Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Les rythmes de l’espace urbain à Tours : nouvelles données, nouvelles questions (Ier-Xe siècles)

Patterns of urban space in Tours: new data, new questions (1st to 10th centuries AD)

Élisabeth Lorans, Anne-Marie Jouquand, Nicolas Fouillet et Xavier Rodier

Résumé

Recent results from several rescue excavations carried out in Tours by Inrap archaeologists provide insight into the changing urban space over the course of more than a millennium, from the late Iron Age to around 1000 AD. Seen in relation to the questions posed in the conclusion of the synthesis work edited by Henri Galinié and published in 2007, they shed new light on our knowledge of the urban environment. This new knowledge relates to the layout of building plots in the monumental centre of the antique settlement, fluctuations in the course followed by the Loire, and lastly to occupation between late Antiquity and the early Middle Ages. This newly acquired information applies first and foremost to the centre and west of the ancient settlement, and gives rise to new models of interpretation.

Texte intégral

1Depuis la fin des années soixante, Tours fait l’objet d’un programme de recherche archéologique, lancé par Henri Galinié sur le modèle des travaux développés à Winchester puis dans d’autres villes d’Angleterre. Entre 1968 et 2012, 25 fouilles et 56 observations ont été réalisées (fig. 1), dans le cadre d’opérations préventives ou programmées. En 2006 et 2007, un bilan des connaissances sur Tours antique et médiéval a été proposé sous la forme d’une exposition puis d’un ouvrage, une entreprise collective qui a mobilisé les archéologues et les historiens ayant travaillé depuis quarante ans sur la ville (Galinié 2007). Cette double réalisation a mis en évidence un renouvellement important des connaissances, en particulier dans deux domaines :

  • d’une part, la détection d’une occupation domestique et artisanale des IIe-Ier siècles av. J.-C. sur le site de Clocheville, à peu de distance de la limite sud-ouest de l’espace urbanisé antique, à l’occasion d’une fouille préventive dirigée par R. de Filippo (fig. 1, no 67) ; pour l’heure, rien ne permet de postuler une continuité d’occupation entre cet établissement protohistorique et l’agglomération antique fondée quant à elle au début du Ier siècle apr. J.-C. mais la poursuite de l’étude du mobilier, en particulier de la céramique, conduit à réduire le hiatus entre les deux occupations ;
  • d’autre part, la relecture des principaux monuments antiques conduite par J. Seigne a débouché sur de nouvelles hypothèses sur la composition urbaine de la ville ouverte (fig. 2) et du castrum érigé au milieu du IVe siècle (fig. 3).

2Depuis six ans, de nouvelles fouilles préventives et le traitement plus poussé de données anciennement acquises ont débouché sur de nouvelles hypothèses concernant les usages du sol au cours du premier millénaire, principalement dans la partie centrale et occidentale de la ville. Cette relecture est fondée sur trois sites principaux respectivement localisés rue Gambetta (Jouquand 2012), rue Dabilly (Fouillet et Yvernault 2008) et rue Courteline, aux Dames Blanches (Fouillet 2011) (fig. 1, no 73, 78 et 82). Trois thèmes seront successivement abordés :

  • la mise en place du parcellaire antique dans le centre monumental ;
  • les fluctuations du trait de rive de la Loire ;
  • l’occupation de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge à l’ouest de Saint-Martin.

Fig. 1 – Tours, fouilles, observations et diagnostics réalisés depuis 1968 (LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI – Inrap).

LA MISE EN PLACE DU PARCELLAIRE ANTIQUE DANS LE CENTRE MONUMENTAL

La trame d’origine

3Après la conquête de César, l’organisation administrative, comme économique, des Trois Gaules est différée à cause des événements politiques intérieurs à Rome. Ce territoire reste en quelque sorte sous-administré durant près d’un demi-siècle. On ignore la date précise des fondations des capitales de cités mais 27 av. J.-C. semble trop précoce au vu des découvertes archéologiques. C’est probablement en 13 av. J.-C., lors d’un séjour en Gaule d’Auguste, que l’organisation de la Gaule est effective. On ne connaît pas les critères qui ont présidé au choix des implantations des chefs-lieux de cités dans cette nouvelle organisation. On ignore en fait si elles sont imposées à l’origine par le pouvoir impérial ou si elles sont laissées au libre arbitre des élites indigènes. On ne peut pas affirmer que ces choix aient été faits systématiquement en faveur du principal oppidum comme pour Bourges-Avaricum, car on constate que certaines capitales sont des créations nouvelles comme Autun qui remplace Bibracte ou bien Clermont implanté au voisinage de Gergovie.

4On sait que certaines de ces villes se développent avec le plus grand faste dès la période augustéenne (autour du changement d’ère comme Autun ou Saintes et peut-être Poitiers), alors que d’autres ne connaissent des débuts significatifs qu’à partir des règnes de Tibère (14-37), voire de Claude (41-54) : c’est le cas de Tours. Jusque-là, si l’on avait observé la mise en place vers le milieu du Ier siècle, de manière concomitante, de premières constructions en matériaux périssables et de la trame viaire sur les sables alluviaux, en revanche les surfaces observées restaient trop petites pour en comprendre les modalités.

Fig. 2 – Tours vers 150 (extrait de GALINIÉ 2007, fig. 3, p. 327, avec des modifications) (LAT – UMR 7324 CITERES – CS – ToToPI).

5Les 2 000 m² du site de Gambetta ont pour la première fois permis d’appréhender les premières traces d’occupation à l’échelle d’un îlot (fig. 4). On a pu observer huit alignements de trous de poteau de taille et de forme diverses (105 au total) à la base de la stratigraphie. Ils matérialisent des limites, sans doute des palissades, qui ont été entretenues un certain temps ce que suggèrent la morphologie et le niveau d’apparition très variés des négatifs.

6Dans de nombreux cas, mais sans que cela soit toutefois systématique, les limites du bâti postérieur des Ier et IIe siècles, que l’on ait affaire à des constructions sur sablières basses ou sur soubassements maçonnés, se superposent à ces alignements plus anciens. Le maillage, tel que l’on peut le restituer, reste évidemment très incomplet à l’échelle du chantier. Malgré tout, les orientations suivies sont régulières (autour de 11,5° ouest), même si les distances entre les alignements sont inégales – on note des écarts de 8,50, 9, 11 et 13 m – et qu’elles n’autorisent pas la restitution d’un maillage orthonormé. L’étude de la céramique met en lumière une très forte proportion de sigillée d’importation italique dans les premières fosses associées aux alignements et permet de dater ces installations des années 10 av.– 15 apr. J.-C.

Fig. 3 – Tours vers 400 (extrait de Galinié 2007, fig. 38, p. 355) (LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI).

7Tout porte à croire qu’il s’agit là des traces laissées par un vaste lotissement d’un espace vierge de toute construction. Les découvertes plus anciennes effectuées de l’autre côté de la rue Nationale, dans l’emprise du lycée Descartes, et que l’on avait bien du mal à interpréter sont en définitive très comparables et prennent sens aujourd’hui (fig. 4). Elles indiquent un aménagement de grande ampleur effectué préalablement à l’urbanisation des îlots. Si, à l’ouest, les parcelles ainsi définies dès l’origine ne furent que très peu modifiées jusqu’à l’abandon de ce secteur urbain dans le courant du IIIe siècle, en revanche à l’est, la mise en place de thermes monumentaux, qui se développèrent sur une imposante surface, a masqué ce premier parcellaire. Il est probable que ce programme architectural n’était pas encore décidé lors du premier découpage de l’espace voué à l’implantation d’habitations.

8Le scénario qui se dessine est donc assez clair. Un découpage parcellaire, autour du changement d’ère, si l’on en croit la céramique découverte sur le site de la rue Gambetta, précède l’urbanisation du secteur central de l’agglomération, où doit être recherché le forum (fig. 2). Quelques habitations modestes des premiers arrivants ponctuent ce paysage récemment investi. Aucune entreprise d’assainissement ne semble avoir été réalisée préalablement à la construction de la ville qui prend place directement sur les sables alluviaux. Les rues sont établies à la suite selon un schéma classique orthonormé sans contrainte particulière. Puis les premières habitations sont construites en bordure des axes de circulation dans des parcelles délimitées par les palissades. Des domus à péristyle avec soubassement en pierre, peu nombreuses dans un premier temps, cohabitent pendant tout le Ier siècle avec des habitations en matériaux périssables aux plans moins codifiés. Dans la seconde moitié de ce même siècle, la ville est dotée d’une première parure monumentale composée d’un sanctuaire et de thermes mais ce n’est qu’au IIe siècle qu’elle connaît son développement maximal.

L’exhaussement du niveau de circulation au IIe siècle

9Pendant tout le Ier siècle, la technique de construction qui prédomine à Tours pour l’architecture civile est celle qui associe la terre et le bois. Les sablières basses qui supportent les parois en torchis sont établies sur de simples alignements de pierres masqués par les sols. Les puits très peu profonds (moins de 2 m) montrent la proximité de la nappe phréatique à cette époque. Seuls les premiers édifices publics observés, l’un sous les grands thermes méridionaux et l’autre sous le grand temple circulaire, sont bâtis sur des pieux probablement en aulne disposés au fond des tranchées de construction, conformément aux techniques en vigueur dans un environnement humide.

10Dans la première moitié du IIe siècle, les reconstructions assez systématiques des habitations, qui sont désormais fondées sur des soubassements maçonnés supportant des élévations en pans de bois hourdis de torchis, entraînent un exhaussement systématique de plus d’1 m des niveaux de circulation, exhaussement qui fut poursuivi jusque dans la première moitié du IIIe siècle. Ce phénomène d’exhaussement semble généralisé à l’échelle de la ville. À titre d’exemples, citons la rue fouillée aux abords de la cathédrale dont le niveau de circulation augmente de l’ordre de 2 m en quatre siècles (Jouquand et al. 1999 : 20), alors que sur le site de Gambetta on note également 2 m d’exhaussement dans une habitation en trois siècles et qu’aux Dames Blanches la voie antique est rehaussée d’environ 1,50 m sur une durée équivalente.

Fig. 4 – Tours, sites de la rue Gambetta (no 73) et du lycée Descartes (no 64). Plan des structures du Ier siècle apr. J.-C. (N. Fouillet, Inrap / LAT – UMR 7324 CITERES – CS).

11C’est sans doute aussi au début du IIe siècle que les thermes sud et le grand temple circulaire sont reconstruits. Les fondations maçonnées sont désormais implantées sur des forêts de pieux en chêne d’1,50 m à 2 m de longueur déposés au fond des tranchées puis maintenus en place par un coulis d’argile très compact, preuve supplémentaire de la forte humidité du milieu.

12Si l’exhaussement des niveaux de circulation est un fait normal en milieu urbain durant l’Antiquité, il semble qu’il présente ici un caractère exceptionnel. À titre de comparaison, la grande rue fouillée à Poitiers sur le site des Cordeliers, utilisée également pendant quatre siècles, ne s’est exhaussée que d’1 m (Jouquand et al. 2000).

13L’ampleur et la récurrence de ce phénomène d’exhaussement observé dans la ville de Caesarodunum semblent en lien direct avec le fleuve et traduire un besoin de protection face aux inondations. On peut penser que si les risques avaient été connus au début du Ier siècle, les constructeurs n’auraient sans doute pas choisi un site naturel aussi mal adapté à leur projet ou auraient réalisé des travaux de drainage et de remblayage préalables. Nous proposons donc à titre d’hypothèse une aggradation du lit du fleuve, à savoir un exhaussement par accumulation de sédiment au cours du Haut-Empire qui a pu entraîner des inondations répétées. Dans tous les cas, on suspecte un changement de régime du fleuve au cours de cette période. Bien que la Loire ne puisse être comparée à la rivière qui traverse Javols, chef-lieu de la cité des Gabales, signalons qu’une explication similaire est proposée pour rendre compte de l’apport d’épais remblais dans le courant du Ier siècle apr. J.-C. où les berges du Triboulin furent aménagées dans l’emprise urbaine (Trintignac, Marot et Ferdière 2011 : 141-142).

Les aménagements de berge et les fluctuations de la rive sud de la Loire jusqu’au XIe siècle

14Le site des Dames Blanches a considérablement enrichi notre connaissance sur les aménagements de berge et les fluctuations de la Loire. Quatre états d’aménagement de la berge antique se sont succédé entre le milieu du Ier siècle et le début du IIe siècle apr. J.-C. Ces installations sont vraisemblablement raccordées à la voie de berge mise en place dès la première moitié du Ier siècle apr. J.-C. Alors que les trois premiers états prennent la forme d’une simple rampe d’accès au fleuve, remodelée en fonction des fluctuations du chenal principal, le dernier état est un aménagement de plus grande ampleur, constitué de caissons en bois assemblés en damier (fig. 5). Ces contenants d’environ 8 m de côté sont réalisés en madriers et planches en chêne. L’ossature de bois est ensuite remblayée, principalement avec du sable et du gravier de Loire, pour former un quai massif raccordé au fleuve par une rampe d’accès faisant office d’embarcadère.

15Le passage à une construction en caissons peut dénoter une aggravation de l’activité érosive de la Loire, mais aussi un changement dans le statut et/ou l’importance de cette structure d’accès au fleuve qui pourrait être en lien avec le développement d’entreprises commerciales. L’installation fut définitivement ensablée entre le milieu du IIe siècle et le IVe siècle. À cette époque, une plus grande proximité avec la Loire entraîna l’abandon du site, caractérisé par des apports alluviaux importants résultant de fortes crues.

Fig. 5 – Tours, rue Courteline, site des Dames Blanches. Plan du dernier état de l’embarcadère et de la nécropole en usage au IVe siècle.

16La fouille du site des Dames Blanches permet de prolonger vers l’ouest la restitution du trait de rive de la Loire qui, globalement, s’est déplacé vers le nord sans exclure des mouvements inverses, comme le prouve l’ensablement final de l’embarcadère (fig. 6). Ce site conforte aussi l’hypothèse d’une aggradation du lit de la Loire à partir du IIe siècle.

L’OCCUPATION DE LA FIN DE L’ANTIQUITÉ ET DU HAUT MOYEN ÂGE À L’OUEST DE SAINT-MARTIN

17Au IVe siècle, le retrait du fleuve vers le nord permet un nouvel usage du terrain des Dames Blanches (fig. 1, no 82), qui reste néanmoins soumis aux crues. Une utilisation funéraire est attestée en bordure de la voie (fig. 5), sous la forme d’une trentaine de tombes qui confirment le caractère périphérique de ce secteur. Sur le site de la rue Dabilly (fig. 1, no 78), entre le IIe et le VIIe siècle si l’on se fonde sur la faible quantité de céramique retrouvée, la seule activité reconnue, en bordure de voie, est l’extraction de limon identifiée par le creusement de fosses. Alors que la formation des terres noires, résultant peut-être à la fois d’apports alluvionnaires et de processus pédologiques (labours ?), a commencé, le terrain est utilisé comme zone de rejets domestiques entre 800 et 950 : des fosses, y compris d’anciens silos, et des fossés témoignent de la proximité d’un habitat dont aucune trace de bâtiment sur poteau ou sur solin n’a été observée. On a donc vraisemblablement affaire à des jardins ou à des arrière-cours associés à des bâtiments tout proches, le tout organisé selon un parcellaire laniéré délimité au sud par une voie et à l’est et à l’ouest par des fossés (fig. 7).

18Aux Dames Blanches, le même type de structures a été observé entre le IXe et le XIe siècle sur un terrain gagné sur la Loire dont l’occupation aux VIe-VIIe siècles est probable, compte tenu de la forte quantité de céramique de cette période redéposée dans les fosses. Une zone d’habitat, représentée par des puits, des silos, des celliers, des fours domestiques et des trous de poteau, s’étendait entre deux voies, celle d’origine antique au sud, une nouvelle voie médiévale au nord.

19Ce type d’occupation, où prédominent des fosses-dépotoirs appartenant surtout aux VIIIe-Xe siècles, a été identifié sur de nombreux sites répartis en différents points de l’espace urbanisé pendant l’Antiquité et au-delà : dans le secteur occidental, il faut ajouter les sites de Clocheville et de la rue de la Victoire (fig. 1, no 67 et 8) ; à Saint-Martin et à ses abords immédiats, les sites 1, 7, 10 et 23 ; à l’est, les sites 16 et 14. Dans tous les cas, ces creusements traversent des niveaux de terres noires, ce qui rend leur détection très délicate. C’est la concentration de mobilier, céramique et rejets de boucherie principalement, qui permet d’isoler ces fosses dont certaines atteignent 1,60 m de diamètre pour 1,40 m de profondeur.

20La question fondamentale est celle de l’interprétation de ces vestiges en termes d’extension de l’espace urbain et en termes sociaux. Rappelons que la majorité des sites mentionnés est située dans l’environnement proche de Saint-Martin, à 400 m tout au plus de l’église et du secteur d’habitation de la communauté, monastique puis canoniale (fig. 7). Au IXe siècle, les sources écrites attestent l’existence d’un burgus autour du monastère, c’est-à-dire une agrégation d’habitations, d’ateliers et d’échoppes, qui réunit une population affectée à la subsistance et au service de la communauté des chanoines – dont le nombre est fixé à 200 en 849 – comme au service des pèlerins. Peut-être faut-il associer les structures domestiques et les niveaux de terres noires observés sur les sites environnants à cette population très mal connue (Galinié 2007 : 366). Toutefois, un site détone par la qualité du mobilier qui y a été recueillie, celui de la rue Dabilly. Il a livré une grande quantité de céramique peinte, des éléments glaçurés dits richement décorés, de nombreux fragments de verre ainsi que des restes osseux révélant une consommation de viande de qualité : il s’agit ici de produits destinés à une population au statut privilégié.

Fig. 6 – Tours, évolution du trait de rive de l’Antiquité à nos jours (LAT – UMR 7324 CITERES – XR, CS – ToToPI).

Fig. 7 – Tours, site de la rue Dabilly (no 78) en cours de fouille.

21La construction au début du Xe siècle, entre 903 et 918 selon les sources écrites, d’une enceinte englobant une partie de l’établissement martinien marqua une étape majeure de l’aménagement de ce secteur (Noizet 2007 : 97-119, fig. 8). Alors que la partie sud était réservée à la communauté, la partie nord fut dès l’origine dédiée aux laïcs également installés entre l’enceinte et la Loire, sur des terrains en grande partie gagnés sur le fleuve depuis l’Antiquité (Galinié 1981). Ces terrains, dont Saint-Martin acquit progressivement la maîtrise foncière, furent alors réorganisés avec une refonte probable de la desserte viaire dans la première moitié du Xe siècle (Galinié et al. 2003).

22Si l’on s’interroge sur les usages du sol à la fin du haut Moyen Âge, on doit souligner qu’il n’existe pas de différence archéologique majeure entre les sites fouillés à l’ouest et ceux qui l’ont été plus à l’est, comme le site 14, qui se trouvait à proximité immédiate de l’enceinte du IVe siècle, probablement dans le bourg des Arcis. La plus ou moins grande proximité avec Saint-Martin n’est pas non plus un critère discriminant puisque les sites de Saint-Pierre-le-Puellier et des Dames Blanches révèlent des séquences similaires (fig. 1, nos 1 et 82) : à des aménagements de berge et des installations artisanales dans l’Antiquité, succèdent un usage funéraire puis des structures domestiques aux VIIIe-Xe siècles.

23Bien que l’organisation de cet habitat nous échappe pour l’essentiel, un trait est à souligner, le fait que les structures observées, qui présentent une forte densité, soient bien cernées dans le temps. Elles apparaissent sur la majorité des sites au début du VIIIe siècle – seul le site des Dames Blanches a livré des indices d’occupation domestique des VIe et VIIe siècles – et disparaissent pour l’essentiel entre le milieu du Xe siècle et le début du XIe siècle. Pour autant, la fonction résidentielle demeure dans certains cas, comme aux Dames Blanches, alors que d’autres usages du sol peuvent prévaloir, tels qu’une fonction religieuse et funéraire à Saint-Pierre-le-Puellier ou encore agricole rue Dabilly, aux XIe et XIIe siècles.

24Les fouilles les plus récentes abondent donc un corpus de données et confortent des hypothèses déjà émises, en les précisant. D’une part, le caractère d’une planification ex nihilo de la ville antique est confirmé, sa datation au tournant de l’ère étant maintenant assurée. Cela n’exclut pas pour autant la possibilité d’une occupation gauloise immédiatement antérieure à proximité ou dans des espaces encore inexplorés. D’autre part, l’impact de la Loire sur l’environnement urbain est aujourd’hui mieux appréhendé, à la fois sur le plan géomorphologique et archéologique. L’observation archéologique des variations du trait de rive sud est maintenant à mettre en perspective avec une étude en cours sur la géomorphologie de la plaine alluviale afin de mieux comprendre les relations de la ville au fleuve. Enfin, pour le haut Moyen Âge, on discerne mieux la nature de l’occupation et son extension, qui dépasse à l’ouest la limite de la ville ouverte antique. Reste à mieux cerner les interactions de cet espace avec le pôle de Saint-Martin entre le VIIIe et le XIe siècle et à comprendre les changements qui interviennent sur ces sites d’habitat, apparemment effacés du paysage au début du deuxième millénaire.

Fig. 8 – Le burgus de Saint-Martin et son environnement aux IXe-Xe siècles (Inrap/LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Fouillet N. (dir.) 2011. Tours, Indre-et-Loire, 33 à 9 rue Courteline et 1 à 15 rue de la Madeleine. La fouille de la clinique des Dames Blanches, Rapport de fouille, Inrap Centre-Île-de-France, 3 vol. dactyl.

Fouillet N. et Yvernault F. 2008. Tours, 27-29 rue Dabilly 37 261 078 AH, Rapport Final d’Opération de fouille archéologique préventive, Service régional de l’archéologie de la région Centre, Orléans, 2 vol. dactyl.

Galinié H. 1981. La notion de territoire à Tours aux IXe et Xe siècles, Recherches sur Tours 1, Laboratoire d’Archéologie urbaine, Tours : 73-84.

Galinié H., Chouquer G., Rodier X. et Chareille P. 2003. Téotolon, doyen de Saint-Martin, évêque de Tours au Xe siècle, et urbaniste ? in : Gauthiez B., Zadora-Rio É. et Galinié H. (dir.), Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Presses universitaires François-Rabelais, Maison des sciences de l’Homme, coll. « Perspectives Villes et Territoires », Tours, vol. 1 : 239-256 et vol. 2, fig.

Galinié H. (dir.) 2007. Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, 30e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, no spécial de la coll. « Recherches sur Tours », FERACF, Tours, 440 p., CDrom.

Jouquand A.-M. et al. 1999. La fouille des « abords de la cathédrale » de Tours (Indre-et-Loire) : Antiquité-haut Moyen Âge, Revue archéologique du Centre de la France, 38 : 7-98.

Jouquand A.-M. et al. 2000. La fouille de l’îlot des Cordeliers, Poitiers (86-194-113 AH) (Vienne), Document final de synthèse, Service régional de l’archéologie de Poitou-Charentes, Poitiers, 492 p.

Jouquand A.-M. 2012. La fouille de la rue Gambetta, Tours (37-261-073 AH) (Indre-et-Loire), Rapport de fouille, Service régional de l’archéologie de la région Centre, Orléans.

Noizet H. 2007. La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Trintignac A., Marot E. et Ferdière A. (dir.) 2011. Javols-Anderitum (Lozère), cheflieu de la cité des Gabales : une ville romaine de moyenne montagne. Bilan de 13 ans d’évaluation et de recherche (1996-2008), coll. « Archéologie et Histoire romaine », 21, Monique Mergoil, Montagnac, 560 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Tours, fouilles, observations et diagnostics réalisés depuis 1968 (LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI – Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Légende Fig. 2 – Tours vers 150 (extrait de GALINIÉ 2007, fig. 3, p. 327, avec des modifications) (LAT – UMR 7324 CITERES – CS – ToToPI).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Légende Fig. 3 – Tours vers 400 (extrait de Galinié 2007, fig. 38, p. 355) (LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Fig. 4 – Tours, sites de la rue Gambetta (no 73) et du lycée Descartes (no 64). Plan des structures du Ier siècle apr. J.-C. (N. Fouillet, Inrap / LAT – UMR 7324 CITERES – CS).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Fig. 5 – Tours, rue Courteline, site des Dames Blanches. Plan du dernier état de l’embarcadère et de la nécropole en usage au IVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Fig. 6 – Tours, évolution du trait de rive de l’Antiquité à nos jours (LAT – UMR 7324 CITERES – XR, CS – ToToPI).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Fig. 7 – Tours, site de la rue Dabilly (no 78) en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 8 – Le burgus de Saint-Martin et son environnement aux IXe-Xe siècles (Inrap/LAT – UMR 7324 CITERES – ToToPI).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7667/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

Auteurs

Professeur d’Archéologie médiévale, Université François-Rabelais de Tours, UMR 7324 CITERES – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

Ingénieur chargé de recherche à l’Inrap, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

Ingénieur chargé de recherche à l’Inrap, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

Ingénieur de recherche au CNRS, UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS, Responsable du Laboratoire Archéologie et Territoires ; Honorary Research Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Wirwatersrand, Johannesburg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540