Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie II. Transformations et dynamiques urbaines

Castalia. La carte archéologique de Barcelone, un outil de gestion et de recherche pour réinterpréter la topographie historique de la ville

Castalia: the archaeological map of Barcelona. A management and research tool to reassess the historic topography of the city

Carme Miró i Alaix

Résumé

Barcelona has both a long history and a very rich cultural heritage, and urban archaeology activity in the city has thus always been very intense. In order to manage this archaeological heritage and to ensure quality information for further research, a GIStool, CASTALIA, is being developed. The purpose of this archaeological map is to generate information about the archaeological heritage of the city, with a view to producing a document essentially oriented on the analysis, diagnosis and evaluation of stratigraphic deposits of the subsoil and built heritage, in relation to urban management of the city. The project includes comprehensive documentation and research on diagnosis. It assesses the archaeological potential of the site; more than just a management tool, it is a means of reflecting on the city.

Texte intégral

1Une des fonctions principales du service archéologique de l’Institut de la Culture de Barcelone est la sauvegarde du patrimoine archéologique de la ville. Ce besoin de protection exige une bonne connaissance globale du patrimoine archéologique. L’administration publique, dans notre cas la mairie, doit être le garant de l’équilibre entre d’une part la préservation et la sauvegarde du patrimoine archéologique, d’autre part les travaux publics et les intérêts économiques qui pourraient le mettre en danger. Pour cela elle doit mettre en œuvre un ensemble de mécanismes préventifs contre la destruction du patrimoine. Son objectif est la planification de l’ensemble des travaux à réaliser, de l’identification des archéologues à la diffusion des résultats de l’intervention, aussi bien auprès de la communauté scientifique que des citoyens (fig. 1). L’archéologie préventive consiste à contrôler toute action sur un objet du patrimoine archéologique susceptible d’être affecté soit par l’aménagement du territoire – par exemple de grands travaux d’infrastructures (train à grande vitesse, tramway, autoroutes, grands collecteurs, etc.) –, soit par des travaux de rénovation internes ou de petits travaux effectués par des particuliers. Le travail dans l’urgence n’est pas compatible avec la recherche et n’apporte aucun résultat satisfaisant. L’objectif de l’archéologue n’est pas de fouiller systématiquement mais d’acquérir toute l’information nécessaire à la gestion du patrimoine caché. Par conséquent, il faut développer une politique visant davantage à préserver qu’à exploiter, mettant en avant le rôle social du travail de l’archéologue.

2Parmi les antécédents de la carte archéologique de Barcelone, il faut mentionner le projet SIGBARQ (Cabral et Miró 2006) qui traduit la volonté, depuis longtemps, de constituer un inventaire du patrimoine historique. Cet objectif de recension a été atteint avec le projet CASTALIA. On ne peut pas affirmer qu’il soit achevé, puisque ce type de réalisation doit être renouvelé et élargi sans cesse, afin de le tenir à jour. Le patrimoine archéologique est un bien changeant et la carte archéologique doit le refléter.

3La carte est développée dans le cadre du réseau informatique coopératif de la mairie de Barcelone. Il s’agit d’un projet transversal auquel collaborent divers départements de la mairie, comme l’Institut municipal d’Informatique (IMI), le service d’Archéologie de l’ICUB (Institut de la Culture de Barcelone) et le département d’Urbanisme. Ce projet a été réalisé dans un double objectif : devenir un document de réflexion et de sensibilisation de la ville, dans le même temps qu’un outil pour la gestion du territoire avec des critères de durabilité.

LA VILLE DE BARCELONE

4Barcelone est la capitale de la Catalogne dont l’origine est une colonie fondée par l’empereur Auguste vers l’an 10 avant Jésus-Christ. À l’époque romaine, elle constituait une petite cité au caractère commercial et administratif marqué. Pendant l’Antiquité tardive, Barcelone prend plus de force et de pouvoir et devient la capitale du royaume wisigothique. C’est au Moyen Âge que la ville devient un grand centre. Ce noyau original, qui correspond à la cité romaine et à la ville médiévale, est connu de nos jours sous le nom de Districte de Ciutat Vella. Barcelone est composée de plusieurs districts, qui correspondent à d’anciens bourgs, dont chacun possède aussi un centre historique. L’annexion à la ville de Barcelone des bourgs de Sants, Sant Andreu de Palomar, Sant Martí de Provençals, Gràcia, Les Corts et Sant Gervasi en 1897, Horta en 1904, et Sarrià – auquel avaient été annexés Vallvidrera et Santa Creu d’Olorde – en 1921, constitue un élément fondamental pour la configuration de la Barcelone contemporaine, et accorde à la ville un caractère pluriel et une diversité extraordinaire. Cette constellation de bourgs constitue actuellement la base de la carte des districts de la ville, puisque seulement Ciutat Vella et l’Eixample appartiennent strictement aux centres originaux de Barcelone. Au moment de concevoir la carte archéologique, nous avons pris en considération cette physionomie particulière de l’espace urbain. La carte archéologique a été organisée par districts, en suivant la division administrative de la ville et le Plan spécial du patrimoine architectural. L’unité de base a été la parcelle, telle qu’elle est représentée sur le cadastre urbain.

VERS UNE CARTE ARCHÉOLOGIQUE

5L’un des traits communs de la législation en vigueur portant sur le patrimoine – aussi bien international que national et local – est l’obligation de réaliser des inventaires. La plupart des administrations ayant des compétences en matière patrimoniale ont déjà élaboré ou sont en train d’élaborer des inventaires de protection, appelés cartes archéologiques ou cartes de risques. Ces inventaires sont à la fois un outil pour la recherche et un instrument fondamental pour la gestion administrative des interventions archéologiques, en particulier en ce qui concerne la prévention. Initialement, la carte de risques s’inscrit dans le cadre de la planification et de l’évaluation du potentiel archéologique mais son élaboration et son exploitation touchent les projets urbains à d’autres niveaux d’action. Les phases de conception, d’élaboration et d’entretien font partie de l’information mais pour que la carte soit opérationnelle – comme outil destiné à la gestion du patrimoine – il convient d’établir une relation étroite et continue avec les niveaux d’intervention et de programmation de la recherche. Il ne faut pas maintenir de séparation entre la planification et l’intervention ou, autrement dit, entre les départements d’inventaire et de catalogage et ceux d’intervention sur le terrain. Le projet de documentation et de recherche doit englober le diagnostic et la recherche. Les documents d’évaluation du potentiel archéologique sont donc un instrument de réflexion sur la ville plus qu’un outil de gestion.

Fig.1. – Municipalité de Barcelone. Orthophotographie.

6En ce qui concerne Barcelone, l’ouverture de la Via Laietana au début du XXe siècle (1907) a mené la mairie à envisager pour la première fois la promulgation de mesures de protection du patrimoine face à des grands travaux qui allaient toucher une partie importante de la ville ancienne. Le contrat avec le Banc Colonial comprend deux articles qui permettent d’une part la recherche et la récupération de matériel archéologique, d’autre part la mise sur pied d’une délégation exécutive de recherche et de suivi des travaux de rénovation.

7En 1914, la Diputació Provincial de Barcelone a créé le « Service de Conservation et de Catalogage des Monuments », avec pour mission d’archiver les images et les données des monuments de la province.

8Parallèlement, au début du XXe siècle, deux ouvrages fondamentaux pour l’histoire et l’archéologie de la Catalogne et de Barcelone, sont parus. Le premier est L’arquitectura romànica a Catalunya de Josep Puig i Cadafalch, Antoni de Falguera et Josep Goday (1909), dans lequel les auteurs passent en revue l’architecture romaine afin de comprendre son évolution ultérieure. Ce livre contient de nombreuses images de monuments et de vestiges, tels que des mosaïques, des peintures et du matériel archéologique. Dans le second, Geografia Comarcal de Catalunya de Francesc Carrerras Candi (1916), un volume est consacré à la ville de Barcelone. L’auteur y donne différentes informations concernant l’histoire ancienne de la ville et parle également de matériel et de trouvailles diverses. Ces deux ouvrages ne sont pas des inventaires au sens strict du terme mais ils ont permis de conserver de nombreuses informations sur le patrimoine.

9Pour en finir avec ces abrégés d’histoire ancienne, architecturale et monumentale, il faut mentionner l’œuvre d’Ainaud, Gudiol et Verrié (1947), Catálogo monumental de España. La ciudad de Barcelona. Elle contient un catalogue exhaustif des monuments de la ville et rassemble une grande partie de la documentation existant jusqu’alors.

  • 1 L’archéologie n’est pas concernée au sens strict, à part les grands monuments comme la muraille rom (...)

10Du côté règlementaire, la loi foncière de 1956 oblige les communes à constituer des catalogues de protection ; le Catalogue de Barcelone – approuvé le 30 octobre 1962 sous la catégorie de Plan partiel – a été le premier de l’Espagne à suivre les dispositions réglementaires et, comme l’indique Josep Emili Hernández Cros dans la préface de la publication du catalogue : « à notre connaissance, pendant de longues années il n’y en a pas eu d’autre en vigueur, même pas rédigé » (Catàleg 1987). En 1970, après les désordres urbanistiques des mairies franquistes, il a été décidé de mettre à jour le document de 1962 dont la révision a commencé. Le catalogue du patrimoine architectural, historico-artistique de la ville de Barcelone1 a été définitivement adopté par le Conseil Métropolitain de la Corporation Métropolitaine de Barcelone le 18 janvier 1979, pour une durée de dix ans. En 1987, il est publié sous forme de livre. Une nouvelle révision a commencé le 13 juillet 1990, dont la rédaction finale a été adoptée par l’Assemblée plénière de la mairie le 27 octobre 2000 sous le nom de Plan spécial de protection du patrimoine et catalogue des différents districts de la ville de Barcelone. Il définit une série de zones concernant le patrimoine archéologique et précise des critères d’action par rapport à la législation en vigueur.

11La première tentative de systématisation et de rassemblement de données de la province de Barcelone dans le but d’un inventaire archéologique a été réalisée en 1945 par les professeurs Almagro, Serra Ràfols et Colominas, dans la « Carta Arqueológica de España ».

12Par la suite, en 1983, un premier zonage des secteurs de la ville de Barcelone ayant des vestiges archéologiques de la Préhistoire jusqu’à l’époque romaine a été réalisé. Cette information a été transmise au département d’urbanisme, mais elle n’a pas été accompagnée d’une réglementation spécifique. Enfin, dans les années 1993 à 1995, le programme d’archéologie urbaine de Barcelone a été développé au sein du programme d’archéologie urbaine du service d’Archéologie de la Généralité de Catalogne. Pour la première fois, l’informatique a été utilisée pour l’inventaire du patrimoine archéologique de Barcelone. L’Institut municipal d’Informatique a conçu un logiciel spécifique, une base de données qui a reçu le nom de CARABA (Carte Archéologique de Barcelone). L’information documentaire a été recueillie dans des fiches détaillées. L’innovation de ce programme consiste dans l’intérêt porté à différents types de bâtiments, en particulier des masies (mas catalans), dénommés « ensembles historiques architecturaux » dont l’importance ne résidait pas tellement dans les édifices eux-mêmes mais plutôt dans l’indice qu’ils constituent de la présence potentielle de vestiges archéologiques. Les fiches indiquaient l’emplacement de ces points d’intérêt, l’adresse postale actuelle, les différentes interventions archéologiques le cas échéant et une petite liste bibliographique. À partir de 2000, un nouveau projet dénommé SIGBARQ, fondé sur un SIG inscrit dans le réseau municipal, a commencé mais a finalement été abandonné.

13Enfin, en 2009, a commencé l’élaboration de cette carte archéologique.

L’ESPACE ET LE TEMPS

14Notre travail porte sur un espace transformé par l’homme au fil du temps. L’étude spatiale d’une ville est fondée sur la connaissance des éléments individuels de la topographie et leur relation, de l’origine de l’établissement de groupes humains à nos jours, en particulier dans les villes ayant une longue trajectoire historique. Il faut approcher la ville comme un réservoir de mémoire collective. Comme le signale Aldo Rossi : « Avec le temps, la ville grandit sur elle-même, elle acquiert conscience et mémoire. »

15Il est important de ne pas figer des états pour des époques précises de l’histoire de Barcelone mais plutôt de forger un discours diachronique avec les données de la recherche aussi bien historique que topographique. Les données disponibles étant souvent lacunaires et hétérogènes, nous devons chercher la façon de les ordonner et de les relier entre elles.

16Nous considérons l’espace urbain comme un tableau. Les termes « réseau urbain » ou « trame urbaine » renvoie à la même réalité, car il suppose une organisation des structures de l’espace urbain. Il est composé d’une part d’unités élémentaires : constructions, parcelles (unité de propriété, peut être également une unité de localisation ou de concession), voirie ; d’autre part de structures organisées : parcellaire, opérations urbanistiques, unités de planification ou de plans divers. Les plans révèlent également des traces, c’est-à-dire les empreintes laissées par des constructions ou des limites parcellaires, des phénomènes d’aménagement antérieur à la date d’un plan. Elles peuvent être de nature non fonctionnelle, comme la forme d’un talus, un fossé.

17Suivant le modèle établi par le CNAU à Tours (Galinié 1979 ; 2000) nous considérons Barcelone comme un seul site où se trouvent différentes réalités d’intérêt archéologique. Dans la pratique, il était pertinent de se fonder sur la division administrative officielle pour manipuler les données, comme nous l’avons indiqué précédemment. Le parcellaire de Barcelone, comme pour la plupart des villes, possède une longue histoire. Il est extrêmement complexe, car la ville forme une conurbation avec les anciens centres voisins et divers types de parcellaire urbain et rural sont juxtaposés.

CASTALIA

L’origine du projet

  • 2 Castalia est un projet interdisciplinaire, pour lequel ont travaillé l’Institut de la Culture et l’ (...)

18La carte archéologique de Barcelone est un projet complexe conçu pour être développé en plusieurs phases et pouvant être adapté en fonction de l’avancement de la réflexion. Le projet est fondé sur deux conditions préalables : l’adaptation de la fiche d’information à la base de données du service Archéologique de la Généralité de Catalogne et l’inclusion de la base de données dans le projet Vista de l’Institut municipal d’Informatique2.

19Le système destiné à la gestion du patrimoine archéologique est centré sur deux unités élémentaires d’information : l’intervention archéologique et la parcelle cadastrale.

Objectifs de Castalia

20– Systématiser l’enregistrement de l’information ;

21– Porter à connaissance la documentation ;

22– Contribuer à l’histoire de la ville.

Quelles sont les applications de Castalia ?

23– Connaître le potentiel des dépôts archéologiques de notre ville ;

24– Apporter des données qualitatives nouvelles pour la gestion du milieu urbain ;

25– Planifier les interventions dans la ville ;

26– Planifier la recherche ;

27– Améliorer la gestion du patrimoine.

Réinterpréter la topographie de la ville historique

28Le travail est organisé en trois axes :

291. Thématique : i.e. une maison ;

302. Temporel : i.e. Haut Empire ;

313. Spatial : i.e. cité romaine.

32L’incertitude caractéristique des données archéologiques est aussi un paramètre supplémentaire dont il faut tenir compte.

La base de données alphanumériques

33Une nouvelle base de données a été conçue pour devenir un outil de travail et d’exploitation de la recherche archéologique et historique de Barcelone. Cette application peut à tout moment accepter des changements de structure et de contenu et elle est adaptée aux logiciels des deux institutions qui doivent la gérer : la Mairie de Barcelone et la Généralité de Catalogne.

34Pour les données alphanumériques, le choix s’est porté sur le logiciel Access dans un environnement SQL, de logiciel libre. La base de données a été créée pour être intuitive et rapide. Elle n’utilise ni codes ni acronymes, qui pourraient nuire à la compréhension, afin que son utilisation soit à la portée de toute personne intéressée. La structure de la base de données comprend les tables suivantes :

  1. Nom du fichier : code d’identification ;

  2. Données de l’intervention : le contexte ;

  3. Description ;

  4. Typologie et chronologie ;

  5. État de conservation ;

  6. Protection : protections juridiques existantes et proposées ;

  7. Notices historiques ;

  8. Actes ;

  9. Documentation ;

  10. Matériel archéologique : type de matériel et lieu où il est stocké ;

  11. Bibliographie.

35La base de données contient deux types de fiches ayant la même forme mais un contenu différent : fiche d’intervention et fiche d’unité.

Fiche d’intervention

36Les interventions comprennent toutes les actions menées sur le patrimoine archéologique (fig. 2). D’une part les prospections (avec ou sans collecte), de l’autre les fouilles extensives, qu’elles soient préventives ou programmées. On y inclut également les découvertes isolées comme toutes les mentions de matériel archéologique ou de structures historiques. Nous avons décidé de recenser tous les vestiges antérieurs au XIXe siècle, ainsi que le patrimoine rattaché à la guerre civile comme les abris anti-aériens construits à Barcelone, tels que la batterie antiaérienne du Turó de la Rovira et les abris souterrains (fig. 3).

37Plusieurs études historiques ont également donné lieu à des fiches pour la plupart consacrées à des bâtiments spécifiques mais aussi à des ensembles urbains comme des maisons-usines ou des bâtiments liés à la muraille romaine. Nous avons également inclus les informations connues par l’archéologie, l’architecture et les prospections non-destructives sur le patrimoine bâti (fig. 4).

Fig. 2 – Intervention archéologique les Drassanes (© Esteve Nadal).

Fig. 3 – Refuge souterrain 307 de Barcelone (© Pere Herrero).

Fig. 4 – Exemple d’étude d’un bâtiment : Une blanchisserie, rue Riudarenes (© Centre de documentation – ICUB).

Fiche d’unité

38Les unités regroupent des éléments d’intérêt ou des entités propres à l’histoire de Barcelone, avec un trait caractéristique relevant de leur typologie (Unité Fonctionnelle) ou de leur chronologie (Unité Temporelle).

39Une unité temporelle est un ensemble d’éléments archéologiques (stratigraphie, structures, matériels, etc.) synchrones, c’est-à-dire qui appartiennent à une période précise de l’histoire de Barcelone, par exemple, « Le plan de Barcelone au Néolithique », « Le plan de Barcelone à l’époque ibérique ».

40Une unité fonctionnelle est un élément archéologique précis ou un ensemble d’éléments qui ont une relation, des caractéristiques et des fonctions propres, indépendamment de leur chronologie. Le concept d’Unité Fonctionnelle recouvre par exemple :

  • El Rec Comtal » comme unité fonctionnelle de longue durée ;

  • La Ciutadella » comme unité fonctionnelle de courte durée mais l’on peut également regrouper en une seule unité « Les fortifications bourboniennes de Barcelone : la Ciutadella, le Fort Pius et Montjuïc... », comme ensemble d’éléments synchrones.

  • La seconde muraille de Barcelone » comme unité fonctionnelle mais l’on peut aussi regrouper en une seule unité « tous les espaces fortifiés de Barcelone », comme ensemble d’éléments diachroniques.

  • 3 Exemple http://cartaarqueologica.bcn.cat/monografics/1714/.

41Bien entendu, les unités temporelles et fonctionnelles sont intimement liées : toute unité temporelle est fondée sur une série d’unités fonctionnelles qui la caractérise ; il n’est pas possible de créer une unité temporelle qui n’aurait pas de sens archéologique. De la même manière, toute unité fonctionnelle appartient à une ou plusieurs unités temporelles selon sa chronologie3.

La base de données spatiales

42La représentation graphique des zones d’intérêt archéologique est formée par des polygones fermés, même si parfois on trouve quelques représentations sous forme de ligne ou de point. Au moment de définir un polygone, il faut tenir compte de la typologie de l’entité archéologique concernée, afin d’identifier la zone. Le dessin des polygones est effectué sur la base des parcelles urbaines, telle qu’elles sont délimitées sur le cadastre officiel de la ville. Les polygones ne sont pas des figures géométriques régulières mais s’adaptent au parcellaire urbain et les parcelles sont entièrement incluses ou exclues, selon la position de l’entité archéologique par rapport au point central. Quant aux zones archéologiques qui se trouvent sur des voies et des espaces publics, le choix est d’en inclure la moitié. Quand la zone d’étude a fait l’objet d’une intervention archéologique, en particulier dans le District de Ciutat Vella, le polygone dessiné correspond exactement à la zone fouillée (fig. 5).

Perspectives

  • 4 http://cartaarqueologica.bcn.cat.

43Après le grand investissement consacré à l’élaboration de la carte archéologique4, il faut penser aux types d’exploitation qui peuvent concerner différents publics. L’objectif principal doit être la transmission de l’information mise à jour sur le patrimoine archéologique de la ville de Barcelone, avec divers degrés de lecture. La carte doit devenir un outil de réflexion et de gestion et doit être intégrée à d’autres projets de l’ICUB, en particulier ceux consacrés à la recherche historique et au patrimoine archéologique, comme le nouveau projet « BARCINO ».

44Il est prévu d’élaborer une couche de cartographie historique géoréférencée pouvant être affichée sur VISTA, le SIG de la ville. La mairie de Barcelone compte plusieurs fonds de cartographie historique. Outre le département de Cartographie automatique de l’IMI, les Archives historiques de la ville devraient aussi travailler sur cette partie du projet, puisqu’elles conservent quelques plans indispensables, comme ceux de Garriga i Roca et Martorell i Cerdà, pour ne donner qu’un exemple (fig. 6).

45Une nouvelle phase de représentation graphique des données de la carte archéologique est également à prévoir. Actuellement, elle ne concerne que les zones touchées par les interventions mais il faudrait ajouter les informations spécifiques par phase pour avoir des plans chrono-thématiques du territoire de la Préhistoire à nos jours.

  • 5 http://w24.bcn.cat/GWMPNet61_BCN/ExtLayout.aspx.

46L’étape suivante, achevée en décembre 20125, est de pouvoir visualiser Castalia sur le Géoportail municipal, dans le cadre des services web de l’Infrastructure de données spatiales de la mairie qui met à disposition du public des informations territoriales municipales en utilisant les normes de l’Open Geospatial Consortium (OGC). La pertinence de cette solution est d’exploiter l’information depuis les services où elle est mise à jour et de permettre de combiner des données provenant de plusieurs sources. Ce sont deux des principes fondamentaux énoncés dans la directive européenne INSPIRE et en conformité avec les infrastructures de données spatiales de l’Espagne (IDE) et de la Catalogne (IDEC). Avec la cartographie du système d’information territorial de Barcelone (SITEB), qui comprend des données de gestion, de planification et de services liés au territoire, le conseil municipal dispose d’une information utile à la planification : données cadastrales, caractéristiques topographiques, rues, limites administratives, etc. Les services de l’IDE sont alimentés par les organisations participantes au système d’information. À la vitrine de la cartographie municipale sur Internet (Géoportail) s’ajoute une couche supplémentaire d’information archéologique consultable par les groupes professionnels intéressés et le grand public (constructeurs, architectes, historiens, etc.).

Fig. 5 – Plan de la cité romaine et du rempart. Localisation des interventions archéologiques (© Atics – Centre de documentation – ICUB).

Fig. 6 – Exemple d’étude d’impact. Superposition avec la cartographie de Garriga i Roca (Atics – Centre de documentation – ICUB).

47L’information que contient la Carte Archéologique sur le Géoportail est constituée d’une fiche résumée comprenant les champs élémentaires associés au polygone sélectionné : code intervention, nom, adresse, district, description et résultats. Au moyen d’un lien URL direct et public (sans authentification d’utilisateur), il est possible d’accéder à la fiche résumée de chaque intervention depuis le Géoportail ou à la fiche développée correspondante de la base de données Castalia. Ce lien doit permettre d’élargir l’information contenue dans les fiches de gisement du Géoportail avec l’information complète de la Carte Archéologique – Castalia.

CONCLUSION

48L’objectif actuel est d’intégrer dans les systèmes d’information géographique de la mairie l’information contenue dans les bases de données d’interventions archéologiques et d’autres archives (rapports d’intervention, photographies, etc.) qui constituent une partie du fonds du centre de documentation du service d’Archéologie. La mise en relation de la cartographie avec la chronologie ouvre de multiples possibilités de représentation d’une même réalité.

49Il s’agit d’un système d’information conçu pour répondre aux besoins de l’archéologie urbaine de Barcelone dans des domaines différents mais complémentaires. Selon la tâche à effectuer, il y a une distinction nette entre la gestion et la recherche. Cela nous a conduits à nous adresser à deux types d’utilisateurs : d’une part, des organismes d’administration et de tutelle, dans le but de favoriser la gestion, la sauvegarde et l’évaluation de la recherche archéologique ; d’autre part, les chercheurs intéressés par la gestion et le traitement de l’information archéologique et par la planification des interventions.

50La carte archéologique est exploitée dans les études d’impact comme un outil de planification urbaine et de sauvegarde du patrimoine. En recherche elle a par exemple été utilisée pour une étude sur l’aqueduc romain de Barcelone (fig. 7), pour laquelle l’intégration dans le SIG des données archéologiques et documentaires a permis de reconstituer tout le tracé de la canalisation (Miró et Orengo 2010 ; Orengo et Miró 2011).

Fig. 7 – Reconstitution du tracé de l’aqueduc romain et le Rec Comtal (© Hèctor Orengo – Carme Miró).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ainaud J., Gudiol J. et Verrié F. P. 1947. Catálogo monumental de España. La ciudad de Barcelona, Consejo Superior de Investigaciones científicas, Instituto Diego Velázquez, Madrid, 396 p.

Almagro Basch M. et Serra Ráfols y Colominas Roca J. 1945. Carta Arqueológica de España. Barcelona, Instituto Diego Velázquez. CSIC, Madrid, 240 p.

Cabral V. et Miró C. 2006. SIGBARQ. Un sistema d’informació geogràfica per a la gestió i la recerca del patrimoni arqueològic de Barcelona, QUARHIS, Època II, núm 2 : 12-23.

Carreras i Candi F. 1916. Geografia General de Catalunya. La ciutat de Barcelona, Establiment Editorial de Albert Martin, Barcelone, 6 vol.

Catàleg del Patrimoni… 1987. Catàleg del Patrimoni Arquitectònic Històrico-Artístic de la Ciutat de Barcelona, Ajuntament de Barcelona, Barcelone, 499 p.

Galinié H. et Randoin B. 1979. Les archives du sol à Tours, survie et avenir de larchéologie de la ville, Tours, Laboratoire d’archéologie urbaine de Tours, 63 p.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

La construcció… 2001. La construcció de la gran Barcelona : l’obertura de la Via Laietana, 1908-1958, MHCB, Barcelone, 255 p.

Miró C. et Orengo H. A. 2010. El Cicle de l’aigua a Barcino. Una reflexió entorn de les noves dades arqueològiques, QUARHIS, Època II, núm 6 : 108-133.

Orengo H. A. et Miró C. 2011. Following Roman Waterways from a Computer Screen. GIS-based Approaches to the Analysis of Barcino’s Aqueducts, in: Posluschny G., Verhagen J. W. H. et Danielisová A. (eds.), Go your own least cost path. Spatial technology and archaeological interpretation, Proceedings of GIS session at EAA 2009, Riva del Garda, British Archaeological Reports 2284: 47-53.

Puig i Cadafalch J., Falguera A. de, Goday J. 2001. L’arquitectura romànica a Catalunya. Edició Facsímil. Insitut d’estudis catalans. Barcelona (première édition, 1909-1918), 469 p.

Rossi A. 1976. La arquitectura de la ciudad, Editorial Gustau Gili, Barcelone, 239 p.

Notes

1 L’archéologie n’est pas concernée au sens strict, à part les grands monuments comme la muraille romaine et le temple, ainsi qu’une mention spéciale de la singularité de Ciutat Vella.

2 Castalia est un projet interdisciplinaire, pour lequel ont travaillé l’Institut de la Culture et l’Institut municipal d’Informatique, en plus de l’entreprise responsable du projet dans le cadre de la direction du Service archéologique – ICUB. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué à ce projet et, même s’il n’est pas possible de mentionner tous leurs noms, nous voulons souligner le rôle fondamental joué par Marta Fàbregas, Marc Hernández, Anna Roca, Isaac Aparicio, Encarna Cobo et Alex Moreno.

3 Exemple http://cartaarqueologica.bcn.cat/monografics/1714/.

4 http://cartaarqueologica.bcn.cat.

5 http://w24.bcn.cat/GWMPNet61_BCN/ExtLayout.aspx.

Table des illustrations

Légende Fig.1. – Municipalité de Barcelone. Orthophotographie.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-1.jpg
Fichier image/, 632k
Légende Fig. 2 – Intervention archéologique les Drassanes (© Esteve Nadal).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-2.jpg
Fichier image/, 96k
Légende Fig. 3 – Refuge souterrain 307 de Barcelone (© Pere Herrero).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-3.jpg
Fichier image/, 84k
Légende Fig. 4 – Exemple d’étude d’un bâtiment : Une blanchisserie, rue Riudarenes (© Centre de documentation – ICUB).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-4.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Fig. 5 – Plan de la cité romaine et du rempart. Localisation des interventions archéologiques (© Atics – Centre de documentation – ICUB).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-5.jpg
Fichier image/, 684k
Légende Fig. 6 – Exemple d’étude d’impact. Superposition avec la cartographie de Garriga i Roca (Atics – Centre de documentation – ICUB).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-6.jpg
Fichier image/, 472k
Légende Fig. 7 – Reconstitution du tracé de l’aqueduc romain et le Rec Comtal (© Hèctor Orengo – Carme Miró).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7655/img-7.jpg
Fichier image/, 216k

Auteur

Responsable du Plan d’Archéologie Urbaine, Service d’archéologie de l’Institut de la Culture de Barcelone – ICUB

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540