Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Châteauneuf (Tours) : construction d’une identité urbaine aux Xe-XIIe siècles

Châteauneuf (Tours): Building an urban identity in the 10th-12th centuries

Émeline Marot

Résumé

The medieval town that developed around the collegiate church of Saint Martin (west of Tours) was the centre of important political and social changes in the 10th-12th centuries. The buildings in the Châteauneuf area gradually created a strong and developing sense of urban identity. The construction of a fortification in the 10th century reveals the desire for independence from the city of Tours. A unified urban entity took shape, including religious and lay areas. The wealthiest inhabitants became involved in urban management in the 12th century and they built opulent houses. Some of these were built close to the fortification, suggesting that the wall symbolized a new urban identity in response to social and political changes of the time.

Texte intégral

1L’agglomération de Châteauneuf, formée au haut Moyen Âge à l’ouest de la cité de Tours (fig. 1), présente des caractéristiques qui en font une zone d’étude privilégiée de la fabrique urbaine. La tombe de l’évêque saint Martin a constitué un pôle religieux important dès la fin du IVe siècle avec la construction d’une basilique puis d’un monastère, transformé en collégiale au IXe siècle. Les nécessités de l’approvisionnement de l’établissement religieux, l’existence du pèlerinage de Saint-Martin et les possibilités d’échanges à longue distance grâce à la Loire ont également conduit à la formation d’une zone d’habitat laïc à proximité immédiate, qualifiée de burgus au IXe siècle (Galinié 1981 ; Galinié 2007b : 366).

2Cet espace a connu une densité d’occupation très forte et une composition sociale complexe au cours du Moyen Âge, exprimées tant dans les sources écrites que dans l’architecture. C’est entre autres à travers ces constructions qu’est possible l’étude du lien entre l’espace urbain et la société qui l’a produit, et ce pour deux moments clés de l’agglomération, aux Xe et XIIe siècles, qui permettent de démontrer l’affirmation progressive d’une identité urbaine à Châteauneuf.

3Au Xe siècle, une enceinte a été construite autour de la collégiale Saint-Martin et du quartier canonial, englobant également une partie du bourg laïc situé au nord. Le castrum sancti Martini est ainsi créé en opposition avec la cité, où se trouve l’évêque (fig. 1 ; Galinié 1981 ; Noizet 2003 : 254-278 ; Galinié 2007a). Entre ces deux pôles, le monastère Saint-Julien est établi dans une zone à l’occupation plus lâche. Le XIIe siècle correspond quant à lui au développement démographique et économique du bourg laïc et donc à l’émergence des bourgeois, ce qui a eu des implications sur le fonctionnement de Châteauneuf (Chevalier 1972 ; Noizet 2003 : 404-440).

  • 1 Les deux textes étant complémentaires sur de nombreux points, les références bibliographiques des (...)

4La fabrique urbaine de Tours a été étudiée par le Laboratoire Archéologie et Territoires en associant les différentes sources et en combinant des méthodes d’analyse variées. Une analyse morphologique et la création d’un système d’information géographique (SIG) (ToToPI) (Galinié, Chouquer et al. 2003 ; Galinié et Rodier 2002) ont donc été réalisées par le LAT et les sources textuelles relatives à Châteauneuf ont été à nouveau étudiées par Hélène Noizet dans le cadre de sa thèse portant sur la fabrique de la ville du IXe au XIIIe siècle selon une optique nouvelle, celle des pratiques spatiales des acteurs (Noizet 2003, publié en 2007 : Noizet 20071).

Fig. 1 – La Cité de Tours et le castrum de Saint-Martin vers 950 (Figure extraite de Galinié [dir.] 2007 : 383, fig. no 56 [LAT – ToToPI]).

  • 2 Dans le cadre d’une thèse de doctorat d’archéologie à l’université François-Rabelais de Tours, pla (...)

5Le bâti médiéval n’avait été que peu pris en compte jusqu’à présent dans l’étude de la fabrique urbaine, à l’exception des travaux de Pierre Garrigou Grandchamp qui ont donné lieu à deux publications (Garrigou Grandchamp 2004 ; 2007). Sur cette base, la recherche entreprise par l’auteur2 a pour but d’obtenir une vision plus précise de l’organisation de l’habitat (et donc de Châteauneuf) et de la façon dont les habitants le percevaient et l’exploitaient dans un contexte social et politique changeant.

LA CRÉATION DU CASTRUM AU Xe SIÈCLE

Les raisons de la construction

6Le projet de construction d’une enceinte autour de Saint-Martin apparaît dans les sources écrites au début du Xe siècle où il est présenté comme une nécessité pour répondre à la menace des incursions scandinaves de la seconde moitié du Xe siècle. Mais il s’agissait également pour le chapitre et pour l’abbé laïc de l’époque d’obtenir des privilèges politiques. Hélène Noizet a expliqué la nécessité à ce moment de renforcer l’institution martinienne pour rivaliser avec la cité de Tours (Noizet 2003 : 254-260 ; Noizet 2007 : 99-103). Le roi a accepté la construction du castrum en même temps que la création du suburbium sancti martini : un territoire seigneurial propre à Saint-Martin, qui bénéficie dès lors de l’immunité (Galinié 1981). Celle-ci a été étendue quelques mois plus tard au bourg qui entourait le castrum, jusqu’à la Loire, facilitant ainsi le contrôle de l’approvisionnement par voie fluviale. L’ensemble devient donc au début du Xe siècle un territoire politique autonome, autorisé à frapper sa monnaie. Ainsi, il existe à cette période deux villes distinctes : à l’est, la cité de Tours ; à l’ouest, le castrum Saint-Martin, entouré de son suburbium, prélevé sur celui de la Cité.

La construction de l’enceinte

7La construction de l’enceinte a été effectuée au cours du Xe siècle, mais la date exacte demeure incertaine. Les sources écrites évoquent un castrum dès le début du Xe siècle, mais Charles Lelong a émis l’hypothèse d’une première construction en terre et bois, remplacée à la fin du Xe siècle par une enceinte en pierre (Lelong 1971). Cependant, la réinterprétation des sources textuelles par Hélène Noizet et la datation d’autres édifices des Xe-XIe siècles permettent de douter de cette hypothèse (Noizet 2003 : 332-335 ; Noizet 2007 : 217-220).

8L’emprise de l’enceinte a été définie avec la basilique Saint-Martin comme centre, en englobant le quartier canonial au sud et une partie du bourg laïc au nord (fig. 2). Son tracé est globalement connu grâce à l’étude morphologique réalisée par le Laboratoire Archéologie et Territoires (Galinié, Chouquer et al. 2003) et a pu être confirmé par des observations de terrain récentes.

9L’enceinte est très peu conservée en élévation actuellement : seules deux tours sont encore visibles. L’une se situe au sud, rue Néricault-Destouches, et a été intégrée dans un hôtel particulier au XVe siècle. L’autre, à l’est, est l’une des trois tours dégagées rue Baleschoux dans les années 1940 après l’incendie de la ville (fig. 3). En revanche, des tronçons de la courtine et la partie basse d’autres tours arasées peuvent encore être observés en sous-sol (fig. 2).

10L’enceinte formait un quadrilatère de plus de 200 m de côté, entouré d’un fossé de 5 m de large pour 3 m de profondeur et distant d’une vingtaine de mètres de la courtine. Il a été observé lors de fouilles à l’angle nord-est de l’enceinte, sous l’emprise de la rue du Petit-Soleil (site 021 ; Dubant et Coffineau 2007 ; fig. 2).

Fig. 2 – Le castrum Saint-Martin, localisation et état de conservation des vestiges (LAT – ToToPI – ÉM 2012).

11La courtine a été construite en petit appareil et mesurait 2,5 m à 3 m de large. Elle était flanquée de tours rondes aux angles et le long de ses côtés, mesurant 7 à 10 m de diamètre, avec des pièces de 5 m de diamètre intérieur.

12L’intérieur était composé d’un niveau bas aveugle et d’étages où s’ouvraient des baies couvertes d’arcs plein cintre alternant briques et pierres, dont deux exemples sont encore conservés (fig. 3). Les différents niveaux étaient probablement planchéiés puisque les murs ne comportent pas d’ouvertures directes vers les niveaux bas qui devaient donc être accessibles depuis le niveau supérieur (par des échelles ?).

L’enceinte comme marqueur des transformations de la ville et de la société

L’incidence de la construction sur la trame urbaine

13La construction de cette enceinte et du fossé sur un plan régulier a dû avoir une incidence sur l’agglomération de Saint-Martin, dont on connaît peu l’organisation au haut Moyen Âge. Les fouilles réalisées montrent l’existence d’un territoire avec une occupation relativement lâche ponctuellement (sites 1, 7 et 021), mais plus dense ailleurs et sur une grande étendue (Lorans et al., dans ce volume).

14Il est possible toutefois que la forme et l’emplacement de l’enceinte correspondent à une organisation plus ancienne, celle des voies héritées de l’Antiquité, et l’étude morphologique a permis de proposer une hypothèse complémentaire. L’existence d’une patte d’oie face à la porte nord de l’enceinte et celle de rues parallèles descendant vers la Loire indiquent une réorganisation partielle de la voirie. Elle est attribuée à Téotolon, le doyen de Saint-Martin au début du Xe siècle, qui aurait eu l’autorité nécessaire pour entreprendre ces aménagements afin de faciliter la circulation autour de l’enceinte et l’accès à la Loire (Galinié, Chouquer et al. 2003 ; Galinié 2007c).

La symbolique de l’enceinte : le modèle de la cité épiscopale

15Le plan global choisi et l’apparence des tours de l’enceinte du castrum de Saint-Martin sont très proches de ceux de l’enceinte du IVe siècle, dans laquelle se sont installés par la suite les représentants des pouvoirs ecclésiastique et comtal.

16Le castrum de Saint-Martin présente lui aussi des tours de flanquement et l’utilisation de briques pour le couvrement des baies (fig. 1 et 3). On peut en conclure que l’enceinte du IVe siècle a certainement servi de modèle à celle de Saint-Martin (Bourgeois et Marot, à paraître). Elle était encore largement visible au Xe siècle et devait avoir une portée symbolique et représenter un idéal de fortification et de représentation du pouvoir, ce qui est attesté dans de nombreuses villes, dont Tours, par la position des résidences princières et aristocratiques, préférentiellement localisées sur des murailles antiques (Renoux 1993 : 173). Ainsi, le choix de construire une enceinte similaire à celle du IVe siècle devait constituer pour le chapitre de Saint-Martin un moyen de se présenter en égal de la cité épiscopale. Si les relations entre les deux institutions sont encore bonnes au moment de la construction de l’enceinte, elles se dégradent progressivement à partir de la fin du Xe siècle (Noizet 2003 : 365-373 ; Noizet 2007 : 193-197).

Fig. 3 – Élévation d’une tour du castrum avec une baie en plein cintre en pierres et briques (8-10 rue Baleschoux) (cl. É. Marot 2012).

17L’enceinte constitue donc un marqueur des transformations des relations entre les différentes institutions : il se produit un changement d’attitude des chanoines de Saint-Martin vis-à-vis du chapitre cathédral, traduisant une émancipation et une affirmation progressive du pôle de Saint-Martin.

La création d’un espace urbain

18La construction de l’enceinte, au-delà des transformations spatiales qu’elle a impliquées, a aussi contribué à la création d’un nouvel espace urbain.

19Le plan et l’emprise du castrum ne sont pas anodins : en construisant une enceinte englobant à la fois le quartier canonial et une partie du bourg laïc, le chapitre a fait le choix d’associer les autres habitants de l’agglomération de Saint-Martin au quartier canonial. Ils s’affirment face à la cité de Tours par la construction d’une enceinte, symbole visuel et spatial fort, mais également en conservant la particularité de cette agglomération : le regroupement d’une société mixte, religieuse et laïque, bien plus dynamique et économiquement forte que la cité voisine.

20Cette enceinte a été conçue à l’origine comme un élément prestigieux, remplissant des fonctions ostentatoire et défensive, utilisées dans un but politique et identitaire. Elle matérialise les privilèges obtenus, en concurrence avec la cité, pour la création d’une nouvelle entité urbaine. L’enceinte a marqué durablement la trame urbaine et les occupants de la ville ; les habitants ont construit la ville autour d’elle, ce qui a contribué à l’effacer progressivement du paysage urbain.

LA VILLE DE CHÂTEAUNEUF AU XIIe SIÈCLE

Les particularités de la ville

21L’agglomération de Châteauneuf comporte plusieurs particularités qui la distinguent de la cité, l’autre pôle urbain de Tours au Moyen Âge : la diversité des habitants et le nombre élevé d’édifices religieux.

  • 3 Saint-Denis, Sainte-Croix et Notre-Dame de l’Écrignolle.
  • 4 Saint-Venant, Saint-Clément, Saint-Simple et Saint-Pierre-le-Puellier, qui avait également une fon (...)
  • 5 Chapelle du Petit-Saint-Martin, hospice Saint-André et chapelle Saint-Jean (joignant le cloître de (...)

22La basilique Saint-Martin était en effet entourée de nombreuses églises paroissiales – trois étaient situées dans l’emprise même du castrum3 (fig. 2), et quatre autres dans le bourg qui l’entourait4 – et de plusieurs chapelles5. La topographie religieuse a donc influencé la formation de l’espace urbain, puisque cette densité d’églises a impliqué l’existence de quartiers canoniaux, de cimetières paroissiaux et d’autres édifices liés au fonctionnement du culte. Des maisons canoniales ont ainsi pu être identifiées au sud du castrum, dans le claustrum de Saint-Martin, mais également au nord, autour de la collégiale Saint-Pierre-le-Puellier. Elles sont caractérisées par une faible ouverture sur la rue et une architecture soignée.

23D’autres bâtiments situés dans le bourg sont caractéristiques des maisons mixtes, remplissant à la fois une fonction d’habitation dans les niveaux supérieurs et de commerce au rez-de-chaussée. Enfin, de nombreuses habitations privilégiées ont été identifiées dans le castrum et dans le bourg. Le développement de certains types architecturaux constitue un marqueur important des changements sociaux et spatiaux de la ville au XIIe siècle.

La construction d’habitations privilégiées : les maisons-tours

24Un type d’habitations privilégiées est particulièrement représenté à Châteauneuf : les maisons-tours, avec seize occurrences au minimum sur une surface réduite, à l’angle nord-est du castrum (fig. 4 : rues du Petit-Soleil et rue du Président-Merville). Il s’agit de bâtiments situés généralement en cœur d’îlot, se développant en hauteur, avec un volume important, une architecture soignée et un décor sculpté.

Fig. 4 – Localisation des édifices de type maison-tour des XIe-XIIe siècles (état de l’inventaire début 2012) (LAT – ToToPI – ÉM 2012).

Fig. 5 – L’élévation de la Tour Foubert, photographie Société archéologique de Touraine (4040-0104R, cl. Mantellier ou Lefèvre, 1897).

25L’exemple le mieux conservé en élévation jusqu’au XXe siècle était la tour Foubert, datant du XIIe siècle et détruite en 1958 (fig. 5). Elle était située à proximité de l’enceinte à l’est et était conservée sur quatre niveaux d’élévation, dont un registre supérieur d’arcatures retombant sur des colonnettes à chapiteaux sculptés.

26Un ensemble d’au moins quatre maisons-tours construites contre l’enceinte a été identifié : elles présentent des caractéristiques quasiment identiques et datent de la fin du XIIe siècle, d’après la forme des ouvertures, des éléments porteurs et des traces d’outils. Ces maisons-tours ont été construites selon les mêmes techniques architecturales et avec les mêmes matériaux, utilisant le calcaire de l’Écorcheveau, extrait dans une carrière au sud de Tours, à Saint-Avertin (Rasplus,Gay et al. 1991).

27Les façades encore conservées montrent une élévation sur deux niveaux minimum, avec des ouvertures au rez-de-chaussée (porte et baies) et de grandes fenêtres probablement géminées à l’étage (fig. 6). Ces édifices ont la caractéristique commune d’avoir un niveau bas semi-enterré, correspondant aux rez-de-chaussée et caves actuels, couvert d’un plancher et consolidé par des arcs de décharge retombant sur des piliers composés (fig. 7). Le niveau bas était relié aux étages par une tourelle d’escalier extérieure. Les possibilités d’accès et le soin apporté à l’architecture indiqueraient que ces espaces étaient destinés à être vus.

28Ces maisons sont accessibles depuis l’extérieur de l’enceinte, et non depuis l’intérieur – au moins dans leur premier état. On peut donc supposer que le fossé entourant l’enceinte est au moins partiellement comblé à cette date pour permettre l’accès à ces propriétés.

29Certains habitants ont également fait le choix d’annexer les tours de l’enceinte construite deux siècles plus tôt, en les associant soit à une maison-tour, soit à une habitation d’un autre type. Au 13 rue de l’Arbalète, par exemple, c’est un bâtiment vaste mais peu élevé qui a été construit contre la tour nord-ouest de l’enceinte à l’intérieur, sur l’emprise de la courtine, alors partiellement arasée. Les anciennes tours et les maisons communiquaient probablement aux niveaux supérieurs, mais les vestiges ne semblent pas indiquer de communications en sous-sol dès l’origine. Le réaménagement intérieur des tours de l’enceinte n’est en général effectué qu’au XIIIe siècle.

30Ces habitations de type maison-tour ont donc probablement été construites dans un laps de temps court, puisqu’elles semblent correspondre au travail des mêmes artisans dans certains cas (par exemple aux 17 et 19 rue du Président-Merville). Les choix architecturaux montrent un phénomène d’émulation entre les habitants et une volonté de faire construire des maisons sur le même modèle pour manifester leur réussite sociale. Les commanditaires de ces édifices sont probablement des bourgeois, dont la situation favorable est perceptible dans les sources textuelles à la fin du XIIe siècle.

Fig. 6 – Élévation extérieure d’une maison-tour (19 rue du Président-Merville) (É. Marot, 2010).

Les raisons de l’émergence des bourgeois au XIIe siècle et les conséquences urbaines

31Les sources écrites attestent au XIIe siècle l’émergence des bourgeois qui se sont enrichis par le commerce et les métiers d’argent. Certains expriment des revendications et cherchent à faire valoir leurs droits face aux chanoines, afin de profiter de la richesse que représente le pèlerinage de Saint-Martin. Ils ont ainsi obtenu la liberté dans le commerce du vin, autorisée par le trésorier de Saint-Martin au milieu du XIIe siècle, et d’autres avantages financiers de la part du roi Louis VII, comme la suppression de taxes sur leurs bénéfices (Noizet 2003 : 399, 401-403 ; Noizet 2007 : 252-257).

32Un même sujet de conflit est attesté à partir du XIe siècle et pendant le XIIe siècle : il s’agit de plaintes de chanoines concernant des constructions réalisées par des laïcs. Les bourgeois ont en effet construit leurs maisons sur le mur d’enceinte et dans les fossés, et les chanoines veulent donc les faire détruire. Le roi autorise finalement les bourgeois à conserver leurs maisons contre le paiement d’une amende (Noizet 2003 : 400-401, 439-440 ; Noizet 2007 : 292-293).

33Les mentions de constructions dans des espaces destinés auparavant à la défense montrent bien les transformations de la ville. Le développement démographique et économique de Châteauneuf est manifeste : la densité d’habitants augmente et les constructions empiètent peu à peu sur les espaces publics. Certaines constructions encore conservées contre l’enceinte, surtout au nord-est, pourraient donc correspondre en partie à celles évoquées dans les sources écrites.

L’exploitation de la symbolique de l’enceinte urbaine concomitante de son effacement physique

34Les bâtiments les plus anciens en relation avec l’enceinte sont situés pour la plupart contre la face extérieure de l’enceinte, aussi bien au nord du castrum qu’au sud. Le phénomène de construction contre la face extérieure de l’enceinte ne semble en effet pas réservé aux laïcs. Des bâtiments édifiés au sud au XIIe siècle se trouvent en dehors de l’enceinte, mais jouxtent le quartier canonial et ont peu d’ouvertures au rez-de-chaussée, ce qui indiquerait plutôt des habitations de chanoines (22bis place Gaston-Pailhou, à l’angle sud-ouest du castrum). En revanche, ce phénomène de réoccupation des espaces auparavant défensifs est plus fréquent et plus dense au nord, dans la partie laïque. Les espaces bordant l’enceinte à l’intérieur sont par endroits bâtis plus tardivement, comme à l’angle nord-est du castrum, où les constructions situées contre l’enceinte datent du XIIIe siècle.

Fig. 7 – Maison-tour en cours de démolition (à droite) avec arcs de décharge en partie basse et niveau de corbeaux supportant le plancher du niveau 2 (14 rue du Petit-Soleil) (cl. Laboratoire d’archéologie urbaine de Tours, 1992).

35La construction d’habitats civils contre le mur d’enceinte du Xe siècle est donc un phénomène important du XIIe siècle au XIIIe siècle, indiquant que l’enceinte et ses abords ont perdu leur fonction défensive ou du moins publique de façon progressive, avec le comblement des fossés et l’édification des bâtiments accolés contre la courtine.

36En revanche, le choix de la position de ces édifices, dont les maisons-tours bourgeoises, construits contre l’enceinte et annexant les anciennes tours, indique la volonté des habitants de s’approprier un édifice emblématique de Châteauneuf. L’enceinte avait en effet conservé une valeur symbolique, comme en témoignent les conflits : les chanoines souhaitent conserver l’enceinte et ses fossés libres de constructions pour ce qu’ils représentent historiquement. La construction d’habitats privilégiés (laïcs notamment) à cet emplacement n’est donc pas anodine : elle manifeste une volonté des habitants de s’imposer visuellement dans la ville, en remplaçant ou masquant l’enceinte, les maisons-tours pouvant être plus élevées que la courtine. Ils semblent avoir substitué leurs habitats à l’enceinte, pour en faire des symboles de leur puissance et de leur réussite. De plus, on observe pour la fin du XIIe siècle un effet de mode, une rivalité, avec la construction de plusieurs bâtiments possédant des caractéristiques semblables (localisation et architecture) ; les espaces bordant l’enceinte ont donc pu être particulièrement recherchés à cette période.

37Au XIIe siècle, l’enceinte, malgré son effacement partiel, a donc pourtant conservé une dimension symbolique, que les plus riches habitants exploitent et s’approprient.

LA SYMBOLIQUE DES TRANSFORMATIONS URBAINES

38L’analyse des transformations urbaines, sociales et architecturales des deux périodes considérées, le Xe et le XIIe siècle, permet de mettre en évidence différents phénomènes attestant l’émergence d’une identité urbaine de Châteauneuf au Moyen Âge.

La construction d’une identité par l’opposition

39La première expression d’une identité affirmée par l’opposition correspond aux relations entre la cité de Tours et le castrum de Saint-Martin. La construction de l’enceinte du castrum au Xe siècle a été un moyen pour le chapitre de Saint-Martin de se placer à égalité avec le chapitre cathédral et d’acquérir une indépendance et une autorité nouvelle.

40La seconde opposition, entre les chanoines et les bourgeois, est moins marquée. Le conflit a été focalisé sur quelques points précis, comme la construction de maisons laïques contre l’enceinte. Les bourgeois au XIIe siècle ont des revendications de plus en plus fortes et veulent avoir les moyens de prospérer : la construction de leurs habitations, selon une architecture et une position privilégiées, participe à cette transformation de la société.

La construction d’une identité par l’affirmation

41Sa première manifestation est la création d’un centre urbain nouveau à partir du Xe siècle. Au cours du Moyen Âge, une identité commune des laïcs et des bourgeois a pu être développée autour de Saint-Martin, puisque c’était un centre religieux mais aussi économique.

42S’il existe dans les sources textuelles des traces de quelques conflits ponctuels entre chanoines et bourgeois mais aussi entre les chanoines eux-mêmes, on observe globalement une unité des différents habitants autour de l’identité martinienne qui perdure. Les historiens ont en effet montré que les intérêts communs des différentes communautés ont permis de conserver une cohésion globale dans l’agglomération jusqu’à la fin du XIIe siècle : les bourgeois ont notamment participé au financement de la réparation de la basilique (Noizet 2003 : 410-412 ; Noizet 2007 : 265-267).

43Un autre phénomène a pu être identifié : le fait que l’habitation soit utilisée comme marqueur de l’identité des bourgeois. Certaines constructions civiles au XIIe siècle – à la fin de ce siècle pour les exemples évoqués – ont été créées selon des références communes et selon un modèle architectural partagé par une partie de la population. Ces habitations privilégiées participent à la création d’une identité laïque, celle des bourgeois, même s’il existe également une concurrence entre eux.

44Par la construction de leurs habitations, ils se sont forgés une identité peut-être plus durable que les mouvements politiques comme les communes, dont plusieurs tentatives ont été faites par les bourgeois de Châteauneuf au XIIe siècle (Chevalier 1972).

  • 6 La datation de 1175 a été établie par S. Farmer (Farmer 1991 : 306-308) : elle concerne la troisiè (...)

45Un texte daté des alentours de 11756 et décrivant entre autres la ville de Tours, atteste ce phénomène : il s’agit de la Narratio de Commendatione Turonice Provinciae, probablement écrite par un moine anonyme de Marmoutier. L’auteur indique notamment l’existence des tours construites par les habitants, qui font donc partie de l’identité urbaine de Châteauneuf.

Plurimum jam dictae civitati confert Castri Novi contigua affinitas, cujus viri adeo illustres, ut auri et argenti, varii et grisii, diversarum insuper specierum et totius mundialis gloriæ copia exuberantes purpurati incedunt. Duatricem pecuniam obstupescunt, affluentibus divitiis. Quorum domus fere omnes turritæ, munitæ propugnaculis in cœlum porriguntur . Quorum mensas quotidianus et varius ferculorum splendor exornat. Nemo ferme ex eis in poculis scyphym nisi argenteum et aureum novit. In chartis, aleis et avibus cœli ludunt. Hilares et munifici, hospitum susceptores, Deo, honorificentiæ, pauperibus maxime debita in dies exsolvunt. Patroni sui, beati videlicet Martini, et aliorum sanctorum ecclesias mirifico tabulatu lapideo, et arcubus cælatis construunt. Ligeri, Caro et aliis circumfluentibus aquis pontes petrinos miri sumptus et decoris superædificantes viantibus, naulo cessante, transitum præbent.

Les habitants de Châteauneuf sont riches et fastueux, ils s’habillent avec les étoffes et les fourrures les plus précieuses. Leurs maisons crénelées sont ornées de tours élevées. Toujours dans les festins, ils boivent dans des coupes d’or et d’argent. Leurs jeux sont les chats, les dés et la chasse à l’oiseau. Ils élèvent des églises en pierre avec des arcades sculptées, et jettent sur la Loire, le Cher et les rivières voisines des ponts en pierre.
(édition et traduction dans Salmon 1854 : XCVII et 298).

46La richesse architecturale de Châteauneuf, notamment en ce qui concerne l’habitat privilégié, a permis des analyses sérielles d’édifices mettant en évidence des types d’habitats spécifiques par leur architecture et leur position dans la ville. De plus, l’étude de l’architecture, associée à l’analyse des sources écrites médiévales et de la morphologie urbaine, a permis de préciser les modalités de l’occupation à Châteauneuf au Moyen Âge, tant du point de vue social et politique que du point de vue matériel. La confrontation et le croisement des différentes méthodes d’analyse de la ville permettent donc de compléter l’étude de la fabrique urbaine et le fort potentiel architectural de Châteauneuf implique la possibilité de nouveaux apports.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bourgeois L. et Marot É., à paraître. Une piste de recherche pour la fortification des IXe-Xe siècles : l’imitation de l’Antique, in : Mignot Ph. et Poisson J.-M. (dir.), Archéologie des résidences aristocratiques du Xe siècle en Francia Media, Amay, 30-31 mai 2011 – Lyon 2012, Direction de l’Archéologie du Ministère de la région wallonne, Namur (Études et documents).

Chevalier B. 1972. La cité de Tours et Châteauneuf, du Xe au XIIIe siècle ; note sur l’échec du mouvement communal dans le centre de la France, Cahiers d’Histoire, XVII no 3 : 237-247.

Dubant D. et Coffineau E. 2007. Les observations rue du Petit-Soleil/rue de la Monnaie, site 021, in : Galinié (dir.) 2007 : 125-128.

Farmer S. 1991. Communities of Saint Martin, legend and ritual in medieval Tours, Cornell University Press, London, 358 p.

Galinié H. 1981. La notion de territoire à Tours aux IXe et Xe siècles, in : Recherches sur Tours 1, Tours, ADEAUT : 73-84.

Galinié H. (dir.) 2007. Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, 30e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, no spécial de la coll. « Recherches sur Tours », FERACF, Tours, 440 p., CDrom.

Galinié H. 2007a. Suburbium de la cité et suburbium de Saint-Martin au Xe siècle, in : Galinié H. (dir.) 2007 : 290-291.

Galinié H. 2007b. La formation du secteur martinien, in : Galinié H. (dir.) 2007 : 364-367.

Galinié H. 2007c. Téotolon doyen de Saint-Martin puis évêque, in : Galinié H. (dir.) 2007 : 383-384.

Galinié H. et Rodier X. 2002. TOTOPI, TOpographie de Tours Pré-Industriel, un outil d’analyse urbaine, Les petits cahiers d'Anatole, 11, 2002, 12 p., [en ligne], http://citeres.univtours.fr/doc/lat/pecada/F2_11.pdf.

Galinié H., Chouquer G. et al. 2003. Téotolon, doyen de Saint-Martin, évêque de Tours au Xe siècle, et urbaniste ?, in : Gauthiez B., Zadora-Rio E. et Galinié H. (dir.), Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Presses Universitaires François-Rabelais, Maison des sciences de l’Homme, coll. « Perspectives Villes et Territoires », no 5, Tours, vol. 1 : 239-256, vol. 2 : 203-219 (figures).

Garrigou Grandchamp P. 2004. Notes sur l’architecture civile romane à Tours, Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 54 : 121-142.

Garrigou Grandchamp P. 2007. Considérations sur l’architecture domestique des XIIe-XIVe siècles à Châteauneuf, in : Galinié H. (dir.) 2007 : 261-274.

Lelong C. 1971. L’enceinte du castrum Sancti Martini (Tours), Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, nouvelle série, 6, année 1970 : 42-56.

Noizet H. 2003. Pratiques spatiales, représentations de la ville, et fabrique urbaine de Tours du IXe siècle au XIIIe siècle : chanoines, moines et laïcs à Saint-Martin et Saint-Julien, Thèse de doctorat d’histoire médiévale sous la direction d’Henri Galinié, Université François-Rabelais de Tours, 4 vol.

Noizet H. 2007. La fabrique de la ville, espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècles), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Rasplus L., Gay F. et al. 1991. La carrière de tuffeau turonien de l’Écorcheveau à Saint-Avertin près de Tours (Indre-et-Loire), in : Lorenz J. et Benoît P. (dir.), Carrières et construction en France et dans les pays limitrophes, CTHS, Paris : 367-382.

Renoux A. 1993. Les fondements architecturaux du pouvoir princier en France (fin IXe-début XIIIe siècle), in : Les princes et le pouvoir au Moyen Âge, Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 23e congrès, Brest, 1992 : 167-194.

Salmon A. 1854. Recueil des Chroniques de Touraine, Collection de documents de l’histoire de Touraine, Société archéologique de Touraine, Tours, 491 p.

Notes

1 Les deux textes étant complémentaires sur de nombreux points, les références bibliographiques des deux ouvrages sont indiquées.

2 Dans le cadre d’une thèse de doctorat d’archéologie à l’université François-Rabelais de Tours, placée sous la direction d’Élisabeth Lorans.

3 Saint-Denis, Sainte-Croix et Notre-Dame de l’Écrignolle.

4 Saint-Venant, Saint-Clément, Saint-Simple et Saint-Pierre-le-Puellier, qui avait également une fonction d’église collégiale.

5 Chapelle du Petit-Saint-Martin, hospice Saint-André et chapelle Saint-Jean (joignant le cloître de Saint-Martin).

6 La datation de 1175 a été établie par S. Farmer (Farmer 1991 : 306-308) : elle concerne la troisième partie de la Narratio de Commendatione Turonicae Provinciae, contenant une description de Châteauneuf et l’histoire de la basilique Saint-Martin, traduite partiellement par André Salmon en 1854 (Salmon 1854 : XCVII et 298).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La Cité de Tours et le castrum de Saint-Martin vers 950 (Figure extraite de Galinié [dir.] 2007 : 383, fig. no 56 [LAT – ToToPI]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Légende Fig. 2 – Le castrum Saint-Martin, localisation et état de conservation des vestiges (LAT – ToToPI – ÉM 2012).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Fig. 3 – Élévation d’une tour du castrum avec une baie en plein cintre en pierres et briques (8-10 rue Baleschoux) (cl. É. Marot 2012).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Légende Fig. 4 – Localisation des édifices de type maison-tour des XIe-XIIe siècles (état de l’inventaire début 2012) (LAT – ToToPI – ÉM 2012).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 5 – L’élévation de la Tour Foubert, photographie Société archéologique de Touraine (4040-0104R, cl. Mantellier ou Lefèvre, 1897).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 6 – Élévation extérieure d’une maison-tour (19 rue du Président-Merville) (É. Marot, 2010).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 7 – Maison-tour en cours de démolition (à droite) avec arcs de décharge en partie basse et niveau de corbeaux supportant le plancher du niveau 2 (14 rue du Petit-Soleil) (cl. Laboratoire d’archéologie urbaine de Tours, 1992).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

Docteur en Archéologie, Université François-Rabelais de Tours, UMR 7324 CITERES – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540