Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

Bayeux de l’Antiquité au haut Moyen Âge : approche interdisciplinaire des opérations récentes en centre-ville

Interdisciplinary approach of a Normandy town: the archaeological potential of Bayeux (Calvados) from Antiquity to the early Middle Ages

Grégory Schütz, Charles-Édouard Sauvin, Quentin Borderie, Aurélien Piolot, Julien Thiesson et Xavier Savary

Résumé

The urban organisation and dynamics of Bayeux are still largely unknown. Recent excavations, following on from research carried out since the 1980s, have taken an interdisciplinary approach, illustrated by the case study of the excavation at 10 rue Franche. This approach sheds light on changes in land use of the excavation site and of the former urbanized area, highlighting the archaeological potential of the city. It also allows further analysis of previous data, providing a clearer picture of the town as a whole.

Texte intégral

1Située dans l’ouest du département du Calvados (Basse-Normandie), Bayeux prend place sur les bords de la rivière l’Aure, à 7 km des côtes de la Manche (fig. 1).

2La première étude sur la ville date de la fin du XVIIIe siècle (Béziers 1773). Il faudra attendre le XIXe siècle pour voir se développer de nombreux travaux sur le patrimoine sous l’égide de membres de sociétés savantes locales. Lors de la seconde guerre mondiale, Bayeux n’a pas eu à subir les bombardements qu’ont connus les autres villes de la région. Il en résulte une conservation du bâti ancien souvent protégé en raison de sa valeur patrimoniale, responsable du faible nombre de projets d’aménagement et d’observations archéologiques. Le milieu des années 1980 vit ensuite l’organisation des premières interventions de terrain. Si les opérations d’envergure sont quasi inexistantes, les diagnostics archéologiques se développent progressivement. C’est dans ce contexte que s’inscrit la fouille programmée du 10 rue Franche, réalisée en 2010 dans le centre-ville (Schütz et Sauvin 2011a). Cette opération apparaît révélatrice de la nature des interventions dans Bayeux et des phases successives d’occupation qui y sont observées. Elle est également significative des apports fondamentaux des approches interdisciplinaires pour la compréhension du site ainsi que du milieu urbain bayeusain dans son ensemble (Schütz et al. 2012). Elle offre enfin une image des perspectives de recherche dans une agglomération où le sous-sol reste difficilement accessible.

PREMIER BILAN DES CONNAISSANCES

Implantation de l’agglomération baïocasse

3À la fin de la période gauloise, les Baïocasses, peuple de Gaule lyonnaise mentionné par Pline l’Ancien (Naturalis Historia, IV, 107), occupent l’actuelle zone du Bessin. Leur oppidum principal est implanté sur la commune du Castillon (fig. 1).

Fig. 1 – Carte de localisation de Bayeux Augustodurum (Service archéologie – Conseil général du Calvados).

4À Bayeux, la première occupation importante du site est marquée par l’implantation dans la première moitié du Ier siècle apr. J.-C. d’Augustodurum, chef-lieu de cité des Baïocasses, mentionné sur la carte de Peutinger. En dehors des données recueillies au 10 rue Franche (fig. 2, site 1), nous pouvons indiquer pêle-mêle les découvertes sporadiques d’un niveau associé à une monnaie augustéenne en 1985 (fig. 2, site 6) (Delacampagne 1984), celle d’un niveau ayant livré des tessons du Ier siècle apr. J.-C. sous la cathédrale en 1990 (fig. 2, site 7) (Delacampagne 1990) ou encore l’ensemble de fosses et de fossés de la seconde moitié du Ier siècle apr. J.-C. au 51-53 rue de la Bretagne, site alors en périphérie de la ville (fig. 2, site 8) (Schütz, à paraître).

5Le réseau viaire de l’agglomération n’a pu être que très partiellement observé. Sa présence est ainsi attestée, dès la première moitié du Ier siècle apr. J.-C., sur la rive droite de l’Aure, à la périphérie de la ville antique, par une portion de voie d’une largeur d’environ 6 m (Schütz et Sauvin 2011b) (fig. 2, site 3).

Augustodurum au Haut-Empire

6La ville de Bayeux connaît une phase de développement et de monumentalisation à partir de la fin du Ier siècle apr. J.-C. et du début du IIe siècle. C’est alors que sont édifiés deux ensembles thermaux rue Saint-Laurent et rue Laitière (fig. 2, sites 9 et 2) (Lambert 1824 : 16-49 ; Lambert 1826 : 146-156 ; Doucet 1881-1882 : 609-612 ; Doucet 1882 : 1-10 ; Delacampagne 1997a : 125-173). La ville atteint ainsi une superficie d’une cinquantaine d’hectares comme l’attestent trois zones de nécropoles à incinération marquant les limites de l’extension urbaine à l’est, à l’ouest ainsi qu’au sud (fig. 2, sites 10, 11 et 12 et fig. 3) (Delacampagne et Paillard 1992 : 18) et la présence de fours à chaux à l’est de la ville (fig. 2, site 13) (Paillard 1995).

7La ville se développe sur d’anciens secteurs périphériques comme le suggère la présence de vestiges d’un habitat des IIe et IIIe siècles au 51-53 rue de la Bretagne (fig. 2, site 8). Plus à l’est furent également mis au jour une mosaïque et les vestiges d’un habitat rue aux Coqs que l’on peut attribuer vraisemblablement à une domus (fig. 2, site 15) (Delacampagne et Paillard 1992 : 16). Signalons également la découverte en 1995, dans le comblement d’une fosse d’extraction de lœss (fig. 2, site 13), d’une grande quantité d’enduits peints ayant permis de remonter le décor d’au moins deux pièces d’un même édifice, daté entre la fin du Ier et le début du IIe siècle apr. J.-C., un habitat aisé de qualité disposant d’espaces privilégiés (Paillard 1995). Le développement de Bayeux nécessite alors la réalisation d’un réseau d’adduction et d’évacuation des eaux comme l’attestent les mentions d’aqueduc ou d’égout (fig. 2, sites 16 et 17) (Doucet 1882 ; de Caumont 1857 : 457) et comme le suggère la présence des deux édifices thermaux (fig. 2, sites 2 et 9). Les bords de l’Aure sont également aménagés au cours des IIe et IIIe siècles comme l’ont révélé les observations réalisées au niveau de la place du Québec (fig. 2, site 14) (Delacampagne 1997b ; Schütz 2011). Le réseau viaire de l’agglomération demeure encore aujourd’hui méconnu. Seul un modeste tronçon orienté est-ouest observé au cours des années 1860 dans une cave au no 14 de la rue Saint-Jean appuie l’idée selon laquelle la grande rue est-ouest actuelle reprendrait le tracé d’un decumanus (Lorillu 1891 : 14).

Fig. 2 – Localisation des principales découvertes archéologiques de l’époque gallo-romaine (du Ier au IVe siècle) dans Bayeux (Fond de carte : Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie).

Civitas Baiocassium durant l’Antiquité tardive

8Pendant l’Antiquité tardive, Bayeux est rattachée à la province de Lyonnaise seconde et prend le nom de Civitas Baiocassium (Notitia Galliarum). Avec la perte de son statut de chef-lieu par Aregenua (Vieux), capitale de la cité voisine des Viducasses, au tournant des IIIe et IVe siècles, Bayeux intègre et administre le territoire de son ancienne voisine. La Notitia Dignitatum mentionne la présence d’un préfet des Lètes Bataves, attestant le rôle administratif et militaire de Bayeux. La ville se dote alors d’une enceinte, délimitant une surface de près de 15 ha, dont il subsiste certaines portions intégrées dans le bâti et le parcellaire actuels (fig. 2 et 3). Ce mur présente une largeur d’environ 2,80 m. Des sondages le long des tronçons nord et sud indiquent qu’il est entouré d’un fossé d’environ 14,50 m de largeur pour une profondeur de 4,80 m, avec un profil en V évasé (Delacampagne 1984, 1985 et 2002). En l’état actuel des recherches, les données manquent pour confirmer l’organisation des aménagements du rempart au cours de l’Antiquité tardive. Néanmoins, les portes Saint-Martin et Saint-Malo étant implantées dans l’axe d’un possible decumanus, il est fort probable qu’elles reprennent des portes ou poternes antérieures. Ajoutons que l’organisation du réseau viaire n’est pas mieux connue que pour les périodes précédentes. Seul un niveau de circulation portant des ornières le long du côté interne du rempart au niveau de l’Hôtel du Doyen complète les données des périodes précédentes (fig. 2, site 5) (LeCloirec 2006). En ce qui concerne l’habitat, ce même site a permis d’observer les maçonneries d’un bâtiment tardif à l’intérieur du castrum tandis que les observations au 10 rue Franche (fig. 2, site 1) rendent compte d’une réutilisation de l’espace public antérieur à partir de la fin du IIIe ou au début du IVe siècle. Enfin, la nécropole du Mont-Phaunus semble quant à elle se maintenir au cours de l’Antiquité tardive (fig. 2, site 10).

La ville du haut Moyen Âge

9Les mutations apportées par le haut Moyen Âge sont toutefois peu présentes dans les observations archéologiques (fig. 4). La première attestation d’un évêque à Bayeux date du concile d’Orléans en 538 mais la tradition fait remonter la présence d’un premier prélat dès le IVe siècle (Gauthier et Fixot 1996 : 37-48). On situe traditionnellement l’installation du groupe épiscopal dès l’époque mérovingienne dans l’angle sud-est de l’enceinte de la ville. À la même époque, la ville compte plusieurs établissements religieux extra muros (églises Saint-Exupère, Saint-Vigor, Saint-Floxel ou encore Saint-Loup) dont les patronages évoquent les Ve et VIe siècles. Sur le plan funéraire, la nécropole du Mont-Phaunus (fig. 4, site 3) perdure comme l’indiquent les découvertes anciennes de mobilier (sarcophages en pierre et autres sépultures orientés est-ouest, boucles de ceinture, agrafes métalliques, fibules) (Delacampagne et Paillard 1992 : 18) et l’implantation d’une église en son sein dédiée à saint Floxel. Plusieurs découvertes archéologiques plus récentes complètent ce tableau. Sans évoquer les indices d’occupation de la seconde moitié du Ve siècle à la fin du Xe siècle observés rue Franche et au niveau de l’ensemble thermal de la rue Laitière, il convient de noter la présence au 51-53 rue de la Bretagne d’un four à chaux daté entre la fin du VIIIe et le milieu du Xe siècle (fig. 4, site 4), de deux fours de potiers du Xe siècle rue de Verdun (fig. 4, site 5) (Delacampagne et al. 2001 : 67-84) et la découverte d’une voie en cailloutis orientée nord-est/sud-ouest, d’environ 5,6 m de largeur et présentant des ornières (Jardin Saint-Yves) (fig. 4, site 6) (Delacampagne et Carré 2003 : 34-42). À cela s’ajoute enfin une maison mise au jour lors de la fouille réalisée au niveau du chevet de la cathédrale en 2002 (Delacampagne 2002), construite vraisemblablement entre la fin du VIIe et le milieu du VIIIe siècle, dont la situation et la qualité de la construction semblent indiquer qu’elle ait appartenu à l’un des membres du chapitre de la cathédrale (fig. 4, site 7).

Fig. 3 – Proposition de restitution de l’extension maximale de la ville gallo-romaine et des nécropoles associées, des principales voies et de l’enceinte tardo-antique (DAO : Ch.-É. Sauvin).

Fig. 4 – Localisation des principales découvertes archéologiques du Moyen Âge (du Ve au XVe siècle) dans Bayeux (Fond de carte : Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie).

10Au Moyen Âge, Bayeux fut choisie comme résidence par les ducs de Normandie qui y disposent d’un château. La ville gardera un rôle prépondérant jusqu’au développement du site de Caen au XIe siècle et restera par la suite une cité religieuse influente.

LE SITE DU 10 RUE FRANCHE

11Le site du 10 rue Franche est situé dans l’actuel centre-ville, au cœur de la ville antique et médiévale (fig. 2, site 1). C’est à la suite du projet de restauration d’un hôtel particulier qu’un diagnostic archéologique a été mené en 2009 (Schütz 2009). En raison de l’abandon du projet initial de parking souterrain, une fouille programmée s’est déroulée sur environ 200 m² au sein du jardin de cet hôtel. Cette intervention consistait à saisir une occasion rare d’investir le sous-sol en centre-ville et fut motivée par la présence d’indices d’une occupation constante depuis le début de l’époque antique (fig. 5). Ces données permettaient en effet d’aborder les problématiques de mise en place de l’agglomération, la question de l’urbanisme antique avec l’aménagement d’un dallage monumental au Haut-Empire et enfin la question de la continuité urbaine et des modalités d’occupation entre l’Antiquité et le Moyen Âge classique.

Premières traces d’occupation

  • 1 Observations réalisées par Cécile Germain, géomorphologue au sein du Service archéologie du Consei (...)

12Il est important de préciser que les niveaux précoces observés lors de la fouille constituent les seules traces connues des premières phases de l’agglomération dans le centre-ville. Les niveaux appréhendés s’étendent de la première moitié du Ier siècle apr. J.-C. / milieu du Ier siècle apr. J.-C. jusqu’à la fin du Ier / début du IIe siècle. Ils correspondent principalement à une alternance de sols et de couches d’occupation à partir du substrat. Trois états principaux se succèdent sur une épaisseur de 50 cm environ. Ces derniers correspondent à trois niveaux de circulation à ciel ouvert sous la forme de lits de graviers et de petits galets dans une matrice limono-sableuse avec une structure lamellaire bien développée et très dure, témoignant d’un niveau très compacté (peut-être par un piétinement répété) et présentant des ponctuations de rouille traduisant la présence d’eau1. L’exiguïté de l’aire de fouille n’a pas permis d’identifier les limites de ces aménagements (superficie minimale d’environ 140 m²). Deux de ces sols ont livré des indices d’aménagements sous la forme de nombreux trous de piquet et de poteau. La présence à la phase suivante d’une esplanade dallée permet d’envisager ces niveaux antérieurs comme une réservation de l’espace dès le Ier siècle apr. J.-C., à l’instar de l’interprétation proposée par Y. Maligorne dans le cas du forum de Vannes (Morbihan) (Maligorne 2006 : 23).

La place dallée des IIe et IIIe siècles

13Une esplanade couverte d’un dallage calcaire sur une superficie minimale d’environ 700 m ² est aménagée par la suite (fig. 5). L’étendue, la nature et la mise en œuvre du revêtement comme sa pérennité entre la fin du Ier / début du IIe siècle apr. J.-C. et la fin du IIIe siècle traduisent la présence d’un aménagement à caractère public, appartenant au complexe monumental du forum d’Augustodurum. Cette découverte complète la parure monumentale de l’agglomération antique repérée au XIXe siècle, et en particulier l’ensemble thermal situé rue Laitière (fig. 2, site 2), témoignant de l’existence d’un secteur monumental dans ce secteur de la ville.

  • 2 Étude réalisée par X. Savary, géologue au sein du Service archéologie du Conseil général du Calvad (...)
  • 3 Étude en cours par Y. Maligorne (Université de Bretagne occidentale, Brest, UMR 6038) ; les princi (...)

14Une analyse pétrographique menée à partir d’un échantillonnage systématique de ces dalles2 indique que le calcaire utilisé n’est pas issu de la région de Bayeux mais de celle de Caen, à l’est du Bessin. De la même manière, l’analyse pétrographique réalisée sur un ensemble de blocs sculptés gallo-romains découverts au XIXe siècle3 à Bayeux révèle deux provenances distinctes : un calcaire assez grossier d’extraction locale et un second calcaire dit de Caen (ou pierre de Caen). Ces données permettent d’approcher les modalités d’approvisionnement en pierre pour la ville de Bayeux par la définition d’au moins deux zones privilégiées d’extraction, au sein de la cité des Baïocasses ou dans la cité voisine des Viducasses pour la pierre de Caen.

  • 4 Étude réalisée par J. Thiesson, maître de conférences en géophysique à l’Université Paris 6.
  • 5 Une première reconnaissance en prospection géophysique de la place a été menée au printemps 2012.

15Les problématiques liées à l’identification de la place dallée ont conduit à s’intéresser à son extension. Nous avons ainsi exploré les parcelles adjacentes à la fouille par prospection géophysique avec pour objectif de repérer les limites de cet aménagement4. Le choix s’est porté sur la méthode électrique qui vise à caractériser les variations de résistivité électrique du sol, en raison de la bonne variabilité de la propriété mesurée, de la possibilité de moduler la profondeur d’investigation et de mettre en place un dispositif léger adapté à l’environnement. Les principales contraintes à la démarche furent l’exiguïté des terrains et les perturbations engendrées par les systèmes racinaires des arbres (notamment sur la parcelle du 8 rue Franche). Les résultats recueillis consistent en deux cartes de résistivité apparente sur lesquelles on distingue plusieurs anomalies orientées nord-ouest/sud-est et nord-est/sud-ouest (en tirets noirs sur la fig. 6). Cette orientation correspond à celle des vestiges connus de l’agglomération antique (castrum, decumanus, murs des thermes rue Laitière,…). On distingue en particulier des anomalies conductrices interprétées comme un angle au niveau de la parcelle du no 8 de la rue marquant une limite avec une zone plus résistante au-delà, vers le nord-ouest et le nord-est (en vert sur la fig. 6, en excluant la zone très résistante au centre du jardin, en rouge orangé, liée aux racines d’un arbre). Ainsi, si l’on regarde le positionnement relatif de l’angle formé par les anomalies conductrices au no 8 rue Franche par rapport à la fouille, on observe une modification de la résistivité permettant de déduire que la place apparaît comme une zone plus conductrice, les anomalies résistantes pouvant alors correspondre à la signature de vestiges d’éléments bâtis. Il en est de même pour la parcelle située au no 14 de la rue au sein de laquelle les anomalies conductrices forment une zone à la limite nord de l’espace prospecté tandis que la partie sud du jardin se révèle être plus résistante. À partir de ces indices, nous proposons une première hypothèse pour la restitution de l’emprise de la place (cadre bleu de la fig. 6), hypothèse qu’il conviendra de vérifier à l’avenir par la mise en place de sondages archéologiques non envisageables actuellement. L’application des méthodes géophysiques en milieu urbain offre l’occasion d’explorer le sous-sol de certaines parties de la ville de manière non destructrice et indépendamment de projets d’aménagements, ce qui, dans le cas d’une ville comme Bayeux, est appréciable. Cette démarche est actuellement poursuivie afin de répondre à certaines questions se posant sur d’autres parties de la ville, en particulier le secteur actuellement occupé par la place Charles-de-Gaulle. Cette vaste esplanade en centre-ville, dépourvue de constructions, se trouve dans l’angle sud-ouest du castrum antique où fut implanté, à partir de la seconde moitié du Xe siècle et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le château de Bayeux5.

L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fin du IIIe siècle / début IVe siècle – début XIe siècle)

16La troisième phase de l’occupation du site s’étend de la fin du IIIe / début du IVe siècle jusqu’au XIe siècle. Elle correspond à des indices d’occupation appartenant à la fin de l’Antiquité et dans une moindre mesure au haut Moyen Âge. Cette phase est caractérisée par la récupération d’une partie des dalles de l’esplanade monumentale puis par l’implantation à partir de l’Antiquité tardive de structures en creux (fosses, silo, trous de poteau, cabanes excavées) et de dépôts observables sous la forme d’une couche de terres noires. Ces dernières ont été identifiées en différents endroits à Bayeux, bien qu’un enregistrement systématique de ces niveaux n’ait été mené que depuis une date récente.

Fig. 5 – Localisation des vestiges observés lors de la fouille du 10 rue Franche (Bayeux) et photo de dalles en calcaire appartenant à l’esplanade du Haut-Empire (DAO. : Ch.-É. Sauvin).

  • 6 Étude réalisée par Q. Borderie, docteur en géoarchéologie, Université de Paris 1.

17Ainsi, elles ont été reconnues notamment rue Laitière (fig. 2, site 2) et extra muros sur le site du Jardin des Augustines (fig. 2, site 3) (Schütz et Sauvin 2011b). Les fouilles du chevet de la cathédrale, à l’intérieur du castrum, et de l’Hôtel du Doyen tout proche, ont montré que, au moins à ces endroits-là, les terres noires ne semblent pas se développer à proximité de l’enceinte (fig. 2, sites 4 et 5) (Delacampagne 2002 et LeCloirec 2006). L’étude géoarchéologique des 50 cm de puissance sédimentaire des terres noires de la rue Franche a mis en évidence dix unités micro-stratigraphiques6 (fig. 7). Elles témoignent d’une occupation intense et continue d’un espace qui recueille les rejets très organiques d’activités peu spécialisées, excepté dans leur partie inférieure. Ces rejets sont caractérisés par des taux de phosphore très importants (autour de 20g/kg) et de nombreux micro-constituants d’origine anthropique, tels que les fragments d’os, de déjections ou parfois de céramique. Aucun travail de la terre, pouvant résulter d’une activité d’horticulture, n’est observable. Les comptages systématiques des micro-constituants sur les lames minces ont, de plus, permis d’observer une concentration préférentielle des rejets phosphatés riches en fragments d’os dans la partie inférieure des terres noires. Dans l’ensemble de la stratification, quatre principaux modes de formation ont ainsi pu être identifiés :

  • des dépôts de matériaux fins, peu épais, bioturbés et caractérisables comme des horizons de sub-surface et très riches en phosphore organique (1462 à 2065 mg/kg) ;
  • des dépôts similaires mais un peu plus riches en constituants grossiers ;
  • des dépôts plus massifs pouvant évoquer de petits remblais de 4 à 6 cm d’épaisseur qui admettent des taux de phosphore organique plus faibles (318 mg/kg) ;
  • un aménagement de sol construit en terre argilo-sableuse, de 3 cm, également bioturbé, identifié dans la partie supérieure de la stratification et présentant un taux de phosphore organique plus faible (771 mg/kg).
  • 7 Étude réalisée par A. Piolot, archéozoologue Conseil général du Calvados.
  • 8 L’étude archéozoologique a été réalisée par A. Baudry (archéozoologue Inrap GSO, UMR 6566 CReAAH) (...)

18Ces résultats s’enrichissent d’une étude archéozoologique portant sur la faune des niveaux tardo-antique et du haut Moyen Âge7. Cette analyse complète elle-même une étude réalisée en 2008 sur la faune du site du 51-53 rue de la Bretagne8. La synthèse des résultats permet ainsi d’obtenir une première image de l’alimentation carnée à Bayeux entre les Ier et Xe siècles apr. J.-C. (tabl. 1 et 2). Ainsi, remarque-t-on que l’évolution de la triade (boeuf, capriné, porc) dans la ville présente une prépondérance du bœuf dans l’approvisionnement en viande. La représentation de cet animal tend néanmoins à diminuer au profit des deux autres espèces, le porc à l’Antiquité tardive et les caprinés au haut Moyen Âge, les espèces sauvages étant très rarement représentées. Les répartitions anatomiques et les traces de découpe pour ces trois espèces montrent une activité bouchère importante et principalement tournée vers le bœuf, dénotant un véritable artisanat en centre urbain.

19Au haut Moyen Âge, les données issues principalement du site du 10 rue Franche ont montré une transformation des habitudes alimentaires aussi bien dans la répartition des espèces que dans le choix des pièces anatomiques. Outre ces changements alimentaires, l’activité humaine liée à l’animal rend compte d’un artisanat de la corne. Cette étude archéozoologique s’est intéressée par ailleurs à l’important lot de faune issu des terres noires. Il révèle de grandes similitudes dans sa composition aussi bien en termes de répartition des espèces que des pièces anatomiques identifiées avec celui de l’Antiquité tardive retrouvé sur le site. La localisation des ossements sur le site montre que plus de 60 % proviennent de la zone nord-ouest et que la majorité d’entre eux ont été découverts au contact des dalles de la place publique du Haut-Empire sous forme d’amas, c’est-à-dire à la base de la stratification des terres noires. Ces ossements correspondraient donc aux rejets d’une activité de boucherie fonctionnant à la proximité nord du site à cette époque, l’étude géoarchéologique des terres noires confirmant ainsi les observations de fouille et les résultats de l’étude archéozoologique.

Fig. 6 – Localisation sur le cadastre actuel de Bayeux des cartes de résistivité électrique aux 8 et 14 de la rue Franche suite à la prospection de 2011 (DAO : J. Thiesson).

Fig. 7 – Diagramme de comptage des micro-constituants sur lame mince exprimés en nombre par cm² ou densité de surface (%) (DAO : Q. Borderie).
Le comptage systématique sur les lames minces, tous les 5 mm, permet de renseigner la nature des unités microstratigraphiques (ici 9-1 à 9-9), en donnant une estimation précise de la densité des micro-constituants par cm². Il est ainsi possible de constater, ici sur une puissance de 0,40 m, que les unités inférieures 9-1 à 9-3 sont particulièrement riches en bionodules produits par les vers de terre (jusqu’à 1,5/cm²), en fragments d’os (jusqu’à 3/cm²), et en gros fragments de charbon (également jusqu’à 1,5/cm²). Ces résultats sont corrélés avec les teneurs élevées en phosphore (20,232 g/kg) et en carbone organique (20,6 g/kg). Les caractères de cet horizon de surface indiquent donc un espace ouvert, lieu d’une intense activité productrice de déchets organiques, sans doute à corréler avec les indices de boucherie apportés par l’étude archéozoologique.

Tabl. 1 – Importance du poids de restes pour les trois principales espèces domestiques du Haut-Empire au haut Moyen Âge à Bayeux.

Tabl. 2 – Importance du nombre de restes pour les trois principales espèces domestiques du Haut-Empire au haut Moyen Âge à Bayeux.

CONCLUSION

  • 9 Travail mené dans le cadre d’un master 1 à l’Université de Paris 1 par C. Durgeat (2011-2012).

20Les quelques données présentées ci-dessus constituent un état de la recherche qui reste à compléter avec les résultats d’un certain nombre de démarches engagées. Nous pouvons citer parmi celles-ci l’actualisation, dans le cadre d’un travail universitaire, du Document d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France de 1992 avec le développement d’un axe de recherche portant sur l’archéologie du bâti9. À la reprise d’un certain nombre de données anciennes d’une part et à la poursuite du suivi archéologique d’opérations préventives, voire à la mise en place d’opérations programmées, d’autre part, il nous faut ajouter le souci de développer les travaux engagés sur le sous-sol de la ville par l’intermédiaire de la prospection géophysique. Ces investigations concernent plus particulièrement le secteur de la rue Franche afin de mieux caractériser les découvertes monumentales réalisées en 2010. Elles concernent également la place Charles-de-Gaulle, vaste zone non bâtie d’environ 2 ha dans le centre-ville ancien.

21Ainsi ces approches devraient-elles contribuer à une meilleure définition des modalités d’implantation et de transformation de l’agglomération de Bayeux tout en permettant d’en affiner les spécificités.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Béziers M. 1773. Histoire sommaire de la ville de Bayeux, J. Manoury, Caen.

De Caumont A. 1857. Statistique monumentale du Calvados, Caen : 457.

Delacampagne F. 1984. Parking des remparts – fossé nord (Bayeux). Rapport de fouille programmée, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Delacampagne F. 1985. Parking des remparts – fossé nord (Bayeux). Rapport de fouille programmée, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Delacampagne F. 1990. Bas-côté nord de la cathédrale (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Delacampagne F. 1997a. Les thermes de la rue Laitière à Bayeux (Calvados). Réflexions sur la topographie antique et médiévale d’un quartier de la ville, Revue archéologique de l’Ouest, 14 : 125-173.

Delacampagne F. 1997b. Place de Québec (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Delacampagne F. 2002. Chevet de la cathédrale (Bayeux). Rapport de fouille programmée, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Delacampagne F. et Paillard D. 1992. Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France – Bayeux, AFAN, Tours, 90 p.

Delacampagne F. et Carré G. 2003. Jardin Saint-Yves (Bayeux). Rapport de fouille programmée et étude partielle des élévations du palais épiscopal médiéval, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen : 34-42.

Delacampagne F., Jarde K. et Savary X. 2001. Deux fours de potiers carolingiens à Bayeux (Calvados), Archéologie Médiévale, 30-31 : 67-84.

Doucet L. 1881-1882. Les thermes de la rue Laitière à Bayeux, Lettre de M. Doucet à M. le secrétaire des antiquaires de Normandie, Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, 11 : 609-612.

Doucet L. 1882. Rapport sur les fouilles nécessitées pour la construction d’un Hôtel des Postes rue Laitière, L’Écho Bayeusain, 8 décembre : 1-10.

Gauthier N. et Fixot M. 1996. Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du VIIIe siècle. IX Province ecclésiastique de Rouen (Lugdunensis Secunda), De Boccard, Paris : 37-48.

Lambert Ch.-É. 1824. Premier et deuxième mémoires sur les thermes antiques dans l’ancien cimetière Saint-Laurent de la ville de Bayeux, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, II, Caen : 16-49.

Lambert Ch.-É. 1826. Troisième mémoire sur les thermes antiques dans l’ancien cimetière Saint-Laurent de la ville de Bayeux, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, II, Caen : 146-156.

Le Cloirec G. 2006. Hôtel du Doyen (parcelles AI 77 et 80) (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, Cesson-Sévigné.

Lorillu 1891. Recherches sur les changements topographiques de Bayeux vers le Pont de la Madeleine, Mémoires de la Société des sciences, arts et belles-lettres de Bayeux, 1er volume, Bayeux : 14.

Maligorne Y. 2006. L’architecture romaine dans l’ouest de la Gaule, Presses universitaires de Rennes, Rennes : 230 p.

Paillard D. 1995. Rue Saint-Patrice (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Schütz G., à paraître. 51-53 rue de la Bretagne (Bayeux). Rapport final d’opération (fouille préventive), Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Schütz G. 2009. 10 rue Franche (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Schütz G. 2011. Place de Québec et 6 rue aux Coqs (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Schütz G. et Sauvin Ch.-É. 2001a. 10 rue Franche (Bayeux). Rapport final d’opération (fouille programmée), Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen, 361 p.

Schütz G. et Sauvin Ch.-É. 2011b. 13 rue de Nesmond - Jardin des Augustines (Bayeux). Rapport de diagnostic archéologique, Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen.

Schütz G., Sauvin Ch.-É., Borderie Q., Piolot A., Savary X. et Thiesson J. 2012. Rapport de synthèse des études réalisées suite à la fouille programmée du 10 rue Franche (Bayeux, Calvados), Service archéologie du Conseil général du Calvados, Caen, 154 p.

Notes

1 Observations réalisées par Cécile Germain, géomorphologue au sein du Service archéologie du Conseil général du Calvados.

2 Étude réalisée par X. Savary, géologue au sein du Service archéologie du Conseil général du Calvados.

3 Étude en cours par Y. Maligorne (Université de Bretagne occidentale, Brest, UMR 6038) ; les principaux blocs de cet ensemble lapidaire appartiennent à une porte monumentale de l’époque sévérienne.

4 Étude réalisée par J. Thiesson, maître de conférences en géophysique à l’Université Paris 6.

5 Une première reconnaissance en prospection géophysique de la place a été menée au printemps 2012.

6 Étude réalisée par Q. Borderie, docteur en géoarchéologie, Université de Paris 1.

7 Étude réalisée par A. Piolot, archéozoologue Conseil général du Calvados.

8 L’étude archéozoologique a été réalisée par A. Baudry (archéozoologue Inrap GSO, UMR 6566 CReAAH) et a été complétée par une étude de la malacofaune réalisée par C. Dupont et Y. Barcia Vidal (Université Rennes 1, UMR 6566) (Schütz à paraître).

9 Travail mené dans le cadre d’un master 1 à l’Université de Paris 1 par C. Durgeat (2011-2012).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Carte de localisation de Bayeux Augustodurum (Service archéologie – Conseil général du Calvados).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 2 – Localisation des principales découvertes archéologiques de l’époque gallo-romaine (du Ier au IVe siècle) dans Bayeux (Fond de carte : Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 3 – Proposition de restitution de l’extension maximale de la ville gallo-romaine et des nécropoles associées, des principales voies et de l’enceinte tardo-antique (DAO : Ch.-É. Sauvin).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4 – Localisation des principales découvertes archéologiques du Moyen Âge (du Ve au XVe siècle) dans Bayeux (Fond de carte : Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 5 – Localisation des vestiges observés lors de la fouille du 10 rue Franche (Bayeux) et photo de dalles en calcaire appartenant à l’esplanade du Haut-Empire (DAO. : Ch.-É. Sauvin).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Fig. 6 – Localisation sur le cadastre actuel de Bayeux des cartes de résistivité électrique aux 8 et 14 de la rue Franche suite à la prospection de 2011 (DAO : J. Thiesson).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Fig. 7 – Diagramme de comptage des micro-constituants sur lame mince exprimés en nombre par cm² ou densité de surface (%) (DAO : Q. Borderie).Le comptage systématique sur les lames minces, tous les 5 mm, permet de renseigner la nature des unités microstratigraphiques (ici 9-1 à 9-9), en donnant une estimation précise de la densité des micro-constituants par cm². Il est ainsi possible de constater, ici sur une puissance de 0,40 m, que les unités inférieures 9-1 à 9-3 sont particulièrement riches en bionodules produits par les vers de terre (jusqu’à 1,5/cm²), en fragments d’os (jusqu’à 3/cm²), et en gros fragments de charbon (également jusqu’à 1,5/cm²). Ces résultats sont corrélés avec les teneurs élevées en phosphore (20,232 g/kg) et en carbone organique (20,6 g/kg). Les caractères de cet horizon de surface indiquent donc un espace ouvert, lieu d’une intense activité productrice de déchets organiques, sans doute à corréler avec les indices de boucherie apportés par l’étude archéozoologique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Tabl. 1 – Importance du poids de restes pour les trois principales espèces domestiques du Haut-Empire au haut Moyen Âge à Bayeux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Tabl. 2 – Importance du nombre de restes pour les trois principales espèces domestiques du Haut-Empire au haut Moyen Âge à Bayeux.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7641/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteurs

Archéologue, Conseil général du Calvados

Archéologue, Conseil général du Calvados

Docteur en Géoarchéologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, Équipe « Archéologies environnementales »

Archéozoologue, Éveha

Maître de conférences en Géophysique, UMR 7619 Sisyphe Université Pierre et Marie Curie Paris 6 – CNRS

Géologue, Conseil général du Calvados.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540