Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

L’eau dans la fabrique urbaine de Paris du Ier au XIXe siècle

Water management in the Parisian urban fabric from the 1st to 19th centuries

Léa Hermenault y Laurent Mirlou

Resumen

Mapping of the data obtained from the study of archaeological, written and planimetric documentation (especially the “Atlas Vasserot” which has been vectorized in ANR’s “ALPAGE” program coordinated by H. Noizet) provides new opportunities for research on the urban fabric of Paris. The shifting of the city centre from the left to the right bank during the Middle Ages, and its impact on long-term urban growth, can be shown by spatialization of data about access to water and water management. It indicates that access to the Seine structured the surrounding urban space in various ways between the 1st and 13th centuries. It also shows that information about the water supply and drainage networks (fountains, wells, sewers) can help understand the urban dynamics on both banks of the Seine between the 12th and 19th centuries.

Texto completo

1Cette analyse s’appuie sur deux thèses en cours à l’université de Paris 1 portant sur la constitution du tissu urbain parisien. Grâce à la cartographie des données issues de l’étude des documentations archéologiques, écrites et planimétriques (notamment l’Atlas Vasserot vectorisé dans le cadre du programme ANR ALPAGE « AnaLyse diachronique de l’espace urbain PArisien : approche GEomatique », coordonné par H. Noizet), elle cherche à montrer l’apport de la spatialisation des données pour la compréhension de phénomènes pointés parfois de longue date.

2Nous nous intéressons ici au basculement du centre de la ville de Paris depuis la rive gauche vers la rive droite au cours du Moyen Âge en cherchant à en préciser certaines des modalités, en particulier celles liées à la gestion des écoulements (qu’ils soient fluviaux ou bien qu’ils aient lieu dans les réseaux hydro-techniques), afin de comprendre en quoi le rapport à l’eau et les modalités de la gestion de cette ressource peuvent être des marqueurs de ce basculement.

L’ÉVOLUTION DU RAPPORT DE LA VILLE AU FLEUVE ENTRE LE I er ET LE XIIIe SIÈCLE

Production d’une carte archéologique de l’occupation des bords de Seine

3Une carte archéologique a été réalisée afin d’aborder la question de l’évolution de la place du fleuve dans la ville (fig. 1). Elle recense l’ensemble des découvertes archéologiques datées d’entre le Ier siècle apr. J.-C. et le premier quart du XIIIe siècle (mise en place de l’enceinte dite de Philippe Auguste) et effectuées au sein d’une bande qui s’étale sur 500 m de part et d’autre du fleuve à l’intérieur des limites administratives actuelles de Paris. Les îles n’ont pas été intégrées car l’île de la Cité faisait déjà l’objet d’une étude de ce type lorsque ce travail a été entamé, et l’île Saint-Louis n’a été occupée qu’à partir du XVIIe siècle.

Fig. 1 – Localisation et datation des fouilles archéologiques (Source : APUR © ALPAGE : L. Hermenault – LH [2013]).

  • 1 Fouilles du XIXe siècle, travaux de la Commission du Vieux Paris, rapports de fouille de l’AFAN et (...)

4L’ensemble de la documentation archéologique disponible pour le secteur concerné a été utilisé1. Les découvertes qu’il n’était pas possible de spatialiser, tout comme celles qui présentaient une datation trop évasive (c’est-à-dire celles que les archéologues n’ont pas été en mesure de rattacher avec précision à une période historique) ou encore celles faites dans des dépôts secondaires ont été écartées. La collecte des données s’est arrêtée en mars 2011. 31 % des découvertes sont issues de fouilles récentes (après 1980).

5L’ensemble des données a ensuite été mis en relation avec l’état actuellement connu du relief pré-urbain du site de Paris établi par Vincent Krier, géomorphologue, à partir de l’atlas géologique de 1967 (Van Ossel 1998 : 27). Cet état de la topographie est en accord avec les données altimétriques enregistrées en fouille que nous possédons. Pendant l’Antiquité, les zones situées sous la cote des 30 m NGF étaient inondables. L’évolution des limites du lit d’inondation du fleuve au centre de Paris n’est pas connue pour les périodes postérieures. Pour ce qui est donc de la période médiévale, par prudence, nous considérons les zones dont l’altitude est inférieure à 30 m NGF non plus comme des zones inondables mais simplement comme des zones basses.

Une évolution dans le mode d’occupation des bords de Seine au cours du temps

Les bords de Seine à la période antique : une occupation polarisée par la dynamique de franchissement du fleuve

6Pendant les cinq premiers siècles de notre ère, le tissu urbain est essentiellement concentré sur la rive gauche (fig. 2). La ville se développe alors principalement au-dessus du lit d’inondation du fleuve à l’image de l’ensemble de la parure monumentale de la ville (thermes, théâtre, forum et amphithéâtre). La carte archéologique nous permet de mesurer cette disparité : durant cette période, 68 % des nouvelles occupations se font dans la zone située au-dessus du lit d’inondation. Il est à noter que cette proportion s’accentue obligatoirement si l’on s’intéresse à l’ensemble de la ville antique dont la plus grande partie se trouve au sud de l’espace d’étude, c’est-à-dire en dehors des zones inondables.

7Au sein de la zone inondable, on remarque que 67 % des vestiges archéologiques non-viaires se trouvent à moins de 100 m du cardo maximus (l’axe viaire qui permet de franchir le fleuve en passant par l’île de la Cité), et 90 % se trouvent à moins de 200 m de celui-ci. Dans la zone inondable, l’occupation de bord de fleuve apparaît donc comme étant très polarisée par cette voie et tend même à se restreindre nettement autour de celle-ci : le flux est très attractif en bord de Seine, et ce malgré le risque d’inondation, mais ne fixe pas pour autant le centre de la ville situé plus en hauteur, en dehors du lit d’inondation. En rive droite, les vestiges sont concentrés autour du prolongement du cardo maximus. Les ressources fluviales sont exploitées à proximité du cardo (découverte d’un port sur la rive sud de l’île de la Cité), mais aucune trace de cette exploitation n’a pu être mise au jour ailleurs sur les bords de Seine à Paris. La prudence nous empêche de conclure à l’absence de toute exploitation : il est possible qu’elle ait existé mais sa forme et son organisation devait être différente de celle observée aux alentours du cardo.

Fig. 2 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le Ier et la fin du Ve siècle apr. J.-C. (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, D. Busson, L. Hermenault – LH [2013]).

8Le fleuve a une influence morphogénétique importante pour la structuration de la cité de Lutèce mais de façon indirecte, à travers l’axe de franchissement qui lui est perpendiculaire.

Les bords de Seine au début du premier Moyen Âge (du VIe au VIIIe siècle) : une occupation qui semble s’étaler le long du fleuve

  • 2 La toponymie de la fin du Moyen Âge peut également laisser penser que ce site s’est trouvé à un mo (...)
  • 3 En ce qui concerne la question des points de franchissement, voir Hermenault 2011 : 81-82.

9La fouille de la place Baudoyer, menée par Luis Gonzalo Valencia en 1993, a montré l’existence d’une occupation très localisée mais dense datée des VIe-VIIIe siècles autour d’une nécropole et d’un établissement ecclésiastique (valencia 1996 : 117). Cette zone d’habitat se situe à la limite de la zone basse et donc possiblement à proximité du lit mineur du fleuve2. L’état de la recherche archéologique parisienne en ce qui concerne les VIe-VIIIe siècles ne nous permet pas d’établir avec certitude la localisation d’autres zones d’habitat. En effet, les fouilles ayant mis au jour des vestiges de cette époque sont rares et le plus souvent anciennes, et ce sont très majoritairement les vestiges funéraires qui ont retenu l’attention des archéologues (fig.3).

10Cependant, si l’on examine la répartition de ces découvertes funéraires, on remarque l’existence d’autres nécropoles autour d’établissements ecclésiastiques (Saint-Germain l’Auxerrois, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Séverin, Saint-Victor et Saint-Paul-des-Champs) dont la situation rassemble les mêmes critères que ceux de la place Baudoyer (proximité au lit mineur, mais implantation qui permettait probablement d’éviter les inondations, et lien possible avec un point de franchissement³) mais dont les alentours sont archéologiquement sous-documentés.

  • 4 Il est possible qu’une zone d’habitat se soit développée à proximité de la nécropole de l’église d (...)

11On peut alors poser l’hypothèse qu’à proximité de ces nécropoles aient pu exister des zones, semblables à celle mise au jour par Luis Gonzalo Valencia et son équipe sur la place Baudoyer, qui, par leurs caractéristiques et leur voisinage avec des établissements ecclésiastiques de premier plan dans la topographie religieuse médiévale parisienne, auraient pu être, dans une certaine mesure, attractives pour l’habitat4.

  • 5 En effet, c’est dans l’échancrure située à l’ouest de Saint-Gervais que se met en place le port pr (...)

12On remarque qu’en rive droite, ces hypothétiques zones d’habitat auraient été souvent en relation avec une échancrure dans le trait de rive. On peut penser que celles-ci facilitaient l’accès au fleuve et l’échouage des bateaux, et donc le commerce fluvial, puisque des ports y sont mentionnés dans la documentation écrite à partir de la fin du premier Moyen Âge5. Il est donc possible que des secteurs d’habitats se développent en bord de Seine en lien avec le trafic séquanien entre les vie et VIIIe siècles. Par ailleurs, la répartition de ces hypothétiques agglomérations en bordure de fleuve en rive droite pourrait montrer que le cardo maximus ne polarise plus, à lui seul, l’habitat en bord de Seine, puisque celui-ci aurait tendance à s’étaler le long du fleuve.

Fig. 3 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le début du VIe et le milieu du VIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).

13En rive gauche, les dynamiques spatiales à l’œuvre à la période antique semblent être toujours présentes au premier Moyen Âge, avec au sein de la zone basse une polarisation de l’occupation par le cardo maximus et, plus au sud, une occupation qui est freinée par la proximité des zones basses.

Les bords de Seine entre le VIIIe et le XIe siècle : une occupation qui se densifie le long du fleuve

14La période reste assez mal documentée à l’heure actuelle. Toutefois il est possible, d’une part, de mesurer le basculement de l’occupation urbaine des bords de Seine de la rive gauche vers la rive droite puisque la grande majorité des nouvelles occupations se fait sur la rive droite et non plus sur la rive gauche comme cela était le cas à la période antique ; d’autre part, la répartition des occupations permet également de constater sinon la perte d’effet polarisateur du cardo maximus, tout du moins son affaiblissement, puisqu’en rive droite 24,5 % des vestiges se trouvent à moins de 100 m du cardo maximus alors qu’à la période antique il s’agissait de 49 % (fig. 4).

Les bords de Seine du XIe au premier quart du XIIIe siècle : le basculement du centre de la ville depuis la rive gauche vers la rive droite est effectif

15La carte archéologique montre, pour cette période, des occupations diffuses aussi bien en rive gauche qu’en rive droite le long de la Seine. Cependant, davantage d’habitats ont été mis au jour en rive droite (fig. 5). La carte montre une répartition plutôt régulière des occupations en rive droite en bords de Seine depuis Saint-Germain l’Auxerrois à l’ouest, jusqu’à Saint-Paul-des-Champs au moins à l’est. Au début du XIIIe siècle, le tissu urbain est plus dense au nord de la Seine qu’au sud, ce qui montre le basculement du centre de la ville depuis la rive gauche vers la rive droite, même si la rive gauche n’est pas pour autant délaissée.

Conclusion

16L’étude de la carte archéologique montre que les dynamiques d’occupation des bords de Seine ont évolué entre la période antique et le premier Moyen Âge et permet de voir à l’œuvre le basculement du centre de la ville depuis la rive gauche vers la rive droite probablement au milieu du premier Moyen Âge.

17Elle montre aussi que l’évolution des dynamiques d’occupation des bords de Seine entre la période antique et le premier Moyen Âge a des conséquences importantes en matière de structuration urbaine dans le temps. À la période antique, le tissu urbain s’étale le long du cardo maximus et est situé très majoritairement sur la rive gauche, alors qu’au cours du premier Moyen Âge, le tissu urbain tend à s’allonger le long du fleuve en rive droite, ce qui pourrait s’expliquer par le besoin d’être au plus près du fleuve, quand la structuration de la ville antique exprimait davantage le besoin d’être au plus près de l’axe qui permet son franchissement.

18Si l’utilisation de l’eau à des fins productives et commerciales existe à Lutèce à la période antique, elle y apparaît toutefois moins structurante pour l’espace urbain (autrement qu’à travers le cardo maximus), comparativement aux périodes médiévales.

19Ces évolutions morphologiques pourraient être le signe de l’instauration d’un autre rapport au fleuve durant le premier Moyen Âge à Paris (Burnouf 2007 : 176). Celui-ci pourrait être d’ordre social ou culturel mais aussi économique. Si nous n’en connaissons pas à l’heure actuelle les modalités avec précision, il est toutefois possible d’envisager que cette évolution du rapport au fleuve fasse partie de la somme complexe des facteurs explicatifs du basculement du centre de la ville de la rive gauche vers la rive droite.

Fig. 4 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine à partir du milieu du VIIIe jusqu’au début du XIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).

Fig. 5 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le XIe et le premier quart du XIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).

20Il est possible alors de repenser le modèle explicatif politique traditionnel du basculement de la ville de Paris (par exemple Fleury 1974 : 38-39) encore en vogue de nos jours, qui fait du déplacement local de la ville d’une rive à l’autre une conséquence du déplacement de la centralité économique à l’échelle européenne, depuis la mer Méditerranée vers le nord de l’Europe, durant le premier Moyen Âge.

LES RÉSEAUX HYDROTECHNIQUES COMME MARQUEURS DE L’URBAIN

21Le rôle morphogénétique de l’eau dans la construction de l’espace urbain parisien peut également être appréhendé sous l’angle des réseaux hydrotechniques. La spatialisation des égouts, des fontaines et des puits met en évidence leur importance dans les processus d’urbanisation de la capitale, avec des différences notables entre les deux rives de la Seine.

22Un premier croisement des documentations archéologique, planimétrique et textuelle permet de proposer une cartographie des égouts et des fontaines entre le second Moyen Âge et le début du XIXe siècle. Quant aux puits, leur spatialisation a été obtenue à partir des plans Vasserot réalisés entre 1810 et 1836 et géoréférencés dans le cadre du programme ALPAGE.

Les égouts

23Les réseaux d’évacuation des eaux usées, tels qu’ils apparaissent à la fin du Moyen Âge, sont le résultat d’héritages naturels et sociaux variés et hybrides.

24L’émergence des premiers égouts est en partie liée au contexte oro-hydrographique local. L’exemple le plus significatif concerne le grand égout de la rive droite. La carte des zones inondables, définies par Vincent Krier, montre que ce grand égout s’inscrit dans la dépression héritée du paléoméandre de la Seine (fig. 6). L’abandon de l’ancien cours intervient durant l’Holocène et avant le début de notre ère. De fortes crues liées aux premiers défrichements auraient contribué, avec les mouvements tectoniques locaux, à l’instabilité du lit de la Seine et à son déversement dans un de ses bras d’inondation à l’origine du cours actuel (Lanchon et al. 1994 : 11). Ce processus de réinvestissement se poursuit à l’époque moderne. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les égouts du Calvaire et de l’Arsenal investissent cette dépression qui sert également de fossé à l’enceinte urbaine (fig. 8). L’écoulement des eaux dans la dépression suit des directions opposées : l’égout du Calvaire et le grand égout rejoignent la Seine par l’ouest à Chaillot, alors que l’égout de l’Arsenal aboutit à la Seine par le sud, en amont de l’ancienne île Louviers. Il est difficile de dire depuis quand il existe une double direction d’écoulement. Elle pourrait exister dès le début du XVIIe siècle et est avérée à partir de 1714 (Lemoine 1929-1930 : 27 et 56).

25Les tracés des égouts peuvent également être mis en relation avec les territoires seigneuriaux, c’est-à-dire les censives et les fiefs spatialisés dans le cadre du programme ALPAGE à partir des plans-terriers du XVIIIe siècle (fig. 7). Une hypothèse serait que les tracés des égouts localisent des écoulements devenus des limites seigneuriales, ou bien réinvestissent des fossés de bornage. Sur la rive gauche, plusieurs censives sont délimitées par le premier cours canalisé de la Bièvre qui pourrait reprendre un ancien chenal de la rivière (Busson 1998 : 51). L’accord conclu vers 1148-1154 entre les abbayes de Sainte-Geneviève et de Saint-Victor permet à cette dernière de construire un canal de dérivation de la Bièvre pour exploiter un moulin. Cependant, dès 1226, le cours intra muros est obstrué par diverses constructions et des latrines (Roux 1996 : 42). Sur la rive opposée, l’exemple le plus marquant concerne le réseau articulé sur le grand égout et la censive de la collégiale Sainte-Opportune. En effet, à partir du milieu du XIIe siècle, les autorités royales et religieuses s’accordent pour mettre en culture les marais appartenant à la collégiale. L’exploitation de cette zone humide s’accompagne de la création de fossés de drainage (Mirlou 2010 : 93-99). Selon Thérèse Kleindienst, dès 1260, émerge dans la documentation textuelle une ligne continue appelée « les fossés le Roi ». Puis, entre 1380 et 1403, cette appellation disparaît au profit de celle des « égouts de Paris » (Kleindienst 1963 : 66-68).

Fig. 6 – Les égouts de Paris à la fin du XVIe siècle et leur sens d’écoulement (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, N. Faucherre, H. Noizet, L. Mirlou, V. Krier 1998, – LM [2013]).

Fig. 7 – Les égouts de Paris à la fin du XVIe siècle et les territoires seigneuriaux (Source : © ALPAGE : B. Bove, Y. Brault, L. Mirlou – LM [2013]).

26Cette chronologie n’est pas étrangère au creusement des fossés le long des enceintes urbaines dans la seconde moitié du XIVe siècle. Tout semble indiquer que l’apparition des fossés constitue un moment majeur dans l’émergence des réseaux d’égouts, en particulier sur la rive droite où les nouvelles portes du Temple et de Montmartre constituent des points de convergence des égouts intra muros avant leur jonction avec le grand égout (fig. 6). Ainsi, le réinvestissement de la dépression héritée du paléoméandre permet de saisir une caractéristique fondamentale de la rive droite que nous avons déjà entraperçue : le rejet loin en aval d’une part importante des eaux usées qui n’est pas sans conséquence sur l’accélération de l’urbanisation de cette rive (Mirlou 2011 : 54-55).

27Sur la rive droite, il ressort donc une cohérence des réseaux d’égouts qui s’est construite progressivement, selon un processus d’auto-structuration intégrant de multiples projets locaux d’aménagements, comme le drainage des marais, la planification de la Villeneuve du Temple ou encore la construction de l’enceinte de Charles V, sans parler des nombreuses autres opérations privées, plus restreintes, dont l’histoire reste à dresser. Malgré des contextes techniques et socio-économiques différents, les choix opérés au second Moyen Âge ne seront pas fondamentalement remis en cause. L’époque moderne marque même une étape essentielle dans la rigidification des écoulements autour du grand égout par greffes successives (fig. 8 et 9).

Les fontaines

28Tout comme les égouts, les fontaines sont les témoins de rythmes d’urbanisation différents sur les deux rives de la Seine. Le premier constat qui s’impose concerne l’absence de fontaine sur la rive gauche avant le début du XVIIe siècle. Les premières fontaines apparaissant vraisemblablement au XIIe siècle sur la rive droite, il faut conclure que leur absence sur la rive opposée, durant plusieurs siècles, a dû aboutir à définir des rapports différents à la gestion de l’eau et au fleuve, et a pu constituer un frein à l’urbanisation.

29Il convient de souligner l’importance de certains axes dans la structuration du réseau de fontaines (fig. 10). On peut noter le nombre important de fontaines proches de la rue Saint-Denis et, dans une moindre mesure, des rues Saint-Martin et du Temple. Outre l’importance symbolique de la rue Saint-Denis, théâtre des entrées royales dans Paris, cette situation pourrait découler de la proximité de ces axes des établissements religieux à l’origine de la captation des sources : la léproserie de Saint-Lazare pour les eaux du Pré-Saint-Gervais, l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs et le Temple pour les eaux de Belleville et Savies (Lasteyrie 1887 : 453-454 ; Des Cilleuls 1911 : 259-260 ; Beaumont-Maillet 1991 : 54 et 62). Mais cette structuration serait liée aussi au principe même de captation de ces sources fondé sur le système gravitaire. Ceci expliquerait le rôle de ces trois rues, proches des établissements religieux et favorablement orientées pour acheminer les eaux jusqu’au cœur de la rive droite.

Fig. 8 – Les égouts de Paris à la fin du XVIIe siècle et leur sens d’écoulement (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, V. Krier 1998, – LM [2013]).

Fig. 9 – Les égouts de Paris au début du XIXe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet, L. Mirlou – LM [2013]).

Fig. 10 – Les fontaines de Paris à la fin du XVIe siècle et leur mode d’alimentation (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, – LM [2013]).

30Les fontaines du début du XIXe siècle peuvent être juxtaposées avec le parcellaire contemporain des plans Vasserot. Nous avons opté pour une représentation du petit parcellaire inférieur ou égal à 300 m² (fig. 11), qui comme l’avait démontré en 1977 Françoise Boudon et son équipe dans une étude emblématique consacrée au quartier des Halles, peut être considéré comme le témoin d’un parcellaire ténu et ancien (Boudon et al. 1977 : 60-61 et 75). On peut ainsi constater la relation entre l’implantation des fontaines et la concentration des petites parcelles pré-industrielles dans les parties centrales mais également le long de voies majeures : sur la rive droite le long de la rue Saint-Honoré, des rues Saint-Antoine et du Faubourg Saint-Antoine et le long des rues du Faubourg Saint-Denis et du Faubourg Saint-Martin ; sur la rive gauche le long des rues Saint-Jacques et du Faubourg Saint-Jacques, le long de la rue Mouffetard et dans le faubourg de Saint-Germain-des-Prés.

31La carte montre à quel point la situation de monopole de la rive droite jusqu’à la fin du Moyen Âge est encore prégnante au début du XIXe siècle. Malgré la mise en service de l’aqueduc Médicis en 1623 et des pompes hydrauliques de la Samaritaine (1608) et du pont Notre-Dame (1672-1673), malgré la création des pompes à feu de Chaillot (1781) et du Gros-Caillou (1788), la différence d’équipements entre les deux rives reste importante (Girard 1843 : 12-17, 27-29 et 60-61 ; Beaumont-Maillet 1991 : 71-106). À la fin du XVIe siècle, Paris compte 22 fontaines, toutes sur la rive droite. Leur nombre passe à 47 à la fin du siècle suivant : 32 sur la rive droite et 13 sur la rive opposée. En 1806, sur 58 fontaines, 40 se situent sur la rive droite contre seulement 16 sur la rive gauche. En ce sens, les fontaines reflètent bien le basculement de la ville vers la rive droite et les difficultés de la rive gauche pour renverser cette tendance de longue durée, au moins jusqu’au début du XIXe siècle.

Les puits

32La question du déplacement du centre urbain peut également être abordée à partir de la cartographie des puits du début du XIXe siècle (fig. 12). Leur répartition spatiale rappelle très nettement celle des petites parcelles pré-industrielles de la carte précédente avec une concentration dans le cœur historique et le long des principaux axes déjà mentionnés.

33Cependant, à superficie identique, il existe une densité des puits plus forte en rive droite avec un puits pour 3 028 m² contre un puits pour 3 516 m² sur la rive gauche. La plus grande densité de puits dans le périmètre des enceintes montre à quel point cet équipement est un indicateur de l’urbain parisien. Mais là aussi, l’analyse visuelle et statistique révèle une différence entre les deux rives, particulièrement sensible dans le périmètre de l’enceinte de Philippe Auguste : un puits pour 701 m² en rive droite contre seulement un puits pour 1 184 m² en rive gauche.

34Les conditions d’accès à l’eau pourraient contribuer à expliquer les dynamiques urbaines différentes des deux rives de la Seine. En effet, à Paris, la nappe phréatique (provenant de l’infiltration des eaux de ruissellement), rejoint la nappe alluviale issue de la Seine. Dans la plus grande partie de la rive droite, cette nappe se situe entre 4 et 5 m de profondeur. Elle est entre 6 à 10 m aux abords immédiats de la Seine sur la rive gauche, mais la profondeur s’accroît rapidement dès que l’on s’éloigne du fleuve, comme par exemple rue Saint-Jacques ou dans le secteur de l’ancienne abbaye Sainte-Geneviève (plus de 30 m) (Beaumont-Maillet 1991 : 14-15 ; Benoit 2000 : 1 ; Diffre et Pomerol 1979 : 98-102).

Fig. 11 – Les fontaines de Paris au début du XIXe siècle et leur mode d’alimentation (Source : APUR © ALPAGE : L. Mirlou – LM [2013]).

Fig. 12 – Les puits de Paris sur les plans Vasserot (1810-1836) (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, – LM [2013]).

35Il ne s’agit pas de remettre à l’ordre du jour une quelconque approche déterministe, puisque ce contexte oro-hydrographique est déjà présent, dans ses grandes lignes, à l’époque antique, et pourtant, c’est bien alors la rive gauche qui avait été privilégiée. Ce n’est qu’à partir du Moyen Âge que le potentiel de captation de la nappe est vraiment exploité par les populations parisiennes.

CONCLUSION

36Ces deux travaux permettent de proposer de nouvelles perspectives de recherche à propos de la fabrique urbaine parisienne. Nous espérons que cette première approche de l’eau dans la construction et la structuration de l’espace urbain parisien aura montré l’intérêt du croisement des données archéologiques, planimétriques et textuelles, facilité ici par l’utilisation des fonctions de base d’un SIG. Cette méthodologie nous a permis de réfléchir à la construction de l’espace urbain parisien sur le long terme et ce à différentes échelles.

37Le travail effectué sur la base des cartes archéologiques montre comment durant le premier Moyen Âge, la rive droite semble être de plus en plus privilégiée par les sociétés qui s’installent le long du fleuve peut-être pour mieux exploiter les ressources fluviales, plutôt que le long du cardo maximus comme c’était le cas à la période antique. À partir du second Moyen Âge, et plus encore à partir du XIVe siècle, l’émergence puis le développement des réseaux d’adduction et d’évacuation des eaux rend compte à plus petite échelle du déplacement du centre urbain vers la rive droite. Mais ces réseaux hydrotechniques ne sont pas seulement la conséquence du basculement de la ville, car à leur tour ils participent à l’accélération de l’urbanisation de la rive droite.

38Pour autant, la construction de l’espace urbain parisien, étudiée à travers les réseaux de l’eau, se caractérise par un processus « impensé » (Galinié 2000 : 81 ; Noizet 2007 : 15). Les dispositions adoptées par tel ou tel acteur durant l’histoire parisienne autour de la gestion de l’eau ne vise pas à construire de l’urbain. Cependant, elles contribuent indirectement et involontairement à la structuration de l’espace urbain, en particulier quand elles influencent les pratiques sociales ultérieures.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Beaumont-Maillet L. 1991. L’eau à Paris, Hazan, Paris, 261 p.

Benoit P. 2000. L’alimentation et les usages de l’eau à Paris du XIIe au XVIe siècle, in : Rapport d’activité du PIREN-Seine 2000, mise en ligne le 4 mars 2002, http://www.sisyphe.upmc.fr/piren/webfm_send/492.

Boudon F., Chastel A., Couzy H. et Hamon F. 1977. Système de l’architecture urbaine. Le quartier des Halles à Paris, CNRS, Paris, 2 vol.

Burnouf J. 2007. Towns and Rivers, River Towns: Environmental Archaeology and the Archaeological Evaluation of Urban Activities and Trade, in: Henning J. (dir.), Post-Roman Towns, Trade and Settlement in Europe and Byzantium, W. de Gruyter, Berlin: 165-180.

Busson D. 1998. Carte archéologique de la Gaule 75, Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris.

Des Cilleuls A. 1911. Les anciennes eaux de Paris du XIIe au XVIIIe siècle, in : Revue générale d’administration, 34e année, t. I, Berger-Levrault, Paris : 257-274 et 400-417.

Diffre P. et Pomerol C. 1979. Paris et environs, les roches, l’eau, les hommes, Masson, Paris, 172 p.

Fleury M. 1974. Paris sous le Bas-Empire et pendant le haut Moyen Âge, Les dossiers de l’archéologie, no 7, juillet 1974 : 32-39.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Girard P.-S. 1843. Mémoires sur le canal de l’Ourcq, t. II, Carilian-Goeury et Dalmont, Paris.

Hermenault L. 2011. Paris et son fleuve, archéologie et archéogéographie d’une interaction dynamique aux abords du bras majeur, Mémoire de master 2 d’archéologie, dirigé par J. Burnouf, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lanchon Y. (dir.), Allenet de Ribemont G., Drwila G., Lafage F. et Roblin-Jouve A. 1994. Fréquentation et assainissement du marais de Sainte-Opportune (du IIIe millénaire avant J.-C. jusqu’à nos jours), Fouille de sauvetage 63 rue de Lancry, 75010 Paris, DFS de sauvetage urgent (20/06/1994-20/09/1994), SRA-IDF, Paris : 11.

Lasteyrie (de) R. 1887. Cartulaire général de Paris, Tome Premier 528-1180, coll. « Histoire générale de Paris », Imprimerie nationale, Paris, 564 p.

Lemoine H. 1929-1930. Les égouts de Paris du XIVe siècle à 1825, in : Revue de la Chambre syndicale de Maçonnerie, Ciments et Béton armé de la Ville de Paris, Paris.

Mirlou L. 2010. Les écoulements sur la rive droite de Paris au Moyen Âge : première approche, Mémoire de master 1 d’archéologie, dirigé par D. Arribet-Deroin, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Mirlou L. 2011. Transmission des formes et morphologie urbaine : l’exemple des réseaux de l’eau parisien, Mémoire de master 2 d’archéologie, dirigé par J. Burnouf, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Noizet H. 2007. La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (IXe-XIIIe siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 504 p.

Roux S. 1996. La rivière en ville au Moyen Âge, la Bièvre à Paris, in : Redon O. (dir.), Savoirs des lieux, Géographies en histoire, coll. « Les Cahiers de Paris VIII », Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis : 39-48.

Valencia L. G. 1996. Paris 4e, Place Baudoyer, DFS sous la direction de Luis Gonzalo Valencia, Paris, dactylographié.

Van Ossel P. (dir.) 1998. Les jardins du Carrousel, Paris : de la campagne à la ville, la formation d’un espace urbain, Maison des sciences de l’Homme, Paris, 384 p.

Vidier A., Le Grand L., Dupieux P., Dupont-Ferrier G. et Monicat J. 1958. Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, Imprimerie Nationale, Paris.

Notas

1 Fouilles du XIXe siècle, travaux de la Commission du Vieux Paris, rapports de fouille de l’AFAN et de l’Inrap.

2 La toponymie de la fin du Moyen Âge peut également laisser penser que ce site s’est trouvé à un moment à proximité d’un point de franchissement du fleuve (Vidier et al. 1958 : 480).

3 En ce qui concerne la question des points de franchissement, voir Hermenault 2011 : 81-82.

4 Il est possible qu’une zone d’habitat se soit développée à proximité de la nécropole de l’église de Notre-Dame-des-Bois. Cependant, puisque sa position ne semble pas lui permettre d’entretenir des relations aussi directes avec le lit mineur du fleuve que pour les autres zones repérées et qu’elle apparaît être davantage liée au réseau viaire, elle n’est pas intégrée au raisonnement.

5 En effet, c’est dans l’échancrure située à l’ouest de Saint-Gervais que se met en place le port principal de Paris, appelé « Port de Grève », dont les premières mentions apparaissent à la fin du premier Moyen Âge et qui sera en activité jusqu’au XIXe siècle ; et dans l’échancrure située au sud de Saint-Germain l’Auxerrois que se met en place un port nommé « l’école Saint-Germain ».

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 – Localisation et datation des fouilles archéologiques (Source : APUR © ALPAGE : L. Hermenault – LH [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 228k
Leyenda Fig. 2 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le Ier et la fin du Ve siècle apr. J.-C. (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, D. Busson, L. Hermenault – LH [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 376k
Leyenda Fig. 3 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le début du VIe et le milieu du VIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 389k
Leyenda Fig. 4 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine à partir du milieu du VIIIe jusqu’au début du XIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 343k
Leyenda Fig. 5 – Carte archéologique de l’occupation des bords de Seine entre le XIe et le premier quart du XIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : V. Krier 1998, L. Hermenault – LH [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 310k
Leyenda Fig. 6 – Les égouts de Paris à la fin du XVIe siècle et leur sens d’écoulement (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, N. Faucherre, H. Noizet, L. Mirlou, V. Krier 1998, – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 259k
Leyenda Fig. 7 – Les égouts de Paris à la fin du XVIe siècle et les territoires seigneuriaux (Source : © ALPAGE : B. Bove, Y. Brault, L. Mirlou – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 268k
Leyenda Fig. 8 – Les égouts de Paris à la fin du XVIIe siècle et leur sens d’écoulement (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, V. Krier 1998, – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 248k
Leyenda Fig. 9 – Les égouts de Paris au début du XIXe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet, L. Mirlou – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 243k
Leyenda Fig. 10 – Les fontaines de Paris à la fin du XVIe siècle et leur mode d’alimentation (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 168k
Leyenda Fig. 11 – Les fontaines de Paris au début du XIXe siècle et leur mode d’alimentation (Source : APUR © ALPAGE : L. Mirlou – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 233k
Leyenda Fig. 12 – Les puits de Paris sur les plans Vasserot (1810-1836) (Source : APUR © ALPAGE : A.-L. Bethe, C. Bourlet, N. Faucherre, L. Mirlou, – LM [2013]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7662/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 459k

Autores

Doctorante allocataire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, Équipe « Archéologies environnementales »

Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, Équipe « Archéologies environnementales »

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540