Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Des mots de la ville aux territoires de la ville. Le vocabulaire spatial d’Angers du VIIIe au XIIe siècle

The spatial vocabulary of Angers between the 8th and the 12th century

Benjamin Lefèvre

Résumé

Analysis of the words used to describe space shows how society represents the town. Words used to describe Angers are civitas, urbs and suburbium. The meaning of civitas and urbs converged at the beginning of the period and was then reversed during the 11th and 12th centuries, as shown by comparative analysis of use of the terms by the count and the bishop. Suburbium is the area built around the town and is used by people established there, although some autonomous suburbiae are mentioned. These analyses are used to create graphic models showing the relative positions of districts in Angers.

Texte intégral

1L’analyse historique de l’espace urbain ne peut se limiter à sa seule topographie historique. La perception d’une ville inclut également l’immatériel, c’est-à-dire la représentation que se fait la société de son espace et de ses territoires. S’il est nécessaire de procéder à des analyses de la topographie historique pour expliquer la manière dont la matérialité de la ville a été établie (Lefèvre 2010), l’analyse des représentations territoriales renseigne les raisons sous-jacentes qui sont à l’origine des processus de transformation de l’espace urbain (Galinié 1981 ; Galinié 2000 ; Noizet 2007).

2Identifier les territoires créés et utilisés par la société et en isoler les trajectoires et les interrelations permet d’étudier l’espace perçu par les principales catégories de la société angevine. Ce sont les sources écrites qui fournissent l’expression directe des notions spatiales. C’est par cette seule documentation que l’on peut saisir les représentations que les acteurs se font de leur espace. Les variations de ces représentations, identifiées par les changements des acceptions, traduisent les transformations des territoires, quelles que soient ces modifications.

3Avant toute chose, il faut préciser deux points de vocabulaire. Nous comprendrons l’espace comme une simple fraction de la surface terrestre et le territoire comme un espace approprié par un groupe social (il s’agit alors d’un espace anthropisé), définitions inspirées de celles de J. Lévy et de M. Lussault (Lévy et Lussault 2003) mais qui sont plus restrictives. Avec ces définitions, s’il n’y a qu’un seul espace, il peut y avoir autant de territoires qu’il y a d’individus ou de groupes d’individus. Cette définition est plus large que celle souvent retenue selon laquelle un territoire est un espace tel que défini ci-dessus dans lequel un acteur détenteur d’une autorité, de quelque nature que ce soit, agit et dans lequel il exerce un contrôle sur les autres acteurs qui lui sont inférieurs (voir notamment Grélois 2010).

4Parmi l’ensemble des mots qui désignent des réalités spatiales, trois d’entre eux seront analysés. Les deux premiers, civitas et urbs, doivent être confrontés car ils désignent l’agglomération. Le troisième, suburbium, désigne les abords de l’agglomération. L’étude de la variation des acceptions de ces mots traduit les transformations des conceptions spatiales des acteurs qu’ils recouvrent.

5Les sources écrites comprennent surtout des textes produits par les principaux acteurs angevins (comte, évêque, abbayes, églises) pour assurer la gestion de leurs biens et de leurs droits, ou encore pour mettre en place leurs structures de fonctionnement. Ont été dépouillés les cartulaires des principaux établissements religieux angevins. Les diplômes royaux et bulles pontificales ont été consultés pour accéder aux représentations des rois, empereurs et papes.

6Les sources hagiographiques angevines n’ont pas été prises en compte (Heurtebise 2010) : il ne s’agit que de quelques pièces ventilées du VIIe au XIIe siècle, que leur nature littéraire met à l’écart des autres types de sources. En outre, ces textes sont fréquemment inspirés d’autres sources hagiographiques, dont elles peuvent reprendre des passages entiers ; cela réduit la part spécifiquement angevine et originale de chaque texte.

7La documentation disponible présente des limites. Il est difficile de remonter au-delà du IXe siècle. S’il existe quelques documents antérieurs (dont les Formules d’Angers ; Jeannin 2010), ils sont trop rares. Il vaut mieux ne pas les retenir et se restreindre aux quelques siècles les mieux documentés. De la même manière, on ne tiendra pas compte des documents non datés par les éditeurs.

8Une fois les textes pertinents identifiés, les entités de base sur lesquelles sont fondées les analyses croisent une mention (et donc son acception), un émetteur et une date. Le principe sous-jacent est d’identifier quel acteur utilise quel terme plutôt que tel autre, et quand. C’est en analysant les transformations de l’un de ces critères que l’on peut appréhender les changements dans la pratique spatiale des acteurs angevins (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation à Angers des objets topographiques cités dans le texte.

CIVITAS ET URBS : DÉSIGNER L’ESPACE URBAIN

9Parmi la variété des termes spatiaux, les deux plus utilisés sont civitas et urbs, qui ont désigné la ville mais ne sont pas synonymes et dont les variations de sens traduisent les changements de vision de l’espace des acteurs qui les emploient (fig. 2). Les acceptions de ces mots ne sont pas immuables : elles ne recouvrent pas les mêmes réalités au VIe, au VIIIe ou encore au XIIIe siècle.

10Le pic d’occurrences du début du XIe siècle (fig. 2) s’explique par la fondation de deux abbayes en rive droite de la Maine et d’un prieuré en rive gauche. Ces fondations et la constitution de leur temporel ont nécessité de nombreuses transactions. En outre, cette période correspond à un accroissement important de la masse documentaire générale. Le grand nombre de mentions traduit donc un effet de source.

Analyse du terme de civitas

11Deux acceptions peuvent être identifiées pour civitas : une première, de portée restreinte, qui désigne l’agglomération en elle-même, et une seconde, de portée large, qui concerne la ville et son territoire en tant qu’un tout. Civitas est mobilisée à 139 reprises dans le corpus (fig. 2).

12L’usage de civitas semble connaître deux périodes. Une première est centrée sur le IXe siècle et une seconde sur le XIe siècle. La première s’explique par la présence dans les textes de documents émanant des rois et empereurs et touchant entre autres au temporel de la cathédrale, et la seconde s’explique notamment par les fondations ecclésiastiques déjà évoquées. Civitas-restreinte domine civitas-large. La seconde période, centrée autour de 1050, se développe à contretemps par rapport à la première, qui connaissait son maximum avant 1050.

13S’agit-il de l’activité d’un acteur faisant une utilisation spécifique ? Il faut pour cela prendre en compte la qualité des acteurs, considérés en catégories fondées sur la nature (politique ou ecclésiastique) et le niveau d’autorité (supérieur, standard ou local), en définissant des types-idéaux (Weber 1922) (fig. 3).

14La première période d’utilisation de civitas-large, autour du IXe siècle, est le fait des acteurs politiques de niveau supérieur (rois et empereurs). La seconde période est due aux acteurs ecclésiastiques de niveau local (les églises et abbayes d’Angers). La première période est celle où les acteurs politiques supérieurs sont particulièrement présents, et la seconde se place pendant le maximum documentaire. On remarque l’absence du comte et de l’évêque. Cette acception est préférentielle pour les empereurs et les rois mais pas pour les acteurs de niveau standard. En ce sens, civitas-large est probablement un usage archaïque. En revanche, civitas-restreinte est mobilisée par la totalité des catégories d’acteurs. On peut toutefois remarquer des périodes préférentielles pour certaines d’entre elles : par exemple les acteurs de niveau supérieur sont présents dans des périodes paraissant bien délimitées, au IXe puis aux XIe-XIIe siècles (les papes défendent alors certains établissements religieux ; Bienvenu 1966). Les acteurs de niveau standard (comte et évêque) sont généralement les principaux utilisateurs de cette acception, dans l’intervalle compris entre 10B et 11B (de 950 à 1050).

Analyse du terme d’urbs

15Comme pour civitas, deux acceptions peuvent être identifiées pour urbs : une première, de portée restreinte, qui désigne également l’agglomération dans sa matérialité (et souvent le quartier de la Cité), et une seconde, de portée large, qui considère la ville de manière plus abstraite, comme un tout distingué de son environnement. Urbs est clairement moins mobilisée que civitas avec 47 mentions (fig. 2).

16Les usages des deux acceptions d’urbs ne se conforment en rien à ceux des deux interprétations de civitas. En outre, leurs emplois ne sont pas concomitants. Urbs-restreinte est un fait du XIe siècle (13 mentions sur 29) alors que urbs-large est un fait du tournant des XIe-XIIe siècles, avec un usage de plus en plus fréquent (par exemple 8 mentions sur 18 durant la première moitié du XIIe siècle). Cette répartition révèle un remplacement d’urbs-restreinte par urbs-large globalement sans superposition (à l’exception de 1050 à 1150, soit l’intervalle 11B-12A), contrairement à civitas, même s’il faut se méfier du faible nombre de données.

17En considérant les catégories d’acteurs, dans l’ensemble, les premiers employeurs d’urbs sont les acteurs politiques de niveau supérieur (fig. 4). Ils agissent bien en amont du début de l’usage plus répandu du terme. Un changement se fait au XIe siècle lorsque les acteurs ecclésiastiques, essentiellement locaux, remplacent les acteurs politiques. La perte d’usage d’urbs par les acteurs politiques supérieurs peut traduire la perte d’intérêt pour ce terme au profit de civitas, dès le milieu du IXe siècle. L’usage du mot par les acteurs ecclésiastiques locaux montre leur emploi pour se situer géographiquement par rapport à la Cité, laquelle est vue comme distincte de l’agglomération. Sa désuétude précoce, établie avant 1150, provient probablement d’une inadaptation aux nécessités lexicales.

18 Urbs-restreinte montre une variété d’acteurs : elle est mobilisée par le comte, l’évêque et les abbayes et églises angevines. Mis à part les deux périodes d’usage clairement préférentiel mais malgré tout épisodiques (première moitié du VIIIe siècle et seconde moitié du IXe siècle), on ne peut mettre en évidence de phénomène particulier du Xe au XIIe siècle. Urbs-large est utilisée par les acteurs ecclésiastiques locaux aux XIe et XIIe siècles dans des actes établis pour assurer la gestion de leur patrimoine. Leur pratique permet d’affirmer que ces acteurs conçoivent l’urbs comme une ville clairement distincte de son environnement. Ce phénomène peut aussi être vu pour l’acception restreinte.

19En somme, les acteurs installés dans la Cité (comte, évêque, chapitre cathédral) modifient leur usage d’urbs du sens restreint vers le sens large, avant de l’abandonner assez précocement.

Comparaison des pratiques du comte et de l’évêque

20Deux acteurs de même niveau mais de nature différente ont-ils le même usage des mêmes mots et notions ? Il est possible de répondre à cette question en prenant l’exemple du comte et de l’évêque, ou plus exactement de leurs chancelleries respectives (fig. 5).

Fig. 2 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas et d’urbs.

Fig. 3 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas en fonction des acceptions et des catégories d’acteurs.

21Le comte utilise civitas dès le IXe siècle et jusqu’au milieu du XIIe siècle alors que l’évêque entame sa production à partir du milieu du Xe siècle et la cesse un peu avant le comte, à la fin du XIe siècle.

22On voit bien l’usage préférentiel de civitas par rapport à urbs. Globalement, civitas est un terme mobilisé par le comte comme par l’évêque pour désigner l’agglomération. Urbs reste cependant parfois employée pour cela, de manière marginale. Les acceptions restreintes des deux termes sont majoritaires car le territoire placé sous le ressort d’Angers (civitas-large) est désigné par des mots nouveaux ou peu courants peu à peu (ré)introduits par les acteurs dans leur vocabulaire.

23Ce point est appuyé par la répartition dans le temps des usages des acceptions large et restreinte, tous termes confondus. On remarque immédiatement l’emploi majoritaire des sens restreints par rapport aux sens larges, qui ne sont présents que durant les intervalles 10B, 11B et 12A (soit la seconde moitié du Xe siècle et de 1050 à 1150), toujours dans des effectifs et proportions faibles.

24La confrontation des usages des acceptions de civitas et d’urbs chez le comte et l’évêque montre plusieurs éléments (fig. 5). Si le comte emploie surtout civitas dans son sens restreint, il fait un usage bien délimité dans le temps d’urbs, essentiellement au XIe siècle. Cela peut s’expliquer par les fondations des abbayes de la rive droite, dont les emplacements sont présentés par rapport à l’urbs, en l’occurrence à la ville. L’ensemble ne présente pas d’éléments contradictoires par rapport à ce qui a déjà été dit.

25L’usage lexical de l’évêque est plus diversifié, comme nous l’avons vu. La pratique du comte présente des caractéristiques similaires. Les différences que l’on peut relever tiennent aux temporalités (l’évêque agit plus tôt que le comte ne le fait) et aux proportions, ce qui a déjà été expliqué.

26En dépit de leurs différences de fonction et d’un volume documentaire distinct, le comte et l’évêque ont le même usage des mêmes termes. Leur vocabulaire ne connaît pas de transformation au cours du temps et la raréfaction des deux mots étudiés s’explique par un renouvellement sémantique.

SUBURBIUM : DÉSIGNER LES ABORDS DE L’ESPACE URBAIN

27Un autre concept important est le suburbium. Il s’agit d’un territoire situé près du centre urbain, moins densément bâti que ce dernier et doté de droits particuliers (Galinié 2007). Dans les sources angevines, il paraît constituer une référence topographique par rapport à laquelle des biens concernés par des transactions sont situés. D’éventuels droits spécifiques ne ressortent pas.

Analyse du terme de suburbium

28On relève 35 mentions de suburbium dans les sources écrites, du début du VIIIe siècle à la fin du XIIe siècle (fig. 6). Le XIe siècle est la période de prédilection avec près de la moitié des mentions.

Fig. 4 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions d’urbs en fonction des acceptions et des catégories d’acteurs.

Fig. 5 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas et d’urbs en fonction des acceptions, chez le comte et chez l’évêque.

Fig. 6 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de suburbium en fonction du qualificatif appliqué.

29 Suburbium est toujours décrit, c’est-à-dire qu’un qualificatif lui est toujours accolé. Dans les sources, il s’agit essentiellement de civitas et d’urbs. Quelques mentions sont qualifiées différemment, par trois édifices religieux différents ou par le nom même d’Angers.

30En classant par demi-siècle les mentions qualifiées de suburbium, nous pouvons faire plusieurs observations sur les usages différenciés du terme.

31Le suburbium civitatis est utilisé de manière progressive du IXe au XIIe siècle jusqu’au pic de la seconde moitié du XIe siècle. La majorité des occurrences est employée pour localiser des établissements religieux. Il n’y a que peu de mentions faites pour localiser l’objet concerné par l’acte. Enfin, si on s’intéresse directement aux acteurs, on ne constate pas d’homogénéité de nature parmi les émetteurs : on peut ainsi relever la présence d’acteurs civils comme ecclésiastiques et de tous niveaux.

32Le suburbium urbis est clairement plus dispersé. Il est employé vers 705 dans un acte du roi Childebert III qui y localise l’abbaye Saint-Serge. Cela ne ressort pas sur le graphique en raison du pas de temps choisi, mais six autres occurrences se situent au tournant des Xe et XIe siècles et au début du XIIe siècle. Dans l’ensemble, ces mentions ne se rapportent qu’à la localisation de plusieurs abbayes. Leurs émetteurs relèvent d’un niveau standard.

33Les sources écrites fournissent enfin quatre occurrences de ce qui peut être des suburbium particuliers, car qualifiés par des établissements religieux. C’est durant le troisième quart du XIe siècle que ces mentions interviennent. Il n’y a cependant aucune homogénéité dans les sources, si ce n’est qu’elles sont produites par des acteurs ecclésiastiques. Ces territoires correspondent-ils aux bourgs ? Les premières mentions de bourgs autour des établissements qualifiant un suburbium sont contemporaines (Comte 2003a : 9). Dans ce cas pourquoi aurait-on utilisé ce terme ? Archaïsme ou effet littéraire ? Il s’agit peut-être d’une simple précision spatiale, permettant au lecteur de comprendre où sont situés les biens en jeu. Il ne faut cependant pas exclure l’hypothèse d’une autonomisation des acteurs concernés au sein de territoires en recomposition permanente. De tels usages montrent bien que le suburbium est une réalité fluctuante au sein de la société (Comte 2003a : 2).

Interprétation du terme de suburbium

34À Angers, suburbium est mobilisé aux XIe-XIIe siècles essentiellement comme une référence topographique. Il correspond toujours aux abords de la Cité. En filigrane transparaît le fait que c’est celle-ci qui est le point focal de l’agglomération. La présence des pouvoirs comtal et épiscopal dans ce secteur enclos doit compter dans cette assimilation. Quels que soient les qualificatifs, c’est une même réalité qui est exprimée, mais il est plus valorisant pour l’émetteur, le bénéficiaire ou le propriétaire du bien d’évoquer l’urbs plutôt que la civitas. La place manque pour analyser les usages spécifiques de civitas et d’urbs en qualificatifs spatiaux de suburbium.

35Après une période précoce où d’après les sources disponibles ce territoire était très étendu, il s’est rapidement réduit aux proches abords de la Cité. Par la suite, il s’est très peu étendu vers l’ouest et progressivement vers l’est, jusqu’à retrouver au milieu du XIIe siècle une configuration similaire à celle du VIIIe siècle. Le terme est mentionné dans le courant du XIe siècle pour aider à la localisation de biens en rive droite de la Maine, dans un secteur qui est investi par le comte notamment par la fondation des abbayes Saint-Nicolas et Notre-Dame-de-la-Charité durant le premier quart du siècle. Un des suburbium particuliers porte d’ailleurs le nom de la seconde ; la première n’a jamais pu développer de territoire propre.

36Les mentions de suburbium particuliers laissent envisager une interprétation différente du terme. Le suburbium serait un concept auquel la pratique accole un qualificatif spatial permettant de le détailler. Il pourrait alors y avoir autant de suburbium particuliers qu’il y a d’émetteurs de textes, chacun créant ceux dont il a besoin. Nous pouvons alors interpréter les suburbium particuliers comme la désignation de l’environnement topographique d’un point de référence.

37Le suburbium est principalement mis en œuvre par les acteurs de niveau local qui y sont installés, et notamment par l’abbaye Saint-Aubin, principale productrice de mentions. C’est notamment pour cela que le pic d’occurrences est situé aux XIe-XIIe siècles, maximum documentaire de cet acteur.

MODÉLISER POUR REPRÉSENTER LES TERRITOIRES URBAINS

38Une autre manière de traiter les transformations des représentations des acteurs de leur espace est de modéliser graphiquement ces notions.

39Ces modèles sont inspirés de l’analyse chrono-chorématique d’Angers (Lefèvre 2011) et de la modélisation territoriale de Tours (Noizet 2004). Leurs centres correspondent au centre théorique de l’agglomération. L’éloignement par rapport à ce centre renvoie à un éloignement du centre de la ville. Cette représentation est argumentée par le fait que civitas et urbs d’une part et suburbium d’autre part ne se recouvrent que peu et correspondent globalement à des secteurs concentriques de l’agglomération.

Modèle général des transformations territoriales

40 Civitas et urbs constituent deux notions bien perçues par la société. Associé par nature à urbs, suburbium est mobilisé par tous les acteurs. Les deux premiers mots sont clairement opposés au début du Moyen Âge : civitas dépasse largement l’agglomération et relève d’une conception administrative d’un espace sous tutelle d’une ville et urbs est une désignation issue d’une pratique où l’idée de la Ville provient de la représentation idéelle de Rome. Suburbium correspond intrinsèquement à l’environnement de l’urbs. Au fil du temps, urbs et civitas semblent se substituer l’une à l’autre. On peut modéliser les relations spatiales entre ces trois concepts par des structures emboîtées (fig. 7).

41Les relations spatiales entre civitas, urbs et suburbium passent d’un emboîtement assez net, même si les limites de chaque territoire sont fluctuantes et jamais clairement fixées (à gauche), à une situation plus floue, où civitas remplace urbs, laquelle se décale vers une échelle plus large pour empiéter vers le suburbium (à droite).

Modèle des représentations territoriales du comte et de l’évêque

42Sur la base de ce modèle général, on peut restreindre les sources aux seuls documents produits par le comte et par l’évêque pour modéliser les pratiques spatiales analysées plus haut.

43La représentation graphique de l’espace pour les acteurs de niveau standard montre la partition nette de l’espace urbain en différents territoires qui s’organisent en secteurs emboîtés (fig. 8). Cette modélisation traduit le fait que les notions de civitas, d’urbs et de suburbium trouvent les mêmes interprétations spatiales et les mêmes usages pour les deux catégories d’acteurs.

Fig. 7 – Modèles de l’ensemble des représentations territoriales figurées par l’agencement relatif de civitas, d’urbs et de suburbium au VIIIe et au XIIe siècle.

44 Civitas comprend à la fois le quartier fortifié et ses abords, alors que urbs, selon les périodes et l’acteur, peut désigner le seul quartier ou non. Le modèle montre toutefois que c’est le terme de civitas qui prime clairement sur celui d’urbs. Ce mot est d’ailleurs en dehors du modèle en raison même de son usage plus rare, mais il lui est relié car cet usage est maintenu.

45Le suburbium s’étend jusqu’à l’espace périphérique pour traduire le positionnement occasionnel à l’intérieur de celui-ci de certains objets urbains éloignés. Il reste toutefois spatialement proche du quartier de la Cité, ce qui est traduit par la position du mot sur le modèle.

Fig. 8 – Représentation schématique des territoires constitutifs de l’espace urbain (civitas, urbs et suburbium en cercles concentriques, paroisses en triangles) chez le comte et chez l’évêque, considérés ensemble, par rapport au centre de l’agglomération et à ses abords.

46Le réseau paroissial est intégré au schéma et représenté par des formes superposées. C’est l’évêque qui mobilise ces territoires plutôt que le comte. La représentation qui est faite ici montre une moyenne entre un acteur qui voit ces entités et un autre qui ne les voit pas.

47Il faut insister sur le fait que ce modèle, tout comme les deux précédents, n’a été construit qu’à partir des données angevines et qu’il n’est donc valable que pour Angers. Il n’a pour but que de montrer clairement les emprises des concepts spatiaux que l’on peut saisir au travers des sources écrites.

Cartographies de la pratique spatiale du comte et de l’évêque

48En s’appuyant sur ce modèle, les territoires mobilisés peuvent être cartographiés (fig. 9 et fig. 10). Il s’agit de croiser les acceptions des termes avec la localisation des mentions. Ces plans sont diachroniques.

49Le secteur qui dépend le plus fortement du comte est la pointe occidentale de la Cité. Il y est installé depuis le milieu du IXe siècle. Cette prise de possession se traduit par l’aménagement de la résidence comtale. Cet espace est le point focal du pouvoir civil, et lui est donc spécifique. L’analyse du vocabulaire spatial du comte d’Anjou est un bon exemple de l’emboîtement des territoires. D’après ses usages et ses interprétations spatiales, le comte conçoit le quartier de la Cité comme l’urbs et les abords de celle-ci comme la civitas. Ce dernier peut aussi recouvrir le territoire administratif de nature politique géré depuis Angers. Les objets urbains liés au suburbium sont proches de la Cité : ce sont notamment l’aumônerie Toussaint et le suburbium de Sainte-Croix.

Fig. 9 – Cartographie de l’emprise de la civitas, du suburbium et de l’espace spécifique du comte, et représentation des principales pratiques spatiales ayant eu pour conséquence la création de nouveaux territoires pratiqués par le comte. Les limites de la civitas sont arbitraires.

50La place principale de l’évêque est l’extrémité orientale de la Cité, là où sont installées la cathédrale et la résidence épiscopale. Ce personnage mobilise essentiellement civitas restreint pour évoquer le quartier fortifié de la Cité du IXe au XIIe siècle. Les sources écrites révèlent que l’évêque n’emploie que très peu la notion d’urbs, généralement dans son interprétation restreinte. Le suburbium n’est mobilisé par cet acteur que tardivement, aux XIe et XIIe siècles. La civitas correspond à la Cité et à ses abords, c’est-à-dire à l’urbs et au suburbium. Comme il y est installé, l’évêque s’est peu à peu approprié la Cité, la transformant en quartier ecclésiastique (Comte 2003c). Ses différents territoires sont bien marqués. La fondation par le comte de deux abbayes en rive droite modifie la pratique spatiale de l’évêque en ouvrant un nouvel espace qu’il n’appréhendera que très peu au travers des termes de civitas, urbs ou suburbium mais plutôt au moyen des paroisses dont il assure la mise en place et la stabilité (Comte 2003b ; Comte et Grélois 2005).

CONCLUSION

51L’analyse du vocabulaire spatial d’Angers pourrait être menée sur d’autres termes, comme burgus, parrochia ou ceux désignant des territoires administratifs tels que comitatus ou episcopatus. Ces termes permettraient d’accéder à d’autres territoires, notamment aux paroisses qui sont des réalités ecclésiastiques différemment perçues selon les acteurs. Le corpus de ces mentions est cependant plus faible encore, ce qui complique leur analyse. L’analyse du concept de banlieue, déjà effectuée (Comte 2006), éclaire un territoire d’interface entre la ville et l’extérieur.

Fig. 10 – Cartographie de l’emprise de la civitas, du suburbium et de l’espace spécifique du comte, et représentation des principales pratiques spatiales ayant eu pour conséquence de stabiliser certains territoires. Seules les paroisses les plus proches de la cathédrale sont figurées. Les limites de la civitas sont arbitraires.

52C’est en croisant les réalités topographiques que chaque mention revêt et l’acteur qui emploie cette acception que l’on peut travailler sur les variations d’usage et de sens de ces territoires. Il faut pour cela recourir à de nombreux graphiques de répartition des occurrences pour comparer les proportions de chacune.

53Nous obtenons ainsi des résultats qui peuvent servir à une modélisation graphique des territoires angevins. À chaque situation correspond son modèle. Si la conception d’un modèle comporte une part d’extrapolation de l’information faite pour combler les vides documentaires, les modèles produits pour la représentation des pratiques spatiales de plusieurs acteurs angevins sont pleinement opérationnels.

54Ces quelques analyses ont concerné les principaux acteurs à l’échelle angevine. Nous pourrions également nous intéresser à la pratique spatiale des laïcs, en étudiant notamment le cas de la famille Le Riche, active aux XIe-XIIe siècles. En dépit de son caractère restreint, la documentation disponible permet de travailler sur d’autres acteurs de la société angevine que le comte, l’évêque et les principaux monastères.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bienvenu J.-M. 1966. Les conflits de sépulture en Anjou aux XIe et XIIe siècles, in : Bulletin philologique et historique, Actes du 91e congrès national des sociétés savantes, CTHS, Paris : 673-685.

Comte F. 2003a. Le territoire d’Angers du dixième au treizième siècle : naissance des bourgs et des faubourgs monastiques et canoniaux, in : McNeill J. et Prigent D. (éd.), Anjou. Medieval Art and Archaeology, Maney, Leeds : 1-13.

Comte F. 2003b. La géographie paroissiale d’Angers du Moyen Âge à nos jours, in : Archives d’Anjou. Mélanges d’histoire et d’archéologie angevines, 7 : 240-255.

Comte F. 2003c. La Cité, quartier canonial Saint-Maurice, in : Matz J.-M. et Comte F., Fasti Ecclesiae Gallicanae. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France. Diocèse d’Angers, Brepols, Turnhout : 87-107.

Comte F. 2006. Qu’est-ce que la banlieue à Angers (XIIIe-XVIIIe siècles) ?, in : Haudrère P. (dir.), Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard, Presses universitaires de Rennes, Rennes : 221-233.

Comte F. et Grélois E. 2005. La formation des paroisses urbaines : les exemples d’Angers et de Clermont (Xe-XIIIe siècles), Médiévales, 49 : 57-72.

Galinié H. 1981. La notion de territoire à Tours aux IXe et Xe siècles, Recherches sur Tours, 1, ADEAUT, Tours : 73-84.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Galinié H. 2007. Suburbium de la Cité et suburbium de Saint-Martin au 10e siècle, in : Galinié H. (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville : 40 ans d’archéologie urbaine, 30e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, no spécial de la coll. « Recherches sur Tours », FERACF, Tours : 290-291.

Grélois E. 2010. La paroisse est-elle un territoire ?, in : De Cevins M.-M. et Matz J.-M. (dir.), Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449), Presses universitaires de Rennes, Rennes : 97-105.

Heurtebise D. 2010. L’intérêt historique de l’hagiographie angevine, in : Prigent D. et Tonnerre N.-Y. (éd.), Le haut Moyen Âge en Anjou. Actes de la table ronde d’Angers de mars 2002, Presses universitaires de Rennes, Rennes : 105-114.

Jeannin A. 2010. L’héritage du droit romain, l’exemple des Formules d’Angers, in : Prigent D., Tonnerre N.-Y. (éd.), Le haut Moyen Âge en Anjou. Actes de la table ronde d’Angers de mars 2002, Presses universitaires de Rennes, Rennes : 167-176.

Lefèvre B. 2010. La fabrique urbaine d’Angers du 3e au 13e siècle, Thèse de doctorat d’histoire (dir. H. Galinié et É. Lorans), Université de Tours, 4 vol., [en ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00551376.

Lefèvre B. 2011. Angers : étude chrono-chorématique, M@ppemonde, 100, 4-2010, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num28/articles/art10404.html.

Lévy J. et Lussault M. (dir.) 2011. Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 1033 p.

Noizet H. 2004. Une schématisation de la place de Tours dans les représentations spatiales des acteurs, M@ppemonde, 76 : 1-18, [en ligne], http://mappemonde.mgm.fr/num4/articles/art04405.html.

Noizet H. 2007. La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècles), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Weber M. 1922. Économie et société, Plon, Paris, 651 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Localisation à Angers des objets topographiques cités dans le texte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-1.jpg
Fichier image/, 217k
Légende Fig. 2 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas et d’urbs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-2.jpg
Fichier image/, 158k
Légende Fig. 3 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas en fonction des acceptions et des catégories d’acteurs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-3.jpg
Fichier image/, 235k
Légende Fig. 4 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions d’urbs en fonction des acceptions et des catégories d’acteurs.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-4.jpg
Fichier image/, 198k
Légende Fig. 5 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de civitas et d’urbs en fonction des acceptions, chez le comte et chez l’évêque.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-5.jpg
Fichier image/, 205k
Légende Fig. 6 – Répartition par demi-siècle du nombre de mentions de suburbium en fonction du qualificatif appliqué.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-6.jpg
Fichier image/, 138k
Légende Fig. 7 – Modèles de l’ensemble des représentations territoriales figurées par l’agencement relatif de civitas, d’urbs et de suburbium au VIIIe et au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-7.jpg
Fichier image/, 83k
Légende Fig. 8 – Représentation schématique des territoires constitutifs de l’espace urbain (civitas, urbs et suburbium en cercles concentriques, paroisses en triangles) chez le comte et chez l’évêque, considérés ensemble, par rapport au centre de l’agglomération et à ses abords.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-8.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Fig. 9 – Cartographie de l’emprise de la civitas, du suburbium et de l’espace spécifique du comte, et représentation des principales pratiques spatiales ayant eu pour conséquence la création de nouveaux territoires pratiqués par le comte. Les limites de la civitas sont arbitraires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-9.jpg
Fichier image/, 296k
Légende Fig. 10 – Cartographie de l’emprise de la civitas, du suburbium et de l’espace spécifique du comte, et représentation des principales pratiques spatiales ayant eu pour conséquence de stabiliser certains territoires. Seules les paroisses les plus proches de la cathédrale sont figurées. Les limites de la civitas sont arbitraires.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7665/img-10.jpg
Fichier image/, 256k

Auteur

Docteur en Archéologie, Service de l’archéologie du département d’Indre-et-Loire, Chercheur associé de l’UMR 7324 CITERES Université François-Rabelais de Tours – CNRS Laboratoire Archéologie et Territoires

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540