Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

D’Augustonemetum à Clermont-Ferrand : étude morphologique

From Augustonemetum to Clermont-Ferrand: a morphological study

Emmanuel Grélois

Résumé

The urban area of Clermont-Ferrand today is the product of the incomplete fusion of four nuclei: the city of Clermont, the boroughs of St. Alyre Abbey, Chamalières within the Roman suburbium, and lastly the new medieval town of Montferrand. The 13th century wall encircling the existing built sites left several earlier Church complexes and later housing developments outside. The unoccupied spaces were settled first by Counter-Reformation convents, then by modern industrial developments that prevented the development of densely populated neighbourhoods. As a result, the fusion of the two towns, Clermont and Montferrand, first planned in the 16th century, has never been achieved, and the centre of gravity of the Auvergne capital has moved gradually East over the last two thousand years.

Texte intégral

1Le nom même de Clermont-Ferrand, néologisme inventé à la fin du XVIe siècle et appliqué en 1630 à la fusion institutionnellement voulue mais topographiquement manquée de deux villes d’origines très différentes, traduit, dans la cité auvergnate, une réalité plus commune qu’à première vue : le caractère hétérogène et polynucléaire de l’agglomération. Derrière la dichotomie entre Clermont et Montferrand – que même le rugby n’a pas réussi à faire oublier (le stade Marcel-Michelin est situé à Montferrand et si le club s’appelle Clermont Auvergne et non plus Montferrand depuis 2004, l’usage perpétue l’appellation ASM, Association sportive montferrandaise) – l’agglomération de formation médiévale comprend en réalité bien plus que deux noyaux.

2L’état de la question présenté aujourd’hui est tributaire de travaux, de collaborations et d’inspirations. Il se situe dans le prolongement d’une thèse d’histoire sur Clermont au XIIIe siècle (Grélois 2003). Il se nourrit aussi d’une participation au projet collectif de recherches (PCR) Augustonemetum sur la ville antique piloté par H. Dartevelle au Service régional de l’archéologie d’Auvergne, dont la publication sous la forme d’un atlas est prévue pour 2014 (http://www.augustonemetum.fr/​). Il s’inspire enfin des réflexions sur la ville que j’ai rencontrées pendant mes années passées à l’UMR Archéologie et Territoires (ancêtre du LAT) entre 1998 et 2002, notamment autour d’H. Galinié et d’H. Noizet. Le présent essai de synthèse reconsidère sur la longue durée des aspects étudiés ponctuellement il y a une quarantaine d’années (Gille 1969 ; Fournier 1970) au sein d’une maigre bibliographie.

3De prime abord, il faut convenir que la lecture du plan de Clermont (au sens large) n’est pas des plus claires, encore moins si l’on s’attache à la seule cité épiscopale. L’exposé visera donc à démêler l’écheveau des masses parcellaires et du bâti pour y trouver des logiques, tout en se gardant d’y voir des processus nécessairement intentionnels ou des actions concertées. On prendra soin également d’oublier un temps les sources écrites et les données diachroniques, sociales ou institutionnelles, pour mieux aborder les données morphologiques. La démarche procédera de la manière suivante : on verra d’abord la nature hétérogène et polycentrique de l’agglomération (1), puis on s’attachera à l’examen de Clermont seul, cas le plus complexe et le mieux documenté (2), avant de cerner les dynamiques à l’œuvre qui, à long terme, ont empêché la formation d’une ville unifiée (3).

STRUCTURE GÉNÉRALE DE L’AGGLOMÉRATION CLERMONTOISE

Contexte topographique

4Le contexte topographique de l’agglomération clermontoise correspond à la retombée de la faille de Limagne, laissant à l’ouest la chaîne des Puys (ou monts Dôme) et s’ouvrant à l’est sur des buttes de tuf (Clermont, Montferrand) et des plateaux calcaires, gréseux ou volcaniques (fig. 1). À peine à 9 km à vol d’oiseau du sommet du puy de Dôme (1 464 m) qui la surplombe de 1 000 m, la ville de Clermont est donc située au bord du fossé d’effondrement de Grande Limagne (entre 270 et 330 m). Sa butte culmine à 409 m (sol de la cathédrale gothique à 407 m), caractérisée par des pentes drues au nord, un peu moins à l’ouest, plus douces au sud et surtout à l’est. L’absence de rivière importante doit être relevée : seule la Tiretaine venue de la chaîne des Puys, divisée en deux cours par les Partidoux de Saint-Mart en amont (entre Royat et Chamalières), alimente en eau les localités de Chamalières, Clermont et Montferrand.

Au moins quatre noyaux

5Au sein de l’agglomération des derniers siècles du Moyen Âge et jusqu’à nos jours, quatre noyaux se distinguent par leur morphologie propre (fig. 2).

61. Clermont (civitas Arvernis ou civitas Arvernorum), sur la butte en tuf, est la ville épiscopale et, plus largement, celle des clercs (évêque, chapitre cathédral, chapitres collégiaux), tandis que la présence comtale s’y estompe entre les années 1030 (concession des droits comtaux sur la monnaie de Clermont à l’évêque et aux chanoines de l’église mère d’Auvergne ; cession aux mêmes de la partie occidentale de la cité, depuis le quartier canonial jusqu’à l’église Saint-Adjutor) et 1202 (remise en garde à l’évêque Robert, par son frère le comte Guy II, des droits qu’il détenait encore sur la cité). Si le forum antique devait être établi au sommet de la butte (place de la Victoire, immédiatement au sud de la cathédrale), la ville médiévale s’est rétractée sur la butte, délaissant les zones plus basses, notamment au sud-ouest vers le secteur de Jaude densément occupé par des édifices publics au Haut-Empire.

72. Saint-Alyre (dans la zone que Grégoire de Tours désigne au VIe siècle comme vicus christianorum, plus largement dans le suburbanum de la cité arverne) est un bourg monastique, identifiable comme tel depuis le XIIe siècle, établi en contrebas de Clermont, sur la Tiretaine. Il dispose d’une juridiction distincte de celle de Clermont de la fin du XIIe jusqu’en 1745. Si la basilique Saint-Alyre remonte à l’époque paléochrétienne, la continuité d’occupation n’est pas établie entre le quartier suburbain antique (avec ses aires d’inhumation) et le monastère bénédictin qui n’apparaît qu’aux alentours de l’an mille (première mention entre 984 et 1010).

83. Chamalières forme aussi une partie de l’ancien suburbium, avec plusieurs églises à la fin du Moyen Âge (trois paroisses, une collégiale et un prieuré). Dans la continuité topographique, Royat prolonge, plus en amont encore de la Tiretaine, le suburbium, avec plusieurs églises dont une prieurale relevant des bénédictins de Mozac. Chamalières, et plus généralement les églises et les habitats situés à l’ouest de Clermont, s’égrènent sur l’épine dorsale que représente la voie romaine dite d’Agrippa (Lyon-Saintes) doublée par l’aqueduc antique.

94. Montferrand, château comtal érigé vers 1120 et mentionné pour la première fois dans les sources littéraires en 1122, dans les archives en 1136 (Archives départementales de la Haute-Loire, 1 H 363/1), est situé à 1 700 m seulement de Clermont, face à la cité épiscopale, et bientôt complété par l’établissement d’une ville neuve au plan orthogonal, dont le succès démographique semble avoir été rapide (Teyssot 2003, t. I : 100 ; Grélois 2007 : 68-69). Notons que la comparaison entre Clermont et Montferrand doit recourir par-dessus tout à la lecture morphologique de leurs plans respectifs, car les documentations écrites des deux villes présentent des faciès très différents : alors que les fonds des institutions ecclésiastiques (à caractère seigneurial et relatifs aux censives) de Clermont se révèlent très riches en transactions, et donc en renseignements topographiques, en revanche les archives propres à Montferrand (en dehors des fonds ecclésiastiques d’institutions extérieures à la ville mais qui y sont marginalement possessionnées), des comptabilités consulaires pour l’essentiel, témoignent d’une faiblesse relative quant aux informations topographiques. Comparer Clermont et Montferrand se révèle donc un exercice difficile revenant à additionner des carottes et des navets.

Fig. 1 – Du territoire d’Augustonemetum à la commune de Clermont-Ferrand.

Fig. 2 – Masses parcellaires en 1831 (Fond de carte : tableau d’assemblage du cadastre de 1831).

La migration de l’agglomération vers l’est

10De cette rapide approche diachronique, un premier bilan peut être tiré. Au cours du Moyen Âge, le centre de gravité de l’agglomération se déplace légèrement vers l’est, même si le legs antique laisse son empreinte à travers des éléments morphogènes qu’a pérennisés ou réactivés le bâti médiéval. De nombreux indices d’une configuration plus occidentale de l’agglomération à haute époque peuvent être relevés (fig. 1).

111. La plupart des édifices publics antiques identifiés par l’archéologie – le temple de Vasso Galate qui a laissé son nom à Jaude, les thermes de Chamalières/Royat, le théâtre suburbain de Montaudoux (sur l’actuelle commune de Ceyrat) – sont localisés au sud-ouest de la butte clermontoise.

122. La topographie ecclésiale connue au milieu du Xe siècle grâce aux 54 églises du Libellus (De ecclesiis que in Claromonte consistunt) se caractérise par une forte densité dans la vallée de Tiretaine depuis Saint-Alyre jusqu’à Chamalières et dans une moindre mesure de Chantoin à Royat (Lauranson-Rosaz 2010), mais aussi par l’absence d’édifice de culte à l’est de la butte clermontoise et, enfin, par l’inclusion d’Orcines parmi les églises clermontoises. De même, les ressorts des paroisses clermontoises connus à la fin du Moyen Âge incluent le versant oriental de la chaîne des Puys et en particulier le sommet du Puy de Dôme lui-même (commune d’Orcines). Les territoires paroissiaux cristallisés vers le XIIIe siècle, héritiers partiels du réseau ecclésial du haut Moyen Âge, recoupent le territoire urbain (territorium Arvernense mentionné au XIe siècle) qui, regardant vers la montagne (s’y trouvent en effet Ternant dans la commune d’Orcines, mais aussi Blanzat) et tournant le dos à la Limagne, pourrait avoir figé un territoire de formation antique, qu’il ait été de nature juridictionnelle ou économique.

133. A contrario, le vide urbain à l’est, au niveau de la future justice de Montferrand et en direction de la Grande Limagne, laisse la place au réseau des villae antiques comme, plus tard, des paroisses rurales (Neyrat, Aulnat, Gandaillat) dont Clermont et Montferrand ont rogné les ressorts lors de l’essor urbain des XIIe et XIIIe siècles. Cette dissymétrie est/ouest est par ailleurs reflétée par la toponymie de formation antique ou mérovingienne : à l’est, elle correspond entièrement à des noms de domaines, à des éléments agricoles ou paysagers, alors qu’à l’ouest elle est marquée par une forte proportion de noms intrinsèquement urbains (Grélois et Chambon 2008 : 161-167).

14L’agglomération médiévale, centrée sur la butte et la cathédrale avec son quartier canonial, délaisse la vallée de la Tiretaine (Saint-Alyre). Plus tard, la fondation de Montferrand au nord-est, le développement de gros villages et de l’économie céréalière en Limagne tournent davantage l’agglomération multipolaire vers l’est. À long terme, c’est-à-dire au-delà de l’époque moderne, la configuration héritée du Moyen Âge central conditionne le développement contemporain de Clermont-Ferrand, la planéité de l’espace interstitiel entre les deux villes se révélant propice à l’établissement des usines du secteur pneumatique.

ANALYSE MORPHOLOGIQUE DU CLERMONT MÉDIÉVAL SEUL

15Si Montferrand, avec son plan de bastide greffée sur une motte castrale, présente une topographie relativement simple à lire et déjà étudiée morphologiquement (Teyssot 2003, t. I : 98-99 ; t. II : 69-71), force est de constater qu’à l’inverse le plan de Clermont ne se prête pas à une lecture aisée de prime abord. Clermont, réduit à la seule butte et à la forme trilobée ou tréflée des boulevards qui la ceignent, montre peu de zones marquées par un parcellaire régulier ou par un style parcellaire limpide. Toutefois, la lecture attentive et patiente du plan, aidée par les sources écrites, permet de mettre en évidence des unités morphologiques (fig. 3).

161. La Cité au sens étroit est enfermée dans l’enceinte du Bas-Empire dite des Cinq-Portes (moins de 3 ha englobés) où se trouve l’église mère du siège des Arvernes (cathédrale), au nord le claustrum des chanoines (avec la chapelle Saint-Nicolas fondée en 1093, des cimetières et la Monnaie, complexe fortifié regroupant atelier monétaire, prison et tribunal), l’officialité (1217), au sud-ouest l’évêché et l’Abbaye (maisons de l’abbé, dignitaire séculier du chapitre), enfin au sud l’hôtel de l’évêque. La présence comtale, diminuée après 1202, demeure résiduelle sous la forme du « Palais » et d’une censive. Dans cet espace où la présence laïque est minoritaire, les chanoines ne sont assujettis ni à la clôture ni à l’obligation de résidence (aux termes d’un acte de 1259, ils peuvent même résider dans les faubourgs) ; quelques hôtels de lignages aristocratiques complètent un paysage urbain très dense aux abords de la cathédrale.

172. La première extension de la cité a dû se faire vers l’ouest : il s’agit du quartier Saint-Pierre, qui comprend en fait, sous la Monnaie, le Mazet (marchés et étaux relevant de la seigneurie canoniale), surtout la censive du doyen qui se confond avec la paroisse Saint-Pierre (église érigée en collégiale en 1242), bordée à l’ouest par l’hôpital Saint-Barthélemy, et enfin au sud, sous les maisons de l’Abbaye et de l’évêque (rue Terrasse), la censive du prévôt (dont la rue Prévôte garde le souvenir) qui relève de la paroisse Saint-Genès. Entre les deux paroisses, la démarcation se fait par la rue des Chaussetiers (anciennement des Petits-Gras), la rue des (Grands-) Gras, large de 7 à 9 m, propice aux marchés, ne faisant nullement office de limite ni de censive ni de paroisse (est-ce une rue ouverte ou élargie dans le bâti ancien ?). Au sud, l’ancienne porte Copeir (nom tiré de la copa ou coupe, mesure du Marché-au-Blé), signale la jonction d’une clôture avec l’enceinte antique.

183. Le quartier du Port s’organise autour de deux rues perpendiculaires venant des portes du Terrail et du Palais (actuelles rues Pascal et du Port) et de l’église qui accueille depuis environ 960 une communauté de douze chanoines et un doyen, émanation du groupe cathédral. Le secteur est également desservi par une église de fondation paléochrétienne, Saint-Laurent. Les grandes parcelles de la rue Pascal, typiques des hôtels des nobles et des abbés ou abbesses désireux de détenir un pied-à-terre en ville, contrastent avec le parcellaire étriqué et hétérogène plus à l’est – secteur appelé Villeneuve, mal caractérisé par les textes et urbanisé plus tardivement et incomplètement.

194. Au sud de la cité des Cinq-Portes, après une patte d’oie et organisé autour de deux ou trois rues, le quartier Saint-Genès (du nom de l’église d’abord placée sous le vocable de saint Symphorien jusqu’au Xe s.) paraît raccordé de façon plus lâche, par urbanisation du secteur de Forosan (actuelle rue de la Treille) et de las Crotas entre la collégiale et la porte Dalmas. Sa forme allongée vers le sud épouse la topographie en forme d’éperon.

205. Une enceinte médiévale (en latin murus ville, en occitan mur de la ciutat) est érigée. Sa datation du tout début du XIIIe siècle est bien documentée pour la partie nord (des Gras au Champ Herm), et sans doute de la porte Copeir à la porte Notre-Dame par le nord. Plus incertaine, la chronologie de la partie sud, autour du quartier Saint-Genès, est peut-être légèrement plus tardive dans le XIIIe siècle. La surface englobée, environ 28 ha, demeure modeste, car elle laisse à l’extérieur de nombreux faubourgs.

216. Le bourg Saint-Alyre, développé autour de l’abbaye bénédictine, dispose d’une clausura monastique attestée au XIIIe siècle, doublée par une enceinte « villageoise » pendant la guerre de Cent Ans. Unité morphologique bien distincte de Clermont, Saint-Alyre possède aussi sa propre paroisse pour les fidèles laïques (Saint-Cassi), sa juridiction et forme une unité d’enregistrement à part dans les impositions royales à partir de 1372.

227. Des noyaux ecclésiaux suburbains, dotés de paroisses propres, demeurent extramuros après 1200 : Saint-Cirgues, Saint-Étienne, Saint-Bonnet, Saint-Adjutor, Sainte-Madeleine. Bien que dotée d’une tour seigneuriale quadrangulaire et d’une enceinte attestée à la fin du XIIIe siècle, signes de la juridiction propre des comtes dauphins, Chamalières obéit aussi à ce schéma, de façon plus ample cependant car cette ancienne partie du suburbium comprend encore trois églises paroissiales et une collégiale à la fin du Moyen Âge.

238. Des lotissements, appelés « pèdes », entourent l’enceinte du XIIIe siècle et viennent partiellement combler les lacunes interstitielles du bâti entre les noyaux suburbains et la cité emmurée. Certains sont réalisés, d’autres projetés mais inachevés ou jamais exécutés, d’autres enfin détruits à la fin du XIVe siècle ou au début du siècle suivant sur injonction des autorités royales pour les nécessités de la défense (rétablissement d’un glacis sous la muraille pour empêcher les « Anglais » et autres routiers de s’emparer de la ville). Tous ont durablement laissé leur empreinte dans la trame viaire, notamment au sud-est de la ville.

249. Là où les lotissements ont échoué ou n’ont pas été prévus, fleurissent des enclos ecclésiastiques (prémontrés de Saint-André dans la seconde moitié du XIIe siècle, prêcheurs et mineurs dans les années 1220-1260, carmes à la fin du XIIIe siècle, clarisses au début du suivant), des clos et des domaines aristocratiques au revers nord de l’enceinte (clos Saint-Bonnet, clos Barnier avec l’ayat de l’abbé, clos du prévôt avec le Palais des Aycelin) ou en direction de Chamalières (Bois-de-Cros), enfin des manoirs suburbains à l’orée du XIVe siècle (lo Pescheir rebaptisé Bien-Assis, Chastel Sarrazi ou les Salles).

Fig. 3 – Clermont : plan toponymique.
1 Église mère (cathédrale)
2 Notre-Dame-du-Port
3 Saint-Laurent
4 Saint-Pierre
5 Saint-Genès
6 Saint-Alyre
7 Saint-Cassi
8 Saint-Cirgues
9 Saint-Étienne
10 Saint-Bonnet
11 Saint-Pierre de Chantoin
12 Saint-Éloi
13 Saint-Adjutor
14 Sainte-Marie-Madeleine (le Colombier)
15 Saint-André
16 Saint-Rémy
17 Chapelle de Jaude
18 Chapelle de Beaurepaire (Cordeliers Vieux)
19 Couvent des Cordeliers (Mineurs)
20 Couvent des Jacobins (Prêcheurs)
21 Couvent des Carmes
22 Couvent des Clarisses
23 Couvent des Augustins
24 Hôpital Saint-Barthélemy
a Porte du Palais
b Porte du Terrail
c Porte Dalmas
d Porte Terrasse
e Porte de la Monnaie
f Porte Barnier
g Porte de Chatus
h Porte du Champ Herm
i Porte Notre-Dame
j Porte Cornavi
k Porte Nartonne (du Cerf)
l Porte Neuve
m Porte de Jaude (Saint-Esprit)
n Porte Copeyr
o Porte des Gras
p Porte Saint-Pierre
q Porte Laurens
A Palais
B Monnaie
C Officialité D Abbaye
E Évêché
F Mazet
G Place Saint-Pierre
H Gras
I Rue des Gras
J Rue des Petits-Gras (= des Chaussetiers)
K Rue Prévôte
L Rue du Port
M Rue sous-le-Terrail (= Pascal)
N Place du Terrail
O Marché-au-Blé (las Annonas)
P Rue Saint-Genès
Q Rue Forosan (= de la Treille)
R Las Crotas
S Jaude
T Chastel Sarrazi (les Salles)
U Bois-de-Cros
V Lo Pescheir (Bien-Assis)
W Emplacement du Palais des Aycelin
X Emplacement de l’ayat de l’abbé

SYNTHÈSE MORPHOLOGIQUE

25On abordera ici l’ensemble de l’agglomération dans sa configuration actuelle, en montrant d’abord le phasage chronologique, qui se dégage de l’examen du plan et des textes et où éclate la part décisive du Moyen Âge dans sa morphogenèse, puis en mettant en évidence quelques traits caractéristiques de Clermont-Ferrand d’un point de vue morphologique.

Phasage

26Phase 1 : moins que par une simple rétraction urbaine, l’époque paléochrétienne tardive est plutôt marquée par la réaffectation de l’espace hérité de l’Antiquité, avec recentrage du secteur densément bâti sur la butte (cité des Cinq-Portes) et la formation d’une nébuleuse d’églises suburbaines au haut Moyen Âge.

27Phase 2 : la réurbanisation immédiatement hors enceinte des Cinq-Portes est amorcée dans le secteur ouest de la ville entre la cité et Saint-Adjutor (notamment autour de Saint-Pierre), poursuivie par le développement de quartiers autour des rues du Terrail (actuellement Pascal) et du Port ; des noyaux suburbains croissent autour de Saint-Alyre et de Chamalières (XIe s.).

28Phase 3 : l’urbanisation interstitielle gagne en direction de Saint-Genès et, plus à l’ouest, le long de la route de Chamalières par Saint-André ; parallèlement, les écarts (villae) des environs (parfois dotés d’églises, comme Rabanesse) périclitent (XIIe s.), et ce d’autant plus qu’émerge la ville concurrente de Montferrand, au succès foudroyant (une centaine de bourgeois vers 1145, environ 700 feux à la fin du XIIIe s.).

29Phase 4 : l’enceinte urbaine médiévale construite au début du XIIIe siècle se révèle bientôt trop étriquée, tracée de manière à englober les quartiers denses de la butte, de sorte que sont laissés en dehors tous les lotissements établis sur presque tout le pourtour de la ville et réunis sous le label commun de territorium civitatis. Majoritairement vouées à l’échec ou démantelées plus tard (XIVe s.), ces « pèdes » laissent leur empreinte à travers une trame viaire et parcellaire régulière et approximativement orthonormée. À Montferrand, l’extension urbaine, à partir du premier lotissement implanté à l’ouest du château, confère à la ville sa physionomie quasi définitive, avec une enceinte urbaine probablement consolidée au XIVe siècle. À Chamalières, une enceinte villageoise est attestée à la fin du XIIIe siècle.

30Phase 5 : plusieurs décennies après l’arpentage de lotissements rétrospectivement surdimensionnés, la déprise démographique et la guerre de Cent Ans aboutissent à la destruction de faubourgs (dans la seconde moitié du XIVe s.). Ne se maintiennent dans la périphérie immédiate de l’enceinte que les clos et les édifices religieux (Saint-Bonnet, couvent des Prêcheurs), tandis que les manoirs suburbains récents ne se maintiennent (Bien-Assis, Les Salles) que s’ils sont à plusieurs centaines de mètres du mur de ville ; a contrario le Palais des Aycelin est détruit. Les couvents des Mineurs et des Carmes sont intégrés à l’enceinte urbaine élargie. L’enceinte de Chamalières doit avoir été détruite concomitamment.

31Phase 6 : l’agglomération se fige durablement. Les couvents de la Contre-Réforme profitent de la léthargie démographique, tantôt en s’installant dans les vides périurbains, à Clermont comme à Montferrand, tantôt en bénéficiant de la réaffectation d’églises plus anciennes (XVe-XVIIe s.). La baisse de la pression foncière conditionne l’accroissement des domaines suburbains par remembrement (Bien-Assis, Les Salles, Bois-de-Cros, enclos de Saint-Alyre au nord de la Tiretaine), voire la formation de nouveaux, surtout entre Clermont et Montferrand (Bellombre, Le Ressort).

32Phase 7 : l’embellissement de la ville (fin XVIIe-début XIXe s.) conduit à la destruction des remparts et à l’aménagement des boulevards en promenades, tandis qu’au siècle des Lumières les intendants construisent des routes royales vers Lyon et surtout vers Paris, réalisant enfin la voie large entre Clermont et Montferrand envisagée dès le XVIe siècle.

33Phase 8 : l’industrialisation et l’extension nouvelle des faubourgs liés au chemin de fer (en direction de la gare, 1855) signalent le redémarrage urbain. Des avenues larges sont percées, notamment en direction de Chamalières et de Lyon, plus tard de la gare. Le rôle déterminant des usines de l’industrie pneumatique (Bergougnan et Michelin), moteur démographique de la ville, modifie en profondeur la périphérie des quartiers bâtis : profitant du recul massif de la vigne dû à la crise du phylloxéra, les usines achèvent l’occupation du no man’s land entre Clermont et Montferrand, déjà partiellement comblé par la place d’armes, l’usine à gaz et l’abattoir.

34Phase 9 : la forte croissance démographique depuis le début du XXe siècle et jusque vers 1975 suscite la formation de banlieues pavillonnaires (entre-deux-guerres, années 1950-1960) qui affecte aussi les communes voisines, puis la construction de grands ensembles (La Plaine, « Muraille de Chine »).

35Phase 10 : la désindustrialisation toute relative (Michelin emploie de nos jours encore environ 12 000 salariés, contre 30 000 en 1975) et la requalification urbaine de l’avenue de la République (trait d’union entre les deux villes, avec le tram… sur pneus, curiosité technologique imposée au maire par le premier employeur de la ville) donnent lieu à une nouvelle phase d’urbanisation par densification.

Traits caractéristiques

361. L’examen de la morphogenèse médiévale de la ville de Clermont met en évidence la résilience des structures morphogènes antiques : l’enceinte du Bas-Empire dite des Cinq-Portes constitue le noyau de la cité épiscopale ; surtout, l’orientation de la trame viaire (elle-même orientée sur le sommet du puy de Dôme) constitue un élément morphogène réactivé dans le réseau de rues médiévales et plus généralement dans le parcellaire (y compris rural) où elle sert d’appui aux lotissements du XIIIe siècle. Lorsque certains lotissements urbains échouent, leur conversion en clos de vignes, à l’est et au sud de la ville, conserve l’orientation générale et leur dénomination sous le vocable de cita(t)s (nom commun), encore en usage au XVIIIe siècle, rappelle le territorium civitatis du XIIIe siècle. À cet égard, le lexique et la toponymie, autant que le parcellaire, enregistrent, inconsciemment et à leur rythme, la résilience et la plasticité des formes dans un espace recomposé.

372. Le caractère durablement polynucléaire de Clermont ne s’explique pas seulement par l’origine de ses différents noyaux et par la fragmentation des seigneuries à la fin du Moyen Âge (évêque et chapitre cathédral à Clermont, abbé à Saint-Alyre, roi à Montferrand à partir de 1292 en plus du pouvoir consulaire et comtes dauphins à Chamalières). Un autre facteur joue, d’ordre davantage spatial : l’urbanisation semble en effet avoir été bloquée par l’implantation d’enclos ecclésiastiques de réguliers, mais aussi de domaines nobles. Le clergé régulier et les espaces privatisés ceinturent littéralement la ville des clercs séculiers. Les prémontrés de Saint-André, à partir du dernier tiers du XIIe siècle, empêchent l’urbanisation continue sur le pédoncule qui sépare Clermont de Chamalières et qu’encadrent, au nord et au sud, les dépressions mal drainées de la Tiretaine et de Jaude ; les chanoines réguliers de Chantoin (1199), rejoints un quart de siècle plus tard par les frères prêcheurs en contrebas du Champ Herm (actuelle place Delille), stérilisent à leur tour la sortie nord-est de Clermont en direction de Montferrand. Au XIVe siècle, le domaine aristocratique de Bien-Assis, appartenant successivement aux Roure, aux Vissac, aux bourgeois anoblis Balbet, aux ducs de Berry, puis aux Coustave, capitaines de ville eux-mêmes anoblis (Grélois 2010 : 89-92), le château des Salles, appuyé sur les vestiges de l’édifice antique Vasso Galate, et plus tard le domaine du Bois-de-Cros, voisin de l’enclos de Saint-André, vitrifient aussi le paysage suburbain. Quant aux lotissements urbains avortés, ils sont récupérés par des couvents : dès le XIIIe siècle dans le cas des prêcheurs à l’est, au début du XIVe siècle pour les clarisses au nord entre Saint-Pierre et Saint-Étienne, plus tard encore avec les couvents implantés tardivement (Augustins entre Saint-Bonnet et Saint-Pierre) ou à partir de la Contre-Réforme (Ursulines, Grand Séminaire). Ces mêmes enclos sont en partie récupérés par l’industrie, notamment par Michelin (Bien-Assis en 1912).

38Chaque agglomération est le produit d’une histoire propre. Clermont-Ferrand illustre à sa façon la trajectoire d’une cité de fondation augustéenne dont le développement médiéval a composé avec la résilience d’éléments morphogènes antiques ; de même, l’expansion plus récente, limitée à l’époque moderne, plus notable à l’époque industrielle, s’est localisée dans des interstices apparus à la fin du Moyen Âge pour des raisons tant défensives (couvents dans les anciens faubourgs détruits) qu’institutionnelles (usines entre les deux villes dont l’union topographique a échoué).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Fournier P.-F. 1970. Clermont-Ferrand au VIe siècle. Recherches sur la topographie de la ville, Bibliothèque de l’École des Chartes, 128 : 273-344.

Gille B. 1969. Les transformations de Clermont au XVIIIe siècle, Revue d’Auvergne, 83 : 85-121.

Grélois E. 2003. Territorium civitatis. L’emprise de l’Église sur l’espace d’une cité et de ses environs : Clermont au XIIIe siècle, Thèse de doctorat dactyl. soutenue le 13 décembre 2003 à l’université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Grélois E. 2007. La bourgeoisie à Clermont : caractérisation d’une population aux contours incertains (fin du XIIe siècle-XIVe siècle), in : Jean-Marie L. (dir.), La notabilité urbaine. Xe-XVIIIe siècles, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, Caen : 67-78 (Histoire urbaine, no 1).

Grélois E. 2010. Les nobles à Clermont au XIIIe et dans la première moitié du XIVe siècle : lignages, résidences, activités, in : Dutour T. (dir.), Les nobles et la ville dans l’espace francophone (XIIe-XVIe siècles), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, Paris : 75-92.

Grélois E. et Chambon J.-P. 2008. Les noms de lieux antiques et tardo-antiques d’Augustonemetum/Clermont-Ferrand. Étude de linguistique historique, coll. « Bibliothèque de linguistique romane », 4, Strasbourg.

Lauranson-Rosaz C. 2010. Espace ecclésial et liturgie en Auvergne autour de l’an Mil à partir du Libellus de sanctis ecclesiis et monasteriis Claromontii, in : Baud A. (dir.), Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, Actes du colloque international Espace et liturgie au Moyen Âge. Organisation de l’espace ecclésial (Nantua, 23-25 novembre 2006), Lyon, : 43-64 (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, no 53).

Teyssot J. 2003. Montferrand et Riom, XIIe-XVe siècle, in : Gauthiez B., Zadora-Rio É. et Galinié H. (dir.), Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Presses universitaires François-Rabelais et Maison des sciences de l’Homme, coll. « Perspectives Villes et Territoires », 5, Tours, t. 1 : 97-109 et t. 2 : 67-75.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Du territoire d’Augustonemetum à la commune de Clermont-Ferrand.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 2 – Masses parcellaires en 1831 (Fond de carte : tableau d’assemblage du cadastre de 1831).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 3 – Clermont : plan toponymique. 1 Église mère (cathédrale) 2 Notre-Dame-du-Port 3 Saint-Laurent 4 Saint-Pierre 5 Saint-Genès 6 Saint-Alyre 7 Saint-Cassi 8 Saint-Cirgues 9 Saint-Étienne 10 Saint-Bonnet 11 Saint-Pierre de Chantoin 12 Saint-Éloi 13 Saint-Adjutor 14 Sainte-Marie-Madeleine (le Colombier) 15 Saint-André 16 Saint-Rémy 17 Chapelle de Jaude 18 Chapelle de Beaurepaire (Cordeliers Vieux) 19 Couvent des Cordeliers (Mineurs) 20 Couvent des Jacobins (Prêcheurs) 21 Couvent des Carmes 22 Couvent des Clarisses 23 Couvent des Augustins 24 Hôpital Saint-Barthélemy a Porte du Palais b Porte du Terrail c Porte Dalmas d Porte Terrasse e Porte de la Monnaie f Porte Barnier g Porte de Chatus h Porte du Champ Herm i Porte Notre-Dame j Porte Cornavi k Porte Nartonne (du Cerf) l Porte Neuve m Porte de Jaude (Saint-Esprit) n Porte Copeyr o Porte des Gras p Porte Saint-Pierre q Porte Laurens A Palais B Monnaie C Officialité D Abbaye E Évêché F Mazet G Place Saint-Pierre H Gras I Rue des Gras J Rue des Petits-Gras (= des Chaussetiers) K Rue Prévôte L Rue du Port M Rue sous-le-Terrail (= Pascal) N Place du Terrail O Marché-au-Blé (las Annonas) P Rue Saint-Genès Q Rue Forosan (= de la Treille) R Las Crotas S Jaude T Chastel Sarrazi (les Salles) U Bois-de-Cros V Lo Pescheir (Bien-Assis) W Emplacement du Palais des Aycelin X Emplacement de l’ayat de l’abbé
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

Auteur

Maître de conférences en Histoire du Moyen Âge, Université Rennes 2 Haute-Bretagne, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO) – UMR 6258

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540