Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Un nouvel outil pour de nouveaux regards sur Paris médiéval : le SIG ALPAGE

A new tool for understanding medieval Paris: the GIS ALPAGE

Hélène Noizet y Boris Bove

Resumen

The aim of the ALPAGE project is to produce data and tools to understand the long-term relationships between spaces and societies in ancient Paris. Several researchers have worked together to create a Geographic Information System for the Paris area in the preindustrial period. This system has been used to reconstruct the oldest parcel plan of Paris, the Atlas made by Vasserot between 1810-1836, and to spatialise historical data from the Middle Ages and modern times (walls, mansions, sewers, floods, manors, parishes, etc.). The paper focuses on the heritage of the enclosure of the urban fabric in the 10th century, the demographic density of the town around 1300, and the manorial hierarchy at the end of the Middle Ages.

Texto completo

  • 1 L’acronyme de ce projet ANR signifie : Analyse diachronique de l’espace Parisien : approche géomat (...)

1À l’origine de ce projet géohistorique, il y avait un pari : considérer que la donnée parcellaire ancienne pouvait être le noyau référentiel de toute étude historique parisienne à dimension spatiale. Pour ce faire, archéologues, historiens, géomaticiens et informaticiens se sont associés dans le cadre du projet ALPAGE1, soit au total une vingtaine de chercheurs appartenant à plusieurs laboratoires. Ils ont construit ensemble un système d’information géographique (SIG) historique comprenant les données et les applications nécessaires pour interroger la dimension spatiale des phénomènes historiques concernant la ville de Paris.

2Tout d’abord, informaticiens et géomaticiens ont reconstitué le plus ancien parcellaire de Paris grâce au géoréférencement puis à la vectorisation des 910 plans d’îlots Vasserot (1810-1836), dans la limite des Fermiers généraux. Ces plans donnent la représentation des voies, la division des propriétés, la configuration intérieure du rez-de-chaussée des maisons et les numéros portés par chacune d’elles (fig. 1). La spécificité de ces plans réside donc dans leur double dimension, fiscale et topographique : si chaque parcelle est lavée d’une couleur pour la distinguer des unités fiscales voisines, le bâti au niveau du rez-de-chaussée est aussi représenté, comme un plan de coupe situé à 1 m du sol de la chaussée (Noizet 2008 ; Denès 2013). Est donc visible la distribution interne des parcelles (pièces, espaces bâtis/non bâtis), avec les murs, les ouvertures (portes et fenêtres), les escaliers, cours, jardins, puits et fours…

3L’assemblage papier de ces plans dans les années 1980 n’avait pas abouti (Darin 1998 : 66-67). Si les milieux archéologiques mettent en place, depuis le milieu des années 1990, des SIG historiques, fondés sur le cadastre napoléonien et constitués en données géoréférencées et vectorielles (Tours, Lyon, Reims, Rennes…), rien de tel n’existait pour Paris, étant donné la taille critique de l’espace considéré et la difficulté d’accéder à la documentation-source conservée aux Archives nationales. La numérisation de ces documents et la diffusion croissante des SIG ont rendu possible ce projet, qui a produit un assemblage raster grâce au géoréférencement de chacun des 910 plans (fig. 2), ainsi que huit couches de données spatiales vectorielles donnant un état de la ville en 1810-1836, avant les grandes transformations haussmanniennes (les arrondissements, les quartiers, les îlots, les voies, les points avec les numéros des adresses, les parcelles, le bâti et le non-bâti et le réseau hydrographique).

Fig. 1 – Un plan d’îlot de Philibert Vasserot (1810-1836) : quartier du faubourg de Montmartre (Source : Archives nationales : F³¹ 73-96).

4Sur la base de cet ancien parcellaire, archéologues et historiens ont spatialisé des données historiques médiévales et modernes (enceintes, hôtels aristocratiques, égouts, crues centennales, seigneuries, paroisses…). La mise en relation de ces données avec le tissu urbain ancien permet de reprendre l’histoire de Paris, en croisant véritablement les dimensions naturelles et sociales du fait urbain parisien. La création de ce SIG à dimension historique pour le Paris du début du XIXe siècle permet ainsi des analyses spatiales d’ordre synchronique et diachronique. Des thématiciens, principalement des historiens médiévistes et modernistes, peuvent désormais spatialiser leurs données à un instant T, par exemple les foyers fiscaux étudiés par Caroline Bourlet à partir du rôle de taille de 1300, ce qui était quasiment impossible jusque-là. Du point de vue diachronique, l’objectif est d’étudier la morphologie urbaine dans la longue durée, en montrant qu’il y a, en plus des planifications, un autre ordre d’explication, lié à la pratique sociale : la façon dont les habitants ont vécu dans un espace, leurs besoins, ce qu’ils y ont fait, expliquent pour partie le maintien de certaines formes viaires et parcellaires. Comment le tissu urbain se forme et évolue-t-il ? Quels sont, à différents moments, ses usages sociaux ?

5Un des enjeux est d’observer la transmission des formes viaires et parcellaires par la recomposition permanente des usages sociaux de l’espace urbain. Étudier ce rapport structure/usages de l’espace urbain passait donc par la création, d’une part, de couches d’information historique spatialisant l’activité sociale des acteurs vivant et s’impliquant dans cet espace urbain à différentes époques, et, d’autre part, de couches vectorielles du réseau viaire, mais aussi du parcellaire le plus ancien.

6Trois thèmes montreront en quoi l’utilisation du SIG renouvelle l’histoire de Paris, soit par l’exploitation de la nouvelle donnée parcellaire ainsi fabriquée (l’héritage morphologique de l’enceinte du Xe s.), soit par la reprise à nouveaux frais de questions anciennes, nouvellement éclairées par les apports de la géomatique (les densités démographiques vers 1300 et la hiérarchie seigneuriale à la fin du Moyen Âge).

LES HÉRITAGES MORPHOLOGIQUES DE L’ENCEINTE DU Xe SIÈCLE

7La première enceinte (Noizet 2013) de la rive droite de Paris, fouillée au 15 rue du Temple (Prié 1997) et au 144 rue de Rivoli (Peixoto et Celly 2011), date, au plus tard, du X e siècle : en l’absence de matériel archéologique daté, la première mention assurée de l’ouvrage défensif se trouve dans un acte de 997-998 (Noizet 2011). Au-delà de quelques points (la porte nord), le tracé global de cette enceinte n’est pas établi.

Fig. 2 – Carte des plans d’îlots Vasserot assemblés par ALPAGE (Source : Arch. nat. F³¹ 73-96 – Arch. Paris © ALPAGE).

8Le postulat consiste à supposer que cette enceinte du Xe siècle a constitué un morphogène plus ou moins structurant pour l’espace urbain environnant (Chouquer 2003 : 300), et que les parcellaires contemporains de ce secteur réactualisent en partie cette contrainte topographique héritée du haut Moyen Âge. À l’intérieur des îlots de ce secteur, nous avons donc recherché les linéaments viaires, parcellaires et bâtis qui formaient des ruptures fortes pouvant s’expliquer par la présence de l’enceinte, à partir des données urbaines actuelles et du plan Alpage-Vasserot comportant le parcellaire et le bâti (1810-1836).

9Le résultat global de cette double sélection des linéaments, considérés comme significatifs au regard de la question de l’enceinte, paraît probant (fig. 3) : un double ruban curviligne se dégage assez nettement au sein du secteur prédéfini. La longueur cumulée des linéaments sélectionnés sur le plan du XIXe siècle est de 2 189 m, tandis que celle des segments actuels est de 1 273 m. L’héritage de l’enceinte est donc plus fort sur le plan Alpage-Vasserot, même si la planimétrie actuelle réactualise de manière encore importante cette forme malgré les remodelages du XIXe siècle. Il est nécessaire de distinguer, pour un objet, la forme de son modelé, la première étant appréhendée par des sources planimétriques, le second par des sources archéologiques (Robert 2003). Ce n’est pas un strict relevé des traces matérielles potentielles de l’enceinte qui est ici perceptible, mais plutôt la réactualisation dans des planimétries contemporaines des contraintes morphologiques héritées de l’enceinte. Ces contraintes ont été initialement déterminées par l’enceinte, formée d’une levée et d’un fossé, ainsi que par les voies qui la longeaient à l’intérieur ou à l’extérieur de l’espace enclos. Par endroits, ces structures ont influencé les orientations du réseau viaire, du parcellaire et du bâti dès le haut Moyen Âge central. Puis, alors que l’enceinte disparaissait en tant que structure matérielle, au plus tard au XIIIe siècle, certaines limites urbaines induites demeuraient et conditionnaient à leur tour l’urbanisation de l’espace environnant. Ces linéaments représentent la transmission de la contrainte initiale de l’enceinte au réseau viaire, au parcellaire et au bâti : c’est l’héritage morphologique signifiant et potentiellement agissant pour la fabrique de l’espace urbain qui est ici repéré, et non la localisation précise des vestiges matériels (Panerai, Depaule et Demorgon 2005 : 66-67 ; Noizet 2009).

Fig. 3 – Linéaments parcellaires ancien et actuel liés à l’enceinte du Xe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet – HN [2012]).

10Une autre analyse consiste à mesurer, toutes périodes confondues, la résilience de la forme, en caractérisant morphologiquement chacun des segments retenus, qui peuvent être des limites viaires, parcellaires ou encore bâties (Roncayolo 2002 : chap. 6, 11, 12 ; Conzen 1981 : chap. 3 ; Panerai, Depaule et Demorgon 2005 : 75-90). Dans la diachronie de l’urbanisation, ces types morphologiques n’ont pas la même résilience, c’est-à-dire la même capacité à maintenir leur structure alors que les formations sociales ont changé et les transforment (Chouquer 2003 : 302). Les sociétés peuvent, par exemple, s’accommoder relativement longtemps d’un réseau viaire hérité, résultant d’une période précédente, car elles l’adaptent à leurs besoins du moment : elles ne le transforment que si l’inadéquation avec les nouveaux flux est criante, entraînant une bifurcation du système viaire. En milieu urbain, le degré de résilience décroît progressivement de la rue au bâti : une limite viaire est plus résiliente qu’une limite parcellaire, elle-même plus résiliente qu’une limite de bâti. Dans le cas de l’enceinte primitive de la rive droite, la répartition statistique et la cartographie de leur résilience montrent que, toutes périodes confondues, il y a une différence dans la transmission de la forme de part et d’autre de la rue Saint-Martin (fig. 4). Cet axe ancien scinde la forme en deux parties avec une résilience nettement plus forte à l’ouest qu’à l’est : le secteur ouest est composé d’une majorité de limites viaires (55,4 %), tandis que le secteur est comporte une majorité écrasante de limites parcellaires (68,6 %) et bâties (25,3 %). Cela signifie que, à l’ouest, les flux se sont inscrits relativement facilement dans le dispositif viaire hérité de l’enceinte du Xe siècle, comme si celui-ci avait continué de répondre aux besoins de circulation au moins jusqu’au XIXe siècle, et encore en partie aujourd’hui. À l’est, c’est un autre schéma qui a prévalu : la croissance urbaine s’est traduite par une colonisation de la voie par du bâti et une remise en cause plus profonde des systèmes viaires et parcellaires hérités. Depuis le XIe siècle, les circulations se sont redéployées autrement, sans tenir compte de cet héritage qui laisse des traces plus ténues. L’analyse morphologique suggère que l’urbanisation s’est déroulée de manière plus progressive et continue à l’ouest qu’à l’est : à l’ouest, le tissu urbain se serait renouvelé essentiellement par des réajustements dissociés et asynchrones de la voirie, du parcellaire et du bâti, tandis qu’à l’est, le tissu urbain aurait été plus profondément remanié par des opérations de lotissement réorganisant de manière plus synchrone une partie des voies, du parcellaire et du bâti. Or, une étude historique réalisée par Geneviève Étienne sur la censive du Temple, localisée essentiellement dans le secteur est, confirme pleinement cette hypothèse d’une urbanisation par à-coups (Étienne 1974). Elle met en valeur une croissance urbaine particulièrement remarquable dans cette région au XIIIe siècle, sous la houlette des Templiers. Analyses morphologique et historique sont ainsi congruentes.

Fig. 4 – Types de résiliences des limites héritées de l’enceinte du Xe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet – HN [2012]).

11Le SIG n’est toutefois pas seulement utile pour les analyses morphologiques, il peut aussi répondre à de vieilles questions historiques. Parmi elles, la question de la densité de population dans la ville à l’époque médiévale.

LES DENSITÉS DÉMOGRAPHIQUES VERS 1300

12Cette question (Bourlet 2013) n’a jamais trouvé de réponse satisfaisante, faute de pouvoir mesurer correctement la surface de la ville et surtout sa population.

13Le premier à tenter une mesure de surface du Paris de Philippe Auguste a été Edme Verniquet qui proposait 739 arpents dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, chiffre repris et converti par Hercule Géraud qui part d’une hypothèse de 252 ha dans son édition du rôle de la taille de 1292 (Géraud 1837 : 470-471). Il n’est pas suivi par les historiens des XIXe et XXe siècles qui affirment, sans preuve, que la surface de la ville est de 273 ha vers 1200 (Dollinger 1956 ; Cazelles 1966 ; Favier 1997 : 75). Le SIG permet de trancher simplement cette question en donnant raison à Verniquet : l’enceinte de Philippe Auguste englobe un espace d’exactement 251 ha – et de 202 ha seulement hors la Seine et les îles non bâties.

14La question des densités est toujours abordée par ces mêmes auteurs en rapportant le périmètre de la ville de Charles V à la population estimée dans l’état des feux de 1328, soit 61 098 feux pour Paris avec le faubourg Saint-Marcel. Outre la question de l’adéquation des périmètres et des dates, cette approche pose le problème du coefficient multiplicateur à donner aux feux : Géraud propose 4,5 personnes par feu, soit 274 941 individus, tandis que Ferdinand Lot, effrayé par la densité de population que cette hypothèse implique, propose un coefficient multiplicateur de 3,5 personnes par feu, soit 213 500 habitants, alors qu’il compte 5 personnes par feu pour le royaume (Lot 1929 : 305). Aucun de ses successeurs n’osera proposer un chiffre plus élevé ensuite si bien que l’on estime en général la population de la capitale à environ 200 000 habitants (Cazelles 1972 : 136-140).

15Changer de méthode et d’outil d’analyse permet là encore de faire progresser la connaissance de façon décisive. Il paraît d’abord raisonnable de renoncer à calculer la population de la ville pour trouver la densité et de se contenter du nombre de feux tel que le donnent les sources. Or le rôle de taille de 1300, par son découpage en quêtes et en paroisses, permet une adéquation fine de la surface et du nombre de feux, si on se limite à la surface incluse dans les vieux remparts de Philippe Auguste (8 600 feux), désormais totalement urbanisée. Le SIG permet en outre de rapporter la population des paroisses à leur taille, qui peut être très variable. Pour appréhender les densités au plus près du réel, on a aussi déduit de la surface intra muros les enclos monastiques comme les palais royaux et épiscopaux dont les familles bourgeoises recensées dans les tailles sont généralement exclues. On aboutit alors à une surface habitable par la population bourgeoise de 184 ha seulement qui permet un calcul des densités de population artisanale dans la ville (fig. 5). On constate alors une extraordinaire amplitude des densités, qui vont de 20 feux à 188 feux à l’hectare dans la Cité ou autour du Châtelet. On note aussi que, même en tenant compte dans le calcul des densités des enclos monastiques qui sont plus nombreux sur la rive gauche, la rive des écoliers est très peu densément habitée. Cela confirme la dichotomie de l’espace parisien que l’on peut percevoir dans d’autres sources (Bove et al. 2009).

16Les rôles de taille précisant le montant de l’impôt, le SIG autorise un autre regard sur la répartition des fortunes, elles aussi rapportées à l’hectare et non à la paroisse ou à la quête (fig. 6). On note la même dissymétrie entre la rive droite et la rive gauche, tandis que les fortunes sont nettement concentrées de part et d’autre du Pont au Change, au cœur de la ville. À l’inverse, la pauvreté est nettement périphérique, même sur la rive gauche où la population vivant le long des axes de circulation est plus riche. Il y a donc une équation, qui ne va pas de soi à l’époque contemporaine, entre forte densité et richesse bourgeoise. Reste la question de la densité de population en valeur absolue et la délicate question du coefficient multiplicateur qu’il faut donner aux feux taillables.

17La comparaison des rôles de taille de 1292-1313 (environ 10 000 feux) avec l’état des feux de 1328 (61 098 feux), alors que la population est vraisemblablement restée à peu près stable dans l’intervalle, permet de poser l’hypothèse que les taillables recensés en 1300 ne représentent que 25 % de la population, auxquels il faut peut-être ajouter 60 % de pauvres, 10 % de clercs et 5 % de nobles (Bove 2004 : 57-59). Or la densité moyenne de feux dans l’enceinte de Philippe Auguste étant de 47 feux contribuables à l’hectare, on aboutit à une estimation de 188 feux réels/ha, soit, avec un coefficient multiplicateur minimal de 3,5 personnes par feu, 650 habitants/ha, ce qui est comparable à la densité connue pour d’autres grandes villes comme Florence ou Toulouse (500 hab./ha).

18Ces estimations laissent cependant entrevoir des densités extraordinaires au cœur de la ville, où l’on recense jusqu’à 176 feux contribuables/ha pour les trois quêtes les plus peuplées (5e quête Saint-Jacques, 188 feux/ha ; 6e quête Saint-Germain-l’Auxerrois, 173 feux/ha ; Saint-Pierre-des Arcis, 166 feux/ha). Même en supposant que les clercs et les nobles sont absents de ces zones, ce qui amène à considérer que les feux réels sont seulement le double des feux taxés, on aboutit tout de même à une hyperdensité de 352 feux réels, soit 1 200 hab./ha en utilisant un coefficient minimum de 3,5 habitants par feu alors qu’il serait plutôt de 4 à Paris au XIIIe siècle (Favier 1970 : 8-10). En suivant cette dernière hypothèse, on aboutirait à 1 400 hab./ha, ce qui est cohérent avec les densités dans cette zone en 1846 où on atteint plus de 1 500 hab./ha autour du Châtelet et 920 hab./ha pour le centre historique. Ces densités sont beaucoup plus fortes qu’actuellement où elles vont de 300 à 700 habitants à l’hectare, alors même que l’habitat est beaucoup plus haut (Pinol et Garden 2009 : 43, 49, 52). Il faut donc admettre que le principal argument qui empêchait les historiens de suivre l’hypothèse de Géraud, l’hyperdensité de la capitale, tombe et que la population de Paris est probablement, vers 1300, plus proche de 300 000 habitants que de 200 000.

Fig. 5 – Les densités de population taillable en 1300 (Source : © ALPAGE : IRHT, C. Bourlet, A. Layec, A.-L. Bethe – CB [2011]).

Fig. 6 – Répartition des fortunes d’après le rôle de taille de 1300 (Source : © ALPAGE : IRHT, C. Bourlet, A. Layec, A.-L. Bethe – CB [2011]).

19On mesure, avec cet exemple, le puissant effet de levier du SIG pour la démographie historique, mais ce n’est pas la seule question historique à laquelle cet outil permet d’apporter des réponses nouvelles.

LA HIÉRARCHIE DES SEIGNEURS À LA FIN DU MOYEN ÂGE

20Le sol de la capitale se trouvait, jusqu’à ce que la Révolution abolisse les droits féodaux, divisé entre de nombreuses seigneuries. Elles avaient certes perdu la haute justice et la voirie au profit du roi après 1674, mais elles rapportaient encore beaucoup d’argent aux seigneurs fonciers qui percevaient des droits de mutation sur les transactions foncières, alors que la capitale était en plein développement. La question de la hiérarchie des seigneurs dans la ville est donc encore pertinente à cette époque ; elle l’est encore plus pour la période antérieure à 1674, et spécialement au Moyen Âge (Bove et Brault 2013). On conviendra qu’elle est d’importance pour une ville à laquelle le roi porte un intérêt particulier depuis 1200…

21Pour répondre à cette question, les moyens à la disposition des historiens étaient très frustes, Raymond Cazelles, dans sa belle synthèse sur Paris aux XIII-XIVe siècles (Cazelles 1972 : 423), se trouvant réduit à remployer un palmarès des seigneurs établi par Henri Sauval au XVIIe siècle (Sauval 1724 : II, 425). De façon inattendue, Saint-Magloire y apparaît en première position, loin devant Saint-Germain-des-Prés (fig. 7).

Palmarès d’après Henri Sauval († 1676)

Nombre de rues

St-Magloire

70

Archevêque

59

Ste-Geneviève

54

St-Martin-des-Champs

54

St-Antoine

50

Chapitre Notre-Dame

38

St-Merri

33

Abb. de Tiron

31

St-Germain-des-Prés

30

St-Victor

25

Fig. 7 – Hiérarchie des seigneurs parisiens d’après Henri Sauval († 1676).

22On peut adresser une triple critique à la hiérarchie de Sauval : outre le fait qu’il ne cite pas ses sources, l’unité de compte qu’il emploie est peu homogène, puisque la longueur des rues varie considérablement et le Paris de Louis XIV n’est pas celui de Charles V – or il convient de rapporter tout palmarès aux limites de la ville contemporaines de celui-ci.

23La cartographie sous SIG des censives du XVIIIe siècle a permis de faire un pas décisif dans la connaissance de la hiérarchie des seigneurs de la capitale. On a fait le choix de spatialiser les seigneuries à partir des nombreuses cartes et atlas seigneuriaux établis à la veille de la Révolution et rassemblés dans la série N des Archives nationales, car c’est seulement à cette époque que l’on peut espérer avoir une information à peu près uniforme pour l’ensemble de la ville (des lacunes demeurent cependant pour le quart nord-est de la ville). Ce choix s’imposait aussi par la proximité chronologique avec le plan Vasserot restitué, qui a facilité le report de l’information. Il peut se justifier enfin, pour l’époque médiévale, par la forte stabilité des seigneuries à travers les âges, à l’exception de celle de l’évêque : on peut donc faire l’hypothèse que les rapports de proportion entre les seigneuries sont restés à peu près stables du XIVe au XVIIIe siècle.

24En recoupant dans le SIG la couche des seigneuries avec le bornage de 1638, qui dessine Paris à l’époque où Sauval écrivait, ou avec les remparts de Charles V, qui correspondent à l’extension maximale du Paris médiéval, on peut tenter une analyse rigoureuse de la hiérarchie des seigneurs dans la ville en termes de surface (fig. 8). La carte permet de localiser les secteurs où dominent les seigneurs, tandis que le SIG permet de calculer précisément les rapports de force (fig. 9). Cette démarche, impossible à mettre en œuvre sans SIG, permet de constater que le principal seigneur de la ville est l’archevêque en 1380 et l’abbaye Saint-Germain-des-Prés en 1638, mais qu’ils ne dominent pas le sol de la capitale. On notera aussi avec intérêt que la part de la seigneurie royale se renforce au cours des siècles, mais qu’elle reste modeste : 4 à 7 % de la surface urbaine. C’est peu, même si c’est probablement sous-évalué du fait des lacunes des sources royales.

Fig. 8 – Les seigneuries dans la ville au XVIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : B. Bove, Y. Brault – BB [2011]).

25En outre, cette spatialisation des censives permet de cerner avec précision l’étendue des droits de voirie que possédaient les principaux seigneurs de la ville. La police des rues appartenait en effet au seigneur qui possédait les deux rives de la voie, si bien que la forte imbrication des seigneuries limitait considérablement cette prérogative qui revenait alors au roi. Le SIG permet d’établir ce qu’aucun historien ne s’est jamais hasardé à formuler : bien qu’ayant une seigneurie très limitée, le roi est en 1300 le véritable maître des rues de Paris avec 63 % du filaire urbain, tandis que le seigneur voyer le plus important après lui, l’abbé de Saint-Germain-des-Prés, fait la police dans 10 % des rues seulement (fig. 10 et 11). Les hiérarchies du pouvoir sont, en l’occurrence, bouleversées par des règles spatiales propres aux rues qui ne s’appliquent pas aux maisons.

CONCLUSION

26Ces quelques dossiers historiques montrent tout l’intérêt qu’il y a à utiliser les techniques informatiques, notamment géomatiques. Ce travail a pu être réalisé grâce aux discussions, nombreuses et approfondies, entre historiens, géomaticiens et informaticiens. Les historiens se sont appropriés les SIG sans instrumentaliser pour autant les géomaticiens et les informaticiens, tout en leur permettant, par leurs questions, de tester de nouvelles solutions techniques et logicielles. Il s’agit donc d’un travail profondément collectif.

Surface par seigneurie dans les remparts de 1380 (SIG)

%

Archevêque

13,6

Temple

9,7

St-Martin-des-Champs

7,9

Ste-Geneviève

5,2

Roi

4,3

St-Germain-des-Prés

4,1

Chapitre Notre-Dame

2,4

Ste-Opportune

2,4

St-Victor

1,6

St-Merri

1,6

St-Jean-de-Latran

1,1

27

Surface par seigneurie dans les limites de 1638 (SIG)

%

St-Germain-des-Prés

17,3

Archevêché

11,7

Ste-Geneviève

10,2

Roi

6,9

Temple

4,7

St-Martin-des-Champs

4,1

Loursine

3,8

St-Benoît

2,1

St-Victor

2,0

Chapitre Notre-Dame

1,6

Ste-Opportune

1,5

Fig. 9 – Hiérarchie des seigneurs parisiens d’après le SIG.

Fig. 10 – Les seigneurs voyers dans Paris en 1300. (Source: APUR © ALPAGE: B. Bove, Y. Brault, C. Bourlet, A.-L. Bethe, H. Noizet – BB [2011]).

Seigneur voyers

Mètres linéaires de rues

%

St-Germain-des-Prés

7281

9,9

Evêque

7040

9,5

Ste-Geneviève

3235

4,4

St-Martin-des-Champs

2531

3,4

Temple

1798

2,4

St-Éloi

1778

2,4

Tiron

968

1,3

St-Victor

762

1,0

St-Magloire

672

0,9

Chapitre Notre-Dame

644

0,9

St-Jean-de-Latran

333

0,5

St-Benoît

310

0,4

St-Lazare

167

0,2

Roi

46 268

62,7

TOTAL

73 788

100

Fig. 11 – Hiérarchie des seigneurs voyers en 1300.

28La quantité, la qualité et le mode collaboratif de la production des données créées ont rapidement posé la question de leur pérennité et de leur diffusion. Pour y répondre, nous avons mis en place une plateforme de webmapping, permettant à tous de consulter l’ensemble de ces nouveaux savoirs géohistoriques. Ce développement original du projet, qui n’était pas prévu, a consisté à mettre l’ensemble des données et des métadonnées sur le site hébergé par la TGIR HUMANUM du CNRS (http://alpage.tge-adonis.fr/​). Les données coproduites par ces chercheurs sont visibles et, par exemple, superposables avec les données spatiales actuelles, chacun ayant la possibilité de produire ses propres cartes respectant les conventions cartographiques et juridiques (intégration automatique du nord, de l’échelle, de la légende et des mentions de droits). Il s’agit, par ce medium, de favoriser la mise à disposition du savoir scientifique produit à l’ensemble de la société civile.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Bourlet C. et Layc A. 2013. Densités et socio-topographie : la géolocalisation du rôle de taille de 1300, in : Noizet H., Bove B. et Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Presses universitaires de Vincennes – Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris : 223-245.

Bove B. 2004. Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, CTHS, Paris, 720 p.

Bove B., Le Maresquier Y.-H., Bourlet C., Descamps B. et Bouhaïk-Gironès M. 2009. Du proche au lointain : essais de restitution de l’espace vécu à la fin du Moyen Âge, Bulletin de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Île-de-France, 13e et 135e années (2007-2008) : 7-46.

Bove B., Brault Y. et Ruault A. 2013. Spatialisation des censives urbaines au XVIIIe siècle, avec essai de restitution médiévale, in : Noizet H., Bove B. et Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Presses universitaires de Vincennes – Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris : 167-195.

Cazelles R. 1966. La population de Paris avant la peste noire, Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, no 110, 4, 1966 (1967) : 539-550.

Cazelles R. 1972. Nouvelle histoire de Paris. De la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V, 1972, rééd. Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1994, 478 p.

Denès M. 2013. Sans légende. Les conventions cartographiques des plans d’îlots Vasserot, in : Noizet H., Bove B. et Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Presses universitaires de Vincennes – Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris : 25-36.

Chouquer G. (dir.) 2003. Objets en crise, objets recomposés. Transmissions et transformations des espaces historiques. Enjeux et contours de l’archéogéographie, Études rurales, 167-68, juillet-décembre 2003 : 167-168.

Conzen M. R. G. 1981. The Urban Landscape: Historical Development and Management. Papers by M. R. G. Conzen edited by J. W. R. Whitehand, Londres, Institute of British Geographers, 166 p.

Darin M. 1998. The study or urban form in France, Urban Morphology, 2, No 2: 63-76.

Dollinger P. 1956. Le chiffre de population de Paris au XIVe siècle, 21 000 ou 80 000 habitants ?, Revue historique, 216 : 35-44.

Étienne G. 1974. Étude topographique sur les possessions de la maison du Temple à Paris (XIIe-XIVe s.), Thèse inédite de l’École des chartes, LIV, 586 p.

Favier J. 1974. Les Contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent Ans, Droz, Genève, Paris.

Favier J. 1997. Paris, deux mille ans d’histoire, Fayard, Paris, 1007 p.

Géraud H. 1837. Paris sous Philippe le Bel d’après des documents originaux et notamment d’après un manuscrit contenant le « rôle de la taille » imposée sur les habitants de Paris en 1292, 1837, rééd. Caroline Bourlet et Lucie Fossier, Niemeyer, 1991, Tübingen, 638 p.

Lot F. 1929. L’état des paroisses et des feux de 1328, Bibliothèque de l’École des chartes, 90 : 51-107 et 256-315.

Noizet H. 2008. Les plans d’îlots Vasserot, support d’un système d’information géographique historique de Paris, EAV, La revue de l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles, 14 : 86-95.

Noizet H. 2009. Fabrique Urbaine: a New Concept in Urban History and Morphology, Urban Morphology, 13, No 1: 55-66.

Noizet H. 2011. La localisation de l’enceinte primitive de la rive droite à Paris : bilan et perspectives, Bulletin de la Société d’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 135-136 : 1-9.

Noizet H. 2013. L’enceinte du Xe siècle et les rythmes de la croissance urbaine à Paris, in : Noizet H., Bove B. et Costa L. (dir.), Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Presses universitaires de Vincennes – Comité d’histoire de la ville de Paris, Paris : 95-107.

Panerai P., Depaule J.-C. et Demorgon M. 2005. Analyse urbaine, Parenthèses, Marseille, 1re éd. 1999, 192 p.

Peixoto X. et Celly P. 2011. Île-de-France, Paris 1er, 140a rue de Rivoli. La première enceinte de la rive droite à Paris, RFO, SRA, Inrap Centre-Île-de-France, Saint-Denis, 140 p.

Pinol J.-L. et Garden M. 2009. Atlas des Parisiens de la Révolution à nos jours, Parigramme, Paris, 287 p.

Prié A. 1997. Un fossé d’enceinte 15 rue du Temple (Paris IV°), DFS de sauvetage urgent, SRA, AFAN, Saint-Denis, 21 p. hors annexes.

Robert S. 2003. Comment les formes du passé se transmettent-elles ?, Études rurales, 167-168 : 115-132.

Roncayolo M. 2002. Lectures de villes. Formes et temps, Parenthèses, Marseille, 394 p.

Sauval H. 1724. Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Moette, Paris, 3 vol.

Notas

1 L’acronyme de ce projet ANR signifie : Analyse diachronique de l’espace Parisien : approche géomatique. Les principaux partenaires scientifiques sont : le LAMOP (porteur), ARSCAN, le LIENSS, le L3i, ainsi que le COGIT de l’IGN, l’IRHT, les Archives nationales, l’université de Paris-8.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 – Un plan d’îlot de Philibert Vasserot (1810-1836) : quartier du faubourg de Montmartre (Source : Archives nationales : F³¹ 73-96).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-1.jpg
Archivo image/, 327k
Leyenda Fig. 2 – Carte des plans d’îlots Vasserot assemblés par ALPAGE (Source : Arch. nat. F³¹ 73-96 – Arch. Paris © ALPAGE).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-2.jpg
Archivo image/, 512k
Leyenda Fig. 3 – Linéaments parcellaires ancien et actuel liés à l’enceinte du Xe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet – HN [2012]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-3.jpg
Archivo image/, 267k
Leyenda Fig. 4 – Types de résiliences des limites héritées de l’enceinte du Xe siècle (Source : APUR © ALPAGE : H. Noizet – HN [2012]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-4.jpg
Archivo image/, 221k
Leyenda Fig. 5 – Les densités de population taillable en 1300 (Source : © ALPAGE : IRHT, C. Bourlet, A. Layec, A.-L. Bethe – CB [2011]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-5.jpg
Archivo image/, 591k
Leyenda Fig. 6 – Répartition des fortunes d’après le rôle de taille de 1300 (Source : © ALPAGE : IRHT, C. Bourlet, A. Layec, A.-L. Bethe – CB [2011]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-6.jpg
Archivo image/, 550k
Leyenda Fig. 8 – Les seigneuries dans la ville au XVIIIe siècle (Source : APUR © ALPAGE : B. Bove, Y. Brault – BB [2011]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-7.jpg
Archivo image/, 500k
Leyenda Fig. 10 – Les seigneurs voyers dans Paris en 1300. (Source: APUR © ALPAGE: B. Bove, Y. Brault, C. Bourlet, A.-L. Bethe, H. Noizet – BB [2011]).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7660/img-8.jpg
Archivo image/, 352k

Autores

Maître de conférences en Histoire du Moyen Âge, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8589 LAMOP

Maître de conférences en Histoire médiévale, Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, IRH

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540