Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

L’analyse de la composition urbaine de Reims entre la fin de la période gauloise et le IVe siècle : apport de trente ans de fouilles préventives

What 30 years of preventive archaeology in Reims has taught us about its urban structure, from the late Gaul era to the 4th century AD

François Berthelot, Maxence Poirier, Philippe Rollet e Agnès Balmelle

Abstract

Preventive archaeology in Reims over the last 30 years has produced a considerable amount of data about the capital of the Gallia Belgica province, offering a new vision of the urban outline. The main changes to the urban structure can be seen through successive enclosures, street networks, housing and monumental buildings. A pattern of urbanization and development of the outer districts and the ancient city centre can be seen in the way the urban space was divided up and modified. The insulae in Reims were among the largest in the Roman Empire. Analysis of their spatial organization, the way they were divided up, and the outline of the buildings all suggest the existence of housing estates and town planning regulations.

Testo integrale

1L’objet principal de cette présentation n’est pas de faire une comparaison avec le congrès de Tours de 1980 (Archéologie urbaine 1982). Cependant, en forme de clin d’œil et aussi parce que nous avons vécu l’évolution de l’archéologie préventive au cours de ces trente années, il nous a paru nécessaire de faire un peu d’historiographie et d’évoquer l’acquis général des connaissances sur la ville antique par un plan (fig. 1). Y figurent, d’une part, les douze fouilles de sauvetages, environ, menées dans des conditions très difficiles entre 1970 et 1980 (Neiss 1980), avec des moyens qui peuvent maintenant paraître indécents et, d’autre part, les 80 opérations de fouilles préventives menées entre 1982 et 2011 dans des conditions acceptables (Berthelot et al. 2011). Il illustre bien la masse des données recueillies et les résultats qui sont présentés ci-dessous, essentiellement dus à l’archéologie préventive par une activité continue sur le site urbain qui a permis de pérenniser une équipe de chercheurs sur place. Nous présentons donc ici des éléments issus de recherches sur l’évolution de la composition urbaine antique et, à une autre échelle, les premières conclusions d’une étude récente et fine du parcellaire.

LIMITES ET FORMES URBAINES

Période gauloise

2La première occupation importante du site est un habitat ouvert de La Tène C2-D1 qui se densifie progressivement jusqu’à ce que lui succède un oppidum postérieur aux années quatre-vingt avant notre ère (Balmelle 1995). Cette fortification est constituée d’un large fossé à fond plat pouvant mesurer jusqu’à 50 m de large et 10 m de profondeur et d’un rempart massif (levée de craie). À l’intérieur de cette enceinte de 80 ha, des habitats de La Tène finale ont été fouillés à plusieurs reprises mais n’ont pas livré, à une seule exception près, de plans interprétables des structures mises au jour en raison de leur oblitération par les multiples occupations postérieures. Ces découvertes ne sont faites qu’à l’occasion de fouilles préventives dont l’emplacement ne peut être choisi en fonction d’une problématique scientifique. Au vu de leur nombre, on peut néanmoins affirmer que l’oppidum recèle une occupation relativement dense à La Tène finale (Neiss et al. 2010) que l’on pourrait qualifier de première urbanisation, très certainement organisée le long de la rivière, avec un habitat orienté selon les deux axes principaux qui correspondent à des voies de communication importantes, déjà à cette période et qui perdurent encore aujourd’hui.

Une première organisation urbaine antique

3C’est à l’intérieur de cette enceinte qu’après la Conquête se développe la ville romaine précoce dont les témoins matériels sont désormais de plus en plus nombreux. Les traces d’un premier quadrillage de rues (fig. 2), des témoignages d’activités artisanales et des vestiges d’habitats y ont été étudiés récemment. L’orientation des rues et des constructions diffère très légèrement de celle du quadrillage qui sera établi ensuite pendant le règne d’Auguste. Il est ainsi très probable que cette nouvelle phase d’urbanisation reprend l’organisation antérieure en s’appuyant sur les deux axes principaux. Cette occupation, limitée par l’enceinte de l’oppidum, s’étend rapidement en dehors au nord et à l’ouest, avec des orientations différentes alignées sur le fossé proche (Neiss et Rollet 2011). Un quartier artisanal, essentiellement consacré à la production de poterie, se développe au sud, à l’extérieur de l’enceinte. Ces faits montrent que l’urbanisation déborde rapidement du périmètre de la première enceinte, probablement par manque de place, et confortent l’hypothèse d’un essor très rapide de la ville pendant les trente années qui suivent la Conquête.

La grande enceinte

4Ce que nous appelons la grande enceinte est à l’origine d’une nouvelle composition urbaine. Son tracé polygonal est désormais bien reconnu à l’exception de son extrémité, au nord-ouest. Elle est matérialisée par un grand fossé creusé dans le substrat crayeux, de 30 m de largeur et de 6 à 10 m de profondeur en moyenne pour 7 km de longueur, qui délimite une surface enclose de 600 ha. La rivière, la Vesle, et des marais complètent l’enceinte à l’ouest. Aucun élément de rempart n’a pu être mis en évidence pour l’instant mais l’analyse du comblement du fossé suggère la présence d’un remblai de craie à l’arrière de celui-ci. L’enceinte constitue la limite du quadrillage urbain augustéen, les nécropoles contemporaines se situant immédiatement à l’extérieur et les voies romaines prenant toutes naissance à son niveau, ce qui nous a incités à la dater, par défaut, du règne d’Auguste. Cependant une découverte encore inédite (Thomann et Péchart 2013) donne des éléments chronologiques plus précis qui plaident en faveur du comblement du fossé dans une fourchette chronologique entre 25 et 1 avant notre ère. De plus, des observations géologiques et pédologiques indiquent que ce même fossé n’aurait été ouvert que très peu de temps, une ou deux décennies au plus. Nous sommes donc en présence d’une enceinte dont la construction serait postérieure à l’oppidum et en partie contemporaine de la première urbanisation qui suit la Conquête. S’agit-il d’une enceinte liée au statut de cité fédérée ? La question reste posée, mais il est clair que ces nouvelles données amènent à reconsidérer les schémas d’évolution de la structure urbaine telle que nous l’imaginions auparavant mais demandent surtout à être confirmées en d’autres points de l’enceinte.

Fig. 1 – Reims, localisation des opérations de fouille effectuées (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).

Refondation urbaine augustéenne

5Après la première phase d’urbanisation, le site fait l’objet d’une refondation de grande ampleur qui prend en partie en compte les contraintes que constituent la présence de l’oppidum et celle de l’occupation antique antérieure.

6Il s’agit de la création, dans les quinze dernières années avant notre ère, d’un vaste plan d’urbanisme aux dimensions inusitées dans l’Empire romain, puisqu’il s’étend sur environ 600 ha.

7La grande enceinte constitue la limite du plan à damier qui est créé au tout début du règne d’Auguste, son nouveau statut de capitale de la Gaule Belgique pouvant expliquer l’ambition et la démesure de cette nouvelle création urbaine.

  • 1 Les tracés restitués de la voirie sont prolongés jusqu’à la limite des secteurs occupés par des st (...)

8À partir des découvertes récentes et anciennes, il est possible de dresser un plan du tracé des rues reconnues et ensuite d’en déduire les tracés restituables1 (fig. 3). On peut aussi constater que lors de son implantation, l’obstacle du fossé de l’oppidum, qui ne sera rebouché qu’à la fin du Ier siècle de notre ère, engendre à l’est et à l’ouest de la ville des rues qui suivent son tracé, divergeant ainsi de l’orientation générale.

9Les rues initiales du quadrillage augustéen sont installées sur la craie géologique ou sur un paléosol périglaciaire qui la recouvre par endroits et les surfaces de roulement sont généralement limitées par des caniveaux en bois en avant des trottoirs. Elles mesurent, en majorité, 17,50 m de façade à façade.

10Pendant la période gallo-romaine précoce et essentiellement sous le règne d’Auguste, un habitat encore construit en matériaux traditionnels (terre, torchis et bois) coexiste avec des habitats en pierres maçonnées (Balmelle et Neiss 2003 : 40) qui sont le signe d’une romanisation précoce.

  • 2 Dans les années 1980, un mur est-ouest antérieur au cryptoportique a été observé, à l’extérieur, d (...)

11C’est également à la période augustéenne que le premier monument connu à Reims, le cénotaphe des Princes de la Jeunesse (Neiss et Deniaux 1992) est construit, probablement sur un premier forum d’époque augustéenne2.

12Aux limites sud de la ville, une vaste zone artisanale essentiellement occupée par des ateliers de potiers commence à se développer.

Fig. 2 – Reims, plan de la ville gallo-romaine précoce ou républicaine (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).

Fig. 3 – Reims, plan du quadrillage augustéen et localisation des monuments et de l’enceinte tardo-antique (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).

Évolution de la forme urbaine entre le Ier et le IIIe siècle : la ville ouverte

13Le quadrillage augustéen constitue le cadre de l’évolution de la ville pendant trois siècles. Ce schéma directeur ambitieux voit son achèvement pendant le IIe siècle et n’évolue ensuite que par des améliorations du réseau viaire et des réseaux d’eaux usées, pluviales et d’approvisionnement en eau potable.

14Du début du Ier siècle de notre ère jusqu’à la fin du IIIe siècle, la largeur de l’espace public reste inchangée : en majorité les rues mesurent 17,50 m de large de façade à façade, ce qui correspond à un demi actus, soit 60 pes monetalis. Cependant la largeur de la bande de roulement fluctue au fil du temps, tributaire de l’importance des caniveaux, de l’espace dévolu aux trottoirs et de l’empiètement des riverains sur le domaine public. Ce phénomène de rétrécissement/élargissement a pu être mis en évidence en particulier sur le chantier de la rue de Venise, avec des largeurs comprises entre 7 et 10,50 m (Rollet 2001). Il cesse au moment de la construction des portiques.

15De rues encore peu équipées aux chaussées fragiles, on passe progressivement à des rues à portiques avec des adductions d’eau et des chaussées dignes d’une capitale de province. Dès la fin du Ier siècle, mais surtout pendant le IIe siècle, ce sont au moins 17 000 piliers de portiques qui sont construits. Ils matérialisent une normalisation du paysage urbain qui devient le cadre (décor) de la mise en scène des monuments (Berthelot 2004). La présence de portiques induit également celle d’un étage au-dessus de la galerie comme cela a pu être démontré formellement, notamment sur le site de la médiathèque Cathédrale ce qui implique également de profondes transformations de la nature de l’habitat ainsi que de la structure des îlots.

16Probablement en relation avec la construction de portiques, la gestion des eaux usées et/ou pluviales est complètement revue. Auparavant, durant le Ier siècle, les caniveaux ceinturent les îlots et ne traversent pas les carrefours. Ils sont seulement associés à des petits bassins (de rétention, décantation ?) et en cas de fortes pluies il est évident qu’ils devaient être rapidement saturés. Ce type de gestion a été observé à maintes reprises et notamment sur les chantiers du 10-20, rue de Venise (Rollet 2001) et de la rue Gambetta (Berthelot 1993).

17La création de caniveaux le long des piles de portiques correspond également à la réfection ou à l’aménagement d’une nouvelle chaussée empierrée. À cette occasion on constate que les carrefours ont été aménagés spécifiquement afin que les caniveaux est-ouest puissent les traverser pour aller se jeter dans la rivière. Dès lors, la gestion des eaux usées ou pluviales ne se fait plus à l’échelle de l’îlot mais à celle de la ville. Ce système est perçu à l’heure actuelle dans les quartiers excentrés ainsi que dans le centre antique où, au moins sur les deux grands axes principaux, l’écoulement des eaux vers la rivière est aussi assuré par de grands collecteurs maçonnés.

Fig. 4 – Reims, proposition de restitution des constructions antiques à partir des données recueillies sur le chantier de la médiathèque Cathédrale (M. Poirier, X. Briand d’après A. Balmelle).

18Le dernier point concernant la rue montre que la chaussée a également été utilisée pour y enfouir les réseaux d’adduction d’eau sous pression, très certainement alimentés par l’aqueduc. Ces canalisations sont attestées sur chaque opération, quand les empierrements de la bande de roulement n’ont pas été récupérés en totalité. Sur deux fouilles à la périphérie de la ville, au sud et au nord, en dépit d’une récupération importante, une canalisation est avérée par la présence de frettes en place, au sein d’une petite tranchée. Sur le chantier de la médiathèque Cathédrale où les vestiges du Haut-Empire ont été mieux préservés par la levée de terre située à l’arrière de la courtine du rempart tardoantique, ce sont sept canalisations parallèles qui ont été mises au jour, montrant ainsi les qualités techniques de l’installation hydraulique (fig. 4).

19À la suite de la refondation augustéenne, l’habitat évolue de plus en plus vers une construction inspirée des techniques romaines tout en conservant l’utilisation de la craie pilée dans les fondations des murs et des carreaux de terre dans leurs élévations. Le plus souvent, ce sont les seuls soubassements qui sont construits en pierres maçonnées.

20Les matériaux ont été extraits soit sur place (la craie), soit à proximité entre 8 et 10 km (calcaire bartonien, calcaire grossier lutétien ; meulières), soit à distance de la ville entre 20 et 50 km (calcaire à ditrupes et milioles).

21Ainsi, l’absence de matériaux de construction en dur sur place, et donc leur rareté puisque les gisements sont éloignés, a conduit à une récupération systématique des murs antiques. Ce phénomène rend l’étude des sites difficile puisque beaucoup de relations stratigraphiques ont disparu.

22Néanmoins, on constate des habitats de deux types : l’habitat classique de type domus (Jouhet 2002) et l’habitat vernaculaire. Les insulae sont soit entièrement construites soit occupées au niveau des façades des rues, laissant ainsi de vastes espaces libres à l’intérieur des îlots. Ce que l’on peut affirmer, c’est une densification et une progression constante du confort des habitats (Gaston-Brunet 2009), quel que soit leur type, entre la période gallo-romaine précoce et le IVe siècle.

23Parallèlement à l’amélioration de l’équipement des rues, une deuxième phase du développement urbain est caractérisée par la parure monumentale. Elle est révélatrice de la richesse et de la puissance des élites locales et du statut de la cité.

24Le forum de Reims (fig. 3, no 1) s’étend sur 2,5 ha (250 m x 100 m) et son organisation est tripartite. La partie du cryptoportique actuellement conservée n’est qu’une petite composante d’un vaste ensemble monumental comparable à celui de Trèves (Cüppers 1979).

25L’amphithéâtre (fig. 3, no 2), grâce aux fouilles récentes du tramway (Sindonino 2013, à paraître), est désormais localisé précisément et ses dimensions restituées : 122 m x 100 m. La construction est postérieure au milieu du Ier siècle de notre ère. Sa situation était jusque-là globalement connue par sa représentation sur les plans du XVIIIe siècle, mais la récupération totale de ses matériaux et la mise en culture des terrains ont complètement effacé sa trace au point qu’il n’apparaît plus dans le parcellaire du cadastre napoléonien.

26Quatre arcs de triomphe enjambent le passage des axes principaux en direction des quatre sorties de la ville tout en encadrant le centre administratif et monumental. Celui de la porte de Mars, au nord (fig. 3, no 3), s’étend avec ses trois arcades sur 32,50 m de largeur. Celui de la porte Bazée, au sud (fig. 3, no 4), avait la même ampleur. Ce sont les deux plus grands arcs connus du monde romain. Ces quatre arcs, probablement construits entre le milieu et la fin du IIe siècle, illustrent encore l’image de grandeur et d’opulence que la ville cherchait à donner d’elle-même tout en s’attachant à rappeler, au moins symboliquement, son ancien statut de cité indépendante car fédérée. Lors des fouilles du tramway en 2007, des substructions de la pile d’un arc antique, qui enjambe le decumanus maximus à l’ouest (fig. 3, no 5), ont été mises au jour. Les dimensions de la pile tendent à indiquer qu’il s’agirait d’un arc du même type que ceux de la porte de Mars et de la porte Bazée.

27Un sanctuaire important daté de la fin du IIe siècle-début du IIIe siècle (Rollet 2006) a été découvert en limite septentrionale de l’agglomération (fig. 3, no 7). Une construction de type cryptoportique a été mise au jour sur une cinquantaine de mètres de longueur. L’étude de la topographie de ce secteur et les découvertes du XIXe siècle permettent de restituer, avec vraisemblance, une esplanade d’environ 100 m de côté comportant un ou plusieurs sanctuaires.

  • 3 Information orale de Sébastien Péchart, responsable scientifique de l’opération, Service archéolog (...)

28Il est à noter qu’en vis-à-vis, de l’autre côté du cardo principal, un temple de plan octogonal avec une cella circulaire vient d’être découvert rue Lecointre3 (fig. 3, no 8), confirmant à la fois la vocation cultuelle de ce secteur et la réalité de la mise en scène monumentale qui privilégie l’axe nord-sud de la ville.

29Des thermes publics s’étendent à l’emplacement de la cathédrale actuelle sur plus d’1 ha (fig. 3, no 9). Il n’en existe que des plans partiels, mais l’étude stratigraphique montre plusieurs états de construction et de transformation du Ier jusqu’au IVe siècle où une reconstruction serait due à l’Empereur Constantin comme l’atteste une inscription.

30L’aqueduc antique de Reims a fait l’objet d’une publication de synthèse récente qui a permis de faire le point sur les connaissances architecturales de l’ouvrage hydraulique et sur la précision de son tracé sur près de 40 km (Rabasté 2010). Il est désormais acquis que la construction de l’ouvrage se situe durant la seconde partie du règne d’Auguste, dans le premier quart du Ier siècle de notre ère. La corrélation des éléments archéologiques et des données apportées par les aménagements hydrauliques antiques dans la ville semble situer son abandon à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle.

Les transformations de l’Antiquité tardive

31À partir du IVe siècle, loin d’être un traumatisme urbain profond, les modifications de la composition urbaine de Reims s’inscrivent dans le cadre général des mutations des villes de cette période.

32Le grand changement dans la structure urbaine, au début du IVe siècle, réside en l’édification de l’enceinte de l’Antiquité tardive (fig. 3), dont la construction remonte vraisemblablement aux décennies 330-350 (Neiss et Sindonino 2004). Cette enceinte monumentale, outre sa fonction défensive, a aussi pour rôle d’affirmer le pouvoir de la ville et de la cité. À l’intérieur, une nouvelle rue (ou chemin de ronde) est construite tandis que le réseau viaire créé antérieurement ne semble pas changer, hormis la colonisation de l’espace des portiques par l’habitat. Des grands travaux, comme la réfection des thermes publics et la pose d’un dallage de rue en façade de ceux-ci, et la permanence des maisons de l’élite dans ce secteur montrent bien que le début du IVe siècle redevient pour un temps une période économique stable où les édiles de la capitale de la Belgique seconde disposent de moyens encore importants. Cette enceinte perdure jusqu’au XIIIe siècle où lui succède l’enceinte médiévale.

PREMIERS ÉLÉMENTS SUR LE DÉCOUPAGE PARCELLAIRE

33L’urbanisme de Durocortorum s’inscrit dans la lignée des plans à damier connus dans toutes les régions de l’Empire romain. Le quadrillage est implanté selon une orientation à 30° ouest, sensiblement parallèle au cours d’eau (la Vesle). Les insulae du carroyage augustéen ont une surface qui varie de 15 000 à 20 000 m² et elles sont pratiquement dix fois plus vastes en superficie que celles du carroyage créé près de 120 ans plus tôt à Aix-en-Provence, ou encore, correspondent au double de celles de Limoges durant l’époque augustéenne. Cette originalité est partagée par d’autres villes du nord de la Gaule, comme Amiens avec 22 000 m² (Bayard 2004) ou Tongres avec 12 000 m² (Vanderhoeven 2004).

34Dans un premier temps, l’empreinte prédominante du plan à damier a orienté la recherche sur le système viaire lui-même, en délaissant provisoirement l’étude de l’organisation interne des insulae, très complexe à aborder dans le contexte archéologique rémois. Les plus grandes difficultés résultent de la récupération des matériaux de construction qui effacent de nombreuses informations archéologiques. Actuellement, c’est sur le parcellaire des insulae et leur occupation que de nouvelles recherches commencent à se développer.

35Les opérations archéologiques récentes permettent désormais de percevoir un schéma directeur de l’urbanisation ex-nihilo des secteurs excentrés. Ceux-ci correspondent à une zone de près de 300 ha, une sorte de couronne délimitée par le fossé de la fin de l’époque gauloise et par la grande enceinte. Une rue nord-sud est maintenant attestée sur 2,5 km de long, les extrémités se trouvant à proximité immédiate de l’enceinte, aux franges de la ville (fig. 5). Différentes opérations ont livré des informations sur la rue elle-même, ont localisé avec précision plusieurs carrefours et ont montré à maintes reprises que certains murs étaient construits exactement sur le tracé d’alignements de trous de poteau antérieurs, notamment les murs de façade ainsi que des murs en fond de parcelles parallèles à ces derniers et ponctuellement des murs de refend.

36Menée dans la partie nord de la ville, rue Maucroix (fig. 5, no 8), une opération de fouille a fourni des données qui apportent des éléments sur la taille des îlots et leur découpage interne (Rollet 2009). Au milieu du Ier siècle, un horreum d’au moins 70 m de long y est construit sur un vide sanitaire. Il est bordé à l’ouest, à une distance de 0,80 m, par une palissade constituée d’une quarantaine de poteaux qui marque la limite entre la zone de stockage et les constructions privées (fig. 6).

Fig. 5 – Reims, localisation des opérations ayant porté sur la rue nord-sud attestée sur 2,5 km de long (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).

Fig. 6 – Reims, plan de l’opération archéologique de la rue Maucroix (en fond gris) resituée dans l’îlot et proposition de découpage parcellaire (P. Rollet 2013. Source Inrap).

37Vers la fin du Ier siècle, l’entrepôt cède la place à un nouveau bâtiment probablement à vocation commerciale. Il est plus vaste et fondé sur d’importants massifs en craie compactée surmontés de dés en pierre. Il s’étend largement vers l’ouest au-delà de la limite du bâtiment précédent et devient mitoyen des constructions privées. De ce fait la séparation antérieure matérialisée par la palissade est supprimée.

38À partir des années 220 ce bâtiment est totalement détruit puis l’espace qu’il occupait est ensuite colonisé par les riverains. L’extension maximale des nouvelles constructions vers l’est reprend alors exactement la limite antérieure matérialisée par la palissade qui a pourtant été effacée du paysage depuis plus de cent ans.

39Cette succession de faits est mise en évidence dans un îlot dont les dimensions et celles des divisions internes tendent à montrer que la viabilisation a été réalisée en prenant pour unité l’actus, soit 120 pes monetalis correspondant à 35,44 m. L’îlot mesure 480 pes monetalis sur 360 et correspond à 4 actus sur 3. La limite matérialisée vers les années 40-45 par une palissade puis au début du IIIe siècle par des murs se trouve alors à un actus du bord de l’îlot (fig. 6). De plus, on a pu observer plusieurs alignements de trous de poteau dont les espacements de 12, 30 ou 60 pieds correspondent à des fractions justes d’actus, 1/5, 1/4 ou 1/2.

40Les données recueillies ici permettent une nouvelle interprétation des plans de fouilles antérieures, prenant en compte les axes forts constitués initialement d’alignements de trous de poteau repris ensuite par les constructions en dur. En effet, la question des découpages parcellaires des îlots antiques et de leur pérennité au cours du Haut-Empire n’est pas propre aux fouilles de la rue Maucroix. D’autres opérations rémoises renvoient à cette question (fig. 5). Il s’agit aussi bien des chantiers situés dans le même secteur, comme celui de la rue Roosevelt en 2006 (Lefils 2011) ou du boulevard Roederer en 2007 sur les fouilles du tramway (Sindonino 2013) que de ceux se trouvant dans des quartiers périphériques du sud de l’agglomération : rue Gambetta (Berthelot 1993), où les murs de refend ont été implantés tous les 120 pieds avec des subdivisions égales à 60 pieds, ou rue de l’Équerre (Rollet, en cours) chantier sur lequel les îlots sont partitionnés de la même manière.

41Ces observations apportent des éléments sur un schéma directeur pour l’aménagement interne des îlots urbains et donc sur le parcellaire, mais à l’heure actuelle ce modèle ne peut être appliqué à l’ensemble de la ville, notamment dans la zone délimitée par le fossé gaulois, non rebouché lors de l’établissement du quadrillage. L’ampleur de cette structure a contraint les géomètres romains à adapter leur plan en fonction de cet obstacle, au moins à l’est et à l’ouest, en créant un réseau de rues longeant l’ancien oppidum.

CONCLUSION

42Le site de Reims, d’un habitat ouvert de La Tène C2-D1, évolue vers un site fortifié à La Tène finale. Cet oppidum tardif apparaît déterminant dans le processus de fondation urbaine. Il est très probable que l’alliance des Rèmes avec les romains pendant la guerre des Gaules est à l’origine de son statut de chef-lieu de cité fédérée qui a provoqué un essor très important de l’occupation du site de la Conquête à la fin du Ier siècle avant notre ère et pendant le siècle suivant.

43La construction de la grande enceinte est peut-être liée à ce statut, mais sa datation reste à déterminer plus précisément. Quoi qu’il en soit, elle sera la limite de l’extension du quadrillage augustéen et de sa liaison avec le réseau routier.

44Entre le début du Ier siècle et la fin du IIIe siècle, Durocortorum est une ville ouverte qui continue à se développer à l’intérieur de cette limite et dans ce tissu viaire qui n’évolue que par l’amélioration des chaussées et la construction généralisée des portiques en bordure des rues. Parallèlement à la mise en place de la parure monumentale digne d’une capitale de province romaine, l’habitat fait également l’objet d’améliorations notables.

45La fin de la période romaine voit un profond changement dans la forme de la ville à nouveau fortifiée par un rempart monumental qui enclot une surface de 55 ha ce qui fait de Reims une des plus grandes villes de la Gaule à cette période.

46Si l’étude globale de la forme urbaine a été le sujet le plus traité jusqu’à maintenant, les nouveaux axes de recherches consistent à inverser la méthode et à esquisser des justifications fonctionnelles pour la métrologie de ces insulae très différentes et qui ont façonné le paysage urbain, avec un long cortège de problèmes techniques à résoudre (réseaux, distribution, assainissement, circulations internes…) nécessitant une ingénierie urbaine de grande qualité.

Bibliografia

BIBLIOGRAPHIE

Archéologie urbaine 1982. Archéologie urbaine. Actes du colloque international de Tours, 17-20 novembre 1980, Association pour les fouilles archéologiques nationales, Paris, 769 p.

Balmelle A. et Sindonino S. 2004. Reims, 6, rue des Fuseliers, rue Chanzy, rue Rockefeller. Rapport final d’opération, Service régional d’archéologie de Champagne-Ardenne.

Bayard D. 2004. Les villes du nord de la Gaule dans l’Antiquité tardive, in : La marque de Rome. Samarobriva et les villes du nord de la Gaule, catalogue d’exposition (Amiens, 14 février-16 mai 2004), Musée de Picardie, Amiens : 162-177.

Berthelot F. 1984. Chronique des fouilles archéologiques du département de la Marne. Reims : le square du Trésor, Bulletin de la Fédération des Sociétés archéologiques de Champagne-Ardenne, no 1, Reims : 64.

Berthelot F., Balmelle A. et Rollet P. 1993. Fouilles archéologiques sur le site du Conservatoire à Reims, Archéologie urbaine 3, Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 87 (4) : 1-140.

Berthelot F. 2004. La structure et l’évolution des rues antiques de Reims (Durocortorum), Mémoire de maîtrise d’archéologie, Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Paris, 200 p.

Berthelot F., Poirier M., Neiss R., Balmelle A. et Rollet P. 2011. Urbanisme et programme monumental de la ville de Reims/Durocortorum entre le ier et le IVe siècle ap J. -C., Roman and Barbarian. Proceedings of the 17th International Congress of Classical Archaeology, Rome 22-26 sept. 2008. Paper on line, website du Ministero per i Beni e le Attività Culturali, http://151.12.58.75/archeologia/index.php?option=com_content&view=article&id=54&Itemid=54.

Cüppers H. 1979. Das römische Forum der Colonia Augusta Treverorum, in: 100 Jahre Rheinisches Landesmuseum Trier, Verlag Philipp von Zabern, Main am Rhein: 211-262.

Neiss R. 1982. Reims, in: Archéologie urbaine 1982: 641-653.

Neiss R. et Deniaux E. 1992. L’inscription de la porte Bazée à Reims et la célébration des princes de la jeunesse, in : Fêtes et politique en Champagne. Actes du colloque du Centre d’Études Champenoises 15-16 juin 1990, Presses universitaires de Nancy, Nancy : 9-22.

Neiss R. et Sindonino S. 2006. Civitas Remi. La ville et son enceinte au IVe siècle, Archéologie urbaine à Reims, 6, Bulletin de la société archéologique champenoise, 97 (4), 127 p.

Neiss R. et Rollet P. 2011. Reims. L’oppidum et les débuts de la ville gallo-romaine. Roman and Barbarian. Proceedings of the 17th International Congress of Classical Archaeology, Rome 22-26 sept. 2008, Paper on line, website du Ministero per i Beni e le Attività Culturali, http://151.12.58.75/archeologia/index.php?option=com_content&view=article&id=54&Itemid=54.

Rabasté Y. et Ardhuin M. 2011. L’aqueduc antique de Reims (Durocotorum), Bulletin de la société archéologique champenoise, 103, 2010, 4, Reims, 120 p.

Rollet P. 2011. Reims, 59 rue Belin, Bilan scientifique, DRAC Service régional d’archéologie Champagne-Ardenne : 77-80.

Rollet P., Balmelle A. et Berthelot F. 2001. Reims (Marne), le quartier gallo-romain de la rue de Venise et sa réoccupation à l’époque moderne, Archéologie urbaine 4, Bulletin de la société archéologique champenoise, 2-3 : 1-176.

Sindonino S. et al. 2013. Reims, fouilles du tramway, Rapport final d’opération, à paraître.

Thomann A. et Péchart S. 2013. 43 rue de Sébastopol à Reims, Rapport final d’opération, à paraître.

Vanderhoeven A. 2004. Tongres-Atuatuca Tungrorum, in : La marque de Rome, les villes du nord de la Gaule, Catalogue d’exposition, 14 février-16 mai 2004, Musée de Picardie.

Note

1 Les tracés restitués de la voirie sont prolongés jusqu’à la limite des secteurs occupés par des structures d’habitat en l’état actuel des connaissances. Les secteurs nord-est et sud-est de la ville n’ont pas fait l’objet de fouilles récentes importantes permettant d’affirmer ou d’infirmer l’extension urbaine antique en ces endroits.

2 Dans les années 1980, un mur est-ouest antérieur au cryptoportique a été observé, à l’extérieur, dans l’angle nord-est de celui-ci à plus de 4 m de profondeur. Observation F. Berthelot non publiée.

3 Information orale de Sébastien Péchart, responsable scientifique de l’opération, Service archéologique de Reims Métropole.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1 – Reims, localisation des opérations de fouille effectuées (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-1.jpg
File image/jpeg, 322k
Legenda Fig. 2 – Reims, plan de la ville gallo-romaine précoce ou républicaine (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-2.jpg
File image/jpeg, 265k
Legenda Fig. 3 – Reims, plan du quadrillage augustéen et localisation des monuments et de l’enceinte tardo-antique (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-3.jpg
File image/jpeg, 385k
Legenda Fig. 4 – Reims, proposition de restitution des constructions antiques à partir des données recueillies sur le chantier de la médiathèque Cathédrale (M. Poirier, X. Briand d’après A. Balmelle).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-4.jpg
File image/jpeg, 179k
Legenda Fig. 5 – Reims, localisation des opérations ayant porté sur la rue nord-sud attestée sur 2,5 km de long (Berthelot 2012. Système de coordonnées : Lambert 2 étendu. Fond de carte : BDU Reims Métropole, 2007. Sources : SRA Champagne-Ardenne – Inrap Reims).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-5.jpg
File image/jpeg, 283k
Legenda Fig. 6 – Reims, plan de l’opération archéologique de la rue Maucroix (en fond gris) resituée dans l’îlot et proposition de découpage parcellaire (P. Rollet 2013. Source Inrap).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7630/img-6.jpg
File image/jpeg, 199k

Autori

Ingénieur, Direction régionale des affaires culturelles, Service régional de l’archéologie de Champagne-Ardenne

Architecte

Ingénieur à l’Inrap, Centre de recherches archéologiques de Reims

Ingénieur, Inrap, Centre de recherches archéologiques de Reims, et d’Émilie Jouhet, assistante d’étude, Inrap, Centre de recherches archéologiques de Reims.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540