Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

Marseille de la fondation à la « ville nouvelle » de Louis XIV : entre héritages et renouveaux

Marseilles, between heritage and renewal

Philippe Mellinand, Françoise Paone et Bernard Sillano

Résumé

Marseilles, founded in the year 600 BC, has evolved in the same setting over 26 centuries. The urban landscape was shaped by the uneven topography of the site and the presence of the sea; these aspects have also conditioned the orientation patterns since Antiquity, some perennial, some of which have evolved and some of which have disappeared. Periods of extension and creation of new districts were followed by times of desertion. These pulsations of the city in the course of history are revealed through changes in orientation and layout of streets and buildings. In 1660 the city extended beyond the boundaries which had been almost unchanged since the Greek period, generating important changes at both urban and sociological levels.

Texte intégral

1En 1999, un colloque intitulé « Marseille, trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René » avait apporté un éclairage précieux sur ces problématiques (Bouiron et Tréziny 2001). Depuis, de nouvelles opérations archéologiques préventives mises en perspective avec des découvertes plus anciennes ont permis de reconsidérer les transformations spatiales de certains secteurs de la ville. Les publications issues de ces travaux offraient une présentation périodisée, l’Antiquité d’une part (Mellinand, Moliner et Sillano 2011 : 259-268), le Moyen Âge et l’époque moderne d’autre part (Bouiron et al. 2011). En intégrant les dernières données archéologiques, notre propos est ici de dresser un bilan de quelques temps forts de l’évolution urbaine de Marseille depuis sa création au VIe siècle avant notre ère jusqu’à son agrandissement sous Louis XIV et de montrer l’importance qu’occupe dans l’histoire morphologique de la ville la refonte urbaine opérée entre le XIIe et la première moitié du XIVe siècle.

2La ville est bordée à l’ouest par une côte rocheuse abrupte qui présente une anse dont la profondeur a probablement évolué avec le temps. Au sud, l’anse du Lacydon dont les rives (à l’origine d’amples plages de sable) ont subi plusieurs avancées agrandissant progressivement l’emprise de ce que l’on appellera la « ville basse ». La topographie est marquée par une série de collines culminant entre 20 et 42 m : alignées du sud-ouest au nord-est, les buttes Saint-Laurent, des Moulins, de la Roquette et des Carmes constituent la « ville haute ». Au cours de l’histoire, cette topographie contrastée forme le cadre de répartitions sociales et fonctionnelles distinctes. Durant l’Antiquité grecque et romaine, sur les points culminants semblent se concentrer les lieux de pouvoirs religieux et politiques, alors que sur la rive nord du port sont localisées les activités économiques et commerciales, ainsi que les édifices de loisirs, théâtre et thermes. La ville tardive est la digne héritière de la ville romaine et accueille en son sein l’un des plus monumental groupe épiscopal de Narbonnaise qui s’inscrit, sans bouleversement majeur, dans le cadre urbain préexistant. L’archéologie peine à documenter Marseille au haut Moyen Âge, l’explication communément avancée étant celle d’un déclin de la ville.

3À l’époque médiévale, le découpage juridictionnel de la ville est complexe car morcelé. À la fin du XIe siècle la ville des hauteurs est placée sous contrôle ecclésiastique, subdivisée dans un second temps avec le chapitre, alors que la rive nord du port dépend du pouvoir vicomtal. La multiplication des seigneuries foncières (églises, couvents et hôpitaux) favorise la diversité morphologique de la ville.

4Les limites de la ville archaïque sont incertaines (fig. 1) mais il semble que dès le second quart du VIe siècle avant notre ère, l’enceinte enclot 40 ha (la butte Saint-Laurent et celle des Moulins, peut-être pas entièrement occupées dès l’origine). À la période hellénistique (IIe siècle avant notre ère), cette enceinte est agrandie, englobant de nouveaux quartiers au nord et à l’est de la ville (la butte des Carmes) et atteint alors une emprise de 70 ha environ qui demeurera figée durant plusieurs siècles (Hesnard, Hermary et Tréziny 1999). L’hypothèse de l’édification d’enceintes réduites localisées à l’ouest et à l’est de la ville durant le haut Moyen Âge et placées sous le contrôle de l’évêque et des comtes est étayée par l’historiographie mais n’est pas confirmée par l’archéologie (Bouiron 2009 : 13-43). Entre le milieu du XIe et le XIIIe siècle, les extensions successives du rempart sont limitées au sud-est de la ville autour de l’emplacement de l’ancien palais comtal, le Tholonée. Elles provoquent un accroissement urbain dont la morphologie, totalement affranchie du tracé de l’antique corne du port alors remblayée, est déterminée par les différents systèmes défensifs. Mais c’est avec la création de la « ville nouvelle » que Louis XIV pose un nouvel acte d’urbanisme fort conduisant au développement des quartiers est et sud et au doublement de superficie de la ville alors pourvue d’une nouvelle enceinte.

QUELQUES QUARTIERS EMBLÉMATIQUES DE L’ÉVOLUTION URBAINE

5Le parti adopté ici est une approche de six « fragments » de ville, les mieux documentés par l’archéologie et par les sources écrites, permettant ainsi de saisir la complexité de l’évolution spatiale de Marseille. Ces quelques fenêtres (fig. 2) portent sur le quartier Major et la butte des Moulins, le collège Vieux Port et la butte Saint-Laurent, la rive nord du port, l’Hôtel-Dieu et le versant sud de la butte de la Roquette, le quartier de la Joliette et enfin les faubourgs vus à travers le quartier de l’Alcazar. La rive sud est exclue de cette présentation, car située en dehors de la ville jusqu’à son agrandissement en 1660. Le document planimétrique de référence est bien sûr le cadastre napoléonien sur lequel ont été distingués ces quartiers.

Le secteur de la Major et du Panier

6Il s’agit d’un des secteurs les mieux documentés où l’on reconnaît classiquement une forte prégnance sur le parcellaire moderne du système orthonormé mis en place dès le deuxième quart du VIe siècle avant notre ère (fig. 2). Cette première trame se développe vraisemblablement sur l’ensemble de la zone enclose, s’affranchissant apparemment du relief. Elle a pu être observée sur les fouilles du tunnel Major (Rothé et Tréziny 2005 : 428-453), de l’Esplanade de la Major (Paone, Mellinand et Parent 2012) et de la place des Pistoles (Tréziny 2001 : 137-145). Apparemment régulière, elle dessine des îlots de 68 x 35 m, subdivisés en huit lots de 17 m de côté. Cette trame grecque est globalement maintenue en usage durant toute l’Antiquité mais elle n’est cependant pas figée ; on observe ponctuellement des réalignements et des axes qui disparaissent ou s’interrompent en fonction des aménagements. Ainsi, sur le site du tunnel Major, la création d’une esplanade sous Auguste, à mettre en relation avec une certaine monumentalisation du secteur, semble interrompre une voie préexistante. De la même façon, de nouvelles constructions se développent sur l’emprise d’une rue au cours du IIe siècle de notre ère, sans que nous soyons en mesure de déterminer si cette voie est supprimée ou simplement déplacée latéralement. En revanche, on note ici un changement vraisemblable de vocation du quartier, auparavant résidentiel, qui devient sans doute plus artisanal.

Fig. 1 – Topographie de Marseille avec localisation des enceintes successives (DAO B. Sillano, Inrap).

7Au début du Ve siècle l’implantation du groupe épiscopal correspond à l’un des moments forts dans la vie du quartier (fig. 3). L’édification de l’ensemble ecclésial en bordure de falaise, dans un cadre topographique qui monumentalise naturellement ces constructions, ne bouleverse toutefois pas la structure morphologique du quartier du Bas-Empire mais la dynamise en favorisant les reconstructions. On en veut pour preuve l’intégration au sein de la demeure de l’évêque d’une partie du plan d’une domus augustéenne pourtant alors quasiment détruite. À la fin du VIIe siècle, ou plus probablement au VIIIe siècle, un processus de déclin significatif de l’espace urbain est attesté par l’archéologie, seules subsistant les traces ténues d’une construction rudimentaire en lieu et place de la demeure épiscopale. Ce déclin peut être justifié par le repli de la population dans l’emprise d’une enceinte sur la butte des Carmes, le château Babon (Barra et Paone 2012 : 99-114). La date de construction de ce castrum est toutefois incertaine : elle est attribuée à l’évêque éponyme qui siégea à Marseille à la fin du VIIe siècle mais n’est mentionnée dans les textes qu’à partir de 1164 (Bouiron 2009 : 13-43).

Fig. 2 – Les différents secteurs de la ville étudiés avec tracés de la voirie et des principaux monuments antiques localisés (en bleu) (DAO M. Bouiron ville de Nice, B. Sillano Inrap).

8À partir du XIIe siècle, la reconstruction de la cathédrale et l’établissement du cimetière paroissial accompagnent le développement du secteur favorisé par le chapitre, le site étant désormais intégré dans le quartier prévôtal. Des îlots, dont les parcelles en lanière sont assez comparables à celles observées sur la rive nord, sont reconstruits et le réseau viaire se densifie par rapport à la trame grecque. Il semble toutefois que le secteur autour de la cathédrale ait conservé, jusqu’à la fin du XIIIe siècle, un certain nombre d’espaces non bâtis, ce qui a vraisemblablement facilité le percement au cours du XIVe siècle de la rue des Treize Coins. L’impact sur la morphologie des îlots mitoyens de cette nouvelle voie est bien perceptible, cet axe permettant de relier l’ensemble cathédral à la demeure épiscopale qui avait migré sur la butte des Carmes depuis déjà deux siècles. À partir du XVIIIe siècle, on assiste à une reprise en main de la politique urbaine avec notamment la création d’une nouvelle rue (la rue Rouge) ou la restauration du rempart littoral.

Le quartier Saint-Laurent

9Ce secteur de la ville connaît plusieurs transformations structurelles significatives entre l’époque grecque archaïque et l’époque moderne (fig. 2).

10La fouille du collège Vieux-Port se situe sur une petite éminence dominant la ligne de rivage, en contrebas de la place de Lenche (fig. 4) où l’on restitue traditionnellement l’agora puis le forum antiques (Mellinand et Gantès 2006). La voirie, apparue dans le premier quart du VIe siècle avant notre ère, est intimement liée à la topographie, permettant l’accès au sommet de la butte Saint-Laurent depuis la zone littorale. Dans le deuxième quart du VIe siècle une maison est construite à l’angle de deux voies, puis elle est dérasée vers le milieu du même siècle pour laisser place à un complexe architectural qui se développe jusqu’au milieu du Ve siècle et occupe un lot carré de 17 m de côté. Ce complexe est interprété comme un aménagement en lien avec la pratique du banquet, éventuellement au sein d’un sanctuaire plus important. L’ensemble est à son tour arasé dans la seconde moitié du Ve siècle. Au IIe siècle avant notre ère (période hellénistique), un mur de terrasse approximativement nord-sud est édifié. Il témoigne d’une profonde restructuration du quartier et peut être mis en relation avec une extension du forum vers le sud et la construction des caves Saint-Sauveur. Ces greniers monumentaux bâtis au IIe-Ier siècle avant notre ère aménagent le dénivelé entre l’agora en haut et le vaste espace ouvert en contrebas. Sous Auguste est édifié le théâtre, appuyé contre la colline, dont la largeur restituée de la cavea est de 115 m et qui protégera les niveaux plus anciens durant plusieurs siècles.

11Durant le VIe et le VIIe siècle, les campagnes d’épierrement généralisées des monuments publics et religieux antiques ont également concerné le théâtre qui est alors totalement effacé du paysage urbain. Ce n’est pas le cas des caves Saint-Sauveur qui, toujours utilisées, seront intégrées dans le parcellaire moderne. Les monuments antiques épargnés par cette spoliation quasi systématique sont très peu nombreux, ce qui illustre la refonte profonde dont la ville est l’objet durant l’Antiquité tardive. Le besoin en matériaux est logiquement accompagné de nombreuses constructions nouvelles les remployant en masse mais, paradoxalement, nous n’en avons conservé aucune trace.

Fig. 3 – Le quartier de La Major et ses lots archaïques en partie maintenus jusqu’au Ve siècle (DAO M. Tarras, J. Isnard, B. Sillano Inrap).

12Bien que difficilement perceptible sur le site du collège Vieux Port, la réurbanisation du Moyen Âge se mesure davantage à partir des archives. Ainsi F. Mazel a montré que le lotissement du secteur du château Babon, en 1178, résulte d’un accord entre le vicomte et les chanoines qui programment la construction d’un ensemble d’îlots dont nous ne retrouvons pas de traces archéologiques (Mazel 2009 : 145-152). Le quartier médiéval est en grande partie détruit lors du sac de la ville de 1423 par les Catalans qui laisse nombre de « places à bâtir », investies à partir du XVIIIe siècle. Le même phénomène est perceptible un peu plus haut sur la butte Saint-Laurent où les anciens moulins médiévaux sont remplacés, à la même période, par un lotissement linéaire.

Fig. 4 – Restitution de l’emprise du théâtre et des caves Saint-Sauveur sur fond cadastral (DAO B. Sillano, Inrap).

La rive nord du port

13L’organisation spatiale de ce secteur est, quelle que soit la période concernée, assujettie à la ligne de rivage, en constante progression vers le sud sous la double influence contraire de la remontée du niveau marin et d’atterrissements empiétant sur le plan d’eau (fig. 2). La zone située en bordure du trait de côte est occupée durant les périodes grecques archaïque et classique par des plages qui accueillent des activités liées à la construction et à la réparation navale. Pour la période hellénistique, le port de guerre a été partiellement identifié par des neoria, cales de halage couvertes sur lesquelles on hissait les navires de guerre durant l’hiver afin de les entretenir et de les maintenir disponibles immédiatement (Hesnard,Bernardi et Maurel 2001 : 159-202). Ces installations cohabitent avec des zones dévolues à la réparation navale civile. Sous Auguste, le port est marqué par sa vocation purement commerciale avec des aménagements liés au commerce du vin marseillais. Les entrepôts coexistent avec un vaste complexe thermal qui répond également à une volonté de monumentalisation de cette façade maritime (Mellinand 2005).

14Le complexe est bordé au nord par une voie dallée est-ouest, dotée d’un collecteur axial et d’un portique. Cette voie importante correspond vraisemblablement à un decumanus prolongeant en ville la voie d’Italie qui franchit l’enceinte sur le site de la Bourse ; à l’ouest cet axe semble marquer une inflexion parallèle au trait de côte (fig. 5).

15Au Ve siècle, le paysage urbain présente peu de modifications morphologiques, mais les bâtiments publics connaissent un changement de vocation afin d’accueillir un atelier de travail du métal, voire d’habitat ponctuel jusqu’au VIIe siècle. S’amorce alors une longue période de déprise de l’espace qui semble également caractériser d’autres secteurs de la ville exclus de l’emprise des enceintes réduites établies au haut Moyen Âge.

16Au milieu du XIIe siècle, sous l’impulsion conjointe du vicomte de Marseille et du monastère Saint-Sauveur, une réurbanisation totale est entreprise et touche vraisemblablement l’ensemble de la ville basse où se polarisent les activités marchandes et portuaires mais aussi politiques (palais vicomtal et communal). La structuration de l’espace s’accompagne d’une extension de la ville vers le plan d’eau et se traduit par la création de lotissements scandés par un nouveau réseau viaire dense, déterminant un découpage calibré en îlots et au sein de chaque îlot. Des rémanences antiques, et également tardives, sont cependant ponctuellement perceptibles, notamment dans certains tracés parcellaires conformes aux vestiges romains ou à travers une rue située dans l’axe d’un petit talweg canalisé au VIIe siècle. Durant le bas Moyen Âge, une densification de l’habitat est mise en évidence par la multiplication de constructions en cœur d’îlot ; elle s’amplifiera à partir du XVIe siècle. L’épisode douloureux du sac des Catalans en 1423 a touché particulièrement la rive nord. La reconstruction de vastes ensembles bâtis regroupant plusieurs parcelles médiévales est cependant tardive ; elle ne s’amorce qu’au XVIe siècle pour aller toujours croissante, mais ne s’affranchit toujours pas du parcellaire médiéval. La plupart des maisons restent étroites et ne s’agrandissent que vers les cœurs d’îlots, aux dépens des anciennes cours, ou en hauteur, par la multiplication des étages.

17Dans la zone la plus prisée, c’est-à-dire autour du cœur administratif et commercial de la ville, la Loge, se construisent les hôtels du patriciat. Souvent placés aux extrémités des îlots, ils remembrent plusieurs parcelles. Au nord, le marché à la viande du Petit Mazeau est réorganisé à la fin du XVIe siècle, entouré de rôtisseries et d’auberges, ces dernières s’étendant également sur plusieurs parcelles.

18Cependant, sauf cas particuliers comme le marché ou quelques venelles qui disparaissent au profit d’îlots plus importants, le réseau viaire médiéval subsiste, avec ses rues trop étroites par rapport à la hauteur des bâtiments. Avec l’attrait de la « ville nouvelle » de Louis XIV, le quartier se fige et se paupérise.

Le site de l’Hôtel-Dieu et le versant sud des buttes de la Roquette

19Le site de l’Hôtel-Dieu présente la caractéristique d’être fortement marqué par des contraintes topographiques puisqu’il se situe sur le versant méridional de la butte de la Roquette et domine la rive nord du port (fig. 2). La réponse à ces contraintes n’a pas été la même durant l’Antiquité et le Moyen Âge, et ce n’est qu’au début du XVIIe siècle, lorsque l’Hôtel-Dieu est édifié, qu’une articulation entre les deux anciens systèmes d’orientation est mise en place (Mellinand et Thomas 2011).

20Les niveaux grecs, uniquement attribués au VIe siècle avant notre ère, étant très dérasés, il est impossible de préciser le type et la densité de cette occupation. Un bâtiment vraisemblablement public construit sous Auguste s’inscrit dans la trame grecque archaïque identifiée sur la frange ouest de la ville antique (secteur de la Major) et de direction nord-ouest/sud-est (fig. 6). C’est le témoin le plus oriental de cette trame qui se développait vraisemblablement sur toute l’emprise de la première enceinte. Ce bâtiment, en position dominante par rapport à des équipements publics : thermes du port, tracé intra muros de la voie d’Italie…, pourrait correspondre à un collège (siège d’association religieuse, professionnelle…). Il est démantelé au VIe siècle de notre ère.

21La nature de l’occupation jusqu’au Moyen Âge classique est là aussi difficile à appréhender. Au début du XIIe siècle, une phase de lotissement est réalisée conformément aux systèmes viaires développés sur la rive nord. Dégagée en fouille, une parcelle orientée nord-sud constitue le module type de l’un de ces îlots. Ce dernier sera remodelé lors de la construction de la chapelle de l’Hôtel-Dieu au XVIIe siècle mais, plus au nord, le principal bâtiment composant l’hôpital adopte quant à lui la direction du monument augustéen. Cet établissement forme donc une adaptation entre deux systèmes morphologiques distincts, l’un hérité de l’Antiquité, l’autre du Moyen Âge.

Le secteur de la Joliette

22Situés à l’extérieur de l’enceinte archaïque, ces terrains drainés puis mis en culture sont urbanisés lors de l’agrandissement de la ville au IIe siècle av. J.-C. Plus à l’ouest ce sont des zones précédemment occupées par des établissements artisanaux qui sont alors transformées en secteurs résidentiels. La trame viaire mise en place adopte une orientation déterminée principalement par le profond talweg de la Joliette. Ce réseau ne subit aucun bouleversement particulier mais se densifie durant les modifications fonctionnelles et spatiales entreprises au Moyen Âge et à l’époque moderne.

Fig. 5 – Fouilles Jules Verne et place Bargemon, superposition des vestiges médiévaux et modernes (DAO B. Sillano, Inrap).

Fig. 6 – Plan des bâtiments de l’Hôtel-Dieu en 1860 avec localisation des vestiges antiques et médiévaux (DAO B. Sillano, Inrap).

Les faubourgs : le site de l’Alcazar

23La fouille de l’Alcazar, d’une superficie de 5 000 m², offre une vision large de l’occupation péri-urbaine. Le quartier est situé à environ 200 m de l’enceinte hellénistique et romaine et à moins de 100 m de l’enceinte du XIIIe siècle (fig. 7).

24Les premières traces d’activité remontent au VIe siècle avant notre ère : ce sont d’immenses fosses d’extraction d’argile destinée, peut-être, à la construction de l’enceinte ; elles entrent dans un cadre parcellaire respecté durant toute l’Antiquité. Les parcelles sont ensuite mises en culture (vignoble hellénistique) puis, à la période romaine, le secteur devient une zone de transition entre une partie bâtie à l’ouest (côté ville) et des terrains cultivés (horticulture, agrément ?) au centre ou funéraire à l’est. Durant l’Antiquité tardive, le découpage spatial est maintenu mais la vocation agricole de l’ensemble se trouve renforcée par l’établissement de nouveaux bâtiments.

25Au cours des VIIIe-XIe siècles, le site semble abandonné et d’importants dépôts alluviaux recouvrent les vestiges pour partie épierrés. C’est donc sur un terrain vierge mais néanmoins structuré que s’installent une tannerie à la fin du XIIe siècle puis, cinquante ans plus tard, les maisons du bourg. L’un des axes médiévaux du faubourg du Morier (la rue du Baignoir) reprend l’orientation d’une voie antique, mais se trouve décalé de 8 m vers l’est. Cette orientation paraît alors anachronique car elle est biaise par rapport à celle de l’enceinte médiévale pourtant proche. Vers l’est, un second chemin est créé, parallèle, qui s’inspire également de son prédécesseur antique. Dans la seconde moitié du XIVe siècle, pour des raisons défensives, les faubourgs sont détruits et les fondations récupérées. L’axe de circulation occidental est alors abandonné tandis que l’autre semble toujours en usage. Le site est ensuite intégré dans la « ville nouvelle » de Louis XIV.

Fig. 7 – La place du réseau viaire et du parcellaire médiéval dans la création de la « ville nouvelle » (DAO B. Sillano, Inrap).

26Le plan de l’agrandissement se veut novateur. Pourtant, dans le détail, on constate que la plupart des anciennes voies sont conservées, parfois in situ, parfois décalées, parfois prolongées. Le Cours reprend les anciennes lices des remparts médiévaux, lices qui avaient déjà été rectifiées et aménagées au début du XVIIe siècle. La rue du Baignoir, tracée dès le début de l’époque médiévale, est conservée et se retrouve en biais dans le réseau viaire moderne. D’autres axes anciens, telle la rue Tapis-Vert, sont simplement redressés au prix d’alignements minimes des façades. La seule figure baroque de l’agrandissement, le trident, s’inspire directement de la patte d’oie que formaient antérieurement cette rue du Tapis-Vert avec un autre chemin. Ce dernier a tout simplement été décalé légèrement vers le nord afin d’augmenter l’écart angulaire et permettre d’insérer la troisième branche du trident qui n’est autre que le prolongement d’une ancienne impasse, la rue du Petit-Saint-Jean.

27La filiation entre le plan des faubourgs et celui de la « ville nouvelle » montre bien la prégnance du passé. Ses écarts sont le fruit des négociations entre pouvoir central et administration locale, à la tête de laquelle se trouvent les principaux spéculateurs fonciers. Il en ressort des rues de seulement 6 m de large, inadaptées au trafic toujours croissant. En construisant le quartier Belsunce, rejetant l’ancien marché sur les lices, Louis XIV voulait attirer l’élite urbaine. Le commerce y reprendra vite ses droits, les franges aisées de la population préférant les quartiers sud.

CONCLUSION

28Les données archéologiques recueillies montrent que Marseille est constituée d’un ensemble de quartiers dont la trame viaire, largement assujettie aux contraintes topographiques, reliefs et plan d’eau du port, reflète les agrandissements ou reconstructions successifs de la ville. La première enceinte grecque archaïque édifiée au début du VIe siècle avant notre ère a dès ses origines été pourvue d’un parcellaire apparemment régulier, particulièrement visible dans le quartier du Panier et autour de la cathédrale de la Major. L’agrandissement du rempart jusqu’au IIe siècle avant notre ère permet d’englober dans les murs des terres auparavant cultivées dont les réseaux parcellaires vont engendrer des trames urbaines spécifiques, certains témoins en étant encore conservés aujourd’hui au nord-est de la ville.

29Les limites de la cité, en grande partie fossilisées entre la période hellénistique et le XVIIIe siècle constituent une emprise contrainte au sein de laquelle les tracés viaires ont évolué, respectant parfois l’héritage antique mais subissant également des restructurations ponctuelles ou des refontes plus profondes.

30La période romaine se situe dans le prolongement des axes précédemment définis ; les nouveaux monuments édifiés sous Auguste, théâtre et thermes du port, s’intègrent dans la trame grecque, les modifications les plus notables pouvant être mises en relation avec la modification du tracé du rivage antique plutôt qu’avec une redéfinition du cadre urbain. L’Antiquité tardive commence par un Ve siècle florissant pour l’économie marseillaise mais dont les répercussions sur le tissu urbain semblent quasiment inexistantes même au contact du monumental groupe épiscopal édifié sur un ancien secteur résidentiel. De même, le développement des basiliques funéraires aux portes des remparts n’a pas marqué durablement le paysage suburbain. Les VIe et VIIe siècles, bien présents dans le sous-sol marseillais, s’illustrent également par d’imposants chantiers d’épierrement qui, lorsqu’ils concernent certains monuments et équipements publics, sont vraisemblablement organisés par les édiles.

31Le haut Moyen Âge n’est que très rarement attesté par l’archéologie, l’immense majorité des sites offrant un hiatus entre le VIIIe et le XIe siècle. Dans certaines zones, malgré des restructurations spatiales, l’héritage antique se perçoit toujours, ainsi autour de la Major et sur la butte des Moulins (actuel quartier du Panier) ; on peut voir dans ces persistances plus marquées l’impact protecteur des enceintes réduites édifiées entre le VIIIe et le Xe siècle dont on connaît par ailleurs peu de choses. Dans d’autres secteurs comme celui de la rive nord du port, les terrains désertés permettent, au XIIe siècle, la réalisation de véritables lotissements dont l’organisation spatiale s’affranchit en grande partie des axes viaires antérieurs, mais est toujours inféodée aux contraintes topographiques. Si la vocation des lieux est comme durant l’Antiquité tournée vers l’activité marchande et portuaire, ils accueillent également un quartier d’habitation et un pôle politique (palais vicomtal, puis maison communale). La morphologie générale s’en trouve totalement modifiée : la densité caractérise le maillage des rues comme le découpage parcellaire. Ce développement urbain caractéristique du XIIe siècle marseillais se prolonge durant deux siècles et concerne également les faubourgs d’abord réservés aux artisanats puis dévolus à l’habitat. La destruction volontaire de ces faubourgs au milieu du XIVe siècle laisse le champ libre à la « ville nouvelle » de Louis XIV. La refonte moderne n’a que peu modelé la vieille ville et, lors de son agrandissement planifié, des contraintes et tracés préexistants sont malgré tout intégrés en les adaptant au nouveau langage urbanistique.

32Les transformations du paysage urbain se sont accentuées depuis ces deux derniers siècles, la ville ayant rencontré de réels bouleversements avec le percement au XIXe siècle de la rue de la République ou la destruction des îlots du port en 1940.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barra C. et Paone F. 2012. Marseille : la demeure épiscopale durant l’Antiquité tardive et son déplacement au Moyen Âge, contribution de l’archéologie (1995-2010), in : Balcon-Berry S. et Baratte F. (dir.), Les « domus ecclesiae » aux origines des palais épiscopaux, Actes du colloque tenu à Autun du 26 au 28 novembre 2009, Brepols, coll. « Bibliothèque de l’Antiquité tardive » no 23, Turnhout : 99-114.

Bouiron M. 2001. L’Alcazar (BMVR) à Marseille (Bouches-du-Rhône), Document Final de Synthèse, Inrap Méditerranée, 6 vol.

Bouiron M. et Tréziny H. (ed.) 2001. Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, Actes du colloque de Marseille 1999, Études Massaliètes, 7, Edisud, Aix-en-Provence, 459 p.

Bouiron M. 2009. De l’Antiquité tardive au Moyen Âge, in : Pécout T. (coord.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Désiris, Faenza : 13-43.

Bouiron M., Paone Fr., Sillano B., Castrucci C. et Scherrer N. (dir.) 2011. Fouilles à Marseille. La ville médiévale et moderne, Études Massaliètes, Errance, coll. « Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine », 7, 10, Paris, 463 p.

Hesnard A., Hermary A. et Tréziny H. 1999. Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.), Errance, Paris, 181 p.

Hesnard A., Bernardi P. et Maurel C. 2001. La topographie du port de Marseille de la fondation de la cité à la fin du Moyen Âge, in : Bouiron M. et Tréziny H. (ed.) 2001 : 159-202.

Mazel F. 2009. Les vicomtes de Marseille, in : Pécout Th. (coord.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Désiris, Paris : 145-152.

Mellinand Ph. (dir.) 2005. Espace Bargemon à Marseille (Bouches-du-Rhône), Rapport Final d’Opération, Inrap Méditerranée, 4 vol.

Mellinand P. et Gantès L.-F. (dir.) 2006. Collège Vieux-Port, 2 rue des Martégales, à Marseille (Bouches-du-Rhône), Rapport Final d’Opération, Nîmes, 2 vol.

Mellinand Ph. et Thomas N. (dir.) 2011. Hôtel-Dieu, Bouches du Rhône, Marseille, 6 place Daviel et rue des Belles-Écuelles, Rapport Final d’Opération, Inrap Méditerranée, 2 vol.

Mellinand Ph., Moliner M. et Sillano B. 2011. Topographie urbaine de Marseille romaine à la lumière des fouilles récentes, in : Fréjus romaine, la ville et son territoire. Les agglomérations de Narbonnaise, des Alpes-Maritimes et de Cisalpine à travers la recherche archéologique, Actes du 8e colloque historique de Fréjus, 8-10 octobre 2010, Éditions APDCA, Antibes : 259-268.

Paone F., Mellinand Ph. et Parent Fl. (dir.) 2012. Bouches-du-Rhône, Marseille, Esplanade de la Major, Évolution du site de l’époque grecque à nos jours, Rapport Final d’Opération, Inrap Méditerranée, 2 vol.

Rothé M.-P. et Tréziny H. (dir.) 2005. Marseille et ses alentours, 13/3, Carte Archéologique de la Gaule, Paris : 428-453.

Tréziny H. 2001. Trames et orientations dans la ville antique : lots et îlots, in : Bouiron M. et Tréziny H. (ed.) 2001 : 137-145.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Topographie de Marseille avec localisation des enceintes successives (DAO B. Sillano, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 2 – Les différents secteurs de la ville étudiés avec tracés de la voirie et des principaux monuments antiques localisés (en bleu) (DAO M. Bouiron ville de Nice, B. Sillano Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 3 – Le quartier de La Major et ses lots archaïques en partie maintenus jusqu’au Ve siècle (DAO M. Tarras, J. Isnard, B. Sillano Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende Fig. 4 – Restitution de l’emprise du théâtre et des caves Saint-Sauveur sur fond cadastral (DAO B. Sillano, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Légende Fig. 5 – Fouilles Jules Verne et place Bargemon, superposition des vestiges médiévaux et modernes (DAO B. Sillano, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende Fig. 6 – Plan des bâtiments de l’Hôtel-Dieu en 1860 avec localisation des vestiges antiques et médiévaux (DAO B. Sillano, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende Fig. 7 – La place du réseau viaire et du parcellaire médiéval dans la création de la « ville nouvelle » (DAO B. Sillano, Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7637/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

Auteurs

Ingénieur de recherche Inrap, UMR 7299 Centre Camille Julian Aix-Marseille université – CNRS

Ingénieur de recherche Inrap, UMR 7299 Centre Camille Julian, Aix-Marseille Université – CNRS

Chargé de recherche à l’Inrap/UMR 7299 Centre Camille Julian Aix-Marseille université – CNRS

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540