Version classiqueVersion mobile

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

L’archéologie urbaine appliquée à un site archéologique : l’exemple d’Angkor Thom (Cambodge), capitale du royaume khmer angkorien

The application of urban archaeology to an archaeological site. The example of Angkor Thom (Cambodia), capital of the Angkorean Khmer kingdom

Jacques Gaucher et Philippe Husi

Résumé

During the 20th century, scholars focused their attention on textual sources and the temples of Angkor. The capital city of the Kingdom, Angkor Thom, a vast 9 km² site enclosed by a monumental wall and covered by tropical forest, had not been discovered. Taking the soil archive as the main archaeological source and the entire extent of the city as field study, a new urban archaeology research programme using systematic coring and surface surveys has revealed the urban plan of the city, characterized by geometric patterns, a sophisticated water-supply system, and occupational density. The main priority for further studies is to create an explanatory model of the formation of the city based on plan analysis, water-management systems, stratigraphical excavations, 14C dating and chronotypology of Khmer ceramics found on the site.

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, la majorité des études archéologiques conduites en termes d’archéologie urbaine ont pris pour cadre l’espace urbain de villes occidentales et toujours habitées. La présente communication ressortit à une recherche appliquée à une ville asiatique, Angkor Thom, capitale du royaume khmer angkorien et définitivement abandonnée, en tant que telle, depuis plus de 400 ans. Si, globalement, cette recherche se nourrit des concepts d’une archéologie de la ville (Galinié 2000), la matérialité des terrains, la nature des modèles politiques et culturels appliqués aux textes et à l’espace, l’état lacunaire des connaissances dans des domaines essentiels obligent à de nécessaires réappropriations.

2Rendu célèbre au cours du XXe siècle par les travaux de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), le site archéologique d’Angkor est d’une étendue exceptionnelle. Les temples et les sanctuaires construits en brique, en latérite et en grès, ainsi projetés dans la longue durée par leurs commanditaires, se sont imposés aux yeux des premiers archéologues comme ils continuent toujours de s’imposer aujourd’hui à ceux des visiteurs. Leur nombre est considérable. Leurs dimensions, qui varient de quelques dizaines de mètres carrés à une centaine d’hectares, sont le plus souvent monumentales. Leur conception s’enracine dans une tradition savante hindoue et bouddhique largement textuelle. Centres religieux, points focaux de pratiques rituelles et de formes géométriques emblématiques, beaucoup d’entre eux ont joué un rôle politique et économique majeur. À eux seuls, ils concentrent une grande part des richesses architecturales, artistiques et textuelles parvenues jusqu’à nous.

3Ces édifices (fig. 1) ont alors, fort logiquement, constitué un formidable domaine d’étude pour une archéologie principalement dominée, avant que le site devienne inaccessible entre 1975 et 1992, par l’épigraphie et l’histoire de l’art incluant celle de l’architecture. Interprétations des inscriptions, études de la statuaire, analyses architecturales, travaux de restauration ont permis aux chercheurs de l’EFEO de caler dans le temps, non sans quelques incertitudes, une solide généalogie des rois khmers et une chronologie cohérente des grands ensembles monumentaux. À la fin du XXe siècle, le site d’Angkor était toujours largement caractérisé comme étant celui des « Temples d’Angkor ».

Fig. 1 – Le temple bouddhique, Bayon, au centre d’Angkor Thom (cl. J. Gaucher).

4Cependant, à la découverte archéologique des temples était venue s’ajouter celle de travaux hydrauliques d’une ampleur exceptionnelle dont les éléments les plus spectaculaires résidaient dans le creusement de douves monumentales ainsi que dans l’aménagement de voies d’eaux artificielles et de réservoirs d’eaux gigantesques (baray), contenus par des digues et atteignant une surface supérieure à 10 km². Cartographiée au 1/20 000 par Jean Trouvé et complétée par Henri Marchal en 1935 sous le nom de « ANGKOR, le Groupe » (Pottier et Dumarcay 1993), et précisée ultérieurement avec l’apport de la photographie aérienne et, aujourd’hui, par celle des images satellites, la distribution spatiale de ces grandes formes religieuses et hydrauliques rend compte d’une agglomération de grande étendue, extrêmement spécifique en raison de la surface de ses pièces d’eau, située au cœur d’un arrière-pays dense, fondée sur l’exploitation rizicole et dominée en son centre par une forme monumentale : Angkor Thom (fig. 2).

5S’appuyant tour à tour sur chacune des typologies évoquées, le temple et le baray, l’archéologie du site d’Angkor a fait ressortir, au cours du XXe siècle, deux grands modèles de villes. Le premier, géométrique et cosmologique, est centré sur le temple-montagne – un édifice pyramidal à gradins surmonté d’un temple. Il assimile la ville à une réplique terrestre de la « Citadelle des dieux » décrite par les Écritures (Cœdès 1947). Le second, économique et fonctionnel, est organisé à partir du baray et d’une hydraulique agricole centralisée ; il est identifié à la « Cité hydraulique » (Groslier 1979). Ces modèles, et la chronologie qui leur a été appliquée, appellent quatre observations :

  1. Ils ressortissent tous les deux essentiellement à l’existence de formes monumentales ;

  2. Si la centralisation hydraulique apparaît, aujourd’hui, une hypothèse fortement contestée par les hydrauliciens et les ingénieurs agronomes (Pillot 2007), en revanche, le modèle céleste, dont témoignent l’architectonique des temples et celle d’Angkor Thom (plan centré, forme carrée, structure cruciforme, obéissance cardinale), répond sans aucun doute possible à une forme spatiale prégnante et déclinée sur le site à de multiples échelles de l’espace ;

  3. Par le point de vue structural adopté, pour le premier, et l’échelle considérée, pour le second, aucun de ces modèles ne rend compte d’une capitale en tant qu’elle est un espace urbain physique où monuments, réseaux, habitations sont rassemblés dans une organisation spatiale et fonctionnelle d’ensemble ;

  4. Enfin, Angkor Thom, la « grande ville », demeurait largement ignorée et appréhendée, autant spatialement qu’historiquement, par défaut. Incluant un palais daté du début du XIe siècle, elle était essentiellement considérée, par son enceinte et son temple central, comme une création ex nihilo de la fin du XIIe.

6De cette « grande ville », seuls, à l’exception de constructions dites secondaires, le cadre, une enceinte carrée de 3 km de côté, l’infrastructure primaire, cinq avenues dont quatre formant un croisement d’axes majeur et un centre monumental, dominé par un édifice exceptionnel (Bayon), étaient connus et rassemblés dans un plan au 1/10 000 (BEFEO 1937 : pl. CX). Si, en dépit de son toponyme et de son implantation centrale dans l’agglomération des temples d’Angkor, le site n’avait fait l’objet d’aucune recherche systématique, c’est qu’au-delà des raisons générales évoquées ci-dessus, il opposait un grand nombre d’obstacles. En premier lieu, figurait la quasi-absence de sources écrites descriptives directement exploitables le concernant, exception faite d’une brève relation chinoise à la fin du XIIIe siècle (Pelliot 1997). Le second type d’obstacles relevait des caractéristiques propres au terrain. Le site de la capitale royale est d’une dimension considérable ; en intégrant la totalité de son système d’enceinte, son emprise au sol atteint une superficie de près de 1 100 ha. Par ailleurs, cette vaste étendue est aujourd’hui recouverte par la sédimentation, due à l’érosion sur lesquelles est venue s’élever une forêt tropicale, rare portion du site d’Angkor en cet état. Enfin, dans une région dominée par l’eau et le végétal, l’éphémère et la fragilité des habitations anciennes majoritairement en bois, couvertes en tuiles pour les plus riches, ajoutaient à la difficulté.

  • 1 Au delà de dégagements archéologiques essentiellement centrés sur les constructions, seules deux fo (...)

7À elles seules, ces quatre contraintes ont déterminé la nécessité d’une réflexion sur la conception d’une archéologie de la ville appliquée à un tel site, sur la méthodologie pertinente à adopter et sur une stratégie de recherches à long terme. Il fallait ici se rendre à l’évidence. L’étude des inscriptions et des monuments, si elle était à l’origine d’une problématisation historique et symbolique du site, se révélait totalement insuffisante pour rendre compte d’un temps et d’un espace urbains. Il convenait alors, en dépit des difficultés qu’il présentait, de considérer le sol urbain comme une source nouvelle1 et, pour un temps, principale. Découper la ville dans le temps exigeait de la découper dans son espace, ce qui supposait de rendre au jour, à l’échelle de son étendue, un nombre de composantes suffisamment significatives de sa structuration. Après deux campagnes de diagnostic sur la faisabilité d’un tel projet, la recherche a alors été projetée en deux phases.

Fig. 2 – Vue aérienne d’Angkor Thom, à partir du sud-est ; en haut, à gauche de l’image, le baray occidental (cl. J. Gaucher).

LA STRUCTURATION DE L’ESPACE DE LA CAPITALE KHMÈRE

  • 2 Ces travaux ont été conduits par Richard Exaltus (Fondation hollandaise Stichting RAAP puis Exaltus (...)
  • 3 Le système d’information géographique (SIG) a été entièrement construit, à partir des levés topogra (...)

8La première phase a eu pour objectif une connaissance systématique du sol d’Angkor Thom, en l’occurrence, la structuration d’un dépôt archéologique d’une surface de 11 000 000 m ² et d’une épaisseur qui s’est révélée varier entre 1,50 m et 5 m, à l’exception de formes saillantes ponctuelles. La fouille d’une ville entière est chose impossible. Les sources que l’on peut espérer constituer sont donc toujours fragmentaires, ponctuelles. Il convenait alors, pour que le raisonnement archéologique ait un sens à l’échelle de la ville, de maîtriser cette fragmentation, c’est-à-dire de contrôler au mieux la discontinuité obligée de l’information scientifique. La conjugaison de deux types d’informations sur le volume du sol urbain a été recherchée. Le premier concerne son épaisseur. Il est le résultat de plus de 7 000 carottages pratiqués en un premier temps à 2,50 m de profondeur tous les 25 m sur la base d’une grille orthogonale de 200 m de largeur, puis, à distance rapprochée et plus profondément, sur des zones sensibles2. Le second, planimétrique, concerne la totalité de la surface du sol de la capitale. Il a été le fruit de la prospection et du relevé sous la forêt des microreliefs, creux et saillants, et des constructions qui le composent. L’abondance et la diversité des informations obtenues, qui ont fait l’objet d’un enregistrement cartographique informatisé (fig. 3) à l’intérieur duquel chaque point de carottages a été relevé dans les trois dimensions de l’espace, ont abouti à un seuil documentaire important dont rendent compte deux types d’images complémentaires. D’une part, sous la forme de logs, 300 coupes du sol d’Angkor Thom témoignent des unités de sédiments qui le composent, de leur condition stratigraphique et attestent des fonctionnements, en particulier hydrauliques, et des situations archéologiques et pédologiques, récurrentes et singulières3. Parmi elles, le cours d’une paléorivière, qui précéda l’implantation de la capitale et accompagna vraisemblablement sa naissance, a pu être restitué. D’autre part, un plan archéologique de la ville, qui peut être considéré comme un cadastre fossile, levé au 1/2 000 – soit un document graphique d’environ 2 m par 2 m –, représente la capitale khmère dans son dernier état (fig. 4).

9Brièvement résumé, dans une forme carrée structurée par une croisée d’axes formant avenues et définissant quatre quadrants, ce plan révèle l’existence d’un très grand nombre de structures creuses, partiellement enfouies, d’une largeur comprise entre 8 et 20 m et, chacune, d’une longueur de près d’1,5 km. Leurs tracés, qui représentent au total un linéaire global de plus de 120 km, se prolongent le plus souvent d’un quadrant à l’autre. Globalement parallèles et orthogonaux, ils figurent les composantes historiques des réseaux viaires et hydrauliques de la ville, qu’il conviendra d’identifier individuellement. Certains éléments de ces réseaux ont commencé à l’être : voies de circulation bordées de fossés reliées aux chaussées axiales des grandes avenues de la ville ; voies d’eaux dont certaines traversaient ces mêmes avenues par des canalisations souterraines ; structures composites dont la fonction a pu varier dans le temps et l’espace. Ajoutées aux nombreuses adductions d’eau mises au jour, le plan de la cité révèle les premiers éléments de compréhension d’une ingénierie hydraulique urbaine sophistiquée qui assurait le contrôle de l’alimentation, de la distribution, du stockage, du drainage et de l’évacuation des eaux dans la ville. L’ensemble de ces tracés est à l’origine d’un tissu urbain régulier composé de plus de 300 îlots quadrangulaires dont le module principal est d’environ 360 m x 90 m. Cependant, le plan recèle plusieurs figures de régularités. La surface du sol de la ville est ponctuée par la présence de près de 200 constructions (murs, édifices religieux, canalisations) en grès, brique et latérite et, dans son dernier état, par près de trois mille structures creuses qui, pour la plus grande partie d’entre elles, sont des pièces d’eau, directement alimentées, pour certaines, par les voies d’eaux et les fossés. Ces tracés apparaissent alors comme les premiers grands marqueurs archéologiques d’une nouvelle échelle de la fabrication de la ville : celle, domestique, de la morphologie des habitats. L’îlot majeur du plan est constitué par la citadelle royale qui, outre le palais et le temple du Baphuon déjà connus, s’enrichit de la présence d’un ensemble hydraulique royal monumental exceptionnel aujourd’hui précisément documenté. La totalité des monuments connus d’Angkor Thom est désormais replacée dans l’organisation spatiale d’un ensemble.

Fig. 3 – Angkor Thom, plan de la ville (extrait), 2009, Jacques Gaucher (EFEO/MAFA).

Fig. 4 – Nouveau plan archéologique d’Angkor Thom réalisé sous la direction de J. Gaucher ; les tracés des structures linéaires, partiellement enfouies, sont restitués dans leur totalité.

10En première analyse, la variété, la dimension, la diversité, l’agencement de ces différentes composantes spatiales montrent que le site d’Angkor Thom est bien celui d’un espace urbain ancien, au plan régulier, planifié de manière monumentale à plusieurs reprises, et qui fut, à un moment donné de son histoire, densément habité. Le type de régularités planimétriques qui ressort de l’agencement des tracés urbains associé à la distribution spatiale des grandes fonctions de la capitale font apparaître Angkor Thom, sans doute plus que pour aucune autre ville de l’Inde ou de l’Asie du Sud-Est indianisée, comme la reproduction d’une capitale royale la plus conforme aux modèles théoriques urbains prescrits dans les traités indiens de l’habitat (Gaucher 2004).

VERS UN MODÈLE EXPLICATIF DE LA FORMATION DE LA CAPITALE KHMÈRE

11Ce nouveau plan archéologique figure le plan de la capitale angkorienne dans son dernier état. Il est désormais l’expression majeure de son histoire. Au-delà du savoir qu’il représente, sa dimension cumulative en fait l’outil le plus efficace du raisonnement archéologique sur la formation de cet espace urbain mais également sur une partie majeure du territoire angkorien en tant qu’il en forme le site central. Ce plan rassemble au sein d’une totalité les tracés, sous des formes plus ou moins résiduelles, de formes urbaines de nature et de temporalité la plupart inconnues et qu’il convient de commencer à interpréter aujourd’hui en termes formels, fonctionnels et chronologiques. La recherche s’enrichit alors d’une nouvelle perspective. Dans quelle mesure le plan de la ville mis au jour est-il celui d’une seule ville ou peut-il rendre compte de l’existence de « plusieurs villes », c’est-à-dire de plusieurs états et des processus de formation et de transformations qui se sont succédé, sur un même lieu, au fil du temps, de sa naissance à son abandon ?

12En l’état des connaissances, l’entrée principale dans le domaine des multiples périodisations susceptibles de caractériser la vie d’une cité est d’ordre morphologique et fonctionnel. De l’analyse morphologique du plan, de sa lecture dans le temps, de l’étude des tracés et des fonctionnements livrés par les coupes urbaines pratiquées dans le dépôt archéologique, naissent les premiers éléments d’un questionnement et, avec eux, la sélection possible, dans un contexte désormais connu, de formes urbaines et de certains lieux de leurs croisements représentant des sites de fouille pertinents pour la construction d’une diachronie.

13Cette archéologie des grandes formes urbaines de la capitale s’effectue alors de manière classique en trois temps : la mise au jour, par la fouille, des entités archéologiques formelles et fonctionnelles qui les constituent ; l’identification de leur ordre de succession, principalement établie sur la base d’un compromis entre les données stratigraphiques, les datations fournies par le radiocarbone et une chronotypologie du mobilier ; enfin, la restitution des différents états de ces grandes formations urbaines dans une synthèse à l’échelle de la capitale, synthèse qui interroge à la fois la logique des formes et des fonctionnements au sein d’ensembles synchroniques et celle de leur engendrement.

Fig. 5 – Fouilles sur le système d’enceinte d’Angkor Thom, mise au jour de la tranchée de fondation du mur d’enceinte (cl. J. Gaucher).

Fig. 6 – Fouilles au Palais royal d’Angkor Thom, mise au jour de l’arbre thlok (cl. J. Gaucher).

14De ce point de vue, les premières fouilles pratiquées sur le système d’enceinte de la capitale (fig. 5) et sur l’un des éléments de sa centralité, le Palais royal, ont été extrêmement fructueuses. Toutes deux permettent de faire remonter les premières traces d’occupation de ces deux sites majeurs au IXe siècle et, pour le dernier, il s’agit de traces d’une action fondatrice. En effet, la découverte d’un tronc d’arbre (parinari anamensis ; thlok en khmer) intentionnellement enfoui, horizontalement, sur le sol originel du site du palais, soit 5 m sous le sol actuel (fig. 6), résonne en écho avec un mythe de fondation rapporté par la légende qui veut que la fondation du royaume du Cambodge, théâtre d’une union entre un prince indien et une princesse khmère apparue des profondeurs sous la forme d’un serpent (nagi), se déroulât autour d’un thlok et que c’est sur cet arbre que, selon les Chroniques royales du Cambodge, l’on fit « surgir un auguste et excellent palais royal » (Mak 1984 : 41).

15Si la construction d’un premier modèle explicatif de la capitale apparaît désormais comme un objectif envisageable dans un avenir raisonnable, il convient de rester prudent car les obstacles demeurent importants. Citons deux d’entre eux. Le premier concerne le gigantisme des formes urbaines de la capitale khmère. À titre d’exemple, la citadelle royale occupe une surface de 8,5 ha. À lui seul, le système d’enceinte se déploie sur 12 km de longueur, plus de 200 m de largeur, culmine à 11 m au-dessus du terrain naturel et est encadré, en plan, par deux douves homothétiques, parementées de latérite. Le second obstacle intéresse la connaissance du mobilier archéologique, à l’exception de la statuaire bien connue mais relativement rare stratigraphiquement. En termes de datations absolues, le seul recours est celui du ¹ 4C, la dendrochronologie ne pouvant être utilisée car inapplicable. Les monnaies et le verre sont absents. Une grande partie du petit mobilier, de nature végétale, a disparu.

16Cette quasi-absence de sources mobilières, autre que la céramique, empêche toute confrontation des rythmes chronologiques intrinsèques à chaque mobilier, approche la plus fréquemment mise en œuvre pour affiner la datation des événements ou des processus archéologiques. En outre, la faiblesse des études consacrées à la céramique khmère a pour conséquence de se référer, d’une part à des publications déjà anciennes et d’autre part à la céramique importée, notamment chinoise, avec comme biais d’intégrer au raisonnement ses propres contradictions chronologiques (Desbat 2011). Comme souvent, c’est l’absence d’études mettant en œuvre un mobilier céramique issu de longues séquences stratigraphiques domestiques qui est la cause principale de ce manque de référence chrono-typologique.

  • 4 Système de base de données ArSol (pour Archives du Sol), module BaDoC (Base de Données Céramique, d (...)

17À la suite d’une première étude non aboutie sur la céramique khmère de la capitale (Franiatte 2000), est maintenant fait le choix d’une analyse exhaustive de l’ensemble du mobilier issu des fouilles récentes réalisées à Angkor Thom. Pour y parvenir, est mise en œuvre une méthodologie développée depuis plusieurs années au Laboratoire Archéologie et Territoires (LAT) pour une ville de l’occident médiéval comme Tours en l’adaptant à l’une des plus grandes villes médiévales asiatiques. Atteindre ce but demande l’élaboration d’outils d’analyse de la céramique, typologiques comme quantitatifs, passant par l’informatisation des données utiles à leur analyse fine, puis à leur modélisation statistique dans un but chronologique à l’échelle de la ville (Bellanger, Husi et Tomassone 2006 ; Bellanger et Husi 2012). A donc été adapté ici le système de base de données élaboré à Tours et plus précisément le module développé pour l’étude de la céramique4 (Galinié et al. 2005 ; Husi et Rodier 2011).

  • 5 La céramique importée est étudiée d’une manière générale pour tous les sites d’Angkor Thom par M.-F (...)

18La première étape consiste aujourd’hui à choisir des sites dont la puissance stratigraphique et le corpus céramique permettent l’élaboration d’une chrono-typologie tout en apportant des informations essentielles à l’évolution temporelle de la ville. Le choix s’est porté sur trois sites révélant en partie l’évolution du système d’enceinte d’Angkor Thom, avec d’une part, des séquences stratigraphiques fines, qui, croisées aux données céramiques, permettent de préciser la chronologie relative intra mais surtout inter-site et d’autre part, la présence de quelques éléments datés, permettant de se positionner dans le temps calendaire, toujours difficile à appréhender. Ces derniers correspondent à la céramique importée, essentiellement chinoise (Dupoizat 19995), présente en faible proportion, mais de manière récurrente dans l’ensemble de la stratigraphie, et à quelques datations 14C.

  • 6 La construction des données qui passe par l’élaboration des outils typologiques, l’étude détaillée (...)

19Bien qu’inégaux suivant les sites, les corpus céramiques étudiés n’en restent pas moins importants avec, aujourd’hui, 1 434 individus6. Il ne s’agit bien évidemment pas de présenter ici les résultats détaillés, mais uniquement les tendances générales et surtout de comprendre la logique de la démarche. Dans ce contexte, la première étude de la céramique khmère propose aujourd’hui quatre faciès qui rythment l’évolution du système d’enceinte d’Angkor Thom et ses abords entre le IXe et le XIVe siècle.

20Intégrant, comme nous venons de l’entrevoir, les rythmes chronologiques, le modèle explicatif de la formation d’Angkor Thom observée de son origine, avec la présence d’une paléorivière centrale au site, à son abandon, le plan de la ville dans son dernier état sera constitué quand un seuil quantitatif et qualitatif de faits urbains majeurs avérés et datés sera atteint, quand les hypothèses logiques seront réduites en nombre et leur caractère probable argumenté et quand les différentes dynamiques spatio-temporelles du site seront établies. Les questionnements issus des sources épigraphiques et de topographie historique, un temps écartés dans la progression de la recherche, y seront intégrés. Morphologique, topographique, fonctionnel et chronologique, ce modèle explicatif tentera de fixer une première grille spatio-temporelle à une ville qui constitue l’un des plus grands témoignages de l’âge d’or d’un urbanisme asiatique, ici influencé par les modèles urbains indiens encore fort méconnus du monde occidental (Gaucher 2007), et qui est aujourd’hui une figure originale de la production mondiale des formes urbaines.

21Cette première grille explicative, aussi complexe soit-elle à élaborer sur le terrain, ne doit pas faire oublier l’objectif d’une connaissance plus substantielle de l’espace urbain. Il ne fait aucun doute que la composition formelle du plan d’Angkor Thom ressortit, en première instance, à une série de grandes opérations de planification. Conduites par un pouvoir théocratique, elles ont été inlassablement nourries par la dimension cosmologique propre au mode de pensée brahmanique. Dans un contexte où la production de l’espace, portée par les textes sacrés, tend à apparaître comme une reproduction immuable, l’interrogation relative au dépôt archéologique urbain, sans préoccupation hiérarchisante, réintroduit, par les potentialités qu’il recèle, le caractère historique de l’accumulation matérielle et la complexité relevant de toute concentration urbaine. Si l’archéologie de la ville d’Angkor Thom ouvre désormais un certain nombre de thèmes d’études riches et nouveaux en matière de fonctions urbaines, d’urbanisation et d’environnement, d’organisation de l’habitat, de morphologie urbaine et de topographie sociale comme d’hydraulique urbaine, ces thèmes nous paraissent pouvoir aujourd’hui être articulés autour de trois grands axes de recherche : d’une part, l’identification et la compréhension, au-delà de la création répétée des temples-montagnes, des projets royaux successifs ; d’autre part, les formes prises par les resémantisations successives de l’espace urbain de la capitale dans un contexte de densification croissante ; enfin, en miroir de cette production d’en-haut, la caractérisation de l’activité sociale d’une population urbaine qui, pour l’heure, en dépit de représentations (fig. 7), est la grande inconnue des inscriptions et de l’archéologie mais dont on peut penser, qu’au gré des événements historiques, économiques, climatiques, elle a également joué un rôle important dans l’appropriation de l’espace urbain, autant dans sa formation que dans sa déstructuration.

Fig. 7 – Auberge chinoise, bas-relief du Bayon (cl. J. Gaucher).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BEFEO 1937. Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient – Chronique : collaboration du Service géographique, vol. 37 (2) : 664-666.

Bellanger L., Husi Ph. et Tomassone R. 2003. Statistical Aspects of Pottery Quantification for Dating some Archaeological Contexts, Archaeometry, 48: 169-183.

Bellanger L. et Husi Ph. 2012. Statistical Tool for Dating and Interpreting Archaeological Contexts Using Pottery, Journal of Archaeological Science, 39, Issue 4, April 2012: 777-790, [en ligne], http://dx.doi.org.gate3.inist.fr/10.1016/j.jas.2011.06.031.

Cœdès G. 1947. Pour mieux comprendre Angkor, Librairie d’Amérique et d’Orient, Adrien Maisonneuve, Paris, 213 p.

Desbat A. 2011. Pour une révision de la chronologie des grès khmers, Aséanie, 27 : 11-34.

Dupoizat M.-F. 1999. La céramique importée à Angkor, Arts Asiatiques, 54 : 103-116.

Franiatte M. 2000. Nouvelles analyses de la céramique khmère du Palais d’Angkor Thom, étude préliminaire, Udaya, 1 : 91-124.

Galinié H. 2000. Ville, espace urbain et archéologie. Essai, Maison des sciences de la ville, de l’urbanisme et des paysages, CNRS-UMS 1835 – Université de Tours, coll. « Sciences de la ville », 16, Tours, 128 p.

Galinié H., Husi Ph., Rodier X., Theureau C. et Zadora-Rio E. 2005. ARSOL. La chaîne de gestion des données de fouilles du Laboratoire Archéologie et Territoires, Les petits cahiers d’Anatole, no 17, 27/05/2005, [en ligne], http://www.univ-tours.fr/lat/pdf/F2_17.pdf.

Gaucher J. 2004. Angkor Thom, une utopie réalisée ? Structuration de l’espace et modèle indien d’urbanisme dans le Cambodge ancien, Arts Asiatiques, 59 : 58-86.

Gaucher J. 2007. De la maison à la ville en pays tamoul ou La diagonale interdite, Étude sur les formes urbaines de la ville-temple sud-indienne, EFEO, MA 23, Paris, 510 p.

Groslier B.P. 1979. La cité hydraulique angkorienne : exploitation ou surexploitation du sol ?, Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 66 : 161-202.

Husi Ph. et Rodier X. 2011. ArSol: An Archaeological Data Processing System, in: Jerem E., Redö F. et Szeverényi V., On the Road to Reconstruct the Past, Computer Application and Quantitative Methods in Archaeology (CAA), Proceedings of the 36th International Conference, Budapest, April 2-6 2008, Archaeoligua, Budapest: 86-92.

Mak P. 1984. Chroniques Royales du Cambodge (des origines légendaires jusqu’à Paramaraja Ier), EFEO, Paris, 465 p.

Pelliot P. 1997. Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou-Ta-Kouan, œuvres posthumes de Paul Pelliot, Adrien Maisonneuve, Paris, 178 p.

Pillot D. 2007. Jardins et rizières du Cambodge : les enjeux du développement agricole, éd. Karthala et GRET, Paris, 522 p.

Pottier C. et Dumarcay J. 1993. Documents topographiques de la Conservation d’Angkor, EFEO, MA 21, Paris, 12 p. + 72 pl. ill. portfolio 30 x 42.

Notes

1 Au delà de dégagements archéologiques essentiellement centrés sur les constructions, seules deux fouilles stratigraphiques avaient été pratiquées sur le site par B.P. Groslier, en 1953-1954 et en 1958-1959 au Palais royal d’Angkor Thom, fouilles non publiées à la suite des événements tragiques survenus au Cambodge.

2 Ces travaux ont été conduits par Richard Exaltus (Fondation hollandaise Stichting RAAP puis Exaltus Ground & Man). Les logs ont été mis en forme à l’aide du logiciel GDR du BRGM.

3 Le système d’information géographique (SIG) a été entièrement construit, à partir des levés topographiques pratiqués sur le terrain, sous la conduite de Joep Orbons (Orbons Souterrains) et de Vanessa Massin, architecte du patrimoine.

4 Système de base de données ArSol (pour Archives du Sol), module BaDoC (Base de Données Céramique, développement Ph. Husi).

5 La céramique importée est étudiée d’une manière générale pour tous les sites d’Angkor Thom par M.-F. Dupoizat.

6 La construction des données qui passe par l’élaboration des outils typologiques, l’étude détaillée de la céramique, l’apprentissage et la saisie des informations dans la base de données (BaDoC) et la réalisation des dessins, a été assurée par Kannitha Lim dans le cadre d’un programme de formation consacré aux méthodes de traitement de la céramique pour de jeunes archéologues cambodgiens, mis en place parallèlement à ce programme de recherche par la MAFA, l’EFEO et l’UMR 7324 CITERES-LAT.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search