Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologie de l’espace urbain

 | 
Elisabeth Lorans
, 
Xavier Rodier

Partie I. D’une ville l’autre

De la fouille urbaine à l’archéologie de la ville : le cas de Chartres

From urban excavations to the archaeology of the town: the case of Chartres

Dominique Joly

Résumé

Archaeological studies have been carried out in the city of Chartres since the mid-1970s. Revision of the statutory framework of archaeology in 2003 led to a sharp increase in the number of operations in the ancient urban space and its periphery. More than 420 operations have been carried out since 1975, yielding a considerable amount of information. We present the main findings and new knowledge, illustrating the potential of this accumulated data. A large municipal archaeology department contains data management tools and analysis expertise. However, while data for some plots have been processed on an ad hoc basis, the collections still need to be checked prior to carrying out synthesis studies.

Note de l’éditeur

Article rédigé avec l’aide et à partir des travaux de Cyrille Ben Kaddour, Frédéric Dupont et Séverine Fissette, archéologues au Service archéologie de la ville de Chartres, Jonathan Simon, céramologue et Julie Rivière, archéozoologue au Service archéologie de la ville de Chartres, Vincent Drost, numismate auprès du Cabinet des médailles.

Texte intégral

1L’archéologie à Chartres ne s’est pas déroulée de façon linéaire et n’a pas suivi, comme dans beaucoup d’autres villes, ce que l’on pourrait décrire aujourd’hui comme « le bon schéma ». Il n’en résulte pas moins une somme énorme d’informations, acquises au gré des avatars des structures qui ont géré le développement de la recherche, informations qui peuvent aujourd’hui donner lieu à de premières synthèses et à des projets coordonnés d’études et de publications. Ce texte énumère plutôt qu’il ne résume un certain nombre d’avancées et de connaissances nouvelles sur le passé de la ville.

LA VILLE AVANT LA VILLE

L’occupation néolithique

2Depuis plusieurs années, et principalement depuis le renouvellement, en 2003, de la loi sur l’archéologie, nos connaissances sur les plus anciennes occupations de Chartres et de son territoire se sont considérablement accrues. Plusieurs opérations réalisées sur les marges de la commune et sur ses voisines apportent des indices d’occupation néolithique (fig. 1). Des témoins épars (tessons isolés) ou denses (habitats caractérisés) couvrent toute la période de 5000 avant notre ère à 2000 avant notre ère. Ils sont trop espacés chronologiquement et géographiquement pour que l’on puisse esquisser une synthèse, mais cet ensemble, qui se rattache aux cultures classiques du bassin de la Seine, apparaît comme une zone de transition avec le bassin versant de la Loire. La plupart des sites sont datés du Néolithique ancien (VSG). Quelques-uns se rapportent au Néolithique moyen. Ceux du Néolithique récent sont plus rares. Ils sont les indices d’une installation agricole dense qui indique que la vallée de l’Eure, les limons de Beauce et l’éperon actuellement au centre de la commune constituaient déjà des éléments importants dans les choix d’installation des premiers agriculteurs beaucerons.

Fig. 1 – Liste des sites néolithiques autour de Chartres. Les références bibliographiques seront publiées dans les travaux du PCR (DUPONT, à paraître).

3Le site de Sours « Les Ouches » présente la plus ancienne occupation agricole de la région Centre. Les sites d’Auneau offrent une succession chronologique intéressante parce qu’elle comprend plusieurs phases du Néolithique. Les sites de Courville-sur-Eure et de Pierres livrent des installations en contexte alluvial. Les découvertes réalisées sur le territoire de Chartres confirment une installation précoce à cet endroit (notamment un four domestique dans le quartier de Beaulieu). Bien que d’autres sites complètent cette image, il n’est pas encore possible d’identifier des spécificités culturelles, d’autant que manquent les informations sur les enceintes et sur les pratiques funéraires.

Un oppidum carnute ?

4Si le territoire de la cité carnute est occupé de façon permanente à l’époque gauloise, l’oppidum est encore très mal connu. La topographie du lieu se prête à une installation de hauteur. L’Eure et un cours d’eau aujourd’hui réduit (le Couesnon) ont en effet entaillé le plateau calcaire de 25 à 30 m et formé, dans la partie sud de leur confluent, un éperon qui domine leurs vallées. L’utilisation de cet espace durant l’âge du Fer reste incertaine et les plus anciens témoins ne sont pas antérieurs au milieu du IIe siècle av. J.-C. (fig. 2).

Fig. 2 – Localisation des vestiges gaulois sur le site de l’oppidum.
Le grand cercle délimite l’emprise supposée du fossé à talus massif. Le petit cercle, concentrique au grand, délimite l’emprise supposée de la partie habitée, au-delà de laquelle se trouvent les nécropoles (DAO D. Joly, d’après Joly et Gibut 2009).

Les plus anciens témoins gaulois

5En dehors de lots de tessons non tournés qui se trouvent, en position résiduelle, dans les premières strates de la période romaine, le plus ancien témoin actuellement identifié est de nature funéraire. Il s’agit d’une urne cinéraire isolée contenant les restes d’un enfant de dix à seize ans, mise au jour dans la partie centrale du plateau, sur le site de la place des Épars (Fouille 2005, Sellès et Morin, à paraître). Le vase est un petit pot à panse bombée et col court, daté de La Tène D1a (150/120 av. J.-C.).

6Chronologiquement vient ensuite, dans la pointe de l’éperon, un lot de céramiques et de mobilier métallique (fibules, monnaies) issus d’un fossé et de couches d’occupation déposées sur des sols associés au fossé (Fouille 1969-1972, Courbin 1974a et 1974b ; fouille 1975-1976, Dessen et al. 1976). Les céramiques communes ont été partiellement publiées (Brunet 1985) et les amphores plus systématiquement étudiées (Poux et Sellès 1998). Une étude complète et cohérente de l’ensemble du mobilier, replacé dans son contexte, reste à réaliser. L’emprise très réduite de la fouille (moins de 50 m²) ne permet pas, en effet, d’interpréter le contexte de ce dépôt ni de préciser s’il succède à des niveaux antérieurs, la fouille n’ayant pas concerné la totalité de la stratification. La datation est donnée par le lot le plus ancien d’amphores gréco-italiques et inscrit l’occupation de ce petit secteur dans une fourchette chronologique située entre le dernier quart du IIe siècle av. J.-C. et la première décennie du siècle suivant (125/90 av. J.-C.).

Une nécropole

7Une nécropole se développe dans la partie sud-est du plateau. Elle comprend une série de quinze à vingt enclos fossoyés de plans carrés et rectangulaires et de tailles variables. La majorité des enclos possède une ouverture sur leur côté nord-est. Les plus petits mesurent 4 m de côté environ et le plus grand mesure 12 m sur 18 environ. En plusieurs endroits, dans l’emprise des fossés et à l’extérieur de ceux-ci, se trouvent des fosses et des épandages de cendres et d’ossements brûlés, ainsi que des vases contenant des ossements humains brûlés et des fibules en fer. Plusieurs concentrations de négatifs circulaires dans lesquels se trouvent des objets en alliage cuivreux restent, dans l’état actuel de la recherche, mal identifiés. L’étude céramologique donne une datation comprise entre 60 et 30 av. J.-C., ce qui situe cette nécropole à La Tène D2b. L’étude de ces ensembles est en cours (fouille du boulevard Chasles en 2005, Morin et Sellès, à paraître ; fouille du site Pasteur, Vieux-Capucins, Châteaudun en 2005-2006, Joly, à paraître ; fouille du site boulevard Chasles en 2011, Fissette, à paraître).

8La présence de cette nécropole à cet endroit du territoire apporte une information jusqu’alors inconnue sur la limite de l’agglomération gauloise mais il est difficile de la mettre en perspective avec d’autres éléments car ceux-ci sont rarissimes. Il est certain, en revanche, que cette nécropole est arasée au tout début de la période augustéenne. Un niveau général recouvre le comblement des enclos. Il contient des restes humains et animaux épars, des monnaies gauloises et romaines. Une forte concentration de phosphate démontre que cette zone a pu servir de pâture avant la mise en place de la voirie et du quartier d’habitat qui se développe durant les siècles suivants.

Le fossé à talus massif

9La ville antique de Chartres est délimitée par un large fossé de 10 à 20 m selon les endroits, fossé doublé d’un talus massif. Le fossé suit un tracé presque circulaire sur environ 6 km, son parcours supposé sur la rive droite de l’Eure étant à vérifier. L’ensemble dessine huit sections plus ou moins rectilignes, de 700 à 800 m de longueur. Aux angles de cet octogone sont souvent situés les points de départ des voies qui relient le centre urbain aux villes voisines. La présence de certaines voies en « patte d’oie » suggère la proximité du fossé et d’une porte.

10Le tracé du fossé est centré sur l’actuel quartier de la cathédrale, pointe du promontoire comprenant les plus anciens vestiges gaulois repérés à ce jour. La distance qui sépare cette zone centrale de la circonférence du fossé est inférieure à 1 km. La surface enclose dépasse 240 ha. Le plan privilégie l’aspect régulier au détriment de la fonction défensive. En effet, pour réaliser ce tracé circulaire, il faut traverser deux fois la vallée de l’Eure (dénivelé de plus de 30 m), une fois le vallon des Vauroux (dénivelé de 20 m) et une fois la vallée de Rechèvres (dénivelé de près de 20 m). Les accès n’ont jamais été fouillés, mais un relevé de 1897 montre ce qui pourrait être une porte, au sud-ouest (rue Maunoury).

11La date supposée de création ne peut être antérieure à La Tène D2b, mais doit précéder les éléments les plus anciens reconnus dans les premiers comblements (début du Ier siècle, voire période tibéro-claudienne). La situation géographique de la nécropole de La Tène D2b tend à infirmer l’hypothèse que ce grand fossé existerait dès le deuxième âge du Fer. En effet, ces installations se seraient trouvées, en opposition avec la tradition, très largement à l’intérieur du périmètre et non pas à l’extérieur.

12Les récentes études de Stephan Fichtl (2004 et 2005) sur les fossés liés à un rempart massif et leur évolution typo-chronologique l’ont conduit à classer Chartres parmi les villes disposant d’une fortification de ce type, de périmètre circulaire, à l’instar de Reims ou de Manching. La régularité géométrique du tracé et le fait que l’aménagement du fossé se détache des contraintes topographiques (comme à Heidetränk au nord de Francfort et à Zàvist, au sud de Prague) font que la structure de Chartres se rapproche des fossés de la fin de l’âge du Fer qui marquent les limites politiques, religieuses et administratives des oppida ou des premiers centres urbains en Gaule. Ce grand fossé, vraisemblablement creusé dans les premières décennies du Ier siècle apr. J.-C., constituerait donc la limite juridique de l’espace urbain d’Autricum.

LA VILLE ENTRE LE Ve ET LE Xe SIÈCLE

13La ville de Chartres et son territoire proche ont fait l’objet, depuis une quarantaine d’années, de diagnostics, fouilles et surveillances de travaux ayant mis en évidence des vestiges du haut Moyen Âge, dont Cyrille Ben-Kaddour a réalisé la synthèse encore inédite.

Chartres et sa proche campagne au haut Moyen Âge

14Sur le territoire de la ville actuelle, les sites ayant livré des vestiges du haut Moyen Âge sont très peu nombreux. Sur quatre d’entre eux seulement est attesté un habitat, sur place ou à proximité. Les sépultures sont présentes dans cinq secteurs dont deux seulement sont associés à une église encore en place (Saint-Père et Saint-Martin-au-Val). Deux opérations récentes localisées dans la campagne proche (Mainvilliers-Le Vallier et Gellainville-Le Radray) présentent des vestiges d’habitat et l’un d’eux (Le Radray) comprend une petite nécropole du VIIe siècle.

L’héritage antique

15Dans ces conditions, il est assez difficile de préciser la part de l’héritage antique dans la ville du haut Moyen Âge. Certains équipements monumentaux sont en partie réutilisés : sur le site du parvis de la cathédrale, l’édifice monumental est partiellement transformé en habitat ; l’église Saint-André est installée, en pied de coteau, sur ce qui semble être un amphithéâtre, connu par quelques relevés ponctuels et observations sommaires. Selon un phénomène connu ailleurs, les lieux de réunion antiques sont réinvestis par les premières églises chrétiennes ; l’église Saint-Martin-au-Val, dont est conservée la crypte romane dans laquelle sont remployés des éléments mérovingiens (chapiteaux et colonnes, Barral I Altet 1989), est fondée dans l’axe de symétrie d’un très grand ensemble monumental antique (sanctuaire dit de Saint-Martin-au-Val en cours de fouille depuis 2006) ; l’ecclesia quant à elle est installée sur le promontoire près du forum. De nombreuses voies empierrées urbaines restent en usage après l’abandon des habitats (sites place des Halles, Pasteur Courtille, Filles-Dieu). Durant le Ve siècle des tombes individuelles sont mises en place dans les fossés bordiers d’une voie (site Pasteur) ou dans les ruines des habitats qui les longent (Mendès-France). Les égouts et aqueducs maçonnés semblent avoir une durée d’utilisation assez longue : le siège de la ville par Thierry II de Bourgogne, en 603-604, débouche sur la reddition, une fois les aqueducs coupés. Dans le secteur de la cathédrale, un égout de facture antique est encore en usage de nos jours.

L’héritage de la ville du haut Moyen Âge

16Ce qui a subsisté du haut Moyen Âge dans la ville médiévale est difficilement identifiable. Assez traditionnellement, on notera que les établissements monastiques les plus anciens sont les pôles de développement des paroisses suburbaines, en particulier Saint-Père et Saint-Chéron, cités au VIe siècle. Certaines fondations sont moins bien datées, comme Saint-Lubin, bien que l’archéologie nous apprenne qu’un cimetière s’y trouvait au VIIe siècle.

17Une fouille récente a mis en évidence l’existence possible d’un grand fossé curviligne allant de la place des Épars jusqu’à la place des fossés Saint-Michel (fouille 2004-2005, H. Sellès et J.-M. Morin, Inrap). Le tronçon oriental de ce fossé est semble-t-il recoupé par des sépultures datant du IXe siècle. Ainsi le tracé de ce fossé préfigurerait-il celui de l’enceinte médiévale, édifiée à la fin du XIIe siècle, une dizaine de mètres en retrait, en direction de la pointe de l’éperon.

18Si l’on compare la superficie de la ville de Chartres avec d’autres cités, on trouve un parallélisme assez grand avec la ville d’Amiens : durant le Haut-Empire, elles couvrent environ 220 ha pour se restreindre à environ 20 ha au Bas-Empire, puis 70 ha à partir du XIIe siècle.

DE NOUVELLES ÉTUDES DE MOBILIER

19La multiplication des opérations d’archéologie urbaine a entraîné peu à peu, pour les équipes qui en avaient les moyens, le développement des études de mobilier. Plus que les archéologues responsables scientifiques qui, la plupart du temps, enchaînent les opérations les unes après les autres sans grand choix possible dans les problématiques de recherche, les céramologues, archéozoologues, anthropologues, numismates, carpologues… sont en capacité de créer et d’enrichir des bases de données à l’échelle du territoire. Il leur est possible de développer des problématiques qui se démarquent d’une approche site par site et abordent les questions à l’échelle de la ville, voire de la campagne proche.

Les données archéozoologiques : Chartres et sa proche campagne

  • 1 Cette richesse d’information pour une ville et son territoire constitue un cas d’école en archéozo (...)

20La quasi-totalité des secteurs de la ville (centre et faubourgs) est documentée par l’archéozoologie et le panel d’activités impliquant les animaux est très complet : alimentation, activité artisanale et pratique religieuse1. Les apports sur l’économie et sur la gestion des terroirs sont déduits de la comparaison des proportions spécifiques et l’analyse des profils d’abattage entre contextes urbains et ruraux, selon le modèle théorique de la campagne qui produit pour la ville.

21La ville fonctionne comme un territoire à part entière qui comprend des îlots d’habitation, des secteurs à vocation artisanale, des espaces de décharges, ce qui rend difficile une restitution globale des données. Les différentes natures de rejets ne sont donc pas toutes documentées ou représentées à parts égales. Ainsi, à Chartres, les fouilles réalisées depuis sept ans en périphérie de la ville sont les plus nombreuses. D’autre part, à la période romaine, la multiplication des intervenants liés à l’élevage d’embouche ou à l’artisanat des matières dures animales concourt à fragmenter et à disperser spatialement les carcasses. C’est le cas pour le bœuf, pilier de l’économie gallo-romaine, dont la carcasse est exploitée de manière standardisée et quasi totale (corporation de bouchers, boucherie de détail, artisanat de l’os et de la colle). On retrouve très peu d’os de bœuf dans les dépotoirs alimentaires car la carcasse est traitée chez le boucher et arrive désossée sur les lieux de consommation. Sa part, au sein de l’alimentation citadine, est largement minorée, contrairement à ce qui se produit dans les habitats ruraux où la carcasse est traitée et consommée au sein d’un espace plus circonscrit.

22Malgré ces biais, les règles de l’alimentation citadine sont caractérisées à Chartres par une consommation dominante des caprinés, aux dépens du porc majoritairement représenté à la période augusto-tibérienne (fig. 3). Ces résultats sont assez surprenants au regard des données acquises pour la moitié nord de la France où le porc est très largement majoritaire dans les dépotoirs domestiques urbains. À Chartres, il est possible que ces résultats soient liés, soit à une surreprésentation des habitats localisés en périphérie de la ville, dans des secteurs où le niveau social est différent de celui des habitats du centre (où le porc prédomine), soit à la présence d’un élevage péri-urbain. C’est ce que permet de supposer le profil d’abattage des caprinés du site du Clos-Vert, où l’abattage de jeunes procure une viande de grande qualité. Cette hypothèse reste à confirmer par la mise en évidence d’espaces de parcage et de bergeries, qui seraient localisés sur le plateau nord (Champhol), ainsi que par l’augmentation des données issues d’habitats dans le centre ou d’autres déterminés comme étant d’un niveau social élevé (domus).

23La présence d’élevages de porcs intra muros est supposée par l’analyse de leurs âges d’abattage. En milieu urbain, cette espèce est abattue plus jeune qu’à la campagne. Il s’agit soit d’un goût citadin marqué pour la viande plus tendre, soit d’un mode d’élevage différent (par parcage et engraissement facilité par l’importance des détritus).

24Les relations économiques entre la ville et la campagne sont aussi illustrées par l’élevage des bovins. Surtout sollicités comme bêtes de somme pour l’agriculture, ils sont majoritaires dans la campagne, mais leurs restes sont souvent surreprésentés pour des questions de conservation. L’abattage à la campagne correspond à celui de la maturité pondérale (deux-quatre ans). Après réforme les vieux animaux sont acheminés en ville (entre quatre et dix ans, les très vieux étant absents). Ce fonctionnement sous-entend que ces bêtes de somme, secondairement exploitées pour la viande, puissent bénéficier d’une période de ré-engraissement (comme on le fait actuellement pour les races laitières Holstein). Sont-elles aussi parquées à proximité des boucheries péri-urbaines avant d’être abattues ?

La céramologie

25La somme des études céramologiques réalisées depuis 2005 donne l’impression que Chartres relève davantage de l’aire culturelle du Bassin parisien que de celle du Val de Loire. Toutes les études menées vont systématiquement dans le même sens, et ce pour toutes les époques. Une étude globale reste à réaliser mais nous donnons ci-dessous quelques exemples des pistes de recherche à développer.

26Pour l’âge du Bronze, les céramiques du site de Sours sont marquées par une forte influence du Bassin parisien. Pour La Tène finale, le site de Chasles offre très peu de comparaisons avec les corpus publiés pour le Val de Loire (S. Riquier). Durant le Haut-Empire, les ensembles des ier et IIe siècles montrent qu’Orléans sert de tête de pont pour les productions transitant par la Loire, mais cette tendance s’estompe progressivement au IIIe siècle où les importations provenant du bassin de la Seine prédominent. L’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge font perdurer ce qui était pressenti à la fin du Haut-Empire. La situation devient extrême à partir des IXe-Xe siècles, puis à l’époque moderne durant laquelle plus rien ne vient du Val de Loire : les productions de Saran ou d’Orléans sont quasiment inconnues à Chartres. Les premières importations viennent de Dourdan, puis de Normandie (grès du Domfrontais à partir des XVe-XVIe siècles) et du Beauvaisis.

La numismatique

  • 2 D’après Vincent Drost (étude à paraître). L’étude des monnaies issues des fouilles conduites depui (...)

27Depuis plusieurs années, le service archéologique de la ville de Chartres met en œuvre un programme d’étude systématique des monnaies découvertes en fouilles. Ainsi, les 1 200 monnaies antiques issues des opérations menées entre la fin des années 1960 et 2004 ont toutes été examinées2.

Fig. 3 – Répartition des espèces majoritaires dans les rejets (les caprinés sont préférentiellement localisés en périphérie, les porcs au centre, à l’exception du sanctuaire de Saint-Martin) (DAO J. Rivière, d’après Joly 1994 et Sellès 2007. Service archéologie. Ville de Chartres).

Fig. 4 – Comparaison des faciès numismatiques de Chartres et de Tours. Étude réalisée par Vincent Drost.

28Le profil numismatique antique de Chartres est proche de celui du chef-lieu de cité voisin, Tours (fig. 4). Il présente les caractéristiques d’une agglomération occupée tout au long de la période romaine. Les périodes de pic et de creux sont avant tout la conséquence des fluctuations de la politique monétaire impériale, plutôt que le reflet fidèle de l’occupation de l’agglomération.

29L’essentiel des monnaies provient du plateau central (84,5 %) et tout particulièrement de l’éperon rocheux (400 ex.) et du centre du plateau (560 ex.). Les sites de la place des Halles et du parvis de la cathédrale fournissent, à eux deux, plus de la moitié du lot présenté ici. La vallée de l’Eure a livré 159 monnaies, pour l’essentiel localisées sur la rive droite. Les trouvailles correspondant au plateau est sont nettement plus disséminées (33 ex.) tandis qu’un seul exemplaire a été retrouvé sur le plateau ouest.

30Afin d’avoir une vision plus juste de l’état du stock monétaire à une époque donnée et d’illustrer les phénomènes de rémanence des monnaies à une date ultérieure, il est essentiel de situer le matériel dans son contexte stratigraphique. Un puits du site de la place des Halles, par exemple, donne un aperçu de l’évolution du stock monétaire en circulation au IVe siècle (73 monnaies réparties dans huit des quinze couches de son comblement). Leur répartition montre une évolution chronologique cohérente. Le terminus post quem de chaque couche progresse régulièrement à mesure que l’on approche des derniers niveaux de comblement. On observe la persistance dans les circuits monétaires des imitations radiées, émises à la fin du IIIe siècle, tout au long du siècle suivant, tandis que les monnaies antérieures à la réforme de 330 disparaissent progressivement. La diversité du stock monétaire à la fin du IVe siècle est illustrée dans les niveaux supérieurs où, malgré un terminus monétaire d’époque théodosienne, les monnaies sont en majorité antérieures au milieu du IVe siècle.

31Sur le plan économique, les monnaies donnent l’image d’une agglomération relativement isolée des circuits monétaires, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la situation géographique de ce chef-lieu de civitas, éloigné de tout atelier monétaire. Les premières pertes d’espèces impériales n’y interviennent que tardivement, pas avant l’extrême fin du règne d’Auguste. Les monnaies gauloises, pour la plupart émises localement, cohabitent avec les monnaies romaines au début du Ier siècle de notre ère, fournissant un appoint complémentaire en monnaie divisionnaire. Le renouvellement du stock monétaire s’opère progressivement, à partir de la seconde moitié du siècle. Dès la fin du IIe siècle, les premiers signes d’une pénurie monétaire se font sentir. Celle-ci sera effective dans la première moitié du IIIe siècle, les populations se reposant alors essentiellement sur l’ancien stock de bronzes qui ne sera renouvelé qu’à la fin du siècle, ceci principalement au moyen d’imitations locales qui conserveront un rôle primordial au cours du IVe siècle. L’approvisionnement en numéraire d’Autricum apparaît à cette période, contrairement à ce qui s’observe à Tours, très nettement dépendant des productions de l’atelier de Trèves, même si l’appoint fournit par celui-ci demeure insuffisant. Cette vision d’un stock monétaire limité et destiné à des échanges quotidiens et localisés est néanmoins réductrice puisque les monnaies découvertes en fouille sont souvent des espèces de faible valeur qui ont été perdues. La composition des dépôts funéraires de la nécropole de Saint-Barthélemy propose en cela un contrepoint, notamment pour le premier quart du IVe siècle, et montre que la circulation monétaire était effectivement plus diversifiée qu’il y paraît au regard des trouvailles isolées (Joly et Gardais 1995).

Fig. 5 – Relevé graphique du texte gravé sur le turibulum complet 15 003,238 (Relevé et DAO : F. Dupont, Service archéologie de la ville de Chartres).

L’étude des inscriptions

32Une piste récente d’informations nouvelles sur l’histoire de la ville est apparue fortuitement, en juillet 2005, lors de la découverte d’un exceptionnel ensemble liturgique galloromain comprenant une invocation magique bénéfique dédiée à un citoyen romain : C. Verius Sedatus (fig. 5 ; Joly 2010). En 2011, une autre opération a apporté, cette fois-ci, une defixio judiciaire qui ajoute quatorze noms à la liste des habitants de Chartres à l’époque antique (Lambert 2013 ; Viret et al. 2013). En parallèle, le relevé systématique des sceaux sur les mortiers fabriqués par les potiers du secteur des Filles-Dieu et l’inventaire des graffitis sur terre cuite, sur peinture murale ou sur pierre ont apporté plus d’une quinzaine d’autres noms qui sont ceux d’artisans ou d’habitants aux statuts inconnus. La synthèse de ces découvertes reste à établir et à publier.

L’EXPÉRIENCE DE L’ARCHÉOLOGIE À CHARTRES

33Même si les précurseurs ont réalisé quelques chantiers, d’inégales ampleurs, entre 1968 et 1974, l’archéologie de la ville de Chartres débute en 1975, lors de l’entrée à mi-temps dans les services de la ville d’un jeune étudiant en archéologie.

34Après 37 années de fouilles et plus de 420 opérations, force est de constater la grande absence des études abouties et des publications synthétiques. Quelques lots ont été extraits des archives pour des analyses ponctuelles, mais rien de cohérent n’a été entrepris et tout reste donc à réaliser dans ce domaine.

Fig. 6 – L’archéologie à Chartres. Répartition du nombre d’opérations par année en relation avec la création des instances locales et nationales de gestion de l’archéologie. Données SysDA (DAO D. Joly).

35Les atouts sont nombreux pour atteindre cet objectif : un système documentaire informatisé depuis 1988 (SysDA), une modélisation des données à l’échelle du territoire, un dépôt de fouille structuré pour les archives et le mobilier et surtout, la création, en 2003, d’un Service municipal d’archéologie qui compte actuellement 48 permanents, dont dix spécialistes. Il reste, parmi les urgences, à réaliser un récolement des collections (étape obligatoire avant l’ouverture du CCE) et à construire le système d’information géographique (SIG).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barral I Altet X. 1989. La crypte de Saint-Martin-au-Val à Chartres : Remarques sur le travail et la culture d’un groupe de sculpteurs du XIe siècle, in : Media in Francia, Mélanges K.-F. Werner, Paris : 19-29.

Courbin P. 1974a. Fouilles [de la Rue Sainte-Thérèse] Chartres 1970. Rapport scientifique, Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, Chroniques 5, SAEL, Chartres : 13-20.

Courbin P. 1974b. Fouilles [de la Rue Sainte-Thérèse] Chartres 1971. Rapport scientifique, Bulletin de la Société Archéologique d’Eure-et-Loir, Chroniques 5, SAEL, Chartres : 21-23.

Dessen Ph., Lécuyer S., Lembezat H. et Marie M. 1976. Présence gauloise dans le sol de Chartres, Archéologia, 98, sept. 1976, Éditions Faton, Dijon : 61-65.

Joly D. et Gardais C. 1995. Chartres. Rue Saint-Barthélémy, in : Bilan scientifique DRAC Centre, Ministère de la Culture et de la Francophonie, Direction régionale des affaires culturelles du Centre, Service régional de l’archéologie, Saint-Jean de la Ruelle : 41-43.

Joly D. et Gibut P. 2009. La place de l’âge du Fer dans l’archéologie urbaine à Chartres (Eure-et-Loir), in : Buchsenschutz O., Chardenoux M.-B., Krausz S. et Ralston I. (éd.), L’âge du Fer dans la boucle de la Loire. Les Gaulois sont dans la ville, Actes du XXXIIe Colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Bourges 2008, 35e Suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France, FERACF, Paris, Tours : 317-328.

Joly D. 2010. L’attirail d’un magicien rangé dans une cave de Chartres/Autricum, Gallia, 67, 2 : 125-208.

Lambert P.-Y. 2013. Chartres 2011 : Essai d'interprétation, in : Le plomb de Chartres, Études celtiques, 39 : 135-159.

Viret J., Maqueda M. et Willerval D. (coll.) 2013. La ville de Chartres durant le Haut-Empire et le quartier des Filles-Dieu, in : Le plomb de Chartres, Études celtiques, 39 : 125-134.

Notes

1 Cette richesse d’information pour une ville et son territoire constitue un cas d’école en archéozoologie pour la période considérée et pour le Nord de la France. Le corpus totalise actuellement plus de 100 000 restes animaux (25 sites d’opérations préventives de 2007 à 2012, à l’exception de Jouars-Pontchartrain). Il couvre une diversité de contextes archéologiques (de l’urbain au rural).

2 D’après Vincent Drost (étude à paraître). L’étude des monnaies issues des fouilles conduites depuis 2005 est en cours. Leur nombre est très important car elles représentent plus du double des quantités étudiées jusqu’alors.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Liste des sites néolithiques autour de Chartres. Les références bibliographiques seront publiées dans les travaux du PCR (DUPONT, à paraître).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 2 – Localisation des vestiges gaulois sur le site de l’oppidum.Le grand cercle délimite l’emprise supposée du fossé à talus massif. Le petit cercle, concentrique au grand, délimite l’emprise supposée de la partie habitée, au-delà de laquelle se trouvent les nécropoles (DAO D. Joly, d’après Joly et Gibut 2009).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Fig. 3 – Répartition des espèces majoritaires dans les rejets (les caprinés sont préférentiellement localisés en périphérie, les porcs au centre, à l’exception du sanctuaire de Saint-Martin) (DAO J. Rivière, d’après Joly 1994 et Sellès 2007. Service archéologie. Ville de Chartres).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 4 – Comparaison des faciès numismatiques de Chartres et de Tours. Étude réalisée par Vincent Drost.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 5 – Relevé graphique du texte gravé sur le turibulum complet 15 003,238 (Relevé et DAO : F. Dupont, Service archéologie de la ville de Chartres).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 6 – L’archéologie à Chartres. Répartition du nombre d’opérations par année en relation avec la création des instances locales et nationales de gestion de l’archéologie. Données SysDA (DAO D. Joly).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/7628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Directeur du Service archéologie de la ville de Chartres

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540