et des « bruits de fond » locaux (substrats géologiques, matériaux de construction dominants), et les résultats doivent être mis en relation en établissant des référentiels. Le développement de faciès mobiliers permettrait d’étendre la connaissance des processus par la mise en relation et la comparaison de la nature, de l’état et de l’altération des constituants, puis leurs assemblages, comme cela a pu être initié au Collège de France à Paris puis réalisé plus récemment à Metz (Augry et al. sous presse), Orléans et Bourges (fig. 7), parfois en combinant avec des datations au 14C, qui permettent de montrer la cohérence et le caractère très progressif de ces accumulations.

Des pratiques socio-spatiales à l’œuvre

29Au-delà du changement épistémologique, évoqué précédemment, le développement des méthodes de caractérisation et de classification des sols anthropiques en milieu urbain permet aujourd’hui de mettre en lumière la variabilité historique du phénomène des « terres noires », fondée sur l’identification des usages et des dynamiques de production et de transformation de ces sols. Les principaux résultats montrent que, même à l’échelle intra-site, l’épaisseur de terres noires est toujours composée de plusieurs séquences stratigraphiques, témoignant d’apports et d’usages différents, mais aussi de temporalités multiples.

30D’une part, les différentes analyses mettent en lumière la fréquentation régulière des espaces, parfois dans la longue durée. Ces dépôts en apparence massifs présentent toujours un caractère stratifié, qui résulte de phénomènes d’accumulation progressive et témoignent ainsi d’activités diversifiées. Selon les cas, il peut s’agir d’espaces extérieurs (agricoles, pastoraux, potagers…), d’occupations domestiques in situ ou à proximité – habitat, dépotoirs – ou encore de zones d’extraction ou de production – carrières, artisanat… (Nicosia et al. 2012 ; Macphail dans ce volume ; Borderie 2011 : 352, tab. 124).

31En outre, les terres noires attestent une gestion des déchets sur place, notamment les rejets organiques, dont l’essentiel est intégré à la phase minérale du sol par les processus pédologiques plus ou moins intenses, en fonction des conditions du milieu. De là, on peut s’interroger sur les phénomènes de pollution ancienne, particulièrement au travers de marqueurs tels que les microfragments de charbons ou les métaux lourds, qui sont ponctuellement mis en évidence et peuvent à leur tour témoigner d’activités spécifiques. Toute la difficulté de lecture des terres noires réside dans le fait que ces traces sont conservées à l’état de reliques au sein d’un bruit de fond homogène et volumineux, généralement matérialisé par le substrat antique remanié (mortiers et enduits désagrégés, fragments de roches et de terres cuites architecturales fragmentés) dans le cas des villes de passé romain ou par tout autre matériau encaissant, pour les autres contextes.

Fig. 7 – Analyse en séquence de terres noires sur le site de la ZAC Avaricum, Bourges (d’après Pauly 2012) présentant la mise en perspective de différentes études (micromorphologie, chimie organique, palynologie et microarchéologie) au regard des datations au 14C.

32D’autre part, s’il est démontré depuis les années 1970 que le sol archéologique est la principale source pour appréhender la culture matérielle de ces sociétés urbaines alto-médiévales, ce champ d’étude nécessite un réinvestissement scientifique de la part des archéologues, au sens large, dont la place est tout autant légitime que celle des naturalistes dans la compréhension des terres noires. Ces recommandations, qui prennent certes la forme de poncifs mais sont toujours utiles à rappeler, nécessitent évidemment qu’en amont du déploiement de tout protocole géoarchéologique soient opérés la fouille et l’enregistrement stratigraphiques de ces dépôts, mais aussi les traditionnelles études de spécialistes. En particulier, pour appréhender la variabilité chronologique des dépôts, on préconise ici la réintégration des études céramologiques, selon de nécessaires ajustements méthodologiques à la particularité des terres noires, notamment en testant et en développant de nouveaux outils de modélisation chronologique et de sériation pour appréhender les phénomènes complexes de redéposition et d’intrusion.

Fig. 8 – Répartition des activités des XIe-XIIe siècles à Bruxelles (interprétations issues de l’étude des terres noires et publiées dans Devos et al. 2011).

33Au-delà de la production de datations, l’intérêt est surtout de mettre en évidence les rythmes et les durées de formation propres à chaque stratification. Cette approche permettrait d’étudier finement les dynamiques urbaines et de battre en brèche l’idée selon laquelle la formation de terres noires est un phénomène continu dans le temps, et qui, implicitement, évoque davantage des mécanismes naturels à l’œuvre que des activités anthropiques.

34Enfin, si l’on opère un retour à l’échelle de la ville, l’objectif est de montrer toute la complexité du phénomène urbain du IVe au XIe siècle, en associant aux éléments de topographie chrétienne et défensive, les archives du sol, dans une approche globale. La multiplication des sites et des contextes d’étude permettra de dépasser le concept des terres noires et de réintégrer les informations dans les données de topographie historique (Devos et al. 2011 ; Fondrillon 2012 : 150) (fig. 8).

CONCLUSION

35Souvent réduites à une tranche de sol urbain indifférencié, les terres noires se révèlent être un enregistreur particulièrement riche de la nature et de l’évolution des pratiques socio-spatiales. À condition de développer pleinement une approche interdisciplinaire selon une démarche systémique (Demoule 2012), les connaissances de l’urbain entre le IVe et le XIIe siècle pourront être enrichies de manière considérable, en mettant en lumière toute sa complexité au sein d’un système à la fois social et environnemental (Fondrillon 2012 : 151 ; Borderie 2011 : 39-40).

36Tenant compte de cette variabilité spatiale, fonctionnelle et chronologique, qui caractérise par ailleurs toute stratification urbaine, il nous paraît important d’insister ici sur l’impossibilité de proposer la recette, celle qui permettrait d’appréhender de manière exclusive et exhaustive les terres noires. Dans le cadre de cette synthèse, il s’agissait plutôt de faire un état des lieux des méthodes d’investigation testées, validées ou encore exploratoires, et d’énoncer les plus communément employées sur des sites de topographie et d’histoire différentes. Au terme de trente ans de recherches, des protocoles méthodologiques précis sont disponibles, dont le tronc commun présente les principales analyses opérées en routine ; il s’agit habituellement d’approches généralistes qui permettent de fonder les référentiels pédo-sédimentaires et mobiliers nécessaires à la caractérisation des terres noires (Devos et al. 2009). On peut leur associer d’autres méthodes, expérimentées ponctuellement, en fonction du contexte de découverte. Le préalable à cette démarche est évidemment la fouille des séquences échantillonnées, car c’est bien par l’appréhension archéologique que les problématiques de recherches et les collaborations seront établies, au cas par cas.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Archambault de Beaune S. et Francfort H.-P. (dir.) 2012. L’archéologie à découvert, CNRS, Paris, 330 p.

Augry S., Borderie Q., Braguier S., Prouteau R. et Delage R. sous presse. L’îlot Sainte-Chrétienne à Metz : un exemple d’approche interdisciplinaire pour caractériser l’occupation urbaine du IVe au XIIe siècle, in : Actes du 31e colloque de l’AFAM, Épigraphie, archéologie et histoire de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-IXe siècle). L’actualité de l’archéologie du haut Moyen Âge au Luxembourg et dans la Grande Région, Luxembourg/Arlon, 14-17 octobre 2010.

Boissavit-Camus B., Cerruti M.-C. et Chasles D. 2000. Villes de France dans lesquelles ont été mentionnées des terres noires entre Antiquité et Moyen Âge : étude lexicologique d’après les Annuaires des opérations de terrain en milieu urbain (L’Annuaire) et les Bilans scientifiques régionaux (BSR), in : Terres noires 2000 : 7-13.

Borderie Q. 2011. L’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge. Géoarchéologie des terres noires : études de cas, Thèse de doctorat, Université Paris 1, 2 vol., 413 p. (annexes 63 p.)

Borderie Q., à paraître. De la matrice sédimentaire aux pratiques socio-spatiales : deux stratifications de terres noires à Noyon (Oise), Archeodoc, 5 : 61-64.

Borderie Q. sous presse. Percevoir la complexité urbaine par l’étude de ses franges, les terres noires des IVe-XIe siècles à Metz, Beauvais et Noyon, in : Franges urbaines et confins territoriaux, la Gaule dans l’Empire, colloque international de Versailles (DRAC Île-de-France / UMR ArScAn), 29 février-3 mars 2012.

Borderie Q., Augry S. et Cammas C. 2012. L’enregistrement des données géoarchéologiques en contexte urbain : quel système ? Archeologia e calcolatori, supp. 3 : 197-211.

Borderie Q., Devos Y., Nicosia C., Cammas C. et Macphail R. I. sous presse. Les terres noires dans l’approche géoarchéologique des contextes urbains, in : Géoarchéologie : tour d’horizon de grands chantiers, CNRS, Paris.

Borderie Q. et Pétronille M. 2009. Susceptibilité magnétique et distribution 3D en niveaux archéologiques perturbés, l’exemple de l’opération archéologique préventive de la ZAC Amphithéâtre à Metz, Poster présenté au congrès Archéométrie, GMPCA, Montpellier, 1 p.

Brulet R., Coquelet C., Defgnée A., Pigière F. et Verslype L. 2004. Les sites à « terres noires » à Tournai et le secteur des anciens cloîtres canoniaux. Études archéozoologique, palynologique et contextualisation, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004 : 152-172.

Cammas C. 2000. Apports et perspectives de l’analyse micromorphologique des « terres noires », in : Terres noires 2000 : 45-60.

Cammas C. 2004. Les « terres noires » urbaines du Nord de la France : première typologie pédosédimentaire, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004 : 43-55.

Cammas C., Champagne F., David C., Desachy B. et Guyard L. 1995. Le problème des « terres noires » sur les sites urbains tardo-antiques et médiévaux : réflexions et propositions méthodologiques à partir de l’exemple du Collège de France à Paris, Les Nouvelles de l’Archéologie, 61 : 22-29.

CNRA 2002. La recherche archéologique en France : bilan 1995-1999 du Conseil national de la recherche archéologique, Les Nouvelles de l’Archéologie, 88, 80 p.

Carver M.O.H. 1993. Arguments in Stone, Oxbow Monograph 29, Oxbow Books, Oxford, 96 p.

Dark K. R. 1994. Civitas to Kingdom. British Political Continuity, 300-800, Leicester University Press, Leicester, 336 p.

David C. 2004. Les « terres noires » : outils méthodologiques, propositions analytiques et perspectives à partir de quelques exemples de sites à « terres noires » de l’Antiquité tardive et du haut Moyen-Âge du nord de la France, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004 : 12-31.

Demolon P. 1986. Informatisation de la recherche archéologique de la ville de Douai, in : Randoin B. (éd.), Expériences d’informatisation en archéologie urbaine, Centre national d’archéologie urbaine, ministère de la Culture, Tours, 81 p.

Demoule J.-P. 2012. L’intégration interdisciplinaire en archéologie, in : Archambault de Beaune S. et Francfort H.-P. (dir.) 2012 : 32-38.

Desachy B. 2000. « Terres noires » du Collège de France : traitement par analyse factorielle des comptages en poids de fragments de matériaux de construction, in : Terres noires 2000 : 77-82.

Devos Y., Vrydaghs L., Degraeve A. et Fechner K. 2009. An Archaeopedological and Phytolitarian Study of the “Dark Earth” on the Site of Rue de Dinant (Brussels, Belgium), Catena, 78: 270-284, [en ligne]: http://dx.doi.org/10.1016/j.catena.2009.02.013.

Devos Y., Vrydaghs L., Degraeve A. et Modrie S. 2011. Unravelling Urban Stratigraphy. The Study of Brussels’ (Belgium) Dark Earth. An Archaeopedological Perspective, Modern and Medieval Matters, 2: 51-76.

Djindjian F. 1988. Improvements in Intrasite Spatial Analysis Techniques, in: Rahtz S. P. Q. (ed.), Computer and Quantitative Methods in Archaeology, British Archaeological Report, International Series, 446, Oxford: 95-106.

Dubant D. 1991. Fouilles du Centre International des Congrès « Vinci », rapport préliminaire (site 023, Tours), Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 43 : 803-824.

Fondrillon M. 2007. La formation du sol urbain : étude archéologique des terres noires à Tours (IVe-XIIe siècle), Thèse de doctorat, Tours, Université de Tours, 3 vol., 535 p. (annexes 320 p.).

Fondrillon M. 2009. À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente, Archéologie médiévale, 39 : 1-16.

Fondrillon M. 2012. Formation des sols et usages sociaux. Les terres noires urbaines en France, in : Archambault de Beaune S. et Francfort H.-P. (dir.) 2012 : 145-151.

Fondrillon M., Marot É. et Troadec J. 2010. Fouilles récentes à Bourges (2009-2010) : un quartier urbain de l’Antiquité à nos jours, Mappemonde, Tome 100 | 2010 [en ligne] : http://mappemonde.mgm.fr/num28/mois/moi10401.html.

Forlin P., Nicosia C., Bandini Mazzanti M., Bosi G., Maritan M. et Miola A. 2008. Multi-disciplinari and Multi-scalar Approach to the Study of a Medieval Occupation Deposit from Montegrotto Terme (Padova, Northern Italy), Poster présenté au 6th WAC (29 juin-4 juillet 2008, Dublin), World Archaeological Congress.

Galinié H. 1999. L’appréhension archéologique du sol urbain, in : Barles S., Breysse D., Guillerme A. et Leyval C. (dir.), Le sol urbain, coll. « Ville », Anthropos, Économica, Paris : 7-21.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la Ville », 16, Tours, 128 p.

Galinié H. 2004. L’expression « terres noires », un concept d’attente, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004 : 1-11.

Galinié H. 2010. La question urbaine entre l’Antiquité et le Moyen Âge, in : Chapelot J. (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France, actes du ixe congrès international de la Société d’archéologie médiévale (Vincennes, 16-18 juin 2006), Publications du CRAHM, Caen : 199-206.

Gebhardt A. 1997. “Dark Earth”. Some results in Rescue Archaeological Context in France, in : Macphail R. I. et Acott T. (éd.), Bulletin 1 of the Archaeological Soil Micromorphology Working Group, University of Greenwich, Greenwich : 45-47.

Guyard L. (dir.) 2003. Le Collège de France : du quartier gallo-romain au quartier latin (Ier s. av. J.-C.–XIXe s.), Documents d’Archéologie Française, 95, Maison des sciences de l’Homme, Paris, 283 p.

Laurent A. et Fondrillon M. 2010. Mesurer la ville par l’évaluation et la caractérisation du sol urbain : l’exemple de Tours, RACF, Tome 49 | 2010 [en ligne] : http://racf.revues.org/1485.

Lepert T. 1998. Rue de la Salle, rapport d’opération de fouilles préventives, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 35 p.

Macphail R. I. 1981. Soil and Botanical Studies of the “Dark Earth”, in : Jones M. et Dimbleby G. W. (ed.), The Environment of Man : The late Iron Age to the Anglo-Saxon period, British Archaeological Report, British series, 87, Oxford : 309-331.

Macphail R.I. 1994. The Re-working of Urban Stratigraphy by Human and Natural Processes, in : Hall A. R. et Kenward H.K. (éd.), Urban-Rural Connexion : Perspectives from Environmental Archaeology, Oxbow books, Oxford : 13-44.

Macphail R.I. et Courty M.-A. 1985. Interpretation and significance of urban deposits, in: Edgren T. et Junger H. (ed.), Proceedings 3rd Nordic Conference on the Application of Scientific Methods to Archaeology, ISKOS, Helsinki: 71-84.

Macphail R.I. et Linderholm J. 2004. “Dark Earth” : Recent Studies of “Dark Earth” and “Dark-Earth-Like” Microstratigraphy in England, UK, in : Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004 : 35-42.

Macphail R.I., Crowther J. et Cruise G.M. 2007. Micromorphology and Post-Roman Town Research : the Examples of London and Magdeburg, in : Henning J. (ed.), Post-Roman Towns, Trade and Settlement in Europe and Bysantium, Walter de Gruyter, Berlin, New York : 303-317.

Nicosia C., Langohr R., Mees F., Arnoldus-Huyzendveld A., Bruttini J. et Cantini F. 2012. Medieval Dark Earth in an Active Alluvial Setting from the Uffizi Gallery Complex in Florence, Geoarchaeology, 27 : 105-122.

Noizet H. 2009. Fabrique Urbaine: a New Concept in Urban History and Morphology, Urban Morphology, 13: 55-66.

Pauly S. 2012. Étude microarchéologique et référentiel sédimentaire, in : Fondrillon M., Marot É. et Troadec J. (dir.), ZAC Avaricum (Bourges, Cher), fouilles préventives 2009-2010, Rapport final d’opération, Communauté d’agglomération Bourges Plus, Bourges, SRA Centre, Orléans, 7 vol.

Roskams S. 1978. The Milk Street Excavation, London Archaeologist, 3: 199-205.

Sidell E. J. 2000. Dark Earth and Obscured Stratigraphy, in: Huntley J.P. et Stallibrass S. (éd.), Taphonomy and Interpretation, Symposia of the Association for Environmental Archaeology, 14, Oxbow Books, Oxford: 35-42.

Terres noires 2000. Terres noires, 1, Documents sciences de la ville, 6, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, Université François-Rabelais, Tours, 119 p., (CD-Rom).

Verslype L. et Brulet R. (dir.) 2004. Terres noires-Dark earth, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve (9-10 novembre 2001), collection d’archéologie Joseph Mertens, Université catholique de Louvain, Centre de recherches d’archéologie nationale, Louvain-la-Neuve, 187 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Stratifications de terres noires. A : Javols (Lozère, France), B : Guildhall (Londres, Grande-Bretagne), C : place Fontainas (Bruxelles, Belgique), D : Montegrotto – Terme Neroniante (Padoue, Italie).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 2 – Représentation des enceintes médiévales de Bruxelles. Les points indiquent des endroits où des terres noires ont été exhumées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3 – Principales villes d’Europe où l’étude interdisciplinaire des terres noires a été conduite.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4 – Florence, Gallerie Uffizi (d’après Nicosia et al. 2012).Terres noires des VIIe-XIe siècles recouvertes par des alluvions de l’Arno (peut-être l’inondation de 1177). La base des terres noires (4-5-6) est datée de 535-595 cal. apr. J.-C. (1 sigma – charbon situé au sommet de l’échantillon 6) et 350-510 cal. apr. J.-C. (1 sigma – graine dans l’échantillon 5). Les analyses micromorphologiques ont permis de constater que l’espace était utilisé pour la production de fumier par l’adjonction de matières fécales à des déchets domestiques : a) Déjection d’herbivore contenant des sphérolithes (LPA, largeur image : 2,3 mm) ; b) Déjection de carnivore/omnivore, (blue light fluorescence, largeur image 4,5 mm). Les mesures à la sonde SEM/EDS permettent de caractériser la composition : Ca 57,2 % ; P 34.8 % ; Si 2.2 % (atom % ; sans oxygène) ; c) Agrégat de cendre de bois, avec des cristaux rhombohédriques de calcite, témoignant de curages de foyer (LPA, largeur image 1 mm).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Légende Fig. 5 – Comptages sur les lames minces, place A. Briand (Noyon, France, d’après Borderie, à paraître).Sur 1,50 m d’épaisseur, les données quantitatives permettent, entre autres, de bien mettre en évidence la formation de pyrite de fer (en contexte engorgé) et de vivianite (qui témoigne du battement de la nappe). Des informations sur la nature des dépôts sont données par les concentrations de charbon, de déjections, de mortier et de silice fondue (à haute température), qui témoignent des activités pratiquées dans cet espace et de leur succession au cours du temps.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Fig. 6 – Carbone organique et calcaire total des terres noires (d’après Borderie et al. sous presse).Les terres noires carbonatées, à droite, sont ici situées dans le Bassin de Paris. Les terres noires de Grande-Bretagne et de Belgique, à gauche, sont moins carbonatées. Les teneurs en carbone organique des terres noires sont supérieures à 10 g/kg et peuvent atteindre près de 25 g/kg. Les niveaux sous-jacents (17 à 24), constitutifs des occupations de la période romaine ou du substrat alluvial, ainsi que certains remblais, ont de faibles teneurs en carbone organique, qui les distinguent nettement des terres noires (1 à 16).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 7 – Analyse en séquence de terres noires sur le site de la ZAC Avaricum, Bourges (d’après Pauly 2012) présentant la mise en perspective de différentes études (micromorphologie, chimie organique, palynologie et microarchéologie) au regard des datations au 14C.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-7.png
Fichier image/png, 3,0M
Légende Fig. 8 – Répartition des activités des XIe-XIIe siècles à Bruxelles (interprétations issues de l’étude des terres noires et publiées dans Devos et al. 2011).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteurs

Senior Research Fellow, Institute of Archaeology, University College London

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540